Vous êtes sur la page 1sur 1

T echnique

Te c h n i q u e

Plasma ou LCD, quel écran plat choisir ?


IP R. Marianowski*

S
i vous cherchez un téléviseur, il est devenu difficile de La taille des écrans est également fonction de la technologie.
trouver autre chose qu’un écran plat LCD ou plasma. Les écrans LCD dépassent rarement 40 pouces (102 cm) de
Même si extérieurement ces deux types d’écran se res- diagonale, alors que c’est un minimum pour l’écran plasma, qui
semblent beaucoup, quelle est la différence technologique qui va généralement de 50 à 60 pouces (127 à 152 cm) de diagonale.
sous-tend la différence de prix ? Avec de telles tailles d’écran, pas question d’avoir le nez collé
Dans un cas comme dans l’autre, l’encombrement est parti- dessus, ce qui évite les effets de scintillement. Un écran plasma
culièrement réduit par rapport à une télévision cathodique de 50 pouces doit en effet être regardé à 4 mètres de distance.
standard. De plus, la précision et la définition de l’affichage sont En fonction de la taille d’écran que vous choisirez, vous opterez
considérablement accrues. Dans des tailles d’écran communes donc pour telle ou telle technologie (écran de 32 pouces : LCD ;
aux deux technologies (autour de 40 pouces), les définitions au-delà de 40 pouces : plasma). ■
sont équivalentes, soit 1 280 x 720 points. Les détails des films
apparaissent plus précisément si la source est de bonne qualité,
c’est-à-dire numérique (TNT, DVD, jeux vidéos, PC “de salon”).
Dès que la qualité se dégrade, avec une mauvaise réception
hertzienne, les écrans amplifient les défauts.  Encadré
La luminosité de l’écran LCD varie en fonction des lampes choi-
sies par le fabricant pour éclairer la dalle. Les écrans plasma Les principes technologiques
sont plus homogènes dans l’ensemble, offrant une bonne
luminosité.  Écran cathodique. L’image est composée de pixels. Chacun d’eux
Lorsque l’on compare une télévision numérique et une télé- est formé de trois sous-pixels (un vert, un rouge, un bleu) qui peuvent
vision analogique, on est souvent frappé par la différence de être plus ou moins lumineux. L’image est formée par des électrons pro-
contraste, mesurée en calculant le rapport de luminosité entre jetés sur un écran de verre, avec une variation de champ magnétique
image blanche et image noire. Même si cette mesure n’est pas qui est à l’origine du balayage de l’écran.
prépondérante dans la perception visuelle, la différence reste
importante. Pour compenser le manque de profondeur du noir  Écran plasma. Dans l’écran plasma, chaque sous-pixel est une
des écrans LCD (les cristaux liquides laissent toujours passer petite ampoule (soit plus de 3 millions d’ampoules pour un écran de
un peu de lumière résiduelle), les constructeurs utilisent des 1 024 x 1 024 pixels) remplie d’un gaz rare : le xénon. Sur chacune d’elles,
lampes puissantes qui leur permettent d’obtenir un rapport on place des électrodes entre lesquelles passe un courant électrique,
blanc/noir favorable. Mais, sur LCD, les images sombres semble- lequel est à l’origine d’un champ magnétique transformant le xénon
ront toujours tirer sur le gris. Les plasmas émettent de la lumière en plasma et permettant une libération de photons. Mais les photons
dans les images noires, mais dans une moindre mesure. émis le sont dans l’ultraviolet, invisible pour l’œil humain. Pour les ren-
Lorsque l’on étudie l’aptitude de l’écran à reproduire les nuances dre visibles, on intègre un scintillateur bleu, vert ou rouge dans chaque
les plus subtiles entre les différentes couleurs, les écrans plasma ampoule. La juxtaposition de trois ampoules avec des scintillateurs dif-
sont très supérieurs, car ils permettent d’afficher des nuances férents formera un pixel sur l’écran plasma. En variant l’intensité électri-
de gris y compris dans les images les plus sombres. De plus, que, on obtient une image avec plus ou moins d’intensité lumineuse, et
ils offrent un angle de vue à 180 degrés alors que l’écran LCD en combinant les trois couleurs on obtient toutes les nuances.
est limité à 110 degrés à l’horizontale et à moins de 90 degrés
à la verticale.  Écran LCD. Il se compose de plusieurs couches. Vient tout d’abord
Mais attention, la dalle d’affichage peut rester marquée si des une dalle lumineuse qui produit une lumière blanche. Devant elle se
images statiques lumineuses sont affichées trop longuement. trouvent deux dalles polarisées qui ne laissent passer la lumière que
En outre, si vous regardez l’image de trop près, il existe un effet sous un certain angle : la première bloque la lumière horizontalement,
de scintillement, surtout avec les images très lumineuses. Cet et l’autre verticalement. Entre ces deux plaques se trouvent des cris-
effet est atténué par des filtres antibruits mais reste perceptible taux liquides qui permettent de faire varier la quantité de lumière en
à faible distance. fonction de l’intensité électrique passant dans les cristaux. Enfin, une
dernière couche teinte la lumière (en vert, rouge ou bleu) pour que les
sous-pixels forment une image colorée.
* Service ORL, hôpital Augustin-Morvan, CHU de Brest.

28 La Lettre d’ORL et de chirurgie cervico-faciale - n° 309-310 - avril-septembre 2007