Vous êtes sur la page 1sur 7

ECOLE NATIONALE D’INGÉNIEURS DE MONASTIR

Manipulation2
Etalonnage d’un manomètre de pression
Réalisée par :
Mosbah Dhia Eddine & Sahloul Sabrina 2ème génie énergétique G3

Année universitaire 2017-2018


Sommaire
I- But ................................................................................................................................................... 3
II- Le manomètre de Bourdon : ........................................................................................................... 3
III- Effet d’hystérésis : ....................................................................................................................... 3
IV- Description de dispositif expérimental ....................................................................................... 3
V- Tableau des mesures ....................................................................................................................... 5
VI- Les courbes .................................................................................................................................. 5
Conclusion ............................................................................................................................................... 7
I- But
Le but de cette manipulation est l’étalonnage d’un manomètre de Bourdon en
montrant l’effet de fil d’hystérésis sur les mesures de pression

II- Le manomètre de Bourdon :


Les manomètres à tube manométrique encore appelés manomètres à tube de
Bourdon sont utilisés pour la mesure de pressions relatives de 0,6 ... 7 000 bar.
Ils sont classifiés comme des instruments de mesure de pression mécaniques et
fonctionnent de ce fait sans alimentation électrique

III- Effet d’hystérésis :


L'effet d'hystérèse est un terme emprunté à la physique, il désigne la
« propriété d'un système qui tend à demeurer dans un certain état quand la cause
extérieure qui a produit le changement d'état a cessé ». Les phénomènes
d'hystérésis sont responsables de l'apparition de non-linéarités dans la relation
E = f(C) rendant parfois très difficile la modélisation de cette relation par
une équation mathématique..

IV- Description de dispositif expérimental


Avant d’effectuer les mesures de pression pour l’étalonnage de manomètre
de Bourdon on remplie ce dispositif avec l’eau. Pour remplir le cylindre, il faut
enlever le piston et versé de l’eau jusqu’à ce qu’il soit plein au niveau de
débordement. La présence de l’air peut provoquer des échecs de mesure, pour
cela il faut dégager l’air en inclinant et en tapant doucement l’appareil.

Données :

La masse de piston :

𝑚 = 1𝐾𝑔

La surface de la section de piston :

𝐴 = 315 𝑚𝑚²

La pression statique
𝑀 × 9.81
𝑝= × 10−3 𝐾𝑁/𝑚²
𝐴
𝑀 = 𝑀′ + 𝑚 Avec : M’ La masse ajoutée
V- Tableau des mesures

Pression croissante Pression décroissante


Masse Pression Erreur ∆𝑃 = Pression
Masse totale Pression lue Erreur ∆𝑃 = 𝑃𝑟 − 𝑃1
ajoutée réelle Pr 𝑃𝑟 − 𝑃1 lue P1
M(Kg) P1 (KN/m²) (KN/m²)
M’(Kg) (KN/m²) (KN/m²) (KN/m²)
0 0 31.14 29 2.14 30 1.14
1 1 62.28 57 5.28 60 2.28
1 2 93.42 90 3.42 91 2.42
1 3 124.57 120 4.57 121 3.57
0.5 3.5 140.14 137 3.14 139 1.14
0.5 4 155.71 150 5.71 131 4.71
0.5 4.5 171.28 161 10.28 165 6.28
0.2 4.7 177.5 171 6.5 171 6.5

VI- Les courbes

Figure 1: La pression lue en fonction de pression réelle (Croissante)

Interprétation :

C’est une courbe linéaire (𝑃1 = 0.9681 × 𝑃𝑟), de pente ≠ 1 ce qui montre la
présence d’une légère erreur.
Figure 2: L'erreur commise en fonction de pression réelle (Croissante)

Interprétation :

La courbe est oscillatoire, l’intervalle d’erreur est entre [2,10] ce qui prouve la
présence d’une fuite d’eau dans le manomètre.

Figure 3: La pression lue en fonction de pression réelle (décroissante)

Interprétation :

C’est une courbe linéaire (𝑃1 = 0.9313 × 𝑃𝑟), de pente ≠ 1 ce qui montre la
présence d’une légère erreur.
Figure 4: L'erreur commise en fonction de pression réelle (décroissante)

Interprétation :

La courbe est oscillatoire, l’intervalle d’erreur est entre [1,7] ce qui prouve la
présence d’une fuite d’eau dans le manomètre.

Conclusion
D’après les courbes précédentes on constate que les erreurs de mesures dans le
cas des pressions croissantes sont plus faibles que celle dans le cas des pressions
décroissantes, cette différence est due à l’effet d’hystérésis qui est le responsable
de l'apparition de non-linéarités .