Vous êtes sur la page 1sur 5

Le commentaire de texte

Méthode du commentaire de texte : travail au brouillon (1ère étape)

1)Lire deux fois le texte pour s’assurer de sa compréhension(de quoi parle-t-il ?). Quel est le
genre(théâtre, poésie, apologue, essai argumentatif, roman, nouvelle…) et quel est le type du
texte (descriptif, narratif…)? Qui est l’auteur ? Quelle est l’époque de parution du texte ?
Peut-il être mis en relation avec l’œuvre dont le texte est extrait, avec le titre de l’œuvre, avec
l’auteur, avec l’époque ? Quel est son intérêt (historique, philosophique, sociologique…)

2)Le lire une troisième fois, et repérer les champs lexicaux et les figures de style.Quels effets
produisent-ils ? Quelle ambiance créent-ils ? Noter les idées au brouillon.

3)Répondre aux questions suivantes : Quel est le (s) registre(s) de ce texte ?


Quel est (sont) le(s) point(s) de vue dans le texte ?(focalisation)

4)Chercher la composition du texte (combien de parties peut-on délimiter et quel titre leur
donner ?)

5)Formuler en 3 lignes l’idée principale du texte (de quoi parle-t-on dans ce texte ?), son
genre et son type.

6) Analyser avec précision :


-la syntaxe et le rythme du texte
-le réseau des sonorités (assonances et allitérations)
-la valeur des temps verbaux
-les marques d’énonciation
→Pour chaque procédé repéré, noter les effets produits.

6)Relier les idées allant ensemble et dégager deux grands axes d’étude. Choisir deux couleurs
différentes pour chaque axe, et surligner les idées et procédés correspondant à chaque partie.

7)Formuler une problématique, c’est-à-dire une question générale ciblant l’intérêt du texte et
amenant aux idées de votre plan. (« Comment le narrateur traduit-il telle idée ?de quelle
manière est menée la description ?...)

8)Créer le plan détaillé, avec une phrase-argument pour chaque titre et sous-titre, puis
composer la phrase de transition(qui résume l’idée du I et annonce celle du II). Dans chaque
partie, il faut trois paragraphes.
I. A.B.C. II A.B.C

9)Rédiger l’introduction et la conclusion(réponse à la problématique et comparaison avec un


autre texte) au brouillon.

!Ne pas faire de paraphrase (= raconter le texte).


Le commentaire de texte rédigé

-Un paragraphe correspond à un argument avec ses citations,et leurs analyses. Des
effets doivent être tirés de ces observations, qui aillent dans le sens de l’argument du
paragraphe.Le paragraphe conclut l’argument par une phrase-bilan, qui doit amener
logiquement le paragraphe suivant.
-Ne pas oublier les phrases de transition entre les parties.

-Chaque partie ou axe de lecture commence par une phrase qui présente son objet. Et
chaque partie :

 est séparée de la précédente par un saut de ligne


 commence par une phrase d’introduction
 se termine par une phrase de transition
 comprend plusieurs paragraphes dont chacun commence par un mot de
liaison(connecteur logique)

Le début de chaque paragraphe est marqué par un retrait. (alinéa de trois carreaux)

-L’introduction : elle va du général au particulier. Il faut


a)- situer le texte à commenter : titre de l’œuvre dont il est extrait, auteur, contexte historique
et culturel.
b)-spécifier le genre et le thème du texte
c)- présenter le projet de lecture( = la problématique)
d)- annoncer le plan en indiquant les axes (ou parties)

-La conclusion : elle se fait en deux temps :


-répondre à la problématique, en synthétisant ce qui a été dit durant le commentaire.
-proposer une comparaison avec un autre texte du même genre littéraire ou du même thème
(parallélisme ou opposition entre les textes, à expliquer)

Commentaire de Texte : comment trouver la problématique et le plan?

Vous ne pouvez la trouver qu’une fois la lecture analytique effectuée :

Cherchez l’intérêt, l’originalité du texte.(thème abordé de façon classique ou originale ?


Par exemple : une scène de première rencontre dans un roman , une forme nouvelle et
moderne en poésie …

Rédigez une phrase indiquant le genre du texte, le type de texte, le thème principal, son
originalité, son registre dominant. Prenez deux ou trois mots-clefs de cette phrase pour
constituer votre problématique.

Problématique = parcours de lecture / enjeu du texte.Il s’agit de passer d’une lecture


superficielle à une lecture approfondie.
Exemples :
Atmosphère du texte ?
Manière de traiter d’un thème ?
Manière de décrire ?
Manière de renouveler une forme fixe ? (comme le sonnet)

Exemples de plans (progression de votre raisonnement):

- du superficiel(apparence du texte) au plus profond (attention à ne jamais séparer le fond de


la forme)
-de la cause à la conséquence.
-par thèmes successifs (comme les ramifications d’un arbre) : il s’agit de montrer les
différents aspects du texte.
----------------------------------------------------------------------------------------------
Analyser les types de textes :quels procédés rechercher ?Quelles
observations faire au brouillon ?

a) Décrire la nature du texte :


-texte court/ long
-extrait/texte entier
-fonction informative/ fonction expressive/fonction argumentative
-registre réaliste/ fantastique
-concret/abstrait
-banal/original
-prosaïque/ poétique
non-engagé/engagé
-intérêt historique, sociologique, psychologique, littéraire…

b) Composition du texte:
-associatif/logique
-désordonné/ordonné
-décousu (asyndètes)/lié
-amplification
-antithétique
-ordre inductif/ordre déductif dans une argumentation
-analytique/synthétique

c) Vocabulaire employé dans le texte:


-champs lexicaux
-lexique commun/technique
-sens propre/figuré
-vocabulaire pauvre/foisonnant
-vocabulaire réaliste/symbolique
-familier/précieux
-archaïsant/ modernisé (néologismes)
-univoque/équivoque, allusif, suggestif,ambigu
-dynamique : à base de verbes/pittoresque : riche en qualifiants
-connotations des mots
-niveau de langue
d) Syntaxe générale du texte:
-simple/complexe
-phrases hachées, brèves, rapides/ phrases longues, périodiques
-contraction du syntagme nominal/expansion du SN
-à dominante coordination/à dominante subordination
-symétries/parallélismes de construction
-valeur des temps verbaux
-rythme narratif
- sonorités : assonances et allitérations.
-marques d’énonciation et focalisation

e) Style
-naturel/personnel
-laconique/riche
-oratoire/discret
-rompu/cadencé
-figures de style

Pour chaque type de texte, vous pouvez rechercher des procédés spécifiques :

1)Texte narratif :
-registre
-cadre spatio-temporel
-rythme : pause, scène, sommaire, ralenti, ellipse.
-rôle et portrait des personnages

2)Texte descriptif :
-registre
-adjectifs
-verbes de perception, d’état et de mouvement
-pause narrative
-fonctions : documentaire, esthétique, symbolique, narrative, expressive.

3)Texte explicatif :
-registre didactique
-connecteurs logiques
-présent de vérité générale

4)Texte argumentatif :
-types d’exemples
-mode de raisonnement
-valeurs sous-entendues
- procédés rhétoriques

5)Texte poétique :
-registre
-forme
-métrique : vers régulier, vers libre.
-césure, coupes
- rimes (genres : féminines/masculines ; qualité : riches/suffisantes/pauvres ; nature :
suivies/croisées/embrassées)
-syntaxe du vers : enjambements, rejets, contre-rejets
6)Texte théâtral
-double énonciation : sous-entendus, quiproquos, codes de langage, registre de langue.
-relation entre les personnages, enchaînement des répliques, prise de parole ; entrées en
scène ; rôle des personnages muets.
-didascalies
-enjeux (dramatique, psychologique, délibératif, expressif, moral…)
-récit, tirade, aparté, stichomythie, monologue.
-double énonciation : sous-entendus, quiproquos, codes de langage, registre de langue.
-relation entre les personnages, enchaînement des répliques, prise de parole ; entrées en
scène ; rôle des personnages muets.
-classe sociale des personnages ? (se voit dans la manière de parler, les vêtements, la
conduite…) La tragédie met en scène une haute noblesse qui se heurte à la fatalité et suscite
« l’admiration et la crainte » (Aristote,in Poétique).Dans la comédie se jouent des intrigues
bourgeoises où s’opposent les intérêts personnels et les types sociaux.La farce appelle le rire
populaire. Le drame apparaît au XIXème siècle en France et mêle le « sublime et le
grotesque » selon Victor HUGO.
-didascalies (consignes de l’auteur)
-enjeux (dramatique, psychologique, délibératif, expressif, moral…)
-récit, tirade, aparté, stichomythie, monologue.
-espace : On peut généralement distinguer trois types d’espace :
o L’espace référentiel est le lieu fixé par l’auteur et que la scène doit représenter, grâce aux
décors.
o L’espace scénique est le lieu « physique » où jouent les acteurs et qui est délimité par
l’estrade. Il s’agit de l’« avant-scène », du « fond de la scène », du « côté jardin » (à gauche
pour le spectateur) et du « côté cour » (à droite).
o Le « hors-scène » est le lieu d’origine ou de destination des personnages. Il est situé dans les
coulisses et peut être, comme dans le théâtre classique, le lieu des crimes qu’on ne peut
représenter sur scène sans choquer les spectateurs (bienséances).
-ironie :On parle d’ironie théâtrale (ou ironie dramatique) lorsque les spectateurs d’une
pièce en savent plus que le personnage qui est sur scène. L’ironie peut être la cause d’une
situation :
o comique, lorsque l’ignorance d’un personnage est source de quiproquos, de jeux de scène, etc.
o tragique, lorsque la vie du personnage dépend d’éléments connus des seuls spectateurs ;
o dramatique ou pathétique, si l’ignorance du personnage l’empêche d’atteindre son but, de
reconnaître un ami ou un ennemi, etc.
-Registre(s)