Vous êtes sur la page 1sur 4

Le calcul des poteaux sous l'Expert Béton Armé (BA) est basé sur trois méthodes de calcul

bien précises :
> La méthode simplifiée.
> La méthode forfaitaire.
> La méthode itérative ou méthode de FAESSEL.

1. LA METHODE SIMPLIFIEE
Cette méthode s'applique si l'élancement l dans chaque plan est inférieur à 70 et s'il n'y a
aucun moment appliqué au poteau. Il s'agit d'un calcul en compression centrée.

Cette méthode est basée sur la méthode simplifiée qui figure au BAEL91 article B.8.4.1
(détermination forfaitaire de l'effort normal résistant).

1.1 Détermination de l'effort normal limite


La section du poteau et le ferraillage du poteau doivent vérifier que l'effort normal appliqué
soit inférieur à l'effort normal limite soit Nlim>Nu

Br est la section réduite de béton pour tenir compte de la sensibilité aux défauts d'exécution,
obtenue en retirant 1 cm d'épaisseur sur toute la périphérie du poteau.
a= 1/ b avec :
b = 1 + 0.2(l / 35)2 si l£50
b = 0.85* l2 / 1500 si 50
£l70

1.2 Détermination de la section d'acier


La section d'acier doit équilibrer la partie de l'effort normal qui ne l'est pas par le béton, d'où :

Ns = k * b * Nu - Nb

Avec :
> Ns : effort normal équilibré par les aciers
> Nu : effort normal ultime total
> Nb : effort normal équilibré par la section de béton : Nb = q * Br * Fbu / 0.9

k est le coefficient majorateur pour tenir compte de la date d'application des charges.

1.3 Aciers longitudinaux


La section d'aciers longitudinaux est donnée par la formule suivante :

Après calcul des aciers, on vérifie les conditions d'aciers minimum et maximum :
Dans le cas où un moment de flexion sollicite le poteau où lorsque l'élancement de ce dernier
est trop important, la méthode simplifiée n'est plus applicable.

La justification de la stabilité de forme consiste à démontrer qu'il existe, dans toute la section
de l'élément, un état de contrainte qui équilibre les sollicitations de calcul, y compris celle du
second ordre, et qui soit compatible avec la déformabilité et la résistance de calcul des
matériaux.

On dispose sous l'expert BA des deux méthodes suivantes :


> la méthode forfaitaire.
> la méthode itérative de Faessel.

2. LA METHODE FORFAITAIRE
Cette méthode s'applique si l'élancement dans chaque plan est supérieur à 70 et si lf / h

Avec :
> lf = longueur de flambement de la pièce.
> h = hauteur de la section droite dans le plan de flambement (celui pour lequel lf a été
calculé).
> e1 = excentricité du premier ordre à l'ELU.

Attention cette méthode ne s'applique que pour les sections carrées et rectangulaires.
Il s'agit de deux calculs en flexion composée en répartissant éventuellement l'effort normal.
Cette répartition de l'effort normal se fait selon la méthode de Perchat, méthode qui fait l'objet
d'une FAQ (publiée le 03/11/2004 sur Arche Poteau) intitulée : Comment fonctionne l'option
« le rapport des excentricités » dans Arche Poteau ?
Le calcul est basé sur une itération selon les courbes d'interaction à l'ELU avec un ferraillage
symétrique. Le moment pris en compte dans cette itération est celui calculé à partir des
excentricités du premier et du second ordre.

L'excentricité de la force extérieure par rapport au centre de gravité de la section de béton seul
est la somme de trois termes.

2.1 Excentricité additionnelle


Provenant des défaut d'exécution, donc inconnue, elle est évaluée forfaitairement :
ea = max (2 cm;L / 250) où avec L est la longueur libre du poteau.

2.2 Excentricité du premier ordre


e1= Mu / Nu + ea
> Mu : moment ultime appliqué
> Nu : effort normal ultime appliqué

2.3 Excentricité du second ordre


Elle est due à la déformation
> Lf : longueur de flambement déterminée par le programme ou imposée par l'utilisateur.
> a est le rapport du moment des charges permanentes et du moment total non pondérés :
a= Mg / (Mg + Mq) f=2

2.4 Sollicitations corrigées


N'u = Nu
M'u = Nu * (e1+e2)
L'itération sur les courbes d'interaction est réalisée à partir de ce torseur.

2.5 Calcul des armatures


La détermination des armatures dépend du cas de figure, fonction des sollicitations,
notamment du signe de l'effort normal :
> Flexion composée avec compression : section entièrement ou partiellement tendue.
> Flexion composée avec traction : section entièrement ou partiellement comprimée.

Le cas de figure est déterminé automatiquement par le programme.

Les méthodes classiques ne permettent pas de déterminer en une seule fois une section d'acier
symétrique. On calcule en général, dans un premier temps la section d'aciers inférieurs et on
détermine ensuite les aciers supérieurs. On peut également symétriser la section d'aciers
inférieurs, ce qui amène à une section peu économique.

Le programme dresse les diagrammes d'interaction, et va ensuite faire une itération sur la
section d'acier globale jusqu'à ce que la courbe d'interaction enveloppe le torseur appliqué.
L'itération est stoppée également si la section d'acier dépasse la section d'aciers maximum.

3. METHODE ITERATIVE OU METHODE DE FAESSEL


Cette méthode s'applique dans tous les autres cas d'élancement et de longueur de flambement.
De plus, elle ne s'applique que pour les sections carrées et rectangulaires.

Le calcul est basé sur la méthode de l'équilibre d'un moment interne résistant et d'un moment
externe appliqué. Une itération pour dimensionner les aciers est faite jusqu'à ce que le
moment externe soit inférieur au moment interne.

Le moment pris en compte dans cette itération est celui calculé à partir des excentricités du
premier et du second ordre.

3.1 Excentricité additionnelle


ea = max (2 cm ; L / 250) où L est la longueur libre du poteau.

3.2 Excentricité du premier ordre


e1= Mu / Nu + ea
> Mu : moment ultime appliqué
> Nu : effort normal ultime appliqué

3.3 Excentricité du second ordre


On ne peut pas déterminer l'excentricité du second ordre à partir des formules de la méthode
forfaitaire, car on n'est plus dans le cas où :
Lf/h < Max [15; 20*e1/h]
Pour déterminer cette excentricité et calculer la section d'acier, on utilise la méthode de
Faessel. Cette méthode consiste à décomposer la flexion composée déviée en 2 flexions
composées équivalentes, puis à rechercher les sections d'aciers nécessaires, le ferraillage étant
considéré symétrique.

Lors de la décomposition en deux flexions composées, l'utilisateur peut choisir de partager


l'effort normal selon la méthode de Perchat décrite précédemment.

3.4 Calcul des armatures

Le calcul se fait donc par itération :

On affecte Amin / 4 sur chaque face du poteau

Pour chaque direction, avec un pas défini par l'utilisateur, on augmente la section d'acier.

On compare le moment du second ordre correspondant au moment résistant de la section (ce


qui oblige à un calcul de l'excentricité du second ordre à chaque itération), cette itération est
basée sur les courbes d'interaction.

L'itération est stoppée si le moment résistant est supérieur au moment appliqué, ou si la


section d'une nappe dépasse Amax / 2.