Vous êtes sur la page 1sur 55

Grammaire française I 1 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

Unité 6 : Le syntagme verbal et le verbe

1. Les constituants du syntagme verbal et les règles de réécriture du SV.

2. Le verbe : caractéristiques
2.1 Caractéristiques sémantiques du verbe.
2.2 Caractéristiques morphologiques du verbe.
Variations selon les catégories de mode, de temps, de personne, de nombre.
Les formes verbales : temps simples, temps composés, auxiliaires, semi-auxiliaires.
2.3 Caractéristiques syntaxiques du verbe
Les sous-classes des verbes : Verbes transitifs et intransitifs, verbes copules, verbes pronominaux,
verbes impersonnels, verbes auxiliaires (de conjugaison, d’aspect, de modalité, factitifs)
L’accord du verbe.

3. Le système verbal
3.1 Le Mode, valeurs et emplois. Mode Indicatif. Mode Subjonctif. Mode Impératif. Le cas du conditionnel. Les
modes non personnels : l’infinitif, les participes, le gérondif.
3.2 Le Temps : Les temps verbaux du Mode Indicatif. Valeurs temporelles, aspectuelles et modales.

4. Morphologie verbale
4.1 Verbes du premier groupe
Verbes en -er
Particularités : Verbes en -cer (placer) Verbes en -ger (manger)
Verbes en -ier (apprécier) Verbes en -éer (créer) l’alternance é/e (céder)
Changement de e en é devant e muet (lever, geler) Verbes en -eler (appeler)
Verbes en -eter (acheter) Verbes en -ayer (payer) Verbes en -uyer (essuyer)
Verbes en -oyer (employer)
4.2 Verbes du deuxième groupe
Verbes en -ir. Particularités : verbe haïr
4.3 Verbes du troisième groupe
Verbes en –ir
Tenir. Venir. Sentir. Courir. Mourir. Couvrir. Servir. Dormir. Cueillir.
Assaillir. Faillir. Acquérir. Bouillir .Fuir.
Verbes en –oir
Voir. Pourvoir. Recevoir. Pouvoir. Devoir. Vouloir. Savoir. Falloir.
Pleuvoir. Valoir. Emouvoir. Asseoir.
Verbes en –re
-endre (attendre) -andre (répandre) -ondre (répondre) -erdre (perdre) -ordre (mordre) -ompre (rompre)
Prendre. Atteindre. Craindre. Vaincre. Faire. Distraire. Plaire. Mettre. Battre.
Suivre. Vivre. Suffire. Dire. Lire. Ecrire. Rire. Conduire. Boire. Croire. Croître. Connaître. Naître. Résoudre.
Coudre. Conclure. Aller.

Bibliographie :
Barceló G. J., Bres J. (2006) : Les temps de l’indicatif en français, Ophrys.
Bescherelle, Dictionnaire des 12000 verbes. L’art de conjuguer . Hatier
Burney P. (1972) : Les verbes français, Hachette.
Csecsy M. (1968) : Le verbe français, Hachette.
Dubois-Charlier F., Leeman D. (1974) : Comment s'initier à la linguistique ? Larousse.
Dubois J., Jouannon G., Lagane R. (1961) : Grammaire française, Larousse.
Dupré la Tour S. (1996) : Grammaire pour l’enseignement/apprentissage du FLE, Didier/ Hatier.
Grevisse M. (1996) : Savoir accorder le participe passé, De Boeck-Duculot.
Imbs P. (1968) : L'emploi des temps verbaux en français moderne, Paris, Klincksieck.
Leeman-Bouix D. (1994) : Grammaire du verbe français, des formes au sens, Paris, Nathan Université.
Le Goffic P., Combe McBride N. (1975) : Les constructions fondamentales du français, Paris, Hachette/Larousse.
Maingueneau D. (1981) : L’approche de l’énonciation en linguistique française, Hachette.
Monnerie A. (1979) : « Aspect et sens des verbes » in Le français dans le monde 143.
Monnerie A. (1987) : Le français au présent, Didier/ Hatier.
Montredon J. (1987) : Imparfait et compagnie. Larousse.
Pinchon J. (1986) : Morphosyntaxe du français, Hachette (Collection HU).
De Salins G. D. (1996) : Grammaire pour l’enseignement/apprentissage du FLE . Didier Hatier.
Sensine H. (1962) : L'emploi des temps en français, Paris, Payot.
Tomassone R. (1996) : Pour enseigner la grammaire, Delagrave.
Wagner R. L., Pinchon J. (1962) : Grammaire du français classique et moderne , Hachette.
Grammaire française I 2 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

1. Les constituants du syntagme verbal et les règles de réécriture du SV


Dans la phrase Un facteur apporte le courrier le syntagme verbal est apporte le courrier. Dans ce syntagme verbal, on
peut isoler deux éléments apporte qui est un verbe et le courrier qui est un syntagme nominal OD : SV  V + SNOD
Un petit homme en manches de chemise [manœuvrait (une bande de touristes bruyants)].
On [racontait (les succès scolaires) ou (les histoires de famille)].  SV  V + SNOD + SNOD. Les deux SN sont coordonnés par ou.
Dans d'autres phrases, le syntagme verbal peut être constitué d'un seul élément, le constituant verbe : SV  V
Ce chien [bâille].
Les deux constitutions de SV établies jusqu'ici correspondent à ce qu'on appelle habituellement le verbe
transitif suivi de son objet direct et le verbe intransitif. Les grammaires traditionnelles laissent apercevoir plusieurs
degrés dans la frontière entre les verbes transitifs et les verbes intransitifs : « verbes transitifs dont le complément
d'objet n'est pas exprimé, mais restent néanmoins transitifs » (Cet homme boit), « verbes intransitifs employés, en
changeant ou non de signification, comme transitifs » (pleurer/pleurer quelqu'un), etc. Quand un verbe généralement
susceptible de se construire avec un SN objet se trouve employé sans SN parce que le complément est évident ou
inutile, on peut avoir recours à un SN « vide », « une case de SN non remplie » : SV  V + ø
Jean lit.
D'autre part, du fait de l'ellipse de certaines prépositions, un verbe intransitif peut se trouver suivi d'un SN qui
ne fait pas partie du syntagme verbal ; on distinguera ainsi :
La vitre [réfléchit la lumière]. (la lumière = OD de « réfléchit ») Il [enseigne le latin]. (le latin = OD de « enseigne »)
Marie [a réfléchi] un instant. (un instant = CC de temps) Il [enseigne] le matin. (le matin = CC de temps)

La distinction entre SV à un seul constituant (verbe) et SV à deux constituants (verbe + SN), pourrait
également rendre compte de différences entre des verbes pronominaux, notamment le fait que certains ne se
rencontrent que sous la forme pronominale comme s'abstenir, tandis que d'autres ont les deux possibilités comme se
regarder/ regarder quelqu'un.
Il s’abstiendra SV  V
Il se regarde SV  V + SNOD
Il te regarde SV  V + SNOD
Dans d'autres phrases encore, le SV est constitué d'un verbe et d'un SP (V + SPOI).
Mon voisin [rêve (à ses vacances)].
Et, dans d'autres phrases, le SV peut être constitué d'un verbe, d'un SN et d'un SP : SV  V + SNOD + SPOI
Le facteur [donne (le courrier) (à la concierge)].
D’autres constitutions possibles du SV sont :
- celle avec deux syntagmes prépositionnels (V + SP +SP) : Jean parlera de cette histoire à son frère.
- celle avec un SNOD suivi d'un SA « attribut de l'objet » (V + SNOD + SAattOD): Ils ont nommé Pierre directeur. L’employé
considère ce travail intéressant.
Le syntagme verbal peut également comporter l'élément être. Etre peut se construire :
- avec un syntagme prépositionnel : La concierge [est (dans la cour)]. SV  Vcop + SPCLieu
- avec un syntagme nominal : Le facteur [est (un fonctionnaire)]. SV  Vcop + SNATT
- avec un syntagme adjectival : La concierge [est (malade)]. SV  Vcop + SAATT
L’élément être est représentatif des verbes dits « copulatifs ». La distinction en deux grands types de syntagmes
verbaux, les SV à verbe proprement dit et les SV à copule, repose sur un certain nombre de propriétés :
(1) le SN qui suit les verbes copulatifs n'est pas dans la même relation sémantique avec le verbe et le sujet que le SN qui
suit un verbe, il n'est pas l'objet ou le but de l'action. D'ailleurs, les verbes copulatifs n'expriment pas une action, mais
une absence d'action comme rester, demeurer, ou une simple mise en correspondance d'une personne ou d'un objet et d'un
état, d'un lieu, etc.
Grammaire française I 3 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

(2) Le SV à copule peut contenir comme second constituant l'une des trois possibilités SN, SP, SA. En général, les verbes
copules « conditionnent » un seul type de complément. Ainsi certains verbes comme sembler, devenir ont surtout les
possibilités SN et SA (Le facteur est devenu célèbre / est devenu un héros / *est devenu dans la cour), etc.

Constituants possibles pour le SV


SV  V [Venez]
V+Ø Il [mange]
V + SNOD Il [apporte (le courrier)]
V + SPOI Je [parle (à Paul)]
V + SP + SP J’ [ai parlé (de cette affaire) (à mon copain)]
V + SNOD + SPOI Il [apporte (le courrier) (à Paul)]
V + SNOD + SAATT OD J’ [ai trouvé (ce travail) (passionnant)]
V + SPCLieu Il [va (à l’école)]

SV (v copule) V + SNATT Il [est (le médecin du président)]


V + SAATT Il [est (beau)]
V + SPclieu Il [est (dans la cour)]

Exercices
1. Les constituants du syntagme verbal et les règles de réécriture du syntagme verbal
1Cl Claudine : Je suis allé au bal hier soir. Et vous, où êtes-vous allée ?
Alice: Moi, je suis allée au cinéma.
Claudine : Avec qui ?
Alice : Devinez !
5 5 Claudine : Je ne sais pas.
Alice : Tenez, voilà trois photos de garçons.
Claudine: Vous êtes allée avec celui-ci.
Alice : Non.
Claudine : Avec celui-là.
101 Alice : Non plus ! Avec le troisième : il est venu me chercher à la maison.
Claudine: Bravo ! Il est beau garçon. À quel cinéma êtes-vous allés ?
Alice : Nous sommes allés au Rex. Et vous, vous avez dansé ?
Claudine : Oh oui, j’ai dansé toute la nuit. Mes amis sont venus me chercher à dix heures. Nous avons dansé jusqu’à cinq heures du
matin. Regardez mes souliers, ils sont tout usés.
1515 Alice : Vous avez mis ceux-là ? Les souliers noirs ?
Claudine : Oui, les blancs me font mal aux pieds.
Alice: Et quelle robe ? Celle-ci ?
Claudine : Non, j’ai mis ma robe blanche, elle est plus légère. Oh, je tombe de fatigue. Je vais dormir.
Alice : Au revoir, Claudine. Dormez bien.

a. Trouvez dans le texte des SV constitués par :


a) V + SNOD
b) V + SPC lieu
c) V + 
d) V

b. Comment sont constitués les verbes des phrases suivantes ?


Ligne 1 : Je suis allée au bal hier soir.
Ligne 4 : Devinez.
Ligne 18 : Je vais dormir.
c. Inventez des SV constitués par :
Grammaire française I 4 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

a) V + SNOD
b) V + SPC lieu
c) V + SPOI
d) V + SA ATT

e) V+
f) V
g) V + SNOD + SPOI
h) V + SP + SP

2. Le verbe : caractéristiques
2.1 Caractéristiques sémantiques du verbe
Le verbe est le constituant essentiel du groupe du verbe ; sa fonction dans la phrase est celle de prédicat. Le
verbe indique un procès (action) ou un état. Mais il n'est pas la seule classe de mots (ou partie du discours) qui indique
une action ou un état : les noms peuvent indiquer les mêmes notions (nettoyage, nettoiement, action de nettoyer ; ivresse,
état d'une personne ivre), et les adjectifs peuvent indiquer les qualités correspondant à ces notions ( actif, qui agit ;
ivre, qui est en état d'ivresse). Le verbe se caractérise donc moins par son sens que par son rôle syntaxique de
constituant du groupe du verbe.

2.2 Caractéristiques morphologiques du verbe


2.2.1 Variations selon les catégories de mode, de temps, de personne, de nombre
En français, le verbe est un mot d’espèce variable. Un verbe se compose normalement d’un radical et d’une
désinence. Dans quelques verbes un suffixe s’intercale entre ces deux éléments.
Le radical exprime la signification lexicale du verbe.
- Dans les verbes réguliers, le radical conserve la même forme à travers toute la conjugaison.
Chanter : radical unique chant [∫ãt-]
- Dans les verbes irréguliers, le radical s’altère suivant le mode, le temps et la personne auxquels le verbe est
employé.
Pouvoir. Le radical se présente sous les formes :
Pouv- (pouv- ons, pouv- ais, etc.)
Pour- (pour-rai, pour-rais)
Puiss- (puiss-ions, puiss-iez)
Peu- (peux, peut)
Pu- (pus, pûmes)

La désinence est la partie du verbe qui suit le radical. Les désinences, variables, sont des indices de
catégories. Elles caractérisent le mode, le temps et la personne sous lesquels se présente le verbe.
Un verbe a une conjugaison complète lorsqu’il peut s’employer à tous les modes, à tous les temps et à
toutes les personnes. On appelle verbes défectifs ceux qui ne s’emploient qu’à certains modes, ou à certaines
personnes de certains temps. Le verbe résulter ne s’emploie qu’à l’infinitif, au participe et à la 3 e personne (singulier et
pluriel) des temps du mode subjonctif et du mode indicatif.

2.2.2 Les formes verbales : temps simples, temps composés, auxiliaires, semi-auxiliaires
2.2.2.1 Temps simples et temps composés
Grammaire française I 5 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

Toute forme verbale, à n’importe quel mode, présente deux aspects au moins, auxquels on donne
communément le nom de forme simple et forme composée. Quelques-unes peuvent en présenter un troisième auquel on
donne le nom de forme surcomposée. Les formes simples sont celles dont les désinences (modales, temporelles,
personnelles) sont portées par le verbe lui-même. Marcher. Je marchais. Nous marcherons. Les formes composées sont
celles dont les désinences (modales, temporelles, personnelles) sont portées par l’un des auxiliaires être ou avoir , qui sert
à conjuguer le verbe. Je me suis ennuyé. Il se sera ennuyé. J’avais vu. Nous aurons vu. Les formes surcomposées ne se
rencontrent qu’à la voix active et dans le mode indicatif. On les forme en conjuguant le participe passé du verbe au
moyen de la forme composée de l’auxiliaire avoir. J’ai eu vu. J’ai eu marché. Il a eu donné.

2.2.2.2 Auxiliaires
On donne le nom de verbe auxiliaire aux formes verbales être et avoir lorsque, suivies d'un autre verbe
employé à un mode impersonnel, elles servent à conjuguer :
- Les formes composées et surcomposées du verbe : j’ai aimé, j'ai eu aimé, nous sommes sortis
- Le passif (pour les verbes transitifs directs) : je suis aimé.
À côté de ces deux auxiliaires, il existe des semi-auxiliaires qui permettent de construire des périphrases
verbales : Il va partir à Londres dans quelques jours. Le médecin vient d’opérer le malade.

Définition générale et critères d’identification


Pour reconnaître le statut d'auxiliaires ou de semi-auxiliaires aux verbes employés, il convient de les opposer
dans cet emploi à leur utilisation en tant que verbes autonomes, possédant alors leur plein statut verbal.
Ainsi, tandis que dans les exemples Je lui ai parlé. Son intervention a été très appréciée ; être et avoir servent à conjuguer
successivement les verbes parler (au passé composé de l'indicatif, voix active) et apprécier (même temps, voix passive), et
ne sont de ce fait que des verbes auxiliaires (= qui aident à...), simples outils grammaticaux au même titre que les
marques de personne et de nombre. Ces mêmes verbes, employés comme verbes autonomes, retrouvent leur pleine
valeur dans les exemples suivants :
Je pense, donc je suis (emploi plein d'être au sens d'exister).
Elle a une maison à la campagne (avoir = posséder).
On posera donc qu'être et avoir sont auxiliaires dans le premier cas, et verbes pleins dans le second. Pour que
ces formes soient reconnues comme auxiliaires, il faut que plusieurs conditions soient remplies, dont on rappellera les
principales.
a. Perte de sens
Tandis qu'en emploi plein, être et avoir possèdent un contenu de sens (même si celui-ci est parfois très abstrait),
ils deviennent presque entièrement «transparents» du point de vue sémantique lorsqu'ils sont auxiliaires. De ce fait,
tandis que dans l'exemple Je veux partir il est question successivement dans la phrase de deux procès (vouloir et partir) ;
dans l’exemple Je suis parti, une seule information (partir) est fournie par les deux verbes, l'auxiliaire n’ayant pas le sens
de « exister ».
b. Cohésion des deux verbes
L'auxiliaire constitue avec le verbe qui le suit (appelé parfois auxilié) une forme verbale unique, dont font état
les tableaux de conjugaison. Cela est vrai pour le sens, mais aussi du point de vue syntaxique, comme le montrent les
caractéristiques suivantes.
Impossibilité de pronominaliser l'auxilié : En effet, le second verbe ne peut pas être repris par un pronom, ni
être extrait hors de la phrase, preuve de sa solidarité avec l'auxiliaire. On comparera ainsi :
Sa maison de campagne, elle l'a depuis dix ans. / *Travaillé, elle l'a toujours.
Travailleuse, elle l'est depuis toujours. / *Mariée, elle le sera par le Maire de Paris.
Grammaire française I 6 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

Comportement des pronoms personnels conjoints : Dans la mesure où le groupe auxiliaire + verbe forme un
tout, les pronoms personnels conjoints, bien que dépendant syntaxiquement du second verbe, se placent à gauche
de l’ensemble : Je les ai vus hier et non entre les deux verbes : *J'ai les vus hier (mais Je veux les voir).

2.2.2.3 Semi-auxiliaires
La notion de périphrase suppose une forme verbale complexe, avec un semi-auxiliaire conjugué à un mode
personnel et une forme verbale non personnelle comme l’infinitif. L’infinitif porte l’information principale de la phrase. Il
n’est donc jamais pronominalisable : Je vais vous répondre  *J’y vais. Ce trait permet d’opposer l’infinitif noyau de
périphrase, à l’infinitif OD : Je veux vous répondre  Je le veux.
Périphrase temporelle : elle permet de situer le procès dans la chronologie. Elle se conjugue uniquement au
présent ou à l’imparfait.
 Futur proche  Aller + infinitif : Je vais acheter une voiture. Nous allons étudier les verbes.
 Passé récent  Venir de + infinitif : Je viens d’arriver. Vous venez de finir vos études.
Périphrase aspectuelle : elle envisage le procès dans l’un ou l’autre des différents moments de sa durée interne.
 Aspect inchoatif (phase initiale d’entrée en action).
Elle se mit à pleurer. Dépêchez-vous ! La nuit commence à tomber.
 Aspect duratif (le procès est vu sous l’angle de son déroulement).
J’étais en train de lire lorsqu’il est entré. Malgré le bruit, elle continue à travailler.
Ils ne cessent pas de rire. Que faire ? Ce bébé n’arrête pas de pleurer.
 Aspect terminatif (le procès est vu sous l’angle de sa fin).
Je finissais de lire lorsqu’il est entré. Il a cessé de fumer il y a un mois.
Périphrase de modalité : elle précise le point de vue de l’énonciateur sur le contenu invoqué.
 La probabilité. Devoir1 + infinitif : Tu dois être drôlement contente !
Alex n’est pas là ! C’est rare. Il doit être malade.
Il fait la pratique tous les jours. Il doit nager très bien !
 L’éventualité. Pouvoir + infinitif :
2
Il pouvait être huit heures lorsqu’il est entré.
Il pouvait avoir vingt ans lorsque son père est mort.

Exercices
1. Dites si le verbe être est employé comme auxiliaire ou dans son sens plein.
1. Les décisions du gouvernement seront bientôt connues.
2. Ce procédé de fabrication est encore inconnu dans notre pays.
3. L'alun est utilisé dans la teinture des tissus.
4. Les propos qu'il a tenus sont inconsidérés.
5. Ces propos ont été considérés comme diffamatoires.
6. Les pouvoirs du dictateur étaient illimités.
7. La vitesse est limitée à 90 Km/h.

2. Dites si le verbe avoir est employé comme auxiliaire ou dans son sens plein.
1. Nous avons, depuis cette date, patiemment poursuivi nos recherches.
2. Plusieurs d'entre nous, au retour, avaient des vêtements déchirés.

1
Si on considère que “devoir” possède comme sens propre la valeur d’obligation, on ne l’analysera pas comme semi-auxiliaire dans les
tours du type Tu dois absolument lire ce livre. Dans ce cas, « lire ce livre » est une proposition subordonné substantive, objet direct de « dois »
2
Même remarque pour “pouvoir” dont on peut choisir de limiter le sens propre à la valeur d’aptitude (Je peux marcher de nouveau) , et celle
de permission (Tu peux prendre ce gâteau).
Grammaire française I 7 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

3. Les garnements avaient encore déchiré leurs vêtements.


4. En écoutant mes paroles, il avait un air entendu.
5. II avait aussitôt, sans hésiter, et en dépit de sa fatigue, accepté une autre mission.

3. Complétez les phrases, selon le cas, par l'auxiliaire avoir ou l'auxiliaire être. Signalez le cas où les deux
auxiliaires vous semblent possibles. Les verbes sont au plus-que-parfait de l'indicatif :
1. Je n'_______ pas né pour faire un homme extraordinaire.
2. Les polissons de la ville _______devenus mes plus chers amis
3. Un vieil Espagnol, ancien prisonnier de guerre, et qui, lors de la paix, _______ resté dans le pays où il faisait un petit commerce de
grains, _______ venu de bonne heure au marché et _______ laissé sa charrette vide au bas de la Tour d'Issoudun
4. Rien pourtant n'_______ apparu, sauf une trace, une traînée banale de bête qui se perdait dans la campagne. Est-ce que la forêt
s'_______ endormie ? Est-ce que ses habitants _______ péri ?
5. Le lendemain, quand j'ouvris ma fenêtre comme la veille, les sauterelles _______ parties ; mais quelle ruine elles _______ laissée !

4. Indiquez le sens du semi-auxiliaire en italique : périphrase temporelle (passé récent, futur proche),
périphrase aspectuelle (inchoatif, duratif, terminatif), périphrase modale (probabilité, éventualité).
1. II se mit à courir se dirigeant vers sa demeure.
2. Brusquement, sur notre droite, une faille venait de s'ouvrir au niveau de la muraille.
3. Je pouvais être à cinquante pas de la Seine, j'entends encore le cri du batelier qui se noyait.
4. Comme ils rient en pensant : « Qui est-ce qui va encore bien venir à cette heure ? »
5. Ils viennent d'arriver de la campagne.
6. La salle était pleine; il pouvait y avoir 300 personnes.
7. La pluie a enfin cessé de tomber .
8. Une certaine nuit qu'il pleuvait à verse, j'allais m'endormir exténué de faim et de chagrin …
9. Nous sommes sur le point d'arriver à une conclusion.
10. Ils sont en train de finir leurs devoirs.
11. Le soleil est haut dans le ciel; il doit être environ midi.

5. Précisez si devoir est un auxiliaire modal ou un verbe au sens plein.


1. La ville dut avoir quelque importance à une époque ancienne.
2. Je dois tout à mon père avant qu'à ma maîtresse.
3. Il doit dans tous les cabarets de la ville.
4. Il me semble que M. Turcaret devrait bien être de retour.
5. Je ne sais pas ce que je dois faire. Irai-je ou n'irai-je pas ?
6. Par mes calculs, cette lettre doit arriver à Berlin deux ou trois jours avant toi.

6. Précisez si aller est un auxiliaire temporel, un verbe au sens plein ou une interjection.
1. Je vais tenter de faire d'abord la pêche aux perles.
2. Les minutes passaient, nous allions vite et pourtant les trois clochers étaient toujours au loin devant nous.
3. Bonjour, bonjour, le soleil va se lever sur Paris.
4. Vous irez au n° 79, c'est au troisième étage.
5. Tiens ! la pluie a cessé... Allons ! quelques mots suffiront pour retracer ma découverte essentielle.
6. Le chasseur va en traîneau jusqu'au bord de la glace solide.

7. Précisez si venir est un auxiliaire temporel ou un verbe au sens plein.


1. L'été venait de finir et l'automne naissait.
Grammaire française I 8 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

2. Les grandes pensées viennent du cœur.


3. Louis... Papa vient de perdre sa place.
4. J'entre dans la vie pour en sortir bientôt, je viens me montrer comme les autres.
5. J'étais décidé à battre en retraite quand le moment serait venu.

2.3 Caractéristiques syntaxiques du verbe


2.3.1 Les sous-classes des verbes
2.3.1.1. Verbes transitifs et verbes intransitifs
 Un verbe est transitif quand l’action s’accomplit sur un être animé ou sur une chose, qui est alors
complément d’objet : J’ouvre la porte. Je sais que tu m’attends. Je vois Paul.
a. Le complément d’objet peut suivre directement le verbe sans l’intermédiaire d’une préposition ; il est
complément d’objet direct, le verbe est transitif direct : Il reprit son livre.
b. Le complément d’objet peut dépendre du verbe par l’intermédiaire d’une préposition ; il est complément
d’objet indirect, le verbe est transitif indirect : Il pardonne à ses ennemis.
c. Un verbe peut être tantôt transitif direct, tantôt transitif indirect ; les deux constructions ont
généralement un sens différent : Il manque son but. Il manque à sa parole.
 Un verbe est intransitif quand l’action ne s’accomplit pas sur un complément d’objet, mais reste limité au
sujet : Il marche. Elle s’évanouie.
 Des verbes intransitifs peuvent être employés transitivement : Il est déjà descendu ≠ Il a descendu les bagages.
 Des verbes transitifs peuvent être employés intransitivement : Il mange un morceau de pain ≠ Ne le dérangez pas, il
mange.

Exercices
1. Dites si les verbes des phrases suivantes sont intransitifs ou transitifs directs ou indirects, en indiquant
s’il y a lieu les compléments d’objet.
1. Maman sourit de son cher sourire un peu fatigué qui dessine sur sa joue tant de petites rides.
2. Philippe alla devant, sur le chemin de la douane, portant les éléments pour la pêche d’après-midi.
3. Le soleil tombait à travers les feuillages, mettant sur la poussière des cercles jaunes qui tremblotaient .
4. Nous entrons , à droite, sur une vaste galerie où fonctionnaient quatre énormes machines.
5. L’institutrice n’a pas renoncé à lui enseigner le solfège.
6. Je lui tendis la boîte. Il prit une poignée de cacahuètes qu’il lança dans l’herbe.
7. Je goûterais bien une cacahuète.
8. Marie rêvera de cette soirée pendant longtemps.
9. Il a sauté la haie d’un seul bond.
10. Il a sauté à pieds joints par-dessus la haie.
11. Il répond des dettes de son associé.
12. Accepteriez -vous du pain ou du lait ?

2. Pour chaque phrase indiquez la construction du verbe (intransitif, transitif direct, transitif indirect)
1. Il a manqué la cible. / Je manque de farine.
2. Il a assisté à un concert de reggae. / L’infirmière assiste un malheureux vieillard.
3. Audrey réfléchit avant d’écrire. / Le métal poli réfléchit la lumière.
4. Cette voiture roule trop vite. / Roule le tapis, s’il te plaît.
5. Je me suis garée devant l’église. / Dans cette bousculade, je me suis garée des coups.
Grammaire française I 9 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

2.3.1.2. Verbes copules


Les verbes copules ou attributifs sont ceux par lesquels on attribue au sujet une qualité ou une
manière d’être. Ils exigent un attribut du sujet. Contrairement au complément d’objet qui peut parfois disparaître,
l’attribut ne peut pas être supprimé : Il paraît charmant / * Il paraît.
L’attribut peut être pronominalisé au moyen du pronom neutre le qui reprend le contenu sémantique de
l’attribut sans référence à son genre ni à son nombre Elle semble charmante  Elle le semble.
 Être est le verbe copule par excellence. Tout désir est une illusion. Pierre est médecin.
 D’autres verbes ajoutent à la notion d’état une nuance, un aspect :
- Entrée dans un état : devenir, redevenir, se faire Je suis devenu avocat. Les bonnes occasions se font rares.
- Continuité : rester, demeurer Rodolphe est resté muet. Cette surface demeure impénétrable à la vue.
- Apparence : sembler, paraître, avoir l’air, faire Il semble malade. Il a l’air mécontent. Il fait plus âgé qu’il ne l’est.
- Réputation : passer pour La fille passait pour coquette.
- Prise de conscience : apparaître (comme), se montrer, s’avérer, s’affirmer (comme), se révéler, se trouver Les faits qu’elle cite
m’apparaissent insignifiants. La médecine s’était montrée impuissante. Les rues se trouvèrent étroites pour les éléphants.

Exercices
1. Relevez les phrases avec des verbes attributifs.
1. Cet homme passe pour milliardaire.
2. Nous sommes passés pour vous voir.
3. La vitre semble fêlée.
4. Vous paraissez fatigués.
5. Une carriole apparaissait au loin.
6. Ces pommes de terre ont l’air gelées.
7. Il reste du café dans la cuisine.
8. Cela reste du café malgré tout.
9. Sophie demeure bien fluette.
10. Elles sont tombées malades.
11. L’étudiant deviendra professeur.
12. Rue Gringoire demeure mon professeur de piano.
13. Me Gringoire demeure mon professeur de piano.

2. Indiquez dans quelle phrase le verbe est utilisé comme verbe attributif.
1. Jacqueline est tombée de la balançoire. Stéphanie est tombée malade.
2. Ils vécurent heureux toute leur vie. Mon grand-père vécut à Lille pendant plusieurs années.
3. Je finirai ma rédaction demain. Ce garçon finira champion, s’il continue à s’entraîner ainsi.
4. Malgré tes excuses, je demeure mécontente. Patrice demeure maintenant à Saint-Malo.
5. Un journal bimensuel paraît deux fois par mois. Mon chien paraît malade.
6. À dix heures trente, vous resterez dans la cour de récréation. Ils sont restés muets d’effroi.

2.3.1.3. Verbes impersonnels


On appelle verbes impersonnels les verbes qui n’ont que la 3e personne du singulier, sans que celle-ci
désigne une personne ou un objet déterminé.
Verbes essentiellement impersonnels : Ce sont les verbes qui n’existent qu’à la forme impersonnelle.
 Verbes météorologiques : Ces verbes ne sont suivis d’aucune séquence : pleuvoir, neiger, venter. Il pleuvait sans
cesse sur Brest... Il neige, il bruine, il grêle, il tonne.
Grammaire française I 10 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

Certains de ces verbes peuvent avoir un emploi personnel dans des sens figurés. Les coups pleuvaient sur Pierre. Le
prédicateur a tonné contre les vices du siècle.
 Verbe falloir : Il faut du temps. Il faut y aller. Il faut que j'aille.
 Verbes sembler et paraître : Il me semble qu'il viendra. Il paraît utile de venir. Il me semble qu'il est utile de venir Il paraît qu'ils ont
battu le record de traversée de la Manche à la nage.
 Verbe être (emploi littéraire dans le sens d’exister ou suivi d’une indication temporelle) Il est des belles fleures
dans le bois. Il est huit heures. Il est tard.
 Verbe Faire (suivi d’une indication temporelle) : Il fait nuit, il fait chaud, il fait froid, il fait sombre, il fait beau. Il fait -10 oC
aujourd'hui.
 Locutions il y a, il s'agit de, il est question de : Il y a beaucoup de monde aujourd’hui, Il s'agit de trouver la solution le plus vite
possible. Il s’agit de votre avenir. L'alarme antivol sonne! Il y a quelqu'un dans la maison.

Verbes accidentellement impersonnels : Ce sont les verbes qui existent aussi à la forme personnelle. Dans ce
cas, le pronom « il » est appelé sujet apparent ou grammatical puisqu’il se trouve à la place du véritable sujet de la
phrase qui est appelé donc sujet réel.
 Verbes intransitifs : (dont la plupart sont des verbes de mouvement) : aller, arriver, courir, descendre, entrer,
monter, partir, passer, remonter, rentrer, repartir, retourner, revenir, sortir, tomber, venir, couler, marcher, sauter , etc.
Il m'est arrivé un accident. Il m'arrive de me tromper. Il arrive que Paul soit en retard.
Remarque : Il n’est pas possible d’extraposer n’importe quel substantif avec n’importe quel déterminant. Le
sujet extraposé est toujours actualisé de manière indéterminée (articles indéfinis ou partitifs, adjectifs
indéfinis ou numéraux). L’indétermination porte sur l’identité ou sur la qualité. Il passe des camions (Des
camions passent) Il est tombé beaucoup de pluie (Beaucoup de pluie est tombée).
 Verbes rester et manquer : Il manque 100 euros à Michel. Il reste du poulet dans le frigo. Il reste quelques jours pour acheter les
billets de concert.
 Verbe Valoir mieux : Il vaut mieux sortir. Il vaut mieux un autre livre. Il vaut mieux que vous sortiez. Il vaut mieux qu'on réfléchisse
bien avant de prendre une bonne décision.
Remarque : Les tournures personnelles correspondantes aux verbes rester, manquer, valoir mieux et arriver sont
possibles, mais nettement moins usuelles.
 Verbe Suffire : Il suffit que vous écoutiez ce qu’il dit. Il suffit de le voir pour comprendre. Il suffit de donner votre adresse email.
 Des adjectifs entrant dans des constructions impersonnelles : Il est important que vous assistiez à cette réunion. Il est
évident que personne n’a rien compris. Il est bon de se lever tôt. Il est souhaitable de ne pas le fâcher. Il est fâcheux qu’il soit venu. Il
est opportun de poser ce genre de questions. Il est étrange qu’il ne sache pas la vérité. Il est gênant de le voir ainsi. Il est nécessaire
d’apprendre ce sujet.
 Verbes pronominaux à sens passif : Il se vend beaucoup de fleurs samedi. Il se forme des grumeaux dans la pâte. Il se produit
un tumulte dans la réunion politique.
 Constructions passives extraposées : Il a été décidé que la réunion aura lieu dans les bureaux. Il a été proposé que les
professeurs s’occupent de l’organisation de la fête. Il est rappelé qu'il est recommandé d'analyser les résultats.

Exercices
1. Complétez les phrases avec : Il est, Il faut, Il y a, Il semble, Il s'agit de, Il fait, Il pleut, Il vaut mieux, Il arrive, Il reste.
Indiquez s’il s’agit d’une construction essentiellement ou accidentellement impersonnelle :
1. _________________________ ! Tu as ton parapluie ?
2. _________________________ beau ! J'ai envie d'aller me promener.
3. _________________________ quelqu'un dans la classe ?
4. _________________________ déjà 4 heures ! Je dois rentrer !
Grammaire française I 11 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

5. _________________________ que tu viennes à ma fête !


6. _________________________ qu'elle ne comprend pas ce que tu lui as dit !
7. _________________________ encore des places pour le concert de ce soir ?
8. _________________________ partir tout de suite si on ne veut pas être en retard au rendez-vous !
9. _________________________ toi, de ta vie et de ton avenir qui préoccupent tes parents !
10. _________________________ de nombreux accidents dans cette autoroute.

2. Distinguez les verbes accidentellement impersonnels ou essentiellement impersonnels :


1. Il faudra nettoyer les moules avant de les faire cuire.
2. Il paraît qu’il naît plus de garçons que de filles.
3. Il est interdit d’écrire sur les murs.
4. Il était une fois une méchante sorcière.
5. Il se passe ici des choses étranges.
6. Est-il vrai qu’il a tonné cette nuit ?
7. Il est un petit bois où il fait bon se promener.
8. Il manque deux serviettes et trois torchons.
9. Il se fabrique dans cet arsenal des sous-marins atomiques.
10. Il est passé deux chiens, trois cyclistes et quatre piétons.
11. Il est conseillé de se taire.

3. Réécrivez ces phrases de sorte que les verbes principaux soient impersonnels :
1. Se lever pendant un décollage est interdit.
2. Des chevaux sont passés par ici.
3. Une idée m’est venue.
4. Un lieu qui corresponde à tes rêves existe sûrement.
5. Des bruits bizarres courent.
6. Partir en vacances le 1er août est fortement déconseillé.
7. Faire attention suffit pour ne pas glisser.

2.3.1.4. Verbes pronominaux


Morphologiquement, la forme pronominale se définit par deux propriétés :
1. par la présence d’un pronom personnel de la même personne que le sujet (me, te, se, nous, vous). On
préfère cette définition à celle donnée souvent : « Les verbes pronominaux se conjuguent avec deux pronoms
de la même personne » qui n’exclut pas lui, leur (il lui/ leur dit).
2. Par l’emploi de l’auxiliaire être pour la formation des temps composés : il s’est promené. Nous nous sommes levés.

I. Les verbes essentiellement pronominaux sont ceux qui ne s’emploient qu’à la forme pronominale
(s’absenter, s’en aller, s’évanouir, s’envoler, se cabrer, s’enfuir, se résigner, se souvenir, se dédire, se méfier, s’écrouler,
s’entraider, s’avérer, s’ensuivre, se suicider) ou qui, à la forme pronominale, ont un sens qui les différencie
radicalement du même verbe à la forme non pronominale (s’apercevoir, s’attaquer à, s’attendre à, s’agir de,
se douter de, s’échapper de, se plaindre de, se rendre, se sauver, se servir de ). Dans certains manuels, on appelle ces
verbes "irréfléchis" (ou subjectifs) du fait que, dans ce cas, le pronom réfléchi n'a pas de fonction
grammaticale précise et que l'action ne s'exerce pas (ne revient pas, ne se réfléchit pas) sur le sujet.
II. Les verbes accidentellement pronominaux sont ceux qui existent aussi à la forme non pronominale.
Grammaire française I 12 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

II. a. Les verbes pronominaux sont dits réfléchis quand l’être (ou chacun des êtres, au pluriel) dont il s’agit exerce
une action sur lui-même, c’est-à-dire que l’action faite par le sujet s'exerce (revient, se réfléchit) ou
retombe sur lui-même. Pour les distinguer, on peut ajouter moi-même, toi-même, lui-même, elle-même, nous-mêmes,
vous-mêmes, elles-mêmes, eux-mêmes. Ils présentent les propriétés suivantes :
1. admettre soit un complément d’objet direct ou indirect :
Il regarde Pierre. Il se regarde.
Il nuit à Pierre. Il lui nuit. Il se nuit.
2. avoir un complément qui comporte les mêmes traits que le sujet, l’un des traits étant nécessairement
Animé :
Sujet animé humain - Complément animé humain Jean regarde Pierre. Jean regarde Jean  Jean se regarde.
Sujet animé non humain - Complément animé non humain Le singe gratte la guenon. Le singe gratte le singe  Le singe
se gratte.
3. il doit y avoir identité entre le sujet et le complément.
Constructions pronominales proches du réfléchi : les constructions pronominales en se parties du corps
et les verbes réfléchis.
Les phrases avec une construction pronominale en « se parties du corps » comportent un verbe à
la forme pronominale suivi d’un complément de construction directe, désignant une partie du
corps : Pierre se coupe les ongles. Pierre se cogne le coude. Pierre se casse une dent. Marie se démêle les cheveux . Dans un
bon nombre de cas, on peut mettre ces phrases en relation avec des constructions comportant le verbe non
pronominal et le substantif prédéterminé par le possessif : Pierre coupe ses ongles. Marie démêle ses cheveux. Pourtant
les deux séries ne sont pas équivalentes : 1) la phrase non pronominale est ambiguë : Marie démêle ses
cheveux (ses cheveux ne réfère pas nécessairement à Marie) ; 2) le possessif s’emploie plus facilement
lorsqu’il s’agit d’une action volontaire : Pierre se nettoie les ongles ou Pierre nettoie ses ongles. Mais Pierre se coupe
le doigt plutôt que Pierre coupe son doigt.
II. b. Les verbes pronominaux sont réciproques lorsque l'action faite par plusieurs sujets s'exerce (revient, se
réfléchit) sur chacun d'eux (l’action est à la fois accomplie et reçue par chacun). Un verbe pronominal peut prendre un
sens réciproque :
1. à condition d’avoir un sujet pluriel ;
2. essentiellement avec un sujet de la classe animée, comme les réfléchis, mais aussi pour quelques verbes avec
un sujet de la classe inanimée Les deux murs se touchent. Le pronominal pluriel est souvent ambigu. L’ambiguïté
peut être levée par l’adjonction de l’un l’autre, mutuellement, réciproquement. Ils se regardent amoureusement. Jean et
Marie se tutoient. Ils s’aimaient d’un amour tendre.
II. c. Les verbes pronominaux neutres sont ceux qui existent sous les deux formes non pronominale et pronominale
et qui conservent un lien sémantique avec la forme non pronominale : Le gardien disperse les enfants. Les enfants se
dispersent.
Ces verbes appartiennent à quatre ensembles sémantiques :
 les verbes qui indiquent une transformation : se refroidir, s’affaiblir, se glacer, se fissurer…
 les verbes qui signifient réunion ou dispersion : s’agglomérer, s’agglutiner, s’amasser, s’amonceler, s’attrouper,
s’entasser, se grouper, se masser, se rassembler, se regrouper, se réunir, se tasser ; se disperser, se dissiper, s’éparpiller…
 les verbes psychologiques : s’alarmer, s’attrister, se dégoûter, s’ennuyer, s’étonner, se fâcher, s’indigner, s’inquiéter, s’irriter, se
passionner, se préoccuper, se réjouir, se tourmenter…
 les verbes qui indiquent un mouvement ou la cessation d’un mouvement : s’approcher, s’avancer, se dresser,
s’élever, s’éloigner, s’enfoncer, s’incliner, se pencher, se promener, se reculer, s’arrêter, s’immobiliser…
II. d. Les verbes pronominaux à sens passif indiquent que l’action est subie par le sujet. Ce livre se lit facilement. Le
projet se discutera demain. Si la maison se vend à un bon prix, on pourra s'offrir une belle croisière.
Grammaire française I 13 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

Le pronominal passif s'utilise volontiers pour désigner le virtuel, la loi, les préceptes, l'obligatoriété : Les
devoirs se font à la maison. Les dents se lavent 3 fois par jour. Le vin se boit froid. L'ordure se sort la nuit.
Le sujet de la phrase est toujours de la 3e personne et il appartient en général à la classe des inanimés. Mais
on peut trouver des phrases telles que : Les enfants, ça se lave. Un ami d’enfance se retrouve toujours avec plaisir.

Tableau récapitulatif :
I. Verbes essentiellement Ils se sont enfouis. Le pronom n’est pas
pronominaux Ils s’abstiennent. analysable, il est
Ils n’existent qu’à la forme Elles se sont suicidées. explétif, il n’a pas de
pronominale. On fait l’accord avec le sujet. fonction dans la phrase
II. Verbes a) V. réfléchis : il se lave Le pronom est
accidentellement b) V. réciproques : ils se battent. Ils sont toujours au analysable, il a une
pronominaux pluriel, on peut ajouter l’un l’autre ou mutuellement fonction dans la phrase.
Ils existent à la forme non c) V. neutres : il se promène. Ils existent à la forme non
pronominale pronominale avec le même sens.
On fait l’accord avec l’OD s’il est placé avant le verbe.
d) V. à sens passif : Le pronom n’est pas
Ce projet se discute. analysable, il est
La maison s’est vendue. explétif, il n’a pas de
On fait l’accord avec le sujet. fonction dans la phrase.

Exercices
1. Dites si les verbes suivants sont essentiellement ou accidentellement pronominaux. Ensuite utilisez-les
dans de courtes phrases.
S’endormir, s’élancer, s’obstiner, se débattre, s’excuser, s’évader, s’indigner, s’écrier, se méfier, se réfugier, se hâter, s’empresser, s’abattre,
s’écrouler.
2. Relevez et classez les verbes pronominaux selon qu’ils sont essentiellement ou accidentellement
pronominaux (réfléchi, réciproque, neutre, passif).
1. Alors, selon notre coutume, repassant ensemble notre conduite, l’un l’autre nous nous interrogions.
2. Comme tous les Méridionaux qui se respectent, Bélisaire et Baptiste aimaient passionnément la chasse.
3. Son pantalon usé ressemblait à du voile, étoffe avec laquelle se font les robes d’avocat.
4. Quand tout fut fini et que je me regardai dans une glace, j’avais changé d’identité.
5. Ils se sont gardés d’intervenir.
6. Vous vous êtes gênés sans le vouloir.
7. Ce médicament se prend dans un peu d’eau sucrée.
8. Elle se lave les cheveux et se coupe les ongles.
9. Ils se sont regardés en chiens de faïence.
10. Le sérum antitétanique s’administrait par voie buccale.
11. On courait, on se poursuivait, on se fuyait, on se croisait en courses brusques.

3. Relevez et classez les verbes pronominaux selon qu’ils sont essentiellement ou accidentellement
pronominaux (réfléchi, réciproque, neutre, passif). Analysez la fonction du pronom s’il y a lieu.
1. Les jours se suivent et ne se ressemblent pas.
2. Mme Floche s’apercevait et s’inquiétait de mon ennui.
3. Les vendanges se firent et s’achevèrent comme les précédentes, accompagnées des mêmes danses.
Grammaire française I 14 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

4. Le bruit des conversations se mélange à celui des bouteilles qui se vident.


5. Le timide escadron se dissipe et s’enfuit. D’un seul coup, les soucis s’étaient évanouis.
6. Le jeu commençait : les bonnes dames se querellaient.
7. Un écureuil qui m’a vu s’évade.
8. Les boutiques s’ouvrent, les passants se croisent, les voitures roulent.
9. Un feu de forge tombe sur les yeux. Ils se regardent d’un air perdu… Ils se battent en grognant contre les mouches harcelantes.

4. Remplacez les verbes à la voix passive par des verbes pronominaux de même sens, en conservant le
même temps.
1. Ce tableau fut vendu à plus d’un million.
2. Les chapeaux ne sont plus beaucoup portés.
3. Cette histoire est racontée au collège.
4. Ce film a été tourné en quelques semaines.
5. Ces places sont louées à des prix exorbitants.
6. Les travaux ont été terminés ce matin.
7. Ces appareils sont fabriqués dans des usines secrètes.

5. Les verbes suivants n’ont pas le même sens selon qu’ils sont ou non pronominaux : Mettez les deux
sens en évidence en employant chaque verbe dans deux phrases.
(se) servir, (se) douter, (s’) apercevoir, (s’) agir

6. Employez chaque verbe dans deux phrases où il aura tantôt un sens réfléchi, tantôt un sens réciproque.
Se regarder, se jeter, se plaire, s’écouter

2.3.2 L’accord du verbe


2.3.2.1 L’accord du verbe avec le sujet
Les formes personnelles du verbe (modes indicatif, subjonctif aux formes simples, et auxiliaires des formes
composées de ces mêmes modes) s'accordent en personne et en nombre avec leur sujet : Mes amis ont trouvé que
tu étais charmant.
Sont donc exclues de cette règle les formes verbales aux modes non personnels, qui n'ont pas de sujet
(infinitif, participe et gérondif).
À l’impératif, l'accord du verbe, en l'absence d'un sujet exprimé, se fait par référence implicite au destinataire
de l'injonction : Prenez vos livres, s’il vous plaît (2ème personne du pluriel). Prends tes affaires (2ème personne du singulier)

Cas particuliers
a) Accord en personne
- Le verbe ne se conjugue à la première et deuxième personne du singulier et du pluriel qu'en présence des pronoms
personnels correspondants : Vous la connaissez sans doute.
Des règles de préséance s'appliquent lorsque plusieurs personnes sujet sont en présence pour un même verbe :
- La première personne prévaut sur les deux autres et impose l'accord du verbe à la première personne du pluriel :
Pierre et moi (nous) passerons le prendre.
- La deuxième personne prévaut sur la troisième et impose l’accord à la deuxième personne du pluriel : Pierre et toi
(vous) passerez me prendre.
Le verbe se conjugue à la troisième personne du singulier et du pluriel dans tous les autres cas. L'accord en
nombre intervient : Qui veut voyager loin ménage sa monture. Les voyages forment la jeunesse.
Grammaire française I 15 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

Quelques difficultés
Le pronom est déterminé par un adverbe de quantité ou un nom à sens collectif (beaucoup d’entre nous,
la majorité d’entre nous). Les deux accords sont possibles, aussi bien l'accord à la troisième personne du pluriel,
s'appuyant sur la tête du groupe nominal que l'accord en personne selon le rang du pronom complément.
Beaucoup d’entre nous ont été satisfaits.
Beaucoup d’entre nous avons été satisfaits.
Le pronom relatif qui possède comme antécédent un pronom personnel (toi qui). Qui sert normalement de relais
et impose l'accord avec son antécédent : Vous qui savez… C’est moi qui ai tout fait !

b) Accord en nombre
La règle d’accord peut être formulée très simplement : à sujet unique (ou considéré comme tel), verbe au
singulier ; à sujets multiples, verbe au pluriel.
C'est-à-dire que, dans les cas litigieux, c'est essentiellement l'interprétation du groupe nominal sujet qui
commande l'accord en nombre.
Le verbe se conjugue régulièrement au singulier
◊ Avec un seul sujet : Le chat est un animal domestique.
◊ Lorsque les sujets renvoient en fait à une même réalité (ils sont coréférentiels) : Un cri, un sanglot me fait tressaillir.
◊ Avec le pronom on même lorsque celui-ci est à prendre dans un sens pluriel (il équivaut alors soit à ils , soit à nous
dans le français oral) : Pierre et moi, on ira se promener s'il fait beau.
Le verbe se conjugue au pluriel
◊ Avec un sujet au pluriel : Les chats sont des animaux paisibles.
◊ Avec plusieurs sujets, coordonnés ou juxtaposés : Pierre et sa sœur viendront ce soir.
◊ Lorsque le nom au pluriel est déterminé par les adverbes de quantité beaucoup, peu, combien, trop ou par le collectif
la plupart l'accord se fait par le sens : La plupart de gens/ beaucoup de gens ont été étonnés.
Employés seuls, ces outils continuent d'entraîner un accord au pluriel : Beaucoup croient encore à l'astrologie.
Les deux accords se rencontrent
◊ En cas de coordination avec ni, ou, ou avec comme, ainsi que , etc. On considère ordinairement que si la
coordination est disjonctive (un seul choix possible, les termes étant exclusifs l’un de l’autre) ou si le sens comparatif
est maintenu, le verbe s'accorde au singulier :
Le préfet ou son représentant assistera à la cérémonie.
La mer, comme la montagne, attire de nombreux vacanciers.
Lorsqu'au contraire c'est l'idée de simple ajout, d'addition qui prime, le verbe se conjugue au pluriel :
Ni son courage ni son mérite ne sont passés inaperçus.
Le chat comme le chien sont des mammifères.
◊ Lorsque le sujet est constitué d'un nom déterminé par un autre nom de sens collectif (une foule d'étudiants), si l'accent
est mis sur le nom collectif, l'idée de globalité l'emporte alors et le verbe s'accorde au singulier :
Une foule de manifestants défilait en silence.
Lorsque c'est l'idée de pluralité qui prime, le verbe se conjugue au pluriel :
Une foule d'étudiants se sont rendus à l’appel des organisateurs.
◊ Avec plus d'un , l'accord se fait traditionnellement au singulier : Plus d'un aura apprécié .
Mais le pluriel se rencontre assez souvent : Plus d'un auront apprécié
◊ Avec les expressions l'un(e) et l'autre , les deux accords sont possibles, le pluriel étant cependant plus fréquent : L'un
et l'autre se sont donné beaucoup de peine.
◊ Avec le présentatif c'est , la tendance au figement peut être notée, la locution reste au singulier même lorsqu'elle
introduit un nom ou un pronom pluriel : C'est eux que je préfère.
Grammaire française I 16 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

Cependant dans l'usage soutenu, le pluriel du présentatif est fréquent : Ce sont de vrais amis.
Avec les pronoms personnels nous et vous , l'invariabilité du présentatif est obligatoire : C'est nous !

2.3.2.2 L’accord du participe passé


Le participe s’accorde en genre et en nombre avec le sujet quand le verbe est conjugué avec être : Les fleurs
ont été achetées chez ce fleuriste (passif). Ma tante est arrivée hier. Vos raisons seront admises.
Le participe s’accorde en genre et en nombre avec le complément d’objet direct placé avant le verbe :
- Quand le verbe est conjugué avec avoir : Voilà les fleurs que j’ai achetées hier. Ces livres, je les ai lus. Les histoires que tu as
racontées.
- Quand le participe est suivi d’un infinitif et que l’agent de l’infinitif est coréférent avec l’OD du participe
(pronom relatif ou personnel) : Les acteurs que j’ai vus jouer étaient excellents (que = acteurs, qui est l’agent de jouer) Les marins
que j’ai vus partir. Ces brebis, tu les as menées brouter.
- Le participe passé suivi d’un attribut de l’objet direct s’accorde souvent avec cet objet si celui-ci précède le
participe : Tout le monde l’a crue morte. Ma mère nous eût préférés souffrants. Elle était habillée en noir, on l’eût dite en deuil.
Le participe ne s’accorde pas :
- Quand le verbe est impersonnel : Les inondations qu’il y a eu à Paris. Les grandes chaleurs qu’il a fait. Les grosses sommes
qu’il a fallu. Les dommages qu’il en a résulté.
- Quand le participe est précédé de le neutre ou de en : Les récoltes ont été mauvaises ; or personne ne l’avait prévu. J’ai
trouvé des huîtres et j’en ai acheté. Des romans, j’en ai beaucoup lu. L’étape a été plus longue qu’on ne nous l’avait dit.
- Quand le participe est suivi d’un infinitif et que l’agent de l’infinitif n’est pas coréférent avec l’OD du
participe: J’aime les airs que j’ai entendu chanter (par ma mère.) (l’agent de chanter n’est pas « que », c’est-à-dire « les
airs »). Autrement dit, si l’infinitif admet après lui un complément d’agent introduit par la préposition par, on ne
fait pas l’accord. Les marins que j’ai vu décorer (par les autorités). Les brebis qu’on a mené égorger.
- Quand il s’agit des participes FAIT et LAISSÉ suivis d’un infinitif : Les chemises que j’ai fait repasser sont prêtes. Les
enfants que j’ai laissé sortir ne sont pas encore rentrés.
- Quand les expressions figées ci-joint, ci-contre, ci-annexé sont en tête d’une phrase averbale : Ci-joint l’expédition
du jugement et quand, dans le corps de la phrase, elles précèdent un nom sans déterminant : J’ai honneur de vous
transmettre, ci-joint, copie de la réponse de M. Nepoti. (vs valeur d’adjectif : Les deux modèles ci-annexés. Veuillez trouver la copie
ci-jointe)
- Avec certains verbes intransitifs (coûter, valoir, peser, mesurer, marcher, courir, vivre, dormir, régner, durer, reposer…) qui sont
accompagnés d’un complément adverbial de mesure (ne pas confondre avec un OD) : Les trois mille francs que
ce meuble m’a coûté. Les dix grammes que la lettre a pesé. Les huit heures que j’ai dormi. Les trois heures que la séance a duré.
- Avec les participes dit, dû, cru, su, pu, voulu, permis, pensé, prévu et d’autres semblables qui restent invariables
lorsqu’ils ont pour OD un infinitif ou une proposition à sous-entendre après eux. Le pronom que qui
précède est alors OD du verbe à sous-entendre : J’ai fait tous les efforts que j’ai pu (sous-entendu « faire »). Il m’a donné tous
les renseignements que j’ai voulu (sous-entendu « qu’il me donnât »)

2.3.2.3 L’accord du participe passé des verbes pronominaux


Le participe passé des verbes pronominaux s’accorde avec le sujet :
- quand il s’agit des verbes essentiellement pronominaux (le pronom se n’a pas de fonction) : Marilyn Monroe
s’est suicidée. Ils se sont enfuis. Elles se sont évanouies. Elle s’est doutée de sa réussite. Elles se sont servies de leur intelligence
pour convaincre le jury. Elles se sont aperçues de leur erreur.
- quand il s’agit des verbes pronominaux à sens passif (le pronom se n’a pas de fonction) : Ces livres se sont bien
vendus. La bataille s’est livrée ici.
Grammaire française I 17 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

Le participe passé des verbes pronominaux s’accorde avec l’objet direct placé avant :
- avec les verbes pronominaux réfléchis, réciproques, neutres (le pronom se a la fonction d’objet direct) : Les
enfants se sont habillés. Elle s’est parfumée. Elles se sont cachées. Les pénitences qu’ils se sont imposées. Les deux amis se sont
embrassés. Ils se sont combattus. Ils se sont regardés en chiens de faïence. La foule s’est dispersée tranquillement. Ils se sont
approchés lentement.
- quand le participe est suivi d’un infinitif et que son OD est coréférent avec l’agent de l’infinitif, on
accorde le participe. Autrement dit, si le pronom OD qui précède représente l’auteur (ou les auteurs) de l’action
marquée par l’infinitif, on accorde le participe avec lui. : Elle s’est sentie mourir. (Elle a senti qu’elle mourait).
- quand le participe passé est suivi d’un attribut de l’objet direct : Cossette s’était toujours crue laide.
Le participe passé des verbes pronominaux ne s’accorde pas :
- avec les verbes pronominaux réfléchis, réciproques quand l’objet direct est placé après : Ils se sont lavé les
mains. Elle s’est maquillé les yeux. Elles se sont fait des compliments sur leurs robes.
- avec les verbes transitifs indirects : Les deux hommes ne se sont pas souri. Les générations qui se sont succédé. Ces deux
sœurs se sont toujours ressemblé. Ils se sont plu l’un l’autre. Se nuire, se parler, se déplaire, se mentir, se sourire.

- quand le participe est suivi d’un infinitif et que son OD n’est pas coréférent avec l’agent de l’infinitif.
Autrement dit, si l’infinitif admet après lui un complément d’agent introduit par la préposition par, le participe reste
invariable. Elle s’est senti piquer par un moustique. (Elle a senti qu’un moustique la piquait)
- Le participe reste invariable avec le verbe se rendre compte. Elle s’est rendu compte qu’elle s’était trompée.

Exercices
L’accord du verbe
1. Accordez le verbe dans les phrases suivantes
1. En France, l'enfant d'immigrant ou l'enfant de Français de souche (avoir – au présent) _________________ les mêmes droits
2. L'adulte, comme l'enfant, (avoir - au présent) _________________ besoin de suffisamment de sommeil.
3. L'ambition ou l’intérêt (être -au présent) _________________ des mobiles puissants.
4. L'une ou l'autre de ces propositions (pouvoir être soumis – au futur) _________________ au vote.
5. La Cour de cassation tout comme la Cour d'appel (confirmer – au passé composé) _________________ ce jugement.
6. Le président du bureau, ou le secrétaire général (pouvoir – au présent) _________________ signer ce document.
7. Ni vous ni moi (ne pas vouloir – au présent) _________________ son licenciement.
8. Fumer et boire (être - au présent) _________________ ses principaux vices.
9. Un groupe de participants (entreprendre - au passé composé) _________________ une démarche auprès de la direction du congrès.
10. La totalité des fonds récoltés (être consacré - au futur) _________________ à la construction de cette clinique.
11. Beaucoup de spectateurs (être déçu – au passé composé) _________________ par cette version du Cid.
12. C’est toi qui (être concerné – au présent) _________________ pas moi.
13. Il y a trop de journalistes qui (confondre –au présent) _________________ opinion et information.
14. La moitié des voix (aller – au passé composé) _________________ à ce candidat
15. Ce (être - présent) _________________ eux qui feront la décision.
16. Ce dont nous parlons (être – au présent) _________________ très important.
17. C’est moi qui (avoir – au futur) _________________ le dernier mot.
18. C’est lui qui (pouvoir - à l'imparfait) _________________ intervenir avec le plus de succès.
19. Plus d'une (souhaiter - au conditionnel) _________________ assumer de telles responsabilités.
20. Les difficultés que (soulever – au présent) _________________ ce projet sont considérables.
L’accord du participe
2. Mettez les verbes entre parenthèses au passé composé et justifiez l’accord ou l’absence d’accord.
Grammaire française I 18 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

1. Pour aller à l’île de Ré, elle (passer) ________________ par le Poitou : les églises romanes y sont de pures merveilles d’architecture.
Les quinze jours qu’elle y (passer) ________________ ne lui ont pas semblé trop longs.
2. Je regrette, je ne peux pas te prêter ma voiture ; je la (passer) ________________ à Myriam ce matin.
3. Ça y est, ils ont fini par décrocher leur bac ! Ils y (parvenir) ________________, mais non sans mal.
4. Ils (monter) ________________ au cinquième étage sans être essoufflés ! Normal, c’est moi qui (monter) ________________ leurs
bagages. Et crois-moi, c’était pas de la plume !
5. En descendant du trottoir, elle (tomber) ________________ et (se casser) ________________ une jambe.
6. La mariée (survenir) ________________ juste quand le curé allait repartir. Attend ! Encore plus incroyable ! Elle (se présenter)
________________ toute vêtue de noir.
7. Lors de la privatisation de la Banque de Suez, les actions (se vendre) ________________ comme des petits pains.
8. Nue devant un feu de cheminée, Pauline Borghèse (se faire) ________________ immortaliser par le sculpteur Canova.
9. Pour nous retrouver sans difficulté, nous (convenir) ________________ d’une heure et d’un lieu précis.
10. En le voyant le crâne complètement rasé, elle (demeurer) ________________ bouche bée.
11. Pendant le mois d’août, nous (demeurer) ________________ chez les parents d’un ami.

3. Mettez les verbes entre parenthèses au passé composé et justifiez l’accord ou l’absence d’accord.
1. L'ouverture de Don Giovanni de Mozart (être composé) _________________ en quelques heures.
2. (Voir) _________________ la température qu’il a (faire) _________________, elles ne sont plus (sortir) _________________.
3. Les nombreux témoignages de sympathie que nous (recevoir) _________________ nous (réconforter) _________________
4. Ces danseuses qu'on (faire) _________________ venir d'Espagne étaient remarquables.
5. J'ai eu beau insister pour qu'ils acceptent des pourboires, ils (ne pas en vouloir) _________________
6. Nous pensions que cette surprise allait l'amuser mais Cloé (le prendre mal) _________________
7. Les arbres que je (voir) _________________ abattre étaient plus que centenaires.
8. Nous adressons, ci-(joindre) _________________, les lettres que nous avons (recevoir) _________________.
9. Veuillez trouver, ci- (joindre) _________________, copie de notre correspondance.
10. Regarde dans quel état sont les chaises de jardin que nous (repeindre) _________________
11. Quelles conclusions (résulter) il _________________ de cette entrevue ?
12. Ces révolutionnaires, que nous (voir) _________________ combattre la dictature et l'inégalité, sont aujourd'hui contestés.
13. Les orages qu'il (faire) _________________ cet été ont détruit tous les mimosas.
14. Ci- (inclure) _________________ les photocopies (annoncer) _________________.
15. Les bêtises qu'il (faire) _________________, il a dû les payer très cher.
16. Sa cigarette, elle l'a (laisser) _________________ s'éteindre puis elle (sortir) _________________ se promener.
17. Les neuf symphonies de Beethoven que je (entendre) _________________ jouer au Théâtre des Champs-Elysées, ont été
admirablement dirigées.

L’accord du participe passé pour les verbes pronominaux


4. Conjuguez les verbes entre parenthèses et justifiez l'accord ou non.
1. Depuis leur dispute, ils (ne plus s'adresser) _________________ la parole.
2. Ces jeunes femmes (se faire) _________________ remarquer par l'excentricité de leurs toilettes.
3. La langue française (se parler) _________________ au XVème siècle jusqu'à la cour de Russie.
4. Les méchancetés que ces deux députés (se lancer) _________________ à la figure ne sont pas passées inaperçues.
5. Les deux partenaires (se fixer) _________________ comme objectif de conquérir le marché européen.
6. Ces conseils de mon père, je (se les rappeler) _________________ souvent.
7. La fidélité qu'ils (se jurer) _________________ n’a jamais été démentie en 35 ans de mariage.
5. Remplacez le verbe à l’infinitif par un participe passé.
1. Ils se sont (disputer) _________________ avant de se quitter
Grammaire française I 19 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

2. Elles se sont (demander) _________________ pardon.


3. Nous nous sommes (essuyer) _________________ avec la serviette de bain.
4. Les œuvres de Jules Verne se sont (traduire) _________________ en plus de cinquante langues.
5. Les adversaires se sont (serrer) _________________ la main à la fin de la partie.
6. Vous vous êtes (promener) _________________ sans chapeau sous ce soleil !
7. Ils se sont (montrer) _________________ très patients.
8. Ils se sont (apercevoir) _________________ de son absence.
9. Ils se sont (voir) _________________ en présence de leur avocat.
10. Elle s'est (absenter) _________________ sans prévenir.
11. Elles se sont (voir) _________________ priver de tous leurs droits.
12. Les enfants, morts de peur, se sont (serrer) _________________ l’un contre l'autre.
13. Après le travail, ils se sont (nettoyer) _________________ les ongles qu'ils avaient très sales.
14. Nous nous sommes beaucoup (ennuyer) _________________ au cours de cette réunion.
15. Lors de leur première rencontre, George Sand et Chopin se sont (déplaire) _________________.

3. Le système verbal
Un système est un ensemble qui possède une structure et qui constitue un tout organique. La notion de
système implique des relations entre ses constituants.
Dans le système des temps verbaux, ce qui explique la coexistence des différents temps est que
chacun est nécessaire et qu’ils ont une fonction propre que les autres temps ne peuvent pas remplir . En
effet, une forme verbale ne disparaît que si sa fonction n’est plus nécessaire ou si une autre forme la remplit mieux.
Certes, les formes verbales peuvent avoir des emplois "partagés", pourtant elles doivent avoir au moins une valeur qui
les distingue des autres.
Dans les tableaux de conjugaison, les formes sont hiérarchisées selon trois niveaux : les «modes » (infinitif,
participe, gérondif, impératif, subjonctif et indicatif) ; à l’intérieur des modes, les « temps » ; et pour certains modes,
les temps sont divisés en personnes : il y a donc des modes personnels (ceux dont les formes verbales comportent
une marque de personne : impératif, subjonctif et indicatif) et des modes non personnels (ceux dont les temps ne
comportent pas de marque de personne : infinitif, participe et gérondif).
À l’intérieur de chaque mode, les temps se répartissent également entre formes simples et formes
composées ; il existe un parallélisme rigoureux entre les deux ; à chaque forme simple correspond une forme
composée dont l’auxiliaire est au même temps que la forme simple.

3.1 Le Mode : valeurs et emplois


La répartition dans les propositions subordonnées entre indicatif et subjonctif est conforme au principe général
qui oppose ces deux modes. Les modes sont des moments d’une opération de l’esprit. Leur choix est une question
de visée. L’emploi du mode dépend de la vision que le locuteur a de son énoncé. Le mode verbal du verbe de l’énoncé
dépend de cette vision, et c’est pourquoi le mode est une marque de l’énonciation.
Il n’existe pas de consensus général en ce qui concerne le nombre des modes en français. En effet, certains
auteurs considèrent le conditionnel comme un mode tandis que d’autres le classent comme un autre temps verbal de
l’indicatif. De même, quelques définitions des différents modes (notamment le subjonctif et l’indicatif) sont loin d’être
univoques et satisfaisantes.
3.1.1 Mode indicatif / Mode subjonctif
On a toujours défini l'indicatif comme le mode au moyen duquel le procès est actualisé, est considéré
comme réalisable, comme réalisé, indépendamment de la pensée, de la volonté, des sentiments du JE
énonciateur. Wagner et Pinchon (1962) affirment pourtant qu'il est inexact de définir l'indicatif comme le mode du
Grammaire française I 20 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

"réel" ou de "la réalité", car la "chose" actualisée peut être réelle (il pleut, il a plu) ou incertaine (il pleuvra, je crois qu'il viendra).
Les temps du mode indicatif permettent de situer, de « poser » un procès à une époque donnée.
Parallèlement, on affirme que le fait exprimé au subjonctif n’existe encore que dans la pensée, il est
voulu, désiré, souhaité mais on ne se prononce pas sur sa réalité actuelle ou future. Néanmoins, Wagner et
Pinchon considèrent qu'il est inexact de définir le subjonctif comme le mode de la non-réalisation par opposition à
l'indicatif, puisque le subjonctif peut évoquer un fait réel (Je suis heureux qu'il soit venu. Il admire qu'elle soit honnête. Elle s’indigne
que Paul revienne), tandis que l'indicatif n'exprime pas toujours un fait réel (Je crois qu'il viendra. Elle se doute que Paul est parti. Elle
imagine que Paul reviendra. Je parie que tu as tort). Avec le subjonctif le procès est présenté comme l'objet d'un
jugement, d'un sentiment, d'une volonté, d'un doute du JE énonciateur.
En effet, ce n’est pas la réalité du fait ou sa virtualité qui déterminent le choix du mode indicatif ou subjonctif.
S’il existe bien une opposition entre « monde de la réalité » et « monde des possibles », ce n’est pas dans le fait lui-
même qu’il faut la chercher, mais dans la façon dont il est posé dans le regard du locuteur.
Dire Il promet qu’il sera sage, c’est prendre parti pour la franchise de la promesse et exprimer sa croyance en la
nécessité de sa réalisation. Une promesse est faite pour être tenue et son contenu ne peut qu’avoir le statut d’un fait
réel. Mais si on dit Elle se plaint de ce que tu ne lui écrives pas, on refuse de se prononcer sur le fait que tu écris ou tu n’écris pas :
les deux possibilités restent ouvertes, c’est son problème à « elle », ce n’est pas le nôtre. Le locuteur opère ainsi une
sélection des informations : à l’indicatif, celles qu’il assume, au subjonctif, celles qu’il n’assume pas.
Autrement dit, ce qui oppose les deux modes, ce n’est donc pas que l'indicatif décrirait des faits réels, alors que
le subjonctif renverrait à des faits pensés : dans les deux cas, on envisage le fait. Mais l’indicatif le pose comme
probable ou certain, tandis que le subjonctif le pose comme également possible et impossible : avec le
subjonctif, les deux plateaux de la balance sont égaux, tandis que l’indicatif témoigne d’un choix en
faveur de la réalisation du procès.
Ainsi, dire Je pense que Paul est parti c’est s’engager personnellement, montrer que l'on se penche pour l'idée que
Paul est parti ; ce qui se passe réellement n'a aucune importance, et le départ de Paul n'a pas été constaté, mais je pense
que exhibe une hypothèse positive : la phrase signifie que, selon moi, le départ de Paul n’est pas également possible et
impossible, mais probable.

3.1.2 Mode impératif


Les formes de l'impératif sont définies comme celles qui servent à exprimer un ordre (de manière plus ou
moins autoritaire : ce peut être un conseil, une suggestion, une prière), autrement dit, elles sont propres au discours,
étant spécifiques de l'échange avec autrui.
De plus, morphologiquement, on ne peut pas parler d'un paradigme de désinences qui seraient propres à
l'impératif, ce qui conforte l'idée que l'impératif est un emploi particulier, en discours, d'un autre mode :
1. Pour quasiment tous les verbes, il s'agit des mêmes formes qu'au présent de l'indicatif (à ceci près que pour les
verbes en - er (1er groupe) et quelques autres comme cueillir, la 2e personne n'a pas de -s si le verbe n'est pas suivi d'un
pronom complément en ou y :
Prends ton manteau, il pleut. Prenez garde.
Prenons un apéritif en attendant. Va donc me chercher mes aiguilles à tricoter.
Vas-y. Cueille quelques fleurs pour ta mère.
Cueilles-en. Cueille-les.

2. Pour les quatre verbes être, avoir, vouloir et savoir, il s'agit des mêmes formes qu'au présent du subjonctif
(pour savoir, c'est le radical du subjonctif mais non les désinences aux deux personnes du pluriel), avec toujours la
différence orthographique du -s pour la deuxième personne du singulier pour aie, veuille, sache
Sois gentil. Soyez à l'heure. Soyons patients !
Le sens des modes
Grammaire française I 21 Unité 6 : Le syntagme verbal 81
el le verbe

N'aie pas peur. Ayez l'amabilité de frapper avant d'entrer. Ayons l'air de ne pas être au courant.
Sache que je n'attends rien de toi. Sachez vous tenir. Sachons rester discrets.
Ne m'en veuille pas. Veuillez patienter. Ne m'en voulez pas.
Les verbes courants pouvoir et devoir n'ont pas d'impératif, ainsi que des verbes plus rares, le plus souvent
défectifs (c'est-à-dire dont certaines formes manquent, à telles personnes et/ou à tel temps) : gésir, choir, bruire...
L'impératif ne connaît que trois personnes : la deuxième du singulier et du pluriel, et la première du
pluriel si celui qui parle s'inclut dans ce qu'il faut faire : Armons-nous et partez !
Il suppose normalement que le sujet du verbe soit humain, puisqu'un « dire de faire » ne peut s'adresser qu'à
des personnes (ou à des animaux personnifiés) : ?? Germe ! dit-il à la pomme de terre.
Mais les figures sont toujours possibles : Démarre ! Mais démarre donc ! dit-il à sa voiture. « Ô temps, suspends ton vol ! »
Pour les troisièmes personnes, l'ordre, le conseil, la suggestion... se marquent à l'aide de que suivi du
subjonctif : Ève est malheureuse avec Max ? Eh bien, qu'elle le quitte ! Qu'il s'en aille ! Qu'ils se séparent !
Ce type de commandement suppose une relation indirecte entre celui qui le donne (je) et celui à qui il s'adresse
(il) puisqu'il passe par un intermédiaire (tu) : l'ordre, dont la réalisation est évidemment subordonnée à la bonne volonté
de la personne commandée, l'est ici d'autant plus que sa transmission est médiatisée : je dit à tu que il n'a qu'à faire cela
(il ne le saura que si tu le lui transmet). Le subjonctif marque donc l'absence totale de contrôle, de la part de
celui qui parle, sur l'obéissance à l'ordre qu'il donne.
On peut expliquer de même que ce soient les verbes être, avoir, vouloir et savoir qui aient le paradigme
du subjonctif et non celui de l'indicatif. Ainsi, je peux demander à un élève d'apprendre sa leçon, mais il m'est plus
difficile de lui ordonner de la savoir car il s'agit alors d'un processus interne auquel je n'ai pas accès (et que d'ailleurs
l'interlocuteur ne contrôle pas nécessairement lui-même).
Même chose pour vouloir : quand je dis à quelqu'un Prends ton manteau, je cherche à obtenir qu'il veuille
prendre son manteau (d'où, la plupart du temps, des stratégies de persuasion ou de justification : Il fait froid, tu vas prendre
mal, etc.) de façon que, en conséquence, il le prenne effectivement ; mais l'exercice de la volonté lui-même est propre à
la personne et dépend de son caractère, de son tempérament, de sa nature ; on ne peut prétendre le commander de
l'extérieur :
* Veux un gâteau ! * Veuillez un gâteau !
Les formes à l'indicatif ne sont possibles que pour le sens particulier de vouloir dans en vouloir à quelqu'un, et
encore l'impératif n'est possible qu'à la forme négative :
?? Veux-en à ton père ! N'en veux pas à ton père !
L'impossibilité pour les verbes courants devoir et pouvoir d'être mis à l'impératif viendrait alors de ce que (selon la
langue) on ne peut intervenir sur le sentiment de l'autre de ce qu'il doit faire ni sur sa capacité à le faire :
* Dois te marier avec Ève ! * Peux finir ce travail !
* Doive te marier avec Ève ! * Puisse finir ce travail !

3.1.3 Mode conditionnel ?


Certains auteurs3 considèrent que le conditionnel constitue un mode verbal qui exprime une condition ou un
souhait.
Pourtant, d’autres4 expliquent qu’il s’agit d’un temps verbal du mode indicatif. Effectivement, le
conditionnel est de la même nature que le futur. Les deux sont issus, en roman, d’une périphrase composée de
l’infinitif d’un verbe et du présent ou de l’imparfait du verbe avoir. Si l’on fait du futur un temps de l’indicatif, il est normal
de faire également du conditionnel un temps. En outre, Tomassone prouve que de même que d’autres temps verbaux, le

3
Sensine, 1977 : 53 ; Blois et Bar, 1968 : 214 ; Dubois, 1961 : 111 et d’autres
4
Wagner et Pinchon, 1962 : p. 294 ; Charaudeau, 1992 : p. 463 ; Tomassone, 1996 : p. 289
Grammaire française I 22 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

conditionnel a une valeur temporelle (la postériorité dans le passé) et des valeurs modales (l’atténuation, l’adhésion
limitée du locuteur à l’énoncé, etc.)

3.1.4 L’infinitif
L’infinitif est un mode non personnel. Le mode non personnel, comme son nom l’indique, ne porte aucune
marque de personne : il ne se conjugue pas. Il ne donne aucune indication par lui-même sur la temporalité. Il a deux
formes : une forme simple (comprendre) et une forme composée (avoir compris).
L’infinitif présent5 exprime une action non accomplie, en cours de réalisation. Elle peut être simultanée ou
postérieure à l'action de la principale :
Je pense comprendre ce que tu veux dire.
Cet été, Catherine a travaillé pour payer ses études.

L’infinitif passé exprime l’accompli (par rapport au verbe de la principale ou à une limite temporelle, située
dans le futur et généralement signalée par un indicateur de temps) :
Je pense avoir compris ce que tu veux dire.
Je suis content de t’avoir vu (hier).
Catherine est sûre d’être rentrée chez elle avant midi.

Les emplois de l’infinitif


a. L’infinitif noyau d’une structure autonome
Comme il est inapte à actualiser le procès, l’infinitif ne possède en lui-même aucune valeur modale. Il ne
permet pas à lui seul de donner une indication sur l’attitude de l’énonciateur par rapport à l'énoncé. Cette absence de
spécificité explique que l'infinitif puisse, selon les contextes particuliers, se plier à toutes les modalités.
Modalité déclarative : L’infinitif, appelé infinitif de narration, peut être remplacé par un indicatif. Ce tour est
exclusivement littéraire.
Et tous d'éclater de rire.
Il s’en alla passer sur les bords d’un étang. Grenouilles aussitôt de sauter dans les ondes. Grenouilles de rentrer dans leurs grottes
Modalité interrogative : L’infinitif commute avec l’indicatif. Sa virtualité lui permet de présenter seulement l’idée
générale du procès, sans même en évoquer la possibilité effective.
Être ou ne pas être ?
Que faire ? Que choisir ?
À quoi bon te tourmenter ?
Modalité injonctive : Dans cette valeur d’ordre, l’infinitif constitue une variante de l’impératif. Il apparaît dès lors
que le destinataire de l’énoncé doit rester implicite, dans sa plus grande virtualité.
Tourner à gauche.
Ne pas fumer.
Mettre les verbes au temps convenable.
Modalité exclamative : L’énoncé peut prendre diverses nuances affectives.
Ah ! Partir au soleil, nager, se balader sans souci !
Moi, croire à une histoire pareille !
Lui, avoir menti ! C’est impossible !

5
Les dénominations traditionnelles d’infinitif présent ( aimer) et d’infinitif passé (avoir aimé) laissent penser que l’opposition de ces deux
formes se situe sur le plan temporel. Il n’en est rien puisque l’infinitif peut s’employer indifféremment dans tous les contextes
temporels : Il fallait lire (avoir lu). Il faut lire (avoir lu). Il faudra lire (avoir lu). Aussi l’opposition entre forme simple et forme composée
de l’infinitif relève-t-elle en fait d’une différence d’aspect : la forme simple indique l’aspect non accompli, le procès envisagé dans son
déroulement ; l’aspect accompli est propre à la forme composée.
Grammaire française I 23 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

b. L’infinitif noyau d’une proposition subordonnée


Je laisse [sortir le chien]. Je laisse [le chien sortir].
Il pense [finir à l’heure].
Il ne sait pas [où loger].
Il se demande [à qui s’adresser].
Nous avions cherché un camping [où passer la nuit]
J’ai trouvé la personne [avec laquelle partir en voyage].
Nous rangerons le salon [avant de partir ].
On se prépare à envahir ses voisins [sous prétexte de faire la lutte au terrorisme].
Il était timide [au point de rougir à la moindre question].

c. L’infinitif noyau de périphrase (cf. page 6)


J’allais lui répondre lorsque le téléphone sonna.
Je viens de vous le dire !
Elle se mit à pleurer.
Je finissais de lire lorsqu’il est entré.

3.1.5 Le participe
Comme l’infinitif et le gérondif, le participe est un des modes non personnels du verbe (il ne varie pas en
personne, ni même vraiment en temps, puisqu'il est inapte à situer à lui seul le procès dans la chronologie, mais tire du
contexte sa coloration temporelle). Le participe présent se forme sur le radical du présent à la première personne
du pluriel + la terminaison -ant. Le participe présent est invariable.
Les jeunes filles participant à la course se ressemblent.
Sachant qu’il allait pleuvoir, j’ai pris le parapluie.
Le participe passé est la forme que prend le verbe dans la conjugaison des temps composés.
Lorsqu'un participe est employé dans un groupe nominal en fonction d’expansion du nom, il joue un rôle
analogue à celui d'une proposition subordonnée complément de nom (proposition relative)
J’ai admiré l'inscription [gravée au-dessus du portail] (= que l’on avait gravée au-dessus du portail)
Regardez le tente [figurant au verso] (=qui figure au verso)

3.1.6 Le gérondif
Comme l’infinitif et le participe, le gérondif est un des modes non personnels et non temporels du verbe :
il ne connaît en effet dans sa morphologie aucune variation en personne, ne possède pas d’opposition temporelle et est
inapte à dater le procès dans la chronologie.
Tandis que l’infinitif peut être considéré comme la forme nominale du verbe et le participe comme sa forme
adjective, on rapprochera le gérondif de l’adverbe, dont il partage en effet la fonction de complément circonstanciel :
C’est en travaillant que tu réussiras.
Le gérondif se forme régulièrement à partir du participe présent précédé du mot en, parfois renforcé
par l’adverbe tout, qui insiste alors sur la simultanéité du procès :
Il travaille tout en écoutant de la musique.
En tant que forme verbale, le gérondif possède les principales propriétés syntaxiques du verbe. Il peut se
faire compléter par les compléments du verbe (complément d’objet, complément d’agent)
Je l’ai rencontré [en traversant la rue.] (la rue= OD de « traverser »)
De même, comme tous les verbes, il recourt à la négation verbale ne… pas/ plus/ jamais…
En ne t’écoutant pas, il a commis une grave erreur.
Le gérondif prend dans la phrase la fonction syntaxique de complément circonstanciel :
Grammaire française I 24 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

En me couchant, j’ai pensé à toi. (« en me couchant » Complément circonstanciel de temps)

Le Mode
1. Mettez les verbes à la forme correcte. Dans certains cas, deux choix sont possibles : indicatif ou
subjonctif.
1. Je me demande si (avoir bien compris le message)
2. Je ne suis pas sûr que (accepter cette invitation)
3. Ça m'étonnerait que (avoir l'intention de venir)
4. Nous avons intérêt à ce que (ne pas savoir la vérité)
5. Il serait dommage que (ne pas réussir à cet examen)
6. Ne croyez-vous pas que (être impossible à réaliser) ?
7. J'admettrais à la rigueur que (ne pas me dire toute la vérité)
8. Croyez-vous que (être bien conscient de l'enjeu) ?
9. Il serait bien que (pouvoir s'entraîner avant)

2. Transformez les énoncés en utilisant la modalité qui convient.


Ex : C'est périmé. C'est dommage : C'est dommage que ce soit périmé.
1. Elle viendra. Je l'espère.
2. Elle ne reviendra pas. J'en ai peur.
3. Elle est revenue. J'en suis heureux.
4. Ils se sont trompés. J'en suis presque sûr.
5. Ils n'ont pas compris. Je ne le pense pas.
6. Il a osé. C'est inadmissible.
7. Elle a fait une erreur. C'est ennuyeux.
8. Vous ne m'avez pas parlé. C'est regrettable.
9. Il lui a pardonné. Heureusement.
10. Ils avaient raison. Je ne le pensais pas.
11. Vous vous êtes trompé. C'est regrettable.
12. J'avais fait une erreur. Je l'ai admis.

3. Indiquez à quelle modalité énonciative correspondent les infinitifs (modalité déclarative, interrogative,
exclamative ou injonctive)
1. Faire fondre du beurre dans un petit plat rond.
2. Grenouilles aussitôt de sauter dans les ondes.
3. Avoir une maison à soi, tout entière en briques vernies !
4. Et filles et garçons de courir…
5. Que dire qui puisse ne pas réveiller sa douleur ?
6. Et l’entêté, malgré les protestations, de continuer son discours.
7. Ah ! entendre, autour de votre maison, le bruit d’un pigeon qui vole !
8. Ne pas dépasser la dose prescrite.
9. M’avoir joué ce mauvais tour, après ce que j’ai fait pour lui !
4. Analysez les infinitifs et dites s’il s’agit d’un infinitif noyau d’une structure autonome, noyau d’une
proposition subordonnée ou noyau d’une périphrase (temporelle, aspectuelle ou modale).
1. Il va pleuvoir demain.
2. Je vois le métro arriver.
3. Quand nous nous sommes quittés hier, il pouvait être environ six heures.
4. Avant de sortir, ferme le gaz.
Grammaire française I 25 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

5. J’ai senti quelqu’un me toucher l’épaule.


6. On vient d’entendre des nouvelles préoccupantes à la radio.
7. Il n’est pas venu en cours ce matin. Il doit être malade.

5. Remplacez les participes par des propositions relatives ou circonstancielles (de cause, de temps, etc.)
1. Il fallait s’engager sur ce tronc d’arbre servant de pont.
2. Ayant trouvé la région agréable, mes parents y ont acheté une maison.
3. Les candidats ayant une note de français inférieur à 6 seront éliminés.
4. Tous les arguments de l’accusé étant admis, il lui resterait encore à prouver qu’il n’avait aucun autre moyen de défense.
5. Le cycliste, venant de la droite, avait la priorité.
6. Aussitôt installé dans le wagon, mon voisin se mit à déballer des victuailles.
7. Prenant ce chemin, vous arriverez plus vite.

3.2 Les Temps verbaux du Mode Indicatif : Valeurs temporelles, aspectuelles et modales
Époque (valeur temporelle)
On distingue trois époques : le présent, le passé et le futur. Ces trois époques sont définies en fonction du
moment de l’énonciation et du moment de l’événement par rapport à celui de l’énonciation.
Il pleut (époque présente)
Il pleuvait, il a plu, il avait plu… (Époque passée)
Il pleuvra (époque future)

Modalités (valeur modale)


Les temps verbaux peuvent avoir outre la valeur temporelle et aspectuelle, des valeurs modales (emplois
modaux, affectifs, d’atténuation d’injonction, etc.).

Aspect (valeur aspectuelle)


La forme verbale superpose le plus souvent les deux indications de temps et d’aspect -outre les catégories du
mode et de la voix. Ainsi, dans les deux énoncés Il vivait en Italie. II vécut en Italie la datation temporelle, par rapport au point
de repère qu'est le moment de l’énonciation, est identique. Il s'agit bien dans les deux cas de procès passés, antérieurs
au moment de l'énonciation. Cependant, les formes verbales employées adoptent sur le procès engagé deux points de
vue distincts :
- à l’imparfait, l'action est envisagée de l'intérieur, décomposée moment après moment, sans que ses
limites ne soient prises en compte (ni le début ni la fin de vivre ne sont impliqués) ;
- au passé simple, le point de vue est extérieur, et c'est l'ensemble du procès, dans sa globalité qui est présenté.
On aura donc intérêt à opposer, entre autres exemples, imparfait et passé simple sous la valeur non du temps,
mais de l'aspect.
Il est ainsi possible de définir l'aspect comme la manière dont la forme verbale présente le procès, le
point de vue dont est envisagé son déroulement propre.
Aspect perfectif/imperfectif
L’aspect renseigne sur le mode de manifestation dans le temps de l’action ou la qualité exprimées par les
verbes, sur la façon dont elles remplissent la période concernée par l'énonciation :
- L’aspect perfectif indique que l'action ou la qualité sont apparues à un certain point de la période objet de
l'énonciation. L'année dernière, j'ai visité le Louvre.
- L'aspect imperfectif les présente comme se développant dans cette période et la remplissant. L'année dernière,
j'étais malade
Grammaire française I 26 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

Aspect accompli/inaccompli
- On a un aspect inaccompli lorsque la qualité ou l'action objets de la prédication se réalisent dans la période
concernée par l'énonciation. Il écoute la radio. Il avait une belle maison.
- L'aspect est accompli si l'action ou la qualité sont antérieures à la période dont on parle, mais qu'on veut
signaler leur trace, leur résultat, dans cette période. Hier, j’ai fait le gâteau avec les ingrédients que j’avais acheté la veille. Dans deux
ans, j’aurai déjà fini mes études.

L’aspect selon le type de déroulement de l’action


Les aspects, tels qu’ils viennent d'être définis (par le rapport entre la qualité ou l'acte prédiqués et la période à
propos de laquelle est faite la prédication) sont à séparer des modifications que l'on peut introduire dans la
représentation d'une action selon le type de déroulement qu'on lui attribue (on les appelle mode d'action, aspects
objectifs par opposition aux vrais aspects, dits subjectifs). On peut distinguer par exemple, le déroulement uniforme
et le déroulement intermittent (sauter / sautiller ; voler / voleter), l'inchoatif qui isole le début d'une action ou d'une
qualité (se réveiller par opposition à être éveillé ; prendre par opposition à tenir), le résultatif qui signifie qu'une action a
atteint son terme (finir, achever). L’aspect itératif qui indique que l’action se répète : Il refait les devoirs.
Dans les grammaires dites traditionnelles, nous trouvons des tableaux de conjugaison verbale tels que :
Présent je lis Passé composé j’ai lu
Imparfait je lisais Plus-que-parfait j’avais lu
Passé simple je lus Passé antérieur j’eus lu
Futur je lirai Futur antérieur j’aurai lu
Conditionnel je lirais Conditionnel passé j’aurais lu

Nous proposons de les remplacer par une présentation qui tienne compte des principales
nuances entres les temps verbaux :
Époque
Aspect Présente Passée Future
Inaccompli Présent Imparfait Passé Simple Passé Futur Conditionnel
(imperfectif) (perfectif) Composé II Simple Présent
(perfectif)
Accompli Passé Plus-que- Passé Passé Futur Conditionnel
Composé I parfait Antérieur surcomposé Antérieur Passé

Exercices
1. Sensibilisation aux différents modes et temps verbaux (temps simples et temps composés).
Relevez dans les textes suivants les différents temps verbaux et classez-les d’après leur mode.
Quelles sont les formes qui résultent plus faciles à repérer et lesquelles présentent plus de difficultés ?
Une même forme peut-elle avoir des emplois différents ? Lesquels ?
Des formes différentes peuvent-elles avoir les mêmes emplois ? Donnez des exemples tirés des textes.
Texte 1 : Il y avait deux autres personnes dans le compartiment, qui dormaient la bouche ouverte, un homme et une femme, tandis qu’au
plafond, dans le globe, la petite ampoule bleue veillait ; vous vous êtes levé, vous avez ouvert la porte, vous êtes allé dans le corridor pour fumer
une cigarette italienne. Tout était noir dans la campagne depuis Tournus ; les fenêtres du wagon projetaient sur le talus des rectangles de lumière
où glissaient les herbes. Vous aviez rêvé de Cécile, mais non point agréablement ; c’était son visage de méfiance et de reproche qui était revenu
dans votre sommeil pour vous tourmenter, le visage qu’elle avait eu lors de vos adieux sur le quai de la Stazione Termini.
Passe la gare de Varennes-le-Grand. Dans le corridor vous apercevez le dos du garçon en veste blanche et en casquette. Au-delà de la
fenêtre qui recommence à se brouiller de pluie, des écoliers s’échappent d’une école. (Michel Butor, La Modification)
Grammaire française I 27 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

Texte 2 : Le 23 septembre 1932, le roi Abdul Aziz Ibn Saoud proclama la naissance d’un Royaume unifié dans la péninsule arabique. Il l’appela
le Royaume Saoudite. Ce fut le point culminant d’une entreprise qui avait débuté en 1902, quand il était parvenu à rétablir la règle de la Maison Al
Saoud dans Riyadh, la capitale.
La découverte d’une des plus grandes réserves de pétrole dans les provinces orientales du royaume en 1938 a permis d’assurer le
développement du pays à un rythme jamais atteint précédemment. Au cours des deux dernières décennies, en particulier, l’Arabie Saoudite est
devenue une des puissances économiques les plus prospères et les plus dynamiques au monde. Les infrastructures matérielles de la protection
sociale sont désormais comparables à ce qui se fait de mieux. Les Saoudiens sont toujours restés cependant loyaux et fidèles à leurs valeurs
traditionnelles et à leur foi dans l’Islam. Ils ont progressé au-delà de tout ce qu’on pouvait imaginer mais ils ont su conserver leur identité. (Le
Monde, le 26 septembre 1992)

Texte 3 : Jusqu’à ce jour je ne connaissais pas le feu. Le vrai feu, le feu de plein air. Je n’avais jamais vu que des feus apprivoisés, des feus
captifs dans un fourneau, des feux obéissants, qui naissent d’une pauvre allumette, et auxquels on ne permet pas toutes les flammes. On les
mesure, on les ressuscite et, pour tout dire, on les avilit. Ils sont uniquement utiles. Et si l’on pouvait s’en passer, pour chauffer et cuire, on n’en
verrait plus chez les hommes. Mais là, en plein vent, au milieu des roseaux et des saules, notre feu fut vraiment le feu, le feu des camps primitifs.
Ces feux-là ne s’allument pas facilement.

2. Observez les phrases suivantes. Y a-t-il concordance entre époque chronologique et temps verbal ?
Justifiez.
1. Je regarde la plaine qui s’étend à mes pieds.
2. Il m’a promis qu’il viendrait aujourd’hui.
3. Je désirerais vous parler.
4. On sonne à la porte, ce sera le plombier
5. Nous donnerons un bal.

6. Il aura eu une indisposition.

3.2.1 Le présent : valeurs temporelles, aspectuelles et modales


I- Valeur temporelle : époque présente
Le présent s’emploie lorsqu’il s’agit d’une action actuelle ou d’un état actuel au moment où l’on parle.
Nous lisons. Vous êtes malade.
Valeurs temporelles secondaires : époque passée, époque future
Le présent peut inclure un peu du passé ou un peu de l'avenir, et par conséquent, évoque le passé récent
(époque passée) ou le futur proche (époque future).
Je sors à l'instant de chez le dentiste. (= je viens de sortir Passé récent)
Je vois à l'instant ce que tu as fait. (Je viens de voir ce que tu as fait.)
Je pars demain matin. (Futur proche)
Demain, je vais la chercher à la gare.
Il existe aussi une autre valeur du présent qui constitue un procédé de style. C’est le présent
historique (époque passée) :
Le duc entre dans l'antichambre, salue les huit membres du conseil.
La deuxième guerre mondiale commence en 1939 et finit en 1945.

II- Valeur aspectuelle : l’inaccompli


Le présent exprime toujours l'action en train de s'accomplir (quelle que soit l'étendue du temps que ce tiroir
verbal exprime). Le présent marque donc l’aspect inaccompli.
Grammaire française I 28 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

- Le chien aboie (en ce moment)


- Le chien aboie (caractéristique du chien)

III- Valeurs modales :


a. L’expression des vérités générales et des faits d'expérience (présent gnomique, du grec gnôme,
« sentence », « maxime » (présent omni temporel))
Deux et deux font quatre.
Le lion est le roi des animaux.
L’eau bout à 100°.

b. L’expression des hypothèses réelles dans le présent ou dans le futur


Si tu viens demain, je serai content.
Si dans cent ans on va sur toutes les planètes, que nous restera-t-il à conquérir ?
Si tu bouges, je te tue.

c. L’expression de l'habitude
Il sort le jeudi.
Je me lève tous les matins à 7 heures.

d. L’expression des ordres


- avec le verbe vouloir avec intonation exclamative : Veux-tu bien descendre ! Voulez-vous bien vous taire !
- en langue familière, sans inversion du sujet : Tu descends, hein ! Tu m’entends quand je te parle !

Exercices
1. Précisez les valeurs temporelles, aspectuelles et modales du présent de l’indicatif dans les phrases
suivantes :
1. Le gigot est sur le feu, il cuit.
2. La chute des corps est due à l’attraction terrestre.
3. Je me lève tous les jours à sept heures.
4. Pierre est grand et fort.
5. Le concierge revient tout de suite.
6. Je vous attends demain.
7. Si tu n’étudies pas, tu ne réussiras pas.
8. Tu ne me parles pas comme ça !
9. Pierre qui roule n’amasse pas mousse.
10. L’homme se jeta sur Pierre. Brusquement, celui-ci se relève et lui porte au menton un coup terrible.

2. Même exercice :
1. Quatre et quatre font huit.
2. Monsieur Martin n’est pas là, mais il revient dans quelques minutes, attendez-le !
3. - Il y a longtemps que vous m’attendez ? – Non, j’arrive à l’instant.
4. En 1945 on accorde enfin le droit de vote aux femmes françaises.
5. Si tu réfléchis un peu, tu trouveras la solution.
6. Je m’absente un moment, mais tu n’allumes pas la télé !
7. Une fois par an, nous passons une dizaine de jours à la montagne en hiver.
8. Elle écoute une émission sur la musique baroque à la radio.
Grammaire française I 29 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

3.2.2 Le passé composé I : valeurs temporelles, aspectuelles et modales


I- Valeur temporelle : époque présente, relation chronologique d’antériorité
Le passé composé exprime l'antériorité par rapport au présent de l'énonciation. Maintenant, j’ai compris. Il
est utilisé pour exprimer (avec trace physique ou psychique, dans le présent) ce qui est déjà réalisé au moment où la
personne parle.
Cette antériorité peut être marquée aussi par rapport à un présent historique ou à un présent
d'habitude.
La fête commence. On chante, on danse, on crie. Déjà notre héros a mis un tonneau en perce.
Tous les jours à midi, j’ai déjà fini mes devoirs.
En général, quand j'ai fini mon petit déjeuner, je me recouche cinq minutes.

Valeur temporelle secondaire : époque future, relation chronologique d’antériorité


Le passé composé peut s’employer à la place du futur antérieur.
Vous n’attendrez pas longtemps. J’ai fini dans une minute (=j’aurai fini dans une minute).
Avez-vous bientôt fini votre travail ?

II- Valeur aspectuelle : l'accompli du présent


Alors que le présent de l'indicatif exprime un fait qui s'accomplit dans le moment même de la parole, le passé
composé exprime un fait achevé au moment même de la parole. Il y a donc une opposition d'aspect entre le passé
composé et le présent : accompli /inaccompli. Le plus souvent l'aspect de l'accompli s'accompagne d'une nuance
supplémentaire, notamment de celle de résultat ou de situation acquis dans le présent, et ayant une suite ;
surtout en proposition principale ou indépendante.
Maintenant, vous avez pris la décision correcte et vos problèmes vont disparaître.
Et voilà ! Nous sommes arrivés.
Voilà ce qui s’appelle un bon repas ! Maintenant j’ai mangé et bien mangé !

III- Valeurs modales :


a. L’expression des vérités générales et des faits d'expérience, passé composé gnomique.
Un bon verre de vin n'a jamais fait de mal à personne.
Le monde n’a jamais manqué de charlatans.
Un accident est vite arrivé.

4.2.3 L’imparfait : valeurs temporelles, aspectuelles et modales


L'imparfait n'est pas dissociable du microsystème qu'il constitue avec les deux autres temps du
passé : Passé Composé et Passé Simple. Employés sans circonstant temporel ni autre temps, le Passé Simple et le
Passé Composé suffisent à inscrire un énoncé dans la temporalité ; en revanche, un énoncé constitué uniquement
d'imparfait est perçu comme incomplet, ou sera, au mieux, interprété comme exprimant l'habitude.
Inès a escaladé sans effort le col.
Inès escaladait sans effort le col.

I- Valeur temporelle : époque passée


Jean jouait dans la cuisine.
Il n'y avait personne dans la cour, le silence et l'obscurité régnaient partout ; soudain le chien commença à aboyer.
Grammaire française I 30 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

II- Valeur aspectuelle : l’inaccompli


La valeur de base de l'imparfait, c'est l'expression de l'action en cours de déroulement. L'aspect de
l'imparfait temporel est fondamentalement l'imperfectif (duratif ou itératif).
J’aimais ces promenades. On sortait ensemble. On rencontrait des amis.
Par rapport au Passé Simple qui marque une action perfective dans le passé, l'imparfait décrit des
événements imperfectifs, décor sur lequel se détache l'action exprimée au Passé Simple (imparfait simultané du
décor ou de 2ème plan).
Marie avait 22 ans quand elle vint terminer à Paris son œuvre commencé à Aix.
A mesure qu'il avançait en entrant dans le cercle de lumière projeté par la lampe, Milady se reculait involontairement.
L'imparfait décrit des actions imperfectives, simultanées, qui peuvent pourtant avoir commencé avant et se
continuer après l'action au Passé Simple.
Je lisais quand il entra.

III- Valeurs modales :


a. L’expression de l’habitude : un fait qui se répète dans le passé.
Tous les matins, après avoir pris son petit déjeuner, il rendait visite à son voisin malade.
Quand il voyait le soleil, il renaissait.

b. L’expression de l’hypothèse réelle au passé dans le système hypothétique (si + imparfait).


Si je faisais les devoirs, je dormais tranquille.
S’il lui adressait la parole, elle rougissait.

c. L’imparfait de rupture : L'imparfait est utilisé à la place du Passé Simple. On rencontre souvent cet imparfait dit
"pittoresque" au début d'une histoire ou, dans un récit, après une série de Passé Simple, pour attirer l'attention sur
une action qui serait peut-être passée inaperçue au Passé Simple.
Pierre ouvrit la porte, la laissa ouverte, traversa le jardin, courut vite vers la forêt... soudain il s'arrêtait en regardant autour de lui avec un regard
vide et effrayé.
Il ne rencontra que des incrédules. Il en fut malade toute la nuit. Le lendemain, vers une heure de l'après-midi, Marius Paumelle [...] rendait le
portefeuille et son contenu à Maître Houlbrèque, de Manneville.

d. L’expression de l’irréel au passé. Dans certains cas, surtout après la subordonnée introduite par si + plus-que-
parfait ou après un complément circonstanciel de même valeur, l'imparfait peut remplacer le conditionnel passé
dans la principale.
Le client serait venu plus tôt, je le prenais. (= je l'aurais pris)
Un pas de plus, et cette voiture m'écrasait. (= m'aurait écrasé)
Avec certaines valeurs modales, il n’y a pas de correspondance entre le temps chronologique et le
temps verbal. En effet, parfois l’imparfait ne fait pas référence à une action durative dans le passé :

e. L'atténuation, la politesse ou l'euphémisation : Il est courant qu'un locuteur s'adressant à quelqu'un lui dise :
Je voulais, je venais vous demander..., en particulier quand il veut demander quelque chose à un allocutaire socialement
"supérieur" ou non familier. Cet imparfait ne renvoie pourtant pas à une énonciation passée mais présente :
c'est au moment où il prend la parole qu'il "veut", "désire", etc. Ce phénomène concerne essentiellement la combinaison
je + imparfait et un nombre très limité de verbes (désirer, souhaiter...) Ces verbes modaux ont essentiellement deux
Grammaire française I 31 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

fonctions: a) ils expriment le désir que sous-entend la prise de parole; b) ils constituent des signes démarcatifs de cette
prise de parole.
Cette euphémisation se traduit par un déplacement du présent de l'énonciation vers l'imparfait ; le désir est
alors exclu de l'actualité, renvoyé vers un passé fictif : il est énoncé mais "désamorcé", moins actualisé. En effet, dire je
veux c'est vouloir effectivement, alors que dire je voulais c'est seulement "raconter" ce désir, en dissociant sujet de
l'énonciation et sujet d'énoncé.
Je voulais vous demander, Monsieur, de me permettre d'assister à votre cours.

f. L’expression de l’hypothèse irréelle au présent ou au futur (si + imparfait + conditionnel présent).


Si j'avais de l'argent, je partirais aujourd'hui même en voyage.
L'été prochain, si j'avais de l'argent, je partirais en France.

g. Imparfait de regret, de désir à valeur de présent. Dans le style exclamatif la principale peut être réduite, voire
rester implicite (elle est suggérée par l'intonation).
Ah ! Si jeunesse savait !
Si je savais écrire comme toi !

h. Imparfait de suggestion. Dans une question, à valeur de présent ou de futur.


Si on allait au cinéma ?
Si nous nous promenions sous les étoiles ?

i. L'imparfait hypocoristique dans le langage parlé aux enfants (à qui on s'adresse à la 3 e personne). Dans ce cas
l'imparfait a aussi la valeur d'un présent en cours :
Il faisait de grosses misères à sa maman, le vilain garçon
Ah ! Qu’il était joli, mon petit Maurice.
Il avait envie de faire un gros pipi mon chienchien.

j. Distribution des rôles : l’imparfait à valeur irréelle est utilisé par les enfants dans leurs jeux d’imagination à valeur
de présent ou de futur:
Alors, tu étais Batman et moi j’étais le Joker.
J’étais la maman et tu étais mon fils.

Exercices
1. Donnez les valeurs temporelles, aspectuelles et modale de l’imparfait dans les phrases suivantes :
1. Quand le soir approchait, je descendais des cimes de l’île et j’allais volontiers m’asseoir au bord du lac.
2. Le poignard se planta dans le bois de la porte ; un peu plus bas, c’était la mort.
3. Le bébé aimait bien son nounours !
4. Je venais vous demander la permission pour partir plus tôt.
5. Un homme allait de Jérusalem à Jéricho.
6. Jean s’arrêta un instant ; il grelottait.
7. Pris en flagrant délit d’espionnage, il avala une capsule de cyanure. Cinq minutes plus tard, il mourait.
8. Les premiers chrétiens vivaient et mouraient pour leur foi.
9. S’il faisait beau, on pourrait aller se promener.
10. Ah ! Si je pouvais voyager !
11. Une seconde de plus et il se faisait écraser.
Grammaire française I 32 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

12. Tous les soirs, on prenait le café dans le balcon.


13. Elle était vraiment très fatiguée, ma pauvre petite puce !

4.2.4 Le passé composé II : valeurs temporelle, aspectuelles et modales


I- Valeur temporelle : époque passée
Hier, je suis allé au cinéma.
Jean est arrivé à neuf heures et s’est mis su travail.

II- Valeur aspectuelle : l’inaccompli du passé et le perfectif


Il a obtenu un prix pour son roman.

III- Valeur modale : rapprochement affectif du locuteur par rapport à son énoncé
L’opposition passé simple / passé composé
Le passé simple est le temps de l’énonciation historique, celui des faits coupés du présent ; c’est le temps de
la distanciation maximale entre le fait rapporté et l’énonciateur qui le rapporte. C’est un passé autonome. Le
passé simple nous introduit dans le système du récit, c'est-à-dire du discours où la première et la deuxième
personnes sont exclues et les événements racontés sont sentis comme absolument séparés du présent de celui qui parle
ou écrit. Le texte type est donc l'ouvrage historique, ou le roman à la troisième personne (soit à la première mais
ayant la valeur de la troisième).
Le passé composé établit un lien vivant entre l’événement passé et le présent où son évocation trouve
place. C’est le temps de celui qui relate en témoin, en participant ; c´est le temps que choisira quiconque veut faire
retenir jusqu’à nous l’événement rapporté et le rattacher à notre présent. Le passé composé définit un autre type
d'énonciation, celle du discours où la première personne s'implique volontairement et les événements racontés
sont sentis comme proches du présent de celui qui parle ou écrit . Le texte n'est plus produit avec objectivité
mais trouve ses racines dans l'actualité des locuteurs. Le discours se définit comme « ...toute énonciation supposant un
locuteur et un auditeur, et chez le premier, l'intention d'influencer l'autre en quelque manière. » (Benveniste, Problèmes
de Linguistique Générale, 1966). Le passé composé s'emploie donc dans la conversation ou dans toutes les formes
écrites qu'on peut assimiler à une conversation (correspondance, sentence, théâtre, ouvrage didactique…)
Bref, le passé simple et le passé composé appartiennent à deux types d’énonciation différents, qui s’excluent
théoriquement, mais qui peuvent néanmoins coexister, s’enchaîner et s’interpénétrer dans les textes.
Charaudeau (1992 : 467) introduit la notion de « effets de sens ». Les faits de discours ne peuvent être
observés que dans la mesure où l’on connaît les valeurs fondamentales de chaque forme temporelle. Celles-ci, placées
dans un contexte particulier, sont susceptibles de produire des effets de sens qui résultent de leur combinaison avec
d’autres marques de ce contexte et certaines des caractéristiques qui déterminent la situation de communication dans
laquelle se trouve le sujet parlant.
Les effets du passé simple
a) Du fait de sa valeur fondamentale de « passé révolu », l’emploi du passé simple produit un effet de
distanciation historique.
Cet emploi, longtemps caractéristique du récit (écrit ou oral), puis réservé au récit écrit (parfois aussi oral, mais
rarement à la première personne), devient de plus en plus une marque de genre, historique ou littéraire.
b) Plus particulièrement, dans les récits, par opposition aux autres temps du passé, il joue un double rôle :
- par opposition au passé composé, il produit un effet d’éloignement (exemple : mettre à distance ce
qui n’a pas de répercussion affective sur l’actualité du narrateur)
Grammaire française I 33 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

- par opposition à l’imparfait, il produit un effet de ponctualité et de mise en évidence d’actions et


d’événements qui ne peuvent que se succéder les uns aux autres.
Les effets du passé composé
C’est en tant que valeur fondamentale d’accompli du présent que l’emploi du passé composé produit un effet de
contact entre situation passée et présente. Cet emploi permet de signaler la « hiérarchie » des faits du passé, le passé
composé exprimant des faits proches, le passé simple des faits lointains par rapport à l’instance du sujet qui raconte.
Cette hiérarchie manifeste la répercussion psychologique (et donc subjective) que ces événements ont sur le
sujet parlant dans le moment où il raconte.

Exercices
1. Distinguez dans les exemples suivants les passés composés qui marquent l’accompli du présent (passé
composé I) de ceux qui marquent le l’inaccompli du passé (passé composé II).
1. Hier, j’ai compris le principe des vases communicants.
2. Vous avez compris le principe ? Nous allons étudier donc le suivant.
3. Avant de me coucher, j’ai bu un peu de tisane.
4. Eh bien ! Voilà, maintenant j’ai mangé.
5. Après la révolution industrielle, le travail à la machine a remplacé le travail manuel.
6. De nos jours, le travail à la machine a remplacé le travail manuel.
7. Bonjour, on voit que tu as bien dormi !
8. Nous sommes arrivés ce matin.
9. Chauffeur de taxi : voilà monsieur, nous sommes arrivés.

2. Donnez les valeurs temporelles, aspectuelles et modales du passé composé dans les phrases suivantes :
1. Un instant, j’ai terminé.
2. Quand j’ai fini, je vous téléphone.
3. Depuis qu’il a perdu son portefeuille, il est triste.
4. Je suis allé à Lyon, où j’ai vu des camarades de régiment. Ils m’ont envoyé à Chalon-sur-Seine, chez des amis qui m’ont envoyé à
Maçon.
5. Une vertu qui n'a jamais été tentée n'est pas une vertu : c'est une hypothèse.
6. Ne t’inquiète pas, dans cinq minutes, je suis parti.
7. Ouf, je suis bien fatiguée, j’ai rangé toute la vaisselle !
8. Victor Hugo est né en 1802.

4.2.5 Le passé simple : valeurs temporelle, aspectuelle et modales


I- Valeur temporelle : époque passée
Le passé simple s'emploie dans le récit suivi, écrit ou oral, pour indiquer une action passée qui a lieu dans
un temps complètement écoulé, mais sans l'idée d'habitude. C'est le temps de la narration.
La mère embrassa son fils et rentra en pleurant dans sa cabane. Elle se jeta à genoux devant une image de la Vierge et pria avec ferveur.
Cependant Mateo marcha quelque deux cents pas dans le sentier et ne s'arrêta que dans un petit ravin, où il descendit. L'endroit lui parut
convenable pour son dessein.

II- Valeur aspectuelle : l’inaccompli et le perfectif


♦ Distinction entre le passé simple et l'imparfait : Aspect perfectif vs Aspect imperfectif
L'imparfait exprime des états de durée indéterminée, il correspond aux mots habituellement, souvent, déjà
ou en même temps.
Grammaire française I 34 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

L'année précédente, à la même époque, il était malade aussi.


Le passé simple indique des actions bien déterminées, il implique le sens de après, ensuite, plus tard.
L'année précédente, à la même époque, il fut malade aussi.
Ce jour-là, on nettoya la maison et le toit; on couvrit la source d'une grosse pierre, pour que les feuilles séchées et les eaux d'hiver n'en
corrompissent pas le bassin. On épuisa d'huile le petit puits creusé dans la roche. On mit l'huile dans les jarres, et les enfants les descendirent à la
mer, en passant de petits bâtons dans les anses. (Lamartine)
La valeur propre du passé simple est de rejeter dans le passé le procès énoncé en le coupant de tout
lien avec le repère maintenant, et en donnant de son déroulement une vue dynamique (actions de premier plan,
progressant du début à la fin) alors que l'imparfait en donne une vue statique (actions de second plan, descriptions,
états)

III. Valeur modale : distanciation maximale du Je par rapport à son énoncé


♦ Distinction entre le passé simple et passé composé (cf. passé composé). Le Passé Simple marque une
distance maximale du Je tandis que le Passé Composé marque l’implication du Je dans son discours :
A la frontière de la Belgique et du Luxembourg et voisine de l’Allemagne, la Meurthe-et-Moselle fut de tout temps une terre de passage et
d’ouverture. Si l’on sait le lourd tribut qu’elle paya aux guerres et aux invasions, on connaît moins les richesses artistiques que sa position au
carrefour de civilisations lui a léguées.
La Lorraine fut traversée par les courants les plus variés et nombre de ses artistes ont connu un grand rayonnement de par le monde :
Jacques Callot, Georges de La Tour, Ligier Richier, Jean Lamour, Emile Gallé sont quelques-uns uns de ses créateurs célèbres.
"L’art est sa nature"… Le titre de ce magazine insiste sur les trésors que l’art et l’histoire ont donnés à notre département et joue aussi sur le
mot nature qui est l’autre grande richesse touristique de la Meurthe-et-Moselle. ("L’art est sa nature", dépliant touristique)

Exercices
1. Donnez la valeur du passé simple dans les phrases suivantes :
1. La présence de Frédéric ne le dérangea pas. Il se tourna vers lui plusieurs fois, en l’interpellant par des clins d’œil ; ensuite il offrit des
cigares à tous ceux qui l’entouraient. Mais, ennuyé de cette compagnie sans doute, il alla se mettre plus loin.
2. Là-bas, plus loin que la place de la République, les tombes s’entassent de parisiens qui furent, qui montèrent et descendirent des
escaliers, allèrent et vinrent dans les rues et tant firent qu’à la fin ils disparurent.

Des nuances particulières : Passé composé/ passé simple


2. Repérez tous les passés composés et simples. Justifiez leur emploi par leurs valeurs temporelles,
aspectuelles et modales.
Texte 1 :
Je suis née à Oyonnax, le 16 janvier 1905. A cette époque, c’était la capitale du Celluloïd, aujourd’hui, c’est celle du plastique. Mes parents
étaient Bressans. Avant de venir à Oyonnax, ils avaient une boucherie à Bourg-en Bresse. Dans leur nouvelle cité, ils créèrent un hôtel-restaurant.
Ils avaient été élevés à la campagne, c’était des familles d’honnêtes gens, la branche maternelle avait été plus bourgeoise. J’ai un meilleur
souvenir de ma mère. Nous étions sept enfants. Elle nous a tout donné. Sa vie a été une lutte perpétuelle, beaucoup de chagrins, de désillusions,
deux enfants morts en bas âge, deux autres à la guerre de 1914. Enfant, je n’ai guère connu les joies familiales, car elle était dépassée par le
travail incessant qu’elle devait fournir. Levée à 3 heures du matin, couchée tard, elle n’a pas résisté. Elle est morte à 53 ans. Lorsque le docteur la
vit, il dit qu’il n’avait jamais vu un corps si usé et en était vraiment surpris.

Texte 2 :
La neige qui n’a pas cessé de tomber depuis trois jours, bloque les routes. Je n’ai pu me rendre à R… où j’ai coutume depuis quinze ans de
célébrer le culte deux fois par mois. Ce matin trente fidèles seulement se sont rassemblés dans la chapelle de La Brévine.
Je profiterai des loisirs que me vaut cette claustration forcée, pour revenir en arrière et raconter comme je fus amené à m’occuper de
Gertrude.
Grammaire française I 35 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

J’ai projeté d’écrire ici tout ce qui concerne la formation et le développement de cette âme pieuse qu’il me semble que je n’ai fait sortir de la
nuit que pour l’adoration et l’amour. Béni soit le Seigneur pour m’avoir confié cette tâche.
Il y a deux mois et six mois, comme je remontais de La Chaux-de-Fonds, une fillette que je ne connaissais point me vint chercher en toute
hâte pour m’emmener à sept kilomètres de là, auprès d’une pauvre vieille qui se mourait. Le cheval n’était pas dételé : je fis monter l’enfant dans la
voiture, après m’être muni d’une lanterne, car je pensai ne pas pouvoir être de retour avant la nuit.

Texte 3 :
Il y a deux ans disparaissait Delphine Seyrig. Elle appartenait à cette race d’actrice que s’approprie souvent l’imaginaire des spectateurs. En
58, elle avait été découverte dans un théâtre de New York par Alain Resnais, était devenue une des muses de « la Nouvelle Vague », et avait
tourné pour Truffaut en 68. Pour certains, elle demeurera à jamais la beauté diaphane et marmoréenne de Marienbad ; pour d’autres, la grâce et la
voix (Baisers volés). À peine ce mouvement s’était-il essoufflé, elle inspira les femmes cinéastes des années 70 dont Chantal Ackermann et
Marguerite Duras.
En 1982, passionnée de vidéo, elle fonda le centre Simone de Beauvoir afin de promouvoir la création des femmes dans l’audiovisuel. Ce
centre, auquel elle consacra une grande part de son énergie, fête aujourd’hui ses 100 ans en organisant un festival international.
Il fallait rendre un hommage à celle qui fut la conceptrice et l’âme de ce centre : un concert sera donné à l’Opéra Bastille le week-end
prochain. En effet, attentive à tout ce qui bouge, fait remous, Delphine Seyrig s’intéressait à toute forme d’art et notamment à la musique. À
présent, ses amis se retrouvent autour d’œuvres qui lui sont dédiées et dont elle fut l’inspiratrice (Actualités 1992)

4.2.6 Le plus-que-parfait : valeurs temporelles, aspectuelles et modales


I. Valeur temporelle : époque passée, relation chronologique d’antériorité
Le plus-que-parfait exprime un fait accompli qui a eu lieu avant un autre fait passé, quel que soit le délai
écoulé entre les deux faits :
Alain tourna la tête vers la porte-fenêtre béante d'où venait une douce odeur d'épinards et de foin frais, car on avait tondu les gazons dans la
journée.

II. Valeur aspectuelle : l'accompli du passé


Le plus-que-parfait joue le rôle d'un passé accompli dans le même sens que le passé composé I joue le rôle
d'un présent accompli par rapport au moment de la parole. La référence n'est plus, dans le cas du plus-que-parfait, le
moment où la personne parle, mais un moment du passé.
Comme elle avait étudié l’anglais, elle a trouvé un poste de secrétaire bilingue.
Nous avons dîné au restaurant parce que nous n’avions pas fait les courses.

III. Valeurs modales :


a. L’expression de l’habitude : Pour exprimer une action qui a eu lieu immédiatement avant une autre avec l'idée
d'habitude (aspect accompli, temps passé). Il s'emploie alors avec un second verbe à l'imparfait :
A Paris, quand nous avions fini de travailler, nous allions chaque jour nous promener.
Employé dans ce sens le plus-que-parfait est un antérieur descriptif que l'on trouve souvent, comme l'imparfait, au
commencement des récits ou dans le cours d'une description, avec un second verbe sous-entendu.
Il avait neigé toute la nuit; à perte de vue la terre était blanche.
Vers trois heures du soir, toutes ces choses s'étaient rapprochées jusqu'à nous surplomber de leurs masses rocheuses ou de leur fouillis de
verdure.

b. L’expression de l’hypothèse réelle au passé dans le système hypothétique (si +plus-que-parfait).


Si j’avais fait mes devoirs, je dormais tranquille.
S’ils ne nous avaient pas demandé la permission, nous ne les laissions pas sortir.
Grammaire française I 36 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

c. L’expression de l’hypothèse irréelle au passé, (si + imparfait + conditionnel passé).


Si j'avais voulu, j'aurais réussi.
S’il avait étudié, il aurait réussi.

d. L’expression du regret dans le passé : Il peut arriver que, dans une phrase exclamative, le deuxième terme (la
conséquence) du système hypothétique ne soit pas dit ; le plus-que-parfait garde sa valeur modale d'irréel du passé,
mais le ton exclamatif souligne le regret que l'on prouve à considérer que l'on n'a pas réalisé la chose qui aurait conduit
à un résultat différent de celui que l'on connaît.
Ah ! Si j'avais su !
Ah ! Si j'avais écouté !

Avec certaines valeurs modales, il n’y a pas de correspondance entre le temps chronologique et le
temps verbal. En effet, parfois le plus-que-parfait ne fait pas référence à une action antérieure à une autre dans le
passé :
e. L'atténuation, la politesse ou l'euphémisation : Comme l'imparfait, le plus-que-parfait peut marquer
l'atténuation avec certains verbes (à valeur d’un présent accompli):
J'étais venu vous proposer un marché.

f. Le plus-que-parfait hypocoristique dans le langage parlé aux enfants (à qui on s'adresse à la 3e personne).
Le bébé l’avait aimé sa sousoupe !

Exercices
1. Donnez les valeurs temporelle, aspectuelle et modale du plus-que-parfait dans les phrases suivantes :
1. Je lui disais que j’avais gagné au gros lot.
2. J’étais venu vous demander un petit service.
3. Jean protesta. Il avait bien fait son travail !
4. Pierre ne put se lever ; depuis son accident, il avait perdu l’usage de ses jambes.

4.2.7 Le passé surcomposé : valeurs temporelle, aspectuelle et modales


I- Valeur temporelle : époque passée, relation d’antériorité
Comme toutes les formes surcomposées, le passé surcomposé apparaît le plus souvent dans un contexte de
dialogue, c'est-à-dire, dans la langue parlée mais aussi dans les formes de la langue écrite les plus proches de la
langue parlée (lettres, journaux intimes, ...). Le langage littéraire s'en sert aussi pour combler ses besoins d'expressivité.
Lorsque la pluie a eu cessé, le soleil s’est montré à nouveau.
Quand le linge a eu séché, les femmes l’ont ramassé.
Le passé surcomposé s'emploie après quand, lorsque, après que, dès que, etc. quand le verbe indique un moment
précis dans le passé :
Hier, quand j’ai été rentré, j’ai mis mes pantoufles.
Il faut noter que le temps de l'auxiliaire dans la proposition subordonnée est le même que le temps du verbe
dans la proposition principale. Actuellement, on remplace le passé surcomposé par le passé composé :
Hier, quand je suis rentré, j'ai mis mes pantoufles. (Passé composé dans les deux propositions, même si l'action de la
subordonnée est antérieure à celle de la principale).

II. Valeur aspectuelle : l’accompli


Grammaire française I 37 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

Le passé surcomposé exprime l'aspect accompli par rapport à un passé composé.


Quand Madame de Vernon a été partie, je me suis trouvée plus mal qu'avant.
Le passé surcomposé exprime aussi l'aspect accompli par rapport à un imparfait ou un présent
historique, voire un conditionnel passé.
Quand j'ai eu perdu ma pauvre défunte, j'allais dans les champs pour être seul
Alors il marie sa fille. Quand il a eu marié sa fille, son gendre entreprend un commerce

III- Valeur modale : rapprochement affectif du locuteur par rapport à son énoncé

Exercices
1. Donnez les valeurs temporelle et aspectuelle du passé surcomposé dans les phrases suivantes :
1. Quand j’ai eu fini de lire, je suis sorti.
2. Il est parti aussitôt qu’il a eu reçu son argent.
3. L’espérance est un charlatan qui nous trompe sans cesse. Et pour moi le bonheur n’a commencé que lorsque je l’ai eu perdue.

4. Le pilote a commis une erreur après que l'avion a eu atterri.

4.2.8 Le passé antérieur : valeurs temporelles, aspectuelles et modales


I. Valeur temporelle : époque passée, relation chronologique d’antériorité
Le passé antérieur exprime un fait qui a précédé, immédiatement ou à un moment précis, un autre fait passé :
c'est un passé du passé. Il se trouve généralement dans des propositions subordonnées, après une conjonction
temporelle introduite par à peine que, à peine...que, après que, lorsque, etc.
Quand il eut fini de travailler, il sortit.
A peine eut-il fait trois pas qu'on le rappela.
En français moderne, le passé antérieur appartient exclusivement à la langue écrite. A l'oral, son rôle est
accompli par le passé surcomposé ou le plus-que-parfait.

II. Valeur aspectuelle : l'accompli et le perfectif


Dans la langue littéraire le passé antérieur tend à restreindre son emploi de temps de l'antériorité aux
subordonnées de temps.
Après qu'il eut pris l'argent, le voleur quitta la banque.
Dès qu'il eut entendu le bruit, il s'enfuit.
Accompli du passé simple, le passé antérieur montre, non l'action, mais le résultat dû à son
accomplissement. Il a cette valeur aspectuelle dans les propositions indépendantes et principales (en surface). Le
passé antérieur est toujours perfectif- momentané et présente les faits dans une succession sérielle :
Quand il eut frappé, il éleva la voix et appela Cosette. -Cosette ! Cria-t-il, Cosette ! Répéta-t-il impérieusement. On ne répondit pas.
En un instant il eut rattrapé le petit groupe des coureurs de tête.

III. Valeur modale : La distanciation maximale du Je par rapport à son énoncé


La paire passé simple/ passé antérieur s'oppose à la paire passé composé/ passé surcomposé par la
modalité, la première paire marque l'absence du JE énonciateur dans son énoncé, sa distance, sa volonté de ne pas s'y
impliquer.

Exercices
1. Donnez la valeur du passé antérieur dans les phrases suivantes :
1. En un instant, il eut attrapé le petit groupe des coureurs.
Grammaire française I 38 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

2. Il se mit à écrire, en un moment, il eut fini sa lettre.


3. Quand j’eus fini mon travail, je sortis.
4. À peine, eut-il aperçu l’enfant, il accourut.

4.2.9 Le futur simple : valeurs temporelles, aspectuelles et modales


I. Valeur temporelle : époque future
Le futur exprime un fait postérieur au présent de l'énonciation.
Je partirai demain.
Les inscriptions auront lieu à partir de jeudi
Dans une minute je saurai si je suis encore un peintre.

Valeur temporelle secondaire : époque passée, le futur historique


Emploi du "futur historique" qui consiste à utiliser un futur à la place d'un passé. Il peut apparaître après un
passé composé, un passé simple ou un présent de narration.
Le 21 juin (1848), la fermeture des ateliers nationaux est décidée : les ouvriers de 18 à 25 ans s'enrôleront dans l'armée; les autres seront dirigés
sur divers points de la province où de grands travaux vont être entrepris.
Cette fois, la République triomphe; et malgré son habileté, le duc de Broglie ne réussira qu'à retarder de quelques mois son avènement légal.

II. Valeur aspectuelle : l’inaccompli du futur


Je partirai demain.

III. Valeurs modales :


a. L’expression du moins certain : Modalité du moins certain et époque plus éloignée du présent, vis-à-vis du
futur proche à modalité plus certaine et époque plus proche du présent.
L’utilisation du futur proche (aller + infinitif) permet au locuteur d'exprimer son engagement (je
vais me marier), d'où la valeur de certitude de cette forme verbale. (Il va pleuvoir)
L'utilisation du futur permet au locuteur d'établir une distance temporelle par rapport au moment où
il parle, un décrochement (je ferai la vaisselle), d'où un moindre degré de certitude.
Le mari : -Laisse, je vais faire la vaisselle. (Certain) Le mari : -Laisse, je ferai la vaisselle. (Incertain)
La femme : -Merci, c'est gentil. La femme : -Je la ferai moi-même, autrement elle va encore rester.
b. Le futur gnomique (Qui se présente sous forme de sentences)
A l'égard des voleurs on ne sera jamais assez prudent
Un homme qui meurt de soif se rafraîchira-t-il au souvenir d'une eau qu'il a bue jadis ?

c. L’expression de la probabilité (le conjectural) : Il exprime une assertion (affirmation ou négation) dans laquelle
les chances de réalisation sont considérées comme l'emportant sur les chances de la pure hypothèse. Le futur est utilisé
pour exprimer une hypothèse probable (réelle au futur) :
Pierre n'est pas là, il dînera chez ses parents.
Déjà minuit et il n’est pas là ! Ton fils aura encore une bonne excuse !
Il n’est pas dans son bureau : il sera devant la télé, comme d’habitude.

d. L’expression du volitif : Il exprime les nuances de la volonté, depuis l'ordre le plus brutal jusqu'à la simple
suggestion. Le futur volitif appartient fondamentalement à la langue parlée : il suppose la présence de la personne à
qui est adressée la parole, mais le ton seul peut suffire. L'expression de la volonté par le futur souligne l'assurance
(réelle ou feinte) du sujet parlant. Le temps futur projette explicitement la réalisation dans l'avenir, alors que l'impératif
Grammaire française I 39 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

ne le fait qu’implicitement : l'expression de la volonté par le futur a donc quelque chose de plus analytique et de plus
intellectuel que celle qui se fait par l'impératif.
- ordres excluant toute réplique : Allons, en voilà assez. Vous quitterez cette femme. Tout à l'heure je vous en priais, maintenant je
vous l'ordonne.
- invitation : Vous prendrez bien une tasse de thé avec moi ?
- suggestion et souhait : Vous le ferez, n'est-ce pas ?
- supplication : Orphée...écoutez-moi. Du calme. Vous m'écouterez
L'indication de la personne peut manquer lorsqu'il s'agit d'ordres anonymes adressés à une collectivité,
dans des actes publics : Les actes de l'état civil énonceront l'année, le jour et l'heure où ils seront reçus (code civil)" (énonceront = devront
énoncer). Les dix commandements de Dieu ont une formulation personnelle, quoiqu'ils s'adressent à une collectivité
anonyme : Un seul Dieu tu adoreras et aimeras parfaitement / homicide point ne seras / de fait ni volontairement"

Avec certaines valeurs modales, il n’y a pas de correspondance entre le temps chronologique et le
temps verbal. En effet, parfois le futur ne fait pas référence à une action future :
e. L’expression de l’atténuation du présent :
Je vous demanderai un petit moment de patience.
Je ne vous cacherai pas que je ne suis guère satisfait.
Je vous avouerai que je ne suis pas d’accord.
Dans le style commercial :
Cela fera 100 euros pour Madame.
Ce sera tout, Madame ?

Exercices
1. Donnez les valeurs temporelles, aspectuelles et modales du futur dans les phrases suivantes :
1. Tiens, on sonne ! À cette heure, ce sera le facteur.
2. En 1643, Louis XIV devient roi, et son règne sera le plus long de notre histoire.
3. Quand je dirai trois, vous partirez.
4. Il arrivera demain.
5. Je vous demanderai un peu de patience.
6. Un seul Dieu tu adoreras et aimeras parfaitement.
7. L’homme hélas ! sera toujours l’homme.
4.2.10 Le futur antérieur : valeurs temporelles, aspectuelles et modales
I. Valeur temporelle : époque future, relation chronologique d’antériorité
Le futur antérieur exprime l'antériorité par rapport au moment d'un autre procès placé dans le futur.
Quand elle arrivera, j'aurai déjà pris ma douche.

Valeur temporelle secondaire : époque passée, relation chronologique d’antériorité


Dans le style historique, à côté du futur dit des historiens, figurent parfois des futurs antérieurs, qui
expriment des événements passés et antérieurs par rapport aux événements passés rapportés au futur :
Par là, il se rendra indépendant, il deviendra une puissance et quand la République prendra ombrage du général victorieux, il sera trop tard. Avant
le Consulat, il y aura eu le proconsulat d'Italie. Ce que la Gaulle avait été à César, l'Italie l'aura été à Bonaparte.

II. Valeur aspectuelle : l’accompli dans le futur


Le futur antérieur exprime en même temps que l'antériorité, l'aspect de l'accompli dans le futur "absolu"
en indiquant qu'à un certain moment de la durée, l'action sera achevée.
J’aurai déjà terminé lorsqu’il téléphonera.
Grammaire française I 40 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

J'aurai fini quand vous voudrez partir


Il faut remarquer que le moment du point d'accomplissement, exprimé par l'auxiliaire au futur, est volontiers
souligné et précisé par un adverbe de temps (bientôt, dans un quart d'heure, demain, dans quatre ans ) :
Dans trois ans, j'aurai fini.
Ils m'auront bientôt oublié.
J'aurai fini dans un quart d'heure.

Valeur aspectuelle secondaire : l’accompli dans le présent, perçu dans l’avenir


La langue connaît un autre emploi, où le futur antérieur exprime un fait déjà accompli dans le présent, mais
dont l'accomplissement n'est censé être perçu que dans l'avenir.
De grâce, silence, messieurs, s'écria le président, si nous discutons encore, il aura été inutile de faire entrer M. Sorel. (Julien Sorel a déjà été
introduit ; le président pense que, une fois la dispute finie, on s'apercevra que l'introduction de M. Sorel a été inutile).

III. Valeur modale :


a. L’expression de la probabilité, le futur conjectural : Le tour consiste à remplacer un passé composé par un
futur antérieur. La valeur temporelle reste celle d'un passé. De cette manière, il sert à atténuer par politesse
l'affirmation d'un fait passé, en le présentant comme seulement probable.
Vous vous serez trompé.
Il n’est pas encore arrivé. Il aura perdu le train.
Ma tante devait prendre le portrait chez elle aujourd’hui. Elle aura oublié de le décrocher.
Vous n'avez pas dit cela ? J'aurai donc mal compris.

Exercices
1. Donnez les valeurs temporelle, aspectuelle et modale du futur antérieur dans les phrases suivantes :
1. J’aurai terminé mon travail quand vous viendrez.
2. Il sera parti avant notre arrivé.
3. Vous aurez oublié de fermer la porte.
4. Dans deux ans, je serai devenue avocate.
5. Elle ne trouve pas sa bague : elle l’aura perdue sans s’en rendre compte.
6. Les enfants iront chez leurs grands-parents dès que l’école sera finie.
7. Mon amie n’était pas à notre rendez-vous : elle aura eu un empêchement de dernière minute.
4.2.11. Le conditionnel présent : valeurs temporelles, aspectuelles et modales
On se sert du conditionnel pour exprimer au discours rapporté dans une subordonnée, qu'une chose
devait se réaliser dans l'avenir mais par rapport à une autre action passée. Morphologiquement, il présente la
forme en -r- qui le situe du même côté que le futur (avec lequel il partage aussi le radical) et qui lui donne en effet, une
certaine aptitude à orienter la pensée vers l'avenir. D'autre part sa terminaison - ais qu'il a en commun avec l'imparfait
l'insère dans le passé. Il exprime donc l'avenir du passé.
Je pensais qu'il viendrait.
Il disait qu’il partirait le lendemain.

I. Valeur temporelle : le futur


En mars, on pourrait faire un petit tour.

II. Valeur aspectuelle : l’inaccompli


En 2050 les gens voyageraient dans des autos volantes.
J’aimerais connaître le Japon.
Grammaire française I 41 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

III. Valeurs modales :


a. L’expression du futur hypothétique :
Le futur et le conditionnel ont en commun d'exprimer un projet, un événement envisagé dans
l'avenir. La différence, c'est que le futur présente ce projet comme certain, tandis que le conditionnel le montre
hypothétique. Le futur catégorique (futur simple) réduit presque complètement la part d'incertitude liée à tout projet
d'avenir, du fait qu'il peut se prévaloir d'une réalité présente ; en revanche, le futur hypothétique (le conditionnel)
comporte le maximum d'incertitude.
En mars, on pourrait faire un petit tour.

b. L’expression de la conséquence dans une hypothèse irréelle : dans le système hypothétique du français
introduit par si, le conditionnel présent modal exprime un fait qui aurait été possible dans le présent ou dans
le futur.
Si un jour je gagnais à la loterie, je partirais faire le tour du monde.
S’il pleuvait demain, j’irais volontiers au cinéma. Pas toi ?

c. Valeur d'éventualité : pour exprimer un fait douteux qui n’est pas confirmé, il sert à présenter les
événements dont on ne peut encore affirmer la réalité. Procédé polyphonique fréquent dans la presse.
Paul divorcerait.
Le chef de l'état partirait aujourd'hui en visite officielle chez nos voisins.
Le ministre préparerait une conférence de presse (information hypothétique)

d. L’expression de l'atténuation : le conditionnel sert à exprimer une idée, une demande dont on atténue la
volonté impérative.
Auriez-vous l'amabilité de me prêter ce livre ?
Je voudrais vous parler.
Pourriez-vous m’aider ?

e. Distribution des rôles : le conditionnel présent se rencontrait naguère dans la distribution des rôles à tenir dans
les jeux des enfants :
Alors, toi, tu serais le soldat; et moi je serais le chef; et je te mettrais en prison.
Exercices
1. Précisez la valeur du conditionnel dans les phrases suivantes :
1. Je serais bien à l’aise de vous voir.
2. Vous me le jureriez que je ne le croirais pas.
3. Pourriez-vous me passer le pain ?
4. Je me figurais que votre ami partirait demain.
5. Le ministre se présenterait aux élections.
6. Tu serais le méchant loup et moi, je serais le Chaperon rouge.

4.2.13 Le conditionnel passé : valeurs temporelles, aspectuelles et modales


On se sert du conditionnel passé pour exprimer au discours rapporté dans une subordonnée au passé,
que le procès est accompli dans l’avenir par rapport à ce passé. Autrement dit, le conditionnel passé peut
exprimer l’avenir accompli vu à partir d’un moment du passé.
Elle affirmait qu’elle serait rentrée à midi. Il disait qu'avant huit jours il m'aurait battu à la course.
Je me figurais que votre ami serait parti avant mon arrivée.
Grammaire française I 42 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

Valeurs modales :
a. L’expression de l’hypothèse irréelle : dans le système hypothétique du français introduit par si , le conditionnel
passé exprime un fait qui aurait été possible dans le passé.
S’il avait étudié, il aurait réussi.
Si tu n'avais travaillé, tu aurais réussi. (Hypothèse irréelle : présupposé mais tu n'as pas travaillé, tu n'as pas réussi).
Si j’avais été à ta place, j’aurais refusé cette proposition.

b. L’expression de la condition : lorsque, dans une suite de deux propositions aux conditionnel, la première
indique la condition à laquelle la réalisation de la seconde est conditionnée.
Paul aurait été plus aimable, on l’aurait invité. (=Si Paul avait été plus aimable, on l’aurait invité)

c. Valeur d'éventualité : pour exprimer un fait douteux pas confirmé, il sert à présenter les événements dont on
ne peut encore affirmer la réalité. Procédé polyphonique fréquent dans la presse.
Un dentiste aurait violé une jeune fille de 15 ans.
Les voleurs seraient entrés par la fenêtre.
D’après certaines rumeurs non encore confirmées, le couple princier aurait décidé de se séparer.

d. L’expression de l'atténuation : sert à exprimer une idée, une demande dont on atténue la volonté
impérative.
J'aurais voulu vous demander un service.

e. L’expression du regret :
J'aurais bien aimé vivre au Moyen Âge. Il aurait voulu connaître ses parents.
J’aurais voulu que vous signiez ces lettres avant de partir.

Exercices
1. Préciser la valeur du conditionnel passé dans les phrases suivantes :
1. Il y a eu un grand incendie ; le feu aurait été mis par des malfaiteurs.
2. J’aurais voulu vous dire que je pars.
3. Il disait qu’avant huit jours, il m’aurait battu à la course.
4. Un déraillement aurait eu lieu, il y a des morts.
Présent Passé Composé I
Valeur temporelle

Époque présente Valeurs temporelles Époque présente Valeur temporelle secondaire


Nous lisons. secondaires (relation Époque future (relation
Vous êtes malade. Époque passée chronologique chronologique d’antériorité)
Je sors à l'instant de chez le dentiste d’antériorité) Vous n’attendrez pas longtemps. J’ai fini
(= je viens de sortir) Maintenant, j’ai compris. dans une minute (=j’aurai fini dans une
Le duc entre dans l'antichambre, minute).
salue les huit membres du conseil. Avez-vous bientôt fini votre travail ?
(présent historique)

Époque future
Je pars demain matin. (futur proche)

L’inaccompli L’accompli (du L’accompli (du futur)


aspectuelleValeur

Nous lisons. présent) Si dans une heure la fièvre a monté,


Voilà ! Nous sommes rappelez-moi
arrivés.
Grammaire française I 43 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

Valeurs modales
a. L’expression des vérités générales et des a. L’expression des vérités générales et des faits
faits d'expérience : (présent omni temporel, d'expérience, valeur gnomique.
celui des proverbes, des maximes, des définitions.) Un bon verre de vin n'a jamais fait de mal à personne.
Deux et deux font quatre. Le monde n’a jamais manqué de charlatans.
L’eau bout à 100°. Un accident est vite arrivé.

b. L’expression des hypothèses réelles dans


le présent ou dans le futur
Si tu viens demain, je serai content.
Si tu bouges, je te tue.

c. L’expression de l'habitude
Il sort le jeudi.
Je me lève tous les matins à 7 heures.

d. L’expression des ordres


- avec le verbe vouloir avec intonation
exclamative :
Veux-tu bien descendre ? Voulez-vous bien vous taire !
- en langue familière, sans inversion du sujet :
Tu descends, hein !

Imparfait Passé Composé II Passé Simple


Époque passée Époque passée Époque passée
aspectuelleValeur temporelleValeur

Nous lisions. Hier, j’ai lu le livre en entier. La mère embrassa son fils et
Jean jouait dans la cuisine. Jean est arrivé à 3 heures. rentra dans sa cabane.

L’inaccompli et l’imperfectif L’inaccompli (du passé) et L’inaccompli (du passée) et


On rencontrait des amis. le perfectif le perfectif
J’aimais ces promenades. Hier, j’ai lu le livre en entier. La mère embrassa son fils et
Jean est arrivé à 3 heures. rentra dans sa cabane.

a. L’expression de l’habitude : Rapprochement affectif de Distanciation ou


Quand il voyait le soleil, il renaissait. l’énonciateur par rapport à éloignement affectif de
son discours. l’énonciateur par rapport à
son discours.
Grammaire française I 44 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

A la frontière de la Belgique et du Luxembourg et voisine de


Valeurs modales
b. L’expression de l’hypothèse réelle au
passé l’Allemagne, la Meurthe-et-Moselle fut de tout temps une terre de
Si je faisais les devoirs, je dormais tranquille. passage et d’ouverture. Si l’on sait le lourd tribut qu’elle paya aux
guerres et aux invasions, on connaît moins les richesses artistiques
c. L’imparfait de rupture que sa position au carrefour de civilisations lui a léguées.
Elle salua son mari. Elle alla dans sa chambre. Une demi- La Lorraine fut traversée par les courants les plus variés et
heure plus tard, elle se déshabillait pour se mettre au lit. nombre de ses artistes ont connu un grand rayonnement de par le
monde : Jacques Callot, Georges de La Tour, Ligier Richier, Jean
d. L’expression de l’irréel au passé. Lamour, Emile Gallé sont quelques-uns uns de ses créateurs célèbres.
Le client serait venu plus tôt, je le prenais. (= je l'aurais pris) "L’art est sa nature"… Le titre de ce magazine insiste sur les
Un pas de plus, et cette voiture m'écrasait. (= m'aurait écrasé) trésors que l’art et l’histoire ont donnés à notre département et joue
aussi sur le mot nature qui est l’autre grande richesse touristique de la
Non correspondance entre le temps Meurthe-et-Moselle. ("L’art est sa nature", dépliant touristique)
chronologique et le temps verbal.
e. L'atténuation, la politesse :
Je voulais, je venais vous demander...

f. L’expression de l’hypothèse irréelle au


présent ou au futur (si + imparfait +
conditionnel présent).
Si j'avais de l'argent, je partirais aujourd'hui même en voyage.

g. Imparfait de regret, de désir à valeur de


présent.
Ah ! Si je savais écrire comme toi !

h. Imparfait de suggestion. Dans une question,


à valeur de présent ou de futur.
Si on allait au cinéma ?

i. L'imparfait hypocoristique à valeur de


présent :
Il faisait de grosses misères à sa maman, le vilain garçon.
Ah ! Qu’il était joli, mon petit.

j. Distribution des rôles à valeur de présent ou


futur :
Alors, tu étais Batman et moi j’étais le Joker.
Grammaire française I 45 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

Plus-que-parfait Passé Surcomposé Passé Antérieur


Époque passée Époque passée Époque passée
Valeurs modales aspectuelleValeur temporelleValeur

L’accompli (du passé) L’accompli (du passé) L’accompli (du passée)


Arrivé chez moi, je me suis rendu compte que j’avais oublié Hier, quand j’ai été rentré, j’ai mis Dès qu’elle eut bu sa tisane,
mes clés. mes pantoufles Marie alla se coucher.

a. L’expression de l’habitude : Rapprochement affectif de Distanciation ou


A Paris, quand nous avions fini de travailler, nous allions l’énonciateur par rapport à éloignement affectif de
chaque jour nous promener. son discours. l’énonciateur par rapport à
son discours.
b. L’expression de l’hypothèse réelle au
passé dans le système hypothétique (si +plus-
que-parfait).
Si j’avais fait mes devoirs, je dormais tranquille.

c. L’expression de l’hypothèse irréelle au


passé, (si + plus-que-parfait + conditionnel
passé).
Si j'avais voulu, j'aurais réussi. S’il avait étudié, il aurait réussi.

d. L’expression du regret dans le passé :


Ah ! Si j'avais su ! Ah ! Si j'avais écouté !

Non correspondance entre le temps


chronologique et le temps verbal.
e. L'atténuation, la politesse :
J'étais venu vous proposer un marché.

f. Le plus-que-parfait hypocoristique
Le bébé l’avait aimé sa sousoupe !
Grammaire française I 46 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

Futur Futur antérieur


Valeur temporelle
Époque future Valeur temporelle secondaire : Époque future, rapport Valeur temporelle secondaire :
Je partirai époque passée, rapport de d’antériorité époque passée, rapport
demain. postériorité Quand elle arrivera, j’aurai d’antériorité par rapport aux
Le 21 juin (1848), la fermeture des déjà pris ma douche événements passés rapportés
ateliers nationaux est décidée : les au futur.
ouvriers de 18 à 25 ans s'enrôleront Par là, il se rendra indépendant, il
dans l'armée; les autres seront dirigés deviendra une puissance et quand la
sur divers points de la province. République prendra ombrage du
général victorieux, il sera trop tard.
Avant le Consulat, il y aura eu le
proconsulat d'Italie. Ce que la Gaulle
avait été à César, l'Italie l'aura été à
Bonaparte.
L’inaccompli L’accompli
Valeurs modales aspectuelleValeur

Les inscriptions auront lieu à partir de jeudi. J’aurai déjà terminé lorsqu’il téléphonera.

a. L’expression du moins certain : par rapport a. L’expression de la probabilité, le futur


au futur proche conjectural :
Je ferai la vaisselle. Vous vous serez trompé.
Il n’est pas encore arrivé. Il aura perdu le train.
b. Le futur gnomique : Vous n'avez pas dit cela ? J'aurai donc mal compris.
A l'égard des voleurs on ne sera jamais assez prudent.

Non correspondance entre le temps


chronologique et le temps verbal. En effet,
parfois le futur ne fait pas référence à une action
future :
c. L’expression de la probabilité (le
conjectural) à valeur de présent :
Pierre n'est pas là, il dînera chez ses parents.
Déjà minuit et il n’est pas là ! Ton fils aura encore une bonne
excuse !

d. L’expression du volitif :
- ordres excluant toute réplique : Allons, en voilà
assez. Vous quitterez cette femme. Tout à l'heure je vous en
priais, maintenant je vous l'ordonne.
- invitation : Vous prendrez bien une tasse de thé avec
moi ?
- suggestion et souhait : Vous le ferez, n'est-ce pas?
- supplication : Orphée...écoutez-moi. Du calme. Vous
m'écouterez.

e. L’expression de l’atténuation du présent :


Je vous demanderai un petit moment de patience.
Dans le style commercial :
Cela fera 100 euros pour Madame. Ce sera tout, Madame ?
Grammaire française I 47 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

Conditionnel Conditionnel Passé


Valeurs modales aspectuelleValeur temporelleValeur Discours rapporté
Postériorité par rapport à une principale au Postériorité accomplie par rapport à une principale
passé. au passé.
Il a dit qu’il reviendrait le lendemain. Il a dit qu’il serait revenu le lendemain.

Époque future
En mars, on pourrait faire un tour.

L’inaccompli
J’aimerais connaître le Japon.

a. L’expression du futur hypothétique : a. L’expression de l’hypothèse irréelle :


En mars, on pourrait faire un petit tour. S’il avait étudié, il aurait réussi.
Si tu n'avais travaillé, tu aurais réussi.
b. L’expression de la conséquence dans une
hypothèse irréelle : b. L’expression de la condition :
Si un jour je gagnais à la loterie, je partirais faire le tour du Paul aurait été plus aimable, on l’aurait invité. (=Si Paul avait été plus
monde. aimable, on l’aurait invité)
S’il pleuvait demain, j’irais volontiers au cinéma. Pas toi ?
c. Valeur d'éventualité :
c. Valeur d'éventualité : Un dentiste aurait violé une jeune fille de 15 ans.
Paul divorcerait. Les voleurs seraient entrés par la fenêtre.
Tu ferais ça ?
Le chef de l'état partirait aujourd'hui en visite officielle chez d. L’expression de l'atténuation :
nos voisins. J'aurais voulu vous demander un service.

d. L’expression de l'atténuation : e. L’expression du regret :


Auriez-vous l'amabilité de me prêter ce livre ? J'aurais bien aimé vivre au Moyen Âge.
Je voudrais vous parler.
Pourriez-vous m’aider ?

e. Distribution des rôles :


Alors, toi, tu serais le soldat; et moi je serais le chef; et je te
mettrais en prison.
Grammaire française I 48 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

Exercices complémentaires avec corrigés

Les classes de verbes : verbes transitifs et intransitifs


1. Récrivez les phrases suivantes en les réduisant à la phrase minimale. Distinguez les verbes transitifs
(directs ou indirects) et les verbes intransitifs, en indiquant s’il y a lieu les compléments d’objet.
1. Les ouvriers s’opposent vigoureusement à tout licenciement.
2. Un renard glapit, le soir, au fond du bois voisin.
3. Nous organiserons, le mois prochain, pour ton anniversaire, une grande fête.
4. Mes parents ont consenti, après bien des hésitations, à me laisser partir en Espagne.
5. Les astronomes ont observé, cette nuit-là, une pluie d’étoiles filantes.
6. Hier, à la campagne, nous avons marché toute la nuit.
7. Dès le mois de mai, les platanes ombragent, de façon très agréable, la cour de récréation.
8. Les scouts ont parcouru les Cévennes à pied.
9. As-tu regardé le soleil couchant hier ?
10. Les moustiques tourbillonnent dès le soleil couchant.
11. Vous avez grandi pendant les vacances.
12. Nous nous abstenons, pendant le cours, de bavarder.
13. La classe de 6ème participe à un concours au mois prochain.

2. Distinguez les verbes transitifs (directs ou indirects) et les verbes intransitifs, en indiquant s’il y a lieu
les compléments d’objet.
1. Il redressa les épaules et serra ses bras croisés sur sa poitrine.
2. Sylvie a lu cette annonce dans le journal.
3. On a aligné les enfants.
4. Il répondit d’un haussement d’épaules.
5. Dans les haies brillent des toiles d’araignées. On entend le gloussement des ruisseaux.
6. Ce souvenir a déclenché le fou rire.
7. Les arbustes vacillaient sous la puissance du vent.
8. Les flammes dévoraient les broussailles desséchées.

Les classes de verbes : verbes copules


3. Relevez les phrases avec des verbes attributifs.
14. Le héron semble affamé.
15. Le héron pêche, affamé, dans l’étang.
16. Lorsque le comédien parut sur scène, toute la salle l’applaudit.
17. Vous avez l’air préoccupé, pourquoi ?
18. La colombe a été choisie comme symbole de la paix.
19. Vous paraissez épuisé.
20. En quelques années, il est devenu un excellent nageur.
21. Cet acte a été jugé inexcusable

Les classes de verbes : verbes impersonnels


4. Distinguez les verbes essentiellement impersonnels et les accidentellement impersonnels.
Il gèle il souffle il tombe il neige
il tonne il éclaire il bruine il grêle

5. Distinguez les verbes accidentellement impersonnels ou essentiellement impersonnels :


1. Là, il y avait des lièvres.
2. Il régnait un silence épouvantable.
3. Il ne fallait pas causer quand on les chassait.
4. Il demeurait une clarté brillante et fixe.
5. Il est huit heures.
6. Il lui est arrivé un terrible accident.
Grammaire française I 49 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

7. Il faudra vite faire.


8. Il est interdit de fumer.
9. Il existe des plages désertes.

6. Mettez les expressions suivantes à la forme impersonnelle.


Modèle : ?Un gâteau est resté  Il est resté un gâteau
1. Deux trains passent chaque jour.
2. De nombreuses difficultés subsistent.
3. Un grand silence régnait.
4. Quelqu’un viendra de ma part.
5. Une information nous parvient.

7. Employez les verbes suivants d'abord personnellement, puis impersonnellement avec comme sujet réel
soit un infinitif précédé de « de », soit d'une proposition conjonctive introduite par « que » :
convenir
importer
arriver
paraître
tarder
sauter aux yeux.

8. Exprimez les idées suivantes à la forme pronominale impersonnelle :


Modèle : On a raconté bien de choses  Il s’est raconté bien de choses.
1. On fait une grande consommation de thé.
2. Un glissement de terrain s’est produit.
3. Des grumeaux se forment dans la pâte.
4. On vend ici toute sorte d’oiseaux.

9. Trouvez la préposition convenable, en distinguant bien les deux structures :


a) Tournure impersonnelle : "Il est bien difficile de vous contenter"
b) Tournure personnelle : "Il est bien difficile à contenter" (Il = Paul)
1. C'est un point facile _____ comprendre/ Il est facile____ comprendre cette situation.
2. Il est aisé _____ faire des critiques/ Votre position est aisée_____ définir.
3. C'est une règle convenable_____ appliquer/ Il n'est pas convenable _____ quitter la table sans s'excuser.
4. Cette histoire est effroyable ____ dire/ Il est effroyable____ voir les images sur la faim dans le monde.
5. Il est triste ____quitter ainsi/ C'est une vieille affaire, triste____ raconter.
6. Il est utile____ faire des exercices de prononciation/ Ces exercices de prononciation sont utiles ____ faire.
7. Il est difficile____ faire la planche en eau douce/ Ces mouvements de natation sont difficiles ____ apprendre.
8. Le dentiste avait prévenu son patient : "c'est un petit moment désagréable ___ passer"/ Il est désagréable ___ aller chez le dentiste.
9. L'air pur des montagnes est excellent ___ respirer/ Il est excellent ____ faire une heure de marche par jour.
10. Deux doigts d'armagnac sont délicieux ____ déguster après le café/ Il est délicieux ____ déguster doigts d'armagnac après le café.

L’accord du participe
10. Mettez les verbes entre parenthèses au passé composé et justifiez l'accord.
1. Cette jeune fille qui (être reçu) _________________ à l'École Polytechnique est promise à une carrière brillante.
2. Des erreurs d'impression ? Malheureusement, nous en (trouver) _________________ plusieurs dans ce livre.
3. Tout le monde pensait que la guerre allait être évitée ; moi-même, je (le croire) _________________
4. À cause de ce quiproquo, il leur (falloir) _________________ un long moment pour se comprendre.
5. Nul ne connaît les conclusions qu'il (ressortir) _________________ des négociations patrons-syndicats.
6. La cambrioleuse (entrer) _________________ par la porte de service mais elle (ressortir) _________________ par la porte principale.
7. Elle (se faire) _________________ tirer les oreilles par son patron car elle arrivait toujours en retard.
8. Il est (venir) _________________ une cliente.
9. La chaleur qu'il a (faire) _________________ nous a beaucoup (incommoder) _________________
Grammaire française I 50 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

10. Voici les exercices que nous avons (faire) _________________ recommencer.
11. Nous avons (obtenir) _________________ toutes les compensations que nous avons (pouvoir) ________________.
12. Vous avez (faire) _________________ tous les efforts que vous avez (devoir) _________________.
13. Je lui ai envoyé tous les livres que j’ai (pouvoir) _________________.

11. Mettez les verbes entre parenthèses aux temps indiqués en fin de phrase.
1. Et maintenant, toutes ces règles, êtes-vous certain de les (bien comprendre) _________________ ? (infinitif passé).
2. Et si je vous disais que de nombreuses simplifications (être introduit) _________________ dans les règles d'accord du participe depuis
20 ans ! (passé composé).
3. Ses économies, il les (faire) _________________ fructifier en achetant des actions en Bourse (passé composé).
4. Les procès que cet article (valoir) _________________, à ce journaliste, il les (gagner tous) _________________ ! (passé composé).
5. Je lui ai dit qu'elle était aussi belle que Catherine Deneuve et, le pire, c'est qu'elle le (croire) _________________ ! (passé composé).
6. Une terrible menace (peser) _________________ sur la paix du monde lorsque le président Kennedy a lancé son ultimatum à l'URSS
(passé composé).
7. Les fourrures que je (voir) _________________ vendre dans ce pays, sur un marché, je (refuser) _________________ de les acheter
(passé composé).
8. Au cours de sa longue existence, mon grand-père en (connaître) _________________ des personnalités de tous bords ! (passé
composé).
9. Comme ils veulent toujours avoir raison, je les (laisser) _________________ faire. Plus tard, ils (le regretter) _________________
(plus-que-parfait - passé composé).
10. Dès qu'il s' (agir) _________________ de prendre des responsabilités, elle a montré beaucoup d'énergie (passé composé).

Corrections
Les classes de verbes
1. Récrivez les phrases suivantes en les réduisant à la phrase minimale. Distinguez les verbes transitifs
(directs ou indirects) et les verbes intransitifs, en indiquant s’il y a lieu les compléments d’objet.
1. Les ouvriers s’opposent vigoureusement à tout licenciement. (s’opposer : verbe transitif indirect, « à tout licenciement » OI)
2. Un renard glapit, le soir, au fond du bois voisin. (pousser un cri bref et aigu) (glapir : verbe intransitif)
3. Nous organiserons, le mois prochain, pour ton anniversaire, une grande fête. (organiser : verbe transitif direct, « une grande fête » OD)
4. Mes parents ont consenti, après bien des hésitations, à me laisser partir en Espagne. (consentir : verbe transitif indirect, « à me laisser
partir en Espagne » OI)
5. Les astronomes ont observé, cette nuit-là, une pluie d’étoiles filantes. (observer : verbe transitif direct, « une pluie d’étoiles filantes» OD)
6. Hier, à la campagne, nous avons marché toute la nuit. (marcher : verbe intransitif)
7. Dès le mois de mai, les platanes ombragent, de façon très agréable, la cour de récréation. (ombrager : verbe transitif direct, « la cour de
récréation » OD)
8. Les scouts ont parcouru les Cévennes à pied. (parcourir : verbe transitif direct, « les Cévennes» OD)
9. As-tu regardé le soleil couchant hier ? (regarder : verbe transitif direct, « le soleil couchant » OD)
10. Les moustiques tourbillonnent dès le soleil couchant. (tourbillonner : verbe intransitif)
11. Vous avez grandi pendant les vacances. (grandir : verbe intransitif)
12. Nous nous abstenons, pendant le cours, de bavarder. (s’abstenir : verbe transitif indirect, « de bavarder » OI)
13. La classe de 6ème participe à un concours au mois prochain. (participer : verbe transitif indirect, « à un concours» OI)

2. Distinguez les verbes transitifs (directs ou indirects) et les verbes intransitifs, en indiquant s’il y a lieu
les compléments d’objet.
1. Il redressa les épaules et serra ses bras croisés sur sa poitrine. (redresser : transitif direct, « les épaules » OD)
2. Sylvie a lu cette annonce dans le journal. (lire : transitif direct, « cette annonce » OD)
3. On a aligné les enfants. (aligner : transitif direct, « les enfants » OD)
4. Il répondit d’un haussement d’épaules. (employé intransitivement)
5. Dans les haies brillent des toiles d’araignées. (briller : intransitif). On entend le gloussement des ruisseaux. (entendre: transitif direct,
« le gloussement des ruisseaux » OD)
6. Ce souvenir a déclenché le fou rire. (déclencher: transitif direct, « le fou rire » OD)
7. Les arbustes vacillaient sous la puissance du vent. (vaciller : intransitif).
8. Les flammes dévoraient les broussailles desséchées. (dévorer : transitif direct, « les broussailles desséchées» OD)
Grammaire française I 51 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

Les classes de verbes : verbes copules


3. Relevez les phrases avec des verbes attributifs.
1. Le héron semble affamé. (Verbe copule ou attributif)
2. Le héron pêche, affamé, dans l’étang.
3. Lorsque le comédien parut sur scène, toute la salle l’applaudit.
4. Vous avez l’air préoccupé, pourquoi ? (Verbe copule ou attributif)
5. La colombe a été choisie comme symbole de la paix.
6. Vous paraissez épuisé. (Verbe copule ou attributif)
7. En quelques années, il est devenu un excellent nageur. (Verbe copule ou attributif)
8. Cet acte a été jugé inexcusable. (Attribut de l’OD)

4. Distinguez les verbes essentiellement impersonnels et les accidentellement impersonnels.


Il gèle Accidentellement impersonnel [transformer en glace : l’hiver sibérien gèle le sol. Impersonnel : il a gelé cette nuit.]
il souffle Accidentellement impersonnel [expulser de l’air par la bouche : il souffle les bougies. Impersonnel : il souffle un air gelé, il soufflait une
brise du sud.]
il tombe Accidentellement impersonnel [être entraîné vers le sol. Impersonnel (précipitations atmosphériques) : il tombait une de ces pluies.
il neige Essentiellement impersonnel
il tonne Accidentellement impersonnel [exprimer violemment sa colère, faire un bruit de tonnerre. Impersonnel : il pleut et il tonne.]
il éclaire Accidentellement impersonnel [pourvoir de la lumière. Impersonnel : il éclaire (fait des éclairs).
il bruine Essentiellement impersonnel
il grêle Essentiellement impersonnel

5. Distinguez les verbes accidentellement impersonnels ou essentiellement impersonnels :


1. Là, il y avait des lièvres. (Essentiellement impersonnel)
2. Il régnait un silence épouvantable. (Accidentellement impersonnel : Un silence épouvantable régnait.)
3. Il ne fallait pas causer quand on les chassait. (Essentiellement impersonnel)
4. Il demeurait une clarté brillante et fixe. (Accidentellement impersonnel : Une clarté brillante et fixe demeurait.)
5. Il est huit heures. (Essentiellement impersonnel, verbe « être » suivi d’une indication temporelle)
6. Il lui est arrivé un terrible accident. (Accidentellement impersonnel)
7. Il faudra vite faire. (Essentiellement impersonnel)
8. Il est interdit de fumer. (Accidentellement impersonnel : Fumer est interdit  On interdit de fumer)
9. Il existe des plages désertes. (Essentiellement impersonnel)

6. Mettez les expressions suivantes à la forme impersonnelle.


Modèle : ?Un gâteau est resté  Il est resté un gâteau.
1. Deux trains passent chaque jour.  Il passe deux trains.
2. De nombreuses difficultés subsistent.  Il subsiste de nombreuses difficultés.
3. Un grand silence régnait.  Il régnait un grand silence.
4. Quelqu’un viendra de ma part.  Il viendra quelqu’un de ma part.
5. Une information nous parvient.  Il nous parvient une information.

7. Employez les verbes suivants d'abord personnellement, puis impersonnellement avec comme sujet réel
soit un infinitif précédé de « de », soit d'une proposition conjonctive introduite par « que » :
Convenez que nous avons raison Il convient d’en avertir le patron/ Cette robe vous convient
Le résultat importe à tous Il importe que vous sachiez cela.
Il est arrivé en retard Il arrive parfois qu’un homme tombe à l’eau.
Elle paraissait très malade. Il paraît que vous êtes pressé.
Si vous tardez, vous n’aurez plus de pain. Il me tarde de te voir.
La chatte a failli me sauter aux yeux. Il saute aux yeux que vous avez triché.

8. Exprimez les idées suivantes à la forme pronominale impersonnelle :


Modèle : On a raconté bien de choses  Il s’est raconté bien de choses.
1. On fait une grande consommation de thé. Il se fait une grande consommation de thé
Grammaire française I 52 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

2. Un glissement de terrain s’est produit. Il s’est produit un glissement de terrain.


3. Des grumeaux se forment dans la pâte. Il se forme des grumeaux dans la pâte
4. On vend ici toute sorte d’oiseaux. Il se vend ici toutes sortes d’oiseaux

9. Trouvez la préposition convenable, en distinguant bien les deux structures :


a) Tournure impersonnelle : "Il est bien difficile de vous contenter"
b) Tournure personnelle : "Il est bien difficile à contenter" (Il = Paul)
1. C'est un point facile A comprendre/ Il est facile DE comprendre cette situation.
2. Il est aisé DE faire des critiques/ Votre position est aisée A définir.
3. C'est une règle convenable A appliquer/ Il n'est pas convenable DE quitter la table sans s'excuser.
4. Cette histoire est effroyable A dire/ Il est effroyable DE voir les images sur la faim dans le monde.
5. Il est triste DE quitter ainsi/ C'est une vieille affaire, triste A raconter.
6. Il est utile DE faire des exercices de prononciation/ Ces exercices de prononciation sont utiles A faire.
7. Il est difficile DE faire la planche en eau douce/ Ces mouvements de natation sont difficiles A apprendre.
8. Le dentiste avait prévenu son patient : "c'est un petit moment désagréable A passer"/ Il est désagréable D’aller chez le dentiste.
9. L'air pur des montagnes est excellent A respirer/ Il est excellent DE faire une heure de marche par jour.
10. Deux doigts d'armagnac sont délicieux A déguster après le café/ Il est délicieux DE déguster doigts d'armagnac après le café.

L’accord du participe
10. Mettez les verbes entre parenthèses au passé composé et justifiez l'accord.
1. Cette jeune fille qui a été reçue à l'École Polytechnique est promise à une carrière brillante. (On fait l’accord avec le sujet quand le verbe
se construit avec « être »)
2. Des erreurs d'impression ? Malheureusement, nous en avons trouvé plusieurs dans ce livre. (On ne fait pas l’accord quand l’OD qui
précède le verbe est représenté par le neutre ou en)
3. Tout le monde pensait que la guerre allait être évitée ; moi-même, je l’ai cru. (On ne fait pas l’accord quand l’OD qui précède le verbe est
représenté par le neutre ou en)
4. À cause de ce quiproquo, il leur a fallu un long moment pour se comprendre. (On ne fait pas l’accord avec les verbes impersonnels)
5. Nul ne connaît les conclusions qu'il est ressorti des négociations patrons-syndicats. (On ne fait pas l’accord avec les verbes
impersonnels)
6. La cambrioleuse est entrée par la porte de service mais elle est ressortie par la porte principale. (On fait l’accord avec le sujet quand le
verbe se construit avec « être »)
7. Elle s’est fait tirer les oreilles par son patron car elle arrivait toujours en retard. (Les participes des verbes faire et laisser suivis d’un
infinitif sont invariables)
8. Il est venu une cliente. (On ne fait pas l’accord avec les verbes impersonnels)
9. La chaleur qu'il a fait nous a beaucoup incommodés. (a. On ne fait pas l’accord avec les verbes impersonnels. / b. On fait l’accord avec
l’OD quand le verbe se construit avec « avoir » et que l’OD précède le verbe.)
10. Voici les exercices que nous avons fait recommencer. (Les participes des verbes faire et laisser suivis d’un infinitif sont invariables).
11. Nous avons obtenu toutes les compensations que nous avons pu. (On ne fait pas l’accord avec les participes dit, dû, cru, su, pu,
voulu, permis, pensé, prévu et d’autres semblables qui restent invariables lorsqu’ils ont pour OD un infinitif ou une proposition à
sous-entendre après eux.)
12. Vous avez fait tous les efforts que vous avez dû. (On ne fait pas l’accord avec les participes dit, dû, cru, su, pu, voulu, permis,
pensé, prévu et d’autres semblables qui restent invariables lorsqu’ils ont pour OD un infinitif ou une proposition à sous-entendre
après eux.)
13. Je lui ai envoyé tous les livres que j’ai pu. (On ne fait pas l’accord avec les participes dit, dû, cru, su, pu, voulu, permis, pensé,
prévu et d’autres semblables qui restent invariables lorsqu’ils ont pour OD un infinitif ou une proposition à sous-entendre après
eux.)

11. Mettez les verbes entre parenthèses aux temps indiqués en fin de phrase.
1. Et maintenant, toutes ces règles, êtes-vous certain de les avoir bien comprises ? (infinitif passé).
2. Et si je vous disais que de nombreuses simplifications ont été introduites dans les règles d'accord du participe depuis 20 ans ! (passé
composé).
3. Ses économies, il les a fait fructifier en achetant des actions en Bourse (passé composé).
4. Les procès que cet article a valus à ce journaliste, il les a tous gagnés ! (passé composé).
5. Je lui ai dit qu'elle était aussi belle que Catherine Deneuve et, le pire, c'est qu'elle l’a cru ! (passé composé).
Grammaire française I 53 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

6. Une terrible menace a pesé sur la paix du monde lorsque le président Kennedy a lancé son ultimatum à l'URSS (passé composé).
7. Les fourrures que j’ai vu vendre dans ce pays, sur un marché, j’ai refusé de les acheter (passé composé).
8. Au cours de sa longue existence, mon grand-père en a connu des personnalités de tous bords ! (passé composé).
9. Comme ils veulent toujours avoir raison, je les avais laissé faire. Plus tard, ils l’ont regretté (plus-que-parfait - passé composé).
10. Dès qu'il s'est agi de prendre des responsabilités, elle a montré beaucoup d'énergie (passé composé).

Modèle d’examen partiel


Texte : Les femmes ont perdu Clinton. Le sauveront-elles ? (24 octobre 1998, Le Point)
1 Si Bill Clinton a donné le change, cette semaine, en tentant une improbable percée de la paix au Proche-Orient, son avenir
politique, quels que soient ses mérites dans la conduite des affaires internationales, reste dérisoirement suspendu au bon vouloir des
femmes.
D’abord, celles qui s’estiment outragées et veulent leur vengeance. Ainsi Paula Jones, que dans les grands déballages de
5 l’affaire Monica Lewinsky on avait presque oubliée, s’est manifestée pour rappeler qu’elle aussi avait subi les assauts de Clinton, du
temps où il était son patron à Little Rock. Bénéficiant d’un changement inespéré de jurisprudence, elle a été autorisée à déposer à nouveau
une plainte dont elle avait été déboutée en avril. Depuis plusieurs mois, les avocats de la plaignante et ceux de l’ancien gouverneur de
l’Arkansas essaient de s’entendre sur une indemnité transactionnelle. Mais la jeune femme est de plus en plus exigeante. Et le président,
lui, ne quitte plus des yeux le montant déjà considérable des honoraires de ses avocats. Il a donc été obligé de capituler devant le million de
10 dollars réclamé par la plaignante. Du coup, le voilà avec un nouveau procès sur le bras. Et de nouvelles révélations salaces à l’appui.
Et pourtant, les femmes, qui ont perdu cet homme à femmes, pourraient bien lui permettre de se refaire une santé politique.
Tous les experts s’accordent à dire que c’est leur vote, lors des élections de mi-mandat, le 3 novembre, au cours desquelles sera renouvelée
une partie du Congrès, qui sera décisif. Comme leur poids dans les sondages de popularité, qui donnent toujours une cote largement
positive à Clinton, est déterminant (avec celui des Noirs et des minorités).
15 On sait déjà que ces élections de midterm, habituellement considérées comme peu significatives, vont être perçues comme un
véritable référendum pour ou contre Clinton. Or le problème du président n’est pas que son électorat féminin l’abandonne pour voter
républicain. Les femmes ont été l’élément moteur de ses deux élections à la présidence et il est douteux qu’elles lui soient, si l’on ose dire,
infidèles. Le risque est que le poison des révélations distillées sans cesse sur ses débordements sexuels ait fini par les écœurer et qu’elles
ne se dérangent pas pour aller voter. En 1994, 45 millions de femmes s’étaient déplacées, 15 millions de moins que pour la présidentielle, et
les démocrates avaient perdu la majorité au Congrès. Il reste dix jours à Clinton pour les mobiliser.

1) Donnez le temps verbal et analysez les valeurs temporelles, aspectuelles et modales des formes verbales en
caractère gras dans le texte.
2) Dans le texte, trouvez-vous différents temps qui ont la même valeur temporelle ? Lesquels ?
3) Analysez les verbes pronominaux des lignes 3, 4, 6, 9, 10, 16. Dites quel est le rôle du pronom réfléchi dans
chaque cas. Justifiez l’accord du participe passé de la ligne 4.
4) Entre les lignes 9 et 14, relevez un semi-auxiliaire d’aspect.
5) Quels autres semi-auxiliaires y a-t-il en français ? Donnez en la valeur et des exemples.
6) Accordez les verbes suivants, s’il y a lieu. Justifiez.
a. Les fleurs que je (cueillir, passé composé) _________________________.
b. Elles (se suicider, passé composé) _________________________.
c. La chanson que je (entendre, passé composé) _________________________ chanter.
d. Ses économies, il les (faire) ______________________ fructifier en achetant des actions en Bourse (passé composé).
e. Les procès que cet article (valoir) ______________________ à ce journaliste, il les (gagner tous) ______________________!
(passé composé).
f. Les acteurs que je (voir) ______________________ jouer étaient excellents (passé composé).
g. Au cours de sa longue existence, mon grand-père en (connaître) ______________________, des personnalités de tous bords!
(passé composé).
h. Dès qu'il s' (agir) ______________________ de prendre des responsabilités, elle (montrer) ______________________ beaucoup
d'énergie (passé composé).
7) Conjuguez :
a) S’asseoir : Futur 3ème personne du singulier
b) S’asseoir : Présent 3ème personne du singulier
c) Oublier : Imparfait 1ère personne du pluriel
d) Oublier : Futur 1ère personne du pluriel
e) Consentir : Présent 1ère personne du singulier
f) S’abattre : Passé simple 3ème personne du pluriel
g) Mourir : Futur 3ème personne du pluriel
h) Acquérir : Présent 2ème personne du pluriel
i) Acquérir : Futur 2ème personne du pluriel
j) Acquérir : Présent 1ère personne du singulier
Grammaire française I 54 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

Corrections

1) Donnez le temps verbal et analysez les valeurs temporelles, aspectuelles et modales des formes
verbales en caractère gras dans le texte.

Temps verbal Valeur temporelle, époque Valeur aspectuelle Valeur modale


l. 3 s’estiment Présent Présente Inaccompli. Imperfectif
l. 4 avait oublié Plus-que-parfait Passée (Antériorité dans le passé) Accompli Perfectif
l. 4 s’est manifestée Passé Composé II Passée Inaccompli. Imperfectif
l. 4 avait subi Plus-que-parfait Passée (Antériorité dans le passé) Accompli Perfectif
l. 4 était Imparfait Passée Inaccompli. Imperfectif
l. 6 essaient Présent Présente Inaccompli. Imperfectif
l. 10 pourraient permettre Conditionnel Future Inaccompli. Perfectif Futur hypothétique
l. 11 sera Futur Future Inaccompli. Perfectif
l. 18 avaient perdu Plus-que-parfait Passée (Antériorité dans le passé) Accompli Perfectif

2) Dans le texte, trouvez-vous différents temps qui ont la même valeur temporelle ? Lesquels ?
Passé composé, plus-que-parfait et imparfait  Époque Passée

3) Analysez les verbes pronominaux des lignes 3, 4, 6, 9, 10, 16. Dites quel est le rôle du pronom réfléchi dans chaque
cas. Justifiez l’accord du participe passé de la ligne 4.
l. 3 s’estiment Accidentellement pronominal, pronominal neutre se : OD
l. 4 s’est manifestée Accidentellement pronominal, pronominal neutre (se montrer) se : OD
l. 6 s’entendre Accidentellement pronominal, pronominal réciproque se : OD
l. 9 se refaire Accidentellement pronominal, pronominal neutre se : OI
l. 10 s’accordent Accidentellement pronominal, pronominal réciproque se : OD
l. 16 se déplacer Accidentellement pronominal, pronominal neutre se : OD

4) Entre les lignes 9 et 14, relevez un semi-auxiliaire d’aspect.


Semi-auxiliaire d’aspect : l 13 vont être perçues

5) Quels autres semi-auxiliaires y a-t-il en français ? Donnez en la valeur et des exemples.


La notion de périphrase suppose une forme verbale complexe, avec un semi-auxiliaire conjugué à un mode personnel et une forme verbale
impersonnelle comme l’infinitif. L’infinitif porte l’information principale de la phrase. Il n’est donc jamais pronominalisable : Je vais vous répondre 
*J’y vais.
Ce trait important permet d’opposer l’infinitif noyau de périphrase, à l’infinitif complément d’objet : Je veux vous répondre  Je le veux.
Périphrase temporelle : elle permet de situer le procès dans la chronologie. Elle se conjugue uniquement au présent ou à l’imparfait.
 Futur proche  Aller + infinitif : J’allais lui répondre lorsque le téléphone sonna.
 Passé récent  Venir de + infinitif : Je viens de vous le dire !

Périphrase aspectuelle : elle envisage le procès dans l’un ou l’autre des différents moments de sa durée interne.
 Aspect inchoatif (phase initiale d’entrée en action). Commencer à/ de, se mettre à + infinitif :
Elle se mit à pleurer.
Dépêchez-vous ! La nuit commence à tomber.
 Aspect duratif (le procès est vu sous l’angle de son déroulement). Être en train de + infinitif :
J’étais en train de lire lorsqu’il est entré.
 Aspect terminatif. Finir de + infinitif :
Je finissais de lire lorsqu’il est entré.

Périphrases de modalité : elle précise le point de vue de l’énonciateur sur le contenu invoqué.
 La probabilité. Devoir + infinitif : Tu dois être drôlement contente !
 L’éventualité. Pouvoir + infinitif : Il pouvait être huit heures lorsqu’il est entré.

6) Accordez les verbes suivants, s’il y a lieu. Justifiez.


Grammaire française I 55 Unité 6 : Le syntagme verbal el le verbe

a. Les fleurs que je (cueillir, passé composé) ai cueillies (On fait l’accord quand le verbe se construit avec l’auxiliaire « avoir » et que
l’OD précède le verbe)
b. Elles (se suicider, passé composé) se sont suicidées (Avec les verbes essentiellement pronominaux, on fait l’accord avec le sujet)
c. La chanson que je (entendre, passé composé) ai entendu chanter. (On ne fait pas l’accord quand le participe est suivi d’un infinitif
et que son OD n’est pas coréférent de l’agent de l’infinitif)
d. Ses économies, il les (faire) fait fructifier en achetant des actions en Bourse (passé composé) (On ne fait pas l’accord avec les
participes FAIT et LAISSÉ suivis d’un infinitif)
e. Les procès que cet article (valoir) valu à ce journaliste, il les (gagner tous) a tous gagnés ! (passé composé) (1. On ne fait pas
l’accord avec certains verbes intransitifs ( coûter, valoir, peser, mesurer, marcher, courir, vivre, dormir, régner, durer, reposer…) qui
sont accompagnés d’un complément adverbiale de mesure (ne pas confondre avec un OD). 2. On fait l’accord quand le verbe se
construit avec l’auxiliaire « avoir » et que l’OD précède le verbe)
f. Les acteurs que je (voir) vus jouer étaient excellents (passé composé). (On fait l’accord quand le participe est suivi d’un infinitif et
que son OD est coréférent de l’agent de l’infinitif)
g. Au cours de sa longue existence, mon grand-père en (connaître) a connu, des personnalités de tous bords! (passé composé). (On
ne fait pas l’accord quand l’OD qui précède le verbe est représenté par LE neutre ou EN)
h. Dès qu'il s' (agir) est agi de prendre des responsabilités, elle a montré beaucoup d'énergie (passé composé). (1. On ne fait pas
l’accord avec les verbes impersonnels. 2. On ne fait pas l’accord avec les verbes qui se construisent avec « avoir » et dont l’OD
est postposé au verbe)

7) Conjuguez :
1) S’asseoir : Futur 3ème personne du singulier il s’assiéra ou assoira
2) S’asseoir : Présent 3 ème
personne du singulier il s’assied
3) Oublier : Imparfait 1 ère
personne du pluriel nous oubliions
4) Oublier : Futur 1ère personne du pluriel nous oublierons
5) Consentir : Présent 1 ère
personne du singulier je consens
6) S’abattre : Passé simple 3ème personne du pluriel ils s’abattirent
7) Mourir : Futur 3 ème
personne du pluriel ils mourront
8) Acquérir : Présent 2ème personne du pluriel vous acquérez
9) Acquérir : Futur 2 ème
personne du pluriel vous acquerrez
10) Acquérir : Présent 1ère personne du singulier j’acquiers