Vous êtes sur la page 1sur 116

Table des matières

1 Intégrales simples et multiples 5


1.1 Intégrale de Riemann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.1.1 Subdivision . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
1.1.2 Sommes de Darboux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
1.1.3 Sommes de Riemann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
1.1.4 Propriétés de l’intégrale de Riemann . . . . . . . . . . . . . . . . 8
1.2 Primitive d’une fonction continue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
1.3 Intégrale double . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
1.3.1 Propriétés de l’intégrale double . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.3.2 Calcul des intégrales doubles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
1.3.3 Changement de variables dans les intégrales doubles . . . . . . . . 16
1.3.4 Application des intégrales doubles . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
1.4 Intégrales triples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
1.4.1 Propriétés de l’intégrale triples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
1.4.2 Calcul des intégrales triples . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
1.4.3 Changement de variables dans les intégrales triples . . . . . . . . 21
1.4.4 Application des intégrales triples . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23

2 Intégrale impropres 27
2.1 La convergence absolue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28
2.2 Intégrales impropres des fonctions à signe constant . . . . . . . . . . . . 28

1
2.2.1 Critère de la convergence majorée . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.2.2 Critère de comparaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.2.3 Critère d’Abel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.2.4 Critère de la convergence dominée . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29
2.2.5 Critère des équivalents . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.3 Valeur principale de Cauchy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
2.4 Intégrales de références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.4.1 Intégrales de Riemann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.4.2 Intégrales de Bertrand . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.4.3 Intégrale de Gauss . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
2.4.4 Intégrale de Dirichlet . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
2.4.5 Intégrales de Fresnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32

3 Equations différentielles 33
3.1 Equations différentielles ordinaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33
3.1.1 Equations à variable sépare et séparable . . . . . . . . . . . . . . 34
3.1.2 Equations homogènes du premier ordre . . . . . . . . . . . . . . . 36
3.1.3 Equations se ramenant aux équations homogènes . . . . . . . . . 38
3.1.4 Equations linéaire du premier ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . 41
3.1.5 Equations aux différentielles totales . . . . . . . . . . . . . . . . . 45
3.1.6 Facteur intégrant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
3.1.7 Equation de Bernoulli . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
3.1.8 Equation de Riccati . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
3.1.9 Equation de Clairaut . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 53
3.1.10 Equation de Lagrange . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 55
3.1.11 Equations linéaires homogènes du second ordre à coefficients constants 58
3.1.12 Equations linéaires non homogènes du second ordre à coefficients
constants (avec second membre) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61
3.2 Equations aux dérivées partielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62

2
3.2.1 Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
3.2.2 E.D.P. du 1er ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
3.2.3 EDP du second ordre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66
3.2.4 Forme standard des EDP du 2ème ordre ( Méthode des caractéris-
tiques ) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70
3.2.5 Séparation des variables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
3.3 Fonctions spéciales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
3.3.1 Fonctions eulériennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76
3.3.2 Fonction de Bessel de première espèce . . . . . . . . . . . . . . . . 77

4 Les séries 80
4.1 Séries numériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
4.1.1 Séries à termes positifs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80
4.1.2 Série alternée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 83
4.1.3 Série à termes de signes quelconques . . . . . . . . . . . . . . . . 83
4.2 Suites et séries de fonctions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
4.2.1 suite de fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
4.2.2 Série de fonction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86
4.3 Série entière . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88
4.3.1 Détermination du rayon de convergence . . . . . . . . . . . . . . 88
4.3.2 Quelques propriétés des séries entières . . . . . . . . . . . . . . . 89
4.3.3 Série de puissance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
4.3.4 Applications des séries entières . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90
4.4 Série de Fourier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 93
4.4.1 Détermination des coefficients de Fourier . . . . . . . . . . . . . . 94
4.4.2 Série de Fourier des fonctions périodiques de période = 2π . . . . 95
4.4.3 Égalité de Parseval . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96
4.4.4 Série de Fourier sous forme complexe . . . . . . . . . . . . . . . . 96

3
5 Transformation de Fourier 100
5.1 Propriétés de la transformée de Fourier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
5.1.1 Linéarité de T F . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
5.1.2 Linéarité de T F −1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102
5.1.3 Dérivation dans le domaine temporel . . . . . . . . . . . . . . . . 103
5.1.4 Dérivation dans le domaine fréquentiel . . . . . . . . . . . . . . . 103
5.1.5 translation en t . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
5.1.6 modulation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 103
5.1.7 conjugaison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
5.1.8 convolution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
5.1.9 Continuité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
5.1.10 comportement à l’infini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
5.2 Application de la transformée de Fourier à la résolution des équations

différentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 105
5.2.1 résolution des équations différentielles linéaires à coefficients constants105
5.2.2 L’équation différentielle dépend de t de façon linéaire . . . . . . . 107

6 Transformation de Laplace 108


6.1 La transformation de Laplace directe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108
6.1.1 Existence de la transformation de Laplace . . . . . . . . . . . . . 109
6.1.2 Unicité de la transformation de Laplace . . . . . . . . . . . . . . . 109
6.1.3 Propriétés de la transformation de Laplace . . . . . . . . . . . . . 109
6.2 Transformation de Laplace inverse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112
6.2.1 Calcul de la transformation de Laplace inverse . . . . . . . . . . . 113
6.3 Application de la transformation de Laplace à la résolution d’équations
différentielles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114

4
Chapitre 1

Intégrales simples et multiples

1.1 Intégrale de Riemann

1.1.1 Subdivision

Soit [a, b] un intervalle compact de R.

Définition 1.1 On appelle toute partie finie de points de [a, b] contenant a et b une
subdivision, cette dernière s’écrit de façons unique

d = {x0 , x1 , ..., xn } ,

où a = x0 ≤ x1 ≤ ... ≤ xn = b et n un entier naturel quelconque.

Remarque 1.1 Si d est une subdivision de [a, b] et E une partie finie de [a, b] , alors
d ∪ E est encore une subdivision de [a, b] .

Définition 1.2 Soit d, d′ deux subdivisions de [a, b] . On dit que d est plus fine que d′ si
d′ ⊂ d.

Définition 1.3 Soit d = {x0 , x1 , ..., xn} une subdivision de [a, b] . Le réel strictement
positif δ (d) où
δ (d) = max (xi − xi−1 )
1≤i≤n

5
est dit le pas de la subdivision.

Remarque 1.2 Si le pas est uniforme c’est-à-dire constant, on dira que la subdivision
est équidistante.

1.1.2 Sommes de Darboux

Soit la fonction f : [a, b] → R.

Définition 1.4 On dit que la fonction f définie sur [a, b] est bornée si

f ∞ = sup |f (x)| < +∞.


x∈[a,b]

Soit f : [a, b] → R,une fonction bornée sur [a, b] et d = {x0 , x1 , ..., xn } une subdivision
de [a, b] .
Posons

mi (f, d) = mi = inf f (x)


xi−1 ≤x≤xi

Mi (f, d) = Mi = sup f (x) .


xi−1 ≤x≤xi

Et Sa,b l’ensemble de toute les subdivisions de [a, b] .

Définition 1.5 On appelle somme de Darboux inferieur (resp. superieur) de f relative-


ment à la subdivision d le nombre s ( resp. S) donnée par les relations

n

s = s (f, d) = mi (xi − xi−1 )
i=1
et
n

S = S (f, d) = Mi (xi − xi−1 )
i=1

posons sba := sup s (f, d) et Sab := inf S (f, d) .


d∈Sa,b d∈Sa,b

6
Définition 1.6 La fonction f est dite Riemann—intégrable sur [a, b] ssi sba coïncide avec
Sab , ce nombre est alors appellé l’intégrale de Riemann de f sur [a, b], et on le note

b
f (x) dx.
a

b
Remarque 1.3 La variable d’intégration x dans f (x) dx est une variable muette, c’est-
a
à-dire elle peut être remplacée par n’importe quelle autre variable, et dx est la mesure de
Lebesgue.

Proposition 1.1 (Critère d’intégrabilité de Riemann) une fonction f est Riemann-


intégrable sur [a, b] ssi pour tout ε > 0, il existe une subdivision X ∈ Sa,b telle que

S (f, d) − s (f, d) < ε.

Théorème 1.1 Toute fonction monotone ou continue sur un intervalle [a, b] est Riemann-
intégrable.

1.1.3 Sommes de Riemann

Les sommes de Darboux ne sont pas très utiles pour le calcul effectif d’une intégrale,
par exemple à l’aide d’un ordinateur, car il est en général assez difficile de trouver les inf
et sup sur les sous-intervalles. On considère plutôt

n

sn (f ) = (xi − xi−1 ) f (xi−1 )
i=1
et
n

Sn (f ) = (xi − xi−1 ) f (xi ) .
i=1

Plus généralement, si ξ = (ξ 1 , ..., ξ n ) vérifie ∀i ∈ {1, ..., n} , ξ i ∈ [xi−1 , xi ], on appelle


(X, ξ) une subdivision pointé et S(f, X, ξ) la somme de Riemann associée à la subdivision

7
pointée (X, ξ), où
n

S(f, X, ξ) = (xi − xi−1 ) f (ξ i ) .
i=1

Théorème 1.2 Si f est Riemann-intégrable, alors les sommes de Riemann S(f, X, ξ)



tendent vers f (x)dx, independamment du choix des ξ i , lorsque la subdivision devient
de plus en plus fine.

1.1.4 Propriétés de l’intégrale de Riemann

Soit f , g deux fonctions Riemann-intégrables, on a alors pour toute subdivision X


de [a, b] :
b b
1) s(f, X) ≤ f (x) dx ≤ S(f, X). En particulier, on a (b−a) inf f ([a, b]) ≤ f (x) dx ≤
a a
(b − a) sup f ([a, b]) .
b c b
2) f (x) dx = f (x) dx + f (x) dx dite relation de Chasles.
a a c
b a
3) f (x) dx = − f (x) dx.
a b
a
4) f (x) dx = 0.
a
b b b
5) [αf (x) + βg (x)] dx = α f (x) dx + β g (x) dx, pour tout α, β ∈ R.
a a a
b
6) f ≥ 0 ⇒ f (x) dx ≥ 0. (La réciproque est fausse)
a
b b
7) f ≤ g ⇒ f (x) dx ≤ g (x) dx.
a a b 
  b
8) |f | est Riemann-intégrables, alors  f (x) dx ≤ |f (x)| dx.
a a

Théorème 1.3 (de la moyenne) Soit f ∈ C ([a, b]) . Alors

b
1
∃c ∈ ]a, b[ : f (x) dx = f(c).
b−a
a

8
1.2 Primitive d’une fonction continue
Soit D ⊂ R et f : D → R une fonction numérique définie sur D.

Définition 1.7 Une fonction F : D → R est une primitive de f dans D ssi


1) F est dérivable sur D.
2) F ′ = f dans D.

Proposition 1.2 Si F et G sont deux primitives de f , alors F − G est une constante


sur tout intervalle I ⊂ D.

Existence d’une primitive

Théorème 1.4 Toute fonction continue f : [a, b] → R, possède une primitive, on écrit

x
F (x) = f (t) dt.
a

Et
b
f (x) dx = F (b) − F (a).
a

Remarque 1.4 Il existe des fonctions continues mais leurs primitives non pas forcement
une écriture explicite.

Primitives des fonctions usuelles



1
xα dx = xα+1 + c, α ∈ R− {−1}
α+1

1
dx = ln |x| + c
x

ex dx = ex + c

9

sin xdx = − cos x + c

cos xdx = sin x + c

chxdx = shx + c

shxdx = chx + c

1
dx = arctgx + c
1 + x2

1
√ dx = arcsin x + C, x ∈ ]−1, 1[
 1 − x2
1 √
√ dx = arg shx + c = ln(x + 1 + x2 ) + c
1 + x2

Exemple 1.1 Calculer l’intégrale suivante



I= (3x2 + e−x − cos 2x)dx.

On a
  
2 −x
I = 3x dx + e dx − cos 2xdx
  
2 −x 1
= 3 x dx − −e dx − 2 cos 2xdx
2
1
= x3 − e−x − sin 2x + c.
2

Intégration par parties

Proposition 1.3 Pour f, g ∈ C 1 (I, R), on a


 

f (x)g(x)dx = f (x)g(x) − f (x)g ′ (x)dx,

10
dont le cas ou I = [a, b] et en utilisant les intégrales définies

b b

f (x)g(x)dx = f (x)g(x)]x=b
x=a − f(x)g ′ (x)d.
a a

Exemple 1.2 Calculer l’intégrale suivante



I= ln (x + 1) dx

1
Posons u = ln (x + 1) ⇒ u′ = x+1
et v ′ = 1 ⇒ v = x + 1, ainsi

I = (x + 1) ln (x + 1) − dx

= (x + 1) ln (x + 1) + x + c.

Changement de variable d’intégration

Proposition 1.4 Soit f : I → R continue et ϕ : J → I un difféomorphisme, on a

ϕ(b)
 b
f (x)dx = f (ϕ(t))ϕ′ (t)dt.
ϕ(a) a

Exemple 1.3 Calculer l’intégrale suivante


 √
I= x 1 + x2 dx

Posons u = 1 + x2 ⇒ 2xdx = du. Ainsi



1 √ 1 √
I= udu = u u.
2 3

D’où
1 √
I= 1 + x2 1 + x2 + c.
3

11
1.3 Intégrale double
Soit dans le plan xoy un domaine D limite par la courbe Γ. Considérons dans le même
domaine, la fonction z = f (x, y) des deux variable indépendantes x et y.
Partageons ce dernier, en n parties (sous domaine) ∆s1 ,∆s2 ,.., ∆sn , choisissons dans
chaque élément ∆sk un point pk arbitraire, Son image par l’application f vaut f(pk ).
n
Considérons la somme des produits vn où vn = f (pk )∆sk , cette dernière est dite
k=1
la somme intégrale de la fonction f (x, y) dans le domaine D.
Considérons maintenant la suite (vni )n des somme intégrales dût des diffèrent dé-
i ∈N

coupages possibles de D,de telle sorte que le plus grand sous domaine ∆sn tend vers 0,
quand n → ∞.

Théorème 1.5 Considérons la fonction f(x, y) continue sur D, la suite (vni )n de


i ∈N

somme intégrales a une limite lorsque le plus grand sous domaine ∆sk tend vers 0 et que
n tend vers l’infini, cette dernière ne dépond ni du mode du découpage de D, ni du choix
du point pk dans ∆sk .

Définition 1.8 On appelle intégrale double de la fonction f (x, y) sur le domaine D, la


limite de la suite (vni )n , lorsque le plus grand sous domaine ∆sk → 0 et que n → ∞.
i ∈N

on note 
n

lim f (pk )∆sk = f(x, y)dydx.
max ∆sk →0 D
n→∞ k=1

12
1.3.1 Propriétés de l’intégrale double

Si f (x, y) et g(x, y) sont deux fonctions continues sur le domaine D = D1 ∪ D2 de R2


avec (D1 ∩ D2 = Φ) , nous avons alors
  
[f(x, y) + g(x, y)] dydx = f (x, y)dydx + g(x, y)dydx.
D  D
 D

λf (x, y)dydx = λ f (x, y)dydx, (λ ∈ R) .


D  D 
f (x, y)dydx = f (x, y)dydx + f (x, y)dydx.
D D1 D2
 
f (x, y) ≤ g(x, y) ⇒ f (x, y)dydx ≤ g(x, y)dydx.
D D

1.3.2 Calcul des intégrales doubles

Considérons un domaine D du plan xoy en suppose que ce dernier est limité par deux
courbes y = ϕ (x) et y = ψ (x) tel que ϕ (x) ≥ ψ (x) , et les droites d’équations x = a et
x = b.

Définition 1.9 On dit que le domaine D est régulier selon ox (resp. oy), si toute droite
parallèle à l’axe ox (resp. oy) passant par un point de D coupe sa frontière en deux points
M1 et M2 (resp. N1 et N2 ) .

Remarque 1.5 Si le domaine D est régulier selon ox et selon oy, on dira qu’il est
régulier.

Considérons une fonction f (x, y) continue le domaine D, régulier selon oy. Supposons
que ce dernier est limité par les courbe y = y1 (x), y = y2 (x) (y1 (x) ≤ y2 (x))et les droites
x = a, x = b (a ≤ b).
Soit R = [a, b] × [c, d] , le rectangle défini par quadriallge donné par les droits x = xi ,
y = yj , où a = x0 < x1 < ... < xn = b et c = y0 < y1 < ... < ym = b .

13
Soit la fonction F (x, y) égale a f (x, y) dans D et nulle à son extérieur. On peut donc
écrire
  l=n.m

I= f (x, y)dydx = F (x, y)dydx = lim F (pk )∆sk
max ∆sk →0
D R k=1

Où ∆sk sont des pavés rectangulaire d’aire ∆sk = (xi − xi−1 ) (yj − yj−1 ) , et le point
   y +y 
pk de coordonnées ζ i , η j = xi +x2 i−1 , j 2 j−1 .
   
Donc on a xi−1 < ζ i < xi , yj−1 < ηj < xj , f(pk ) = f ζ i , η j et F (pk ) = F ζ i , ηj .
Posons ∆xi = xi − xi−1 et ∆yj = yj − yj−1 ,il vient

l=n.m

I = lim F (pk )∆sk
max ∆sk →0
k=1
n
  m

   

= lim ∆xi F ζ i , ηj ∆yj


max ∆xi →0
∆yj →0 i=1 j=1
n
  m

   

= lim ∆xi lim F ζ i , ηj ∆yj


max ∆xi →0 max ∆yj →0
i=1 j=1

Par définition de l’intégrale simple on a

d 2 (x)
y
m
  

lim F ζ i , η j ∆yj = F (ζ i , y) dy = f (ζ i , y) dy = Φ (ζ i ) .
max ∆yj →0
j=1 c y1 (x)

Ainsi
 
b b 2 (x)
y
n
  
I= lim Φ (ζ i ) ∆xi = Φ (x) dx =  f (x, y) dy  dx.
max ∆xi →0
i=1 a a y1 (x)

Théorème 1.6 L’intégrale double d’une fonction continue f(x, y) sur un domaine D

14
régulier selon oy a pour valeur
 
 b 2 (x)
y
 
f(x, y)dydx =  f (x, y) dy  dx.
D a y1 (x)

Théorème 1.7 L’intégrale double d’une fonction continue f(x, y) sur un domaine D
régulier selon ox a pour valeur
 
 d 2 (y)
x
 
f (x, y)dydx =  f (x, y) dx dy.
D c x1 (y)

Exemple 1.4 Calculer l’intégrale suivante



 
x2 + y dydx
D

où D est défini par 1 ≤ x ≤ 2 et 0 ≤ y ≤ 2.


On a

   2 2 2 2
 2
 2 2
x + y dydx = x dx + ydy = x dx + ydy
D 1 0 1 0
D  D


x 3 x=2   x=2
y 2 y=2
= y|y=2 + x|x=1 
2 x=1 y=0
2 y=0
= 7 + 2 = 9.

Théorème 1.8 (Fubini-Tonelli, cas n = 2) Soit f : R2 → R une fonction positive,


alors on a
   
    
f (x, y)dydx =  f (x, y)dy  dx =  f (x, y)dx dy.
R2 R R R R

15
1.3.3 Changement de variables dans les intégrales doubles

Correspondande biunivoque

Soit D un domaine du plan xoy et R du plan uo′ v, a chaque point M (x, y) du plan
xoy on peut faire correspondre un point m(u, v) du plan uo′ v, et réciproquement à chaque
point m(u, v) du plan uo′ v correspond un point M (x, y) et un seul du plan xoy. Ainsi
lorsque M décrit le domaine D du plan xoy, la point m décrit le domaine R du plan uo′ v.
On dit alors que l’on a établi une correspondance biunivoque entre le domaine D et le
domaine R. C’est-à-dire qu’il existe une bijection entre les deux domaines.

Changement de variables x = x(u, v), y = y(u, v)



Soit l’intégrale double f (x, y)dydx étendue au domaine D du plan xoy. Considérons
D 
 x = x(u, v)
aussi le changement de variable
 y = y(u, v)
Supposons que
1) Le changement de variable établit une correspondance biunivoque entre les do-
maines D et R.
2) x(u, v), y(u, v) admettent
 des dérivées partielles continues.
 ∂x ∂x 
 
3) La jacobienne J =  ∂u ∂v  = 0.
∂y ∂y
 ∂u ∂v

Théorème 1.9 Si x(u, v), y(u, v) vérifie les conditions 1), 2) et 3) on a alors
 
f(x, y)dydx = f(x(u, v), y(u, v)) |J| dvdu.
D R


Exemple 1.5 Calculer f (x, y)dydx en coordonnées polaires.
 D
 x = ρ cos θ
On a
 y = ρ sin θ

16
   
 ∂x ∂x   
   cos θ −ρ sin θ 
et J =  ∂ρ ∂θ =
 
 = ρ.

 ∂y
∂ρ
∂y
∂θ
  sin θ ρ cos θ 
Ainsi on a  
f (x, y)dydx = f (ρ cos θ, ρ sin θ)ρdθdρ.
D R

Exemple 1.6 Calculer l’intégrale suivante


  
x2 y 2
+ 2 dydx
a2 b
D

x2 y2
où D est défini par a2
+ b2
− 1 ≤ 0 ( a et b sont deux réels non nuls).

   1 2π  
x2 y 2 (ρa cos θ)2 (ρb sin θ)2
+ 2 dydx = + |abρ| dθdρ
a2 b a2 b2
D 0 0
1 2π
|ab| π
= |ab| ρ3 dθdρ = .
2
0 0

1.3.4 Application des intégrales doubles

Calcul d’aires d’un domaine

L’aire du domaine D est donnée par la formule



dydx
D

Calcul des aires de surfaces

L’aire de la surface z = f(x, y) est donné par la formule


  2  2

∂z ∂z
A= 1+ + dxdy.
∂x ∂x
D

17
Calcul de la masse

Soit δ(x, y) la densité de la matière dans un certain domaine D, la quantité total de


la matière dans ce domaine est donnée par la formule

m= δ(x, y)dxdy.
D

Moment d’inertie d’une figure plane

Le moment d’inertie d’une figure plane par rapport à l’axe ox dont la densité super-
ficielle en chaque point vaut δ(x, y) est donné par la formule

Iox = y 2 δ(x, y)dxdy.
D

Le moment d’inertie d’une figure plane par rapport à l’axe oy dont la densité super-
ficielle en chaque point vaut δ(x, y) est donné par la formule

Ioy = x2 δ(x, y)dxdy.
D

Le moment d’inertie d’une figure plane par rapport à l’origine dont la densité super-
ficielle en chaque point vaut δ(x, y) est donné par la formule

 2 
Io = x + y 2 δ(x, y)dxdy.
D

Centre de gravité

Le moment statique Le moment statique d’une figure plane par rapport à l’axe ox
dont la densité superficielle en chaque point vaut δ(x, y) est donné par la formule

Mx = yδ(x, y)dxdy.
D

18
Le moment statique d’une figure plane par rapport à l’axe oy dont la densité super-
ficielle en chaque point vaut δ(x, y) est donné par la formule

My = xδ(x, y)dxdy.
D

Coordonné du centre de gravité Les coordonnés du centre de gravité d’une figure


plane sont donné par les formules

Mx My
xc = et yc = .
m m

1.4 Intégrales triples


On va réaliser une étude de l’intégrale triple par analogie avec celle de l’intégrale
double. Les définitions de l’intégrale triple sont semblables aux définitions de l’intégrale
double.
Le vocabulaire est identique sauf écrit R3 à la place de R2 , on parlera de volume au
lieu de surface.

19
1.4.1 Propriétés de l’intégrale triples

Si f (x, y, z) et g(x, y, z) sont deux fonctions continues sur le domaine D = D1 ∪ D2


de R3 avec (D1 ∩ D2 = Φ) , nous avons alors
  
[f (x, y, z) + g(x, y, z)] dzdydx = f(x, y, z)dzdydx + g(x, y, z)dzdydx.
D  D D

λf(x, y, z)dzdydx = λ f (x, y, z)dzdydx, (λ ∈ R) .


 D  D 
f(x, y, z)dzdydx = f (x, y, z)dzdydx + f(x, y, z)dzdydx.
D D1 D2

f (x, y, z) ≤ g(x, y, z) ⇒ f(x, y, z)dzdydx
 D

≤ g(x, y, z)dzdydx.
D

1.4.2 Calcul des intégrales triples

Considérons la fonction f(x, y, z) continue dans un certain domaine V , découpons ce


dernier en petits parallélépipèdes rectangles de côtes parallèle aux axes et ayant pour
mesure ∆xi selon ox, ∆yj selon oy et ∆zl selon oz, ainsi le volume élémentaire vaut
∆Vk = ∆xi × ∆yj × ∆zl . Considérons aussi la somme intégrale suivante


wk = f (pk )∆xi × ∆yj × ∆zl
i j l

où pk = (ζ i , ηj , ξ l ) est un point du volume élémentaire.


Soit D le domaine plan obtenue par découpage du volume V par un plan parallèle à
xoy de côte z, donc D dépond de z c’est-à-dire D = D(z).
Dans le cas où ∆xi , ∆yj et ∆zl tendent simultanément vers zéro, on obtient
 
z2 
 
lim wk =  f(x, y, z)dxdy  dz.
∆xi →0,∆yj →0,∆zl →0
z1 D(z)

20
Théorème 1.10 L’intégrale triple d’une fonction continue f (x, y, z) sur un certain do-
maine V a pour valeur
 
 z2 
 
f (x, y, z)dxdydz =  f (x, y, z)dxdy  dz.
V z1 D(z)

Où D(z) est la surface définie antérieurement.

Exemple 1.7 Calculer l’intégrale suivante



dzdydx
(x + y + z + 1)3
D

où D est limité par les plans de coordonnées et le plan x + y + z = 1.


On a
1−x 1−y−x  
 1  
dzdydx   dz  dy  dx
=
(x + y + z + 1)3 (x + y + z + 1)3
D 0 0 0
1−x  
 
1 z=1−y−x
−1  1 
=  dy  dx
2 (x + y + z + 1)2 z=0
0 0
 
1 1−x !
−1  1 1
= − dy  dx
2 4 (x + y + 1)2
0 0
1  y=1−x
−1 y 1 
= +  dx
2 4 (x + y + 1) y=0
0
1 !
−1 1−x 1 1 ln 2 5
= + − dx = − .
2 4 2 (x + 1) 2 16
0

1.4.3 Changement de variables dans les intégrales triples

Considérons le changement de variables x = x(u, v, w), y = y(u, v, w), z = z(u, v, w)



Soit l’intégrale triple f(x, y, z)dxdydz étendue au domaine V de l’espace oxyz.
V

21


 x = x(u, v, w)


Considérons aussi le changement de variable y = y(u, v, w)



 z = z(u, v, w)
Supposons que ce dernier
1) Le changement de variable établit une correspondance biunivoque entre les
domaines V et R.
2) x(u, v, w), y(u, v, w)
 et z(u, v, w) admettent
 des dérivées partielles continues.
 ∂x ∂x ∂x 
 ∂u ∂v ∂w 
 
 ∂y ∂y ∂y 
3) La jacobienne J =  ∂u  = 0.
 ∂v ∂w 
 ∂z ∂z ∂z 
 ∂u ∂v ∂w 
Théorème 1.11 Si x(u, v, w), y(u, v, w) et z(u, v, w) vérifie les conditions 1), 2) et 3)
on a alors
 
f (x, y, z)dxdydz = f(x(u, v, w), y(u, v, w), z(u, v, w)) |J| dudvdw.
V R

Coordonnées sphériques

Le changement en coordonnées sphériques est donné par la transformation suivante




 x = ρ cos θ cos ϕ


y = ρ cos θ sin ϕ .



 z = ρ sin θ

Dont la jacobéenne de cette dernière vaut

|J| = ρ2 |cos θ| .

Coordonnées cylindriques

Le changement en coordonnées cylindriques est donné par la transformation suivante

22


 x = ρ cos θ


y = ρ sin θ .



 z=z

Dont la jacobéenne de cette dernière vaut

|J| = ρ.

Exemple 1.8 Calculer l’intégrale suivante


 #
I= x2 + y 2 + z 2 dxdydz
V

où V est la boule de centre (0, 0, 0) et de rayon R.


Passons aux coordonnées sphériques, on obtient
 π 
R 2π 2 $
  2 
I =   ρ |cos θ| ρ2 cos2 θ cos2 ϕ + ρ2 cos2 θ sin2 ϕ + ρ2 sin2 θdρdϕdθ
0 0 −π
  π2  π
R 2π 2 4
2 π
   πR πR4 2
= 3
  ρ |cos θ| dρdθdϕ = cos θdθ = sin θ = πR4 .
2 2 −π 2
0 0 − π2 − π2

1.4.4 Application des intégrales triples

Calcul du volume d’un domaine

Le volume d’un domaine V s’exprime par la relation



dxdydz
V

23
Calcul de la masse

Soit δ(x, y, z) la densité de la matière dans un certain domaine V , la quantité total


de la matière dans ce domaine est donnée par la formule

m= δ(x, y, z)dxdydz.
V

Moment d’inertie d’une figure plane

Le moment d’inertie d’une figure plane par rapport à l’axe ox dont la densité super-
ficielle en chaque point vaut δ(x, y, z) est donné par la formule

 2 
Iox = y + z 2 δ(x, y, z)dxdydz.
V

Le moment d’inertie d’une figure plane par rapport à l’axe oy dont la densité super-
ficielle en chaque point vaut δ(x, y) est donné par la formule

 
Ioy = x2 + z 2 δ(x, y, z)dxdydz.
V

Le moment d’inertie d’une figure plane par rapport à l’axe oz dont la densité super-
ficielle en chaque point vaut δ(x, y) est donné par la formule

 2 
Ioz = x + y 2 δ(x, y, z)dxdydz.
V

Le moment d’inertie d’une figure plane par rapport au plan oyz dont la densité su-
perficielle en chaque point vaut δ(x, y, z) est donné par la formule

Iyz = x2 δ(x, y, z)dxdydz.
V

24
Le moment d’inertie d’une figure plane par rapport au plan oxy dont la densité
superficielle en chaque point vaut δ(x, y) est donné par la formule

Ixy = z 2 δ(x, y, z)dxdydz.
V

Le moment d’inertie d’une figure plane par rapport au plan oxz dont la densité su-
perficielle en chaque point vaut δ(x, y) est donné par la formule

Ixz = y 2 δ(x, y, z)dxdydz.
V

Le moment d’inertie d’une figure plane par rapport au point o dont la densité super-
ficielle en chaque point vaut δ(x, y) est donné par la formule

 
Io = x2 + y 2 + z 2 δ(x, y, z)dxdydz.
V

Centre de gravité

Le moment statique Le moment statique d’une figure plane par rapport à l’axe ox
dont la densité superficielle en chaque point vaut δ(x, y, z) est donné par la formule

Mx = xδ(x, y, z)dxdydz.
V

Le moment statique d’une figure plane par rapport à l’axe oy dont la densité super-
ficielle en chaque point vaut δ(x, y) est donné par la formule

My = yδ(x, y, z)dxdydz.
V

Le moment statique d’une figure plane par rapport à l’axe oz dont la densité super-

25
ficielle en chaque point vaut δ(x, y) est donné par la formule

Mz = zδ(x, y, z)dxdydz.
V

Coordonné du centre de gravité Les coordonnés du centre de gravité d’une figure


plane sont donné par les formules

Mx My Mz
xc = , yc = et zc = .
m m m

26
Chapitre 2

Intégrale impropres

Les intégrales jusqu’ici ont été définies sur des intervalles fermes et bornes de R,dont
la fonction doit être au moins continue par morceaux. Cependant plusieurs application
conduise à considère assez souvent des intervalles illimitée ou la fonction f à intégrer est
discontinue pour des valeurs isolées de la variable x comprises dans les limites d’intégra-
tion. Pour couvrir ces cas la notion d’intégrale, que ce soit de Cauchy ou de Riemann,
doit être étendue à l’aide de limites. Cette appellation est dite intégrale impropre ou
généralisée.

Définition 2.1 Une fonction définie sur un intervalle I est dite localement intégrable
sur I si f est Riemann intégrable sur tout intervalle [a; b] ⊂ T .

Remarque 2.1 Dorénavant on note par R (I) l’ensemble des fonctions Riemann inté-
grables sur I, et Rloc (I) l’ensemble des fonctions localement intégrable au sens de Rie-
mann.

Définition 2.2 Soit f une fonction définie sur l’intervalle I = [a, b[, (−∞ < a < b ≤ +∞) ,
localement intégrable sur I.
b x
f(t)dt est convergente en b si la fonction F (x) = f (t)dt définie sur I admet une
a a
limite finie quand x tend vers b.
Dans le cas contraire, on dit que l’intégrale est divergente.

27
Définition 2.3 Soit f une fonction définie sur l’intervalle I =]a, b], (−∞ ≤ a < b < +∞) ,
localement intégrable sur I.
b b
f(t)dt est convergente en a si la fonction F (x) = f (t)dt définie sur I admet une
a x
limite finie quand x tend vers a.
Dans le cas contraire, on dit que l’intégrale est divergente.

Définition 2.4 Soit f une fonction définie sur l’intervalle I =]a, b[, (−∞ ≤ a < b ≤ +∞) ,
localement intégrable sur I.
b c
f(t)dt est convergente en a et b s’il existe c ∈]a, b[ si f (t)dt converge en a et
a a
b
f (t)dt converge en b, si non l’intégrale est divergente.
c

2.1 La convergence absolue


b
Définition 2.5 On dit que l’intégrale f(t)dt est absolument convergente en b si l’inté-
a
b
grale |f (t)| dt est convergente en b
a

b
Définition 2.6 On dit que l’intégrale f (t)dt est semi convergente si elle converge sans
a
être absolument convergente.

Théorème 2.1 Toute intégrale absolument convergente est convergente.

2.2 Intégrales impropres des fonctions à signe constant


Si f est négative sur I, alors −f est positive sur I et la convergence de l’intégrale
b b
f (t)dt se ramène à celle de l’intégrale − f (t)dt.
a a
La suite sera restreinte uniquement aux fonctions positives.

28
2.2.1 Critère de la convergence majorée
b
Proposition 2.1 Si f est positive alors l’intégrale f(t)dt est convergente en b si et
a
x
seulement si la fonction F (x) = f (t)dt est bornée sur [a, b[.
a

2.2.2 Critère de comparaison

Proposition 2.2 Soient f et g deux fonctions positives, définies et localement intégrables


sur [a, b[. S’il existe M ∈ R tel que f (x) ≤ M g(x) pour tout x ∈ [a, b[, alors la convergence
de
b b
l’intégrale g(t)dt entraîne celle de f (t)dt.
a a

2.2.3 Critère d’Abel

Théorème 2.2 Soient f et g ∈ Rloc ([a, b[) vérifiant les conditions


— f est monotone et limf(x) = 0,
x→b x 
 
— il existe k > 0 tel que ∀x ∈ [a, b[ :  g(t)dt ≤ k.

a
b
Alors l’intégrale f (t)g(t)dt est convergente.
a

Théorème 2.3 Soient f et g ∈ Rloc ([a, b[) vérifiant les conditions


— f est monotone et bornée sur [a, b[, 
x 

— il existe k > 0 tel que ∀x ∈ [a, b[ :  g(t)dt ≤ k.
a
b
Alors l’intégrale f (t)g(t)dt est convergente.
a

2.2.4 Critère de la convergence dominée

Soit f et g deux fonctions définie sur D, où D est une réunion d’intervalles disjoints
de R, b ∈ D où D est l’adhérence de D.

Définition 2.7 On appelle voisinage de b tout intervalle contenant b.

29
Définition 2.8 On dit que f est négligeable devant g au voisinage de b et on écrit f =
ob (g) s’il existe une fonction ε, définie sur D, telle que f = gε au voisinage de b et
limε(x) = 0.
x→b

Remarque 2.2 Si g ne s’annule pas sur D − {b}, alors f est négligeable devant g au
(x)
voisinage de b si et seulement si lim fg(x) = 0.
x→b

Définition 2.9 On dit que f est dominée par g au voisinage de b et on écritf = Ob (g),
s’il existe une fonction ε définie sur D, bornée, telle que f = gε au voisinage de b.

Remarque 2.3 Si g ne s’annule pas sur D −{b}, alors f est dominée par g au voisinage
f
de b si et seulement si g
est bornée au voisinage de b.
b
Proposition 2.3 Si f = Ob (g) alors la convergence de l’intégrale g(t)dt entraîne celle
a
b
de f (t)dt.
a

b
Proposition 2.4 Si f = ob (g) alors la convergence de l’intégrale g(t)dt entraîne celle
a
b
de f (t)dt.
a

2.2.5 Critère des équivalents

Proposition 2.5 Soit f et g deux fonctions positives, définies et localement intégrables


b b
sur [a, b[. Si f est équivalente à g au voisinage b, alors les intégrales g(t)dt et f (t)dt
a a
ont même nature.

2.3 Valeur principale de Cauchy


Soit f : [a, b] \ {c} → R, c ∈ ]a, b[ , une fonction localement intégrable dans [a, b] \ {c} .
!

c−ε b b
Définition 2.10 Si lim f(t)dt + f(t)dt existe, on dit que f (t)dt est convergente
ε→0 a c+ε a

30
au sens de la valeur principale de Cauchy et l’on a
c−ε 
b  b
v.p. f(t)dt = lim  f (t)dt + f (t)dt .
ε→0
a a c+ε


+∞
Définition 2.11 Soit f : R → R, une fonction localement intégrable, on dit que f (t)dt
−∞
est convergente au sens de la valeur principale de Cauchy et l’on a


+∞ 

v.p. f (t)dt = lim f (t)dt.


λ→+∞
−∞ −λ

Remarque 2.4 Il existe des intégrale divergente par contre elle converge au sens de la
valeur principale de Cauchy.

2.4 Intégrales de références

2.4.1 Intégrales de Riemann

Soit α ∈ R
 1
+∞
— tα
dt où a > 0, est convergente si et seulement si α > 1.
a
a
— 1

dt où a > 0, est convergente si et seulement si α < 1.
0

2.4.2 Intégrales de Bertrand

Soit α, β ∈ R

+∞
— 1
tα (ln t)β
dt est convergente si et seulement si α > 1 ou α = 1 et β > 1.
a

2.4.3 Intégrale de Gauss



+∞
2

π
— e−t dt est convergente et vaut 2
.
0

31
2.4.4 Intégrale de Dirichlet

+∞
sin t
— t
dt est convergente et vaut π2 .
0

2.4.5 Intégrales de Fresnel



+∞ 
+∞ √
— sin (t2 ) dt et cos (t2 ) dt sont convergentes est valle √π .
2 2
0 0

32
Chapitre 3

Equations différentielles

La plus part des problèmes pose par la physique, économie et on générale par les
sciences d’ingénierie sont modélise par des équations différentielle ordinaires ou partielles,
ces dernière donne une relation d’une certaine fonction avec ces dérivées dont on veut
étudier, ou essayer de la déterminer si c’est possible.

3.1 Equations différentielles ordinaires


Définition 3.1 On appelle équation différentielle une équation établissant une relation
entre la variable indépendante x, la fonction inconnue y = f(x) et un certain nombre de
ces dérivées, on écrit
F (x, y, y ′ , ..., y (n) ) = g(x).

Remarque 3.1 Si la fonction inconnue de l’équation différentielle dépond d’une seul


variable indépendante l’équation différentielle est dite ordinaire .

Définition 3.2 On appelle ordre de l’équation différentielle l’ordre de la dérivée la plus


élevée dans l’équation différentielle.

Définition 3.3 On appelle intégrale ou solution d’une équation différentielle toute fonc-
tion vérifiant cette dernière.

33
Définition 3.4 Résoudre ou intégrer une équation différentielle, c’est de trouver l’en-
semble de toutes ses solutions .

3.1.1 Equations à variable sépare et séparable

Equations à variable sépare

Soit l’équation différentielle du premier ordre suivante

y ′ = f (x, y) (3.1)

Définition 3.5 Si f (x, y) à la forme f (x, y) = f1 (x)f2 (y), alors l’équation est dite à
variables séparées.

Méthode de résolution

On a

y ′ = f(x, y)
dy
= f1 (x)f2 (y), (3.2)
dx

pour f2 (y) = 0 l’équation (3.2) devient

dy
= f1 (x)dx. (3.3)
f2 (y)

Par passage à l’intégration on obtient


 
dy
= f1 (x)dx + c. (3.4)
f2 (y)

Remarque 3.2 L’équation (3.3) peut se mettre sous la forme

M (x)dx + N(y)dy = 0 (3.5)

34
Exemple 3.1 Donner la solution de l’équation différentielle suivante

x2 dx − cos ydy = 0 (3.6)

(3.6) est une équation variables séparées, intégrons les deux membres de (3.6) on
obtient  
cos ydy = x2 dx + c,

d’où
1
sin y = x3 + c,
3
ainsi  
1 3
y = arcsin x +c .
3

Equations à variable séparable

Définition 3.6 Toute équation différentielle ayant la forme

M1 (x)N1 (y)dx + M2 (x)N2 (y)dy = 0 (3.7)

est dite équation à variables séparables.

Méthode de résolution

Il suffit de diviser les deux membres de (3.7) par N1 (y)M2 (x), on obtient une équation
à variables séparées, C’est-à-dire de la forme (3.5).

Exemple 3.2 Donner la solution de l’équation différentielle suivante

2x (1 + y) dx − ydy = 0 (3.8)

35
(3.8) est une équation variables séparables,on la réécrit sous la forme

y
2xdx = dy
(1 + y)
 
1
= 1− dy. (3.9)
y+1

Intégrons les deux membres de (3.9) on obtient


   
1
2xdx = 1− dy + c
y+1

d’où
x2 = y − ln |y + 1| + c.

Ainsi
#
x= y − ln |y + 1| + c.

3.1.2 Equations homogènes du premier ordre

Définition 3.7 On dit que la fonction f (x, y) est homogène de degré n par rapport aux
variables x et y si pour tout λ ∈ R on a

f (λx, λy) = λn f (x, y). (3.10)

Ou
∂f ∂f
x (x, y) + y (x, y) = n (3.11)
∂x ∂y
Définition 3.8 Toute équation de la forme (3.1) est dite homogène, si la fonction f (x, y)
est homogène de degré zéro.

36
Méthode de résolution

Considérons l’équation différentielle homogène du premier ordre suivante

dy
= f (x, y) (3.12)
dx

Faisant le changement de variable suivant

y dy du
u= ⇒ y = xu ⇒ = u+x (3.13)
x dx dx

Combinant (3.12) et (3.13), on obtient

du
u+x = f (x, xu) (3.14)
dx

L’homogénéité de f et (3.14) donne

du
u+x = f(1, u) (3.15)
dx

(3.15) implique
du dx
= (3.16)
f (1, u) − u x
(3.16) est une équation à variables séparées.

Exemple 3.3 Intégrer l’équation différentielle suivante

dy x−y
= (3.17)
dx x+y

Il est évidant que (3.17) est une équation homogène du premier ordre, faisant le change-
ment de variable approprier, (3.17) devient

u+1 dx
− du = (3.18)
u2 + 2u − 1 x

37
d’où
 
− ln u2 + 2u − 1 = ln cx2 (3.19)

(3.19) implique
1
u2 + 2u − 1 = . (3.20)
cx2
Ainsi on a
y 2 + 2yx − x2 = c.

3.1.3 Equations se ramenant aux équations homogènes


dy ax+by+c
Les équations de la forme dx
= a1 x+b1 y+c1
où (c, c1 ) = (0, 0) , ne sont pas des équations
homogène, mais à l’aide d’un changement de variable approprient elles peuvent le devenir.
D’où leurs appellations

Méthode de résolution

Considérons l’équation différentielle

dy ax + by + c
= (3.21)
dx a1 x + b1 y + c1

Si (c, c1 ) = (0, 0) , alors (3.21) est homogène sa résolution est évidente.


Si (c, c1 ) = (0, 0) et ab1 = a1 b, faisant le changement de variable suivant

 x = x1 + h
. (3.22)
 y =y +k
1

Substituant (3.22) dans (3.21), on obtient

dy1 ax1 + by1 + ah + bk + c


= (3.23)
dx1 a1 x1 + b1 y1 + a1 h + b1 k + c1

38
Choisissant h, k de telle sorte qu’ils soient solution du système suivant

 ah + bk + c = 0
. (3.24)
 a h+b k+c =0
1 1 1

Ainsi (3.23) devient


dy1 ax1 + by1
= (3.25)
dx1 a1 x1 + b1 y1
Résolvant (3.24) et revenant aux anciennes variables, on obtient la solution de (3.21).
Si (c, c1 ) = (0, 0) et ab1 = a1 b, faisant le changement de variable suivant

z = ax + by, (3.26)

comme ab1 = a1 b, alors il existe un certain λ telle que l’équation (3.21) devient

1 dz z+c a
= + (3.27)
b dx λz + c1 b

(3.26) est une équation à variables séparables.

Remarque 3.3 De la même manière on résout les équations différentielles dont la forme
est
dy ax + by + c
= f( ), (3.28)
dx a1 x + b1 y + c1
où f est une fonction continue.

Exemple 3.4 Intégrer l’équation différentielle suivante

dy x+y−3
= (3.29)
dx x−y−1

l’équation (3.29) est semblable à (3.21), de plus (c, c1 ) = (0, 0) et ab1 = −1 = 1 = a1 b,

39
faisant le changement de variable suivant

 x=x +h
1
. (3.30)
 y =y +k
1

Choisissons h, k de telle sorte qu’ils soient solution du système



 h+k−3 =0
, (3.31)
 h−k−1=0

on trouve
h = 2, k = 1.

On obtient l’équation homogène

dy1 x1 + y1
= . (3.32)
dx1 x1 − y1

y1
Posons u = x1
, (3.32) devient

1−u dx1
2
du = (3.33)
1+u x1

Ainsi la solution de (3.33) est

1  
arctgu − ln 1 + u2 = ln |cx1 | (3.34)
2

D’où la solution de (3.29) est


  2 
y−1 1 y−1
arctg − ln 1 + = ln |c (x − 2)| . (3.35)
x−2 2 x−2

40
Exemple 3.5 Intégrer l’équation différentielle suivante

dy x+y−3
= (3.36)
dx x+y−1

l’équation (3.36) est semblable à (3.21), de plus (c, c1 ) = (0, 0) et ab1 = 1 = a1 b, faisant
le changement de variable suivant

dz dy
z =x+y ⇒ =1+ . (3.37)
dx dx

Combinant (3.36) et (3.37) on obtient

dz 2z − 4
= (3.38)
dx z−1

(3.38) est équivalente à


z−1
dz = dx (3.39)
2z − 4
Intégrant (3.39) on obtient

z + ln |z − 2| = 2x + c (3.40)

Substituant dans (3.40) la valeur de z, on trouve

x + y + ln |x + y − 2| = 2x + c. (3.41)

3.1.4 Equations linéaire du premier ordre

Définition 3.9 On appelle équation du premier ordre toute équation s’écrivant sou la
forme
y ′ + a(x)y = b(x), (3.42)

où a(x) et b(x) sont des fonctions continues

41
Méthode de résolution

Première méthode Cette méthode consiste à chercher la solution y(x) de (3.42) sous
forme d’un produit de deux fonctions c’est-à-dire

y(x) = u(x)v(x) (3.43)

Dérivons les deux membres de (3.43), et substituant le tout dans (3.42), on obtient
 
dv du
u (x) (x) + a(x)v(x) + v (x) (x) = b (x) (3.44)
dx dx

Choisissons v(x) de telle sorte à avoir

dv
(x) + a(x)v(x) = 0, (3.45)
dx

ainsi

v(x) = ce− a(x)dx
(3.46)

Comme les fonctions u et v sont arbitraire on peut prendre dans (3.46) c = 1, donc
en prend

v(x) = e− a(x)dx
, (3.47)

substituant (3.47) dans (3.44), on trouve

du 
(x) = b (x) e a(x)dx .
dx

ainsi  
a(x)dx
u(x) = b (x) e dx + c.

Et la solution de (3.42) aura la forme

%  &  

− a(x)dx a(x)dx
y(x) = e b (x) e dx + c .

42
Deuxième méthode C’est ce qu’on appelle la méthode de variation de la constante,
on commence par résoudre l’équation homogène c’est-à-dire sans second membre ensuite
on suppose que la constante d’intégration c, est une fonction qui dépond de la variable x,
on substitue la solution ainsi trouve dans l’équation donnée. On trouve ainsi la solution
générale.

Exemple 3.6 Résoudre l’équation différentielle suivante

2
y′ − y = x. (3.48)
x+1

1er méthode
Posons y = uv, (3.48) donne

2
u′ v + v ′ u − uv = x, (3.49)
x+1

(3.49) implique  
′ 2 ′
uv+u v − v = x. (3.50)
x+1
Trouvons une fonction v qui vérifie l’équation

2
v′ − v=0 (3.51)
x+1

Les solutions de (3.50) s’écrivent

v(x) = c(x + 1)2 . (3.52)

Substituant (3.51) dans (3.50) on trouve

x 1 1
u′ = 2
= − (3.53)
c(x + 1) c(x + 1) c(x + 1)2

43
D’où
1 1
u= ln |x + 1| + + c1 (3.54)
c c(x + 1)
Ainsi la solution de (3.48) vaut

y(x) = (x + 1)2 ln |x + 1| + (x + 1) + C(x + 1)2 . (3.55)

2ième méthode
l’équation homogène associer à (3.48) est

2
y′ − y = 0. (3.56)
x+1

(3.56) admet comme solution


y(x) = c(x + 1)2 . (3.57)

On supose que la constante c est en fonction de x, (3.57) devient

y(x) = c (x) (x + 1)2 . (3.58)

Substituant (3.58) dans (3.48), on obtient

2
c′ (x) (x + 1)2 + 2c (x) (x + 1) − c (x) (x + 1)2 = x.
x+1
c′ (x) (x + 1)2 = x
x
c′ (x) =
(x + 1)2
1 1
c′ (x) = −
x + 1 (x + 1)2
1
c (x) = + ln |x + 1| + C,
x+1
(3.59)

combinant (3.59) et (3.58), on obtient la solution de (3.48), qui est (3.55).

44
3.1.5 Equations aux différentielles totales

Définition 3.10 Toutes équations s’écrivant sous la forme

M (x, y)dx + N (x, y)dy = 0 (3.60)

∂M
telle que M (x, y), N (x, y), ∂y
(x, y)et ∂N
∂x
(x, y) sont des fonctions continues sur un certain
domaine verifiant de plus
∂M ∂N
(x, y) = (x, y). (3.61)
∂y ∂x
Sont dites équations aux différentielles totales.

Méthode de résolution

Rappelons tout d’abord que la différentielle totale d’une fonction u(x, y) est

∂u ∂u
du(x, y) = (x, y)dx + (x, y)dy (3.62)
∂x ∂y

D’après (3.60) et (3.61), il existe une fonction u(x, y) qui remplis les hypothèses de la
Définition 3.10 autrement dit le premier terme de (3.60) est la différentielle totale d’une
certaine fonction. Donc on peut dire que

 ∂u
(x, y) = M (x, y)
∂x
(3.63)
 ∂u
(x, y) = N(x, y)
∂y

Choisissons une des équations du système (3.63) est intégrons la de tel sorte à avoir la
fonction u(x, y) c’est- à-dire soit on intègre la première par rapport à x ou la seconde par
rapport à y, substituons le résultat dans l’équation restante on trouve l’écriture explicite
de la fonction u(x, y), ainsi la solution de (3.60) sera donnée par u(x, y) = 0.

Exemple 3.7 Résoudre l’équation différentielle suivante

 2 
x + y dx + (x − 2y) dy = 0. (3.64)

45
Posons M (x, y) = x2 + y et N(x, y) = x − 2y. Assurons-nous de la condition (3.61)

∂M ∂N
(x, y) = 1 = (x, y), (3.65)
∂y ∂x

d’après (3.65) et (3.64) il existe une fonction u(x, y) telle qu’elle vérifie le système (3.63),
on a donc  
∂u  
(x, y)dx = x2 + y dx (3.66)
∂x
(3.66) implique
1
u(x, y) = x3 + xy + c(y). (3.67)
3
Dérivons (3.67) par rapport à y, on obtient

x + c′ (y) = x − 2y (3.68)

(3.68) donne
c′ (y) = −2y (3.69)

intégrons cette dernière par rapport à y on trouve

c(y) = −y 2 + c. (3.70)

D’où
1
u(x, y) = x3 + xy − y 2 + c.
3
Ainsi la solution de (3.64) est

1 3
x + xy + −y 2 = c.
3

46
3.1.6 Facteur intégrant

Supposons qu’on nous propose de résoudre une équation de la forme (3.60) par contre
cette dernière ne satisfait pas la condition (3.60), autrement dit le premier terme de
l’équation donnée n’est pas une différentielle totale. Dans ce cas il est possible de trou-
ver une fonction µ(x, y) telle que sa multiplication avec l’équation proposée génère une
différentielle totale, la fonction µ(x, y) sera dite facteur intégrant de l’équation (3.60).

Procédé de recherche du facteur intégrant

Multiplions l’équation (3.60) par la fonction µ(x, y), on obtient

µM (x, y)dx + µN (x, y)dy = 0 (3.71)

Pour que (3.71) soit une équation aux différentielles totales, il faut et il suffit qu’elle
vérifie
∂ (µM ) ∂ (µN)
= (3.72)
∂y ∂x
(3.72) est équivalente à
 
∂µ ∂µ ∂N ∂M
M −N =µ − (3.73)
∂y ∂x ∂x ∂y

Multiplions les deux membres de (3.73) 1


µ
(µ(x, y) = 0) par, on obtient

∂ (ln µ) ∂ (ln µ) ∂N ∂M
M −N = − . (3.74)
∂y ∂x ∂x ∂y

∂N
− ∂M
— Si la quantité ∂x
M
∂y
dépond uniquement de y, c’est-à-dire

∂N ∂M
∂x
− ∂y
= f(y)
M

47
alors le facteur intégrant vaut

f (y)dy
µ=e .
∂M
− ∂N
— Si la quantité ∂x
N
∂y
dépond uniquement de x, c’est-à-dire

∂M ∂N
∂y
− ∂x
= g(x)
N

alors le facteur intégrant sera égale à


g(x)dx
µ=e .

— Dans le cas échéant, soit on nous guide ou bien on ne le donne carrément.

Exemple 3.8 Résoudre l’équation différentielle suivante

2ydx + (2x + xy) dy = 0. (3.75)

∂M ∂N
On a M (x, y) = 2y, N(x, y) = 2x + xy, ∂y
(x, y) = 2 et ∂x
(x, y) = 2 + y. Comme
∂M ∂N
∂y
(x, y) = ∂x
(x, y), (3.75) n’est pas une équation aux différentielles totales.
Cherchons le facteur intégrant, on a

∂M ∂N
∂y
− ∂x −y
= , ne dépend pas uniquement de x.
N 2x + xy

∂N ∂M
∂x
− ∂y 2+y−2 1
= = ,
M 2y 2
on prend donc comme facteur intégrant la fonction

 1 1
dy
µ (y) = e 2 = e 2 y.

1 1
Ainsi l’équation 2ye 2 y dx+(2x + xy) e 2 y dy = 0 est exacte. Il existe donc une fonction

48
u(x, y) vérifiant le système (3.63).
 
∂u 1
(x, y)dx = 2ye 2 y dx (3.76)
∂x

ce qui donne
1
u(x, y) = 2yxe 2 y + c(y) (3.77)

d’ou
1 1 1
c′ (y) + 2xe 2 y + yxe 2 y = (2x + xy) e 2 y (3.78)

implique
c′ (y) = 0 ⇒ c(y) = α. (3.79)

est la solution générale est


1
2yxe 2 y − α = 0.

3.1.7 Equation de Bernoulli

Définition 3.11 On appelle équation de Bernoulli toute équation s’écrivant sous la forme

y ′ + a(x)y = b(x)y n (3.80)

où a(x) et b(x) sont des fonctions continues et n = 0, n = 1.

Méthode de résolution

On divise les deux membres de (3.80) par y n , faisons le changement de variable

z = y 1−n , (3.81)

(3.80) devient
z ′ + (1 − n) a(x)z = (1 − n)b(x) (3.82)

49
(3.82) est une équation linéaire du premier ordre (voir 3.1.4), résolvant cette dernière et
revenant à la première variable on obtient la solution de (3.80).

Remarque 3.4 Pour n = 0, (3.80), devient

y ′ + a(x)y = 0, (3.83)

le cas où n = 1 (3.80), s’écrit

y ′ + [a(x) − b(x)] y = 0. (3.84)

(3.83) et (3.84) sont dès le départ des équations linéaires sans second membre.

Exemple 3.9 Résoudre l’équation différentielle suivante

x
y ′ + 2xy = √
3 y
. (3.85)

1
Divisons les deux membres de (3.85) par 3 y,
√ on obtient

1 4
y ′ y 3 + 2xy 3 = x, (3.86)

4 1
posons z = y 3 , donc z ′ = 43 y ′ y 3 . (3.86) devient

3z ′ + 8xz = 4x, (3.87)

l’équation homogène associée à (3.87) est une équation à variable séparé, elle admet
comme solution
4 2
z(x) = ce− 3 x (3.88)

supposons que (3.88) s’écrit

4 2
z(x) = c (x) e− 3 x

50
substituons là dans (3.87), on obtient

4 4 2 1 4 2
c′ (x) = xe 3 x ⇒ c (x) = e 3 x + c
3 2

ainsi
1 4 2
z(x) = + ce− 3 x
2
d’où la solution de (3.85) est

! 34
1 4 2
y(x) = + ce− 3 x .
2

3.1.8 Equation de Riccati

Définition 3.12 On appelle équation de Riccati toute équation s’écrivant sous la forme

y ′ + a(x)y + b(x)y 2 = c(x). (3.89)

où a(x), b(x) et c(x) sont des fonctions continues.

Méthode de résolution

Il suffit de connaitre une solution particulière c’est-à-dire une certaine fonction y1 (x)
satisfaisant à (3.), on faisant le changement de variable

y = y1 + z. (3.90)

(3.89) devient
z ′ + (a(x) + 2b(x)y1 (x)) z = −b(x)z 2 , (3.91)

qui est une équation de Bernoulli.

51
Proposition 3.1 Etant donné une équation de Riccati de la forme

β γ
y ′ = αy 2 + y+ 2 (3.92)
x x

où α, β et γ sont des constantes.


Si (β + 1)2 ≥ 4αγ est vérifié, la solution particulière aura la forme

a
y1 (x) = . (3.93)
x

a est une constante à déterminer.

Proposition 3.2 Etant donné une équation de Riccati de la forme

1 α
y′ − y = y 2 + β, (3.94)
2x x

où α et β sont des constantes.


(3.94) se ramené à une équation à variables séparables, pour le changement de variable
suivant

y = z x. (3.95)

Exemple 3.10 Résoudre l’équation différentielle suivante

y 1
y′ + − y 2 + 2 = 0, (3.96)
x x

sachant qu’elle admet comme solution particulière la fonction y(x) = x1 .


Considérons le changement de variable

1
y=z+ . (3.97)
x

52
Combinant (3.96) et (3.97), on obtient

z
z′ − = − z2 (3.98)
x

(3.98) est une équation de Bernoulli, divisons ces deux membres par (− z 2 ) , on trouve

1 ′ 11
− 2
z + =1 (3.99)
z xz

1
Posons w = z
⇒ w ′ = − z12 z ′ , (3.99) devient

1
w′ + w = 1 (3.100)
x

(3.100) admet comme solution

1 c x2 + 2c
w(x) = x + = , (3.101)
2 x 2x

(3.101) implique
2x
z(x) = . (3.102)
x2 + 2c
Ainsi la solution de (3.96) est

2x 1
y(x) = + . (3.103)
x2 + 2c x

3.1.9 Equation de Clairaut

Définition 3.13 On appelle équation de Clairaut toute équation s’écrivant sous la forme

y = xy ′ + ϕ (y ′ ) (3.104)

53
Méthode de résolution

Posons dans (3.104)


y′ = p (3.105)

substituons (3.105) dans (3.104), on trouve

y = xp + ϕ (p) (3.106)

dérivons (3.106) par rapport à x, on obtient

dp
[x + ϕ′ (p)] =0 (3.107)
dx

(3.107) implique
dp
= 0, (3.108)
dx
ou
x + ϕ′ (p) = 0 (3.109)

(3.108) entraine
p=c (3.110)

d’ou
y = xc + ϕ (c) . (3.111)

De (3.109), on a
−1
p = (ϕ′ ) (−x) = ψ(x), (3.112)

Intégrons (3.108) on obtient la solution générale de (3.104) tandis que la solution de


(3.109) est appelé solution singulière de (3.104), géométriquement elle représente les
tangentes de la solution générale, qu’ont appelé aussi enveloppe de la solution générale.

54
Exemple 3.11 Résoudre l’équation différentielle suivante

2
y = xy ′ + 2 (y ′ ) . (3.113)

Posons y ′ = p, (3.113) devient


y = xp + 2p2 , (3.114)

dérivons (3.114) par rapport à x, on obtient

dp dp
p=p+x + 4p (3.115)
dx dx

(3.115) implique
dp
(x + 4p) =0 (3.116)
dx
de (3.116) on a  

 dp
=0 
 p=c

 dx 

ou ⇒ ou (3.117)

 


 x + 4p 
 p = −x
4

Ainsi la solution générale de (3.113) est

y = xc + 2c2 , (3.118)

par contre la solution singulière de (3.113) est

x x2
y′ = − ⇒y=− . (3.119)
4 8

3.1.10 Equation de Lagrange

Définition 3.14 On appelle équation de Lagrange toute équation s’écrivant sous la forme

y = xϕ (y ′ ) + ψ (y ′ ) (3.120)

55
Méthode de résolution

De la même manière que celle de Clairaut on substitue dans (3.120) y ′ par p,et par
passage à la dérivée par rapport à x, on obtient

dp
p = ϕ (p) + [xϕ′ (p) + ψ ′ (p)] (3.121)
dx

les solutions singulières de (3.120) est donnée par

y = xϕ (c) + ψ (c) , (3.122)

où c est solution de l’équation


c − ϕ (c) = 0. (3.123)

Tans disque la solution générale (3.120) est la solution de l’équation linéaire suivante

dx ϕ′ (p) ψ ′ (p)
−x = (3.124)
dp p − ϕ (p) p − ϕ (p)

La solution de (3.124) est de la forme

x = ω (p, c) , (3.125)

(3.125) implique
p = ω −1 (x, c) . (3.126)

Intégrons (3.126) on obtient la solution de (3.120) de la forme

y = Φ (x, c) . (3.127)

Exemple 3.12 Résoudre l’équation différentielle suivante

2 2
y = x (y ′ ) + (y ′ ) . (3.128)

56
Substituons dans (3.128) y ′ par p, en suite dérivons le résultat par rapport à x, on obtient

dp
(2px + 2p) = p (1 − p) , (3.129)
dx

les solutions singulières de (3.128) sont données par l’équation

y = xp2 + p2 (3.130)

où p est solution de l’équation


p (1 − p) = 0. (3.131)

Autrement dit
y = 0 ou y = x + 1. (3.132)

La solution générale de (3.128) est la solution de l’équation

dx 2 2
−x = (3.133)
dp (1 − p) (1 − p)

(3.133) admet comme solution

c2
x = −1 + (3.134)
(p − 1)2

(3.134) donne
c
p=1+ √ (3.135)
x+1
substituons (3.135) dans (3.128), on obtient

 2
c
y = (x + 1) 1 + √
x+1
% √ &2
= 2c + x + 1 . (3.136)

Remplaçons (3.132 ) dans (3.136), pour différencier la solution singulière de la solution

57
particulière
 √ 2 √ √
x+1
y = 0 ⇒ 2c + x + 1 = 0 ⇒ 2c + x + 1 = 0 ⇒ c = 2
n’est pas constant,
donc y = 0 est une solution singulière.
 √ 2 x≥−1 √ √
y = x + 1 ⇒ 2c + x + 1 = x + 1 ⇒ 2c + x + 1 = x + 1 ⇒ c = 0, ainsi
y = x + 1 est une solution particulière.

3.1.11 Equations linéaires homogènes du second ordre à coeffi-


cients constants

Définition 3.15 Toute équation de la forme

ay ′′ + by ′ + cy = 0, (3.137)

où a, b et c sont des constantes réelles, est dite équation linéaire du second ordre à coef-
ficients constants.

On va chercher les solutions particulières de (3.137) sous la forme y = erx où r est


une constante, substituons cette dernière dans (3.137) ; on obtient

 
erx ar2 + br + c = 0. (3.138)

Comme erx = 0, (3.138) sera valide si est seulement si

ar2 + br + c = 0. (3.139)

L’équation (1.139) est dite polynôme caractéristique associer à l’équation (1.137).

Discutions des solutions de l’équation (1.137)

Tout d’abord on va calculer le discriminant de l’équation (1.139)

∆ = b2 − 4ac.

58
Tout d’abord on va calculer le discriminant de l’équation (1.140), la discutions se fera
d’après les valeurs de ce dernier, trois cas peuvent se présenter.
— ∆>0
√ √
L’équation (1.139) admet deux racines distinctes r1 = −b− ∆
2a
et r2 = −b+ ∆
2a
, la
solution générale de (3.137) s’écrira

y = c1 er1 x + c2 er2 x (3.140)

Remarque 3.5 y1 = er1 x et y2 = er2 x Sont linéairement indépendantes donc elles consti-
tuent une base (i.e. ∄λ ∈ R⋆ : y1 = λy2 ) .

Exemple 3.13 Résoudre l’équation différentielle suivante

y ′′ + 2y ′ − 3y = 0 (3.141)

Le polynôme caractéristique associer à l’équation (3.141) est r2 + 2r − 3, ce dernier


admet comme racine r1 = 1 et r2 = −3.
La solution de (3.141) est
y = c1 e x
+ c2 e−3x (3.142)

— ∆=0
L’équation (1.139) admet une racine double r1 = r2 = −b
2a
, la solution générale de
(3.137) s’écrira
y = (c1 x + c2 ) er1 x (3.143)

Remarque 3.6 Comme dans le premier cas il faudrait chercher deux solutions linéai-
rement indépendantes, par contre on a obtenue deux solutions identique, donc on doit
chercher une solution particulière linéairement indépendante avec celle trouver est la so-
lution générale sera une combinaison linéaire de ses deux, en générale cette solution
particulière s’écrit sous la forme
y2 = v(x)er1 x (3.144)

59
Substituons (3.142) dans (3.137), on obtient une certaine équation différentielle dont la
fonction inconnue est v(x), la solution de cette dernière est

y2 = xer1 x . (3.145)

Exemple 3.14 Résoudre l’équation différentielle suivante

y ′′ + 2y ′ + y = 0 (3.146)

Le polynôme caractéristique associer à l’équation (3.141) est r2 + 2r + 1, ce dernier


admet une racine double r1 = r2 = −1.
La solution de (3.146) est
y = (c1 x + c2 ) e−x . (3.147)

— ∆<0

L’équation (1.139) admet deux racines complexes conjuguées r1 = −b− ∆
2a
= α − iβ

−b+ ∆
et r2 = 2a
= α + iβ, la solution générale de (3.137) s’écrira

y = eαx (c1 cos βx + c2 sin βx) . (3.148)

Exemple 3.15 Résoudre l’équation différentielle suivante

y ′′ + 2y ′ + 5y = 0 (3.149)

Le polynôme caractéristique associer à l’équation (3.141) est r2 + 2r + 5, ce dernier


admet comme racine r1 = −1 + 2i et r2 = −1 − 2i.
La solution de (3.149) est

−x
y=e (c1 cos 2x + c2 sin 2x) . (3.150)

60
3.1.12 Equations linéaires non homogènes du second ordre à
coefficients constants (avec second membre)

Définition 3.16 Toute équation de la forme

ay ′′ + by ′ + cy = g(x), (3.151)

où a, b et c sont des constantes réelles et g(x) = 0, est dite équation linéaire non homogène
du second ordre à coefficients constants.

Méthode de résolution

Dans ce cas on procède comme suit, on commence tout d’abord par résoudre l’équation
homogène associer à (3.151) qu’on note yh c’est-à-dire résoudre l’équation

ay ′′ + by ′ + cy = 0, (3.152)

en suite on cherche une solution particulière qu’on note yp , soit par superposition ou par
la variation de la constante, la solution générale de (3.151), s’écrit

yg = yh + yp . (3.153)

Exemple 3.16 Résoudre l’équation différentielle suivante

y ′′ + 5y ′ + 6y = 2 cos x. (3.154)

Nous allons commencer par résoudre l’équation homogène associer à (3.153), i.e. résoudre

y ′′ + 5y ′ + 6y = 0. (3.155)

61
(3.154) admet comme solution

yh = c1 e−2 x
+ c2 e−3x (3.156)

La solution particulière a la forme

yp = A cos x + B sin x. (3.157)

Substituons (3.156) dans (3.153) et trouvons les valeurs de A et B, on obtient

5 (A + B) cos x + 5 (B − A) sin x = 2 cos x, (3.158)

par identification, on trouve


1
A=B= . (3.159)
5
(3.158) implique
1 1
yp = cos x + sin x. (3.160)
5 5
Ainsi la solution générale de (3.153) est

1 1
yg = c1 e−2 x
+ c2 e−3x + cos x + sin x. (3.161)
5 5

3.2 Equations aux dérivées partielles


Dans la première section ont été amené à résoudre des équations différentielles dont
la fonction inconnue dépond d’une seule variable c’est ce qu’on avait nommé équation
différentielle ordinaire (E.D.O). Dans cette section on va étendre notre étude au cas où la
fonction inconnue dépondrai de plusieurs variables, dans ce cas on dira qu’on ait ramené
à résoudre des équations aux dérivées partielles (E.D.P.), on se limitera à l’étude et la
résolution des équations du premier et du second ordre.

62
3.2.1 Généralités

Soit u une fonction dépendants de n variables indépendantes x1 , x2 , ..., xn

Définition 3.17 On appelle E.D.P. toute relation entre une fonction inconnue u, x1 , x2 , ..., xn
et ses dérivées partielles, dont la forme générale est

∂u ∂u ∂ nu ∂nu
F (x1 , x2 , ..., xn , u, , , ..., n , ..., m1 m2 ) = g (x1 , x2 , ..., xn , u) , (3.162)
∂x1 ∂x2 ∂x1 ∂x1 ∂x2 ..∂xm
k
k

où 1 ≤ k ≤ n et m1 + m2 + .. + mk = n.

Définition 3.18 L’ordre d’une E.D.P. est l’ordre de la dérivée partielle la plus élevé
qu’elle contienne.

Définition 3.19 Une E.D.P. est dite linéaire quand elle l’est par rapport à u et à toutes
ses dérivées partielles.

Définition 3.20 Une E.D.P. est dite homogène si dans (3.162) g (x1 , x2 , ..., xn , u) = 0.

Définition 3.21 Une E.D.P. est dite quasi-linéaire si elle est linéaire par rapport à la
dérivée partielle d’ordre le plus élevé.

3.2.2 E.D.P. du 1er ordre

Définition 3.22 On appelle E.D.P. du 1er ordre toute équation ayant la forme suivante

i=n
 ∂u
Ai (x1 , x2 , ..., xn , u) + G(x1 , x2 , ..., xn )u = F (x1 , x2 , ..., xn ) (3.163)
i=1
∂xi

Remarque 3.7 (3.163) est une équation quasi-linéaire, elle devient homogène pour F =
 
0 et elle est linéaire si Ai i = 1, n ne dépond pas de u,

On se limitera dans notre étude aux E.D.P. de 2 et 3 variables indépendantes.

63
Méthode des caractéristiques

Considérons le problème suivant

F (x, u (x) , ∇u (x)) = 0, (3.164)

où F ∈ C 1 (Ω × R × Rn ) , x ∈ Ω ⊂ Rn (i.e. x = (x1 , x2 , ..., x3 )) et ∇u (x) est le gradient


de u (x) (i.e. ∇u = ( ∂x
∂u ∂u
,
1 ∂x2
∂u
, ..., ∂xn
)).
On veut essayer de trouver une solution classique de l’équation (3.164), c’est-à-dire
cherche une fonction u ∈ C 1 (Ω) vérifiant (3.164).

Remarque 3.8 Les équations aux dérivées partielles du premier ordre n’admet pas for-
cément une solution classique, dans ce cas on sera amené à chercher fonction u ∈ C (Ω),
remplissant des conditions complémentaires c’est ce qu’on appelle solution faible.

Tout d’abord on va traiter le cas où l’EDP dépond de deux variables indépendantes.


Soit l’EDP suivante

∂u ∂u
a(x, y, u) + b(x, y, u) = c(x, y, u). (3.165)
∂x ∂y

En chaque point de l’espace (x, y, u), il existe une direction dont les cosinus directeurs
sont proportionnels à a, b et c. Ce champ de directions définit une famille de lignes telles
que la tangente à chacune d’elles est confondue avec la direction du champ au point
de contact, cette dernière s’obtient par intégration du système d’équations différentielles
ordinaires suivant
dx dy du
= = . (3.166)
a(x, y, u) b(x, y, u) c(x, y, u)
Notons par ds la valeur commune de ces rapports (3.166) devient


 dx
= a(x, y, u)

 ds
dy
= b(x, y, u) . (3.167)

 ds

 du
ds
= c(x, y, u)

64
Ainsi la surface intégrale formée par les caractéristiques de l’équation (3.166) est la so-
lution cherchée, on écrit
Φ (c1 , c2 )) = 0 ou c1 = Φ (c2 ) (3.168)

d’où l’appellation de la méthode.

Exemple 3.17 Résoudre l’EDP suivante

∂u ∂u
xy 2 + x2 y = (x2 + y 2 )u. (3.169)
∂x ∂y

On associe à (3.168) le système suivant

dx dy du
2
= 2 = 2 . (3.170)
xy xy (x + y 2 )u

D’une part on a

dx dy
2
= 2 ⇒
xy xy
ydy = xdx ⇒ y 2 − x2 = c1 (3.171)

D’autre part

dy dx du du
x2 2
+ y 2 2 = x2 2 2
+ y2 2
xy xy (x + y )u (x + y 2 )u
xdy ydx du
+ =
xy xy u
d (xy) du u
= ⇒ = c2 . (3.172)
xy u xy

Ainsi la solution de (3.168) est

u    
= Φ y 2 − x2 ⇒ u = xyΦ y 2 − x2 (3.173)
xy

D’une manière analogue on généralise la méthode pour le cas n dimensionnel on aura un

65
système de (n + 1) équations, donc n intégrales premières, est la solution aura la forme

Φ(c1 , c2 , ..., cn ) = 0 ou cn = Φ(c1 , c2 , ..., cn−1 ). (3.174)

Quelques types d’EDP du 1er ordre

— Equation de transport
∂u ∂u
(t, x) + c (t, x) = 0 (3.175)
∂t ∂x
(t, x) ∈ R+ ×R et c une constante
— Equation d’onde de choc

∂u ∂u
(t, x) + u (t, x) (t, x) = 0 (3.176)
∂t ∂x

(t, x) ∈ R+ ×R
— Equation de Burgers
∂u ∂u
a (u) (t, x) + (t, x) = 0 (3.177)
∂t ∂x

3.2.3 EDP du second ordre

Définition 3.23 On appelle EDP du second ordre toute équation de la forme

∂u ∂u ∂u ∂ 2 u ∂ 2 u ∂2u ∂2u ∂2u


F (x1 , x2 , .., xn , u, , , .., , 2 , 2 , .. , 2 , , ..., )=0
∂x1 ∂x2 ∂xn ∂x1 ∂x2 ∂xn ∂x1 ∂x2 ∂xn−1 ∂xn
(3.178)
ou

n  n n
∂2u ∂u
aij (x1 , ...xn , u) + bi (x1 , ...xn, u) = f (x1 , ...xn , u) (3.179)
i=1 j=1
∂xi ∂xj i=1
∂xi

Nous nous limiterons dans notre étude aux équations du second ordre linéaire est

66
quasi linéaire à deux variables indépendantes c’est-à-dire les équations de la forme

∂ 2u ∂ 2u ∂ 2u ∂u ∂u
a(x, y) +b(x, y) +c(x, y) +p(x, y) +q(x, y) +g(x, y)u = f (x, y) (3.180)
∂x2 ∂x∂y ∂y 2 ∂x ∂y

ou

∂u ∂u ∂ 2 u ∂u ∂u ∂ 2 u ∂u ∂u ∂ 2 u ∂u ∂u
a(x, y, u, , ) 2 +b(x, y, u, , ) +c(x, y, u, , ) 2 = R(x, y, u, , )
∂x ∂y ∂x ∂x ∂y ∂x∂y ∂x ∂y ∂y ∂x ∂y
(3.181)

Classification des EDP du 2ème ordre

Le type des équations (3.180) et (3.181) dépondent de leurs discriminant △ = b2 −ac.

Définition 3.24 L’équation est du type hyperbolique si et seulement si △ > 0.

Exemple 3.18 Considérons l’équation aux dérivées partielles suivante :

∂ 2u ∂ 2u ∂ 2u
+ + 4 =u (3.182)
∂x2 ∂y 2 ∂x∂y

définie sur Ω = R2 .
△ = b2 −ac = 3 > 0 pour tout x, y de Ω. Donc c’est une équation du type hyperbolique.

Définition 3.25 L’équation est du type parabolique si et seulement si △ = 0.

Exemple 3.19 Considérons l’équation aux dérivées partielles suivante :

∂2u ∂2u ∂2u


+ +2 =0 (3.183)
∂x2 ∂y 2 ∂x∂y

définie sur Ω = R2 .
△ = b2 − ac = 0 pour tout x, y de Ω. Donc c’est une équation du type parabolique.

Définition 3.26 L’équation est du type elliptique si et seulement si △ < 0.

67
Exemple 3.20 Considérons l’équation aux dérivées partielles suivante :

∂ 2u ∂ 2 u ∂u
x + y + =0 (3.184)
∂x2 ∂y 2 ∂x

définie sur Ω = R∗+ × R∗+ .


△ = b2 −ac = −xy < 0 pour tout x, y de Ω. Donc c’est une équation du type elliptique.

Principales équations de la physique

Equation de Laplace Elle a la forme :

∂2u 2
2∂ u
+ c =0 (3.185)
∂x 2 ∂y 2
Pour c = ±1 l’équation (3.185) est elliptique.

Equation de Poisson Elle a la forme :

∇ 2 u = δ(x, y) (3.186)

Est une équation elliptique.

Equation de la chaleur (équation de diffusion) Elle a la forme :

∂ 2u 1 ∂u
2
= (3.187)
∂x a ∂t
C’est une équation parabolique. Le terme ∂u
∂t
est appelé terme de diffusion.

Equation des ondes Elle a la forme :

∂2u 1 ∂ 2u
= (3.188)
∂x2 a2 ∂t2

68
1 ∂2u
∇2 u = (3.189)
a2 ∂t2
∂2u
C’est une équation hyperbolique. Le terme ∂t2
est appelé terme de propagation.

Equation de Tricomi Elle a la forme :

∂ 2u ∂ 2u
= y (3.190)
∂y 2 ∂x2

Conditions aux frontières et problème bien posé

Dans la pratique on est souvent ramener à étudier un des problèmes suivants.

Problème de Dirichlet

 L.u = f sur Ω
 u=g sur ∂Ω

Problème de Neumann

 L.u = f sur Ω
 ∂u = g sur ∂Ω
∂n

Problème mixte 

 L.u = f sur Ω


u=g sur ∂Ω1



 ∂u
∂n
=g sur ∂Ω2

Où Ω est un ouvert de R2 dont le bord est noté ∂Ω vérifiant ∂Ω1 ∪ ∂Ω2 = ∂Ω, ∂Ω1 ∩
∂Ω2 = ∅ et
∂2 . ∂2 . ∂2 .
L . = a(x, y) + 2b(x, y) + c(x, y)
∂x 2 ∂x∂y ∂y 2
Définition 3.27 Le problème d’EDP est dit bien posé si :
1) il existe une solution de l’EDP satisfaisant les conditions frontières (existence).

69
2) la solution doit être unique (unicité).
3) la solution doit être stable par rapport aux conditions aux frontières imposées (sta-
bilité).

3.2.4 Forme standard des EDP du 2ème ordre ( Méthode des


caractéristiques )

Théorème 3.1 Les courbes caractéristiques (3.180) sont les solutions de l’équation

 2
dy dy
a(x, y) + b(x, y) + c(x, y) = 0. (3.191)
dx dx

si a(x, y) = 0.
si a(x, y) = 0 et c(x, y) = 0, alors les courbes caractéristiques (3.180) sont les solutions
de l’équation  2
dy dy
c(x, y) + b(x, y) + a(x, y) = 0. (3.192)
dx dx
Dans le cas où a(x, y) = 0 et c(x, y) = 0, les courbes caractéristiques (3.180) sont des
droites d’équations
x = k1 et y = k2 . (3.193)

Théorème 3.2 Si (3.180) est du type hyperbolique, on prend comme changement de


variable les courbes caractéristiques (ϕ1 (x, y) = k1 et ϕ2 (x, y) = k2 ) , pour

 x1 = ϕ (x, y)
1
(3.194)
 x = ϕ (x, y)
2 2

l’équation (3.180) devient


 
∂ 2u ∂u ∂u
= G x1 , x2 , u, , . (3.195)
∂x1 ∂x2 ∂x1 ∂x2

70
De plus si on prend 
 y = ϕ (x, y) + ϕ (x, y)
1 1 2
(3.196)
 y = ϕ (x, y) − ϕ (x, y)
2 1 2

alors (3.180) s’écrira


 
∂ 2u ∂ 2u ∂u ∂u
− 2 = H y1 , y2 , u, , . (3.197)
∂y12 ∂y2 ∂y1 ∂y2

Théorème 3.3 Si (3.180) est du type parabolique, on prend comme changement de va-
riable les courbes caractéristiques x1 = ϕ1 (x, y) et x2 n’importe qu’elle fonction indépen-
dante avec ϕ1 , l’équation (3.180) devient
 
∂ 2u ∂u ∂u
= G x1 , x2 , u, , . (3.198)
∂x22 ∂x1 ∂x2

Théorème 3.4 Si (3.180) est du type elliptique, on prend comme changement de variable
les courbes caractéristiques [η 1 (x, y) + iψ 1 (x, y) = λ1 ∈ C, η 2 (x, y) + iψ 2 (x, y) = λ2 ∈ C] ,
pour 
 x = η (x, y) + iψ (x, y)
1 1 1
, (3.199)
 x = η (x, y) + iψ (x, y)
2 2 2

le terme de la dérivée mixte dans l’équation (3.180) disparaitra.

Exemple 3.21 Considérons le problème de Cauchy suivant




 ∂ 2u 2
= a2 ∂∂xu2

 ∂t2

u(x, 0) = ϕ1 (x) (3.200)





 ∂u
∂t
(x, 0) = ϕ2 (x)

où a est une constante


Donner la solution de (3.200) par la méthode des caractéristiques
∂2u 2
∂t2
= a2 ∂∂xu2 est l’équation de la corde vibrante, le discriminant ∆ = 4a2 > 0, donc
c’est une équation du type hyperbolique.

71
Les courbes caractéristiques (3.200) sont les solutions de l’équation

 2
dx
− a2 = 0, (3.201)
dt

ce qui entraine
(dx − adt) (dx + adt) = 0. (3.202)

Ainsi x − at = c1 et x + at = c2 . En prend comme changement de variable z(x, t) = x − at


et y(x, t) = x + at
∂ 2u 2
2∂ u ∂ 2u
= a ⇒ =0 (3.203)
∂t2 ∂x2 ∂z∂y
(3.203) implique
u (z, y) = Ψ1 (z) + Ψ2 (y) (3.204)

d’où
u (x, t) = Ψ1 (x − at) + Ψ2 (x + at) (3.205)

d’aprés les condition initiale on a

u(x, 0) = Ψ1 (x) + Ψ2 (x) = ϕ1 (x) (3.206)

et
∂u
(x, 0) = −aΨ′1 (x) + aΨ′2 (x) = ϕ2 (x) (3.207)
∂t
intégrons (3.207) on obtient

x
1
−Ψ1 (x) + Ψ2 (x) = ϕ2 (θ) dθ (3.208)
a
0

(3.206)+(3.208) donne

x
1 1
Ψ2 (x) = ϕ1 (x) + ϕ2 (θ) dθ (3.209)
2 2a
0

72
(3.206)-(3.208) donne
x
1 1
Ψ1 (x) = ϕ1 (x) − ϕ2 (θ) dθ (3.210)
2 2a
0

Ainsi la solution de (3.200) est


x+at 
 
x−at
ϕ1 (x − at) + ϕ1 (x + at) 1 
u (x, t) = + ϕ2 (θ) dθ − ϕ2 (θ) dθ
2 2a
0 0

x+at
ϕ1 (x − at) + ϕ1 (x + at) 1
= + ϕ2 (θ) dθ. (3.211)
2 2a
x−at

3.2.5 Séparation des variables

Considérons l’EDP du second ordre à coefficients constantes suivante

∂ 2u ∂ 2u ∂u ∂u
a 2
+ b 2
+α +β + γu = 0 (3.212)
∂x ∂y ∂x ∂y

Autrement dit le terme de la dérivée mixte ne figure pas dans l’EDP.


La méthode consiste à chercher une solution u(x, y) du problème donné sous la forme

u(x, y) = f(x).g(y), (3.213)

Substituons (3.213) dans (3.212), on obtient

a f ′′ (x).g(y) + bf(x).g ′′ (y) + αf ′ (x).g(y) + βf(x).g ′ (y) + γf(x).g(y) = 0. (3.214)

Supposons f(x).g(y) = 0, (3.214) peut être réécrite comme suit

f ′′ (x) g ′′ (y) f ′ (x) g ′ (y)


a + b +α +β + γ = 0. (3.215)
f (x) g(y) f (x) g(y)

73
Ainsi on obtient deux EDO à résoudre

 a f ′′ (x) ′
(x)
+ α ff (x) +c=0
f (x)
(3.216)
 b g ′′ (y)
+ β g ′ (y)
+γ−c = 0
g(y) g(y)

(3.216) est équivalente à



 a f ′′ (x) + αf ′ (x) + cf(x) = 0
(3.217)
 bg ′′ (y) + βg ′ (y) + (γ − c) g(y) = 0

Où c, est une constante arbitraire on résout les EDO résultantes du système (3.217) on
obtient les formes explicites de f(x) et g(y), substituons ces dernière dans (3.212) on
obtient la forme de u(x, y)

Exemple 3.22 Soit le problème suivant




 ∂ 2u 2 ∂2u
2 = a ∂x2

 ∂t


 u(0, t) = u(l, t) = 0
(3.218)

 u(x, 0) = ϕ1 (x)




 ∂u (x, 0) = ϕ (x)
∂t 2

où a et une constante
Donner la solution de (3.18) par la méthode de séparation des variables
On suppose que la solution u(x, t) s’écrit sous la forme u(x, t) = f (x)g(t), ainsi

∂ 2u 2
2∂ u
= a , (3.219)
∂t2 ∂x2

devient
f (x)g ′′ (t) = a2 f ′′ (x)g(t), (3.220)

(3.219) est équivalente à


g ′′ (t) f ′′ (x)
= = −w 2 (3.221)
a2 g(t) f (x)

74
(3.20) donne les deux EDO suivante

f ′′ (x) + w 2 f (x) = 0 (3.222)

et
g ′′ (t) + (aw)2 g(t) = 0 (3.223)

(3.221) admet comme solution

f(x) = c1 cos wx + c2 sin wx (3.224)

et (3.222) admet comme solution

g(t) = c3 cos wat + c4 sin wat (3.225)

Ains
u(x, t) = (c1 cos wx + c2 sin wx) (c3 cos wat + c4 sin wat) (3.226)

Appliquons les condition initiales et les conditions aux limites on trouve

u(0, t) = c1 (c3 cos wat + c4 sin wat) = 0, pour tout t ⇒ c1 = 0 (3.227)

et


u(l, t) = c2 (sin wl) (c3 cos wat + c4 sin wat) , pour tout t ⇒ wl = kπ ⇒ w =
l
(3.228)
Ainsi on a  
kaπ kaπ kπ
uk (x, t) = c2 ck,3 cos t + ck,4 sin t sin x (3.229)
l l l

75
Fixons c2 en prend par exemple c2 = 1, notons ck,3 = ak et ck,4 = bk , (3.226) devient

+∞
 +∞ 
 
kaπ kaπ kπ
u(x, t) = uk (x, t) = ak cos t + bk sin t sin x (3.230)
k=1 k=1
l l l

comme u(x, 0) = ϕ1 (x) , on a donc

+∞
 kπ
ak sin x = ϕ1 (x) . (3.231)
l
k=1

(3.231) est le développement en séries de sinus de la fonction ϕ1 (x) (On a supposé que
la fonction ϕ1 (x) est 2l-périodique et impaire, on identifiant son développement en série
de Fourier avec (3.231)), on trouve

l
2 kπ
ak = ϕ1 (x) sin xdx. (3.232)
l l
0

∂u
De la condition ∂t
(x, 0) = ϕ2 (x) , on a

l
2 kπ
bk = ϕ2 (x) sin xdx. (3.233)
l l
0

3.3 Fonctions spéciales

3.3.1 Fonctions eulériennes

Définition 3.28 On appelle intégrale eulérienne de première espèce ou fonction Beta,


l’intégrale dépendant des deux paramètres x et y définie comme suit

1
β (x, y) = tx−1 (1 − t)y−1 dt. (3.234)
0

76
ou π
2
β (x, y) = 2 sin2x−1 t cos2y−1 tdt. (3.235)
0

Définition 3.29 On appelle intégrale eulérienne de deuxième espèce ou fonction Gamma,


l’intégrale dépendant du paramètre x, définie comme suit


+∞

Γ (x) = tx−1 e−t dt. (3.236)


0

ou

+∞
2
Γ (x) = 2 t2x−1 e−t dt. (3.237)
0

Théorème 3.5 Pour tout x et y positifs on a

β (x, y) Γ (x + y) = Γ (x) Γ (y) (3.238)

Théorème 3.6 Pour tout x,on a

Γ (x + 1) = xΓ (x) (3.239)

Théorème 3.7 Pour tout 0 < x < 1, on a

π
Γ (x) Γ (1 − x) = (3.240)
sin πx

3.3.2 Fonction de Bessel de première espèce

Définition 3.30 On appelle fonction de Bessel la fonction Jλ (x) , définie par

π π
1 1
Jλ (x) = ei(x sin θ−λθ) dθ = cos (x sin θ − λθ) dθ (3.241)
2π π
−π 0

77
Remarque 3.9 Jλ (x) est solution de l’équation différentielle suivante

 
x2 y ′′ + xy ′ + x2 − λ2 y = 0 (3.242)

Remarque 3.10 On a aussi


x λ  1 x
Jλ (x) = ( ) (−1)n ( )2n (3.243)
2 n=0
n!Γ(n + λ + 1) 2

Quelque propriété des fonctions de Bessel

J−λ (x) = (−1)λ Jλ (x). (3.244)


Jλ+1 (x) + Jλ−1 (x) = Jλ (x) (3.245)
x

Jλ+1 (x) − Jλ−1 (x) = −2Jλ′ (x) (3.246)


λ
Jλ+1 (x) − Jλ (x) = −Jλ′ (x) (3.247)
x
d −λ
x Jλ (x) = −x−λ Jλ+1 (x) (3.248)
dx
d λ d
x Jλ (x) = xλ Jλ (x) + λxλ−1 Jλ (x) = xλ Jλ−1 (x) (3.249)
dx dx

d −λ d
B) x Jλ (x) = x−λ Jλ (x) − λx−λ−1 Jλ (x) = −x−λ Jλ+1 (x) (3.250)
dx dx
+∞

1
x(t− 1t )
e 2 = tn Jn (x). (3.251)
n=−∞

Définition 3.31 On appelle fonction de Bessel de 2ème espèce, la fonction définie comme

78
suit
d
[(cos λπ)Jλ (x) − J−λ (x)]
Yn = lim dλ
d
(3.252)
λ→n

sin λπ
Définition 3.32 On appelle fonctions de Hankel ou fonctions de Bessel de troisième
(1) (2)
espèce les fonctions H λ (z) et H λ (z) définie par

(1)
Hλ (z) = Jλ (z) + Yλ (z) (3.253)

et
(2)
Hλ (z) = Jλ (z) − Yλ (z). (3.254)

79
Chapitre 4

Les séries

4.1 Séries numériques

4.1.1 Séries à termes positifs

Soit (un )n∈N une suite numérique réelle.

Définition 4.1 On apelle série numérique réelle de terme général un

+∞

uk = u0 + u1 + ... + un + ... (4.1)
k=0

On note par sn la somme partielle des n premiers termes et on a

sn = u0 + u1 + ... + un−1 (4.2)


+∞
Définition 4.2 On dit que la série numérique uk est convergente si et seulement si
k=0
sa suite de sommes partielles (sn )n∈N converge c’est à dire lim sn existe et est finie, si
n→+∞
non on dira qu’elle est divergente.

Exemple 4.1 Déterminer la nature de la série de terme général un = 1


n(n+1)
, n ≥ 1.

80
On a
1 1 1
un = = − , (4.3)
n (n + 1) n n+1
d’où

sn = u1 + u2 + ... + un
1
= 1− . (4.4)
n+1

Ainsi  
1
lim sn = lim 1 − = 1. (4.5)
n→+∞ n→+∞ n+1
Donc la série est convergente.

Théorème 4.1 On n’affecte pas le caractère de convergence d’une série on lui ôtant un
nombre fini de termes .

Propriétés des séries



+∞ 
+∞
Soient un et vn deux séries numériques, λ un nombre arbitraire on a
n=0 n=0

+∞
 +∞

un convergente ⇒ (λun ) convergente
n=0 n=0
+∞
 +∞
 +∞

un et vn converge ⇒ (un ± vn ) converge
n=0 n=0 n=0

Condition nécessaire de convergence des séries



+∞
Théorème 4.2 Si un est convergente alors lim un = 0.
n=0 n→+∞


+∞
Corollaire 4.1 Si lim un = 0 alors un est divergente.
n→+∞ n=0

Dans l’étude de la nature d’une série ce n’est pas toujours possible de calculer sa
somme par contre on peut déterminer cette dernière on utilise d’autres techniques, pour
cela on a besoin d’autres outils.

81
Critères de convergence des séries à termes positifs

+∞ 
+∞
Critère de comparaison Soient un et vn deux séries numériques à termes po-
n=0 n=0
sitifs vérifiant
∀n ∈ N : un ≤ vn (4.6)

ou bien (4.6) est vérifier à partir d’un certain rang



+∞ 
+∞
Théorème 4.3 Si vn est convergente alors un l’est aussi.
n=0 n=0


+∞ 
+∞
Théorème 4.4 Si un est divergente alors vn l’est aussi.
n=0 n=0

Remarque 4.1 Souvent on compare une série avec la somme d’une progression géomé-
trique qui converge si la raison q est comprise entre −1 et +1 (|q| < 1) ou les séries
 1
+∞ 
+∞ 1
Riemann α
qui converge pour α > 1 ou bien celle de Bertrand β
qui
n=1 n n=1 nα (ln n)
converge pour α > 1 ou α = 1 et β > 1.

Critère d’équivalence

+∞ 
+∞
Théorème 4.5 Soient un et vn deux séries numériques à termes positifs telle que
n=0 n=0
un ∼ vn , alors les deux séries sont de même nature.
+∞

Remarque 4.2 L’étude de la nature d’une série revient à l’étude de son développement
limité au voisinage de l’infinie, car ces deux dernier son équivalent.

Critère de d’Alembert

+∞
un+1
Théorème 4.6 Si dans une série à termes positifs un la limite du rapport un
est
n=0
finie et vaut l, alors
1) La série converge pour l < 1
2) La série diverge pour l > 1
3) Pour l = 1, on ne peut conclure.

82
Critère de Cauchy

+∞
Théorème 4.7 Si dans une série à termes positifs un la limite de la racine nème du
n=0
nème terme vaut l, alors
1) La série converge pour l < 1
2) La série diverge pour l > 1
3) Pour l = 1, on ne peut conclure.

Critère intégrale de Cauchy



+∞
Théorème 4.8 Soit un une série numérique à termes positifs et décroissante (com-
n=0
mence à décroitre d’un certainrang n0 ), on
 définit l’application f (x) comme suit f (n) =

+∞ 
+∞ 
+∞
un, alors un et f(x)dx f (x)dx ont même nature.
n=0 0 n0

4.1.2 Série alternée

Définition 4.3 On appelle série alternée toute série ayant la forme suivante

u1 − u2 + u3 + ... + (−1)n+1 un + .. (4.7)

où un ≥ 0 pour tout n ∈ N∗ .

Théorème 4.9 (de Leibniz) Si dans une série alternée les termes vont on décroissance
et la limite du terme générale tend vers zéro alors cette dernière converge, de plus sa
somme est inférieur au premier terme.

4.1.3 Série à termes de signes quelconques

Définition 4.4 Une série est dite à terme de signe quelconque si parmi ces termes on
trouve ceux qui sont positifs aussi bien que négatifs.

Remarque 4.3 La série alternée est un cas particulier des séries à termes de signes
quelconques.

83

+∞
Théorème 4.10 Pour qu’une série numérique un soit convergente il faut et il suffit
n=0
que la suite de ses sommes partielles (sn )n∈N∗ soit une suite de Cauchy c’est-à-dire

  m+p 
  
 
∀ε > 0, ∃N ∈ N, ∀m , ∀p ≥ 1 m > N ⇒  un  < ε . (4.8)
 
n=m+1

Définition 4.5 Une série est dite absolument convergente si la série formée des valeurs
absolues de ces termes est convergente.

Définition 4.6 Une série est dite semi convergente si elle converge sans être absolument
convergente.

Théorème 4.11 Toute série absolument convergente est convergente le réciproque est
fausse.

Théorème 4.12 (d’Abel) Supposons que un = vn .wn , où (vn )n∈N et (wn )n∈N vérifient
les conditions suivantes
1) (vn )n∈N est décroissante et lim vn = 0.
n→+∞
2) sn est bornée où sn est défini comme dans (4.2).

+∞
Alors un est convergente.
n=0

Théorème 4.13 Supposons que un = vn .wn , où (vn )n∈N et (wn )n∈N vérifient les condi-
tions suivantes
1) (vn )n∈N est monotone et lim vn = l. (l ∈ R)
n→+∞

+∞
2) wn est convergente .
n=0

+∞
Alors un est convergente.
n=0

84
4.2 Suites et séries de fonctions

4.2.1 suite de fonction

Définition 4.7 On appelle suite de fonction toute suite dont le terme général est une
fonction dépendant d’un paramétré n et on note (fn )n∈N .

Type de convergences

Convergence simple

Définition 4.8 Soit fn : I ⊂ R → R une suite de fonctions. On dit que (fn ) converge
simplement vers f sur I si pour tout x ∈ I, la suite (fn (x))n∈N converge vers une limite
finie qu’on note f (x).

Convergence absolue

Définition 4.9 Soit fn : I ⊂ R → R une suite de fonctions. On dit que (fn ) est absolu-
ment converge si la suite formée des valeurs absolues de ces termes est convergente.

Convergence uniforme

Définition 4.10 Soit fn : I ⊂ R → R une suite de fonctions. On dit que (fn ) converge
uniformément vers f sur I si

lim sup |fn (x) − f (x)| = 0. (4.9)


n→+∞ x∈I

Théorème 4.14 Soit fn : I ⊂ R → R une suite de fonctions convergeant simplement


∂fn
vers f, si ∂x
est bornée alors la convergence est uniforme.

Théorème 4.15 Toute suite uniformément convergente est simplement convergente, la


réciproque est fausse.

85
Propriétés des suites de fonction

Théorème 4.16 Soit fn : I ⊂ R → R une suite de fonctions continues en x0 ∈ I,


convergeant uniformément vers f sur I. Alors f est continue en x0 .

Théorème 4.17 Soit fn : I ⊂ R → R une suite de fonctions continues convergeant


uniformément vers f sur I Alors f l’est aussi.

Théorème 4.18 Soit (fn )n∈N une suite de fonctions convergeant uniformément vers la
fonction f . Alors la suite de fonction (fn′ )n∈N converge uniformément vers f ′ .

Théorème 4.19 Soit (fn )n∈N une suite de fonctions Riemann-intégrables convergeant
uniformément vers une fonction f sur [a, b]. on a

b b
lim fn (x)dx = lim fn (x)dx. (4.10)
n→+∞ n→+∞
a a

4.2.2 Série de fonction

Définition 4.11 Soit fn : I ⊂ R → R une suite de fonctions. On appelle série de


fonctions la somme infinie des termes de fn et on note

+∞

fn (x) = f0 (x) + f1 (x) + ... + fn (x) + ... (4.11)
n=0


+∞
Définition 4.12 Soit fn : I ⊂ R → R une suite de fonctions. fn (x) converge sim-
n=0
plement sur I si la suite des sommes partielles (Sn )n∈N∗ converge simplement sur I.

+∞
Définition 4.13 Soit fn : I ⊂ R → R une suite de fonctions. fn (x) converge abso-
n=0

+∞
lument sur I, si la série |fn (x)| converge simplement sur I.
n=0


+∞
Définition 4.14 Soit fn : I ⊂ R → R une suite de fonctions. fn (x) converge uni-
n=0
formément sur I, si la suite des sommes partielles (Sn )n∈N∗ converge uniformément sur
I.

86
Définition 4.15 Le domaine de convergence d’une série de fonction est l’ensemble des
points où cette dernière converge absolument.

+∞
Définition 4.16 On dit qu’une série de fonction fn (x) est majorable sur un certain
n=0
domaine, s’il existe une série numérique positif et convergeant majorant cette derrière
i.e.

∃vn ≥ 0, vn convergente : ∀n ∈ N on a |fn (x)| ≤ vn . (4.12)

Définition 4.17 Toute série majorable est dite normalement convergente.

Théorème 4.20 Toute série normalement convergente est uniformément convergente.

Théorème 4.21 Toute série normalement convergente est absolument convergente.



+∞
Théorème 4.22 Supposons que fn (x) soit majorable sur I, de somme s(x), dont la
n=0
somme des n premier termes vaut Sn (x) , alors

∀ε > 0, ∃N ∈ N, ∀n > N, ∀x ∈ I on a |s(x) − sn (x)| < ε.

Propriétés des séries de fonctions

Théorème 4.23 Soit fn : I ⊂ R → R une suite de fonctions, si fn est continue en x0



+∞
et fn (x) converge uniformément vers s(x). Alors s(x) est continue en x0 .
n=0

Théorème 4.24 Soit fn : I ⊂ R → R une suite de fonctions, si fn est continue sur I



+∞
et fn (x) converge uniformément vers s(x). Alors s(x) l’est aussi.
n=0

+∞
Théorème 4.25 Soit fn : [a, b] ⊂ R → R une suite de fonctions intégrables si fn (x)
n=0
converge uniformément vers s(x). Alors on a

+∞ b
 b 
+∞ b
fn (x)dx = fn (x)dx = s(x)dx. (4.13)
n=0 a a n=0 a

Théorème 4.26 Soit fn : [a, b] ⊂ R → R une suite de fonctions majorable de classe


 ′
+∞
C 1 , convergeant uniformément vers s(x), si fn (x) est uniformément convergente alors
n=0

87
sa somme vaut s′ (x).

4.3 Série entière


Définition 4.18 On appelle série entière toute série s’écrivant sous la forme

+∞

an xn (4.14)
n=0

où an est une série numérique.



+∞
Théorème 4.27 (d’Abel) Considérons la série entière an xn , soit α un nombre stric-
n=0

+∞
tement positif, si la suite de fonction (|an | αn )n∈N converge. Alors an xn convergera
n=0

+∞
pour tout x tel que |x| < α. Et si la suite de fonction (|an | αn )n∈N diverge, alors an xn
n=0
divergera pour tout x tel que |x| > α.

Définition 4.19 On appelle domaine de convergence d’une série l’ensemble des points
dont cette dernière converge absolument, en vertu du théorème d’Abel ce dernier est un
intervalle centré à l’origine. Il s’écrit sous la forme ]−R, R[ où R ∈ [0, +∞] .

4.3.1 Détermination du rayon de convergence



+∞
Considérons la série entière an xn
n=0

Critère de d’Alembert  
 an 

R = lim  . (4.15)
n→+∞ an+1 

Remarque 4.4 Le rayon de convergence est la limite du rapport de deux terme successive
dépendant de n quand ce dernier tend vers l’infinie par exemple
   
 a3n+1   an+17 

R = lim   
ou R = lim  . (4.16)
n→+∞ a3n+2  n→+∞ an+18 

88
Critère de Cauchy

1
R = lim # . (4.17)
n→+∞ n
|an |
Remarque 4.5 Le rayon de convergence est l’inverse de la limite d’un terme dont l’in-
dice dépendant de n à la puissance de son inverse (l’inverse de indice) quand n tend vers
l’infinie par exemple

1 1
R = lim # .ou R = lim n#
2 . (4.18)
n→+∞ |a2n+1 |
2n+1 n→+∞ |an2 |

4.3.2 Quelques propriétés des séries entières

Continuité

Proposition 4.1 La somme d’une série entière est une fonction continue sur tout sous
domaine de son domaine de convergence.

Dérivation

+∞
Théorème 4.28 Considérons la série entière an xn dont le domaine de convergence
n=0

+∞
est ]−R, R[, de somme s(x), soit la série entière nan xn−1 déduite de la première par
n=1
dérivation terme à terme. Alors cette dernière admet même domaine de convergence, de
plus sa somme l(x) = s′ (x).

Remarque 4.6 On peut généralise le Théorème précédant pour n’importe quel ordre de
dérivation, c’est-à-dire toute série déduite d’une certaine série par dérivation n fois admet
même domaine de convergence et sa somme est la dérivée nième de la série initiale.

89
Intégration

+∞
Théorème 4.29 Considérons la série entière an xn dont le domaine de convergence
n=0

+∞
an n+1
est ]−R, R[, de somme s(x), soit la série entière c+ n+1
x déduite de la première par
n=0
intégration terme à terme. Alors cette dernière admet même domaine de convergence, de

plus sa somme k(x) = s(x)dx.

4.3.3 Série de puissance

Définition 4.20 On appelle série entière toute série s’écrivant sous la forme

+∞

an (x − x0 )n (4.19)
n=0

où an est une série numérique.

Remarque 4.7 Il suffit de prendre comme changement X = x − x0 pour que cette


dernière devienne une série entière.

Remarque 4.8 L’intervalle de convergence des séries de puissances est centré en x0 .

Remarque 4.9 Le développement en séries de Mac Laurent représente une série entière,
par contre celui de Taylor représente une série de puissance au voisinage du point x0 .

4.3.4 Applications des séries entières

Le calcul des limites

Lors des indéterminations on peut calculer la limite du développement des fonctions


au voisinage du point voulu.

Exemple 4.2 Calculer la limite suivante

ex − 1
lim
x→0 sin x

90
on a
ex − 1 0
lim =
x→0 sin x 0
On remplace ex et sin x par leurs développements de Mac Laurent, on obtient

ex − 1 1+x−1
lim = lim = lim 1 = 1.
x→0 sin x x→0 x x→0

Le prolongement par continuité

Pour voir si une fonction admet un prolongement par continuité en un point dont
elle n’est pas définie il suffit de la développée en série entière et si cette dernière est
continûment différentiable donc la fonction peut être prolonges en ce point-là.

Exemple 4.3 Peut-ont prolongé la fonction f (x) = sin x


x
on une fonction continue sur
R.
On a
 x2n+1 sin x  x2n
sin x = ⇒ = .
n≥0
(2n + 1)! x n≥0
(2n + 1)!

La série obtenue est définie et de classe C ∞ sur R, donc la fonction f (x) admet un
prolongement par continuité.

Le calcul d’intégrale

On sait que toute fonction continue admet une primitive, par contre il existe des
fonctions dont la primitive ne peut être exprimée explicitement, mais on peut les calculer
à l’aide des séries.

Exemple 4.4 Calculer


1
2
e−x dx.
0

On a
 xn 2
 (−1)n x2n
ex = ⇒ e−x =
n≥0
n! n≥0
n!

91
donc

1 1   (−1)n 
1
−x2 (−1)n x2n
e dx = dx = x2n dx
n! n!
0 0 n≥0 n≥0 0
x=1
 (−1) n
x2n+1   (−1)n
=  = .
n≥0
n! (2n + 1)  n! (2n + 1)
n≥0
x=0

L’intégration des équations différentielles ordinaires

Si on nous propose d’intègre une certaine EDO, dont sa résolution ne se ramené pas
à une quadrature, on peut toujours trouver une solution approchée ont supposons que la
solution de cette dernière est développable en série entière.

Exemple 4.5 Trouver une solution sous forme d’une série entière de l’EDO suivante

(1 − x)y ′ + y = 1 + x. (4.20)

Sachant qu’elle vérifie


y(0) = 0. (4.21)

On suppose que la solution à la forme suivante

y = a0 + a1 x + a2 x2 + a3 x3 + a4 x4 + ... + an xn + ... (4.22)

donc
y ′ = a1 + 2a2 x + 3a3 x2 + 4a4 x3 + ... + nan xn−1 + ... (4.23)

D’après la condition (4.21) on a

y(0) = a0 = 0. (4.24)

92
Substituons (4.22)-(4.23) dans (4.20), on obtient

0 = (a1 + a0 − 1) + (2a2 − 1)x + (3a3 − a2 )x2 + ... +

+ [ (n + 1)an+1 − (n − 1)an ] xn + ... (4.25)

(4.25)-(4.24) donnent le système suivant


 

 a0 = 0 
 a0 = 0

 


 


 a1 + a0 − 1 = 0 
 a1 = 1

 


 


 2a2 − 1 = 0 
 a2 = 1

 
 2

 

 3a3 − a2 = 0  a3 = 13 a2
⇔ (4.26)

 4a4 − 2a3 = 0 
 a4 = 24 a3

 


 


 . 
 .

 


 


 . 
 .

 


 

 (n + 1)a  a n−1
n+1 − (n − 1)an = 0 n+1 = n+1 an

ainsi on a
(n − 1)! 1
a0 = 0, a1 = 1 et an+1 = = pour n ≥ 1. (4.27)
(n + 1)! n(n + 1)
La solution de (4.20)-(4.21) est

 1
y (x) = x + xn+1 . (4.28)
n≥1
n(n + 1)

4.4 Série de Fourier


Définition 4.21 On dit que f est périodique de période p si elle vérifie

∀x ∈ D, x + p ∈ D : f (x + p) = f (x), (4.29)

où D est le domaine de définition de f et le plus petit nombre positif vérifiant (4.29).

93
Définition 4.22 On dit que f est monotone par tranche sur l’intervalle [a, b] , si on peut
le partagé on sous intervalles de telle sorte que la fonction f soit monotone sur chaqu’un
d’eux.

Remarque 4.10 Si f est monotone par tranche et bornée sur [a, b], si elle admet des
discontinuités ces dernière ne peuvent être que de première espèce.

Définition 4.23 On appelle série trigonométrique toute série s’écrivant sous la forme

a0 
f (x) = + (an cos nx + bn sin nx) (4.30)
2 n≥1

où a0 , ai et bi sont des réels dits coefficients de la série.

4.4.1 Détermination des coefficients de Fourier

Considérons une fonction 2π-périodique pouvant être représenté par une série trigo-

nométrique de la forme (4.30), supposons que la série a20 + (an + bn ) soit absolument
n≥1
convergente, donc (4.30) est uniformément convergente, on peut donc l’intègre termes à
termes
sachant que

π π  π si n = k
cos nx cos kxdx = sin nx sin kxdx = (4.31)
 0 si n = k
−π −π

et
π π π
cos nxdx = sin nxdx = cos nx sin kxdx = 0, ∀n, k (4.32)
−π −π −π

On intégrations les deux membres de (4.30)


1
a0 = f(x)dx. (4.33)
π
−π

94
Multiplions les deux membres de (4.30) par cos kx et intégrons le résultat entre −π
et π, on obtient

1
an = f(x) cos nxdx. (4.34)
π
−π

Multiplions les deux membres de (4.30) par sin kx et intégrons le résultat entre −π
et π, on obtient

1
bn = f (x) sin nxdx. (4.35)
π
−π

Ainsi on a trouvé les coefficients de la série ces derniers ont dit coefficient de Fourier.

Théorème 4.30 Toute fonction périodique, bornée et monotone par tranche est déve-
loppable en série de Fourier, sa sommes(x) = f(x) aux points de continuité, par contre
aux points de discontinuité elle vaut la moyenne arithmétique des limites à droite et à
gauche.

Remarque 4.11 Le développement en série de Fourier des fonctions paire ne contient


pas les bn (bn = 0) .

Remarque 4.12 Le développement en série de Fourier des fonctions impaire ne contient


pas les an (a0 = an = 0) .

4.4.2 Série de Fourier des fonctions périodiques de période = 2π

Supposons que la fonction f (x) est 2l-périodique tel que (l = 0) l = π, si de plus f


est monotone par tranche et bornée alors elle est développable en série de Fourier, dont

95
les coefficients de Fourier valent

l
1
a0 = f (x)dx
l
−l
l
1 nπx
an = f (x) cos dx
l l
−l
l
1 nπx
bn = f (x) sin dx (4.36)
l l
−l

de plus on a
a0  nπx nπx
f (x) = + (an cos + bn sin ) (4.37)
2 n≥1
l l

4.4.3 Égalité de Parseval

Théorème 4.31 Soit f une fonction développable en série de Fourier de période 2l on


a
l
1 a20  2
f 2 (x)dx = + (an + b2n ). (4.38)
l 2 n≥1
−l

4.4.4 Série de Fourier sous forme complexe

Comme on la déjà vu si f est développable en série de Fourier on l’écrit

a0  % nπx nπx &


f (x) = + an cos + bn sin (4.39)
2 n≥1
l l

sachant que
nπx nπx nπx nπx
nπx ei l + e−i l nπx ei l − e−i l
cos = et sin = (4.40)
l 2 l 2i

96
Substituons (4.) dans (4.) on obtient
 
a0  an  i nπx −i nπx  ibn  i nπx −i nπx 
f(x) = + e l +e l − e l −e l
2 n≥1
2 2
 
a0  an − ibn i nπx an + ibn −i nπx
= + e l + e l
2 n≥1
2 2

 nπx
= cn ei l . (4.41)
n=−∞


a0 an − ibn an + ibn
c0 = , cn = et c−n = (4.42)
2 2 2
ou simplement

1 nπx
cn = f (x)e−i l dx. (4.43)

−π

Exemple 4.6 Considérons la fonction f , 2π-périodique définie sur [−π, π] par

f ( x ) = |sin x| .

1) Montrer que f ( x ) est développable en sérier de Fourier.


2) Calculer les coefficients de Fourier associes à f (x ).
 1
3) Déduire la somme suivante : 2
.
n ≥ 1
4n − 1
1) La fonction f étant périodique, bornée et monotone par tranche donc développable
en série de Fourier.
2)
a0 
f( x ) = + [an cos nx + bn sin nx]
2 n≥1


π π π
1 1 1
a0 = f (x)dx; an = f (x) cos nxdx; bn = f(x) sin nxdx.
π π π
−π −π −π

97
Comme la fonction f est paire alors bn = 0. Il suffit de calculer a0 et an

π π
2 2 2 2 (cos π − cos 0) 4
a0 = f (x)dx = sin xdx = − cos x|π0 = − = .
π π π π π
0 0

π π
2 2
an = f (x) cos nxdx = sin x cos nxdx
π π
0 0

on a
1
sin x cos nx = [sin(n + 1)x + sin(1 − n)x] .
2
Donc  
π π
1 
an = sin(n + 1)xdx + sin(1 − n)xdx .
π
0 0

Pour n = 1 on a
 π 

1  1 1
a1 = sin 2xdx  = − cos 2x|π0 = − (cos 2π − cos 0) = 0.
π 2π 2π
0

Pour n = 1 on obtient
  !
1 1 1
an = − cos(n + 1)x|π0
+ cos(1 − n)x|π0
π n+1 1−n

n+1 n−1
1 (−1) − 1 (−1) −1
an = − +
π n+1 1−n

 0 si n est impaire
an =
 4
si n est paire
π(1−n2 )

On peut donc écrire


4
a2n = .
π (1 − 4n2 )
Ainsi
2  4
f (x) = + cos 2nx
π n≥1 π (1 − 4n2 )

98
 1
3) Déduction de 2−1
, f (x) est continue en x0 = 0. Donc
n ≥ 1
4n

2  4
f( 0 ) = 0 = + cos (2n × 0)
π n≥1 π (1 − 4n2 )
2  4 2 4 1
= + 2
= − 2
.
π n≥1 π (1 − 4n ) π π n≥1 4n − 1

Ainsi
 1 1
= .
n≥1
4n2−1 2

99
Chapitre 5

Transformation de Fourier

On définir la transformé de Fourier comme étant une extension de la série de Fourier


aux fonctions non périodiques, autrement dit on suppose que la fonction est de période
infinie.

Définition 5.1 L1 est l’ensemble des fonctions sommable.

Définition 5.2 L2 est l’ensemble des fonctions à carré sommable.

Définition 5.3 L1 est l’ensemble des fonctions définies sur R, sauf peut-être en un
nombre fini de points, continues en dehors de ces points, et absolument intégrables sur
R.

Définition 5.4 Soit f : R → C, f est dite à décroissance rapide, et on note f ∈ S si


f ∈ C ∞ et si,
∀k, n ∈ N, ∃Ck,n : |xk f (n) (x)| ≤ Ck,n , ∀x ∈ R (5.1)

Définition 5.5 Soit f : R → C, f est une fonction test si elle est indéfiniment dérivable
à support compact, et on note f ∈ D, autrement dit

f ∈ C ∞ et ∃a, b ∈ R : a ≤ b, ∀x ∈ R [a, b] , f (x) = 0 (5.2)

Définition 5.6 Soit f : R → R une fonction localement intégrable et absolument inté-

100
grable sur R. On définit la transformée de Fourier de f , la fonction notée f' : R → C,
comme suit

+∞
1
f' (ω) = T F (f) (t) = √ f (t)e−itω dt. (5.3)

−∞

Et sa transformée inverse de C → R, par


+∞
1
f (t) = T F −1
(f' ) (ω) = √ f' (ω) eitω dω. (5.4)

−∞

Remarque 5.1 t est dite variable temporelle car elle représente souvent le temps. x est
dite variable fréquentielle car elle représente souvent la fréquence ou pulsation. la fonction
f (t) est dite signal.

Remarque 5.2 (5.3) peut-être mise sous la forme

f' (ω) = A (ω) eiϕ(ω) (5.5)

on nome A (ω) spectre de module, ϕ (ω) spectre de phase et A2 (ω) spectre de puissance.

Définition 5.7 la fonction de Heaviside dite également fonction échelon est la fonction
indicatrice de R+ , c’est-à-dire

 0 si t < 0
H(t) = (5.6)
 1 si t ≥ 0

Définition 5.8 on appelle fonction porte toute fonction constante sur un compact de R
et nulle ailleurs.

Définition 5.9 La fonction Si = sin x


x
, est dite sinus cardinal.

Définition 5.10 La mesure de Dirac ou impulsion de Dirac est définie comme suit

 1 si t = a
δ a (x) = (5.7)
 0 si non

101
Exemple 5.1 Calculer la transformée de Fourier de la fonction de Heaviside
on a


+∞
1
T F (H) (t) = √ H(t)e−itω dt

−∞

+∞
1
= √ e−itω dt

0
t=+∞
1 
−itω 
= √ e 
−iω 2π t=0
−i
= √
ω 2π

5.1 Propriétés de la transformée de Fourier


Soient f (t), g(t) ∈ L1 (R), T F la transformée de Fourier directe et T F −1 la transfor-
mée de Fourier inverse

5.1.1 Linéarité de T F

Soient λ et µ deux nombres complexes quelconques,, on a

T F (λf + µg ) (t) = λf' (ω) + µg' (ω) (5.8)

5.1.2 Linéarité de T F −1

Soient λ et µ deux nombres complexes quelconques, f' (ω) , g' (ω) deux fonctions
localement intégrables et absolument intégrables sur C, on a

% &
TF −1
λf' + µg' (ω) = λf (t) + µg (t) . (5.9)

102
5.1.3 Dérivation dans le domaine temporel

dn f
TF ( ) (t) = (i ω)n f' (ω) . (5.10)
dtn

5.1.4 Dérivation dans le domaine fréquentiel

dn f'
n
(ω) = T F ((itω)n f) (t) . (5.11)
dt

5.1.5 translation en t

T F(f ) (t − t0 ) = e−i ωt0


f' (ω) . (5.12)

Remarque 5.3 La translation dans le domaine temporel se traduit par un terme corres-
pondant à un déphasage linéaire en fonction de la fréquence (e−i ωt
). Cette opération ne
modifie pas le module de la transformée de Fourier.

Contraction du domaine [dilatation en t]

1 ' %ω &
T F (f) (at) = f . (5.13)
|a| a

5.1.6 modulation

T F(ei ω0 t
f ) (t) = f' (ω − ω 0 ) . (5.14)

Remarque 5.4 La multiplication par une sinusoide dans le domaine temporel se traduit
par une translation dans le domaine fréquentiel.

103
5.1.7 conjugaison

T F(f ) (t) = f' (ω). (5.15)

5.1.8 convolution

Définition 5.11 Le produit de convolution des fonctions réelles ou complexes f et g est


la fonction f ∗g définie comme suit


+∞

(f ∗ g) (x) = f (x − t)g(t)dt. (5.16)


−∞

La transformée de Fourier du produit de convolution de deux fonctions est le produit


des transformées
T F(f ∗ g) (t) = f' (ω) .'
g (ω) (5.17)

5.1.9 Continuité

f ∈ L1 ⇒ T F (f ) ∈ C (R) . (5.18)

5.1.10 comportement à l’infini

lim f' (ω) = 0. (5.19)


|ω|→+∞

Remarque 5.5 Si f(t) est réelle et paire ⇒ T F (f ) est réelle et paire


Si f (t) est réelle et impaire ⇒ T F (f) est imaginaire pure et impaire.
Si f (t) est imaginaire et paire ⇒ T F (f ) est imaginaire et paire.
Si f (t) est imaginaire et impaire ⇒ T F (f ) est r´eelle et impaire.

104
Théorème 5.1 (de Plancherel) Soient les fonctions f, g ∈ S,on a


+∞ 
+∞

f (t)g(t) dt = f' (ω) g' (ω)dω. (5.20)


−∞ −∞

Théorème 5.2 (de Parseval) Soit f (t) une fonction à énergie finie (f ∈ L2 )et f' (ω)
sa transformée de Fourier. Les fonctions f (t) et f' (ω) ont la même énergie c’est-à-dire


+∞ 
+∞
 2
2 ' 
|f (t)| dt = f (ω) dω. (5.21)
−∞ −∞

5.2 Application de la transformée de Fourier à la ré-

solution des équations différentielles


La transformation de Fourier permet de résoudre explicitement une équation diffé-
rentielle linéaire en la transformant en une équation plus simple.

5.2.1 résolution des équations différentielles linéaires à coeffi-


cients constants

Proposition 5.1 Soit f une fonction intégrable sur R à valeurs dans C, telle que T F
(f ) = F. Alors on a
   
df d2 f
TF (t) = (2iπω) F (ω) et T F (t) = (2iπω)2 F (ω) . (5.22)
dt dt2

En générale  
dn f
TF (t) = (2iπω)n F (ω) . (5.23)
dtn

105
Considérons l’équation différentielle à coefficients constants suivante

n

an−j y (n−j) (t) = g(t), (5.24)
j=0

avec y (0) (t) = y (t) .


Appliquons la transformée de Fourier aux deux membres de (5.24) et utilisons ses
propriétés, on obtient

n
  
an−j T F y (n−j) (t) = T F (g(t)) . (5.25)
j=0

Utilisons la Proposition 5.1, (5.25) donne


 n

an−j (2iπω)n−j F (ω) = T F (g(t)) . (5.26)
j=0

où T F (y (t)) = F (ω) .
de (5.26), on a

 n −1
 n−j
F (ω) = an−j (2iπω) T F (g(t)) .
j=0
= T F (h(t)) T F (g(t))

= T F (h(t) ∗ g(t)) . (5.27)

L’injectivité de T F nous permet d’écrire

y(t) = h(t) ∗ g(t). (5.28)

5.2.2 L’équation différentielle dépend de t de façon linéaire

106
Considérons l’équation différentielle

n

an−j (t) y (n−j) (t) = g(t) (5.29)
j=0

avec y (0) (t) = y (t) et an−j (t) est une fonction polynomiale.

Proposition 5.2 Soit f une fonction intégrable sur R à valeurs dans C, telle que T F
(f ) = F. Alors on a

 2
i dF   i
T F (tf (t)) = (ω) et T F t2 f (t) = F (ω) . (5.30)
2π dω 2π

En générale  n
n i
T F (t f (t)) = F (ω) . (5.31)

Exemple 5.2 On appliquant la transformée de Fourier trouver une solution de l’équation
différentielle suivante
2
−y ′′ (t) + y(t) = e−t . (5.32)

Appliquons la transformée de Fourier à (5.32), on obtient

% &
2 −t2
− (2iπω) F (ω) + F (ω) = T F e
 2 2  % 2&
4π ω + 1 F (ω) = T F e−t
1 % 2&
F (ω) = 2 2
T F e−t
4π ω + 1
1 2 % 2&
= T F e−t
2 1 + (2πω)2
1 % 2
&
= T F e|t| ∗ e−t
2  
1 |t| −t2
= TF e ∗e (5.33)
2

Ainsi
1 2
f (t) = e|t| ∗ e−t (5.34)
2

107
Chapitre 6

Transformation de Laplace

La transformation de Laplace est une opération intégrale qui permet de transformer


une fonction à variable réelle en une fonction à variable complexe, elle permette aussi
de transformée les équations différentielles linéaires aux équations algébriques facilitant
ainsi leurs résolution.

6.1 La transformation de Laplace directe


Définition 6.1 Soit f : [0, +∞[ → R ou C , et p ∈ C telle que p = α + iβ (i2 = −1) .
La transformée de Laplace de la fonction f notée L(f (t)) vaut


+∞

L(f(t)) = F (p) = e−pt f (t)dt. (6.1)


0

f (t) est dite originale de F (p) et on note F (p) ⊏ f(t).


F (p) est l’image de f(t) et on note f(t) ⊐ F (p).

Définition 6.2 on appelle fonction causale tout fonction nulle pour t < 0.

108
6.1.1 Existence de la transformation de Laplace

Définition 6.3 Soit f (t) une fonction continue par morceau sur l’intervalle fermé [0, a]
( a > 0). On dit que f a un ordre exponentiel α à l’infini si

∃M > 0, ∃α > 0, ∀t > a on a |f (t)| = M eαt . (6.2)

Théorème 6.1 Toute fonction continue par morceau, verifiant (5.2) et

∃β, 0 < β < 1 : limtβ |f (t)| = 0. (6.3)


t→0

sa transformée de Laplace existe.

Remarque 6.1 (6.3) est équivalente à

 
lim e −αt f(t) = 0. (6.4)
t→+∞

6.1.2 Unicité de la transformation de Laplace

Théorème 6.2 Soient f(t) et g(t), deux fonctions continues par morceaux ayant un
ordre exponentiel à l’infini sur [0.a] ( a > 0) si

L(f (t)) = L(g(t)) ⇒ f (t) = g(t), ∀t ∈ [0.a] (6.5)

6.1.3 Propriétés de la transformation de Laplace

Considérons les fonctions f (t) et g(t) dont les conditions du Théorème 6.1 sont satis-
faites alors L(f(t)) et L(g(t)) existent on a les propriétés suivantes

109
Linéarité
   
Soit fi (t) i = 1, n , n fonctions vérifiant les conditions du Théorème 6.1, ci i = 1, n ,
n constantes arbitraires on a

n
 n
 n

L( (ci fi (t))) = ci L(fi (t)) = ci Fi (p). (6.6)
i=1 i=1 i=1

Exemple 6.1 Déterminer la transformée de Laplace de la fonction f(t) = cos wt.


On a
eiwt + e−iwt
cos wt = (6.7)
2
donc

eiwt + e−iwt 1 1
L(cos wt) = L( ) = L(eiwt ) + L(e−iwt )
2 2 2

+∞ 
+∞
1 1
= e−pt eiwt dt + e−pt e−iwt dt
2 2
0 0

+∞ 
+∞
1 1
= e(−p+iw)t dt + e−(p+iw)t dt
2 2
0 0
!
1 1 1
= +
2 (p − iw) (p + iw)
!
1 (p + iw) + (p − iw)
=
2 (p − iw) (p + iw)
!
1 p + iw + p − iw p
= 2 = 2 .
2 2
p − (iw) p + w2

Dérivée

Soit f (t) une fonction qui vérifie les conditions du Théorème 6.1, on a alors

L(f ′ (t)) = pF (p) − f(0) (6.8)

110
et
L(f ′′ (t)) = p2 F (p) − pf (0) − f ′ (0) (6.9)

ainsi on peut en déduire que

n−1

(n)
L(f (t)) = pn F (p) − pn−1−i f (i) (0) (6.10)
i=1

où f (i) est la dérivé iième de f et f (0) = f.

Translation de la transformée

Soit f (t) une fonction qui vérifie les conditions du Théorème 6.1, on a alors

L(e−wt f (t)) = F (p + w) (6.11)

Retard temporel

Soit f (t) une fonction qui vérifie les conditions du Théorème 6.1, on a alors

L(f(t − τ )) = e−pτ F (p) (6.12)

Intégrale

Soit f (t) une fonction qui vérifie les conditions du Théorème 6.1, on a alors

t
F (p)
L( f (u)du ) = . (6.13)
p
0

Convolution

Soient f(t) et g(t) deux fonctions vérifiant les conditions du Théorème 6.1, on alors

L( f (t) ∗ g(t)) = F (p) .G (p) (6.14)

111
Théorème de la valeur initiale

limf (t) = lim pF (p) (6.15)


t→0 p→+∞

Théorème de la valeur finale

lim f (t) = lim pF (p) (6.16)


t→+∞ p→0

Remarque 6.2 (6.15) et (6.16) sont valide si les limites existent.

Tableau de quelques transformées

Fonction transformée
δ 1
1
H p
Γ(a+1)
ta (a > −1) pa+1
1
e−λt p+λ
Γ(a+1)
ta e−λt (p+λ)a+1
p
cos(wt) p2 +w2
w
sin(wt) p2 +w2
w cos α+(p+λ) sin α
e−λt sin(wt + α) (p+λ)2 +w2
(p+λ) cos α+w sin α
e−λt cos(wt + α) (p+λ)2 +w2
n+1
tn sin(wt) n! Im(p+iw)
(p2 +w2 )n+1
n+1
tn cos(wt) n! Re(p+iw)
2 2
(p +w ) n+1

6.2 Transformation de Laplace inverse


Définition 6.4 Si on connait la transformée de Laplace F (p) d’une certaine fonction
f (t), on peut toujours déterminer l’expression de cette dernière à l’aide de la formule

112
suivante

c+i∞
1
f(t) = ept F (p)dp. (6.17)
2πi
c−i∞

Remarque 6.3 Comme la plupart des transformées F (p) sont des fractions rationnelles
de la forme N(p)/D(p), il suffit de les décomposer en fractions simples et d’utiliser la
propriété de linéarité de la transformée de Laplace, puis on applique la méthode des
résidus.

6.2.1 Calcul de la transformation de Laplace inverse

On suppose pour commencer que d◦ (N(p)) < d◦ (D(p)) et que les pôles pi de F (p)
sont simples c’est-à-dire N(pi ) = 0, on a D(pi ) = 0 et D′ (pi ) = 0.

N (p)
F (p) = n
Π (p − pi )
i=1
n
ci
= (6.18)
i=1
p − pi

où pi = pj pour tout i = j et

ci = lim [(p − pi ) F (p)] . (6.19)


p→pi

Ainsi nous aurons  n



f (t) = ci epi t ε (t) . (6.20)
i=1

Le cas où d◦ (N(p)) < d◦ (D(p)) et que F (p) possède des pôles multiples c’est-à-dire
N (pi ) = 0, on a D(pi ) = D′ (pi ) = D′′ (pi ) = .. = D(k) (pi )0 et D(k+1) (pi ) = 0, pi est un

113
pôle d’ordre k.

N(p)
F (p) = α
Π (p − pi )kj
i=1
j k
m 
 ci
=  i (6.21)
j=1 i=1 p − pkj


m
où kj = d◦ (D(p)) et pkj est un pôle d’ordre kj . Ainsi
j=1

 kj

m 
 p t
f (t) =  ci e kj  ε (t) . (6.22)
j=1 i=1

Remarque 6.4 Dans le cas où d◦ (D(p)) < d◦ (N(p)), on a

N(p) k(p)D(p) + r(p)


F (p) = =
D(p) D(p)
r(p)
= k(p) + (6.23)
D(p)

où d◦ (r(p)) < d◦ (D(p)).

6.3 Application de la transformation de Laplace à la


résolution d’équations différentielles
Considérons l’équation différentielle

a0 x(n) (t) + a1 x(n−1) (t) + ... + an x(t) = f (t) (6.24)

vérifiant les conditions suivantes

x(i) (0) = xi pour tout i : 0 ≤ i ≤ n − 1 (6.25)

114
 
où la dérivée d’ordre zéro égale à la fonction elle même x(0) (t) = x (t) .
Supposons que a0 = 0 et les fonctions f (t), x(t) et ses dérivées jusqu’à l’ordre n
sont des originaux. On applique la transformée de Laplace aux deux membres de (6.24),
utilisons la règle de dérivation et la linéarité, (6.24) devient

 
a0 pn + a1 pn−1 + ... + an X (p) = F (p) + B (p) (6.26)

où X (p) = L (x (t)) , F (p) = L (f (t)) et B (p) = x0 (a0 pn−1 + a1 pn−2 + ... + an−1 ) +
x1 (a0 pn−2 + a1 pn−3 + ... + an−2 ) + ... + xn−1 (a0 ) .
La résolution de (6.26), donne

F (p) + B (p)
X (p) = (6.27)
(a0 pn + a1 pn−1 + ... + an )

Ainsi la solution (6.24) est donnée par

x(t) = L−1 (X (p)) . (6.28)

Exemple 6.2 Donner la solution de l’équation différentielle suivante

x′′ + a2 x = b sin at (6.29)

vérifiant les conditions initiales

x (0) = x0 et x′ (0) = x1 (6.30)

Appliquons la transformée de Laplace aux deux membres de (6.29), on obtient

 
L x′′ + a2 x = L (b sin at) . (6.31)

115
Utilisons les propriétés de dérivation et de linéarité, (6.31) devient

L (x′′ ) + a2 L (x) = bL (sin at) .


 2  ba
p + a2 X(p) = 2 + px0 + x1 (6.32)
p + a2

ainsi on obtient
ba p 1
X(p) = 2 + 2 2
x0 + 2 x1 . (6.33)
(p2 2
+a ) p +a p + a2
Calculons l’originale de (6.33), on a
   
−1 1 x1 a x1
L x1 = L−1 = sin at (6.34)
p + a2
2 a p + a2
2 a
   
−1 p −1 p
L x0 = x0 L = x0 cos at (6.35)
p + a2
2 p + a2
2

on a
ib −ib −b −b
ba 4a2 4a2
= + + 4a
+ 4a
(6.36)
(p2 + a2 )2 p + ia p − ia (p + ia)2 (p − ia)2
d’où
     
−1 ba ib −1 1 ib −1 1
L = L − 2L
(p + a2 )2
2 4a2 p + ia 4a p − ia
   
b −1 1 b −1 1
− L − L
4a (p + ia)2 4a (p − ia)2
ib −iat
b −iat

= 2
e − e iat − te + teiat
4a 4a
b bt
= sin at − cos at. (6.37)
2a2 2a

Ainsi la solution de (3.62) est

x1 b bt
x(t) = sin at + x0 cos at + 2 sin at − cos at.
a  2a  2a
x1 b bt
= + 2 sin at + x0 − cos at.
a 2a 2a

116