Vous êtes sur la page 1sur 10

crédit bail

Fiscalité Automobile

Qu’est ce le crédit bail ?


Avant de dire ce qu’est le crédit bail, il est important, pour que tout le monde
parle le même langage, de préciser qu’il faut faire la distinction entre crédit bail qui
est surtout utilisé par les entreprises pour des véhicules utilitaires et
location avec option d’achat (LOA) qui s’emploie pour des entreprises et particuliers
pour des véhicules de tourisme et utilitaires.

Concernant la LOA, on trouve également sur le marché la LPV qui est la location
avec promesse de vente. C’est exactement la même chose mais énoncé
différemment. Le terme leasing se trouve aussi mais il est quant à lui, plus employé
dans le domaine du langage courant. A ne pas confondre avec de la location longue
durée

Cela énoncé, c’est un mode de financement qui permet à une banque ou à un


organisme financier d’acheter pour le compte de son client qui lui en a fait la
demande, un véhicule, en vue de lui louer pour une durée déterminée,
moyennant le paiement de loyers.

L’entreprise devient donc locataire pour une durée définie à l’avance au terme de
laquelle elle pourra opter pour trois possibilités :

– Solder la valeur de rachat contractuelle et en devenir propriétaire


– restituer le véhicule chez le concessionnaire
– reconduire la location pour une nouvelle durée.

Les loyers sont calculés de manière linéaires mais les loyers peuvent également
être dégressifs voire progressifs sous certaines conditions.

Le paiement de l’automobile est versé au vendeur à la livraison par la banque ou par


l’organisme financier qui en devient le propriétaire bailleur. La location commence le
jour de la livraison du bien par le paiement du premier loyer.

On dit alors que c’est une location « terme à échoir », c’est-à-dire d’avance ou en
début de période.
A propos du crédit bail ou LOA
1. Rappel de certains principes
2. La structure
3. Apport ou pas d’apport
4. Durée et frais de dossier
5. Mode de remboursement
6. La TVA
7. Taux
8. Fin de location
9. Pavé financier
10. Conseils
11. Avantages et inconvénients

1) Rappel de certains principes

Dans la pratique, l’entreprise locataire négocie le prix, choisit le modèle et sa couleur,


assure et utilise, en bon père de famille, le véhicule objet du contrat de crédit
bail ou de location avec option d’achat souscrit auprès du propriétaire bailleur qu’est
la banque ou l’organisme financier.

Le client, en fait, signe lui-même le bon de commande auprès du concessionnaire, en


indiquant que le moyen de paiement est un crédit bail ou une LOA.

Cette transaction financière se décompose traditionnellement comme suit :

– un premier loyer avec ou sans apport correspondant au 1er mois de location


– suivi de X loyers plus ou moins identiques (voir plus loin)
– se terminant par une valeur de rachat déterminée à la signature du contrat

2) La structure
La location démarre donc le jour de la livraison du véhicule pour une durée
fixée en accord avec le locataire (Minimum 12 mois, maximum 72 mois), les loyers
suivants sont prélevés sur le compte bancaire du locataire et en fin de bail ou de
location, une valeur de rachat finale est prévue.

Le locataire peut racheter son contrat de LOA à partir du 13ème mois en


réglant la valeur de rachat intermédiaire et ce tous les mois jusqu’au terme du
contrat.

Toutefois, en matière de crédit bail, le locataire ne peut pas solder son contrat avant
son terme, sauf accord du bailleur. C’est la seule différence avec la LOA.

Si la Location avec option d’achat est réalisée pour un particulier dans un cadre non
professionnel, la réforme du crédit à la consommation initiée par la loi Lagarde
s’applique. Cette réforme a trois objectifs :

Améliorer l’information aux emprunteurs


Renforcer la protection des consommateurs
Rendre le crédit plus « responsable »
Dans la pratique, l’information aux « entreprises » reste identique à celle des
particuliers car les professionnels de la vente automobiles qui proposent également
des locations avec option d’achat ou crédit bail sur leurs lieux de vente, n’ont pas
deux affichages.

3) Apport ou pas d’apport


Nous avons vu plus haut que pour prendre livraison du véhicule, le locataire doit
verser un apport. Cet apport est constitué du premier loyer et/ou d’un dépôt de
garantie.

Si le locataire est un particulier :

Le premier loyer est compris entre 0% et 35% maximum.


Le dépôt de garantie peut être de 0% à 15% maximum.

L’apport total qui est la somme des deux sera de 0% à 50% maximum.

Si le client est un professionnel louant dans le cadre de son activité :

Le premier loyer est compris entre 0 et 25% maximum.


Le dépôt de garantie est à proscrire

Pourquoi une entreprise doit s’interdire de verser un dépôt de


garantie dans un dossier de crédit bail ou de location avec
option d’achat ?
Un dépôt de garantie n’est pas considéré comme une charge et doit donc s’inscrire
dans le compte « Autres immobilisations financières » de l’Actif du bilan et ce
pendant toute la durée de sa location.

N’étant pas une charge comme peut l’être le loyer, le locataire ne bénéficiera pas
d’une réduction d’impôt.

C’est pour cette raison qu’il est préférable d’éviter le dépôt de garantie dans ce type
de contrat pour un professionnel.

4) Durée et frais de dossier


Il faut distinguer encore une fois les particuliers et les professionnels.

Pour le particulier :

– les durées s’étagent de 24, 36, 48, 60 et 72 mois


Pour les entreprises :

– les durées vont de 36 mois à 72 mois.

Mais pour des raisons d’optimisation fiscale, il est intéressant de construire des
durées en fonction de l’utilisation du locataire. Notre outil « Simulateur fiscal » vous
apportera toute notre expertise pour optimiser votre location.

Exemple de tableau des valeurs de rachat intermédiaires :

Prix de vente TTC : 20 000 € 1er Loyer : 2 000 € Loyers suivants : 47 X 425.62 €
VR Finale : 2 000 €

fig: Credit-bail-100
Credit bail automobile

Ce tableau est donné à titre indicatif, certains établissements peuvent y ajouter des
frais de dossier et des frais de pénalités de sortie.

Il est possible d’interrompre le contrat à tout moment, grâce au tableau des valeurs
de rachat intermédiaires fourni par le bailleur. Certains organismes ne donnent pas
la possibilité aux locataires de l’interrompre avant une période de 12 mois.

Dans cet exemple, au terme de la location, le locataire devra solder son dossier en
s’acquittant de la valeur de rachat finale de 2000 €. Soyez vigilants à la valeur nette
comptable lors de la revente de votre véhicule. Il est important de connaitre quelques
règles comptables automobiles

Les frais de dossier


La plupart des établissements bancaires ou organismes financiers facturent des frais
de dossier. C’est un moyen pour eux de retrouver de la marge. Tous ces frais annexes
sont négociables. Votre capacité à faire baisser ou supprimer le frais de
dossier est fonction, souvent, de votre degré de dépendance du banquier ou de
l’organisme financier.

Mais attention, si vous arrivez à négocier les frais de dossier, et bien qu’il n’y a pas de
taux financier exprimé dans une location, il ne faut pas perdre de vue le
niveau du coût total de la location. C’est quand même ce coût total qui vous
permettra de comparer et de choisir celle correspondant le plus à vos attentes.

Le coût total est toujours exprimé en pourcentage sur une base initiale de 100.

5) La T.V.A.
Au contraire d’un remboursement d’un crédit, les loyers de la location comportent de
la TVA au taux de 20,00%.

Mais attention, cette TVA n’est pas récupérable sur les loyers pour un crédit bail ou
une LOA portant sur un véhicule de tourisme.

Les loyers sont passés en frais généraux mais dans la limite d‘un plafond
amortissable qui est fonction du degré de pollution du véhicule. Ce sujet est
développé dans la rubrique « Réintégration fiscale » de notre paragraphe «
Comptabilités ».

6) LE MODE DE REMBOURSEMENT
Sur le marché, la plupart des crédits bail ou LOA sont exprimés en mensuels.

Ce mode de remboursement est plus adapté à un client particulier mais l’entreprise


aura accès à des modes trimestriels voire semestriels mais cela devient du domaine
très exceptionnel.

7) Taux
Nous avons vu plus haut qu’il n’y a pas de taux financier car il n’y a pas de prêt
d’argent.

Donc, pour comparer plusieurs offres ensemble, le seul élément qu’il vous faudra
vérifier est le coût total.

8) Fin de location
Au terme du contrat de location, le locataire a plusieurs choix qui peuvent
s’offrir à lui :

1. soit il règle la valeur de rachat finale fixée en début de location


2. soit il restitue le véhicule auprès du concessionnaire vendeur
3. soit il poursuit la location, en accord avec le bailleur, sur une durée
déterminée.

Que se passe t-il selon le choix du locataire ?

Choix 1 :
Le client devient, par son règlement, le nouveau propriétaire du véhicule
et le bailleur lui établit la facture de vente et le certificat de cession ou l’accusé de
changement de titulaire de carte grise.

Choix 2 :

La restitution doit se faire auprès du concessionnaire vendeur qui en fera une


expertise. En effet, comme il est dit dans le contrat de location que le locataire
assure et utilise le véhicule en bon père de famille, il se doit de restituer, puisque c’est
son choix, le véhicule dans un état conforme à l’état standard de la norme argus.

Choix 3 :
Ce cas reste rare dans la pratique.

Il nécessite l’accord et une tarification différente de la part du bailleur. La durée


complémentaire de la nouvelle location dépasse rarement les 2 ans.

Un nouveau contrat de location est bien sûr établi entre les deux parties.

9) PAVE FINANCIER
Le pavé financier reprend tous les éléments du crédit bail ou de la LOA et permet
de comparer le coût total des différentes offres.

Exemple de pavé financier

fig: Credit-bail-101
Tous les montants du pavé financier (loyers, assurances, coût total) sont exprimés en
pourcentage du prix de vente.

10) CONSEILS
Pour comprendre ce qu’il va se passer au terme du contrat, il nous faut revenir en
arrière et vous expliquer ce qu’il se passe lorsque le client est propriétaire de son
bien.

Reprenons le même exemple de véhicule que plus haut.

Le client est propriétaire de son véhicule et qu’importe le fait qu’il le soit au


comptant ou par l’intermédiaire d’un crédit, il va devoir amortir son bien et nous
vous donnons l’exemple sur un amortissement de 4 ans.

fig: Credit-bail-102
Ce profit exceptionnel va devoir supporter l’impôt car il vient augmenter le résultat
de l’entreprise.

Est-ce le même principe maintenant avec le crédit bail ou la LOA ?

Le calcul du profit exceptionnel se fait entre la valeur de revente (7 500 €) et le solde


du dossier de location (250 €). Dans cet exemple, à peu près le même montant qu’en
pleine propriété.

Afin d’éviter à l’entreprise de supporter un impôt supplémentaire, il existe plusieurs


façons de l’éviter, de manière tout à fait légale.

Comment ?

En jouant sur l’apport, sur la durée du crédit bail et surtout sur la valeur de
rachat. En effet, il est nécessaire d’avoir une valeur de rachat proche de la valeur de
revente du bien, à un instant T, pour éviter le déclenchement de cet impôt
exceptionnel.

Il existe sur le marché des établissements financiers spécialisés qui savent répondre à
cette demande d’entreprise.

CREDIT BAIL DEGRESSIF ET CREDIT BAIL PROGRESSIF


Grâce à cette souplesse de montage financier, différentes possibilités sont proposées,
à savoir le crédit bail progressif, des petits loyers au début et des plus gros
après.

Cette solution s’accompagne forcément d’un apport important. Certains chefs


d’entreprise financent leur voiture de sport de cette manière. Ils prennent des
dividendes en fin d’année, mettent cette somme en apport, ils payent des loyers de
300 à 500 € par mois sur deux ans et au bout de cette première période alors les
loyers vont augmenter, ils vendent leur véhicule et soldent le financement avec le
prix de revente !!

Vous avez également la possibilité de réaliser un crédit bail dégressif.

Dans ce cas c’est l’inverse. Les loyers sont très importants au départ et plus faibles
par la suite. Le fait d’avoir de gros loyers, va générer de charges importantes et
forcément une baisse du résultat et par conséquent une baisse de l’impôt !

Attention, en cas de contrôle il vous appartiendra de justifier de passer autant de


charges.

Exemple : Un gros rouleur, 100 000 kilomètres par an, aura intérêt à avoir un
financement adapté à sa situation et d’avoir de gros loyers. Une voiture de 2 ans
avec un fort kilométrage, n’aura qu’une très faible valeur à la revente.

11) AVANTAGES ET INCONVENIENTS


Les avantages :
Ne figure pas au bilan
Fait diminuer l’endettement apparent du bilan
Permet l’optimisation fiscale
Pas d’avance de TVA
Financement total
Risque de dépréciation à la charge du bailleur
Pas d’amortissement
Loyers passent en charges
Tranquillité si prestations complémentaires

Les inconvénients :
Vous n’êtes pas propriétaire
La carte grise est au nom du loueur
Pas de taux
Pénalités de résiliation
Engagé sur une durée en crédit bail
Véhicule doit être en bon état si restitution
Ne figure pas au bilan