Vous êtes sur la page 1sur 8

Chapitre II Automate et le système automatisé

I. Introduction:

Les automates programmables industriels sont apparus à la fin des années soixante, à
la demande de l'industrie automobile américaine (GM), qui réclamait plus d'adaptabilité à
leurs systèmes de commande. Et le premier automate fut crée grâce à MODICON en 1968.

Depuis le début des années 80, l’intégration des automates programmables pour le
contrôle des différents processus industriels est plus qu’indispensable. A l’origine, l’automate
programmable était considéré comme une machine séquentielle, capable de suppléer des
automatismes réalisés en logique traditionnelle, en apportant toutefois de profonds
bouleversements dans la manière de concevoir et d’organiser le contrôle d’un processus.
L’intégration de l’automate programmable renforce le degré de fiabilité de l’équipement et
offre une très grande adaptabilité face aux évolutions de l’environnement.

II. Définition d'un système automatisé :

Un système automatique est un ensemble qui après avoir reçu des instructions fournis
par l’opérateur, décide et agie de lui même, se substituant ainsi à l’homme. Cette substitution
conduit à une plus grande rapidité d’exécution et une meilleure régularité des résultats. Tout
système automatisé comprend deux parties technologiques et un opérateur humain.

L’opérateur humain est la personne chargée, d’agir sur des matériels technologiques
divers pour fournir les instructions permettant d’élaborer la programmation et de rester en
relation avec le système lors de la mise au point au cours du fonctionnement pour intervenir
en cas de perturbation.

La partie opérative a pour mission de faire subir à l’objet à traiter diverses


transformations, elle reçoit les commandes et est chargée d’enregistrer les instructions
données par l’opérateur et donner les ordres à la partie opérative afin de la faire fonctionner ;
elle transmet à l’opérateur les informations reçues de la partie opérative à l’aide de
signalisation à l’affichage aussi l’opérateur instruit la partie commande qui ordonne la partie
opérative cette dernière rend compte à la partie commande des opérations effectuées qui à son
tour les signale à l’opérateur.

9
Chapitre II Automate et le système automatisé

III. Buts de l’automatisation:

De nos jours et pour des raisons économiques, la mutation de l’appareil productif


s’avère nécessaire. Automatiser est devenu indispensable pour obtenir une compétitivité
meilleure de produit fabriqué. Associées à des ensembles mécaniques adaptés, plusieurs
technologies permettant de réaliser des machines automatisées.

Les raisons d’automatiser les productions industrielles son multiples :

 suppression des travaux pénibles ou fastidieux.


 Economie de la main d’œuvre.
 Recherche d’une constance dans la qualité.
 Augmentation de la production avec les investissements limités

Ces différentes raisons participent toutes à l’objectif global de l’entreprise.

 augmenter la compétitivité de ses produits.


 Produire à qualité constante.
 Fournir les quantités nécessaires au bon moment.
 Accroître la productivité et la flexibilité de l’outil.

10
Chapitre II Automate et le système automatisé

IV. Structure générale d’un système automatisé :

Figure II-1 : Structure d’un système automatisé

11
Chapitre II Automate et le système automatisé

V. Organisation d’un système automatisé :

Figure II-2 : organigramme d’un automatisme

Donc un système automatises, utilises dans les secteurs industriel possèdent une
structure débrase identique .il sont constitues de plusieurs parties relier entre elles :

La partie opérative (PO).


La partie commande (PC) ou API.

12
Chapitre II Automate et le système automatisé

VI. La partie commande d’un système automatisé :

Appelée également « partie traitement des informations », elle regroupe tous les
composants de traitement des informations nécessaire à la bonne marche de la partie
opérative.

La partie commande communique avec l’opérateur par l’intermédiaire d’un pupitre,


Les informations entre la partie commande et la partie opérative passent souvent par
l’intermédiaire d’un interfaces.

Trois technologies sont actuellement utilisées :


 Eléctromécanique
 Pneumatique
 Éléctronique

La troisième se présente sous cette forme :

 Logique programmé: L’enchaînement des mouvements du système automatisé est


programmé sous forme d’instructions (programme), traitées et gérées par l’unité
centrale de la partie commande.
 Les automates programmables industriels (A.P.I.).Ils possèdent presque tous un
langage adapté au GRAFCET. Ils sont munis de borne entrées et sorties.
 Les micro et mini-ordinateurs. Leur utilisation demande des connaissances en
informatique. Le GRAFCET doit être traduit dans un langage informatique. Ils ne
possèdent pas en général de bornes d’entrées et sorties.
 Les micros systèmes. Idem ci-dessus mais possèdent des bornes d’entrées et sorties.

VII. L’automate programmable industriel :

Un Automate Programmable Industriel (API) est une machine électronique


programmable par un personnel non informaticien, adapté à l’environnement industriel et
destiné à piloter des procédés. Son fonctionnement est défini par programme ; donne des
ordres aux préactionneurs de la partie opérative à partir des données d’entrées (capteurs,
détecteur…), rend des comptes en permanence de son état et dialogue avec l’opérateur et le
processus. L’automate programmable peut traiter :

13
Chapitre II Automate et le système automatisé

 Des commandes de type logiques, séquentielles et analogiques.


 Des fonctions de calcul arithmétique; temporisation, comptage, comparaison.
 Des liaisons avec d’autres appareils (imprimantes, calculateurs…)
Comme il peut aussi réaliser des fonctions de régulation.

VIII. Rôle d’un automate dans un système automatisé de production :

L’A.P.I (Automate programmable industriel) est un équipement spécialement conçu


pour l’industrie et destiné à piloter des chaînes de montage, production, manutention, robots
industriels, machines outils …etc.

IX. Avantages de l’automatisation :

 La réduction des coûts de production : un retour sur investissement rapide permet


de compenser les coûts initiaux d’installation.
 L’optimisation des temps de cycle des pièces : une ligne de production allégée est
cruciale dans tout effort visant à en accroître l’efficacité. Les robots peuvent
fonctionner plus longtemps et plus rapidement, ce qui augmente les taux de
production.
 L’amélioration de la qualité et de la fiabilité : les tâches effectuées dans une ligne
de production automatisée sont précises et reproductibles à l’identique, ce qui assure
que tous les produits sont fabriqués avec les mêmes spécifications et qu’ils auront la
même qualité. Les réparations sont espacées et peu nombreuses.
 Une meilleure utilisation de l’espace au sein de l’unité de production :
l’automatisant des équipements et des machines intégrés dans votre ligne de
production pourra vous faire gagner beaucoup d’espace et vous permettra de rendre le
flux du processus plus efficace.
 La réduction des déchets : les robots sont si précis qu’ils peuvent économiser de la
matière première, ce qui diminue les coûts de traitement des déchets.

14
Chapitre II Automate et le système automatisé

 La préservation des emplois locaux : au lieu de délocaliser votre production vers des
pays « low cost » en termes de main-d’œuvre, vous pouvez intégrer l’automatisation
dans quelques étapes clés du processus de la production où, par exemple, la précision
d’un robot est essentielle. Cela vous permettra d’accroître la qualité de vos produits et
d’augmenter vos marges de profit afin que vous puissiez garder votre entreprise dans
son emplacement actuel.
 Demeurer compétitif : la réduction des délais de livraison et les coûts de production
sont des éléments qui attirent les clients. L’automatisation permet, justement,
d’attendre un rapport qualité/prix très avantageux.

X. Inconvénients de l’automatisation :

L’automatisation de l’industrie permet d’améliorer le chiffre d’affaires d’une société


en augmentant considérablement le rythme de production. Le souci est que cette démarche
entraîne des conséquences graves liées à l’automatisation systématique des procédés de
fabrication. Ces machines industrielles deviennent plus flexibles et performantes.

 Les enjeux énergétiques de l’automatisation industrielle


 L’inconvénient avec l’automatisation industrielle est que le travail sera
progressivement remplacé par les machines.
 La multiplication des machines-outils implique une augmentation de la
consommation d’énergie.
 L’augmentation de la production entraîne la mise en place de systèmes en rapport
avec les enjeux environnementaux.
 La croissance de l’électricité présente un impact direct sur le coût de production
 Il est désormais possible de commander une machine à partir d’un ordinateur. En
dirigeant ainsi les actions des robots, cela risque d’entraîner la suppression des
postes de plusieurs employés surtout ceux qui sont employés pour actionner les
machines et vérifier que les opérations se déroulent correctement.

15
Chapitre II Automate et le système automatisé

XI. Conclusion :

Aujourd’hui, l’automate programmable n’est plus seulement une machine séquentielle


mais il est beaucoup plus considéré comme un calculateur de processus grâce aux énormes
progrès quant à la structure de base, la qualité et la diversité des outils proposés, et ses
langages de programmation. Son insertion dans le procédé à automatiser constitue un passage
obligé pour augmenter la performance des processus.

16

Vous aimerez peut-être aussi