Vous êtes sur la page 1sur 9

Analyse de l’enquête « Tours et la Touraine, territoire LGBTI-friendly ?

Analyse de l'enquête « Tours et la Touraine, territoire LGBTI-friendly ? »

Le Centre LGBTI de Touraine a souhaité connaitre le ressenti des personnes LGBTI (lesbienne, gay, bi, trans et intersexe)
au regard de leur identité de genre ou de leur orientation sexuelle à Tours et en Touraine. Un sondage en ligne strictement
anonyme a permis de réunir 465 réponses. Celui-ci était organisé en trois parties différentes :
I – Vie quotidienne et bien-être
II- Discriminations et agressions
III- Qui êtes-vous ?

Voici l'analyse de l'enquête.

I- Vie Quotidienne et bien-être

1- Trouvez-vous qu'il y a suffisamment de lieux LGBTI-friendly dans la Métropole de Tours ?

Plus de 7 personnes enquêtées sur 10 considèrent qu'il


n'y a pas assez de lieux LGBTI-friendly. Ces lieux sont
importants car ils permettent de mettre en sécurité le
public LGBTI et de créer du lien social. Les personnes
LGBTI sont en effet plus enclines à l'isolement et au
suicide (jusqu'à 5 plus plus de suicide que le reste de la
population). Afin de palier la disparition des lieux
LGBTI à Tours à cause notamment des applications de
rencontres, le Centre LGBTI de Touraine a lancé depuis
décembre 2018 des soirées de convivialité tous les
trimestres. Le 30 novembre prochain, se tient ainsi une
soirée en partenariat avec Aides. Le collectif d'artistes
Troubles lance également des soirées inclusives et
régulières dans les prochaines semaines.

Comme témoignent des enquété•e•s :


« De manière générale, je ne pense pas que Tours soit la pire ville pour être L/G/B/T. Mais il y a très peu d'espaces
"safes" ou spécifiquement LGBT dans la ville, pour se retrouver en communauté etc (voire pas du tout, hormis le
centre LGBT). Il est difficile de trouver du personnel médical LGBT friendly de manière sûre (en tout cas, dans mon
cas, il est vraiment difficile de trouver des psys qui le soient, ou qui soient assez bien informés sur le sujet). »

« Dommage trop peu de lieux (bars, boite de nuit) pour y rencontrer quelqu'un, trop de solitudes. »
« Je trouve que la métropole tourangelle n'est pas assez "LGBTI-friendly ", Il n'y a pas vraiment de lieux particuliers,
Je suis très reconnaissant du travail que votre association effectue. Merci d'être là. »

1
Analyse de l’enquête « Tours et la Touraine, territoire LGBTI-friendly ? »

2- Etes-vous satisfaits de l'action/qualité du tissu associatif tourangeau agissant pour la communauté LGBTI + ?
(Centre LGBTI de Touraine, Tours' Angels, Transposé.e.s, Collectif Intersexe et allié.e.s, AIDES, SOS homophobie,
Festival Désir... Désirs, Collectif Troubles...).

Presque 7 personnes sur 10 sont satisfaits du tissu


associatif. Le Centre LGBTI de Touraine travaille dans
les champs du social, de la santé ou encore de l'éducation
principalement dans la Métropole de Tours et à Blois.
Compte tenu des limites financières de l'association il est
plus difficile d'oeuvrer à la campagne. Cependant,
l'association se déplace pour tenir des stands
d'information dans les événements ou réalise des
interventions en milieu scolaire.

Cependant comme l'explique un enquêté : « On parle souvent de Tours, sa métropole... Mais dans le reste de la Touraine
on se sent bien seul... Dommage que tout soit concentré sur la métropole et que des permanences ne soient pas mise en
place dans certains village plus isolés et ruraux ! »

3- Si vous êtes en couple ou avez été en couple, montrez-vous des gestes d'affection (main dans la main, baiser...)
avec votre partenaire dans la rue ?

La moitié des enquêté•e•s « s'invisibilise » dans l'espace public par peur de se faire agresser. Cette question est importante
puisque de nombreux•ses enquêté•e•s ont témoigné sur ce sujet :

« On montre notre couple uniquement en présence de notre chienne dans le centre de Tours ! Nous ne voulons pas être
fracassées par des homophobes donc en lieux publics nous évitons. »

« Nuance par rapport au fait de montrer de l'affection à une partenaire en public : je l'ai fait, mais dans certains endroits
précis. Et lorsque je l'ai fait (même simplement marcher la main dans la main), beaucoup de gens nous fixaient avec
insistance. »

« On se tient la main et on ne cache pas qu’on est lesbiennes, certes on ne s’est jamais faites agresser verbalement ou
physiquement mais on a très souvent des regards appuyés et désapprobateurs, c’est peu mais vite lourd à vivre. »

« Étant bisexuelle j'ai bien remarqué la différence de réaction qu'ont les gens. Quand je tiens la main a un garçon nous
sommes comme invisible aucunes remarques, et quand je tiens la main a une fille tout de suite il y a des regards et
certains individus qui font des remarques lourdes (un plan a trois ça vous dit ?). Quand je sortais avec mon ex (une
fille) il était rare que l'on se prenait la main ou que l'on s'embrassait en public parce qu'il y avait l'appréhension du
regard des autres. »

2
Analyse de l’enquête « Tours et la Touraine, territoire LGBTI-friendly ? »

4 - Dissimulez-vous le fait d'être LGBTI + ?

Près d'une personne enquêtée sur deux cache son orientation sexuelle ou son identité de genre. Principalement au travail
(31,2%) et dans l'espace public (31%).

Comme témoigne un•e enquété•e : « Je vis ma vie parmi les "hétéros" sans me faire remarquer, pourquoi le
ferais-je ? Certains se font tuer sans raison »

5 - Comment qualifiez-vous l'attitude des Tourangeaux envers les LGBTI ?

Un peu plus de 3 enquêté•e•s sur 10 considèrent que les Tourangeaux sont LGBTI-friendly ou plutôt friendly.

3
Analyse de l’enquête « Tours et la Touraine, territoire LGBTI-friendly ? »

6 - Vous sentez-vous à l'aise à Tours/en Touraine ?

Un peu plus de 6 enquêté.e.s se sentent à l'aise à Tours et en Touraine.

Comme témoigne un enquêté•e : « J’ai eu cette chance, je ne pense pas que c’est représentatif de toute la ville. Mais je
me sens toujours plus à l’aise à Tours que dans beaucoup d’autres villes. »

II- Agressions et discriminations

7 - Avez-vous déjà été agressé.e verbalement et/ou subi des moqueries en raison de votre votre orientation sexuelle
ou identité de genre ?

Plus d'une personne enquêté•e sur


deux a subi des moqueries ou des
insultes en raison de son orientation
sexuelle ou de son identité de genre.
Tous les mercredis et samedis après-
midi, le Centre LGBTI de Touraine
organise des permanences d'accueil et
d'écoute ouverte au public.
L'association accueille donc des
personnes ayant été victimes
d'agressions verbales.

Comme témoigne un•e enquêté•e : « En tant que bi cisgenre je ne suis pas exactement à plaindre. Je subis des
remarques ou des moqueries de temps à autre. Je sais que certains membres de ma famille ne conçoivent
même pas que l'on puisse être attiré•e par une personne du même sexe que nous. J'ai fréquenté des hommes
et des femmes cis et trans, mais je n'ose pas en parler, même dans mon cercle d'amis. Ce qui peut être formulé
comme une remarque anodine ou à caractère "comique" me blesse franchement. On ne m'insulte pas pour
mon orientation sexuelle, mais on insulte les gens que je fréquente. »

4
Analyse de l’enquête « Tours et la Touraine, territoire LGBTI-friendly ? »

8 - Avez-vous déjà été agressé.e physiquement et/ou subi des menaces en raison de votre votre orientation sexuelle
ou identité de genre ?

Un peu plus de deux personnes enquêtées sur dix a subi une agression physique ou des menaces en raison de son
orientation sexuelle ou de son identité de genre. Tous les mercredis et samedis après-midi, le Centre LGBTI de Touraine
organise des permanences d'accueil et d'écoute du public. Elle peut donc accueillir des personnes ayant été victimes
d'agressions physiques.

Comme témoigne un enquêté : « Nous vivons à 40 km au sud de Tours, et les propos homophobes sont devenus
notre quotidien. Nous avons été agressées physiquement et verbalement l'année dernière et avons porté
plainte. Quand nous allons à Tours nous n'avons pas autant ce genre de propos. Mais sorti de l'agglomération
de Tours, c'est devenu un enfer! Avant nous nous tenions la main dans la rue, aujourd'hui nous ne le faisons
qu'à Tours et encore seulement dans certains quartiers. »

9 - Vous êtes vous déjà senti discriminé.e en raison de votre votre orientation sexuelle ou identité de genre ?

Presque une personne enquêté.e sur deux s'est déjà sentie discriminé.e. Le Centre LGBTI de Touraine est membre de la
cellule anti-discriminations de Tours. L'association peut donc accompagner des personnes ayant été discriminé.e.s.

5
Analyse de l’enquête « Tours et la Touraine, territoire LGBTI-friendly ? »

10 - Si oui à l'une des 3 dernières questions, avez-vous porté plainte ?

Malgré les agressions physiques et/ou


verbales, seules 4,3% des personnes ont
déposé plainte.

III- Conseilleriez vous à une personne LGBTI de venir s’installer à Tours ?

11 - Recommanderiez-vous à une personne lesbienne, gay ou bisexuel.le de venir s'installer à Tours ?

Un peu plus d'une personne enquêtée


sur deux recommanderait à une
personne LGB de s'installer à Tours.

12 - Recommanderiez-vous à une personne trans de venir s'installer à Tours ?

Seulement 3 personnes enquêtées sur


10 recommanderaient à une personne
trans de s'installer à Tours.

6
Analyse de l’enquête « Tours et la Touraine, territoire LGBTI-friendly ? »

IV- Échantillon

7
Analyse de l’enquête « Tours et la Touraine, territoire LGBTI-friendly ? »

8
Analyse de l’enquête « Tours et la Touraine, territoire LGBTI-friendly ? »