Vous êtes sur la page 1sur 70

Cours, Activités,

Exercices…

Physique
Chimie
2 BAC – SP, SM, SVT

Semestre 1
Prof : Abderrahim FILALI

Conforme au cadre référentiel de


ministère de l’éducation nationale
Physique
Partie 1 : Les ondes

Partie 2 : Transformations nucléaires


Partie 3 : Electricité

1
Partie 1 : Les ondes

Cours 1 : Les ondes mécaniques progressives

Cours 2 : Les ondes mécaniques progressives périodiques

Cours 3 : Propagation d’une onde lumineuse

2
Niveau : 2 BAC Matière : Physique Lycée : Al Azhar

Prof : Abderrahim FILALI Partie N° 1 : Les ondes Année scolaire : 2019-2020

Cours N° 1 : Les ondes mécaniques progressives

Introduction :
Lorsqu’on laisse tomber une goutte d’eau sur la surface de l’eau contenue
dans une cuve. Il provoque des vagues circulaires qui se propagent à
la surface de l’eau. C’est un exemple d’une onde mécanique.
- Qu’est-ce qu’une onde mécanique ?
- Quelles sont les caractéristiques d’une onde mécanique ?

1. Les ondes mécaniques progressives :


1. Les ondes mécaniques progressives – transversales et longitudinales :
Activité 1 :

1. Décrire les phénomènes observés dans chaque expérience en remplissant le tableau suivant :
Expérience Milieu Nature du milieu Etat du milieu

2. La propagation de l'onde est-elle accompagnée du transport de matière ? Justifier votre réponse.


…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
3. Dans les trois expériences, comparer les directions de déformation et le sens de propagation :
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………C
Conclusion :
- L’onde mécanique : est le phénomène de propagation d'une ………………. dans un milieu matériel élastique sans
transport de………………. qui forme ce milieu mais avec transport d’………………. .
- L’onde mécanique progressive : est une succession continue des signaux mécaniques, résultant d'une perturbation
entretenue et continue de la source d’onde.

3
- L’onde transversale : est celle dont la direction de la perturbation du milieu est ……………………….. à la direction de
la propagation. (Exemple : ………………………………………………………….………….. ).
- L’onde longitudinale : est celle dont la direction de la perturbation du milieu est …………………... avec la direction de
la propagation. (Exemple : ………………………………………………………….………….. ).

2. L’onde sonore :
Activité 2 :

1. Dire ce qui arrive au son émis par le téléphone lorsqu’on vide de l’air ? Que concluez-vous ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
2. Dire ce qui arrive à la balle après avoir frappé le diapason ? Conclure la nature de l’onde sonore ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………

Conclusion :
Le son est une onde mécanique progressive ……………………. se propage dans
les milieux matériels (solide et liquide et gaz) et ne se propage pas dans …………,
et il se propage grâce à une compression et une dilatation du milieu de propagation.

2. Les propriétés générales d’une onde mécanique :


1. Direction de propagation d’une onde :
Une onde se propage, à partir de sa source, dans toutes les directions qui lui sont offertes. Nous distinguons ainsi
les ondes à une, deux ou trois dimensions :
- Onde à une dimension : La propagation a lieu dans une seule direction.
Exemple : Onde le long d’une corde.
- Onde à deux dimensions : La propagation a lieu dans un plan (milieu bidimensionnel).
Exemple : Onde engendrée à la surface de l’eau lorsqu’on y jette une pierre.
- Onde à trois dimensions : La propagation a lieu dans l’espace à trois dimensions (milieu tridimensionnel).
Exemple : Onde sonore.

2. La superposition de deux ondes mécaniques :


Lorsque deux ondes mécaniques (d’une perturbation très faible)
se croisent, elles se superposent et continuent à se propager après
leur rencontre sans se perturber.

3. La vitesse de propagation d’une onde :


1. Définition :
On définit la vitesse de propagation d’une onde par la relation suivante :
V : ……………………………………………………………………………………...………
d : ………………………………………………………………………………………...……
∆𝑡 : ……………………………………………………………………………………………..

2. Facteurs influençant la vitesse de propagation :


a. Influence de l’élasticité du milieu :
La vitesse d’une onde augmente avec l’élasticité du milieu de propagation.
Exemple :
La vitesse d’une onde le long d’une corde augmente avec l’augmentation de sa tension.
4
b. Influence de l’inertie du milieu :
La vitesse d’une onde dans un milieu dépend de son inertie. Plus l’inertie du milieu est grande et plus la célérité de l’onde
se propageant dans ce milieu est faible.
Exemples :
- La vitesse d’une onde le long d’une corde est donnée par :
V : ……………………………………………………………………………………...………
T : ………………………………………………………………………………………...……
𝜇 : …………………..…………………………………………………………………………..

- La vitesse d’onde sonore augmente avec la densité du milieu


de propagation. Vgaz < Vliquide < Vsolide

- La vitesse du son augmente avec la température du milieu gazeux.

- La vitesse d’une onde sur la surface de l’eau est :


V : ……………………………………………………………………………………...………
g : ………………………………………………………………………………………...……
ℎ : …………………..…………………………………………………………………………..

Application 1 :
Une onde se propage le long d'une corde tendue de masse m=100g et de longueur l=8m et sa tension T=5N.
1. Calculer la vitesse de propagation de l'onde.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
2. Quelle est le temps mis par l'onde pour parcourir la corde toute entière ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………

3. Notion de retard temporaire :


Au cours de la propagation d’une onde mécanique non amortie, tous les points
du milieu de propagation subissent la même perturbation que la source mais
avec un retard 𝜏𝑀 tel que :

En général : Le retard d’un point M’ par rapport un point M est donné par :

La relation entre l’élongation d’un point M du milieu de propagation et celle


de la source est :

Application 2 :
La figure ci-dessous représente la propagation d’une onde le long d’une corde. Elle représente l’aspect de la corde à
l’instant tM = 40ms. Sachant que la déformation commence à partir d’une source à l’instant t0 =0.

Corde

5
1. Quelle la nature de l’onde ? (longitudinale ou transversale). Justifier votre réponse.
…………………………………………………………………………………………………………….……………………
………………………………………………………………………………………………………….………………….……
2. Déterminer, à l’instant t, les points qui se dirigeront vers le bas ainsi que ceux se dirigeront vers le haut.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………...………………………
3. Calculer V la vitesse de la propagation de l’onde le long de la corde.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………….……………………….…………
4. Pendant quelle durée un point de la corde est-il affecté par le passage de la perturbation ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………….…………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
5. À quel instant s’arrête le point M ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………….…………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
6. À quel instant l’onde arrive au point N, tel que : SN =18 cm.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………….…………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
7. Représenter graphiquement l’aspect de la corde à l’instant t’=10ms.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………….…………………………….……
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………….……………………………..…

Application 3 :
Pour mesurer la propagation des ondes sonores dans l’air on réalise le montage expérimental représentant ci-dessous,
la distance entre les deux microphones R1 et R2 est d =1,70m. La courbe ci-dessous représente la variation de la tension
aux bornes de chaque microphone.
On donne : La sensibilité horizontale : Sh =1ms/div ; la célérité de la propagation du son dans l’eau : Veau = 1500 m.s-1.

1. Est que le son est une onde longitudinale ou transversale.


…………………………………………………………………………………………………………………………………
2. Déterminer la valeur du retard temporel entre les microphones R1 et R2.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………….…
3. Déduire la valeur Vair de la célérité de la propagation des ondes sonores dans l’air.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
4. Déterminer la valeur du retard temporel τ’ quand on déplace le microphone vers la droite à partir de sa position initiale
de L= 51cm.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
5. Comparer Vair et Veau. Que peut-t-on déduire.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………

6
Niveau : 2 BAC Matière : Physique Lycée : Al Azhar

Prof : Abderrahim FILALI Partie N° 1 : Les ondes Année scolaire : 2019-2020

Cours N° 2 : Les ondes mécaniques progressives périodiques

Introduction :
La houle (onde de la mer) peut être considérée comme une onde mécanique
périodique.
- Qu’est-ce qu’une onde mécanique périodique ?
- Quelles sont les caractéristiques d’une onde mécanique périodique ?

1. Les ondes mécaniques progressives périodiques :


1. Définition :
Une onde progressive est dite périodique si l’évolution …………. de chaque point du milieu de propagation est …………..
Exemples :
L’onde propagée le long d’une corde ou à la surface d'eau peut être périodique si la source a un mouvement périodique.

2. La double périodicité temporelle et spatiale :


L’onde mécanique progressive périodique se caractérise par :
- Une périodicité temporelle (période T) : est la petite ………… au bout de laquelle la perturbation se reproduit identique
à elle-même.
- Une périodicité spatiale (longueur d’onde 𝝀) : est la petite …………….. séparant deux points successifs ayant le même
état de ………………… .

Remarque :
La fréquence 𝒗 : est ………………………….par unité de temps.il est liée à la période par la relation :

Application 1 :
Déterminer la période et la fréquence pour la figure ci-contre :
On donne : Sh = 5 ms /div
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………….…………………………..

7
2. L’onde mécanique progressive sinusoïdale :
1. Définition :
Une onde mécanique progressive périodique est dite sinusoïdale si l’évolution
temporelle de la source peut être associée à une fonction sinusoïdale et l'élongation
d'un point du milieu de propagation s'écrit de la manière suivante :
A : ……………………………………………….….
T : ………………………………………………..…
φ : …………………………………………………..

2. Comparaison de l’état vibratoire de deux points du milieu de propagation :


- Si : ………………………………………….………
On dit que M et M’et vibrent en phase.
- Si : ………………………………………………….
On dit que M et M’ vibrent en opposition de phase.

Application 2 :
Comparer l’état vibratoire de point A et B , A et D , A et C.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………..

3. La vitesse de propagation d’une onde mécanique progressive sinusoïdale :


On définit la vitesse de propagation d’une onde par la relation suivante :
V : ………………………………………………………………….…………………...…
𝝀 : …………………………………………………………………………………………
T : …………………………………………………………..……………………………..
𝒗 : …………………………………………………………………………………………

Application 3 :
Un vibreur de fréquence N = 100 Hz génère une onde progressive
sinusoïdale le long d’une corde élastique.
1. Calculer la période T de l’onde.
…………………………………………………………………..….
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………
2. Calculer la vitesse V de l’onde.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………..………………
3. On éclaire la corde avec un stroboscope de fréquence réglable Ne. et on règle
la fréquence du stroboscope sur les valeurs 100 Hz, 99 Hz et 101 Hz. Décrire
l’aspect de la corde pour chaque fréquence.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
8
3. Phénomène de diffraction :
Activité 1 :
On fait créer des ondes rectilignes dans la cuve à ondes qui se propagent avec une vitesse 𝑽 = 𝟏 𝒎. 𝒔−𝟏, puis on éclaire
la surface de l’eau avec un stroboscope de tel sorte que sa fréquence soit égale à celle des ondes Ne =𝟏𝟎 𝑯𝒛, et on voit
que tous les points de la surface de l’eau apparaissent immobiles. On Place deux plaques parallèles dans la cuve de manière
à former une fente de largeur 𝒂 modifiable. On varie 𝒂 et on obtient les deux figures suivantes :
Figure 1 : a = 0.05 m Figure 2 : a = 0.3 m

1. Calculer la longueur d'onde incidente.


…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
2. Comparer à la largeur 𝒂 de la fente dans chaque figure.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
3. Décrire, pour chaque figure, ce qui arrive aux ondes lorsqu’elles traversent la fente.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
4. L’onde circulaire est appelée l’onde diffractée et le phénomène s’appelle phénomène de diffraction. Quelle sont
les conditions pour que les ondes soient diffractées ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
5. Comparer la longueur d’onde diffractée avec la longueur de l’onde incidente.
…………………………………………………………………………………………………………………….……………

Conclusion :
Lorsqu'une onde progressive sinusoïdale rencontre un obstacle avec ouverture de largeur 𝒂, une modification de
la structure de l'onde se produit (c.-à-d. un changement de direction de sa propagation), si …………….…où 𝝀 est
la longueur d'onde incidente sur l’obstacle, ce phénomène s’appelle phénomène de ………………………. .

4. Le milieu dispersif :
Activité 2 :
On fait créer une onde circulaire dans la cuve à ondes, on ajuste la fréquence 𝝂 de l'onde circulaire à différentes valeurs,
et à chaque fois on éclaire la surface de l’eau avec un stroboscope réglé à la même fréquence de l’onde, on observe que
tous les points de la surface de l’eau apparaissent immobiles, puis on mesure la longueur d'onde correspondante.
1. Compléter le tableau suivant :

2. On dit qu’un milieu est dispersif si la vitesse de propagation d’une onde dans ce milieu dépend de sa fréquence.
L’eau est-elle un milieu dispersif ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………..……………………………………………………………..

Conclusion :
On dit que le milieu est dispersif, si la vitesse de propagation de l’onde dans ce milieu dépend de sa …………………….. .

Exemples : - La surface de l’eau est un milieu dispersif.


- L’air est un milieu non dispersif pour les ondes sonores.

9
Niveau : 2 BAC Matière : Physique Lycée : Al Azhar

Prof : Abderrahim FILALI Partie : Les ondes Année scolaire : 2019-2020


p

Cours N° 3 : Propagation d’une onde lumineuse

Introduction :
L’arc en ciel provient de la lumière du soleil qui rencontre les gouttelettes
d’eau.
- La lumière est-elle une onde ?
- Comment expliquer le phénomène d’arc en ciel et l’irisation observé sur
un cédérom exposé à la lumière ?

1. Diffraction de la lumière :
Activité :
On éclaire une fente, de largeur 𝒂 variable, par un faisceau de laser comme illustré par la figure ci-contre.
1. Qu’observez-vous sur l’écran lorsque la largeur de la fente devient grande ?
…………………………………………………………………………………..
2. Qu’observez-vous sur l’écran lorsque la largeur de la fente devient petite ?
…………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………..
3. En remplaçant la fente par une plaque contenant un trou circulaire.
Qu’observez-vous ?
…………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………..
4. Est-ce que la direction de propagation de la lumière a changée ?
…………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………..
5. Avez-vous déjà rencontré comme ce phénomène dans le cas des ondes
mécaniques ? Donne le nom de ce phénomène.
…………………………………………………………………………………..
6. Que peut-on conclure à propos de la nature de la lumière ?
………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………..

Conclusion :
Le phénomène de diffraction montre que la lumière a un aspect ondulatoire. La lumière peut donc être caractérisée
comme toutes les ondes, par sa célérité, sa fréquence et sa longueur d'onde.
On obtient la diffraction de la lumière par une fente de largeur 𝒂 lorsqu’elle est : ………………………………….……

2. Etude de la diffraction d'un faisceau laser par une fente :


1. Les facteurs influençant la diffraction d'un faisceau laser par une fente :
On constate expérimentalement que :
- La largeur de la tâche centrale ………………….. avec la longueur de l'onde lumineuse.
- La largeur de la tâche centrale ………………….. lorsque la largeur de la fente diminue.

2. L'écart angulaire :
L'écart angulaire θ est l'angle sous lequel on voit la moitié de la tâche
centrale depuis la fente de diffraction. Fente de largeur a
On définit l'écart angulaire par la relation suivante :
Laser
À partir de la figure on a : ………………………………………………..………..
Pour les angles petits tel que : ………………………………………………..……..
On peut écrire avec approximation : ……………………………………..….……….
Donc la relation précédente s'écrit : ……………………………………………………………………………….….……..

10
D’après les relations (1) et (2) on a : …………………………………………. Donc :

Remarque :
Dans le cas diffraction par un trou circulaire, l’écart angulaire est donné par la relation suivante :

Application 1 :
On place sur un faisceau laser une fente de dimension a=0,08mm. On place après
la fente un écran. La distance entre la fente et l'écran est D=3 m, La figure obtenue
sur l'écran est représentée sur la figure ci-contre :
1. Comment se nomme le phénomène observé ?
…………………………………………………………………..………….………..
2. Calculer la longueur d'onde de ce faisceau laser.
………………………………………………………………………………….……..
………………………………………………………………………………………..

3. Caractéristiques des ondes lumineuses :


1. La lumière est une onde électromagnétique :
La lumière n’est une onde …………………, c’est une onde …………………………….. qui se propage dans les milieux
transparents et dans le vide.
La vitesse de propagation de la lumière dépend du …………………….…………………………… .
- La vitesse de propagation de la lumière dans le vide (et dans l’air) est : c =3.108 m/s. (on l’appelle célérité)
- La vitesse de propagation de la lumière dans le verre est : Vverre = 2.108 m/s.
- La vitesse de propagation de la lumière dans l'eau est : Veau = 2,25.108 m/s

2. Lumière monochromatique et lumière polychromatique :


a. Lumière monochromatique :
Toute radiation lumineuse ayant une seule couleur est dite monochromatique.
Elle est caractérisée par sa fréquence 𝝂 qui ne change pas avec le milieu de
propagation.
Exemple :
Le laser est une source de la lumière monochromatique.
On a : ……………….. . Donc la longueur d'onde d'une lumière monochromatique dépend du milieu de propagation
(car la vitesse v de propagation de la lumière dépend du milieu de propagation).
Si le milieu de propagation est le vide .Donc : ……………… avec : 𝝀0 est la longueur de l'onde lumineuse dans le vide.

b. Lumière polychromatique :
La lumière blanche (visible) est une lumière polychromatique composée de
plusieurs radiations monochromatiques.
Exemple :
La lumière du soleil, celle de la lampe à incandescence ou de la bougie.

Le domaine de la lumière blanche (visible) est :


…………………………………………………………..
À l'extérieur de ce domaine la lumière est invisible.
Le domaine de l'infrarouge est : ………………………………
Le domaine de l'ultraviolet est : ……………………………….
4. Dispersion des ondes lumineuses :
1. Indice de réfraction :
chaque milieu transparent est caractérisé par son indice de réfraction qui donné par la relation suivante :
n : ……………………………………………………………………………………….
c : ………………………………………………………………………..……………… n≥1
V : ………………………………………………………………………………………

Dans le vide, on a : …………………….…… (1) . Or dans un milieu donné, on a : ………………………………..(2)


En divisant (1) par (2) , on trouve : ……………………………………………..………………….…………………...……
Avec : ………………….…..….. Alors : ………………………………………….……………………..…………………..
Donc l’indice de réfraction d’un certain milieu dépend de la langueur d’onde (et la fréquence) de l’onde lumineuse

11
dans lequel se propage.
Exemple :

Application 2 :
Pour déterminer la longueur d’onde lumineuse dans le verre on envoie un faisceau lumineux monochromatique émis
par le laser à la surface d’un prisme en verre d’indice de réfraction n=1,58.
On donne : - la longueur d’onde dans le vide : 𝜆0 =665.4 m
- la célérité de propagation de la lumière dans le vide : C=3. 108 m/s
1. Calculer la fréquence N de l’onde lumineuse.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………….………………………………………
2. Calculer la valeur V célérité de la lumière dans le prisme.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………….………………………………………
3. Trouver la valeur 𝜆 longueur d’onde lumineuse au cours de la propagation dans le prisme.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………….………………………………………

2. Le prisme :
Le prisme est un milieu transparent et homogène, limité par deux plans inclinés définit
entre eux un angle 𝑨 s’appelle l’angle du prisme.
La face opposée à l’arête est la base du prisme.

3. Loi de réfraction de Descartes :


Le rayon lumineux change la direction en passant d'un milieu de propagation
à l'autre milieu de propagation, cette transition est soumise à la loi de réfraction
de Descartes :

n1 : ……………………………………………………………………………
n2 : ……………………………………………………………………………
i1 : ……………………………………………………………………………
i2 : ……………………………………………………………………………

4. Relations caractéristiques de prisme :


On envoie un faisceau de lumière monochromatique sur la face d'un prisme,
on constante que le faisceau subit une réfraction sur la première face puis sur
la deuxième face puis dévie vers la base du prisme.
En appliquant la loi de réfraction sur la première face du prisme, on trouve :
…………………………………………………. (1)
En appliquant la loi de réfraction sur la deuxième face du prisme, on trouve :
………………………………………………… (2)
Dans le triangle ILK, on a : …………………………………………………
Donc : …………………………………………………………………………
Alors : ………………………………………..…… (3)
Dans le triangle IHK, on a : …………………………………………………
Donc : …………………………………………………………………………
Alors : ………………………………………..…… (4)

Application 3 :
Le verre d’un prisme a un indice n =1,62 pour une radiation lumineuse rouge. Le rayon incident arrive depuis l’air en I
sous une incidence i = 45°, et fait, après réfraction un angle r avec la normale.
1. Quelle est la vitesse de la radiation rouge dans le verre ?
………………………………………………………………………………………………………...……………………

12
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
2. Calculer r la valeur de l’angle de réfraction au point I (sur la première face).
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………….………………………………………
3. Calculer r’ la valeur de l’angle d’incidence au point K (sur la deuxième face).
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………….……………………………………………..……
…………………………………………………………………………………………………………………………………
4. Calculer i’ la valeur de l’angle de réfraction au point K (sur la deuxième face).
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………….………………………………………
5. Calculer D la valeur de l’angle de déviation.
………………………………………………………………………………………………………….………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………

On donne : - La célérité de la lumière dans le vide : c =3.108 m/s


- L’angle de prisme : A = 40°

5. Dispersion de la lumière par le prisme :


a. Expérience ;
Lorsqu’on envoie un faisceau de lumière blanche sur une face d’un prisme,
cette onde a subi le phénomène de réfraction deux fois, et on observe sur l’écran
la formation des taches colorées s’appelle spectre de la lumière blanche, et on
appelle ce phénomène qui permet la séparation des rayonnements de différentes
couleurs par la dispersion de la lumière.

b. Interprétation :
On sait que l'indice de réfraction 𝒏 du milieu est lié à la longueur d'onde
du rayon qu'il le traverse ………………… c.-à-d. la couleur.
Le faisceau lumineux incident au prisme est cylindrique, c.-à-d. les rayons
sont parallèles entre eux, alors tous les lumières monochromatiques formant
la lumière blanche ont le même angle d’incidence 𝒊.
Par exemple : pour les rayons rouge et violet, on a : ……………………….
(car ont pas la même longueur d’onde).
En appliquant les relations du prisme :
…………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………

Ainsi, les deux rayons rouge et violet n’ont pas la même direction finale. Donc on remarque que :
…………………………………………………………………………………………………………………………………
Donc, l'indice de réfraction d’un milieu transparent est lié à la fréquence des rayons lumineux, ce qui provoque
le phénomène de dispersion de la lumière.

Remarque :
L'indice de réfraction d'un prisme est une fonction décroissante de la longueur de l'onde comme l'indique la relation
de Cauchy :
n : ……………………………………………………………………………………….
𝝀 : …………………………………………………………………………….…………
a et b : …………………………………………………………………………………..

L'indice de réfraction comme l'indique la relation de Cauchy dépend de la longueur d'onde de la radiation lumineuse
donc de sa fréquence (car ………………) et puisque ………… donc la vitesse v de propagation dépend de la fréquence
de l'onde par conséquence le prisme est un milieu dispersif.
13
Partie 2 : Transformations nucléaires

Cours 4 : Décroissance radioactive

Cours 5 : Noyaux - masse et énergie

14
Niveau : 2 BAC Matière : Physique Lycée : Al Azhar

Prof : Abderrahim FILALI Partie N° 2 : Transformations nucléaires Année scolaire : 2019-2020

Cours N° 4 : Décroissance radioactive

Introduction :
La datation au carbone 14 permet de déterminer l’âge des momies.
- Comment cette datation est faite ?
- Quelles sont les moyens utilisés pour faire cette datation ?

1. Stabilité et instabilité des noyaux :


Nuage électronique
1. Composition du noyau : Proton
Le noyau d’un atome est constitué de nucléons (protons et neutrons).
Le noyau d'un atome d'un élément chimique est représenté par le symbole : ………….
avec : 𝑨 : nombre de masse et représente le nombre de nucléons (protons et neutrons).
𝒁 : nombre de charge et représente le nombre de protons.
𝑵 : nombre de neutrons se détermine par l’expression : N = A − Z Noyau
Neutron

-Le proton a une charge positive appelée charge élémentaire : qp = +e = +1,6.10-19C. Sa masse : mp =1,6726.10-27 kg.
-Le neutron est électriquement neutre (il n'a pas de charge électrique). (qn = 0). Sa masse : mn =1,6750.10-27 kg.
Donc le noyau a une charge positive : ………… . Sa masse : ………………………………….………………………….

Application 1 :
Donner la composition du noyau dans chacun des cas suivants :
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………

2. Les nucléides :
Dans la physique atomique, un nucléide est l’ensemble des noyaux ayant le même nombre de nucléons 𝑨 et le même
nombre de protons 𝒁.
Exemples :
………………………….… : sont deux nucléides de l’élément carbone.
…………………………..... : sont deux nucléides de l’élément uranium.

3. Les isotopes :
On appelle les isotopes d’un élément chimique, les nucléides qui possèdent le même nombre de protons mais de nombre de
neutrons différent (nombre de nucléons 𝑨).
Exemples :
………………………….… : sont deux isotopes du même élément de carbone.
………………………….… : sont trois isotopes du même élément de hydrogène.

Remarque :
Les isotopes diffèrent aussi par leur abondance dans la nature.

4. La densité de matière nucléaire :


On modélise le noyau d’un atome par une sphère de rayon 𝒓 varie avec le nombre de nucléons 𝑨 selon l’expression
suivante : 𝒓 = r0 . 𝑨𝟏/𝟑 avec : r0 =𝟏,.𝟏𝟎−𝟏𝟓 𝒎 le rayon de l’atome d’hydrogène.
La valeur approximative de la masse volumique du noyau est : ……………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………..…………………
……………………………………………………………………………………………………………..……………………
C'est ce qui explique que la matière nucléaire est très dense.

15
5. Le diagramme (N, 𝒁) : Diagramme de Segré :
Le diagramme de Segré contient tous les noyaux stables et les noyaux instables
(radioactifs) existants répartis de la façon suivante : le nombre de neutrons en abscisse
et le nombre de protons en ordonnée : c'est le diagramme (N, Z).
- La zone centrale rouge s'appelle la vallée de stabilité et comprend les noyaux stables
- Pour les nucléides de 𝒁 ≤ 𝟐𝟎 : la vallée de stabilité se situe au voisinage du premier
médiateur (𝒁 = 𝑵), c.-à-d. on a : 𝒁 = 𝑵) pour les noyaux stables légers.
- Pour les nucléides de 𝒁 > 𝟐𝟎 : la vallée de stabilité se déplace au-dessus du premier
médiateur quand la valeur de 𝒁 augmente, c.-à-d. on a : 𝑵 > 𝒁 pour les noyaux stables.
- Pour les nucléides de 𝒁 > 83 : sont instables.

Remarque :
Les différents isotopes de même élément chimique se trouvent
sur la même droite parallèle à l'axe des ordonnées.

2. La radioactivité :
Activité documentaire :
Le 26 février 1896, Henri BECQUEREL tente d’exciter la fluorescence de sel d’uranium
en les exposant aux rayons du soleil, dans l’espoir qu’ils impressionnent ensuite des plaques
photographiques.
Le soleil a du mal à percer en cette journée d’hiver. Dépité, il en ferme les sels d’uranium
et les plaques dans un tiroir.
Quelques jours plus tard, en sortant les plaques du tiroir, il constate qu’elles sont voilées
comme si elles avaient été impressionnées par la lumière solaire.
Il en déduit que les sels d’uranium émettent un rayonnement invisible qui impressionne les
plaques photographiques. Cette découverte pour laquelle Pierre CURIE propose en 1898
le nom de radioactivité, ébranlée monde scientifique. D’après : Physique Terme S Hachette.
1. Pourquoi Henri Becquerel a-t-il déduit que les sels d’uranium émettaient un rayonnement invisible ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
2. Le phénomène de radioactivité a-t-il été découvert par hasard ou a-t-il été prévu par la théorie ?
………………………………………………………………………………………………………………………………….
3. Qu’est-ce que la radioactivité ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………

1. Définition :
La radioactivité : est une désintégration naturelle d’un noyau radioactif à un noyau fils plus stable avec émission d’une
particule. Elle s'exprime par l’équation suivante : ………………………………………………………………………….
Où 𝑿 est le symbole du noyau père, 𝒀 celui du noyau fils et 𝑷 celui de la particule émise.

2. Lois de conservation de Soddy :


Lors d’une transformation nucléaire, le nombre de nucléons : A et la charge électrique : Z, se conservent.
Appliquons la loi de Soddy à l'équation générale de désintégration suivante : ………………………………………………
- Conservation des nucléons : ……………………………………………………..
- Conservation du nombre de charge : ……………………………………..……..

Application 2 :
1. Trouver les nombres a et b dans l'équation suivante :
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
2. Trouver les nombres x et y dans l'équation suivante :
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………..………
…………………………………………………………………………………………………………………………………

16
3. Les différents types de radioactivité :
a. Radioactivité 𝜶 :
La radioactivité 𝜶 est une désintégration nucléaire naturelle spontanée correspond aux
noyaux lourds (𝑨>𝟐𝟎𝟎), dans laquelle un noyau père ……….. se transforme en un noyau
fils ………. accompagnée de l’émission d’un noyau d’Hélium ………. appelé particule 𝜶,
selon l’équation suivante : …………………………………………………………………..
Exemple :
………………………………………………………………………………….……………..


b. Radioactivité 𝜷 :
La radioactivité 𝜷− est une désintégration nucléaire naturelle spontanée, dans laquelle
un noyau père ………. se transforme en un noyau fils …… ..Accompagnée de l’émission
d’un électron ……… appelé particule 𝜷−, selon l’équation suivante :
………………………………………………………….….
Exemple :
………………………………………………………………………………….……………..

Remarque :
Lors de cette radioactivité 𝜷− un neutron se transforme en un proton selon l’équation suivante : ……………….………

c. Radioactivité 𝜷 + :
La radioactivité 𝜷+ est une désintégration nucléaire naturelle spontanée, dans laquelle
un noyau père ………. se transforme en un noyau fils …… ..Accompagnée de l’émission
d’un positron ……… appelé particule 𝜷−, selon l’équation suivante :
………………………………………………………….….
Exemple :
………………………………………………………………………………….……………..

Remarque :
Lors de cette radioactivité 𝜷− un proton se transforme en un neutron selon l’équation suivante : ……………….………
d. Radioactivité 𝜸 :
Le rayonnement 𝜸 est des ondes électromagnétiques de très grande énergie, lors des désintégrations 𝜶 et 𝜷− et 𝜷+,
le noyau fils est généralement produit dans un état excité (il possède un excédent d’énergie par rapport à son état
fondamental). Ce noyau libère un rayonnement 𝜸 selon l’équation suivante : …………………………………………
……….. : noyau fils dans l’état excité. ………. : noyau fils dans l’état fondamental .
Exemple :
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………….……………..

Remarque :
- Les rayons 𝜶 : peuvent être arrêtés par une feuille de papier.
- Les rayons 𝜷 : peuvent être arrêtés par une plaque d'aluminium.
- Les rayons 𝜸 : peuvent être arrêtés par un mur de béton ou de plomb.
Feuille de papier Plaque d'aluminium Mur de béton

Application 3 :
L'iode 131
53𝐼 est radioactif de type β . Ecrire l’équation de désintégration du noyau de l’iode en précisant la nature de
-

la particule β- en identifiant le noyau fils parmi les éléments suivants : 51Sb ; 52Te ; 54Xe ; 55Cs ; 56Ba.
………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………
4.La famille radioactive :
Une famille radioactive est une suite de nucléides descendant d'un même noyau père
par une suite de désintégrations successives jusqu'à l'obtention d'un noyau stable.
Exemple :
la famille radioactive de radon 213 :
17
3. La décroissance radioactive :
1. Loi de décroissance radioactive :
La radioactivité est un phénomène spontané aléatoire, on ne peut pas prévoir l'instant de la
désintégration d’un noyau.
Le nombre de noyaux non désintégrés d'un échantillon radioactif subit la loi de décroissance
radioactive suivante (découvert par Rutherford et Soddy en 1902) :
N(t) : …………………………………………………………………………………………….
N0 : ………………………………………………………………………………………………
𝝀 : ……………………………………………………………………………………………….

2. Constante de temps d’un échantillon radioactif :


On définit la constante de temps 𝛕 par la relation suivante :
son unité dans (𝑺.𝑰) est : 𝒔𝒆𝒄𝒐𝒏𝒅𝒆 𝒔.
On a : ……………………………………………………………………………………
à l’instant 𝒕 = 𝝉 on trouve :
…………………………………………………………………………………………..
Alors 𝛕 est la durée nécessaire pour la désintégration de 63% du nombre initiale 𝑵𝟎
de nucléides.

Remarque :
La tangente de la courbe 𝑵=(𝒕) à l’instant 𝒕=𝟎 coupe l’axe des abscisses au point de l’abscisse 𝒕 = 𝝉.

3. Demi-vie radioactive :
La demi-vie d’un nucléide radioactif 𝒕𝟏⁄ 𝟐 est la durée au bout de laquelle la moitié des
nucléides radioactifs initialement présent dans l’échantillon se sont désintégrés.
à l’instant 𝒕 = 𝒕𝟏⁄ 2 , on a : ………………………………………………………………
Donc : ……………………………………………………………….………………….
Alors : ……………………………………………………………….……….…………
D’où :

4. Activité d’un échantillon radioactif :


L’activité a(𝒕) d’un échantillon radioactif contient le nombre N(𝒕) de noyaux
radioactifs est le nombre de désintégration par seconde. Son expression est :
………………………………… . Son unité dans (𝑺.𝑰) est : 𝑩𝒆𝒄𝒒𝒖𝒆𝒓𝒆𝒍 𝑩𝒒.
(1 𝑩𝒒 correspond à une désintégration par seconde).
On a : ……………………………………………………………………………………
Donc : ……………………………………………………………….………………….
Alors : ……………………………………………………………….……….…………
A l’instant 𝒕=𝟎, l’activité d’un échantillon radioactif est : …………………………….
En divisant (1) par (2), on trouve : ………………………………….……….…...……
Donc :

Remarque :
L’activité d’une source radioactive peut être mesurée avec :
-Le compteur Geiger -Le compteur Geiger-Muller…

La quantité de matière est donnée par l'une des deux relations suivantes :
……………………………… Donc : ……………….. Alors : …….……………….
A l’instant 𝒕=𝟎, on a : …………………………………………………………..…..
En divisant (1) par (2), on trouve : ………………………………….……….…...……
Donc : ; En divisant les deux membres de cette égalité par M, on obtient :

Donc la loi de décroissance radioactive s'applique aussi sur la masse et la quantité de matière radioactive.

18
5. La datation par la radioactivité :
La radioactivité de certains éléments chimiques qui se trouvent dans les fossiles sédimentaires ou dans les roches permet
de déterminer leur âge de la manière suivante :
- En mesurant l'activité a(t) de l'échantillon que l'on souhaite dater et l'activité a o d'un échantillon vivant de même nature.
- En utilisant la relation : …………………………….. ………………………… …………………………….
Donc : ……………………………………………………………………………………………………………………….

La datation au carbone 14 est aussi une méthode de datation radioactive basée sur la mesure de l'activité du carbone 14
contenu dans de la matière organique dont on souhaite connaître l'âge depuis sa mort.

Application 4 :
Pour dater ou suivre l’évolution de quelques phénomènes naturels, les scientifiques recourent à des techniques basées sur
la loi de décroissance radioactive .Parmi ces techniques, la technique de datation uranium - plomb. Le nucléide d’uranium
238 se transforme en nucléide de plomb 206 à travers une suite de désintégrations et 𝜶 et 𝜷−
On modélise ses transformations nucléaires par l’équation bilan suivante :
1. Étude du noyau d’uranium :
1.1. En employant les lois de conservation, déterminer les nombres et de l’équation précédente.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
1.2. Donner la composition du noyau d’uranium 238.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
2. Datation d’une roche minérale par la technique uranium- plomb :.

…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….

………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….

19
Niveau : 2 BAC Matière : Physique Lycée : Al Azhar

Prof : Abderrahim FILALI Partie N° 2 : Transformations nucléaires Année scolaire : 2019-2020

Cours N° 5 : Noyaux - masse et énergie

Introduction :
La lumière de la nébuleuse Trifide nous parvient après un parcours de
plusieurs centaines d’années de lumière.
- D’où provient l’énergie émise par une nébuleuse ?

1. L’équivalence masse-énergie :
1. Relation d’Einstein :
En 1905, Einstein pose les bases d’une théorie qui devait révolutionner la science : la théorie
de relativité. Cette théorie formula l’équivalence de la masse et l’énergie.
Un corps, au repos, de masse 𝒎 possède une énergie 𝑬 est appelé énergie de masse, son
expression est :
E : …………………………………………………………………………………………..………
m : …………………………………………………………………………………………………..
c : …………………………………………………………………………………………………..

- Cette relation montre que lorsqu'une masse d’un système varie avec la grandeur 𝜟𝒎 au cours d'une transformation,
la variation de son énergie de masse est : 𝜟𝑬=𝜟𝒎.𝒄𝟐.
- Lorsque la masse d’un système au repos diminue (𝜟𝒎 < 𝟎), son énergie de masse est également diminuée (𝜟𝑬<𝟎) :
le système libère de l’énergie au milieu extérieur.
- Lorsque la masse d’un système au repos augmente (𝜟𝒎 > 𝟎), son énergie de masse est également augmentée (𝜟𝑬>𝟎) :
le système reçoit de l'énergie du milieu extérieur.

Application 1 :
Calculer l’énergie de masse d’un proton. On donne : la masse d’un proton est : mp = 1,6726.10-27 kg.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….

2. Unités d’énergie et de masse :


- L’unité d’énergie dans (𝑺.𝑰) est : Joule 𝑱, mais dans la physique nucléaire on privilégie une unité bien adaptée à l’échelle
du noyau : l’électronvolt (𝒆𝑽) et ses multiples telle que : 𝟏 𝒆𝑽 = 𝟏,.𝟏𝟎−𝟏𝟗 𝑱 et 𝟏 𝑴𝒆𝑽 = 𝟏𝟎𝟔 𝒆𝑽 = 𝟏,𝟔𝟎.𝟏𝟎−𝟏3 𝑱 .
- La masse d’un noyau atomique est souvent exprimée dans une unité plus adaptée que le Kilogramme : 𝒍’𝒖𝒏𝒊𝒕é 𝒅𝒆
𝒎𝒂𝒔𝒔𝒆 𝒂𝒕𝒐𝒎𝒊𝒒𝒖𝒆 𝒖 et égale au douzième (𝟏𝟏𝟐) de la masse d’un atome de 𝒄𝒂𝒓𝒃𝒐𝒏𝒆 𝟏𝟐. (On sait qu’une mole d’atome
du 𝒄𝒂𝒓𝒃𝒐𝒏𝒆 𝟏𝟐 est constituée de 𝓝=𝟔,.𝟏𝟎𝟐𝟑 atomes et de masse 𝟏𝟐 𝒈 ).
Alors : …………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
L’unité de masse atomique correspond donc à une énergie égale à : …………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
Ainsi : …………………………………………………………………………………………………………………………
Alors : …………………………………………………………………………………………………………………………

2. Energie de liaison :
1. Le défaut de masse :
Les mesures exactes ont montré que la masse du noyau est toujours inférieure
à la somme des masses de ses nucléons.
Par exemple la masse du noyau d’Hélium 42𝐻𝑒 est : 𝒎 ( 42𝐻𝑒) =𝟔,.𝟏𝟎−𝟐𝟕𝒌𝒈
Mais la somme des masses de ses nucléons égale à :
𝟐𝒎𝒑+𝟐𝒎𝒏=𝟐×𝟏,𝟔𝟕𝟐𝟔.𝟏𝟎−𝟐𝟕 + 𝟐×𝟏,𝟔𝟕𝟓𝟎.𝟏𝟎−𝟐𝟕 =𝟔,𝟔𝟗𝟓𝟐.𝟏𝟎−𝟐𝟕𝒌𝒈.
On conclut donc que la masse du noyau d’Hélium est inférieure à la somme
des masses de ses nucléons.
20
Le défaut de masse 𝜟𝒎 d’un noyau de symbole 𝐴𝑍𝑋 est égal à la différence entre la masse des nucléons qui constituent
le noyau et la masse du noyau :
Le défaut de masse est toujours positif : ∆m > 0

Exemple :
…………………………………………………………………………………………………………………………………

2. Energie de liaison :
L’énergie de liaison 𝑬𝒍 est l’énergie qu’il faut fournir au noyau, en repos, pour séparer ses nucléons constitutifs,
et rester au repos :
Avec : ∆m Le défaut de masse.

Exemple :
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………

3. Energie de liaison par nucléon :


L’énergie de liaison par nucléon 𝝃 est définit par la relation : L’unité de 𝝃 est : 𝑴𝒆𝑽/𝒏𝒖𝒄𝒍é𝒐𝒏
Avec : 𝑬𝒍 L’énergie de liaison.
Plus l’énergie de liaison par nucléon 𝝃 est élevée plus le noyau est stable.

Exemple :
…………………………………………………………………………………………………………………………………

Application 2 :
1. Calculer en les unités (u) et (Kg) le défaut de masse d’un noyau de carbone 146𝐶 .
On donne : mp =1,00728 u ; mn =1,00966 u ; m ( 146𝐶 )=13.9999 u ; 1 u = 1,66. 10 –27 Kg
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
2. En déduire en (Mev) et (j) l’énergie de liaison d’un noyau de carbone 146𝐶 .
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
3. Calculez l’énergie de liaison par nucléon de ce noyau.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
4. L’énergie de liaison par nucléon de brome est : 𝝃 ( 88
35𝐵𝑟 )= 8,56 MeV/nucléon. Quel est le noyau le plus stable (C ou Br)?
Justifier votre réponse.
…………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………..

4. Courbe d’Aston :
Afin de comparer la stabilité de différents noyaux
atomiques, on trace la courbe représentant l’opposé
de l’énergie de liaison par nucléon (−𝝃) en fonction
du nombre de nucléons 𝐀 (courbe d’Aston).
A partir de la courbe, on remarque pour : Noyaux stables
- 𝟐𝟎<𝐀<𝟏𝟗𝟓 : On observe sur la courbe les valeurs minimales
de (−𝝃) .Cette zone possède les noyaux les plus stables. Fusion
- 𝐀<𝟐𝟎 et 𝐀> 𝟏𝟗𝟓 : On observe que (−𝝃) est faible pour ces
noyaux, ce qui confirme leur instabilité où ils peuvent être Fission
transformés en noyaux stables par fission nucléaire pour
les noyaux lourds (𝐀>𝟏𝟗𝟓) ou par fusion nucléaire pour
les noyaux légers (𝐀<𝟐𝟎).

21
3. La fission et la fusion nucléaires :
1. La fission nucléaire :
La fission nucléaire : est une réaction nucléaire dans laquelle un noyau lourd
fissile (fissible) est divisé en deux noyaux légers après capture d’un neutron
thermique.

Exemples :
…………………………………………………………………………………
………………………………….………………………………………………

Remarques :
Les neutrons résultants de la fission nucléaire peuvent :
- Sort du milieu de réaction.
- Être capturé par des noyaux non fissiles.
- Provoquer la fission d'autres noyaux, et contribuer à une réaction en
chaîne pouvant se produire de manière explosive s'elle est incontrôlée
(c'est ce qui se passe dans la bombe nucléaire A). Mais dans les réacteurs
nucléaires, la réaction en chaîne est contrôlée de manière à ce que l’énergie
soit produite de manière systématique (en absorbant les neutrons avec des
barres de cadmium).

2. La fusion nucléaire :
La fusion nucléaire : est une réaction nucléaire provoquée, au cours de
laquelle, deux noyaux légers s'assemblent pour former un noyau plus lourd.

Exemples :
…………………………………………………………………………………
………………………………….………………………………………………

Remarques :
- La fusion nucléaire n'est possible que si les deux noyaux possèdent une grande énergie cinétique pour vaincre les forces
de répulsion électriques.
- La fusion nucléaire se produit naturellement dans les étoiles. Dans une bombe thermonucléaire (appelée bombe H).
- La fusion nucléaire est incontrôlée et explosive.

4. Bilan massique et énergétique d’une réaction nucléaire :


1. Cas général d’une réaction nucléaire :
On considère l'équation générale d'une réaction nucléaire : ………………………………………………………….….…….
Où 𝑿 le symbole d’un noyau ou d’une particule.
Le bilan massique de cette réaction (variation de masse) est :
………………………………………………………………………………………………………………………………..
Le bilan énergétique de cette réaction (énergie de la réaction) est :
………………………………………………………….…………………………………………………………..…………

Remarques :
- Si 𝜟𝑬<𝟎 : La réaction est exoénergétique.
- Si 𝜟𝑬>𝟎 : La réaction est endoénergétique.
- L’énergie libérée au cours d’une réaction exoénergétique est : ………………………..

2. Applications sur des transformations nucléaires :


a. Radioactivité 𝜶 :
L’équation de désintégration 𝜶 : …………………………………………………………………………………….………
L’énergie libérée au cours la 𝒓𝒂𝒅𝒊𝒐𝒂𝒄𝒕𝒊𝒗𝒊𝒕é 𝜶 est :
………………………………………………………………………………………………….
Les masses de noyaux en (u)
Exemple :
sont :
……………………………………………………………………………………..…………
22
Energie de cette réaction est : ……………………………………………………………………………………………….…
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
On remarque que : ……………………………………. Donc la radioactivité 𝜶 est : ………………………………………..

b. Radioactivité 𝜷− :
L’équation de désintégration 𝜷− : …………………………………………………………………………………….………
L’énergie libérée au cours la 𝒓𝒂𝒅𝒊𝒐𝒂𝒄𝒕𝒊𝒗𝒊𝒕é 𝜷− est :
………………………………………………………………………………………………….
Les masses de noyaux en (u)
Exemple :
sont :
……………………………………………………………………………………..…………

Energie de cette réaction est : ……………………………………………………………………………………………….…


…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
On remarque que : ……………………………………. Donc la radioactivité 𝜷− est : ………………………………………

c. Radioactivité 𝜷 + :
L’équation de désintégration 𝜷+ : …………………………………………………………………………………….………
L’énergie libérée au cours la 𝒓𝒂𝒅𝒊𝒐𝒂𝒄𝒕𝒊𝒗𝒊𝒕é 𝜷+ est :
………………………………………………………………………………………………….
Les masses de noyaux en (u)
Exemple :
sont :
……………………………………………………………………………………..…………

Energie de cette réaction est : ……………………………………………………………………………………………….…


…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
On remarque que : ……………………………………. Donc la radioactivité 𝜷+ est : ………………………………………

d. La fission nucléaire : Les masses de noyaux en (u)


Exemple :
On considère l’équation de la fission nucléaire suivante : sont :
……………………………………………………………
Energie de cette réaction est : ……………………………………………………………………………………………….…
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
On remarque que : …………………………………………………………………………………….
Donc la fission nucléaire est : ……………………………………………………………..…………

e. La fusion nucléaire : Les masses de noyaux en (u)


Exemple :
On considère l’équation de la fusion nucléaire suivante :
sont :
……………………………………………………………
Energie de cette réaction est : ……………………………………………………………………………………………….…
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
On remarque que : …………………………………………………………………………………….
Donc la fusion nucléaire est : ……………………………………………………………..………

5. Applications et dangers de la radioactivité :


1. Applications de la radioactivité :
La radioactivité a des multiples applications dans plusieurs domaines, entre autres :
- L’industrie : la production de l’énergie électrique, la recherche de nouveaux matériaux, les appareils de détection et de
mesure ultrasensible, la conservation des aliments….
- L’agriculture : élaboration de nouvelles variétés végétales par transformations génétiques, éliminer des insectes et des
micro-organismes nuisibles…
23
- La médecine : le diagnostic et le traitement, utilisation de traceurs radioactifs, analyse
biochimique, radiothérapie, stérilisation des instruments médicaux….

2. Les dangers de la radioactivité :


Nous savons que la radioactivité, mal maîtrisée ou utilisée à des fins non pacifiques,
peut gravement nuire. Depuis Hiroshima à 1945, radioactivité rime avec danger. Après
Tchernobyl, et aujourd’hui Fukushima à 1986, le nucléaire fait peur.
L’utilisation des propriétés de la radioactivité dans de nombreux secteurs est à l’origine
de la production de déchets radioactifs qui, pour des raisons techniques ou économiques,
ne peuvent être réutilisé ou recyclés. Ces déchets ont la particularité d’émettre des
rayonnements pouvant présenter un risque pour l’Homme et l’environnement.

Application 3 :
Dans une pile atomique, une des réactions la plus courante est la suivante :
1. Nommer cette réaction nucléaire.
………………………………………………………………………………………………………………………………….
2. Déterminer, en les justifiant, les valeurs de Z et x.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
3. Calculer le défaut de masse.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
4. Calculer, en joule, puis en MeV, l'énergie libérée par la fission d'un noyau d'uranium 235.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………

Application 4 :

1. Calculez, en MeV, l'énergie de liaison d’un noyau 235 92𝑈


…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
2. Calculez l’énergie de liaison par nucléon de ce noyau.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
3. Ecrivez l’équation de la réaction de fission étudiée.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
4. Exprimer l'énergie libérée par la fission d'un noyau d'uranium 235
92𝑈 en fonction des énergies de liaison par nucléon du
noyau père et des noyaux fils et calculez la valeur de cette énergie en MeV
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
4. Calculer l'énergie moyenne libérée par une mole de noyaux 235 92𝑈.
……………………………………………………………………………………………………….………………………

24
Partie 3 : Electricité

Cours 6 : Le dipôle RC

Cours 7 : Le dipôle RL

Cours 8 : Les oscillations libres dans un circuit RLC série

25
Niveau : 2 BAC Matière : Physique Lycée : Al Azhar

Prof : Abderrahim FILALI Partie N° 3 : Electricité Année scolaire : 2019-2020

Cours N° 6 : Le dipôle RC

Introduction :
Un appareil photographique avec flash comporte un condensateur de forme
généralement cylindrique.
- Qu’est-ce qu’un condensateur ?
- Comment se comporte un circuit comprenant un condensateur et un
conducteur ohmique ?

1. Le condensateur :
1. Définition :
Le condensateur est un dipôle constitué de deux plaques conductrices,
appelés armatures, séparés par un isolant diélectrique.
Le symbole du condensateur est :

2. Charge d’un condensateur :


On réalise le circuit de la figure ci-contre, on branche le condensateur dans
le circuit, puis on ferme l’interrupteur. Le condensateur se charge.
Lorsqu’on ferme l’interrupteur, les électrons quittent l’armature A qui se charge
positivement (qA > 0) s’accumulent sur l’armature B qui se charge négativement
(qB = −qA < 0).
La charge du condensateur ou la quantité d’électricité emmagasiner dans
le condensateur est la charge de l’armature positive de condensateur, sont symbole
est Q et son unité et le coulomb (C) : Q=qA=-qB

3. Relation entre la charge et intensité du courant :


L'intensité du courant électrique est le débit de porteurs de charges qui traverse la section du conducteur par unité
de temps.
- Cas du courant variable : - Cas du courant continu :

i : ……………………………………………………………………………………………………….………………….
q : ……………………………………………………………………………………………………………………..……
t : ……………………………………………………………………………………………………………………..…..

4. Relation entre la charge et la tension aux bornes d’un condensateur :


Activité 1 :
Chargeons un condensateur avec un générateur de courant qui débite un courant constant I
et on obtient le graphe Uc=f(t) ci-contre :
1. Montrer qu’à chaque instant t le condensateur reçoit une charge q = I0.t
…………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………..
2. Montrer qu’à chaque instant t que q = C. Uc
…………………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………….

26
Conclusion :
La charge q d’un condensateur est proportionnelle à la tension Uc aux bornes de ses armatures.

q : ………………………………………………………..….
C : ………………………………………………………..…
Uc : ……………………………………………………..…..

Application 1 :
Chargeons un condensateur avec un générateur de courant qui débite un courant
constant I = 2 mA, et on obtient le graphe Uc=f(t) ci-contre :
1. Trouver la capacité du condensateur.
………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………..
2. Déduire la charge du condensateur à l’instant t = 2 ms.
1.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………

2. Association des Condensateur :


1. Association en série :
Considérons un ensemble de deux condensateurs de capacités C1 et C2 branchés en série
et cherchons la capacité d’un condensateur unique équivalent à cet ensemble. (La branche
AB sera traversée par le même courant électrique donc q = q1 = q2).
D’après la loi d’additivité des tensions entre A et B, on a : …………………………….
Avec : ……………………………………………………………………………….……..
On écrit : ……………………………………………………………………………..…….
D’où : ………………………………………………………………………….………….
En général, la capacité du condensateur équivalente à un ensemble de condensateurs
de capacités 𝑪𝟏 et 𝑪𝟐 et ... et 𝑪𝒏 branchés en série est :

L’association en série des condensateurs permet d’obtenir un condensateur de capacité plus petite pouvant supporter
une tension plus grande qui ne peut pas être supporter par chaque condenseur s'il est utilisé séparément.

2. Association en parallèle :
Considérons un ensemble de deux condensateurs de capacités C1 et C2 branchés en
parallèle et cherchons la capacité d’un condensateur unique équivalent à cet ensemble.
D’après loi des nœuds, on a : ……………………………………………………………
Donc : ……………………………………………………………………………………..
Alors : ……………………………………………………………………………………..
Puisque : …………………………………………………………………………………..
On écrit : ……………………………………………………………………………..…….
D’où : ………………………………………………………………………….………….
En général, la capacité du condensateur équivalente à un ensemble de condensateurs
de capacités 𝑪𝟏 et 𝑪𝟐 et ... et 𝑪𝒏 branchés en parallèle est :

L’association en parallèle des condensateurs permet d’obtenir un condensateur de capacité plus grande pouvant
emmagasiner une charge plus grande sous une tension petite. Et, par l’application d’une tension petite, on peut obtenir
une charge électrique grande peut ne pas être fournie par chaque condensateur séparément.

27
Application 2 :
Calculer la capacité équivalente entre A et B.
…………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………

3. Réponse d’un dipôle RC à un échelon de tension :


1. Définitions :
Le dipôle 𝑹𝑪 est l’association en série d’un conducteur ohmique de résistance 𝑹
et d’un condensateur de capacité 𝑪.
Échelon de tension est un signal électrique u(t). On distingue deux types :

2. Réponse d’un dipôle RC à un échelon de tension - étude expérimentale :


On considère le montage électrique ci-contre :
Le condensateur est initialement déchargé
On prend : E = 6 V ; C = 100 μF ; R = 2 KΩ
- À l’instant t = 0 en place K à la position 1 et on visualise la variation de
tension Uc en fonction de temps. On obtient : la courbe 1 : (le dipôle RC est
soumis échelon de tension montant : charge du condensateur)
- Qu’on le condensateur se charge totalement, on bascule K de la position 1
à la position 2. On obtient : la courbe 2 : (le dipôle RC est soumis échelon
de tension descendant : décharge du condensateur).

Courbe 1 : Charge de condensateur Courbe 2 : Décharge de condensateur

On pose que : R.C = τ ; Dans ce cas : τ = 2. 10-3 .100 .10-6 = 0.2 (SI)

Remarque expérimentale :
- La tension Uc(t) est une fonction continue.
- La durée de charge et de décharge est égale à 5τ .
- La durée de charge et de décharge augmente qu’on C ou R augmente.

On constate 2 régimes :
- Régime transitoire qu’on t ≤ 5τ, la tension Uc augmente (dans le cas de charge) ou diminue (dans le cas de décharge).
- Régime permanant qu’on t ≥ 5τ, on constate que Uc=E lors de charge de condensateur et Uc=0 lors de décharge.

28
3. Réponse d’un dipôle RC à un échelon montant de tension (charge de condensateur) - étude théorique :
a. Équation différentielle vérifiée par la tension uC :
D’après l’additivité des tensions, on a : …………………………………………………… (*)
D’après la loi d’Ohm, on a : …………………………………………………………………..
et on a : ……………………… et …………………………. D’où : ……………………….…
Donc : ………………………………………………………………………………………….
Alors : ………………………………………………………………………………………….
On pose : …………………. , l’équation différentielle devient :

C’est l’équation différentielle vérifiée par la tension 𝒖𝑪


aux bornes du condensateur pendant sa charge.

Remarque :
On a : ………………………………..…………………, Donc : ………………………………………………………
et on a : ……………...…………………………………………………………………………………………………..
On remplace dans l’équation (*), On trouve :

C’est l’équation différentielle vérifiée par la charge q


du condensateur pendant sa charge.

b. Solution de l’équation différentielle :


On admet que la solution de l’équation différentielle …………………………………..…….…. s’écrit sous la forme :
…………………………………………………., avec 𝑨 et 𝑩 et 𝜶 des constantes.
On a : ………………………………..…………………, Alors : ………………………………………………………..……
On remplace ces expressions dans l’équation différentielle : …………………………………………………………………
Donc : ………………………………………………………………………………………………………………………….
Pour que cette relation soit vérifiée quel que soit 𝒕 il faut que :
……………………………………….…….... ………………………………………………………….
…………………………………………....…. ……………………………………………………..….
Donc : ……………………………………………………………………………………………………………………….….
Au début, le condensateur est déchargé, d’où :
…………………………………………………………………....……………
Donc : …………………………………………………………. Ainsi : ………………………………………………………
Alors : ………………………………………………………………………………………………………………………….

Donc l’expression de la tension aux bornes du condensateur est :

Remarques :
On a : ……………………………………………………………………………………………

Donc l’expression de la charge 𝒒 est :

On a : …………………………………………………………………………………………….
et on a encore: …………………………. Donc : ……………………………………………..….
Alors : …………………………………………………………………………………………….….

Donc l’expression de l’intensité du courant traversant le circuit 𝑹𝑪 est :

4. Réponse d’un dipôle RC à un échelon descendant de tension (décharge de condensateur) - étude théorique :
a. Équation différentielle vérifiée par la tension uC :
D’après l’additivité des tensions, on a : …………………………………………………… (**)
D’après la loi d’Ohm, on a : …………………………………………………………………..
et on a : ……………………… et …………………………. D’où : ……………………….…
Donc : ………………………………………………………………………………………….
Alors : ………………………………………………………………………………………….
On pose : …………………. , l’équation différentielle devient :
C’est l’équation différentielle vérifiée par la tension 𝒖𝑪
aux bornes du condensateur pendant sa décharge.
29
Remarque :
On a : ………………………………..…………………, Donc : ………………………………………………………
et on a : ……………...…………………………………………………………………………………………………..
On remplace dans l’équation (*), On trouve :
C’est L’équation différentielle vérifiée par la charge q
du condensateur pendant sa décharge.

b. Solution de l’équation différentielle :


On admet que la solution de l’équation différentielle …………………………………..…….…. s’écrit sous la forme :
…………………………………………………., avec 𝑨 et 𝑩 et 𝜶 des constantes.
On a : ………………………………..…………………, Alors : ………………………………………………………..……
On remplace ces expressions dans l’équation différentielle : …………………………………………………………………
Donc : ………………………………………………………………………………………………………………………….
Pour que cette relation soit vérifiée quel que soit 𝒕 il faut que : …
……………………………………….…….... ………………………………………………………….
…………………………………………....…. ……………………………………………………..….
Donc : ……………………………………………………………………………………………………………………….….
à t =0, le condensateur est chargé totalement, d’où : …………………………………………………….……..……..………
Donc : …………………………………………………………. Ainsi : ………………………………………………………
Alors : ………………………………………………………………………………………………………………………….

Donc l’expression de la tension aux bornes du condensateur est :

Remarques :
On a : ……………………………………………………………………………………………

Donc l’expression de la charge 𝒒 est :

On a : …………………………………………………………………………………………….
et on a encore: …………………………. Donc : ……………………………………………..….
Alors : …………………………………………………………………………………………….….

Donc l’expression de l’intensité du courant traversant le circuit 𝑹𝑪 est :

5. Constante de temps :
a. Définition :
On définit la constante du temps d’un dipôle RC par la relation :

On a pour un conducteur ohmique : ………………………………… D’où : …………………………………………….


et on a pour un condensateur : ………………………………….…… D’où : …………………………………………….
Alors : …………………………………………………………………………………………………………………
Donc : La grandeur τ a une dimension temporelle, son unité dans SI est le seconde (s).

b. Détermination de la constante de temps 𝝉 :


- Charge de condensateur :
Méthode 1 : On utilise la solution de l’équation différentielle : ……………………….
À t = τ on a : ……………………………………………………..……………………..
τ est l’abscisse qui correspond à l’ordonnée 0.63 E.
Méthode 2 : τ est l’abscisse de l’intersection entre la tangente de la courbe à t =0
et le asymptote Uc=E.

- Décharge de condensateur :
Méthode 1 : On utilise la solution de l’équation différentielle : ……………………….
À t = τ on a : ……………………………………………………..……………………..
τ est l’abscisse qui correspond à l’ordonnée 0.37 E.
Méthode 2 : τ est l’abscisse de l’intersection entre la tangente de la courbe à t =0
et l’axe du temps.

30
4. Energie emmagasinée dans un condensateur :
1. Mise en évidence d’énergie emmagasinée dans un condensateur :
On réalise le montage de la figure ci-contre. Avec un générateur de tension,
on charge le condensateur en plaçant le commutateur en position 1.
On bascule le commutateur en position 2, le condensateur est alors connecté
à la lampe, la lampe s’allume, la tension aux bornes du condensateur diminue,
le condensateur se décharge.
Le condensateur chargé possède de l’énergie .Celle-ci est transmise à la lampe
qui s’allume. On dit que le condensateur emmagasine une énergie électrique qui
augmente lorsqu’on augmente la valeur de C ou Uc.

2. L’expression de l’énergie électrique emmagasinée dans le condensateur :


La puissance électrique fournie par le générateur au condensateur : ………………..……………………………………….
telle que : …………………………………………….. alors : ……………………………………………………………….
et on sait que : …………………………………… d’où : …………………………………………………………………….

Donc l’expression de l’énergie électrique emmagasinée dans le condensateur est :

On utilisant la relation : ……………………………, on trouve :

Application 3:
Pour déterminer la capacité d’un condensateur on réalise le montage de
la figure 1 qui est formé des éléments suivants :
- un générateur idéal de tension de force électromotrice E=12V.
- un conducteur ohmique de résistance R=1KΩ.
- un condensateur déchargé de capacité C et un interrupteur K et des fils
de connexion.
A l’instant t=0 on ferme l’interrupteur K et on suit par un dispositif
convenable les variations de la tension 𝑢𝐶 appliquée aux bornes du
condensateur en fonction du temps et on obtient la figure 2.
1. Représenter sur la figure 1 dans la convention récepteur les tensions 𝑢𝐶 et 𝑢𝑅 .
2. Montrer que l’équation différentielle vérifié par la tension 𝑢𝐶 aux bornes du condensateur est :
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
𝒕
3. Trouver les expressions de A et τ pour que l’expression 𝒖𝑪 = 𝑨(𝟏 − 𝒆−𝝉) soit solution de l’équation différentielle.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………….…………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………
4. Par l’analyse dimensionnelle montrer que τ a une dimension du temps.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
5. Trouver τ graphiquement et montrer que C=1mF.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
6. Calculer l’énergie électrique 𝐸𝑒 stockée dans le condensateur dans le régime permanent.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
31
Niveau : 2 BAC Matière : Physique Lycée : Al Azhar

Prof : Abderrahim FILALI Partie N° 3 : Electricité Année scolaire : 2019-2020

Cours N° 7 : Le dipôle RL

Introduction :
Dans un moteur à explosion, un système d’allumage est nécessaire pour
produire l’étincelle qui enflammera le mélange air-essence. Ce système
comportant une bobine.
- Qu’est-ce que une bobine ?
- Quelle est son influence dans un circuit électrique ?

1. La bobine :
1. Définition :
La bobine est un dipôle constitué d’un enroulement non connecté de fil conducteur de cuivre
autour d’un cylindre isolant.
Le symbole de la bobine est : ou

𝑳 : l’inductance de la bobine, son unité dans (S.I) est Henry 𝑯.


𝒓 : la résistance interne de la bobine, son unité dans (S.I) est Ohm Ω.

Lorsque la résistance interne r ≃ 0, on dit que la bobine est pure est son symbole devient :

2. Tension aux bornes d’une bobine :


La tension UL aux bornes d’une bobine (L, r), est donnée par la relation :
Remarques :
- Lorsque la bobine est parcourue par un courant d’intensité constante (régime permanent),
Alors: ………………………………... D’où : ………………………………………………….
Donc la bobine se comporte comme un conducteur ohmique de résistance r.
- Lorsque la résistance interne de la bobine est négligeable, la tension entre ses bornes devient : …………………………..
- Si l’intensité du courant (𝒕) est croissante, alors : …………………………………
- Si l’intensité du courant (𝒕) est décroissante, alors : ……………………………….
- Si l’intensité du courant est variée très rapide, la dérivée 𝒅𝒊/𝒅𝒕 prend une valeur très grande et ainsi 𝒖𝑳(𝒕), d’où elle
apparaît aux bornes de la bobine une surtension. Ce phénomène est utilisé par exemple pour provoquer des étincelles aux
bornes de la bougie d’un moteur à essence et l’allumage des lampes au néon.

3. L’influence d’une bobine dans un circuit électrique :


On réalise le circuit suivant où les deux lampes L1 et L2 sont identiques.
- Lorsque on ferme l’interrupteur K on remarque que L2 s’allume avant L1.
- Lorsque on ouvre l’interrupteur K on remarque que L2 s’éteint avant L1.
Dans un circuit électrique la présence d’une bobine retarde l’établissement
et la rupture du courant dans ce circuit.

2. Réponse d’un dipôle RL à un échelon de tension :


1. Définition :
Le dipôle 𝑹𝑳 est l’association en série d’un conducteur Ohmique de résistance 𝑹
et d’une bobine son inductance 𝑳 et sa résistance interne 𝒓.
La resistance totale de la dipôle RL est : ………………..

2. Réponse d’un dipôle RL à un échelon de tension - étude expérimentale :


On réalise le montage du document ci-contre.
On prend : E = 6 V ; L = 0,2 H ; RT = 100 Ω
- On ferme l’interrupteur à l’instant t = 0 et on visualise la variation l’intensité
de courant i en fonction de temps (courbe 1 : le dipôle RL est soumis échelon
32
de tension montant : établissement de courant).
- Lorsque l’intensité de courant i devient constante on bascule K de la position 1 à la position 2. On obtient : la courbe 2 :
(le dipôle RL est soumis échelon de tension descendant : rupture de courant).

Courbe 1 : établissement de courant Courbe 2 : rupture de courant

𝐿 0,2
On pose que : 𝑅 = τ ; Dans ce cas : τ = 100 = 0.002 s = 2 ms.
𝑇

Remarque expérimentale :
- L’intensité i(t) est une fonction continue.

- La durée de l’établissement et de rupture de courant est égale à 5τ.


- La durée de l’établissement de rupture de courant augmente qu’on L augmente ou RT diminue.

On constate 2 régimes :
- Régime transitoire qu’on t≤ 5τ, on constate que i(t) augmente (dans le cas d’établissement) ou diminue (dans le cas
de rupture).
- Régime permanant qu’on t≥ 5τ, la valeur de i reste constante lors d’établissement est égale à Imax=𝑬/𝑹𝑻 et nulle lors
de son rupture.

3. Réponse d’un dipôle RL à un échelon montant de tension (établissement de courant) - étude théorique :
a. Equation différentiel vérifiée par i(t) :
D’après l’additivité des tensions, on a : …………………………………………………… (*)
D’après la loi d’Ohm, on a : ……………………… et on a : …………………………………
Donc : ………………………………………………………………………………………….
Alors : ………………………………………………………………………………………….
On pose : …………………. , l’équation différentielle devient :

C’est l’équation différentielle vérifiée par i(t) pendant


l’établissement de courant.

Remarque :
On a : ………………………………..…………………, Donc : …………………………………………………….………
Donc : ……………...…………………………………………………………………………………………………..……..
On remplace dans l’équation (*), On trouve :

C’est l’équation différentielle vérifiée par la tension UR pendant l’établissement de courant.

b. Solution de l’équation différentielle :


On admet que la solution de l’équation différentielle …………………………………..…….…. s’écrit sous la forme :
…………………………………………………., avec 𝑨 et 𝑩 et 𝜶 des constantes.
On a : ………………………………..…………………, Alors : ………………………………………………………..……
On remplace ces expressions dans l’équation différentielle : …………………………………………………………………
Donc : ………………………………………………………………………………………………………………………….
Pour que cette relation soit vérifiée quel que soit 𝒕 il faut que :
……………………………………….…….... ………………………………………………………….
…………………………………………....…. ……………………………………………………..….
33
Donc : ……………………………………………………………………………………………………………………….….
A t = 0 on a: ……………………………………………………………..……………………………………………..………
Donc : …………………………………………………………. Ainsi : ………………………………………………………
Alors : ………………………………………………………………………………………………………………………….

Donc l’expression de l’intensité du courant traversant le circuit 𝑹𝑳 est :

Remarque :
On a : ……………………………………………………………………………………………

Donc l’expression de la tension UR est :

On a : …………………………………………………………………… (r=0)
et on a encore: …………………………. Donc : ……………………………………………..….
Alors : ……………………………………………………………………………………

Donc l’expression de la tension UL est :

4. Réponse d’un dipôle RL à un échelon descendant de tension (rupture de courant) - étude théorique :
a. Equation différentiel vérifiée par i(t) :
D’après l’additivité des tensions, on a : ………………………………………………… (**)
D’après la loi d’Ohm, on a : ……………………… et on a : …………………………………
Donc : ………………………………………………………………………………………….
Alors : ………………………………………………………………………………………….
On pose : …………………. , l’équation différentielle devient :

C’est l’équation différentielle vérifiée par i(t) pendant


la rupture de courant.

Remarque :
On a : ………………………………..…………………, Donc : ………………………………………………………
Donc : ……………...…………………………………………………………………………………………………..
On remplace dans l’équation (**), On trouve :

C’est l’équation différentielle vérifiée par la tension UR pendant la rupture de courant.

b. Solution de l’équation différentielle :


On admet que la solution de l’équation différentielle …………………………………..…….…. s’écrit sous la forme :
…………………………………………………., avec 𝑨 et 𝑩 et 𝜶 des constantes
On a : ………………………………..…………………, Alors : ………………………………………………………..……
On remplace ces expressions dans l’équation différentielle : …………………………………………………………………
Donc : ………………………………………………………………………………………………………………………….
Pour que cette relation soit vérifiée quel que soit 𝒕 il faut que :
……………………………………….…….... ………………………………………………………….
…………………………………………....…. ……………………………………………………..….
Donc : ……………………………………………………………………………………………………………………….….
A t = 0 on a: ……………………………………………………………..……………………………………………..………
Donc : …………………………………………………………. Ainsi : ………………………………………………………
Alors : ………………………………………………………………………………………………………………………….

Donc l’expression de l’intensité du courant traversant le circuit 𝑹𝑳 est :

Remarque :
On a : ……………………………………………………………………………………..……

Donc l’expression de la tension UR est :

34
5. Constante de temps :
a. Définition :
On définit la constante du temps d’un dipôle RC par la relation :

On a pour un conducteur ohmique : ………………………………… D’où : …………………………………………….


et on a pour une bobine pure : ………………………………….…… D’où : …………………………………………….
Alors : …………………………………………………………………………………………………………………
Donc : La grandeur τ a une dimension temporelle, son unité dans SI est le seconde (s).

b. Détermination de la constante de temps 𝝉 :


- établissement de courant :
Méthode 1 : On utilise la solution de l’équation différentielle : ……………………….
À t = τ on a : ……………………………………………………..……………………..
τ est l’abscisse qui correspond à l’ordonnée 0.63 Imax.
Méthode 2 : τ est l’abscisse de l’intersection entre la tangente de la courbe à t =0
et le asymptote i = Imax

-: rupture de courant
Méthode 1 : On utilise la solution de l’équation différentielle : ……………………….
À t = τ on a : ……………………………………………………..……………………..
τ est l’abscisse qui correspond à l’ordonnée 0.37 Imax.
Méthode 2 : τ est l’abscisse de l’intersection entre la tangente de la courbe à t =0
et l’axe du temps.

3. Energie emmagasinée dans une bobine :


1. Mise en évidence d’énergie emmagasinée dans une bobine :
On réalise le montage suivant :
Lorsqu’on ferme l’interrupteur K un courant électrique traverse la bobine.
Tandis que la diode polarisée dans le sens inverse ne laisse pas le courant passer dans
la lampe qui ne s’allume pas.
À l’ouverture de l’interrupteur, la lampe s’allume.
La bobine possède de l’énergie .Celle-ci est transmise à la lampe qui s’allume.
On dit que la bobine emmagasine une énergie magnétique qui augmente lorsqu’on
augmente la valeur de i ou L.

2. Expression de l’énergie magnétique emmagasinée par la bobine :


La puissance électrique reçue par la bobine lorsque l’interrupteur est fermé est : ……………………………………….…
Donc : ………………………………………………………………………………………………………………………..
…….. : représente la puissance dissipée par effet Joule dans le circuit.
……………………. : représente la puissance emmagasinée dans la bobine.
Puis que : ……………………………………
Donc l’expression de l’énergie magnétique emmagasinée par la bobine est :

Application 1 :
Pour déterminer l’inductance L d’une bobine de résistance négligeable, on utilise le montage
représenté dans la figure (1), comprenant cette bobine, un conducteur ohmique de résistance
R=1,5.103 Ω , un GBF qui délivre une tension triangulaire de période T et un interrupteur K .
On ferme l’interrupteur K à l’instant t0 =0, et on visualise à l’aide d’un oscilloscope la tension
uL(t) aux bornes de la bobine, et la tension uR (t) aux bornes du conducteur ohmique. On obtient
l’oscillogramme de la figure (2).
- sensibilité verticale des deux voies de l’oscilloscope : 2V /div
- balayage horizontale : 0,2 ms /div
1. Quel est le rôle de la bobine lors de la fermeture du circuit ?
………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………..
𝐿 𝑑𝑢
2. Montrer que les tensions uL et uR sont liées par la relation : uL = - 𝑅 . 𝑑𝑡𝑅
………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………..
35
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
𝑑𝑢
3. Déterminer à partir de l’oscillogramme, les valeurs de uL et 𝑅
𝑑𝑡
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
4. Déduire la valeur de L.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
Application 2 :
Le circuit étudié, représenté ci-contre, est constitué d’un générateur idéal
de tension continue de force électromotrice E, d’un interrupteur K, d’une
bobine de résistance r et d’inductance L et d’un conducteur ohmique de
résistance R.
Le tableur du logiciel d’acquisition nous permet de calculer les valeurs
de i et de tracer la courbe i = f(t) donnée ci-contre.
Données : E = 12V ; R = 90 Ω
1. En appliquant la loi d’additivité des tensions, déterminer l’équation
différentielle vérifiée par l’intensité i du courant dans le circuit en fonction du temps.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
2. Une étude mathématique montre que l’équation établit précédemment a pour solution :
où IP et τ sont deux constantes non nulles .Montrer que :

…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………….………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………….……
3. En exploitant le figure 2, déterminer r et L.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………
4. Calculer l’énergie magnétique au régime permanent.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
36
Niveau : 2 BAC Matière : Physique Lycée : Al Azhar

Prof : Abderrahim FILALI Partie N° 3 : Electricité Année scolaire : 2019-2020

Cours N° 8 : Les oscillations libres dans un circuit RLC série

Introduction :
Si l’électronique permet de d’amplifier et de restituer les sons, des
oscillateurs électriques permettent leurs productions.
- De quelle façon peut-on réaliser de tels oscillations et à quelles
conditions sont-ils susceptibles d’être le siège d’oscillations électriques ?

1. Décharge d’un condensateur dans une bobine :


1. Les régimes des oscillations libres dans le circuit RLC série :
Activité 1 :
On réalise le montage de la figure ci-contre :
- On charge totalement le condensateur en plaçant le commutateur en position 1.
- On bascule le commutateur en position 2.
- On visualise la tension uC(t) aux bornes du condensateur. à chaque fois on fait variée
la résistance totale (R=r + r’) du circuit ; On obtient les courbes suivantes :

Remarque expérimentale :
- Lorsqu’on bascule en 2 on obtient un circuit RLC série.
- Le circuit RLC ne comporte pas de générateur : les oscillations sont dites ………………… .
- L’amplitude de la tension uc(t) décroît avec le temps : les oscillations sont dites …………... (L'amortissement est due au
fait qu'une partie de l'énergie électrique se perd sous forme de chaleur au niveau de la résistance du circuit par effet Joule).

2. L’équation différentielle de la tension aux bornes du condensateur d’un circuit RLC série :
On considère le circuit RLC en série suivant :
D’après l’additivité des tensions, on a : …………………………………………………… (*)
Avec : ………………………………………………………………………………………….
Donc : …………………………………………………………………………………………..
On remplace dans (*) et on trouve :…………………………………….………………………
D’où : …………………………………………………………………………………………..
37
On pose : …………………., l’équation différentielle devient :
C’est l’équation différentielle vérifiée par la tension uc aux bornes
d’un condensateur d’un circuit RLC série.

Remarques :
On a : …………………………………………, Donc : …………………………….……………
et on a : ……………...……………………………………………………………………………
On remplace dans l’équation (*), On trouve : ……………………………………………………
C’est l’équation différentielle vérifiée par la charge q
d’un condensateur d’un circuit RLC série.

- La grandeur ………………….….. exprime le phénomène d’amortissement des oscillations.

2. Les oscillations non amorties dans un circuit idéal LC :


Lorsque la résistance du circuit RLC est nulle, on dit qu’il est idéal et on l’appelle circuit LC car on ne peut pas le réalisé.
1. Équation différentielle vérifiée par la tension uc :
On considère Le circuit de LC la figure ci-contre :
D’après l’additivité des tensions, on a : …………………………………………………… (**)
Avec : ………………………………………………………………………………………….
Donc : …………………………………………………………………………………………..
On remplace dans (**) et on trouve :…………………………………….………………………
C’est l’équation différentielle vérifiée par la tension uc
aux bornes d’un condensateur d’un circuit idéal LC.

Remarque :
On a : ………………………………………………….……………, Donc : …………………...……………….……………
et on a : ……………...…………………………………………………………………………………………………………
On remplace dans l’équation (*), On trouve : …………………………………………………………………………………
C’est l’équation différentielle vérifiée par la charge q
d’un condensateur d’un circuit idéal LC.

2. Solution de l’équation différentielle :


La solution de l’équation différentielle ……………………………..…………… s’écrit sous la forme :
Um : ……………………… ……………………………………………………..……
2𝜋
( .t + 𝜑) : …………………………………………………………………………..
𝑇0
T0 : ……………………………………………………………………………………
𝜑 : …………………………………………………………………………………….

a. L’expression de T0 :
On a : ………………………………………………….. Donc : ……………………………………….……………………..
D’où : ………………………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………………….
On remplace dans de l’équation différentielle, on trouve : ……………………………………………………………………
Donc : ……………………………………………………………….…..…… D’où : …………………………….………….

Alors l’expression de la période propre des oscillations est :

et l’expression de la fréquence propre des oscillations est :

Remarques :
On a : …………………………………………………. Donc : ……………………………………………………………….
et on a encore : ………………………………………. Donc : ……………………………………………………………….
Alors : ……………………………………………………………………………………………………………………..……
Donc la période propre 𝑻𝟎 a la dimension d’un temps et son unité est la seconde.

La pseudo- période 𝑻 des oscillations amorties dans un circuit 𝑹𝑳𝑪 série est presque égale la période propre 𝑻𝟎 d’un
oscillateur non amorti. 𝑻 ≈ 𝑻𝟎 = 𝟐𝝅√𝑳.𝑪 .

38
b. Détermination des constantes Um et 𝝋 :
On a : ………………………………………………………………………………….
Donc : …………………………………………………………………………………
à t=0, le condensateur est totalement chargé, donc : ……………………………..……
Um : représente la valeur maximal de uc, donc : ………………………………………
D’où : ………………………………… Alors : ………………………………………

Donc l’expression de uc est : …………………………………………………………

c. L’expression de q(t) :
On a : ……………………….…… et ……………………………………………….
Donc : …………………………………………………………………………..……..
………………………………………………………………………………………….
Avec : ………………………………………………………………………………….

d. L’expression de i(t) :
On a : ……………………….………………………….…………………………….
Donc : …………………………………………………………………………..……..
…………………………………………………………………………………………
Avec : ………………………………………………………………………………….

3. Transferts d’énergie entre le condensateur et la bobine :


1. L’énergie dans un circuit LC idéal :
L'énergie totale d'un dipôle LC est la somme de l'énergie électrique emmagasinée
dans le condensateur et de l'énergie magnétique emmagasinée dans la bobine.
On a : …………………………...…… et ………………………………………….

Donc :

L’énergie totale d'un circuit 𝑳𝑪 idéal reste constante. On dit qu’elle se conserve.
Lors d'oscillations non amorties, l'énergie électrique dans le condenseur se
transforme en énergie magnétique dans la bobine et vice versa.

Remarque :
- Qu’on i = 0 ; Uc= Umax . Donc : ………………………………………………………………………………….…….
- Qu’on Uc =0 ; i= Imax. Donc : …………………………………………………………………………………….…..

2. L’énergie dans un circuit RLC série :


L’énergie totale emmagasinée dans un circuit 𝑹𝑳𝑪 à chaque instant est :
……………………………………………………………………………………………..
et on a : ……………………………………. et ………………………………………….
Donc : ………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………
Sachant que l’équation différentielle est : ………………………………………………….
Donc : ………………………………………………………………………………………

D’où : ……………………………………………………. Alors :

L’énergie totale 𝑬T est décroissante car ……………………………..….


La décroissance énergétique est due à la présence de la résistance 𝑹.
L’énergie totale d’un circuit 𝑹𝑳𝑪 série décroît progressivement par effet joule.

4. Entretien des oscillations :


On peut entretenir les oscillations du circuit 𝑹𝑳𝑪 série et obtenir une tension oscillante d’amplitude constante, en utilisant
un dispositif qui compense l’énergie dissipée par effet joule.
Le dispositif d’entretien est un générateur qui fournit au circuit une tension 𝒖G proportionnelle à l’intensité du courant :
𝒖G=𝑹𝟎. , il se comporte comme une résistance négative.

39
D’après l’additivité des tensions, on a : ……………………….………………………………
Avec : ………………………………………………………………………….……………….
Donc : ………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………….
Alors : …………………………………………………………….……………………………
Si on choisit : 𝑹𝟎 = , l'équation différentielle devient : ………………………………………

C'est l'équation différentielle que vérifie la tension aux bornes du condensateur dans un
circuit idéal LC. Donc les oscillations sont entretenues et l'amplitude devient constante et égale à : …………………………

Application :
On charge totalement un condensateur de capacité C=45.3μF par un générateur
idéal de f.é.m. E et on le monte à une bobine d’inductance L et de résistance r
à t=0. On visualise par un oscilloscope la courbe qui représente la tension uC(t)
en fonction du temps.
1. Montrer comment relier l’oscilloscope pour visualiser la tension uC(t).
2. Quel est le régime observé ?
…………………………………………………………………………………..
3. Quelle est la forme d’énergie stocké dans le circuit à t=60ms ? Justifier.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
4. En considérant la pseudo-période T est égale à la période propre T0 de l’oscillateur LC. Déterminer la valeur L.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
5. Calculer ΔE la variation de l’énergie totale entre les instants t =0 et t1=90ms expliquer le résultat.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
6. Trouver l’équation différentielle vérifiée par uC(t).
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
7. On monte en série avec le condensateur et la bobine un générateur G délivrant une tension proportionnelle à l’intensité
du courant uG=a.i et on obtient des oscillations sinusoïdales lorsque a =8 (SI)
a. Quelle est le rôle du générateur G ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
b. Déterminer l’équation vérifiée par la charge q dans ce cas.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
c. Trouver r la résistance de la bobine.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………

40
Chimie
Partie 1 : Transformations rapides et lentes
d’un système chimique

Partie 2 : Transformations limitées


d'un système chimique

41
Partie 1 : Transformations rapides et lentes
d’un système chimique

Cours 1 : Transformations rapides et transformations


lentes

Cours 2 : Suivi temporel d’une transformation chimique –


vitesse de réaction

42
Niveau : 2 BAC Matière : Chimie Lycée : Al Azhar

Prof : Abderrahim FILALI Partie N° 1 : Transformations rapides et lentes d’un système chimique Année scolaire : 2019-2020

Cours N° 1 : Transformations rapides et transformations lentes

Introduction :
La combustion du feu d’artifice est une transformation rapide et
la formation rouille est une transformation lente, et les deux sont des
réactions d’oxydo-réduction.
- Qu’est-ce qu’une réaction d’oxydo-réduction ?
- Qu’est-ce qu’une transformation rapide et une transformation lente ?
- Peut-on accélérer ou ralentir une réaction ?

1. Les réactions d’oxydo-réduction :


Activité 1 :
a. expérience :
On immerge partiellement une plaque de cuivre Cu dans un bécher contenant une solution
de nitrate d’argent (Ag+ + NO3-).
b. Observation :
On observe après quelques minutes ………………………………………sur la partie immergée
de la plaque et la solution prend une couleur …………………….. .
c. Interprétation :
- L’apparition de la couleur bleue s’explique par la présence …………………………………………………………………
- La transformation subie par le cuivre métallique Cu(s) se traduit par la demi-équation suivante :
……………………………………………………………………………...………………………………………..
- On dit que le cuivre Cu a subit une ……………… (Cu : réducteur) : donc l’oxydation est une …………....…. d’électrons.

- Le dépôt qui se forme sur la plaque est de ……………………………………………………………………………………


- La transformation subie par les ions Ag+ (aq) se traduit par la demi-équation suivante :
………………………………………………………………………………………………………………………..…………
- On dit que l’ion Ag+ a subit une …………….……(Ag+ : oxydant) : donc la réduction est un ……..………… d’électrons.

- Le couple oxydant / réducteur dans la demi-équation (1) est : ………………………………………………………………


- Le couple oxydant / réducteur dans la demi-équation (2) est : ………………………………………………………………

On obtient l’équation de la réaction bilan en ajoutant les deux demi-équations précédentes :


…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
Au cours de cette réaction, il y’a ………………………………………………………………………………………..…. .
On l’appelle une réaction ………………………………………………………………………………..……………………
d. Conclusion :
- L’oxydation est ……………………….. d’électrons par une espèce chimique.
- La réduction est ………………………..d’électrons par une espèce chimique.
- L’oxydant est l’espèce qui subit ………………… (qui …………...des électrons).
- Le réducteur est l’espèce qui subit …………………. (qui …………. des électrons).
- Le couple oxydant / réducteur (noté oxd / red) est constitué d’un oxydant et d’une réducteur qui se transforment l’une
en l’autre par un transfert de n électrons, et qui sont généralement lies par la demi-équation : ………………………...……
- La réaction d’oxydo-réduction est une réaction au cours de laquelle s'effectue ……………………………………………..
entre deux réactifs.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
43
Application 1 :
Compléter le tableau suivant :
Couple oxd / red Oxydant réducteur Demi-équation oxydo-réduction
Cu2+ / Cu

Ag+ + e- ↔ Ag
-
I2 / I
H+ / H2

Application 2 :
Soit les couple ox/red suivante : Fe2+ / Fe ; Cr2O72-/ Cr3+.
1. Écrire les demi-équations électroniques des couples oxydant/réducteur ci-dessus.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
2. Écrire l’équation de la réaction d’oxydoréduction qui traduit la transformation entre les ions de fer II et les ions
dichromate.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………

2. Les transformations rapides et les transformations lentes :


1. Les transformations rapides :
Activité 2 :
On verse 𝟐𝟎 𝒎𝒍 de solution de sulfate de cuivre II (𝑪𝒖𝟐+ + 𝑺𝑶𝟒𝟐−) dans un tube à essai (1),
et on ajoute 𝟏𝟎 𝒎𝒍 de la soude (𝑵𝒂+ + 𝑯𝑶−) (2).
1. Qu’observez-vous ? Quel est le nom du composé produit ?
………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………..
2. Écrire l'équation de cette réaction.
…………………………………………………………………………………………………………………………………..
3. Cette réaction peut-elle être suivie à l'œil nu ? Que concluez-vous ?
………………………………………………………………………………………………………………………………….

Conclusion :
Les transformations rapides : sont des transformations qui se produisent rapidement, de sorte que nous ne pouvons pas
suivre leur évolution à l'œil nu ou avec les appareils de mesure courants disponibles en laboratoire. c.-à-d. qu'il est
impossible de distinguer des états intermédiaires entre l'état initial et l'état final du système.

Exemples :
Les réactions acido-basiques, les réactions explosives, quelques réactions de précipitation.

2. Les transformations lentes :


Activité 3 :
On mélange, dans un bécher, 𝟓𝟎 𝒎𝒍 de solution d'iodure de potassium de concentration
molaire 𝟎,𝟐𝟎 𝒎𝒐𝒍.𝑳−𝟏 acidifier par l'acide sulfurique, et 𝟓𝟎 𝒎𝒍 de l'eau oxygénée de
concentration 𝟎,𝟎𝟏 𝒎𝒐𝒍.𝑳−𝟏 .
1. Qu’arrive-t-il au mélange avec le temps ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………..
2. Écrire l'équation de cette réaction. On donne les couples mis en jeu : 𝑯𝟐𝐎𝟐 / 𝑯𝟐𝑶 et 𝑰𝟐/ 𝑰 −
…………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………..
3. Cette réaction peut-elle être suivie à l'œil nu ? Que concluez-vous
……………………………………………………………………………………………………………………..……………
44
Conclusion :
Les transformations lentes : sont des transformations qui durent de quelques secondes à plusieurs heures, de sorte que
leur évolution peut être suivie à l'œil nu ou avec les appareils de mesure courants disponibles en laboratoire.

Exemples :
Quelques réactions d'oxydoréduction, les réactions d'estérification et d'hydrolyse, réaction d'oxydation du fer en rouille.

3. Quelques techniques physiques pour mettre en évidence les transformations lentes :


- Mesure de la pression : Dans le cas de transformations accompagnées d'une
modification de la quantité de matière gazeuse, nous utilisons le manomètre pour
suivre la pression du mélange réactionnel dans le temps. Reconnaissant ainsi la nature
de la transformation (rapide ou lente).
- Conductimétrie : Dans le cas des transformations ioniques, nous utilisons
la conductimétrie pour observer l’évolution de la conductivité du mélange réactionnel
dans le temps. Reconnaissant ainsi la nature de la transformation (rapide ou lente).
- pH–métrie : Dans le cas des ions 𝑯𝟑𝑶+ et 𝑯𝑶− présent dans la réaction, nous
utilisons le pH-mètre pour suivre l'évolution du pH de la solution (c.-à-d. [𝑯𝟑𝑶+]).
Reconnaissant ainsi la nature de la transformation (rapide ou lente).

3. Les facteurs cinétiques :


1. Définition :
On appelle facteur cinétique tout paramètre capable d'influer sur la vitesse d'une transformation chimique.
2. Influence de la température :
Activité 4 :
On introduit dans chacun de deux tubes à essaies (1) et (2) le même volume
d’un mélange d’acide oxalique H2C2O4 plus une solution de permanganate
de potassium (K+ + MnO4-) acidifié par quelques gouttes d’acide sulfurique
puis on élève la température du 2ème tube à 40oC.
Nous savons que les ions permanganates réagissent avec H2C2O4.
1. Écrire l'équation de cette réaction. On donne les couples mis en jeu : 𝑴𝒏𝑶𝟒 − / 𝑴𝒏𝟐+ et 𝑪𝑶𝟐 / 𝑯𝟐𝑪𝟐𝑶𝟒
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………….…..
2. Qu’observez-vous ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………….……
………………………………………………………………………………………………………………………………….
3. Que peut-on déduire ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………

3. Influence de la concentration initiale des réactifs :


Activité 5 :
On dispose de deux béchers, on introduit dans chacun d'eux un mélange réactionnel
(H2O2 acidifié + une solution d'iodure de potassium) mais la concentration de la solution
d'iodure de potassium dans le 2ème bécher est plus grande que dans le 1er.
Nous savons que les ions iodures réagissent avec H2O2.
1. Écrire l'équation de cette réaction. On donne les couples mis en jeu : 𝑯𝟐𝐎𝟐 / 𝑯𝟐𝑶 et 𝑰𝟐/ 𝑰 −
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………….…..
2. Qu’observez-vous ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………….……
………………………………………………………………………………………………………………………………….
3. Que peut-on déduire ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
45
Remarque :
Il existe d'autres facteurs cinétiques comme le catalyseur et la nature du solvant.

4. Application de facteurs cinétiques :


a. Accélération d'une transformation chimique :
Dans certains cas, le chimiste est obligé d'accélérer les réactions chimiques, par exemple, il augmente la température.
Exemples :
la synthèse de l'ammoniac - combustion d'essence - utilisation d’une cocotte-minute pour cuire des aliments …….….

b. Abaissement de la vitesse d'une transformation chimique :


Le contrôle des facteurs cinétiques permet d’abaisser la vitesse de certaines transformations chimiques très rapides ou
les stoppées.
Exemples :
transformations exothermique - conservation des aliments - arrêt d'une transformation chimique ……….

Application 3 :
Nous mélangeons à 25°C, un volume V1=10mL de l’eau oxygénée H2O2 acidifié de concentration molaire C1=0.5mol/L
et un volume d’iodure de potassium (K+ + I-) de concentration molaire C2=0.8mol/L.
1. Déterminer les deux couples oxydant/réducteur qui interviennent dans la réaction et écrire la demi-équation de chaque
couple.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
2. Déduire l’équation bilan.de la réaction d’oxydoréduction.
………………………………………………………………………………………………………………………………….
3. Quelle est l’évolution du mélange qui se produit que nous pouvons distingué à l’œil nu.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
4. Dresser le tableau d’évolution de la réaction.

5. Calculer l’avancement maximal xmax , et déduire le réactif limitant.


…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
6. Déduire la quantité de matière de la diode formée à la fin de l’expérience.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
7. Nous répétons l’expérience précèdent toute en gardant la même température et en augmentant la concentration de
la solution iodure de potassium à C’2=1mol/L. Qu’arrivera-t-il à la durée de la réaction ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
8. Que se passerait-il-si nous mettons le premier mélange dans l’eau glacée ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
46
Niveau : 2 BAC Matière : Chimie Lycée : Al Azhar

Prof : Abderrahim FILALI Partie N° 1 : Transformations rapides et lentes d’un système chimique Année scolaire : 2019-2020

Cours N° 2 : Suivi temporel d’une transformation chimique – vitesse de réaction

Introduction :
La surveillance en continu des réactions chimiques est indispensable
pour assurer la sécurité de l’installation et la qualité des produits obtenus.
- Comment assurer le contrôle d’une réaction chimique ?
- Comment définir la vitesse d’une réaction chimique ?

1. Techniques du suivi temporel d’une transformation chimique :


Pour suivre temporellement l'évolution d'une transformation chimique on doit connaître sa composition à chaque instant.
Il existe plusieurs méthodes qui permettent de suivre l'évolution d'une transformation parmi lesquelles il y'a :
- Les méthodes physiques : la conductimétrie – la pH-métrie – la mesure de la pression – la mesure du volume ……
- Les méthodes chimiques : sont basées sur le dosage.

La cinétique chimique vise à suivre l’évolution de la transformation chimique, en particulier à déterminer et tracer
la variation de l’avancement en fonction de temps 𝒙 =f (𝒕).

2. La vitesse volumique d’une réaction :


1. Définition :
La vitesse volumique d’une réaction correspond à la quantité de matière formée ou disparue par unité de temps et
de volume, tel que :
v : ……………………………………………………………………………………………….
V : ………………………………………………………………………………………………
𝑑𝑥
𝑑𝑡
: ………………………………………………………………………………………………

2. Détermination de la vitesse volumique de réaction :


On trace la tangente à la courbe 𝒙 = f(𝒕) à la date 𝒕 choisie.
On calcule la valeur du rapport 𝒅𝒙/𝒅𝒕 qui représente le coefficient directeur
de cette tangente, et on le divise par la valeur de 𝑽 (volume de la solution).

Application 1 :
Calculer en mmol.L-1min-1 la vitesse volumique de la réaction à l’instant 4 min
dans la figure ci-contre.
On donne : le volume de la solution est : V = 100 mL
…………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………….……….
……………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………..

3. Evolution de la vitesse de réaction au cours du temps :


On remarque la diminution la valeur de coefficient directeur avec le temps.et puisque la transformation se déroule dans
un volume constant, alors la vitesse de réaction diminue avec le temps.

47
3. Temps de demi-réaction :
1. Définition :
Le temps de demi-réaction, noté 𝒕𝟏/2, correspond au temps nécessaire pour que l'avancement soit parvenu à la moitié
de sa valeur finale :

Remarque :
Dans le cas d’une réaction totale : on a : ……………….…

2. Détermination du temps de demi-réaction :


On le détermine graphiquement à partir de la courbe des variations de
l'avancement 𝒙 =𝒇 (𝒕) :
- On détermine la valeur de l'avancement final 𝒙max par le traçage d’une
asymptote à la courbe.
- On détermine 𝒙max/𝟐 sur la courbe.
- On détermine le point d'intersection de la ligne horizontale de l'ordonnée
𝒙max/𝟐 avec la courbe.
- L’abscisse du point d'intersection représente le temps de demi-réaction 𝒕𝟏/2.

Application 2 :
Déterminer le temps de demi-réaction dans la figure ci-contre.
…………………………………………………………………………………

Remarque :
- Pendant le suivi temporel de la transformation, la durée entre chaque mesure doit être beaucoup plus courte que
le temps de demi-réaction 𝒕𝟏/2 pour garantir l'intégrité de l'étude.
- Le temps de demi-réaction permet d'estimer le temps nécessaire à la fin de la transformation chimique étudiée
(environ 𝒕𝒇 =𝟏𝟎 𝒕𝟏/2).

4. Facteurs influant sur la vitesse volumique de réaction :


1. La température :
une augmentation de la température (θ1 > θ2) a pour effet d’augmenter la vitesse de la réaction
(v1 > v2), sans changer la valeur de l’avancement final xf.

2. la concentration initiale des réactifs :


une augmentation de la concentration initiale des réactifs ( [I- ]1 > [I- ]2 ) a pour effet
d’augmenter la vitesse de la réaction(v1 > v2), sans changer la valeur de l’avancement final xf.

Interprétation microscopique :
On considère deux entités A2 et B2, les multiples chocs entre ces entités sont à l’origine de leur transformation en
molécule AB : A2 + B2 2 AB
pour qu’un choc soit efficace, c’est-à-dire pour qu’il a apparition de molécule A-B, il faut casser la liaison A-A
et la liaison B-B pour former la liaison A-B. la cassure des liaisons nécessite un apport d’énergie.

5. Suivi de l'évolution temporelle d'une transformation chimique :


1. Suivi de l'évolution temporelle d'une transformation chimique par le dosage :
On verse, dans un bécher, un volume 𝑽1=5𝟎𝟎 𝒎𝒍 de solution d'iodure de potassium (K+(𝒂𝒒) + 𝑰− (𝒂𝒒)) de concentration
𝑪𝟏=𝟎,𝟒 𝒎𝒐𝒍.𝑳−𝟏, puis on ajoute un volume 𝑽2=5𝟎𝟎 𝒎L de solution de peroxosulfate de potassium (𝟐𝑲+(𝒂𝒒) + 𝑺𝟐𝑶𝟖 𝟐− (𝒂𝒒))
de concentration 𝑪𝟐=𝟎,𝟑 𝒎𝒐𝒍.𝑳−𝟏 acidifier par 𝟏 𝒎L d’acide sulfurique concentré.

48
1. Ecrire l’équation bilan de la réaction étudié. On donne les couples ox/red mis en jeu : / 𝑰− et 𝑺𝟐𝑶𝟖𝟐− / 𝑺𝑶𝟒𝟐− .
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………...
2. Calculer la quantité de matière initiale des réactifs : ni(I-) et ni(𝑺𝟐𝑶𝟖𝟐−). et déduire les concentrations initiales des
réactifs : [I- ]i et [𝑺𝟐𝑶𝟖𝟐−]i
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
3. Complétez le tableau d’avancement suivant.

4. Déterminer l’avancement maximal xmax de la réaction et en déduire le réactif limitant.


…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
5. Montrer que : x(t) = [I2] .VT avec : VT =V1 + V2
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
6. Déduire la concentration maximale de la diode formé : [I2]max
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
Immédiatement, en préparant le mélange, on prélève un volume 𝑽’=𝟏𝟎 𝒎𝒍
du mélange réactionnel et on le verse dans un bécher à l’instant 𝒕= 0, et on ajoute
dans ce bécher 𝟓𝟎 𝒎L d’eau glacée (𝟎 ℃) et quelques gouttes d’empois d’amidon.
On dose la diode formée à l’instant 𝒕 par la solution de thiosulfate de sodium
(𝟐𝑵+ (𝒂𝒒) + 𝑺𝟐𝑶𝟑𝟐− (𝒂𝒒)) de concentration
On refait les opérations précédentes à différents instants, et on détermine I2
la concentration de la diode formée en chaque instant.
La courbe ci-contre la variation de la concentration de la diode formée [I2]
en fonction de temps.
7. Pourquoi on verse l'échantillon du mélange réactionnel dans l'eau glacée
avant chaque dosage ?
…………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………….
8. Déterminer le temps de demi-réaction t1/2.
…………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………
9. Calculer la vitesse volumique de la réaction à les instants t0=0 et t1=20 min.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….

49
2. Suivi de l'évolution temporelle d'une transformation chimique par la mesure de pression d’un gaz :
Pour étudier la cinétique de la réaction de l’acide chlorhydrique avec le zinc.
On introduit dans un ballon de volume constant V, la masse m = 0,5 g de zinc
en poudre Zn(S) et on y verse à l’instant to= 0, le volume VA= 75 mL d’une
solution aqueuse d’acide chlorhydrique (𝑯𝟑 𝑶+ −
(𝒂𝒒) + 𝑪𝒍(𝒂𝒒) ) de concentration
CA = 0,4 mol.L-1. On mesure à chaque instant t la pression P à l’intérieur
du ballon à l’aide d’un capteur de pression.
La courbe ci-contre la variation de la pression de H2 en fonction de temps.
Données :
- On considère que tous les gaz sont parfaits.
- Constante des gaz parfaits : R = 8 ,314 (SI)
- Toutes les mesures ont été prises à 20°C.
- On rappelle l’équation d’état des gaz parfaits : P.V = n.R.T
- La masse molaire atomique du zinc : M(Zn) = 65,4 g.mol-1.
- Les couples interviennent sont : H3O+/H2 ; Zn2+/Zn
1. Ecrire l’équation bilan de la réaction étudié.
………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………….
2. Citer d’autres techniques qui peuvent utiliser pour suivre l’évolution de
cette réaction étudie.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
3. Calculer la quantité de matière initiale des réactifs : ni(𝑯𝟑 𝑶+
(𝒂𝒒) ) et ni(Zn(s)).
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
4. Complétez le tableau d’avancement suivant.

5. Déterminer l’avancement maximal xmax de la réaction et en déduire le réactif limitant.


…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
6. En appliquant l’équation d’état des gaz parfaits, et en se basant sur le tableau d’avancement précédent, trouver
l’expression de l’avancement x(t) de la réaction à l’instant t en fonction de R, T, V et PH2.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………..…………………..
7. Montrer que l’avancement de la réaction s’écrit : x(t)= 1,01. 10-5. PH2
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
8. Calculer la composition de système chimique à l’instant t= 60 min.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………..…...
50
9. Calculer le volume libéré de dihydrogène V (H2) à l’instant t=60 min. (Sachant que : Vm = 24.mol.L-1)
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………...
10. Déterminer le temps de demi-réaction t1/2.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
11. Vérifier la vitesse volumique de la réaction à l’instant t0=0 est : v0 =1,58. 10-3 mol.L-1 .min-1.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………….…………………………
……………………………………………………………………………………………………………………….…………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………….…...
12. Sachant que la vitesse volumique à l’instant t1 = 60 min, est : v1 =1,58. 10-3 mol.L-1 .min-1. D’après les résultats
obtenus, Expliquer pourquoi la vitesse diminue au cours de la réaction.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………….…
13. En gardant les concentrations initiales des réactifs, et on augmente la température de mélange réactionnel à 35°C,
Tracer sur la figure précédente la nouvelle évolution de PH2 =f(t). Expliquer l’effet de la température sur la vitesse de
la réaction au niveau microscopique.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………

3. Suivi de l'évolution temporelle d'une transformation chimique par la conductimétrie :


On se propose d’étudier, par conductimétrie, la cinétique de l’hydrolyse du
2-chloro-2-méthylpropane qui est noté RCl. Le mélange réactionnel initial
est réalisé en versant un volume VRCl = 1mL de 2 chloro-2-méthylpropane
(RCl) dans un mélange eau – acétone. L’eau présente est en très large excès.
À température 40°C, on plonge dans le bécher contenant le mélange
eau - acétone une cellule conductimétrie préalablement étalonnée. On
déclenche le chronomètre à l’instant où on ajoute le 2-chloro-2-méthylpropane
(RCl) dans le mélange et on mesure la conductivité  de la solution à différentes
dates.
La réaction qui a lieu au cours de la transformation étudiée a pour équation est :
RCl(l) + 2H2O(l) ROH(aq) + H3O+(aq) + Cl–(aq)
La courbe ci-contre la variation de la la conductivité  de la solution en fonction
de temps.
Données :
- La masse molaire de RCl : 𝑴(𝑹𝑪𝒍) = 𝟗𝟐, 𝟔 𝒈. 𝒎𝒐𝒍−𝟏
- La masse volumique de RCl est : 𝝆𝑹𝑪𝒍 = 𝟎, 𝟖𝟓 𝒈. 𝒄𝒎−𝟑
- Le volume du mélange est : V = 50 mL
- La conductivité d’une solution : 𝝈(𝒕) = ∑ 𝝀𝒙 [𝒙𝒊]

1. Quel est le rôle de l’acétone dans le mélange réactionnel ?


…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
2. Calculer la quantité de matière initiale de RCl : ni (RCl)
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………….…………………………………………………………

51
3. Complétez le tableau d’avancement suivant.

4. Déterminer l’avancement maximal xmax de la réaction et en déduire le réactif limitant.


…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
5. Donner l’expression de la conductivité  (t) du mélange à la date t en fonction de l’avancement de la réaction x(t),
du volume V du mélange et des conductivités molaires ioniques des ions oxonium λH3O+ et des ions chlorure λCl –.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
6. Montrer que l’avancement de la réaction s’écrit : x(t)= 1,15. 10-3. σ(t)
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
7. Expliquer l’augmentation de la conductivité au cours de temps.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
8. Calculer la composition de système chimique à l’instant t = 7 min.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
10. Déterminer le temps de demi-réaction t1/2.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
11. Calculer la concentration de 2-chloro-2-méthylpropane [RCl] à l’instant t1/2.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
12. Vérifier que la vitesse volumique de la réaction à l’instant t =10 min est : v =4,6. 10-3 mol.L-1 .min-1.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………….…………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………....
13. Sachant que la vitesse volumique à l’instant t0 = 0 est : v0 =46. 10-3 mol.L-1 .min-1. D’après les résultats obtenus,
Expliquer pourquoi la vitesse diminue au cours de la réaction.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
14. En gardant les concentrations initiales des réactifs et on diminue la température à 20°C, Tracer sur la figure
précédente la nouvelle évolution de σ (t)=f(t). Expliquer l’effet de la température sur la vitesse de la réaction au niveau
microscopique.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………

52
Partie 2 : Transformations limitées
d'un système chimique

Cours 3 : Transformations chimiques s’effectuant dans


les deux sens

Cours 4 : Etat d'équilibre d'un système chimique

Cours 5 : Transformations associées aux réactions


acide-base en solution aqueuse

53
Niveau : 2 BAC Matière : Chimie Lycée : Al Azhar

Prof : Abderrahim FILALI Partie N° 2 : Transformations limitées d'un système chimique Année scolaire : 2019-2020

Cours N° 3 : Transformations chimiques s’effectuant dans les deux sens

Introduction :
Afin d’obtenir un bon rendement, le pH d’une terre agricole doit être
adapté à la culture choisie.
- Comment peut-on ajuster le pH d’un sol ?

1. Les réactions acido–basiques :


- On appelle acide de Bronsted toute espèce chimique capable de céder un proton H+ pendant une transformation chimique.
- On appelle base de Bronsted toute espèce chimique capable de capter un proton H+ pendant une transformation chimique.
- Un couple acide / base (noté HA / A-) est constitué d’un acide HA et de sa conjuguée A- qui sont généralement lies par
la demi-équation : ………………………………………….……

Exemple :
- L’acide CH3COOH peut céder un proton H + pour se transformer à la base CH3COO- .
- La base CH3COO- peut capter un proton H+ pour se transformer à l’acide CH3COOH.
- L’acide CH3COOH et de sa conjuguée q CH3COO sont lies par la demi-équation : ………………………………………
- Le couple acide-base correspondant est : ………………………………………….

Application 1 :
Compléter le tableau suivant :
Couple acide / base Acide Base Demi-équation acido-basique
NH4+ / NH3

HNO3 ↔ NO-3 + H+
-
H2O / HO
H3O + ↔ H2O + H+

Remarque : H2O dans le couple …………………………… joue le rôle ……………………………... , alors que dans
le couple …………………..………..il joue le rôle ……………………….. .On l’appelle …………………………….. .

Généralement, le proton 𝑯+ n'est pas perdu par l'acide sauf s’il y a une base capable d'acquérir ce proton 𝑯+ et vice versa.
Ainsi, une réaction acido-basique est …………………. de proton 𝑯+ entre l'acide d'un couple ………………..………….
et la base d'un autre couple………………….. , où il réagit ………….. avec …………… .
Tout d'abord, il faut déterminer les deux couples intervenant dans la réaction ……………… et ………………… , puis
on écrit la demi-équation de chaque couple selon le sens où elles se produisent, par exemple:
- Pour le premier couple : …………………………………………………………………………….……….………………
- Pour le deuxième couple : ……………………………………………………………………………………………………
Ensuite, on écrit l'équation de la réaction acido-basique en « additionnant » les demi-équations :
……………………….………………….………………………………………………..…
Application 2 :
1. Ecrire les demi-équations acido-basiques relatives à :
a. L’acide nitreux HNO2.
………………………………………………………………………………………………………………………………….
b. L’ammoniac NH3 (Base).
……………………………………………………………………………………………………………………….………….
2. En déduire l’équation de la réaction entre l’acide nitreux et l’ammoniac.
…………………………………………………………………………………………………………………………….…….

54
2. Le pH d’une solution aqueuse :
1. Définition du 𝒑𝑯 d’une solution aqueuse :
La solution aqueuse est un mélange homogène obtenue par la dissolution d’une espèce chimique (appelée soluté) dans
l'eau (appelée solvant).
Pour des solutions aqueuses diluées ([𝑯𝟑𝑶+] ≤ 𝟓.𝟏𝟎−𝟐𝒎𝒐𝒍.𝑳−𝟏), le 𝒑𝑯 d’une solution aqueuse est définie par :
[𝑯𝟑𝑶+] : la concentration en ions oxonium exprimée en 𝒎𝒐𝒍.𝑳− .
Le pH est une grandeur sans unité.
Inversement, on peut remonter, à partir du 𝒑𝑯 d’une solution aqueuse à la concentration
en ions oxonium en effectuant :
Le 𝒑𝑯 d’une solution aqueuse est borné entre 0 et 14.

Application 3 :
1. Déterminer la valeur de pH des solutions suivantes :

; ;
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
2. Déterminer la concentration en ions oxonium [𝑯𝟑𝑶+] dans les solutions suivantes : pH1 = 5.02 ; pH2 = 8.3
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………

2. Mesure du 𝒑𝑯 d’une solution aqueuse :


On peut simplement avoir une indication de la valeur du 𝒑𝑯
en utilisant un papier 𝒑𝑯 qui prend une couleur plus ou moins
rougeâtre selon l’acidité de la solution.
Pour être plus précis, on utilise un 𝒑𝑯-mètre. Celui-ci est
un millivoltmètre relié à deux électrodes (ou une combinée) :
une électrode de verre et une électrode de référence.
Le millivoltmètre mesure la différence de potentiel entre les
deux électrodes.

3. Les transformations totales et limitées :


1. Les transformations totales :
Activité 1 :
On verse, dans un bécher, un volume 𝑽=𝟏𝟎𝟎 𝒎𝑳 de solution d'acide chlorhydrique (𝑯𝟑𝑶+(𝒂𝒒) + 𝑪𝒍−(𝒂𝒒)) de concentration
𝑪=𝟑,𝟓.𝟏𝟎−𝟐𝒎𝒐𝒍.𝑳−𝟏 , puis on immerge l'électrode de 𝒑𝑯- mètre dans cette solution et on trouve que : 𝒑𝑯 = 1,45.
1. Écrire l'équation de réaction acido-basique entre le chlorure d’hydrogène et l’eau.
On donne : 𝑯𝑪l(𝒈) /𝑪𝒍−(𝒂𝒒) ; 𝑯𝟑𝑶+(𝒂𝒒) /𝑯𝟐𝑶(l)
………………………………………………………………………………………………………..…………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
2. Calculer la quantité de matière initiale du chlorure d’hydrogène.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
3. Complétez le tableau d’avancement suivant.

f 55
4. Déterminer l’avancement maximal xmax..
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
5. Déterminer la concentration final en ions oxonium [𝑯𝟑𝑶+]f , et déduire la valeur de l’avancement final 𝒙𝒇 .
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………….…..
6. Comparer xmax. avec xf. . Que peut-on conclure ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………….…..
Conclusion :
Transformation totale : est une transformation dont leur évolution s’arrête par la disparition totale d'au moins un
des réactifs du système chimique. Pour une transformation totale : 𝒙𝒇 = 𝒙𝒎𝒂𝒙

2. Les transformations limitées :


Activité 2:
Dans un bécher, on introduit un volume 𝑽𝟎 =𝟓𝟎𝟎 𝒎𝑳 d’eau distillée et on ajoute 𝑽=𝟏 𝒎𝑳 d’acide éthanoïque 𝑪𝑯𝟑𝑪𝑶𝑶𝑯.
Puis on immerge l'électrode de 𝒑𝑯- mètre dans cette solution et on trouve que : 𝒑𝑯 = 3,10.
1. Écrire l'équation de réaction acido-basique entre l’acide éthanoïque et l’eau.
On donne : 𝑪𝑯𝟑𝑪𝑶𝑶𝑯(𝒂𝒒) /𝑪𝑯𝟑𝑪𝑶𝑶−(𝐚𝐪) ; 𝑯𝟑𝑶+(𝒂𝒒) /𝑯𝟐𝑶(l)
………………………………………………………………………………………………………..…………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
2. Calculer la quantité de matière initiale d’acide éthanoïque.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
3. Complétez le tableau d’avancement suivant.

f
4. Déterminer l’avancement maximal xmax..
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
5. Déterminer la concentration final en ions oxonium [𝑯𝟑𝑶+]f , et déduire la valeur de l’avancement final 𝒙𝒇 .
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………….…..
6. Comparer xmax. avec xf . Que peut-on conclure ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………….…..

Conclusion :
Transformation limitée : est une transformation dont leur évolution s’arrête sans la disparition totale de tout réactif du
système chimique. Pour une transformation limitée : < xmax..
56
3. Le taux d’avancement final d’une réaction chimique ;
Le taux d’avancement final 𝝉 d’une réaction chimique est égal au quotient de l'avancement final 𝒙𝒇 par l'avancement
final 𝒙𝒎𝒂𝒙 de cette réaction :
𝝉 est une grandeur sans unité et 𝟎 < 𝝉 ≤ 𝟏 et peut être exprimée en pourcentage.
- Si 𝝉 = 1 =100% la transformation est totale.
- Si 𝟎 < 𝝉 < 𝟏 la transformation est limitée.

Pour la réaction de l’acide éthanoïque avec l’eau (activité 2), on a : ……………………………………………….…………

4. Les deux sens de l’évolution d’une transformation chimique :


Activité 3:
On prépare une solution aqueuse (𝑺) de l'acide éthanoïque avec
une concentration molaire de 𝑪=𝟏,.𝟏𝟎−𝟐𝒎𝒐𝒍.𝑳−𝟏 .
Puis on mesure le 𝒑𝑯 de la solution (𝑺), et on trouve : 𝒑𝑯=3,40.
On verse, dans les béchers 𝑨 et , le même volume 𝑽𝟎=𝟐𝟎 𝒎𝑳 Bécher A
de la solution (𝑺).
- On ajoute, dans le bécher , quelques gouttes de l’acide éthanoïque
pur 𝑪𝑯𝟑𝑪𝑶𝑶𝑯,
et on remarque que le 𝒑𝑯 prend la valeur 𝒑𝑯𝑨=2,92.
- On ajoute, dans le bécher , des cristaux d’éthanoate de sodium
𝑪𝑯𝟑𝑪𝑶𝑶𝑵𝒂 , et on remarque que le 𝒑𝑯 prend la valeur 𝒑𝑯𝑩=4,21.
Bécher B
1. Écrire l'équation de la réaction acido-basique qui se fait pendant la préparation de la solution (𝑺).
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
2. Déterminer le sens de l'évolution du système chimique dans le bécher 𝑨.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………….……
…………………………………………………………………………………………………………………………….……
…………………………………………………………………………………………………………………………….……
…………………………………………………………………………………………………………………………….……
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………….…
3. Déterminer le sens de l'évolution du système chimique dans le bécher 𝑩.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………….……
………………………………………………………………………………………………………………………………..…
…………………………………………………………………………………………………………………………….……
…………………………………………………………………………………………………………………………….……
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………….…
4. Que peut-on conclure ?
………………………………………………………………………………………………………………………………..…
…………………………………………………………………………………………………………………………….……
………………………………………………………………………………………………………………………………..…

Conclusion :
Au cours de chaque transformation chimique non totale, une réaction se produite dans les deux sens (le sens direct et le
sens indirect de l'équation de la réaction). On l'exprime par l'équation de la réaction suivante :
……………………………………………………………………………

5. L’état d’équilibre d’un système chimique :


A l’état final d’une transformation non totale (limitée), le système chimique cesse de s’évoluer et se caractérise par
la présence de tous les réactifs et produits à des proportions fixes (sans modification de la quantité de matière au niveau
macroscopique) au cours du temps. Cet état s'appelle : état d'équilibre dynamique.
57
Interprétation microscopique :
On considère le système chimique suivant : ……………………………………..
- A l'état initial le système contient les espèces chimiques A et B, la réaction
se produit dans le sens (1) avec la vitesse v1.

- Les quantités des espèces A et B ainsi que les chocs entre elles diminuent donc diminution de v1.
- Les espèces C et D apparaissent et la réaction se produit dans le sens (2) avec la vitesse v2, leurs quantités ainsi que
les chocs entre elles augmentent donc augmentation de vitesse v2.
- Lorsque les deux vitesses v1 et v2 s’égalisent : le système n'évolue plus. C'est l'état d'équilibre dynamique.
- Au niveau macroscopique le système ne semble pas évoluer

Application 4 :
Pour préparer une solution d’acide propénoïque de volume V = 400 mL , On fait dissoudre une masse m=1,48 g d’acide
propénoïque C2H5COOH dans l’eau distillée. puis on immerge l'électrode de 𝒑𝑯- mètre dans cette solution et on trouve
que : 𝒑𝑯 = 3,09.
On donne : la masse molaire d’acide propénoïque : M = 74 g.mol-1
1. Écrire l'équation bilan de la réaction.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
2. Calculer la quantité de matière initiale d’acide propénoïque.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
3. Déduire C la concentration initiale d’acide propénoïque.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………….…
4. Complétez le tableau d’avancement suivant.

f
10−𝑝𝐻
5. Monter que l’expression du taux d’avancement final peut s’écrire comme suit : 𝝉 = C
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………..…..
…………………………………………………………………………………………………………………………………
6. Calculer la valeur de 𝝉. La transformation est-elle totale ou limitée ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………….……

58
Niveau : 2 BAC Matière : Chimie Lycée : Al Azhar

Prof : Abderrahim FILALI Partie N° 2 : Transformations limitées d'un système chimique Année scolaire : 2019-2020

Cours N°4 : Etat d'équilibre d'un système chimique

Introduction :
Lors d’efforts intenses, la régulation du pH du sang met en jeu divers
équilibres chimiques.
- Quelle grandeur caractérise un équilibre chimique ?

1. Quotient de réaction Qr :
1. Définition :
Le quotient de la réaction est une grandeur qui caractérise un système chimique dans un état donné. Sa valeur nous
renseigne sur l'évolution du système étudié.
On considère la réaction limitée modélisée par la réaction suivante : 𝜶 𝑨 + 𝜷 𝑩 ⇋ 𝜸 𝑪 + 𝜹 𝑫
Tel que les réactifs (𝑨 et 𝑩) et les produits (𝑪 et ) sont en solution aqueuse, et 𝜶, 𝜷, 𝜸, et 𝜹 sont les coefficients
stœchiométriques.
On appelle le quotient de réaction dans un état donné d’un système chimique, la grandeur exprimée par la relation :
L’écriture [𝑿] représente la concentration molaire effective de l’espèce 𝐗,
exprimée par l’unité 𝒎𝒐𝒍.𝑳−𝟏.
Qr est une grandeur sans unité.

Remarques :
- L’expression de 𝑸𝒓 ne comporte que les concentrations molaires des espèces dissoutes uniquement .
- Par convention, on prend : [H2O]=𝟏 𝒎𝒐𝒍.𝑳−𝟏.
- Par convention, on prend : [X]=𝟏 𝒎𝒐𝒍.𝑳−𝟏 pour un corps solide 𝑿.

2. Exemples en cas de milieu homogène :


Milieu homogène absence des corps solides.
Déterminer l’expression de 𝑸𝒓 dans chacun des cas suivantes :

1. ; …………………………………………………………..

2. ; ……………………………………………………………

3. ; …………………………………………………………

4. ; …………………………………………………………

Remarque :
on remarque que : ……………………. , donc l’expression de 𝑸𝒓 dépend du sens d'écriture de l'équation de la réaction.

3. Exemples en cas de milieu non homogène :


Milieu non homogène présence des corps solides.
Déterminer l’expression de 𝑸𝒓 dans chacun des cas suivantes :

1. ; ……………………………………………………………………..

2. ; …………………………………………………………………….

3. ; …………………………………………………………………….

59
2. Quotient de réaction à l’état d’équilibre Qr,éq :
1. Définition :
On appelle Quotient de réaction à l’état d’équilibre 𝑸𝒓,éq la valeur qui prend le quotient de réaction lorsque le système
chimique atteint l’état d’équilibre où les concentrations molaires des différentes espèces chimiques qui forment ce système
restent constante au cours du temps.
On peut déterminer les concentrations à l’équilibre par diverses méthodes : la conductimétrie – 𝒑𝑯-métrie – le titrage …

2. Détermination du quotient de réaction à l’état d’équilibre par conductimétrie :


Activité 1 :
On plonge la cellule conductimétrique dans un volume 𝑽 d’une
solution 𝑺 d’acide éthanoïque de concentration 𝑪=𝟓,.𝟏𝟎−𝟐𝒎𝒐𝒍/𝑳,
et on de cette solution est : 𝝈 =37 ,2 m𝑺.𝒎−𝟏.
1. Déterminer, dans l’état d’équilibre, les concentrations molaires
effectives des espèces chimiques dissoutes.
On donne à 𝟐𝟓°𝐂 :

1. Ecrire l’équation bilan de la réaction étudié.


………………………………………………………………………………………………………………………………….
2. Complétez le tableau d’avancement suivant.

3. Montrer que : et

…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
4. Donnes l’expression de 𝑸𝒓,éq en fonction de et Ci et calculer sa valeur numérique.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
On mesure la conductivité 𝝈 de solutions d’acide éthanoïque de diverses
concentrations, à la température 𝟐𝟓°𝑪, et on obtient les résultats ci-contre :
5. Déterminer la concentration molaire en ions oxonium dans chaque
solution, à l’équilibre, et déduire la valeur du quotient de réaction 𝑸𝒓,é𝒒 à
l’état d’équilibre pour chaque solution.
………………………………………………………………………….…..
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………
5. Qu’observez-vous ?
………………………………………………………………………………………………………………………………….
6. Que concluez-vous ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
60
3. Constante d’équilibre associée à une transformation chimique K :
La constante d'équilibre K associée à l'équation d'une réaction est la valeur que prend le quotient de réaction Qr,éq à l'état
d'équilibre du système.
Pour la réaction suivante : 𝜶 𝑨 + 𝜷 ⇋ 𝜸 𝑪 + 𝜹 𝑫
L’expression de la constante d’équilibre est :

Remarques :
- La valeur de la constante d’équilibre 𝑲 ne dépend que de la nature de réactifs et la température.
- La relation entre les deux constantes d’équilibre 𝑲𝟏 et 𝑲𝟐 de deux réactions qui se produisent dans deux sens opposés
est : 𝑲𝟏 = 𝟏/𝑲𝟐.
- On considère que la réaction est totale si 𝑲 > 𝟏𝟎𝟒.

4. Les facteurs influençant le taux d’avancement à l’équilibre :


1. Influence de l’état initial :
Activité 2 :
On mesure la conductivité 𝝈 de trois solutions d’acide éthanoïque de diverses
concentrations, à la température 𝟐𝟓°𝑪 , et on obtient les résultats ci-contre :

1. En utilisant le tableau d’avancement d’activité 1 , montrer que : 𝝉 = Ci


…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………....
2. En utilisant les résultats d’activité 1, Trouver l’expression de 𝝉 en fonction de 𝑪i et 𝛔 et 𝝀𝑯𝟑𝑶+ et 𝝀𝑪𝑯𝟑𝑪𝑶𝑶−.
………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………....
3. Déterminer la concentration molaire en ions oxonium dans chaque solution,
à l’équilibre, et déduire la valeur de 𝝉 pour chaque solution.
…………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………… 𝝉
…………………………………………………………………………………
4. Que concluez-vous ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………

2. Influence de la constante d’équilibre :


Activité 3 :
On prend de deux solutions acides (𝑺𝟏) d’acide éthanoïque et (𝑺𝟐) d’acide méthanoïque de même concentration
𝑪=5.𝟏𝟎−𝟐 𝒎𝒐𝒍.𝑳−𝟏. Acide Constante Taux
On donne la constante d’équilibre de chaque acide selon d’équilibre K à 25°C d’avancement 𝝉
le tableau ci-contre :
1. En utilisant le tableau d’avancement d’activité 1, acide 1,8. 10-5 2%
𝐶 . τ2 éthanoïque
montrer que : K = 1− τ
…………………………………………………………… acide 1,8. 10-4 6%
…………………………………………………………… méthanoïque
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
2. On applique cette relation et on trouve le taux d’avancement de chaque acide comme montre le tableau ci-contre.
Que concluez-vous ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
61
Niveau : 2 BAC Matière : Chimie Lycée : Al Azhar

Prof : Abderrahim FILALI Partie N° 2 : Transformations limitées d'un système chimique Année scolaire : 2019-2020

Cours N°5 : Transformations associées aux réactions acide-base en solution aqueuse

Introduction :
Le pH de l’eau d’un aquarium doit être maintenu entre 6,5 et 7,5 ; car la
diminution du pH favorise la multiplication du nombre de quelques bactérie
qui consomme le dioxygène dissout dans l’eau et l’augmentation du pH
favorise la sédimentation du carbonate de calcium sur les feuilles des plantes
qui existent dans l’aquarium.
- Comment ces valeurs peuvent-elles être ajustées ?

1. Le produit ionique de l’eau :


1. Autoprotolyse de l’eau :
Activité 1 :
L'expérience montre que l'eau pure est un mauvais conducteur du courant électrique et que son pH à 25 oC est pH=7.
Donc la concentration des ions oxoniums H3O+ est : ………………………………………………………………………
La présence de H3O+ est due au choc efficace entre les molécules de l’eau.
1. Ecrire l’équation de cette réaction.
……………………………………………………………………………………………………………………………….
Cette réaction est appelée l’autoprotolyse de l’eau.
2. Déterminer, à 𝟐𝟓℃, pour un volume 𝑽=𝟏 𝑳 d’eau pure, l’avancement de la réaction à l’équilibre et l’avancement
maximal. Déduire le taux d’avancement final de cette réaction. On donne : ρ(𝒆𝒂𝒖)=𝟏 𝒈.𝒄𝒎−𝟑 ; M(H2O) = 18g/mol

f
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
Donc l’autoprotolyse de l’eau est très limitée.

2. Produit ionique de l'eau :


La constante d'équilibre associée à la réaction d'autoprotolyse de l'eau est :
Ke : s'appelle le produit ionique de l'eau.
- Ke est une grandeur sans unité, et il ne dépend que de la température.
- On utilise aussi 𝒑𝑲𝒆 tel que : 𝒑𝑲𝒆 = −𝒍𝒐𝒈𝑲𝒆
- à 𝟐𝟓°𝐂, les valeurs de 𝑲𝒆 et 𝒑𝑲𝒆 sont : 𝑲𝒆 = 𝟏𝟎−𝟕.𝟏𝟎−𝟕=𝟏𝟎−𝟏𝟒 et 𝒑𝑲𝒆 = −𝒍𝒐𝒈𝑲𝒆 = 𝟏𝟒

3. Solutions neutres, acides, basiques :


- Une solution aqueuse est dite : acide si elle contient plus d’ions oxonium que d’ions hydroxyde : ………………………..
Donc : ………………………………………………..………………. ……………………………………………….
Alors : ………………………………………………..………………. ……………………………………………….
D’où : ………………………………………………..………………. ……………………………………………….
à 𝟐𝟓°𝐂, on a : ……………………………..…
- Une solution aqueuse est dite : basique si elle contient plus d’ions hydroxyde que d’ions oxonium : ………..……………
Donc : ………………………………………………..……… à 𝟐𝟓°𝐂, on a : ……………………………………..…
- Une solution aqueuse est dite : neutre si elle contient autant d’ions oxonium que d’ions hydroxyde : ……………………
Donc : ………………………………………………..……… à 𝟐𝟓°𝐂, on a : ……………………………………...…
62
On trouve finalement échelle de pH :

2. Constante d’acidité du couple 𝒂𝒄𝒊𝒅𝒆/𝒃𝒂𝒔𝒆 :


1. Définition :
L’équation de la réaction qui se produit lors de la dissolution de l’acide 𝑯𝑨 dans l’eau est : ………………………………..
La constante d’équilibre associée à l’équation de cette réaction, est appelée la constante d’acidité qui ne dépend que de
la température. telle que :
On définit aussi 𝒑𝑲𝑨 = − et 𝑲𝑨=𝟏𝟎−𝒑𝑲𝑨

2. Relation entre le 𝒑𝑯 et la constante d’acidité 𝑲𝑨 :


On peut écrire pour chaque couple : ………………………………………………………………………………………..
Donc : ………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………
Alors : ……………………………………………………………………….. D’où :

3. Constante d’acidité des couples de l’eau :


- Pour le couple 𝑯𝟑𝑶+/𝑯𝟐𝑶 :
L’équation de la réaction entre l’acide 𝑯𝟑𝑶+ et l’eau est : ………………………………………………………………
La constante d’acidité est : …………………………………………. Alors : ……………………………………………
- Pour le couple 𝑯2𝑶/𝑯𝑶- :
L’équation de la réaction entre l’acide 𝑯2𝑶 et l’eau est : ………………………………………………………………
La constante d’acidité est : …………………………………………. Alors : ……………………………………………

4. Constante d’équilibre associée à une réaction acido-basique :


On considère la réaction acido-basique entre l’acide HA𝟏 du couple HA𝟏/A1- et la base A𝟐- du couple HA2/A2-, selon
l’équation : …………………………………………………………………………………………………………………..
La constante d’équilibre associée à l’équation de cette réaction s’écrit :
……………………………………………………………………………………
Donc : …………………………………………………………………… D’où :

3. Comparaison du comportement des acides et des bases dans une solution aqueuse :
1. Comparaison du comportement des acides dans une solution aqueuse :
Activité 1 :
La solution S1 S2
On considère, à 𝟐𝟓°𝑪 , deux solutions 𝑺𝟏 d’acide éthanoïque et
𝑺𝟐 d’acide benzoïque de même concentration 𝑪= 𝟏𝟎−𝟐 𝒎𝒐𝒍.𝑳−𝟏. pH 3,4 3,1
1. Ecrire l’équation de la réaction de l’acide 𝑯𝑨 avec l’eau. KA 1,6. 10 -5
6,3. 10-5
……………………………………………………………………..
pKA
2. Donner l’expression du taux d’avancement final 𝝉 de cette
réaction en fonction du 𝒑𝑯 et 𝑪. 𝝉
…………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………………..
3. Calculer 𝒑𝑲𝑨 et 𝝉 des solutions 𝑺𝟏 et 𝑺𝟐.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…..………………………………………………………………………………………………………………………………
..…………………………………………………………………………………………………………………………………

4. Comment varie 𝝉 en fonction de 𝒑𝑯 ?


………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………

63
5. En utilisant le tableau d’avancement, donner l’expression de constante d’acidité 𝑲𝑨 en fonction du 𝝉 et 𝑪.

…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
6. Comment varie 𝝉 en fonction de 𝑲𝑨 ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………

Conclusion :
Pour les solutions aqueuses acides de même concentration, plus la constante d’équilibre 𝑲𝑨 du couple mise en jeu est
grande d’où la constante 𝒑𝑲𝑨 est petite, plus le 𝒑𝑯 de la solution est faible et plus le taux d’avancement final 𝝉 est élevé,
plus la dissolution acide est forte, c-à-d l'acide est fort.

2. Comparaison du comportement des bases dans une solution aqueuse :


Activité 2 :
On considère, à 𝟐𝟓°𝑪, deux solutions 𝑺𝟏 d’ammoniac et 𝑺𝟐 de La solution S1 S2
méthylamine de même concentration 𝑪= 𝟏𝟎−𝟐 𝒎𝒐𝒍.𝑳−𝟏. pH 10,6 11,4
1. Ecrire l’équation de la réaction de la base A- avec l’eau. KA 6,3. 10-10 2. 10-11
…………………………………………………………………….
2. Donner l’expression du taux d’avancement final 𝝉 de cette pKA
réaction en fonction du 𝒑𝑯 et 𝑪. 𝝉
…………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………………..
3. Calculer 𝒑𝑲𝑨 et 𝝉 des solutions 𝑺𝟏 et 𝑺𝟐.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
4. Comment varie 𝝉 en fonction de 𝒑𝑯 ?
………………………………………………………………………………………………………………………………….
5. En utilisant le tableau d’avancement, donner l’expression de constante d’acidité 𝑲𝑨 en fonction du 𝝉 et 𝑪.

…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
6. Comment varie 𝝉 en fonction de 𝑲𝑨 ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………

Conclusion :
Pour les solutions aqueuses basiques de même concentration, plus la constante d’équilibre 𝑲𝑨 du couple mise en jeu est
petite d’où la constante 𝒑𝑲𝑨 est grande, plus le 𝒑𝑯 de la solution est grand et plus le taux d’avancement final 𝝉 est élevé,
plus l'acquisition du proton par la base est forte, c-à-d la base est forte.

64
4. Domaines de prédominance et diagramme de distribution :
1. Diagramme de prédominance :
Pour le couple HA / A- on a : ……………………………………………. Donc : …………………………………………….
- Si : ………………………………………. Alors : ……………………………………. D’où : …………………………….
Donc l’acide est prédominant dans la solution.
- Si : ………………………………………. Alors : ……………………………………. D’où : …………………………….
Donc la base est prédominante dans la solution.
- Si : ………………………………………. Alors : ……………………………………. D’où : …………………………….
Donc la concentration de l’acide est identique à celle de la base.

2. Diagramme de distribution :
On appelle le diagramme de distribution de l’acide et sa base
conjuguée du couple HA / A-, les deux graphes qui représentent
l’évolution des pourcentages de l’acide et la base en fonction du 𝒑𝑯,
tel que : ………………………………………………………………
et : ……………………………………………………..……….
A l’intersection des deux graphes on a : …………………………….
D’où :[𝑩]=[𝑨]
Donc : 𝒑𝑯=𝒑𝑲𝑨.

Application 1 :
Le diagramme ci-contre représente le diagramme de distribution du
couple CH3COOH/CH3COO- .
1. Trouver graphiquement la valeur de pKA1 de cette couple.
………………………………………………………………………..……
2. Si le pH de la solution est : pH = 2,5. Quel est l’espèce prédominant
dans le mélange (CH3COOH ou CH3COO-) ?
……………………………………………………………………………..
3. Ecrire l’équation de la réaction entre l’acide éthanoïque et l’ammoniac.
………………………………………………………………………………
4. Calculer K la constante d’équilibre associée à cette réaction. (on donne pKA2 = 9,2 pour le couple NH4+ / NH3)
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………..….
5. La transformation est-elle totale ? H
………………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………
3. Indicateurs colorés acido-basiques :
Un indicateur coloré acido-basique est un couple acide / base noté
en général 𝑯𝑰𝒏/𝑰− dont la forme acide en solution aqueuse possède
une teinte différente de celle de la forme basique.
Equation de la réaction de HIn aves l’eau est :
………………………………………………………………………
Donc : ………………………………………………………………
- On admet que l’indicateur prend la forme acide dans la solution si : ……………………………………………………..
Donc : …………………………….…… Alors : ……………………………………. D’où : ……………………….…….
- On admet que l’indicateur prend la forme basique dans la solution si : …………………………………………………..
Donc : …………………………….…… Alors : ……………………………………. D’où : ……………………….…….

Pour l’intervalle 𝒑𝑲𝑨 − 𝟏 < 𝒑𝑯 < 𝒑𝑲𝑨 + 𝟏 , nommé zone de virage,


dans laquelle les concentrations des deux espèces acide et basique
sont des concentrations voisines, alors la solution prend une couleur
intermédiaire porte le nom de teinte sensible de l’indicateur coloré.
65
5. Dosage acido-basique :
1. Principe du dosage :
a. Définition du dosage (titrage) :
Doser (ou titrer) une espèce chimique (molécule ou ion) en solution, c’est ……………………………………….….……
……………… dans la solution considérée.
Le dosage direct consiste à faire réagir la solution à doser contenant le réactif à titrer (solution …………………) avec
une solution de concentration connue (solution ……………….).

b. Déroulement d’un dosage direct :


On introduit dans un bécher à l'aide d'une pipette jaugée un volume de la solution
………..…. . Puis on lui ajoute progressivement à l'aide d'une burette la solution
…………….. . On utilise un système d'agitation afin d'homogénéiser le mélange.
Il se produit alors ………………..……….qui met en jeu le réactif titré et le réactif
titrant. Celle-ci peut être soit …………………………..soit …………………………
La réaction du dosage doit vérifier les conditions suivantes :
- Elle doit être …………. : l’état final du système est atteint dans une courte durée.
- Elle doit être ………….. : le réactif limitant est toujours entièrement consommé.
- Elle doit être……..… : Elle ne doit pas être en compétition avec d'autres réactions.

c. L’équivalence :
Au début et avant l'équivalence le réactif ……………. est limitant.(car il disparait complètement dès qu'on l'introduit
dans le bécher).
En continuant à ajouter le réactif …………... le réactif …………… se consomme progressivement jusqu'à sa disparition
complète : (à ce moment l'équivalence est atteint, le mélange réactionnel devient stœchiométrique).
A l’équivalence, on a : 𝒏𝒊 (réactif titré) = 𝒏𝑬 (réactif titrant).
Le volume ajouté de la solution titrante pour obtenir l’équivalence appelé le volume à l’équivalence, noté ………….
On peut repérer le point d'équivalence par l'une des méthodes suivantes :
- Soit par changement de la couleur du mélange réactionnel. (cas des réactions d'oxydoréductions).
- Soit par changement de la couleur d'un indicateur coloré. (cas de réactions acido-basiques).
- Soit en traçant la courbe de la variation d'une grandeur physique par suivi de son évolution en fonction du volume versé
de la solution titrant. (cas du dosage conductimétrique ou dosage par pH-métrie).

2. Dosage par pH-métrie :


a. Dosage d’un acide par une base :
On introduit dans un bécher, un volume 𝑽𝑨=𝟐𝟎 𝒎𝑳 d’une solution d’acide
éthanoïque CH3CO2H de concentration 𝑪𝑨=𝟏. 10-2 𝒎𝒐𝒍.𝑳−𝟏.
On ajoute progressivement, à l’aide d’une burette graduée, un volume 𝑽𝑩 d’une
solution d’hydroxyde de sodium (Na+ ; HO-) de concentration 𝑪𝑩 = 𝟏. 10-2 𝒎𝒐𝒍.𝑳−𝟏.
On mesure le 𝒑𝑯 de la solution obtenue après chaque ajout. Puis on trace la
courbe représentant la variation du pH en fonction du volume VB de soude versé.
On donne : pKA(CH3COOH / CH3COO-) =4,8 ; pKe = 14
1. Ecrire l’équation de la réaction de titrage.
…………………………………………………………………………………………..
2. Déterminer, graphiquement, les coordonnées du point d'équivalence 𝑬.
………………………………………………………………………………………..
3. Commenter le graphe 𝒑𝑯=(𝑽𝑩) .
Le graphe obtenu comprend trois parties :
- la partie AB : où le 𝒑𝑯 varie lentement, puisque le réactif titrant (la base 𝑯𝑶−)
disparait totalement lorsqu’il est ajouté à la solution acide c-à-d le réactif limitant.
- la partie BC : où on remarque un changement brusque de 𝒑𝑯 qui correspond au
changement du réactif limitant.
- la partie CD : où le 𝒑𝑯 varie lentement et tend vers une valeur limite, car le
réactif titré (acide 𝑪𝑯𝟑𝑪𝑶𝑶𝑯) disparait totalement, et donc aucune transformation
chimique ne se produit lorsque le réactif titrant est ajouté.
4. Calculer le volume 𝑽𝑩𝑬 ajouté à l’équivalence, que concluez-vous ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
66
5. Calculer la valeur de la constante d’équilibre associée à la rection de dosage. La transformation est-elle totale ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….
b. Dosage d’une base par un acide :
On introduit dans un bécher, un volume 𝑽𝑩=10 𝒎𝑳 d’une solution
d’ammoniac NH3 de concentration 𝑪𝑩=4.𝟏𝟎−𝟐 𝒎𝒐𝒍.𝑳−𝟏.
On ajoute progressivement, à l’aide d’une burette graduée, un volume 𝑽𝑨 d’une
solution d’acide chlorhydrique (H3O+ ; Cl-) de concentration 𝑪𝑨= 𝟒.𝟏𝟎−𝟐 𝒎𝒐𝒍.𝑳−𝟏.
On mesure le 𝒑𝑯 de la solution obtenue après chaque ajout. Puis on trace la
courbe représentant la variation du pH en fonction du volume VA de la solution
d’acide chlorhydrique versé.
On donne : pKA(NH4+ / NH3-) = 9,2
1. Ecrire l’équation de la réaction de titrage.
…………………………………………………………………………………………..
2. Déterminer, graphiquement, les coordonnées du point d'équivalence 𝑬.
………………………………………………………………………………………..
3. Calculer le volume 𝑽A𝑬 ajouté à l’équivalence, que concluez-vous ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………
4. Calculer la valeur de la constante d’équilibre associée à la rection de dosage.
La transformation est-elle totale ?
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………….

3. Détermination du volume équivalent :


a. Méthode des tangentes :
On trace deux tangentes (𝑻𝟏) et (𝑻𝟐) à la courbe 𝒑𝑯= (𝑽) parallèles entre
elles et situées de part et d’autre du point d’équivalence 𝑬, ensuite on trace la
droite (𝑻) parallèle à ces deux tangentes et équidistantes de celles-ci.
La droite (𝑻) coupe la courbe de titrage 𝒑𝑯=(𝑽) au point d’équivalence 𝑬.

b. Méthode de la courbe dérivée :


À l’abscisse 𝑽𝑬, volume de la solution titrante à l’équivalence, la valeur de
la fonction dérivée 𝒅𝒑𝑯/𝒅𝑽B soit extrémum (valeur maximale ou minimale).

c. La méthode des indicateurs colorés :


Lors du titrage colorimétrique, le repérage de l’équivalence se fait par le
changement de la couleur de l’indicateur coloré ajouté à la solution titrée.
En général, l’indicateur coloré convient au titrage acido-basique si sa zone de
virage contienne la valeur 𝒑𝑯𝑬 à l’équivalence.
Indicateurs colorés

Exemple : Si pHE = 9,6 : l’indicateur coloré qui est convenable pour ce dosage est : …………………………………………
car : …………………………………………………………………………………………………………………
67
Application 2 :
Dans un bécher on introduit VB = 20mL d'une solution S d'ammoniaque NH3(aq)
de concentration Cb inconnue, puis, à la burette, on ajoute progressivement une
solution d'acide chlorhydrique (H3O+(aq) ; Cl-(aq)) de concentration CA=0,10 mol/L.
Toute la manipulation est réalisée à 25 °C.
On donne, à 25 °C, pKe = 14 et pKA (NH4+/ NH3) = 9,2
1. Légender le schéma du dispositif expérimental.
…………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………….…
2. Ecrire l'équation de la réaction de titrage.
…………………………………………………………………………….
3. Calculer K la constante d'équilibre associée à la réaction de titrage.
………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………..….
4. Déterminer, d’après le graphe, le volume d'acide versé à l’équivalence.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
5. En déduire la concentration CB de la solution d’ammoniac.
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………
6. Quel indicateur coloré, parmi ceux proposés ci-dessous, conviendrait le mieux si ce titrage pH-métrique était
remplacé par un titrage colorimétrique ?

Application 3 :
On se propose de déterminer, au cours d'une séance de travaux pratiques,
la concentration C0 en acide éthanoïque de ce vinaigre CH3CO2H.
On prélève un volume VA = 20 mL de la solution (S) de vinaigre diluée 10 fois
que l'on titre avec la solution d'hydroxyde de sodium (Na+ ; HO-) de concentration
CB= 𝟏𝟎−𝟐 𝒎𝒐𝒍.𝑳−𝟏
On mesure le pH en fonction du volume VB de solution titrante versé.
Les résultats ont permis de tracer le graphe joint.
1. Représenter un schéma annoté du dispositif utilisé pour réaliser ce titrage.
2. Ecrire l'équation chimique de la réaction de titrage.
…………………………………………………………………………………………....
3. Déterminer graphiquement les coordonnées du point d'équivalence.
………………………………………………………………………………..……….
4. Calculer la concentration CA de la solution (S). En déduire la concentration C0 en
acide éthanoïque du vinaigre étudié.
………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………….
5. Si le titrage était réalisé sans mesure de pH, quel indicateur coloré faudrait-il
choisir ? Justifier ce choix.
………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………….
6. Calculer K la constante d'équilibre associée à la réaction de titrage.
on donne : pKA(CH3COOH / CH3COO-) =4,8 ; pKe = 14
…………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………

68
‫‪Cours, Activités,‬‬
‫…‪Exercices‬‬
‫نسأل الله التوفتق‬

‫لمالحظاتكم واستفساراتكم‪ ،‬المرجو التواصل معي عبر‪:‬‬

‫عبد الرحيم فياللي‬

‫‪06 13 71 31 02‬‬

‫‪filaliabderrahimf.a@gmail.com‬‬

‫‪69‬‬