Vous êtes sur la page 1sur 2

L’enseignement de langues étrangères a évolué au cours des années.

Au
début le processus d’enseignement-apprentissage se concentrait sur
l’acquisition de la compétence linguistique de la langue, où l’objectif principal
était seulement éducatif. De nos jours, ce processus tente d’enseigner aux
apprenants à se communiquer avec l’autre dans un contexte réel, en utilisant
différentes stratégies allant vers une compétence interculturelle.

D’abord, l’enseignement de langues étrangères suivait une approche


traditionnelle qui était focalisée sur l’acquisition de la grammaire mais non sur la
communication. Grace à la massive évolution du monde au niveau
technologique, culturelle et sociale, il est apparu d’apprendre à se communiquer
avec l’autre car comprendre la diversité n’a plus suffi. Avec l’arrivé de cette
évolution, de nouveaux défis ont été soulevées, par exemple, la
méconnaissance de l’autre, la xénophobie, la peur de perdre l’identité culturelle
et les représentations ou conceptions sur les différentes cultures.

Cependant, le rôle de l’enseignant de langues étrangères est de guider


l’apprenant dans l’inconnu en reliant les nouvelles situations avec situations de
leur vie quotidienne, et en tenant compte que les représentations des
apprenants sur la langue ce sont une partie essentiels à l’heure d’acquérir une
compétence interculturelle. De la même façon, une éducation interculturelle
permettra aux apprenants de développer une pensée réflexive et une prise de
conscience car ils auront un aperçu de la vie culturelle et sociale de l’autre.

Par ailleurs, l’enseignant doit connaitre le rôle de la langue maternelle dans la


salle de classe car il est incontournable. La langue maternelle est essentielle à
l’heure d’enseigner la compétence linguistique, pour résoudre des doutes et
pour expliquer de connotations inconnues, mais aussi il faut l’utiliser pour relier
la culture des apprenants avec la culture qu’ils sont en train de connaitre afin
d’accélérer leur processus mentaux.

D’autre part, pour adopter la compétence interculturelle dans une salle de


classe du FLE, il y a quelques facteurs qui ne favorisent pas l’enseignement et
l’apprentissage d’une langue étrangère, par exemple, le nombre d’heure de
contact directe avec la langue étrangère, le manque d’environnement, car il n’y
a pas d’espace où les apprenants peuvent agir et se communiquer en langue
étrangère dans leur vie quotidienne, et finalement, le nombre d’apprenants par
classe, car s’il y a plusieurs apprenants dans une classe il ne sera pas focalisé
sur chaque apprenant mais sur le groupe en général.

Concernant les stratégies, il y a certaines caractéristiques que les enseignants


doivent tenir en compte au moment de choisir les documents plus propices pour
adopter l’approche interculturelle dans la salle de classe. Premièrement, choisir
des sujets permettant de créer un lien avec la culture des apprenants,
deuxièmement, reprendre et approfondir les sujets à différents moments pour
bien les aborder. Dans un dernier lieu, il faut implémenter des documents
authentiques afin de prouver les apprenants dans une situation réelle dans
différents champs comme l’histoire, l’art et l’économie tenant compte la langue
étrangère.