Vous êtes sur la page 1sur 14

CARACTERISTIQUES DU

COURANT ALTERNATIF

3
SINUSOÏDAL

J’observe et je m’interroge

 Qu'est-ce que l'on désigne par l'écriture


220 V - 50 Hz figurant sur la plaque
signalétique des appareils électriques
fonctionnant avec le courant du secteur ? Fig.1
(Fig.1)
 Pour faire fonctionner les appareils
électriques portant l'indication 110 V,
on doit utiliser un transformateur
portant l'indication 110 V - 220 V. Que
désigne-t-on par ces indications ?
(Fig.2)

Fig.2

PÉRIODE D’UNE TENSION ALTERNATIVE SINUSOÏDALE

J’analyse et j’explique

 Pour une analyse plus approfondie des


tensions alternatives sinusoïdales, je
m'appuie sur le chronogramme de la
page 22 qui m'a permis de dégager ce
que c'est qu'une tension alternative
sinusoïdale (Fig.3).

Fig.3

29
 En observant attentivement la forme
sinusoïdale de la courbe, je constate qu'elle
est formée de petites portions identiques
dont la forme dépend du point Aj(1,2,3)
marquant son début et du point Bj(1,2,3)
marquant sa fin (Fig.4). En plus, quelle que
soit la forme de la portion choisie, la durée
d'évolution de la tension entre Aj et Bj est la
même : Δt1 = Δt2 = Δt3 = 80 s. (Fig.4)
Cette constatation montre que la tension u
reprend au cours du temps la même valeur
algébrique à des intervalles de temps
successifs et égaux à 80 s.
Une telle tension u est une grandeur
physique périodique et la durée Δt = 80 s,
est sa période.

Fig.4

Je conclus

➤ La tension alternative sinusoïdale est une grandeur physique périodique : elle prend la
même valeur algébrique à des intervalles de temps successifs égaux représentant
chacun la période T de cette tension.
➤ Toute tension alternative sinusoïdale produit dans un circuit électrique fermé un courant
alternatif sinusoïdal. Par conséquent, l'intensité de ce courant est une grandeur
alternative sinusoïdale.
Donc, le courant alternatif sinusoïdal est un phénomène périodique.
➤ La période d'un courant alternatif sinusoïdal est elle-même la période de son intensité et
de la tension qui le produit.
➤ La période est une grandeur physique mesurable. Dans le système international, son
unité est la seconde.

30
J’évalue mes propres acquis

Je réalise de nouveau le montage de la


figure 2 de la page 20. En visualisant sur
l'écran de l'oscilloscope la tension u aux
bornes du générateur TBF, j'obtiens
l'oscillogramme de la figure ci-contre.
Je mesure la période T sachant que la
sensibilité horizontale est égale à 0,2 s / div
(c'est-à-dire une division horizontale sur
l'écran représente 0,2 s).

FRÉQUENCE D'UN COURANT ALTERNATIF SINUSOÏDAL

J’analyse et j’explique

 Je reprends le montage que je viens de réaliser et, en agissant sur le bouton adéquat du
générateur TBF, je fais diminuer de manière continue la valeur de la période T de la
tension d'alimentation. Simultanément, je suis l'évolution de l'oscillogramme jusqu'à ce que
la valeur de la période T devienne égale à 0,5 s.

Remarque
Pour obtenir un oscillogramme net et stable, je
n'oublie pas de régler le balayage horizontal à
l'aide du bouton 2 de l'oscilloscope.

 En prenant pour une sinusoïde, la portion de


courbe sinusoïdale sur une période, je
constate que sur une seconde, il y en a deux
(Fig.5). Autrement dit, la tension de période
T = 0,5 s se reproduit identique à elle-même
deux fois par seconde : on dit que cette Fig.5
tension sinusoïdale u a une fréquence notée N et égale à deux répétitions par seconde.

 Quelle relation y a-t-il entre la fréquence N et la période T ?


La durée d'une répétition est T. Par conséquent, la fréquence qui n'est autre que le nombre
de répétitions en une seconde est N = 1/T.

31
Je conclus

➤ En plus de la période, le courant électrique alternatif sinusoïdal est caractérisé par une
fréquence. Celle-ci est le nombre d'évolutions successives et identiques en une
seconde.
➤ La fréquence est notée généralement N.
➤ La fréquence d'un courant alternatif sinusoïdal est elle-même la fréquence de son
intensité et de la tension qui le produit.
La fréquence est une grandeur physique mesurable. Dans le système international, elle
s'exprime en hertz. Le symbole de l'hertz est Hz.
L'hertz a des multiples ; on en cite :
- le kilohertz (kHz) : 1kHz = 103 Hz.
- le mégahertz (MHz) : 1 MHz = 106 Hz.
- le gigahertz (GHz) : 1 GHz = 109 Hz.
➤ La fréquence N d'un courant alternatif sinusoïdal est liée à sa période T par la relation :
N= 1
T

J’évalue mes propres acquis

Le chronogramme de la figure 6 représente


l'évolution de la tension du secteur au cours
du temps.
En m'y appuyant, je détermine la fréquence
N du courant du secteur.
Fig.6

VALEUR MAXIMALE D’UNE TENSION ALTERNATIVE SINUSOÏDALE

Je manipule et je constate

 Je me procure le matériel suivant :


 un générateur de tension alternative sinusoïdale portant l'indication 12 V,
 un oscilloscope,
 un interrupteur,
 des fils de connexion.
 En reliant les bornes du générateur à l'une des entrées de l'oscilloscope, j'obtiens un
chronogramme sinusoïdal dont les sommets des crêtes et les fonds des creux sont
symétriques par rapport à l'axe des temps (Fig.7a).

32
Cela signifie que la tension u varie, au cours du temps, entre deux valeurs opposées
u1 = + 17 V et u2 = - 17 V.
La valeur maximale u1 est notée Um, tandis que la valeur minimale u2 est notée (- Um).

Fig.7a Fig.7b

Conseil pratique
Pour mesurer la valeur maximale Um d'une tension sinusoïdale u avec plus de précision, je
supprime le balayage. Ainsi, j'obtiens un spot rectiligne vertical (Fig.7b) de longueur L
représentant 2.Um.

Je conclus

➤ Lors de son évolution au cours du temps, une tension alternative sinusoïdale varie de
manière continue entre une valeur maximale Um et une valeur minimale opposée à la
première (- Um).
- Um ≤ u ≤ + Um

➤ Un oscilloscope permet de mesurer, en plus de la période, la valeur maximale d'une


tension alternative sinusoïdale.

J’évalue mes propres acquis

Je reprends le montage de l'expérience précédente mais avec un générateur de tension


alternative sinusoïdale portant l'indication 6 V. En supprimant le balayage, j'obtiens un spot
rectiligne vertical étalé sur 3,4 divisions.
Sachant que la sensibilité verticale de l'oscilloscope est fixée à 5 V/div, je vérifie que la valeur
maximale U'm vaut 8,5 V.

33
VALEUR EFFICACE D’UNE TENSION ALTERNATIVE SINUSOÏDALE

Je manipule et je constate

 Je me procure le matériel suivant :


 un générateur de tension alternative
sinusoïdale portant l'indication 6 V - 12 V,
 un générateur de tension continue 12 V,
 un générateur de tension continue 6 V,
 une lampe électrique (12 V),
 un voltmètre,
 un interrupteur,
 des fils de connexion.
 Je réalise le circuit schématisé à la figure 8
en utilisant le générateur de tension Fig.8
alternative sinusoïdale portant l'indication 6 V - 12 V et j'y choisis l'alimentation mentionnée
12 V. Lorsque je ferme le circuit, la lampe s'allume et le voltmètre indique une tension
constante U = 12 V.
 Je refais la même expérience tout en remplaçant le générateur de tension sinusoïdale par
le générateur de tension continue (12 V). La lampe s'allume alors avec le même éclat et le
voltmètre indique aussi une tension constante de valeur U = 12 V.
 Je réalise la même expérience en utilisant de nouveau le générateur de tension
sinusoïdale mais en choisissant l'alimentation mentionnée 6 V. La lampe ne brille pas avec
son filament qui devient à peine rouge (résultat prévisible évidemment) et le voltmètre affiche
une tension constante U' = 6 V.
 Lorsque je remplace le générateur de tension sinusoïdale (6 V) par celui délivrant entre
ses bornes une tension constante 6 V, la lampe ne brille toujours pas avec son filament qui
devient rouge avec la même intensité que précédemment et le voltmètre indique la même
valeur constante 6 V.
 En me rappelant que les valeurs maximales des tensions sinusoïdales délivrées par les
générateurs portant les indications (12 V) et (6 V) sont respectivement
U U’m
Um = 17 V et U'm = 8,5 V, je calcule les rapports m et et je compare les résultats
U U’
trouvés avec la valeur décimale de 2 .

34
Je conclus

➤ Toute tension alternative sinusoïdale est caractérisée par une grandeur appelée tension
efficace. Celle-ci est une tension constante de valeur égale à celle de la tension continue
qui donne à une lampe, le même éclat que celui obtenu avec cette tension alternative
sinusoïdale.
➤ La valeur efficace d'une tension alternative sinusoïdale est mesurable avec un voltmètre.
La valeur efficace U et la valeur maximale Um d'une tension alternative sinusoïdale sont
➤ telles que : Um = U 2 .

J’évalue mes propres acquis

La courbe de la figure 9 représente


l'évolution de la tension du secteur au cours
du temps.
1. A l'aide de la courbe, je précise la
valeur maximale Um de la tension du
secteur.
2. Je calcule sa valeur efficace U.
Fig.9

VALEUR EFFICACE DE L’INTENSITÉ DU COURANT ALTERNATIF SINUSOÏDAL

Je manipule et je constate
 Je me procure le matériel suivant :
 un générateur de tension alternative
sinusoïdale de valeur efficace U = 12 V,
 un générateur de tension continue 12 V,
 un générateur de tension continue 6 V,
 une lampe électrique (12 V),
 un ampèremètre,
 un interrupteur,
 des fils de connexion.
 Je réalise le circuit électrique schématisé Fig.10
à la figure 10 tout en utilisant le générateur de tension alternative sinusoïdale. En fermant le
circuit, la lampe s'allume et l'ampèremètre indique une intensité de valeur constante I.
 Je refais la même expérience tout en remplaçant le générateur de tension sinusoïdale par
le générateur de tension continue 12 V. La lampe s'allume alors avec le même éclat et
l'ampèremètre indique la même intensité constante I. On dit que cette valeur I est l'intensité
efficace du courant alternatif sinusoïdal.

35
Je conclus

➤ L'intensité efficace est une autre grandeur caractérisant le courant alternatif sinusoïdal.
Sa valeur est égale à celle de l'intensité du courant continu qui donne à une lampe, un
éclat de même intensité que celui obtenu par ce courant alternatif sinusoïdal.
➤ L'intensité efficace d'un courant alternatif sinusoïdal est mesurable avec un
ampèremètre.
➤ La valeur efficace I et la valeur maximale Im de l'intensité d'un courant alternatif
sinusoïdal sont telles que : Im = I 2 .

J’évalue mes propres acquis


Je dispose d'une lampe dont le fonctionnement normal est obtenu avec un courant continu
d'intensité égale à 0,5 A.
1. Est-il possible d'allumer la lampe avec un courant alternatif sinusoïdal ?
2. Dans l'affirmative, quelle est la valeur que doit avoir l'intensité efficace de ce courant
alternatif ?

Résumé

 Le courant alternatif sinusoïdal est un courant périodique. Cette périodicité se manifeste


dans l'évolution de son intensité i ainsi que dans celle de la tension u à laquelle il est dû.
 La période T d'un courant alternatif sinusoïdal est la durée de la plus petite évolution de
la tension u ou de l'intensité i qui se répète identique à elle-même au cours du temps, alors
que la fréquence N est le nombre d'évolutions identiques répétées en une seconde.
1
N =
T
 L'oscilloscope est un appareil pratique à la visualisation des chronogrammes des
tensions électriques alternatives dont l'ordre de grandeur de leur fréquence rend le suivi
direct de leur évolution au cours du temps impossible.
 En plus de leur périodicité temporelle, l'intensité d'un courant alternatif sinusoïdal ainsi
que la tension dont il est issu sont caractérisées par des valeurs maximales et des valeurs
efficaces vérifiant :
Um = U 2 ; Im = I 2

 La tension efficace U et l'intensité efficace I sont deux grandeurs respectivement égales


à la valeur de la tension continue U et à celle de l'intensité I du courant continu qui donnent
à une lampe la même luminosité.
 En courant alternatif sinusoïdal, le voltmètre et l'ampèremètre ne mesurent que les
grandeurs efficaces (tension efficace et intensité efficace).
 Dans notre pays, la tension du secteur est une tension alternative sinusoïdale de
fréquence N = 50 Hz et de valeur efficace U = 220 V.

36
JE COMPTE SUR MOI-MÊME

Je m’entraîne à résoudre des problèmes


Exercice n° 1
Recopier les phrases suivantes en remplaçant les pointillés par le terme qui convient parmi les
termes suivants : oscilloscope - demi-période - période - l'ampèremètre - efficace - intensité -
tension - courant - évoluant - sens.
 Après chaque……………… , le………………. alternatif sinusoïdal reprend la même
…………………. en………………… dans le même sens.
 Après chaque ………………….., le ……………… alternatif sinusoïdal change de
………………. , tandis que son ………………….. reprend la même valeur en évoluant dans
le même …………….. après chaque période.
 Lorsqu'il s'agit d'une ……………. alternative sinusoïdale, on utilise le voltmètre pour
mesurer sa valeur ……………… et………………… pour mesurer sa valeur maximale.
 Lorsqu'il s'agit d'un …………….. alternatif sinusoïdal, …………………. n’est utilisé que pour
mesurer la valeur ……………. de l'intensité.
Exercice n°2
Compléter le tableau suivant par ce qui convient en grandeurs physiques, en unités de
mesure correspondantes et en symboles de ces unités de mesure.
Tension
Grandeur physique Période Intensité maximale de courant
efficace
Unité de mesure Hertz
Symbole de l'unité
de mesure
Exercice n°3
1. Préciser dans ce qui suit, les propositions justes :
 La tension alternative ne peut être que positive ou négative.
 On mesure la valeur maximale d'une tension sinusoïdale à l'aide d'un
voltmètre et sa valeur efficace à l'aide d'un oscilloscope.
 La valeur maximale d'une tension alternative sinusoïdale est supérieure à sa
valeur efficace.
 L'unité de mesure de la tension est le volt et l'unité de mesure de la période est l'Hertz.
 La valeur d'une tension alternative varie au cours du temps.
2. Le schéma de la figure ci-contre représente l'oscillogramme d'une tension
électrique. On en déduit que cette tension est :
 variable sinusoïdale.
 continue.
 alternative non sinusoïdale.

37
3. Le schéma de la figure ci-contre représente l'oscillogramme d'une tension électrique.
Sachant que les sensibilités horizontale et verticale de l'oscilloscope sont fixées
respectivement aux valeurs 4 ms/div et 2 V/div, on a :

 Um = 6,5 mV ; T = 15 ms ; N = 66,7 Hz.

 Um = 13 V ; T = 15 ms ; N = 15 Hz.

 Um = 6,5 V ; T = 15 ms ; N = 66,7 Hz.

 Um = 6,5 V ; T = 7,5 ms ; N = 133 Hz.

Exercice n°4
La courbe schématisée à la figure ci-contre représente l'évolution de l'intensité i d'un
courant en fonction du temps t.
Choisir parmi les propositions figurant entre
parenthèses, la réponse juste :
1. Le courant utilisé est un courant
(continu/sinusoïdal)
2. La valeur Y représente la valeur
(efficace/maximale) de l'intensité du
courant.
3. La valeur X représente la valeur de la (période/fréquence) du courant électrique.

Exercice n°5
Les quatre oscillogrammes de tensions de
la figure ci-contre sont obtenues avec les
mêmes sensibilités horizontale et verticale
de l'oscilloscope.
1. Montrer que les tensions étudiées
sont alternatives sinusoïdales.
2. Préciser les oscillogrammes des
tensions ayant la plus grande et la
plus petite valeur maximale.
3. Préciser les oscillogrammes des
tensions ayant la plus grande et la
plus petite période.
4. Préciser les oscillogrammes des
tensions ayant la plus grande et la
plus petite fréquence.

38
Exercice n°6
Le tableau suivant renseigne sur l'évolution, au cours du temps, de la tension u aux
bornes d'un générateur.
t(ms) 0 2 4 6 8 10 12 14 16 18 20 22
u(V) 0 -6 - 10,4 - 12 - 10,4 -6 0 6 10,4 12 10,4 0

1. Tracer la courbe traduisant l'évolution de la tension u en fonction du temps t.


Echelle : 1 cm 2 ms sur l'axe des abscisses et 1 cm 2 V sur l'axe des
ordonnées.
2. La tension u, est-elle variable et alternative ?
3. Déterminer la période de la tension u. En déduire sa fréquence N.
Exercice n°7
La tension du secteur fournie par la STEG est une tension alternative sinusoïdale de
valeur efficace U = 220 V et de fréquence N = 50 Hz.
1. Calculer la période T de la tension du secteur.
2. Tracer, sur deux périodes, le chronogramme de la tension du secteur.
Echelle : 2 cm 10 ms sur l'axe des abscisses et 1 cm 100 V sur l'axe des
ordonnées.
3. Déterminer graphiquement, le nombre de fois où la tension s'annule pendant une
seconde.
4. Expliquer pourquoi une lampe branchée aux bornes d'une prise de courant brille
sans clignoter.

Exercice n°8
On considère le montage schématisé à la figure ci-contre et
qui est formé de :
- un générateur électrique,
- deux diodes LED (D1) et (D2),
- deux résistors pour protéger les diodes LED,
- un voltmètre branché aux bornes du générateur.
La courbe ci-dessous représente le chronogramme de la
tension aux bornes du générateur u = f(t).

39
Reproduire le tableau suivant et le compléter en indiquant dans chaque case si la diode
(D1) ou (D2) brille ou non.

t [0 ; 4 s] [4 ; 8 s] [8 ; 12 s]

(D1)

(D2)

Exercice n°9
La figure 1 représente l'oscillogramme d'une tension alternative sinusoïdale maintenue
aux bornes d'un générateur et la figure 2 montre les boutons de réglage des sensibilités
horizontale et verticale de l'oscilloscope.

Fig.1 : Oscillogramme de la tension u

Fig.2 : Boutons de réglage de l'oscilloscope

1. Lequel des boutons de la figure 2, permet de mesurer graphiquement la valeur


maximale d'une tension sinusoïdale. En déduire la valeur maximale de la tension u de
la figure 1.
2. Déterminer la valeur de la période T de la tension u. En déduire sa fréquence N.
3. Quelle est la valeur de tension mesurée par un voltmètre numérique ?

40
Exercice n°10
La figure ci-dessous représente la façade avant d'un oscilloscope dont l'entrée A est
reliée aux bornes d'un générateur. Avec des réglages adéquats, apparaît sur son écran
cet oscillogramme sinusoïdal :

1.Le générateur utilisé est-il un générateur de tension variable ou de tension continue ?


justifier la réponse.
2. Rappeler les caractéristiques de la tension visualisée.
3. Donner la valeur de la sensibilité horizontale utilisée ainsi que celle de la sensibilité
verticale.
4. - Préciser le nombre de divisions représentant la période et celui représentant la
valeur maximale de la tension visualisée.
- Calculer alors les valeurs de la tension maximale et de la période.
5. Déterminer la valeur de la fréquence de la tension étudiée.
6. Déterminer la valeur de la tension efficace. Quel est l'appareil permettant de mesurer
directement cette valeur ?

41
J’étudie un document scientifique

Les tensions alternatives en médecine


La contraction des muscles et des nerfs ainsi que toute autre activité biologique sont
accompagnées de variations de tension électrique. L'étude de telles variations de tension
permet de collecter des données et des informations pertinentes sur le fonctionnement des
différents organes de l'être humain, surtout le cœur et le cerveau.
Afin d'enregistrer les battements du cœur par exemple d'un patient, on fixe des électrodes
sur la peau (sur la poitrine, les bras et les jambes) par application locale d'une colle
conductrice et on les relie à un appareil sensible, muni d'un écran ou d'un enregistreur
mécanique. Ainsi, on obtient un électrocardiogramme (Fig.1), courbe représentant les
battements du cœur, où la petite crête A traduit le mouvement de l'oreillette et la partie BCDE
illustre celui du ventricule (Fig.2).

oreillette oreillette
gauche droite

ventricule
ventricule
droit
gauche

Fig.1 : Electrocardiogramme d'un homme adulte Fig.2 : Schéma d'une coupe faciale du cœur

La forme de l'électrocardiogramme dépend du rythme de battement du cœur (ou pouls),


c'est-à-dire la fréquence des pulsations NC (nombre de pulsations du cœur par minute) qui
varie selon l'âge, l'activité musculaire et l'état psychologique de l'être humain. En fait, la
fréquence NC augmente avec la concentration de quelques ions comme les ions calcium,
potassium et sodium dans le sang du cœur ; la fréquence NC augmente aussi avec toute
élévation de température du corps due à une activité musculaire ou à une fièvre, comme elle
augmente avec toute élévation de température du milieu environnant. Cependant, la même
fréquence diminue avec l'âge : elle varie entre 140 et 160 pulsations/min chez le fœtus et
atteint les 70 pulsations/min chez l'adulte âgé de 45 ans. De même, le rythme cardiaque
dépend du genre. Il varie entre 64 et 72 pulsations/min chez l'homme adulte et entre 72 et 80
pulsations/min chez la femme de même âge.
Questions
1. Montre que la tension de la figure 1 est une tension alternative non sinusoïdale.
2. Déterminer à l'aide de l'électrocardiogramme de la figure 1, la fréquence N C des
pulsations cardiaques en Hz et la convertir en pulsations/minute.
3. Préciser graphiquement la valeur maximale de la tension correspondant au
battement du cœur.
4. Calculer la valeur de ton pouls NC à la suite d'un effort physique et vérifier qu'on la
retrouve avec la formule : (NC = 220 - ton âge) en nombre d'années.

42