Vous êtes sur la page 1sur 23

Rapport de stage effectué au sein de l’entreprise

HUAWEI au Sud-Kivu du 12 Aout au 12 Septembre


2019

[Document subtitle]

SEPTEMBER 15, 2019


HUAWEI
34, av. P E Lumumba, Ibanda, Ndendere
Remerciements
Nous remercions premièrement le bon Dieu qui nous a donné la force et le souffle de
vie. Il a permis que nous puissions effectuer notre stage en paix.

Nos remerciements s’adressent deuxièmement aux autorités académiques surtout


celles de la faculté des Sciences qui nous ont donné l’occasion de marier la théorie
apprise à la pratique su terrain dans le but de nous perfectionner.

Troisièmement, un merci particulier au MS Paul IPOMBELA, mon maître de stage, qui


m’a choisi comme stagiaire et qui m’accompagné et apporté son appui conseils,
technique voire matériels tout au long de stage.

Quatrièmement, un grand merci aussi à Papa Justin, à Monsieur Willy MUNGOMBE


et à Monsieur Francis car ils ont accepté de nous guider et partager leurs
connaissances tout au long de cette période de stage.

Cinquièmement nous remercions l’équipe technique de HUAWEI et AIRTEL du Sud-


Kivu pour leur collaboration, et l’accueil chaleureux et sympathique qui m’a permis de
m’intégrer très rapidement.

Nos remerciements enfin à tous ceux qui ont également joué un rôle dans ce petit
épisode de ma vie. En particulier, je pense aux ingénieurs de HUAWEI et de AIRTEL
pour leur aide.
SIGLES ET ABREVIATIONS

2G: 2ème Génération

3G: 3ème Génération

ATL: Application transport layer

AUCː Authentication Center


AUM: Auxiliary unit module

BB: Baseband

BRASː Broadband Remote Access Server


BSCː Base Station Controller
BTS: Base Transceiver Station

CDMAː Code Division Multiple Access


DSP: Digital Signal Processor

EDGE : Enhanced Data rates for GSM Evolution

EIRː Equipment Identity Register


EMS: Entreprise de Maintenance et des Service

FDMAː Frequency Division Multiple Access


FCM: Fan contrôle module
FHː Frequency Hopping
GGSNː Gateway GPRS Support Node
GMSCː Gateway Mobile Switching Center
GMSKː Gaussian Minimum Shift Keying
GPRS: General Packet Radio Service

GPS: Global positioning system

GSM: Global System for Mobile Communication

HLRː Home Location Register


IDU: In Door Unit

IIC: Intelligent interface controller


IO: Input-output

ISDNː Integrated Services Digital Network


LTEː Long Term Evolution
MAC: Media access control

MCPA: Multicarrier power amplifier

ODU: Out Door Unit

OFDM: Orthogonal Frequency Division Multiplexing

PA: Power amplifier

PMU: Power Monitoring Unit


PRU: Power Rack Unit PMU & PSU
PDU: Power Distribution Unit

RNCː Radio Network Controller


RRU: Radio Remote Unit
RX: Reception
SGSNː Serving GPRS Support Node
TRX: Transceiver

TX: Transmission

UE: User equipment

UMTS : Universal Mobile Telecommunication System

VLRː Visitor Location Resister


Liste des Figures
Figure 1: Topologie en Etoile .................................................................................... 10
Figure 2: Topologie en Chaines................................................................................ 10
Figure 3: Topologie en Ring ..................................................................................... 10
Figure 4: Dispositif Tilt Electrique ............................................................................. 13
Figure 5: Dispositif Tilt Mécanique ............................................................................ 13
Figure 6: Antenne Sectorielle ................................................................................... 13
Figure 7:Technologie GSM ....................................................................................... 16
Figure 8: Pylône d’Une BTS ..................................................................................... 19
Introduction
Au courant de notre parcours au sein de la faculté des sciences informatiques,
précisément dans le département de Réseau et Télécommunication, il nous est
recommandé à la fin de chaque cycle d’effectuer un mois de stage. Ce dernier
s’effectuera que dans les institutions œuvrant dans notre domaine en vue de percevoir
une réalité pratique, telles que l’ensemble de connaissances scientifiques aux cours
appris.

Notre stage s’effectue au sein de l’entreprise HUAWEI, qui est une entreprise chinoise
œuvrant dans le domaine de télécommunication.

HUAWEI est une entreprise assurant plusieurs services au sein de toutes les maisons
de télécommunication dans notre pays notamment : Airtel, Vodacom, Orange et Africel
mais aussi dans la société HELIOS TOWER qui est leurs grands partenaires.

Ce stage d’un mois et demi effectué à HUAWEI, d’une période allant du 12 Aout au 21
Septembre nous a permis d’aboutir à quelques objectifs que nous nous sommes fixés
entre autres : découvrir l’entreprise et son fonctionnement, s’adapter à des tâches
pratiques tout en comprenant les enjeux, faire preuve d’autonomie et de capacités
d’adaptation en se conformant aux demandes et aux méthodes de l’entreprise qui est
un terrain forcément nouveau et différent de celui de l’école. Être capable de prendre
du recul sur une expérience vécue et d’en tirer une analyse plus générale sur le monde
du travail et de l’entreprise.

Ce rapport est présenté en deux chapitres hormis l’introduction et la conclusion.

Le premier chapitre intitulé « Présentation de l’Entreprise » parlera de l’entreprise,


son fonctionnement, sa structure…

Le second chapitre intitulé « Déroulement du stage et description des activités


réalisés » expliquera en gros et en large le déroulement de notre stage.
CHAPITRE 1 : PRESENTATION DE L’ENTREPRISE
1. Situation géographique
CHAPITRE 2 : DEROULEMENT DU STAGE ET DESCRIPTION
DES ACTIVITES DU STAGE
2.1 Introduction
Durant la période de notre stage, la moitié de notre temps était passé sur terrain. Dans
le but de faire des maintenances des sites et déploiement de la 4g ; La plupart de fois
c’était pour le compte de l’opérateur (Airtel). Ce pourquoi dans ce chapitre nous allons
focaliser notre attention sur le BTS et un peu sur la BSC.

2.2 Grille d’activités réalisées pendant le stage

Du 12-16 Aout Etudes détaillées de la BTS et la BSC mais aussi leurs


composantes

Du 19-23 Aout Installation d’un nouveau site dénommé ORKID.


Du 26 Aout-06 Maintenance des quelques sites de la ville de Bukavu.
Septembre

Du 09-13 Septembre Surveillance des sites à partir du bureau et ses explications


détaillées

Du 16-18 Septembre Installation des antennes, des macrowave, des rectify et


groupes électrogènes.

Du 19-21 Septembre

2.3 Description d’un site


2.3.0 Introduction
Parlant d’un site dans le domaine des télécommunications, renvoie à l’endroit où est
implanté des installations mécaniques, éclectiques et électroniques pour émettre et
recevoir et après traiter le signal dans une zone bien définit afin de permettre la
connexion et l’échanger des informations ou données.

2.3.1 Description proprement dit d’un site


Un site est constitué de trois parties qui sont :

 Partie power(alimentation) constituée des câblages électriques, du générateur,


d’une centrale d’électricité équipée des batteries. Elle est chargée de l’alimentation
du site.
 Partie transmission constituée des macrowave, d’une station de base intelligente
qui gère la communication (transmission et la réception) des données d’un site à
un autre. Elle est chargée de l’acheminement des données d’un point A vers un
point B,nous avons aussi les ODU et la RTN.
 Partie radio (Wireless) constituée d’un pylône sur lequel on y trouve fixé les
antennes sectorielles reliées à la station de base par des câbles et connecteur.
Elle est chargée de mettre en communication ou liaison entre un téléphone mobile
et une station, nous avons aussi la BBU et la RRU

2.3.1.1 Prérequis pour installation d’un site


Avant l’installation d’un site il faut avoir un document appelé link budget ce document
permet de connaitre la hauteur, le degré (0°,120° ,240°,360°), etc.

Un link budget est un calcul par étapes permettant de déterminer la qualité d’une
liaison. Les détails varient selon la nature du média, hertzien, ligne, fibre optique, et le
type de signaux et de modulation.

2.3.1.2 Accession à un site


Pour accéder à un site, il est obligatoire de toujours demander le code d’accès du site
en question à partir de Kinshasa. Apres réceptions du code, on accède au site en
donnant le code d’accès au GSA se trouvant sur le site.

Il faut avoir un casque, des bottes, gilet et une ceinture de sécurité s’il faut faire une
monté sur le pylône. Les appareils de mesure (multimètre, tiltimètre, ...), la boussole,
clé de 10, 13, 14, 16, 19,20, 22, clé à laine et la clé à molette, tourne vices,… sont les
outils admissible dans un site.

2.3.1.3 Description des parties d’un site


a. Partie Power (Energie)

Un site est toujours alimenté par une source d’énergie électrique qui peut être soit un
générateur soit un panneau solaire soit produite par une centrale hydroélectrique
comme pour la Société Nationale d’Electricité ici chez nous. Mais cette source produit
un courant alternatif alors que les équipements sur site n’utilisent que le courant
continu pour leur alimentation d’où les centrales de production d’électricité sur site sont
habituellement équipées des batteries de différents types.

Dans l’installation, nous avons d’abord la source d’énergie qui est le plus souvent un
générateur et la source de SNEL, puis de l’ATS doté d’un mécanisme automatique de
transfert d’énergie car il gère plusieurs sources d’électricité et le mécanisme va
permettre alors d’isoler une source lorsque l’autre alimente le site. Ensuite du BBS qui
est une centrale d’électricité équipée des batteries. Avant que le courant n’arrive au
niveau des batteries, il passe d’abord dans les rectifiers qui chargent alors les
batteries. Les batteries vont produire du courant continu qui va alors alimenter les BTS
sur site, elles sont reliées au BTS par des fils électriques qu’on connecte à la partie
dite power du BTS ; il y a aussi certaines BTS qui ont des BBS intégrées en elles.

Les équipements électroniques alimentés par ces différentes sources fonctionnent


sous une tension de -48V. Voilà la nécessité de rectifier pour redresser et réguler la
tension de 220V (AC) à -48V (DC).

La partie power d’un site est donc la source d’alimentation ou source d’énergie de
celui-ci et nécessite des contrôles réguliers pour éviter que le site down qui
engendrerait la perte des signaux et les relais dans le milieu de rayonnement du site.

b. Partie Transmission

C’est la partie qui permet l’interconnexion entre deux sites. Pour assurer cette
interconnexion entre deux sites ou plus, il y a présence des Macrowave(MW), les RTN,
les ODU, les IDU, les câbles IF et une cabinette.

En parlant de transmission, nous distinguons deux sortes de support de transmission :

 Supports matériels : câble, fibre optique, le câble Ethernet, etc.


 Supports immatériels : faisceaux hertziens, etc.

La performance du réseau dépend entre autres, de la qualité du signal transmis par


les médias de transmissions ; c’est pour cela que les ingénieurs peuvent installer des
équipements MW des différents fournisseurs.

La réception et la transmission du signal d’un site à un autre se fait au niveau du


macrowave, plus la distance est grande plus le diamètre du macrowave augment (0.3,
O.6, 0.9, 1.2, 2.4, 3.0). Le signal arrive sur la RTN qui est constitué de slot. La RTN
fait la gestion entre deux antennes et qui est relié par le E1 au BBU et par la suite ce
dernier est relié au GRFU par des câbles CPRI pour la connexion 2G et relié au RRU
par les fibres pour la gestion de la connexion 3G anciennement, mais à nos jours le
RRU joue le rôle de GRFU. Seules les fréquences de RRU différencient les
générations. Les RRU ont remplacé les GRFU car ces derniers chauffaient trop et
déclenchaient les fréquemment les alarmes par conséquent.

 Topologie de MW
o En étoile : souvent utilisée dans les villes (ex : site de l’Edap est le site nœud
dans ville de bukavu).

Figure 1: Topologie en Etoile

o En chaine ou backbone : souvent utilisée pour de longues distances (ex :


bukavu -maniema).

Figure 2: Topologie en Chaines

o En Ring : est la plus efficace parce que, s’il y a pane(echec de transmission)


entre deux sites , la connection passe toujours dans les autres sites en
changeant de direction.(bukavu-goma-idjwi-bukavu).

Figure 3: Topologie en Ring


c. Partie Radio
C’est la partie qui permet le déploiement du réseau dans un mieux donné
(communément appelé Cellule). Ce sont les éléments qui permettent la
couverture du réseau et la transmission d’ondes radioélectriques. Pour assurer
ce déploiement du réseau (avec tous les services y afférant), il faut des antennes
sectorielles, la BBU, les câbles (Jumpers, Fiders, …), les RRU et une cabinette.
Les antennes sectorielles sont souvent placées au nombre de trois sous la forme
standard car chaque antenne couvre 1200C. Elles sont appelées sectorielle car
elle couvre un milieu précis.
On classe les antennes selon leurs champs de couverture mais aussi selon
l’évolution technologique.
o Selon leurs zones de couverture on distingue deux types :
– Omnidirectionnelle (l’angle d’ouverture est de 360°) : très adaptée aux
zones rurales et faiblement peuplées. Son gain d’amplification est faible,
environ 9 dB.
- Directionnelles ou Sectorielles : Elles sont adaptées aux zones
urbaines et fortement peuplées. Son gain d’amplification est de 13 à 16
dB. Elles sont les plus fréquentes car elles permettent un maillage
optimisé d’une zone géographique et limitent les interférences entre
canaux utilisant une même fréquence. On en distingue les antennes bi-
sectorielles (l’angle d’ouverture est de 180°) et les antennes tri-
sectorielles (l’angle d’ouverture est de 120°).

o Selon le nombre des fréquences utilisables, on en distingue actuellement cinq


types :
– V-Pool : Ce sont des antennes utilisées souvent dans les milieux ruraux.
Elle possède un seul port qui est de 900Mhz. On les place toujours au
nombre de six car pour chaque côté la transmission et la réception
possède chacune son antenne. Elles restent encombrantes malgré
qu’elles possèdent une grande portée.
– X-Pool ou Single-Band : Possède deux ports TX et RX. D’où la notion de
Single Band car une bande possède le TX et le Rx. On possède une
seule fréquence manipulable ; soit le 900 ou le 1800 ou le 2100 soit
encore le 2600. Ici, sa portée dépendra de la fréquence utilisée.
– XX-Pool ou Dual-Band : Possède quatre ports 2 TX et 2 RX. D’où la notion
de Dual Band car chaque bande possède ses TX et Rx. On possède
deux fréquences différentes manipulables ; soit le 900 et le 1800 ou
encore le 900 et le 2100, en gros selon ses désirs. Ici, sa portée
dépendra de la fréquence utilisée.
– XXX-Pool ou Tri-Band : Possède six ports 3 TX et 3 RX. D’où la notion de
Tri Band car chaque bande possède ses TX et Rx. On possède trois
fréquences différentes manipulables ; soit le 900, le 1800 et le 2100 ou
encore le 900, le 2100 et le 2600, en gros selon ses désirs. Ici, sa portée
dépendra de la fréquence utilisée.
– XXXX-Pool ou Quadri-Band : Possède huit ports 4 TX et 4 RX. D’où la notion
de Quadri Band car chaque bande possède ses TX et Rx. On possède
quatre fréquences différentes manipulables ; soit le 900, le 1800, le
2100 et le 2600 ou encore le 900, le 1800, le 900 encore, le 2100 et le
2600, en gros selon ses désirs. Ici, sa portée dépendra de la fréquence
utilisée.

Dans le souci d’arroser le max de la population d’un secteur donné, il est


capital d’optimiser le positionnement de l’antenne. Pour optimiser l’antenne,
il y a deux types de mouvements à effectuer sur l’antenne notamment le Tilt
et l’Azimit.

 Le Tilt : c’est un mouvement allant de haut en bas. Il y a aussi deux


formes de tilt. Le premier est le tilt mécanique ou manuelle et le
second est le tilt électronique qui s’effectue à l’aide d’un logiciel. On
utilise le Tiltimètre comme appareil de mesure.

- Le tilt électrique a le rôle d’augmenter la puissance et la longueur


d’onde du signal en réglant sur des dispositifs bien gradués
indiquant des degrés. Ce réglage tourne l’antenne de manière
horizontale.

- Le tilt mécanique a pour rôle de diminuer ou d’augmenter la


distance de couverture en faisant une inclinaison en bas ou en
haut respectivement. Cette inclinaison de l’antenne GSM a une
sorte de correspondance d’angle graduée sur son support.
Figure 4: Dispositif Tilt Electrique

Figure 5: Dispositif Tilt Mécanique

 L’Azimit : c’est un mouvement de droit à gauche. On utilise la


boussole comme l’appareil de mesure.

Figure 6: Antenne Sectorielle

2.3.2 Explication de quelques technologies et modules


2.3.2.1 LA TECHNOLOGIE GSM
a. Synthèse des principales caractéristiques du GSM
La norme GSM prévoit que la téléphonie mobile par GSM occupe deux bandes de
fréquences aux alentours des 900 [MHz] :
1. La bande de fréquence 890 − 915 [MHz] pour les communications montantes
(du mobile vers la station de base) et
2. La bande de fréquence 935 − 960 [MHz] pour les communications
descendantes (de la station de base vers le mobile).

Comme chaque canal fréquentiel utilisé pour une communication a une largeur de
bande de 200 [kHz], cela laisse la place pour 124 canaux fréquentiels à répartir entre
les différents opérateurs. Mais, le nombre d’utilisateurs augmentant, il s’est avéré
nécessaire d’attribuer une bande supplémentaire aux alentours des 1800 [MHz]. On
a donc porté la technologie GSM 900 [MHz] vers une bande ouverte à plus haute
fréquence. C’est le système DCS-1800 (Digital Communication System)
dont les caractéristiques sont quasi identiques au GSM en termes de protocoles et
de service. Les communications montantes se faisant alors entre 1710 et 1785 [MHz]
et les communications descendantes entre 1805 et 1880 [MHz]. Connaissant les
différents canaux disponibles, il est alors possible d’effectuer un multiplexage
fréquentiel, appelé Frequency Division Multiple Access (FDMA), en attribuant un
certain nombre de fréquences porteuses par station de base. Un opérateur ne dédie
pas pour autant une bande de fréquences par utilisateur, car cela conduirait à un
gaspillage de ressources radio étant donné qu’un utilisateur émet par intermittence.
De plus, avec un tel système, si une source parasite émet un bruit
à une fréquence bien déterminée, le signal qui se trouve dans la bande de fréquence
contenant le parasite sera perturbé. Pour résoudre ces problèmes, on combine le
multiplexage en fréquence à un multiplexage temporel (appelé Time DivisionMultiple
Access ou TDMA) consistant à diviser chaque canal de communication en trames de
8 intervalles de temps (dans le cas du GSM). Pour être complet, signalons qu’il
existe encore une autre technique de multiplexage appelé Code DivisionMultiple
Access (CDMA), utilisée dans la norme américaine IS-95 ou promue pour l’UMTS.
Ainsi, avec le TDMA, il est par exemple possible de faire parler huit utilisateurs l’un
après l’autre dans le même canal. On multiplie donc le nombre de canaux
disponibles par unité de temps par huit.
Le tableau 1 montre les caractéristiques des réseaux à technologie GSM et il
compare les normes. Tous les terminaux mobiles fabriqués actuellement sont
compatibles avec les 2 normes ; ces terminaux sont appelés bi-bandes ou dual-band.
Sur le territoire des États-Unis, aucune des bandes de fréquences pré-citées
n’étaient encore disponibles. C’est pourquoi le réseau à technologie GSM américain
utilise des bandes autour des 1900 [MHz]. Des terminaux capables d’opérer dans les
trois bandes sont appelés tri-bandes
Le réseau GSM est composé de 3 parties essentielles dont : le sous-système radio
BSS (Base Station Subsystem) ; le sous-système réseau NSS (Network Sub-
System) ; le système réseau de gestion NMS (Network Management System), ou
connu sous une autre appellation, le sous-système d’exploitation et de maintenance
OSS (Opération and Maintenance Sub System)

 Le sous-système radio (BSS)

Ce sous-système est constitué de stations de base BTS (Base Transreceiver Station),


qui assure le lien radioélectrique avec les abonnés mobiles MS. Les BTS sont gérés
par un contrôleur de stations de base BSC (Base Station Controller), qui assure
également la fonction de concentration du trafic. Le BSC est connecté à un sous-
multiplexeur transcodeur TCSM (TransCoderSub-Multiplexer) qui rend compatible le
réseau GSM avec les réseaux numériques fixes publics avec une adaptation du débit
des circuits de parole.

 Le sous-système réseau NSS


C’est une interface entre le réseau GSM et le réseau fixe public, elle regroupe toutes
les fonctions de commutation et de routage, localisées dans le MSC (Mobile-services
Switching Center). Les données de référence, propre à chaque abonné sont
enregistrées dans une base de données répartie sur des enregistreurs de localisation
HLR (Home Location Register) afin de minimiser les accès aux VLR (Visitor Location
Register). Le MSC utilise un enregistreur de localisation temporaire le VLR, contenant
les données de travail relatives aux abonnés présents dans la zone gérée par le MSC.

 Le sous-système d’exploitation et de maintenance NMS


Il est utilisé par l’opérateur pour administrer son réseau, de manière locale par des
OMC (Opération and Maintenance Centre), et de manière générale par les NMC
(Network Management Centre). Les fonctions de sécurité et de contrôle d’accès au
réseau sont assurées par le centre d’authentification AUC (AUthentication Centre) et
l’enregistreur des identités des équipements EIR (Equipment IdentityRegister)
o Le sous-système réseau
Le sous-système réseau, appelé Network Switching Center (NSS), joue un rôle
essentiel dans un réseau mobile. Alors que le sous-réseau radio gère l’accès radio,
les éléments du NSS prennent en charge toutes les fonctions de contrôle et d’analyse
d’informations contenues dans des bases de données nécessaires à l’établissement
de connexions utilisant une ou plusieurs des fonctions suivantes : chiffrement,
authentification ou roaming.

Le NSS est constitué de :

– Mobile Switching Center (MSC)


– Home Location Register (HLR) / Authentication Center (AuC)
– Visitor Location Register(VLR)
– Equipement IdentityRegister(EIR)

Figure 7:Technologie GSM

b. Quelques modules

o BBU3900 GTMU
Le module de BBU fournit la fonction de base de transmission et de commande,
fournissent l’horloge de référence, l’alimentation d’énergie, l’interface d’entretien
et l’interface externe de collection d’alarme, contrôle et contrôlent la station de
base entière.
o Port de panneau de FAN

Câble de
Interface Type Instruction
connecteur
Connectez la
Connecteur de fibre entre le L’entrée et sortie de signal de
CPRI0~CPRI5
DLC BBU et le RFU transmission de la lumière.
CPRI
Connecteur Câble Ethernet L’entretien et l’élimination des
ETH
RJ45 spécial imperfections proximaux.
Relié par le dispositif de câblage
Connecteur sous la salle des ordinateurs et les
FE0
RJ45 formes, l’information de réseau de
transmission.
Sous forme de fibre optique reliée au
Connecteur de dispositif de cheminement dans la
FE1 Fibre optique
DLC salle des ordinateurs, réseau de
transmission de l’information
Connecteur Utilisant l’USB à la mise à jour
USB /
d’USB logicielle automatiquement.
Connecteur Selon l’instrument spécifique d’essai
ESSAI /
d’USB pour l’essai d’horloge.
Connecteur Câble de BBU Entrée et sortie du signal E1/T1 route
E1/T1
DB26 masculin E1/T1 de 4.

o BTS

La BTS ou base transceiver station (en français, station de transmission de


base ou station émettrice-réceptrice de base) est un des éléments de base du
système cellulaire de téléphonie mobile GSM, appelé plus communément
« antenne-relais GSM » (à différencier de l’antenne-relais UMTS, de type
Node B).

Schématiquement, elle est composée essentiellement d’un élément d’interface


avec la station la contrôlant (la BSC), d’un ou plusieurs émetteurs et
récepteurs (transceiver, TRX) et d’une à trois antennes : elle forme ainsi une
cellule (base du maillage d’un réseau de téléphonie mobile).
Fonction
Elle est chargée de la liaison radio avec les stations mobiles.
Les rôles principaux d’une BTS sont :
 L’activation et la désactivation d’un canal radio ;
 Le multiplexage temporel (Accès multiple à répartition dans le temps ou
TDMA) et la gestion des sauts de fréquences (Étalement de spectre par
saut de fréquence ou frequencyhopping) ;
 Le chiffrement du contenu à transmettre (pour la confidentialité de la
communication sans fil) ;
 Les codages canal, chiffrement des trames, modulation, démodulation
et décodage du signal radio (protection contre les erreurs de
transmission, interférences, bruits…) ;
 Le contrôle de la liaison ;
 La surveillance des niveaux de champ reçu et de la qualité des signaux
(nécessaire pour le transfert intercellulaire) ;
 Le contrôle de la puissance d’émission (limiter la puissance à ce qui est
suffisant pour ne pas trop perturber les cellules voisines).
Le domaine de la BTS reste néanmoins la liaison physique radio, l’essentiel
des fonctions de contrôle et de surveillance est réalisé par la BSC.
Capacité
Un TRX (Transmission/Réception Unit) est un émetteur récepteur qui gère une
paire de fréquences porteuses (une en voie montante, une en voie
descendante). On peut multiplexer jusqu’à 8 communications GSM
simultanées sur un TRX grâce à la technique d’accès multiple TDMA.
En théorie, la capacité maximale d’une BTS est de 12 TRX. Ainsi, elle peut
gérer jusqu’à 96 communications simultanées. Mais cette limite n’est jamais
atteinte en pratique.
Dans les zones rurales, le rôle de la BTS est d’assurer une couverture. Elle
est donc généralement limitée à un seul TRX ou deux si l’opérateur prévoit un
TRX de secours. Dans les zones urbaines, la BTS doit assurer une couverture
mais également écouler un trafic conséquent. Elle peut donc être équipée de
deux à neuf TRX.
Afin d’écouler plus de trafic, les opérateurs préfèrent augmenter le nombre de
BTS plutôt que d’augmenter le nombre de TRX par BTS. Ainsi, les
interférences entre canaux utilisant les mêmes fréquences sont limitées.
Pour les télécommunications, les distances maximales qui peuvent être
atteintes pour les transmissions dépendent de plusieurs facteurs :
 La topologie du terrain, les obstacles naturels.
 Les capacités d’absorption ou de réflexion des obstacles
 Le type d’antenne et sa taille, son câble et le soin apporté à sa
réalisation
 La position de l’antenne et son réglage
 La fréquence utilisée
 La puissance d’émission.

Figure 8: Pylône d’Une BTS

Une BTS classique peut émettre jusqu’à 35 km au maximum (dans la bande de


fréquence des 900 MHz). On parle de macro-cellule pour un rayon compris
entre 2 km et 35 km et de petite cellule (small-cell) pour un rayon compris entre
500 m et 2 km.
Les micro BTS sont conçues pour les zones urbaines et définissent des
microcellules (rayon inférieur à 500 m) ; les Femtocells ont une portée de 10 à
20 m (utilisées en général dans des locaux fermés).
La différence entre GSM 900 et 1800
Le GSM 900 utilise la bande 880-915 MHz pour l’envoi de la voix ou des
données depuis le mobile et la bande 925-960 MHz pour la réception des
informations venant du réseau.
Le GSM 1800 utilise la bande 1 710 MHz-1 785 MHz pour l’envoi des données
depuis le terminal mobile (upload) et la bande 1 805 MHz-1 880 MHz pour la
réception des informations (download).
Les appareils qui fonctionnent tant en 900 qu’en 1800 sont appelés GSM dual
band ou simplement dual band.
Le GSM 1800 est également appelé DCS 1800 (Digital Communication
System).
Conclusion Générale
Ce rapport présente les résultats d’un mois et demi effectué à HUAWEI, d’une période
allant du 12 Aout au 21 Septembre, nous a permis de bien comprendre en pratique
comment se fait l’installation d’une BTS, la configuration d’une BTS, l’alignement,
l’optimisation d’une antenne, la transmission et la réception de l’information via les
réseaux principalement le réseau Airtel. Nous avons appris aussi comment la BSC
fonctionne en pratique et en particulier les différents fonctionnements de la BTS.
Table de Matières
REMERCIEMENTS .................................................................................. 1

SIGLES ET ABREVIATIONS ..................................................................... 2

LISTE DES FIGURES ............................................................................... 4

INTRODUCTION ...................................................................................... 5

CHAPITRE 1 : PRESENTATION DE L’ENTREPRISE ....................................... 6

1. Situation géographique ............................................................................................................ 6


CHAPITRE 2 : DEROULEMENT DU STAGE ET DESCRIPTION DES ACTIVITES DU
STAGE .................................................................................................. 7

2.1 Introduction ............................................................................................................................... 7


2.2 Grille d’activités réalisées pendant le stage ..................................................................... 7
2.3 Description d’un site ............................................................................................................... 7
2.3.0 Introduction ........................................................................................................................ 7
2.3.1 Description proprement dit d’un site .......................................................................... 7
2.3.2 EXPLICATION DE QUELQUES TECHNOLOGIES ET MODULES ........................ 13
CONCLUSION GENERALE ..................................................................... 21