Vous êtes sur la page 1sur 20

SECTION 2 : Assistance Fiscale

En plus de l’assistance comptable, le bureau comptable assure aussi l’assistance


fiscale.

Cette assistance s’articule principalement autour de la déclaration fiscale mensuelle,


la déclaration d’employeur, la déclaration des acomptes provisionnels, la déclaration
d’impôt sur les sociétés pour la personne morale et la déclaration d’impôt sur le
revenue de personne physique.

1. La déclaration Mensuelle :

Au cours du stage, j’ai participé à l’établissement des déclarations mensuelles de


cabinet.

D’abord j’ai présenté en premier lieu tous les renseignements concernant l’entreprise
telle que la raison sociale, l’adresse, l’activité et la matricule fiscale.

Puis j’ai précisé les taxes que cette société doit les payer tel que la retenue à la source,
la TVA, la TCL, droit de timbre, TFP, FOPROLOS

1
 La retenue à la source :

Selon l’article 52 du code de l’IRPP et l’IS « se sont des prélèvements qui s’opèrent
sue les revenus tels que les honoraires, les commissions, les courtages. Ces
prélèvement sont versés à l’Etat »

La retenue est considérée comme une avance prélevée sur l’impôt sur les revenues ou
l’impôt sur les sociétés pour les personnes qui y sont imposables. Elle est applicable
selon plusieurs taux. Durant notre stage nous n’avons pas eu l’occasion de traiter les
différents types de retenue, nous avons appliqué juste les taux 15% applicables sur
les loyers, 5% au titres des honoraires effectués par des personnes soumises au régime
réel, 1.5% sur les marchés et enfin la retenue a la source sur salaire qui est calculé
selon un barème.

2
Barème de l'impôt sur le revenu

Taux Taux à la limite de la


Tranches
Effectifs tranche supérieure
0 à 1.500 Dinars 0%
de 1.500,001
15% 10,50%
à 5.000 Dinars
de 5.000,001 à 10.000
20% 15,25%
Dinars
de 10.000,001 à
25% 20,12%
20.000 Dinars
de 20.000,001 à
30% 26,05%
50.000 Dinars
Au-delà de
35% -
50.000 Dinars

3
 LA Taxe de Formation Professionnelle :

La TFP est une taxe due par les personnes soumises à l’IR. Elle est liquidé
mensuellement sur la base du montant des traitements ,salaires, avantages en nature et
toutes autres rétributions versées aux salariés durant le mois précédent au taux de 2%
pour les secteurs d’activités à l’exception des entreprises exerçant dans le secteurs
d’industrie manufacturières qui sont soumises a la TFP aux taux de 1%.

4
 FOPROLOS :

La contribution au FOPROLOS est due par tout employeur étatique ou privé exerçant
en Tunisie à l’exception des exploitations agricoles privées.

Cette contribution est fixée à 1% du montant brut des traitements, salaires, avantages
en nature et toutes autres rétributions versées aux salariés durant le mois précédent.

 La TVA :

La TVA est un impôt qui frappe les biens et les services utilisés en Tunisie. En
conséquence elle ne consiste ni à une charge ni à un produit. Elle consiste à une dette
envers l’Etat au titre des sommes facturées par l’entreprise (ventes) et qui devraient
être reversées à l’Etat. On parle dans ce cas d’une TVA collecté, ou à une créance sur
l’Etat au titres des sommes facturées à l’entreprise (achats). On parle dans ce cas
d’une TVA déductible.

La TVA est liquidée à la lumière des opérations réalisées durant le mois. La


différence entre la TVA collecté et la tva déductible peut être positive ou négative :

TVA collectée > la TVA déductible = TVA à payer

TVA collectée < la TVA déductible = TVA à reporter


5
Concernant la TVA, à la fin de chaque mois tous les clients apportent leurs factures
et pour déterminer le montant de la TVA on procède à l’établissement d’un état de
synthèse sur EXCEL. Ce document consiste à calculer la Tva collecté sur les ventes et
la tva déductible sur les achats, pour pouvoir calculer par la suite la différence entre
ces deux montants.

 Le droit de timbre :

C’est un impôt qui s’applique sur les documents, énumérés par la loi, parmi les quels
se trouvent les actes soumis aux droits d’enregistrement, les actes judiciaires, les
papiers d’identité. Généralement les clients de bureau ou j’ai effectué mon stage
payent le droit de timbre qui est fixé sur chaque facture, lettre de change, carte de
recharge de téléphone.
6
Le timbre fiscal est liquidé comme suit : 0.600 DT pour chaque facture.

 La taxe revenante aux collectivités locales « TCL »

C’est la taxe sur les établissements à caractère industriel, professionnel ou commercial


et qui doit être mensuellement déclaré à laquelle sont soumises essentiellement les
personnes morales soumises à l’impôt sur les sociétés; les personnes physiques
soumises à l’impôt sur le revenu au titre des bénéfices industriels et commerciaux et
des bénéfices des professions non commerciales; les groupements d’intérêt
économiques, les associations en participation et les sociétés de personnes exerçant
une activité commerciale ou une profession non commerciale.

La TCL est due aux taux de : 0,2% du chiffre d’affaires brut local.

7
2. La déclaration des acomptes provisionnels :

Les personnes morales et physiques soumises à l’impôt sur les sociétés et l’impôt sur
le revenu et exerçant une activité commerciale et non commerciale sont obligées au
paiement de trois avances au titre de l’impôt appelés « acomptes provisionnels »

Les acomptes provisionnels sont appliqués sur la base de l’impôt de l’année


précédente.

Les acomptes provisionnels sont versés en trois échéances égales s’élèveront chacun à
30% de l’impôt sur le revenu ou l’impôt sur les sociétés, ils sont payables pendant les
25 premiers jours du sixième, neuvième et douzième mois qui suit la date de clôture
d’exercice de chaque année.

En cas ou il y’a report dans la déclaration d’IRPP ou déclaration d’IS, cette somme
doit être déduite de montants des acomptes provisionnels.

8
3. La déclaration de l’employeur :

La déclaration de l’employeur est une obligation fiscale de la vie courante de


l’entreprise.

Il s’agit d’un ensemble de fichiers et de documents récapitulatifs des retenues à la


source effectuées par l’entreprise. Elle doit être déposée annuellement par
l’employeur avant le 28 février de chaque année pour l’exercice précédent. Des
dérogations concernant cette date de dépôt peuvent être accordées exceptionnellement
par l’administration fiscale tunisienne.

La déclaration de l’employeur est obligatoire pour toutes les entreprises quelles que
soient leurs tailles. Elle peut être déposée sous deux formats possibles :

 Un format papier en remplissant les formulaires qui sont disponibles en


téléchargement sur le site du ministère des finances
 Un format numérique, généralement fabriqué à partir des logiciels de gestion

La déclaration de l’employeur se compose de six annexes et d’un tableau


récapitulatif :

 Le tableau récapitulatif doit contenir les totaux des retenues à la source effectuées sur
l’exercice
 L’annexe 1, les traitements, salaires, pensions et rentes viagères payés
 L’annexe 2, les montants servis à des résidents en Tunisie au titre des honoraires,
commissions, courtages, rémunérations payées aux salariés et aux non salariés en
contrepartie d’un travail occasionnel ou accidentel en dehors de leur activité
principale
 L’annexe 3, les revenus des capitaux mobiliers, intérêts des comptes spéciaux
d’épargne et intérêts des prêts
 L’annexe 4, les montants servis à des personnes non résidentes ou non établies en
Tunisie au titre des honoraires, loyers, commissions, courtages, redevances, jetons de
présence, plus-value immobilière, valeurs mobilières à l’exception des parts des
actions et des plus-values provenant de la cession des valeurs mobilières,
 L’annexe 5, les autres montants servis et soumis à la retenue à la source,
 Et l’annexe 6 les ristournes commerciales et non commerciales

9
4. La déclaration d’impôt sur les sociétés :

L’impôt sur le société est appliqué au bénéfice imposable. L’impôt annuel ne peut pas
être inferieur à un montant égal à 0.1% du chiffre d’affaire brut avec un minimum
exigible même en cas de non réalisation de chiffre d’affaire qui est égal à 500 dinars.

Sous réserve de certaines exonérations l’IS est dû par :

 Les sociétés de capitaux et assimilées établies en Tunisie, (sociétés


anonymes, sociétés à responsabilité limitée, coopératives,
établissements publics à caractère industriel ou commercial jouissant
de l'autonomie financière...),

 Les entreprises étrangères non établies en Tunisie à raison de certains


revenus (redevances, intérêts...).

Le bénéfice imposable est déterminé à partir d'une comptabilité régulière et après


déduction de toutes les dépenses et charges professionnelles comme pour les
entreprises individuelles sous réserve de ce qui suit :

 Les provisions pour créances douteuses sont déductibles dans la limite de 100
% du bénéfice imposable jusqu’au 31 décembre 2009 ou d’une manière
indéfinie dans le temps selon le cas, pour les banques, les établissements de
leasing et les sociétés de factoring;

 Les provisions pour dépréciation des actions et des parts sociales sont
déductibles totalement du bénéfice imposable ou dans la limite de 50 %
jusqu’au 31 décembre 2009 selon le cas pour les SICAR;

 Les bénéfices réinvestis au sein de l'entreprise sont déductibles dans les limites
et conditions fixées par la législation régissant les avantages fiscaux;

10
 Les pertes peuvent être reportées sur les bénéfices des quatre exercices
suivants;

 Les amortissements différés sont reportables sans limitation de durée.

Les taux applicables au titre de l’impôt sur les sociétés sont les suivants :

 Taux général : 25 %.

 Taux réduit : 10 % applicable aux entreprises artisanales, agricoles et de


pêche.

 Taux spécifique à certaines entreprises : 35 % (secteurs financiers,


télécommunication, assurance, secteur pétrolier à l’échelle de la production,
du raffinage, du transport et la distribution à l’échelle du gris…).

5. La déclaration d’impôt sur le revenu des personnes physiques :

L'IRPP, est dû par toute personne physique avant sa résidence habituelle en Tunisie.
Les non-résidents sont également soumis à l'impôt sur le revenu à raison de certains
revenus de source tunisienne.

Les catégories de revenus imposables sont :

 Les bénéfices industriels et commerciaux,

 Les bénéfices des professions non commerciales,

 Les bénéfices des exploitations agricoles et de pêche,

 Les traitements, salaires, pensions et rentes viagères,

11
 Les revenus de capitaux mobiliers,

 Les revenus fonciers,

 Les revenus de source étrangère s'ils n'ont pas subi l'impôt dans le pays de la
source.

Le bénéfice net est déterminé à partir d'une comptabilité régulière et après déduction
de toutes les dépenses et charges professionnelles et notamment :

 Les amortissements selon le mode linéaire, accéléré et dégressif,

 Les provisions pour créances douteuses et autres dans certaines limites,

 Les dons et subventions dans la limite de 2 %° du chiffre d'affaires.

Toutefois pour certaines catégories de revenus le bénéfice est déterminé après une
déduction forfaitaire de :

 10 % pour les traitements et salaires,

 25 % pour les pensions et rentes viagères, ce taux est porté à 80% pour les
pensions et rentes viagères provenant de l’étranger sous certaines conditions,

 30 % pour les revenus fonciers et les bénéfices des professions non


commerciales.

Sont déductibles dans certaines limites :

 Les primes afférentes aux contrats d'assurance vie;


12
 Les abattements pour situation et charge de famille (contribuable marié,

enfants à charge, parents à charge);

 La déduction supplémentaire de 1000 dinars pour les salariés payés au SMIG

ou au SMAG;

 Les revenus réinvestis dans la souscription au capital des entreprises dans les

conditions fixées par la législation régissant les avantages fiscaux.

Section 3 :l’assistance sociale

1. la déclaration sociale :

 Définition

La déclaration sociale est une déclaration à la caisse nationale de la sécurité sociale


(CNSS) La caisse nationale de sécurité sociale est une institution d'Etat chargée de
gérer la sécurité sociale en faveur des travailleurs salariés régis par le code de travail.
La CNSS collecte les cotisations déclarées par les employeurs ou les chefs
d'entreprises généralement trimestriellement dans un délai ne dépassant pas le 25 ème
jour du mois qui suit le trimestre imposable.

Les employeurs sont tenus de s'affilier à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale et d'y
déclarer les salariés qu'ils emploient dans un délai n'excédant pas un mois à compter
de la date d'engagement. En cas de défaillance de l'employeur, le salarié a le droit de
demander lui-même son immatriculation.

 Les composants de la déclaration sociale :

Les cotisations à la CNSS sont supportées à la fois par les employeurs et les
employés, ces cotisations sont versées au compte de la CNSS. La CNSS envoie ainsi
le bordereau de versement qui doit contenir de manière lisible les informations
suivantes :
13
 Le numéro d’affiliation de votre entreprise ;
 Son nom ou raison sociale et son adresse ;
 Son activité ;
 Le mois déclaré (régime général) ou le trimestre déclaré (régime agricole) ;
 Le numéro et le nombre de pages remplies ;
 Le numéro d’immatriculation, le nom et prénom de chacun des salariés de
l’entreprise ;
 Le nombre de jours travaillés, dans la limite de 26 jours ouvrables par mois
civil déclaré ;
 Le salaire brut perçu sans limitation de plafond ;
 Le total des salaires déclarés par page ;
 Les montants cumulés ;
 La date, le cachet et la signature de l’entreprise.

14
 Les taux de cotisation :

Cette cotisation regroupe les indemnités journalières de maladie ou de maternité, les


pensions d'invalidité….

15
Cotisations au 1er Janvier 2015 (Régime Général)

Branches A la charge de A la charge du Total


l’employeur salarié

Vieillesse, 7,76 % 4,73 % 12,5 %


invalidité,

survivants

Maladie, maternité 5,08 % 3,16 % 8,24 %

Prestations 2,21 % 0,88 % 3,10 %


familiales

Accidents du entre 0,4 et 4 % - entre 0,4 et 4 %


travail/Maladies

professionnelles

Prévoyance sociale

des travailleurs -

Fonds spécial 1,51 % 0,38 % 1,90 %


d'Etat

TOTAL entre 16,97 et 9,18 % entre 26,15 et


20,57 % 29,75 %

Retraite 6% 3% 9%
complémentaire

16
La cotisation obligatoire du régime accidents du travail et maladies professionnelles
est à la charge de l'employeur uniquement ; elle varie entre 0,4 % et 4 % selon le
secteur d'activité. Elle peut également être modulée en fonction des manquements de
l'employeur aux règles de sécurité, ou de ses efforts de prévention.
Les cotisations de base sont versées sur la totalité du salaire.
Pour la retraite complémentaire, les cotisations sont versées sur la tranche de salaire
dépassant 6 fois le SMIG (servant de base pour le calcul des prestations).
Le salaire mensuel minimum interprofessionnel garanti (SMIG) est depuis le 1er mai
2014 :
 de 319,904 dinars pour 48 heures de travail hebdomadaire (au 28
septembre 2015, 1 dinar vaut 0,45 euro),
 de 274,559 dinars pour 40 heures.
Les cotisations sont versées à la CNSS.

2. Le bulletin de paie :

Selon l'article 141(nouveau) du Code du travail, la délivrance du bulletin de salaire


par l'employeur est obligatoire, sans que le salarié ait à en faire la demande. Sur le
bulletin de salaire, certaines informations doivent apparaître obligatoirement, mais
d'autres éléments sont interdits. Cet article a pour but de nous guider, étape par étape,
dans la réalisation de bulletin de paie.
Etablir une fiche de paie n'est pas toujours évidente. Certaines mentions sont
obligatoires, mais d'autres ne doivent en aucun cas apparaître sur le bulletin de paie.
 Ce qui doit apparaître sur la fiche de paie
Le bulletin de salaire doit comprendre les éléments suivants :
 Le nom et l'adresse de l'employeur ou la raison sociale de l'établissement;
 Le numéro sous lequel l'employeur verse ses cotisations à la Caisse de
Sécurité Sociale ;
 Le nom du salarié et l'emploi occupé par lui ou la qualification professionnelle
telle qu'elle résulte des dispositions légales ou réglementaires, des conventions
collectives, des sentences arbitrales ou des décisions des commissions ainsi
que son numéro d'immatriculation à la caisse de sécurité sociale.
 la période et le nombre des heures ou de journées de travail auxquels
correspond la rémunération versée, en distinguant les périodes payées au taux
normal de celles qui comportent une majoration au titre des heures
supplémentaires, le taux du salaire de base horaire, journalier, hebdomadaire
ou mensuel, ou s'il s'agit de travail à la tâche ou aux pièces, les prix unitaires
de façon et le nombre de pièces confectionnées pour chaque prix ou tous
autres éléments de calcul du salaire correspondant à la nature du travail
accompli.
 L’énumération des indemnités et avantages s'ajoutant au salaire et leurs
montants,
 Le montant de la rémunération brute due au travailleur
17
 la nature et le montant des retenues opérées sur la rémunération brute
 le montant de la rémunération nette perçue effectivement par le travailleur
 la date du paiement de la rémunération

18
Section 4 :l’assistance juridique

L’une des principales taches du comptable est l’assistance juridique. Cette assistance
s’effectue à travers :

 La constitution de société. La société doit être crée légalement sous forme


juridique, soit sous forme d'une personne physique, soit sous forme d'une
personne morale et dans ce cadre on distingue plusieurs types des sociétés, on
cite : Société anonyme ; Société au nom collectif ; Société en commandité
simple ; Société an participation ; Société à responsabilité limité.

La constitution d’une société se déroule comme suit :

 Rédaction des statuts et Textes des annonces légales de la société


conformément à ses caractéristiques
 Ouverture et Libération de compte bancaire indisponible de la société

 Dépôt et retrait de la déclaration d'investissement auprès du Guichet Unique


de l'API
 Enregistrement des statuts et contrats de location
 Immatriculation de la société au bureau contrôle des impôts (identification
fiscale)
 Immatriculation de la société au registre du commerce

 Insertion avis légal de constitution au Journal Officiel de la République


Tunisienne
 Dépôt et retrait d'attestation de suspension TVA (pour société offshore et
totalement exportatrice).

 Rédaction de procès-verbaux d'assemblées ordinaires : approbation des


comptes avec dépôt au Greffe du Tribunal de Commerce
 Rédaction de procès-verbaux d'assemblées extraordinaires avec formalités
auprès des centres de formalités compétents : transfert de siège social,
changement de gérant, extension d'activités, cessions de parts sociales....
 Dissolution et liquidation de la société

Chapitre 3 : Audit et missions spéciales :

19
Section1 : définition d’audit

Sections 2 : La mission d’audit

1- L’équipe intervenante
2- L’étendue de la mission
3- Le déroulement de la mission

Chapitre 4 : Evaluation de stage

20