Vous êtes sur la page 1sur 3

Ecole des Francs-Bourgeois Année 2015-2016

Chromatographie sur couche mince

1 Principe de la chromatographie
La chromatographie sur papier est basée sur la différence de solubilité des espèces à
séparer entre la phase stationnaire (l’eau liée aux molécules de cellulose du papier) et
la phase mobile (l’éluant). La chromatographie sur une plaque plastifiée recouverte d’un
gel de silice est une chromatographie d’adsorption. L’adsorption est un phénomène de
surface par lequel des molécules de liquides se fixent sur les surfaces solides des adsorbants
selon divers processus plus ou moins intenses. Ainsi, les différentes substances déposées
sur l’adsorbant migrent différemment suivant l’intensité des liaisons qui existent entre
elles et les molécules de l’adsorbant. La plupart du temps on est amené à effectuer une
chromatographie de substances contenant des composés incolores. Ainsi, après élution, les
différentes tâches qui ont migrées sur l’adsorbant ne sont pas visibles. Il est donc nécessaire
de les révéler à l’aide d’un révélateur (produit chimique) ou d’une lampe à U.V.
Exemple : On cherche à déterminer la composition de l’huile essentielle de lavande
(liquide incolore) en faisant une C.C.M. avec du dichlorométhane (liquide incolore) comme
éluant.
Mode opératoire :
- Faire trois dépôts équidistants sur la ligne de dépôt en respectant l’ordre suivant :
atoire : linalol - acétate de linalyl - essence de lavande
- Effectuer
ire trois dépôts équidistants sur la lignel’élution avec
de dépôt en le dichlorométhane.
respectant l’ordre suivant :
linalol – acétate de linalyl – essence de lavande
- Sortir la plaque du bécher et placer la ligne de front, puis sécher la plaque.
fectuer l’élution avec le dichlorométhane.
- Effectuer la révélation du chromatogramme en plongeant l’adsorbant sec dans un
ortir la plaque du bécher et placer la ligne de front, puis sécher la plaque.
bain de permanganate de potassium ou en le plaçant dans une enceinte riche en vapeurs
fectuer la révélationde du diiode
chromatogramme
ou encore en plongeant l’adsorbant
en utilisant une sec dansàunU.V.
lampe bain de
etpermanganate
des lunettes de protection.
+ –
potassium (K + MnO4 ) ou en le plaçant dans une enceinte riche en vapeurs de diiode ou encore en
lisant une lampe à U.V. et des lunettes de protection.
! "

rès avoir suivi ce protocole, on obtient le


romatogramme 1 qui, après traitement
permanganate de potassium, donne le
romatogramme 2.

:
ourquoi est-il indispensable de procéder à une révélation ?
erpréter l’apparition des tâches brunâtres sur le chromatogramme.
Après avoir suivi ce protocole, on obtient le chromatogramme 1 qui, après traitement
essence de lavande contient-elle du linalol ? De l’acétate de linalyl ? Justifier.
au permanganate de potassium, donne le chromatogramme 2.
essence de lavande contient-elle encore d’autres substances ? Justifier.

Le rapport frontal Rf

frontal Rf d’une tâche colorée ou révélée sur un chromatogramme se définit


ère suivante :
M.Suet 1 Physique-Chimie
h
Rf =
H
e de front, puis sécher la plaque.
e en plongeantEcole des Francs-Bourgeois
l’adsorbant sec dans un bain de permanganate Année 2015-2016
nt dans une enceinte riche en vapeurs de diiode ou encore en
de protection.
2 Migration des espèces
! "
La distance de migration des produits dépend de leur affinité avec la phase stationnaire
et la phase mobile. Dans l’exemple d’une phase stationnaire polaire (ex : le gel de silice)
e et une phase mobile apolaire (ex : hexane), les produits polaires auront tendance à peu
t migrer, voire pas du tout alors que les produits apolaires migreront davantage car entrainés
e par l’éluant apolaire. Les produits passent régulièrement d’une phase à l’autre durant
l’élution. L’affinité joue sur le temps de séjour des produits dans chaque phase, plus ils
ont d’affinité avec la phase stationnaire, plus ils vont y passer du temps, leur temps de
rétention total va donc être rallongé. L’éluant peut être parfois un mélange d’un produit
polaire et d’un produit apolaire (par exemple : dichlorométhane/hexane), ce qui permet
de faire légèrement migrer même les espèces qui ont une affinité avec la phase stationnaire.
Ceci a pour utilité d’éviter que plusieurs produits soient confondus sur la ligne de base. La
migration dépend aussi de l’affinité du solvant (polaire, apolaire) avec la phase stationnaire
et la phase mobile. Elle dépend également de la concentration de l’espèce.

3
à une révélation ?
Le rapport frontal Rf
Le rapport frontal Rf d’une tâche colorée ou révélée sur un chromatogramme se définit
s sur le chromatogramme.
de la manière suivante :
ol ? De l’acétate de linalyl ? Justifier.
h
d’autres substances ? Justifier. Rf =
H
Ce rapport permet de comparer deux tâches apparaissant sur deux chromatogrammes
distincts, mais obtenus dans les mêmes conditions expérimentales.

ée sur un chromatogramme se définit

H
araissant sur deux chromatogrammes
expérimentales. h
es incolores, on peut en conclure qu’il

d’un même Rf, avoir la même couleur.

ême substance que


Si cesur le chromatogramme
rapport frontal est le mêmede référence
pour ? incolores, on peut en conclure qu’il
deux tâches
s’agit d’une seule et même substance. Si les tâches sont colorées, elles doivent, en plus
d’un même Rf , avoir la même couleur.

M.Suet 2 Physique-Chimie
! & & #

Ecole des Francs-Bourgeois ()*+,"$+-*".)/0&12*&3+23)0&,/#30


! &
Année && 2015-2016
&
-<+,#!7#!729B*!
& #
!"#$%&'& ! 2-5),*!
& [6";20&((X&
& #

!
(+**03$/+#! & 00! 1! 8! & &
& & #
4! Exemples de CCM ! &
&
?/-#0&:0&:%.=$& & !
&
"!#!!$%&'(")'*&"+%,-!.-!$'/'&"0)1! ! & G& H& @& Q&3,& & !
! ! ! %62"#$& & !
&& ;3&& &
23! ! & !
&
&3+250*360& & &
! & !
& E%3)0*& ?/-#0&:0&8*+#$& & & K"..+*$1&8*+#$"2A&K &C&
8
! & &
! L&M&N9O&3,&
& G ) &M&N9P&3,&
!"!! ! &# & ! ) &M&Q9N&3,&
H
& ! $'5@#&$-#!
! &# & ! K RGS&M& ) N9P M&T
8
G

& [6";20&((X&
! &# & L N9O
! &# !)G&
<3!?"&3)*+,"$+-*".)/0&0
& ! L&
! & & !
ĞƚĚ͛ŝĚĞŶƚŝĨŝĐĂƚŝŽŶ&Ě͛01.D3
& ! #
& & &
& !
! & !
&# &
-<+,#!C&',*!7#!-D2-5),*!
?/-#0&:0&:%.=$&
!
& ! :2$%#&! ! &# 00! 1! 8! ! )H&
7!#!!=dh͛hED/
& &
! &#
& ! 9-)65#!AA1! @& Q&3,& & !
G& H& &# &
! ! %62"#$& ! # & &45"#$&%62$/+#&&&&&&&& & & & 7#&3+ƵƌƐĚ͛ĠůƵƚŝŽŶ&
& !
&
&& ! ! &# & & !
&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&! & !
& ! ! # &
43&>ŽƌƐƋƵĞů͛ĠůƵĂŶƚ0#$*0&0#&3+#$"3$&"503&60&."./0*&8/6$*09& 23!"#$!$%&'()$#*$+!&,-(!.
Figure !1 – Chromatographie # & de colorants.
& ! >-5*<',?!-#.!*/$%#.!.',*!<,@<.<:-#.!
/6&,+#$0&60&6+#-&:0&6"&.6";20<&&
-<+,#!7#!729B*!
!
#&W#&$*"30&2#0&6/-#0&:0&:
! # K"..+*$1&8*+#$"2A&K
>ŽƌƐƋƵĞ ů͛ĠůƵĂŶƚ "$$0/#$& 6"& 6/-#0&8&C&
:0& :%.=$9& /6& :/11+2$& 601& :2&E"1&:0&6"&.6";20<&
& ! 2-5),*! ! :%.=$1&0$&601&0#$*">#0&"503&62/<&
#
!
00! 1! 8! L&M&N9O&3,& Y&W#&8"/$&C&
& ! # &
# )G&M&N9P&3,& ! Y& 2#& :%.=$& 0#& 4
53& ?0& :%.=$& 50*$& @& :+##0& :02A& $"3)01& 3+6+*%01&͗ ů͛ƵŶĞ
& ! # !ďůĞƵĞ ů͛ĂƵƚƌĞ ) H&M&Q9N&3,&
ũĂƵŶĞ͘& ?͛ĠůƵƚŝŽŶ Ă ƉĞƌŵŝƐ ĚĞ ƐĠƉĂƌĞƌ ůĞƐ ! "3%$Z61"6/3Z6/;20&
Y&ƵŶĚĠƉƀƚĞŶDĚ͛ƵŶĞ
& ! # !
:02A&3+6+*"#$1&:2&,%6"#-0&@<&
K RGS&M&
)G N9P
M&T9UPV&&&&&K RHS&M&
)H Q9N ! Y&2#&:%.=$&0#&[&:0&6"&1
M&T9NN&
!!
& !
8 8
# 63! ?01! :%.=$1& 7& 0$& 8&
LĚŽŶŶĞ
ŶĞ
N9OƋƵ͛2#0& 10260& $B3)0&C& 30&L Y&W#&5%*/8/0&601&:%.=$1&1+2
N9O!
! ! Y&W#&50*10&]&ŵ>Ě͛ĠůƵĂŶƚ;
& ! # 1+#$&<3!?"&3)*+,"$+-*".)/0&01$&2#0&$03)#/;20&:0&1%."*"$/+#&
:01& 01.D301& 3)/,/;201& .2*01<& ?0& :%.=$& 9& :+##0& Y& !W#& 6"ŝƐƐĞ ĠůƵĞƌ ĚĂŶƐ
!:02A&$B3)01&͗ŝůƐ͛ĂŐŝƚĚ͛ƵŶŵĠůĂŶŐĞ͘&
& ! # ! ĞƚĚ͛ŝĚĞŶƚŝĨŝĐĂƚŝŽŶ&Ě͛01.D301&3)/,/;201<&
?01& $B3)01& E6020& 0$& F"2#0& :0& G& 0$& H& 1+#$& ,+#$%01& I& 6"& Y& W#&
ů͛ĠůƵĂŶƚĂƌƌŝǀĞăϭĐŵĚƵ
! 1+*$& 6"& .6";20& 0$& +
& ! ! &
,J,0&)"2$02*&;20&306601&:2&:%.=$&@<&&
# !
".."*">$*0&601&$B3)01<&&
!! &
& ! # :3! ?01& :/1$"#301& ƉĂƌĐŽƵƌƵĞƐ ƉĂƌ ĐŚĂƋƵĞ ĐŽůŽƌĂŶƚ͕ ƋƵ͛ŝůƐ ! !
!
! 7!#!!=dh͛hED/DEd!
& ! # 1+/0#$&.2*1&+2&:"#1&2#&,%6"#-09&1+#$&%-"601<& ! !
! ! &
& ! # ! !
&
& ! 00! 1! #8! ! & !
! &45"#$&%62$/+#&&&&&&&& & & & 7#&3+ƵƌƐĚ͛ĠůƵƚŝŽŶ& ! &
# !
& ! !
&
!
&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&&! # 00!
! !!1! 8! !
&
! #
43&>ŽƌƐƋƵĞů͛ĠůƵĂŶƚ0#$*0&0#&3+#$"3$&"503&60&."./0*&8/6$*09& ! !
! >-5*<',?!-#.!*/$%#.!.',*!<,@<.<:-#.! ! 23!"#$!$%&'()$#*$+!&,-(!./!
/6&,+#$0&60&6+#-&:0&6"&.6";20<&& # #&W#&$*"30&2#0&6/-#0&:0&:%.=$&12*&6"&.6";20&((X&I&Q&3,& !
!
>ŽƌƐƋƵĞ ů͛ĠůƵĂŶƚ "$$0/#$& 6"& 6/-#0& :0&# :%.=$9& /6& :/11+2$& 601& ! :2&E"1&:0&6"&.6";20<& !
# !
:%.=$1&0$&601&0#$*">#0&"503&62/<&
2 – Chromatographie $"!"#!$%&'()*'+&)((#!(',*&#!-#.!*/$%#.!00!#*!1!.',*!
d’espèces incolores. Révélation sous la lampe à UV. !
Figure
# ! Y&W#&8"/$&C&
& # (',*2#.!3!-)!(4(#!%)5*#5&!)-'&.!65#!-)!*/$%#!7#!8!#.*!
! Y& 2#& :%.=$& 0#& 44& :0& 6"& 1+62$/+#& ! Ě͛ĂĐŝĚĞ
53& ?0&
# :%.=$& 50*$& @& :+##0& :02A& $"3)01& 3+6+*%01&͗ ů͛ƵŶĞ ! "3%$Z61"6/3Z6/;20&
9-5.! :)..#;! "#! (27<$)(#,*! $',*<#,*! :<ĞŶ ĚĞ ů͛ĂĐŝĚĞ !
ďůĞƵĞ# ů͛ĂƵƚƌĞ ũĂƵŶĞ͘& ?͛ĠůƵƚŝŽŶ Ă ƉĞƌŵŝƐ ĚĞ ƐĠƉĂƌĞƌ ůĞƐ ! Y&ƵŶĚĠƉƀƚĞŶDĚ͛ƵŶĞƐŽůƵƚŝŽŶĚƵŵĠĚŝĐĂŵĞŶƚ&
:02A&3+6+*"#$1&:2&,%6"#-0&@<&
#
)$2*=-.)-<$=-<65#!#*!9).!7#!9)&)$2*)('-;!
!
!
Y&2#&:%.=$&0#&[&:0&6"&1+62$/+#&:0&."*"3%$",+6<&
! # # ! Y&W#&5%*/8/0&601&:%.=$1&1+21&6"&6",.0&I&\@<& !
#
63! ?01! :%.=$1& 7& 0$& 8& ŶĞ ĚŽŶŶĞ ƋƵ͛2#0& # 10260& $B3)0&C& 30& ! Y&W#&50*10&]&ŵ>Ě͛ĠůƵĂŶƚ;ƐŽƵƐůĂŚŽ$$0S<& !
# :01& 01.D301& 3)/,/;201& .2*01<&
1+#$& ! ?0& :%.=$& 9& :+##0& !
# !
Y& W#& 6"ŝƐƐĞ ĠůƵĞƌ ĚĂŶƐ ů͛ĠůƵĂŶƚ ĐŚŽŝƐŝ ũƵƐƋƵ͛ă ĐĞ ƋƵĞ
:02A&$B3)01&͗ŝůƐ͛ĂŐŝƚĚ͛ƵŶŵĠůĂŶŐĞ͘& ů͛ĠůƵĂŶƚĂƌƌŝǀĞăϭĐŵĚƵŚĂƵƚĚĞůĂƉůĂƋƵĞ͘&
?01& $B3)01& E6020& 0$& F"2#0& :0& G& 0$& H& 1+#$& ,+#$%01& I& 6"& !
#
Y& W#& 1+*$& 6"& .6";20& 0$& +#& 6"& *%5D60& 1+21& \@& .+2*& 8"/*0&
# !
,J,0&)"2$02*&;20&306601&:2&:%.=$&@<&&
00! ".."*">$*0&601&$B3)01<&&
# !!1! 8! !
! # ! !
:3! ?01&
# :/1$"#301& ƉĂƌĐŽƵƌƵĞƐ ƉĂƌ ĐŚĂƋƵĞ ĐŽůŽƌĂŶƚ͕ ƋƵ͛ŝůƐ ! !
1+/0#$&.2*1&+2&:"#1&2#&,%6"#-09&1+#$&%-"601<&
# ! !
M.Suet 3
$"!"#!$%&'()*'+&)((#!(',*&#!-#.!*/$%#.!00!#*!1!.',*! ! Physique-Chimie
(',*2#.!3!-)!(4(#!%)5*#5&!)-'&.!65#!-)!*/$%#!7#!8!#.*! !
9-5.! :)..#;! "#! (27<$)(#,*! $',*<#,*! :<ĞŶ ĚĞ ů͛ĂĐŝĚĞ !

Vous aimerez peut-être aussi