Vous êtes sur la page 1sur 4

L’historien et les mémoires de la seconde

guerre mondiale en France

L’historien muet face aux mémoires immédiates :


Intro
Contexte : Un pays à reconstruire sur le plan social économique et Politique

Avec près de 1 150 000 victimes

France coupée en deux : Territoire, collaborateurs et résistants 213 000

 Epuration Spontanée : 1945 Chasse à l’homme sauvage et spontanée avec prés de 9000
morts et la tonte des cheveux de femmes
 Epuration légale : - procès Maréchal Pétain, et 160 000 autres avec 50 000
condamnations 7000 à mort mais que 700 vont être exécutés

Urgence rétablir unité et apaiser les tensions sociales

A) De la mémoire Héroïque
Mémoire qui doit rassembler

Tous les Français auraient été résistants on nie la réalité des faits

 Bataille du Rail de René Clément en 1946 On nie l’implication de la SNCF dans les
déportations cheminotes portés comme des héros

Mémoire qui nie la réalité + double négation dans le discours du G. de Gaulle « Vichy Nul et non
avenu » Minimise la défaite de 1940 et nie existence de vichy et des collaborateurs. Ne parle pas des
alliés mémoire héroïque qui veut passer à autres choses

 Des lois d’amnistie 46-47 et 51-53 qui touchent surtout les fonctionnaires pour
reconstruire plus vite le pays

B) Concurrence des mémoires


En deux parties :

- Revendications communistes :
o Se présente comme être le parti des fusillés ancrage important 25% des suffrages
o Exagère de nombre de fusillés pas 75 000 mais 30 000 ils utilisent leur histoire
pour asseoir le pouvoir
- Les débats :
o Concurrence entre mémoire communiste et gaulliste
o Mémoire qui se divise sur le sort de Pétain Héros de la première guerre mondiale
les français vont chercher à adoucir sa peine
 « Histoire du glaive et du bouclier » de R Aron en 1953

Historiens dépassés par la force des enjeux et pas d’accès aux archives

C) « le consensus résistancialiste » Henry Rousso


Il faut trouver une mémoire Héroïque qui dépasse les différences politiques qui Va être Jean moulin
(Unification des résistances CNR 2 mai 1943)

 Création de lieux de mémoires : On change le nom de rues pour ceux des Résistants
 Jean moulin transféré au panthéon en 1964 pour fédérer
 On va construire des monuments :
o Mémorial pour le martyre Juif inconnu 1953
o 1960 Mémorial de la France Combattante
o 8 mai devient jour férié
 L’école invitée a participé au mythe résistantialiste

Jusqu’aux années 1970, il y a mémoire officielle sélective et construite pour consolider l’unité du
pays et tout converge vers cette mémoire Cinéma, littérature

Le réveil de mémoires différentes et l’affirmation du rôle de l’historien


comme expert 1970-1990
Interrogation mémoire juive
 « Le grand silence » Annette Wieviorka, Français pas prêts à entendre ce qui va être dit
mais aussi incapacité de transmettre
o Exemple primo Levi « Si c’est un homme » qui n’a pas eu de sucés à sa sortie
 En 1961 Procès Eichmann (Responsable logistique) paroles de victimes qui vont être
entendus
 SE présente comme non coupable les victimes vont témoigner
 Organisation d’association Fils et filles de déportés juifs époux Klarsfeld
 Film shoah de Claude Lanzmann en 1985

Il va y avoir aussi l’appui d’historiens étrangers comme R.Hilberg « La destruction des juifs »

Simultanément arrivée des négationnisme révisionnisme ex : Faurisson parle de « la ruine


d’auswitch »

« Vichy un passé qui ne passe pas » Henry Rousso


Historiens veulent comprendre ce qui s’est passé

Marcel Ophuls 1969 « Le chagrin et la pitié » Film :


- IL va à Clermont-Ferrand et va essayer de comprendre ce qui s’est passé et quelle était la
vie des français : banale et Ophuls va montrer que tous les Français n’ont pas été
Résistants Film » censuré jusqu’en 1981

En 1953 Robert Paxton publie « France de Vichy » Paxton remet en cause le mythe résistantialiste et
cette mémoire collective

L’accès à de nouvelles archives va entrainer un travail de mémoire qui a heurté les politiques

L’enjeu des Grands procès


Les grands procès 80-90 :

- Jean Leguy en 1979 inculpé pour crime contre l’humanité va mourir avant d’être jugé
- 1987 Barbie qui dirige la Gestapo condamné à dix ans de prisons
- 1994 Procès de Paul Touvier pour des actes de collaboration
- 1997 Maurice Poupon responsable de la France de Vichy
- 1991 Bouquet Mais assassiné en 1993

Plus de 50 ans pour que la justice reconnaisse les crimes des Français

Cas des vichysto Résistants : Mémoire embarrassée pars ces cas peu clairs

L’historien appelé à la barre comme expert et aide la justice à trancher idée d’être le plus objectif
possible

« Une mémoire apaisée » depuis les années 90


La déferlante mémorielle
Intégration de ces mémoires

A partit des années 90 il y a eu une déferlante mémorielle sous deux aspects :

- Une nouvelle exigence (« un devoir de mémoire » prédominant à partir des années 90)
mais aussi une exigence philosophique
- Commission Yad Vashem à Jérusalem qui depuis 1963 a recensée tous les justes .2000
français qui entrent au panthéon avec les grandes personnes
- En 2004 quatre figures de la résistance rentrent au panthéon :
 Germaine Tillion
 Geneviève de Gaulle
 Pierre Brossolette
 Jean Zay
- Mais aussi ajout de 3 nouvelles journées de commémoration :
 Appel du général de gaulle 18 juin
 Journée internationale
 21 juillet : Journée nationale à la mémoire des victimes des
crimes racistes et antisémites de l'État français et d'hommage
aux "Justes" de France
- Reconnaissance par l’Etat des crimes de vichy avec la déclaration du président jacques
Chirac en 1995 amis aussi avec la loi Gayssot : tous ceux qui contestent les crimes contre
l’humanité sons en état de délit : réponse judicaire

Des historiens prudents face à cette inflation

L’historien fait un travail de mémoire = indépendance alors que le devoir de mémoire est imposé
l’historien ne veut pas subir pour garder son objectif de travail

Ex : danger d’instrumentalisation de l’histoire avec Nicolas Sarkozy : mise en avant de Guy Môquet et
travail des élevés de maternel sur un juif

Il y a encore des mémoires qui ne sont pas reconnus :

- Mémoires des soldats de 1940 Olivier Wieviorka parle de mémoire repliée


- Travailleurs du STO
- « Les malgré nous » hab. alsace et Moselle deviennent allemand en 1940 et ils vont être
enrôlé dans l’armée allemande, 13 d’entre eux identifies dans le massacre d’Oradour sr
glane en 1944
- La mémoire tzigane 2 :3 de leur communauté en moins mémoire perdue car culture orale

Conclusion
Travaille mémoire encore inachevé l’histoire est toujours en construction, et elle s’appuie sur les
groupes porteurs de mémoires ? une mémoire est toujours subjective et le travail de l’historien et de
la rendre objective

Fin Chapitre 1

Vous aimerez peut-être aussi