Vous êtes sur la page 1sur 28

- CHAPITRE O : GENERALITES SUR LE CONTROLE DE GESTION

I – DEFINITION : Le plan comptable général définit le contrôle de gestion comme un


ensemble de dispositions prises pour fournir aux responsables, des données chiffrées
périodiques caractérisant l’évolution de l’entreprise. Leur comparaison avec des
données passées ou prévues peut le cas échéant ; inciter les dirigeants à prendre des
mesures correctives.
De cette définition se dégagent deux éléments essentiels :
- Le contrôle de gestion est un processus de régulation mécanique ;
- Une comparaison systématique à un standard idéal qui devrait déclencher des
mesures correctives appropriées

II – FINALITE :
Le contrôle de gestion doit orchestrer la décentralisation : C’est-à-dire
- fournir des informations :
 Descendantes (du sommet vers la base)
 Ascendantes (de la base vers le sommet)
 Transversales (coordination des diverses unités décentralisées)
- Il est enfin un système de surveillance (évaluation des performances des entités grâce
à l’analyse des écarts, l’identification des responsabilités…
Avantages du contrôle de gestion : le contrôle de gestion :
 Décharge la direction générale
 Rapproche les décideurs des exécutants
 Améliore la rapidité de réaction
 Accroît la motivation des acteurs (autonomie de la décision).
Inconvénient du contrôle de gestion : Le contrôle de gestion peut :
 conduire à des prises de décision locales, non optimales au niveau
général
 Causer des redondances au niveau de certaines activités
 Augmenter des besoins de coordination

III - Processus du contrôle de gestion :


Le contrôle de gestion respecte rigoureusement les 4 phases traditionnelles du
management à savoir :
- La phase de prévision correspondant à la stratégie définie par l’entreprise
(objectifs, moyens nécessaires, délais…)
- La phase d’exécution correspondant à la mise en œuvre des moyens alloués
- La phase d’évaluation qui permet de confronter les résultats obtenus aux
prévisions
- La phase d’apprentissage qui consiste à analyser les écarts

IV – Les outils du contrôle de gestion :


Le contrôle de gestion utilise plusieurs outils dont les plus importants sont :
- La comptabilité de gestion qui réalise le calcul et l’analyse des coûts nécessaires à la
prévision, à la mesure et au contrôle des résultats.
- Les budgets qui représentent des programmes d’actions quantifiés, valorisés et qui
sont des instruments de cohésion et de coordination entre les différents centres de
responsabilité ;
- Les tableaux de bord qui sont des instruments de pilotage à court terme dirigés vers
l’action. Ils attirent l’attention du gestionnaire sur les points clés de sa gestion et
améliorent la prise de décision. Les indicateurs peuvent être financiers,
physiques ou qualitatifs.
- Les prix de cession interne ; qui sont des prix utilisés pour valoriser les transactions
entre les centres de responsabilité. Ils permettent de mesurer la contribution des
centres de responsabilité au résultat global.

V – Métier du contrôleur de gestion :


Le contrôleur de gestion a 4 missions principales :
- Etablir un diagnostic des besoins de contrôle de gestion, créer des outils et des
procédures appropriés à ces besoins ;
- Superviser le fonctionnement technique des outils prévisionnels tels que les
budgets (analyse de la cohérence des chiffres suivi des directives reçues).
- Expliquer la formation des résultats en analysant rétrospectivement les coûts, les
résultats, les performances…
- D’assurer le reporting ; c’est-à-dire rendre compte au niveau hiérarchique
supérieur sur le plan financier et commercial. A ces fonctions techniques s’ajoutent
les fonctions de conseil et d’aide à la décision auprès de la direction générale.
CHAPITRE I

LES COUTS PREETABLIS

SECTIONI : GENERALITES
I- Définition : Les coûts préétablis sont des coûts calculés à priori ayant pour objet la
mise en évidence de certaines variations dont les causes sont généralement de deux
ordres :
- Une cause interne constituée par la fluctuation des rendements des facteurs de
production utilisés (Matières premières ; Main d’œuvre directe…)
- Une cause externe constituée par la fluctuation des prix des facteurs de
production (Matières premières ; Main d’œuvre directe…)

II- Terminologie : Le coût préétabli peut être désigné par trois autres appellations
différentes :
- Coût standard : Lorsqu’il est défini à partir d’une étude technique et économique
du produit qu’on veut fabriquer ;
- Coût budgété : Lorsqu’il est extrait d’un budget d’exploitation établi par
l’entreprise ;
- Coût moyen prévisionnel : lorsqu’il représente la moyenne des coûts d’une période
ou lorsqu’il a été calculé a partir des coûts moyens réels de plusieurs période
successives.

N.B : Toutes ces appellations sont utilisées indifféremment pour traduire la même
réalité à savoir : le coût préétabli.

III- Principe de la méthode : La méthode des coûts préétablis comporte quatre étapes :
- La fiche du coût préétabli
- Le budget flexible
- Le tableau de comparaison
- Le calcul, l’analyse des écarts et la mise en œuvre des mesures correctives.
A- Fiche du coût préétabli :
1- Définition : C’est un document récapitulatif des éléments standard nécessaires à
la fabrication d’un produit fini. Elle est généralement établie sur la base d’une
production normale et peut porter sur un nombre d’unités supérieur à l’unité
(dizaine, douzaine…)
2- Présentation
Fiche du coût standard
Mois……………..
Produit…………………….
Code…………….
Unités……………………..
Eléments Unités Nombre Coût des Coût
d’oeuvre d’unités unités standard
d’oeuvre d’oeuvre
Charges
directes

Charges
indirectes
Coût standard / 1 / ……………

Application : Dans une entreprise spécialisée dans la fabrication d’un produit p, on


vous fourni les données prévisionnelles suivantes déterminées sur la base d’une
production normale annuelle de 2000 produits p :
- Données techniques :
o Matières premières 10 000Kg
o Main d’œuvre directe 3 000H
o Accessoires 6 000 unités
- Données financières
o Matières premières 5 000F/Kg
o Main d’œuvre directe 1 500F/H
o Accessoires 7 500F/ Unité
- Frais indirect de sections budgétées
o Centre moulage : 500 H machines pour 2 700 000 F (dont 700 000 de charges
fixes)
o Centre finissage : 1 000H/ouvrier pour 4 200 000F (dont 1 200 000F de
charges fixes).
Travail demandé : sachant que les unités d’œuvre sont respectivement
l’H/M et l’H/O dans les sections, établir la fiche du coût standard d’un
produit P
B- Budget flexible :
La présence des charges fixe dans les charges indirectes rend relativement complexe
le calcul et l’analyse des écarts concernant lesdites charges. Les charges fixes restant
sensiblement constantes, entraîne une modification du coût de l’unité d’œuvre
chaque fois que le niveau d’activité varie. C’est pour maîtriser ces variations du coût
de l’unité d’œuvre que l’on est souvent amené à établir un budget pour les différents
niveaux d’activités appelé budget flexible.
Il peut être présenté sous la forme d’un tableau ou d’une fonction.
Application :
1- Présenter pour l’application précédente le budget flexible pour les niveaux
d’activité suivants :
o Atelier moulage : 400, et 800H/M
o Atelier finissage : 800 et 1200H/O
2- Ecrire les équations du budget flexible, du coût standard, du cout moyen, du
coût variable unitaire et du coût fixe unitaire.
3- Représenter graphiquement toutes ces fonctions et commenter l’allure de
chacune d’elles.
IV- Problèmes particuliers aux coûts standard : Y= Ax
A- Définition : Le coût standard est un coût calculé par référence à une norme à
partir d’une gamme d’opérations effectuées par le bureau des études et des
méthodes.
La norme de référence étant généralement définie par un temps de travail, il serait
nécessaire de commencer par le rappel des notions essentielles sur les temps de
travail.

B- Analyse des temps de travail


Les temps de référence sont généralement influencés par les temps que l’entreprise
consacre au nettoyage et à l’entretien des appareils ; le montage et le réglages des
appareils ; Le temps de pause de la main d’œuvre.
On distingue à cet égard :
- Le temps d’activité (TA)
- Le temps de chargement (TC)
- Le temps de fonctionnement (TF)
- Le temps de marche (TM)

1- Le temps d’activité (TA) : c’est le temps de présence au travail ; c’est-à-dire le


temps sur lequel est fondée la rémunération de la main d’œuvre. au
Cameroun, la moyenne est de 40H/semaine

2- Le temps de chargement (TC)


C’est la différence entre le temps d’activité et le temps consacré au nettoyage et à
l’entretien des appareils
TC = TA- temps consacré au nettoyage et à l’entretien des appareils

3- Le temps de fonctionnement (TF)


C’est la différence entre le temps de chargement et le temps consacré au montage et
au réglage des appareils.
TF = TC- le temps consacré au montage et au réglage des appareils.
4- Le temps de marche (TM)
C’est la différence entre le temps de fonctionnement et le temps consacré à la pause
de la main d’œuvre.
TM = TF- le temps consacré à la pause de la main d’œuvre.

C’est la meilleure base d’imputation des frais de main d’œuvre dans les coûts et
coût de revient

C- Les taux significatifs et les cœfficients de productivité


1- Les taux significatifs :
On distingue trois taux significatifs dans l’analyse des temps de travail :
a) Le taux de chargement (tc) : c’est la valeur du rapport entre le temps de
chargement et le temps d’activité ;
TC
tc =
TA

b) Le taux de fonctionnement (tf) : c’est la valeur du rapport entre le temps de


fonctionnement et le temps de chargement ;
TF
tf =
TC

c) Le taux de marche (tm) : c’est la valeur du rapport entre le temps de marche et le


temps de fonctionnement ;
TM
tm =
TF

2- Les coefficients de productivité : C’est la valeur du rapport entre un taux réel et


un taux standard de productivité. On distingue quatre coefficients de
productivité :
a) le coefficient de productivité de chargement (CPc) :
Taux réel de chargement
CPc =
Taux standard de chargement

b) le coefficient de productivité de fonctionnement :


Taux réel de fonctionnement
CPf =
Taux standard de fonctionnement
c) le coefficient de productivité de marche :
Taux réel de marche
CPm =
Taux standard de marche

d) le coefficient de productivité globale :


Production réelle pendant le temps de marche réel
CPG =
Production préétablie pendant le temps de marche réel

Application 1 : L’atelier de montage d’une entreprise comporte 10 postes de travail. Au


cours d’une étude d’activité et de rendement, on relève les informations suivantes :
- Temps d’activité mensuel par poste 3 000 heures
- Temps de nettoyage et d’entretien 10% du temps de présence
- Temps de montage et de réglage des appareils : 5% du temps de chargement
- Temps de pause des ouvriers : 4% du temps de fonctionnement.
Travail à faire 1 : Déterminer les différents temps de travail
Dans cet atelier, l’heure d’activité coûte 1500F ; le coût de l’énergie en temps de
chargement coûte 1200F et les charges fixes s’élève globalement à 8 784 000F
quelque soit le niveau d’activité.
Travail à faire 2 : Etablir le budget de l’atelier montage et en déduire le coût de
l’unité d’œuvre.

Application 2 :
A- Les informations suivantes sont extraites du budget d’un atelier érigé en
centre d’analyse :
o Activité normale : 4 560H de présence
o Production normale : 10 970 unités
o Taux de chargement : 90%
o Taux de fonctionnement : 90%
o Taux de marche : 99%
La nature de l’unité d’œuvre de ce centre est l’heure de marche machine
B- Pour la même période, la comptabilité analytique fournit les données
suivantes :
o Temps de présence effectif du centre 4 800H
o Temps consacré au nettoyage et à l’entretien des appareils 624H
o Temps consacré au montage et au réglage des appareils 209H
o Temps de pause de la main d’œuvre 39H
o Production réelle 11 410 unités.
Travail demandé :
1- Présenter dans un tableau les calculs conduisant à la détermination des temps
réels, des taux réels de productivité et en déduire les coefficients de
productivité.
2- Calculer le coefficient de productivité globale et commenter sa valeur.
C- Avantages et inconvénients de la méthode des coûts standards
1- Avantages : la méthode des coûts standards permet :
o De mieux contrôler les performances de l’entreprise et d’instaurer un système
correctif ;
o De valoriser certaine opérations sans attendre la connaissance des coûts réels
constatés (mouvement des stocks, prix de vente…)
2- Inconvénients : La méthode des coûts standards est souvent rigide et peut
même nuire à la bonne marche de l’entreprise si elle ne fait pas l’objet d’une
acceptation par tous les intervenants. Elle doit être comme un facteur qui
permet de faire progresser l’entreprise et non comme un système de surveillance
pénalisant. Elle doit comprendre motivation et acceptation du personnel sur
une base adaptée à la structure de l’entreprise et à son évolution ; Car mieux
vaut un standard accepté et no imposé.

EXERCICE I
On extrait du budget de l’atelier panification de la boulangerie SAKER, les
informations suivantes :
- Production normale : 3 137 200 pains
- Activité normale : 8640 h
- Temps de nettoyage et d’entretien des fours 216 h
- Temps de montage et de réglage 421 h
- Temps de pause de la main-d’œuvre 160 H
- Nature de l’unité d’œuvre : Heure de marche machine.
Pour la même période, on a relevé de la comptabilité analytique de
gestion, les données réelles suivantes :
- Production réelle : 3 258 000 pains
- Activité réelle : 9 000 h
- Temps de nettoyage et d’entretien des fours270 h
- Temps de montage et de réglage524 h
- Temps de pause de la main-d’œuvre 180 H

TRAVAIL DEMANDE :
1. Présenter dans un seul tableau, les calculs conduisant à la détermination des
taux réels de production et des taux standard.
2. Calculer les coefficients de productivité
3. Calculer le coefficient de productivité globale et commenter.
CHAPITRE 2

CALCUL ET ANALYSE DES ECARTS ECONOMIQUES

SECTION 1 : CALCUL DES ECARTS

I- Définition : Un écart est la différence entre un coût réel constaté et un coût


préétabli pour la même production.

E = CR -CP

II- Rôle de l’écart : Il permet de mesurer la performance de l’entreprise qui peut


être :
o Bonne lorsque l’écart est favorable (E0)
o Mauvaise lorsque l’écart est défavorable (E0)
III- Détermination des écarts : Généralement, les écarts se déterminent sur chaque
élément du coût total. On distingue alors :
o Les écarts sur charges directes (Matières premières; Main d’œuvre directe…)
o Les écarts sur charges indirectes (Frais des centres d’analyse)
Pratiquement, les écarts se déterminent à partir de la comparaison du coût réel et
du coût préétabli de chaque facteur de production effectué dans un tableau
appelé tableau de comparaison des coûts.
a) Tableau de comparaison des coûts : C’est un tableau qui permet de mettre en
évidence pour chaque élément du coût total :
- Le coût réel constaté
- Le coût préétabli de la production réelle
- L’écart correspondant

Application : Une entreprise fabrique un produit p dans deux ateliers CA1 et CA2.
Pour le mois de janvier N, vous disposez des informations prévisionnelles
suivantes établies sur la base d’une production normale de 2000 Produits p :
Charges directes :
Matières M1 : 6 000Kg à 1 200F/kg
Matières M2 : 4 000kg à 3700F/kg
M.O.D CA1 : 10 000H.O à 1 000F/H
M.O.D CA2 : 20 000H/O à 1 800F/H
Charges indirectes
CA1 : 6 000 000F (dont 4 000 000 de charges fixes)
CA2 : 6 000 000F (dont 1 500 000 de charges fixes)
Nature des unités d’œuvre
CA1 : Heure ouvrier
CA2 : Heure machine qui représente 75% du temps d’activité.
Pour le même mois, les données réelles enregistrées par la comptabilité analytique
de gestion sont les suivantes pour une production de 1900 produits P entièrement
terminés :
Consommation de matières
Matières M1 6080kg pour 7 600 000F
Matières M1 3515kg pour 12 654 000F
M.O.D
CA1 : 8740 H.O pour 9 439 200F
CA2 : 21 850 H.O pour 24 035 000 F
M.O.I
CA1 : 8740 H.O pour 4 894 400F
CA2 : 16 387,5 H.M pour7 538 250F
Travail demandé
1- Présenter la fiche du coût préétabli d’un produit P
2- Présenter le tableau de comparaison entre le coût réel et le coût
préétabli et dégager les différents écarts

SECTION 2 : ANALYSE DES ECARTS ECONOMIQUES :


L’analyse est menée différemment selon que l’écart porte sur une charge directe ou
indirecte
I- Analyse des écarts sur charges directes.
A- Analyse algébrique : Algébriquement, un écart est la différence entre un coût
réel constaté et le coût prévu pour la même production. Etant donné que les
deux bornes de l’écart sont évaluées en référence à la production réelle, seule les
variations des quantités ou des prix des facteurs peuvent expliquées l’écart ;
d’où la décomposition de l’écart sur matière en deux sous écarts :
 Un écart sur prix noté E/P = (Cr - Cp) Qr
 Un écart sur quantité noté E/Q = (Qr – Qp) Cp
Remarques
- Après la décomposition de l’écart global en sous écarts, il faut toujours s’assurer
que la somme algébrique des sous écarts est égale à l’écart global.
E/G = E/Q + E/P
- S’agissant de la main d’œuvre directe ;
 L’écart sur prix devient l’écart sur taux horaire et s’écrit E/tH = (tHr -
tHp) Tr
 L’écart sur quantité devient l’écart sur temps et s’écrit E/T = (Tr –
Tp) tHp
Application :
Analyser en deux sous écarts tous les écarts sur charges directes de l’application
précédente
B- Analyse graphique :
1- Analyse sous forme d’aires de rectangle : Le principe consiste à
représenter sur un même graphique avec en ordonnée, les coûts unitaires (réels et
prévus) et en abscisse les quantités (réelles et prévues) , les surfaces représentatives
du coût total réel et du coût total prévu.
La différence entre les deux surfaces représente :
- Horizontalement ; l’écart sur prix ou l’écart sur taux horaire
- Verticalement ; l’écart sur quantité ou l’écart sur temps
Les cas les plus courants sont

Cr Cr Cp Cp
E/P E/P E/P E/p
CP Cp Cr E/Q Cr E/Q
E/Q E/Q
0 Q/p Qr 0 Qr Qp 0 Qp Qr 0 Qr Qp
CrCp et QrQp CrCp et QpQr Cp  Cr et QrQp CpCr et QpQr

Application : Analyser graphiquement sous forme d’aires de rectangle


tous les écarts sur charges directes de l’application précédente.
2-Analyse sous forme de vecteurs : L’analyse sous forme d’aires de
rectangles présente généralement deux insuffisances :
- L’impossibilité de ressortir le signe de chaque écart spécifique ;
- L’impossibilité de ressortir l’écart global.
D’où le recours à la représentation sous forme de vecteurs, basée sur le
principe suivant :
Représenter sur un même graphique avec en ordonné les coûts globaux
(réels et prévus) et en abscisse ; les niveaux d’activités (réels et prévus), les
fonctions du coût réel et du coût préétabli ;
Faire apparaître sur ces deux fonctions les points caractéristiques portant
les différents écarts.
En désignant par A, B et C ces différents points on aura :

E/Q = Qr – Qp Cp  QrCp – QpCp


A B
E/P = Cr – C Qr  CrQr – QrCp
C A
E/Q =AB  A - B
E/P = CA  C - A
E/G =E/Q + E/P  A - B - C - A = C - B
Les cas les plus courant sont

Y=Ax Y=Ax
QrCr Y’=A’x Y’=A’x
C QpCr
E/P E/P
E/G
QrCp E/G
A QpCp B
QpCr E/Q
E/Q QrCr C E/G
ApCp E/Q E/p
B QrCp
A

0 Qp Qr
0 Qr Qp

0 Qr Qp
Y’=A’x
E/G E/G Y’=A’x
QrCp A
QpCp B Y=Ax Y=Ax

E/P E/P
E/G E/Q E/Q E/Q
QpCr E/G
QrCp A QrCr C
E/P QpCp E//Q E/G
B
QrCr C
QpCr

0 Qr Qp
0 Qp Qr
Application : analyser graphiquement sous forme de vecteurs, tous les
écarts sur charges directes de l’application précédente.

II- Analyse des écarts sur charges directes :


A – Analyse algébrique
Rappels : Nous avons démontré dans le chapitre précédent que la présence
d’une partie fixe dans les charges indirectes rendait complexe le calcul et
l’analyse des écarts découlant desdites charges ; d’où la nécessité d’un budget
flexible permettant de mettre en évidence les équations du budget flexible Y=
ax + b et du coût standard Y = Ax qui sont indispensables.
Avec : a = coût de l’unité d’œuvre variable b = coût fixe total
A = coût de l’unité d’œuvre standard x = le niveau d’activité
L’écart sur charge indirecte peut avoir pour cause : une variation du coût de
l’énergie ; une variation de l’activité ; une variation du rendement du matériel
de fabrication : D’où sa décomposition en en trois sous écarts :
- Ecart sur budget (E/B) ou écart sur charges opérationnelles
- Ecart sur activité (E/A) ou écart d’imputation rationnelle des charges fixes
- Ecart sur rendement.
1- Ecart sur budget E/B: Il est dû au fait que la section a supporté plus ou
moins de charges variables que prévues. Il est donné par la formule suivante :
E/B = Coût réel – budget de l’activité réelle
 CR – BAR
 Coût variable réel – coût variable prévu
Application : Déterminer et commenter les écarts sur budget des deux
centres de l’application précédente.
2- Ecart sur activité : Encore appelé écart d’imputation rationnelle des
charges fixes, il est dû au fait que l’activité réelle a été différente de l’activité
normale : Il peut se traduire par un boni de suractivité lorsqu’il est favorable (AR
AN) ou un malus de sous activité lorsqu’il est défavorable (AR  AN) : Il est
donné par la formule suivante :
E/A = Budget de l’activité réel – coût standard de l’activité réelle
 BAR – CSAR
Ou Charges fixes réelles – charges fixes imputées rationnellement
CF – CF’ CF (1- Coef IR)
Application : calculer et commenter les écarts sur activité des deux centres
de l’application suivante.
3- Ecart sur rendement : il traduit la performance du matériel de
production : cette performance peut être bonne (lorsque l’écart est
favorable) et mauvaise dans le cas contraire (Ecart défavorable). Il est
donné par la formule suivante :
E/R = coût standard de l’activité réelle – coût standard de l’activité préétabli
 CSAR -CSAP
Application : calculer et commenter les écarts sur rendement des deux
centres de l’application précédente.
B – Analyse graphique
1- Graphique sous forme d’aires de rectangle : Il s’agit également de
représenter sur un même graphique avec en ordonnée, les coûts unitaires
(réel, prévu et normal), en abscisse, les niveaux d’activité (réel et prévu), les
surfaces représentatives des coûts totaux (CR, BAR, CSAR et CSAP).
Les différences entre les surfaces représentent :
- Verticalement, l’écart sur budget et l’écart sur activité.
- Horizontalement l’écart sur rendement.
Les situations les plus courantes sont :

CRu Cru
E/B E/B
BARu BARu
E/A E/A
CS uo CS uo

E/R E/R

0 AR AP
0 AP AR

BARu Cru
E/B E/B
Cru E/A BARu
E/A
CS uo CS uo

E/R E/R

0 AP AR 0 AR AP
Application : Analyser graphiquement sous forme d’aires de rectangle tous
les écarts sur charges directes de l’application étudiée précédente.

2-Graphique sous forme de vecteurs : comme dans l’analyse des écarts sur charges
directes, l’analyse vectorielle présente l’avantage de ressortir le sens de chaque écart,
ainsi que l’écart global.
Le principe consiste :
- A représenter sur un graphique avec en ordonnées, les coûts globaux (CR, BAR,
CSAR et CSAP), et en abscisse les niveaux d’activité (AR, AP et AN), Les fonctions
du budget Y1 = ax +b et du coût standard Y2 = Ax.
Ces deux droites se coupent en un point représentant en abscisse le niveau d’activité
normale.
- De porter sur ces deux droites ; les points caractéristiques portant les différents
écarts. Ces points sont :
E/B = CR –BAR
A B
E/A = BAR – CSAR
B C
E/R = CSAR – CSAP
C D
E/G = E/B + E/A +E/R
(A – B) + (B – C) + (C –D)
 A-D

Les cas les plus fréquents sont :

Y2 = Ax Y2 = Ax
CR A
CSAP D Y1=ax+b
E/G
E/B Y1= ax+b A
CSAR C
E/G E/A CR E/R
BAR B E/B
E/R BAR E/R B
CSAR C
CSAP D

CF CF

0 AP AN AR 0 AR AN AP

0 AP AN AR

0 AP AN AR
Y2=Ax

CSAP D CR A Y2=Ax

CR A CSAR C
Y1=ax+b
Y1=ax+b
BAR
CSAR C B
BAR CSAP D
B

CF

0 AN AP AR
0 AN AR AP

Y2=Ax
Y1=ax+b

CR A
E/B CR A
BAR B CSAP E/B D
CSAR E/G E/A C BAR E/R B
E/R E/A
CSAR C
CSAP D
CF

0 AP AR AN 0 AR AP AN

Application : Analyser graphiquement sous forme de vecteurs tous les écarts sur
charges indirectes de l’application précédente.

III – CAUSE DES ECARTS : Lorsque toutes les conditions de validité d’une prévision
sont réunies, les écarts défavorables peuvent avoir pour causes :
i. Ecarts sur matières :
1) Ecart sur prix : Il est du à une conjoncture externe (changement des tarifs
ou augmentation des charges d’approvisionnement) et une mauvaise gestion
des stocks due aux petites commandes exceptionnelles nécessités par des
retards de livraison ou des commandes tardives auprès des fournisseurs
habituels.
2) Ecart sur quantité : Il se traduit par une surconsommation due a :
 Une quantité importante de déchets et rebuts ;
 Un manque de surveillance occasionnant le gaspillage ;
 Une formation insuffisante du personnel ;
 Un mauvais entretien des machines ou l’utilisation d’un outillage
défectueux.
ii. Ecart sur Main d’œuvre directe :
1) Ecart sur taux horaire :
Il est du
 A une augmentation légale ou contractuelle des salaires et des charges
sociales
 A un recours aux heures supplémentaires
 A l’emploi d’un personnel surqualifié et plus coûteux pour le travail
2) Ecart sur temps :
Il est la conséquence d’un mauvais rendement ayant pour origine le mauvais
encadrement du personnel et/ou une mauvaise organisation du travail dans les
ateliers

IV- INTERET DE L’ANALYSE DES ECARTS : La parfaite connaissance des


causes réelles des écarts peut :
- amener les responsables à travailler ensemble
- permettre aux responsables d’éviter le renouvellement des erreurs de gestions
- conduire à reconsidérer les standards pour les prochaines périodes si l’on admet que
l’évolution constatée est durable
SECTION 3 : ETUDE DES CAS PARTICULIERS
I- Analyse des écarts sur charges directes en trois sous écarts :
exceptionnellement et surtout lorsque l’énoncée l’exige, l’écart sur charges
directe peut être décomposé en 3 sous écarts. Cette analyse qui en réalité n’a
aucune signification pratique consiste à éclater l’écart global en :
E/Q = Qr - Ap Cp
E/P =  Cr - Cp Qp
E/ E= Qr - Ap  Cr - Cp
Q * P
E/G = E/Q +E/P +E/E

L’écart sur écart peut provenir:


o Soit d’une variation relative des quantités due à une variation des prix
o Soit d’une variation relative des prix due à une modification des quantités.
Application : Pour la fabrication d’un produit, il est prévu une consommation de
3Kg de matières à 500 F le kg.
La fabrication a enregistré pour une production de 800 produits une
consommation de 2 200kg de matières pour une valeur totale de 1 375 000F.
Travail demandé :
1- calculer l’écart global sur matières
2- Analyser algébriquement en 3 sous écarts, l’écart sur matières et en faire la
représentation graphique.

II- Analyse de l’écart sur matières lorsque les sorties sont valorisées par lot.
Lorsque les sorties sont valorisées par lot, la décomposition de l’écart global en sous
écarts peut s’effectuer en considérant deux (2) hypothèses :
- considérer par simplification, le coût moyen unitaire pondéré des différents lots
comme coût réel unitaire ;
- décomposer l’écart sur prix en écart sur prix des différents
E/P L1 = Cr L1 – Cp * Qr l1
E/P L2 = Cr l2 – Cp * Qr L2
E/p Ln = Cr Ln – Cp * Qr Ln

Application: Reprendre l’application précédente en considérant que les sorties de


matières se sont effectuées de la manière suivante :
- premier lot : 1 000kg à 550F/Kg
- Deuxième lot 1 200 Kg è 687.5F/Kg
Hypothèse 1 : L’entreprise ne s’intéresse pas sur l’influence de la méthode de
valorisation des sorties sur l’écart sur prix ;
Hypothèse 2 : L’entreprise s’intéresse sur l’influence de la méthode de valorisation
des sorties sur l’écart sur prix.

III- Analyse de l’écart sur main d’œuvre directe lorsqu’il existe des heures
chômées et des heures supplémentaires :
- L’existence des heures supplémentaires conduit à la décomposition de l’écart sur
taux horaire en :
 Ecart sur taux horaire normal (E/tHn) = tHn – tHp * HN
 Ecart sur taux horaire supplémentaire (E/tHs) =  tHs – tHp * HS
- De même, l’existence des heures chômées conduit à la décomposition de l’écart sur
temps en :
- Ecart sur temps productif (E/T productif) = Tr Productif – T prévu * tHP
E/T Prod = Tr p – Tp  * tHp
- Ecart sur temps productif (E/T improductif) = Tr improductif –T prévu (0) * tHP
E/T imp = Tr imp – 0  * tHp

Application : Pour la fabrication d’un produit « P », le bureau des études et des


méthodes a défini un standard de 3heures de main d’œuvre directe à 800F l’heure.
Pour la même période, cette entreprise a fabriqué 1 200 produits « p » en
consommant 3 900 heures pour un coût total de 3 110 000F.
L’analyse de cette consommation fait apparaître :
- 3 000 heures productives et 900 heures chômées :
- 3 500 heures normales rémunérées à 780f l’heure et 400 heures supplémentaires
rémunérées à 950F l’heure.
Travail demandé :
1- Déterminer l’écart global sur Main d’œuvre directe ;
2- Analyser algébriquement l’écart sur main d’œuvre directe en tenant compte des
incidences des heures chômées et des heures supplémentaires.

IV- Calcul et analyse des écarts lorsqu’il existe des produits encours de fabrication
L’existence des produits non terminés au début et/ou à la fin d’une période de
fabrication complique le calcul et l’analyse des écarts pour deux raisons :
- Une raison tenant au niveau de la comparaison des coûts
- Une raison tenant à l’évaluation des produits encours.
a- Niveau de comparaison des coûts : D’après le plan comptable général, une
comparaison est significative lorsqu’elle s’effectue au niveau du coût de la
période c’est-à-dire la dépense totale de la période (à ne pas confondre avec le
coût de production des produits terminés).

Coût de production des produits terminés


Coût de la période = -la valeur de l’encours initial
+la valeur de l’encours final

La production de la période se déduit du coût de la période lorsqu’on divise


chaque élément du coût de la période par son coût unitaire :
Nombre de produits terminés
Production de la période= -Nombre de produits équivalent à l’encours initial
+Nombre de produits équivalents l’encours final

N.B : cette dernière formule s’applique individuellement à chaque facteur du coût de production
dans le cadre de la détermination du coût préétabli uniquement.

b- Evaluation des encours : Les encours sont généralement par mesure de


simplification évalués au coût préétabli en tenant compte du degré
d’avancement.
Application : Une entreprise fabrique un produit « p » dans un atelier A
Pour la fabrication de 100 produits « p », les standards suivants ont été établis :
 Matières premières 120kg à 225F le kg
 Main d’œuvre directe 10H à 760F l’heure
 Main d’œuvre indirecte 10H à 900F l’heure (dont 600F de charges
variables)
Les charges fixes stables s’élèvent à 300 000F et correspondent à l’activité normale.
Pour le mois de janvier N, on extrait de la comptabilité analytique de gestion les
renseignements suivants :
- Encours au début du mois 300 unités de « p »
- Consommation de matières premières 12 430 kg à 223F le Kg
- Main d’œuvre directe 1320H à 784F l’heure
- Main d’œuvre indirecte 1320H à 903F l’unité d’œuvre
- Production terminée 11 000 unités de « p »
- Encours en fin du mois 500 unités de « p »
L’état d’avancement des encours est estimé de la manière suivante :
Eléments Encours Encours
initial final
Matières premières 60% 80%
Main d’œuvre directe 50% 40%
Main d’œuvre indirecte 70% 75%
L’unité d’œuvre est l’heure de main d’œuvre directe.
Travail demandé :
1- Déterminer la production de la période
2- Présenter le tableau de comparaison des réalisations de la période aux
prévisions de la période et dégager les différents écarts.
3- Analyser algébriquement et graphiquement sous forme d’aires et de vecteurs
tous les écarts.

V- Ecart sur marge et écart sur résultat


Lorsqu’une entreprise fabrique et vend plusieurs produits, elle doit toujours s’assurer
que la marge ou le résultat réalisé correspond à la prévision, sinon, calculer l’écart, en
rechercher les causes et envisager des mesures correctives.
A – Détermination de l’écart global
L’écart sur marge et l’écart sur résultat se calculent à partir des marges et résultats
pondérés réels et prévus.

Ventes P1 * Marge M1+ Ventes P2* Marge M2 + Ventes P3* Marge M3…
Marge pondérée =
Valeur totale des ventes

Ventes P1 * Résultat R1+ Ventes P2* Résultat R2+ Ventes P3* Résultat R3…..
Résultat pondéré =
Valeur totale des ventes

L’écart global sur marge et l’écart global sur résultat représentent la différence
entre la marge totale ou le résultat total réel et prévu.

Ecart sur marge = Marge pondérée Réelle* Quantité totale réelle - Marge pondérée prévue * quantité totale prévue
E/ M = Mr – Mp
Ecart sur Résultat= Résultat pondéré Réel* Quantité totale réelle -  Résultat pondéré prévu * quantité totale prévue

E/R = Rr - Rp

B – Analyse des écarts sur marge et résultat


1- Ecart sur Marge : Il peut provenir d’une variation des quantités vendues, d’une
variation du coût variable et d’une variation du prix de vente d’où sa
décomposition en :

- E/Q = Qr –Qp * marge unitaire prévue


- E/Prix = Pr – Pp * Qr
- E/Cv = CVr –CVp * Qr

1- Ecart sur Résultat : Il peut provenir d’une variation des quantités vendues,
d’une variation du coût revient et d’une variation du prix de vente d’où sa
décomposition en :
- E/Q = Qr –Qp * Résultat unitaire prévue
- E/Prix = Pr – Pp * Qr
- E/Cr = CRr –CRp * Qr
Application : Pour le mois de janvier N, l’activité de l’agence 10 de la société
NG4L se résume comme suit :
Eléments Prévisions Réalisations
P1 P2 P1 P2
Quantités 1 600 2 400 2 200 2 800
Prix de vente unitaire 2 000 1 600 2 100 1 560
(1) (2)
Coût de revient 1 400 1 080 1 440 1 000
(1) 1 000F de charges variables
(2) 900F de charges variables
Travail demandé :
1- Déterminer l’écart global sur marge et l’écart global sur résultat
2- Analyser algébriquement ces deux écarts et contrôler vos résultats
sachant que les charges fixes restent identique dans les deux cas.

VI – Ecart sur volume ou écart sur objectif


L’écart sur objectif ou écart sur volume est un aménagement du plan comptable général
français.
La direction générale fixe des objectifs de production qu’il faut atteindre et pour cela, il
est important de les comparer aux réalisations pour évaluer les performances et
apprécier ainsi l’importance de la déviation appelée écart sur objectif ou écart sur
volume.
Il est donné par la formule suivante :
a- Cas d’une charge directe :
E/V ou E/O = coût préétabli de la production réelle – coût préétabli de la production
objectif
= Cpp°R – Cpp°O

b- Cas d’une charge indirecte


E/V ou E/O = Coût standard de l’activité préétablie – Coût standard de l’activité
objectif
= CSAP – CSAO
La prise en compte de cet écart conduit à l’écart total
Ecart total = E/G + E/O ou CR - Cpp°O ou CR – CSAO (cas d’une charge
indirecte)

Application :
Pour la fabrication d’un produit « p » les standards suivants ont été retenus sur la base
d’une production normale de 500 p
 1 000kg de matières à 500F le kg
 2 000H de main d’œuvre directes à 1000F l’heure
 2 000 H de Main d’œuvre indirecte à 2 000F l’unité d’œuvre (dont
1 200F de charges fixes).
Pendant la même période, cette entreprise a fabriqué 480 produits « p » en utilisant :
 1 200kgs de matières premières à 480F le kg
 1 800H de main d’œuvre directes à 950F l’heure
 1800H de Main d’œuvre indirecte à 2 150F l’unité d’œuvre.
Travail demandé :
1- présenter le tableau de comparaison permettant de mettre en évidence à la
fois les écarts globaux et les écarts totaux sachant que l’entreprise avait fixé
pour objectif, la fabrication 505 produits P

EXERCIECE :
Les éléments constitutifs du coût préétabli concernant la fabrication de 4 000 kg de
produits finis P dans l’atelier 2 sont :
- Matières premières M 3 200 kg à 52 F le kg
- Main d’œuvre directe 1 600 H à 56 F/H
- Charges indirectes totales 25 000 F (dont 8 000 F de charges de structure).
En fait les informations réelles, concernant la fabrication de 3 400 kg de produits
finis P dans l’atelier 2, sont les suivantes :
- Matières M 3000 kg à 53 F/kg
- Main d’œuvre directe 1 400 H à 57 F/h
- Charges indirectes totales 22 500 F

L’unité d’œuvre est l’heure de main d’œuvre directe


TRAVAIL DEMANDE :
1. Présenter la fiche de coût préétabli d’un kg de produit fini par l’atelier 2
2. Dresser un tableau permettant de dégager les écarts sur chaque élément du coût
dans l’atelier 2

3. Procéder à l’analyse algébrique des écarts sur charges directes et indirectes dans
l’atelier 2 conformément au plan comptable français

EXERCICEIII
Dans une fabrique d’accumulateurs au plomb, la société « Accelex » qui utilise la
méthode des coûts de revient standards, l’Atelier de fonderie reçoit du plomb et le
transforme par moulage en grilles qui servent de support à la matière active de
l’accumulateur.
Les données techniques relatives à la détermination des coûts standards sont les
suivantes : pour la fabrication de 100 grilles d’un modèle donné :
- Poids de plomb nécessaire : 4 kg (auquel il faut ajouter 1% de casse)
- Temps de Main d’œuvre directe : 0,75 h
Le coût de revient standard d’une grille est calculé à raison de 18 F le kg de plomb et
de 30 F L’heure de MOD. Les charges d’atelier sont imputées sur la base de 175%
du coût de la MOD (Dont 20% sont fixes)
Au cours d’un mois, la fabrication de l’atelier a été de 13 400 grilles ayant
nécessitées :
- 560 kg de plomb à 17,5 F le kg
- 110 H de main d’œuvre directe à 39 F l’heure
- 6290,25 F de charges d’atelier.

TRAVAIL DEMANDE :
1. Etablir la fiche de coût standard pour 100 grilles et en déduire celle d’une
grille.
2. .Calculer sous forme de tableau, le coût standard de la production du mois, le
coût réel, les écarts sur charges directes et indirectes.
3. Analyser algébriquement tous les écarts.

EXERCICE
La fiche du coût préétabli du produit A indique les éléments suivants
Quantité = 100 unités
Matière C 5m 12 F/m
Matière B 3 kg 120 F/kg
Main-d’œuvre 8h 95 F/h
Centre Atelier 1 6 UO 70 F/UO
Centre Atelier 2 8 UO 110 F/UO
Pour le mois de Mai, l’objectif porte sur la production de 12 000 unités de A
(correspondant à la production normale).
Les données constatées sont les suivantes :
Fin MaiN
Production entrée en stock 12 400 unités
En-cours de fabrication 600 unités
Avancement des en-cours
- Matières C = 100%
- Matières B = 50%
- Main d’œuvre = 40%
- Atelier 1 = 20%
- Atelier 2 = 10%
Coûts
- Matière C = 625 m Pour 6875 F
- Matière B = 384 kg pour 44 160F
- Main d’œuvre = 984 h Pour 94 464 F
- Atelier 1 = 732 UO Pour 50 508 F
- Atelier 2 = 1 032 UO pour 111 456 F

Fin Avril N
En-cours de fabrication 900 unités
Avancement des en-cours
- Matières C = 100%
- Matières B = 100%
- Main d’œuvre = 70%
- Atelier 1 = 40%
- Atelier 2 = 30%

TRAVAIL DEMANDE :
1. Déterminer le coût préétabli de la production prévue pour le mois de Mai N
2. Déterminer les équivalents finis de la production constatée du mois de Mai en
détaillant par facteur de production.
3. Dresser un tableau comparatif des coûts constatés pour le mois de Mai N et des
coûts préétablis correspondants.
4. Analyser par calcul et graphiquement (sous forme d’aires et de vecteurs) les
écarts sur chacun des éléments au niveau de la production constatée.

EXERCICE :
Une entreprise fabrique deux produits P1 et P2 à partir d’une matière première
unique M qui est traitée successivement dans deux ateliers : Usinage et montage.
Les coûts de productions de chaque produit comprennent des charges directes
(matières premières et main d’œuvre directe) et une quote-part des charges
indirectes de chaque atelier, au prorata des unités d’œuvres utilisées (kg de matières
premières pour le centre usinage et l’heure de main-d’œuvre directe pour le centre
montage).

Un budget de production a été établi pour le mois de janvier sur la base de


180 articles P1 et 280 articles P2. Il s’élève à 5 300 000 F comprenant :
3 000 000F d’éléments directs
- Matières premières 2 000 000 F
- Main-d’œuvre directe 1 000 000 F
2 300 000 d’éléments indirects
- Centre usinage 800 000 F
- Centre montage 1 500 000 F

La gamme d’usinage prévoit 2kg de matières pour un article P1 et 0,5 kg pour


un article P2.
La cadence normale est de 6 articles P1 ou 4 articles P2 durant une heure de
travail direct.
Les charges considérées comme fixes sont évaluées à 300 000 F pour le centre
usinage et 800 000 F pour le centre montage.
Pour la même période, les charges réelles se sont chiffrées à 4 886 000 F se
décomposant comme suit :
CHARGES DIRECTES 2 730 000 F
- Matières premières 1 890 000 F
- Main d’œuvre directe 840 000 F
CHARGES INDIRECTES 2 156 000 F
- Centre usinage 756 000 F
- Centre montage 1 400 000 F
La production réelle ne s’est élevée qu’à 120 articles P1 (nécessitant 260 kg de
matières premières et 15 heures de MOD) et 240 articles P2 (nécessitant 160 kg de
matières premières et 55 heures de MOD).

TRAVAIL DEMANDE
1- Etablir la fiche de coût de production standard pour un article P1 et pour un
article P2.
2- Présenter le tableau de comparaison entre les réalisations et les prévisions du
mois de janvier et dégager les différents écarts.
3- Analyser graphiquement sous forme d’aires de rectangle tous les écarts.

EXERCICE :
Une unité de fabrication de l’entreprise MECANICA fabrique deux produits A et
B à partir de deux matières premières M et N. Le cycle de fabrication est le même
pour les deux produits :
Passage dans l’atelier I : fusion usinage
Passage dans l’atelier II : Assemblage
Passage dans l’atelier III : Finition
Les produits semi-finis ne sont pas stockés, tout produit sortant des ateliers I et
II entrant immédiatement dans l’atelier suivant.
Les coûts de production de A et B comprennent :
Les matières M et N consommées dans l’atelier I
Les charges de main d’œuvre directe de l’atelier II
Les charges des centres d’analyse.
Les charges de main d’œuvre font partie, pour l’essentiel, des charges indirectes.
Seul l’atelier II comporte des charges de main d’œuvre directe, avec qualification
différente selon les produits assemblés.
On établi pour le premier semestre N, un budget mensuel des charges de
production fourni en annexe 1, les données réelles du mois de février N ont été
regroupées en annexe 2
TRAVAIL DEMANDE :
1- Etablir la fiche du coût préétabli d’un produit A et d’un produit B
2- Concevez un tableau qui permettra de déterminer le nombre de produit A et B achevés dans
chaque atelier
3- Calculer l’équivalence de la production du mois, terminée et en-cours, dans les ateliers II et III :
4- Terminer le tableau de répartition des charges indirectes du mois de février N (annexe 2).
5- Dresser un tableau comparatif pour la production du mois de février N, produit A et produit B
mettant en évidence les écarts économiques
6- Analyser l’écart économique sur les charges indirectes de l’atelier I, puis celui des charges
indirectes de l’atelier III : L’analyse sera faites globalement, pour l’ensemble des produits A et B
traités dans chaque centre (en 3 sous écarts). L’un des écarts obtenu est nul. Pouvait-on prévoir
cette réponse avant même de procéder à l’analyse ? Pourquoi ? Formuler une suggestion
ANNEXE 1
Prévisions mensuelles pour le premier semestre N.
Production mensuelle d e 500 produits A et 900 produits B
Standards unitaires des charges directes
Produits A Produits B
Matières M 4 kg 2kg
Matières N 6 kg 4 kg
Main d’œuvre 15 min 10 mn
(Atelier II)

Budget mensuel des charges directes en francs


Produits A Produits B
Matières M 90 000 81 000
Matières N 225 000 270 000
Main d’œuvre 6 500 8 700
(Atelier

Budget mensuel des charges indirectes en francs


Atelier I Atelier II Atelier III
total 31 200 9 075 7 000
(Dont charges 12 480 2 200 2 380
fixes) kg de matière Heure de M.O.D unité fictive
Unité première
d’œuvre
Chaque produit A ou B (terminé ou évalué par équivalence) vaut une unité
fictive.
ANNEXE II
EXTRAITS DES DONNEES REELLES ENREGISTREES EN FEVRIER N
A – Production du mois
Production achevée (renseignements partiels) :
520 produits A à la sortie de l’atelier I
1 050 produits B à la sortie de l’atelier III
En cours uniquement pour les produits A dans l’atelier II et III
Quantités Degré d’achèvement
Atelier II Atelier III Atelier II Atelier III
En-cours 80 60 50% 40%
initial 170 30 60% 30%
En-cours final

B - Charges directes
Produits A Produits B
Coût Quant Coût Quantité
unitaire ité unitaire
Matière M 47,50 2200 kg 47,5 2000 kg
Matière N 78 3100 kg 78 4050 kg
Main d’œuvre 55 135 h 60 180 h
Atelier II

C - Charges indirectes
Atelier I Atelier II Atelier III
Total secondaire 36 887,50 10 048,50 7176
Nature de l’unité d’œuvre kg de matière heure de MOD unité fictive
Nombre d’unités d’œuvre ……………… …………………. ……………….
Coût de l’unité d’œuvre ……………… …………………. ……………….

EXERCICE :
Dans un atelier T, il avait été prévu 2 000 h de main-d’œuvre à 100 F pour
réaliser une commande. En réalité, il a fallu 2 500 h ayant coûte 306 000 F.
Calculer et analyser l’écart sur main-d’œuvre
Une étude plus précise des informations réelles permet de constater :
D’une part que dans les 2 500 h, il y a 2 300 h normales à 120 F et 200 h
supplémentaires à 150 F
D’autre part que dans les 2 500 h, 2 400 seulement ont été productives, les
100 autres ayant été chômées en raison de pannes de machines.
Décomposer l’écart sur temps (en écart sur temps productif et en écart sur
temps chômé) et l’écart sur taux horaire (en écart sur taux normal et en écart sur
taux horaire supplémentaire).

EXERCICE :
La société MEGACAM a pour objet la fabrication d’un produit terminé « YAO ».
Le processus de fabrication est le suivant :
- l’atelier A1 incorpore en totalité au début de la fabrication la matière
première MP1, pour aboutir à un élément semi-fini X.
- l’atelier A2 reprend le produit semi-fini X et lui ajoute en totalité la matière
première MP2 pour obtenir le produit fini YAO qui peut alors être commercialisé.
Les services comptables de l’entreprise ont établi les éléments de calcul du
coût unitaire préétabli pour une activité normale mensuelle de 875 heures de main
–d’œuvre directe à l’atelier A1 et 437,5 heures de main-d’œuvre directe à l’atelier
A2. L’unité d’œuvre du centre est l’heure de main-d’œuvre directe dont le nombre
mesure l’activité.
Vous trouverez en annexe toutes les informations concernant le traitement de
ce dossier.
TRAVAIL A FAIRE :
-1 Présenter la fiche de coût unitaire préétabli de fabrication.
-2 Présenter le tableau des équivalences des produits finis pour l’activité de mars.
-3 Présenter en un seul tableau, les calculs :
- du coût de production standard de l’activité réelle du mois de mars ;
- du coût de production réel de cette même activité
- des écarts globaux par éléments de coût
-4 Analyser par calcul l’écart sur les frais de centre de l’atelier A2.
-5 Dans le centre A2, le processus de fabrication est en partie sous contrôle et en
partie hors contrôle. L’écart est constaté sur la partie sous contrôle avec 9 chances
sur 10, et son analyse coûte 200.000 F. Lorsque l’écart est constaté sur une partie
hors contrôle, son analyse et sa correction coûtent respectivement 200.000 F et
400.000 F, alors que l’absence d’analyse peut engendrer une perte d’environ
1.800.000 F.
Apprécier si, au sens des coûts, la société MEGACAM doit procéder à l’analyse
de l’écart dans le centre A2.
Annexe : Informations nécessaires au traitement du dossier MEGACAM
X YAO
Matière première ---------------- 2kg à 400 F le kg 1kg à 200 F le kg
Main-d’œuvre directe ---------- 0,125h à 3200 0,0625h à
Frais de centre ------------------- F/h 3200F/h
0,125 unité 0,0625 unité
d’œuvre d’œuvre

Les frais de centre se répartissent ainsi pour la production normale :


Atelier Atelier 2
Frais fixes --------------------------------------- 3.500.000 1.400.000
Frais variables ---------------------------------- 5.250.000 2.100.000
TOTAUX 8.750.000 3.500.000
Durant le mois de mars, la production a été à l’atelier A1 de 7.700 éléments semi-finis
X et à l’atelier A2 de 7.400 produits YAO terminés. Il y a en fin de mois 300 éléments
YAO en cours de fabrication dont l’avancement est le suivant pour les heures de
main-d’œuvre directe et pour les frais de section.
YAO En-cours YAO au 31/3
Equipe Produits X terminés Stade
au 31/3 d’avancement Nombre
1 2.500 60 % 80
2 2.300 50 % 100
3 2.600 80 % 120

7.400
Il n’y avait pas d’en-cours au début du mois de mars.
La comptabilité a fourni les charges réelles de ce même mois :
- Matière première : consommation courant mars :
MP1 : 16.000 kg à 450 F le kg
MP2 : 7.800 kg à 190 F le kg
- Atelier 1 : 1125 heures de main-d’œuvre directe à 3.240 F l’heure.
- Atelier 2 : 600 heures de main-d’œuvre directe à 3.400 F l’heure.
- Frais de centre : Atelier A1 : 9.512.500 F
Atelier A2 : 3.500.000 F

EXERCICE
L’entreprise MIXO, fabrique deux pièces p1 et p2. L’entreprise comprend deux
ateliers. L’atelier I, à partir des matières M et N, fabrique par usinage des éléments
standardisés E1 et E2.
L’atelier II effectue le montage des pièces P1 et P2 en assemblant les éléments E1 et
E2.
Les standards techniques ont été établis comme suit :
Eléments Fabrication
E1 E2
Matières M 4 unités 3 unités
Matières N 5 unités 3 unités
Main d’œuvre directe 5 Heurs ouvrier 4 Heures ouvrier
Charges indirectes 4,5 heures machine 3,60 heures machine

Eléments Fabrication
P1 P2
Eléments E1 1 unité 1 unités
Eléments E2 1 unité 2 unités
Main d’œuvre directe 2Heures ouvrier 2,4 Heures ouvrier
Charges indirectes 2 heures ouvrier 2,40 heures ouvrier
Les standards de coûts, révisés le 15 février de l’année en cours, sont établis comme
suit :
- Matière M 25F l’unité
- Matières N 10F l’unité
Main d’œuvre directe (taux horaire)
- Atelier I 150 F
- Atelier II 180 F
Charges indirectes de fabrication : Le budget annuel pour une activité normale de
onze mois (congés annuels déduits) se présente comme suit :
Atelier I Atelier II
- Temps de présence des ouvriers 33 000 H 6 600 H
- Temps de marche des machines (9/10 du temps de présence) 29 700 H
- Charges variables 742 500 F 297 000 F
- Charges fixes 1 485 000 F 165 000 F
2 227 500 F 462 000 F
- Unité d’œuvre Heure-machine Heure-ouvrier
- Production normale E1 :3 000 unités P1 : 1 500 unités
- Production normale E2 : 4 500 unités P2 : 1 500 unités
Au cours du mois de mars N, il a été produit et mis en stock :
o Elément E1 290 unités
o Elément E2 410 unités
o Produits finis P1 145 unité
o Produits finis P2 135 unités

En ce qui concerne les en-cours, on dénombrait :


a) Au 1er Mars N
o Atelier I E1 : 10 unités ; E2 : 20 unités
o Atelier II P1 : 20 unités ; P2 :15 unités
b) Au 31 Mars N
o Atelier I E1 : 20 unités ; E2 : 10 unités
o Atelier II P1 : 15 unités ; P2 :8 unités
L’évaluation des coûts des éléments E1 et E
Semi-ouvrés et des produits P1 et P2 en cours de fabrication s’effectue comme suit :
1° Les matières M et N ainsi que les éléments E1 et E2 sont mis en œuvre dès le début de la
fabrication respectivement dans les ateliers I et II et évalués à leur coût élémentaire standards.
2° On estime que l’ensemble des en-cours de production est à un stade de semi-finition dans
chaque atelier, donc la main-d’œuvre et les charges de fabrication sont évaluées à 50% de leur
taux standards
Travail à faire
1) Calculer les coûts standard unitaires de production des éléments E1 et E2, et des
produits finis P1 et P2.
2) Calculer les coûts standards unitaires des en-cours de production relatifs :
- Aux éléments E1 et E2.
- Aux produits P1 et P2.
3) Evaluer, selon la méthode adoptée, les en-cours de fabrication :
- au 1er Mars N ;
- au 31 Mars N.
4) Déterminer quantitativement en unités de production et par élément de coût, pour
l’atelier I et pour chaque fabrication, l’équivalent de la production réelle (c’est-à-dire en
unité de E1 et de E2), compte tenu de l’achèvement des en-cours au début du mois et de
l’avancement des en-cours en fin de mois