Vous êtes sur la page 1sur 10

Nom : Numéro :

I.P.S.A.
5 / 9 rue Maurice Date de l'Epreuve :
Grandcoing 26 mai 2015
94200 Ivry Sur Seine
Tél. : 01.56.20.60.71 Corrigé

Classe : AERO.2- A, B

PARTIEL

THERMODYNAMIQUE Professeur : BOUGUECHAL

Durée : 1h30 2 h 00 3 h 00
Avec (1) Calculatrice NON
Notes de Cours
Sans (1) sans (1) programmable
N° de
(1) Rayer la mention inutile NOM : Prénom : Table :
Exercice 1 Exercice 2 Exercice 3 Exercice 4
/2.5 /3.0 /5.5 /12 / 20

PARTIEL DE THERMODYNAMIQUE :

Inscrivez vos nom, prénom et classe.


Justifiez vos affirmations si nécessaire.
Il sera tenu compte du soin apporté à la rédaction.
Le barème est donné à titre indicatif.
Si au cours de l’épreuve, vous repérez ce qui vous parait être une erreur ou un oubli dans
l’énoncé, vous le signalez clairement dans votre copie et vous poursuivez l’examen en
proposant une solution.
Rédigez directement sur la copie.
NOM : NUMERO : ::
PRENOM : :
CLASSE :

| Partiel de THERMODYNAMIQUE du 26 mai 2015 1/10


Nom : Numéro :

Exercice 1: Principes et transformations élémentaires réversibles ( 2.5 points )

On considère une mole de gaz parfait subissant une transformation élémentaire


réversible.
 Donner la relation de Mayer qui le CP au CV pour un gaz parfait, la définition du
γ et en déduire la relation entre Cp et Cv en fonction de γ et R. ( tableau 1).
 Donner l’expression de dU, δW, δQ , dH, dS, dF et dG en fonction des variations
élémentaires dT, dP, dV de la température, de la pression, du volume et des
coefficients caractéristiques du gaz parfait : constante des gaz parfaits R et
constante adiabatique γ qu’on supposera constants. (tableau 2).
Bien lire l’énoncé avant de remplir les tableaux.

Expressions générales
Définition 𝑪𝑷
du γ
𝜸= 0.25
𝑪𝑽
Relation
de Mayer
𝑹 = 𝑪𝑷 − 𝑪𝑽 0.25

𝜸𝑹
Cp 𝑪𝑷 = 0.25
𝜸−𝟏
𝑹
CV 𝑪𝑽 = 0.25
𝜸−𝟏

Expressions générales
𝑹
Energie dU 𝒅𝑼 = 𝒅𝑻
interne 𝜸−𝟏 0.25

δQ 𝑹
Chaleur 𝜹𝑸 = 𝒅𝑻 + 𝑷 𝒅𝑽 0.25
𝜸−𝟏
dH 𝜸𝑹
Enthalpie 𝒅𝑯 = 𝒅𝑻 0.25
𝜸−𝟏
dS 𝑹 𝒅𝑻 𝒅𝑽
Entropie 𝒅𝑺 = +𝑹 0.25
𝜸−𝟏 𝑻 𝑽
Energie
libre
dF 𝒅𝑭 = −𝑷 𝒅𝑽 − 𝑺𝒅𝑻 0.25

Enthalpie 𝒅𝑮 = (𝑹 − 𝑺) 𝒅𝑻 − 𝑷𝒅𝑽
dG 0.25
libre = −𝑺𝒅𝑻 + 𝑽𝒅𝑷

| Partiel de THERMODYNAMIQUE du 26 mai 2015 2/10


Nom : Numéro :

Exercice 2: Grandeurs et relations thermodynamiques ( 3.0 points )

On considère une mole de gaz parfait subissant une transformation élémentaire


réversible. Donner l’expression des différentes grandeurs en fonction des variables
indiquées. Compléter le tableau.

Expressions générales
δW
variable 𝜹𝑾 = −𝑷 𝒅𝑽 0.25
V

δQ
variable S 𝜹𝑸 = 𝑻𝒅𝑺 0.25

𝝏𝑼 𝝏𝑼
𝒅𝑼 = ( ) 𝒅𝑺 + ( ) 𝒅𝑽
dU 𝝏𝑺 𝑽 𝝏𝑽 𝑺 0.25
N’oubliez pas de mettre la variable constante.
dU
variables 𝒅𝑼 = 𝑻𝒅𝑺 − 𝑷 𝒅𝑽 0.25
S et V
𝝏𝑼 𝝏𝑼
Déduire 𝑻=( ) −𝑷 = ( ) 0.5
𝝏𝑺 𝑽 𝝏𝑽 𝑺
trois
𝝏𝑻 𝝏𝑷
relations ( ) = −( ) 0.25
𝝏𝑽 𝑺 𝝏𝑺 𝑽

𝝏𝑯 𝝏𝑯
𝒅𝑯 = ( ) 𝒅𝑺 + ( ) 𝒅𝑷
dH 𝝏𝑺 𝑷 𝝏𝑷 𝑺 0.25
N’oubliez pas de mettre la variable constante.
dH
variables 𝒅𝑯 = 𝑻𝒅𝑺 + 𝑽 𝒅𝑷 0.25
P et S
𝝏𝑯 𝝏𝑯
Déduire 𝑻=( ) 𝑽=( ) 0.50
𝝏𝑺 𝑷 𝝏𝑷 𝑺
trois
𝝏𝑻 𝝏𝑽
relations ( ) =( ) 0.25
𝝏𝑷 𝑺 𝝏𝑺 𝑷

| Partiel de THERMODYNAMIQUE du 26 mai 2015 3/10


Nom : Numéro :

Exercice 3: Cycle d’une machine thermodynamique. ( 5.5 points )

Une mole de gaz parfait effectue un cycle supposé réversible dont la représentation
graphique est une ellipse de grand axe S0 et de petit axe T0 dans le diagramme T-S. T
représente la température absolue et S l’entropie.
Soit R la constante des gaz parfaits et γ la constante adiabatique du gaz.
On rappelle que l’aire d’une ellipse est donnée par A = πab où a et b sont respectivement
le demi-grand axe et le demi-petit axe.

T
B
(3/2)T0
S0
T0
T0 A C

(1/2)T0
D S

S0 (3/2)S0 2S0
a) Quel est le signe de la chaleur échangée lors de la transformation de A →B→C.
Justifiez.
b) Quel est le signe de la chaleur échangée lors de la transformation de C →D→A.
Justifiez.
c) En déduire le signe de la chaleur échangée et du travail échangé lors du cycle ?
d) Le cycle A →B→C→D→A est il moteur ou récepteur ? Justifiez.

e) Etablir l’expression de la chaleur échangée lors du cycle en fonction des données.


f) En déduire l’expression du travail échangé lors du cycle en fonction des données.
g) Déterminer les températures aux points A, B, C et D en fonction des données.
h) Déterminer la variation d’énergie interne entre A et C en fonction des données.
i) Déterminer la variation d’entropie entre A et C en fonction des données.
j) Déterminer la quantité de chaleur échangée entre A et C en passant par B. Voir
graphique.
k) En déduire le travail échangé entre A et C en passant B en fonction des données.

Réponse :
a) 𝑸𝑨→𝑩→𝑪 = ∫ 𝑻 𝒅𝑺 ; 𝑻 > 0 ; 𝑑𝑆 > 0 ⇒ 𝑸𝑨→𝑩→𝑪 > 0 0.25*2
b) 𝑸𝑪→𝑫→𝑨 = ∫ 𝑻 𝒅𝑺 ; 𝑻 > 0 ; 𝑑𝑆 < 𝟎 ⇒ 𝑸𝑪→𝑫→𝑨 < 𝟎 0.25*2
c) 𝑸𝒄𝒚𝒄𝒍𝒆 = 𝑸𝑨→𝑩→𝑪 + 𝑸𝑪→𝑫→𝑨 > 0 𝒄𝒂𝒓 𝑸𝑨→𝑩→𝑪 > |𝑸𝑪→𝑫→𝑨 |
La quantité de chaleur est donnée par l’aire sous la courbe. 0.25*2
La quantité de chaleur échangée sur le cycle est donnée par l’aire du cycle
(ellipse).
d) Le cycle ABCDA est moteur car Qcycle > 0 ; ΔU=0 (cycle) donc Wcycle < 0 0.25*2
| Partiel de THERMODYNAMIQUE du 26 mai 2015 4/10
Nom : Numéro :

e) Qcycle est égale à l’aire de l’ellipse. 0.25*2


𝑻𝟎 𝑺𝟎 𝝅
𝑸𝒄𝒚𝒄𝒍𝒆 = 𝝅 = 𝑻𝟎 𝑺𝟎
𝟐 𝟐 𝟒
𝝅
f) 𝑾𝒄𝒚𝒄𝒍𝒆 = −𝑸𝒄𝒚𝒄𝒍𝒆 = − 𝟒 𝑻𝟎 𝑺𝟎 0.25*2

𝟑 𝟏
g) 𝑻𝑨 = 𝑻𝟎 ; 𝑻𝑩 = 𝟐 𝑻𝟎 ; 𝑻𝑪 = 𝑻𝟎 ; 𝑻𝑫 = 𝟐 𝑻𝟎 0.50

h) 𝒅𝑼 = 𝑪𝑽 𝒅𝑻 ⇒ ∆𝑼𝑨→𝑪 = 𝑪𝑽 (𝑻𝑪 − 𝑻𝑨 ) = 𝟎 0.50

𝑪 0.50
i) ∆𝑺 = ∫𝑨 𝒅𝑺 = 𝑺𝑪 − 𝑺𝑨 = 𝟐𝑺𝟎 − 𝑺𝟎 = 𝑺𝟎

𝟏 𝑻𝟎 𝑺𝟎 𝝅
j) 𝑸𝑨→𝑩→𝑪 =
𝟐
𝝅 𝟐 𝟐
+ 𝑻𝟎 𝑺𝟎 = (𝟏 + 𝟖 ) 𝑻𝟎 𝑺𝟎 0.50

L’aire sous la courbe ABC est donnée par la moitié de l’ellipse + le rectangle
de cotés T0 et S0.

k) 𝒅𝑼 = 𝜹𝑾 + 𝜹𝑸 ⇒ ∆𝑼𝑨→𝑪 = 𝑸𝑨→𝑩→𝑪 + 𝑾𝑨→𝑩→𝑪


𝝅
𝑾𝑨→𝑩→𝑪 = ∆𝑼𝑨→𝑪 − 𝑸𝑨→𝑩→𝑪 = − (𝟏 + 𝟖) 𝑻𝟎 𝑺𝟎 0.50

| Partiel de THERMODYNAMIQUE du 26 mai 2015 5/10


Nom : Numéro :

Exercice 4: Cycle d’une machine à vapeur. Cycle de Rankine. ( 12 points )

Le fonctionnement d'une machine à vapeur peut être modélisé par un cycle de Rankine.
Un fluide subit des transformations dont certaines consistent à réaliser des échanges
thermiques avec deux sources de chaleur, chaque source étant à température constante.
Ces échanges peuvent provoquer des transitions de phase liquide – vapeur et vapeur-
liquide.
A. Première partie : Etude du système liquide vapeur

L’équilibre entre l’eau liquide et sa vapeur est caractérisé, à différentes températures,


par les données suivantes :

pression Liquide saturant Vapeur saturante


Θ °C saturante :
ps(bar) vL : m3/kg hL :kJ/kg vG : m3/kg hG : kJ/kg
35 0.056 1,00 .10-3 146,34 25,24 2560,67
50 0.123 1,01 .10-3 208,96 12,04 2587,42
-3
100 1.013 1,04 .10 418,42 1,673 2671,44
-3
185 11.238 1,13 .10 784,17 0,174 2778,03
285 69.200 1,35 .10-3 1261,11 0,028 2768,83

Θ : température en degré Celsius.


ps : pression de vapeur saturante.
vL : volume massique du liquide saturant.
vG : volume massique de la vapeur saturante.
hL : enthalpie massique du liquide saturant.
hG : enthalpie massique de la vapeur saturante.
Dans la suite du problème tous les calculs se rapporteront à une masse m = 1kg de
fluide.
La capacité thermique massique cL du liquide est constante et vaut : 4.18 kJ kg-1K-1.
Le coefficient de dilatation isobare α de l’eau liquide, supposé constant et vaut 1.5 10 -4
K-1.
A.1 Représenter l’allure du diagramme de Clapeyron de l’eau. On représentera le point
critique C, les domaines liquide (L), liquide+vapeur (L+V), et vapeur.
A.2 Représenter sur le diagramme précédent :
 L’allure de l’isotherme critique TC .
 L’allure d’une isotherme T < TC .
Réponse : A.1 et A.2 C
P
2*0.5
V
L 2*0.5
L+V
V

| Partiel de THERMODYNAMIQUE du 26 mai 2015 6/10


Nom : Numéro :

A.3 On rappelle que le titre massique en vapeur x d’un système liquide-vapeur est égal
au rapport entre la masse mG d’eau à l’état de vapeur saturante et la masse totale m du
système.
On désigne respectivement par : vm, hm et sm le volume massique, l’enthalpie
massique et l’entropie massique du système liquide-vapeur.
La règle du levier permet de déterminer certaines grandeurs thermodynamiques en
fonction du titre x et des valeurs à la saturation. Par exemple :
𝒗𝒎 = 𝒙𝒗𝑮 + (𝟏 − 𝒙)𝒗𝑳
Montrer que le titre massique en vapeur x est donné par l’une des relations
suivantes :
𝒗𝒎 − 𝒗𝑳 𝒉𝒎 − 𝒉𝑳 𝒔𝒎 − 𝒔𝑳
𝒙= ; 𝒙= ; 𝒙=
𝒗𝑮 − 𝒗𝑳 𝒉𝑮 − 𝒉𝑳 𝒔𝑮 − 𝒔𝑳

A.4 On désigne par LV(T) la chaleur latente massique de vaporisation à la température


T.
Rappeler la relation reliant LV(T) à hG(T) et hL(T).
Réponse : A.3 et A.4
A.3
𝒗𝒎 = 𝒙𝒗𝑮 + (𝟏 − 𝒙)𝒗𝑳
𝒙 (𝒗𝑮 − 𝒗𝑳 ) = 𝒗𝒎 − 𝒗𝑳
𝒗𝒎 − 𝒗𝑳
𝒙=
𝒗𝑮 − 𝒗𝑳
On peut écrire de la même manière :
𝒉𝒎 = 𝒙𝒉𝑮 + (𝟏 − 𝒙)𝒉𝑳
𝒉𝒎 − 𝒉𝑳
𝒙=
𝒉𝑮 − 𝒉𝑳
𝒔𝒎 = 𝒙𝒔𝑮 + (𝟏 − 𝒙)𝒔𝑳
𝒔𝒎 − 𝒔𝑳 1.0
𝒙=
𝒔𝑮 − 𝒔𝑳
A.4 La chaleur latente est donnée par :

𝑳𝑽 (𝑻) = 𝒉𝑮 (𝑻) − 𝒉𝑳 (𝑻)

1.0

| Partiel de THERMODYNAMIQUE du 26 mai 2015 7/10


Nom : Numéro :

B. Deuxième partie : Etude du système liquide vapeur

Le circuit d’une centrale nucléaire comporte les éléments suivants : un générateur de


vapeur, une turbine, un condenseur et une pompe d’alimentation (figure).

Les transformations subies par l’eau dans ce circuit sont modélisées par le cycle de
Rankine décrit les transformations ci-dessous.
 A→B : compression adiabatique réversible, dans la pompe d’alimentation, de la
pression p1=0.056 bar à la pression p2= 69.200 bar, du liquide saturant sortant du
condenseur à la pression p1 (état A).
Cette compression entraine une élévation ΔT de la température du liquide.
 B→D : échauffement isobare du liquide dans le générateur de vapeur qui amène
le liquide de l’état B à l’état de liquide saturant sous la pression p2(état D).
 D→E : vaporisation totale, dans le générateur de vapeur, sous la pression p 2.
 E→F : détente adiabatique réversible, dans la turbine, de p2 à p1.
 F→A : liquéfaction totale, dans le condenseur, sous la pression p1, de la vapeur
présente dans l’état F.
B.1 Représenter l’allure du cycle décrit par l’eau dans le diagramme de Clapeyron
(p,v).
B.2 Représenter l’allure du cycle décrit par l’eau dans le diagramme entropique (T,s).
Réponse : B.1 et B.2

P T
D 1.0
B E
D E

B 1.0
A
A
F
V F
S

| Partiel de THERMODYNAMIQUE du 26 mai 2015 8/10


Nom : Numéro :

B.3 La différentielle de l’entropie massique du liquide s’écrit, en fonction des variables


T et P :
𝒅𝑻
𝒅𝒔 = 𝒄𝑳 − 𝜶𝑽𝑳𝒅𝑷
𝑻
cL capacité thermique massique du liquide saturant.
On note :
∆𝑻 = 𝑻 − 𝑻𝟏
L’élévation de température du liquide dans la pompe d’alimentation. Sachant que
∆𝑻 ≪ 𝑻𝟏
 établir l’expression de ∆𝑻.
On intègrera l’expression ci-dessus entre l’état A (P1 ;T1) et l’état B (P2 ;T1+ΔT).
Ln(1+ε) ≈ ε
 Calculer ∆𝑻. Conclusion.
On supposera, pour ce calcul, que le liquide est incompressible et que son volume
massique vL vaut 10-3 m3 kg-1.

B.4 Calculer le titre xF et l’enthalpie massique hmF du système liquide-vapeur sortant de


la turbine (état F).
On rappelle que l’entropie massique d’un système liquide-vapeur, de titre massique x,
en équilibre à la température T est donnée par la relation :
𝒙
𝒔(𝒙; 𝑻) = 𝒄𝑳 𝒍𝒏(𝑻) + 𝑳𝑽 (𝑻)
𝑻
B.5 Calculer les quantités de chaleur Q1 et Q2 échangées par un kg d’eau, dans le
condenseur et dans le générateur de vapeur.
B.6 Calculer le travail reçu, par 1 kg de fluide, au cours du cycle.
B.7 Calculer le rendement du cycle. Le comparer à celui d’un cycle de Carnot.

Réponse :
B.3 Dans le liquide, la compression est isentropique :
𝒅𝑻
𝒅𝒔 = 𝒄𝑳 − 𝜶𝑽𝑳𝒅𝑷 = 𝟎
𝑻
𝑩 𝑩 𝑩
𝒅𝑻 𝑻𝑩
𝒄𝑳 ∫ − ∫ 𝜶𝑽𝑳 𝒅𝑷 = 𝟎 ⇒ 𝒄𝑳 𝒍𝒏 ( ) = 𝜶𝑽𝑳 ∫ 𝒅𝑷
𝑻 𝑻𝑨
𝑨 𝑨 𝑨
𝑻𝑩
𝒄𝑳 𝒍𝒏 ( ) = 𝜶𝑽𝑳 (𝑷𝑩 − 𝑷𝑨 )
𝑻𝑨
𝑻𝑨 + ∆𝑻
𝒄𝑳 𝒍𝒏 ( ) = 𝒄𝑳 𝒍𝒏(𝟏 + 𝜺) + 𝜶𝑽𝑳 (𝑷𝑩 − 𝑷𝑨 )
𝑻𝑨
𝑻𝑨 + ∆𝑻
𝒄𝑳 𝒍𝒏 ( ) = 𝒄𝑳 𝒍𝒏(𝟏 + 𝜺) + 𝜶𝑽𝑳 (𝑷𝑩 − 𝑷𝑨 )
𝑻𝑨
∆𝑻
𝒄𝑳 = 𝜶𝑽𝑳 (𝑷𝑩 − 𝑷𝑨 )
𝑻𝑨
𝜶𝑽𝑳
∆𝑻 = (𝑷𝑩 − 𝑷𝑨 )𝑻𝑨
𝒄𝑳
1.0
𝟏.𝟓∗𝟏𝟎−𝟒 ∗𝟏𝟎−𝟑
∆𝑻 = (𝟔𝟗. 𝟐 − 𝟎. 𝟎𝟓𝟔) ∗ 𝟏𝟎𝟓 ∗ (𝟐𝟕𝟑 + 𝟑𝟓) = 𝟎. 𝟎𝟖 °𝑪
𝟒𝟏𝟖𝟎
1.0

| Partiel de THERMODYNAMIQUE du 26 mai 2015 9/10


Nom : Numéro :

B.4 De E à F, la transformation est adiabatique : 𝒔(𝒙𝑬; 𝑻𝑬 ) = 𝒔(𝒙𝑭 ; 𝑻𝑭 )


Au point E :
𝒙𝑬
𝒔(𝒙𝑬 ; 𝑻𝑬) = 𝒄𝑳 𝒍𝒏(𝑻𝑬) + 𝑳 (𝑻 ); 𝒙 𝑬 = 𝟏
𝑻𝑬 𝑽 𝑬
Au point F :
𝒙𝑭
𝒔(𝒙𝑭; 𝑻𝑭 ) = 𝒄𝑳 𝒍𝒏(𝑻𝑭 ) + 𝑳 ( 𝑻 );
𝑻𝑭 𝑽 𝑭
𝟏 𝒙𝑭
𝒄𝑳 𝒍𝒏(𝑻𝑬 ) + 𝑳𝑽 (𝑻𝑬 ) = 𝒄𝑳 𝒍𝒏(𝑻𝑭 ) + 𝑳 (𝑻 )
𝑻𝑬 𝑻𝑭 𝑽 𝑭
𝑻𝑭 𝑻𝑬 𝟏
𝒙𝑭 = [𝒄𝑳𝒍𝒏 ( ) + 𝑳 (𝑻 )]
𝑳𝑽 (𝑻𝑭 ) 𝑻𝑭 𝑻𝑬 𝑽 𝑬
𝑻𝑭 = 𝟑𝟓 + 𝟐𝟕𝟑 = 𝟑𝟎𝟖 𝑲 1.0
𝑳𝑽 (𝑻𝑭 ) = 𝒉𝑮 (𝑻𝑭 ) − 𝒉𝑳(𝑻𝑭 ) = 𝟐𝟓𝟔𝟎. 𝟔𝟕 − 𝟏𝟒𝟔. 𝟑𝟒 = 𝟐𝟒𝟏𝟒. 𝟑𝟑𝒌𝑱/𝒌𝒈
𝑻𝑬 = 𝟐𝟖𝟓 + 𝟐𝟕𝟑 = 𝟓𝟓𝟖 𝑲

𝑳𝑽 (𝑻𝑬) = 𝒉𝑮 (𝑻𝑬 ) − 𝒉𝑳(𝑻𝑬 ) = 𝟐𝟕𝟔𝟖. 𝟖𝟑 − 𝟏𝟐𝟔𝟏. 𝟏𝟏 = 𝟏𝟓𝟎𝟕. 𝟕𝟐 𝒌𝑱/𝒌𝒈

𝟑𝟎𝟖 𝟓𝟓𝟖 𝟏
𝒙𝑭 = [𝟒𝟏𝟖𝟎 ∗ 𝒍𝒏 ( ) + 𝟏𝟓𝟎𝟕. 𝟕𝟐 ∗ 𝟏𝟎𝟑 ] = 𝟎. 𝟔𝟔 = 𝟔𝟔%
𝟐𝟒𝟏𝟒. 𝟑𝟑 ∗ 𝟏𝟎𝟑 𝟑𝟎𝟖 𝟓𝟓𝟖
1.0
𝒉𝑭 = 𝒙𝒉𝑮 + (𝟏 − 𝒙)𝒉𝑳 = 𝟎. 𝟔𝟔 ∗ 𝟐𝟓𝟔𝟎. 𝟔𝟕 + (𝟏 − 𝟎. 𝟔𝟔) ∗ 𝟏𝟒𝟔. 𝟑𝟒 = 𝟏𝟕𝟒𝟎 𝐤𝐉/𝐤𝐠
1.0
B.5 Q1 : quantité de chaleur échangée dans le condenseur ( F vers A ) :
𝑸𝟏 = 𝒉𝑨 − 𝒉𝑭 = 𝟏𝟒𝟔. 𝟑𝟒 − 𝟏𝟕𝟒𝟎 = −𝟏𝟓𝟗𝟒 𝒌𝑱/𝒌𝒈

Q2 : quantité de chaleur échangée dans le générateur de vapeur ( D vers E ) : 1.0


𝑸𝟐 = 𝑸𝑩𝑫 + 𝑸𝑫𝑬
𝑸𝑩𝑫 = 𝑪𝑳(𝑻𝑫 − 𝑻𝑩 ) = 𝟒𝟏𝟖𝟎 ∗ (𝟐𝟖𝟓 − 𝟑𝟓) = 𝟏𝟎𝟒𝟓 𝒌𝑱/𝒌𝒈
𝑸𝑫𝑬 = 𝒉𝑬 − 𝒉𝑫 = 𝟐𝟕𝟔𝟖. 𝟖𝟑 − 𝟏𝟐𝟔𝟏. 𝟏𝟏 = 𝟏𝟓𝟎𝟕. 𝟕𝟐 𝒌𝑱/𝒌𝒈

𝑸𝟐 = 𝟏𝟎𝟒𝟓 + 𝟏𝟓𝟎𝟕. 𝟕𝟐 = 𝟐𝟓𝟓𝟐. 𝟕 𝒌𝑱/𝒌𝒈


B.6 W : travail reçu par un kg de fluide :
𝑾𝑬𝑭 = 𝒉𝑭 − 𝒉𝑬 = 𝟏𝟕𝟒𝟎 − 𝟐𝟓𝟔𝟎. 𝟔𝟕 = −𝟖𝟐𝟎. 𝟔𝟕 𝒌𝑱/𝒌𝒈 1.0
Autre méthode : sur un cycle :
𝑾 + 𝑸𝟏 + 𝑸𝟐 = 𝟎
𝑾 = −𝑸𝟏 − 𝑸𝟐 = 𝟏𝟓𝟗𝟒 − 𝟐𝟓𝟓𝟐. 𝟕 = −𝟗𝟓𝟖. 𝟕 𝒌𝑱/𝒌𝒈
Les deux résultats sont proches, la dernière valeur est surestimée, cela
vient du fait que les quantités de chaleur sont sous évaluées. 1.0
|𝑾| 𝟖𝟐𝟎.𝟔𝟕
B.7 Rendement 𝜼= = 𝟐𝟓𝟓𝟐.𝟕 = 𝟎. 𝟑𝟐
𝑸 𝒔𝒐𝒖𝒓𝒄𝒆 𝒄𝒉𝒂𝒖𝒅𝒆
𝑻 𝟑𝟓+𝟐𝟕𝟑
Carnot : 𝜼 = 𝟏 − 𝑻𝑭 = 𝟏 − 𝟐𝟖𝟓+𝟐𝟕𝟑 = 𝟎. 𝟒𝟓
𝑪

| Partiel de THERMODYNAMIQUE du 26 mai 2015 10/10