Vous êtes sur la page 1sur 65



 &ODVVHVSUpSDUDWRLUHV


qPH
 $QQpH



(OpPHQWVGHEDVH
GHODFKLPLHRUJDQLTXH
/·HVVHQWLHOGXFRXUVDYHF
DSSOLFDWLRQV
6200$,5(
35(/,0,1$,5(6 . ..................................................................................................................... 1
CONCEPTS GENERAUX EN CHIMIE ORGANIQUE. .............................................................. 1
Introduction .......................................................................................................................................... 1
I. Représentation des molécules organique ......................................................................................... 1
I.1 Formule brute ............................................................................................................................ 1
I.2 Formule développée plane ........................................................................................................ 1
I.3 Formule semi-développée plane ............................................................................................... 1
I.4 Formule abrégée ou topologique .............................................................................................. 1
II. Les hydrocarbures .......................................................................................................................... 2
II.1 Hydrocarbures aliphatiques ..................................................................................................... 2
II.1.1 Les alcanes ou hydrocarbures saturés de formule brute CnH2n+2 .................................... 2
II.1.2 Les alcènes ou hydrocarbures éthyléniques de formules générale CnH2n ....................... 2
II.1.3 Les alcynes ou hydrocarbures acétyléniques de formules générale CnH2n-2 ................... 2
II.2 Hydrocarbures cycliques ......................................................................................................... 3
II.2.1 Les cyclanes saturés de formule brute CnH2n .................................................................. 3
II.2.2 Les cyclènes insaturés de formule brute CnH2n-2 ............................................................. 3
II.2.3 Les cyclynes insaturés de formule brute CnH2n-4 ............................................................ 3
II.3 Hydrocarbures aromatiques : ................................................................................................... 3

&+$3,75(,................................................................................................................................... 4
NOMENCLATURE. .......................................................................................................................... 4
I. Introduction ..................................................................................................................................... 4
I.1 Noms usuels .............................................................................................................................. 4
I.2 Noms systématiques .................................................................................................................. 4
I.3 Principes de bases de la nomenclature ...................................................................................... 4
II. Nomenclature des alcanes .............................................................................................................. 5
II.1 Alcanes linéaires ...................................................................................................................... 5
II.2 Alcanes ramifiés ...................................................................................................................... 6
II.2.1 Cas de plusieurs substituants .......................................................................................... 6
II.2.2 Cs de substituants complexes ou ramifiés ...................................................................... 7
II.3 Alcanes cycliques .................................................................................................................... 8
II.4 Substituant autres que des groupes alkyles .............................................................................. 8
III. Nomenclature des alcènes ............................................................................................................. 9
III.1 Alcènes linéaires .................................................................................................................... 9
III.2 Alcènes ramifiés ..................................................................................................................... 9
III.3 Les alcényles ........................................................................................................................ 10
III.4 Alcènes cycliques ................................................................................................................. 10
IV. Nomenclature des alcynes .......................................................................................................... 10
IV.1 Les alcynyles ........................................................................................................................ 11
V. Les alcénynes ............................................................................................................................. 11
V.1 Application à la nomenclature des alcénynes ........................................................................ 11
V.1.1 Composés à chaînes linéaires ........................................................................................ 11
V.1.2 Composés à chaînes ramifiées ...................................................................................... 12
VI. Nomenclature des alcools ......................................................................................................... 12
VI.1 Les différentes classes d’alcools .......................................................................................... 13
VI.1.1 Alcools primaires ......................................................................................................... 13
VI.1.2 Alcools secondaires ...................................................................................................... 13
VI.1.3 Alcools tertiaires........................................................................................................... 13
VI-2 Les alcools ramifiés ............................................................................................................. 13
VII. Nomenclature des thiols* ......................................................................................................... 13
VIII. Nomenclature des amines ........................................................................................................ 13
VIII.1 Amine primaire.................................................................................................................. 14
VIII.2 Amine secondaire .............................................................................................................. 14
VIII.2.1 Amines symétriques................................................................................................... 14
VIII.2.2 Amines non symétriques............................................................................................ 14
VIII.3 Amine tertiaire ................................................................................................................... 15
VIII.3.1 Amines symétriques................................................................................................... 15
VIII.3.2 Amines non symétriques............................................................................................ 15
IX. Nomenclature des aldéhydes et cétones et de leurs dérivés ...................................................... 16
IX.1 Les aldéhydes ...................................................................................................................... 16
IX.2 Les cétones ........................................................................................................................... 16
IX.3 Les imines* .......................................................................................................................... 17
X. Nomenclature des acides et ces dérivés ..................................................................................... 18
X.1 Acides carboxyliques ............................................................................................................ 18
X.2 Les esters ............................................................................................................................... 19
X.2.1 Ester acycliques ............................................................................................................. 19
X.2.2 Esters cycliques ............................................................................................................. 19
X.3 Les halogénures d’acides*..................................................................................................... 20
X.4 Les amides ............................................................................................................................. 20
X.4.1 Amide primaire .............................................................................................................. 21
X.4.2 Amide secondaire .......................................................................................................... 21
X.4.3 Amide tertiaire ............................................................................................................... 21
X.4.4 Amide cyclique .............................................................................................................. 21
X.5 Les nitriles ............................................................................................................................. 22
X.6 Les anhydrides d’acides ........................................................................................................ 22
X.6.1 Les anhydrides symétriques ........................................................................................... 22
X.6.2 Les anhydrides mixtes ................................................................................................... 23
X.6.3 Les anhydrides cycliques ............................................................................................... 23
XI. Nomenclature des éthers oxydes* ............................................................................................. 23
XII. Nomenclature des dérivés substitués du benzène...................................................................... 24
XII.1 Dérivés monosubstitués ....................................................................................................... 24
XII.1.1 Substitution du benzène par une chaîne alkyle ........................................................... 24
XII.1.2 Substitution du benzène par une chaîne fonctionnalisée ............................................ 25
XII.2 Dérivés disubstitués du benzène ......................................................................................... 25
XII.3 Dérivés polysubstitués ........................................................................................................ 26
XIII. Nomenclature des composés plurifonctionnels........................................................................ 27
XIV. Applications ............................................................................................................................. 29
XIV.1 Composés avec multiplicité des fonctions, nitrile, amine et imine ................................... 29
XIV.2 Nomenclature des fonctions amines mono et plurifonctionnelle ...................................... 29
XIV.3 Composés plurifonctionnels .............................................................................................. 30

&+$3,75(,, .................................................................................................................................. 31
STEREOCHIMIE DES MOLÉCULES ORGANIQUES ............................................................ 31
I. Les différentes représentations des molécules dans l’espace..................................................... 31
I.1 Représentation de Cram : ........................................................................................................ 31
I.2 Représentation en perspective................................................................................................. 31
I.3 Représentation de ficher ......................................................................................................... 31
I.3.1 Cas d’un seul atome au centre ......................................................................................... 31
I.3.2 Cas de deux atomes au centre ......................................................................................... 32
I.4 Projection de Newman ............................................................................................................. 33
II. Isomérie...................................................................................................................................... 34
II.1 Isomérie plane........................................................................................................................ 34
II.1.1 Isomères de chaîne ......................................................................................................... 34
II.1.2 Isomères de position ...................................................................................................... 34
II.1.3 Isomères de fonction ...................................................................................................... 34
II.1.4 La tautomérie ................................................................................................................. 35
II.1.5 Recherche des différentes formules planes correspondantes à une formule brute ........ 35
II.2 La stéréoisomérie ................................................................................................................... 37
II.2.1 Stéréoisomérie de conformation .................................................................................... 37
2.1.1 Cas de l’éthane ...................................................................................................... 37
2.2.2 Cas du n-buthane ................................................................................................... 38
2.2.3 Cas du cyclohexane ............................................................................................... 41
2.3.1 La forme chaise .............................................................................................. 41
2.3.2 La forme bateau ............................................................................................. 42
2.3.3 Interaction diaxiale (1-3) ................................................................................ 43
2.3.4 Applications au cyclohexane mono et disubstitué ......................................... 43
2.3.5 Cas d’un cyclohexane monosubstitué, le méthyl cyclohexane ...................... 44
2.3.6 Cas d’un cyclohexane disubstitué, le 1,2-diméthylcyclohexane.................... 44
II.2.2 Stéréoisomères de configuration .................................................................................... 45
2.2.1 Règle de &,3 ......................................................................................................... 45
2.2.2 Configuration absolue R et S ................................................................................ 46
2.2.3 Configuration relative ........................................................................................... 49
2.3.1 Nomenclature erythro et thréo ....................................................................... 49
2.3.2 Nomenclature méso........................................................................................ 50
2.2.4 Configuration absolue D et L ................................................................................ 50
2.4.1 Nomenclatures des oses ................................................................................. 50
2.4.2 Nomenclatures des α-acides aminés .............................................................. 51
2.2.5 Configuration géométrique ................................................................................... 51
2.5.1 Isomérie cis et trans des alcènes ................................................................... 51
2.5.2 Isomérie cis et trans cyclanique non aromatique ........................................... 51
2.5.3 Isomérie Z, E .................................................................................................. 52
III. Isomérie optique ....................................................................................................................... 52
III.1 Activité optique .................................................................................................................... 52
III.2 Chiralité ................................................................................................................................ 54
III.3 Chiralité de composés à carbone asymétrique ...................................................................... 55
III.3.1 Cas de composés à un seul carbone asymétrique ......................................................... 55
3.1.1 Enantiomérie ......................................................................................................... 55
3.1.2 Relation entre structure et propriétés .................................................................... 55
III.3.2 Cas de composés à un plusieurs carbones asymétriques .............................................. 57
3.2.1 Diastéréoisomérie .................................................................................................. 57
3.2.2 Relation entre structure et propriétés .................................................................... 57
III.4 Chiralité axiale ..................................................................................................................... 58
III.4.1 Isomère allénique .......................................................................................................... 58
III.4.2 Isomérie spiranique....................................................................................................... 58
IV. Récapitulatif des relations isomériques .................................................................................... 59

&KDSLWUH,,, .................................................................................................................................... 60
REACTIVITE EN CHIMIE ORGANIQUE ................................................................................. 60
I. Rappels ........................................................................................................................................... 60
I.1 Rappel sur l’électronégativité ................................................................................................. 60
I.2 Rappel sur la polarisation d’une liaison covalente σ .............................................................. 60
I.3 Rappel sur le moment dipolaire permanent ............................................................................ 61
II. Effets inductifs .............................................................................................................................. 61
II.1 Différents types d’effets inductifs ......................................................................................... 61
II.2 Classement des substituants à effets inductifs ...................................................................... 62
II.3 Mise en évidence des effets inductifs sur l’acidité ................................................................ 62
II.4 Stabilité des intermédiaires réactionnels ............................................................................... 63
II.4.1 Carbocation .................................................................................................................... 63
II.4.2 Carbanion ....................................................................................................................... 64
II.4.3 Radical libre : ................................................................................................................. 64
III. Effets mésomères ......................................................................................................................... 65
III.1 Classement des substituants à effets mésomères .................................................................. 65
III.2 Critères d’écriture des formes limites de résonance ............................................................. 66
III.3 Application des différentes conjugaisons ............................................................................. 66
III.3.1 Conjugaison π−σ−π ...................................................................................................... 66
III.3.2 Conjugaison π−σ−doublet libre.................................................................................... 67
III.3.3 Conjugaison π−σ−p vacante ......................................................................................... 67
III.3.4 Conjugaison doublet libre−σ−p vacante....................................................................... 67
III.4 Aspect cumulatif de l’effet mésomère ................................................................................. 68
III.5 Stabilité des intermédiaires réactionnels .............................................................................. 68
III.5.1 Carbocations ................................................................................................................. 68
III.5.2 Carbanions .................................................................................................................... 69
III.6 Mise en évidence des effets mésomères sur l’acidité et la basicité ...................................... 69
III.6.1 Acidité .......................................................................................................................... 69
III.6.2 Basicité ......................................................................................................................... 72
IV. Effets inductifs et mésomères contraires ..................................................................................... 73
V. Propriété et rôle du solvant ........................................................................................................... 75
V.1 Solvants apolaires .................................................................................................................. 75
V.2 Solvants polaires.................................................................................................................... xx
V.3 Rôle du solvant ...................................................................................................................... xx
VI. Electrophilie et nucléophilie ........................................................................................................ xx
VII. Caractéristique d’une réaction chimique .................................................................................... xx
VII.1 Réaction régiosélective ....................................................................................................... xx
VII.2 Réaction stéréosélective...................................................................................................... xx
VII.3 Réaction stéréospécifique ................................................................................................... xx


&KDSLWUH,9 en cours de réalisation...


&RQFHSWVJpQpUDX[HQFKLPLHRUJDQLTXH(67,$QQDED

3UpOLPLQDLUHV
CONCEPTS GENERAUX EN CHIMIE ORGANIQUE
Introduction
La chimie organique est une science qui décrit la matière issue d’organismes vivants d’origine
animale ou végétale, appelée substance organique. Ce domaine de la chimie est basé sur l’étude du
carbone et d’une variété de ses composés allant de la plus simple des molécules, le méthane, à la
plus compliquée l’ADN. En effet, dans les molécules organiques, le carbone souvent associé à
lui-même, se lie essentiellement aux atomes d’hydrogène, d’oxygène, d’azote et à un moindre degré
au soufre et au phosphore.
Diverses formules sont possibles pour représenter ces molécules organiques.

I. Représentation des molécules organique


I.1 Formule brute
La formule brute d’une molécule, permet d’indiquer la composition en atomes de la molécule en
précisant leur nature et leur nombre. Dans le cas d’un composé organique constitué de :̶‫ ̶ݔ‬atomes
de carbone, ̶‫ ̶ݕ‬atomes d’hydrogène, ̶‫ ̶ݖ‬atomes d’oxygènes et ̶‫ ̶ݔ‬d’atomes d’azote ; la formule
brute serait dans l’ordre chronologique suivant : &[+\2]1W
Exemples :
&+2(carvone : composé organique naturel issu de l’huile essentiel de menthe)
&+21(urée : premier composé organique synthétisé en 1828)

I.2 Formule développée plane


La formule développée plane d’un composé organique est la formule de Lewis dans laquelle les
doublets non liants ne sont pas indiqués, afin d’alléger sa représentation. Cette formule permet de
donner les positions relatives des atomes dans la molécule considérée.
Exemple : &+
+ + + + +
+ & & & & & +
+ + + + +
I.3 Formule semi-développée plane
La formule semi-développée plane est obtenue à partir de la formule développée. Elle est utilisée
lorsque la formule développée devient encombrante. Dans cette formule les liaisons entre les
atomes (C,O, N…) et les hydrogènes ne sont pas représentées.
Exemple : &+ĺ&+³&+³&+³&+³&+
I.4 Formule abrégée ou topologique
Pour simplifier l’écriture d’une formule développée, la molécule peut-être représenté par un
squelette où, en dehors de certains groupements tels les hétéroatomes, les atomes d’hydrogènes qui
y sont liés ne sont pas mentionnés. Quant aux atomes de carbones et les groupements
‫ܪܥ‬ଷ ǡ ‫ܪܥ‬ଶ ǡ ‫ܪܥ‬, ils sont représentés comme suit :
9 Un tiret à l’extrémité d’une chaine, représente un groupement méthyle &+
9 Le point de rencontre de :
• deux tirets indiquent la présence d’un groupement méthylène &+ ;
• trois tirets indiquent la présence d’un groupement méthine &+ ;
'U%(1<$+,$6DPLUD

• quatre tirets indiquent la présence d’un carbone.


Exemple :
2+
+2

Deux représentations topologiques du &+2

ϭ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&RQFHSWVJpQpUDX[HQFKLPLHRUJDQLTXH(67,$QQDED

I.5 Formule Compacte


Dans ce cas, les liaisons ne sont pas représentées et les groupes identiques sont mis entre parenthèse
avec un indice qui indique leur multiplicité.
Exemple : &+ĺ&+ &+ &+
II. Les hydrocarbures
Un hydrocarbure est un composé organique formé uniquement d’atomes de carbones et
d’hydrogènes. On distingue trois classes d’hydrocarbures.
II.1 Hydrocarbures aliphatiques
Les hydrocarbures aliphatiques sont des composés à chaîne ouverte. Ils sont subdivisés en trois
sous- groupes.
II.1.1 Les alcanes ou hydrocarbures saturés de formule brute &Q+Q
Les alcanes sont des hydrocarbures saturés ne comportant que des liaisons sigma (liaison simple).
Leurs atomes de carbones hybridés࢙࢖૜ , à savoir tétraédrique, peuvent être linéaires ou ramifiés.
Exemples :&+

Alcane linéaire Alcane ramifié


Dans les alcanes linéaires ou ramifiés la classe de l’atome de carbone est définie selon le nombre
d’atomes de carbones auxquels il est lié :
9 Un carbone primaire est lié à un seul ‫ܥ‬
9 Un carbone secondaire est lié à deux ‫ܥ‬
9 Un carbone tertiaire est lié à trois ‫ܥ‬
9 Un carbone quaternaire est lié à quatre ‫ܥ‬
Exemple :&+
Carbone IIaire +& &+
Carbone IVaire
Carbone Iaire +& &
+& &+ &+

Carbone IIIaire &+

II.1.2 Les alcènes ou hydrocarbures éthyléniques de formules générale &Q+Q


Les alcènes sont des hydrocarbures insaturés formés d’une ou plusieurs doubles liaisons. Leurs
atomes de carbones hybridés࢙࢖૛ et de géométrie trigonale plane, peuvent être linéaires ou ramifiés.
Comparés à leurs homologues les alcanes (même nombre d’atome de carbones) ; ils possèdent une
paire d’hydrogènes en moins, ce qui attribue à la double liaison un nombre d’une insaturation.
Exemples :
Alcène linéaire
−H2
&+ & + 
Alcène ramifié

II.1.3 Les alcynes ou hydrocarbures acétyléniques de formules générale &Q+Q
Les alcynes sont des hydrocarbures insaturés, formés d’une ou plusieurs triples liaisons. Leurs
atomes de carbones hybridés࢙࢖ et de géométrie linéaire plane, peuvent être linéaires ou ramifiés.
'U%(1<$+,$6DPLUD

Comparés à leurs homologues les alcanes; ils possèdent deux paires d’hydrogènes en moins, ce qui
attribue à la triple liaison un nombre de deux insaturations.
Exemples :
− 2 H2 Alcyne linéaire
&+ & + 

Alcyne ramifié
Ϯ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&RQFHSWVJpQpUDX[HQFKLPLHRUJDQLTXH(67,$QQDED

II.2 Hydrocarbures cycliques


Les hydrocarbures cycliques sont des composés à chaînes fermées. Ils sont classés en trois
sous-groupes :
II.2.1 Les cyclanes saturés de formule brute &Q+Q
Les cyclanes sont des composés organiques qui possèdent la même formule brute que les alcènes.
Ce sont donc des isomères des alcènes.
Cependant, comparés à leurs homologues les alcanes acycliques ; les cyclanes saturés comporte une
liaison σ(C−C) supplémentaire et deux hydrogènes en moins ce qui correspond à une insaturation
définit par la présence du cycle.
Exemples : &+
+1σ(C−C)
&+ −H2 & + 

II.2.2 Les cyclènes insaturés de formule brute &Q+Q
Les cyclènes sont des composés organiques qui possèdent la même formule brute que les alcynes.
Ce sont donc des isomères des alcynes.
Comparés à leurs homologues les alcènes acycliques ; les cyclènes saturés comporte en plus de la
liaison π, une liaison σ(C−C) supplémentaire et deux hydrogènes en moins ce qui correspond à une
insaturation supplémentaire définit par la présence du cycle saturé.
Exemple : &+
+1σ(C−C)
&+ −H2 &+

II.2.3 Les cyclynes insaturés de formule brute &Q+Q
Les cyclynes sont des composés organiques très instables qui comportent une triple liaison.
Comparés à leurs homologues les alcynes acycliques ; les cyclynes saturés comporte en plus des
deux liaisons π, une liaison σ(C−C) supplémentaire et deux hydrogènes en moins ce qui correspond
une insaturation supplémentaire définit par la présence du cycle saturé.
Exemples : &+ 
+1σ(C−C)
&+ −H2 &+

Ainsi le nombre d’insaturation d’un composé cyclique saturé ou insaturé est égale au nombre de
doublet σ(C−C) supplémentaire plus le nombre de doublet π présents, comparé à son homologue
acyclique. Donc à chaque insaturation correspond une paire d’atomes d’hydrogènes en moins.

II.3 Hydrocarbures aromatiques


Les hydrocarbures aromatiques sont des composés saturés qui comportent un ou plusieurs cycles
benzéniques.
Un cycle benzénique de formule brute &+, possède trois doubles liaisons conjuguées,
délocalisées et son nombre d’insaturation est égal à quatre représenté par la présence d’un cycle et
des trois doublets π.
Exemples :
'U%(1<$+,$6DPLUD

1 1 8 1 9 8
6 2 2 7 2 7

5 3 3 6 3 6
4 4 5 4 10 5
Benzène Naphtalène Anthracène

ϯ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
&KDSLWUH,
NOMENCLATURE
Objectif du chapitre
9 Acquérir les principes de base de la nomenclature d’une molécule organique ;
9 Classer cette molécule dans une fonction chimique suivant ses caractéristiques structurales ;
9 Donner une structure chimique à partir du nom de la molécule et l’inverse.
I. Introduction
I.1 Noms usuels
Le nom usuel (ou trivial) d’un composé est un nom utilisé fréquemment, il a souvent une origine
historique rappelant sa source naturelle.
Exemples :
2+ 2 2
H
2+ 2+
Le menthol, L'acide acétique, L'acide formique,
composé naturel de la menthe du latin acetum (vinaigre) du latin formica (fourmi)
composé naturel du miel

I.2 Noms systématiques


Le nom systématique est établi selon des règles strictes édictées par un organisme international
(,83$&). Ce nom permet à tout chimiste de retrouver la structure exacte d’un composé.
Exemple : acide méthanoïque.
Le début du nom « PpWKDQ », indique la présence d’un seul atome de carbone.
La terminaison « RwTXH », indique l’appartenance de ce composé à la famille des acides
carboxyliques.
L’acide méthanoïque correspond donc à :+&22+, qui est l’acide formique dans son nom usuel,
que l’on retrouve dans le dard et les piqûres de plusieurs insectes comme les abeilles et les fourmis.

NB : L’,83$& (,nternational 8nion of 3ure and $pplied &hemistry : Union international de la


chimie pure et appliquée), admet pour la construction des noms systématiques, l’utilisation de
certains noms d’usage : tel les dérivés de l’acide formique et de l’acide acétique qui sont construits
à partir de leur nom trivial et non de leur nom systématique.
Exemples :
2 2
&O
Br 2+ 2+
acide bromoacétique acide chloroacétique

I.3 Principes de bases de la nomenclature


La nomenclature chimique donne un nom rationnel aux molécules. Une fonction chimique est un
ensemble de propriétés portées par un atome ou un groupe structuré d’atomes (acide ; base ; …). Ce
'U6DPLUD%(1<$+,$

groupe structuré d’atomes s’appelle groupe fonctionnel.


Un nom chimique repose sur deux types d’associations réparties comme suit :
9 Une première association composée de deux parties : UDFLQH³VXIIL[H
9 Une deuxième association composée de trois parties : SUpIL[H³UDFLQH³VXIIL[H Dans ce
cas : UDFLQH³VXIIL[Hconstitue le QRPSULQFLSDO

ϰ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
Les différentes parties comportent différents renseignements :
a) /DUDFLQH est fonction de la chaîne la plus longue ne comportant que des atomes de carbones :

Tableau-1 : Nom des différents types de racine (chaine principale).


Nombre d’atome de carbone Racine
 PpWK³
 pWK³
 SURS³
 EXW³
 SHQW³
 Kp[³
 KHSW³
 RFW³
 QRQ³
 GpF³
 XQGpF³
 GRGpF³
 WULGpF³

 

b) /HVXIIL[Hrenseigne sur la famille, ou fonction, chimique du composé.


Exemple : éthDQRO
• La terminaison « DQRO » indique que ce composé est un alcool et que sa structure contient le
groupement fonctionnel 2+
• La racine « pWK » montre que cette molécule est composée de deux atomes de carbones.

Connaissant la valence de chaque atome (&, 2 et +) la structure est complétée avec le nombre
adéquat d’hydrogène, et la formule semi-développée du composé serait : &+−&+−2+

c) /HSUpIL[Hindique que l’on a substitué (remplacé) un atome d’hydrogène + du composé par


un substituant dont le nom figure dans le préfixe même.
Exemple : FKORURPpWKDQRO
Le nom principal est méthanol (méth = racine et anol = suffixe). Le chlorométhanol est un dérive du
méthanol, auquel on a substitué un atome de +par un atome de chlore &Oet ce dernier est appelé
substituant.
0pWKDQRO&+−2+&KORURPpWKDQRO&O−&+−2+

II. Nomenclature des alcanes


'U6DPLUD%(1<$+,$

Les alcanes appartiennent à la plus simple famille de composés organiques qui peuvent être
linéaires ou ramifiés.

II.1 Alcanes linéaires


Dans les alcanes linéaires, les carbones ne sont pas reliés à plus de deux atomes de carbones
Leur nom (= racine) correspondant au nombre de carbone, suivi de DQH

ϱ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
Le tableau-2 indique l’ensemble des noms des alcanes à chaîne linéaires où il est conseillé de
connaître les douze premiers.

Tableau-2 : Nom des alcanes à chaîne linéaire CnH2n+2


n Nom Formule n Nom Formule
1 Méthane &+ 12 Dodécane &+
2 Ethane &+ 13 Tridécane &+
3 Propane &+ 14 Tétradécane &+
4 Butane &+ 15 Pentadécane &+
5 Pentane &+ 16 Hexadécane &+
6 Hexane &+ 17 Heptadécane &+
7 Heptane &+ 18 Octadécane &+
8 Octane &+ 19 Nonadécane &+
9 Nonane &+ 20 Eicosane &+
10 Décane &+ 30 Triacontane &+
11 Undécane &+ 40 Tétracontane &+

II.2 Alcanes ramifiés


Dans les alcanes ramifiés, au moins un carbone est relié à 03 ou au plus à 04 atomes de carbones.
II.2.1 Cas de plusieurs substituants
Leur nom est construit à partir de celui de l’alcane linéaire le plus lourd (constitué du plus grand
nombre de carbones possible).
Le nom de cet alcane linéaire donnera son nom principal au composé (UDFLQH + DQH), tout en
adoptant les règles suivantes de l’,83$&
1) Choisir la chaîne carbonée la plus longue (qui n’est pas toujours présentée sur la même ligne). Le
nom de l’alcane linéaire correspondant à cette chaîne principale, constitue la base du nom à
construire.
2) Les groupes alkyles linéaires ou ramifiés (tableau-3) de la chaîne principale sont appelés
substituants ; ils sont nommés à partir du nom de leurs alcanes correspondants où la terminaison
« DQH» est remplacée par « \OH». Une fois identifiés, on énonce leurs noms devant celui de la
chaîne principale tout en éliminant le « H » final. S’il y’a plusieurs substituants on les classe par
ordre alphabétique.
3) Déterminer la position de chaque substituant sur la chaîne principale en numérotant les carbones
de celle-ci et indiquer cette position en faisant précéder le nom de chaque substituant d’un indice
de position (chiffre arabe).
4) S’il y’a un seul substituant, la numérotation de la chaîne principale est choisie de telle sorte que
l’indice du substituant soit le plus petit possible. S’il y’a plusieurs substituants, le sens de
numérotation de la chaîne principale sera choisi de façon à attribuer l’ensemble des chiffres le
plus faible possible aux carbones portant les substituants.
5) Les termes multiplicateurs, GLWULWpWUDet les termes :VHF(secondaire)WHUWLR ou bien WHUW
(tertiaire), n’interviennent pas dans l’ordre alphabétique. Par contre les termes LVRQpRetF\FOR
interviennent dans l’ordre alphabétique.
'U6DPLUD%(1<$+,$

6) S’il existe plusieurs chaînes d’égale longueur susceptible de constituer la chaîne principale,
choisir :
a. Celle qui porte le plus grand nombre de substituants.
b. Lorsque deux ou plusieurs chaînes vérifient la condition (a), choisir celle pour laquelle les
substituants ont les indices de position les plus petits.

ϲ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
c. Lorsque deux ou plusieurs chaînes vérifient la condition (b), choisir celle pour laquelle les
indices les plus faibles sont attribués aux substituants nommés les premiers par ordre
alphabétique.

Tableau 3 : Nom des groupes alkyles ramifiés.


Structure Nom courant Abréviation Nom systématique Dérivé
+&
&+ isopropyle i-Pr 1-méthyléthyle propane
+&
+&
2-méthylpropane
&+ &+ isobutyle i-Bu 2-méthylpropyle
(isobutane)
+&
&+
&+
&+
sec-butyle s-Bu 1-méthylpropyle butane
+&
+&
1,1-diméthyléthane
+& & tert-butyle t-Bu 1,1-diméthyléthyle
(tertiobutane)
+&
+&
+& 2,2-diméthylpropane
& &+ néopentyle / 2,2-diméthylpropyle
(néopentane)
+&

Exemple :
VHQVFKRLVL<

1 2 3 4 5 6 7 HQVHPEOH 
+& &+ &+ &+ &+ &+ &+
7 6 5 4 3 2 1 HQVHPEOH 
&+ &+ &+

pWK\OPpWK\OKHSWDQH
Exemple : Quand le même substituant apparaît plusieurs fois.
HQVHPEOH 
&+
1 2 3 4 5 6 7
/HVGHX[VHQVVRQWLGHQWLTXHV +& &+ &+ &+ &+ &+ &+
7 6 5 4 3 2 1
&+ &+ &+ HQVHPEOH 

pWK\OGLPpWK\OKHSWDQH

II.2.2 Cas de substituants complexes ou ramifiés


Le principe de la nomenclature des substituants ramifiés (= radicaux complexes), est identique à
celui utilisé dans le cas des alcanes à substituants linéaires, la seule différence réside dans la
numérotation qui a été établi selon les principes suivants :
1) Attribuer toujours le numéro  au carbone directement relié à la chaîne principale.
2) Le nom du substituants ramifié est considéré à partir de la première lettre, où les termes (di, tri,
tétra…) interviennent dans l’ordre alphabétique.
'U6DPLUD%(1<$+,$

3) Dans le cas où les noms des substituants ramifiés sont composés de mots identiques, la priorité
de citation est donnée au substituant qui possède l’indice de position le plus faible dans son
squelette.
4) Dans le cas de la multiplicité d’un substituant complexe, utiliser les termes bis, tris, tétrakis,
pentakis, ….Ces derniers n’interviennent pas dans l’ordre alphabétique.
5) Le nom du substituant complexe est mis entre parenthèse précédé d’un indice de position.

ϳ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
Exemple relatif à la règle 3 :
&+
1 2 3
&+ &+ &+
12 11-7 6 5 4-2 1
+& &+  &+ &+ &+  &+
 PpWK\OSURS\O  PpWK\OSURS\O GRGpFDQH
+& +& &+ &+ RXELHQ
1 2 3 VHFEXW\OLVREXW\OGRGpFDQH 
Exemple relatif à la règle 4 :
1 2 3
+& &+ &+ &+
12 11-7 6 5 4-2 1
+& &+  &+ &+ &+  &+ ELV PpWK\OSURS\O GRGpFDQH
RXELHQ
+& &+ &+ &+ ELVVHFEXW\OGRGpFDQH
1 2 3

II.3 Alcanes cycliques


Les alcanes cycliques sont appelés F\FORDOFDQHV (avec « DOF » = racine = nombre de carbones dans
le cycle). Le premier terme est le cyclopropane.

F\FORSURSDQH F\FOREXWDQH F\FORSHQWDQH F\FORKH[DQH


En tant que substituant d’une chaîne latérale complexe, ces monocycles porteront le nom de
F\FORDON\OHV.
6 4 2 5
5 3 1 4
1 3
3 2 1 2
2 1 1
2
3
F\FORSHQW\OKH[DQH  PpWK\OF\FORSURS\O SHQWDQH  pWK\OSURS\O PpWK\OF\FORSURSDQH
Remarque-1 : Le nom systématique du composé  PpWK\OF\FORSURS\O SHQWDQH est souvent
préférentiel à son nom (cité à droite) en tant que cyclopropane disubstitué.
Remarque-2 : Une chaîne cyclique est préférentielle à une chaîne aliphatique de même longueur.
4 5

5 3 1
4 2 3
1 2
PpWK\O GLPpWK\OSHQW\O F\FORSHQWDQH

II.4 Substituant autres que des groupes alkyles


a) Atomes d’halogènes :
&OFKORUR)IOXRUR%UEURPRet,\RGRou bien LRGR
&O
2 1
) &+ &+
'U6DPLUD%(1<$+,$

&O
GLFKORIOXRURpWKDQH 
b) Groupes³25 DOFR[\
La racine DOFindique le nombre d’atomes de carbone dans le radical 5
³2&+ : un seul carbone ĺ méthoxy ; ³2&+ : deux carbones ĺ éthoxy, etc…

ϴ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
Exemple :
1 2
+& 2 &+ &+
PpWKR[\pWKDQH ͖ Non pas pWKR[\PpWKDQH, car la chaîne principale doit contenir la
maximum d’atome de carbone.
La nomenclature de ce type de composés qui indique la présence de la fonction principale chimique
éther, sera développée dans la section nomenclature des éthers oxydes (c.f. p.23).

c) Groupes nitro 12 etnitroso 12 


Exemples :
2 1 2 1
21 &+ &+ 2 1 &+ &+
QLWURpWKDQH QLWURVRpWKDQH

III. Nomenclature des alcènes


III.1 Alcènes linéaires
Leur nom est formé de : UDFLQHqQH.
Le premier terme en C2 (pWKqQH) est appelé éthylène, d’où l’appellation « éthyléniques » donnée
parfois aux alcènes.
&+ő&+: pWKqQH฻pWK\OqQH(non usuel, utilisé en pratique)
&+ő&+³&+: SURSqQH
A partir du butène, il devient nécessaire d’indiquer l’emplacement de la double liaison.
La chaîne est numérotée dans le sens attribuant le plus petit indice possible au carbone hybridé‫݌ݏ‬ଶ.
Cet indice est précédé et suivi d’un tiret avant la terminaison ène. Cependant il n’est pas nécessaire
de préciser l’indice «1» pour la fonction, qui est souvent implicite.
1 2 3 4 1 2 3 4
+& &+ &+ &+ +& &+ &+ &+
EXWqQH RX EXWqQH EXWqQH 
S’il y’a plus d’une double liaison, les terminaisons sont du type : diène, triène, …etc, précédés de
leurs indices respectifs, séparés par une virgule.
4 2
5 1
3
6 KH[GLqQH
III.2 Alcènes ramifiés
Leur nom est construit sur le même principe que celui des alcanes : SUpIL[H³QRPSULQFLSDO, avec
le nom des substituants dans le préfixe.
Le nom principal est issu de celui de la chaîne de carbone la plus longue contenant la double
liaison. Cette chaîne est numérotée de bout en bout de façon à attribuer le plus petit chiffre au
premier carbone hybridé‫݌ݏ‬ଶ rencontré.
Si plusieurs sens subsistent ; choisir le sens de façon à ce que l’ensemble des indices de position des
substituants soit le plus faible possible.
Exemples :
VHQVFKRLVL
'U6DPLUD%(1<$+,$

VHQVFKRLVL
4 3 2 1 1 2 3 4 5 6 7 8
+& &+ &+ &+ +& +& &+ & &+ &+ &+ &+
8 7 6 5 4 3 2 1
1 2 3 4
&+ &+ &+ &+
PpWK\OEXWqQH
RXELHQ pWK\OPpWK\ORFWqQH
PpWK\OEXWqQH QRQSDVPpWK\OEXWqQH QRQSDVpWK\OPpWK\ORFWqQH 
ϵ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
III.3 Les alcényles
Les alcényles sont des radicaux insaturés contenant une double liaison. Ils dérivent des alcènes
auxquels on a enlevé un atome d’hydrogène et portent un nom d’usage représentés dans le
tableau-4.
Si l’alcényle est lié à la chaîne principale par une simple liaison, on l’appellera DONpQ\OH mais s’il
est lié par une double liaison il sera nommé DON\OLGqQH.

Tableau-4 : Noms des alcényles les plus usuels, dérivés des alcènes.
Substituants liés à la chaîne principale par une liaison simple
Formule Nom
+& &+  éthpQ\OH ou YLQ\OH
+&
isoproppQ\OH
+& 
+& &+ &+  prop-2-pQ\OHouDOO\OH
Substituants liés à la chaîne principale par une liaison double
Formule Nom
+&  méth\OLGqQH
+& +& éth\OLGqQH
+&
isoprop\OLGqQH
+&

III.4 Alcènes cycliques


Les alcènes cycliques sont appelés F\FORDOFqQHV où la racine « DOF » informe sur le nombre de
carbones dans le cycle.

F\FORSHQWqQH F\FOREXWqQH 
Les alcènes monocycliques qui possèdent une chaîne latérale complexe, sont nommés :
F\FORDONHQ\OHV
3 2 4
2 3
4 5
1
5 1

 EXWpQ\O F\FORSHQWqQH F\FORSHQWpQ\OPpWK\OSHQWqQH 

IV. Nomenclature des alcynes


Les alcynes sont des hydrocarbures contenant une triple liaison. Le VXIIL[H de la famille est
©\QHª.
Le premier terme est pWK\QH dont le nom usuel, DFpW\OqQH, rappel l’appellation des composés
acétyléniques donnée parfois aux alcynes.
La nomenclature des alcynes est identique à celle des alcènes. L’indice le plus faible est attribué au
'U6DPLUD%(1<$+,$

premier carbone hybridé‫ ݌ݏ‬rencontré, ce qui imposera le sens de numérotation de la chaîne


principale.
6HQVFKRLVL

       
+& & & &+ & & &+ &+
RFWDGL\QH 
ϭϬ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
IV.1 Les alcynyles
Les alcynyles sont des radicaux insaturés contenant une triple liaison. Ils dérivent des alcynes
auxquels on a enlevé un atome d’hydrogène et portent un nom d’usage représentés dans le
tableau-5.
Si l’alcynyle est lié à la chaîne principale par une simple liaison, on l’appellera DON\Q\OH mais s’il
est lié par une triple liaison il sera nommé DON\OLG\QH.

Tableau-5 : Noms des alcynyles les plus usuels, dérivés des alcynes.
Substituants liés à la chaîne principale par une liaison simple
Formule Nom
+& &  éth\Q\OH
+& & &+  prop-2-\Q\OH

Substituants liés à la chaîne principale par une liaison triple


Formule Nom
+&  méth\OLG\QH
+& & éth\OLG\QH

V. Les alcénynes :
Les alcénynes sont des hydrocarbures contenant à la fois des doubles et des triples liaisons. Pour les
nommer, deux règles selon l’IUPAC, s’imposent :
1) Repérer la chaîne carbonée la plus longue contenant le maximum de doubles et triples liaisons :
a) Si deux chaînes présentent le même nombre d’insaturations, la priorité est attribuée à la chaîne
carbonée la plus longue ;
b) S’il y’a égalité entre le nombre de carbone, la chaîne qui indique le maximum de doubles
liaisons est choisie.
2) La numérotation est effectuée de façon à attribuer le plus faible indice à la première insaturation
rencontrée, même si cela favorise la triple liaison sur la double liaison. S’il y’a égalité des
indices dans les deux sens, choisir le sens qui attribue l’indice le plus faible à la double liaison.
Exemple :
&+ 6HQVFKRLVL
      
+& &+ &+ &+ &+ & &+

PpWK\OKHSWpQ\QH
RXELHQ
PpWK\OKHSWpQ\QH

V.1 Application à la nomenclature des alcénynes


Dans tous les cas de figure la terminaison de ces composés est : pQ³‫ݔ‬³\QH‫ݔ‬indique l’indice ou
position de la triple liaison ou encore qQH³‫ݔ‬³‫ݔ‬ǯ\QH ‫ݔ‬ǯ indique la multiplicité de la triple
liaison.
V.1.1 Composés à chaînes linéaires
Egalité dans les indices des deux insaturations :
Dans ce cas, choisir le sens qui favorise la double liaison.
'U6DPLUD%(1<$+,$

6HQVFKRLVL
KH[pQ\QH
     
+& &+ &+ &+ RXELHQ
& &+
6 5 4 3 2 1 KH[pQ\QH
Remarque : La terminaison©qQHª de l’alcène est toujours remplacée par©pQª lorsqu’elle
est suivie d’une voyelle.
ϭϭ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
V.1.2 Composés à chaînes ramifiées
Egalité dans les indices des deux insaturations et des substituants :
Dans ce cas, choisir le sens qui favorise l’attribution du plus faible indice au substituant classé par
ordre alphabétique.
6HQVFKRLVL
6 5 4 3 2 1
+& &+ &+ &+ & &+ pWK\OPpWK\OKH[pQ\QH
      RXELHQ
&+ &+ &+ pWK\OPpWK\OKH[pQ\QH

Egalité dans les indices des deux insaturations :
La numérotation est calquée sur les composés à chaîne linéaire où l’on choisit le sens qui attribue
l’indice le plus faible à la double liaison.
6HQVFKRLVL
     
+& &+ &+ &+ & &+ pWK\OKH[pQ\QH
6 5 4 3 2 1 RXELHQ
&+ &+ pWK\OKH[pQ\QH

Pas d’égalité entre les indices des deux insaturations :


Dans ce cas, choisir le sens qui attribue l’indice le plus faible à la première insaturation
rencontrée ; même si cela favorise la triple liaison sur la double liaison.
Exemple :
6HQVFKRLVL

2 3 4
4 7 pWK\OPpWK\OLGqQHQRQqQHGL\QH
1 5 6 8
8 7 3 9 RXELHQ
9 6 5 2 1 pWK\OPpWK\OLGqQHQRQqQHGL\QH

1% Dans cet exemple la terminaison « qQHª est maintenue, car elle est suivie d’une consone.
Récapitulatif :
Alcénynes
Chaine linéaire ou ramifiée, choisir celle qui contient Chaine de même longueur, choisir celle qui
le maximum d'insaturation et de carbone contient le maximum d'insaturation double

Multipilcité des insaturations Une double et une triple liaisons *Indice des insaturations identiques,
Choisir le sens qui attribue l’indice le
plus faible à la double
Choisir le sens qui *Indices des insaturation différents ;
attribue l’indice le plus Choisir le sens qui attribue l’indice le *Indices des insaturations identiques,
faible à la première plus faible à la première insaturation *Indices des substituants identiques;
insaturation rencontrée. rencontrée, même si cela favorise la Choisir le sens qui attribue l’indice le plus faible
triple sur la double au substituant classé par ordre alphabétique
VI. Nomenclature des alcools
Un alcool est caractérisé par la présence du groupement fonctionnel 2+, ce dernier est porté par un
carbone hybridé ‫݌ݏ‬ଷ . Le groupement 2+ est appelé groupement K\GUR[\OH.
'U6DPLUD%(1<$+,$

Le VXIIL[H de la famille est DQRO, ou bien, DQ³‫ݔ‬³RO; ‫ ݔ‬étant l’indice de position du carbone
portant le groupement 2+.
Les alcools les plus simples sont le PpWKDQRO en &et l’pWKDQRO en &.
A partir du SURSDQRO, il est nécessaire de numéroter la chaîne de carbone de bout en bout et
d’indiquer la position du groupement2+ dans le nom, juste DYDQW©ROª
ϭϮ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
Exemples :
&+2+ : PpWKDQRO ; &+&+2+ : pWKDQRO ;
2+
+& &+ &+ SURSDQRO
 
&+ &+ 2+ : SURSDQROou : SURSDQRO&+&+2+&+: 

VI.1 Les différentes classes d’alcools


On distingue trois classes d’alcools dont la représentation est la suivante :
VI.1.1 Alcools primaires
Dans l’enchainement d’un alcool primaire, le carbone fonctionnel est monosubstitué, avec toujours
le groupement OH en bout de chaîne.
5 &+ 2+ &  + &+ 2+
VI.1.2 Alcools secondaires
Dans l’enchainement d’un alcool secondaire, le carbone fonctionnel est disubstitué, avec 5et5
différentsde+
5 &+
5 &+ &+ &+
2+ 2+
VI.1.3 Alcools tertiaires
Dans l’enchainement d’un alcool tertiaire, le carbone fonctionnel est trisubstitué, avec 55et5
différents de +
5 &+

5 & 5 &+ & &+

2+ 2+
VI.2 Les alcools ramifiés
La chaîne de carbone la plus longue choisie, doit obligatoirement contenir le carbone auquel est lié
le groupement OH.
Cette chaîne est numérotée de façon à attribuer le plus faible indice au groupement OH, puis aux
substituants éventuels.
Exemple d’un alcool secondaire :
2+
la chaîne principale comporte
obligatoirement ce carbone fonctionnel
1
4 3 2

5
6

PpWK\OKH[DQRO
QRQSDVPpWK\OKH[DQRO

VII. Nomenclature des thiols*


Les thiols sont les homologues soufrés des alcools, où le soufre 6 remplace l’oxygène 2.
Leur nomenclature se calque sur celle des alcools, où le VXIIL[H©WKLROª remplace le VXIIL[H
'U6DPLUD%(1<$+,$

©ROª.
Exemple :
&+&+2+ : pWKDQROlorsque 2 est remplacé par 6, on aura :
&+&+6+ : pWKDQHWKLRODans ce cas on ajoute le ©Hª entre « Q » et « W » car ces derniers sont
deux consonnes.

ϭϯ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
VIII. Nomenclature des amines
Les amines sont des molécules composées d’azote, reliées soit à des carbones soit à des hydrogènes.
On distingue trois grands groupes d’amines, en fonction du nombre de carbones reliés à l’azote.
Dans la nomenclature des amines, le suffixe de la famille est DQDPLQH, ou bien DQ³‫ݔ‬³DPLQH,
‫ ݔ‬étant l’indice de position du carbone relié à l’azote, s’il y a lieu de le préciser.

VIII.1 Amine primaire


Les amines primaires caractérisées par l’enchaînement suivant : 5 1+ ; ont leur atome d’azote
monosubstitué. Par conséquent le groupement 1+ est toujours en bout de chaîne.
La chaîne principale choisie doit être la plus longue possible contenant le carbone relié à l’azote.
Elle doit être numérotée de bout en bout, en affectant en premier, le plus petit indice possible au
carbone relié à l’azote, puis aux substituants éventuels.
Les premiers termes sont :
9 La PpWKDQDPLQH (un seul carbone) : &+1+, dont le nom usuel = PpWK\ODPLQH
9 L’pWKDQDPLQH (deux carbones) : &+&+1+, dont le nom courant = pWK\ODPLQH
Exemple :
Ce carbonne fait partie de la
chaîne principale.
le sens choisi est celui qui
attribue, en premier, 1+ 6HQVFKRLVL
l'indice le plus faible à la 1+
fonction amine. 5 3 1
6 2 4 4 2 6
3 PpWK\OKH[DQDPLQH
1 5

VIII.2 Amine secondaire


Les amines secondaires caractérisées par l’enchaînement suivant, ont leur atome d’azote
disubstitué, avec 5et5différentsde+
5
1+
5
VIII.2.1 Amines symétriques
Les substituants fixés sur l'azote sont identiques 5ൌ5 .
Exemple :
+

+& &+ 1 &+ &+ GLpWK\ODPLQH

VIII.2.2 Amines non symétriques


Les substituants fixés sur l’azote sont différents : 5്5 .
5 est considéré comme un substituant de 51+ (R étant la chaîne la plus longue). Le nom du
substituant est précédé de 1 pour bien indiquer qu’il est relié à l’azote.
Exemple d’un composé à nommer : Repérer le carbone fonctionnel qui appartient à la chaîne la
plus longue.
ce carbone fait partie
d'une chaîne en C2
'U6DPLUD%(1<$+,$

ce carbone fait partie 1+


d'une chaîne en C4

La chaîne principale en & est numérotée de bout en bout de manière à attribuer l’indice le plus
faible au carbone lié à 1.
ϭϰ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
La chaîne carbonée restante en & sera traitée comme un substituant, son nom est précédé de 1²
pour indiquer qu’elle est directement liée à l’azote.
4 6HQVFKRLVL 4 &+ 1

3 &+ 2
1+ +& 1+ 2
2 3 &+
+& &+ 3
1
1 &+ 4

1pWK\OPpWK\OEXWDQDPLQH
VIII.3 Amine tertiaire
Les amines tertiaires caractérisées par l’enchaînement suivant, ont leur atome d’azote trisubstitué,
avec 55et5différentsde+
5

1 5

5
VIII.3.1 Amines symétriques
Les substituants fixés sur l’azote sont identiques : 5ൌ5ൌ5 .
Exemple :
&+

+& 1 &+ WULPpWK\ODPLQH

VIII.3.2 Amines non symétriques


Les substituants fixés sur l’azote sont différents : 5്5്5 .
5et 5 sont considérés comme des substituants de 51+ (R étant la chaîne la plus longue).
Exemple :
Les substituants

Chaîne principale une chaîne méthyle sur N


&+
1pWK\O1PpWK\OSHQWDQDPLQH
&+ 1 &+
une chaîne éthyle sur N

Exemple d’un composé à nommer :


ce carbone fait partie
d'une chaîne en C4

ce carbone fait partie


d'une chaîne en C1 1
ce carbone fait partie
d'une chaîne en C2
La chaîne principale étant en &, le composé dérive donc de la EXWDQDPLQH
6HQVFKRLVL
3 1
4 2 2 4
'U6DPLUD%(1<$+,$

1 3

1pWK\O1PpWK\OEXWDQDPLQH

ϭϱ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
IX. Nomenclature des aldéhydes et cétones et de leurs dérivés
Les aldéhydes et cétones sont des dérivés carbonylés, portant un groupement FDUERQ\OH &2

IX.1 Les aldéhydes


La fonction aldéhyde est caractérisée par l’enchaînement suivant, avec 5ൌ+RX&
+
5 &
2
Le suffixe de la famille est DQDO, ou DQ³‫ݔ‬³DO; ‫ ݔ‬indique la multiplicité de la fonction.
Les trois premiers termes sont :
9 Le PpWKDQDO (un seul carbone) : +&+2, dont le nom usuel est IRUPDOGpK\GH
Exemple le IRUPRO est une solution de formaldéhyde dans l’eau.
9 L’pWKDQDO(deux carbones) : &+&+2, dont le nom usuel est DFpWDOGpK\GH
9 Le SURSDQDO(trois carbones) : &+&+&+2, dont le nom usuel est SURSLRQDOGpK\GH

Dans le cas de la multiplicité de la fonction, le premier terme est :


Le PDORQDOGpK\GH (trois carbones) qui est un nom usuel correspondant à la formule semi-
développée :&+2−&+−&+2.

Remarque :
™ La fonction aldéhyde est une fonction « terminale », car le groupement fonctionnel &+2 porté
nécessairement par la chaîne principale se trouve obligatoirement en bout de celle-ci.
™ Dans une molécule portant uniquement cette fonction, le nom ne fait pas apparaître l’indice « 1 »
pour la fonction, car cette précision est toujours superflue.
Exemple :
1
&+2
4 2
5 3 PpWK\OSHQWDQDO
™ Lorsque le groupe &+2est porté par un cycle, le nom de l’aldéhyde est obtenu en ajoutant la
terminaison FDUEDOGpK\GH au nom du composé dans lequel + a été remplacé par &+2.
L’atome de carbone du cycle portant le groupe &+2 est numéroté .
Exemple :
2 2
3 2
&+2 1 &
4
5
+
PpWK\OF\FORSHQWDQHFDUEDOGpK\GH
IX.2 Les cétones
La fonction cétones est caractérisée par l’enchaînement suivant :
& &
&
'U6DPLUD%(1<$+,$

2
Le suffixe de la famille est : DQRQH ou bien : DQ³‫ݔ‬³RQH, avec ‫ ݔ‬indiquant l’indice de position du
carbone du groupement fonctionnel le carbonyle &2.

ϭϲ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
Le premier terme SURSDQRQH est à trois atomes carbones, il porte le nom usuel DFpWRQH,
représentée par la structure suivante :
+& &+
&

2
Le nom d’une cétone acyclique est formé en ajoutant au nom de l’hydrocarbure correspondant, le
suffixe « RQH « précédé d’un préfixe multiplicatif si nécessaire.
La numérotation de la chaîne principale est effectuée en veillant à affecter au carbone de la fonction
&2 le plus petit indice possible.
Exemple :
2

4 2 PpWK\OSHQWDQRQH
5 3 1
Exemple d’un composé à nommer :
cette chaîne en C4 comporte le 2
groupement CO 4
2
c'est donc la chaîne principale 2 3 1
2
3 1
4 6
ce cycle a six, ramifié,
5
constituera donc le
radical complexe  PpWK\OF\FORKH[\O EXWDQRQH

Dans la nomenclature usuelle, on peut également nommer les cétones en faisant précéder le mot
FpWRQH du nom des substituants du groupement &2, cité dans l’ordre alphabétique et séparés par
un espace.
Si les deux substituants sont identiques, on utilise un préfixe multiplicatif convenable.
Exemples :
&+ &+

& &+ & &+

2 2
pWK\OPpWK\OFpWRQH GLpWK\OFpWRQH
Les cétones cycliques sont nommées selon la même méthode que les cétones acycliques.
Exemples :
2 2 2

F\FORSHQWDQRQH F\FORKH[DQHGLRQH

IX.3 Les imines*
Les imines sont des dérivés des composés carbonylés, à savoir les aldéhydes et les cétones ou
l’oxygène est remplacé par un atome d’azote. Le suffixe de la famille est LPLQH.
Ces composés ont l’enchaînement suivant :
1 5
5
'U6DPLUD%(1<$+,$

5 
Lorsque dans une imine le carbone lié à l’atome d’azote est attaché à un groupe alkyle et à un atome
d’hydrogène, on parlera d’DOGLPLQH, dérivé d’aldéhyde et imine.

ϭϳ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
En fonction du fait que l’atome d’azote soit lié à un atome d’hydrogène ou un groupe alkyle, on
l’appellera respectivement DOGLPLQHSULPDLUH ou DOGLPLQHVHFRQGDLUH
1 + 1 +
+ 5

5 5
DOGLPLQHSULPDLUH DOGLPLQHVHFRQGDLUH

Cependant, lorsque dans une imine le carbone lié à l’atome d’azote est attaché à deux groupe
alkyles, ce composé est appelée FpWLPLQH, dérivé de cétone et imine.
De même, en fonction de la nature du substituant sur l’atome d’azote, on l’appellera FpWLPLQH
SULPDLUH ou FpWLPLQHVHFRQGDLUH

1 5 1 5
+ 5

5 5
FpWLPLQHSULPDLUH FpWLPLQHVHFRQGDLUH
Remarque : Il est à noter que pour les imines secondaires, la terminaison finale dans leur nom
systématique est amine. Ce type d’exemple sera traité dans la section des composés
polyfonctionnels, (cf. p.29).

Exemples d’imine primaire :


3 4
1 + 1 2 &+ &+
+ +
&+ 1 &+
pWKDQLPLQH EXWDQLPLQH

X. Nomenclature des acides et ces dérivés


Les acides et leurs dérivés sont des composés ayant pour structure générale :
KpWpURDWRPH 12&O
5 &
2
Ou encore : 5 & 1 relatif au composé nitrile

X.1 Acides carboxyliques


La fonction acide est caractérisée par l’enchaînement suivant, où 5 est généralement un groupement
alkyle.
+2 5
&
2
Le suffixe de la famille est DQRwTXH, en faisant précéder le nom ainsi obtenu du mot DFLGH.
Les trois premiers termes sont :
'U6DPLUD%(1<$+,$

9 L’DFLGH PpWKDQRwTXH (un seul carbone) : +&22+, dont le nom usuel est DFLGHIRUPLTXH
9 L’DFLGH pWKDQRwTXH (deux carbones) : &+&22+, dont le nom usuel est DFLGHDFpWLTXH
9 L’DFLGH SURSDQRwTXH (trois carbones) : &+&+&22+, dont le nom usuel est DFLGH
SURSLRQLTXH

ϭϴ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
La fonction acide carboxylique est une fonction « terminale ». Le carbone du groupement
fonctionnel &22+ fait obligatoirement partie de la chaîne principale et sera numéroté .
La numérotation est ensuite poursuivie sur la chaîne linéaire la plus longue. Cependant dans le nom
du composé acide, l’indice  du groupement &22+ est inutile.
Exemple :
2

5 3 1
2
2+
4
DFLGHPpWK\OSHQWDQRwTXH

Lorsque le groupement &22+ est porté par un cycle, le nom de l’acide est obtenu en ajoutant la
terminaison FDUER[\OLTXH au nom du composé dans lequel &22+ est remplacé par+ et en faisant
précéder toujours le nom ainsi obtenu du mot DFLGH.
Le carbone du cycle portant le groupe &22+ est toujours numéroté 
Exemple :
2
3 2
1 &
4
5
2+
DFLGHPpWK\OF\FORSHQWDQHFDUER[\OLTXH
X.2 Les esters
X.2.1 Ester acycliques
La fonction ester est caractérisée par l’enchaînement suivant, où le groupement 5 est un alkyle.
5 2
& &
2
Le suffixe de la famille est DQRDWHG·DON\OH et dans le nom de l’ester le mot DFLGH est éliminé.
Le premier terme est :
9 L’pWKDQRDWHGHPpWK\OH (un seul carbone) : C+&22&+, dont le nom usuel est DFpWDWH
GHPpWK\OH
Pour la numérotation, l’indice  est attribué au carbone du groupement fonctionnel &22, puis on
poursuit la numérotation de la chaîne carbonée la plus longue du côté du carbone et non du côté de
l’oxygène.
6HQVGHODQXPpURWDWLRQ
2 1
& & 2
2
Exemples :
4
2
1 2
3 2
2 1
2
'U6DPLUD%(1<$+,$

pWKDQRDWHGHPpWK\OH 2
DFpWDWHGHPpWK\OH QRPXVXHO PpWK\OEXWDQRDWHG
pWK\OH

X.2.2 Esters cycliques


Dans le cas des esters cycliques (&22 dans un cycle) le terme ODFWRQH est toujours utilisé quelle
que soit leur taille.

ϭϵ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
Exemples :
2 2 2
2
α α α2
2 1 α2 1 2 1 2
1 2
2
β3 3 4
γ γ3 4 β3 4
5 δ
2 β β γ
β−ODFWRQH γ−ODFWRQH PpWK\Oγ−ODFWRQH δ−ODFWRQH
SURSDQRODFWRQH EXWDQRODFWRQH PpWK\OEXWDQRODFWRQH SHQWDQRODFWRQH

Dans la nomenclature usuels des lactones, les symboles α, β, γ et δ indiquent respectivement les
positions , ,  et  du carbone voisin du groupement carbonyle &2 Il est également possible de
nommer ces lactones en attribuant l’indice  au carbone fonctionnel de l’ester cyclique.

X.3 Les halogénures d’acides*


Les halogénures d’acides sont caractérisés par l’enchaînement suivant, avec 5 groupement alkyle.
5 ;
&

2
La substitution du groupement 2+ dans un acide carboxylique par un halogène : )&O%Uou,,
engendre un KDORJpQXUHG·DFLGH.
La nomenclature systématique de ces composés est effectuée en faisant suivre le nom de l’anion
halogénure : IOXRUXUH, FKORUXUH, EURPXUH et LRGXUH, de celui du groupement alcoyle 5&2
auquel il est relié.
Le nom usuel du groupement alcoyle 5&2 est DF\OH, d’où la nomination KDORJpQXUHG·DF\OH.
Exemples :
&O &+ FKORUXUHG
pWKDQR\OH
&
RXFKORUXUHG
DFLGHDFpWLTXH
2 RXFKORUXUHG
DFpW\OH

%U
5 3 1
6 4 2 EURPXUHG
KH[DQR\OH
 2

Lorsque le groupement &2; est porté par un cycle, le nom de l’halogénure est obtenu en ajoutant
la terminaison FDUERQ\OH au nom du composé dans lequel &2; est remplacé par+ et en faisant
précéder toujours le nom ainsi obtenu du mot+DORJpQXUH.
Le carbone du cycle portant le groupe &2; est toujours numéroté 
Exemple :
3 2 ,
1
4
LRGXUHGHF\FORKH[DQHFDUERQ\OH
5 6 2
X.4 Les amides
Les composés amides sont caractérisés par l’enchaînement suivant, ou le groupement 5 peut-être un
atome d’hydrogène ou un alkyle. Le suffixe de la famille est DQDPLGH.
'U6DPLUD%(1<$+,$

5 1
&

2
Comme les amines, ils peuvent être classés en trois familles selon le nombre d’hydrogènes portés
par l’azote.
ϮϬ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
X.4.1 Amide primaire
Dans l’enchainement d’un amide primaire, l’atome d’azote porte deux atomes d’hydrogènes.
2 2
1+ 1+
5 &+
X.4.2 Amide secondaire
Dans l’enchainement d’un amide primaire, l’atome d’azote monosubstitué porte un seul atome
d’hydrogène.
2 5 2 &+
1+ 1+
5 &+
X.4.3 Amide tertiaire
Dans l’enchainement d’un amide secondaire, l’atome d’azote disubstitué, avec 5et5différents
de+ ne porte aucun atome d’hydrogène
2 2

& 5 & &+


5 1 +& 1

5 &+
Dans la nomenclature systématique, le carbone du groupement &2 est toujours numéroté .
Les trois premiers termes sont :
9 La PpWKDQDPLGH: +&21+ dont le nom usuel est IRUPDPLGH
9 L’pWKDQDPLGH: &+&21+ dont le nom usuel est DFpWDPLGH
9 Le 1pWK\OpWDQDPLGH : &+&21+&+, dont le nom usuel est 1pWK\ODFpWDPLGH
Exemples :
1 2

2 1 1
1+ 2 3 2 1 2
1 1 1+
3
3 2 2
2
SURSDQDPLGH 4
SURSLRQDPLGH QRPXVXHO 1PpWK\OpWKDQDPLGH 1pWK\O1LVREXW\OPpWK\OEXWDQDPLGH
1pWK\O1 PpWK\OSURS\O PpWK\OEXWDQDPLGH

Lorsque le groupement &21+ est porté par un cycle, le nom de l'amide est obtenu en ajoutant la
terminaison FDUER[DPLGHau nom de l’hydrocarbure cyclique
Le carbone du cycle portant le groupe &21+ est toujours numéroté 

X.4.4 Amide cyclique


Les amides cycliques sont caractérisés par une fonction amide incluse dans un cycle carboné. Leur
nomenclature est calquée sur les esters cycliques où le terme lactone est remplacé par ODFWDPH.
Exemples :
'U6DPLUD%(1<$+,$

2
α
β α
β 2 α2 1 1+ 3 2 1
3 1 2 2
3 4 4
1+ β γ γ
1+
PpWK\OβODFWDPH γODFWDPH pWK\OPpWK\OγODFWDPH
PpWK\OSURSDQRODFWDPH EXWDQRODFWDPH pWK\OPpWK\OEXWDQRODFWDPH 

Ϯϭ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
Exemple :
2 3 2 1+
1 4 1

2
LVRSURS\OF\FORKH[qQHFDUER[DPLGH
 PpWK\OpWK\O F\FORKH[qQHFDUER[DPLGH
X.5 Les nitriles
Le suffixe de la famille est DQHQLWULOH
Les premiers termes sont :
¾ Le PpWKDQHQLWULOH (un carbone) : +&Ł1͕dont le nom usuel est DFLGHF\DQK\GULTXH
9 L’pWKDQHQLWULOH (deux carbones) : &+&Ł1, dont le nom usuel est DFpWRQLWULOH
Exemples :
1
3
5 2
&1
&1 4
5 3 1
4 2
PpWK\OSHQWDQHQLWULOH PpWK\OSHQWqQHQLWULOH

Lorsque le groupement &1 est porté par un cycle, le nom du composé est obtenu en ajoutant la
terminaison FDUERQLWULOH, au nom de l’hydrocarbure cyclique.
Cependant, le carbone du cycle portant le groupe &1 est toujours numéroté 
Exemple :
6
1 &1
5
2
4
3
PpWK\OF\FORKH[DQHFDUERQLWULOH

X.6 Les anhydrides d’acides


Un anhydride d’acide est un composé qui résulte de la « greffe », avec élimination d’une molécule
d’eau, de deux molécules d’acide carboxylique.
Ces composés sont caractérisés par l’enchaînement suivant, où 5 et 5 représentent des
groupements alkyles.
2 2

5 2 5
X.6.1 Les anhydrides symétriques
Les anhydrides symétriques d’acides monocarboxyliques pour lesquels les radicaux 5 et 5 sont
identiques etnon substitués, sont nommés en remplaçant le mot DFLGH par le mot DQK\GULGH
Exemples :
2 2
2 2
'U6DPLUD%(1<$+,$

2
+& 2 &+

DQK\GULGHpWKDQRwTXH
DQK\GULGHDFpWLTXH QRPXVXHO DQK\GULGHF\FORSHQWDQHFDUER[\OLTXH

ϮϮ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
X.6.2 Les anhydrides mixtes
Les anhydrides mixtes (5 ്5) sont nommés en faisant suivre le mot DQK\GULGH du nom des deux
acides, privés du mot acide, séparés par un tiret et cités dans l'ordre alphabétique.
Exemples :
2 2

&+ 2 &+

DQK\GULGHpWKDQRwTXHSURSDQRwTXH
DQK\GULGHDFpWLTXHSURSLRQLTXH QRPXVXHO
X.6.3 Les anhydrides cycliques
Les anhydrides cycliques sont nommés, comme les anhydrides symétriques, en se référant au nom
du diacide correspondant.
Exemples :
2 2 2 2 2 2

DQK\GULGHEXWDQHGLRwTXH DQK\GULGHEXWqQHGLRwTXH
DQK\GULGHVXFFLQLTXH QRPXVXHO DQK\GULGHPDOpLTXH QRPXVXHO

XI. Nomenclature des éthers oxydes*


Les éthers oxydes sont caractérisés par l’enchaînement suivant où les radicaux R1 et R2 sont
généralement des groupements alkyles.
2
5 5
Ces derniers sont issus d'hydrocarbures dans lesquelles le groupement méthylène (&+) a été
remplacé par un atome d'oxygène.

Remarque : Les éthers oxydes comme les sulfures (5−6−5) ne constituent pas une classe
fonctionnelle. Leurs groupes caractéristiques sont toujours désignés par des préfixes associés au
nom du composé fondamental.
Le nom systématique des éthers oxydes peut se faire de trois façons différentes :
1) Le nom d’un éther acyclique est obtenu en faisant précéder le nom de l'hydrocarbure
correspondant par le préfixe "R[D ", précédé du numéro de l'atome de carbone remplacé et d'un
tiret.
Ce préfixe est classé comme les autres, par ordre alphabétique.
Exemples :
6 5 4 3 2 1
+& &+ &+ 2 &+ &+ R[DKH[DQH
7 6 5 4 3 2 1
+& &+ &+ 2 &+ &+ &+ PpWK\OR[DKHSWqQH

&+

a) Si plusieurs groupes (&+) non consécutifs sont remplacés par des atomes d'oxygène, on
utilisera les préfixes multiplicatifs convenables accolés au préfixe R[D
'U6DPLUD%(1<$+,$

Exemple :
6HQVFKRLVL
1 2 3 4 5 6 7
+& 2 &+ &+ 2 &+ &+ GLR[DKHSWDQH
7 6 5 4 3 2 1
NB : l’ensemble des indices (2,5) est préférentiel devant (3,6)
Ϯϯ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
2) Pour nommer un éther oxyde, on détermine d'abord le nom de base de l'hydrocarbure
correspondant au groupement 5 prioritaire, c'est-à-dire celui qui contient le plus de carbones, RX
une insaturation RX une fonction. Le groupement alcoxy ou alkyloxy 25 sera considéré comme un
substituant dans le composé de base et constituera ainsi un préfixe devant son nom.
Exemple :
3 2 1 1 2
+& &+ &+ 2 &+ &+ pWKR[\SURSqQH

3) Une ancienne nomenclature demeure de rigueur :
a) Ether symétrique : Dans la formule 5−2−5 5 = 5; le nom est obtenue en faisant
suivre le mot pWKHU de l’adjectif dérivant du nom des groupes liés à l’oxygène.
2 1 1 2
pWKHUpWK\OLTXH
+& &+ 2 &+ &+
pWKHU QRPXVXHO

b) Ether mixte : Dans la formule 5−2−5 5 ≠ 5; le nom est obtenu en utilisant le mot
R[\GHauquel on ajoute les noms des groupements cités dans l’ordre alphabétique.
1 1 2
+& 2 &+ &+ R[\GHGHPpWK\OHHWGHYLQ\OH

XII. Nomenclature des dérivés substitués du benzène


XII.1 Dérivés monosubstitués
Les dérivés monosubstitués du benzène sont nommés selon le type de substituants.
Pour les substituants : halogènes, alcoxy, alkyles…le nom est formé comme suit :
1RPGXVXEVWLWXDQWsuivi de EHQ]qQH
Pour les substituants fonctionnels, le nom est formé comme suit :
%HQ]ouEHQ]Rsuivi duQRPGHODIRQFWLRQ
Remarque : L’indice du substituant n’est pas mentionné dans le nom car les six sommets du
benzène sont équivalents.
Exemples de composés avec leurs noms usuels :
&+ 1+ 2+

WROXqQH DQLOLQH SKpQRO


Exemples de composés avec leurs noms systématiques :
12 &+&+ ) &22+ &+2

QLWREHQ]qQH pWK\OEHQ]qQH IOXRUREHQ]qQH DFLGHEHQ]RwTXH EHQ]DOGpK\GH

XII.1.1 Substitution du benzène par une chaîne alkyle


'U6DPLUD%(1<$+,$

Quand le benzène est substitué par une chaîne alkyle, cette dernière est nommée selon les règles de
nomenclature vue ultérieurement, le carbone numéroté  étant celui directement rattaché au
benzène.

Ϯϰ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
Exemples :
 


&O

FKORURPpWK\O EHQ]qQH PpWK\OEXW\O EHQ]qQH



Remarque :
Dans ce cas de figure ; l’usage des parenthèses est nécessaire. Par exemple dans le cas du
PpWK\OEXW\O EHQ]qQH , la parenthèse indique que le méthyle est un substituant du butyle et
non du benzène.
XII.1.2 Substitution du benzène par une chaîne fonctionnalisée
Lorsque le benzène est substitué par une chaîne fonctionnalisée, celle-ci est nommée selon les
règles de nomenclature vue ultérieurement, le carbone numéroté  étant celui directement rattaché
au benzène.
Cependant le nom du benzène en tant que substituant est SKpQ\O
Remarque : Ne pas confondre entre le substituant SKpQ\O et le substituant EHQ]\O.

&+

6XEVWLWXDQWSKpQ\OH 6XEVWLWXDQWEHQ]\OH 
Exemples :
1
2 2+ 5 4
&22+
1 3 2
1 2
2 3
4
SKpQ\OpWKDQRQH
DFpWRSKpQRQH QRPXVXHO SKpQ\OEXWDQRO DFLGHEHQ]\OSHQWDQRwTXH

XII.2 Dérivés disubstitués du benzène


Pour cette famille, on utilise des descripteurs propres à ce type de composés, à savoir :
RUWKRPpWDSDUD
9 RUWKR : les deux substituants sont sur des sommets adjacents (position : ) ;
9 PpWD : les deux substituants sont séparés par un sommet (position : ) ;
9 SDUD : les deux substituants sont l’un en face de l’autre (position : ).

Quand les substituants sont du type : 12&O…, on utilise la numérotation classique («) :
Comme aucun des substituants n’a de priorité sur l’autre, le plus petit indice de position est attribué
au substituant classé dans l’ordre alphabétique.
Exemples :
12 20H
'U6DPLUD%(1<$+,$

2 3 3 2
&O 4
3 2 4 1
1 &+ 12
1
4 6 5
%U 5 6
5 6
FKORURQLWUREHQ]qQH EURPRPpWKR[\EHQ]qQH QLWURSURS\OEHQ]qQH
RUWKRQLWURFKORUREHQ]qQH PpWDPpWKR[\EURPREHQ]qQH SDUDSURS\OQLWUREHQ]qQH

Ϯϱ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
Quand le benzène porte une fonction, le carbone relié à cette fonction est obligatoirement numéro .
Exemples :
&22+ 1+
1 &O 1
2
2
3
)
DFLGHRUWKRFKORUREHQ]RwTXH PpWDIOXRURDQLOLQH
DFLGHFKORUREHQ]RwTXH  IOXRURDQLOLQH
XII.3 Dérivés polysubstitués
Dans le cas d’un benzène fonctionnalisé di ou tri substitué, si ces substituants ont le même indice
dans les deux sens de numérotation, choisir le sens qui attribue l’indice le plus faible au substituant
classé par ordre alphabétique.
Exemple :
1+
&22+ 6HQVFKRLVL
&O 1 &+
) 1 &O 2 1
2 6HQVFKRLVL 6
1 2 6
6 2 6
5 3
3 5 3 4 5
5 4 3
4
4
&+
DFLGHFKORURIOXRUREHQ]RwTXH
FKORURpWK\OPpWK\OEHQ]pQDPLQH

Pour les dérivés du benzène ne portant que des substituants du type : 12&O«, comme aucun n’a
de priorité sur l’autre, on numérote les sommets du benzène de façon à ce que l’ensemble des
indices de position des substituants soit le plus faible possible, tout en respectant leur ordre
alphabétique.
Exemples :
& +  &+ &O
2 1 2
1 4
& +  & +  3 12

WULpWK\OEHQ]qQH FKORURpWK\OQLWUREHQ]qQH

Dans le cas des dérivés du toluène, le groupement &+ n’est pas une fonction, mais comme le nom
principal est WROXqQH, le carbone d’indice  est celui qui porte &+.
Exemples :
12 )

3 &O
2 &22+
1
2
6
&+
1 &+
'U6DPLUD%(1<$+,$

FKORURQLWURWROXqQH DFLGHIOXRURPpWK\OEHQ]RwTXH

Quand le benzène est substitué par une chaîne fonctionnalisée et que le benzène est le substituant,
celui-ci est numéroté de façon secondaire de façon à attribuer les plus petits indices possibles aux
groupements portés par le SKpQ\O, le carbone indicé  est le sommet du benzène directement relié à
la chaîne principale.

Ϯϲ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
Exemples :
4
4
) )
3 1 3 1
6 2 2
1 1 2
1+ 1+
2
5
&O
 FKORURIOXRURPpWK\OSKpQ\O EXWDQDPLQH  IOXRURSKpQ\O EXWDQDPLQH

XIII. Nomenclature des composés plurifonctionnels
Les composés plurifonctionnels sont des molécules comportant différentes fonctions. Lorsqu'une
molécule comporte deux ou plusieurs fonctions chimiques, l'une de ces fonctions sera considérée
comme fonction principale et les autres comme groupements.
On appelle valence d’une fonction, le nombre d’atomes d’hydrogène substitués sur le carbone
fonctionnel par des hétéroatomes. Ainsi, une fonction est dite principale lorsqu'elle a la valence la
plus élevée.
Les fonctions chimiques d’une molécule plurifonctionnelle sont classées selon leur valence ; le
tableau-6 (c.f.p.28) indique le classement par ordre croissant de ces fonctions, sauf exception pour
la fonction imine.
Le nom systématique d'un composé plurifonctionnel est formé de quatre parties, reliées les unes aux
autres dans l’ordre suivant :
$3UpIL[H
% 5DFLQH FKDvQHSULQFLSDOH 
& 6XIIL[HG·LQVDWXUDWLRQ
'6XIIL[HGHODIRQFWLRQSULQFLSDOH

Cependant, le sens de numérotation de la chaîne principale doit être affecté par priorité décroissante
avec l'indice de position le plus petit à ' (s'il y a lieu), puis à & (s'il y a lieu) et enfin à $
Exemples :
4 8
2
7
3
1 2+ 2 4 6
2 1 3 5
2+
2+
DFLGHEXW\O K\GUR[\PpWK\O EXW\QRwTXH Kp[\ORFWpQ\QRO 

1+

2
2 1+ 6
2 3
1 4 5
2 1
2
&22+
5 3
6 4 2+
'U6DPLUD%(1<$+,$

DFLGHFDUEDPR\OKp[DQRwTXH DFLGHPpWK\O 1PpWK\OFDUEDPR\O Kp[DQRwTXH

Ϯϳ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
Tableau-6 : Classement par ordre de priorité des principales fonctions chimiques.
Fonction
Ordre Formule Suffixe Préfixe Valence
chimique
2+
Acide
1 5 & RwTXH FDUER[\
carboxylique
(*) 2 
5 2 5
& &
Anhydride
2 2 2 DQK\GULGH 
d'acide
(R1 et R2 ≠H)
2 5 DOFR[\
5 & FDUERQ\O
3 Ester RDWH (lié à la chaîne
2
(R2 ≠ H)

principale côté Fonction
carbonyle) trivalentes
;
Halogénure 5 &
4 R\OH 
d'acide 2
(R ≠ H)
1+ FDUEDPR\O
5 Amide 5 & DPLGH (lié à la chaîne
principale côté
2
(*)  carbonyle)
6 Nitrile (*)  5 & 1 QLWULOH F\DQR
+
5 &
7 Aldéhyde DO IRUP\O
2
Fonction
(R ≠ H) bivalentes
5
5 &
8 Cétone RQH R[R
 2
(R1 et R2 ≠ H)
5

9 Alcool 5 5 RO K\GUR[\


;ΎͿ +2

10 Thiol
5 6+
WKLRO
VXOIDQ\O Fonction
(R ≠ H) PHUFDSWR  monovalente
5
11 Amine 1 DPLQH DPLQR
;ΎͿ 5 5 

1 5
5
12 Imine LPLQH LPLQR
Fonction
5 bivalentes
(R ≠ H)
'U6DPLUD%(1<$+,$

2 R[\GH
13 Ether oxyde 5 5 G·DON\OHHW DOFR[\

(R1 et R2 ≠ H) Fonction
G·DON\OH monovalente
5 ;
14 Dérivé halogéné  KDORJpQR
(R ≠ H)
*) 555 et 5 peuvent être des atomes d'hydrogènes, des groupements alkyles ou phényles.
Ϯϴ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
XIV. Applications
XIV.1 Composés avec multiplicité des fonctions, nitrile, amine et imine
Rappel : lorsque l’atome d’azote est lié au carbone :
9 Par une simple liaison il engendre une fonction amine ;
9 Par une double liaison il engendre une fonction imine ;
9 Par une triple liaison il engendre une fonction nitrile.
L’ordre de priorité est attribué à la fonction nitrile, puis la fonction amine et en dernier la fonction
imine.

1+ 1 +1 1+

     
     
PpWK\OEXWDQLPLQH 1 PpWK\OEXWDQ\OLGqQH PpWKDQDPLQH LPLQR1PpWK\OEXWDQDPLQH

1 
+1 1
 
1
 
  1+
1PpWK\O PpWK\OLPLQR EXWDQDPLQH  PpWK\ODPLQR  PpWK\OLPLQR EXWDQHQLWULOH 
XIV.2 Nomenclature des fonctions amines mono et plurifonctionnelle
6 5
5
4 6 1 1 4 1+
2 3
3 1 1+
2

1WULPpWK\OF\FORKH[pQDPLQH 1pWK\O1GLPpWK\OF\FORKH[qQHGLDPLQH

5 6

1 4 1 1
3 2

1pWK\O111WHWUDPpWK\OF\FORKH[qQHGLDPLQH

6 7
5
5
1+
1 1+ 6
4 4
2
3
1 1 3
2
+1
1pWK\O11GLPpWK\OF\FORKHSWDGLqQHGLDPLQH 1GLPpWK\OF\FORKH[qQHGLDPLQH

'U6DPLUD%(1<$+,$

Ϯϵ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,1RPHQFODWXUH(67,$QQDED
 
XIV.3 Composés plurifonctionnels
2 1
4
5 2 3 4
3 2
1 2 5 8
1 1 2+

7 3 1
2 6 4 2
1 2 1
5

2 1 2
 R[R SHQWpQ\O F\FORSHQW\O
pWKDQRDWDWHGHPpWK\OH  GLPpWK\ODPLQR  1pWK\O1PpWK\ODPLQR 
 R[R SHQWpQ\O F\FORSHQW\O   1pWK\O1PpWK\ODPLQR pWK\OLGqQH 
DFpWDWHGHPpWK\OH K\GUR[\RFWGLpQRQH

1+
2 2
6 &
2 5 2+ 1

4 2
1 3 2+ 1
6
1 2
2
3 5
4
2

1+
DFLGH pWKR[\FDUERQ\O PpWK\O 
K\GUR[\LPLQRKH[DGLqQRwTXH DPLQRF\DQREHQ]RDWHGHPpWK\OH 

1
1 6
5 1
1
4 2
2 3
1 3
6 4
5 1+
 
1 1 GLPpWK\OEHQ]qQHGLDPLQH
1+
DPLQR 11GLPpWK\ODPLQR EHQ]RQLWULOH
DPLQR 11GLPpWK\ODPLQR EHQ]qQHQLWULOH 1 2

1 1
2 6
4
5 3 3 5
6 4
2
1

1+
1+
DPLQRF\DQR11GLPpWK\OEHQ]DPLGH
 11BGLPpWK\ODPLQR DQLOLQH
'U6DPLUD%(1<$+,$

DPLQRF\DQR11GLPpWK\OEHQ]pQDPLGH 

ϯϬ
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ  
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

&KDSLWUH,,
STEREOCHIMIE DES MOLÉCULES ORGANIQUES.
Objectif du chapitre :
9 Représenter les structures spatiales et les lire.
9 Distinguer les conformations des configurations.
9 Représenter le cycle hexanique en projection perspective avec les différentes orientations de ses
liaisons.
9 Désigner des configurations et représenter une structure de configuration donnée.
9 Définir et reconnaître des structures chirales.
9 Définir et distinguer des stéréoisomères.

I. Les différentes représentations des molécules dans l’espace


Un carbone lié à 4 groupes R1, R2, R3, R4, est du type AX4E0 (Règle de Gillespie), il adoptera ainsi
une géométrie tétraédrique.
Pour représenter un carbone tétraédrique dans l’espace, on utilise quatre représentations
principales :
¾ La représentation de Cram
¾ La représentation cavalière ou en perspective ;
¾ La représentation Fisher ;
¾ La projection de Newman.

I.1 Représentation de Cram :


Cette représentation consiste à indiquer les différentes orientations des quatre liaisons du carbone
tétraédriques, dans l’espace. 5
Traits simples = liaisons dans le plan.

Triangle haché = liaison en arrière du plan  orientation "α" 5
Triangle plein = liaison en avant du plan  orientation "β" 5
5
I.2 Représentation en perspective
C’est une représentation utilisée essentiellement pour les molécules cycliques.

R4
R1
Cy
Cx
R6 R5
R3 R2
libre rotation autour de l'axe Cx--Cy cyclohexane

I.3 Représentation de Ficher


I.3.1 Cas d’un seul atome au centre
A partir de la représentation de Cram (voir exemple ci-après), on se place entre 5 et 5 et on
regarde le carbone du centre.

5 5 5
'U%(1<$+,$6DPLUD

On observe puis on projette 5 5


5 5 5
ceci : dans le plan
5
5 5
5

31
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

I.3.2 Cas de deux atomes au centre


Dans ce cas de figure, l’observateur doit se placer perpendiculairement à la liaison Cx-Cy.

&[
&\

Le schéma suivant illustre le procédé à suivre, lors du passage de la projection de Cram à celle de
Ficher.
5
5
Basculer la
molécule vers la 5 5
droite de 90° 5 5
5 5 5
5 5
5
5 5 Rotation vers la
puis on projette
5 dans le plan droite dans le
5
5 plan de 180°
5 5 5
5
5
5 5
Basculer la
molécule vers la
gauche de 90° 5 5 5
5
5 5

En projection de Fischer les liaisons sont représentées par des traits pleins verticaux et horizontaux,
selon les conventions suivantes :
Convention 1 :

9 Les traits verticaux indiquent les liaisons : dans le plan (pour le trait du milieu) et en arrière du
plan de la figure (pour les traits du haut et du bas).
9 Les traits horizontaux indiquent les liaisons en avant du plan de la figure.
Convention 2 :

9 La chaîne carbonée la plus longue est placée verticalement et numérotée de haut en bas.
Convention 3 :

9 L'extrémité qui présente le degré d'oxydation le plus élevé, est mise en haut.
Cette représentation est très utilisée, en particulier pour représenter les différentes séries des oses et
des acides α-aminés.

Un exemple d’un ose (sucre) : le D-érythrose :


&+2 2+ &+2
&+2+ +
Basculer la 2+& +2 +
molécule vers la puis on projette
gauche de 90° dans le plan
2+ + 2+
+
+2 +2+& +
+
&+2+
2+
Un exemple d’un acides α-aminé : la L-alanine
&22+ &22+
'U%(1<$+,$6DPLUD

&22+

On observe 1+ +
puis on projette 1+ +
&+ ceci : dans le plan
1+
+ &+
&+

32
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

Comment effectuer les différentes formes de rotations autour de l’axe Cx—Cy :

1 Cy

Rotation vers la gauche Rotation vers la droite


Cx
60° 120° 3 2 60° 120°

2 3
1 2 3 1
60° 60°

1 3 2 1
3 2
Rotation vers la droite ou vers la
gauche de 180°

2 3

1
Exemple :
2+ &+2 + &+2
2+ + (R)
+2+& 2+ (R) 2+
(R) 2+& +
(R) 180°
(R) (R)
+ +2
(R) (R) + 2+
120° &+2 +2 + +2+& +
+2+& + &+2+
2+

I.4 Projection de Newman


Le principe de la représentation de Newman consiste à projeter la molécule sur un plan
perpendiculaire à une liaison carbone-carbone.
R1 R1
R4 R4
Cx
Cx observer le long de l'axe Cx--Cy
R2
Cy
Cy R2
R3 R6 R5
R5 R 6 R3
Le carbone Cx en avant est représenté par un point.
Le deuxième carbone Cy en arrière est représenté par un cercle.
Par rotation autour de la liaison σ (Cx–Cy), un nombre infini de représentations peut être envisagé,
mais seules, quelques conformations sont remarquables :
La forme éclipsée et la forme décalée.
Exemple : acide 2,3-dihydroxybutanoïque.
2+
OH
2+ HO OH 3
H OH
'U%(1<$+,$6DPLUD

2 projection selon 3
3 l'axe C2---C3 CH3
rotation dans le 2
2 plan de 60°
+22&
H COOH
+ H COOH
+ & + H autour de l'axe CH3
C2---C3
Forme éclipsée Forme décalée
Instable Stable

33
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

Application : 3-méthylpentan-2-ol.
2+ OH
&+ 3
+ H C2H5
2
+ & 2
3 H3C H
+
CH3
&+ projection selon
l'axe C2 C3 rotation horizontale (+) ou (-)
hors plan de toute la molécule
2+ OH de 180°
&+
+
2 C2H5 H
3
+ & 2
3 CH3
+ H
&+ CH3

II. Isomérie
Deux composés chimiques ayant une même formule brute sont appelés isomères. On distingue deux
types d’isomérie : l’isomérie plane et la stéréo-isomérie.

II.1 Isomérie plane


Dans ce cas de figure les isomères ne possèdent pas le même enchaînement de leurs atomes. Ils sont
nommés isomères de constitution. Le terme isomérie plane désigne la représentation de ces derniers
sur le plan.
On distingue trois types d’isomères de constitutions.

II.1.1 Isomères de chaîne


L’enchaînement du squelette carboné est différent.
Exemple : &+

QSHQWDQH PpWK\OEXWDQH QpRSHQWDQH


RXLVRSHQWDQH

II.1.2 Isomères de position


L’enchaînement du squelette carboné est le même mais la position de la fonction diffère.
Exemples : &+2 et &+
2+ 2+

SHQWDQRO SHQWDQRO SHQW\QH SHQW\QH

II.1.3 Isomères de fonction


Les isomères diffèrent par la fonction chimique.
Exemple : &+2
'U%(1<$+,$6DPLUD

2+

OHC
O
EXWpQRO R[\GHG
pWK\OHHWGHYLQ\OH EXWDQDO

34
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

II.1.4 La tautomérie
La tautomérie est un cas particulier de l'isomérie de fonction.
Deux tautomères sont deux isomères de fonction qui peuvent se transformer l'un en l'autre par un
équilibre chimique dit de tautomérie.
Lors de ce processus il y a migration d'un proton et mouvement de la double liaison on passe ainsi
d’un énol (alcool + double liaison) à une cétone.
CH2 O

équilibre céto-énolique
H C
O CH3 H3C CH3
)RUPHpQRO )RUPHFpWRQH
PRLQVWDEOH SOXVVWDEOH

II.1.5 Recherche des différentes formules planes correspondantes à une formule brute
Le principe repose sur le calcul de l’indice d’insaturation qui a été définie dans le chapitre précédent
(c.fS2,3)
Indice d’insaturation « I »: correspond au nombre de molécule H2 que l’on peut ajouter à une
molécule insaturée donnée selon les réactions suivantes :
$ % + + $ %
+ + I=1
PROpFXOH LQVDWXUpH PROpFXOHVDWXUpH
DYHFGRXEOHOLDLVRQ
+ +
$ % + + $ %
I=2
+ +
PROpFXOH LQVDWXUpH
DYHFWULSOHOLDLVRQ PROpFXOHVDWXUpH

$ % + + $ & %
I=1
& + +
PROpFXOHF\FOLTXH PROpFXOHVDWXUpH

On retrouve :
1 double liaison = 1 insaturation.
1 triple liaison = 2 insaturations.
1 cycle = 1 insaturation.
L’indice d’insaturation est également formulé par la relation suivante :
     



¾ QI est le nombre d’atomes monovalents (H, les halogènes : F, Cl, Br, I)
¾ QIII est le nombre d’atomes trivalents (N, P)
¾ QIV est le nombre d’atomes tétravalents (C, Si)
Remarque : Les atomes divalents (O, S) n’interviennent pas dans la formule.
'U%(1<$+,$6DPLUD

Exemple :$ &+2


    
     
  

I = 1 ; veut dire que la molécule A possède une double liaison ou 1 cycle.

35
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

Molécules avec une double liaison:


Remarque : Cette double liaison peut être : C=C ou bien C=O
™ Recherche des squelettes possibles (possédant 3 C et un O)
Sur 3 C reliés, on fait circuler le O sur la chaîne :
2
2
2

, ,, 9,,
(I = VII)

Sur 3 C reliés, on fait circuler le O à l’intérieur de la chaîne :

2 2

,,, 9,,,
(III = VIII)

Plaçons la double liaison sur les squelettes I, II, III puis ajoutons les H portés par O.
2+ 2

2 2
2 2+ 2+

,D ,E ,F ,,D ,,E ,,,D ,,,E


(IIIb) n’existe pas car O est bivalent.

Donc pour une molécule avec une double liaison, nous avons 06 possibilités:
Ia,Ib,Ic, IIa, IIb, IIIa
Molécules ayant un cycle:
Un cycle, serait composé au minimum de 03 atomes, pouvant être soient :
03 atomes de C ;
03 atomes de C et 01 atome d’oxygène.
2+
2 2 2
2+

,9 ,9D 9 9D 9,

IV = IVa et V = Va
Donc pour une molécule cyclique, nous avons 03 possibilités: IV, V, VI.
Il y a donc 9 solutions pour: $ &+ : Ia, Ib, Ic, IIa, IIb, IIIa, IV, V, VI
2+ 2

2 2+ 2+
,D ,E ,F ,,D ,,E
OH
2 2
2
'U%(1<$+,$6DPLUD

,,,D ,9 9 9,
(QIDLWLO\·HQDSOXVVLRQWLHQWFRPSWHGHVVWpUpRLVRPqUHV

36
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

II.2 La stéréoisomérie
On appelle stéréoisomères, des composés ayant même formule développée plane avec un
agencement tridimensionnel différent de leurs atomes.
Il existe deux types de stéréoisomères : les stéréoisomères conformationnels et les stéréoisomères
configurationnels.

II.2.1 Stéréoisomérie de conformation


La molécule dans l'espace n’a pas une structure figée  FHV DWRPHV SHXYHQW rWUH GLVSRVpV G
XQH
infinité de position dans l'espace où chaque disposition possible correspond à un conformère (ou
rotamère) de la molécule.
La relation chimique ou physicochimique qui accompagnes ces conformères est appelée analyse
conformationnelle et la représentation de Newman de ces conformères permet de mieux les
expliquer.
Le passage d’une conformation à une autre se fait par rotation autour de la liaison covalente simple,
sans rupture de cette dernière.
Remarque :
• Deux conformères (même molécule), possèdent des dispositions spatiales et des états d’énergies
différents.

2.1.1 Cas de l’éthane &+³&+


Du fait de la libre rotation autour de la liaison simple &−&. L’angle de torsion (angle dièdre), noté
"α", de cette liaison peut prendre plusieurs valeurs RQD :
Nombre de conformère = nombre d’angle α.
La valeur de l’énergie potentielle de la molécule varie en fonction de l’angle dièdre α.
Le diagramme énergétique de la figure-1, indique les différents conformères de l’éthane et la
variation de leurs énergies potentielles en fonction de α.

Energie Ep
potentielle de
la molécule
éclipsée éclipsée
++
++
+
+
+ +
+ + +
Ee +
α + +
+α Barrière de rotation
+ 2 ∆E = 11, 7 kJ/mol =
Energie nécessaire
+ 1 à franchir pour
+
+ passer d'un
+ + conformère à un
+ + + autre.
projection en projection de
+
perspective Newman Ed + +

+ +
+
décalée
'U%(1<$+,$6DPLUD

α°
0° 60° 120° Angle de rotation
Angle dièdre

Figure-1 : Courbe de variation de l’énergie potentielle des différentes conformations de l’éthane.


37
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

La forme éclipsée de l’éthane (α = 0°), La forme décalée de l’éthane (α = 60°),


indique une énergie potentielle élevée. indique une énergie potentielle basse.
+ +
+
α α
2
+ 2 +
1 + 1
+ +
+ +
+ +
Forme la moins stable Il s’agit de la forme la plus stable
(Répulsion électronique maximale) (Répulsion électronique minimale)

2.2.2 Cas du n-buthane &+³&+³&+³&+


0H
 0H
projection de α
 3
Newman
2

Les différentes conformations du n-butane représentés dans la figure-2, sont comme des clichés de
la molécule, avec une énergie potentielle à des instants particuliers.

Ep(kJ/mol) (Energie potentielle de la molécule)

trois conformères éclipsées (instables)

+& &+ +& &+


&+ &+

&+
+&
Barrière de
rotation
∆E = 14,2 kJ/mol ∆E = 2,5 kJ/mol

&+ &+
∆E = 3,3 kJ/mol &+ +&
&+
Energie
répulsive
supplémentaire &+
trois conformères décalées (stables)
α ° (Angle de rotation)
0° 60° 120° 180° 240° 300° 360° (Angle dièdre)

Figure-2 : Courbe de variation de l’énergie potentielle des différentes conformations du


n-butane.
On retiendra les 04 conformères les plus caractéristiques du butane, suivant :
1) Une éclipsée «syn» :V\QSpULSODQDLUHsymbolisée par : 
'U%(1<$+,$6DPLUD

2) Deux décalés «gauche» d’énergie identiqueV\QFOLQDOHsymbolisée par :



3) Deux éclipsés d’énergie identiqueDQWLFOLQDOHsymbolisée par : 
4) Une décalée «anti»DQWLSpULSODQDLUHsymbolisée par :


38
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

0H 0H 0H
0H
α 3 0H (+) 60°
(+) 60°
2

0H
éclipsé syn décalé gauche éclipsé (+) 60°
(+) 60°
0H 0H 0H
0H
(+) 60° (+) 60°
0H
0H
décalé gauche éclipsé décalé anti 

1) L’éclipsée syn du n-butane (α = 0°), 2) La décalée gauche du n-butane (α = 60°),


indique une énergie potentielle la plus élevée. indique une énergie potentielle moins élevée.
0H 0H
0H
0H 0H 0H

() : Formes peu stables, les méthyles étant


() : Forme la moins stable proches
(répulsion maximale) (répulsion minimalisée)

3) L’éclipsée du n-butane (α = 120°), 5) La décalée anti du n-butane (α = 180°),


indique une énergie potentielle la plus élevée. indique une énergie potentielle la plus basse.
0H 0H 0H

0H
0H 0H
() : Forme la moins stable () : Forme la plus stable
(répulsion importante) (répulsion la plus minimalisée)

Parfois, des interactions intramoléculaires entre deux fonctions peuvent stabiliser des conformations
considérées a priori comme instables. Tel le cas de l’éthane-1,2-diol et du 2-aminoéthanol où la
liaison hydrogène stabilise le conformère éclipsée syn.

δ+ liaison hydrogène à
+ courte distance
+2 2+ 2+
δ− δ− δ+
2 2 + +E 2+
+D
+ + + +
+ +E +D
éthane-1,2-diol + +E +D
(sp) plus stable (sc) moins stable
liaison hydrogène à
courte distance δ+
'U%(1<$+,$6DPLUD

+ +2 1+ 2+
δ− δ−
+E 1+
+1 2
+D
+ + + +
+ +E +D
+ +E +D
2-aminoéthanol (sp) plus stable (sc) moins stable

39
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

Tableau-1 : Récapitulatif des différents noms des conformations particulières, dans une
représentation de Newman.
Désignations
Conformations Désignations Stabilité relative
particulières

éclipsée syn (sp) Très instable

décalée gauche (sc) Stable


et

éclipsée (ac) Peu stable


et

décalée anti (ap) Très stable

Remarque :
1. Ces désignations ne sont pas caractéristiques uniquement du n-butane. Dans le cas où les
substituants sont différents, les noms des conformères sont définis selon le groupement
prioritaire recherchés sur chacun des deux carbones adjacents, classé selon les règles CIP
(c.f.p.45).
2. Ne pas confondre l’orientation de deux groupements portés par deux carbones adjacents,
quelque soient leurs priorités, avec le nom du conformère :
• Deux groupements ont une orientation DQWLsignifie qu’ils sont décalés d’un angle
  
;
• Deux groupements ont une orientation V\Q signifie qu’ils sont éclipsés d’où   
; par
conséquent dans la projection de Cram ils auront la même orientation α ou β ;
2+
&22+

+
&+
+& + les deux H sont syn
CH3 et C2H5 sont syn
• Deux groupements ont une orientation JDXFKH; signifie qu’ils sont décalés d’un angle
  .
3. Cependant, pour désigner le nom particulier du conformère, il faut toujours rechercher la
position des deux groupements prioritaires sur chaque carbone.

Exemple :
Représenter la molécule : butane-2-ol, en respectant l’orientation anti de ces deux méthyles, puis
donner le nom de la conformation particulière de cette molécule.
&+
2 3 4 + +
+2 &+ &+ &+ orientation anti des
2 3
vers la deux groupements
'U%(1<$+,$6DPLUD

1 &+ projection de méthyles


+2 +
butan-2-ol Newman (1)
&+
(1') 
orientation gauche des deux groupements
prioritaires, d'où le nom du conformère:
décalée gauche = synpériplanaire

40
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

2.2.3 Cas du cyclohexane &+


Le cyclohexane est un cycloalcane saturé obtenu par hydrogénation totale du benzène :
+ 3H2

benzène cyclohexane

Dans la structure du cyclohexane, tous les carbones sont hybridés 


avec des angles de valence de
109°,28’, d’où la structure non plane du cyclohexane qui peut subir différentes torsions de ses
liaisons. Parmi les très nombreuses conformations du cyclohexane de la figure-3, seules seront
retenues les conformations principales, à savoir : la forme rigide chaise et la forme flexible bateau.

Ep(kJ/mol)
deux conformères
demi-chaise

50,6 kJ/mol
un conformère bateau

28 kJ/mol

22 kJ/mol deux conformères


bateau croisé

deux conformères chaise (99%)

Figure-3 : Courbe de variation de l’énergie potentielle des différentes conformations du


cyclohexane.
La conformation chaise à elle seule représente environ 99% de la population des conformères.
A température ordinaire il s'établit un équilibre conformationnel entre les deux formes chaises
limites par inversion rapide du cycle. L'interconversion se fait par passage à la forme bateau.

2.3.1 La forme chaise


Dans la conformation chaise, les interactions entre les divers substituants sont les moins importantes
en raison de leur éloignement maximum les uns des autres et particulièrement lorsqu’ils sont
différents de H.
A température ordinaire, l’énergie potentielle de la molécule dans cette conformation est la plus
faible, ce qui la rend plus stable et la favorise sur les autres conformations.

Dans la représentation de Newman du cyclohexane, les atomes de carbones qui appartiennent au


plan moyen du cycle sont représentés par des cercles et à partir de ces cercles (centre et périphérie)
partent les liaisons hydrogène du cyclohexane.
'U%(1<$+,$6DPLUD

41
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

oeil placé en face du plan


moyen du cycle, porté par :
1
5 [C2-C3-C5-C6] 2 6
1 6
3 5

3 4 projection de Newman
2 4

Remarque :
• Dans la projection de Newman de la forme chaise, toutes les liaisons hydrogènes sont en position
décalée, ce qui attribue à ce conformère une forme plus stable.

2.3.2 La forme bateau


En raison de la rigidité de la conformation chaise, le passage d’une chaise à la chaise inversée via la
forme bateau nécessite un apport d’énergie important.
Par contre, le cyclohexane en conformation bateau présente une flexibilité qui permet le passage à
la forme bateau-croisé légèrement plus stable, donc favorisée, avec un apport d’énergie moindre.

1
1 4
oeil placé en face du plan 2 4
6
6 moyen du cycle, porté par :
3 5
5 [C2-C3-C5-C6]
3 5
2 3
projection de Newman

Remarque :
• La conformation bateau est défavorisée (moins stable) par rapport à la conformation chaise, car
toute les liaisons hydrogènes sont en position éclipsées.

Dans les deux formes aussi bien chaise que bateau, on observe deux orientations principales : les
orientations axiales et équatoriales.
Les six hydrogènes orientés verticalement sont nommés hydrogènes axiaux (Ha), les 06 autres
restant sont appelés hydrogènes équatoriaux (He).

™ Comment représenter en perspective le cyclohexane chaise avec les deux orientations


principales de ces hydrogènes.
Liaisons du cycle
parallèles deux à deux

Orientations 2 4 Orientations
axiales, équatoriales,
parallèles parallèles
3 et alternées
et alternées
(haut et bas) 6 (haut et bas)

1 5
'U%(1<$+,$6DPLUD

Les liaisons parrallèles deux à deux, sont :


[(1,2) // (4,5)] ; [(3,4) // (6,1)] et [(2,3) // (5,6)]
Les liaisons et orientations équatorialles parrallèles deux à deux, sont :
(e1) // (4,6) ; (e2) // (6,1) ; (e3) // (4,5) ; (e4) // (2,3) ; (e5) // (3,4) et (e6) // (1,2)

42
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

En raison de la symétrie des 06 +D et 06 +H dans le cycle, et de la conservation de la configuration


absolue (cf.p-46) ; lors de l’interconversion de la forme chaise les H équatoriaux vers le haut dans
une des chaises deviennent axiaux dans l’autre chaise, en restant vers le haut.
Cependant il est important de noter qu’il n’y a pas rupture de liaison quand on passe d’une chaise à
l’autre.
ax

6 5
4 5 6 1

eq eq
2 1 4 3
3 2

ax

2.3.3 Interaction diaxiale (1-3)


Lorsque les groupements sur le cyclohexane sont différents de H, on peut observer certaines gênes
stériques appelées interactions répulsives.
Entre les groupes volumineux axiaux du même côté du cycle, il y a une forte répulsion. Elle se
nomme l’interaction 1,3 diaxiale, notée : ID-1,3.
Ces interactions sont observés au-dessus et au-dessous du plan moyen du cylohexane.

X
=

Y
X
Z

Remarque :
• Il n’y pas ce type de répulsion entre positions équatoriales qui sont plus éloignées du cycle.

2.3.4 Applications au cyclohexane mono et disubstitué


Pour passer d’une représentation à une autre, il est important de suivre le mode de projection
suivant.
Un substituant en avant du plan dans Cram est toujours représenté :
• dans la forme de Haworth vers le haut ;
• dans la forme chaise, en position axiale ou équatoriale orienté vers le haut.
Un substituant en arrière du plan dans Cram est toujours représenté :
• dans la forme de Haworth vers le bas ;
• dans la forme chaise, en position axiale ou équatoriale orienté vers le bas.

Exemple : 1-hydroxy-2-méthylcyclohexane
OH OH
OH 1
5 6 5 6
1
6 2 4 1
2 3 2
5 3 3 4
4
'U%(1<$+,$6DPLUD

CH3

Représentation de Cram Représentation de Haworth Représentation perspective


forme chaise

43
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

2.3.5 Cas d’un cyclohexane monosubstitué, le méthyl cyclohexane


A température ordinaire, il s'établit l'équilibre conformationnel suivant :
H
H
6 4 5 CH3
5
4 3
CH3 2
3 1
1 6
2
(Forme A) (Forme B)

vers la projection
de Newman

Ha H
Ha CH3
Ha H
6 3
1 5
CH3 He 1 5
He He
2 4 4
2
He He
3 6
Ha Ha
Ha

Cet équilibre est toujours en faveur de la forme (A) dans laquelle le substituant est équatorial.
Lorsque le substituant est axial sur le carbone 1 de la forme (B), il va engendrer une gêne stérique
équivalente aux interactions ID-1,3 avec les atomes axiaux portés par les carbones 3 et 5.
Cette gêne stérique est bien visible en projection de Newman : -.

Remarque :
• Il est important de noter que pour le cyclohexane monosubstitué, les deux chaises n’ont pas la
même énergie.

2.3.6 Cas d’un cyclohexane disubstitué, le 1,2-diméthylcyclohexane


™ isomère trans :
&+
H 
 H  &+ 
1  
6 2 &+
5 3  
4  H  

H &+
D[LDOD[LDO pTXDWRULDOpTXDWRULDO
 ,' &++ IRUPHSOXVVWDEOH
IRUPHLQVWDEOH 
™ isomère cis :
CH3 H
H CH3

 H  H CH3 
1  
6 2
CH3
5 3  
4   


D[LDOpTXDWRULDO D[LDOpTXDWRULDO
 ,' &++  ,' &++
'U%(1<$+,$6DPLUD

LQVWDEOH LQVWDEOH
Remarque :
• Il est important de noter que pour le cyclohexane disubstitué, les deux chaises n’ont pas la même
énergie.
• La conformation privilégiée est celle pour laquelle le plus grand nombre de substituants est en
position équatoriale.
44
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

II.2.2 Stéréoisomères de configuration


La configuration d’une molécule décrit la disposition dans l’espace de ses atomes constitutifs, sans
tenir compte des différences liées aux rotations autour des liaisons simples σ qui représentent les
différences de conformations.
Ainsi le passage d’une configuration à une autre nécessite la rupture de liaison(s) covalente(s).
Il y a deux types de stéréoisomérie de configuration :
™ L’énantiomérie.
™ La diastéréoisomérie.
Ces deux notions reposent sur le concept du carbone asymétrique que l’on symbolise
généralement par un astérisque : C*.
Dans un premier temps nous étudierons les règles de nomenclature associées à ces deux types de
carbones.
La détermination de cette configuration nécessite la connaissance de la règle séquentielle de &AHN,
,NGOLD et 3RELOG (&,3)

2.2.1 Règle de &,3


Cette règle permet de classer les substituants des carbones asymétriques par ordre de priorité.
Un carbone asymétrique, appelé également stéréocentre ou centre stéréogénique, est un carbone qui
possède quatre substituants différents.

1) On commence par examiner la nature des atomes directement liés au centre asymétrique qui sont
les atomes de rang 1. La priorité suivra le numéro atomique de ces atomes.
rang 1

(1)
1
&22+
(1) &
+1
&
&+ &
+
(4)
(4)+

2) Si deux atomes ont le même numéro atomique au rang "n" on les compare au rang suivant
(n+1).
3) Une liaison multiple se décompose en autant de liaisons simples.
[Les atomes entre crochets interviennent mais sont considérés comme porteurs d’atomes fantômes
de numéro atomique nul].
+
+
>2@ &
>&@
& 2 & 2 >&@ & &+ & >&@

>1@ 1 >&@
'U%(1<$+,$6DPLUD

& 1 & >1@ & 1+ & >1@


1 >&@

>&@

45
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

Exemple :
rang 3
rang 2
rang 1
+
+2 2 (1)
1 +
&22+ & (2) 2 +
(2) & 2
(1) >&@
+1 +1 >@
&
&+ &+ (3) & +
+ + (3) +
(4) +
(4)+

Les sous règles* :


Sous règle 1 : Une paire (R, R) ou (S, S) a une priorité sur une paire (R, S) ou (S, R).
Un substituant R précède un substituant S.
Sous règle 2 : Les groupements atomiques ayant une isomérie cis (Z) précèdent les groupements
ayant une isomérie trans (E) (cf.p.51 et 52).
Dans ces deux cas, l’atome est dit pseudo-asymétrique et sa configuration absolue sera notée en
lettre minuscule : (r ou s)
+2 + + 2+ 2+ + &+ + 2+ +

(Z) (E)
(S) (r) (R) (S)
+ + &+
+
+ 2+ + 2+ + +
(2S,3r,4R)-pentane-1,2,3,4,5-pentaol (4s,2E,5Z)-hepta-2,5-dién-4-ol

2.2.2 Configuration absolue R et S


La configuration d’un carbone asymétrique est déterminée en appliquant dans l’ordre les étapes
suivantes :
1. On classe les substituants selon (CIP).
2. On se place le long de l’axe C*ĺ 4ème substituant
3. On projette les 03 autres substituants dans le plan de la feuille.
ème
4. On effectue la rotation de ces trois substituants autour de l’axe (C*ĺ 4 substituant) :

¾ Si la rotation obtenue est dans le sens des aiguilles d'une montre la configuration absolue est 5
(origine latine de 5HFWXVsignifiant GURLWH).
¾ Si la rotation obtenue est dans le sens inverse des aiguilles d'une montre la configuration absolue
est 6 (origine latine de 6LQLVWHU signifiant JDXFKH).

™ Cas d’un seul carbone asymétrique :


Cas de l’acide 2-aminopropanoïque.
Exemple-1 :
Dans ce cas de figure le 4ème substituant est placé en arrière du plan : la règle (voir ci-dessus) des
deux types de rotation sera maintenue.
2 2
COOH COOH
'U%(1<$+,$6DPLUD

* *
4
H
R CH3 S H4
CH3
3 3
H2N NH2
1 1
sens des aiguille sens inverse des aiguilles
d'une montre= R d'une montre = S

46
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

Ces deux composés sont symétriques l’un de l’autre par rapport à un miroir plan et non
superposable, on les appelle : pQDQWLRPqUHV (du nom grec énantio : opposé) Ce sont également
des inverses optiques.

Exemple-2 :
Dans ce cas de figure le 4ème substituant est placé en avant du plan : la règle (voir ci-dessus) des
deux types de rotation sera inversée.
2 2
COOH COOH

* * 1
1 S CH3 R
H 2N CH3 NH2
3 3
H H4
4
sens des aiguille sens inverse des aiguilles
d'une montre lire R mais C* est S d'une montre lire S mais C* est R

Exemple-3 :
Dans ce cas de figure le 4ème substituant est placé dans le plan : la règle des deux types de rotation
est maintenue ; cependant il est nécessaire de suivre les quatre étapes suivantes :
1) Vous placer le long de l’axe C*ĺ4ème substituant ;
2) Effectuer la projection des trois autre substituants sur le plan de la feuille ;
3) Le substituant en avant du plan sera projeté sur le plan de la feuille en haut ;
4) Le substituant en arrière du plan sera projeté sur le plan de la feuille en bas.
   
+ &+

 ∗S  ∗ 
 
+22& R +
&+ +22&

H2N  H2N 
  6HQVGHVDLJXLOOHV
6HQVLQYHUVHGHVDLJXLOOHV
G
XQHPRQWUH 6 G
XQHPRQWUH 5

™ Cas de deux carbones asymétriques (configuration absolue dans Ficher) :


Dans le cas où le 4ème substituant est placé sur l’horizontal (en avant du plan) ; il existe deux façon
de procéder :
1) Reprendre la procédure de l’exemple-3.
2) Appliquer la méthode des permutations, afin de ramener le 4
ème
substituant sur la verticale (en
arrière du plan).
Méthode de la double permutation.
Les substituants sont permutés deux à deux.
R2 R3

R3 R4 R2 R1

R1 R4

Méthode de la permutation circulaire, appelée aussi permutation paire.


'U%(1<$+,$6DPLUD

La permutation circulaire est effectuée uniquement avec 3 substituants.


R2 R1

R3 R4 R3 R2

R1 R4

47
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

Cas du 2,3,4-trihydroxybutanal.
Exemple ; application de la double permutation :
2 4
CHO H

1 HO S
H 4 3 CHO
S 2
H OH OH
1
CH2OH sens inverse des aiguille
d'une montre
3
4ème substituant en
sens des aiguille d'une montre : on lit R arrière du plan : C2* = S
4ème substituant en avant du plan : C2* = S
2
CHO 1
OH
3 R
HO H
HOH2C 2
1
4H OH
R H
4
CH2OH sens des aiguille d'une montre
3 4ème substituant en arrière du
sens inverse des aiguille d'une montre : on lit S plan : C3* = R
4ème substituant en avant du plan : C3* = R

La configuration du composé serait : 65.


CHO CHO

2 * 2 *
HO H H OH

3 * 3 *
H OH HO H

CH2OH CH2OH

(2S,3R) (2R,3S)
un couple d'énantiomère

Pour une molécule à n  (différents) le nombre de stéréoisomères est au maximum à 


groupés en !" couples d’énantiomères.
La molécule 2,3,4-trihydroxybutanal possède deux carbones asymétriques, le nombre de
stéréoisomères est : 22 soit 04.
Sur ces 04 stéréoisomères, 02 couples sont liés par la relation d’énantiomérie et tous ce qui n’est
pas lié par cette relation, est appelé diastéréoisomère.
Les relations de stéréoisomérie sont déduites par le schéma suivant :
65 56

GLDVWpUpRLVRPqUHV
'U%(1<$+,$6DPLUD

pQDQWLRPqUHV
66 55

48
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

2.2.3 Configuration relative


2.3.1 Nomenclature érythro et thréo
Pour désigner la configuration relative d’un composé, on fait souvent appel aux représentations de
Ficher et Newman.
Dans ces deux représentations on classe sur chaque C* les 03 substituants par ordre de priorité selon
les règles de CIP.

Dans la projection de Newman :


9 Si le sens de rotation des 03 substituants sur chaque C* est le même, le composé est nommé
pU\WKUR(dérivée du nom du sucre en C4 : l’érythrose qui est l’exemple choisi)
9 Si le sens de rotation est différent, le composé est appelé WKUpR(dérivée du nom thréose).

Exemple : (2,3,4-trihydroxybutanal).
1 1
2+ 2+ 1
+3 3+ 2+
1+2

2+& + 3 2+& + 3
2 &+2+
2 &+2+
2 2
érythrose thréose
Dans la projection de Ficher :
9 Si les groupements semblables sont face à face, le composé est nommé pU\WKUR
9 Si les groupements sont opposés, le composé est appelé WKUpR.
&+2 &+2 &+2 &+2

2 * 2 * 2 * 2 *
+ 2+ 2+ + +2 + + 2+

3 * 3 * + 3 * 2+ 3 *
+ 2+ +2 + +2 +

&+2+ &+2+ &+2+ &+2+


(2R,3R) (2S,3S) (2S,3R) (2R,3S)
le couple d'énantiomère érythrose le couple d'énantiomère thréose

Remarque :
Dans la configuration relative et absolue, il n’y a aucun lien entre ces deux conventions. En effet il
serait faux de croire qu’un composé érythro est toujours (R,R) ou (S,S) contrairement au sucre
érythrose qui l’est toujours. Il en ai de même pour un composé thréo qui n’est pas toujours (S,R) ou
(R,S) devant le sucre thréose qui peut toujours avoir l’une de ces deux configurations.
Exemple :
&+2 &+2 &+2 &+2

2 (S) 2 (R) 2 (R) 2 (S)


+ 2+ 2+ + +2 + + 2+

3 (R)
3 (S) + 3 (R)
&O 3 (S)
+ &O &O + &O +
'U%(1<$+,$6DPLUD

&+ &+ &+ &+


(2S,3R) (2R,3S) (2R,3R) (2S,3S)
un couple d'énantiomère érythro un couple d'énantiomère thréo
Les deux formes (érythro et thréo) sont dites diastéréoisomères. Quant aux couples érythro et thréo
ce sont des énantiomères.

49
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

2.3.2 Nomenclature méso


Lorsqu'une molécule symétriquement substituée possède ## atomes de carbone asymétriques, le
nombre maximum de stéréoisomères est (Q groupés en (Q couples de diastéréoisomères.
En représentation de Fisher, toute molécule ayant un plan de symétrie est appelée méso car chacun
des deux atomes de carbone asymétriques porte des substituants identiques.
&+2+ &+2+ &+2+ &+2+

2 * +2 2 * + +2 2 * + 2 *
+ 2+ + 2+
plan de symétrie
3* 3 * 3 * 3*
+ 2+ +2 + + 2+ +2 +

&+2+ &+2+ &+2+ &+2+


(2S,3R) (2R,3S) (2R,3R) (2S,3S)
identiques = un seul composé méso un couple d'énantiomère

Le composé butane-1,2,3,4-tétraol possède :


• Un composé méso : 65 RX 56
• Deux couples de diastéréoisomères : 
> 65  55 @HW> 65  66 @
• Soit au total trois stéréoisomères :
65  55  66 

2.2.4 Configuration absolue D et L


La nomenclature Det L détermine la configuration absolue d’un C* particulier des oses et des α-
acides aminés.
Cette nomenclature utilise une projection spécifique de ces composés développée par Ficher.
2.4.1 Nomenclatures des oses
Exemple-1: Cas d’1 C*.
&+2 &+2

+ 2+ +2 +

&+2+ &+2+

D-glycéraldéhyde L-glycéraldéhyde
L’énantiomère D du glycéraldéhyde possède son groupement OH à droite.
L’énantiomère L possède son groupement OH à gauche.

Exemple-2: Cas de plusieurs C*.


&+2 &+2

+2 + + 2+
'U%(1<$+,$6DPLUD

+ 2+ +2 +

&+2+ &+2+
D-thréose L-thréose
La série D d’un ose est déterminée à partir de son : dernier OH placé à droite.

50
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

2.4.2 Nomenclatures des α-acides aminés


Exemple à un C* :
&22+ &22+

+ 1+ +1 +

&+ &+
D-alanine L-alanine
L’énantiomère de l’alanine dont le groupement NH2 est représenté à droite, appartient à la série D.
L’énantiomère avec un groupement NH2 représenté à gauche, appartient à la série L.

Exemple à deux C* :
&22+ &22+

+ 1+ 1+ +

2+ + + 2+

&+ &+
D-thréonine L-thréonine
Dans le cas des α-amino acides, l’appartenance à la série est déterminée par la position du
groupement NH2 sur le carbone asymétrique porteur du groupement COOH.

2.2.5 Configuration géométrique


L’isomérie géométrique est une conséquence de la restriction à la libre rotation. Vu la rigidité de la
double liaison, pour passer d’un isomère de configuration à un autre il est nécessaire de rompre et
de former au moins une liaison covalente.
Un couple d’isomères géométriques est ainsi mis en évidence à condition que chacun des carbones
sp2 porte des substituants différents.

2.5.1 Isomérie cis et trans des alcènes


Cette isomérie est déterminée pour les alcènes disubstitués.
• Lorsque les deux substituants identiques sont du même côté de la double liaison, on parlera
d’isomérie cis.
• Lorsque les deux substituants identiques sont de part et d’autre de la double liaison, on parlera
d’isomérie trans.
Exemple :
&O &O &O +

+ cis + + trans &O

2.5.2 Isomérie cis et trans cyclanique non aromatique


Cette isomérie est déterminée pour les composés cyclaniques disubstitués sur deux carbones
adjacents.
'U%(1<$+,$6DPLUD

Lorsque les deux substituants, identiques ou différents mais de même priorité sont placés sur un
cycle, on peut comparer leurs position relative par rapport au plan moyen du cycle.
Position de part et d’autre du cycle = isomérie trans ;
Position du même côté du cycle = isomérie cis ;
Orientation axiale et équatoriale dans un cyclohexane = isomère cis ;
Orientation axiale et axiale ou équatoriale et équatoriale dans un cyclohexane = isomère trans.

51
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

Exemples :
2+

2+ &+ &+

groupement en cis groupement en trans


(même face moléculaire) (face moléculaire opposée)
+& &+ + &+

+ + +& +

cis-1,2-diméthylcyclopropane trans-1,2-diméthylcyclopropane
2+ H
2+ H H
H H
H H
H
H H
+& H
H H
H
HH H
&+ H
cis-2-méthylcyclohexanol trans-2-méthylcyclohexanol

2.5.3 Isomérie Z, E
La dénomination Z, E est employée pour les alcènes trisubstitués ou tétrasubstitués. Cette
nomenclature utilise les règles séquentielles de CIP, afin d’attribuer l’ordre de priorité sur les deux
carbones sp2.
Le classement des substituant est effectué sur chaque carbone séparément :
axe de la double liaison
A D
Classer A et B suivant les règles de CIP : 1ère priorité
Classer D et E suivant les règles de CIP : 2ème priorité
B E

9 Si les deux groupements prioritaires sont du même côté de l’axe de la double liaison nous avons
l'isomère Z (Z pour Zusammen : signifie "ensemble" en allemand).
9 Si les deux groupements prioritaires sont de part et d’autre de l’axe de la double liaison nous
avons l'isomère E (E pour Entgegen : signifie "contrairement à" en allemand).
Exemple :
2 + &+ 2 2 + &O 1

1 +& &O 1 1 +& &+ 2

(Z)-2-chlorobut-2-ène (E)-2-chlorobut-2-ène

III. Isomérie optique


III.1 Activité optique
'U%(1<$+,$6DPLUD

Pour différencier une propriété, physique : capacité calorifique, T° d’ébullition, T° de fusion, masse
volumique…ou chimique : force d’un acide ou d’une base ; de deux composés on mesure leur
pouvoir rotatoire spécifique, noté : $%&('
Toutes les propriétés physiques de deux énantiomères sont identiques à l’exception de leur pouvoir
rotatoire (angle α).
52
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

On dit qu’une substance est optiquement active, ou qu’elle possède un pouvoir rotatoire α, lorsque
cette substance traversée par une lumière polarisée rectilignement dévie d’un angle α sa direction
de polarisation ; c’est-à-dire la direction du vecteur champ électrique )**+.
Attention ! Ce n’est pas le rayon lumineux qui est dévié mais sa direction de polarisation. Cette
déviation de la direction de *)
*+

ne peut être observée sans un appareil approprié, appelé polarimètre.


Le schéma du polarimètre est représenté par la figure-4, il illustre le procédé de mesure de α, angle
selon lequel le prisme analyseur doit être tourné.

Figure-4 : Schéma représentatif d’un polarimètre.


• Source de lumière : C’est une lampe à vapeur de sodium qui émet une lumière monochromatique
orange (doublet D du sodium; λ = 589 nm)
• Polariseur : Il sert à polariser la lumière, c’est à dire que le champ électrique de la lumière à la
sortie du polariseur est orienté dans une seule direction.
• Cuve : Le rayon ainsi polarisé traverse une cuve contenant une solution d’une substance
optiquement active (chirale) qui modifiera la direction de ,*+
(plan de polarisation) d’un angle α.
• Analyseur : Cette angle α est mesuré en repérant la nouvelle direction grâce à un analyseur
appelé aussi détecteur qui est de même nature que le polariseur, mais peut être tourné autour de
l’axe du rayon lumineux.
En mesurant le pouvoir rotatoire d’une substance chirale à plusieurs concentrations, on trouve que
l’angle α est proportionnel à la concentration de la solution et la longueur de la cuve ; soit :

-  ./0  1  2
Cette constante de proportionnalité est appelée: pouvoir rotatoire spécifique.

Pour comparer l’activité optique de différentes substances, on mesure la rotation spécifique ou


pouvoir rotatoire spécifique $%&43 à partir de l’équation suivante :
%
$%&('  6758(9:

;7<
=>
?<7(
5
α = rotation (en degré) observée, d’une substance optiquement active ;
C = concentration de la substance, en g/mL ;
l = longueur du tube (en dm) dans lequel se trouve la substance ;
λ = longueur d’onde (en nm) de la lumière ;
Le solvant employé est indiqué entre parenthèse.

Le pouvoir rotatoire spécifique


$-&43 , dépend du solvant de la température et de la longueur d’onde
utilisée. Il est généralement tabulé à 20°C pour une longueur d’onde de la raie jaune du sodium de
'U%(1<$+,$6DPLUD

589 nm. Il est exprimé en (°dm Ø1gØ1mL), mais dans la littérature il est souvent donné en (°)
seulement où l’unité (°dm Ø1gØ1mL) devient implicite.

53
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

Quant à l’angle de rotation α appelé pouvoir rotatoire de la molécule, il dépend de la longueur de la


cuve et de la concentration de la substance et peut prendre plusieurs valeurs selon les déviations :
™ Si la déviation est à droite (pour l'observateur), la substance est dextrogyre et le pouvoir rotatoire
est compté positivement, noté : (+) ou d.
Le nom de la molécule sera préfixé par (+)
™ Lorsque la déviation est à gauche, la substance est lévogyre et le pouvoir rotatoire est compté
négativement, noté : (−) ouO.
Le nom de la molécule sera préfixé par (−)

Dans le cas où plusieurs substances optiquement actives, de faibles concentrations, sont dissoutes
dans le même solvant, la loi de Biot est souvent additive et la déviation s’écrit :
-@  2 AB$-&CDE  1E F
E
Et le pouvoir spécifiques du mélange de substances optiquement actives, s’écrira :
$-&CD@  A G6H9  $-&CDE
E
Dans le cas d’un mélange racémique, c'est-à-dire un mélange équimolaire en énantiomères, le
pouvoir rotatoire est nul et le racémique est noté : 6I9
%  JK

Application :
Le jasmonate de méthyl naturel se présente sous la forme d’un mélange de deux isomères (A) et
(B) : 10% de (A) et 90% de (B). Ce mélange a un pouvoir rotatoire spécifique [α] D,m = − 76,5°
dans le méthanol à 20°C.
[α] D,m = X%[α] D,A + Y%[α] D,B
Sachant que (A) et (B) ont des pouvoirs rotatoires spécifiques opposés mais de même grandeur en
valeur absolue. Lequel des deux isomères est lévogyre ?
[α] D,m = X%[α] D,A + Y%[α] D,B < 0 L 6D  DM9B$-&CDN F O  L $-&CDN O 
P$-&CDQ P 
P$-&CDN P
% (B) > % (A) L 6R9
0/
2STUVWX0K

III.2 Chiralité
La chiralité [du grec cheir qui signifie main], d’un objet, désigne sa propriété de ne pas être
superposable à son image dans un miroir plan.
Une substance optiquement active est une substance chirale.
Un objet qui possède un plan ou un centre de symétrie est achiral (non doué de chiralité).

Exemples :
Une main est un objet chiral

.
Une molécule contenant un carbone asymétrique est chirale. C’est une condition suffisante mais
non nécessaire.
&22+
'U%(1<$+,$6DPLUD


+1 &+
+

PROpFXOHFKLUDOH

54
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

Pour qu'une molécule soit chirale, il faut qu'elle n'ait :


¾ ni plan de symétrie ;
¾ ni centre de symétrie.

Exemples de molécules achirales :


plan de symétrie centre de symétrie plan de symétrie

Cl
Cl CH3
H
Cl OH
H Cl H OH Cl
H CH3 Cl

III.3 Chiralité de composés à carbone asymétrique


III.3.1 Cas de composés à un seul carbone asymétrique
3.1.1 Enantiomérie
L’énantiomérie est l’isomérie optique, spécifique des molécules chirales.
Exemple :
O
O

* *

(−) carvone (+) carvone


[α] = − 62,07° [α] = + 62,07°

Ces deux structures ne sont pas superposables, ce sont deux énantiomères optiques.
Un mélange de ces deux énantiomères en quantité équimolaire (50%, 50%) est appelé mélange
racémique [mélange inactif par compensation : 6I9.
Etant des inverses optiques, un des composés déviera la lumière du côté positif [dextrogyre
(+) ou (G)], le second la déviera dans le sens opposé [lévogyre (−) ou (O)]
Par conséquent le pouvoir rotatoire de ce mélange racémique α = 0°.

Remarque :
Il n’y a aucune relation entre la configuration absolue (R,S) d’un composé et son pouvoir rotatoire
spécifique (+), (−).

3.1.2 Relation entre structure et propriétés


Deux énantiomères ont :
• Des formes générales identiques.
• Les mêmes propriétés physiques et chimiques en général, mais un comportement différent vis-à-
vis : de la lumière polarisée ou du phénomène de la reconnaissance en biochimie.
Exemples :
'U%(1<$+,$6DPLUD

La (+)-carvone donne l’odeur au grain de carvi alors que la (−)-carvone donne l’odeur à la
menthe.
Le limonène peut avoir une odeur d’orange et de citron (composés ci-dessous)

55
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

(Z)

* *
(Z)

(R)-limonène (S)-limonène
une odeur d'orange une odeur de citron

Le (S)-naproxène est un important anti-inflammatoire, alors que le (R)-naproxène c’est un


hépatotoxique, il a un pouvoir destructeur des cellules du foie.
H CO2H

* CH3

H3CO

acide (S)-2-(2-méthoxynaphthalen-6-yl)propanoïque

HO2C H

* CH3
H3CO

acide (R)-2-(2-méthoxynaphthalen-6-yl)propanoïque

La (R)-thalidomide est un sédatif anti-nauséeux, alors que la (S)-thalidomide est tératogène c’est
à dire responsable de la malformation fœtale.
O O
HN
O * N

O
2-((R)-2,6-dioxopipéridin-3-yl)isoindoline-1,3-dione

O O
HN
O * N

O
2-((S)-2,6-dioxopipéridin-3-yl)isoindoline-1,3-dione
Comment deux molécules de structures similaires, telles les énantiomères, peuvent-elles
présenter des activités biologiques si différentes ?

Les énantiomères lorsqu’ils sont ingérés par des organismes vivants, peuvent provoquer certaines
réactions biologiques.
Les mécanismes de reconnaissance entre les molécules biologique, tels : (enzyme−substrat),
(récepteur−ligand), (médicament−protéine cible)..., sont effectués selon le mode de stéréospécificité
qui permet de reconnaitre l’un des deux énantiomères et l’activité biologique d’une molécule est
assurée par sa liaison à un des récepteurs qui conduit à la formation du complexe :
'U%(1<$+,$6DPLUD

(molécule−récepteur).
Le récepteur étant généralement une molécule chirale telle la protéine, la liaison ne peut être
assurée si et seulement si la molécule présente une forme complémentaire à celle du site récepteur.
Si le mauvais énantiomère se présente, il ne sera pas reconnu par le site récepteur. C’est ce
phénomène de reconnaissance qui explique la différence des activités biologiques des énantiomères
et notamment leurs propriétés médicinales, bactéricides, fongicides et insecticides, entre autres.

56
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

La figure suivante illustre bien ce phénomène de reconnaissance.

Figure-5 : Représentation schématique du mécanisme de reconnaissance molécule−récepteur.


III.3.2 Cas de composés à un plusieurs carbones asymétriques
3.2.1 Diastéréoisomérie
La notion de diastéréoisomérie s’applique uniquement dans le cas de composés à plusieurs carbones
asymétriques.
Pour 
 on a  stéréoisomères reliés par les relations d’énantiomérie et de diastéréoisomérie.
La relation de diastéréoisomérie est liée à l’inversion de configuration d’un seul C*.
Pour une molécule à deux carbones asymétriques identiques, sur les quatre stéréoisomères attendus,
seulement trois seront retenus :
Un couple d’énantiomère [(R,R) et (S, S)] et une forme méso (R,S).
Par la présence d’un plan de symétrie, la forme méso est dépourvue de toute activité optique par
conséquent elle est achirale.
Cependant, le couple d’énantiomère est optiquement actif.

3.2.2 Relation entre structure et propriétés


Deux diastéréoisomères ont :
• Des formes générales différentes liées à un seul C*distinct.
• Des propriétés physiques et chimiques différentes.
Exemples :
Le stéréoisomère (2R,3R) du 3-aminobutan-2-ol est liquide, alors que son diastéréoisomère
(2R,3S) est un solide cristallisé.
H CH3 H CH3
H
H *
* * *
3 2 3 2
H2N
CH3 OH
CH3 OH NH2
(2R, 3R) (2R, 3S)
liquide solide, Tf = 49°C

L’acide fumarique et maléique de même formule brute mais une disposition spatiale différente.

HOOC COOH
'U%(1<$+,$6DPLUD

HOOC

COOH
acide maléique acide fumarique
(stéréoisomère cis) (stéréoisomère trans)

57
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED


+ 2 2
−δ −δ

2 2 +
2+ 2
2 2+
2+
2 2
2+
acide cis (Tf° faible) acide trans (Tf° forte)
liaison hydrogène intramoléculaire liaison hydrogène intermoléculaire
intéraction moléculaire faible intéraction moléculaire forte

III.4 Chiralité axiale


Certains composés sans carbones asymétriques peuvent être optiquement actifs. Ils peuvent exister
sous deux formes non superposables.

III.4.1 Isomère allénique


Un allène est du type :
A D
C C C
B Y Z ?
>(

[ Z )
E
Toutes ces formes existent sous deux configurations non superposables. Ce type d’allène est
optiquement actif.
Pour déterminer la configuration absolue, dans le cas de la chiralité axiale, on projette la molécule
selon Newman et on applique la convention particulière appelée règle 0.
Règle zéro :
9 Quelques soient leurs natures, les substituants proches de l'observateur précèdent ceux qui sont
derrière.
9 Les deux substituants d’un même carbone sont classés selon la règle séquentielle.

Exemple : 3-chlorohexa-3,4-diène.
Et H H Et
C C
Cl CH3 H3C Cl
4 4
H H

Et Cl Cl Et
2 1 1 2
CH3 CH3
3 3
énantiomère S énantiomère R

III.4.2 Isomérie spiranique


Exemple : 3,9-diméthylspiro [5,5] hexane
H H H H

H3C CH3 H3C CH3


2
H 2
H
4 3 3 4
H CH3
'U%(1<$+,$6DPLUD

H3C H

CH3
CH3
1 énantiomère R 1 énantiomère S

Deux cycles portés par deux plans différents. Aucun élément de symétrie donc non superposables.
Ces molécules spiraniques sont donc des inverses optiques, optiquement actifs.

58
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ
&KDSLWUH,,6WpUpRFKLPLHGHVPROpFXOHVRUJDQLTXHV(67,$QQDED

IV. Récapitulatif des relations isomériques


Deux molécules organiques de formule brute identique ou différente peuvent-être décrites par une
isomérie plane ou spatiale et selon leur disposition, elles peuvent avoir une relation d’isomérie
caractéristique.
L’organigramme suivant est un récapitulatif de l’ensemble des relations d’isoméries entre les
structures de deux composés organiques.

DEUX COMPOSES ORGANIQUES

Même formule brute ? Non Molécules différentes


Oui
Non
ISOMERES Superposables ? Oui Molécules identiques (pas d'isomérie)

Même enchaînment d'atomes ? Oui STEREOISOMERES (même formule semi-développée)


Non
Isomères de constitution (chaîne) Superposables ?
(formule semi-développée différente) Non Oui, aprés rotation autour d'une
liaison σ
Isomères de Isomères de
Même groupement fonctionnel ? configuration conformation
Non Oui
Isomères Isomères Centres asymétriques ? Oui Isomères optiques
de fonction de position
Non
Non Image miroir ? Oui Superposables ? Enantiomères
Non Oui (couple d'érythro;
Isomérie axiale Isomères ou
géométriques Diastéréoisomères Composé méso couple de thréo)
(couple : érythro/thréo) Optiquement inactif
Molécules Non Optiquements actifs
identiques
Image Oui Enantiomères
miroir ? Mélange racémique ?
Mélange racémique ? Oui
Non
Non Oui
Optiquements Optiquements
Optiquements Optiquements actifs inactifs
actifs inactifs

Figure-6 : Schéma des différentes relations d’isoméries entre deux composés organiques.
'U%(1<$+,$6DPLUD

59
9HUVLRQ UHYLVLWpHſ