Vous êtes sur la page 1sur 14

Structures

métalliques
C. HAZARD
F. LELONG
B. QUINZAIN
F. FLERIT
W. VERMOTE
table des matières
1. Entreprises de structures 5.5. Essai de résilience charpy................ 46
métalliques................................................. 1 5.6. Conversion dureté – résistance
à la traction............................................... 47
2. Normes de qualité et Normes
environnementales............................. 2 6. Acier – propriétés mécaniques –
traitements de surface................. 49

ait
3. RÉGLEMENTATION – eurocodes..... 3 6.1. structure de l’acier.............................. 49
3.1. RÉGLEMENTs de calcul EN 6.2. trempe............................................................. 50
CONSTRUCTION MÉTALLIQUE..................... 3 6.3. propriétés mécaniques
3.2. Règlements en chaudronnerie......... 5 de l’acier........................................................ 51
3.3. HYGIÈNE ET SÉCURITÉ................................... 6 6.4. traitements de surface....................... 52
3.3.1. NIVEAU DE PROTECTION DES PERSONNES 6.5. nettoyage industriel –
EN STRUCTURES MÉTALLIQUES.................... 7 traitements mécaniques..................... 53
3.3.2. NIVEAU DE SÉCURITÉ EN ATELIER ET SUR
CHANTIER............................................................. 7 7. produits sidÉrurgiques –
profilés et aciers marchands
4 matériaux de construction......... 9 – formes, dimensions,
4.1. métaux ferreux............................................ 9 caractéristiques................................ 55
4.1.1. fontes...................................................................9 7.1. vocabulaire................................................. 55
tr
4.1.2. aciers................................................................. 10 7.2. notations....................................................... 57
4.2. métaux et alliages non ferreux.... 20 7.3. poutrelles................................................... 58
4.2.1. aluminium et alliages d’aluminium 7.4. Laminés marchands usuels............... 86
corroyés........................................................ 20 7.5. Trusquinage............................................... 111
4.2.2. alliages d’aluminium de fonderie.... 22 7.5.1. Trusquinage des âmes
4.2.3. cuivre et alliages de cuivre................ 23 et des ailes des poutrelles.............. 111
4.3. matières plastiques............................... 24 7.5.2. Trusquinage des laminés
4.4. matériaux composites.......................... 24 marchands usuels.................................. 115
ex
4.4.1. différentes structures 7.6. Produits plats.......................................... 117
de renfort..................................................... 25 7.7. Profils creux............................................ 121
4.4.2. propriétés des matériaux 7.7.1. Profils creux pour
composites.................................................... 25 construction............................................. 121
4.4.3. caractéristiques des matériaux 7.7.2 tubes acier pour métallerie............. 126
composites usuels................................... 25 7.8. Tubes acier pour canalisations
4.5. béton................................................................ 26 et accessoires......................................... 128
4.6. ISOLANTS.......................................................... 28 7.9. profilés formés à froid.................... 131
4.7. LE BOIS EN STRUCTURES 7.10. produits en acier inoxydable....... 132
MéTALLIQUES.................................................. 32 7.11. profilés aluminium ou alliages
4.8. VERRES INDUSTRIELS.................................. 36 d’aluminium................................................ 139
4.9. Recherche d’un matériau avec une
application Internet spécifique 8. dossiers contractuels............... 141
Metonorm.com...................................... 40 8.1. En chaudronnerie – tuyauterie.... 141
8.1.1. catégories d’appareils......................... 141
5. ESSAIS MÉCANIQUES DES 8.1.2 dossiers constructeurs
MATÉRIAUX.................................................... 43 et dossiers d’appareils........................ 144
5.1. ESSAI DE TRACTION...................................... 43 8.1.3. qualification et descriptif d’un
5.2. essai de dureté brinell........................ 44 mode opératoire de soudage (M.O.S) –
5.3. Essai de dureté rockwell.................. 45 Qualification des soudeurs.............. 146
5.4. Essai de dureté vickers........................ 45 8.2. en construction métallique.......... 147
table des matières

9. dossier des méthodes................... 149 11.6. Garde-corps et rampes


9.1. processus de recherche et de d’escalier (pour les locaux
conception................................................. 149 accessibles au public)........................ 230
9.2. DOCUMENTS TECHNIQUES...................... 150 11.7. couvertures.............................................. 231
9.3. gamme d’usinage..................................... 151 11.7.1. couvertures fibres-ciment............... 231
9.4. dessin de définition.............................. 154 11.7.2. couvertures en matériaux
métalliques................................................. 232
9.5. contrat de phase................................... 155
11.8. bardages...................................................... 236
9.6. symbolisation des prises

ait
de pièces....................................................... 156 11.8.1. bardages fibres-ciment....................... 236
11.8.2. bardages en matériaux
10. SYSTÈMES DE métalliques................................................. 236
REPRÉSENTATION.................................... 157 11.9. planchers................................................... 242
10.1. en CONSTRUCTION MÉTALLIQUE.......... 157 11.9.1. planchers métalliques........................ 242
10.1.1. ARCHITECTE.................................................... 157 11.9.2. planchers à coffrage perdu........... 244
10.1.2. BUREAU D’ÉTUDE.......................................... 159 11.9.3. Plancher collaborant........................ 245
10.1.3. bureau des méthodes........................... 168
12. ouvrages en chaudronnerie
10.2. en chaudronnerie................................. 171
et tuyauterie – réservoirs....... 249
10.3. en tuyauterie............................................ 175
12.1. capacité des réservoirs................... 249
12.2. supports...................................................... 250
11. ouvrages en construction
métallique............................................... 179 12.3. JUPES............................................................... 255
tr
11.1. vocabulaire des bâtiments 12.4. tourillons de levage.......................... 258
métalliques................................................ 179 12.5. fonds.............................................................. 259
11.2. Action sur les Bâtiments ................. 183 12.6. ouvertures................................................. 262
11.2.1. Les types d’actions et leurs 12.7. joints.............................................................. 263
combinaisons ............................................ 183 12.8. brides............................................................. 265
11.2.2. Poids propre (G)........................................ 184 12.9. échangeurs thermiques................... 273
11.2.3. Charges d’exploitation (I).................... 185
13. mise en forme des éléments.... 275
ex
11.2.4. Charges de neige (S) .............................. 186
11.2.5. Charges de vent (W) ............................... 191 13.1. cisaillage.................................................... 275
11.2.6. carte d’aléa sismique (France 13.2. tronçonnage – meulage.................... 276
métropolitaine et Communautés 13.3. oxycoupage................................................ 277
d’Outre-mer)............................................... 199 13.4. Découpage plasma................................. 278
11.3. stabilité des ouvrages....................... 200 13.5. Découpage laser.................................... 280
11.3.1. stabilité géométrique........................... 200 13.6. pliage des tôles...................................... 281
11.3.2. Stabilité au point de vue de la 13.7. Roulage des tôles................................. 286
résistance et de la forme.................. 209 13.8. emboutissage............................................ 288
11.4. assemblages dans les bâtiments 13.9. repoussage au tour –
et planchers métalliques............... 210 fluotournage – filage........................ 290
11.5. Moyens d’accès permanents 13.10. cintrage des tubes............................... 291
aux éléments d’installations
industrielles............................................ 218 14. assemblages thermiques........... 293
11.5.1. Choix d’un moyen d’accès................... 218 14.1. diffÉrents procédés
11.5.2. Passerelles et plates-formes de soudage................................................. 293
de travail...................................................... 218 14.2. mode opératoire de soudage :
11.5.3. Escaliers et échelles M. O. S.............................................................. 295
à marches..................................................... 219 14.3. Soudage oxyacétylénique............... 296
11.5.4. garde-corps............................................... 224 14.4. soudage par résistance
11.5.5. échelles fixes............................................ 228 par points.................................................... 297

V
table des matières
14.5. soudage à l’arc électrique : 16.5. GOUJONS D’ANCRAGE –
soudabilité................................................. 299 CONNECTEURS............................................. 366
14.6. dilatation et retrait............................ 300 16.6. chevilles...................................................... 368
14.7. déformations en soudage................ 301
14.8. effets du refroidissement.............. 302 17. ÉLÉMENTS DE CALCUL
14.9. défauts des joints soudés.............. 303
EN MÉCANIQUE......................................... 371
17.1. STATIQUE DANS LE PLAN.......................... 371
14.10. Énergie de l’arc électrique........... 304
17.2. moment STATIQUE – centre de

ait
14.11. préparation des bords....................... 306
gravité........................................................... 374
14.12. susceptibilité à la fissuration..... 307 17.3. centre de gravité.................................. 375
14.13. électrodes enrobées......................... 310 17.4. MOMENT QUADRATIQUE........................... 378
14.13.1. Les Électrodes enrobées 17.5 RéSISTANCE DES MATÉRIAUX................. 380
(aciers non-alliés)................................... 311
14.13.2. Les Électrodes enrobées 18. ÉLÉMENTS de calcul en
(aciers alliés)............................................. 312 construction métallique.......... 391
14.13.3. Les Électrodes enrobées 18.1. Résistance mécanique
(aciers inoxydables)............................... 313 des aciers de construction........... 391
14.14. brasage......................................................... 314 18.2. Classe de section.................................. 391
14.15. CONTRÔLES EN SOUDAGE....................... 315 18.2.1 définition...................................................... 391
14.15.1. essais destructifs.................................. 316 18.2.2 Calcul............................................................ 392
14.15.2. essais non-destructifs........................ 318 18.2.3 Table des classes des profilés
tr
14.15.3. types de soudures ouverts à ailes droites........................ 393
et types de contrôles.......................... 321 18.3. Vérification aux États Limites
14.16. SOUDAGE des aciers Ultimes (ELU)............................................... 394
inoxydables............................................... 323 18.3.1 sections tendues..................................... 394
14.17. Représentation symbolique 18.3.2 Sections comprimées ........................... 395
des soudures............................................ 327 18.3.3 Sections fléchies.................................... 396
18.4. Flambement des barres .................... 396
15. gamme de LEVAGE, 18.5. Déversement des barres ................. 398
ex
ou de MANUTENTION 18.6. Vérification ELU des barres
ou de TRANSFERT.................................. 337 comprimées et barres fléchies... 399
15.1. Opérations de manutention et 18.7. Vérification ELU des cordons
engins de levage..................................... 337 de soudure centrés par la
méthode simplifiée ............................... 400
15.2. Sécurité des opérations
de levage...................................................... 339 18.8. Caractéristiques des boulons.... 402
18.9. Conditions de pas et pinces............ 402
16. organes d’assemblage et 18.10. Vérification ELU Boulons Non
Précontraints.......................................... 403
accessoires............................................ 343
18.11. Vérification aux Etats Limites
16.1. boulons Non Précontraints.......... 343
de Service (ELS) ........................................ 408
16.2. boulons précontraints.................... 351
16.3. les poutres mixtes classiques..... 361 19. Logiciels.................................................... 409
16.4. les types de poteaux mixtes........... 362 19.1. Logiciels en construction
16.4.1. CHOIX DU TYPE DE POTEAU MIXTE......... 363 métallique.................................................. 409
16.4.2. STRUCTURES MIXTES 19.2. Logiciels en chaudronnerie........... 410
et cONNECTEURS DANS
LA CONSTRUCTION MéTALLIQUE............. 364 index ............................................................................. 411

VI
1. Entreprises de structures métalliques
Le vocable « structures métalliques » regroupe trois champs professionnels :
– la chaudronnerie, tuyauterie et tôlerie industrielle ;
– la construction métallique ;
– la construction navale (rattachée dans cet ouvrage à la chaudronnerie-tuyauterie).
Définitions Ces champs ont en commun la réalisation d’objets en métal. La nomenclature interprofessionnelle
des métiers rattache la chaudronnerie à la construction mécanique alors que la construction métal-
lique est recensée dans les métiers du bâtiment. Leur représentation en France est assurée par :

ait
– le Syndicat National de la Chaudronnerie Tuyauterie ou S.N.C.T. : www.snct.org ;
– le Syndicat de la Construction Métallique de France ou S.C.M.F. : www.scmf.com.fr.

La chaudronnerie est au cœur de l’industrie. Elle


fabrique, installe et maintient en état les équipements
mécano-soudés, les cuves et réservoirs (« chau-
dron ») ainsi que les tuyaux des installations indus-
trielles. Elle devance, par son chiffre d’affaires et ses
effectifs, la plupart des autres branches de la méca-
nique. Elle comprend près de 80 % d’entreprises dont
l’effectif est inférieur à cinquante salariés. On y dis-
tingue trois spécialités : (1) les spécialistes produits
qui fabriquent les équipements, (2) les ensembliers qui
les installent et (3) les spécialistes métiers qui main-
tiennent ces équipements.
tr
La
chaudronnerie • Les principaux secteurs d’activité
Le nucléaire (15 %) ; l’exploitation le transport et le trai-
Pièce forgée de cuve de réacteur nucléaire
tement du pétrole, du gaz et de l’eau ; la chimie et la
pétrochimie ; la pharmacie ; l’agro-alimentaire ; l’aérospatiale ; le ferroviaire ; l’aéronautique ; la pro-
duction et la distribution de chauffage…
• Les métiers concernés 
Ouvriers Chaudronnier, Tuyauteur et Soudeur.
ex
(1) Concepteurs de produits, (2) Spécialistes procédés (formage, découpe,
Techniciens et soudage, traitements thermiques et de surfaces, métallurgie …),
Ingénieurs (3) constructeurs de machines et d’équipements, (4) spécialiste maintenance,
(5) chef de projets, (6) Calculateur...

La construction métallique est une petite (10 %) mais très dynamique branche du secteur de la
construction.
Elle regroupe 400 entreprises dont
(80 % de PME) de profils très variés :
bureaux d'études spécialisés, ate-
liers de fabrication, entreprises de
montage et de levage…
La Elles emploient près de 20 000 per-
construction sonnes avec un taux d’encadrement
métallique élevé (50 %).
• Les principaux ouvrages
Immeubles, bâtiments industriels
ou agricoles, ponts, passerelles,
pylônes, silos, engins de levage et
plates-formes de forage.
Partie métallique d’un viaduc 4 voies en cours de réalisation
(photo F. Flerit).

1
2. Normes de qualité et Normes environnementales
Dans l’industrie, une norme est une règle fixant le type et les caractéristiques d’un objet fabriqué
ou d’un service ainsi que les conditions techniques de sa réalisation.
Les normes fournissent un cadre commun qui facilite les échanges en offrant des garanties à tous
les partenaires. C’est pourquoi clients et donneurs d’ordres font référence aux normes de qualité
Définition
dans les contrats qu’ils passent avec les fabricants et les fournisseurs.
La norme OHSAS 18001 de santé et de sécurité garantit par exemple la sécurité des employés
alors que les normes environnementales réglementent les impacts sur l’environnement de la

ait
production industrielle.

Échelle Désignation Organismes normalisateurs


La production Internationale ISO ISO : International Organization for standardization
de normes Européenne EN CEN : Comité Européen des Normes
Française NF AFNOR : Association Française de NORmalisation

Normes ISO Objectif de la norme Éléments clefs


Définir le vocabulaire et les – Orientation client.
ISO 9000 principes des normes de qualité – Leadership des cadres et implication du personnel.
ISO – Amélioration continue et analyse des processus.
Améliorer la réponse aux Afin de démontrer son aptitude à concevoir, fabriquer et fournir des
ISO 9001 exigences des clients produits satisfaisant aux exigences des clients et à la réglementation.
Améliorer les performances « La motivation des personnels commence par la compréhension des
tr
de l’entreprise et améliorer la tâches qui leur incombent et de la façon dont elles contribuent aux
satisfaction des clients et des activités d’ensemble. Les employés devraient être rendus conscients de
autres partenaires de l’entreprise l’intérêt d’un travail bien fait à tous les niveaux et des conséquences des
performances médiocres sur les autres employés, sur la satisfaction du
client, sur les coûts de fabrication et sur la prospérité de l’entreprise. »
Boucle de la qualité
Conception et
développement de produits
Recherches
et études de marchés Approvisionnement
ex
Mise au rebut
ISO 9004 après utilisation

Préparation et
développement
des procédés
Client/consommateur Producteur/fournisseur
Assistance
technique
et maintenance
Production

Installation
Contrôles essais
et mise en service
et examens
Ventes et
Conditionnement et stockage
distribution

ISO 9011 Définir la façon d’auditer les entreprises*

Définir le vocabulaire et les La préservation de l'air, de l'eau, du sol, et la protection contre les
ISO 14050 principes des normes de qualité nuisances sonores.
environnementale ISO
ISO 14006 Eco-conception : réduire les impacts environnementaux des produits et des services.

L’analyse du cycle de vie (ACV) évalue les impacts environnementaux globaux d’un produit depuis
ISO 14040 l’extraction des matières premières jusqu’à son traitement en fin de vie (mise en décharge, recyclage...) en
passant par les ressources naturelles utilisées.
* Les entreprises peuvent être certifiées par des organismes de contrôle tels que : AFNOR Certification, Cofrend, Bureau Veritas… Pour les
artisans et les plus petites entreprises la certification et la réorganisation qu’elle impose parfois représentent souvent un coût important.

2
3. RÉGLEMENTATION – eurocodes
3.1. RÈGLEMENTs de calcul EN CONSTRUCTION MÉTALLIQUE
Au cours du xxe siècle, chaque pays développé s’est doté de règles en matière de génie civil, afin
de maîtriser la qualité des constructions (résistance, stabilité dimensionnelle, coût, durée dans le
temps…).
Historique des
Eurocodes L’absence d’harmonisation normative de la construction européenne apparaît comme un obstacle

ait
au libre accès des entreprises de travaux, ou des bureaux d’études, aux marchés des autres États-
membres. L’Union européenne a confié au Comité Européen de Normalisation (CEN) la rédaction
des Eurocodes, une norme publiée sous le nom de Normes Européennes (EN).

Les Eurocodes sont les normes européennes qui régissent la conception, le calcul, l’exécution et
le contrôle des constructions (bâtiments, ponts, stades, éoliennes, mâts, silos, réservoirs…).
Les Eurocodes Les Eurocodes, accompagnés et modifiés par les Documents d’Application Nationaux (DAN), sont
la référence obligatoire dans les marchés publics et se substituent depuis 2010 aux normes, codes
et règlements nationaux.

Norme EN* Titre


EN 1990 Bases du calcul.
EN 1991-1 Actions sur les structures.
tr
EN 1991-1-1 Poids volumiques, poids propres et charges d’exploitation.
EN 1991-1-2 Actions sur les structures exposées au feu.
Eurocodes EN 1991-1-3 Charges de neige.
0 et 1
EN 1991-1-4 Actions du vent.
Bases de
calcul et EN 1991-1-5 Actions thermiques.
Actions
sur les EN 1991-1-6 Charges et déformations imposées pendant l’exécution.
ex
Structures EN 1991-1-7 Actions accidentelles.
EN 1991-2 Charges sur les ponts dues au trafic.
EN 1991-3 Actions sur les ponts roulants.
EN 1991-4 Actions dans les silos et réservoirs.
* EN : European Norm

Eurocodes Norme EN Titre


Eurocode 2 EN 1992 Calcul des structures en béton.
Eurocode 3 EN 1993 Calcul des structures en acier.
Eurocode 4 EN 1994 Calcul des structures mixtes acier-béton.
Eurocodes 2
à
Eurocode 5 EN 1995 Calcul des structures en bois.
Eurocodes 9 Eurocode 6 EN 1996 Calcul des structures en maçonnerie.
Eurocode 7 EN 1997 Calcul géotechnique.
Eurocode 8 EN 1998 Résistance des structures au séisme.
Eurocode 9 EN 1999 Calcul des structures en aluminium.

3
RÉGLEMENTs de calcul EN CONSTRUCTION MÉTALLIQUE
■■ La norme et la certification des entreprises et des produits
1. Norme Objet des exigences Nature des exigences techniques
(contractuelle) techniques (incluant les phases de fabrication et montage)
1. Résistance mécanique et stabilité
EN 1090-1 Composants structuraux
2. Sécurité en cas d’incendie
3. Hygiène, santé et protection du milieu
EN 1090-2 Structures en acier 4. Sécurité d’utilisation et accessibilité
5. Protections contre le bruit
EN 1090-3 Structures en aluminium 6. Économie d’énergie et isolation thermique

ait
7. Utilisation durable des ressources naturelles

2. Marquage CE Depuis juillet 2014 tous les ouvrages et les composants


(obligatoire) de construction métallique doivent posséder le
« marquage CE ».
Contrairement à la norme, qui a un caractère contractuel,
le marquage est obligatoire. Il impose la rédaction de
documents prouvant la conformité de l’ouvrage ainsi que
le contrôle ou la certification de la chaîne de production
par un organisme tiers.
ETI : Essai de Type Initial   Caractéristiques essentielles d’échantillons représentatifs
CTI : Calcul de Type Initial Vérifié par un organisme de contrôle
CPU : Contrôle de la Production en Usine Le CPU doit être certifié par un organisme de contrôle

■■ Les niveaux d’exigences en matière d’exécution (EXC)


tr
EN 1090 La qualité est une notion relative. Pour optimiser les coûts, on apportera plus ou moins de soin à la
« Règles réalisation d’un ouvrage ou d’une partie d’un ouvrage. La classe d’exécution par défaut est EXC2
techniques et au sein d’un même ouvrage celle-ci peut varier en fonction des exigences.
pour
l’exécution Classe de
Description Exemples d’ouvrage
de la conséquences
construction Conséquences faibles concernant la perte de vies Bâtiments où les gens ne résident
métallique » CC1 humaines ou conséquences économiques et sociales pas (entrepôt de remise, bâtiment
agricole)
ex
Conséquences moyennes concernant la perte de vies Habitations et immeubles de
CC2 humaines ou conséquences économiques et sociales bureaux, bâtiments publics
sur l’environnement (immeubles de bureaux)
Conséquences graves concernant la perte de vies
Tribunes, bâtiments publics
CC3 humaines ou conséquences économiques et sociales
(salles de spectacles...)
sur l’environnement

Catégorie de
Critères concernant les charges appliquées à l’ouvrage en service
service
– actions quasi statiques seulement ;
SC1 – charges sismiques dans des zones de faible activité sismique ;
– fatigue des ponts roulants.
– fatigue (exemples : ponts-routes et ponts-rails, ponts roulants) ;
SC2 – charges dynamiques (vent, public, machines en service...) ;
– charges sismiques en zones de moyenne et forte activité sismique.

Catégorie
Critères concernant les procédés d’obtention des éléments
de Production
– boulonné ;
PC1
– soudé dans les qualités d’acier inférieures à S355.
– soudé dans les qualités d’acier S355 et supérieures ;
– soudé sur site ;
PC2
– déformé à chaud et traité thermiquement ;
– poutres en treillis réalisés à l’aide de tubes ronds formés à froid.

4
3. RÉGLEMENTATION – eurocodes

Classes CC1 CC2 CC3


d’exécution (EXC) SC1 SC2 SC1 SC2 SC1 SC2
PC1 EXC1 EXC2 EXC2 EXC3 EXC3 EXC3
PC2 EXC2 EXC2 EXC2 EXC3 EXC3 EXC4
EN 1090
« Règles Impact des classes d’exécution Responsable
Pièces Perçage
techniques sur la qualité de fabrication soudage
pour Pas de dossier pas de rayon
Structure simple (hangar agricole) EXC1 Ouvrier
l’exécution Qualité mini

ait
de la Ouvrier Qualifié Traçabilité rayon mini
construction Bâtiments standard EXC2  
EN 14731 partielle 5 mm
métallique » Technicien Traçabilité rayon mini
(suite) Bâtiments publics, ponts... EXC3
EN 14731 totale 5 mm
Traçabilité
Structures spéciales (centrales Ingénieur totale Poinçonnage
EXC4
nucléaires) EN 14731 Épaisseurs de interdit
classe B

3.2. Règlements en chaudronnerie


Codes métiers Champ d’application Divisions

Appareils à Pression non soumis à 1&2 : conception et calcul


CODAP
l’action de la flamme 3 : recommandation pour la maintenance
tr
1 : tuyauteries industrielles
Les codes de CODETI Code de construction des  tuyauteries 2 : canalisations de transport
conception et 3 : conduites forcées
de calcul
Réservoirs de stockage cylindriques 1 : code de construction
CODRES
verticaux 2 : recommandations pour la maintenance

Code de construction des générateurs 1 : générateur à tubes de fumée


COVAP
de vapeur ou d'eau surchauffée 2 : générateur à tubes d’eau
ex
Normes Européennes
Europeran Pressure Equipment Directive (PED 97/23/EC)

EN 12952 Chaudières à tubes d’eau


Partie 1 : Généralités
Partie 2 : Matériaux
Récipients sous pression
EN 13445 Partie 3 : Conception et calcul
non soumis à la flamme
Partie 4 : Fabrication et installation
Partie 5 : Inspection et contrôle
EN 13480 Tuyauteries industrielles métalliques

Les normes de Partie 1 : Généralités


conception et Soudage Partie 2 : Aciers ferritiques
d’exécution EN 1011 Recommandations pour le soudage des maté- Partie 3 : Aciers inoxydables
riaux métalliques Partie 4 : Alliages d’aluminium
Partie 8 : Fontes

Exigences de qualité en soudage par fusion des – Gestion des compétences


matériaux métalliques – Gestion des procédés
EN ISO 3834
(définit les critères d’attribution d’une certification – Organisation de l’atelier
soudure aux entreprises) – Réalisation du contrôle

EN 15085 Applications ferroviaires – Soudage des véhicules et composants ferroviaires

5
Règlements en chaudronnerie

NF EN 10217 Tubes soudés en acier pour appareils à pression

NF EN 10222 Pièces forgées en acier pour appareils à pression

NF EN 10027 Aciers pour appareils à pression

Les normes NF EN 10028 Produits plats en acier pour appareils à pression


produits
NF EN 10025 Aciers de construction d’usage général

ait
NF EN 10164 Tôles et larges plats avec propriétés garanties dans le sens perpendiculaire à la surface.

NF EN 1759 Brides et leurs assemblages

3.3. HYGIÈNE ET SÉCURITÉ


L’hygiène ainsi que la sécurité en chaudronnerie, en tuyauterie industrielle et en construction
métallique sont d’une importance capitale.
Pour l’entreprise, l’obligation en matière de santé et sécurité passe par la rédaction d’un docu-
Obligation ment unique d’évaluation des risques. L’inspection du travail peut demander ce document à tout
pour
moment. Le document unique (DU) s’inscrit dans la démarche de prévention des risques profes-
l’entreprise
sionnels et regroupe les résultats de l’évaluation des risques de l’entreprise. Il est obligatoire dans
toutes les entreprises, quels que soient leur effectif et le secteur d’activité.
tr
• Repérer les dangers, c’est mettre en évidence les propriétés intrinsèques d’un équipement,
d’un agent chimique ou biologique généré par les activités ou utilisé dans les procédés de fabrica-
tion, d’une organisation du travail (travail de nuit, horaires décalés…) et susceptibles de causer un
dommage à l’intégrité physique et/ou mentale des salariés. C’est à cette étape que sont repérés
les facteurs de pénibilité.
Inventaire
des risques • Lister les risques repose sur l’observation des personnels de l’entreprise au travail dans un
environnement dont la dangerosité a été préalablement identifiée.
ex
• Classer les risques permet de passer d’un inventaire des risques à la définition d’un plan d’ac-
tions cohérent. Le mode de classement reste au choix de l’employeur. Il peut s’appuyer sur l’ex-
périence et les connaissances des salariés ou sur des données statistiques.

Appuyées sur l’identification et le classement des risques, et après avis des instances représen-
tatives des salariés, les actions décidées – qui seront de la responsabilité du chef d’entreprise –
Plans contribueront à alimenter le plan annuel de prévention.
d’actions de Objectifs de la concertation avec les salariés :
prévention
– débattre de priorités d’actions ;
– aider à planifier les actions.

Sur la base des travaux d'évaluation des risques professionnels, des actions de formation et de
leur expérience, les personnels d’atelier et de chantier doivent être capables de :
1) Prévoir et identifier les risques d’accidents non seulement pour le ou les acteurs, mais aussi en
Formation rapport avec l’environnement.
des
personnels 2) Adopter les règles, les méthodes  et les solutions de mise en œuvre permettant d’assurer la
sécurité des personnes et des biens.

6
3. RÉGLEMENTATION – eurocodes

3.3.1. NIVEAU DE PROTECTION DES PERSONNES EN STRUCTURES MÉTALLIQUES


ÉTATS DES
PERSONNES ET Conséquences possibles Remèdes possibles
DES BIENS

• Brûlures thermiques et chimiques • Gants en cuir avec manchette (soudage à


• Coupures l’arc électrique)
• Écorchures • Gants de protection armés (meulage)

ait
LES MAINS • Pénétration de corps étrangers • Gants de protection résistant aux bavures,
• Écrasement corps gras, souples (manutention de profi-
•… lés et tôles).
•…

• Brûlures thermiques et chimiques • Port de chaussures de sécurité, hauteur


• Écrasement mi-tibia au-dessus de la cheville
LES PIEDS • Coupures • Éviter les chaussures avec lacets
• Pénétration de corps étrangers (clous
rouillés…)

• Brûlures thermiques et chimiques • Supprimer les vêtements amples


• Coups violents • Adopter la combinaison en coton de
• Pénétration de corps étrangers couleurs vives avec renforts de protection
LE CORPS en rapport avec les travaux à réaliser (tablier
tr
et guêtres en cuir, protections des genoux,
abdomen…)

• Projections de produits chimiques, de corps • Casques de protection de la nuque et de


LES YEUX étrangers, de particules de meulage… la tête
VISAGE • Chutes d’objets… • Masques avec verres de protection
TÊTE • Lunettes confortables à grande protection
oculaire
ex
APPAREIL Émanations de poussière, de gaz et de fumées • Écran de protection de la bouche et du nez
RESPIRATOIRE dues au soudage

• Bruits importants Casque de protection, ou bouchons.


• Chocs répétés
OREILLES • Machines-outils (poinçonnage, martelage,
découpage…)

3.3.2. NIVEAU DE SÉCURITÉ EN ATELIER ET SUR CHANTIER


ÉTATS DES
PERSONNES ET Conséquences possibles Remèdes possibles
DES BIENS

• Blessures diverses lors des déplacements • Aire suffisante pour le stockage des produits
• Chutes de profilés ou de tôles (mauvais semi-finis et finis.
L’ORDRE rangement, ou sous-estimation des charges • Orientation de plain-pied organisée.
(dans l’atelier et pressions…). • Signalisation adaptée.
et les
• Râteliers pour matières premières et outils.
équipements
individuels) • Servantes à roulettes.
• Éclairement de l’atelier de qualité.
•…

7
HYGIÈNE ET SÉCURITÉ
• Gênes réciproques des acteurs entraînant • Établir un projet d’implantation rationnelle
des accidents. des machines avant la réalisation de l’atelier
IMPLANTATION • Accès difficiles entraînant des accrochages et l’achat des machines.
DES MACHINES et blessures.
INADAPTÉE

• Chutes de plain-pied • Mettre les sols au même niveau.

ait
• Blessures dues au basculement des charges. • Supprimer les trous.
LES SOLS • Chutes des machines. • Rendre les sols antidérapants.
(en mauvais • Assurer l’entretien permanent.
état)

• Blessures graves par basculement, instabilité • Mettre en place des moyens de manipulation
(ripage de tôles, d’ouvrages…). adaptés aux matériaux ou pièces à
• Lombalgies (mal de dos) assez fréquents manipuler (palonniers à ventouses, monorails
MANUTENTIONS dans les métiers des « structures ou ponts roulants).
(pénibles) métalliques ».
tr
• Les travaux de chantier effectués en • Réflexion nécessaire et préalable afin de
« structures métalliques » peuvent entraîner répertorier les risques auxquels le personnel
des accidents graves et irréversibles. peut être exposé.
• Des blessures graves peuvent se produire • Simulation des travaux de levage.
lors de : déplacements, manutentions • Étude préalable des objets, masses et parti-
CHANTIER
manuelles, renversement d’engins de levage, cules en mouvements.
(travaux) effondrement de structures… retombées de
charges, heurts de personnes avec la charge
ex
ou l’appareil….
• Coincement, écrasement par la charge…
•…

8
ex
trait
Les structures métalliques sont à la base même des grands projets
industriels destinés aux besoins et au développement de la société.
Elles concernent les champs professionnels de la chaudronnerie,
la tuyauterie, la tôlerie industrielle, la construction métallique
et la construction navale.
Les ouvrages métalliques, conçus et réalisés dans le monde, sont nom-
breux et variés et portent sur les bâtiments industriels, le logement, les
ouvrages d’art et bien d’autres constructions.
La justification de l’esthétique, de la conception, de la résistance et du
comportement très complexe est impérative et doit être en conformité
avec le cahier des charges fonctionnel et les exigences imposées par
les nombreuses normes spécifiques.
Cet ouvrage est mis à jour et complété par des chapitres signalant les
techniques nouvelles de production, dues à l’évolution des maté-
riaux, aux nouvelles normes (Eurocodes) et à la prise en compte des
conditions environnementales. Il accompagne les étudiants et les pro-
fessionnels dans leurs activités de bureaux d’études, de méthodes ou
de réalisation en construction métallique, chaudronnerie et tuyauterie
industrielle. L’utilisateur du Mémotech pourra s’y référer tout au long
de sa carrière professionnelle.

ISBN : 978-2-206-10067-8
ISSN : 0986-4024

www.casteilla.fr

Vous aimerez peut-être aussi