Vous êtes sur la page 1sur 2

20 | 28.10.

2019 | HUMOUR

Sandrine Viglino
fait ses valises
Avec «Road Trip», son nouveau spectacle, l’humoriste et musicienne
valaisanne part à l’aventure. Avec le public, elle partage
ses préparatifs et les premières galères de voyage.
Texte: Laurent Nicolet Photos: François Wavre

L’
aventure, peu importe avoue que, malgré un vrai côté côté pesant, ces montagnes qui nous
comment. C’est sous ce aventurière – l’an dernier en Tasmanie tombent sur la tête.»
signe que Sandrine Viglino elle a même été cheffe d’expédition Qui dit voyage, dit aussi, par les
entend placer son nouveau de Sarah Marquis, «une des grandes temps qui courent et qui grondent,
one woman show – «Road Trip» – qui aventurières de ce siècle» – elle est comptage des émissions de CO2 et
démarre ce 1er novembre. En espérant nulle en géographie: «Tout ce que haro sur l’avion. L’humoriste assume:
bien que chacun sortira de cette invi- je sais, c’est que le nord c’est en haut «J’explique dans mon spectacle que
tation, ou plutôt de cette préparation et je suis toujours surprise quand je je suis obligée de prendre l’avion
au voyage, avec «l’envie de réaliser un vais au sud que ça ne descend pas.» parce que ça fait gagner pas mal
petit truc en plus, de quitter sa zone Pire que ça: l’humoriste se définit de temps par rapport au vélo pour
de confort, comme se laisser pousser comme «franchement casanière». traverser un océan. Mais ne t’en fais
la moustache, se couper la barbe, Ou plutôt, tout lui fait voyage. Elle pas, Greta, je compense, rien que
se refaire une teinture, inventer évoque les vacances avec ses parents, pour toi.» Bref «parfois on merdouille
une recette de cuisine ou partir faire chaque été toujours au même endroit, un peu, mais on fait de notre mieux,
le tour du monde». à 50 kilomètres de la maison, dans c’est déjà ça». Et de citer alors le titre
La préparation au voyage donc un camping au bord du lac. C’est cela d’un de ses précédents spectacles qui
considérée comme déjà une sacrée d’abord qui lui a donné «le goût de semble s’appliquer dans cette affaire:
péripétie: «Toutes les étapes avant l’aventure». «Même quand on n’est «Sandrine Viglino se pose des ques-
de partir, les rêves que l’on a, les pas si loin, on perd ses repères, on fait tions (mais se fout des réponses)».
questions que l’on se pose, toutes des rencontres et puis quand même,
les galères, la technique choisie de Martigny à Vevey, on passe de la La scène dans la peau
pour préparer sa valise, chacun ayant montagne à la mer, ou en tout cas Elle raconte aussi avoir toujours été
la sienne, j’ai une amie qui fait des ce qui ressemble le plus à la mer timide et réservée, avoir dû se forcer
listes Excel une semaine avant de en Suisse romande. Le Léman, à «aller à la rencontre des gens». La
partir, moi c’est toujours à la der.» c’est même mieux que la mer, parce scène pourtant a toujours été pour
Elle pose, au passage, la question, qu’on voit de l’autre côté et moi, ça elle une évidence: «J’ai commencé le
Sandrine Viglino: «Qu’est-ce me rassure.» piano à l’âge de 4 ans, les bals à l’âge
qu’aujourd’hui un voyage réussi? Le Comme Pascal Couchepin, de 13 ans, je le faisais sans me rendre
nombre de followers sur Instagram?»  Léonard Gianadda, Christian compte, sans me dire que là, j’étais en
Constantin ou Daniel Rausis, train de jouer devant quatre cents
L’art de rire des galères Sandrine Viglino est née à Martigny. personnes. Ça a toujours été un peu
Et si, en poussant un peu, le voyage «Je dis souvent que, de par mon normal dans notre famille, on a tous
le plus enrichissant était celui qui éducation, je suis catholique fait de la musique, du côté de mon
avait foiré dans les grandes largeurs? valaisanne et Migros. J’adore le papa comme de ma maman, membres
«Il m’arrive toujours des histoires, Valais, mais je ressens parfois son de groupes folkloriques avec lesquels
comme mettre du diesel à la place ils ont parcouru le monde. On est tous
du sans plomb – dans le spectacle je montés sur scène.»
rends hommage au TCS qui peut me Tellement qu’à force, ce serait
sauver n’importe où. On a tous eu des «L’envie de presque devenu une deuxième
galères, et c’est cela qui nous marque.
Tu réalises ton rêve du feu de camp réaliser un petit nature: «Dans une soirée je préfère
mille fois être dans l’organisation,
mais, zut, il pleut et tu as oublié les
allumettes. C’est de cela qu’on se
truc en plus, être DJ, plutôt que celle qui danse.
J’aime être celle qui fait que la soirée
souvient, de la galère.» 
Rire est aussi, et surtout, pour
de quitter sa zone va bien se passer.»

Sandrine Viglino, rire de soi. Elle de confort» Dates et renseignements sur:


www.sandrineviglino.ch/