Vous êtes sur la page 1sur 153

L’enseignement supérieur en Tunisie :

Dynamiques et analyses de la performance

Iyad Dhaoui
Direction Centrale des Études Sociales
iyad.dhaoui@itceq.tn
Février 2016
La présente étude est la propriété de l’Institut Tunisien de la Compétitivité et des Etudes Quantitatives
(ITCEQ). Toute reproduction ou représentation, intégrale ou partielle, par quelque procédé que ce soit, de la
présente publication, faite sans l’autorisation écrite de l’ITCEQ est considérée comme illicite et constitue
une contrefaçon.

Les résultats, interprétations et conclusions émises dans cette publication sont celles de(s) auteur(s) et ne
devraient pas être attribués à l’ITCEQ, à sa Direction ou aux autorités de tutelle.

Cette étude est réalisée par Iyad Dhaoui dans le cadre du programme d’activité de l’ITCEQ au sein de la
Direction des Études sur les Ressources Humaines.
L’auteur tient à remercier Mr. Habib Zitouna et Mme Samira Chebaane pour leurs remarques et leurs
commentaires.
Résumé

L’objectif global de cette étude est la présentation d’une base de données de


référence permettant de suivre et d’évaluer l’enseignement supérieur en Tunisie. Les
actions réalisées permettent de faire le constat sur les niveaux de coût, de
scolarisation et d’efficience selon les différents critères socioéconomiques. L’étude
met en évidence les principales évolutions (états des lieux et indicateurs de
performance) en explorant les efforts engagés et les progrès restant à accomplir. Elle
propose ainsi quelques recommandations servant comme outils de pilotage.

Mots clés : Enseignement supérieur – coût – Scolarisation – Efficience – Réforme-


Gouvernance – Chômage – Entrepreneuriat.

Abstract

Two main components of human development to which Tunisia gives great attention,
are higher education and scientific research for they provide not only the high-level
skills necessary for labor market but also the training essential for the teaching staff,
students and entrepreneurs. This paper aims, first, to analyze the cost levels, to
explore the efforts made in human resources, reforms, governance and the gaps
between higher education outcome and labor market in order to explore the major
obstacles tackling them and, second, to evaluate the efficiency of higher education
for different socio-economic criteria in achieving the objective of education quality,
inequality reducing, and employment generation.

Tunisia has achieved great development by the effort made, especially at a


quantitative level. It was found that, low quality, bad governance, corruption,
misunderstanding of the reforms, and inequality of opportunity, are among the major
problems facing higher education good outcome. This suggests recommendations
which are serving as management tools for education quality. It also suggests
measures to fight against those problems that hold back education development and
summarizes the needed steps to increase employment and to ease of
entrepreneurship. The study shows that those expected achievements need full
cooperation and coordination of all stakeholders in a way that enables higher
education to be efficient.

Keywords: Higher education – Cost – Schooling – Efficiency – Reform – Governance


– Unemployment – Entrepreneurship.
‫ملخص‬

‫تعطي تونس اهتماما كبيرا للتعليم العالي والبحث العلمي ألنه هو العنصر الحاسم في التنمية البشرية و كذلك ألنه‬
‫يوفر المهارات رفيعة المستوى الالزمة لسوق العمل‪ .‬تهدف هذه الدراسة إلى عر ض وتحليل واقع التعليم العالي‬
‫و البحث العلمي في تونس حيث سيتم مناقشة المكتسبات و أهم التحديات التي تواجه هذا القطاع التي تؤثر في‬
‫معدالت كفاءته أي بما يشير إلى االستخدام األمثل للموارد المتاحة‪ .‬تم تركيز التحليل على تحليل التطور الكمي‬
‫بشكل عام والتطور النوعي بشكل خاص حيث سيتم استعراض مستوى التحسن او التراجع في عديد المؤشرات‬
‫وبيان حجم االصالحات التي اتخذتها المؤسسات المعنية‪.‬‬

‫اشارت الدراسة الى تحقيق البالد مكاسب على المستوى الكمي غير انه على المستوى النوعي هناك اشكالية‬
‫واضحة فيما يخص الكفاءة الداخلية اي جودة التعليم العالي‪ ،‬االمر الذي ينعكس سلبا على ترتيب الجامعات‬
‫التونسية‪.‬في هذا االطار تطرقت الدراسة الى وجود اشكاليات عديدة و من اهم هذه المعوقات و التحديات اشكالية‬
‫الحوكمة وتكافؤ الفرص وكذلك انتشار ظاهرة الفساد و عدم اجراء االصالحات االزمة و بالشكل المطلوب و‬
‫ايضا الخارطة الجامعية التي تحتاج الى مراجعة دقيقة ‪ .‬اما على مستوى الكفاءة الخارجية‪ ،‬بينت الدراسة‬
‫مختلف االليات الرامية الى تشغيل الخريجين الجدد و العاطلين عن العمل من الشباب سواء عن طريق التوظيف‬
‫او العمل المستقل‪ .‬ياتي االهتمام بريادة االعمال النها من المسائل التي يعول عليها و بقوة في تشغيل الخريجين‬
‫الجدد و العاطلين عن العمل من الشباب من اجل تقليل العبء على القطاع الحكومي‪ .‬تقييم أثر هذه السياسات‬
‫على إدماج الشباب في سوق العمل اظهر انها غير كافية‪ ،‬و غير ناجعة في بعض االحيان‪.‬‬

‫اظهرت الدراسة ان الخريجين هم أكثر عرضة نسبيا للبطالة وهناك عدم تطابق بين احتياجات االقتصاد‬
‫والمهارات التي تنتجها مؤسسات التعليم العالي ادى إلى إطالة التأخير قبل الحصول على أول شغل‪ .‬هذه‬
‫الفوارق هي اكبر في المناطق الداخلية‪ ،‬لذلك اوصت هذه الدراسة بضرورة العمل على انجاز االصالحات وفق‬
‫منظور جديد و أهداف واضحة ودقيقة و اكساب المؤسسات الجامعية حوكمة ناجعة و مواجهة ظاهرة الفساد بكل‬
‫الوسائل الممكنة‪ .‬ايضا دعت الدراسة إلى العمل على ترسيخ ثقافة جديدة للعمل المستقل‪.‬‬

‫كلمات مفاتيح‪ :‬التعليم العالي –التكلفة – التمدرس – الكفاءة – الحوكمة – البطالة – ريادة األعمال‪.‬‬
Table des Matières
Introduction .............................................................................................................................................1

I L’enseignement supérieur en Tunisie : états des lieux ..........................................................3


1 Les dépenses d’éducation pour l’enseignement supérieur ......................................................... 3
1-1-Situation des finances publiques .......................................................................................... 3
1-2-Répartition du budget du Ministère de l’enseignement supérieur........................................ 5
1-3-L’évolution des dépenses par étudiant ................................................................................. 5
1-4-Evolution de l’indice de la part du budget du Ministère de l’enseignement supérieur et de
l’indice du nombre des étudiants ......................................................................................... 7
2 Les ressources humaines ............................................................................................................ 9
2-1 Données générales sur l’enseignement supérieur ........................................................ 9
2-2 Evolution des taux d’accès à l’enseignement supérieur ............................................. 10
2-2-1 Evolution du taux brut de scolarisation au supérieur ....................................10
2-2-2 Evolution du nombre de nouvelles inscriptions en première année de
l’enseignement supérieur ...............................................................................12
2-3 Evolution de l’effectif des étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur par
secteur ......................................................................................................................... 13
2-3-1 Evolution de la population estudiantine dans le secteur public .....................13
2-3-2 Evolution de la population estudiantine dans le secteur privé ......................16
2-4 Evolution de l’effectif des étudiants selon le domaine et le cycle d’étude .................. 18
2-4-1 Répartition des étudiants inscrits par domaine d’étude et par secteur .........19
2-4-2 Evolution des effectifs des étudiants par cycle ..............................................21
2-5 Evolution du taux d’encadrement par université ....................................................... 22
2-5-1 Evolution du taux d’encadrement global .......................................................22
2-5-2 Evolution du taux d’encadrement par université ...........................................23
2-5-3 Le personnel enseignant de l’enseignement supérieur public .......................24
3 Les diplômés de l’enseignement supérieur .............................................................................. 27
3-1 Les diplômés de l’enseignement du secteur public..................................................... 27
3-1-1 Evolution de l’effectif des diplômés ...............................................................27
3-1-2 Distribution des diplômés selon le domaine d’étude .....................................28
3-1-3 Répartition des diplômés par type de diplôme ..............................................29
3-1-4 Répartition des diplômés par cycle ................................................................30
3-2- Les diplômés du secteur privé ..........................................................................................31
3-2-1 Répartition des diplômés par domaine d’étude.............................................31
3-2-2 Répartition des diplômés par cycle ................................................................32
4 La parité dans l’enseignement supérieur ................................................................................. 33
4-1 Evolution de la présence féminine estudiantine à l’université ................................... 33
4-2 Evolution du nombre des filles diplômées .................................................................. 35
4-2-1 Evolution du nombre des filles diplômées dans le secteur public ..................35
4-2-2 Evolution du nombre des filles diplômées dans le secteur privé ....................36
5 Evolution des indicateurs de la recherche scientifique ............................................................. 37
5-1 Evolution des indicateurs des dispositifs de la recherche ..............................37
5-2 Effort en matière d’innovation ......................................................................37

II Les indicateurs de performance de l’enseignement supérieur ........................................... 40


1 Les indicateurs d’efficacité et d’efficience internes .................................................................. 40
1-1 La qualité et l’efficacité du système d’enseignement supérieur ................................. 40
1-2 La correspondance effectifs/ diplômés ...................................................................... 41
1-3 Le diplôme universitaire est-il une ressource rare ? ................................................... 42
1-4 Le rendement du diplôme universitaire ..................................................................... 42
1-5 Evolution du taux moyen de réussite ......................................................................... 44
1-6 Performances en termes d’innovation et de recherche scientifique ........................... 46
1-7 Classement international des universités tunisiennes ............................................... 47
1-7-1 Le classement de “Times Higher Education World University Rankings” ......47
1-7-2 Le classment de “4 International Colleges & Universities” ...........................48

i
1-7-3 Le classement académique des Universités Mondiales “ARWU” ................. 49
1-8 La corruption dans le milieu universitaire tunisien .................................................... 51
1-8-1 La propagation du phénomène de la corruption ...........................................51
1-8-2 La perception de la corruption aux yeux des étudiants ............................... 52
1-8-3 La perception de la corruption aux yeux des enseignants-chercheurs .........53
1-8-4 La perception de la corruption aux yeux des administratifs .........................54
1-9 Autres indicateurs d’efficacité interne ...................................................................... 56
1-9-1 La gouvernance des établissements universitaires ........................................56
1-9-2 La situation d’égalité des chances .................................................................60
1-9-3 L’offre universitaire vis-à-vis des attentes .....................................................66
1-9-4 La mise en évidence des réformes .................................................................67
1-9-5 La carte universitaire .....................................................................................68
2 Efficience externe associée à la production du capital humain ................................................. 71
2-1 La formation des cadres ............................................................................................ 71
2-2 L’employabilité et l’insertion ..................................................................................... 72
2-2-1 Le chômage des jeunes et des femmes ..........................................................72
2-2-2 Le chômage des jeunes diplômés...................................................................74
2-2-3 La durée de chômage des jeunes diplômés ...................................................78
2-2-4 La relation entre offre et demande ................................................................80
2-2-5 Quelques résultats d’enquêtes d’insertion ....................................................87
2-2-6 Evaluation des programmes de l’emploi salarié ............................................90
2-3 Le volet entrepreneurial ............................................................................................ 92
2-3-1 Définition et importance de l’entrepreneuriat ...............................................92
2-3-2 L’évolution de la part du travail indépendant ...............................................93
2-3-3 Les programmes destinés à promouvoir le travail indépendant ...................95
2-3-4 Les jeunes entrepreneurs et le financement en Tunisie .................................96
2-3-5 Etat de l’entrepreneuriat en Tunisie : les difficultés à concevoir ...................97

III Pistes d’amélioration de l’efficience de l’enseignement supérieur .................................. 103


1 L’amélioration des marges d’efficience et d’efficacité internes .............................................. 103
1-1 Une amélioration de la qualité d’enseignement ...................................................... 103
1-2 Une lutte contre la dévalorisation des diplômes ..................................................... 104
1-3 Une évacuation du phénomène de la corruption .................................................... 105
1-4 Un nouveau paradigme pour la gouvernance universitaire .................................... 106
1-5 Des pistes en faveur de l’égalité des chances .......................................................... 106
1-6 Une reconsidération du processus des réformes ..................................................... 107
1-7 Une reconsidération de la carte universitaire .......................................................... 108
2 L’amélioration de l’efficience externe associée à la production du capital humain .............. 108
2-1 Des mesures pour promouvoir l’emploi salarié ........................................................ 109
2-2 L’entrepreneuriat comme voie crédible de l’insertion des jeunes diplômés ............. 110

Conclusion ......................................................................................................................................... 114


Bibliographie ...................................................................................................................................... 116
Annexes .............................................................................................................................................. 120

ii
Liste des Graphiques

Graph 1: Evolution du budget de l’enseignement supérieur ................................................................4


Graph2: Evolution des dépenses d’éducation par étudiant en DT (prix constant) et en % du PIBH ...6
Graph 3: Evolution de l’indice de la part du budget du MESRS et de l’indice du nombre
des étudiants (2000 :100) .......................................................................................................7
Graph 4: Evolution du nombre des universités et d’établissements de l’enseignement
supérieur public ......................................................................................................................9
Graph 5: Evolution du taux brut de scolarisation selon le niveau d’éducation .................................. 11
Graph 6: Comparaison internationale des taux net de scolarisation au supérieur en 2013.............. 11
Graph 7: Evolution du nombre de nouvelles inscriptions en première année de
l’enseignement supérieur .................................................................................................... 12
Graph 8: Evolution du nombre des étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur public ........... 13
Graph 9: Pyramide de la population tunisienne en 2004 et 2014 ..................................................... 14
Graph 10: Répartition de l’effectif des étudiants par université en 2014/2015 ................................. 16
Graph 11: Evolution de l’effectif des étudiants dans le secteur privé ................................................17
Graph 12: Répartition des étudiants inscrits par domaine d’étude (CITE) et par secteur
en 2014/2015 ................................................................................................................... 19
Graph 13: Evolution de l'effectif des étudiants du secteur public selon le domaine d'étude
(CITE) entre 2006 et 2015 .............................................................................................. 20
Graph 14: Evolution du % des effectifs des étudiants par cycle dans le secteur public .................. 21
Graph 15: Evolution du taux d’encadrement global ...........................................................................23
Graph 16: Evolution du taux d’encadrement par université en 2014/2015 ....................................... 24
Graph 17: Evolution du nombre des enseignants à plein-temps par genre ...................................... 25
Graph 18: Evolution du personnel enseignant à plein-temps par catégorie (2009-2014) ................ 26
Graph 19: Evolution du nombre des diplômés dans le secteur public .............................................. 27
Graph 20: Distribution des diplômés de l’enseignement supérieur public selon le domaine
d’étude en en 2014 ........................................................................................................... 28
Graph 21: Répartition des diplômés du secteur public par type de diplôme et par domaine
d’étude en 2013 ................................................................................................................ 29
Graph 22: Evolution des diplômés du secteur public par cycle ........................................................ 30
Graph 23: Répartition des diplômés du secteur privé par domaine d’étude en 2014 ....................... 31
Graph 24: Evolution des diplômés du secteur privé par cycle ...........................................................32
Graph 25: Evolution du pourcentage des filles inscrites dans le secteur public ............................... 34
Graph 26: Evolution du nombre des filles inscrites par domaine d’étude (CITE), par
secteur et en 2013/2014 (en %) ....................................................................................... 34
Graph 27: Evolution de la part des filles diplômées par domaine d’étude (CITE) et
par type de diplôme en 2013 dans le secteur public (en %) ...........................................35
Graph 28: Répartition des filles diplômées du secteur privé par domaine d’étude en 2013 (en %) . 36
Graph 29: Evolution des dépenses intérieures en R&D ................................................................... 38
Graph 30: Evolution du nombre de chercheurs en R&D en 2011 (par million de population) .......... 38
Graph 31: Evolution de la répartition de la population active occupée selon le niveau
d’instruction (en milliers) .................................................................................................. 41
Graph 32: Evolution du taux moyen de réussite des années terminales .......................................... 45
Graph 33: Classement des universités tunisiennes parmi les 100 premières universités
africaines en 2013, 2014 et 2015 ......................................................................................48
Graph 34: L’existence et la prolifération de la corruption aux yeux des étudiants, enseignants
et administrateurs............................................................................................................. 52
Graph 35: La perception de la corruption chez les étudiants ............................................................ 53
Graph 36: La perception de la corruption chez les enseignants-chercheurs .................................... 54
Graph 37: La perception de la corruption chez les administrateurs .................................................. 54
Graph 38: Les causes perçues de la corruption ............................................................................... 55
iii
Graph 39: La trappe de la mauvaise gouvernance universitaire ...................................................... 58
Graph 40: Chance d’accéder à la filière (en %) par gouvernorat en 2010 ....................................... 61
Graph 41: Chance d’accéder à la filière (en %) selon la catégorie sociale en 2010 ........................ 63
Graph 42: Les obstacles à l’égalité des chances .............................................................................. 64
Graph 43: Nombre des établissements universitaires par gouvernorat en 2014 .............................. 68
Graph 44: Classement international des universités tunisienne par rapport au effectif des
étudiants (2013, 2014 et 2015) ......................................................................................... 69
Graph 45: Evolution du taux de chômage selon le sexe ................................................................... 73
Graph 46: Evolution du taux de chômage de la tranche d’âge 15-24 ans ........................................ 74
Graph 47: Taux de chômage par niveau d’instruction dans quelques pays en 2014 ....................... 75
Graph 48: Evolution du taux de chômage par niveau d’instruction (en %) ....................................... 76
Graph 49: Evolution du taux de chômage des diplômés de l’enseignement supérieur par sexe ..... 77
Graph 50: Taux de chômage par niveau d’instruction au niveau régional (en %) en 2012 .............. 78
Graph 51: Demandes additionnelles et créations d'emploi pour la population ayant un
niveau d’instruction inférieur ou égal au secondaire et au supérieur (en milliers) ........... 82
Graph 52: Evolution des créations d'emploi selon le sexe (en milliers) ............................................ 83
Graph 53: Répartition des salariés selon le type de diplôme (en %) ................................................ 84
Graph 54: Pourcentage de la population occupée par rapport à la population totale au
niveau régional en 1994 et 2011 ....................................................................................... 85
Graph 55 : Spécificités et nature des catégories de chercheurs d’emploi ciblées par les
programmes actifs d’emploi (PAE) ................................................................................... 86

Liste des Tableaux

Tableau 1: Répartition du budget du MESRS pour l’année 2015 (en Million DT) ...............................5
Tableau 2: Evolution des indicateurs de l’orientation de la recherche vers les priorités nationales . 46
Tableau 3: Nombre d’université classé top 500 au niveau mondial par pays-ARWU 2015 ............. 50
Tableau 4: Répartition proportionnelle de la population active par niveau d’instruction................... 71
Tableau 5: Evolution de la population en chômage par niveau d’instruction (en milliers) ................ 75
Tableau 6: Répartition des chômeurs de l’enseignement supérieur selon la durée de chômage
en 2010 ............................................................................................................................ 79
Tableau 7: Répartition des chômeurs diplômés du supérieur selon la nature du diplôme
(en milliers) ........................................................................................................................ 80
Tableau 8: Exemples d’enquêtes sur l’insertion des diplômés du supérieur .................................... 87
Tableau 9 : Répartition de la population active occupée selon le statut dans la profession ............ 94
Tableau 10: Projets financés par la Banque Tunisienne de Solidarité ............................................. 96

Liste des Encadrés

Encadré 1: Impacts de l’évolution de la démographie et enseignement supérieur .......................... 15


Encadré 2: Développement des établissements privés d’enseignement supérieur ......................... 18
Encadré 3 : Le programme national de recherche et d'innovation ................................................... 37
Encadré 4: Les taux de rendement de l'enseignement supérieur .................................................... 44
Encadré 5: Les objectifs du plan stratégique de la réforme de l'enseignement supérieur et
de la recherche scientifique 2015–2025 ........................................................................... 57
Encadré 6: Dualité de l’enseignement supérieur en Tunisie ............................................................ 66
Encadré 7: Décalage entre profils de qualification offerts et profils demandés sur le marché
du travail ............................................................................................................................ 81
Encadré 8: Les étapes du plan d’affaires ......................................................................................... 99
Encadré 9: Propositions de la Banque mondiale pour les programmes actifs d’emploi ................ 109

iv
Sigles et Abréviations

AFD Agence française de développement


AMC Associations de micro crédits
ANETI Agence national de l’emploi et du travail indépendant
ARWU Academic ranking of world universities
BCT Banque centrale de Tunisie
BFPME Banque de financement de petites et moyennes entreprises
BTS Banque tunisienne de solidarité
CES Contrat emploi-solidarité
CITE Classification internationale type de l'éducation
DIRD Dépenses intérieures en recherches et développement
DT Dinar tunisien
FNE Fonds national de l’emploi
FONAPRAM Fonds National pour la Promotion de l’Artisanat et des Petits Métiers
FOPRODI Fonds de la Promotion de la Décentralisation Industrielle
FOSDA Fonds spécial pour le développement de l’Agriculture
INS Institut national de la statistique
INSAT Institut national des sciences appliquées et de technologies
ISET Institut supérieur de technologie
ISFM Institut supérieur de formation des maîtres
ITCEQ Institut tunisien de la compétitivité et des études quantitatives
LMD Licence-Master-Doctorat
MDT Million de dinars tunisien
MENA Moyen orient et nord Afrique
MESRS Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique
OCDE Organisation de coopération et de développement économiques
OEB Office européen des brevets
OIT Organisation international du travail
OMD Objectifs du millénaire pour le développement
ONEQ Observatoire National de l'Emploi et des Qualifications
PAE Programme actif d’emploi
PDUI Programme du Développement Urbain Intégré
PIB Produit Intérieur brut
PME Petites et moyennes entreprises
PRD Programme de Développement Régional Intégré
R&D Recherche et développement
SIVP Stage d’initiation à la vie professionnelle
TBS Taux brut de scolarisation
USPTO United States patent and trademark office

v
Introduction

Le développement des nations dépend de leur niveau scientifique, technique


et culturel. A ce titre, la valeur du système d’enseignement supérieur et de
recherche scientifique, son aptitude et sa capacité à former les générations
futures constitue un important enjeu stratégique. L’investissement dans
l’enseignement supérieur représente un engagement prioritaire dans tous les
pays du monde. La mission principale de l’université est celle de forger les
connaissances et améliorer les aptitudes jusqu’à leur plus haut niveau de
performance. Grâce à ce type de formation, les pays forment des cadres dont
ils ont besoin et améliorent la qualité des services publics et la performance
économique. L’enseignement supérieur se doit de permettre de favoriser la
promotion sociale en offrant aux diplômés la possibilité d’accès à des emplois
qualifiés et mieux rémunérés.

En Tunisie, l’enseignement supérieur est réglementé par la loi n°89-70 du 28


juillet 1989, amendée et complétée par la loi n°67 du 17 juillet 2000. Cette loi
a établi l’autonomie des universités, en a élargi les compétences et a introduit
la structure pluridisciplinaire des universités pour favoriser les passerelles
entre les filières. Le besoin de réforme profonde qu’a connu l’enseignement
supérieur a conduit à la promulgation de la loi d’orientation de l’enseignement
supérieur n° 2008-19 du 25 février 2008 (modifiée par le décret-loi n° 2011-
31du 26 avril 2011). Pour assurer la valeur scientifique des diplômes tunisiens
et tout ce qu’ils recouvrent comme compétences, la loi insiste sur la nécessité
d’adopter le système LMD (licence, master, doctorat) ainsi que la technique
de l’accréditation qui doit émaner d’un organisme indépendant et répondre
aux critères de qualité requise.

Le texte stipule l’évaluation obligatoire des établissements universitaires, des


parcours de formation, des programmes, du rendement scientifique et
pédagogique des enseignants et des contrats de formation. La loi affirme
également la gratuité de l’enseignement supérieur public et autorise les
universités à présenter des services moyennant rémunération dans le cadre
de contrats avec le secteur de la production.

1
La loi n° 2000-73 du 25 juillet 2000 (modifiée et complétée par la loi n° 2008-
59 du 4 août 2008) a organisé le fonctionnement des établissements de
l’enseignement supérieur privé; et le décret n° 2124 du 25 septembre 2000, a
fixé les critères et procédures de la reconnaissance de l’équivalence des
diplômes délivrés par les établissements privés d’enseignement supérieur.

Le passage au système LMD (Licence-Master-Doctorat) a été fait de manière


progressive en trois étapes : la première a appliqué le système LMD à partir
du septembre 2006. La deuxième vague l’a appliqué en septembre 2007. Le
dernier groupe a adopté le LMD en septembre 2008. Les institutions ont fixé
librement l’échéance de leur réforme. Ce système a été généralisé depuis
2012. Actuellement, l’enseignement supérieur est régi par le système LMD
pour toutes les formations mis à part les filières d’ingénierie, de médecine et
d’architecture.

Cette décision a affiché des objectifs généraux semblables à ceux de la


démarche européenne : assurer pour toutes les parties concernées (les
étudiants, parents, employeurs, etc.) une meilleure lisibilité des gardes de
formation et des étapes d’insertion professionnelle. Aussi, le système LMD
vise à mettre en place un type de formation flexible, souple et efficient, à
caractère académique et appliqué et comparable au niveau internationale.
Finalement, cette réforme de l’enseignement supérieur tente à créer une
nouvelle génération de diplômes polyvalents aptes à s’adapter à un contexte
mondial changeant.

L’enseignement supérieur en Tunisie a permis l’éducation supérieure de plus


de 292291 étudiants durant l’année 2014/2015, alors que ce nombre n’est
que de 360172 en 2008/2009 et de 226102 en 2001/2002. La proportion des
jeunes filles atteint 63.45% en 2014/2015, pour une proportion dans la
population totale de près de 50%, contre 46% en 2000/2001. Le nombre
d’étudiants fréquentant l’enseignement supérieur privé est de 30304 en
2014/2015, dont 13296 filles, soit 43.83%.

L’enseignement supérieur est dispensé par les universités, les instituts


supérieurs d’études technologiques (ISET), les écoles supérieures
d’ingénieurs et les instituts supérieurs de formation des maîtres. En

2
2014/2015, la Tunisie treize universités et 203 établissements supérieurs
publics, ainsi que 63 établissements privés.

L’enseignement supérieur en Tunisie monopolise des ressources


significatives. En effet, le budget du secteur représentait 5.04% du budget
total de l’Etat en 2015.

La part importante du budget consacrée à l’enseignement est due à la


transition démographique que vit la Tunisie, un pays disposant de ressources
naturelles limitées et contraint de parier sur le développement humain. Ainsi,
la compétitivité de l’économie tunisienne est corrélée au niveau de
productivité de sa main d’œuvre, lui-même tributaire de la qualité du système
d’éducation notamment l’enseignement supérieur. Ayant pris conscience de
faire de l’économie de la connaissance un axe de différentiation et un
avantage compétitif, c’est à l’éducation et l’enseignement supérieur en
particulier que devrait incombe cette responsabilité.

Les progrès accomplis par l’université tunisienne sont réels et significatifs. Ils
sont décrits objectivement dans ce rapport et étayés par des données
statistiques. Il reste, aujourd'hui, à accroître l’efficacité de notre système
d’enseignement supérieur et de recherche pour obtenir des résultats
substantiels en termes qualitatifs.

I. L’enseignement supérieur en Tunisie : états des lieux

1-Les dépenses d’éducation pour l’enseignement supérieur

1-1-Situation des finances publiques

Le gouvernement tunisien a consacré l’équivalent de 1.57% du PIB du pays


en 2014 pour le financement de l’enseignement supérieur. Ceci témoigne de
l’engagement prioritaire du pays quant au financement de l’enseignement
supérieur. L’investissement dans les ressources humaines est ainsi considéré
comme une finalité en soi et un levier essentiel pour l’édification d’une société
de savoir au développement.

3
En pourcentage du budget de l’Etat, l’enseignement supérieur a accaparé
5.04% pendant 2015 contre 3.54% en 2000 et 5.02% en 2005. Le pic a été
enregistré en 2008 où le budget du Ministère de l’enseignement supérieur
s’est élevé à 6.53%, année pendant laquelle le nombre des étudiants inscrits
était la plus élevé.

Graphique 1: Evolution du budget de l’enseignement supérieur

1200 8,00%

7,00%
1000
6,00%
800
5,00%

600 4,00%

3,00%
400
2,00%
200
1,00%

0 0,00%
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010

2012
2013
2014
2015
2011 Budget de l'enseignement supérieur à prix constants en MDT (2010:100)
Part du budget de l'enseignement supéreiur dans le budget de l'Etat (en %)

Source : Ministère de l’enseignement supérieur-base de données (dépliants et brochures),


INS –Statistique de l’enseignement supérieur et calculs de l’auteur.

Le budget d’enseignement est en évolution continue. Le montant consacré à


l’enseignement supérieur, à prix constant de l’année 2010, avoisine les
1108.64 millions de dinars en 2015 contre 281.76 et 521.65 millions de
dinars, respectivement en 1990 et 2000. Les ressources allouées à
l’enseignement supérieur sont essentiellement budgétaire, les ressources
propres des universités et des établissements restent médiocres. La prise en
compte de cet important engagement est cruciale lorsqu’il s’agit d’analyser les
résultats du système éducatif tunisien par correspondance en ce que coûte
leur production, c’est-à-dire l’efficience économique.1

**

1
En fonction de la nature du projet, l’efficience économique peut être évaluée en termes
monétaires (par exemple en flux de trésorerie), ou bien selon un indicateur non-financier (par
exemple en bien-être collectif).

4
1-2-Répartition du budget du Ministère de l’enseignement supérieur

En 2015, les dépenses publiques consacrées à l’enseignement supérieur


représentaient environ 5.04% du budget de l’Etat, une baisse par rapport à
6.1% en 2011. Le tableau ci-dessous montre la répartition du budget du
Ministère de l’enseignement supérieur en titre I (Dépense de fonctionnement)
et en Titre II (Dépenses d’investissement):

Tableau 1 : Répartition du budget du Ministère de l’enseignement supérieur pour l’année


2015 (en Million DT)

Budget du Budget
Budget de l’Etat MESRSTIC (section MESRS/budget de
MESRS) l’Etat
Titre I 19 926,200 1 249,881 6.27%
Titre II 7 072,000 151,458 2.14%
Recettes des fonds
supérieur du 787,800 - 0.0%
Trésor
Total 27 786,00 1 401,339 5.04%
Source : Loi de finance 2015.

Les dépenses publiques pour l’enseignement supérieur et la recherche


scientifique sont, dans une large mesure, consacrées aux dépenses de
fonctionnement (89.19%), soit 6.27% du total des dépenses de l’Etat pour le
Titre I contre 2.14% pour le titre II.

Les dépenses de fonctionnement sont composées essentiellement des


paiements de salaires des fonctionnaires dans la part des dépenses a
augmenté de 74% en 2003 à plus de 80% en 2015.

Les recettes propres des établissements de l’enseignement supérieur


baissent en termes unitaires. En effet, depuis plusieurs année, les tarifs de
contribution des étudiants (frais de scolarité, œuvres universitaires, etc.) est
stable.

1-3-L’évolution des dépenses par étudiant

Les dépenses par étudiants sont calculées à travers deux indicateurs. Le


premier est la dépense par étudiant en DT (à prix constant, l’année de base
choisi est 2010). Le second indicateur mesure les dépenses annuelles
consacrées aux établissements d'enseignement publics par étudiant

5
présentées par rapport au PIB par habitant en mettant en relation les
ressources consacrées à l'éducation dans les établissements publics 2 et le
niveau économique global d'un pays.

Graphique 2: Evolution des dépenses d’éducation par étudiant en DT (prix constants) et en


% du PIBH

7000 250,00%

6000
200,00%
5000

150,00%
4000

3000
100,00%

2000
50,00%
1000

0 2006 0,00%

2011
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005

2007
2008
2009
2010

2012
2013
2014
Dépense par étudiant en DT (prix constant 2010:100) Dépense par étudiant en % du PIBH

Source : Calculs de l’auteur à partir des données du Ministère de l’enseignement supérieur et


de l’INS.

Les dépenses d’éducation par étudiant s’élève à 3804.9 TND en 2014 contre
2744.8 en 2007 et 6065.68 en 2002. Or, le nombre d’établissements
d’enseignement supérieur est de 198 établissements en 2014 contre 121 en
2002. Ainsi, l’évolution des dépenses par étudiant montre les limites du
financement public face à la massification des universités. Une dépense par
étudiant de près 4400 TND en 2014 (à prix courant) correspond en fait à une
baisse de la dépense déflatée. L’indicateur de dépense par étudiant en % du
PIB par habitant subit de façon continue une baisse avec une légère hausse à
partir de 2011. Ce constat reflète la contrainte budgétaire d’un modèle
éducatif fondé sur la gratuité des études et un accès non sélectif.

**

2
Ces ressources sont les dépenses de personnel et les autres dépenses de fonctionnement
et en capital.

6
1-4-Evolution de l’indice de la part du budget du Ministère de
l’enseignement supérieur et de l’indice du nombre des étudiants

Pour faire une comparaison entre l’évolution de l’effectif des étudiants et la


part l’évolution du budget consacré à l’enseignement supérieur dans le
budget de l’Etat, on a calculé deux indices relatifs à ces deux indicateurs.
L’année de base choisie est 2010 où les deux indices sont égaux à 100. Le
graphique suivant montre l’évolution de ces deux indices entre 1991 et 2015.

Graphique 3: Evolution de l’indice de la part du budget du MESRS et de l’indice du nombre


des étudiants (2010 :100)

120

100

80

60

40

20

0
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010

2012
2013
2014
2015
2011

Indice de part du budget de l'enseignement supérieur dans le budget de l'Etat (2010:100)


Indice du nombre des étudiants (2010: 100)

Source : calculs de l’auteur à partir des données du Ministère de l’enseignement supérieur.

Avant 2004 et entre 2006 et 2010, l’indice de la part du budget de


l’enseignement supérieur dans le budget de l’Etat est au dessous de l’indice
du nombre des étudiants. En effet, cette période correspond à des
investissements publics importants (nouveaux établissements comme les
ISET, nouveaux établissements dans les régions de l’intérieur, etc.). Entre
2004 et 2006 et à partir de 2011, l’indice budgétaire tombe au dessous de
l’indice du nombre des étudiants. Ces évolutions sont expliquées par les
profondes mutations qu’a connues le secteur de l’enseignement supérieur. En
effet, l’évolution du nombre des étudiants a occasionné des besoins de
financements importants que le secteur a mobilisés.

7
En effet, durant les dernières années, le gouvernement tunisien a tenté de
contenir les dépenses sociales à travers la limitation du nombre des étudiants
bénéficiaires d’une bourse, le développement du programme de prêts aux
étudiants et la promotion de la prestation des services d’hébergement par le
secteur privé.

Ainsi, la diminution des dépenses pour l’enseignement provient


essentiellement de la diminution des dépenses de fonctionnement pour les
facultés et les écoles et de la diminution des dépenses sociales. 3 Ce qui
indique une incapacité à préserver les dépenses de fonctionnement au niveau
des établissements universitaires

L’examen du financement et de sa pérennité montre « des insuffisances qui


ont constatées et contribuant à des coûts unitaires de prestation de service
trop élevés. Ces défaillances proviennent : (i) du taux de redoublement élevé
dès la première année d’université […]; (ii) d’une proportion élevée de filières
dont la durée est excessivement longue […]; (iii) du fait que les étudiants ne
s’inscrivent pas dans les universités privées, préférant accéder aux
établissements publics […]; (iv) d’un système biaisé d’évaluation et de
promotion de l’enseignant qui accorde une haute importance à la recherche
plutôt qu’à l’enseignement, ce qui a amené au recrutement de professeurs sur
contrat qui n’ont pas toujours les qualifications requises ; et enfin (v) d’un
système de transfert de ressources […] non affectée à la fonction première du
système, à savoir l’enseignement ».4

**

**

**

3
Selon le rapport de la Banque mondiale « Note de politique sectorielle sur le financement de
l’enseignement supérieur », entre 1994 et 2005, les dépenses consacrées aux salaires et
rémunérations ont augmenté de 54% à 71%. Les dépenses de fonctionnement pour les
établissements universitaires ont passé de 15% à 6%. Les dépenses sociales (bourses,
hébergement, services de restauration, transport) ont passé de 23.5 à 22.6% durant la même
période.
4
Banque mondiale, « Note de politique sectorielle sur le financement de l’enseignement
supérieur », p12.

8
2-Ressource humaines

2-1-Données générales sur l’enseignement supérieur

Au cours de l’année universitaire 1993/1994, la Tunisie comptait 85


établissements publics de l’enseignement supérieur et 6 universités. Au
cours de l’année universitaire 2014/2015, le pays comptait 203
établissements universitaires publics et 13 universités (y compris l’Université
virtuelle). Le Ministère de l’enseignement supérieur (MES) supervise 173
établissements et 30 sont placés sous la co-supervision du MES et d’autres
ministères. Aussi, on comptait 25 instituts supérieurs de technologie (ISET) et
6 instituts de formation des maîtres (ISFM).

Graphique 4: Evolution du nombre des universités et d’établissements de l’enseignement


supérieur public

250

200

150

100

50

0
2011
1995
1994

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2012

2013

2014

2015

Nombre d'établissements d'enseignement supérieur public Nombre d'universités

Source : Ministère de l’enseignement supérieur.

Les formations au sein des établissements d’enseignement supérieur sont


généralement organisées en trois cycles : un premier cycle de formation
fondamentale et/ou préparatoire couvrant les deux premières années
d’études ; un deuxième cycle de spécialisation de deux à trois années
d’études; un troisième cycle destiné soit à l’approfondissement de la
spécialité, soit aux études doctorales et à la recherche. Les ISET, au nombre
de 25 actuellement, délivrent des formations professionnalisées s’étalant sur
5 semestres d’études comprenant des stages en entreprise. Les six ISFM

9
dispensent une formation académique et pédagogique préparant au métier
d’enseignant du premier cycle de l’école de base. La durée de la formation
est de deux années.

L’effectif des étudiants du secteur public est 292991 dont 185481 filles, soit
63.45% filles) en 2014/2015, contre 30304 étudiants du secteur privé.

La nouvelle réforme de l’enseignement supérieur qui a introduit le système


LMD depuis 2006 conduit à l’assistance de 652 licences en 2014/2015. On
comptait 230 licences fondamentales et 422 licences appliquées. Quant au
nombre de mastères, il était de 626 dont 375 mastères professionnels et 251
mastères de recherche.

2-2-Evolution des taux d’accès à l’enseignement supérieur

2-2-1-Evolution du taux brut de scolarisation au supérieur5

Le taux brut de scolarisation (TBS) est un indicateur général du niveau de


fréquentation de l’enseignement supérieur. Il constitue dans le même temps,
une mesure indirecte du nombre de places disponibles dans les
établissements scolaires, et de leur utilisation.

Cet indicateur est révélateur car il utilise à la fois les flux d’inscription des
élèves au numérateur et la tranche de la population concernée au
dénominateur.

**

**

**

5
Le taux brut de scolarisation est défini, pour une année donnée, comme le ratio entre : le
total des effectifs d’étudiants inscrits, quel que soit leur âge, et le total de la population ayant
le droit et l’âge légal d’entrée à l’université au même degré d’enseignement. Ce taux peut être
supérieur à 100 % à cause des redoublements. La formule mesurant le TBS est donnée par:
t t t
TBS h = (S h/P h,a)*100.
t
Avec, TBS h est le taux de scolarisation au niveau d’éducation h dans l’année universitaire t ;
t
S h mesure la population scolarisée au niveau d’éducation h dans l’année universitaire t et
t
P h,a indique la population du groupe d’âge a qui correspond officiellement au niveau
d’éducation h dans l’année universitaire t.

10
Graphique 5: Evolution des taux bruts de scolarisation selon le niveau d’éducation

120%

100% Taux brut de


scolarisation au
primaire
80%

Taux brut de
60% scolarisation au
secondaire

40%
Taux brut de
scolarisation au
20% supérieur

0%

* 2015
1971
1973
1975
1977
1979
1981
1983
1985
1987
1989
1991
1993
1995
1997
1999
2001
2003
2005
2007
2009

2013
2011
*estimations
Source : Perspectives Monde-base de données (Tunisie).

L’enseignement supérieur a connu une forte progression puisque le taux brut


de solarisation (TBS) est passé de 18.83% en 2000 à 34% en 2014, soit une
augmentation de près 1.08 point par an sur la période. Malgré cette
croissance, le TBS au niveau supérieur reste faible en comparaison avec les
TBS primaire et secondaire.

Dans ce qui suit, nous allons effectuer une comparaison régionale des taux
brut de scolarisation au supérieur.

Graphique 6: Comparaison internationale des taux net de scolarisation au supérieur en 2013

100%
90% 85,93%
79,33%
80%
70% 62,47%
59,52%
60%
46,61% 47,93%
50%
40% 32,93% 33,30% 33,69%
30%
20%
10%
0%
Egypte Algérie Tunisie Jordanie* Liban France Italie* Turquie Espagne

*Chiffres de 2012.
Source : Perspectives Monde-base de données.

11
Au niveau supérieur, les taux net de solarisation sont, généralement, plus
faibles que les taux brut de solarisation au niveau primaire et au niveau
secondaire. Cependant, dans tous les pays, la scolarisation au niveau tertiaire
est en augmentation. La Tunisie, avec un taux net de solarisation de 33.69%
en 2013 se situe au-dessus de l’Egypte (32.93%) et au dessus de l’Algérie
(33.30%); mais comparativement à la France (59.52%) et l’Espagne (85.93%)
un retard est constaté. La Tunisie doit faire davantage d’efforts dans ce
secteur.

2-2-2-Evolution du nombre de nouvelles inscriptions en première année de


l’enseignement supérieur

Les universités tunisiennes ont accueilli 67728 nouveaux étudiants pendant


l’année universitaire 2014/2015. Ce nombre était 23267 en 1993/1994.

Graphique 7: Evolution du nombre de nouvelles inscriptions en première année de


l’enseignement supérieur

100000

90000

80000

70000

60000

50000

40000

30000

20000

10000

Source : Institut National de la Statistique (INS) et Ministère de l’enseignement supérieur.

L’évolution des nouvelles inscriptions et bien qu’il ait une tendance


progressive, enregistre parfois des diminutions remarquables comme celle de
2009/2010 et de 2012/2013 où le nombre a reculé, successivement, de 12523
et de 16665 nouvelles inscriptions une année auparavant. Le pic a été

12
enregistré au cours de l’année 2008/2009 où le nombre des nouveaux
étudiants a atteint 91121 contre 67728 en 2014/2015.

2-3-Evolution de l’effectif des étudiants inscrits dans l’enseignement


supérieur par secteur

2-3-1-Evolution de la population estudiantine dans le secteur public

Ce paragraphe s’intéresse à étudier l’évolution de l’effectif des étudiants


inscrits dans l’enseignement supérieur public et dans l’enseignement
supérieur privé.

Graphique 8: Evolution du nombre des étudiants inscrits dans l’enseignement supérieur


public

380000

360000

340000

320000

300000

280000

260000

240000

220000

200000

Source : Ministère de l’enseignement supérieur-base de données (dépliants et brochures).

Le nombre des étudiants a connu une évolution croissante jusqu’u un pic


enregistré en 2008/2009. En effet, 360 172 étudiants étaient recensés durant
l'année 2008/2009, alors que ce nombre n'était que de 324034
en 2004/2005 et de 226102 en 2001/2002. L'évolution des effectifs globaux
pendant les dernières années montre, toutefois, un fléchissement pour la
première fois à partir de l’année 2009-2010. On comptait 346876 étudiants
pendant 2009/2010, et 292291 en 2014/2015, soit une diminution de 54585
étudiants, équivalent à une baisse de près de 15.73% au bout de six ans.

13
L’examen des pyramides d’âge peut-il justifier cette tendance ? Comme le
montre le graphique ci-dessous, on remarque une transformation de la
population selon la tranche d’âge entre 2004 et 2014 :

Graphique 9: Pyramide de la population tunisienne en 2004 et 2014

+ 80
79-75
74-70
69-65
64-60
59-55
54-50
49-45
44-40
39-35
34-30
29-25
24-20
19-15
14-10
09-05
04-00

600000 400000 200000 0 200000 400000 600000

Femmes (2004) Hommes (2004)

Femmes (2014) Hommes (2014)

2 Moy. mobile sur pér. (Hommes (2014)) 2 Moy. mobile sur pér. (Femmes (2014))

2 Moy. mobile sur pér. (Hommes (2004)) 2 Moy. mobile sur pér. (Femmes (2004))

Source : INS, recensements de la population et de l’habitat de 2004 et de 2014.

L’évolution de la structure de la population modifie profondément les


équilibres socioéconomiques. En Tunisie, la population est confrontée au
phénomène de ralentissement du taux de croissance6 et de vieillissement. En
effet, le pays commence à connaître une augmentation de l’âge moyen et un
rétrécissement de la base de sa pyramide d’âge. La population jeune
continue à représenter, bien qu’en déclin, une part importante de l’ensemble
de la population.

6
Le ralentissement du taux de croissance est causé par la baisse de la fécondité, de
l’élévation du niveau d’éducation des femmes, de la politique de planification familiale, de la
modification des comportements familiaux, d’une détérioration des revenus réels et de flux
importants d’émigration.

14
La structure par âge de la population tunisienne a été marquée par une
réduction du poids des jeunes de moins de 30 ans et un accroissement de la
population des plus de 30 ans et plus. L’accroissement de la population a
porté essentiellement sur la population active. Comme le taux
d’accroissement de la population active est supérieur au taux d’accroissement
de l’emploi7, cette tendance démographique a eu un impact sur le marché de
l’emploi dans la mesure où les conditions d’insertion se sont détériorées.

Un constat important concerne les tranches 20-24 et 25-29 ans qui se sont
réduits entre 2004 et 2014 aussi bien pour les hommes que pour les femmes.
Cependant, comme on vu le taux brut de scolarisation est encore faible, ce
qui laisse penser qu’il existe un nombre important de population qui ne
poursuivent pas leurs études universitaires. Ainsi, la pyramide d’âge ne peut
pas déboucher sur une conclusion à propos de la baisse du nombre des
étudiants.

Encadré 1: Impacts de l’évolution de la démographie et enseignement


supérieur
Dans les pays en développement, la question démographique a été fréquemment posée
en relation avec l’évolution prévisible des systèmes d’enseignement […]. Quant à
l’enseignement supérieur, l’accroissement des effectifs universitaires a une signification
multiple et traduit des effets combinés :

-effets cumulés de l’évolution de la démographie scolaire propres aux cycles et aux


degrés d’enseignement antérieurs, plus particulièrement, un élargissement de la
fréquentation scolaire au niveau de l’enseignement secondaire peut avoir des incidences
importantes sur l’enseignement supérieur ;

-La diversification institutionnelle de l’offre d’enseignement est susceptible […] générer


de nouvelles demandes en intégrant de nouvelles catégories socioprofessionnelles ;

-Les transformations morphologiques de l’enseignement supérieur en termes de cursus,


de modalités de sélection, de disciplines, à la suite des réformes ou des innovations
dans le système éducatif ;

-Les transformations sociales et économiques, plus particulièrement, la présence de


nouvelles catégories sociales qui formulent des demandes face à l’enseignement
supérieur.

Extrait du livre « Les femmes et l’université dans les pays de la Méditerranée », Le


Feuvre et al., 1998, Presses universitaires du Mirail, p60.

7
La Tunisie enregistre un flux massif de primo-entrants sur le marché de travail représentant
chaque année 1% de la population totale (AFD, 2010).

15
Maintenant, la comparaison de l’effectif des étudiants entre les universités
tunisiennes est illustrée dans le graphique ci dessous:

Graphique 10: Répartition de l’effectif des étudiants par université en 2014/2015

45000

40000

35000

30000

25000

20000

15000

10000

5000

Source : Ministère de l’enseignement supérieur.

Le graphique permet de conclure que la plus importante université est celle


de Carthage, avec 38998 étudiants inscrits, suivie par l'Université de
Sfax (37377) et l'Université de Tunis El Manar (36229). L'Université
virtuelle comptait seulement 389 étudiants.

2-3-2-Evolution de la population estudiantine dans le secteur privé

En ce qui concerne l’enseignement supérieur privé, le nombre des étudiants


dans ce secteur est passé de 530 étudiants pendant l’année 2001/2002
(0.33% du total des étudiants) à 30334 au cours de l’année 2014/2015 (soit
9.40% du total des étudiants inscrits). Ainsi, l’université privée n’est pas inscrit
dans une logique de substitution à l’enseignement public, contrairement au
pays du Moyen-Orient où les universités privées captent de 30 à 50% des
étudiants. Donc, l’université privée est une composante marginale du système
universitaire national. Son développement est inéluctable, compte tenu de

16
l’accroissement du taux de transition du secondaire vers le supérieur et
l’engorgement progressif des universités publiques.8

Graphique 11: Evolution de l’effectif des étudiants dans le secteur privé

35000 10%
9,45%
9%
30000
7,84% 8%
25000 7%
6,48%
6%
20000
4,90%
5%
4,10%
15000
3,40% 4%

10000 3%
2,40%
1,60% 2%
5000 1,10%
0,91% 1,02%
0,65% 1%
0,23% 0,33%
0 0%

Effectif % de l’effectif du privé dans le total

Source: Elaboration de l’auteur à partir des données du Ministère de l’enseignement


supérieur.

Selon une étude réalisée par l’Agence française de développement (AFD) en


avril 20109 a montré la marginalisation du secteur de l’enseignement privé en
Tunisie. Cette étude a indiqué que «l’université privée est une composante
marginale du système universitaire national. Même dans une perspective de
développement soutenu, l’université privée ne s’inscrira pas dans une logique
de substitution à l’enseignement public (contrairement aux pays du Moyen-
Orient où les universités privées captent de 30 à 50% des étudiants »10.
Quatre facteurs au moins ont entravé son développement : l’attachement de
l’Etat à l’enseignement public, considéré comme un fondamental du modèle
de développement tunisien ; le cadre réglementaire peu incitatif, traduisant la
défiance du Ministère de l’enseignement supérieur ; les frais scolaires sont

8
Cette croissance a conduit l’Etat tunisien à promulguer une loi en 2000 définissant un cadre
juridique pour l’enseignement supérieur dans le secteur privé (Loi n°2000-37 du 25 juillet
2000, relative à l’enseignement supérieur privé.
9
Cf. « Le financement de l’enseignement supérieur en Méditerranée : cas de l’Egypte, du
Liban et de la Tunisie», AFD, 2010.
10
Ibid.

17
plus élevés que ceux demandés par les universités publiques et l’impossibilité
d’obtenir des bourses et des prêts d’études dans les établissements privés; la
perception négative de l’université privée, dont l’expérience récente reste
associée à une qualité médiocre et vécue comme alternative à une situation
d’échec dans l’université publique.11

Alors, l’enseignement supérieur en Tunisie est un enseignement


fondamentalement public et tout laissent penser qu’il le sera du moins à
moyen terme.
Encadré 2: Développement des établissements privés d’enseignement
supérieur
Le secteur privé a souvent pu se rendre flexible et répondre rapidement aux besoins de
l’enseignement supérieur durant les périodes très actives. A l’image du Japon et des
États-Unis, plusieurs pays ont encouragé la création d’instituts privés. Le Portugal, en
moins de 10 ans, a connu une expansion telle des universités privées, qu’elles
représentent aujourd’hui 30 % de l’effectif total des établissements d’enseignement du
troisième cycle, et on leur attribue près de 40 % des inscriptions totales de la population
estudiantine. En Jordanie, l’enseignement tertiaire privé est un phénomène relativement
récent, pourtant en 1999 il représentait 35 % des inscriptions. L’apparition du secteur
privé s’est fait encore plus rapidement dans les anciennes républiques soviétiques où il
représente 36 % des inscriptions totales en Arménie et compte 300 instituts en Russie,
soit plus de 25 % de l’ensemble des instituts d’enseignement supérieur. Dans les
anciens pays socialistes de l’Europe de l’est et de l’Asie centrale, on n’entendait pas
parler d’instituts privés d’enseignement tertiaire en 1990, mais on en compte aujourd’hui
près de 350, avec un quart de million d’étudiants. En Corée et aux Philippines, le secteur
privé compte respectivement 75 % et 80 % des inscriptions totales. Jusqu’à tout
récemment, l’Inde et l’Indonésie n’avaient pas de larges instituts privés accommodant
l’enseignement tertiaire, mais aujourd’hui, plus de la moitié des étudiants dans les deux
pays fréquentent les instituts privés. En Amérique latine et les Caraïbes, les inscriptions
dans les instituts privés représentent plus de 40 % du total de la population estudiantine,
soit la proportion la plus élevée au monde après l’Asie de l’est.

Extrait du rapport de la Banque mondiale « Construire des sociétés du savoir », Banque


mondiale, 2003, p. 67-71.

2-4-Evolution de l’effectif des étudiants selon le domaine et le cycle


d’étude

L’enseignement supérieur en Tunisie est caractérisé par la diversification des


filières. La répartition des étudiants par domaine d’étude n’est pas corrélée
avec l’évolution du marché du travail dans la mesure où des filières
caractérisées par un taux de chômage élevé enclavent encore un nombre
important d’étudiants.

11
Cf. Ibid.

18
2-4-1-Répartition des étudiants inscrits par domaine d’étude et par secteur

Dans le graphique suivant, nous allons procéder à une répartition des


étudiants inscrits selon les filières d’étude pendant l’année universitaire 2013-
2014. Cette répartition concerne aussi bien le secteur public que le secteur
privé.
12
Graphique 12: Répartition des étudiants inscrits par domaine d’étude (CITE) et par secteur
en 2014/2015

50000

45000

40000
Secteur
35000 public
30000

25000
Secteur
20000 privé

15000

10000

5000

0
Mathématiques et statistiques
Lettres

Santé
Architecture et bâtiment
Affaires commerciales et adm.

Sciences sociales et du comportement


Arts

Droit

Sc. informatiques et multimédia


Sciences de la vie

Ingénierie et techniques apparentées


Ind. de transformation et de traitement
Sciences physiques

Agriculture sylviculture et halieutique

Services sociaux
Protection de l’environnement
Formation des format. et sc. de l’éducation

Services de transport
Services aux particuliers
Journalisme et information

Sciences vétérinaires

Source : Ministère de l’enseignement supérieur et INS.

Dans le secteur public et en matière de filières, l’ingénierie et les techniques


apparentées (46021 étudiants), les affaires commerciales et administratives
(40981 étudiants) et les Lettres (39137) et sciences informatiques et

12
La Classification Internationale Type de l'Education est un outil construit pour produire dans
l'ensemble des pays des statistiques comparables sur l'enseignement et la formation, en
prenant à la fois en compte les niveaux et les domaines d'éducation.

19
multimédia (38297 étudiants) occupaient les quatre premières places au
cours de l’année 2014/2015, soit 56.25% du total des étudiants.

La formation des formateurs et sciences de l’éducation, les sciences


vétérinaires, les services sociaux, et la protection de l’environnement et
services de transport avaient les effectifs des étudiants inscrits les plus faibles
au cours de la même année. L’enseignement supérieur privé n’enregistre
aucun inscrit pour ces filières.

Dans ce qui suit, nous procédons à une analyse dynamique de l’évolution de


la répartition des étudiants du secteur public selon le domaine d’étude sur huit
années entre 2006/2007 et 2014/2015 comme le montre le graphique ci-
dessous :

Graphique 13: Evolution de l'effectif des étudiants du secteur public selon le domaine d'étude
(CITE) entre 2006 et 2015

70000

60000

50000

40000

30000

20000

10000

0
Agriculture sylviculture et
Arts

Santé
Sciences de la vie
Formation des formateurs et

Affaires commerciales et

Droit
Journalisme et sciences de

Sciences sociales et du

Industrie de transformation et de

Architecture et bâtiment

Services sociaux

Services de transport
Mathématiques et statistiques

Sciences physiques

Protection de l’environnement
Ingénierie et technique apparentés

Sciences vétérinaires

Services aux particuliers


Sciences informatique et multimédia
Lettres
sciences de l’éducation

comportement
administratives

halieutique
l’information

traitement

2006/2007 2007/2008 2008/2009 2009/2010 2010/2011 2011/2012 2012/2013 2013/2014 2014/2015

Source: Ministère de l’enseignement supérieur.

La répartition par filière est inefficiente. On peut révéler trois conclusions: tout
d’abord, on enregistre, en 2011/2012, un sureffectif d’étudiant en lettres
(15.12%) et affaires commerciales et administratives (13.87%). Ces filières
regroupent presque 30% des effectifs inscrit depuis 2006/2007. Par ailleurs,
ces filières ont des possibilités d’emploi plus faibles. Aussi, la part des

20
étudiants inscrits en sciences informatiques, techniques et sciences de
l’ingénierie s’est accrue. Pour la filière sciences informatique, la part est
passée de 11.78% pendant 2006/2007 à 13.10% pendant 2014/2015. Pour la
filière ingénierie et technique apparenté, la part est de 15.74% en 2014/2015.

Les nouvelles créations ont souvent ciblé les filières courtes, censées être à
forte employabilité. Ces filières sont développées dans les ISET et dans les
universités dont la part a connu une évolution spectaculaire. Cependant, il
faut souligner que cette augmentation est dûe essentiellement à l’adoption du
système LMD. Il faut noter aussi que ce sont les filières courtes à faible
employabilité qui sont encore dominantes.

Les filières du troisième cycle ont enregistré une augmentation des effectifs
inscrits ; mais avec un taux de croissance faible.

2-4-2-Evolution des effectifs des étudiants par cycle

Dans cette partie, on s’intéresse à l’évolution du pourcentage des effectifs des


étudiants par cycle. Le tableau ci-dessous décrit cette évolution entre 2005 et
2015 pour le secteur public :

Graphique 14: Evolution du % des effectifs des étudiants par cycle dans le secteur public

100%
Autres diplômes
90%

80% Mastère et doctorat

70%
Diplômes nationaux de
60% médecine, de pharmacie et
de médecine dentaire
50% Ingénierie et architecture

40%
Cycle préparatoire
30%

20% Maîtrise

10%

0%

Source: Elaboration de l’auteur à partir des données du Ministère de l’enseignement


supérieur.

21
La répartition des effectifs des étudiants par cycle révèle des écarts
importants. La part la plus importante concerne le cycle court qui a connu un
développement rapide en passant de 25.90% en 2004/2005 à 67.06% en
2014/2015.

En effet, le cycle préparatoire, l’ingénierie et l’architecture, et les diplômes


nationaux de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire
représentaient 4.03% du total des étudiants au cours de l’année 2014/2015.
La part était 1.1% pendant l’année 2004/2005. Pour les cycles mastère et
doctorat, la part des étudiants inscrits a presque doublé en passant de 7.80%
en 2004/2005 à près de 17.12% pendant l’année 2014/2015.

2-5-Evolution du taux d’encadrement par université

2-5-1-Evolution du taux d’encadrement global

Il est courant de considérer que des effectifs moins nombreux par classe
permettent aux enseignants de se concentrer davantage sur les besoins de
chacun de leurs élèves et de passer moins de temps à gérer les perturbations
pendant les cours.13

Plusieurs études ont montré une relation positive entre les classes plus
petites et certains aspects des conditions de travail des enseignants et de leur
performance.14 Cependant, les recherches sur l’impact de la taille des classes
sur les performances des étudiants n’ont pas permis de tirer des conclusions
cohérentes.15

Le taux d'encadrement général est défini comme étant le rapport entre


l’effectif des étudiants réguliers et l’effectif des enseignants à plein temps. Le
graphique suivant montre l’évolution de ce taux entre 1994 et 2015:

13
Rapport OCDE, Regards sur l’éducation 2011, p420-421.
14
Hattie (2009) et OCDE (2009) ont montré qu’une classe plus petite permet à l’enseignant
une plus grande ouverture à l’innovation en classe, un meilleur état d’esprit et une plus
grande satisfaction professionnelle.
15
Krueger (2002) a montré, dans le cadre de l’enseignement secondaire, qu’une classe
moins peuplée pourrait avoir un impact négatif sur des groupes spécifiques d’élèves,
notamment les élèves défavorisés.

22
.Graphique 15: Evolution du taux d’encadrement global

25

20

15

10

Source : INS-base de données (enseignement supérieur).

Le taux d’encadrement est passé de 20 étudiants par enseignant entre 2000


et 2004 à 18 en 2008 et à 12.02 en 2015 contre 14.7 une année auparavant.
Ce niveau reste néanmoins relativement satisfaisant si on compare à
d’autres pays (l’Italie par exemple compte 20 étudiant par enseignant, la
moyenne nationale de l’encadrement pédagogique au Maroc est supérieur à
30 étudiants par enseignant).

La taille des classes et le taux d’encadrement ont aussi, avec le salaire des
enseignants et la pyramide des âges du corps enseignant, un impact
considérable sur le niveau des dépenses de fonctionnement au titre de
l’enseignement supérieur.

2-5-2-Evolution du taux d’encadrement par université

L’évolution du taux d’encadrement montre une hétérogénéité entre les


universités.

23
Graphique 16: Evolution du taux d’encadrement par université en 2014/2015

30

25

20

15

10

Source : Ministère de l’enseignement supérieur.

Au cours de l’année universitaire 2014/2015, le taux d’encadrement varie


entre 24.18 pour le cas de l’université d’Ezzitouna et 11.37 pour l’université
de Tunis El Manar. Le taux d’encadrement global est estimé actuellement à
12.02. Les efforts du Ministère de l’enseignement supérieur seront concentrés
pour améliorer la qualité des services des institutions universitaires au niveau
de l’encadrement et de l’infrastructure plus que la création de nouvelles
institutions.

Notons que ces différences peuvent être dûes dans certaines cas aux choix
des étudiants qui ne veulent pas poursuivre les études dans certaines
universités.

2-5-3-Les personnels enseignants de l’enseignement supérieur public

En matière de moyens humains, les chiffres officiels montrent une


amélioration de l’encadrement pédagogique durant la dernière décennie. Pour
atteindre ce taux d’encadrement, l’Etat tunisien a procédé à de très nombreux
recrutements.

Le graphique suivant montre l’évolution du nombre des enseignants à plein


temps entre 1994 et 2015 selon le genre :
**

24
Graphique 17: Evolution du nombre des enseignants à plein-temps par genre

25000

20000

15000

10000

5000

Effectifs des enseignants à plein temps (M) Efffectifs des enseignantes à plein temps (F)

Source : INS de 1994 à 2012 et Ministère de l’enseignement supérieur pour 2013, 2014 et
2015 (brochures 2012/2013, 2013/2014 et 2014/2015).

Le nombre du corps professoral est passé de 5655 à 22561 entre 1994 et


2015, soit une augmentation annuelle de 6.81% durant cette période.

En 2013/2014, le nombre du personnel enseignant à plein temps était de


22830 dont 9960 maître assistant et assistant statuaires contre 21210 en
2009/2010. Le Ministère a crée 3293 et 2855 nouveaux postes fonctionnels
pour le recrutement et la promotion universitaires successivement en 2014 et
2015.

En 2014, la part des professeurs et maîtres de conférences est 9.89% et la


part des professeurs de médecine est de 9.53%. La part des assistants
contractuels (9.30%) a diminué au profit des maîtres assistants et assistants
statutaires (43.39%). La part des technologues est 9.53%.

Le recrutement de vacataires ou des contractuels a permis de stabiliser le


taux d’encadrement tout en faisant baisser les dépenses par étudiant, mais
cela s’est vraisemblablement fait au détriment de la qualité de l’enseignement

25
dans la mesure où ces profils n’ont pas toujours les qualifications et
l’expérience requises.

Graphique 18: Evolution du personnel enseignant à plein-temps par catégorie (2009-2014)

2013/2014 9,89% 43,39% 9,30% 11,67% 9,53% 14,99% 1,24%

2012/2013 9,14% 42,05% 12,49% 10,91% 9,00% 15,51% 0,90%

2011/2012 8,47% 39,79% 15,17% 9,87% 9,02% 16,51% 1,18%

2010/2011 8,13% 37,85% 16,21% 10,05% 9,60% 16,94% 1,23%

2009/2010 8,16% 37,31% 16,72% 8,54% 9,42% 18,48% 1,36%

0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%

Professeur et maître de conférences Maître assistant et assistant statutaires


Assistant contractuels Cadre hospitalo-universitaire
Cadre technologue Autres grades
Etrangers

Source : Ministère de l’enseignement supérieur-base de données (Brochures et dépliants).

Le volume du corps enseignant se conjugue à d’autres facteurs, dont le


temps total d’instruction, le temps de travail moyen des enseignants et la
répartition de leur temps de travail entre l’enseignement proprement dit et
d’autres tâches. « Les entretiens effectués avec quelques universitaires ont
montré que [...] une majeure partie d’entre-eux consacre [...] peu de temps à
l’enseignement et à la recherche et développe un travail parallèle (activité de

26
conseil ou enseignement dans le privé). Cela est de nature à peser aussi sur
le taux d’encadrement et sur la qualité de l’enseignement. »16.

3-Les diplômés de l’enseignement supérieur

3-1-Les diplômés de l’enseignement du secteur public

3-1-1-Evolution de l’effectif des diplômés

Le nombre des diplômés de l’enseignement supérieur a évolué rapidement


pour atteindre un pic de 86035 diplômés en 2009/2010 contre seulement
11664 en 1993/1994.

Graphique 19: Evolution du nombre des diplômés dans le secteur public

100000

90000

80000

70000

60000

50000

40000

30000

20000

10000

Source : Elaboration de l’auteur à partir des données

Entre 2003/2004 et 2009/2010, ce nombre a presque doublé. Cependant, à


partir de l’année 2009/2010, le nombre des diplômés a commencé à diminuer
pour la première fois en passant à 74133 contre 86035 une année auparavant
et a atteint 61296 en 2013/2014.

L’analyse de l’évolution du nombre des diplômés du supérieur se pose


particulièrement lorsqu’il s’agit d’analyser le marché du travail. En effet, le

16
Rapport ONEQ et OIT, « Analyse du système éducatif tunisien », 2013, p45.

27
taux de chômage dépend non seulement de l’inadéquation entre l’offre et la
demande et des nouvelles créations d’emplois au profit de ces diplômés ;
mais aussi de l’évolution de leurs effectif. De même, la répartition de ces
diplômés selon le domaine d’étude (cycle court, cycle long, etc.) ou la filière
(filières relativement insérables, filières difficilement insérables, etc.) influence
pesamment l’évolution de taux de chômage, sa durée, la qualité même du
diplôme (éventuellement la présence des problèmes de déclassement et
d’inadéquation). Aussi, cette évolution influence la répartition de la population
active selon le niveau d’instruction.

3-1-2-Distribution des diplômés selon le domaine d’étude

Le nombre des diplômés de l’enseignement supérieur public était de 61296


en 2014. Le graphique ci-dessous donne un aperçu sur la distribution des
diplômés selon le domaine d’étude :

Graphique 20: Distribution des diplômés de l’enseignement supérieur public selon le


domaine d’étude en 2014

Sciences informatique et multimédia 10254


Affaires commerciales et administratives 8743
Ingénierie et technique apparentés 8234
Lettres 7154
Santé 4303
Arts 3791
Droit 3204
Sciences physiques 3116
Sciences sociales et du comportement 2894
Sciences de la vie 1898
Architecture et bâtiment 1540
Industrie de transformation et de traitement 1480
Services aux particuliers 1239
Agriculture sylviculture et halieutique 963
Mathématiques et statistiques 645
Protection de l’environnement 559
Services de transport 357
Journalisme et sciences de l’information 343
Services sociaux 310
Formation des formateurs et sciences de l’éducation 189
Sciences vétérinaires 80

0 2000 4000 6000 8000 10000 12000

Source: Ministère de l’enseignement supérieur-base de données (brochures et dépliants).

Les filières de sciences informatiques et multimédia, affaires commerciales et


administratives, ingénierie et techniques apparentées, et lettres occupent les

28
premiers rangs avec, successivement 10254, 8743, 8234 et 7154 diplômés,
soit 56.09% de l’ensemble des diplômés du supérieur. Les filières de santé,
arts, sciences physiques, droit, et sciences sociales et du comportement,
présentent 22.05% du total des diplômés. Le reste des diplômés sont répartis
sur un grand nombre de filières, comme la protection de l’environnement,
services de transports, et journalise et sciences de l’information. Les filières
de formation des formateurs et sciences de l’éducation et sciences
vétérinaires occupent les deux derniers rangs, avec successivement, 189 et
80 diplômés.

3-1-3-Répartition des diplômés par type de diplôme

Nous procédons à présent à une analyse de la répartition des diplômés de


l’année 2013 dont le nombre total était de 61089 par type de diplôme (premier
ou deuxième diplômes). Le tableau ci-dessous décrit cette répartition selon le
domaine d’étude.

Graphique 21: Répartition des diplômés du secteur public par type de diplôme et par
domaine d’étude en 2013

12000

10000

8000

6000

4000

2000

0
Formation des formateurs et sciences de…

Agriculture sylviculture et halieutique


Protection de l’environnement

Industrie de transformation et de traitement


Mathématiques et statistiques

Journalisme et sciences de l’information

Sciences vétérinaires
Affaires commerciales et administratives

Santé

Architecture et bâtiment
Sciences sociales et du comportement
Lettres

Droit

Sciences informatique et multimédia

Arts
Sciences de la vie

Sciences physiques

Ingénierie et technique apparentés


Services sociaux

Services aux particuliers


Services de transport

Total diplômés 1er diplôme Total diplômés 2ème diplôme

Source : Ministère de l’enseignement supérieur-base de données (brochure 2013/2014)

29
Le nombre des étudiants qui ont obtenu leur premier diplôme est de 51534,
soit 83.96% du total dont 67.36% sont des filles. Plus d’une trentaine de
nouveaux diplômes dans les différentes spécialités ont été crées pour la
nouvelle année 2013-2014. Parmi les nouveaux diplômes on compte 20
maîtrises appliquées dans les spécialités de traduction, histoire, patrimoine et
sport et 13 maîtrises fondamentales en économie, finances islamiques, eau et
environnement. Ainsi, on s’attend dans les prochaines années à une
augmentation du nombre des diplômés dans les filières relatives aux affaires
commerciales et administratives et les sciences de l’environnement.

3-1-4-Répartition des diplômés par cycle

Graphique 22: Evolution des diplômés du secteur public par cycle

100% 621 825


792 959 924
654 2492
1751 3367 5135 4758
3991 6032
90% 3899 Autres diplômes
1137
3665 4157 1454 4433 4257
5186
1136 4252 1502 1510
80% Doctorat
4611 1529
5199
6509

4086
5208
26076

70% Mastère professionnel


2660

60% Mastère de recherche

50% Doctorat en médecine,


11782

médecine dentaire et
pharmacie
18516

40% Ingénierie et architecture


50874

44644
52522

41882

30% Maîtrise
34717

20% Cycle court ancien


régime
8191

10% Licence appliquée et


fondamentale

0%
2009 2010 2011 2012 2013 2014

Source : Ministère de l’enseignement supérieur.

La répartition des diplômés par type de diplôme révèle la part croissante et


importante des licences appliquées et fondamentales (68.74% en 2014 contre
12.48% en 2009). Ceci est expliqué par l’introduction du système LMD depuis
2006, en trois vagues dont la dernière était en 2008, et qui est généralisé

30
depuis 2012. C’est ainsi que le nombre des diplômés du cycle court ancien
régime et le nombre des maîtrisards ont chuté pour atteindre 4 diplômes
seulement en 2013.

Le nombre des diplômés de type Ingénierie et architecture est passé de 4086


à 5208 entre 2009 et 2014 alors que celui du Doctorat en médecine,
médecine dentaire et pharmacie est passé de 1136 à 1529 pendant la même
période.

Pour les diplômes mastère de recherche et mastère professionnel, le nombre


est presque doublé en passant de 5416 en 2009 à 11218 en 2014.

Le nombre des docteurs n’a pas significativement changé entre 2009 et 2014.
Un pic a été enregistré en 2011 où le nombre des diplômes décernés a été de
825.

3-2-Les diplômés du secteur privé

3-2-1-Répartition des diplômés par domaine d’étude

Le nombre des diplômés de l’enseignement supérieur privé était 5780 en


2014 contre 4045 une année auparavant.

Graphique 23: Répartition des diplômés du secteur privé par domaine d’étude en 2014

1800 1673
1600 1445
1400
1177
1200
1000
800
585
600
339 286
400
200 112 110
23 30
0
Santé

Architecture et bâtiment

Sciences sociales et du
Affaires commerciales et

Sciences informatiques et

Droit

Sciences de la vie
Ingénierie et techniques

transformation et de traitement
Arts

comportement
administratives

apparentées

Lettres, Industrie de
multimédia

et journalisme

Source : Ministère de l’enseignement supérieur- Statistiques.

31
Les affaires commerciales et administratives, la santé, et les sciences
informatiques et multimédia représentent 74.30% du total des diplômés de
l’enseignement supérieur privé.

20.93% des diplômés sont issus des filières de l’ingénierie et techniques


apparentés, architecture et bâtiment, et droit.

Les arts, les sciences de vie, les sciences sociales et du comportement, et les
lettres sont des filières où l’enseignement privé n’a pas pu encore de
décerner un nombre élevé de diplômes (30 diplôme seulement).

3-2-2-Répartition des diplômés par cycle

Graphique 24: Evolution des diplômés du secteur privé par cycle

100% 24 48
337

815
90% 96
817

107 Mastère professionnel


543
363

80%
1315

Mastère de recherche
1403

70%
1874
447

Diplôme de spécialité

60%
604

Ingénierie et architecture

50%
486

Maîtrise
1030

1070

40%
1364

Licence appliquée
1912

30%
627

Licence fondamentale

20%
266

800

809

841

1019

10%
288
64

0%
2009 2010 2011 2012 2013 2014

Source : Ministère de l’enseignement supérieur.

Le nombre des diplômés du secteur privé pour la catégorie licence


fondamentale est passé de 64 à 1019 entre 2009 et 2014, alors que le
nombre des diplômés en licences appliquée est passé de 266 à 1912 pendant

32
la même période. Cette augmentation est expliquée par l’adoption du système
LMD. L’ingénierie et architecture ont connu une croissance rapide du nombre
des diplômés qui a passé de 363 en 2009 à 1874 en 2014. Le nombre
d’étudiants qui ont obtenu leur mastère de recherche et mastère
professionnel est de 922 en 2014, contre 11248 dans le secteur public.

Le nombre total des diplômés du secteur privé est passé de 1211 en 2009 à
5780 en 2014, soit une augmentation de l’ordre de près de 36.69% en
moyenne chaque année. Le pourcentage des filles dans le total des diplômés
du secteur privé (44.67% en 2014) est faible comparativement à celui du
secteur public (67.44% en 2013). Ce pourcentage est passé de 48.14% à
44.52% en 2011 et à 44.67% en 2014.

4-La parité dans l’enseignement supérieur

En Tunisie, l’école est la voie royale pour la promotion sociale. Dans tous les
cycles d’enseignement, la parité filles/garçons est une réalité. L’égalité entre
les deux sexes a eu un impact considérable sur la vie sociale et familiale et
sur le niveau culturel de la population.17

Les statistiques de l’enseignement supérieur pour l’année universitaire


2014/2015 montrent que le nombre d’étudiantes exprimé en pourcentage du
nombre total des étudiants est de 63,45% dans le secteur public et de 43.83%
dans le secteur privé. Quant au nombre des filles diplômées exprimé en
pourcentage du nombre total des diplômés, il est de 67,01% dans le secteur
public en 2014. L’effectif des enseignantes exprimé en pourcentage du
nombre total des enseignants est de 48.74 % en 2015. Ainsi, la femme à
l’université tunisienne est plus présente que l’homme, réussit mieux que lui et
est recrutée, approximativement, autant que lui.

4-1-Evolution de la présence féminine estudiantine à l’université

Dans le secteur public, le pourcentage des filles dans le total des étudiants a
connu une évolution positive. En effet, il est passé de 23% en 1972 à 41% en

17
Cf. Dhaoui. E., notes et analyses de l’ITCEQ, n°29-Juillet 2015.

33
1991 et à 63.45% en 2015. Dans le secteur privé, on compte seulement
13296 filles parmi 30334 étudiants, soit 33.83% en 2015.

Graphique 25: Evolution du pourcentage des filles inscrites dans le secteur public

70%
65%
60%
55%
50%
45%
40%
35%
30%
25%
20%

Source: INS et Ministère de l’enseignement supérieur.

Le graphique ci-dessous montre cette évolution par domaine d’étude dans les
deux secteurs d’enseignement supérieur :

Graphique 26: Evolution de la part des filles inscrites par domaine d’étude (CITE) et par
secteur en 2014/2015 (en %)

Services aux particuliers


Servuices de transport
Protection de l'environnement
Services sociaux
Santé
Agriculture sylviculture et halieutique
Sciences vétérinaires
Ingénierie et techniques apparentées
Architecture et bâtiment
Industrie de transformation et de traitement
Sciences physiques
Sciences de la vie
sciences informatiques et multimédia
Mathématiques et statistiques
Sciences sociales et du comportement
Journalisme et information
Droit
Affaires commerciales et administratives
Lettres
Arts
Formation des formateurs et sciences de l'éducation

0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%

Secteur public Secteur privé

Source : Ministère de l’enseignement supérieur.

34
Dans le secteur public, la présence féminine est marquante dans les filières
de services sociaux (88.04%), sciences de la vie (87.38%), protection de
l’environnement (82.38%), lettres (76.04%). Cependant, cette présence est
marginalisée pour d’autres spécialités à l’instar des services sociaux aux
particuliers (35.70%), l’ingénierie et technique apparentés (38.93%),
architecture et bâtiment (39.48%). Dans le secteur privé, le pourcentage des
filles varie entre 75.10% pour la santé, 75.00% en lettres, 22.67% en
architecture et bâtiment, 20.54% ingénierie et technique apparentés.

4-2-Evolution du nombre des filles diplômées

4-2-1-Evolution du nombre des filles diplômées dans le secteur public

Le nombre total des diplômés dans le secteur public était de 61376 en 2013
dont 40974 filles, soit 66.75%. Le nombre total des filles diplômées qui ont
obtenu un premier diplôme était de 34472 pour un total de diplômé de 51252,
soit 67.25%. Pendant la même année, le nombre des filles diplômées qui ont
obtenu un deuxième diplôme était de 6502 parmi 9622 étudiants, soit 65.5%.

Graphique 27: Evolution de la part des filles diplômées par domaine d’étude (CITE) et par
type de diplôme en 2013 dans le secteur public (en %)

Ingénierie et technique apparentés


Architecture et bâtiment
Arts
Agriculture sylviculture et halieutique
Sciences physiques
Sciences vétérinaires
Sciences de la vie
Sciences informatique et multimédia
Sciences sociales et du comportement
Industrie de transformation et de traitement
Santé
Journalisme et sciences de l’information
Mathématiques et statistiques
Services aux particuliers
Services de transport
Services sociaux
Protection de l’environnement
Droit
Formation des formateurs et sciences de l’éducation
Affaires commerciales et administratives
Lettres

0% 20% 40% 60% 80% 100%


1er diplôme 2ème diplôme

Source : Ministère de l’enseignement supérieur-Statistiques (dépliants et brochures).

35
Selon la répartition par filière, le pourcentage des filles diplômées varie entre
83.20% pour la filière lettres, 73.50% pour les affaires commerciales et
administratives et 60.2% pour les sciences informatiques et multimédia.
Seules les filières d’architecture et bâtiment, et ingénierie et techniques
apparentées présentent des pourcentages faibles (aux alentours de 35%). Le
même constat est valable aussi en ce qui concerne le deuxième diplôme où
les filles présentent 67.80% du total des diplômés. Le pourcentage des filles
dans le total des diplômés (tous type de diplômes confondus) est de 67.44%.

4-2-2-Evolution du nombre des filles diplômées dans le secteur privé

Graphique 28: Répartition des filles diplômées du secteur privé par domaine d’étude en 2013
(en %)

90%

80%

70%

60%

50%

40%

30%

20%

10%

0%
Ingénierie et techniques

Droit

Arts
Santé

Sciences sociales et du
Affaires commerciales et

Sciences informatiquess et

Architecture et bâtiments

Lettres
Sciences de la vie

comportement
administratives

apparentées
multimédia

Source : Ministère de l’enseignement supérieur-Statistiques (dépliants et brochures).

Par rapport au total des diplômés, les filles diplômées du secteur privé sont
principalement issues des filières de la santé (73.19%), les sciences de la vie
(67.31%), les arts (54.12%). Mais comme dans le secteur public, des filières à
l’instar de l’architecture et bâtiment, et ingénierie et techniques apparentés,
ont les pourcentages les plus faibles parmi les diplômés (successivement
21.14% et 11.03%).

***

36
5-Evolution des indicateurs de la recherche scientifique

5-1- Evolution des indicateurs des dispositifs de la recherche

Selon les statistiques du Ministère de l’enseignement supérieur, le nombre de


laboratoires et d’unités de recherche est passé de 756 en 2010 à 600 en
2014. Cette diminution provient essentiellement de l’intégration de certaines
unités ou laboratoires. En ce qui concerne, le nombre de thèses et mémoires
soutenus, il est passé de 3022 en 2010 à 3300 en 2014. Ce nombre est
estimé à 3800 en 2016.

Encadré 3 : Le programme national de recherche et d'innovation


Le programme National de Recherche et d'Innovation, vise principalement à favoriser le
rapprochement et la collection des PME et des centres techniques, avec les structures de
recherche. C'est un programme dont peut bénéficier toute entreprise, publique ou privée,
à condition d'associer avec elle au moins une structure publique de recherche (centre
laboratoire ou unité de recherche) et un centre technique. L'entreprise devra aussi
contribuer à concurrence de 20% au moins du coût total du projet et celui-ci devra avoir
une durée de 24 mois au maximum. Il s’agit d’une collaboration entre les entreprises, les
centres techniques et les structures de recherche. Le programme vise le financement de
projets permettant d’aboutir à des résultats exploités économiquement, et ce au profit des
entreprises et des structures professionnelles exerçant dans les secteurs industriel,
agricole et de la pêche et de services. La contribution du PNRI est de 80 % du coût total
du projet avec un plafond de 200 000 DT La durée de réalisation d’un projet PNRI : 2 ans
au maximum.

Extrait de « Valorisation de la recherche et mécanismes de financement de l’innovation en


Tunisie », Boussaid S., Université de Monastir, 2013, p7.

5-2- Effort en matière d’innovation18

Les dépenses intérieures pour la R&D (DIRD) ont vu une augmentation


constante. Elles ont plus que doublé, passant de 0.5% en 2000 à près de
1.1% en 2009 (0.1% pour l’Algérie en 2005 et de 0.6% pour le Maroc en
2006). Cependant, ces dépenses de R&D sont réparties sur un ensemble très
large de thématiques et d’institutions. Le lien entre les dépenses, les
structures correspondantes et l’objectif stratégique recherché n’est pas clair.

18
Cf. Dhaoui, E., Tribune de l’ITCEQ N°5 – avril 2015.

37
Graphique 29: Evolution des dépenses intérieures en R&D

700000 1,20%

1,10%
600000
1,00%
500000
0,90%

400000 0,80%

300000 0,70%

0,60%
200000
0,50%
100000
0,40%

0 0,30%
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009

DIRD (en milliers de DT) DIRD en % du PIB

Source : Compilation de l’auteur à partir des données de l’UIS.

Le nombre de chercheurs en R&D, par million d’habitants, a presque triplé au


cours des dernières années. En effet, l’indicateur est passé d’environ 700 en
1998 à 1900 en 2011. Cette performance reste notable dans la région par
rapport à 1131 pour l’Egypte et 1016 pour le Maroc. La Tunisie se situe au
dessus de la moyenne régionale (MENA), mais loin des pionniers de
l’innovation mondiale (Finlande, Danemark, Suède).

Graphique 30: Evolution du nombre de chercheurs en R&D en 2011 (par million de


population)

12000

10000

8000

6000

4000

2000

Source: Compilation de l’auteur à partir des données de la Banque mondiale.

38
Le nombre de publication dans des revues indexées est passé de 2942 à
3800 entre 2010 et 2015. La Tunisie a réussi à dépasser considérablement
ses voisins en ce qui concerne les articles de revues scientifiques et
techniques. En effet, le nombre est de 1016 publications en 2011 (104 articles
en 1990). En comparaison, les chercheurs en Algérie ont publié 599 articles
au cours de la même année (98 articles en 1993). Les publications des
chercheurs marocains sont 386 articles (97 publications de 1990).19 Selon le
Thomson Reuters, la Tunisie est classée au premier rang en Afrique en 2011
en ce qui concerne le nombre de publications par million d’habitant.

En conclusion, les atouts quantitatifs du système de l’enseignement supérieur


tunisien peuvent être résumés dans le graphique suivant :

Les acquis quantitatifs

Engaagement prioritaire quant au financement de l'enseignement supérieur

Augmentation relative des taux d'accès

Progrès des conditions d'encadrement et d'enseignement

Concrétisation du principé d'égalité de genre

Amélioration des dispositifs de recherceh et d'innovation

**

**

19
Banque mondiale, Indicateurs de développement dans le monde.

39
II. Les indicateurs de performance de l’enseignement
supérieur

1-Les indicateurs d’efficacité et d’efficience interne

Le rendement interne se mesure par le coût du diplôme. Celui-ci est


intimement lié aux taux de passage, de redoublement et de déperdition. Il
s’agit d’apprécier l’effort de l’établissement afin de maîtriser les coûts tout en
préservant la qualité.

1-1-La qualité et l’efficacité du système d’enseignement supérieur

La qualité de l’enseignement supérieur dépend de plusieurs facteurs. Tout


d’abord, au niveau de l’accès, cette qualité reste tributaire de l’orientation qui
doit être motivée par l’information et l’incitation et non pas par les contraintes
d’un système (capacité d’accueil des établissements universitaire, etc.).
Ensuite, au cours du cycle de formation, la qualité dépend des moyens
mobilisés et de la compétence et de la motivation des enseignants.
Finalement, en aval, l’efficacité de la formation est fonction de l’aisance de
l’insertion professionnelle des diplômés. Le diagnostic montre que l’orientation
ne se fait pas selon des critères de l’employabilité future des ressortissants.
Aussi, les programmes d’enseignement ne sont pas actualisés et ne sont pas
diversifiés et souvent enseignés d’une manière traditionnelle. De même, les
enseignants sont peu incités à renouveler leurs programmes. Les ressources
consacrées à l’innovation et à la formation des enseignants sont rares.20

L’encadrement pédagogique est un autre aspect de la qualité de


l’enseignement supérieur. Dans ce cadre, les recrutements des enseignants
sont lancés pour couvrir les besoins en termes de remplacements des
départs et non en termes des recrutements additionnels. Aussi, la définition
statutaire des fonctions de l’enseignant accorde une grande importance à la
recherche. Les activités en salle de classe sont alignées à la seconde place. Il
s’agit ainsi d’un système biaisé d’évaluation et de promotion de l’enseignant.

20
Cf. rapport de la Banque mondial « Note de politique sectorielle sur le financement de
l’enseignement supérieur ».

40
De même, l’incapacité de maintenir les dépenses de fonctionnement a un
impact pervers sur les ressources pour la formation, la maintenance,
l’équipement des laboratoires, etc. Ces éléments ont, en principe, des apports
importants pour maintenir la qualité de l’enseignement.

1-2-La correspondance effectifs/ diplômés

La population active occupée âgée de 15 ans et plus a atteint 3266,2 mille en


2014 contre 2925.3 mille en 2005, soit une hausse de 1,23% en moyenne par
an. La hausse a touché les différents niveaux d’instruction, sauf les occupés
illettrés et les occupés qui ont un niveau primaire ont vu leur part baissée,
successivement, de 2.84% et de 1.20% en moyenne par an. La hausse la
prononcée a été enregistrée chez les occupés ayant un niveau supérieur qui
sont passés de 381.6 mille en 2005 à 720 mille en 2014, soit un taux de
croissance annuel moyen de 7,30%. Concernant les occupés ayant un niveau
secondaire, ils ont connu une légère hausse de 2.04% en passant de 1046.1
mille en 2005 à 1255.6 mille en 2014.

Graphique 31: Evolution de la répartition de la population active occupée selon le niveau


d’instruction (en milliers)

1400

1200

1000

800

600

400

200

0
2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2014

Néant Primaire Secondaire Supérieur

Source : INS-résultats enquête emploi (2005-2012) et Recensement de la population (2014).

La part des occupés ayant un niveau supérieur dans l’ensemble de la


population occupée a augmenté de 11 points en passant de 13.04% en 2005
à 22.04% en 2014. A son tours, la part des occupés ayant un niveau

41
secondaire a augmenté de près de 2.68 points en passant de 35.76% en
2005 à 38.44% en 2014. Quant aux occupés ayant un niveau inférieur ou
égale au primaire, leur part a baissé de 11.69 points en passant de 51.19% à
39,5%.

1-3-Le diplôme universitaire est-il une ressource rare ?

En 2012, le nombre des actifs occupés ayant un niveau supérieur est 507900,
soit 15.7% du total de la population active occupée (La part est 15,03% en
moyenne entre 2005 et 2012) contre 37.8% pour les individus qui ont un
niveau de scolarité secondaire et 35% pour les individus qui ont un niveau
d’instruction primaire.

La structure démographique du pays révèle que la population est


proportionnellement plus jeune. Le poids des jeunes est relativement plus
important. Ainsi, l’augmentation des effectifs correspond aussi à celle des
diplômés qui ont augmenté de près 150% entre 2000 et 2013 (en passant de
24543 à 61376), satisfaisant ainsi le souci d’efficacité interne. Ceci est imputé
essentiellement à l’introduction des filières courtes, qui enregistrent une
croissance continue et un poids grandissant parmi les diplômés (leur poids
est passé de 12.48% en 2009 à 72.73% en 2013). Bien que plus modeste, le
nombre des diplômés en architecture et ingénierie, connait aussi une
croissance.

1-4- Le rendement du diplôme universitaire

Plusieurs études ont montré que les rendements privés d’un diplôme
universitaire en Tunisie sont faibles. Dans ce cadre, deux hypothèses peuvent
être retenue : le faible signalement des diplômes tunisiens sur le marché du
travail et la faible qualité de ces diplômes.

En ce qui concerne la première hypothèse, Michael Spence (1974)21, l'un des


principaux promoteurs de la théorie du signal, a fait l'hypothèse que les
études ne sont pas un investissement pour augmenter le capital humain mais

21
Spence M.A., 1974, « Market signaling, informational, transfer in hiring and related
screening process », Harvard University Press.

42
un simple moyen de sélection. De ce fait, l'éducation n'aurait pas pour effet
d'augmenter la productivité de l'agent mais de sélectionner les agents qui
sont déjà et seront les plus productifs. Le diplôme obtenu est donc
simplement un signal pour l'employeur, c'est une preuve que l'agent est
meilleur que les autres. Par ailleurs, la théorie du signal est un prolongement
sur le marché du travail de celle du filtre. Selon cette dernière approche
présentée initialement par Kenneth Arrow22, la formation, et en particulier le
diplôme, sert à apporter de l'information sur les qualités des individus
(intelligence, capacité de travail...). L'éducation ne sert donc pas à accroître
les capacités des individus mais à les identifier afin de pouvoir les filtrer. Ainsi,
le système productif filtre les individus en fonction des qualités qu'il recherche.
Arrow s'intéresse aux coûts et avantages pour la collectivité d'un tel
processus. Le faible signalement des diplômes tunisiens sur le marché du
travail provient essentiellement de l’importance de l’emploi public pour les
diplômés. Ce dernier peut biaiser les rendements privés de l’éducation.

En ce qui concerne la deuxième hypothèse, la faible qualité des diplômes


tunisiens est dûe à la massification des diplômés de l’enseignement
supérieur. En effet, la formation d’un stock de chômeurs diplômés pose
explicitement la question de la surproduction de diplômés. Ceci exerce une
pression à la baisse des salaires des qualifiés. Ce processus engendre un
maintien des rendements privés à un niveau faible, c’est-à-dire la diminution
de ces rendements dans un contexte de rigidité de la demande de travail
qualifié.

L’augmentation du chômage est dûe essentiellement à deux causes : la faible


taille du marché du travail tunisien et l’incapacité à absorber toute la
population diplômée dans la mesure où le tissu industriel est réduit en
quantité et en qualité, d’un côté, et la nature de la distribution des diplômés
par domaine d’étude. Ce qui laisse penser que, par exemple, les recherches
académique auront un impact économique très faible.

22
Arrow K.J., 1973, « Higher education as a filter », Journal of Public Economics.

43
Comme nous l’avons déjà montré, il y a une variation importante dans la
distribution des diplômés selon les spécialités. Sur la base des données des
diplômés de l’année 2013. Les diplômés en lettres représentent 11.76% en
2013. Ils sont suivis les diplômés en santé avec 7.48%. Les diplômés de
spécialisés en informatique et ingénierie représentent 29.67% du total
(17.47% et 12.20%), cependant ces filières restent prioritairement fréquentée
par des garçons (54.29% de l’ensemble des étudiants inscrits en 2013/2014),
alors que les filles se concentrent dans des filières traditionnelles, à faible
employabilité ou saturées (Lettres : 76.98%, affaires commerciales et
administratives : 66.77%, droit : 73.80%, en 2013/2014).

Encadré 4: Les taux de rendement de l'enseignement supérieur


L’importance économique des investissements dans l’éducation a été fréquemment
rappelée depuis les années 1960 et les travaux des fondateurs de la théorie du capital
humain de Schultz et Becker. Ce dernier, considérant l’éducation comme un
investissement pour les individus, s’est notamment attaché à en comparer les coûts et
les gains. Dès lors, le calcul des rendements de l’éducation a ouvert la voie à une
abondante littérature empirique. Lorsqu’ils sont appliqués aux individus, deux modalités
de calcul coexistent dans la littérature. La première, souvent appelée approche globale
ou approche comptable, compare l’ensemble des coûts liés à l’investissement éducatif
et les gains qui y sont associés tout au long du cycle de vie pour en déduire un taux
d’escompte, souvent appelé taux de rendement interne. La seconde, basée initialement
sur la fonction de gains proposée par Mincer (1958), a suscité de nombreux travaux
économétriques. L’éducation, en général quantifiée par le nombre d’années d’études,
est alors introduite dans une équation de salaire et le coefficient estimé permet de
mesurer l’augmentation du salaire liée à une année d’études supplémentaire. Il peut être
considéré comme un taux de rendement marginal si l’on néglige l’effet des coûts directs
des études.

Extrait de « De l'enseignement supérieur de masse à l'économie de la connaissance : la


valeur des diplômes en question », Jean-François Giret, Université de Bourogne, 2011.

1-5-Evolution du taux moyen de réussite

Le graphique ci-dessous montre l’évolution du taux de réussite des années


terminales de l’enseignement supérieur (correspondant au 4 ème année ancien
régime et au 3ème année nouveau régime) entre 2002 et 2011.

Le taux moyen global de réussite23 dans les années terminales, a atteint


88.1% en 2011(sans tenir compte du troisième cycle). Selon les entretiens

23
Le taux de réussite s’entend ici comme étant le rapport du nombre des admis par le total
des effectifs inscrits aux examens de l’année d’étude en question, c’est-à-dire en comptant
pas les non convoqués et les bandons en cours d’année.

44
effectués auprès du ministère de l’enseignement supérieur, la réussite aux
examens s’améliore au fur et à mesure que l’étudiant avance dans les
études ; mais cela est obtenu au prix d’une forte sélection exercée durant les
premières années d’études supérieures. En effet, presque la moitié des
étudiants de la première année ratent leur examen de fin d’année. Les taux
de redoublement élevé résultent du manque de motivation dans les
orientations et de la rigidité du système. Les étudiants sont souvent orientés
vers des disciplines non souhaitées et ne trouvent pas de passerelles de
changement de disciplines et de filières.24

En deuxième année le tiers des étudiants se trouve en situation d’échec.


Généralement, les redoublements des premières années de l’enseignement
supérieur sont attribués à l’orientation après le bac. Il s’agit d’un type
d’orientation qui désoriente. En effet, tout est géré par défaut.

Graphique 32: Evolution du taux moyen de réussite des années terminales

96%

95%
94%

92%

90%
89%
89%
88% 88%
87% 87% 88% 87%
87% 87%
86%

84%

82%
2010/2011
2001/2002

2002/2003

2003/2004

2004/2005

2005/2006

2006/2007

2007/2008

2008/2009

2009/2010

Source: Rapport ONEQ et OIT, « Analyse du système éducatif tunisien », 2013, p44.

***

24
Cf. Banque mondiale, « Note de politique sectorielle sur le financement de l’enseignement
supérieur », 2006, p12.

45
1-6-Performances en termes d’innovation et de recherche scientifique25

Une comparaison entre la Tunisie et la moyenne des pays de l’OCDE en ce


qui concerne les différentes composantes du profil technologique et
d’innovation fait apparaître des écart importants.

Bien que la Tunisie ait un pourcentage plus élevé de diplômés en sciences et


ingénierie que la moyenne de l’OCDE, le nombre de recherches et d’articles
scientifiques et de brevets par million d’habitants demeure faible.
L’investissement en R&D demeure bien inférieur à la moyenne de l’OCDE.

Ce constat prouve l’inefficacité de la politique de l’innovation qui est mise en


œuvre et les obstacles que peuvent rencontrer les entreprises innovantes

Par ailleurs, les performances relatives de la Tunisie sont compensées par la


modeste contribution des activités de R&D à l’économie tunisienne. Le
rapport de la Banque Africaine de Développement (2012)26 a signalé que
seulement 17 brevets internationaux ont été accordés par l’USPTO et l’OEB à
la Tunisie entre 2001-2010 contre 22 pour le Maroc. Ce constat est accru par
la faible performance des exportations en contenu technologique dont la part
est de l’ordre de 4.9% du total des exportations en 2010; alors que celles du
Maroc sont de l’ordre de l7.7%.

Le tableau ci-dessous montre l’évolution de quelques indicateurs de


l’orientation de la recherche vers les priorités nationales :

Tableau 2: Evolution des indicateurs de l’orientation de la recherche vers les priorités


nationales

2010 2011 2012 2013 2014 2015* 2016*


Nombre de projets de recherche
9 8 8 8 8 8 9
liés au développement
nombre de conventions signés
avec l’environnement socio- 325 340 265 400 420 420 420
économique
*estimations
Source: Ministère de l’enseignement supérieur-Indicateurs de la recherche scientifique

25
Cf. Tribune de l’ITCEQ N°5 – avril 2015.
26
BAD, «Tunisie : Défis économiques et sociaux post-révolution », 2012.

46
Le nombre de projets au sein des pépinières d’entreprises, des centre de
recherche et des technopoles n’a pas connu une augmentation significative.
En effet, au bout de cinq années, ce nombre est passé de 60 en 2010 à
seulement 84 en 2014.

Ces observations attestent une disjonction entre le système national


d’innovation tunisien avec les activités économiques.

1-7-Classement international des universités tunisiennes

1-7-1-Le classement de “Times Higher Education World University Rankings”

Le Times Higher Education World University Rankings, fondée en 2004,


fournit la liste définitive des meilleures universités du monde, évaluées à
travers l'enseignement, la recherche, la perspective internationale, la
réputation et plus. Les données sont approuvées par les gouvernements et
les universités. Ces données constituent une ressource vitale pour les
étudiants, les aidants à choisir l'endroit où étudier.

Pour établir ce classement, le Times Higher Education s'est basé sur les
citations reçues par rapport aux publications des universités. Pour être
intégrée dans le classement, chaque université doit avoir à son actif au moins
500 articles de recherche sur une période évaluée de cinq ans, avec un
minimum de 50 articles par année.

En 2015, et au niveau du top 30 universités africaines de ce classement,


l'Afrique du Sud domine le classement du top 30 universités africaines. Deux
universités d'Afrique du Sud, celles de Cape Town et de Witwatersrand,
arrivent en tête du classement suivies par l'université de Makerere, en
Ouganda. De son côté, le Maroc en comptabilise trois: l'université Cadi Ayad
de Marrakech, en 10ème position, l’université Hassan II de Casablanca (15ème)
et l’université de Mohammed V de Rabat (22 ème). L'Egypte, qui compte six
universités présentes dans le classement - dont l'université du Canal de Suez
qui arrive en 14ème position - est le deuxième pays le plus représenté. Les
universités tunisiennes présentant au top 30 sont: l'université de Tunis, l'école
nationale d’ingénieurs de Sfax et l'université de Sfax, classées,
successivement, à la 20ème, 21ème et 28ème place.

47
1-7-2-Le classment de “4 International Colleges & Universities”

“4 International Colleges & Universities” est un moteur de recherche de


l'enseignement supérieur au niveau international. Il établit un classement des
universités et collèges accrédités dans le monde. 4icu.org comprend 11,307
Collèges et Universités, selon leur indice de popularité web, dans 200 pays.
Le classement a été publié depuis mai 2005. Depuis lors, la méthode de
classement a été régulièrement affinée afin de fournir de meilleurs résultats.

Le classement actuel est basé sur un algorithme de cinq mesures extraites de


trois différents moteurs de recherche: Google Page Rank, Alexa Traffic Rank,
Majestic Seo Referring Domains, Majestic Seo Citation Flow et Majestic Seo
Trust Flow. Le but de ce site est de fournir un classement mondial de
popularité approximative des universités et collèges basés sur la popularité
de leurs sites Web. Ceci est destiné à aider les étudiants internationaux et le
personnel académique de comprendre comment une université / Collège
spécifique est populaire dans un pays étranger. Les Etats-Unis occupent les
premiers rang- leadership- au niveau de classement des 200 premières
universités au monde.

Aucune université tunisienne ne figure dans les 200 premières universités au


monde.

Graphique 33: Classement des universités tunisiennes parmi les 100 premières universités
africaines en 2013, 2014 et 2015

100
93 91
90
90 85
80 76
73
70 69
70

60
Université de Tunis El Manar
50
Université de la Manouba
40 Université de Sousse
30

20

10

0
2013 2014 2015

Source: Classement « 4 International Colleges & Universities », website.

48
Le top 100 des universités africaines est dominé par des universités
égyptiennes et sud africaines (successivement 19 et 18). On compte dans ce
classement 15 universités algériennes et 9 universités marocaines. Dans le
top 100 des universités africaines on ne retrouve que 3 universités
tunisiennes, loin derrière d'autres pays.

En effet la Tunisie n'arrive à placer que 3 universités seulement sur 100


classées. Il s'agit de l’Université de Manouba, et qui se positionne à la 69ème
place. A la 70ème place on retrouve la deuxième université de ce classement à
savoir l'université de Tunis el Manar. L’université de Sousse se classe 76 ème.
Ces résultats ne sont pas étonnants du moment où en visitant les sites web
de nos établissements. Le constat est clair: les sites web des universités
tunisiennes ne sont pas actualisés. Ces sites se limitent généralement à des
informations relatives à l’inscription, à la date de rentrée, aux formations
données et à l’adresse des universités.

En principe, les sites web des établissements universitaires doivent encore


partager les connaissances dans un esprit d’ouverture qui englobe l’ensemble
des intervenants (étudiants, corps professoral, administrateurs, acteurs socio-
économique). Dans ce cadre, il est crucial de se mettre aux normes
internationales et de publier les recherches effectuées au sein des unités et
laboratoires de recherche, de publier les matières enseignées et de dresser
une fenêtre interactive pour l’échange des données et de recherches.

1-7-3-Le classement académique des Universités Mondiales “ARWU”

A partir de 2003, ARWU (ou classement de Shanghaï) publie annuellement


les 500 meilleures universités mondiales chaque année selon la méthodologie
transparente et les données de tiers. Ce classement a été reconnu comme le
précurseur des classements des universités mondiales. ARWU catalogue les
universités mondiales d’après six critères objectifs, y compris le nombre de
diplômés et enseignants qui ont remporté le prix Nobel et les médailles Fields,
le nombre des chercheurs hautement appréciés, le nombre des articles
publiés dans les périodiques de Nature et Science, le nombre des articles
indexés dans "Science Citation Index", "Expanded and Social Sciences
Citation Index", ainsi que la performance moyenne. Plus de 1200 universités

49
sont actuellement classées par ARWU chaque année et les 500 meilleures
universités sont publiées.

L’Université Harvard reste le premier pour le 13 ème année consécutivement,


d'autres 9 meilleures universités sont: Stanford, MIT, Berkeley, Cambridge,
Princeton, Caltech, Columbia, Chicago et Oxford. En Europe continentale,
l'ETH Zurich (20ème) en Suisse se place à la première place alors que
l'Université de Copenhague (35ème) au Danemark devient la deuxième
meilleure université dans cette région en devançant Pierre & Marie Curie
(36ème) en France. L’Université de Tokyo (21ème) et l'Université de Kyoto
(26ème) maintiennent toujours leur position de leader en Asie. L’Université de
Melbourne (44ème) est en tête d'autres universités en Océanie.

Tableau 3: Nombre d’universités classées au top 500 au niveau mondial par pays-ARWU
2015

Pays Nombre d’université Pays Nombre d’université


Etats-Unis 146 Brésil 6
Allemagne 39 Afrique du Sud 4
Royaume-Uni 37 Arabie Saoudite 4
Chine 32 Norvège 3
France 22 Portugal 3
Italie 20 Russie 2
Canada 20 Chile 2
Espagne 13 Iran 2
Suède 11 Argentine 1
Finlande 6 Egypte 1
Source : http://www.shanghairanking.com/

En termes de nombre d'universités figurant dans ce classement, les Etats-


Unis viennent en tête, suivie de l’Allemagne avec 39 universités et de
Royaume-Uni 15 universités. L'Arabie Saoudite et l’Egypte ne réussissent à
placer que, successivement, 4 et 1 universités.

En parcourant la longue liste des meilleures universités au monde, les


universités tunisiennes n’y figurent malheureusement pas. ce qui atteste de la
chute libre du niveau des formations de nos universitaires, non seulement par

50
rapport aux universités américaines, japonaises ou britanniques-qui sont au
dessus du lot, mais aussi à nos voisin de Moyen-Orient.27

Notons que l’organisation administrative peut être la cause de ce classement :


les chercheurs tunisiens sont affiliés à des structures de recherches, des
facultés/ écoles et des universités. La signature n’est pas normalisée. Ils
utilisent souvent l’affiliation de leurs unités sans mentionner le nom de
l’université, ce qui réduit la visibilité de celle-ci.

1-8 –La corruption dans le milieu universitaire tunisien

Le Forum Universitaire Tunisien a réalisé en 2013 une étude sur le diagnostic


et la prévention de la corruption28 dans le milieu universitaire tunisien (Projet
DIAPRECOR). Cette étude a pour objectif d’examiner et d’analyser les
perceptions de ce phénomène par les différents acteurs directement
impliqués dans le milieu universitaire (étudiants, enseignants, administratifs).

1-8-1-La propagation du phénomène de la corruption

Cette étude fait ressortir certains résultats comme le montre le graphique ci-
dessous :

Tout d’abord, les enseignants ont noté l’absence d’objectivité dans l’ouverture
des postes, le choix des candidats admis et leur affectation et dans le
traitement des dossiers de mutation outre la gouvernance des départements
(répartition des matières, emplois du temps) qui serait dans certains cas
élaborés sur la base du favoritisme et de la complaisance, selon l’enquête. En
ce qui concerne les recherches, les enseignants semblent souffrir des
problèmes liés au manque de transparence dans la nomination des chefs de
laboratoires et l’octroi des stages et de bourses, en plus de l’exploitation de
jeunes doctorants. D’autres formes de corruption relatives au déroulement

27 ème
Au classement 2010, l’Université de Sousse, la première en Tunisie, arrive à la 6719
place, précédée, en Afrique du Nord, par 22 universités égyptiennes, 14 marocaines, 23
algériennes, 3 soudanaises, 2 libyennes et 1 mauritaniennes.
28
La corruption est définie come étant tout contournement des lois pour un profit personnel et
la personne corrompue serait un opportuniste qui accepte de rendre service d’une manière
illicite moyennant une contrepartie.

51
des cours et des examens sont, également, citées par l’étude (cours
particuliers, fraudes…).

Graphique 34: L’existence et la prolifération de la corruption aux yeux des étudiants,


enseignants et administrateurs

La corruption existe… La corruption s’est amplifiée après 2011

45%
41% 42% 35%
31%
40%
30%
35% 25%
25% 23%
30% 28%

25% 20%

20% 15%
15%
10%
10%
5%
5%

0% 0%
Etudiant Enseignant Administrateur Etudiant Enseignant Administrateur

Source : Résultat du projet DIAPRECOR.

Ensuite, les étudiants perçoivent la corruption comme un système qui agit


grâce à la complicité de plusieurs individus activement ou passivement
impliqués. Dans ce cadre, plusieurs zones de corruption ont été identifiées,
notamment le changement des notes, la fuite des sujets d’examens, la
falsification des diplômes, le harcèlement sexuel et moral et le flou qui
caractérise l’octroi des bourses et les concours de réorientation.

Finalement, les administratifs confirment les formes de corruption évoqués


par les enseignants et les étudiants. Ils mettent l'accent sur le manque
d’objectivité dans le traitement des dossiers de marchés publics, l’acceptation
de bâtiments non conformes aux règles de sécurité et la tolérance des
absences des enseignants et des agents administratifs. Les interlocuteurs ont
estimé, qu’il s’agit d’un domaine où la pression exercée par plusieurs
intervenants influents constitue une pratique courante voire quotidienne.

1-8-2- La perception de la corruption aux yeux des étudiants

Les étudiants voient l’existence de la corruption au sein de l’enseignement


supérieur. En ce qui concerne le Ministère, les étudiants révèlent le problème

52
de l’octroi de bourse non méritée. Ils mettent l’accent sur le phénomène
d’absence des agents, le critère non fondé d’affectation des cours/travaux
dirigés, les cours sont assurés par des assistants (des doctorants) au lieu des
professeurs. Il s’agit d’un corps enseignant désabusé qui ne croit plus en sa
mission. Les étudiants pensent aussi que les enseignants adoptent une forme
de corruption dans la mesure où ces derniers pratiquent le chantage,
l’exploitation, la ‘sous-traitance’, la vente des sujets d’examens, la subjectivité
dans l’octroi des notes. L’administration, aux yeux des étudiants, est accusée
de trafic des notes et de diplômes.

Graphique 35: La perception de la corruption chez les étudiants

22%

21%

21%

20%

20%

19%

Administration
Administration

19%
Enseignants

18%
Ministère

18%

17%

17%
Octroi de bourse non mérité Favoritisme au niveau des notes Manipulation des résultats Changement de notes

Source: Résultat du projet DIAPRECOR.

1-8-3-La perception de la corruption aux yeux des enseignants-chercheurs

Les enseignants chercheurs évoquent diverses formes de corruption. Au


niveau des carrières, les jurys sont permanents « nommés à vie », l’opacité
de l’affectation, les critères de recrutement des contractuels sont largement
discutés, l’inadéquation entre l’ouverture des postes et les besoins réels. Au
niveau de l’enseignement, ils mettent l’accent sur les phénomènes
d’interventionnisme (concours, bourses) et de la bureaucratie. Au niveau des
examens, les enseignants dévoilent des fraudes durant les épreuves, un
manque de transparence dans les notes, et aussi des cours particuliers
(préparation aux concours). Au niveau de la recherche et encadrement, il ya
du favoritisme dans l’octroi des bourses et stages et une exploitation
excessive des doctorants, un harcèlement et des publications non méritées.

53
Graphique 36: La perception de la corruption chez les enseignants-chercheurs

28%

28%

28%

28%

27%

27%

27%

27%

27%

26%
Plagiat Falsification des données et résulats Ajout des noms dans travaux de
de la recherche recherche sans participation

Source : Résultat du projet DIAPRECOR.

Le taux de la falsification des résultats de recherche les plus élevés sont au


niveau de l’université de Kairouan, université de Gafsa et université de Tunis.
Les taux les moins élevés au niveau de l’université de Sousse et l’université
de Monastir.

1-8-4-La perception de la corruption aux yeux des administratifs

Les administratifs confirment les perceptions des étudiants et des


enseignants.

Graphique 37: La perception de la corruption chez les administrateurs

35%

30%

25%

20%

15%

10%

5%

0%
Mentalité des clans au niveau des concours Favoritisme de la part du ministère dans les
nominations

Source : Résultat du projet DIAPRECOR.

54
Les perceptions spécifiques s’articulent autour de la proéminence des clans
et du relationnel dans la carrière et l’octroi des postes de direction, une faille
au niveau du système des marchés publics et une crise de valeurs
généralisée.
Les taux concernant la mentalité de clans au niveau des concours des
enseignants sont plus élevés au niveau de l’université de Jendouba et
l’université de Gabès. Les taux les moins élevés au niveau de l’université de
Sousse et l’université de Gafsa.

Par ailleurs, les résultats de l’enquête montrent que pour les trois acteurs
directement impliqués dans la vie universitaire, la corruption constitue un
phénomène courant, nuisible à l’image de l’université et dont l’évolution
continue même après 2011.

Ces acteurs admettent que la corruption trouve principalement ses origines


dans la culture du piston, l’absence d’un système de contrôle, l’incompétence
de certains responsables et/ou enseignants, l’absence de sanction ou de
culture de dénonciation. Les trois acteurs estiment, également, qu’il est très
difficile d’éliminer la corruption dans le milieu universitaire.

Graphique 38: Les causes perçues de la corruption

Manque d'encadrement des


contarctuels
Etudiant Faible rémunération agents
de l'administartion
Absence de sanction

Absence de contrôle

Enseignant Incompétence des


responsables/ enseignant
Culture de piston

Bnalisation de la corruption

Administrateur
Faille du système
universitaire
Absence de culture de
dénonciation
0% 10% 20% 30% 40% 50% 60%

Source : Résultat du projet DIAPRECOR.

55
Ce constat est « inquiétant et ferait de l’Université Tunisienne un ascenseur
social en panne », indique l’étude. En revanche, des pistes de réflexion
intéressantes ont été suggérées par les personnes interrogées consistant,
essentiellement, en la réforme du mode de gouvernance et de gestion du
système universitaire, la sensibilisation des intervenants aux graves
conséquences de la corruption dans le milieu universitaire, l’identification et la
reconnaissance des normes à respecter, la mise en œuvre de méthodes de
contrôle et l’instauration d’un système de sanction efficace.

1-9-Autres indicateurs d’efficacité interne

1-9-1- La gouvernance29 des établissements universitaires

La gouvernance des universités revoie aux rapports des universités avec


l’Etat et l’administration centrale et aux rapports des universités entre elles.
En Tunisie, la gouvernance des établissements universitaires est réglementée
par des textes législatifs. On note une amélioration notable des conditions de
travail des chercheurs. Le pays a entrepris de vastes réformes qui ont pour
objectifs de moderniser le fonctionnement des universités à travers le
changement dans les modes de gouvernance universitaire dans un souci de
pérennisation. Dans un souci d’évaluation, l’état des lieux de cette
gouvernance et sa contribution à l’amélioration de l’environnement des
affaires en Tunisie seront analysés. L’objectif étant de répondre à la question
suivante, existe-t-il des modes de gouvernance universitaires permettant une
amélioration de l’environnement des affaires en Tunisie ?

Lorsqu’on compare les établissements publics et les établissements privés,


on note une différence significative en matière de gouvernance. En effet et
contrairement aux seconds, les premiers ont des organes de gouvernance qui
fonctionnement relativement bien. Aussi, les dispositifs d’assurance qualité et
les outils de contrôle interne de la plupart des établissements publics sont
largement discutables. Par ailleurs, on constate une insuffisance des

29
Le terme de gouvernance est d’abord appliqué au monde de l’entreprise pour définir un
mode de gestion et de pilotage. Actuellement, il touche désormais tous les domaines de
l’action des pouvoirs publics.

56
interactions entre les unités de recherche, le cloisonnement des chercheurs et
des initiatives de recherche. De même, les allocations publiques dédiées à la
recherche sont faibles. Les mécanismes actuels de financement de la
recherche universitaire sont inadaptés et inefficaces. La prise en compte de la
demande sociale de la recherche est insuffisante et son influence a peu
d’évidences. De plus, les universités ne disposent pas de mécanismes de
détermination des priorités de recherche.

Encadré 5: Les objectifs du plan stratégique de la réforme de


l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique 2015–2025 :
Objectif Général 1 (OG1) : Améliorer la qualité de la formation universitaire et
l’employabilité des diplômés.
OS1.1. Améliorer la préparation des futurs étudiants aux études universitaires
OS1.2. Adapter la formation aux besoins de la société
OS1.3. Renforcer le partenariat Université/Monde socio-économique dans toutes les
étapes de la formation
OS1.4. Optimiser le système de formation et d’évaluation des étudiants
OS1.5. Impulser la réforme de l’enseignement supérieur privé vers davantage de qualité
OS1.6. Consolider le processus de la formation / SMQ
OS1.7. Renforcer l'éducation entrepreneuriale
OS1.8. Optimiser la dimension professionnalisante dans la formation universitaire
OS1.9. Développer la formation par la recherche
OS1.10. Généraliser la formation continue (FC) qualifiante et diplômante.
OS1.11. Améliorer l'insertion professionnelle des diplômés.
Objectif Général 2 (OG2) : Promouvoir la recherche et l’innovation
OS2.1. Mettre en place un système national de gouvernance de la recherche scientifique
OS2.2. Structurer et promouvoir la recherche en sciences humaines et sociales
OS2.3. Renforcer le financement et l'infrastructure de la recherche
OS2.4. Améliorer la gestion des ressources humaines (GRH) de recherche
OS2.5. Mettre en place un système de management de la qualité (SMQ) de la recherche
OS2.6. Mettre en place un système de valorisation des résultats de la recherche
Objectif Général 3 (OG3) : Promouvoir la bonne gouvernance et optimiser la
gestion des ressources
OS3.1. Promouvoir la bonne gouvernance à tous les niveaux
OS3.2. Instaurer l'autonomie des universités et des établissements d'enseignement
supérieur et de recherche (EESR)
OS3.3. Adopter un système de gestion favorisant la performance aux trois niveaux
(MESRS, universités, EESR)
Objectif Général 4 (OG4) : Réviser la carte universitaire pour un meilleur ancrage
et équilibre régionaux
OS4.1. Définir une politique de création des Universités et des EERS
OS4.2. Développer une stratégie de discrimination positive en faveur des universités de
l'intérieur
OS4.3. Ancrer l'université dans le développement régional
OS4.4. Aménager le territoire de manière à favoriser le rayonnement de l'université sur
son environnement
OS4.5. Améliorer la vie universitaire

Objectif Général 5 (OG5) : Promouvoir la formation pédagogique des enseignants


OS5.1. Institutionnaliser la formation pédagogique
OS5.2. Promouvoir la rénovation pédagogique

Extrait de «Plan stratégique de la réforme de l'enseignement supérieur et de la


recherche scientifique 2015–2025», Ministère de l’enseignement supérieur, Janvier
2015.

57
Lorsqu’on examine le troisième objectif de la réforme de l’enseignement
supérieur30 et dans l’aire du temps, la volonté de « Promouvoir la bonne
gouvernance » et « Optimiser le management des ressources » sont
clairement annoncées. Les sous-objectifs étant : « Promouvoir la bonne
gouvernance à tous les niveaux » ; « Instaurer l’autonomie des universités et
des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, « Adopter un
système de management favorisant la performance». Mais, les significations
de cette "bonne gouvernance" ne sont pas claires.

Il semble que le projet actuel de réforme de l’enseignement supérieur risque


de ne pas pallier aux insuffisances des réformes précédentes à cause de la
composante gouvernance. Cette situation paraît comme un cercle vicieux qui
a piégé le projet actuel et explique, entre autre, l’échec des réformes
précédentes. Il s’agit de la trappe de mauvaise gouvernance universitaire
illustrée dans le graphique ci-dessous :

Graphique 39: La trappe de la mauvaise gouvernance universitaire

Crise d'implication
et de confiance
===>
Université en
manque
d'universitaires

Crise de vocation et Crise d'intelligence


de valeurs et de performance
===> ===>
Université en Universités en
Manque manque
d'universalité d'intelligence

Source : Elaboration de l’auteur.

30
Plan stratégique de la réforme de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique
2015–2025.

58
Le graphique illustre le triptyque qui piège l’essentiel de notre université. En
effet, la trappe de la mauvaise gouvernance universitaire a trois dimensions
qui s’autoalimentent et se referment les unes sur les autres. Cette
perpétuation a comme conséquence l’aggravation de la mauvaise
gouvernance universitaire : une université en manque d’universitaires; une
université en manque d’intelligence et une université en manque
d’universalité. Cette trappe semble pénaliser le projet de réforme.

Tout d’abord, les universitaires révèlent un sentiment de méfiance en dehors


et au sein même de l’institution à cause d’une crise d’implication et de
confiance. L’aggravation du chômage des diplômés d’une part, et les doutes
quant à la pertinence des recherches scientifiques, d’autre part, ont accentué
la méfiance entre l’université et le reste des composantes de la société.31

Ensuite, l’université est en manque d’intelligence. Il est clair et sans ambigüité


que nos établissement universitaires vivent une crise de performance et
d’intelligence. L’université ne connaît pas ses étudiants, ses diplômés, ses
enseignants, etc. on y traite des numéros, des dossiers, des copies
d’étudiants, etc. Au lieu d’être à l’écoute de son environnement interne et
externe, l’université est à la traîne de la bureaucratie. Cela a engendré une
incapacité de s’adapter aux différents environnements se manifestant, par
exemple, par les échecs de l’université aux différents défis rencontrés par la
société et l’économie tunisienne, et une incapacité de créer et d’innover.32 Les
universités fonctionnent comme des machines diplômantes, incapable
d’écouter, de s’adapter ou encore d’innover.

Finalement, le système d’enseignement supérieur tunisien est en manque


d’universalité. Cela est dû à une crise de vocation et de valeurs. Au lieu d’être
au service des valeurs universelles d’équité et de qualité, notre université

31
Les principaux éléments de méfiances entre l’université et les composantes de la
société sont: les statuts et les implications des différents intervenants, la gestion des carrières
(les grades, les recrutements, les évaluations, les formations continues, les mobilités internes
et externes, les primes et les compétences), et l’autonomie et les marges de liberté, les
conditions du travail et de vie dans les établissements universitaires.
32
A ce propos, il faut noter que ce constat va au-delà des composantes impliquées
directement dans le système d’enseignement supérieur. Il en a de même pour les ministères
concernés par le développement humain en Tunisie.

59
aggrave les inégalités, « normalise » l’opportunisme et la corruption, formes
des illusions de compétences, etc. les diplômes passent avant les savoirs. La
recherche sert à grimper dans les carrières universitaires plutôt que produire
des connaissances scientifiques

1-9-2- La situation d’égalité des chances

L’égalité des chances se définit par le fait que le statut social des individus
d’une génération ne dépend plus des caractéristiques morales, ethniques,
religieuses, financières et sociales des générations précédentes.

Selon Rawls (1958), « les inégalités économiques et sociales doivent être


telles qu'elles soient : au plus grand bénéfice des plus désavantagés et
attachées à des fonctions et des positions ouvertes à tous, conformément au
principe de la juste égalité des chances »33.

Au niveau de l’enseignement supérieur, l’égalité des chances peut être définie


à travers deux perspectives. La première est relative à la reproduction sociale
où l’égalité des chances est comprise comme les mêmes chances d’accès à
l’université selon l’origine sociale, et plus particulièrement dans les formations
d’élites. La deuxième perspective est plus globale et inclut à la fois toute les
formations de l’enseignement supérieur et toutes les inégalités.

L’enseignement supérieur s’est largement massifié. Aussi, il est démocratisé


quantitativement. Cependant, on constate que cette démocratisation est
moins importante dans les grandes écoles et le troisième cycle universitaire
que dans les autres cycles universitaires. Il existe peu d’études qui
s’intéressent à l’inégalité des chances dans l’enseignement supérieur en
Tunisie. Dans ce qui suit nous présentons des résultats tirés de la note de
Zaiem M. élaborée en 2004 à la veille de la parution du rapport de la Banque
mondiale, « revue des politique de développement » relative à la Tunisie.

33
Cf. Patrick Cotelette, « John Rawls, La justice comme équité. Une reformulation de Théorie
de la justice », Les comptes rendus, 2009.

60
Tout d’abord, on constate des disparités au niveau régional en ce qui
concerne les chances d’accéder aux différentes filières comme le montre le
graphique ci-dessous :

Graphique 40 : Chance d’accéder à la filière (en %) par gouvernorat en 2010

Tunis

Sfax

Ariana

Sousse

Monastir

Nabeul

Kairouan

Ben Arous

Mednine

Mahdia

Bizerte

Gabès

Gafsa

Le kef

Sidi Bouzid

Kasserine

Beja

Jendouba

Manouba

Kebili

Tozeur

Siliana

Zaghouan

Tataouine

NATIONAL

0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%

Medecine Etude d'ingénieur Grandes écoles de gestion Autres filières

Source : Elaboration de l’auteur à partir des données de l’étude de Zaiem H., Les inégalités
régionales et sociales dans l’enseignement supérieur.

Le graphique révèle l’ampleur des disparités entre les régions en ce qui


concerne l’accès à des "filières élitistes" (les études médicales, les études
d’ingénieur et les grandes écoles de gestion). En 2010, on recensé 1441
élèves qui sont orientés vers la filières médecine (médecine, pharmacie,
médecine dentaire) dont 206 proviennent du gouvernorat de Tunis, 197 du

61
gouvernorat de Sfax, 150 de l’Ariana, 119 de Sousse et 111 de Monastir, 9 de
Kébili, 8 de Tozeur, 7 de Siliana, 4 de Zaghouan, et 3 de Tataouine.

Cependant, pour plus de précision, le nombre des élèves orientés vers cette
filière doit se faire en fonction du nombre total des bacheliers dans chaque
gouvernorat.34 La probabilité d’accéder à une filière médicale d’un bachelier
du gouvernorat de Tunis est 2.4%, celle de SiIiana 0.4%, celle de Tataouine
0.2%. En d’autres termes, un bachelier du gouvernorat de Tunis a 6 fois plus
de chances que son homologue de Siliana et a 12 fois plus de chance que
son homologue de Tataouine d’accéder à cette filière. Pour les études
d’ingénieur, un bachelier de Sfax a 7 fois plus de chance d’accéder à ce type
de formation que son homologue de Tataouine. En ce qui concerne, les
grandes écoles de gestion, la probabilité d’accès pour un bachelier de Tunis
est 26 fois plus grande que celle pour son homologue de Gabès. Les régions
de l’intérieur du pays ont des taux d’accès vers les autres filières supérieur à
la moyenne nationale qui s’établit à 86.7% (97.7% pour Tataouine, 94.2%
pour Siliana, 91.7% pour Zaghouan contre 78.1% pour Ariana, 80.1% pour
Sfax et 80.4% pour Tunis).

Notons aussi que les disparités entre les gouvernorats cachent souvent des
inégalités internes importantes.

Dans une perspective plus globale, les inégalités de chances scolaires sont
aujourd’hui encore un concept souvent utilisé dans le cadre de la reproduction
des rapports de domination. Dans ce cadre, l’éducation est perçue comme un
bien économique. En effet, c’est son utilité et sa rareté qui font sa valeur.35
L’inégalité des chances pour les différentes classes sociales est présente
dans l’ensemble des formations du supérieur.

34
Pour une filière j, on fait le rapport [nombre des orientés vers la filière j de gouvernorat
i/nombre total des bacheliers du gouvernorat i]. Il s’agit entre autres d’une probabilité
d’accéder à la filière j par gouvernorat.
35
Duru-Bellat (2003) a développé cette vision en stipulant que « En se polarisant sur la
correspondance entre école et monde du travail, les sociologues retiennent implicitement ou
explicitement une seule définition de l’inégalité, mesurée à l’aune des inégalités de carrières
sociales » (Duru-Bellat, 2003, p.28). selon Duru-bellat, les inégalités ne doivent pas porter
uniquement sur les inégalités entre les classes sociales, mais il englobe aussi les inégalités
entre les sexes ou pour les personnes handicapées aussi.

62
Graphique 41: Chance d’accéder à la filière (en %) selon la catégorie sociale en 2010

Catégories modeste

catégories moyennes

Catégories supérieures

CSP non déclarée

Ensemble CSP

0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%

Médecine Etude d'ingénieurs Grandes écoles de getsion autres filières

Source: Elaboration de l’auteur à partir des données de l’étude de Zaiem H., Les inégalités
régionales et sociales dans l’enseignement supérieur.

En 2010, le nombre total des bacheliers orientés était de 82748 dont 22221
appartiennent à la catégorie modeste (26.8%), 27734 à la catégorie moyenne
(33.51%), 13218 sont issus de la catégorie supérieur (15.97%) et 19576
bacheliers non déclarés leur appartenances (23.71%).

La chance d’accéder à une filière médicale pour un bachelier appartenant à


une classe aisé est 16 fois plus grande que celle pour un bachelier issu de la
catégorie modeste de (4.8% contre 0.3%) et 4 fois plus grande que celle pour
un bachelier de la catégorie moyenne. Pour les études d’ingénieur et l’accès
aux grandes écoles de gestion, les chances d’accéder à ces filières est aussi
en faveur de la classe aisée. Pour le reste de filières, qualifiées désormais de
"filières de masse" la classe modeste a plus de chance d’accès.

En ce qui concerne l’inégalité de sexe, on constate qu’il touche peu de


filières, et pas toujours en défaveur des femmes : les filières d’architectures et
techniques apparentées compte très peu de femmes, alors qu’elles sont une
majorité pour le reste des filières. Concernant les handicapés, les inégalités
touchent l’ensemble des formations universitaires. Cependant, cette inégalité
touche moins d’étudiants et elle paraît davantage reposer sur des

63
phénomènes d’autocensure ou un manque de moyens matériels que sur les
discriminations.

Pour plus de précision, l’analyse des obstacles que les étudiants de condition
modeste rencontrent est utile.36 En effet, l’accès aux établissements de
l’enseignement supérieur, et en particulier aux formations d’excellence, est
confronté par un certain nombre d’obstacle pour un élève issu d’un milieu
socialement défavorisé. Le graphique suivant illustre ces obstacles :

Graphique 42: Les obstacles à l’égalité des chances

Causes externes au niveau


Causes macro sociales Causes micro sociales
des concours de recrutement

Politiques économiques et Epreuves socialement


Environnement familial
sociales discriminantes des concours

Capital social et culturel limité Manque d'information sur


Politique éducatives
les concours

Opacité du système
Environnement scolaire
d'enseignement supérieur

Dualité du système Manque d'information sur


d'enseignement supérieur l'orientation

Appréciation erronée du coût-


bénéficie-risque des études

Sentiment d'incompétence

Source : Elaboration de l’auteur à partir du cas similaire relevant d’une étude sur l’égalité des
chances en France, « L’enseignement supérieur français vers l’égalité des chances »,
Charles N., 2007.

En premier lieu, le recrutement à travers les concours est socialement


discriminant. En effet, ces concours, qui sont basés sur des dissertations
relatives à la spécialité des candidats, de culture générale, les langues, etc.,
avantage les individus qui viennent d’un environnement socioculturel ou
socioprofessionnel initié. Ces individus avaient déjà, généralement, les
meilleurs résultats scolaires. A ce propos « Les collectivités dont le capital

36
Dans ce cadre, l’égalité des chances serait définie à travers les facteurs d’inégalité des
chances.

64
social est élevé ont généralement de meilleurs résultats scolaires que celles
où le corps social est fragmenté et où les individus sont plus isolés»37.

L’idée est que les candidats aux concours de recrutement issus d’origine
sociale favorisée ont reçu dans leur famille des connaissances et des
comportements qui sont valorisés au niveau national. De ce fait, ils
bénéficient d’un héritage culturel qui favorise fortement leur réussite à
l’université et aux concours. Donc, la transmission intergénérationnelle des
inégalités sociales se trouve assurée par un mécanisme plus délicat que la
simple transmission de richesses matérielles. En effet, les individus d’origine
favorisée ont une proximité plus grande avec la culture scolaire. Ils lisent des
livres, vont au musée, etc. Ils acquièrent, au sein même de leur famille, un
langage, une façon de s’exprimer attendues par l’institution universitaires et le
monde économique et social. Au contraire, les individus d’origine sociale
défavorisée se voient imposer à l’école un langage et un comportement qui
n’est pas celui qu’ils pratiquent chez eux.

Le second type d’obstacles concerne le coût des études. En effet,


l’appréciation coût-bénéficie-risque (par exemple, la facilité d’emprunt pour
payer ses études) des familles est différente selon qu’on vienne d’un milieu
aisé ou populaire. C’est ainsi que le rapport coût-bénéficie-risque de
poursuivre un cycle long n’est pas forcément évalué par les familles issus des
catégories sociales défavorisés. La tendance des familles aisées est de
privilégier des études longues alors que celles des familles issues des
catégories moins aisées est de privilégier des filières courtes et rapidement
opérationnelles.

Un autre obstacle tient compte du manque d’information et de l’opacité du


système d’enseignement. En effet, les bacheliers disposent d’une information
incomplète relative aux différentes filières universitaires et les taux de
redoublement au premier cycle supérieur en témoignent. Les étudiants issus
des milieux populaires ont plus de difficultés à l’accès à ces informations.

37
Tiré de « La nouvelle économie: Mythe ou réalité? », Rapport de l’’OCDE sur la croissance
2001, encadré IV, p65.

65
Aussi, la multiplicité et le cloisonnement des filières fait de l’enseignement
supérieur tunisien un système opaque.

Un dernier obstacle relève du sentiment d’incompétence exprimé par les


étudiants venant des milieux socialement défavorisés. Ce sentiment est
aggravé par la tendance de l’enseignement supérieur à devenir dual avec des
"filières élitistes" et des "filières de masse".

Encadré 6: Dualité de l’enseignement supérieur en Tunisie


«Le système d’éducation supérieure est entrain de devenir dual avec des "filières
élitistes" et des "filières de masse". En fait, certaines filières (telles que les études de
médecine et d’ingénieur) sont plus sélectives et limitées aux meilleurs élèves alors que
les filières généralistes (comme la littérature, les sciences sociales) sont accessibles à
tous et à toutes. » (P. 76)

« L’accès à une éducation élitiste dépend largement des conditions économiques et


sociales des étudiants. Cette dualité est aggravée par le fait que les filières généralistes
souffrent d’un manque de ressources. Il est essentiel d’assurer que toutes les filières
sont accessibles à tous les étudiants, indépendamment des facteurs socioéconomiques.
» (P. 76)

Extrait du rapport de la Banque mondiale, « Revue des Politiques Economiques »


relative à la Tunisie, publié en novembre 2003.

1-9-3- L’offre universitaire vis-à-vis des attentes

Il est admis que le savoir, essentiellement l’output de l’université, est la


principale source de création de richesse et de compétitivité globale. Certes,
la Tunisie, a engagé beaucoup de réformes dans le but de renforcer le
marché et la consolidation de la compétitivité de l’économie nationale.
Cependant, les objectifs de développement sont porteurs de défis majeurs.
Dans ce contexte, les attentes du système d’enseignement supérieur sont
désormais quantitativement importantes et multiples et qualitativement
exigeantes et rigoureuses. En effet, l’université transmet et crée le savoir.
Aussi, elle offre les compétences et les qualifications requises. De même,
elle assure l’acquisition et l’appropriation des progrès scientifiques et
technologique.

Malgré les acquis réalisés, l’enseignement supérieur en Tunisie ne répond


pas aux aspirations du peuple. En effet, ce système garde encore un
caractère théorique. On constate une distinction entre l’environnement

66
économique, industriel et technologique et l’enseignement supérieur. La
contribution des différents acteurs à l’instar les hommes d’affaires, les
opérateurs économiques et les composantes de la société civile n’est pas
encore à l’échelle attendue. On attend beaucoup de l’université tunisienne ;
mais cette dernière est accusée de ne pas être une locomotive assez rapide
pour tirer le reste de la société. Cependant, la réalité économique, quant à
elle, ne doit pas être exemptée de tout reproche.

1-9-4-La mise en évidence des réformes

Les projets de réformes ne sont pas réalistes et ne sont pas bien pensés. La
rigueur du diagnostic de base est ainsi en question. Le problème revient
essentiellement aux conditions concrètes de la participation et de la
représentativité de la commission de la réforme dont on a fait de la
participation une fin en soi. Dans ces condition, le processus des réformes a
manqué de la crédibilité.38 Beaucoup d’interrogations apparaissent sur la
pertinence d’une solution qui consiste à réunir l’ensemble des participants
pour amorcer le véritable changement. Mais, faute de présence de vrais
spécialistes qui peuvent faire un diagnostic crédible et proposer des solutions
réalistes et faisables, il s’agit tout simplement d’une pseudo démocratie
participative qui ne peut pas résoudre les problématiques de l’enseignement
supérieur qui sont de plus en plus complexes et pointues.

Si on examine par exemple le débat sociétal sur la réforme de l’enseignement


supérieur et de la recherche scientifique démarré en juin 2015, on constate
que ce document de réforme comporte quarante pages, cinq objectifs, vingt-
neuf sous objectif. On compte trois cent vingt-et-une actions à mettre en
œuvre dans un horizon de cinq ans dont cent-dix actions dans un horizon de
trois années et vingt-quatre actions avant cinq ans.39 Il semblerait qu’on ait
voulu faire rassembler "toutes les propositions". Mais, ce flot d’actions à un
horizon aussi court ne fait pas le véritable projet de changement.

38
Pierre Bourdieu (1971) avait inventé l’idée de "coup de force symbolique" pour évoquer la
légitimation de la représentation politique.
39
Cf. Plan stratégique de la réforme de l'enseignement supérieur et de la recherche
scientifique 2015 – 2025.

67
Aussi, les projets de réformes semblaient être plutôt "syndical" où les
syndicats changent leur mission pour en faire le maître d’œuvre des politiques
publiques. Ceci peut substituer à une véritable politique nationale.

Par ailleurs, la réalité montre qu’on est confronté à deux démarches erronées.
Tout d’abord, on qualifie une réforme de "réussite" pourvu qu’elle soit
consensuelle, participative et conforme à l’équilibre politique et syndical du
moment au lieu d’être issue d’un diagnostic précis et donne des résultats
attendus. Ensuite, les échecs de réformes sont attribués, ou seulement, au
pouvoir exécutif ou au Ministère. Mais, en réalité, la responsabilité revient aux
acteurs de réformes.

1-9-5-La carte universitaire

L’enjeu de la carte universitaire tunisienne pose beaucoup de questions et


parait peu convaincante vu la concentration de la majorité des établissements
d’enseignement supérieur dans certains régions. Les autorités ont pris cette
problématique en considération lors de l’élaboration du projet de réforme
2015-2025.

Graphique 43: Nombre des établissements universitaires par gouvernorat en 2014

65
60
55
50
45
40
35
30
25
20
15
10
5
0
Ariana

Nabeul

Zaghouan

Tozeur
Manouba

Béja
Ben Arous
Sousse

Le Kef

Siliana
Tataouine
Sfax

Monastir

Kasserine
Gabès

Gafsa

Médenine

Kébili
Kairouan

Mahdia
Bizerte

Sidi Bouzid
Tunis

Jendouba

Secteur public Secteur privé

Source: MESRS, Statistiques globales sur l’enseignement supérieur selon le gouvernorat.

68
Le nombre des établissements universitaire est de 245 dont 198 relevant du
secteur public et 47 au secteur privé. La majorité des établissements (public
et privé) est localisée dans les gouvernorats de Tunis (60), Sousse (28), Sfax
(25), Ariana (15) et Gabès (13), soit 57.55% de l’ensemble des
établissements. Dans l’autre extrême, 11 gouvernorats ont seulement 34
établissements (chaque gouvernorat compte au maximum 5 établissements),
13.87% du total des universités tunisiennes.

La question qui se pose maintenant est de savoir si nos établissements


universitaires sont mieux placés dans les classements internationaux, une
fois regroupés dans des pôles comptant des milliers d'étudiants ?

Le graphique ci-dessous montre une comparaison entre les scores obtenus


des universités tunisienne dans le classement "International Colleges &
Universities" et le nombre des étudiants correspondant :

Graphique 44: Classement international des universités tunisienne par rapport au effectif des
étudiants (2013, 2014 et 2015)

50000 Université de Tunis El


Manar (2013)
45000 Université de Tunis El
Manar (2014)
40000
Université de
Effectif des étudiants

35000 Tunis El Manar


(2015) Université de Université
Sousse (2015) de Sousse (2014)
30000

25000
Université de
20000 la Manouba (2014)
Université de la Manouba
Université de la Manouba (2013)
15000 (2015)

10000

5000

0
60 70 80 90 100
Classement international

Source : Elaboration de l’auteur.

En 2013, l’université de Tunis El Manar, et avec un effectif de 39943


étudiants, était classée 73ème avant l’université de la Manouba classée 85ème
avec seulement 24130. Ainsi, l’importance des effectifs des étudiants est
corrélée avec un meilleur classement international. Ce constat est valable
aussi pour l’année 2014 où les universités de Tunis El Manar (37842

69
étudiants), de Sousse (32707 étudiants) et de la Manouba (20875 étudiants),
sont classées, successivement, au 90, 91 et 93ème rang.

Cependant, en 2015, l’université de la Manouba qui possède le moins


d’étudiants est au 69ème rang, mieux classée que l’Université de Tunis El
Manar et l’université de Sousse (successivement 70 et 76ème rang).

Ainsi, le fait de rassembler plus d’étudiants n’est pas nécessairement le


facteur décisif en matière d’excellence universitaire.

Les expériences des autres pays ont montré que certaines universités ont
trouvé des moyens autres que leur taille pour garantir la qualité. Ces moyens
sont relatifs en premier lieu aux contenus scientifiques et pédagogiques
proposées par les établissements. En second lieu, les stratégies pour une
carte universitaire rénovée ont amorcé les performances de ces pays en
matière d’enseignement supérieur.

Par ailleurs, au niveau du plan stratégique de la réforme de l’enseignement


supérieur et de la recherche scientifique 2015-2025, l’objectif général relatif à
la carte universitaire est de: Réviser la carte universitaire pour un meilleur
ancrage et équilibre régional. Cinq sous-objectifs ont été fixés: définir une
politique de création des universités, développer une stratégie de
discrimination positive en faveur des universités de l’intérieur, ancrer
l’université dans le développement régional, aménager le territoire de manière
à favoriser le rayonnement de l’université sur son environnement et,
finalement, améliorer la vie universitaire. Il paraît que le projet de réforme est
vague et ne traite pas les profondeurs de la problématique de la carte
universitaire. On remarque une absence des considérations importantes telles
que la croissance de la démographie, la politique générale d’aménagement
du territoire, le rôle des collectivités locales, l’attractivité internationale, etc.
En plus, le projet prévoit de mettre en œuvre ces réformes dans un horizon
d’à peine 10 ans. Un laps de temps relativement court permet-il vraiment de
rendre cette carte plus convaincante ? Evidement non puisqu’une réforme
efficace doit se baser sur un diagnostic précis en commençant par les axes
prioritaires. Aussi, le projet de réforme ne prévoit pas la création de nouveaux
établissements, il s’agit juste d’une révision de la carte universitaire existante.

70
2-Efficience externe associée à la production du capital humain

En Tunisie comme ailleurs, le marché du travail informe et signale l’ensemble


des qualifications et aptitudes qui sont demandées par les entreprises publics
et privées. La capacité de répondre à cette demande permet de mesurer
l’efficience externe des établissements de l’enseignement supérieur.

2-1-La formation des cadres

Grâce à une multitude de réformes et d’actions menées, l’université


tunisienne a permis de répondre à la totalité des besoins du pays en
ressources humaines et de mettre fin, vers la fin des années 70, au recours
aux coopérants étrangers. Actuellement, le nombre des cadres tunisiens qui
exercent à titre de coopérants ne cesse d’augmenter, et ce dans plusieurs
pays.

Le niveau éducatif de la société tunisienne s’améliore dans le cadre de son


développement humain. La force du travail de plus en plus éduqué est en
augmentation. L’accroissement de cette offre a comme conséquence la
réduction de la durée des études et ainsi des diplômes obtenus comme
conditions d’accès aux différents métiers. En 2014, la population actif
occupée était de 3294600 dont 71.4% hommes et 28.6% femmes contre
2843400 actifs occupés en 2004 (74.3% hommes et 28.6% femmes) et
seulement 2320600 en 1994 (76% hommes et 23.1% femmes).40

Tableau 4 : Répartition proportionnelle de la population active selon le niveau d’instruction

Niveau
1994 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2014
d’instruction

Analphabète 24.1 14.5 12.7 12.7 11.7 10.9 10.6 10.1 9.4 7.8 9.9
Primaire 39.9 37.9 37.9 36.8 36.5 35.8 34.4 34.1 33.1 34.5 29.6
Secondaire 29.1 34.9 36.1 36.2 36.6 37.2 37.8 37.5 37.9 38.9 38.4
Supérieur 6.9 12.7 13.3 14.3 15.2 16.1 17.2 18.3 19.4 18.7 22.1
Total 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100 100
Source : Recensement général de la population et de l’habitat de 1994, 2004 et 2014, et
Enquête nationale sur l’emploi (2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012), INS.

40
Ces statistiques sont tirées des recensements de la population et de l’habitat effectués en
1994, 2004 et 2014.

71
Le poids des diplômés du supérieur et passé de 6.9% en 1994 à 12.7% en
2004 et puis 22.1% en 2014. La population active ayant un niveau
secondaire représente 38.4% en 2014 du total de la force du travail occupée.
Celui des personnes ayant un niveau inférieur au secondaire est passé à
39.5% en 2014. Ainsi, on remarque que la part des occupées avec un niveau
d’instruction supérieur est de plus en plus important. Cette part augmente de
près de 0.76 point chaque année pendant les deux dernières décennies
(1994-2014) contre seulement 0.46 points pour la population occupée qui a
un niveau d’instruction secondaire. En revanche, la population qui a un niveau
inférieur au primaire, a vu sa part diminué de 1.2 point chaque année pendant
la même période.

2-2-L’employabilité et l’insertion

2-2-1-Le chômage des jeunes et des femmes

Avec un taux de croissance économique compris entre 1 et 2, il est difficile


pour la Tunisie d’atteindre ses objectifs d’emploi. Les créations d’emplois ne
sont pas suffisantes pour réduire les taux de chômage qui stagnait aux
alentours de 15%. Une part importante de la croissance est dûe aux secteurs
à faibles productivité et de spécialisation réduite. Dans ce cas, il n’y a pas de
transfert de main d’œuvre, donc pas de croissance dans les secteurs à main
d’œuvre à forte productivité.

La population active est de plus en plus éduquée. Cependant, peu de


nouveaux postes ont été crées. Le résultat est plus d’individus mieux éduqués
mais se retrouvant au chômage.

Selon le recensement de 2014, le nombre d’actifs sans emploi était de


572066, dont 53% d’hommes et 47% de femmes. Quant aux taux de
chômage, il était de 14.8% avec une nette disparité entre les femmes (22.2
pour cent) et les hommes (11.4 pour cent), comme le montre le graphique ci-
dessous :

72
Graphique 45: Evolution du taux de chômage selon le sexe

25%

20%

Hommes
15%
Femmes

Total
10%

5%

0%
1994 2004 2014

Source: Recensement général de la population et de l’habitat 2014, INS.

Le taux de chômage est passé de 16.3% en 2004 à 14.8% en 2014. Les


femmes sont davantage plus touchées par le chômage que les hommes. En
effet, le taux de chômage des femmes était de 17.2% en 2004 et a passé à
28.6% en 2014 contre un taux de chômage pour les hommes qui a passé de
13% à 11.4% pendant la même période.

Malgré la baisse du taux de chômage de 2.5 points entre 2004 et 2014, la


situation du chômage demeure préoccupante. Plusieurs contraintes
structurelles et fonctionnelles aggravées par les évènements sociaux et
politiques survenus suite aux évènements de 2011 pèsent lourdement sur le
marché de travail tunisien.

Le chômage des jeunes est l’un des plus grands défis sociaux et économique
de cette décennie, en Tunisie comme dans le reste du monde. Selon le
Rapport annuel sur le marché du travail en Tunisie41, Les jeunes de la tranche
d’âge 15-29 ans, qui constituaient 77.2% des chômeurs en 2012, sont
davantage touchées par le chômage. Le taux de chômage de ces jeunes n’a
cessé d’augmenter en passant de 25% en 2007 à 38.2% en 2011 avant de

41
Ce rapport a été réalisé en novembre 2014 par l’observatoire national de l’emploi et des
qualifications (ONEQ). Ce rapport s’inscrit dans le cadre du projet de jumelage avec l’Union
européen et constitue le premier rapport d’analyse synthétisant l’ensemble des informations
et indicateurs relatifs au marché de l’emploi en Tunisie.

73
subir une légère baisse pour se situer à 35.2% en 2012. Le rapport rappelle
aussi que les femmes de cette tranche d’âge sont plus affectées par le
chômage que les hommes (25.6% contre 14.6% en 2012).

En ce qui concerne le taux de chômage de tranche d’âge 15-24 ans, il est


passé de 27.9% de la population active en 2007 à 29.5% en 2010 pour
atteindre 37.6% en 2012. Ce taux reste élevé en comparaison avec les pays
développés et même au dessus de la moyenne mondiale qui se situe aux
alentours de 12.2% au cours de la même période.

Graphique 46: Evolution du taux de chômage de la tranche d’âge 15-24 ans

45%

40%

35% Tunisie

30%

25% UE et pays dév.

20%

15%
Monde entier

10%

5%

0%
2007 2008 2009 2010 2011 2012

Source : Enquête nationale sur l’emploi INS, et INSEE.

Au niveau régional, On a enregistré une baisse du taux de chômage dans


toutes les régions du pays à l’exception du district de Tunis qui a connu une
hausse de 0.2 point de pourcentage pour atteindre 17.4%. Les régions du
Sud et de l’Ouest du pays demeurent les plus touchées par le chômage avec
des taux de 25.7%, 22.1% et 21.3%, respectivement pour les régions de Sud-
Est, Sud-Ouest et Nord-Ouest. Ce taux atteint 11.4% aux régions de Nord-Est
et Centre-Est.

2-2-2-Le chômage des jeunes diplômés

La relation entre l’offre et la demande peut être appréhendée à travers trois


éléments : le type d’emploi offert aux diplômés de l’enseignement supérieur,
les méthodes utilisées par ces diplômés pour la recherche d’emploi et la

74
durée du travail. Le graphique suivant dresse les taux de chômage selon le
niveau d’instruction dans quelques pays :

Graphique 47: Taux de chômage par niveau d’instruction dans quelques pays en 2014

35%

30%

25%
>=Primaire
20%

Secondaire
15%

10% Supérieur

5%

0%
Allemagne Canada France Norvège Etats-Unis Tunisie Maroc Algérie

Sources : Base de données de l’OCDE (pays développés), INS (Tunisie), HCP (Maroc) et
ONS (Algérie).

Dans les pays développés, on constate que la relation entre la détention d’un
diplôme universitaire et le taux d’emploi est généralement positive, c’est-à-
dire, à mesure qu’on avance dans les études, on aura plus de chance de
trouver un emploi. Cependant, dans certains pays en développement, cette
relation est négative, c’est-à-dire la probabilité d’emploi diminue lorsque le
niveau d’instruction augmente. En effet, et selon de nombreuses études,
l’exposition des individus peu qualifiés aux risques de chômage y est moins
forte que pour les individus qualifiés. Ce problème est similaire pour le cas de
la Tunisie. Le tableau suivant décrit l’évolution du nombre des chômeurs par
niveau d’instruction en Tunisie de 2007 à 2012 :

Tableau 5: Evolution de la population en chômage par niveau d’instruction (en milliers)

Taux de croissance
2007 2008 2009 2010 2011 2012
annuel moyen
Analphabète 18.3 16.7 24.4 22.4 29.4 18.1 0.0%
Primaire 147.5 136.0 132.0 118.5 157.9 165.9 2.4%
Secondaire 173.6 179.6 194.5 193.6 199.8 320.1 13.0%
Supérieur 97.0 116.1 139.4 157.3 217.8 187.5 14.1%
Total 436.4 484.4 490.3 491.8 704.9 691.6 9.6%
Source : Enquête nationale sur l’emploi (Mai 2007, Mai 2008, Mai 2009, Mai 2010, Mai 2011,
Mai 2012), INS.

75
Le nombre des chômeurs ayant un diplôme secondaire et universitaire a
augmenté entre 2007 et 2012, respectivement de 13% et 14.1%. Le nombre
des chômeurs peu ou pas instruits a augmenté légèrement durant cette
même période : stable pour les analphabète et de 2.4% pour ceux ayant un
niveau primaire.

Donc, la population instruite est particulièrement exposée au chômage.


Désormais, on compte 1 chômeur sur 4 ayant un diplôme de l’enseignement
supérieur et 4 sur 10 de niveau secondaire.

Egalement, on constate que la part des diplômés du supérieur s’est renforcée


davantage en passant de 22.6% à 27.1% entre 2007 et 2012, alors que celle
des chômeurs du niveau secondaire est passé de 39.8% à 46%. Ainsi, cette
évolution a affecté le taux de chômage de chacune de ces catégories. Dans
le graphique suivant, on va montrer cette évolution entre 2007 et 2012 :

Graphique 48: Evolution du taux de chômage par niveau d’instruction (en %)

35%

30%

25% Supérieur

20% Secondaire

15%
Primaire

10%
Analphabète

5%

0%
2007 2008 2009 2010 2011 2012

Source : Elaboration de l’auteur à partir des données de l’enquête nationale sur l’emploi (Mai
2007, Mai 2008, Mai 2009, Mai 2010, Mai 2011, Mai 2012), INS.

Les demandeurs d’emploi ayant un niveau supérieur sont la catégorie la plus


touchée avec un taux de chômage qui s’est envolé passant de 18.2% en
2007 à 26.1% en 2012, suivis par les chômeurs qui ont un niveau secondaire
(respectivement 13.5% et 21%).

76
Graphique 49: Evolution du taux de chômage des diplômés de l’enseignement supérieur par
sexe

50%
45%
40% Féminin

35%
30% Total

25%
20% Masculin
15%
10%
5%
0%

Source : Enquêtes emploi, INS.

Le nombre des diplômés chômeurs de l’enseignement supérieur est estimé à


242 milles au troisième trimestre 2015, ce qui correspond à un taux de
chômage de 32%.

Les femmes diplômées du supérieur sont plus touchées par le chômage que
les hommes : 41.1% contre 21.4% au cours du troisième trimestre 2015. Ceci
montre que les femmes diplômées rencontrent plus de difficultés lors de la
transition de l’université à la vie active que les hommes.

Par ailleurs, on enregistre des disparités des taux de chômage au niveau


régional comme le montre le graphique ci-dessous. En 2012, les taux les plus
élevés des chômeurs du supérieur qui sont supérieurs à la moyenne (26.1%)
sont observés dans 15 gouvernorats dont notamment Tataouine (56%), Sidi
Bouzid (50.2%), Gafsa (49.9%), Kébili (48.9%), Kasserine (46.4%). Ces taux
chutent à un niveau inférieur à la moyenne en oscillant entre 10% et 23%
dans les 9 autres gouvernorats (Ariana, Zaghouan, Tunis, Ben Arous,
Monastir, Sfax, Sousse, Manouba, et Bizerte).

Par ailleurs, le taux de chômage des femmes demeure élevé dans le Sud-
Ouest (54.5%), le Sud-Est (48.3%) et le Centre-Ouest (45.9%).

77
Graphique 50: Taux de chômage par niveau d’instruction au niveau régional (en %) en 2012

Ariana

Zaghouan

Tunis

Ben Arous

Monastir

Sfax

Sousse

Manouba

Bizerte

Nabeul

Siliana

Mahdia

Le Kef

Kairouan

Tozeur

Medenine

Béja

Jendouba

Gabès

Kasserine

Kébili

Gafsa

Sidi Bouzid

Tataouine

0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70%

Chômeurs ayant un niveau secondaire Chômeurs ayant un niveau supérieur

Source : Enquête Nationale sur l’Emploi (Mai 2012), INS.

2-2-3-La durée de chômage des jeunes diplômés

Selon le recensement de la population de 2014, la durée de chômage de


moins d’un an est passée de 59.5% en 1994 à 34% en 2014, celle située

78
entre un et deux ans est passée de 23.1% à 29,8%, alors que la durée de
plus de deux ans est passée de 17% à 36.2%, pendant la même période.
Ainsi, le marché du travail tunisien est caractérisé par une durée de chômage
de plus en plus accrue.

En ce qui concerne les jeunes diplômés, la majorité d’entre eux souffrent d’un
chômage de longue durée. Ce type de chômage peut avoir des
conséquences très négatives sur les individus, comme des revenus réduits42
et un sentiment d’exclusion sociale. Elle induit des coûts personnels
importants et représente également un réservoir important de ressources
économiques inexploitées, réduisant la production et le potentiel de
croissance économique. En effet, les opportunités et les chances d’emploi se
réduisent à mesure que la durée du chômage s’allonge. La cause principale
de ce phénomène réside dans l’incapacité de l’économie à créer
suffisamment d’emplois pour les diplômés du supérieur dont le nombre n’a
cessé d’augmenter d’une année à l’autre.

Tableau 6: Répartition des chômeurs de l’enseignement supérieur selon la durée de


chômage en 2010

Moins De 1 à De 2 à De 3 à Plus ND Total


d’un an 2 ans 3 ans 4 ans de 4
ans

Nombre de chômeurs 77308 34704 14168 7308 5359 1097 139944


Part en % 55.2 24.8 10.1 5.2 3.8 0.8 100.0

Source : Enquête nationale sur l’emploi (2010), INS.

Les diplômés de l’enseignement supérieur sont de plus en plus exposés à


l’allongement de la durée de chômage, et ce durant la période de recherche
du premier emploi ou entre des périodes d’emploi. En 2010, on a recensé
77308 diplômés du supérieur sans emploi depuis moins d’un an, soit 55.2%
du total des chômeurs de l’enseignement supérieur. 24.8% sont au chômage
depuis 1 à 2 ans, alors que 19.1% restant étaient sans emploi depuis plus de
2 ans.

42
On estime qu’une année de chômage dans les premières années de la vie active peut réduire
jusqu’à 21% le revenu annuel perçu à l’âge de 42 ans (Gregg et Tominey, 2005) tandis que trois mois
de chômage supplémentaires avant l’âge de 23 ans prolongent de deux mois la période de chômage
entre 28 et 33 ans (Gregg, 2001).

79
2-2-4-La relation entre offre et demande

Le taux de chômage varie en fonction du type de diplôme et du domaine de


spécialisation comme le montre le tableau ci-dessous :

Tableau 7: Répartition des chômeurs diplômés du supérieur selon la nature du diplôme (en
milliers)

2011 2012 2013 2014 2015


2006 2007 2008 2009 2010
(T4) (T4) (T4) (T4) (T3)

Diplôme de
technicien
3..2 22.3 13 .3.3 ...5 3.3.3 ...1 9..5 91.6 93.1
supérieur ou
équivalent
Maîtrise en
sciences 33.1 31.5 3..3 36.2 33.3 23.6 12.2 29.. 2..3 26.3
humaines
Maîtrise en droit,
économie et 3... 36 3... 33.9 33.5 23.. 29.6 13.3 2... 2..9
gestion
Maîtrise en
33.3 32.3 36.5 32.5 3..3 25.3 .9.3 96.1 .6.1 .2
science exacte
Autre diplôme
1.6 ..6 . 6 5.5 35 33.3 36.3 22.3 22.6
supérieur
Total .3.3 6. 3.1.6 33. 325 332.. 33..6 313.2 33..3 313
Source : Enquêtes nationales sur l’emploi, INS.

Le nombre de chômeurs diplômés de l’enseignement supérieur a atteint 242


milles au troisième trimestre 2015 parmi eux 73 milles titulaire d’un diplôme
en sciences exactes (30.16% du total des diplômés) et 61.4 milles ont un
diplôme de technicien supérieur ou équivalent (25.37%) du total des
diplômés).

Les maîtrisards43 semblent être la catégorie la plus touchée vu la


généralisation du système LMD à toutes les filières. La proportion de cette
catégorie44, dans toutes les spécialités, était de 146.8 milles pendant le
troisième trimestre 2015 (60.66% du total) contre 41.1 milles en 2006 (57.7%
du total). Les techniciens supérieurs, quelle que soit la filière, sont aussi de
plus en plus exposés au chômage jusqu'au fin 2011 (45.25% du total) et à
partir de cette date leur proportion commence à diminuer en atteignant
35.53% au cours du troisième trimestre 2015 contre 25.37% en 2006. La

43
Les étudiants ayant une maîtrise ou ayant accompli avec succès quatre ans de formation
universitaire.
44
Dans l’ensemble des chômeurs diplômés de l’enseignement supérieur.

80
catégorie autre diplômes (médecine, pharmacie, ingénieur, etc.) comptait 33.8
milles diplômés en 2015. La proportion relative de cette catégorie a presque
doublé en passant de 6.14% à 13.96% entre 2006 et 2015.

Les statistiques montrent que les qualifications qui présentent le plus de


difficulté d’insertion dans le marché du travail sont celles qui concernent le
domaine des lettres, des sciences sociales, la gestion et les professions
juridiques. Ces filières ont une faible efficacité et leurs qualifications ne sont
pas, bien souvent, celles demandés sur le marché du travail.

Cette inadéquation entre la sphère éducative et la sphère réelle trouve son


origine surtout dans le manque de souplesse de la part de nos universités.
Aussi, des efforts restent à faire pour accorder plus d’attention aux signaux
lancés par le marché de travail. Les établissements d’enseignement supérieur
sont incapables de filtrer les informations nécessaires de manière à mieux
répondre aux besoins du marché de l’emploi.

Encadré 7: Décalage entre profils de qualification offerts et profils


demandés sur le marché du travail
Le premier facteur expliquant cette situation est la difficulté éprouvée par les institutions
d’éducation et de formation pour adopter rapidement leur offre aux besoins du marché
du travail. Le degré d’inadéquation de l’offre de formation et d’éducation est mesurable
par la différence entre la structure de la population en chômage selon le diplôme et celle
de la population en formation. Par exemple, le pourcentage de candidats aux diplômes
en sciences et techniques inscrits dans les universités et les écoles de formation
professionnelle en sciences et techniques est inférieur au pourcentage de chômeurs des
mêmes filières participant au programme Amal. Les lauréats de ces formations trouvent
plus facilement des emplois directs sans passer par le SIVP. La difficulté d’accès au
SIVP est le véritable indicateur de la difficulté de placement sur le marché du travail des
lauréats de certaines filières et de certains niveaux de diplôme. Alors que le pourcentage
des lauréats des filières économie et gestion admis au SIVP est supérieur à leur part
dans le système de formation, celui des diplômés en lettre et sciences humaines est
inférieur. Ces derniers éprouvent plus de difficulté à trouver des stages et à s’insérer sur
le marché du travail.

Extrait de « Evaluation stratégique du fonds national pour l’emploi », Banque mondiale,


2012.

Le déséquilibre structurel qui caractérise le marché du travail tunisien peut


aussi être illustré par une comparaison des demandes additionnelles
d’emplois exprimés par les diplômés du supérieur et des créations d’emplois
pour leurs profits qui n’arrivent pas à les satisfaire comme le montre le
graphique ci-dessous :

81
Graphique 51: Demandes additionnelles et créations d'emploi pour la population ayant un
niveau d’instruction inférieur ou égal au secondaire et au supérieur (en milliers)

150

100 Demandes additionnelles <=


secondaire

50
Créations d'emplois <=
secondaire

0
2007 2008 2009 2010 2011 2012
Demandes additionnelles au
supérieur
-50

Créations d'emplois au supérier


-100

-150

Source : Enquête emploi 2012.

Durant la période 2007-2012, le cumul de la demande additionnelle d’emplois


de niveau d’éducation supérieur a atteint 228,4 mille. Les créations nettes
d’emplois au profit des diplômés du supérieur semblent être marquées par un
certain essoufflement voir un repli depuis 2010, et tendent globalement vers
la baisse pour les demandeurs ayant un niveau d’études supérieures et
tendent vers la hausse pour les demandeurs de niveau inférieur ou égal au
secondaire. Ce constat traduit une déficience d’adéquation quantitative
structurelle marquée par un chômage effarant des diplômés difficilement
insérables.45

Le chômage des diplômés en question peut aussi âtre dû au manque


d’appropriation de l’économie du savoir par le tissu productif (organisation,
etc.).

Les données de l’ANETI montrent que la nature de la demande d’emplois est


loin d’être parfaitement satisfaite par les qualifications de l’offre. En 2012, plus
de 61000 diplômés de l’enseignement supérieur sont inscrits à l’ANETI. En
face, le placement en emploi des diplômés étaient de l’ordre de 12895.
Autrement, près de 4/5 des demandeurs d’emploi ne trouvent pas

45
Cf. Tribune de l’ITCEQ n°5-Avril 2015.

82
satisfaction. Les placements ont été inférieurs aux demandes nouvelles
causant la hausse du stock de demandes d’emplois non satisfaites.46

Il existe donc un déséquilibre quantitatif structurel. L’économie tunisienne ne


crée pas un volume d’emplois suffisant pour absorber la demande
additionnelle annuelle.

Le rapport de l’ONEQ (2013) indique qu’en 2012, les créations nettes


d’emploi ont enregistré une reprise prononcée, soulignant cependant que,
durant les six dernières années (2006-2012), les créations d’emplois ont
profité plus aux hommes qu’aux femmes.

Les créations d’emplois en faveur des demandeurs diplômés de


l’enseignement supérieur sont toutefois insuffisantes et tendent vers la baisse
malgré une légère reprise en 2012.

Graphique 52: Evolution des créations d'emplois selon le sexe (en milliers)

100

80

60
Femmes

40

20 Hommes

0
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012

-20

-40

-60

-80

Source : ANETI, statistiques de l’emploi.

Malgré cette situation, les diplômés du supérieur accaparent plus de 70% de


l’ensemble des nouveaux contrats signés durant la période 2007/2012. Aussi,

46
Les taux de placement des cadres sont trois fois plus faibles (9.2% en 2010) que ceux des
non cadres très faibles (29.3% en 2010). Le taux de placement des femmes est de 7%
inférieur à celui des hommes.

83
le nombre des bénéficiaires des programmes d’emplois des diplômés du
supérieur est en hausse continue, excepté pour les années 2009 et 2011.47

Par ailleurs, selon une étude réalisée par la CRES et OIT (2012), la répartition
des salariés selon le type de diplôme sans le secteur privé montre bien
l’incapacité de ce secteur à absorber un nombre de plus en plus accru des
diplômés du supérieur.

Graphique 53: Répartition des salariés selon le type de diplôme (en %)

70% 66,6%

60%

50%

40%

30%

20% 14,7%
8,0%
10% 5,3% 4,1%
1,2%
0%
Aucun diplôme Formation Baccalauréat Technicien Licence, master et Ingénieur
professionnelle supérieur maîtrise

Source : CRES et OIT Résultats Enquête sur les structures des salaires 2012.

La proportion de salariés n’ayant aucun diplôme s’élève à 66.6%. Ainsi, les


emplois crées depuis des années dans le secteur privé sont en majorité
adressés aux personnes sans ou à faibles qualifications.

Les diplômés de l’enseignement secondaire et de la formation professionnelle


représentent 19.8% des salariés. Les diplômés du supérieur (techniciens
supérieurs, ceux qui détiennent une maîtrise, une licence ou un master, et
ingénieurs) représentent seulement 13.3% de l’ensemble des salariés du
secteur privé.

Donc, la structure de la production du secteur privé représente un handicap


majeur qui entrave les politiques en matière actives d’emploi et limite par

47
La baisse du nombre des bénéficiaires de ces programmes enregistré en 2009 est
attribuée à la crise mondiale. La baisse enregistrée en 2011 est attribué aux évènements
surgit dans le pays.

84
conséquent la réactivité de ce secteur par rapports aux mutations
structurelles du marché du travail tunisien.

Dans ce contexte, le secteur privé ne peut pas absorber les demandes


additionnelles d’emploi, malgré les multiples encouragements accordés par
l’Etat.

Tout le monde est d’accord sur une inadéquation entre l’offre et la demande
d’emplois qui a totalement déséquilibré le marché du travail. Par ailleurs, il
existe un autre indicateur qui montre cette inadéquation, il s’agit du
pourcentage de la population active occupé par rapport à la population totale
comme illustré dans le graphique ci-dessous :

Graphique 54: Pourcentage de la population occupée par rapport à la population totale au


niveau régional en 1994 et 2011

35%

30%

1994
25%
2011

20%

15%
District Nord Nord Centre Centre Sud Sud Tunisie
de Tunis Est Ouest Est Ouest Est Ouest

Source : INS.

Entre 1994 et 2011, la population totale tunisienne est passée de 8.8 à 10.6
millions, soit un taux de croissance annuelle moyen de 1.15%. Pendant la
même période, le taux de chômage a augmenté à un rythme de 3.7% par an.
Ainsi, le chômage évoluait à une vitesse près de trois fois plus élevée que la
croissance de la population. D’ailleurs, le nombre des chômeurs est passé de
378.5 milles en 1994 à 705 milles en 2011.

Le ratio emploi/ population âgée de 15 ans et plus est de 29.5% en 2011. Ce


faible taux montre l’inadéquation entre l’offre et la demande d’emplois, et il est
encore plus faible dans les régions où les créations d’emplois ne suffisent pas

85
pour absorber les nouvelles demandes. Les réponses des politiques de
développement étaient inadéquates dans ces régions, qui sont également les
régions les plus pauvres.

L’augmentation du nombre des diplômés du supérieur et l’incapacité de la


sphère productive du pays à répondre aux nouvelles exigences, traduit entre
autres, et selon le niveau d’instruction, des catégories des demandeurs
d’emplois qui ont des caractéristiques démographiques et des
caractéristiques de l’emploi et du chômage différentes qui dressent les
principaux zones et secteurs d’emploi. Le graphique ci-après donne un
aperçu sur les spécificités et la nature des catégories de chercheurs
d’emploi :

Graphique 55: Spécificités et nature des catégories de chercheurs d’emploi ciblées par les
programmes actifs d’emploi (PAE)

Niveau éducatif supérieur Faible Intermédiaire

croissnace rapide des femmes et


Caractéristiques démographiques jeunes Eeffectif en diminution rapide Effectif en diminution lente

chômage des jeunes et femmes


élevés; croissance rapide; longue Niveau de chômage intermédiaire
durée pour primo-demandeurs Niveau de chômage faible; emplois
Caractéristiques de l'emploi et du précaires plus fortre sensibilité à la conjoncture
chômage Inadéquation croissante entre offres Emplois plus précaires, plus faible
et demandes de travail; salaires bas
propodition du CDI
opacité du marché du travail

Surtout secteur public; moins de


Secteur exportateur; grandes
recrutement depuis 2005; préférence Entreprises familiales; très petites et
Secteur et zone d'emploi principaux entreprises, PME et micro
du privé pour les CDD; micro- micros entreprises
entreprises; salaires bas
entreprises en zones excentrées

Source : Banque mondiale, « Evaluation stratégique du fonds national pour l’emploi », p3.

On constate un afflux sur le marché des travailleurs d’un nombre maximum


de demandeurs d’emplois avec une croissance rapide des jeunes diplômés
du supérieur et des femmes. Cet afflux est aggravé par le caractère inachevé
de la mise à niveau de l’économie et son blocage sous les effets de la crise
économique et financière globale. Le poids de l’économie familiale et de très

86
petites entreprises reste déterminant. La contribution des grandes entreprises
et des petites et moyennes entreprises (PME) à la création d’emploi est
probablement insuffisamment exploité.48

2-2-5- Quelques résultats d’enquêtes d’insertion

Quelques enquêtes ont été réalisées par le Ministère de la Formation


Professionnelle et de l’Emploi et par l’Observatoire National de l'Emploi et des
Qualifications (ONEQ) en vu de détecter les diverses caractéristiques de
l’insertion des jeunes diplômés.

Tableau 8: Exemples d’enquêtes sur l’insertion des diplômés du supérieur

Enquête /date Réalisé par Echantillon Objectif


Fin 2005 Ministère de la 4763 diplômés du Analyser les situations
(18 mois après formation supérieur de la professionnelles des jeunes
1 l’obtention du professionnelle et promotion 2004 diplômés après18 mois
diplôme) de l’emploi et de la l’obtention du diplôme.
banque mondiale
Fin 2007(40 mois Ministère de la 4763 diplômés du Analyser l’évolution des
après l’obtention formation supérieur de la situations professionnelles entre
du diplôme) professionnelle et promotion 2004 deux moments du parcours
2 de l’emploi professionnel des jeunes
diplômés, soit 18 mois et 40
mois après l’obtention du
diplôme.
Octobre 2009 (20 ONEQ 410 ingénieurs Fournir une idée générale sur
mois après diplômés en 2008 l’insertion des ingénieurs de ces
l’obtention du de l’Institut National établissements universitaires 20
diplôme) des Sciences mois après l’obtention de leurs
3
Appliquées et de diplômes
Technologies -fournir un éclairage sur la
(INSAT) mobilité internationale de ces
diplômés
Aout 2010(36 ONEQ 579 individus Une enquête longitudinale sur
mois après diplômés les trois premières années de
l’obtention du ingénieurs vie professionnelle des
diplôme agronomes ingénieurs agronomes diplômés
diplômés en 2007 en 2007 issus des
issus des établissements nationaux
établissements
4 nationaux, qui ont
été enquêtés par
téléphone.
Le taux de réponse
est de 54%(315
questionnaires
exploitables)

Source : Réalisée par l’auteur.

48
Il s’agit des conclusions de la Banque mondiale lors de l’élaboration du rapport d’évaluation
stratégique du fonds national pour l’emploi.

87
En ce qui concerne les enquêtes 1 et 2, il s’agit d’une phase de préparation
d’un rapport conjoint du Ministère de la Formation Professionnelle et de
l’Emploi et de la Banque mondiale de 2009.49

La première enquête qui a été réalisé fin 2005, cible 4763 diplômés du
supérieur de la promotion 2004, dix-huit mois après l’obtention du diplôme. La
deuxième enquête, réalisée en 2007, prend le même échantillon, c’est à-dire
quarante mois après l’obtention du diplôme. L’évolution des situations
professionnelles des jeunes constatée entre les deux sondages révèle les
principaux résultats suivants :

-Une insertion de plus en plus difficile des diplômés du supérieur sur le


marché de l’emploi.

-Sur la promotion des diplômés de 2004, le taux d’emploi 3 ans et demi après
l’obtention du diplôme est d’environ 62% (dont un quart de contrat aidés),
contre 38% qui sont au chômage ou inactif.

-Le taux d’emploi n’est supérieur à 90% que dans les filières d’ingénierie, en
particulier dans les spécialités technologiques.

-Pour la quasi-totalité des autres filières, les jeunes diplômés rencontrent des
difficultés à trouver de véritables emplois, en dépit de politiques actives qui
représentent un coût équivalent à 1.5% du PIB.

-Pour ceux qui occupent un emploi, les situations de déclassement ou


d’inadéquation sont importantes :

-Le taux de déclassement (c’est-à-dire l’inadéquation du niveau de diplôme


au niveau de l’emploi occupé) est particulièrement important pour les titulaires
d’une maîtrise universitaire (36%) et les techniciens supérieurs (20%) et
moins marqué pour les ingénieurs, pour la plupart agronomes (7%).

49
Ce rapport est intitulé « Dynamique de l’emploi et adéquation de la formation parmi les
diplômés du supérieur ». Ce rapport est la deuxième partie d’un rapport de suivi sur l’insertion
professionnelle de jeunes diplômés dans le monde du travail en Tunisie.

88
-Les taux de décalage50, inférieurs aux taux de déclassement, concernent
aussi là encore les techniciens supérieurs (29%) et les titulaires d’une
maîtrise (10%)51.

En ce qui concerne l’enquête 3 qui a été réalisé par l’ONEQ en 2009,


l’échantillon comprend 410 ingénieurs diplômés en 2008 de l’Institut National
des Sciences Appliquées et de Technologies (INSAT). Cette enquête a donné
les résultats suivants:

-Les ingénieurs les plus concernés par la mobilité internationale sont ceux de
la spécialité « Génie Logiciel» avec 37% suivis par les spécialistes « réseaux
informatiques et télécommunications » avec 20%.

-A la date de l’enquête, trois quarts des ingénieurs diplômés de l’INSAT et


résident en Tunisie sont occupés (soit 307 ingénieurs). Plus que la moitié
d’entre eux ont décroché un contrat à durée indéterminée.

-Quatre jeunes sur dix sont sous contrats à durée déterminée ou un stage
d’initiation à la vie professionnelle (SIVP1).

-Un jeune sur dix de cette population est à la recherche d’un emploi.

-Ceux qui poursuivent leurs études représentent 13%, alors que ceux qui
renoncent à toutes activités ne représentent que 1% et ce ne sont que des
jeunes filles.

-L’analyse par spécialité montre que, la quasi-totalité des ingénieurs en


« génie logiciel » et résidant en Tunisie sont occupés à la date de l’enquête.

-Les résultats montrent aussi la bonne performance des disciplines « réseaux


informatiques et télécommunication » et « instruments et mesure
industrielles ». La part des jeunes occupés est respectivement de 86% et
89%.

50
Le taux de décalage indique la part des diplômés occupés dans des emplois sans rapport
avec leur spécialité ou domaine de compétences.
51
République tunisienne (2009), l’insertion des jeunes diplômés de l’enseignement supérieur-
promotion 2004 : analyse comparative des résultats de deux enquêtes (2005 et 2007),
Document conjoint du Ministère de l’emploi et de l’insertion professionnelle des jeunes et de
la Banque mondiale, juillet 2009.

89
-Par contre, les ingénieries dans les spécialités « biologie industrielle » et
« chimie industrielle » ont les situations professionnelles les moins favorables
parmi les diplômés de l’INSAT. En effet, moins de la moitié des ingénieurs de
ces disciplines sont occupés à la date de l’enquête.

L’enquête 4 a été réalisée par l’ONEQ en Aout 2010. L’échantillon comprend


579 individus diplômés ingénieurs agronomes diplômés en 2007 issus des
établissements nationaux. Tout les interviewés ont été diplômés depuis trois
ans. Les résultats de l’enquête 4 sont :

-Cette évaluation a établi que, à la date de l’enquête, 54% des diplômés sont
occupés soit en tant que salariés (30%), stagiaires SIVP1(15%), bénéficiaires
du programme de prise en charge de l’Etat de 50% du salaire (4%) et
indépendants ou aides familiaux (4%).

-Les jeunes, qui sont à la recherche active d’un emploi, trois ans après
l’obtention de leurs diplômes constituent 24% du total des diplômés, soit 140
chômeurs.

-Plus de 22% des jeunes se sont déclarés inactifs. Ils sont pour la plupart
inscrits dans un cursus universitaire (16%), ou dans une formation
complémentaire ou de reconversion (1%).

-les inactifs non disponibles pour un emploi représentent 5% des diplômés52.

-Le taux global d’emploi de ces diplômés, à la date de l’enquête, ne serait que
de 39%, si l’on considère que le SIVP est une forme particulière emploi.

2-2-6- Evaluation des programmes de l’emploi salarié

Face au problème accru de chômage des diplômés de l’enseignement


supérieur, plusieurs programmes ont été préconisés. Ces programmes sont la
promotion l’emploi salarié et l’encouragement de l’emploi indépendant
(entrepreneuriat).

52
ONEQ (2010), Etude sur l’insertion des ingénieurs agronomes de 2007, rapport d’étude.

90
Dans une tentative d’évaluer l’impact de ces programmes, on va procéder
tout d’abord à montrer l’impact des mesures de l’emploi salarié. En ce qui
concerne l’évaluation des programmes orientés vers l’entrepreneuriat, la
section suivante donnera des détails.

L’évaluation des impacts des programmes de promotion de l’emploi salarié


est une étape cruciale dans l’élaboration des politiques d’emploi. Cependant,
sans une enquête spécifique pour suivre le parcours professionnel des
bénéficiaires de stages, il est impossible, en se basant uniquement sur les
données de suivi administratif des stages, de mesurer leur impact.53 Dans ce
contexte, pour détecter les performances des stages sur la probabilité
d’insertion effectuées en 1996, 1998 et en 2004, il est difficile d’évaluer
l’impact des stages. La raison réside dans le fait que les populations
confrontées, bénéficiaires versus non bénéficiaires, n’ont pas adopté la même
attitude vis-à-vis du stage.54 Ci-dessous quelques évaluations :

-Le Programme de recherche active d’emploi AMAL a été lancé dans un


contexte de pression exercée par la crise économique et sociale vécue par le
pays à la veille de 2011. Le nombre d’inscrits a dépassé le stock des
chômeurs des diplômés du supérieur.55 Cependant, AMAL a mis en exergue
le risque de substitution des autres programmes ainsi que la faiblesse du
dispositif de suivi du marché du travail. Le ministère de la formation
professionnelle et de l'emploi indépendant a suspendu le programme pour
l’encouragement à l’emploi Amal, depuis aout 2012. Le programme pour
l'encouragement à l'emploi est entré en vigueur pour le remplacer.

53
L’enquête spécifique permet d’identifier les modalités d’insertion professionnelle des
bénéficiaires de stages et en portant, sur une population comprenant des bénéficiaires et
des non bénéficiaires, elle permet de mesurer l’impact différentiel, en terme d’employabilité
(probabilité d’emploi), du bénéficie du programme.
54
Les bénéficiaires se sont rendus à l’ANETI avec une proposition de stage qu’ils ont obtenu
par leur propre effort de démarche. L’ANETI a validé le contrat qui a été préparé dans une
relation personnalisée entre le stagiaire et l’entité d’accueil. Certains non bénéficiaires n’ont
pas besoin de stage et trouvent directement un emploi stable. On trouve 27.9% des non
bénéficiaires qui travaillent sous un CDI, contre seulement 21.7% des bénéficiaires.
55
L’effectif des bénéficiaires du programme Amal était au 25 novembre 2011 de 193920, dont
67.8% de sexe féminin. L’identification des personnes inscrites à la CNSS ou dans le registre
des étudiants a permis la résiliation de 49384 contrats.

91
-Le Stage d’Insertion dans la Vie Professionnelle reste la mesure phare,
basée sur la demande des entreprises et assortie d’une opportunité de
soutien à la formation en fonction de la demande de l’entreprise accueillant le
stagiaire.

-Le Contrat Emploi-Solidarité (CES): l’échec de cette mesure se traduit par le


ciblage des programmes des contrats. Par ailleurs, les bénéficiaires du fonds
national de l’emploi (FNE) étaient constitués à 88% de jeunes titulaires d’un
niveau inférieur à celui des cadres, 66% de niveau primaire et 22% du niveau
secondaires.56

-Les stages en faveur des diplômés du supérieur sont fonctionnels surtout


dans les zones caractérisées par une forte densité économiques (publiques et
privés) et une main d’œuvre plus qualifiés.

-Les programmes actifs d’emploi sont vulnérables au détournement à cause


de l’opportunisme des acteurs. L’absentéisme lors des stages ou certaines
prestations convenues dans les contrats illustre ce détournement.

2-3-Le volet entrepreneurial

2-3-1-Définition et importance de l’entrepreneuriat

La culture entrepreneuriale est constituée de qualités et d’attitudes exprimant


la volonté d’entreprendre et de s’engager pleinement dans ce que l’on veut
faire et mener à terme. Elle se veut être comme une culture du projet, une
culture toute particulière puisqu’elle vise à produire de la nouveauté et du
changement. Elle se veut aussi être une culture de création et de
construction.

La culture entrepreneuriale ne doit plus être considérée uniquement comme


un moyen de créer de nouvelles entreprises, mais plutôt comme une attitude
générale qui constitue un atout précieux dans la vie quotidienne et
professionnelle de tout citoyen, compte tenu de la portée des caractéristiques
qui la définissent.

56
Chiffres de l’ANETI.

92
Par ailleurs, l’esprit d’entreprise concerne la connaissance de l’entreprise et
de l’entrepreneur, alors que l’esprit entrepreneurial consiste essentiellement
en une volonté d’agir pour créer du changement, de la nouveauté, pour fixer
des buts et réaliser des projets.

L’éducation, l’apprentissage par projet, et la sensibilisation et l’information


sont les principaux moyens de l’entrepreneuriat.

L’entrepreneuriat joue un rôle important dans le développement des pays.


Tout d’abord, en ce qui concerne le pays, l’engagement dans des projets
permet de stimuler la compétitivité, l'innovation, la productivité et la
croissance économique. Aussi, l’entrepreneuriat permet de rattraper le retard
par rapport à d'autres pays au chapitre de la création d'entreprises. Au
même titre, elle valorise la richesse et son rôle dans le développement
économique et social. En ce qui concerne les individus, l’entrepreneuriat
permet de faire un choix de carrières désirable. Aussi, elle permet d’améliorer
leurs capacités à vivre avec l’incertitude et à répondre positivement au
changement. Au gouvernement, la promotion de la culture entrepreneuriale
permet la prise en charge des initiatives de promotion à moyen et long
termes, car le secteur privé est peu susceptible à le faire.

Notons le fait que l’entrepreneuriat ne permettra pas de résoudre


définitivement le problème du chômage chez les jeunes, mais il peut
certainement constituer une partie de la solution.

2-3-2-L’évolution de la part du travail indépendant

La discrimination du marché du travail selon le type de travail57 peut donner


une idée sur la proportion des jeunes qui sont impliqués dans une activité
indépendante. Le graphique ci-dessous donne un aperçu sur la répartition de
la population active occupée selon le statut dans la profession :

57
Travail salarié, travail indépendant et aide familiale.

93
Tableau 9: Répartition de la population active occupée selon le statut dans la profession

2011 2012 2013 2014 2015


2006 2007 2008 2009 2010
(T4) (T4) (T4) (T4) (T3)

Indépendant 24,82 24,54 25,23 25,09 25,62 24,74 25,03 25,28 26,51 24,50

Salarié 68,18 69,50 69,30 69,06 68,50 70,33 70,46 70,64 69,59 71,50

Aide familial 6,91 5,79 4,60 4,96 5,84 4,90 4,49 3,84 3,61 2,94

Non déclaré 0,09 0,18 0,87 0,89 0,04 0,03 0,02 0,24 0,28 1,05

Total 100,00 100,00 100,00 100,00 100,00 100,00 100,00 100,00 100,00 100,00

Source : enquêtes emploi, INS.

Les salariés accaparent la part la plus importante de la population active


occupée (71.50%). Le nombre des travailleurs indépendants est passé de
741.7 milles en 2006 à 831.2 au cours du troisième trimestre 2015, soit un
taux de croissance annuel moyen de 1.21%; cependant, leur part a resté
presque aux alentours de 25% durant cette période. Ceci montre que les
attitudes et aussi les opportunités d’emplois, sont concentrées au niveau de
l’emploi salarié et leurs parts ne sont pas changées.

Ceci semble indiquer des disparités au niveau des caractéristiques des


marchés du travail à l’instar des disparités au niveau des barrières et des
possibilités. Aussi en ce qui concerne les conditions du marché de l’emploi,
les marchés où le taux de travailleurs indépendants est globalement élevé
sont plus susceptibles d’afficher un taux également élevé de jeunes
indépendants. Dans le cas contraire, le travail indépendant est peut-être
moins recherché lorsqu’il existe des possibilités d’emploi salarié et/ou la
culture entrepreneuriale n’est pas assez développée, et il est donc logique
que le taux de jeunes indépendants soit moins élevé sur ces marchés. En
Tunisie, il semble que la mauvaise perception de la culture entrepreneuriale
est la cause principale de la diminution de la proportion des travailleurs
indépendants puisque les créations des emplois dépendants sont assez
limitées.

Mais, la question fondamentale qui se pose pour la Tunisie, un pays dont les
créations des emplois « publics » sont insuffisantes pour absorber les
demandes d’emplois : est-ce qu’un développement de l’entrepreneuriat
permet d’absorber tous les jeunes sur le marché de l’emploi ? Si on se réfère

94
à l’expérience de quelques pays, on remarque que l’entrepreneuriat permet
d’estomper les taux de chômage, et avec des degrés différents selon le
contexte de chaque pays, et non l’intégration de tous les chômeurs. Ainsi, il
n’existe pas de recette miracle qui permet, via l’entrepreneuriat, d’intégrer
tous les jeunes sur le marché de l’emploi. Par ailleurs, les pays sont
confrontés à des pressions et à des défis qui les obligent à soutenir, par
plusieurs moyens, leurs jeunes. Si la croissance économique et la création
d’emplois au niveau macroéconomique constituent une partie importante de
la solution, ils ne suffiront pas à garantir la participation des jeunes au
marché du travail.

2-3-3-Les programmes destinés à promouvoir le travail indépendant

Le chômage, et surtout des diplômés du supérieur, a fortement augmenté en


Tunisie au cours des dernières années. Les jeunes diplômés éprouvent de
plus en plus de difficultés à entrer sur le marché du travail.

Le gouvernement tunisien a mis en effet une série de programmes destinés à


aider les jeunes à créer leur propre entreprise en mettant à leur disposition
une formation à l’entrepreneuriat, des informations, des conseils et un
accompagnement, un soutien financier ainsi que des infrastructures telles que
les pépinières d’entreprises et des réseaux de jeunes entrepreneurs. De
mêmes quelques institutions financières et d’accompagnement ont été créée
telles que la Banque Tunisienne de Solidarité (BTS). Aussi, le Fonds National
pour la Promotion de l’Artisanat et des Petits Métiers (FONAPRAM) a été
crée en 1981 et concerne les personnes qualifiées et les travailleurs
indépendants ainsi que les artisans et les chefs des micro-entreprises
désirant créer ou étendre leurs entreprises ou activités. De son côté, le
Ministère de l’Agriculture gère un Fonds spécial pour le développement de
l’Agriculture (FOSDA). En ce qui concerne l’industrie, il y a le Fonds de la
Promotion de la Décentralisation Industrielle (FOPRODI). De son côté du
développement régional et des PME et des micros entreprises, il y a le
Programmes de Développement Régional Intégré (PRDI), le Programme
Régional de Développement (PRD) et le Programme du Développement
Urbain Intégré (PDUI).

95
2-3-4-Les jeunes entrepreneurs et le financement en Tunisie58

Le financement des projets destinés à promouvoir l’emploi indépendant est


réalisé par quelques institutions spécialisées. On présente ainsi quelques
unes.

La première banque tunisienne spécialisée dans le financement de petits


projets est La Banque Tunisienne de Solidarité (BTS). Le financement
s’effectue par le biais du financement direct ou via les Associations de Micro
Crédits (AMCs). Les Bénéficiaires sont les personnes physiques diplômées
de l’enseignement supérieur, ou de la formation professionnelle, à la
recherche d’une réinsertion dans le cadre de la restructuration de l’économie
nationale. Le crédit maximum accordé est de 15 milles dinars et peuvent
atteindre 100 milles dinars pour les diplômés de l’enseignement supérieur. La
BTS accorde des crédits à court et à moyen terme en pratiquant un taux
d’intérêt préférentiel de 5% maximum l’an. Les délais de remboursement sont
de 6 mois à 7 ans. Les délais de grâce sont de 6 mois à 12 mois. Les fonds
de roulement ne doivent pas dépasser 15% du coût du projet.

Tableau 10: Projets financés par la Banque Tunisienne de Solidarité

2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009

Nombre des diplômés créateurs - - 145 149 139 207 311 -

Nombre total des bénéficiaires 10186 7398 7586 7667 6152 10282 11234 10178

Montant de subventions (MDT) 51.6 40.9 39.3 43 39.9 81.7 101.6 92.1

Création d’emploi 15705 10218 12211 11927 10208 18712 22226 18849
Source: BTS et ONEQ-base de données

De son côté, la Banque de Financement de Petites et Moyennes Entreprises


(BFPME), qui a était créée en 2005, couvre l’intégralité des activités de
conseil, de suivi et de financement dédiés aux petites et moyennes
entreprises. La BFPME finance l’acquisition des biens d’équipement, le génie
civil, le fond de roulement et l’investissement immatériel à la création et au
niveau de l’extension.

58
Les statistiques sont tirées à partir des sites internet de la BTS et la BPME.

96
La BFPME a approuvé le financement, jusqu’au fin 2014, de 1534 projets
d’un coût global de 1175.7 millions de dinars, et pour lesquelles la banque a
présenté des financements avoisinant 353.3 millions de dinars.

Au niveau de la répartition sectorielle des projets approuvés, le secteur des


industries agroalimentaires accapare la part la plus importante des
financements avec un montant de 79,5 MD (326 projets), suivi par le secteur
de services (54 MD et 301 projets), des industries chimiques et plastiques
(48,4 MD et 142 projets) et des industries des matériaux de construction, de
la céramique et du verre (39,2 MD et 113 projet). Par ailleurs, le nombre des
projets innovants demeure faible.

Les projets approuvés par la BFPME ont bénéficié à l’ensemble des régions
du pays, dont 101 projets à Kasserine (22 MD), 83 projets à Gafsa (plus de
11MD), 81 projets à Zaghouan (31 MD) et 77 projets à Béja (23 MD). La
banque a approuvé, aussi, 122 projets à l’Ariana (22 MD), 105 projets à
Sousse (22 MD) et 91 projets à Sfax (32 MD).

Enfin, le Fond National de Promotion de l’Artisanat et des Petits Métiers


(FONAPRA) qui a été crée en 1981, a pour objet la promotion du travail
indépendant et l’encouragement à la création et l’extension des petites
entreprises dans les domaines de l’artisanat, des petites manufactures et des
activités de services à l’exception des activités à caractères commerciales ou
agricoles. La dotation FONAPRAM est accordée sans intérêts. Elle est
remboursable sur une durée de 11 années dont une période de grâce ne
dépassant pas la période de remboursement du crédit.

2-3-5-Etat de l’entrepreneuriat en Tunisie : les difficultés à concevoir

L’examen de l’état de l’entrepreneuriat révèle plusieurs difficultés qui ont trait


à son efficacité en terme d’emplois crées ou bien aux obstacles rencontrées
par les jeunes promoteurs lors du processus de projets dans ses différentes
phases.

En ce qui concerne l’efficience de l’entrepreneuriat, la question qui se pose


est de savoir si ces programmes d’encouragement et de soutien à créer des
entreprises aident les jeunes à sortir du chômage et génèrent une valeur

97
ajoutée économique. Les statistiques disponibles à cet égard sont
relativement peu nombreuses et manquent de rigueur. Une enquête réalisée
par le Ministère de la formation professionnelle et de l’emploi en 2006 a
montré que la création de micro projets fiancées par la BTS génère en
moyenne 1.3 emploi alors que le projet d’extension ne crée que 0.3 emplois
supplémentaires. Dans ce cadre, « ce sont toutefois les secteurs du bâtiment
et de l’artisanat qui créent le plus d’emplois pour un montant de 10.000 dinars
avec respectivement 4.9 et 4 emplois en moyenne pour les projets
nouvellement crées. Ce sont probablement les secteurs qui nécessitent moins
d’investissements en équipements et qui emploient traditionnellement plus de
main d’œuvre »59. Ainsi, les divers mécanismes qui ont été créés pour
promouvoir le travail indépendant ne permettent pas de résorber le problème
de chômage de plus en plus accru.

En ce qui concerne les difficultés rencontrées par les jeunes promoteurs, tout
d’abord, il semble que les jeunes soient confrontés à des obstacles les
empêchant de transformer leurs idées en projets. Parmi eux, on peut citer
l’attitude de la société à l’égard de l’entrepreneuriat, le manque de
compétences, l’insuffisance de la formation à l’esprit d’entreprise, le manque
d’expérience professionnelle, l’absence de fonds propres, l’absence de
contacts et autres barrières inhérentes au marché.

En effet, les jeunes sont influencées par l’environnement familial et


l’environnement éducatif. Les modèles de référence, généralement, de ces
jeunes sont présentés par les parents et les professeurs. Cependant, ces
derniers sont souvent peu informés des exigences et des perspectives de
l’entrepreneuriat. L’employabilité des diplômés du supérieur est socialisée
depuis la naissance à l’idéal des « positions établies » et « faire carrières »

Comme le travail indépendant est par définition est une activité à risques, les
jeunes seront découragés et n’auront pas un esprit de défi pour se lancer

59
Ministère de la formation professionnelle et de l’emploi, Banque Mondiale, Rapport conjoint
« Etude d’évaluation des mécanismes de financement de la micro-entreprise-vol1-enquête de
suivi des microprojets financées par la BTS ».

98
dans un processus "perçu comme négatif" de la société dont la mentalité est
trop orientée vers le secteur public.

Encadré 8: Les étapes du plan d’affaires

Un plan d'affaires doit couvrir les aspects les plus importants de l'étude du projet ainsi
que les différentes phases de la réalisation de l'affaire. Il doit montrer que l’opportunité
envisagée est réalisable, rentable et qu’il est en mesure de la saisir. Ce plan doit
s'exprimer par des plans, programmes et des budgets. L'objectif étant donc la réduction
des délais de réalisation et l'optimisation de l'utilisation des ressources, et la prévision.
C'est un moyen de pilotage, de suivi et de contrôle de la réalisation du projet. L'étape
d'élaboration du plan d'affaires vient après avoir étudié la faisabilité du projet tel que
présenté dans la figure suivante :

Idée de projet

Analyse de l'opportunité et etude de pré-


faisabilité

Etude de faisabilité

Etude
Etude des Etude
Etude de Etude juridique,
ressources économique
marché technique fiscale et
humaines et financière
sociale

Plan d'affaires

Ensuite, le promoteur devra boucler le schéma de financement, réunir et préparer la


mobilisation des ressources financières et accomplir les différentes formalités
administratives, les autorisations, constituer des garanties… C’est alors qu’il peut
commencer la réalisation effective du projet : acquérir et mettre à la disposition
de l’entreprise les moyens matériels et les ressources humaines pour le démarrage
des activités. Ce démarrage nécessite une préparation minutieuse et une coordination
rigoureuse des tâches pour éviter les retards de réalisation et les gaspillages. Le
promoteur devra au cours de cette phase exécuter trois tâches importantes : assurer
un bon démarrage pour garantir la survie de l’entreprise ; mettre en place le
système de direction et de gestion ; préparer la croissance de l’entreprise.

Extrait du « Support du module création d’entreprises », Version 1.2, Université virtuelle


de Tunis, Septembre 2008.

Quant à la formation à l’esprit d’entreprise dans les universités tunisiennes,


cette formation a pour objectif de libérer du salariat. Cependant, ces

99
programmes n’ont pas joué un rôle décisif dans le changement des attitudes
et des compétences entrepreneuriales. En effet, les étudiants expriment des
préférences pour l’emploi salariés. Les étudiants ont encore de faibles
préférences pour la culture entrepreneuriale.60

Un autre obstacle rencontré par les jeunes promoteurs est le manque de


capital humain, financier et social nécessaire pour créer et faire prospérer
leurs projets. Par conséquent, ils n’ont pas toujours les compétences
nécessaires pour diriger une entreprise. Comme on le savait, les chances de
réussite sont d’autant plus élevées que les entrepreneurs disposent de
ressources financières initiale. Or, les jeunes sont désavantagés à cet égard,
car non seulement ils ne peuvent généralement pas s’appuyer sur un
autofinancement, mais ils éprouvent également plus de difficultés à obtenir un
crédit bancaire, par exemple. Par conséquent, ces obstacles font que les
jeunes ne constituent pas le groupe de personnes les plus susceptibles de
créer leurs propres entreprises. Les marchés financiers peuvent se montrer
peu enclins à soutenir des entreprises dirigées par des jeunes. Par ailleurs,
les jeunes entrepreneurs disposent habituellement d’un capital social restreint
et d’un réseau de contacts professionnels peu étendu. Ceci peut compliquer
la création et la gestion d’une entreprise et empêcher les entrepreneurs de se
présenter auprès des principales parties prenantes (organismes financiers,
clients, fournisseurs).

Les jeunes promoteurs sont également confrontés à quelques barrières


inhérentes au marché. En effet, ces derniers rencontrent des discriminations
sur le marché des produits, les clients pouvant mettre en doute la fiabilité de
leurs produits ou de leurs services. En plus, et en raison du peu de
ressources dont ils disposent, ces jeunes créent des entreprises dans des
secteurs caractérisés par de faibles barrières à l’entrée, mais soumis à une
forte concurrence.

60 ème
Une enquête ciblant 400 étudiants de 4 année (maîtrise) inscrits à la Faculté des lettres
et sciences humaines de Sfax en 2004 révèle que la volonté d’acquérir un emploi salarié est
telle que l’option de créer son propre projet indépendant (financé par la famille ou par crédit
bancaire) n’intéresse que quelque 10 % des interviewés.

100
L’évaluation des programmes gouvernementaux consiste à savoir si la
démarche destinée à promouvoir le travail indépendant via diverses mesures
est conforme avec l’esprit du travail indépendant. En effet, les instruments
sont isolés et non des paquets intégrés de services complémentaires, et par
conséquent, contradictoires avec le vrai sens de l’entrepreneuriat.

Par ailleurs, on constate que l’optimisme quant à la faisabilité du lancement


d’une entreprise diminue avec l’âge. Aussi, le fait d’avoir l’intention de devenir
indépendant est une chose, mais passer à l’acte en est une autre.

Mais est-ce que tous les jeunes rencontrent les mêmes obstacles ? Le
constat empirique révèle des différences importantes entre les groupes en ce
qui concerne leur potentiel d’entrepreneuriat et les obstacles auxquels ils sont
confrontés. Les groupes qui rencontrent le plus de difficultés sur le marché de
l’emploi sont les jeunes vivants dans des zones défavorisées, ceux issus de
familles à bas revenus et ceux ayant un faible niveau d’éducation. Le groupe
rencontrant le plus de difficulté est celui formé par les jeunes qui ne sont ni en
emploi, ni scolarisés, ni en formation. Généralement, la probabilité qu’une
personne lance, ou tente de lancer, sa propre entreprise augmente avec le
niveau d’études

Il faut noter que toutes les catégories d’obstacles sont liées alors que les
solutions au lieu d’être liées, elles sont ponctuelles.

101
Pannes d'efficacité et d'efficience internes

Offre qui reste à concevoir et faiblesses des acquis des étudiants

Prolifération de la corruption dans le milieu universitaire

Absence d'un processus des réformes adéquat

Trappe à la mauvaise gouvernnace universitaire

Loin des comptes au niveau de l'égalité des chances

Carte universitaire peu convaincante

Pannes d'efficience et d'efficacité externes

Chômage de plus en plus accru des jeunes et des femmes

Leurre d'employabilité et difficulté d'insertion

Désullusion à la sortie, déclassment et inadéquation

Déséquilibre entre qualifiquationsproduites et qualifications demandées

Insuffisance et échec des mécanismes de promotion de l'emploi salarié

102
III. Pistes d’amélioration de l’efficience de l’enseignement
supérieur

1-L’amélioration des marges d’efficacité et d’efficience internes

L’amélioration, des marges d’efficience interne passe par un examen serein


et franc de l’état des lieux permettant de diagnostiquer les points forts et les
points faibles.

1-1-Une amélioration de la qualité d’enseignement

L’amélioration de la qualité de l’enseignement passe principalement par trois


canaux. Premièrement, vu son impact négatif sur le rendement de
l’enseignement supérieur, l’orientation des nouveaux bacheliers doit faire
l’objet d’études et d’analyses approfondies. Dans ce contexte, il serait
intéressant par exemple de faire un diagnostic des résultats des étudiants au
niveau des deux premières années d’enseignement supérieur selon plusieurs
paramètres à l’instar de la nature du baccalauréat et le choix motivé de la
filière. Il faut savoir si les nouveaux bacheliers possèdent les informations
suffisantes pour faire l’orientation et aussi étudier le lien avec le marché de
l’emploi.

Deuxièmement, il faut agir pour augmenter la capacité du corps professoral.


Les concours de recrutement doivent être exigeants. Aussi, il faut définir les
limites théorie/ appliqué pour accroître et valoriser l’utilité des cours pour la
vie professionnelle.

Aussi, il est important de faire une coordination entre le contenu des cours et
des travaux dirigés. Un autre facteur essentiel de réussite consiste à instaurer
une nouvelle vision pour encourager le travail collaboratif et une pédagogie
participative. A ce propos, les sites internet des établissements universitaires
doivent être une source d’un travail interactif et non une source d’informations
routinières seulement.

Par ailleurs, le renforcement de la qualité d’enseignement passe


nécessairement par une amélioration des conditions de travail. C’est ainsi

103
que, par exemple, l’amélioration de l’environnement universitaire est crucial
pour maintenir la motivation des étudiants, enseignants et administratifs.

Troisièmement, il faut faire du cursus universitaire de formation un cursus


attractif et ciblé. C’est ainsi qu’une lisibilité du cursus permet de rassurer les
divers protagonistes. Le développement des programmes d’appui à la qualité
doit passer par un benchmarking par une analyse des meilleures pratiques
dans le monde : c’est à notre avis crucial dans la voie de recherche de
véritables solutions.

Il est à noter aussi que l’Etat doit renforcer les dépenses consacrées à
l’investissement dans le but d’élargir l’accès au savoir et de faciliter la
promotion des qualifications. La mobilisation d’autres ressources s’avère
indispensable pour soutenir l’effort public de financement. Parmi ces
ressources on peut citer : développement des ressources propres des
établissements universitaires, instauration de la gestion par objectifs afin
d’améliorer l’efficacité des systèmes d’affectation et d’utilisation des
ressources, la recherche des formules appropriées respectant les choix
fondamentaux (équité) et permettant la revalorisation de la contribution des
citoyens aux coûts des études.61 La pérennité financière de l’enseignement
supérieur se pose surtout lorsqu’il s’agit de savoir comment maintenir les
équilibres de l’enseignement supérieur tout en assurant les adaptations
nécessaires pour un marché de travail en mutations profondes et de plus en
plus exigeant. Cette pérennité conditionne nécessairement les efforts
engagés pour améliorer l’accès et la qualité de l’enseignement supérieur.

1-2-Une lutte contre la dévalorisation des diplômes

La mobilité sociale est constituée par l’ensemble des ressources, des


capacités individuelles et les possibilités en matière d’embauche.
L’augmentation des taux bruts de scolarisation et la démocratisation de

61
Cf. Banque mondiale, « Note de politique sectorielle sur le financement de l’enseignement
supérieur ».

104
l’enseignement ne doivent pas impliquer que la structure de cette mobilité
reste statique dans le temps.62

Pour préserver la crédibilité des diplômes et pour dépasser le problème de


leur faible qualité et leur faible signalement sur le marché du travail, il faut
mettre l’accent sur la distribution des diplômés par rapport aux domaines
d’études. A ce propos, les actions doivent être menées non seulement sur les
filières existantes mais aussi sur des nouvelles filières pour concevoir une
nouvelle offre universitaire (par exemple des filières d’aménagement du
territoire transversales ou sectorielles). Ceci peut résorber, en partie, le
problème de chômage des diplômés et ainsi garder et améliorer la crédibilité
des diplômes. Seule cette crédibilité peut faire de l’université le plus grand
réservoir de compétences et d’idées nouvelles et renouvelables.

1-3-Une évacuation du phénomène de la corruption

Pour lutter contre la corruption trois actions sont à concevoir. Tout d’abord, il
faut dénoncer ce phénomène. Le Ministère de l’enseignement supérieur est
appelé à engager des actions a ce propos (journée scientifiques, forums,
textes législatives, etc.). Aussi, les enseignants et les administrateurs doivent
contester tout les formes de la corruption. De la part des étudiants, le syndicat
doit jouer un rôle déterminant pour l’information, l’appui et la défense. Ensuite,
il faut avoir une sensibilisation de la part de tous les acteurs universitaires.
Dans ce contexte, l’amélioration et la création des systèmes anonymes (lors
des examens par exemple) et la création des relais d’écoutes au sujet de la
corruption dans chaque établissement sont des étapes cruciales. Finalement,
il faut gérer bien la lutte contre la corruption. Une meilleure gouvernance et
une transparence lors des litiges, une amélioration des rémunérations des
agents, un système de sanction efficace, un système d’évaluation et de suivi,
sont autant d’actions qui permettent une gestion efficiente de la corruption.

**

62
Raymond Boudon (1997, 307), a qualifié cette situation de "l’effet de plancher" selon
lequel : « l’augmentation considérable des taux de scolarisation et la démocratisation de
l’enseignement n’implique ni que la mobilité doit augmenter ni que sa structure soit modifiée
dans le temps ».

105
1-4-Un nouveau paradigme pour la gouvernance universitaire

Au-delà des mots magiques d’une bonne gouvernance, il faut savoir selon
quel paradigme et pour qui exactement cette bonne gouvernance est
adressée. Ainsi, une vision fédératrice de l’avenir de notre université doit
mettre en perspective la gouvernance et son cortège de mesures
d’accompagnement.

Dans cette perspective et pour que les réformes réussissent, il faut se


dégager de la trappe de la mauvaise gouvernance universitaire qui bloque de
larges pans de notre administration publique.

En ce qui concerne les établissements d’enseignement supérieur publics,


l’amélioration des organes de gouvernance est cruciale. Également, les textes
régissant le système d’enseignement supérieur doivent être adaptés aux
bonnes pratiques de gouvernance universitaires.

En ce qui concerne les établissements d’enseignement privé, il faut créer et


améliorer les mécanismes de gouvernance pour s’assurer de leur viabilité
institutionnelle. Aussi, il faut renforcer le contrôle externe et ex post de ces
établissements.

Par ailleurs, il faut bien s’assurer de la présence dans les organes de


gouvernance de personnes qualifiées et compétentes. L’encouragement d’un
partenariat entre les établissements à travers le partage des ressources et
compétences est aussi d’une importance capitale pour de meilleures
performances. Le fait d’impliquer davantage le secteur privé dans les organes
de gouvernance est important non seulement pour élargir les intervenants,
mais aussi pour diversifier les sources de financement.

1-5-Des pistes en faveur de l’égalité des chances

L’égalité des chances permet à l’université d’être un ascenseur social et non


un lieu privilégié de reproduction des inégalités. Cependant, il ne s’agit pas
seulement d’une question d’équité. Le développement des ressources
humaines est lui aussi, la principale affaire de l’inégalité des chances. En
effet, une distribution égale des éléments susceptibles de développer toutes

106
les régions ne suffit pas. Les régions défavorisées ont besoin encore d’un
capital humain capable de mener à bon escient le développement. Ainsi, il
faut avoir une nouvelle stratégie permettant de remettre l’université dans sa
noble mission d’ascenseur social pour d’une part, développer les catégories
sociales et d’autre part créer des richesses dans les régions défavorisées

Une autre action pour s’engager dans la voie d’égalité des chances consiste à
assurer que toutes les filières, surtout ceux qualifiés de « filières d’élites »
soient accessibles à tous les étudiants, indépendamment des facteurs
socioéconomiques.

C’est ainsi qu’on pourra dire que l’université est républicaine.

1-6-Une reconsidération du processus des réformes

Les réformes seront possibles et auront une chance de succès s’il y a des
organisations capables de créer une intelligence collective, des structures et
des institutions innovantes.

Premièrement, et avant d’entamer une réforme, il faut se doter d’une vision et


d’une stratégie pour concevoir une feuille de route concertée en contenu et en
timing en s’appuyant sur le know how international.

Deuxièmement, en ce qui concerne les acteurs de réformes, il faut bien


concevoir qui va être responsable de faire quoi, avec quel moyen, pour quelle
évaluation et en contrepartie de quoi. A ce propos, la participation au projet
de réformes doit présupposer une représentation politique (les planificateurs,
les décideurs, etc.) et non une représentation syndicale seulement. La
participation dans la commission de réforme doit réunir des spécialistes qui
ont une vision commune et cohérente. Par ailleurs, si la participation
ambitionne de construire un consensus autour des réformes préconisées,
cependant, cela ne devrait pas se faire au détriment d’une responsabilité de
tous et pas uniquement du pouvoir exécutif ou du Ministère.

Troisièmement, lorsqu’on adopte une réforme, il faut passer par ses moyens
tout en attendant ceux d’une nouvelle politique. Aussi, la réforme devrait
permettre de prendre en compte les spécificités locales et ne pas se diriger

107
vers les généralités globales. Dans ce cadre, il est primordial de bien préciser
le modèle d’universités nous voulons vraiment instaurer. Aussi, il faut préciser
le degré de réalisme et de cohérence du projet.

Quatrièmement, il vaut mieux remplacer la démarche consistant à procéder


par un flot d’actions à un horizon court par une démarche qui précise les
priorités en indiquant par quoi commencer. Mais avant cela, il faut savoir si
l’administration a les moyens humains et financiers pour mettre en œuvre ces
réformes.

1-7-Une reconsidération de la carte universitaire

La carte universitaire actuelle est peu convaincante. Il est donc nécessaire de


repenser cette carte. Tout d’abord, il faut décentraliser et responsabiliser les
universités. Aussi, il faut concevoir de nouveaux types d’universités,
d’institutions et de programmes tout en installant des systèmes
d’informations, en intégrant des réseaux locaux et internationaux. Egalement,
il faut éviter les redondances. Les projets d’investissement ne doivent pas
être « greffés» sans partir d’un diagnostic serein et des besoins réels des
régions.

Toute initiative à ce propos doit être accompagnée par les textes idoines et
concertés.

2-L’amélioration de l’efficience externe associée à la production du


capital humain

La problématique actuelle de l’emploi en Tunisie nécessite un appareil


productif de capacité qui peut absorber le produit de l’appareil d’éducation et
de la formation. Ceci est possible avec la création des liens forts entre
entreprises et établissement d’enseignement facilitant la gestion
prévisionnelle de la demande et de l’offre de qualification et de compétences.

De son côté, l’incitation entrepreneuriale pour promouvoir le travail


indépendant est un vecteur d’emploi pour les jeunes issus de l’enseignement
supérieur.

*******

108
2-1-Des mesures pour promouvoir l’emploi salarié

Pour augmenter l’employabilité des jeunes. Tout d’abord, il faut que


l’orientation des nouveaux bacheliers se base sur la capacité du marché du
travail à absorber les diplômés du supérieur et non sur la capacité d’accueil
des établissements universitaires. Ensuite, il faut mettre des mécanismes
appropriés afin d’établir et de développer un partenariat effectif et durable
entre les institutions de formation et secteur productif.

De même, pour limiter le problème d’inadéquation, il est nécessaire de


construire un cadre organisationnel adéquat autour d’un référentiel actualisé
sur les métiers et les emplois et d’un référentiel sur les diplômes. La
nomenclature des offres d’emploi et des diplômes doivent être rapprochées
servant d’outils de travail facilitant l’identification des besoins des entreprises
et des capacités des chercheurs d’emploi.

Encadré 9: Propositions de la Banque mondiale pour les programmes


actifs d’emploi

L’examen du contexte de la création d’emploi révèle l’intérêt de mettre en œuvre des


programmes actifs de l’emploi qui :

1.tiennent compte de la nécessité de générer des postes d’emploi correspondant à une


main d’œuvre de plus en plus éduquée, ayant des diplômes de l’enseignement supérieur
et ayant des salaires de réservation reflétant la durée des études et les normes de
rémunération sur un marché de travail, compartimenté et régi par des conventions
collectives ;

2.donnent des incitations de nature à rendre plus attractive les activités à plus haute
intensité cognitive, avec des profils de collectifs de travail comprenant une plus grandes
proportion de diplômés de supérieur .

3.prenant en compte le fait que la micro-entreprise représente plus de la moitié des


création d’emploi, encourageant la mise à niveau du tissu économique, notamment par
des programmes d’amélioration de la qualité et de la productivité des unités
économiques à caractère familiale.

4-agissent, dans une logique de développement territorial et dans une relation de


proximité avec les collectivités territoriales.

5-encourageant la transition des activités exportatrices des biens et services vers des
créneaux à plus forte intensité cognitive.

6-envisageant l’élargissement de la coopération internationale dans le domaine de


l’intermédiation des marchés du travail.

Extrait du rapport « Dynamique de l’emploi et adéquation de la formation parmi les


diplômés du supérieur », Banque mondiale et Ministère de l’emploi et la formation
professionnelle, 2009.

109
A propos les écarts de performances qui séparent la Tunisie des autres pays,
il faut une identification précise de ces disparités et une réflexion concise pour
les combler. Dans ce cadre, les recherches innovantes doivent avoir un
impact économique significatif.

. Les projets de recherches doivent cibler les domaines prioritaires ce qui


suppose des écoles doctorales en quantité et en qualité suffisantes. Ceci
passe évidemment par une politique qui consiste à repositionner l’université
au cœur du développement régional, national avec un rayonnement
international. Les établissements universitaires doivent s’inscrire dans
l’économie de la connaissance. Ce faisant l’université peut devenir un moteur
d’emploi

Les étudiants doivent avoir des compétences en ‘’Soft skills’’ et non


seulement des connaissances en sciences dures et TIC. Une attention
particulière doit porter sur leurs capacités à travailler en équipe et leurs
capacités de communications, leur adaptation à de nouveaux défis et leur
maîtrise de Langues étrangères qui deviennent une priorité absolue pour
l’international.

Ces mesures visent les diplômés du supérieur, c’est-à-dire ceux qui ont au
moins achevé avec succès un cycle d’enseignement. Cependant, il faut aussi
avoir des mesures au profit des étudiants qui quittent les universités et se
présentent sur le marché sans diplôme. Tout d’abord, il faut lutter contre
l’abandon universitaire. A ce propos, il serait utile de créer une nouvelle
structure au sein de chaque établissement chargée de suivi et d’appui aux
décrocheurs. Ensuite, la création des programmes spécifiques destinés à
cette catégorie d’étudiants pour augmenter leurs qualifications et leurs
aptitudes à exercer un métier serait un vecteur important pour trouver un
emploi.

2-2-L’entrepreneuriat comme voie crédible de l’insertion des jeunes


diplômés

La dimension entrepreneuriale est vitale pour impacter considérablement les


interventions de l’université, qui doit aider les jeunes entrepreneurs (la

110
sensibilisation, l’encadrement et le suivi). L’entrepreneuriat fait de l’université
la principale composante de tout projet de société basée sur le savoir.

Tout d’abord, pour développer la culture entrepreneuriale, il faut reconsidérer


l’éducation dans son ensemble de la petite enfance au supérieur en ce qui
concerne la culture de l’initiative. L’objectif doit être la promotion de
l’entrepreneuriat en tant que choix de carrière.

De même, il faut engager un travail de sensibilisation et de réflexion,


impliquant toutes les parties prenantes: décideurs politiques, universitaires,
étudiants, administratifs, industriels et employeurs. Il faut apprendre aux
jeunes à reconnaître une opportunité, à élaborer un plan d’entreprise et à
diriger une société. Aussi, ces jeunes ont besoin des aides pour développer
des compétences générales telles que le sens de l’initiative, la créativité,
l’autonomie et le travail d’équipe. Face aux obstacles générés par le manque
de connaissances, de compétences et d’aptitudes entrepreneuriales, ainsi
que l’absence d’une expérience professionnelle préalable, les autorités
doivent préconiser des programmes adéquats. Ces différentes mesures
envisagées jouent un rôle essentiel pour encourager les jeunes à envisager
l’activité indépendante comme une véritable possibilité de carrière. En dehors
du système éducatif, il faut créer des partenariats avec les organisations
professionnelles et communautaires pour que les étudiants profitent de plus
de temps en entreprise. Ceci exige un travail d’information, de conseil
d’encadrement et d’accompagnement, via les canaux d’internet, centres de
services, l’interaction avec des entrepreneurs expérimentés

En ce qui concerne le soutien financier, il faut aider les jeunes entrepreneurs


en couvrant leurs dépenses courantes pendant une période donnée. Les
jeunes promoteurs auront plus de facilités à promouvoir leurs projets s’ils
trouvent un financement destiné à couvrir les investissements et le fond de
roulement. Les taux d’intérêt des crédits octroyés auprès des établissements
financiers doivent être plus bas que ceux du marché.

Pour aider les jeunes à surmonter les diverses contraintes qu’ils rencontrent
lors des différentes phases de projet, et tant que ces obstacles sont

111
étroitement liés, il est essentiel de mettre en place un ensemble d’outils
politiques et non simplement une solution ponctuelle.

Un autre élément essentiel consiste à développer des infrastructures pour


l’entrepreneuriat. Les réseaux et les associations de jeunes entrepreneurs
jouent un rôle important car ils offrent des possibilités d’apprentissage mutuel,
permettant de nouer des contacts d’affaires et représentent collectivement les
intérêts des jeunes auprès du gouvernement et de l’industrie.63 De leur côté,
les clubs d’entreprises peuvent donner l’occasion aux jeunes promoteurs
d’étendre leurs réseaux et de rencontrer des investisseurs. Encore, la
pépinière d’entreprises propose des services de soutient complémentaires,
elle permet de donner aux nouveaux promoteurs un espace de travail
collaboratif

Ensuite, le gouvernement doit offrir un soutien suffisant pour permettre aux


jeunes promoteurs de créer une entreprise en dehors des secteurs habituels
(caractérisés par de faibles barrières à l’entrée, mais soumis à une forte
concurrence). Dans cette perspective, et dans le but de repositionner
l’université au cœur du développement régional, l’investissement dans
l’aménagement territorial et l’amélioration du cadre de vie présente un
créneau porteur pour promouvoir le travail indépendant. En effet, il existe des
gisements d’emplois à mobiliser. Le gouvernement tunisien devra veiller à
maintenir, à la fois la compétitivité des entreprises et l’attractivité du territoire
tunisien pour les investisseurs étrangers, et à investir dans son
développement régional, en corrigeant, dans les régions excentrées, les
retards d’équipement en infrastructures et, en renforçant l’investissement ,
pour améliorer le cadre de vie des citoyens.64

63
Cf. Chigunta, 2002.
64
Il s’agit d’une recommandation de la Banque mondiale lors de l’élaboration du rapport sur
l’évaluation stratégique du fonds national de l’emploi.

112
Recommandations

Lutter contre la dévaluation des diplômes

Reconsidérer le processus des réformes de la planification à la prise de


décison

Repenser les critères de performance et de gouvernance universitaire

Evacuer la corruption: dénoncer, sensibiliser, gérer

Lutter contre la reproduction des inégalités

Repenser la carte universitaire en profondeur

Promouvoir l'emploi salarié via des alliances startégiques avec


l'environnemment socio-économique

Plus d'entrepreneuriat visible et y voir un outil de développement intégré

113
Conclusion

En Tunisie, les politiques publiques donnent une priorité au secteur de


l’enseignement supérieur. Cela se traduit en particulier par l’importance des
ressources qui sont allouées à ce secteur par rapport au budget de l’Etat et
au PIB. Les efforts consentis se traduisent par plusieurs acquis dont
l’augmentation des taux brut de scolarisation, la démocratisation de
l’enseignement et la concrétisation du principe d’égalité de genre, et des
évolutions positives de la majorité des indicateurs quantitatifs.

En dépit des progrès, surtout quantitatifs, remarquables réalisés, le diagnostic


des états des lieux a soulevé plusieurs problèmes et met à nu plusieurs
insuffisances caractérisant le fonctionnement du système d’enseignement
supérieur. La quantité et la qualité sont deux concepts inconciliables sans
réformes, sans innovation et sans diversification.

En ce qui concerne l’efficience interne, on constate un faible taux de


valorisation des diplômes. En effet, la valeur marchande des diplômes est à la
baisse malgré un coût élevé d’enseignement. Cette inefficience est de jour en
jour confirmée par les avis des étudiants, professeurs et divers experts. Les
classements que font certaines institutions internationales confirment aussi ce
constat.

Par ailleurs, plusieurs entraves caractérisent le processus d’élaboration des


réformes de l’enseignement supérieurs. La carte universitaire, elle-même, est
à repenser. La corruption dans le milieu universitaire, la gouvernance et
l’égalité de chances sont autant de sujets qui nécessitent un véritable
diagnostic pour agir sur le court terme et pour repenser le long terme.

En ce qui concerne l’efficience externe, le système d’enseignement supérieur


est caractérisé par une attractivité et une massification. Cependant, ceci
engendre un leurre d’employabilité et désillusion à la sortie. En effet, la
situation de l’emploi est discriminante au détriment des femmes et des jeunes
depuis plusieurs années. Cette situation s’est aggravée par l’augmentation du
nombre de diplômés du supérieur demandeurs d’emplois. Encore une fois, la
situation est plus critique dans les régions de l’intérieur du pays. Par ailleurs,

114
la croissance économique produit un volume d’emplois insuffisant.
L’inadéquation entre une offre qui reste à concevoir et une demande
insuffisante a totalement déséquilibré le marché du travail. Ce décalage
donne lieu à des délais plus longs avant de décrocher un premier emploi.
Ceci génère à son tour une dépréciation du capital humain en plus du
problème de déclassement.

L’évaluation des instruments publics d’aide à l’insertion professionnelle et les


programmes de lutte contre le chômage n’arrivent pas à modérer ces effets.

Du côté de l’efficience des politiques destinées à promouvoir le travail


indépendant, l’université tunisienne n’a pas misé sur l’entrepreneuriat afin de
pouvoir répondre aux vagues croissantes de jeunes de plus en plus instruits.
Le volet entrepreneurial reste à instaurer au niveau des mentalités, des
formalités et des financements. La solution consiste à « marketer » les
établissements d’enseignement supérieur et changer leur vocation leur rôle
pour qu’ils deviennent un passage pour un projet et non un simple sentier
vers un poste hypothétique dans le secteur public. Il faut ainsi, repenser
l’entrepreneuriat et la valorisation en composantes majeures de paysage
universitaire.

Une perspective de renouvellement de la manière de diagnostiquer et d’agir


sur l’enseignement supérieur consiste à délimiter les objectifs et les
périmètres des réformes. Les missions des divers intervenants doivent être
en synergie dans le cadre d’un projet de développement global et concerté.

***

115
Bibliographie

1. AECID, OIT et ONEQ, 2013, « Analyse du système éducatif tunisien»,


Rapport d’étude.
2. AFD, 2010, « Le financement de l’enseignement supérieur en Méditerranée :
cas de l’Egypte, du Liban et de la Tunisie», rapport d’étude.
3. Arrow K.J., 1973, « Higher education as a filter », Journal of Public
Economics.
4. Baidari B. et Wade B., 2011, « Gouvernance des établissements de
l’enseignement supérieur et amélioration de l’environnement des affaires en
Zone UEMOA », ICBE-RF Research Report N°15/11.
5. Banque africaine de développement, 2012, «Tunisie : Défis économiques et
sociaux post-révolution », Rapport d’étude.
6. Banque mondiale, 2003, « Construire des sociétés du savoir », rapport
d’étude.
7. Banque Mondiale, 2003, « Revue des politiques de développement », rapport
d’étude.
8. Banque mondiale, 2003, « Revue des Politiques Economiques », rapport
d’étude.
9. Banque mondiale, 2006, « Note de politique sectorielle sur le financement de
l’enseignement supérieur », version provisoire.
10. Banque mondial, 2012, « Evaluation stratégique du fonds national pour
l’emploi », Rapport d’étude.
11. Banque mondiale et Ministère de l’emploi et de l’insertion professionnelle des
jeunes, 2007, « Etude d’évaluation des mécanismes de financement de la
micro-entreprise-vol1-enquête de suivi des microprojets financées par la
BTS », Rapport conjoint.
12. Banque mondiale et Ministère de l’emploi et de l’insertion professionnelle des
jeunes, 2009, « Dynamique de l’emploi et adéquation de la formation parmi
les diplômés du supérieur », rapport conjoint.
13. Banque mondiale et Ministère de l’emploi et de l’insertion professionnelle des
jeunes, 2009, « L’insertion des jeunes diplômés de l’enseignement
supérieur-promotion 2004 : analyse comparative des résultats de deux
enquêtes 2005 et 2007 », Document conjoint.
14. Boudon Raymond, 1997, « L’inégalité des chances », Paris, Armand Colin,
398 p.

116
15. Bourdieu P., 1971, « Le marché des biens symboliques », L’Année
sociologique, vol. 22, 1971, pp. 49-126.
16. Boussaid S., « Valorisation de la recherche et mécanismes de financement
de l’innovation en Tunisie », Université de Monastir, 2013.
17. Charles N., 2007, « L’enseignement supérieur français vers l’égalité des
chances ? », cahier de recherche, Observatoire du management alternatif.
18. Charles N., 2007, « L’enseignement supérieur français vers l’égalité des
chances », cahier de recherche, Observatoire du Management Alternatif.
19. Chigunta, F., 2002, « The Socio-economic Situation of Youth in Africa:
Problems, Prospects and Options », paper presented at
the Youth Employment Summit.
20. Commission européenne, 2010, «Jeunesse en Mouvement : Une initiative
pour libérer le potentiel des jeunes aux fi ns d'une croissance intelligente,
durable et inclusive dans l'Union européenne», rapport d’étude.
21. Cotelette P. et Rawls J., 2009, « La justice comme équité. Une reformulation
de Théorie de la justice », Les comptes rendus.
22. CRES et OIT, 2011, « Enquête sur la structure des salaires en Tunisien »,
enquête de suivi.
23. Dhaoui E., 2015, « Efficacité du système éducatif tunisien : analyses et
perspectives », Notes et analyses de l’ITCEQ, n°29-Juillet 2015.
24. Dhaoui E., 2015, « Dispositifs, contraintes et opportunités de l’innovation en
Tunisie », Tribune de l'ITCEQ n°5 - avril 2015.
25. Duru-Bellat, M. 2002, « Les inégalités sociales à l’école/ Genèse et mythes »,
Paris : PUF.
26. Forum Universitaire Tunisien, 2013, « Corruption dans l’enseignement
supérieur tunisien : réalités et illusions », enquête de suivi.
27. Giret, Jean F., 2011, « De l'enseignement supérieur de masse à l'économie
de la connaissance : la valeur des diplômes en question », Université de
Bourogne.
28. Greene, F., 2012, «Background briefing paper for OECD on youth
entrepreneurship», OECD Local Economic and Employment Development
Programme, Paris.
29. Gregg, P., 2001. «The Impact of Youth Unemployment on Adult
Unemployment in the NCDS», Economic Journal 111 (475), F623 – F653.
30. Gregg P. Tominey E, 2005, «The wage scar from male youth
unemployment», Labour Economics. 1;12(4).

117
31. Hattie J., 2008, «Visible learning: A synthesis of over 800 meta-analyses
relating to achievemen», Routledge, Abingdon, 2008, 392 pp.
32. Krueger Alan B., 2002, «Economic Considerations and Class Size», NBER
Working Papers 8875, National Bureau of Economic Research, Inc.
33. Le Feuvre et al., 1998, « Les femmes et l’université dans les pays de la
Méditerranée », Presses universitaires du Mirail.
34. Mezghanni L. et al, 2008, « Support du module création d’entreprises»,
Version 1.2, Université virtuelle de Tunis.
35. Ministère de l’enseignement supérieur, 2015, «Plan stratégique de la réforme
de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique 2015–2025 ».
36. Objectifs du millénaire pour le développement, 2014, « rapport national de
suivi 2013-Tunisie ».
37. OCDE, 2001, « La nouvelle économie: Mythe ou réalité? », rapport d’étude.
38. OCDE, 2009, « Regards sur l'éducation 2009: Les indicateurs de l'OCDE »,
Rapport d’étude.
39. OCDE, 2010a, «Rising youth unemployment during the crises: How to
prevent negative long-term consequences on a generation?», OECD Social,
Employment and Migration Working Papers.
40. OCDE, 2011, « Regards sur l’éducation », Rapport d’étude.
41. OCDE, 2012, « Synthèse sur l’entrepreneuriat des jeunes : L’activité
entrepreneuriale en Europe », rapport d’étude.
42. ONEQ, 2006, « Enquête de suivi des mécanismes de financement des micro-
projets».
43. ONEQ, 2010, « Etude sur l’insertion des ingénieurs agronomes de 2007 »,
rapport d’étude.
44. ONEQ, 2013, « Le marché du travail en Tunisie », rapport d’étude.
45. Patrick Cotelette, 2009, « John Rawls, La justice comme équité. Une
reformulation de Théorie de la justice », Les comptes rendus.
46. Rawls J., 1958, « Justice as Fairness », The Philosophical Review, vol.67,
n°2, pp164-194.
47. Rekik F, « Vers quelle culture entrepreneuriale de l’université tunisienne »,
L'enseignement supérieur dans la mondialisation libérale, Coll. pp162-179.
48. Spence M.A., 1974, « Market signaling, informational, transfer in hiring and
related screening process », Harvard University Press.
49. Trabelsi A et al. « Quelle Tunisie en 2040 », 2013.

118
‫‪50. Zaiem, M., 2004, « Les inégalités régionales et socials dans l’enseignement‬‬
‫‪supérieur », note relative au rapport de la banque mondiale « Revue des‬‬
‫‪politiques de développement » 2003.‬‬
‫قائمة المراجع العربية‪:‬‬

‫‪-1‬وزارة التعليم العالي "المشروع السنوي للقدرة على االداء لوزارة التعليم العالي و البحث العلمي"‪.3.31‬‬
‫‪-2‬وزارة التعليم العالي " إحصائيات عامة حول التعليم العالي حسب الوالية في القطاعين العمومي والخاص"‪.‬‬
‫‪-3‬وزارة المالية‪-‬قانون المالية لسنتي ‪ 3.31‬و ‪.3.3.‬‬

‫*‬

‫*‬

‫*‬

‫*‬

‫*‬

‫*‬

‫*‬

‫*‬

‫*‬

‫*‬

‫*‬

‫*‬

‫*‬

‫*‬

‫*‬

‫*‬

‫*‬

‫*‬

‫‪119‬‬
Année

1998/
1997/
1996/
1995/
1994/
1993/
1992/
1991/
1990/

1999
1998
1997
1996
1995
1994
1993
1992
1991

6
6
6
6
6
6
-
-
-
Nombre d’universités

-
-
-
Nombre d’établissements

91
90
89
89
83
85

120
Effectif global d’étudiants

96101
87780
76097
68535

155120
137024
121787
112634
102682
Part des filles (%)

48.3
45.9
44.6
43.7
43.1
42.2
42.0
41.0
39.0

- Nombre de nouvelles inscriptions


-
-

en 1ère année de l'enseignement

39917
36490
28164
26439
24531
23267
supérieur
Annexes

-
-
-

Nombre des diplômés

19646
17099
15499
14565
13469
11654

Effectifs enseignants à plein


-
-
-

temps
8261
7263
6641
6481
5944
5655
Annexe 1 : Statistiques de l’enseignement supérieur (secteur public)

Part des enseignantes dans


-
-
-

l’enseignement à plein temps


29.0
28.0
26.6
26.1
25.6
24.5

Taux d’encadrement (nombre


-
-
-

19
19
18
17
17
17

d’étudiants par enseignants)

Pourcentage des dépenses de


l’enseignement supérieur par
5.1
5.0
5.5
5.1
4.8
4.3
4.6
4.5
4.9

rapport au budget de l'Etat (1)

Pourcentage des dépenses de


1.2
1.3
1.4
1.4
1.3
1.2
1.2
1.3
1.2

l’enseignement supérieur / PIB


1999/ 2000 6 95 180044 50.4 52891 21442 9370 31.8 19 5.0 1.3
2000/ 2001 7 107 207388 51.9 55238 24543 10293 33.3 20 5.7 1.4
2001/ 2002 7 121 226102 53.9 53859 28565 11412 35.2 20 6.0 1.5
2002/ 2003 7 141 262502 55.1 73275 34244 12937 37.8 20 6.5 1.6
2003/ 2004 10 150 291842 56.5 71257 40314 14700 40.1 20 6.9 1.7
2004/ 2005 13 162 311569 57.2 70423 49811 16671 40.2 19 7.3 1.8
2005/ 2006 13 178 321838 58.1 74754 56559 16919 40.6 19 7.0 1.7
2006/ 2007 13 190 326185 59 74153 58598 18117 41.4 18 7.2 1.6
2007/ 2008 13 190 335649 59.1 77674 60613 18608 42.0 18.0 7.5 1.6
2008/ 2009 13 192 349142 59.5 91121 65630 20049 44.3 17.4 6.1 1.4
2009/ 2010 13 193 346079 60.3 78598 86035 21210 48.2 16.3 6.1 1.6
2010/ 2011 13 198 315513 62.3 65399 74133 22878 46.7 13.3 5.0 -
2011/ 2012 13 193 336017 61.5 85705 68880 21552 47.2 15.6 6.1 1.68
2012/ 2013 13 195 330541 61.9 76590 61089 22411 48.24 14.7 4.9 1.7
2013/2014 13 198 305783 62.27 71961 61287 22830 48.38 14.7 4.90 1.57
2014/2015 13 203 292291 63.48 67728 - 22561 48.74 12.02 5.04 -
Source : Ministère de l’enseignement supérieur et INS.

Annexe 2:Dépense par étudiant en % du PIB par habitant

Budget enseignement Nombre des Dépense par Dépense/étudiant


Année PIBH en DT
supérieur MDT étudiants étudiant en DT en % du PIBH
1986 87,00 41594 2091,65 1057,10 197,87
1987 89,70 40830 2196,91 1153,40 190,47
1988 92,30 43797 2107,45 1218,50 172,95
1989 110,90 54466 2036,13 1329,70 153,13
1990 129,40 62658 2065,18 1460,20 141,43
1991 161,50 68535 2356,46 1586,60 148,52

121
1992 167,40 76097 2199,82 1770,80 124,23
1993 181,00 87780 2061,97 1861,30 110,78
1994 206,80 96101 2151,90 1974,90 108,96
1995 237,60 102682 2313,94 2096,00 110,40
1996 245,00 112634 2175,19 2302,90 94,45
1997 286,00 121787 2348,36 2489,80 94,32
1998 305,80 137024 2231,73 2660,10 83,90
1999 342,60 155120 2208,61 2878,20 76,74
2000 372,20 180044 2067,27 3077,70 67,17
2001 446,90 207388 2154,90 3281,80 65,66
2002 493,40 226632 2177,10 3363,50 64,73
2003 588,60 271404 2168,72 3594,90 60,33
2004 625,01 300342 2080,99 3910,30 53,22
2005 651,16 324034 2009,54 4175,00 48,13
2006 714,75 335876 2128,02 4517,70 47,10
2007 815,51 340392 2395,80 4873,60 49,16
2008 974,14 335649 2902,26 5312,00 54,64
2009 1035,23 360172 2874,27 5652,00 50,85
2010 1111,14 357472 3108,33 6054,00 51,34
2011 1163,09 346876 3353,04 6127,40 54,72
2012 1236,87 339619 3641,93 6535,40 55,73
2013 1339,10 315513 4244,20 7133,00 59,50
2014 1405,28 305783 4595,68 7656,00 60,03
Source: Ministère de l’enseignement supérieur et calcul de l’auteur.

122
Annexe 3: Evolution de l'effectif des étudiants du secteur public selon le domaine d'étude (CITE)

06/07 07/08 08/09 09/10 10/11 11/12 12/13 13/14 14/15


Formation des formateurs et sciences de l’éducation 1940 1298 1333 1618 1665 1191 994 884 915
Arts 13956 17331 18009 19903 20245 18148 14499 12620 11502
Lettres 57934 57746 60581 58022 52832 51343 46196 43329 39137
Affaires commerciales et administratives 50718 61500 60185 54773 49816 47102 43654 42318 40981
Droit 21853 21646 19737 19518 19866 20545 19906 18723 18213
Journalisme et sciences de l’information 3234 2561 2197 1763 1728 1562 1457 1428 1499
Sciences sociales et du comportement 32371 21155 18837 17887 16520 17332 17172 18919 19102
Mathématiques et statistiques 9633 9718 7708 6952 6115 5645 5328 5136 4450
Sciences informatiques et multimédia 40098 43853 50172 51371 50246 49423 45404 41543 38297
Sciences de la vie 12869 13191 11021 10087 8982 8604 8668 8785 8040
Sciences physiques 16917 18243 17936 17785 16640 16434 15684 16178 15401
Industrie de transformation et de traitement 4051 4070 5042 5259 5330 5146 4553 4813 4666
Architecture et bâtiment 5820 5789 6735 6892 7261 7487 7239 7309 7088
Ingénierie et technique apparentés 34210 35925 41348 44989 47450 48279 46376 45830 46021
Sciences vétérinaires 476 421 468 450 468 459 439 424 388
Agriculture sylviculture et halieutique 6127 5929 5907 6044 6173 6307 5771 5530 5322
Santé 17462 18489 20242 20904 22429 22451 21123 21173 20648
Services sociaux 613 666 1116 1089 1159 1181 1084 1095 945
Protection de l’environnement 749 772 1441 1641 2212 2141 2180 1974 1873
Services de transport 1668 1684 1729 1565 1679 1698 1554 1451 1652
Services aux particuliers 7693 8841 8428 8960 8058 7141 6232 6321 6151
Total 340392 350828 360172 357472 346876 339619 315513 305783 292291
Source: Ministère de l’enseignement supérieur et INS.

123
Annexe 4: Evolution du % des effectifs des étudiants par domaine d’étude (CITE)

06/07 07/08 08/09 09/10 10/11 11/12 12/13 13/14 14/15


Formation des formateurs et sciences de l’éducation 0,57% 0,37% 0,37% 0,45% 0,48% 0,35% 0,32% 0,29% 0,31%
Arts 4,10% 4,94% 5,00% 5,57% 5,84% 5,34% 4,60% 4,13% 3,94%
Lettres 17,02% 16,46% 16,82% 16,23% 15,23% 15,12% 14,64% 14,17% 13,39%
Affaires commerciales et administratives 14,90% 17,53% 16,71% 15,32% 14,36% 13,87% 13,84% 13,84% 14,02%
Droit 6,42% 6,17% 5,48% 5,46% 5,73% 6,05% 6,31% 6,12% 6,23%
Journalisme et sciences de l’information 0,95% 0,73% 0,61% 0,49% 0,50% 0,46% 0,46% 0,47% 0,51%
Sciences sociales et du comportement 9,51% 6,03% 5,23% 5,00% 4,76% 5,10% 5,44% 6,19% 6,54%
Mathématiques et statistiques 2,83% 2,77% 2,14% 1,94% 1,76% 1,66% 1,69% 1,68% 1,52%
Sciences informatiques et multimédia 11,78% 12,50% 13,93% 14,37% 14,49% 14,55% 14,39% 13,59% 13,10%
Sciences de la vie 3,78% 3,76% 3,06% 2,82% 2,59% 2,53% 2,75% 2,87% 2,75%
Sciences physiques 4,97% 5,20% 4,98% 4,98% 4,80% 4,84% 4,97% 5,29% 5,27%
Industrie de transformation et de traitement 1,19% 1,16% 1,40% 1,47% 1,54% 1,52% 1,44% 1,57% 1,60%
Architecture et bâtiment 1,71% 1,65% 1,87% 1,93% 2,09% 2,20% 2,29% 2,39% 2,42%
Ingénierie et technique apparentés 10,05% 10,24% 11,48% 12,59% 13,68% 14,22% 14,70% 14,99% 15,74%
Sciences vétérinaires 0,14% 0,12% 0,13% 0,13% 0,13% 0,14% 0,14% 0,14% 0,13%
Agriculture sylviculture et halieutique 1,80% 1,69% 1,64% 1,69% 1,78% 1,86% 1,83% 1,81% 1,82%
Santé 5,13% 5,27% 5,62% 5,85% 6,47% 6,61% 6,69% 6,92% 7,06%
Services sociaux 0,18% 0,19% 0,31% 0,30% 0,33% 0,35% 0,34% 0,36% 0,32%
Protection de l’environnement 0,22% 0,22% 0,40% 0,46% 0,64% 0,63% 0,69% 0,65% 0,64%
Services de transport 0,49% 0,48% 0,48% 0,44% 0,48% 0,50% 0,49% 0,47% 0,57%
Services aux particuliers 2,26% 2,52% 2,34% 2,51% 2,32% 2,10% 1,98% 2,07% 2,10%
Total 100,00% 100,00% 100,00% 100,00% 100,00% 100,00% 100,00% 100,00% 100,00%
Source : Calculs de l’auteur.

124
Annexe 5: Répartition des jeunes chômeurs selon le niveau d’étude, la région, le milieu et le sexe
Hommes Femmes Ensemble
N % N % N %
Niveau d’étude
Sans instruction 1 905 0.8 0 0.0 0.0 1 905
Primaire 99 129 40.5 37 139 21.2 21.2 136 269
Secondaire 94 647 38.7 48 943 27.9 27.9 143 591
Supérieur 48 899 20.2 88 778 50.6 50.6 137 677
Non disponible 0 0.0 660 0.4 0.4 660
Région
District de Tunis 51 002 20.9 40 017 22.8 91 019 21.7
Nord-est 38 573 15.8 20 283 11.6 58 857 14.0
Nord-ouest 27 481 11.2 15 439 8.8 42 920 10.2
Centre-est 43 943 18.0 46 947 26.7 90 890 21.6
Centre-ouest 35 234 14.4 28 865 16.4 64 098 15.3
Sud-est 18 304 7.5 11896 6.8 30 199 7.2
Sud-ouest 30 045 12.3 12 073 6.9 42 118 10.0
Milieu de résidence
Urbain 157 510 64.4 120 337 68.6 277 847 66.1
Rural 87 071 35.6 55 184 31.4 142 255 33.9
Total 244 581 58.2 175521 41.8 420 102 14.5
Source : ETVA-Tunisie, 2013.

125
Annexe 6: Evolution du nombre des chômeurs et du taux de chômage par niveau d’instruction

Evolution de la population en chômage par niveau d’instruction (en milliers)

Taux de
2007 2008 2009 2010 2011 2012 croissance
annuel moyen

Analphabète 18.3 16.7 24.4 22.4 29.4 18.1 0.0%


Primaire 147.5 136.0 132.0 118.5 157.9 165.9 2.4%
Secondaire 173.6 179.6 194.5 193.6 199.8 320.1 13.0%
Supérieur 97.0 116.1 139.4 157.3 217.8 187.5 14.1%
Total 436.4 484.4 490.3 491.8 704.9 691.6 9.6%
Evolution du taux de chômage par niveau d’instruction (en %)
Analphabète 4.4 4.2 6.1 5.7 8.0 5.8 -
Primaire 11.5 10.6 10.4 9.2 12.4 12.2 -
Secondaire 13.5 13.4 14.0 13.7 20.6 21.0 -
Supérieur 18.2 20.0 21.9 22.9 29.2 26.1 -
Total 12.4 12.4 13.3 13.0 18.3 17.6 -
Source : Enquête nationale sur l’emploi (Mai 2007, Mai 2008, Mai 2009, Mai 2010, Mai 2011, Mai 2012),
INS.

126
Annexe 7: Stocks et flux de chômeurs selon le niveau d’instruction de 2005 à 2010

2005 2006 2007 2008 2009 2010


Flux de chômeurs selon le niveau d’instruction (en milliers)
Analphabète 26.9 27.9 18.3 16.7 24.4 22.4
Primaire 181.6 164.1 147.5 136 132 118.5
Secondaire 161.6 155.1 173.6 179.6 194.5 193.6
Supérieur 62.3 82.6 97 116.1 139.4 157.3
Total 432.4 429.7 436.4 448.4 490.3 491.8
Accroissement de l’effectif des chômeurs par niveau d’instruction (en %)

2006 2007 2008 2009 2010


Analphabète 1 -9.6 -1.6 7.7 -2
Primaire -17.5 -16.6 -11.5 -4 -13.5
Secondaire -6.5 18.5 6 14.9 -0.9
Supérieur 20.3 14.4 19.1 23.3 17.9
Total -2.7 6.7 12 41.9 1.5
Source: INS.

127
Annexe 8: Evolution du nombre des chômeurs selon la nature du diplôme (en milliers et en %)

Répartition des chômeurs (en milliers) de l'enseignement supérieur selon la nature du diplôme
2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 T3 2013
Diplôme de technicien supérieur ou équivalent 3,52 2253 13 ,353 ,,55 94,2 79,1 ,,5,
Maîtrise en sciences humaines 3351 3155 3,53 3,52 3353 31,9 35 1,54
Maîtrise en droit économie et gestion 3,5, 3, 3,5, 3354 3355 31,7 31,9 2552
Maîtrise en sciences exacte 3353 3253 3,55 3255 3,53 38,1 46,1 4552
Autres diplôme supérieur 15, ,5, , , 555 17,3 18,1 3,5,
Total 2,17 58 ,,415 ,78 ,31 213 210,2 74514
Répartition proportionnelle (%) des chômeurs de l'enseignement supérieur selon la nature du diplôme
Diplôme de technicien supérieur ou équivalent 35,5 38,9 39,1 41,7 41,6 44,2 37,6 28,4
Maîtrise en sciences humaines 17,4 17,5 16,4 14,6 15,1 14.9 16,6 16.3
Maîtrise en droit économie et gestion 24,5 21,1 19,7 18,0 16,4 14,8 15.1 15.8
Maîtrise en sciences exacte 15,7 15,5 18,0 19,12 19,5 17,8 21.9 27.8
Autres diplôme supérieur 6,7 6,8 6,6 6,4 7,1 8,1 8,6 11.4
Total 100 100 100 100 100 100 100 100
Source: Enquêtes nationals de l’emploi(2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013).

128
Annexe 9: Chômeurs de longue durée en 2010 par gouvernorat (en %)

Chômeurs Moins d’un an De 1 à 2 ans De 2 à 3 ans Plus de 3 ans Total général


Tunis 65.5 21.3 9.4 3.8 100.0
Ariana 68.9 20.4 6.4 4.3 100.0
Ben Arous 47.1 31.2 12.3 9.4 100.0
Manouba 58.9 23.2 9.5 8.3 100.0
Nabeul 75.0 17.1 4.0 3.9 100.0
Zaghouan 96.4 3.0 0.5 0.0 100.0
Bizerte 75.8 20.0 1.9 2.4 100.0
Beja 63.9 18.5 10.1 7.5 100.0
Jendouba 67.2 19.4 7.0 6.4 100.0
Le Kef 77.8 14.2 4.8 3.1 100.0
Siliana 66.7 18.1 6.6 8.5 100.0
Sousse 72.1 15.5 6.1 6.3 100.0
Monastir 82.6 8.6 4.1 4.7 100.0
Mahdia 77.8 16.6 3.7 1.9 100.0
Sfax 51.1 38.2 4.9 5.8 100.0
Kairouan 65.8 32.6 1.2 0.4 100.0
Kasserine 73.4 25.6 0.4 0.7 100.0
Sidi Bouzid 69.0 5.6 20.7 4.7 100.0
Gabès 55.6 17.0 9.1 18.3 100.0
Médenine 49.3 15.6 8.7 26.4 100.0
Tataouine 52.4 22.4 14.3 10.9 100.0
Gafsa 51.3 24.0 8.4 16.3 100.0
Tozeur 75.0 10.9 1.4 12.7 100.0
Kébili 48.1 27.8 6.1 18.0 100.0
Total général 64.9 20.8 7.1 7.2 100.0
Source : Enquête Nationale de l’Emploi (mai 2010), INS.

129
Annexe 10: Taux de chômage dans les grandes régions, en 2011, selon les tranches d’âge jeunes (15-29ans),
comparées à une tranche d’âge adulte (30-34 ans) (en %)

15-19 ans 20-24 ans 25-29 ans Total (15-29 ans) 30-34 ans
District de Tunis 52.8 42.2 31.9 36.7 18.5
Nord Est 40.5 36.7 29.0 33.7 15.7
Nord Ouest 50.0 43.8 37.2 41.5 19.6
Centre Est 22.0 25.1 22.4 23.3 12.1
Centre Ouest 61.7 63.2 52.4 57.9 31.8
Sud Est 48.0 53.1 45.8 48.6 26.1
Sud Ouest 60.2 60.5 53.8 56.5 24.8
Total général 43.6 41.8 34.5 38.2 19.0
Source : Enquête nationale de l’emploi (mai 2011), INS.

130
Annexe 11: Top 30 universités africaines selon le “Times Higher Education”

Rang Nom de l’université Pays Publications (2009-13) Score de citation


1 University of Cape Town South Africa 5540.21 99.90
2 University of the Witwatersrand South Africa 4387.17 99.76
3 Makerere University Uganda 1112.69 99.72
4 Stellenbosch University South Africa 4357.33 95.48
5 University of KwaZulu-Natal South Africa 4235.09 89.41
6 University of Port Harcourt Nigeria 573.55 88.92
7 University of the Western Cape South Africa 1154.77 84.61
8 University of Nairobi Kenya 671.72 84.60

9 University of Johannesburg South Africa 2192.74 83.64

10 University of Marrakech Cadi Ayyad Morocco 910.82 78.61

11 University of Pretoria South Africa 4544.33 75.89

12 University of Ghana Ghana 804.53 73.31

13 University of South Africa South Africa 981.67 72.51


14 Suez Canal University Egypt 998.98 69.69
15 University of Hassan II Casablanca Morocco 960.25 69.03
16 Addis Ababa University Ethiopia 893.90 64.84
17 Rhodes University South Africa 1296.96 64.54
18 University of the Free State South Africa 1512.56 62.83

19 North-West University South Africa 1707.94 60.75

20 University of Tunis Tunisia 879.63 57.26

131
21 Ecole Nationale d’Ingénieurs de Sfax Tunisia 822.31 57.24

22 Université Mohammed V – Agdal Morocco 1503.69 56.85

23 American University in Cairo Egypt 700.89 56.40

24 Nelson Mandela Metropolitan University South Africa 885.77 53.29

25 South Valley University Egypt 636.85 52.49


26 Alexandria University Egypt 2550.15 52.24
27 Assiut University Egypt 1588.64 50.41
28 University of Sfax Tunisia 2355.30 49.79
29 University of Yaounde I Cameroon 876.33 49.72
30 Minia University Egypt 694.79 48.36
Source:times hiher education ranking-website.

132
Annexe12: Top des 100 universités africaines selon le “4icu.org University Web Ranking” en 2014

Rang Université Pays Rang Université Pays


1 University of Cape Town S. Africa 51 University Moi Kenya
2 University of South Africa S. Africa 52 Universiteit van die Vrystaat S. Africa
3 University of Pretoria S. Africa 53 Université Abdelmalek Essadi Morocco
Université des Sciences et de la
4 Universiteit Stellenbosch S. Africa 54 Algeria
Technologie H.Boumediène
Kwame Nkrumah University of Science
5 University of the Witwatersrand S. Africa 55 Ghana
and Technology
6 Cairo University Egypt 56 Tanta University Egypt
7 University of Dar es Salaam Tanzania 57 Kafr el-Sheikh University Egypt
8 Rhodes University S. Africa 58 Al-Azhar University Egypt
9 Mansoura University Egypt 59 Minia University Egypt
10 University of Nairobi Kenya 60 University of Zambia Zambia
11 Alexandria University Egypt 61 Université Hassan II – Casablanca Morocco
12 University of KwaZulu-Natal S. Africa 62 University of Ibadan Nigeria
13 Ain Shams University Egypt 63 Université Kasdi Merbah de Ouargla Algeria
14 The American University in Cairo Egypt 64 Polytechnic of Namibia Namibia
15 Assiut University Egypt 65 Suez Canal University Egypt
Université Hassan II Mohammedia -
16 Université Mohammed V - Agdal Morocco 66 Morocco
Casablanca
17 University of the Western Cape S. Africa 67 Université Ahmed Ben Bella d'Oran 1 Algeria
18 University of Johannesburg S. Africa 68 Kenyatta University Kenya

133
19 Université de Ouagadougou S. Africa 69 Université de la Manouba Tunisia
20 North-West University S. Africa 70 Université de Tunis El Manar Tunisia
21 Benha University Egypt 71 Université Ibn Tofail Morocco
Federal University of Technology,
22 University of Ghana Ghana 72 Nigeria
Minna
23 Makerere University Uganda 73 Université d'Antananarivo Madagascar
Nelson Mandela Metropolitan
24 S. Africa 74 University of Malawi Malawi
University
Université Abou Bekr Belkaid Université M'hamed Bouguerra de
25 Algeria 75 Algeria
Tlemcen Boumerdes
26 The German University in Cairo Egypt 76 Université de Sousse Tunisia
South
27 Universidade Eduardo Mondlane Mozambique 77 Durban University of Technology
Africa
Cape Peninsula University of South
28 Obafemi Awolowo University Nigeria 78
Technology Africa
29 Université de la Reunion Reunion 79 Universidade de Cabo Verde Cape Verde
30 University of Khartoum Sudan 80 Université Mohamed Khider de Biskra Algeria
31 University of Lagos Nigeria 81 Université Mohamed Khider de Biskra Algeria
32 Zagazig University Egypt 82 Strathmore University Kenya
Mbarara University of Science &
33 Université Cheikh Anta Diop Senegal 83 Uganda
Technology
Université Abdelhamid Ibn Badis
34 Algeria 84 Université Abderrahmane Mira de Béjaia Algeria
Mostaganem

134
Université des Frères Mentouri de
35 Algeria 85 University of Fort Hare S. Africa
Constantine 1
36 University of Swaziland Swaziland 86 Tshwane University of Technology S. Africa
37 Helwan University Egypt 87 University of Mauritius Mauritius
38 University of Botswana Botswana 88 Université Hassiba Ben Bouali de Chlef Algeria
39 Université El Hadj Lakhdar de Batna Algeria 89 University of Ilorin Nigeria
40 Addis Ababa University Ethiopia 90 University of Nigeria Nigeria
41 Al Akhawayn University Morocco 91 University of Benin Nigeria
42 Université d’Alger 1 Algeria 92 University of Education, Winneba Ghana
Sudan University of Science and
43 Sudan 93 Misr International University Egypt
Technology
44 University of Zimbabwe Zimbabwe 94 Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Morocco
Université Mouloud Maameri de Tizi MISR University for Science and
45 Algeria 95 Egypt
Ouzou Technology
46 South Valley University Egypt 96 Central University of Technology S. Africa
47 Université Mohammed V - Souissi Morocco 97 University for Development Studies Ghana
48 Université Cadi Ayyad Morocco 98 Université Ferhat Abbas de Sétif 1 Algeria
49 Covenant University Nigeria 99 Walter Sisulu University S. Africa
50 Minoufiya University Egypt 100 United States International University Kenya
Source:4icu.org University Web Ranking

135
Annexe 13: Programmes gérés par l’ANETI en faveur de la promotion de l’emploi salarié-situation actualisé
pour octobre 2011

Primes-Etat autres Budget et effectifs


Intitulé Objectifs Cibles et durée Autres dispositions
avantages des bénéficiaires

-primo-demandeurs Se présenter auprès


d’emploi tunisiens du bureau de
diplômés du l’emploi et du
supérieur ou travail indépendant
Aide pour la recherche Programme lancé en
titulaire d’un BTS à chaque
active d’emploi par une Mars 2011
ou de diplôme FP convocation.
AMAL programme de prime et par Allocation de 200 Budget 2011 : 300
homologué- Renouveler chaque
recherche active l’accompagnement : dinars couverture MTD
inscription ANETI mois inscription et
d’emploi information, suivi médicale Bénéficiaires :
et chômage >6mois actualiser
personnalisé, stage de 142000 inscrits en
après obtention. l’information
trois mois octobre 2011.
-ancien stagiaires personnelle sur la
de SIVP, CIDES ou recherche d’emploi
SCV sur le site web de
Durée : 12 mois l’ANETI
Aider le bénéficiaire à Primo-demandeurs 150 dinars par Entreprise : vers
acquérir des d’emploi tunisiens mois, versé par un complément
Budget 2010
compétences diplômés du l’Etat au minimal de 150
45500 MTD
SIVP professionnelle afin de supérieur ou bénéficiaire. dinars par mois.
Bénéficiaires:
faciliter son insertion équivalent (<24 Prise en charge L’entreprise ne
45245
dans la vie active dans mois) 1 ans plus de par l’Etat de la peut prendre
une entreprise privée 12 mois dans la couverture sociale d’autres stagiaires

136
ou secteur public même entreprise ; et du coût de la que si elle intègre
possibilité 2ème formation 50% des stagiaires
stage dans une complémentaire précédents dans son
autre entreprise dans la limite de personnel
200 heures
150 dinars/ mois
coût de formation
complémentaire
(max 300 heures)
Acquérir des
Prise ne charge
qualifications Engagement de
Diplômé de par l’Etat de la
professionnelles en recrutement du
l’enseignement part patronale à
alternance entre une bénéficiaire à
supérieur dont la la CNSS pendant 7
CIDES Contrat entreprise privée et l’issue du stage.
durée de chômage ans (soit 100% Budget 2010 : 700
d’Insertion des une structure de Versement au
est supérieure à 2 année 1 et 2 ; 85% MTD
Diplômés du formation publique ou stagiaire d’un
ans à partir de la année 3; 70%année Bénéficiaires 3996
supérieur privée complément de 150Dt
date d’obtention du 4 , 55% année 5 ;
Programme de formation par mois.
diplôme 40% année 6 et 25%
arrêté par l’entreprise Attribution d’une
Durée : 12 mois année 7) pour les
avec le stagiaire et prime de 1000TD
recrues de 2009 et
l’ANETI
2010 et pendant 3
ans pour les
recrues de 2011

CAIP Contrat Acquérir des Demandeurs d’emploi Prime de 80 DT, Paiement au Budget 2010 :
d’adaptation et qualifications non titulaire d’un portée à 100 DT en stagiaire d’une bénéficiaires :
d’insertion professionnelles diplôme de mars 2011 prime obligatoire 34954

137
professionnelle conformes aux exigences l’enseignement Prise en charge de 5DT/mois
d’une offre d’emploi supérieur par l’Etat de la
présentée par une Stage de 12 mois couverture sociale
entreprise privée et pendant le stage
non satisfaite pour Prise en charge
cause indisponibilité par l’ANETI d’une
de la main d’œuvre formation dans la
requise sur le marché limite de 400
d’emploi heures
Indemnité
Stages volontaires et à
mensuelle de 200 Engagement de
mi-temps dans des Diplômés du
DT par mois l’association pour Budget 2010 :
travaux d’intérêt pour supérieur primo-
SCV-Services Prise en charge payer une indemnité 19000MDT
acquérir de demandeurs
civiles volontaire par l’Etat de la complémentaire. Bénéficiaires :
l’employabilité et Emploi
couverture sociale Cette obligation a 5901
faciliter l’insertion Durée : 12 mois
pendant la période été levée en 2010.
dans la vie active
du service civil
Permettre au Travailleurs Indemnités de
travailleur ayant perdu permanents ou non 200DT versé par
son emploi d’acquérir permanents (avec 3 l’ANETI Engagement de
de nouvelles ans au moins dans Prise en charge du l’entreprise à
CRVA Contact de Budget 2010 :
compétences conformes la même entreprise) coût de la verser une
réinsertion dans la 2000MTD
aux exigences d’un ayant perdu leur formation dans la indemnité
vie active Bénéficiaires : 750
poste d’emploi emploi pour des limite de 200 complémentaire au
préalablement identifié motifs économiques heures bénéficiaire
au sein d’une ou techniques ou Prise en charge du
entreprise privée suite à la coût de transport

138
fermeture dans la limite de
définitive 60%

Prise en charge de
Primo-demandeurs la contribution Déposer auprès de
d’emploi diplômé du patronale au titre l’ANETI une demande
PPCCPRLSS supérieur et des salaires pour examen par une
Encourager l’emploi des
Prise en charge par entreprise de versés pendant 7 commission inter- Budget 2010 :
diplômés du supérieur
l’Etat de la création récente ans (soit 100% département s de 1500MDT
dans les activités à
cotisation les employant dans année 1 et 2 ; 85% conformité avec les Bénéficiaires : n.d
haute valeur ajoutée
patronale à la CNSS les secteurs à année 3 ; 70% priorités de la
haute valeur année 4; 55% année politique active de
ajoutée 5 ; 40% année 6 et l’emploi
25% année 7)
Primo-demandeurs Prise en charge
d’emploi diplômés par l’Etat de 50%
du supérieur et du salaire versé à Déposer, auprès de
Encourager les
entreprises de l’employé durant l’ANETI une demande
entreprises privées à
création récente une année dans la pour examen par une
recruter des diplômés
PC50Prise en charge installés dans les limite de 250 commission inter- Budget 2010:
de l’enseignement
par l’Etat de 50% zones dinars par mois département s de 1500MTD
supérieur en prenant en
du salaire versé d’encouragement au pour les conformité avec les Bénéficiaires : 167
charge la moitié du
développement recrutements priorités de la
salaire pendant 12 mois
régional, dans les nouveaux politique active de
activités à haute Possibilité de l’emploi
valeur ajoutée et à prise en charge de
fort contenu de programmes de

139
savoir, durant les formation par
3 première années l’ANETI
après entrée en
activité
Prise en charge :
-adaptation Pour certaines
Promoteurs
gestion (max12 activités, prise en
potentiels de
heures) charge des services
Promouvoir la création petites entreprises
-identification du rendues par ces
d’entreprises à travers (projets <100mTD),
projet et business entreprises
un accompagnement et y compris les
plan (max 200 conjointe par le
une aide pour petits agriculteurs
heures) FNE et les
identifier l’idée de et les petits Budget 2010 :
PAPPE-Programme -coût assistance structures
projet et élaborer son pêcheurs qui 11000MTD
accompagnement des technique (max 12 publiques
étude et le plan comptent réaliser Bénéficiaires :
promoteurs des heures) concernées (année
d’affaires des investissements 16075
petites entreprises Indemnité 1 : 75% FNE et 25%
Un stage pratique en dans la catégorie
mensuelle structure
entreprise d’une durée « A » au sens de
(200DT/mois) pour publique ; année
maximale d’une année et l’article 28 du
diplômés du 2 : 50% FNE et 50%
une assistante code d’incitation
supérieur et 100 structure
technique aux investissements
DT/mois pour non publique ; année
et les diplômés du
diplômés pour non 3 : 25% FNE et 75%
supérieur.
diplômés) pendant structure publique
12 mois
Source : Banque mondiale, Evaluation stratégique du fonds national pour l’emploi, p33-34-35.

140
Annexe 14: Programmes Divers programmes visant la création d’emplois indépendants

Institutions Programme d’emploi Population ciblée

Crédits destinées à la création Diplômés du supérieur (jusqu’à 50000 dinars)


de micro-entreprises et la Diplômés de la formation professionnelle et
Banque Tunisienne de solidarité (BTS)
promotion du travail licenciés concernés par la réinsertion dans
indépendant le tissu économique (jusqu’à 10000 dinars)
Personnes qualifiés, travailleurs
Fonds national pour la indépendants, artisans et chefs de micro-
Banque Centrale de Tunisie(BCT) (à
promotion de l’artisanat et des entreprises désirant créer ou étendre leurs
travers certaines banques)
petits métiers (FONAPRAM) entreprises ou activités

Fonds spécial pour le


Agence de la vulgarisation et de la
développement de l’agriculture Petits exploitants agricoles et pêcheurs
formation agricole
(FOSDA)
Chantiers régionaux et Sans emploi et populations le splus
Conseils régionaux
nationaux vulnérables
Personnes qualifiés sans emplois ou petits
Programmes PRD (1973), et PDRI
- métiers dans les régions rurales et les
(1984), PRCD (1987), PDU (1993)
zones urbaines défavorisées

- FRONA Artisans

141
Annexe 15: Mesures d’efficacité de la recherche scientifique

2010 2011 2012 2013 2014 2015* 2016*


Appui de recherche scientifique
nombre de publication dans des revues indexés 2942 3100 3500 3550 3650 3800 4000
Nombre de thèses et mémoires soutenues 3022 3150 2300 3000 3300 3600 3800
-Nombre de laboratoires et d’unité de recherche
756 534 415 540 600 650 650

Orientation de la recherche vers les priorités nationales


nombre de projets de recherches liés au développement 9 8 8 8 8 8 9
nombre de conventions signés avec l’environnement socio-
325 340 265 380 400 420 420
économique
Soutien, transfert et valorisation des résultats de recherche
nombre de brevets enregistrés au niveau national et
33 38 26 50 50 52 55
international
nombre de projets au sein des pépinières d’entreprises, des
60 63 76 80 84 88 -
centres de recherche et des technopoles
*prevision
Source: Ministère de l’enseignement supérieur- projet annuelle de mesure de performance.

142
Institut Tunisien de la Compétitivité et des Études Quantitatives
 27, Rue du Liban 1002 Tunis Belvédère – Tunisie
 Tél. : (+216) 71 802 044 Fax : (+216) 71 787 034
Site Web: www.itceq.tn e-mail: contact@itceq.tn