Vous êtes sur la page 1sur 3

Ξ2 2016-2017 Transformation de Laplace

Résumé de cours

Pierre Simon LAPLACE

I/ Définition - convergence
1. À toute fonction f continue par morveaux de R dans R (ou au moins de R*+ dans R ), on associe
+∞
la fonction F définie par F ( p ) = ∫ f (t ) e
− p ⋅t
dt pour p ∈ R ( voire p ∈ C ), sous réserve de convergence.
0

On écrit : F ( p ) = L [ f (t )] ou f (t ) ⊃ F ( p )
On admet que si f et g sont continues sur R*+ et si L [ f (t )] = L [ g (t )] alors ∀t ∈ R*+ / f (t ) = g (t ) .

2. Exemples :

Échelon unité 0 pour t < 0 L (U ( t ) ) =


1
(fonction U (t ) =  pour p > 0
1 pour t  0 p
d’Heaviside)

Exponentielle f (t ) = eλ t (λ ∈ R )
L ( f (t )) =
1
λ=0.8
p−λ
pour p > λ

 0 pour t < 0
L ( f (t )) =
Exponentielle 1
f (t ) =  λ t
(fonction causale)
e pour t  0 λ=-1 p−λ
f ( t ) = eλ tU ( t ) pour p > λ

racine carrée 1
f (t ) = U (t )
π
L ( f (t )) =
t
p
pour p > 0

Puissance (
f ( t ) = t α U ( t ) α ∈ R*+ ) L ( f (t )) =
Γ (α + 1)
pα +1
pour p > 0

3. Abscisse de convergence, intervalle de convergence


S’il existe K ∈ R + tel que ∀t ∈ R*+ f ( t )  K , alors F ( p ) est définie sur ]0, +∞[
S’il existe K ∈ R + et α ∈ R tels que ∀t ∈ R*+ f ( t )  Keα t (hypothèse H ), alors F ( p ) est définie sur ]α , +∞[
II/ Propriétés
1. Dérivée de l’image
+∞
Sous l’hypothèse H , F ( p ) est de classe C1 sur ]α , +∞[ et F ' ( p ) = ∫ − t f (t ) e
− p⋅t
dt ,
0

soit F ' ( p ) = L  −t f ( t )  . L’abscisse de convergence est la même.


1
Exemples L [t ] = L t U ( t )  = 2 ( p > 0 )
p
n!
Pour n ∈ N , L t n  = n +1 ( p > 0 )
p
2. Image de la dérivée
+∞
Sous l’hypothèse H , ∫ f ' (t ) e
− p ⋅t
dt = p F ( p ) − f ( 0 ) (ou f ( 0 + ) si f n’est pas continue en 0 )
0

soit L  f ' ( t )  = p F ( p ) − f ( 0 )

Application : Soient S ( p ) et C ( p ) tels que sin ω t ⊃ S ( p ) et cos ω t ⊃ C ( p ) ( p > 0 ) .


ω p
Alors ω cos ω t ⊃ p S ( p ) et − ω sin ω t ⊃ p C ( p ) − 1 d’où S ( p ) = et C ( p ) =
p +ω 2 2
p +ω2
2

3. Linéarité
Si L[ f (t )] = F ( p ) et L[ g (t )] = G ( p ) alors L[λ f (t ) + g (t )] = λ F ( p ) + G ( p )
et l’abscisse de convergence de λ F ( p ) + G ( p ) est au moins égale à la plus grande des deux autres.
31 − 10 p − p 2 1 1 5
Application : Soit f ( t ) telle que f ( t ) ⊃ F ( p ) = . F ( p) = − + − 2
( p + 3)( p − 1) p + 4
2
(
p + 3 p −1 p + 4)
1 1 2 5
Puisque e−3t ⊃ , et ⊃ , sin 2 t ⊃ 2 , alors f ( t ) = −e−3t + et − sin 2t
p+3 p −1 p +4 2

4. Règle de similitude (Changement d’échelle)


1  p
Soit a > 0 . Si L[ f (t )] = F ( p ) pour p > p0 , alors L[ f (a t ) ] = F   pour p > a p0
a a
5. Règle de translation en p
Soit α ∈ R . Si L[ f (t )] = F ( p ) pour p > p0 , alors L[e −α t f ( t ) ] = F ( p + α ) pour p > p0 − α

6. Règle de translation en t
Soit τ > 0 ("retard") . Si L[ f (t )] = F ( p ) pour p > p0 , alors L[ f ( t − τ ) ] = e − pτ F ( p ) pour p > p0
Attention : résultat faux si τ < 0 ("avance")
Application : fonction "porte"

L (U ( t ) ) =
1 e − pτ 1 − e − pτ
L ( −U ( t − τ ) ) = − L ( f (t )) =
p p p
7. Transformée de Laplace d’une série entière
∞ ∞
a
Soit f ( t ) = ∑ n t n . On suppose que la série entière ∑a z n
n
a un rayon de convergence R > 0 .
n =0 n ! n =0

a 1
Alors L  f ( t )  = ∑ nn+1 pour p >
n =0 p R
( −1) t n ( −1)
n n 1
∞ ∞
1 −
Exemple ∑ ⊃∑ = e p
n = 0 ( n !) n ! p n +1
2
n =0 p
8. Transformée de Laplace d’une fonction périodique

...
f ( t ) .1[0,T [ ⊃ F ( p ) f ( t ) .1[T ,2T [ ⊃ e −T p
F ( p) f ( t ) .1[2T ,3T [ ⊃ e −2T p
F ( p) ... F ( p)
S (t ) ⊃
1 − e −T p

III. Applications
1. Polynômes de Laguerre
d n n −t
On pose pour n∈N, L n (t ) = e t
dt n
(t e )
( −1) n ! n ( −1) n ! ( p − 1)
n n n
d n n −t n
puis n ( t e ) ⊃ p et e n ( t e ) ⊃ ( −1) n ! n +1
t d
−t 1 n −t n −t
e ⊃ donc t e ⊃
n

( p + 1) ( p + 1)
n +1 n +1
p +1 dt dt p

n! n  n  ( −1 ) ( n !) ( −1 ) donc L (t ) = n ( −1 ) ( n !) t k
n k 2 k k 2
n!  1 n
Ln (t ) ⊃ 1 −  = ∑   = ∑ ∑
k = 0 ( k !) ( n − k )!
k +1
k = 0 k !( n − k )! p
n 2
p p p k =0  k  p k
Ln (t ) est donc un polynôme de degré n, de coefficient dominant ( − 1 ) et de coefficient constant n !
n

2. Équations différentielles

Soit le système différentiel


 x '(t ) + 2 y '(t ) = x (t ) x (0 ) = 0
 avec les conditions initiales 
2x '(t ) + y '(t ) = y (t )  y (0) = 1
Posons x ( t ) ⊃ X ( p ) et y ( t ) ⊃ Y ( p )
 p X ( p ) + 2 ( p Y ( p ) − 1) = X ( p )
Le système linéaire devient un système algébrique 
 2 p X ( p ) + p Y ( p ) − 1 = Y ( p )

 2 1 3
 X ( p ) = 3 p 2 + 2 p − 1 = − 2 ( p + 1) + 2 ( 3 p − 1)
 1 −t 1 t / 3
  x ( t ) = − 2 e + 2 e
On trouve  et donc 
Y ( p ) = 1 + 3 p 1 3  y ( t ) = 1 e − t + 1 et / 3
= +
 3 p 2 + 2 p − 1 2 ( p + 1) 2 ( 3 p − 1)  2 2