Vous êtes sur la page 1sur 7

Définition :

 L’embolie pulmonaire est l’une des manifestations de la maladie thrombo-embolique

 C’est une complication de la thrombose veineuse profonde.

 On parle d’embolie pulmonaire lorsqu’un caillot circulant dans le sang va boucher le


système artériel irriguant le poumon.

ÉPIDÉMIOLOGIE :

Environ 1/3 des malades victimes de MTEV (maladie thromboembolique veineuse) à une embolie
pulmonaire.
25% des embolies pulmonaires non traitées décèdent.
La mise en place d’un traitement est donc obligatoire.

PHYSIOPATHOLOGIE :

A) Facteurs déclenchant :
1. la stase veineuse liée à l’immobilisation, quelle qu’en soit la cause:

– chirurgicale – traumatique (les fractures Mif du bassin et du rachis)


– alitement médical, insuffisance cardiaque ou respiratoire ;
– voyage en avion ;
2. la prise de médicaments thrombogènes (contraception orale)

3. la grossesse et le post-partum.

B) Facteurs favorisants :

Ce sont essentiellement les thrombophilies :

 acquises :

le cancer poumon prostate sein (tous les cancers présentent un état d'
hypercoagulabilité)  héparino-thérapie
les hémopathies LH LMNH

1
les maladies systémiques (LED -Lupus érythémateux disséminé - ; Behçet est une maladie liée à
l’inflammation des vaisseaux sanguins. Elle se manifeste essentiellement par des aphtes dans la bouche ou sur les organes
génitaux,

 congénitales : déficit en antithrombine, protéine C, protéine S et résistance à la


protéine C

 Retentissement cardio-respiratoire:

 Atteinte circulatoire :

Le facteur principal de gravité de l’EP est une hypertension artérielle pulmonaire pré
capillaire (HTAP), induite par l’obstruction de la circulation artérielle pulmonaire.

Pré cap tout pathologie pulmonaire chronique


*HTAP
post cap les pathologies cardiaques gauches

 Atteinte respiratoire:

Hypoxémie (< 80) + hypocapnie (> 45).

DIAGNOSTIC :

 a- Clinique : Les signes cliniques (dyspnée ou tachypnée, tachycardie, douleur


thoracique, fièvre, expectoration hémoptoïque, signes d’insuffisance ventriculaire
droite) ne sont pas spécifiques de l’EP….. par contre

 dyspnée d’apparition brutale

 douleur pleurale avec ou sans hémoptysie, très suspect d’embolie

 Il est donc nécessaire d’établir une probabilité clinique :

2
Score révisé de Genève d’évaluation de la probabilité clinique
d’embolie pulmonaire
• Facteurs de risque* Âge > 65 ans* 01
• Antécédent maladie thromboembolique* 03
• Chirurgie sous anesthésie générale ou fracture d’un membre inférieur
dans le mois précédent* 02
• Cancer actif ou en rémission depuis -1an 02
Symptômes*
Douleur unilatérale d’un membre inférieur 03
Hémoptysie 02
Signes cliniques*
Fréquence cardiaque  100 03

* DL à la palpation d’un trajet veineux ou œdème unilatéral d’un MBinf 04


Score Probabilité
0-3 faibles
4-10 intermédiaires
≥ 11 Forte

b-Examens para clinique :

1-Radiographie thoracique

Elle est normale dans 25% des cas.


Elle sert surtout à exclure d’autres diagnostics différentiels tels que pneumonie
pneumothorax...
Certaines anomalies sont très évocatrices: atélectasie . ep pleural, ascension de la
coupole diaphragmatique distension art pul
*Triade de westermark : grosse artère pulmonaire > 1.5cm + opacité périphérique à
base plurale + ascension de la coupole diaphragmatique
2-Gaz du sang

Ils sont normaux dans 12 à 26% des cas.

On observe la plupart du temps une hypoxémie, avec hypocapnie.

3-ECG :

Il est normal dans 20% des cas Il sert surtout à exclure l’infarctus du myocarde, la
péricardite (surcharge ventriculaire droit aigue)

3
4-D-DIMERES (méthode ELISA)  produit de dégradation de fibrine

* Si > 500  confirme pas dg

* Si < 500  exclue EP

Valeur prédictive négative 98/

Chez un patient suspect d’EP, un taux plasmatique de D-dimères, mesuré par la technique
Elisa, inférieur à 500 ng/mL, permet d’exclure le diagnostic d’EP.

5-Échographie Doppler des Membres Inférieurs :

Cet examen a une forte valeur prédictive positive, mais un écho doppler normal
n’exclut pas l’embolie.

6-Echocardiographie:

Elle permet un diagnostic rapide de la gravité de l’embolie pulmonaire. et exclut d’autres


diagnostics : choc cardiogénique d’autre origine, dissection aortique

peut montrer des signes directs :thrombus dans le tronc de art pul ou les cavités droites

7-Scintigraphie ventilation/perfusion : (* avant 72h + y'a pas BPCO )

sensibilité de la scintigraphie de perfusion pour le diagnostic d’EP est de 100 %

Une scintigraphie pulmonaire de perfusion normale élimine donc le diagnostic d’EP

8-Angioscanner : examen très performant dans le diagnostic des EP

Proximales et est donc particulièrement adapté aux suspicions d’EP graves.

 sensibilité pour les EP distales est plus faible.

 un angioscanner normal n’élimine pas formellement le diagnostic d’EP.

4
9-Angiographie pulmonaire :

C’est un examen invasif qui doit être réservé à des situations où les techniques non
invasive n’établissent ou n’éliminent pas le diagnostic d’EP avec certitude.

COMPLICATIONS :

 Infarctus pulmonaire.
 Épanchement pleural

 Mort subite.

 Récidive

 a longue terme CPC poste embolique


*Le coeur pulmonaire chronique (CPC) est défini par l'hypertrophie et/ou la dilatation ventriculaire droite secondaire
aux anomalies fonctionnelles ou anatomiques du système respiratoire

PRONOSTIC : si l’embolie pul moyenne – petite: le pronostic est bon

Massive : le pronostic est mauvais (20-40% de survie),

Le risque de mortalité est surtout lié à l’erreur diagnostique


Stratégie DG non invasive de l’EP
Suspicion d'EP non grave
score prédictif clinique genéve wells)

faible ou intermédiaire fort

 Dosage des D dimères


+ > 500 ng/mL

< 500 ng/mL ep éliminée Écho Doppler veineux des MI

positive Négatif

EP affirmée scintigraphie v-p


scint faible interm scinti
fort

EPele ANGIOSC ep con

angio-scanner????????????????????

5
TRAITEMENT: Suspicion /confirmation EP

URGENCE

1/ Évaluer le risque :

Faible : anticoagulant seul

Élevé: embolectomie thrombolyse

2/ Traiter :

a/- Pdt l’episode aigu :

Hospitalisation.
Oxygénothérapie adaptée.
Traitement anti-coagulant débuté dès la suspicion du diagnostic :
 héparino-thérapie intraveineuse, héparines de bas poids moléculaire (elles peuvent
être employées dans les embolies non massives )
Repos • Contention veineuse

Si embolie pulmonaire massive: soins intensifs : ajouter un support hémodynamique

une fibrinolyse : impératif en cas de choc , elle permet une désobstruction artérielle
pulmon plus rapide

• envisager : une embolectomie sous circulation extracorporelle

b) En post-critique

trt anticoagulant oral (anti vit k) doit être initié tôt


le trt heparinique peut être arrêter quand INR 2-3 FOIS la NL pdt 2a3jours
consécutifs
Mise en place une contention élastique 24h/24.
utilise des filtres veineux pour la prévention de l’embolie pulmonaire chez des
patients avec ;
contre-indication absolue des anticoagulants,
Thromboses Veineuses Profondes (TVP) récidives malgré une anti coagulation
adaptée.

Bilan Étiologique au décours d’un 1er epîsode

On recherche :Les facteurs de risque

6
Prophylaxie : en fonction des facteurs de risque HBPM sous cutané, bas de contention

Vous aimerez peut-être aussi