Vous êtes sur la page 1sur 1

Golem ou création d'un homuncule selon Paracelse

Cela fait des milliers d’années que l’homme aspire à sa perfection ou à la création d’une
race utilitaire et totalement esclave. Si cela vous intéresse vous pouvez lire sur ce sujet des
histoires sur le Golem.
En remontant de 500 ans en arrière je vais vous citer un extrait de natura rerum, de
generationibus rerum naturalium, I. Cet écrit de Paracelse se penche assez longuement sur le
problème de la création des clones (appelés à l’époque homuncules) et il nous a laissé la
recette suivante :

Citation:
" On ne doit pas abandonner la génération des homuncules; en effet il y a quelque vérité
en cette matière, bien que pendant longtemps elle fut regardée comme très occulte et très
secrète. Et longuement quelques philosophes anciens discutèrent et doutèrent s’il était
possible, par la nature et par l’art, d’engendrer un homme en dehors du corps de la femme et
d’une mère naturelle. A quoi je réponds que cela ne répugne nullement à l’art spagyrique ni à
la nature; bien plus, que cela est très possible. Pour y parvenir on procède ainsi. Renfermez
pendant quarante jours dans un alambic, de la liqueur spermatique de l’homme, qu’elle s’y
putréfie et continue à se composer dans un récipient rempli de fumier de cheval jusqu’à ce
qu’elle commence à vivre et à se mouvoir, ce qu’il est facile de reconnaître. Après ce temps il
apparaîtra une forme semblable à celle d’un homme, mais transparente et presque sans
substance. Si, après cela, on nourrit tous les jours ce jeune produit, prudemment et
soigneusement, avec du sang humain secret (c’est-à-dire une préparation alchimique rouge)
et qu’on le conserve pendant quarante semaines à une chaleur constamment égale à celle du
ventre d’un cheval, ce produit devient un vrai et vivant enfant, avec tous ses membres, comme
celui qui est né de la femme mais seulement beaucoup plus petit et nous nommons cela un
homuncule. Il faut l’élever avec beaucoup de diligence et de soins jusqu’à ce qu’il grandisse
et commence à manifester de l’intelligence. C’est là un des plus grands secrets que Dieu ait
révélé à l’homme mortel et pécheur. [...] Quoique ce secret ait toujours été ignoré des
hommes, il a été connu de toute antiquité des Faunes, des Nymphes et des Géants et c’est
même de là que ces êtres tirent leur origine. "