Vous êtes sur la page 1sur 10

MESURES, ERREURS ET INCERTITUDES Stage PAF – Février 2017

STAGE PAF – Février 2017

Académie de TOULOUSE

Notion d’erreurs et
d’incertitudes en sciences
expérimentales

Jean-Marie BIANSAN– Lycée Lapérouse (CPGE)


Stephane BLAT– Lycée Toulouse Lautrec /ESPE
Carole NICOULES– Lycée Ozenne
Jean-François OLIVE– IUT Mesures Physiques/ IRAP
MESURES, ERREURS ET INCERTITUDES Stage PAF – Février 2017

Mesurer une grandeur (mesurande), revient à rechercher une valeur de cette grandeur et lui associer
une incertitude afin d’évaluer la qualité de la mesure (mesurage).
Lors d’une série de mesure d’une grandeur, les résultats varient lors de chaque mesure (mesurage).
Une telle variabilité des résultats obtenus peut s’expliquer de plusieurs raisons :
- La grandeur à mesurer n’est pas parfaitement définie,
- les conditions expérimentales (température, pression, …) évoluent,
- l’instrument de mesure est source d’erreur (temps de réponse, justesse, fidélité, sensibilité, …),
- l’opérateur ne refait jamais le même mesure dans les mêmes conditions (fatigue, erreur de parallaxe, …)
- le protocole de mesure n’est pas adapté, …

La démarche visée est de fournir, autour d’un mesurage, un intervalle de valeurs raisonnablement attribuable
au mesurande.

Vocabulaire
Le mesurage est l’ensemble des opérations permettant de déterminer expérimentalement l’intervalle de valeurs
que l’on peut raisonnablement attribuer à la grandeur mesurée appelée mesurande. Le terme mesurage est
préféré à celui de mesure, car le mot « mesure » a de nombreux sens dans la langue française.
La valeur mesurée est la valeur attribuée à la grandeur suite à un mesurage.
La valeur vraie est la valeur que l’on obtiendrait si le mesurage était parfait. Un mesurage n’étant jamais parfait,
cette valeur est toujours inconnue.
L’erreur de mesure est l’écart entre la valeur mesurée et la valeur vraie (INCONNUE) ou une valeur de référence.

Quelles composantes pour l’erreur de mesure ?


 Composante aléatoire de l’erreur
Lorsqu’un même opérateur répète N fois un même mesurage dans les mêmes conditions (on parle de condition
de répétabilité), les valeurs obtenues peuvent être différentes. Cette dispersion des valeurs mesurées, autour
d’une valeur moyenne m ̅ , est liée aux conditions opératoires.

Pour réduire (limiter l’impact) l’erreur aléatoire, il faut augmenter le nombre d’observations.
MESURES, ERREURS ET INCERTITUDES Stage PAF – Février 2017

 Composante systématique de l’erreur


L’erreur systématique peut être considérée comme une erreur « constante » qui affecte chacune des
observations.
Il existe de nombreuses sources d’erreurs « systématiques »:
- effet des grandeurs d’influences (température, pression, ….),
- erreur de justesse de l’instrument de mesure (instrument décalibré),
- perturbation due à la présence d’instrument d’observation,
-…

Il est important de détecter et de corriger une erreur systématique.

Pour cela on peut :


- mesurer la même grandeur avec des instruments différents,
- mesurer la même grandeur avec des méthodes différentes,
- mesurer une grandeur étalon (contrôle de justesse de l’instrument),
-…

 Synthèse

La valeur vraie est supposée être au centre de la cible

Peu d’erreurs Erreurs aléatoires Erreurs systématiques Erreurs aléatoires ET


(mesurage satisfaisant) prépondérantes prépondérantes systématiques

http://www.demarcheiso17025.com/incertitudes/le_vim.html#note
MESURES, ERREURS ET INCERTITUDES Stage PAF – Février 2017

Comment évaluer l’incertitude d’un mesurage ?

L’incertitude de mesure d’une grandeur M, notée U(M) de l’anglais « Uncertainty », ou parfois M, est
un paramètre positif qui permet de définir un intervalle de valeurs « probables » de la grandeur M dans lequel
on a 95% de chance de trouver la « valeur vraie ». On parle d’intervalle de confiance à 95%.

La qualité d’une mesure sera d’autant meilleure que l’incertitude associée sera petite.

 Evaluation de l’incertitude d’un mesurage :


Il existe deux types d’évaluation de l’incertitude d’une grandeur :
 L’évaluation de type A, qui consiste en un traitement statistique des valeurs mesurées.
 L’évaluation de type B, est évalué par un jugement fondé sur des lois de probabilité.

 Evaluation de type A d’une incertitude (à partir de N mesures)


Soit N mesures effectuées dans des conditions de répétabilité (même opérateur, même matériel, …).
Le meilleur estimateur de la valeur du mesurande M est la valeur moyenne ̅̅̅
𝑚 des valeurs mesurées.
𝒏−𝟏
L’incertitude type qui lui est associée est définie par la relation : u(M) =
√𝒏
Remarque : L’incertitude de répétabilité est évaluée de façon statistique (type A) dans le cas où les N mesures ont été
effectuées dans les mêmes conditions expérimentales (même opérateur, même matériel, …)

Rappel mathématique :
 ( mi  m ) 2
Ecart type (expérimental) d’un échantillon d’une population :  n 1  (statistique)
n 1

 ( mi  m ) 2
Remarque 1 : l’écart type d’une population :  n  (loi de probabilité)
n
𝑛−1
L’incertitude élargie UA(M) est définie par la relation : U(M)=k  u(M)= k  avec k le facteur
√𝑛
d’élargissement permettant de définir un intervalle de confiance.

Pour un grand nombre N de mesures (N>60) Pour un nombre N de mesures faible

Pour un intervalle de confiance de 95%, k=1,96.


MESURES, ERREURS ET INCERTITUDES Stage PAF – Février 2017

Remarque 2 : l’écart type expérimental sur les calculatrices ou les tableurs :


- Calculatrice CASIO : il est noté xσn-1 (Mode statistique)
- Calculatrice TI- 83 plus : il est noté Sx (Mode statistique)
- EXCEL de Microsoft Office : fonction ECARTYPE
- CLAC de Libre Office : fonction ECARTYPE

 Evaluation de type B d’une incertitude (à partir d’une mesure unique)

Cas d’une mesure directe : (mesure de la longueur d’un objet, de la masse d’un objet, …)
Lorsqu’une mesure ne peut pas être reproduite plusieurs fois, il est impossible l’évaluer une incertitude par un
traitement statistique. Il faut alors repérer les différentes sources d’erreurs liées au processus de mesure.

Dans le cas de la loi de probabilité uniforme :

Type d’erreur Incertitude associée


𝑑⁄ 𝑑
Cas d’une lecture simple sur une règle graduée (1) 2
uB = =
√3 √12

𝑑⁄
Cas d’une double lecture sur une règle graduée (1) 2
uB = √2
√3

Cas d’une mesure obtenue à l’aide d’un instrument dont la 𝑡


tolérance ou la précision est donnée par le constructeur(2) uB =
√3
(cas d’un teslamètre, d’une pipette jaugée, d’une fiole jaugée, …)
𝑝𝑟é𝑐𝑖𝑠𝑖𝑜𝑛 (𝑥%+𝑛𝑑𝑖𝑔𝑖𝑡)
Exemple : Appareil numérique (ampèremètre, voltmètre, …) => uB= =
√3 √3

Cas où on évalue un Ecart Maximal Toléré (EMT) 𝐸𝑀𝑇


uB =
(Ajustage à plus ou moins une goutte, soit ± 0,050 mL, d’où EMT=0,050 mL) √3

𝑡 2 𝑑⁄ 2
Cas d’une burette graduée (1) et (2) uB =√( ) + (√2 √ 2) (3)
√3 3

(1) d correspond à la plus petite graduation de l’instrument de mesure


(2) tcorrespond à la tolérance de l’instrument de mesure
(3) Pour une même grandeur, les incertitudes types se composent de manière quadratique :

u(M)² = u²(M)ER1 + u²(M)ER2 + …


MESURES, ERREURS ET INCERTITUDES Stage PAF – Février 2017

- Exemple : Cas d’une mesure avec un voltmètre


Prenons le cas du multimètre MX 53 (marque Métrix). L’affichage est de 5 digits.
La notice indique une précision de « 0,1 % + 2 x Digit » quand l’appareil est utilisé en voltmètre, au calibre 50 V.
𝟎,𝟏% × 𝟐𝟓,𝟐𝟒𝟕 + 𝟐 × 𝟎𝟎,𝟎𝟎𝟏
U=25,247 V (valeur affichée sur le voltmètre). Donc, uB = = 0,01573 V
√𝟑

L’incertitude élargie U(M) est définie par la relation : U(M)=k  u(M)= avec k le facteur d’élargissement
permettant de définir un intervalle de confiance.

Dans le cas où u(M) résulte de la composition de plusieurs incertitudes types (dont aucune d’elles ne
dominent vraiment) alors k= 1,96 pour définir un intervalle de confiance de 95%.

- Exemple de valeurs de tolérance pour la verrerie usuelle de chimie :


Burettes graduées :

 Cas d’une mesure indirecte : (Détermination d’un interfrange, détermination de la


célérité d’une onde ultrasonore, ….)

Relation Incertitude

M = X + Y + Z +… u(M)² = u(X)² + u(Y)² + u(Z)² + …

𝑿×𝒀 𝒖(𝑴) 𝟐 𝒖(𝑿) 𝟐 𝒖(𝒀) 𝟐 𝒖(𝒁) 𝟐


𝑴= ( ) = ( ) +( ) +( )
𝒁 𝑴 𝑿 𝒀 𝒁

𝑪𝟏 ×𝑽𝑬𝟏 𝒖(𝑪𝟏 ) 𝟐 𝒖(𝑽𝟏𝑬 ) 𝟐 𝒖(𝑽) 𝟐


Exemple d’application : C =
𝑽 u(C) = C√( ) +( ) + ( )
𝑪𝟏 𝑽𝑬𝟏 𝑽

M= a  X
u(M) = a  u(X)
a et b constantes sans incertitude

Une fois définie et calculée l’incertitude u(M) de la grandeur M, il faut calculer l’incertitude élargie U(M) :
U(M)=k  u(M)

Comment exprimer le résultat d’un mesurage ?

M = ( ̅̅̅̅
𝑴 ± 𝑼(𝑴) ) unité

 Sauf cas particulier, l’incertitude de la mesure U(M) sera écrite avec un seul chiffre significatif en
arrondissant à la valeur supérieure.
 Pour la valeur de la grandeur mesurée, on prendra comme dernier chiffre significatif celui ayant la même
position décimale que celui de l’incertitude U(M), en arrondissant de manière classique (voir ci-dessous).
MESURES, ERREURS ET INCERTITUDES Stage PAF – Février 2017

Exemple :
𝑀̅ = 12,2356889 𝑔 (Valeur affichée dans le tableur Excel ou Calc après avoir calculé une moyenne des
valeurs obtenues)
Après avoir identifié les erreurs et calculer les incertitudes sur la grandeur U, on trouve :
U(M)= 0,44265 g qui devient U(M)=0,5 g (avec un seul chiffre significatif)
L’écriture finale de M sera donc : M=(12,2  0,5 ) g

 Règles d’arrondissage :
o Tout arrondissage des incertitudes se fera, par prudence, par excès.
o Pour limiter le cumul d’erreurs sur les arrondis, l’arrondissage est effectué sur le résultat final. Pour les
calculs intermédiaires on gardera donc des chiffres qui peuvent être non significatifs.
o Choisir le dernier chiffre (à la droite) à conserver.
 Augmenter ce chiffre d'une unité si le chiffre suivant vaut au moins 5 (« arrondissage par excès »)
 Conserver ce chiffre si le suivant est strictement inférieur à 5 (« arrondissage par défaut »)
Par exemple : 3,046 arrondi aux centièmes vaut 3,05 (le chiffre suivant (6) est supérieur à 5).

Comment estimer la précision d’un mesurage ?

La précision sur le résultat du mesurage sera caractérisée par le rapport :


𝑈(𝑀) 𝑈(𝑀)
(Mesure unique) ou ̅
(Série de mesures)
𝑀 𝑀
Cette précision est souvent exprimée en %. Plus le résultat est petit, plus le mesurage est précis.
𝑈(𝑀) 𝑈(𝑀)
Remarque 1 : Ce rapport ou ̅
est appelé également incertitude relative du mesurage.
𝑀 𝑀
𝑋×𝑌
Remarque 2 : Lorsque la grandeur M est définie à partir de plusieurs grandeurs expérimentales (M= ), il est
𝑍
𝑢(𝑋)
intéressant de calculer pour chacune des grandeurs expérimentales, l’incertitude relative afin de
𝑋
comparer le « poids » de ces dernières sur l’incertitude de la grandeur M.

Quelques conseils de mise en œuvre en collège et au lycée

 Il est important de rechercher, à l’issue de chaque activité expérimentale, les différentes sources
d’incertitudes liées au mesurage effectué (au collège et au lycée dès la classe de 2de) !

 Evaluation de type A (dès la 2de), en utilisant la calculatrice ou un tableur.

 Evaluation de type B (1ère et Tle) avec l’aide d’une feuille de calcul (Excel ou Calc) ou d’un logiciel type
GUM_MC.
MESURES, ERREURS ET INCERTITUDES Stage PAF – Février 2017

Annexe 1 : Repères pour la formation en physique-chimie au cycle terminal scientifique (Extrait d’un document IGEN de janvier 2014)
MESURES, ERREURS ET INCERTITUDES Stage PAF – Février 2017
MESURES, ERREURS ET INCERTITUDES Stage PAF – Février 2017

Annexe 2 : Liens intéressants

 Site EDUSCOL : Mesure et incertitudes


http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Mathematiques/12/7/LyceeGT_ressources_MathPC_Mesure_et_incertitudes_218127.pdf

http://media.eduscol.education.fr/file/Mathematiques/07/0/LyceeGT_ressources_MathPC_Mesure_et_incertitudes_eduscol_214070.pdf

http://media.eduscol.education.fr/file/PC/66/3/Ressources_PC_nombres_mesures_incertitudes_144663.pdf

 Logiciel GUM_MC de Jean Marie BIANSAN


http://jeanmarie.biansan.free.fr/gum_mc.html

 VIM : Vocabulaire international de métrologie


http://www.bipm.org/fr/publications/guides/vim.html

 GUM : Guide pour l'expression de l'incertitude de mesure


http://www.bipm.org/fr/publications/guides/gum.html

Vous aimerez peut-être aussi