Vous êtes sur la page 1sur 49

CULTURE FRANÇAISE CONTEMPORAINE

1. L’identité de la France. La création de la République ; ses symboles.


2. La crise du positivisme et la fin des idéologies. Une nouvelle conception de l’homme, du
temps et de l’art.
3. La culture de la guerre. Les récits de la guerre : une nouvelle forme de tragique. Louis-
Ferdinand Céline.
4. La vie culturelle : les arts et les spectacles. Belle époque, années folles et années trente.
La vie quotidienne.
5. Mouvements d’Avant-Garde : Surréalistes et Abstraits. Du Surréalisme à l’engagement et
à la Résistance.
6. Les maîtres à penser : de l’artiste à l’intellectuel engagé. Naissance de la Rive gauche et
de St. Germain des Prés. Les Intellectuels face à la guerre d’Algérie.
7. De la IVº a la Vº République : une monarchie républicaine à la française- Le tandem De
Gaulle-Malraux. Les crises de Mai 68.
8. La naissance des Sciences humaines. La sociologie en France. Histoire et Historiens. Pierre
Bourdieu. Roland Barthes.
9. La crise des idéologies : Nouveau Roman, nouvelle critique et Nouvelle Vague. De la
Modernité à la Postmodernité. La crise identitaire de la France.

1
1. ’identité de la France. La création de la République ; ses symboles.

La France est l'un des états les plus anciens d'Europe, mais seulement apparaît avec le nom du
Moyen Âge, à une date difficile à déterminer de manière irréfutable. Il reconnaît pleinement
l'antécédent historique Gaule de la France, bien que la Gaule européenne occupe une
superficie légèrement plus grande que la France aujourd'hui.

Dans les guerres hégémoniques européenne a imposé la France a tenté à plusieurs reprises et
à différentes époques, il a été confronté à presque toute l'Europe (séparément ou ensemble
comme un contrepoids à l'expansionnisme français). C'est donc avec Charlemagne (Charles I,
«La Grande») dans le neuvième siècle, Louis XIV («Le Roi Soleil») au XVIIe siècle, et Napoléon
Ier Bonaparte au XIXe siècle.

La Troisième République est le régime républicain en vigueur en France, de 1870 à 1940. C’est
le premier régime français à s'imposer dans la durée depuis 1789. En effet, après la chute de la
monarchie absolue, la France a expérimenté, en quatre-vingts ans, sept régimes politiques :
trois monarchies constitutionnelles, deux républiques et deux Empires. Ces difficultés
contribuent à expliquer les hésitations de l'Assemblée nationale, qui met neuf ans, de 1870 à
1879, pour renoncer à la royauté et proposer une troisième constitution républicaine.

Commencée dans un contexte parlementaire majoritairement royaliste et bonapartiste, la


Troisième République est parvenue à s’imposer et se maintenir plus longtemps (65 ans) que
tous les autres régimes depuis la Révolution française, et ce malgré d’importantes crises
politiques - scandale des Décorations,
scandale de Panama, crise boulangiste,
affaire Dreyfus, l’instauration de la laïcité par
la loi de Séparation des Églises et de l’État, la
création de l’école publique, la guerre
scolaire qui s’ensuivit, etc. Elle constitue
encore à ce jour la plus long des républiques
françaises ainsi que le plus long des régimes
politiques dont la France a fait l’expérience
depuis 1789.

Formant une constitution de compromis, les


lois constitutionnelles de 1875 établissent
une république parlementaire de type
bicaméral. Marqués par le renversement en 1851 de la République par son premier président
élu, les républicains vont n'accorder dans la pratique au chef de l'état qu'un rôle représentatif.
L’IIIe République a constitué une période marquée par une forte identité démocratique, que les
grandes lois sur l'Instruction, la laïcité, les droits de grève, d'association et de réunion illustrent.
La IIIº République est aussi une époque où la vie des Français est passionnément politique,
autant que la vie d'un peuple peut l'être dans une période non révolutionnaire. C'est le
moment où l’idée de la France comme nation politique apparaît.

2
La IIIº République est aussi la période marquée par toute une série de réformes sociales
auxquelles la société aspirait, notamment par l'adoption d'une législation plus favorable pour
les salariés.

Née dans la défaite, la IIIº République évolue de sa proclamation à sa chute dans un contexte
de confrontation avec l'Allemagne. L'invasion par celle-ci du territoire français lancée le 10 mai
1940 provoque le transfert du pouvoir constituant de la Chambre des députés au Maréchal
Pétain, le 10 juillet 1940, et par la suite la dissolution du régime.

 Les actes initiaux (1870-1879) : Monarchie ou République ?

o La liquidation de la guerre franco-allemande de 1870.

Au cours de la guerre de 1870, les opérations militaires aboutissent à la défaite et à la capture


de l'empereur Napoléon III à Sedan, le 2 septembre 1870. L'opposition parlementaire, surtout
républicaine, menée par Léon Gambetta parvient à mettre en place un gouvernement
provisoire, dit de la Défense nationale. La République est proclamée le 4 septembre, au balcon
de l’hôtel de ville de Paris, quoiqu'elle le fût d'abord dans quelques villes de province (Lyon
notamment). Un gouvernement de la Défense nationale est constitué avec à sa tête le général
Trochu. Sont également membres de ce gouvernement Jules Favre (ministre des Affaires
étrangères, et vice-président du Gouvernement), Jules Ferry (secrétaire du Gouvernement),
Léon Gambetta (ministre de l'Intérieur), Ernest Picard (ministre des Finances), Henri
Rochefort, Jules Simon (ministre de l'Instruction Publique, des Cultes et des Beaux Arts),
Adolphe Le Flo (ministre de la Guerre), Martin Fourichon (ministre de la Marine et des
Colonies), Adolphe Crémieux (Garde des Sceaux), tous élus de Paris.

L'armée de Bazaine résiste toujours dans Metz assiégée. Paris est également assiégée à partir
du 18 septembre. Le 7 octobre Gambetta quitte Paris en ballon pour tenter de réorganiser la
défense à partir de la province. La capitulation précipitée de Bazaine et de l'armée de Metz
(150 000 hommes) le 30 octobre porte un grave coup à la France. Elle intervient au moment où
le gouvernement, parti s'établir à Tours, est parvenu à organiser une Armée de la Loire. Les
Prussiens libérés peuvent alors concentrer leurs forces sur cette nouvelle armée mal entraînée
et mal équipée, ce qui oblige le gouvernement à se replier sur Bordeaux.

Le 18 janvier, l'Unité allemande est réalisée, les souverains allemands réunis au château de
Versailles proclament le roi Guillaume de Prusse empereur d'Allemagne. Le 28 janvier, Paris
capitule après 132 jours de siège. Le gouvernement négocie une trêve pour organiser des
élections. Jules Favre négocie les conditions de l'armistice. Opposé à la trêve, Gambetta
démissionne.

Les élections qui eurent lieu le 8 février amenèrent une majorité monarchiste à l’assemblée. Le
principal débat porta sur la reprise des hostilités ou la capitulation. Le court délai empêcha
pratiquement toute campagne, sauf à Paris. Le scrutin par listes départementales favorisa les
listes d’union. Les Français, lassés de la guerre ou inquiets de la voir se rapprocher de leur
région, toujours méfiants vis-à-vis des troubles parisiens, préférèrent voter pour les tenants de

3
la paix sans condition, c’est-à-dire les listes conservatrices dans lesquelles les notables
figuraient en bonne place.

Toutefois l’Est occupé, la région lyonnaise menacée, le Midi, les Alpes et bien sûr Paris
renouvelèrent leur attachement à la République.

Les monarchistes triomphants furent pourtant incapables de rétablir immédiatement la


royauté. La République ne les inquiétait plus : persuadés qu’une république ne durait jamais
bien longtemps, ils étaient ravis de la voir assumer la défaite et rétablir l’autorité à Paris. Ils
chargèrent Adolphe Thiers de ces tâches ingrates.

o La Commune (mars - mai, 1871).

L’enlèvement des canons de Montmartre, décidé par Thiers, fut le point de départ de
l’insurrection communarde. Ayant supporté l’essentiel du poids de la guerre, la ville de Paris
admit mal les choix de Thiers qui déplaça l’Assemblée à Versailles, démobilisa les mobiles et
gardes nationaux, privant de nombreux ouvriers de revenus, exigea le paiement des échéances
dont le non paiement menaçait de ruine 50 000 petits commerçants, et abolit le moratoire sur
les loyers.

La révolte éclata lorsque Thiers tenta de confisquer les canons de la Garde nationale (canons
financés par les Parisiens) le 18 mars 1871. Le gouvernement rassembla une armée que les
communards appellent versaillaise, composée en partie de prisonniers de guerre libérés par les
Allemands. Le 21 mai les Versaillais parviennent à entrer dans la ville. Commença la Semaine
sanglante, des combats de rue sans pitié, barricade par barricade, qui s’acheva par la défaite
des insurgés au cimetière du Père-Lachaise.

Pour les historiens marxistes, les événements qui ont conduit à la Commune furent des
provocations conscientes de Thiers qui souhaitait crever l’abcès parisien pour instaurer sur des
bases solides un nouveau régime. De fait les milieux révolutionnaires parisiens sont brisés pour
plus de dix ans par la répression.

o Président Mac-Mahon.

Déclarée d’utilité publique, la construction du Sacré-Cœur de Montmartre était considérée par


les partisans de l’Ordre moral comme un moyen d’expier les évènements de la Commune et de
s’opposer symboliquement aux progrès des Républicains anticléricaux.

Sous la présidence de Mac-Mahon, de tendance légitimiste, la tendance fut à l’ordre moral,


fondé sur le respect des valeurs religieuses avec par exemple la publication du Pèlerin,
apparition du pèlerinage de Lourdes, l’effacement de l’histoire de la Commune par l’édification
de la basilique du Sacré-Cœur sur la butte Montmartre.

Mac-Mahon, dont l’ambition politique semble se limiter au retour du roi n’assume que la
fonction de chef de l’État et laisse la tâche de gouverner à Albert de Broglie, duc de Broglie,

4
descendant d’une des plus puissantes familles aristocratiques de France et vice-président du
Conseil.

Le retour du roi semble imminent après une rencontre entre Henri d’Artois et Philippe
d’Orléans mais d’Artois refuse toujours de renoncer au drapeau blanc et l’affaire de nouveau
échoue. D’Artois étant déjà âgé, les orléanistes attendent avec impatience sa disparition.
Pourtant, on prépara des institutions qui seraient susceptibles de fonctionner et d’être
modifiées en monarchie. Le duc de Broglie fit voter le 20 novembre la loi portant le mandat du
président à sept ans pour prolonger la présidence de Mac Mahon mais sa majorité s’effrite et le
16 mai 1874 il est remplacé par Ernest Courtot de Cissey allié aux bonapartistes, victorieux lors
des élections partielles.

La Troisième République fut définitivement instaurée le 30 janvier 1875 par l’adoption, à une
voix de majorité, en première lecture 353 contre 352, puis à une plus large majorité en
deuxième lecture 413 contre 248, d’Amendement Wallon.

 La crise boulangiste.

Merci à son amitié avec Georges Clemenceau, Boulanger a été nommé ministre de la Défense
en 1886. Ses propositions de réforme (par exemple, la permission de porter la barbe,
l'obligation de service militaire pour les prêtres, aucun paiement pour éviter le service
militaire, la modernisation des armes ...) lui ont valu une grande popularité au sein de l'armée.
Il faut se faire remarquer auprès du public français pour son discours chauvin et revanchards
dans une société encore traumatisée par la perte de l'Alsace et de la Lorraine après la guerre
franco-prussienne. Le populisme du ruisseau Boulanger de plus en plus parmi le peuple
français, qui lui "Général Revanche" surnommé, sa popularité est telle que, malgré la chute du
gouvernement est de nouveau nommé ministre de la Défense.

Dans ses actions et des discours, Boulanger apparaît de plus en plus agressif et hostile à
l'Allemagne, tandis que la clémence et le handicap accusent les politiciens de la IIIº
République, qui a augmenté sa popularité parmi les masses. Le 20 Avril 1887, après la
détention illégale d'un policier français à la frontière allemande, une grave crise diplomatique a
éclaté entre les deux pays. France et l'Allemagne sont sur le bord de la guerre et fougueux
discours Boulanger («Rappelez-vous que l'Alsace nous attendent") ne contribue pas à apaiser la
situation. Finalement, les choses revenues à la normale, mais parmi la classe politique française
ont estimé que s'ensuivit Boulanger était une menace sérieuse pour le maintien de la paix, en
tenant compte bien en tant que promoteur d'une dictature dirigée par Boulanger lui-même.
Après cette crise, le gouvernement prend à tomber, et le
un nouveau gouvernement le 31 Mars, 1887 se forme où
Boulanger pas renouvelé sa charge.

Le général Boulanger est ministre de la guerre en 1886.


Très populaire dans la frange de la population déçue par la
République des Opportuniste et très prisé parmi les
Revanchards (il est surnommé le "Général Revanche"), il

5
est considéré par beaucoup de républicains comme un danger pour la République et la paix.
Relevé de ses fonctions ministérielles en 1887 puis mis à la retraite en 1888, il devient le point
de ralliement de tous les mécontents :

- Les radicaux et socialistes, adversaires de la République des Opportunistes,

- Les Nationalistes de Paul Déroulède et de la Ligue des patriotes),

- Les représentants de la droite monarchiste et bonapartiste.

Boulanger devient le point de rencontre des espérances les plus contradictoires et donne
l’espoir à tous. Il est élu plusieurs fois député en province en 1888 puis à Paris en 1889 mais il
refuse de s’emparer du pouvoir par la force comme le lui demandent certains de ses partisans.
Menacé de passer en Haute Cour de justice pour "atteinte à la sûreté de l’Etat", il s’enfuit à
l’étranger en avril 1889 (Belgique). L’exposition universelle de 1889 contribue à le faire oublier
et les candidats "boulangistes" sont battus en septembre aux élections de la même année.

 Les attentats anarchistes.

La crise anarchiste, comme la crise boulangiste et l’affaire Dreyfus, est liée à ce climat
d’instabilité économique (due au krach de Vienne), sociale et puis politique. Cette conjoncture
défavorable contribue, tout comme le scandale de Panama, à la montée de
l’antiparlementarisme. Cette « crise anarchiste » est caractérisée par de nombreux attentats,
elle a été provoquée par Ravachol.

- 11 juillet 1892 : Ravachol est un activiste anarchiste. Il a été guillotiné à Montbrison pour
avoir fait exploser les domiciles de deux juristes parisiens, ainsi qu’une caserne (mars 1892).
Ces attentats lui coûteront tout d’abord la perpétuité, mais après avoir été jugé pour des
crimes commis dans sa région natale (la Loire), il sera condamné à mort.

- 9 décembre 1893 : Auguste Vaillant, lance une bombe chargée de clous sur les députés,
aucun mort, seulement un blessé ; lors de son procès il justifiera cet acte par la volonté de
venger Ravachol. Il est exécuté le 4 février 1894.

- Le 27 avril 1894 : Procès d’Emile Henry pour l’attentat du 12 février 1894 au café Terminus, et
l’explosion du 8 novembre 1892 d’un commissariat. Emile Henry revendiqua hautement et
fièrement ses actions, lisant une déclaration dans laquelle il analyse la société corrompue et
plaide la révolte.

- 24 juin 1894 : Sadi Carnot, le président de la république, est assassiné par un anarchiste
italien : Sante Geronimo Caserio, le 24 juin 1894 à Lyon.

Lois scélérates :

6
Cette vague d’attentats va donner naissance à de nouvelles lois, appelées « lois scélérates » par
les anarchistes. La première, condamne l’apologie de quelconque crime comme un délit ; de
façon à alourdir les peines imputées aux anarchistes qui revendiquent clairement et fièrement
leurs attentats, à condamner la presse anarchiste et à pouvoir faire des saisies « préventives »
plus aisément.

La deuxième permet aux autorités judiciaires de condamner toute personne ayant participé (de
près ou de loin), même s’il n’y a pas eu de mise en exécution. Et la dernière, condamne toute
personne, tout journal, ayant usé de la propagande anarchiste (par extension libertaire).

 Le scandale de Panama.

Les Français et les Britanniques voulaient construire le canal de Pana, mais ils n'avaient plus
d'argent, car ils ont volé le capital envisagée. Ensuite, ils ont libéré des obligations à la vente
(actions de l'Etat), de soulever à nouveau des fonds. Cependant, ils avaient besoin de
l'autorisation du Parlement, donc il y avait plusieurs pots de vin aux membres du Congrès et
grande corruption. Évidemment, cela a conduit à un grand fracas.

La construction du canal de Panama débuta en 1881 mais s’avéra plus coûteuse que prévu,
jusqu’à devenir un gouffre financier. Finalement, et malgré l’ouverture d’une souscription
publique, l’entrepreneur dut déposer le bilan en 1889, entraînant ainsi la ruine de plusieurs
dizaines de milliers de souscripteurs.

En 1892, Édouard Drumont, un journaliste ouvertement antisémite dénonce l’affaire et met en


cause plusieurs financiers juifs qui ont soutenu le projet ainsi que de nombreux hommes
politiques liés au milieu financier. Ce regain d’antisémitisme en France sera l’un des
déclencheurs de l’affaire Dreyfus, trois ans plus tard.

 L’affaire Dreyfus (1894-1906)

En 1894, le capitaine Dreyfus, accusé d’espionnage au profit de l’Allemagne, est condamné à la


déportation à vie sur l’île du Diable en Guyane. Plusieurs personnalités tentent, en vain, de
démontrer l’innocence de Dreyfus. En janvier 1898, dans le journal L’Aurore de Georges
Clemenceau, Emile Zola publie l’article "J’accuse" dans lequel il accuse l’armée d’avoir
condamné un innocent et de ne pas vouloir le reconnaître. La France se divise alors en deux.
Pour les Révisionnistes ou Dreyfusards, il faut, au nom de la justice, faire éclater la vérité
quelles qu’en soient les conséquences pour l’armée. Beaucoup se rassemblent dans la Ligue
des droits de l’homme, créée à cette occasion. Pour les Antidreyfusards, la raison d’Etat, le
prestige de l’armée, l’intérêt national exigent de ne pas revenir sur la chose jugée ; il ne faut
pas porter atteinte au prestige de l’armée, instrument de la revanche. Certains se retrouvent
dans la Ligue de la patrie française ou la Ligue des patriotes. En 1899, quelques uns tentent
même d’organiser un coup d’Etat pour mettre en place un régime autoritaire. A la suite d’un
procès en révision en 1899, Dreyfus est condamné à 10 ans de détention avant d’être gracié
par le Président de la République puis réintégré dans l’armée en 1906.

7
L’affaire Dreyfus eu comme résultée, plusieurs choses :
- Prolongement de l’antisémitisme en France.
- Herzl, était un Autrichien qui a fondé sioniste mouvement, qui était contre Drumont
(antisémitisme). Ce dernier a publié le livre "La France juive", grâce à la contribution
versée A. Daudet.
- La droite va à créer les théories du complot. Ici, nous pouvons voir les différences entre
les deux groupes : le judéo-bolchevisme et la judéo-maçonnerie. Les prèmiers ont
provoqué la révolution russe, ou ont plus des juifs. Les autres sont les républicains
(Ferry), contre l’Eglise. Par exemple, une de ces théories dira que la révolution
française a été provoquée par ce groupe (théorie de la droite).
- 1893, Meir dit : « La franc-maçonnerie est la synagogue du Satan ».

 Tâches de la IIIº République.

Ce qui s'est passé pendant la Seconde º République était que les gens (surtout des ouvriers et
intellectuels) avaient lutté pour obtenir une république libérale. Cependant, ils ont été déçus
quand ils sont arrivés et est nommé empereur Napoléon III. Cela a causé un grand pessimisme
et de frustration parmi les citoyens et a obtenu, une France plus divisé. Il y avait deux parties,
la gauche (formé par les anarchistes, les communistes et les socialistes) et droite (plus ou
moins radicale). Pour cette raison, au cours de l’IIIe République, il est totalement contre le roi
et la monarchie absolue.

o Laïcité.

La laïcité ou le sécularisme est le principe de séparation de l'État et de la religion et donc


l'impartialité ou la neutralité de l'État à l'égard des confessions religieuses. Par extension,
laïcité et sécularisme désignent également le caractère des institutions, publiques ou privées,
qui sont indépendantes du clergé.

La laïcité s'oppose à la reconnaissance d'une religion d'État. Toutefois, le principe de séparation


entre l'État et les religions peut trouver des applications différentes selon les pays.

Cependant, par uns la laïcité est indissolublement lie à la


République, et les idées de la métaphysique se confond avec
auxquelles lies aux idées constitutionnelles. Aussi, les idées
positivistes et rationalistes, dissent que le monde ne
fonctionne pas avec l’intervention divine. Ces fondements
rationalistes son fundus dans la loi naturel de la moral. Ces
idées sont venues de la Maçonnerie (partiaires du progrès
scientifique).

Anticléricalisme

8
- L’Église est séparée de l’État. = DISCORDAT. Rappelons que plus tôt avait signé le Concordat de
1801 entre Napoléon et le Saint-Siège. Ensuite, les prêtres sont devenus responsables de
traitement de recevoir (à payer), après avoir prêté serment d'allégeance à la République. En
outre, le gouvernement a choisi les évêques d'avoir un contrôle total.

Différences entre la tolérance, la charité et la fraternité

Jules Ferry (journaliste, avocat et homme politique), dit que le peuple ne doit pas confondre
ces idées principales. Donc, dira que la tolérance n’est pas unie à la charité. La fraternité est
quelque chose de supérieur à tous les dogmes, à toutes les conceptions métaphysiques, non
seulement à toutes les religions, mais à toutes les philosophies. Pourtant, la sociabilité sera le
nom scientifique de la fraternité qui est capable de se suiffer à elle-même ; la morale sociale a
ses garantisses, ses racines dans la conscience humaine, elle peut vivre soule (liberté de la
moral). L’éducation dérive aussi de la morale sociale, donc est nécessaire la culture et le
sentiment social dans les jeunes et enfants.

 POSITIVISME (Auguste Comte) : Le terme positivisme désigne un ensemble de


courants qui considère que seules l'analyse et la connaissance des faits vérifiés par
l'expérience peuvent expliquer les phénomènes du monde sensible. La certitude en est
fournie exclusivement par l'expérience scientifique. Il rejette l'introspection, l'intuition
et toute approche métaphysique pour expliquer la connaissance des phénomènes. Le
positivisme influencera l'empirisme logique. Il a fortement marqué la plupart des
domaines de la pensée occidentale du XIXº siècle. Il est associé à une foi parfois
presque religieuse dans le progrès scientifique et la formalisation mathématique du
réel. Le marxisme est fortement influencé par le positivisme. Il y a des lois naturelles
dans le monde, et tout est adapté auxquelles.

o L’éducation civique (Clemenceau).

- Amour pour la patrie et la liberté.


- La I Révolution française comme exemple.
- Surexcitation morale = le plus important. Il signifié le respect de la loi, la discipline, le
sentiment du devoir, ne avoir pas de crante du châtiment, et avoir une bonne image de
la Patrie.
- Séparation entre garçons et filles.
- Représentations importantes :
 La liberté et el couleur rouge.
 Pêche nu.
 Emancipation.
 Progrès et chance (période scientifique).

Idées de Jules Ferry dans l’éducation de la IIIº République

9
L’image de la Patrie doit être des jeunes et enfants qui participent dans la guerre et portent
avec fierté, ses épaules et drapeaux tricolores. Ils doivent sentir la grandeur du rôle qu’ils sont
appelés á jouer et que ils commencent á jouer déjà.

o Le racisme.

- Supériorité du ras européen sur les autres races.


- Justification de l’existence des esclaves.
- Colonisation = civilisations des races que sont inférieurs.

Georges Clemenceau

Clemenceau venait de la bourgeoisie de la Vendée et a fait ses études au milieu d'une famille
républicaine, son père étant un farouche opposant de la monarchie
de Charles X et Louis -Philippe I, puis l'empereur Napoléon III. Suivant
la tradition familiale, il a étudié la médecine à Nantes et à Paris, où il a
participé à la création de plusieurs magazines et a écrit de nombreux
articles dans l'opposition à Napoléon III. De 1865-1869 il a vécu aux
États-Unis, où il a enseigné dans une école secondaire.

La carrière politique de Clemenceau a commencé tout début de la


Troisième République, en Septembre 1870, il a été nommé maire du
XVIIIe arrondissement (Montmartre) de la capitale française, où il a développé un important
travail social. Lors des élections de Février 1871 ont été élus à l'Assemblée nationale par la
Seine, dans les rangs des républicains radicaux. Pendant la Commune de Paris en vain essayé
de servir de médiateur entre le gouvernement d'Adolphe Thiers et le gouvernement des
villageois, qui vous amène à démissionner à la fois de ses fonctions de maire adjoint de district.

Réélu député de Paris lors des élections générales de 1876, se distingue comme chef de la lutte
contre l’opposition de gauche pour l'amnistie des prisonniers de la Commune, en préconisant
la séparation de l'Église et de l'État et contre la politique coloniale France. Son opposition à
l'intervention militaire française dans le canal de Suez et du Tonkin, et sa lutte pour l'abolition
du Sénat a réussi à la chute de plusieurs gouvernements, qui lui a valu le surnom de " El Tigre".

Après avoir été injustement mis en cause dans le scandale de Panama s'est retiré de la scène
politique il y a quelques années jusqu'à l'éclatement de l'affaire Dreyfus. Clemenceau était
alors rédacteur en chef du journal L'Aurore, et fut l'inventeur de la célèbre titre de l'article
d'Emile Zola, appelé J'accuse ... ! Il était un des défenseurs du Dreyfus.

En 1902, Clemenceau est revenu à la vie politique, d'être élu sénateur pour le département du
Var. En tant que sénateur puis militant en faveur de la séparation des pouvoirs entre l’Église et
l'État, la législation anticléricale soutenir le Premier ministre Émile Combes. Après la victoire du
Parti radical aux élections de 1906, Clemenceau a été nommé ministre de l'Intérieur et de la
même année, est venu à occuper le Chef du gouvernement (en tant que président du Conseil
des ministres). Peu de temps après la catastrophe de Courrières de cette année, il y a eu de

10
nombreuses protestations de travaux parrainés par les socialistes, qui ont été réprimées par
Clemenceau en utilisant pour cela la force militaire. Statuant avec une poigne de fer,
Clemenceau réformés forces de police afin qu'ils puissent faire face aux mouvements de
protestation des militants de la gauche politique, la création de " brigades mobiles de la police
" (en référence à elle est surnommée " Brigades du Tigre ") et se décrivant comme " le premier
policier de France. "

Face à leur politique, et harcelé par les socialistes, Clemenceau a rompu avec le leader
socialiste Jean Jaurès et soutenu la création de l'Entente cordiale avec la Grande-Bretagne.
Mais a été durement interrogé par Théophile Delcassé en 1909 concernant le statut de la
marine française, alors démissionné de la même année pour retourner à sa carrière de
journaliste. Il a fondé le journal régional Le Journal du Var et le journal Paris L’homme libre
(homme libre).

2. La Belle Époque.

La Belle Époque (1890-1914) est le période de temps après la Premier Guerre Mondiale. Les
bourgeoises françaises ont connaît une époque de splendeur (seulement pour certaines, parce
que les ouvriers, vivaient une mauvaise époque).

- Zola écrivait : « Au bonheur des dames » et « Germinal ».

Il y a de nouvelles techniques de vente, mais parfois acheter à très bas prix vous fait perdre de
l'argent. Donc, plus tard cette solvable acheter davantage ou d'acheter d'autres produits. Il
apparaît également la vente à porte, et des centres commerciaux sont placés les produits de
première nécessité à la fin des allées (et forcément de tout faire et acheter plus).

Un des points de vente les plus populaires était le marché des Halles, même si elle démolie
dans les années 60. Il dispose aussi de sa structure et de verre industriel, ce qui a
particulièrement.

Voir aussi l'industrie du loisir, avec des


premiers parcs d’attractions. Aussi, voir
les premiers bijoutiers et expositions,
comme Le Palace des Trocadeurs ou des
Machines (bien sont ensuite effondrés).
En outre, le chauffage sera inventé.

La littérature dans cette époque était très


compliquée et marqué par le
décadentisme et le naturalisme (qui est
très descriptive). Aussi il était le symbolisme (par exemple en Zola). Dans une autre côte, l’État
était plus riche qu’il vendait à tous les pays. Ça c’est la forme avec laquelle ils pourraient
prolonger l’impérialisme et le colonialisme. C’est pour ça, que nous savons la Belle Époque,
comme le tems de luxe et de plaisir, qui est décrit dans les romances de Proust.

11
Dans l’art, les impressionnistes m’étaient dans les expositions parce qu’ils n’ont pas le style de
mode, qui était l’art d’Orient (d’influence en impressionnistes).

Les femmes de l’époque s’habillaient avec des robes, corses, et un panier pour marquer ses
formes. Elles aiment l’exagération dans ses formes, et la mixture entre la mode anglaise et
française.

C’est l’époque du gaspillage aussi. A cette époque apparaissent cocottes, courtisanes et


entretenues, qui ont été versés amateurs riches pour soutirer de l'argent avec votre sensualité.
Ils pourraient être dans les cabarets ou dans les cafés. Toujours en musique halls atmosphère
parisienne.

D'autre part, une autre classe de la société (les ouvriers), ne vivant que de grande classe et
devenait de plus en plus pauvres. Habituellement, cette société était essentiellement
bourgeoise et politiquement active. Des réformes ont été réalisées en France et en Allemagne,
comme la scolarité obligatoire de 8 à 14, et le calendrier de travail plus serré. Tout cela grâce à
la richesse financière et de la culture de l'épargne. Ainsi, il y a aussi des nouvelles technologies
(lave-linge, aspirateur, lave-vaisselle).

Dans le théâtre a été le théâtre populaire et le Goethe. Il commence aussi à aller à la mer, et
sont les premiers baigneurs. En outre, la culture sportive beaucoup cultivé : monte beaucoup
vélo (surtout les femmes), a été inventé le costume de sport, et week-ends sont consacrés à
l'exercice. Aussi, vous pouvez aller au parc près guinguettes, ou les Ballets Russes. Ces derniers
sont très importants compte tenu de la relation étroite avec la Russie (Triple Entente).

Paris à ce moment devient le plus beau centre urbain


dans le monde. Ses gouvernantes beaucoup porté sur
l'urbanisme soins, et c'est pourquoi les rues sont
tellement magique. Nous voyons un grand classicisme,
divers réglages et de surprises dans chacun de ses
quartiers. Il a également été très bien éclairé, et qui fut
le premier à avoir l'éclairage des rues. Elle était le centre
de l'art, de la beauté et de la culture.

Il y a beaucoup d’avances dans la médicine par humaines et animaux. Pasteur inventerait le


vaccin contre le rage, qui infectait plusieurs des jeunes que pour ça mouraient.

En 1980, E. Renan écrit la bible du scientifiquisme, qui s’appelle « L’avenir de la science ». Le


scientifiquisme consistait en croire que le progrès était dans la science avec ses découverts et
ses inventes. Et aussi parce que le modèle physique de Newton était la représentation claire
de tous, amis avec les avances, il n’aura pas de sens. Le monde ne peut pas se représenter
comme avant, la réalité n’est pas comme nous croyons.

12
France était le berceau de la culture et l’éducation par le gouvernement, qui soutient sa
diffusion. Aussi, il construirait les Maisons du progrès par faire des courses et exposées. Ils
aimèrent que le peuple eu une bonne et grande culture (nous pouvons voir ça dans les avances
que la IIIème République fait sur la éducation).

- Les symboles principaux de ce progrès sont les exposées universelles. Par exemple,
nous avons la Tour Eiffel (1889), le Grand Palais, le Palais des Machines, le Petit Palais,
le Quai d’Orsay (musée de sciences par les jeunes et familles), ou le Pont d’Alexandre
III. L’expo principale était l’expo de 1900, qui attirait plus de touristes.

Le métro de Paris est né dans cette époque, avec ses premiers billets. Mais les quais
d’aujourd’hui ne son pas comme les autres d’avant.

Nous pouvons dire que le scientisme est lié au positivisme, il y a une philosophie aux premiers
du siècle, qui sera en contre de ça (Henri Bergson). Il dit que l’accès à la moralité française se
faire travers la philosophie, et que l’accès à la réalité se faire avec l’intuition. Aussi, nous
pouvons voir le réalisme allemand, aussi en contre.

L’Église était rénovée. Il y a plus de conversions au catholicisme et la nouvelle théologie, qui est
liée à la philosophie. Dans ce camp nous avons : Pègry, Claudel et Manitain. Ces rénovations
son déplacés par le modernisme, qui cherchait des nouvelles reformes.

Bien que le modernisme catholique n'était pas la même que la modernité. Par conséquent,
nous devons apprendre à différencier.

- Le Modernisme est le mouvement de finales du XIX siècle et principes du XX.


- La Modernité c’est le vocable crée par Baudelaire (premier symboliste) dans les
années 60, pour décrire le monde moderne. Par exemple, les modernes sont lesquels
suivrent la culture en fonction des affaires modernes, les nouveaux. En contre, les
antimodernes sont, comme Barres, auxquels qui dissent tout le contraire et cherchent
une chose plus conservatoire.

La Modernité étais liée à la ville et son art ; par exemple, les fragments, questions
urbaines, le instantanées, les stimules de la ville.

De là, un nouvel art et de la pensée, loin de celle des conservateurs. En fait, les femmes
sont également libérés (Madame Bo varie) ont beaucoup d'amants, de caractère fort et des
projets intéressants.

Les poètes symbolistes quintessences sont: Rimbaud (lié au surréalisme), Verlaine et


Mallarmé (important pour la littérature fois suivante). Cette démarche sera la route
actuelle contre le positivisme. Plus précisément réagir contre le naturalisme (très
descriptif) de Zola, et de chercher la rhétorique, l'expression de symboles, le langage et les
métaphores analogique, en laissant de côté les sentiments.

13
- Une expression très curieuse qu’ils utilisent dans cette époque était « le gratin
parisien », pour décrire les plus riches.

Autre personnage curieux de cette époque était Boni de


Castellane, qui était le premier bisexuel qui parlait de la sexualité
libre. Aussi était des premiers « dandies » de l’époque. Ses fêtes
seront très grands (Il y a un texte dans lequel le maire demande
pourquoi célébrer une de leurs parties, à laquelle il répond: «Nous
sommes ici pour avoir du plaisir »). Il été mort sans argent et avec
plus passifs.

Montesquiou, a été le modèle du romain qui s’appelle « A


Rebours », et qui était écrit par Huysmans. Il parle de l’esthétisme
pur. Il était le dernier héritier de la famille, il était donc très exquis
et raffiné. Cependant, alors que ce monde était un luxe pour
certains, d'autres l'appelaient «décadente». Même les Naxi dire qu'ils apportent la vigueur à
l'Ouest, plutôt que de la baisse qui a causé le monde occidental (par exemple la société
bourgeoise française).

Dans l’autre côte nous avons à Sarah Bernhardt, un juif qui fait le scandale par tout. Elle était
une cocotte et actrice, qui ont était le modèle des femmes de cette époque.

D'autres personnages importants de l'époque sont les courtisanes qui portent robes spongieux
et parfois transparent. Ils étaient actrices et chanteurs, qui ont pris leurs vêtements car ils
étaient divertissants hommes.

- Le corset disparaît après la première guerre mondiale et les robes sont de plus en plus
lâches.

 La robe Delphos (Fortuny): Une forme de tunique plissée imite le chiton ionique,
un type de vêtement grec. Dans certains modèles, est accompagné d'un court
surcoat, également plissé, et le bord inférieur terminé en perles de verre, qui peut
être considéré comme un "renversement" du manteau traditionnel (appelé
"himation") utilisé par les anciens femmes grecques sur les robes. L'ensemble est
complété par un ruban comme une ceinture, en satin de soie, imprimée par
sérigraphie et décoré (en général) par une conception de l'usine d'inspiration
orientale.

Les Ballets Russes (1911-1921)

Les Ballets russes sont une célèbre compagnie de ballet créée en 1907 par Serge de Diaghilev,
avec les meilleurs éléments du théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg. Dès 1909, la compagnie
entame une tournée internationale et, en 1911, Diaghilev coupe les ponts avec le Ballet
impérial. La compagnie devient une troupe privée, indépendante, qui se fixe à Monte-
Carlo, Paris et Londres, sans s'attacher à aucun théâtre en particulier.

14
Diaghilev pour sa compagnie, va favoriser l'essor de talents originaux et la création de
nouvelles chorégraphies dont plusieurs marquèrent l'histoire de la danse moderne.

Le premier chorégraphe des ballets russes fut Michel Fokine issu du théâtre Mariinsky qui
régla les chorégraphies des premières saisons des ballets russes dont Le Pavillon d'Armide, Les
Danses polovtsiennes, Le Prince Igor, L'Oiseau de feu, Petrouchka, Le Spectre de la rose, Le Dieu
bleu, Daphnis et Chloé. Écarté au profit de Nijinski, il est rappelé en 1914 pour créer trois
autres ballets La Légende de Joseph, Midas, Papillons, avant de quitter définitivement la
compagnie.
Nijinski fut à l'origine de deux des scandales les plus retentissants liés aux Ballets russes, avec
ses chorégraphies de L'Après-midi d'un faune et Le Sacre du printemps. Il régla aussi la
chorégraphie de Jeux. Ses chorégraphies novatrices ne furent pas
comprises par le public, ni par des compositeurs ou des danseurs
comme Stravinski et Ida Rubinstein, qui refusa de danser la
grande nymphe de L'Après-midi d'un faune.

- Ida Rubinstein était l'un des personnages les plus importants


que vous la Belle Époque. Il a joué avec la musique de
Ravel et Debussi, était bisexuel et avait une grande capacité
d'agir. Il était également juif et l'un des meilleurs
icônes de beauté de l'époque. Elle était une dáncese aniso
que actrice.

- Compositor

Maurice Ravel, est un compositeur français né à Ciboure le 7 mars 1875 et mort


à Paris le 28 décembre 1937. Avec son aîné Claude Debussy, Ravel fut la figure la plus influente
de la musique française de son époque et le principal représentant du courant
dit impressionniste au début du XXe siècle. Caractérisée par une grande diversité de genres, la
production musicale de Ravel respecte dans son ensemble la tradition classique et s'étale sur
une période créatrice de plus de quarante années qui la rendent contemporaine de celles
de Fauré, Debussy et Poulenc (La voix humaine), mais aussi de Stravinski
(Printemps), Prokofiev, Bartók ou Gershwin. La grande majorité de ses œuvres a intégré le
répertoire de concert. Parmi celles-ci le ballet symphonique Daphnis et Chloé (1909-12),
le Boléro (1928), les deux concertos pour piano et orchestre pour la main gauche (1929-31)
et en sol majeur (1930-31) et l’orchestration des Tableaux d'une
exposition de Moussorgski (1922) sont celles qui ont le plus contribué à sa renommée
internationale.
Claude Debussy est un compositeur français, né le 22 août 1862 à Saint-Germain-en-Laye1 et
mort le 25 mars 1918 à Paris.
En posant en 1894 avec Prélude à l'après-midi d'un faune le premier jalon de la musique
moderne, Debussy place d'emblée son œuvre sous le sceau de l'avant-garde musicale. Il est
brièvement wagnérien en 1889, puis anticonformiste le reste de sa vie, en rejetant tous les
académismes esthétiques. Avec La Mer, il renouvelle la forme symphonique ; avec Jeux, il

15
inscrit la musique pour ballet dans un modernisme prophétique ; avec Pellas et Mélisande,
l'opéra français sort des ornières de la tradition du drame lyrique, tandis qu'il confère à la
musique de chambre, avec son quatuor à cordes et son trio, des accents impressionnistes
inspirés. Avec une œuvre modeste en nombre, mais décisive dans l'histoire de la musique,
Claude Debussy laisse l'image d'un créateur original et profond d'une musique où souffle le
vent de la liberté.
Concepts importantes:

- Art-Nouveau: L’Art nouveau est un mouvement artistique de la fin du XIXe et du début


du XXe siècle qui s'appuie sur l'esthétique des lignes courbes.

Né en réaction contre les dérives de l’industrialisation


à outrance et la reproduction sclérosante des grands
styles, c'est un mouvement soudain, rapide, qui connaîtra
un développement international. S'il comporte des
nuances selon les pays, les critères sont communs : l'Art
nouveau se caractérise par l'inventivité, la présence de
rythmes, couleurs, ornementations, inspirés des arbres, des
fleurs, des insectes, des animaux, et qui introduisent du
sensible dans le décor quotidien. C'est aussi un art total en
ce sens qu'il occupe tout l'espace disponible pour mettre en
place un univers personnel considéré comme favorable à
l’épanouissement de l'homme moderne à l'aube
du XXe siècle. En France, l'Art nouveau était également appelé « style nouille » par ses
détracteurs en raison de ses formes caractéristiques en arabesques, ou encore le « style
Guimard », à cause des bouches de métro parisiennes réalisées en 1900 par Hector
Guimard. Avant la Première Guerre mondiale, ce mouvement évolua vers un style plus
géométrique, caractéristique du mouvement artistique qui prendra la relève : l'Art
déco (1920-1940).

- Art Déco (XX): L'Art déco est un mouvement artistique né au cours des années 1910 et
qui a pris son plein épanouissement au cours des années 1920 avant de décliner à
partir des années 1930. Il fut extrêmement vivace surtout dans les Arts décoratifs,
l'architecture, le design, la mode et le costume, mais concerna en fait plus ou moins
toutes les formes d'arts plastiques. Il est le premier style à avoir eu une diffusion
mondiale, touchant principalement la France, la Belgique, tous les pays anglo-saxons,
ainsi que plusieurs villes chinoises telles Shanghai ou Hong Kong.

- Postmodernisme: Le postmodernisme désigne, dans son sens restreint un


mouvement artistique, qui engage une rupture ironique avec les conventions
anhistoriques du modernisme en architecture et en urbanisme, tout particulièrement
avec les prétentions à conclure l'histoire et à ignorer la géographie.

- Fauvisme: Le fauvisme est un courant de


peinture du début du XXe siècle. Tiré d'une

16
expression du journaliste Louis Vaux celles, il débuta historiquement à l'automne
1905, lors du Salon d'automne qui créa scandale, pour s'achever moins de cinq ans
plus tard, au début des années 1910. En fait, dès 1908, il est déjà à son crépuscule. Son
influence marqua néanmoins tout l'art du XXe siècle, notamment par la libération de
la couleur. Le précurseur du fauvisme était Henri Matisse, mais d'autres artistes,
comme André Derain, Maurice de Vlaminick ou encore Georges Braque en ont fait
partie.

- Cubisme: Le cubisme est un mouvement artistique qui s'est développé principalement


de 1907 à 1914 à l'initiative des peintres PPicasso, Georges, Jean Metzinger, Albert
Gleizes, Robert Delaunay, Henri Le Fauconnier et Fernand Léger. La période la plus
innovante du cubisme fut avant 1914. Après la Première Guerre mondiale, avec le
soutien apporté par Léonce Rosenberg, le cubisme redevient une question centrale
pour les artistes, et continue en tant que telle jusqu'au milieu des années 1920 lorsque
son statut d'avant-garde est rendu douteux par l'avènement de l'abstraction
géométrique et du surréalisme.

Le cubisme était aussi, une étude scientifique de la réalité qui s’approche de l’objet en
représente l’idéal absolu. Il y a différentes étapes :

1. Précubisme : inspiration des masques africaines, naturalité dans les components


du tableau et volume très simple et figurative, qui conserve la forme de la figure).
C’est une façon de simplifier la forme. Il apparaît avant 1910.

a. Cubisme analytique : c’est plus imaginative, avec la complication autant


que la simplicité dans ses formes. C’est plus abstract que le cubisme
normal. Ses couleurs sont grises, noires et marrons comme la terre.

b. Cubisme synthétique : le routeur de la couleur et les collages avec


l’incorporation d’autres matériels dans les tableaux.

c. Cubisme orphique : c’est Apollinaire qui crée ce concept pour dire que les
couleurs sont la chose principal dans les formes des objets. Mais, depuis de
la Première Guerre Mondiale, ce design sera appliqué aux voitures, designs
d’édifications, etc.

2. Mimétisme : imiter la nature et revendiquer le sujet. Ce mouvement est el


précurseur de l’abstraction avec la simplicité des formes. C’est aussi, la fin de la
plausibilité du XVII siècle. L’aristé doit représenter la réalité supérieure. Est plus liée
au vanguardisme.

- Les artistes cherchent le changement dans la morale et l’esprit des


lecteurs. C’est une façon ludique, didactique, et épistémologique. C’est
aussi la manière de connaître le monde à partir des écritures (Proust).
L’identification du lecteur avec l’ouvre est aussi importante.

17
- Fonction oraculaire de la littérature : le poète prévu ce qu’il passera.
- C’est un art pure et abstract.
Politique de l’époque

La guerre franco-allemande, qui dura du 19 juillet 1870 au 29 janvier 1871, parfois appelée en
France guerre franco-prussienne ou guerre de 1870, opposa le Second
Empire français au royaume de Prusse et ses alliés (allemands). Le conflit marqua le point
culminant de la tension entre les deux puissances, résultant de la volonté prussienne de
dominer toute l'Allemagne, qui était alors une mosaïque d'États indépendants. La défaite
entraîna la chute de l'Empire français et la perte pour le territoire français de l'« Alsace-
Moselle ».

La Belle Époque c’est un temps de heureusement, avance scientifique, l’école république, la


apparition du nationalisme et le patriotisme… Mais, il y a aussi une retraite dans la société,
culture et économie.
- L’élevage extensif.
- Monoculture et pomiculture.
De toute façon, la France était la quatrième potence mondiale grâce à sa colonisation (Afrique,
Belgique, Madagascar, Vietnam et Asie). Pourtant, les allemandes et les françaises étaient
confrontées géographiquement : les allemandes ont plus population et territoires que les
françaises.

Après de la I Guerre Mondiale, Allemande à traître d’obtenir des devoirs sur Maroc (Le Coup de
Tanger et le Port d’Agadir). En ce moment, Caillaux donnera part des territoires de Cameroun
aux allemandes. Il sera accusé de « germanophile » et il aura des manifestations dans la rue.
Ça c’est parce que il y a aussi des débouchés entre Occident et les pays colonisés (par exemple
des matières de première nécessité).

La Première Guerre mondiale est un conflit militaire qui s'est déroulé dans les faits en Europe
de 1914 à 1918 (bien que durant officiellement jusqu'en 1923 pour certains pays, le temps de
signer les traités de paix). Considérée comme un des évènements marquants du XXe siècle,
cette guerre parfois qualifiée de totale a atteint une échelle et une intensité inconnues
jusqu'alors. D'autres évènements survenus pendant cette période : le génocide arménien
(1915-1916), la première bataille de l'Atlantique (1917), la Révolution russe (1917) et la
grippe de 1918 ont augmenté la détresse des populations. Pour toutes ces raisons, cette
époque a marqué profondément ceux qui l'ont vécue.

Cette guerre a amené de profonds changements géopolitiques, lesquels ont profondément


modifié le cours du XXe siècle. Elle a causé l'effondrement ou la fragmentation des empires
austro-hongrois, russe et ottoman. L'Empire allemand a disparu, et l'Allemagne a vu son
territoire réduit. Conséquemment, les cartes de l'Europe et du Moyen-Orient ont été
redessinées. Des monarchies ont été remplacées par des États communistes ou par des
républiques démocratiques. Pour la première fois, une institution internationale a été créée
dans le but de prévenir les guerres : la Société des Nations.

L'étincelle qui provoqua la guerre survint le 28 juin 1914, lorsque des Serbes de Bosnie
parvinrent à assassiner l'archiduc François-Ferdinand, héritier du trône austro-hongrois. Les

18
exigences de vengeance de l'Autriche-Hongrie (fortement encouragée par l'Allemagne) à
l'encontre du Royaume de Serbie menèrent à l'activation d'une série d'alliances qui obligèrent
plusieurs puissances européennes à s'engager sur la voie de la guerre. Plusieurs de ces nations
étaient à la tête d'empires s'étendant sur plusieurs continents, ce qui explique la portée
mondiale du conflit.

Cette guerre fut surtout le fait de deux grandes alliances : la Triple-Entente et la Triple Alliance
ou la Triplace. La Triple-Entente était composée de la France, du Royaume-Uni, de la Russie, et
des empires qu'elles contrôlaient en tant que grandes puissances coloniales. Plusieurs États se
joignirent à cette coalition, dont la Belgique, envahie par l'Allemagne, qui fit appel à la France
et à l'Angleterre garantes de son indépendance. Le Japon rejoignit la coalition en août 1914,
l'Italie en avril 1915, le Portugal en mars 1916 et les États-Unis en avril 1917. La coalition de la
Triple Alliance était initialement constituée de l'Allemagne, de l'Autriche-Hongrie, et des
empires qu'elles contrôlaient. L'Empire ottoman les rejoignit en octobre 1914, suivi un an plus
tard du Royaume de Bulgarie. À la fin des hostilités, seuls les Pays-Bas, la Suisse, l'Espagne, les
États scandinaves et Monaco étaient demeurés officiellement neutres parmi les nations
européennes, mais certaines avaient participé financièrement ou matériellement aux efforts de
guerre des protagonistes.

Les combats se déroulèrent sur différents fronts qui se situèrent surtout en Europe, mais une
petite partie de l’Asie et de l’Afrique, ainsi que l’Atlantique Nord subirent des conflits. Le front
de l'Ouest était caractérisé par un ensemble de tranchées et de fortifications séparées par une
aire surnommée le no man's land. Ces fortifications s'étendaient sur plus de 600 kilomètres,
incitant à une forme de combats dénommée « guerre des tranchées ». Sur le front de l'Est,
l'étendue des plaines et la faible densité ferroviaire ont empêché une stabilisation des champs
de bataille, mais le conflit était tout aussi étendu. Il y a eu d'importants combats dans les
Balkans, au Moyen-Orient et en Italie. La guerre s'est aussi déroulée dans les airs, mais de
façon rudimentaire comparativement à la Seconde Guerre mondiale.

- Jean Jaurès (pacifiste qui s’oppose à la Guerre).


- Léon Blue.

Dans cette époque le président de la République Française était Poincaré, qui cherchait une
France républicaine de gauche avec liberté des idées en démocratie. Il fondé la Union Sacrée
en 1916, et c’est un mouvement de rapprochement politique qui a soudé les Français de toutes
tendances (politiques ou religieuses) lors du déclenchement de la Première Guerre Mondiale.
Le terme fut utilisé pour la première fois à la Chambre des députés le 4 août 1914, par le
Président de la République, Raymond Poincaré, dans son message aux Assemblées. Cela fut le
cas immédiatement car l’ensemble des organisations syndicales et politiques de gauches,
essentiellement la CGT et la SIFO, se rallièrent au gouvernement. Un mouvement analogue se
produisit chez l'ensemble des belligérants comme en Angleterre, en Russie ou en Allemagne,
lorsque le Parti socialiste d'Allemagne, le SPD, votera l’entrée en guerre en août 1914, lançant
le mouvement qui prit le nom de Burgfrieden.

19
Dans l’Assemble Notionnelle les députés ont voté si ou non à la guerre, et la majorité disait que
oui. Car, il y a des déserteurs que n’étaient d’accord avec ces idées et faisant des mutineries de
1917.

Guerre de positions et de tranchées

La guerre de positions est l'antithèse de la guerre de mouvement. Elle consiste en une attaque
depuis un point fixe fortifié : tranchée, fort... Elle se résume par "laisser l'ennemi venir".

Dès lors que les buts de guerre ont eu trait à la maîtrise d'un espace géographique, les
hommes ont eu à défendre des points fixes (ville, fort, ressources naturelles...). Ils se sont très
vite rendu compte que la guerre de mouvement qu'ils utilisaient n'était pas compatible avec de
telles batailles. Ils ont alors inventé le principe de la guerre de position, afin de contrer les
ennemis utilisant la guerre de mouvement. Cette stratégie repose sur l'utilisation d'infanterie
équipée d'armes de jet et d'artillerie. Elle peut aussi être utilisée dans une bataille rangée:
l'infanterie de mêlée se place en rang serrés pour combattre la première ligne. Elle sera
appuyée par de l'infanterie équipée d'armes de jet et de l'artillerie, tandis que la cavalerie
passera derrière l'ennemi pour l'attaquer sur deux fronts.

Lors de la Première Guerre mondiale, où les ennemis se tenaient chacun dans des tranchées et
lançaient de temps à autre des charges, appuyées et "préparées" par l'artillerie et l'aviation.
Notons que, le plus souvent, la guerre de position a pour but de débloquer la situation afin
dépasser à une guerre de mouvement.

- Offensive à outrance (Joffre) : L’offensive à outrance est une expression


souvent utilisée pour décrire la doctrine de l'armée française de 1911 à
1914. Le principe au niveau stratégique est d'attaquer partout où on le
peut, tandis qu'au niveau tactique il s'agit de foncer sur l'adversaire en
recherchant le corps-à-corps.

- Bataille de la Marne (1914) : La première bataille de la Marne, souvent


identifiée comme « la bataille de la Marne » a eu lieu du 6 au 12
septembre 1914. Au cours de cette première bataille décisive, les troupes
franco-britanniques réussissent à arrêter puis repousser les Allemands et
donc à mettre en échec le plan Schlieffen qui prévoyait l'invasion de la
France en six semaines pour ensuite se porter vers la Russie. Elle doit être
distinguée de la seconde bataille de la Marne, qui se déroula du 15 au 18
juillet 1918.

- Chars d’assaut : Le char de combat (aussi appelé char de bataille, char


d'assaut ou tank) est un système d'arme mobile constitué d'un canon
monté sur un véhicule automobile blindé, généralement chenillé.

20
- La Voie Sacrée est une route stratégique historique qui relie Bar-le-Duc à
Verdun, numérotée RD1916. Elle fut l'artère principale de la bataille de
Verdun.

- Nivelle : En 1917, après trois années d'une guerre meurtrière et indécise,


la lassitude touchait l'ensemble des armées européennes dont le moral
était au plus bas.

À l'intérieur des troupes françaises, le coût humain élevé de l'offensive


Nivelle sur le Chemin des Dames au printemps 1917, dont les gains sont
seulement tactiques, les conditions de vie effroyables dans le froid, la
boue, les bombardements d'artillerie et la rareté des permissions, tous ces
facteurs s'additionnent et provoquent une montée de la protestation
parmi les hommes au front.

L'espoir suscité par l'offensive avait été énorme à la veille du 16 avril 1917:
le général Nivelle promettait la fin de la guerre et donc, pour chaque
soldat, le retour chez soi. L'offensive ayant été enrayée face aux
fortifications allemandes, puis terminée sur ordre du gouvernement fin
avril, la déception et la colère grondent : les soldats ont l'impression que la
bataille avait été mal préparée.

Or début mai, l'ordre est donné de reprendre l'offensive dans les mêmes
conditions sur un terrain toujours aussi désavantageux pour les Français.
Face à l'entêtement de l'état-major qui souhaite poursuivre cette offensive
à outrance, des mutineries éclatent et gagnent progressivement toutes les
armées le long du front pendant 8 semaines. Par leur paroxysme, elles
touchent 68 divisions sur les 110 qui composent l'armée française.

Beaucoup de mutins ou de protestataires sont des soldats aguerris, qui ont


prouvé leur valeur au combat. Ils demandent moins un arrêt de la guerre,
ce qui aurait peu de sens dans la mesure où les Allemands n'ont pas
l'intention de se retirer, qu'un commandement plus soucieux de la vie des
soldats et plus attentif aux conditions réelles du combat moderne.

Entre deux guerres

L'entre-deux-guerres est la période (1919-1939) comprise entre la Première et la Seconde


Guerre mondiale. Ces vingt années de paix ont été marquées par un bouleversement durable
des rapports de force internationaux, par l'émergence des idéologies totalitaires ainsi que par
des progrès techniques considérables.

21
Cette période constitue un
ensemble cohérent et
homogène qui peut
s'appréhender dans sa
globalité. La première
moitié de la période a été
appelée en France « les
Années folles »,
essentiellement pour les
ruptures dans le
comportement social
(nouvelles esthétiques
artistiques transgressives,
développement des transports, en particulier individuels, modification des codes de
comportement, en particulier chez les femmes des classes supérieures et moyennes). À partir
de 1929, la crise économique et sociale et la montée des nationalismes étatiques agressifs
créèrent une atmosphère de tension et de peur.

Il est à souligner que l'appellation « entre-deux-guerres », utilisée pour cette période, est à
prendre avec recul, car elle ne retranscrit en rien l'esprit de l'époque. En effet, les
protagonistes n'avaient bien évidemment pas conscience de vivre une période de calme avant
un second conflit mondial, et ce, même si des signes politiques alarmants le laissaient présager.
Après le traumatisme de la Grande Guerre, fusaient en France les « plus jamais ça !», on parlait
du conflit comme de « La Der des Ders » (« dernière des dernières »). Cela peut expliquer
partiellement l'euphorie et l'esprit libéré qui régnait, au moins pendant les années 1920, avant
le krach de 1929.

- Personnages importantes du première période : Barbusse (Le feu =


romances pacifistes sur la guerre) ; Dorgelès (La croix de bas) ; Duhamel
(Civilisation) ; E-M Remarque (À l’ouest, rien de nouveau) ; Renoir (La
grande illusion) ; Jeunet (Un long dimanche de fiançailles) ; Peyron (La
chambre des officiers) ; Kubrick (Pots of lorry).

- Personnages importantes du seconde période : Suzanne Lenglen ; Louise


Brodes ; Tamara de L’empoicra ; Joséphine Baker (Jazz) ; Renoir (La réglé du
jeu) ; Milhaud : « Faire un bœuf » (session de jazz) ; Groupe des Six, 1914-
1923 (Georges Auric, L. Dure, Arthur H., Germaine Tailleferre, Darius
Milhaud, Francis Poulenc).

À la fin de la guerre quatre puissances impériales, les empires allemand, russe, austro-hongrois
et ottoman avaient été militairement et politiquement vaincu et a disparu. Les empires
allemands et russes ont perdu une grande quantité de territoire, tandis que les Empires austro-
hongrois et ottoman ont été complètement dissous. La carte de l'Europe centrale a été
redessinée avec les États petites et nouvelles et a créé la Société des Nations dans l'espoir
d'empêcher un autre conflit similaire. Le nationalisme européen, stimulée par la guerre et la

22
dissolution des empires, les répercussions de la défaite de l'Allemagne et les problèmes créés
par le traité de Versailles sont généralement considérés comme des facteurs début de la
Seconde Guerre mondiale.

- L’Allemagne commençait à payer des compensations économiques très


grandes (indemnités de guerre).
- La société était désespérée.
- Il y a des rivalités entre les États, et tous doivent être désarmés. Mais il y a
un réarmement à partir de 1920.

Le traité de Versailles de 1919 est un traité de paix signé entre l'Allemagne et les Alliés à l'issue
de la Première Guerre mondiale. Élaboré au cours de la conférence de Paris, le traité fut signé
le 28 juin 1919, annonça la création d'une Société des Nations et détermina les sanctions prises
à l'encontre de l'Allemagne et de ses alliés. Celle-ci, qui n'était pas représentée au cours de la
conférence, se vit privée de ses colonies et d'une partie de ses droits militaires, amputée de
certains territoires et astreinte à de lourdes réparations économiques. Ces indemnités restent
cependant inférieures, par rapport à la richesse nationale, à ce que la France avait dû payer aux
Alliés en 1815.

- Bloc National : Dans une vague de sentiment nationaliste à la fin de la


Première Guerre mondiale, le Bloc a gagné près de 75% des sièges à la
Chambre des députés lors des élections de 1919. Comme coalition au
pouvoir a tenté de renforcer la sécurité de la France contre l'Allemagne par
l'application stricte du traité de Versailles. Ses dirigeants, dont Raymond
Poincaré, soutenu l'occupation de la Ruhr (1923) pour forcer l'Allemagne à
payer les réparations. Le Bloc a progressivement perdu le soutien populaire
et a été défait dans les élections de 1924.

- Cartel des gauches (1924) : coalition électorale, constituée dans une


cinquantaine de département, pour les élections législatives de 1924 entre
le Parti radical et radical-socialiste, la F.F.I. et le Parti républicain-socialiste
auxquels se joignirent des radicaux et des socialistes indépendants. Les
radicaux emmenés par Édouard Herriot dominèrent la coalition victorieuse
aux élections législatives françaises de mai 1924.

 Le mur d’argent : est une expression qui traduisait dans les années
1920 l'opposition des milieux bancaires et financiers à toute
réforme économique et sociale en France. Elle fut pour la première
fois employée par Édouard Herriot, alors qu'il était chef du
gouvernement du Cartel des gauches en 1924, afin d'expliciter
l'hostilité des milieux bancaires et financiers dont la méfiance
aggravait les difficultés financières que connurent son
gouvernement (fuite des capitaux, dévaluation du franc, trésorerie
publique quasi-nulle, etc.).

23
- Ligne Maginot (1929) : était une ligne de fortifications et de défense
construite par la France le long de sa frontière avec l'Allemagne et l'Italie,
après la fin de la Première Guerre mondiale. Ligne Maginot Le terme est
utilisé indifféremment pour désigner l'ensemble du système de
fortifications, ou exclusivement pour désigner les défenses contre
l'Allemagne, dans ce cas, les défenses contre l'Italie sont généralement
appelés Ligne Alpine. Face à elle était la ligne fortifiée allemande connue
sous le nom Siegfried Line.

- Action Française : mouvement fondé par Maurras, qui cherchait la


réinstauration de la Monarchie en France.

- Camelots du roi : corps de militants royalistes spécialisés dans le coup de


force. Les Camelots du roi sont rattachés à l’Action Française. Ils sont actifs
entre 1908 et 1936. Il y a aussi des ligues, comme les jeunes patriotes, qui
sont aussi des groupes militaires.
Idéologie

- Radicalisme, anticléricalisme.
- Républicains ; réconciliation état-église.
- Impossible de résoudre les questions financières (Keynes).
- Crise mondiale.
- Poincaré était le président du conseil des ministres, et soutenait les
républicains de gauche dans le Parlement.
- Apparition des fascismes (Italie, Allemagne).

Caractéristiques des années folles

- Déséquilibre démographique.
- Liberté sexuelle.
- Mode : Victor Margueritte avec la garçonne, et Coco Chanel. Ils fassent
une mode masculine sans taille, avec écharpes longs et colliers des perles.
- Écharpes à l’Isadora Duncan.
- Las mânes de la Tour Eiffel : ballet collectif de Georges Auric, Arthur
Honegger, Darius Milhaud, Francis Poulenc et Germaine Tailleferre (cinq
des membres du groupe des Six), sur un livret de Jean Cocteau, avec une
chorégraphie de Jean Berlin, des décors d'Irène Laut et des costumes de
Jean Hugo. Le spectacle fait appel à deux narrateurs. Le ballet a été
représenté pour la première fois à Paris, au théâtre des Champs-Élysées,
en 1921.

Caractéristiques des années 30

- Augmenté la production un 5%.

24
- France ne s’a pas récupérée de la situation économique d’avant de la
Guerre.
- Instabilité politique.
- Situation de désordre et insécurité.
- Majorité de la population était urbaine. Ils habitaient en chaumières.
- Un récrit du 6 février 1934 : une partie de la population qui va protester
sur la rue.

Affaire Stravinsky (1934)

L'affaire Stavisky est une crise politico-économique française survenue en janvier 1934,
succédant au décès dans des circonstances mystérieuses d'Alexandre Stavisky (juif), dit « le
beau Sacha ». Ce scandale symbolisa la crise d'un régime instable soupçonné de corruption et
contribua à la chute du gouvernement Camille Chautemps et au déclenchement des émeutes
antiparlementaires du 6 février 1934.

Front Populaire (1934-1938)

- Réformes.
- Totalitarismes.
- Grèves.

Le Front populaire est une coalition de partis de gauche qui gouverna la France de 1936 à
1938. Il réunissait les trois principaux partis de la gauche, la SIFO, le Parti radical-socialiste et
le Parti communiste.

Le gouvernement de Front populaire fut le premier de la Troisième République dirigé par les
socialistes. Il initia plusieurs réformes sociales importantes et constitue encore actuellement
une des références incontournables de la mémoire et de l'histoire de la Gauche française : les
congés payés, la réduction du temps de travail avec la semaine de quarante heures et
l'établissement des conventions collectives.

L'assemblée élue lors des élections de 1936 demeura inchangée jusqu'en septembre 1939,
date à laquelle 49 députés communistes furent arrêtés. L'année suivante, en juin 1940, la
France était défaite face à l'Allemagne.

- Léon Blum : Blum était l'un des dirigeants du Parti socialiste - SIFO et
président du Conseil des ministres, en jouant le rôle de Premier ministre à
deux reprises, de 1936 jusqu'à sa démission en Juin 1937, nouveau de
Mars à Avril 1938, le chef du gouvernement français du Front populaire.
En 1946, il a été président du dernier gouvernement intérimaire mis en
place avant la Quatrième République française et, à ce titre, était à la fois
coprince de la principauté pyrénéenne d'Andorre.

25
- Accords de Matignon (1936) : accords signés entre le président Léon Blum,
la CGPM, CGT et l’État. À la suite de ces accords, en échange de
l'évacuation des usines occupées, les ouvriers gagnent des acquis sociaux :

 Sans faire grève dans chaque usine, ils obtiennent des avantages
pour toute la profession.
 Les salaires sont augmentés.
 Les ouvriers ont des délégués pour leur défense.
 Congés payés.

- Création de la CENS (science) et l’ENA (formation des cadres de


l’administration).

- Accords de Munich (1938) : furent signés entre l'Allemagne, la France, le


Royaume-Uni et l'Italie représentés respectivement par Adolf Hitler,
Édouard Daladier, Neville Chamberlain et Benito Mussolini (qui s'était
commis en intermédiaire) à l'issue de la conférence de Munich, tenue du
29 au 30 septembre 1938. On notera l'absence planifiée du président
tchécoslovaque, Edvard Beneš, et du secrétaire général du Parti
communiste de l'Union soviétique, Joseph Staline, qui ne furent pas
invités.
Ces accords avaient pour but de terminer la crise des Sudètes mais,
indirectement, ils scellent la mort de la Tchécoslovaquie comme État
indépendant, en permettant à Hitler d'annexer les régions peuplées
d'Allemands de la Tchécoslovaquie. Les accords de Munich sont considérés
comme ayant mis un terme à la première République tchécoslovaque, la
«seconde République » ne vivant ensuite que quelques mois avant son
démembrement.

- Taylorisme : Le taylorisme désigne la forme d'organisation scientifique du


travail (OST) définie par lui et ses disciples à partir des années 1880. Pour
obtenir des conditions propres à fournir le rendement maximum dans le
cadre d'une organisation.

- Fordisme : Le fordisme est un modèle d'organisation et de développement


d'entreprise, inventé en 1908 par Henry Ford (1863 - 1947), fondateur de
l'entreprise qui porte son nom, à l'occasion de la production d'un nouveau
modèle, la Ford T.

Vie culturelle des anees 30

NOUVELLE RATIONALISME : considère que la connaissance est la source de la raison et rejette


l'idée de sens, comme nous pouvons le tromper; défend sciences, notamment les
mathématiques et dit posséder contenu innée, qui est, nous sommes nés avec la connaissance,
seulement nous devons «faire mémoire». Utilisez la méthode déductive comme outil principal
pour atteindre la véritable connaissance.

26
BERGSONISME : La philosophie bergsonienne s'inscrit dans le contexte de la critique du
positivisme, la psychologie et néokantisme associative, et apparaît comme une continuation
d'une certaine spiritualité, mais surtout son approche met en évidence vitale et son intérêt
dans l'évolution. Il a également eu de nombreuses connexions avec pragmatisme, en particulier
avec son ami William James (fortement influencé par Bergson, en particulier dans sa
conception du courant de pensée) et la conception utilitariste de la science.

EXISTENTIALISME : est un courant philosophique et littéraire qui postule que l'être humain
forme l'essence de sa vie par ses propres actions, en opposition à la thèse que ces dernières lui
sont prédéterminées par de quelconques doctrines théologiques, philosophiques ou morales.
L'existentialisme considère donc chaque personne comme un être unique qui est maître, non
seulement, de ses actes et de son destin, mais également, pour le meilleur comme pour le pire,
des valeurs qu'il décide d'adopter.

SURRÉALISME : Le Surréalisme est un mouvement littéraire, culturel et artistique de la


première moitié du XXe siècle, comprenant l’ensemble des procédés de création et d’expression
utilisant toutes les forces psychiques (automatisme, rêve, inconscient) libérées du contrôle de
la raison et en lutte contre les valeurs reçues.

LITTÉRATURE : Rodrigue (Le diable au corps ; Le bal du Compte d’Artel (romain théologique)),
littérature religieuse (Le journal d’un curé de campagne), littérature de la Première Guerre
Mondiale (Politique, Maurras), Fleuve (romans), Roger Martin du Gard (Les Thibaud), Jules
Romains (Les hommes de bonne volonté), Romain Rolland ; P. Benoit, Kessel, P. Marand
(voyages et aventures), et Raimu et Gian (romain du terroir).

ARTS PLASTIQUES :

- Tableaux de Leger : peindre cubiste française.

- Orphisme d’Apollinaire : Le nom « orphisme » fait clairement référence à


son poème Orphée de 1908, qui traite de poésie pure, sorte de « langage
lumineux ». Une autre interprétation de ce terme est proposée : Le nom
fait l'analogie de cette peinture avec la musique, en effet au début du XX
siècle la musique représentait l'art moderne par excellence, parfaitement
abstraite donc pure et comportant une fonction totalisatrice.

Les déracinés, Maurice Barrès

Maurice Barrès était un écrivain, politique et essayiste française, qui est très populaire par ses
livres et ses idées. On peut voir qu’il était très marqué par auteurs comme Nietzsche ou Victor
Hugo, donc il était lié absolument au nationalisme. Il est aussi invétéré au positivisme et autres
idées décadentistes qui marquent l’époque de la Troisième République (1870-1940). La
mauvaise situation de la France et son admiration par Napoléon lui faire avoir une grande
amitié avec Boulanger (après la crise) et participer dans le monde politique comme une des
plus nihilistes. Il n’était pas catholique, mais si antisémite. Il pense que les problèmes de la
République ou l’affaire Dreyfus étaient en raison des juifs. Donc, les Déracinés est le nom du

27
livre qui a été écrit par lui, et où on peut voir qu’il parle de l’éducation, la culture et la société
après la Belle Époque (1914, XIX). On a dit qu’il était un jeune auteur des finals du XIX siècle, et
qu’a été en peu de temps un des modèles d’ la génération plus rêveuse et avide pour voir des
changements sociaux. C’est pour ça que dans son œuvre on peut apprécier un idéal
fondamental et progressif qui analysé les personnes dans la collectivité et la revendication
patriotique-national de la histoire contemporaine.

Premièrement on doit parler du style de l’auteur. Il est très descriptif et utilise des métaphores
et comparaisons entre, par exemple, l’éducation plus conservatrice et la républicaine. Aussi le
texte n’est pas exempt d’un nationalisme boulangiste et de la confrontation des idées contraires
entre les personnages de l’œuvre : <<le catholicisme proportionne aux nations une discipline
morale qui aucun pouvait extraire de la science>>.

Comme nous allons par la III République, la tension est sentie d’une façon continuée
(<<Napoléon était un professeur d’énergie pour les françaises>>). L’auteur nommé aussi Victor
Hugo comme <<un exemple que nous devons suivre>>. Tout est développé au Lycée de Nancy,
ou l’auteur a étudié. Ici, on a comme personnage principal un professeur qui dit que >la France
est dissociée et décérébrée, et que n’a pas force et manquer de direction>>. Il apparait comme
l’organisateur et guide des étudiantes du lycée. Il est un républicain plus radical qui dit que la
France est dans une période de décadentisme qui est honteux. Il est autant nationaliste et aime
sa patrie. N’oublions pas que cet auteur était un antidreyfusard et antisémite qui pensait que
<<le catholicisme, mais la religion n’ont pas de sens>>.

Cependant, en laissant mon opinion á part, je considère que le texte explique très bien l’idée
principale d’une nouvelle autant que contemporaine époque. Il parle des thèmes principaux
(religion, société, éducation et politique) d’une forme intelligente et claire.

La poétique de l’espace, Bachelard

Gaston Bachelard était un poète, physique et philosophe (épistémologique) française qui est
important par sa critique littéraire dans le XX siècle. Il á un style critique et thématique avec
l’utilisation des images, thèmes, motifs et archétypes. El est aussi plus imaginative en rêveur.
Pour-il, l’inconscience est la conscience individuelle et collectif (comme disait Jung). Il fait des
retours à l’enfance avec l’emploi de la verticalité. Pour il le XX siècle est un temps des lumières,
désires et besoins.

La poétique de l’espace (1958), est un livre ou Bachelard élabore différentes thématiques pour
entendre la relation des hommes avec le monde. L’étude qu’il fait est purement
phénoménologique de la conscience d’une maison analysée physiologiquement. Pur lui, la
maison est la façon des vivaces passés et présentes qu’on a dans notre intimité. Ces images
sont différentes en fonction de la maison de laquelle on parle. Il parle des auberges, murs,
clôtures, autant qu’il trouve la paix dans son maison et les rêves. Tout ça est accompagné des
exemples d’autres auteurs comme Rilke, Kant ou Bergson entre autres. Pourtant, il est clair que
pour Bachelard, un être sans maison est un être absolument dispersé.

Dans l’autre côte il fait une comparaison entre l’hiver et la personne, et à continuation avec la
mere. La maison acquiert des propriétés humaines pour protéger quelqu’un qui y habite. En cet

28
oment il parle de Malacroix et d’un refuge qui est sûre quand la tempête est forte. Il finissait
pour dire : <<cette nuit, elle êtait vraiment ma mére>>.

À partir de l’idée de la maison uhmaine il fait la différence entr el’éxtérieur et l’intérieur aussi. Il
ouvre tous les espaces : l’intérieur oy sont les réflections intimes et l’éxtérieur qui provoque que
l’auteur aime avour un place ou il se peut protéger. Finalment il fait la classification des rêves et
réflexions en petits tiroirs. Cette place est pour il un trésor.

Je dois dire que c’est un texte lus architéctonique et métaphorique qui analysse l’homme de la
meilleure façon posible.

Les Nourritures terrestres, André Gide (1897)

Le romancier, essayiste et poète André Gide, est un des personnages plus célèbres du XIX-XX
siècles. Cette période est connue comme le modernisme, l’époque de la rupture avec l’art
traditionnel autant que affirmer les effets des avances scientifiques, technologiques,
économiques et progressifs dans la société. Les modernistes cherchent l’aspiration aux
langages européens, la rupture avec la tradition, la représentation de l’industrialisation, et la
fonction décorative.

André Gide commence à parler dans cette œuvre, Les nourritures terrestres, avec un ton plus
doux. C’est comme ça parce qu’il est en train d’expliquer au jeune Nathanaël les belles choses
du monde. Et bien que c’est comme ça au cours de tout le livre, dans le première partie, la
présence de Dieu est le plus caractéristique. Pourtant, ce n’est pas une surprise qu’il commence
à dire : <<ne souhaite pas Nathanaël, trouve Dieu ailleurs que partout>>

Le deuxième livre es principalement le thème des nourritures, <<le fruit du palmier s’appelle
datte, et c’est un mets délicieux>>. C’est comme si pour lui chacun petite chose dans le monde
eu une propriété qui la fait spéciale.

Le troisième livre est, à mon avis, le plus intéressante. Il parle de la beauté du monde, des
places qu’il a connu. Florence, Malte, Algérie, sont nombreux. Et ce qui rend l’idée du la
petitesse du homme pour rapport au monde qui l’entoure. Pourtant, n’est pas nécessaire de
dire que les métaphores, les comparaisons sont les principales ressources de l’œuvre. Et dans
une autre côté on peut apprécier aussi que tout est suprême. Tout ce qu’il décrit est plus grand,
beau, incroyable aux yeux des hommes. Il y a des critiques qui disent que c’est nietzschéen. Il
soumette un individué plus petit, le monde est par rapport avec la grandeur du Dieu. Nietzsche
dis aussi que Dieu n’existe pas.
De toute façon, encore j’ai besoin de parler du quatrième livre. Dans ce dernier, la passion de la
jeunesse est le sujet principal (<<la passion qui brûla ma jeunesse). Mais, un autre sujet
important qui apparaît dans un deuxième fon est Ménisque, et sa vision mélancolique du
monde (<<des livres m’avaient monté chaque liberté>>). L’artiste fait comme un tableau qui est
formé des images de la beauté de la vie, autant que de ses expériences. Mais, le plus important
est que l’image de Dieu est derrière tout ça (<<e tout est la forme de Dieu>>).

Tout est fini dans une nuit dans les jardins de la colline de Fies de. Ici, les personnages que j’ai
nombré avec d’autres, comme Hylas ou Alcide, changent des rondes et poèmes á la chaleur du

29
feu. Je me souviens du songe d’une nuit d´été de Shakespeare. Les images qui composent le
texte ont un air mythologique et de rêve.

Pour conclure je dois dire que c’est un livre avec un vocabulaire plus étendu qui fait que des
arguments sont plus clairs et concrets. Le texte est aussi actif et incite le lecteur à garder
l’attention de tous le temps.

Les maîtres à penser : de l’artiste à l’intellectuel engagé. Naissance de la Rive gauche et de St.
Germain des Prés. Les Intellectuels face à la guerre d’Algérie.

La vie culturelle après la guerre était de changement. La politique dominait tout la vie et en
France il était la IV République. Il y a un empire de la politique, tout le monde s’intéresse á la
politique. Le premier était Sartre. Cette présence force politique va connaître un change : tout
le monde, les idéologies, étaient unis par supprimer avec le totalitarisme fasciste allemand. On
passe de l’union entre ententes à une distension. La Guerre Froid et la décolonisation sont
deux épisodes très importants. Ils contribuent à la séparation de forces politiques qui étaient
unis dans la Premier Guerre Mondial.

La Guerre Froid est un conflit désarmée qui se déroule entre les États-Unis et l’URSS. On a
problèmes comme les missiles en Cuba ou la Guerre de Vietnam. Mais, après la II Guerre
Mondial, le monde était démissionné entre le bloque capitaliste et le communiste. La France
était individuelle et indépendante, mais ce période a marqué une situation de tension (crise de
la IV République) social, politique et économique. Aussi, marquera la littératture.

La figure principale dans la littérature était l’écrivain engagé (Sartre, Camus). La culture était
engagée, politisée, et cherche la varieté dans ses formes. C’est une culture qui va connaître
nouvelles formes d’expresion. Il y a une rénovaion culturelle avec expresions plus créatives et la
promotion de certaines formes de culture, formes artistiques. On peut voir par exemple les
phénomenes de la chanson. A còte de ce-là la culture sera financiée par les EEUU et aura
influence de la culture americaine (la culture des mases). Vous voulez une société éduquée et
donc imiter la propagation de la culture américaine.

Nous parlons de la France des années 60, après la crise du


pétrole jouissait d'une grande splendeur. La situation socio-
politique était bonne, et s'appelle "Les Trois glorieusses".
Cependant, c'était un ravagée de la société, cherchant
avancement dans la société et la politique. La base de ce fut
le Plan Marshall, qui a été créé pour reconstruire l'Europe.
France, les pays scandinaves, les Tchèques et les Américains
étaient les signataires. La Russie n'a pas signé. Ce traité a
contribué à la refonte France à la fin de la guerre. Cela
influence grandement le français imité la vie et l'économie américaine.

Le mur d’argent : Le terme mur d'argent (ou mur de l'argent) est une expression qui
traduisait dans les années 1920 l'opposition des milieux bancaires et financiers à toute

30
réforme économique et sociale en France. Elle fut pour la première fois employée par
Édouard Herriot, alors qu'il était chef du gouvernement du Cartel des gauches en
1924, afin d'expliciter l'hostilité des milieux bancaires et financiers dont la méfiance
aggravait les difficultés financières que connurent son gouvernement (fuite des
capitaux, dévaluation du franc, trésorerie publique quasi-nulle, etc).

Le résultat de cette imitation était l’apparition d’un polar français, le cinéma noir, le rock et
autres manifestations culturelles qui étaient minorités ou subcultures. Mais petit à petit
seraient plus grandes et populaires. Cette mode vient de l’inifluénce de la vie socio-culturelle
americaine des années 40. La culture de mases est associée à un procès d’industrialisation et
difussion masive dans la media. La societé americaine est la mêre de cette culture. L’Europe
pourtant, était attachée à l’idée de croissance masive. Et puis, on á une question démocratique
parce qu’aux EEUU la liberté était le premiére idéal avec l’idée de la societé democratique et
lineal. C’était comme la tierre promise pour les françaises. Dans une autre côte on à que le
modèle économique qui triunfait était auquel avec la société consumasse et capitaliste. L’idée
de culture était élitiste pour tous.

Espaces culturelles des années 50

La Rive Gauche et Saint Germain-des-Prés ont la foncition de lieu de mémorie (Pierre Nora).
C’est une entité abstract ou concret dans l’espace
physique, évenement histirique ou personnage qui
cristallise une caractéristique distinctive (par
exemple la fleur de lis pour les parissienns). Sont
des idées qui reflètent une communauté
particulière. On parle d’identités avec des
significations qui peuvent se rapporter à différents
types de sentiment social au sein d'une nation.

Les quartiers ont des spaces de changement des


idées, places pour parler ou écrire. On a le Café de la Flore ou le Café de deux Magots. En ces
places les intellectuels sont réunis. Le Cartier de la Rive Gauche est la place des lumières, les
intellectuels, les progressistes et les nouvelles idées. Tous sont passés par ce cartier en
différentes époques. Mais, le Cartier de Saint Germain est renomée comme Montmartre dans
l’époque des vanguardes et impresionistes. La vie culturelle des années 30 était dans ce cartier.
Il y a une forte activité culturelle ici. Par exemple Sartre écrivait dans ses cafés.

Devient plus tard les touristes sont venus : les écrivains qui y avaient trouvé refuge pendant la
guerre et la résistance sont effrayés. Les touristes sont particulièrement riches Américains qui
voulaient connaître ces lieux. Donc, les intellectuels est qu'ils commencent à se rencontrer
dans d'autres endroits comme Le Café Napoléon, le Port -Royal ou la Brasserie Chez Lippe.
Dans ces espaces pourraient trouver à Sartrienne famille (jeunes fans de cet écrivain), ou le
groupe prévertien (qui admit l'écrivain Jacques Premier). On peut trouver aussi des
admirateurs surréalistes comme Andrée Breton.

Il y avait également d'autres domaines, tels que des caves ou des cabarets (qui avaient une
activité théâtrale). Existentialistes et fréquentés noctambules, comme Beauvoir (féministe et
31
existentialiste). Dit que c'était le deuxième sexe pour le mouvement féministe et a parlé de
l'excès de gaspillage dû à la culture. Un autre personnage important est le poète, écrivain et
musicien Boris Vian, qui a principalement travaillé dans le monde des médias et de la
littérature.

- Cave : espace culturel et lieu historique sous le sol qui a spectacles de


musique surtout americane.

Dans l’autre côte de la Siene on a la vie des masses. La politique et l’économie. Il s'agit d'une
renaissance de la Rive Droite, mais se spécialise principalement dans la musique des auteurs.
La "chanson" est un facteur du temps qui est très important car il marque l'histoire de la
musique (Jacques Brel). Les chansons étaient essais petitis où la condition est liée à la
littérature musicale. Les essais ont été exportés à l'étranger petitis et chanteurs avec eux, donc
ils sont devenus très célèbres (60). Il y avait aussi deux autres catégories: les compositeurs et
les interprètes.

- Performance : forme
culturel qui sera très
populaire autant que
extraordinaire dans cette
époque. Est un spectacle
littéraire-musical qui est
accompagné par la
chanson.

- Chanson : essayes courts


et revendicatifs. Par exemple on a la version rock, folk, ou le fameux « Ne
me quitte pas » de Jacques Brel. Elles fassent musique critique, sociale ou
d’amour et désamour.

 Jeux avec les paroles (mesurer le rythme).


 Phrases qui commencent à la même manière, mais finissent avec
une autre forme qui a aussi une relation amoureuse.
 Implication et émotion totale dans les chansons.
 Importance des paroles.

L’intellectuel engagé

Les années 50 sont des années avec une grande pression politique, qui provoque l’apparition
des intellectuels engagées. Les artistes, les philosophes et les écrivains sont artistes engagés, et
ils forment l’esprit ou le type de littérature de l’époque.

Pour ce personnage le plus importante est le travail créatif et la participation dans les activités
de la vie quotidienne, aussi avec la vie politique. Au même temps qu’ils écrivent, des romains
ou autres choses, ils fassent des manifestes, tracts ou la participation dans le média. Cette
figure sera exporte aux États-Unis ou Espagne (années 60-70).

- Figures de proue.

32
- Simone de Beauvoir.
- Albert Camus. (1957).
- J-P Sartre (1964). Il était un militaire dans son époque et a eu un
compagnon de route qui a sympathise avec les idées du partie
communiste. Sartre se radicalisé de plus en plus à cause de l’indignation
que lui provoque faire une politique de droite très dure.
- A. Gide (1947).
- F. Mauriac (1952).
- St.- John Perse (1960).

Les rapports entre les intellectuels et le PCF

Ce Partie a eu un grand prestige depuis de la guerre. Il était très actif dans la guerre, et aussi ils
dissent que son responsabilité principale est le peuple. On faut dire que l’URSS à ce moment-là
a vaincu le nazisme. Par contre, la droite était vue d’une manière négative.

Après de voir les champs de travail ou les purges staliennes, auteurs comme Gide ou Camus
changent d’opinion. Par exemple Camus réfectionne à ses idées et rejoint au PCF. Il se sépare
du communisme et écrit L’homme révolté (1951). Mais il y a d’autres qui vont défendre les
idées du communisme sans excuses (Louis Aragon, Picasso). Il y a des poètes arrogants qui
évoluent avec l’idéal avec les idées communistes. Ils écrivent la poétique sociale.

Le panorama intellectuel était très divisé. Par exemple, « les temps modernes » appuyèrent
l’idéal des communistes.

Auteurs avec une autre idéologie.

- Maurias (libéraliste) : il fonde la Table de Ronde, qui est en contre du


communisme et qui défend le poids de l’État. Les libéraux voulaient la
puissance totale de l’État dans la société.

Il y a ceux qui sont en contre de la politisation de la culture. Ce sont des intellectuelles qui vont
dépolitiser la culture.

- Julien Gracq : La littérature, L’estomac.


- Les Hussards : manifeste pour la littérature désengagée.

On va voir aussi le socialisme et barbarie, qui est un mouvement politique avec un mouvement
socialiste nouveaux qui forme partie de la Gauche Alternative. Ce groupe aura son meilleur
moment dans Mai du 68 (mouvement révolutionnaire). C’est une politique de gauche
différente au communisme.

Le problème de l’Algérie

Il y a des écrivains qui défendent le communisme et la représentation de la réalité politique


dans les livres. Mais il y a uns autres qui n’aiment pas ces idées. Il y a un problème qui a occupé
les idées de la société intellectuel française : le problème de la décolonisation de l’Algérie. Ce
problème a contribué à la chute de l’Empire française. Dans ce problème il y a une grande
implication sentimentale.

33
- Pieds noirs : les françaises qui s’ont installé ou nées en l’Algérie après le
XVIII siècle. Par exemple, Albert Camus qu’à des racines alsaciennes et
algériennes, forme partie de ceux qui sont émigrants qui vient de l’Alsace
quand la Guerre Franco-Prussienne est finie. Cet a dire que beaucoup des
alsaciennes habitent à l’Algérie, mais ils sont considérées aussi françaises.
Ils considèrent l’Algérie comme sa patrie.

- La colonisation française était très importante pour son économie.

En une trentaine d'années (1945-1975), les empires coloniaux ont disparu. La vague de
décolonisation commence en Asie (Indochine), puis s'étend aux colonies africaines. Ces
mouvements d'émancipation sont portés par une multiplication des critiques à l'intérieur des
colonies, mais aussi au niveau international.

Isolées, les deux grandes puissances coloniales, le Royaume-Uni et la France, doivent faire face
à une vague de décolonisations parfois compliquées : certaines se déroulent relativement
pacifiquement (comme la fin de l'empire des Indes), d'autres tournent au drame, comme la
guerre d'Algérie.

L'Algérie a un statut à part : conquise dès 1830, elle est constituée de trois départements
français et fait à ce titre partie intégrante du territoire français. C'est aussi une colonie de
peuplement qui compte un million de pieds-noirs (d'origine métropolitaine), pour 9 millions
d'autochtones, essentiellement musulmans, et 150 000 juifs. Cette situation particulière va
entraîner l'Algérie dans une guerre de décolonisation très violente. Il faudra huit ans pour que
les trois départements français d'Algérie s'émancipent enfin et pour que leurs nouveaux
dirigeants entament la transformation d'un territoire dévasté en un État-nation.

1. Une radicalisation du nationalisme algérien en réponse à la politique française :

L'Algérie est une société inégalitaire : les juifs ont obtenu la citoyenneté française en 1870, les
musulmans ont dû attendre 1944. Mais leurs droits sont bafoués par le statut de 1947 qui
donne aux pieds-noirs, minoritaires, le même nombre de députés que les musulmans neuf fois
plus nombreux. Les élections sont de plus truquées : elles favorisent des musulmans pro-
Français.

Les indépendantistes algériens se


sont renforcés et voient dans l'échec
de la domination française en
Indochine un encouragement pour
se lancer à leur tour dans une lutte
armée contre la France. Mais leur
position s'est radicalisée dès le 8 mai
1945 lorsque les autorités françaises
ont eu recours à la violence et
massacré des milliers de personnes à

34
Sétif et Guelma. Le novembre 1954, la « Toussaint rouge», série d'attentats contre des intérêts
français et des musulmans pro-Français, marque le début de la guerre d'Algérie. Le FLN (Front
de libération nationale) va prendre peu à peu l'avantage sur les autres mouvements
indépendantistes, en particulier le Mouvement national algérien créé en 1954 par Messali
Hadj.

À partir de 1956, après s'être contentée de donner des moyens à la police locale, la France se
lance dans une politique de fermeté en Algérie : elle envoie le contingent. Il y a une politique
de répression qui est soutenue par le million de pieds-noirs algériens.

2. Une indépendance par les urnes mais un bilan humain terrible.

Sous la pression des pieds-noirs, de l'armée et de ses partisans, le général de Gaulle est
rappelé au pouvoir en 1958, mais la situation est délicate. Le FLN ne réussit pas à s'imposer
militairement face à l'armée française, mais gagne de plus en plus de partisans, jusqu'en
métropole. À Paris, des travailleurs algériens favorables aux autres mouvements
indépendantistes sont assassinés. La guerre d'Algérie oppose ainsi des Algériens partisans du
FLN, du MNA ou de l'Algérie française (harkis) à la fois en métropole et dans la colonie.
Pourtant, l'opinion publique française n'a pas tout de suite pris conscience de la gravité de la
situation. Peu à peu, les Français métropolitains se divisent eux aussi sur la question
algérienne.

De Gaulle constate rapidement l'impossibilité de mettre fin à la guerre . Malgré l'opposition des
pieds-noirs et la création de l'OAS (Organisation de l'armée secrète : mouvement terroriste
clandestin des partisans extrémistes de l'Algérie française), il entame des négociations avec le
FLN. En 1961, les Français approuvent par référendum l'autodétermination de l'Algérie. Le
processus d'émancipation aboutit à l'indépendance du pays lors des accords d'Évian signés en
1962.

3. Le FLN et l'armée algérienne s'emparent du pouvoir.

Politiquement, le FLN est le grand vainqueur de la guerre d'indépendance : en 1962, il a


éliminé tous les mouvements rivaux et a triomphé de la puissance coloniale. Mais il est divisé
en factions rivales. Il est finalement pris en main par Ben Bella, puis par le colonel Boumediene
qui prendra le pouvoir avec l'appui de l'armée en 1965.

La politique de l'Algérie indépendante est fortement influencée par la violence de la guerre de


décolonisation. Elle se fonde tout d'abord sur une rupture totale avec la France : les pieds-noirs
ont dû quitter l'Algérie à partir de 1961, de même que la plupart des harkis (Algériens partisans
de l'Algérie française). Ceux qui n'ont pas pu fuir sont victimes de représailles : il y a des
milliers de morts.

Avec la Constitution de 1965, Boumediene met en place un régime autoritaire avec un parti
unique (le FLN) et donne une place politique importante aux chefs militaires. L'Algérie se
construit sans démocratie.

35
Tout se déroule dans le période de la IV République, qui était un période d’instabilité politique
en France. C’est pour ce là que le président de l’époque à un besoin d’appeler Charles de
Gaulle (image de la résistance française) pour donner une solution à la guerre d’Algérie parce
que las forces politiques ne peuvent pas trouver une solution. Finalement en 1958 Charles de
Gaulle fonda la V République.

Caractéristiques du conflit

a. Le commence du conflit commence par une réponse algérienne qu’était très violent,
et pourtant les françaises font la-même chose.
b. Conflit armée et attentats.
c. Traumatisme pour la France, parce que la répression et les combats étaient très durs.
d. Tortures.
e. À partir de la violence française sur les algériens se fondera un groupe de personnes
insoumis qui dénoncera la question de la torture de France sur l’Algérie. On peut
voir que certains intellectuels écrivent un manifeste pour dénoncer l’intervention
militaire en l’Algérie. Mais, il y a aussi des intellectuels qui sont partiaires de
l’intervention armée et la répression dans l’Algérie.
f. Manifestations et émeutes dans la rue.
g. Les harkis: musulmans qui forment partie des milices et aident l’armée algérienne.

Quand de Gaulle arrivé au pouvoir, il faire le chemin sur l’indépendance et la décolonisation de


l’Algérie. C’est pour ça que la France dira qu’il était un traître (parce que le gouvernement était
en contre de la décolonisation).

- La population qui était enracinés va récupérer sa patrie.


- Francis Janson (L’Algérie hors en l’or) : le livre/dictionnaire d’idéologie qui
traite l’indépendance de l’Algérie.
- Il y a un manifeste des droits qui dit que la question algérienne est une
manipulation de l’URSS. C’est pour ça que Camus participé de une forme
très discret, parce qu’il croit que il y a des intérêts obscurs. Donc, le
mouvement s’épandu sur tout le monde arabe.

L’exode des pieds noirs

L'exode des Pieds-Noirs ou rapatriement des Français d'Algérie suivant l'appellation du


gouvernement français, désigne les vagues successives de migration de la communauté pied-
noir des départements français d'Algérie vers la France métropolitaine (et tout
particulièrement la "vague" massive d'avril à juillet 1961) à la fin de la guerre d'Algérie qui a
débouché sur l'indépendance de l'ancienne colonie de peuplement, composée de
départements français de 1848 à 1962. Plusieurs générations de Pieds-Noirs, dits « Européens
d'Algérie », ont vécu en Algérie française de 1830 à 1962. Les Juifs d'Algérie étant présents
dans le territoire par plusieurs migrations d'une période allant de l'Antiquité au XVIIe siècle.

Cette situation était traumatisante pour les unes et pour les autres, dans la politique, la
société, et toutes les personnes.

36
Il y a un période de décolonisation silencieuse (). La colonie noire et africaine obtenu
l’indépendance d’une maniéré tranquille, à différence de l’indépendance de l’Algérie. Il y a une
explication, et c’est que les françaises ont une mieux implication existentielle et personnelle
dans ce pays. À côté de cela se la forme une organisation qui regroupe des pays qui ont un rôle
de tutelle, donc il y a une espèce de collaboration entre les puissances pour fixer la situation de
l’indépendance. Mais, la France continuera d’avoir la tutelle des pays décolonisés, qui
s’appellent : la France-Afrique. La France était présente en l’économie, éducation et
administration africaine, c’est pour ça que tout se déroule d’une façon plus tranquille que dans
les périodes de violence et manifestation.

- Bokassa (dictateur africain) : est un ancien président de la République


centrafricaine (1966-1976), autoproclamé empereur sous le nom
de Bokassa Ier de l'Empire centrafricain (1976-1979).
- Léopold Seder Senghor, né le 9 octobre 1906 à Joal, au Sénégal, et mort le
20 décembre 2001 à Verson, en France, est un poète, écrivain, homme
politique sénégalais et premier président de la République du Sénégal
(1960-1980) et il fut aussi le premier Africain à siéger à l'Académie
française. Il a également été ministre en France avant l'indépendance de
son pays.

Il est le symbole de la coopération entre la France et ses anciennes


colonies pour ses partisans ou du néo-colonialisme français en Afrique
pour ses détracteurs. Sa poésie essentiellement symboliste, fondée sur le
chant de la parole incantatoire, est construite sur l'espoir de créer une
Civilisation de l'Universel, fédérant les traditions par-delà leurs différences.
Par ailleurs, il approfondit le concept de négritude, notion introduite par
Aimé Césaire qui la définit ainsi : « La Négritude est la simple
reconnaissance du fait d’être noir, et
l’acceptation de ce fait, de notre
destin de Noir, de notre histoire et de
notre culture. ».
De Gaulle

Pétain veut collaborer avec le gouvernement allemand,


mais de Gaulle refusa. Bien qu'il fût déjà important dans
la Première Guerre mondiale n'est pas jusqu'à la seconde
où son nom s’anime. Enfin exilé avec sa famille à Londres
et à partir de là commence la résistance, qui est connu
comme le régime de Vichy (résistance). Il y avait d'autres
exilés qui étaient contre le racisme et la politique d’Hitler.
Invite plus tard à la radio BBC avec un texte positif qui
parle de combattre et s'opposer à l’ennemi de ne pas être
vaincu. À partir de ce moment-là devient l'image de la résistance. Lorsque la Seconde Guerre
mondiale se termine en 1945 de former un gouvernement provisoire, qui est différent par
rapport aux autres partis politiques, ce qui conduit finalement à la formation de la IVe
République. Cependant, il n'était pas d'accord dans la planification de cette république. C'est à

37
partir de 1946, lorsque l’IVe République commence à courir, jusqu'à ce qu'il se termine en
1958.

De Gaulle a préparé un projet politique pour la France parce qu'il croyait que l’IVe République
n’a pas fonctionné de la meilleure manière. C'est pour ce raison qu’il a démissionné et revenu
en 1958. Les événements qui ont conduit à revenir au pouvoir étaient les suivants:

- Le problème de l'Algérie (en faveur d'une Algérie française).


- Retour à la condition d'avoir tout le pouvoir (fournie comme un
dictateur). Il y a une Assemblée nationale avec les différentes parties et il a
été nommé Président du Conseil d'administration et la charge de la
réforme de la Constitution. Ces réformes sont importantes, car elles
signifient la chute et la séparation de la IVe République et l'émergence de
V.

1958-2000

En Octobre 1958, de Gaulle a été élu président du Conseil des Ministres et l'a nommé
responsable d'une série de réformes. Ensuite, parlez de la réforme constitutionnelle et soumis
à un référendum. La modification est approuvée par une majorité de 80%, et depuis ce
moment jusqu'à maintenant vit en France V République.

Le général de Gaulle était un homme politique pragmatique qui a mené sa performance dans
les circonstances, ne sont généralement pas régies par des principes inviolables qui permettent
d'atteindre les objectifs souhaités. Par conséquent, l'évaluation de ces principes ne peut être
comprise comme une doctrine stricte. Gaullisme est, en principe, une philosophie politique
qui intègre les éléments suivants :

La France a fait de grandes choses dans le passé, est l'une des nations les plus importantes du
monde, avec une tendance à un destin commun de tous les Français (les Croisades et la
cavalerie, le Grand Siècle de Louis XIV et la splendeur de la culture française à travers l'Europe,
avec la Révolution française et de la bataille de Valmy). D'autre part, la France a toujours été
tentée de battre en retraite en raison de leurs propres luttes internes (politique, social,
intellectuel) pourquoi sont tombés en décadence.

Par conséquent, cela pourrait donner le meilleur d'elle-même et prendre la tête des nations, la
France devrait être sous le commandement d'un chef / État / projet fédérateur, articulé par
des institutions politiques (avec un système à deux partis efficace), économique et social (ce
plan d'unification basé sur une forte implication sociale), approprié pour éviter les luttes
intestines.

Dans le gaullisme est donc cette philosophie patriotique de l'humanisme, héritière du


christianisme : De Gaulle a participé dans les milieux chrétiens-démocrates d'avant-guerre,
reprend également les influences de la Révolution française. Par conséquent, au niveau
politique, le gaullisme traditionnel recommande :

38
- Indépendance de la France, en rejetant les organisations supranationales
(ONU, Communauté européenne, OTAN), et l'influence des grandes
puissances (Etats-Unis) ou les pouvoirs économiques et financiers. Cette
indépendance est défendue dans les domaines politiques, économiques,
culturels, diplomatiques et militaires.
- Un exécutif fort (système présidentiel) et stable (tendance bipartisme à
obtenir une majorité claire), mais plongé dans une puissance de cadre
républicain et démocratique.
- Élection du chef de l'État dans suffrage universel direct, souvent recourir
au référendum).
- Le regroupement de tous les Français, au-delà de la division gauche-droite
(ce qui serait une source de dégradation), par une relation directe avec le
patron.
- Le rejet du libéralisme économique classique, en faveur d'un avec une
vision proactive (planification, d'aménagement du territoire, les grands
projets publics, le keynésianisme, etc.) économie de l'État.
- Le double refus du capitalisme plus libérale (comme l'exploitation d'une
classe par une autre) et le socialisme révolutionnaire basé sur la lutte des
classes, à la recherche d'une «troisième voie» sociale. Au-delà de l'avancée
de la protection sociale, la participation (aux bénéfices, aux décisions
relatives à la propriété de l'entreprise), aussi appelé « partenariat capital-
travail " doit réconcilier les Français entre eux, au service des idéaux de
justice et l'efficacité.

Dans la pratique, ces principes sont reflétés dans un modèle pragmatique qui rejette
restrictions idéologiques, afin d’atteindre les objectifs (indépendance et l'influence politique
de la France en matière de politique étrangère, l'unité intérieure service d'un projet
patriotique).

Chirac: Premier Ministre du Conseil des Ministres dans la V République (1974-1978).

Réforme de 1958

- Il se compose du préambule constitutionnel de l’IVe République, la


Déclaration des droits de l'homme et du Citoyen (1789) et la Charte de
l'environnement (2004), qui est connu comme un bloc constitutionnel.

- Le président est responsable de la défense et de politique étrangère.

- OEA: groupe terroriste qui menace de Gaulle en 1962. Après cela décidé
de renforcer le pouvoir politique sur lui.

- Référendum 1962: obtenir 65% des votes dans laquelle le président est élu
au suffrage universel. Les votes se déroulent en deux tours, pour un parti
nul. Celui qui gagne obtient le pouvoir et les autres parties peuvent choisir
ou se retirer ou se joindre à l'une des parties gagnantes.

39
- Le système démocratique est encore en cours et de l'Assemblée est de
faire des lois.

- De Gaulle fonctionne pour l'expansion du capitalisme et de la réforme de


l'économie française. France commence à travailler sur l'ordinateur ou
dans le domaine de l'aérospatiale. Renforcer la maniéré politique et
économique.

La Concorde (1960-2003)

En 1965, il y a une baisse dans le gouvernement de de Gaulle, alors il décide de quitter le


pouvoir. En 1962, il y a des élections qui donnent la victoire à l'UNR. Cette année est cruciale,
car elle est la dernière étape de de Gaulle.

L'intervention dans la politique étrangère de de Gaulle devient plus forte. Dans les 60, États
que la France doit être indépendante des liens économiques des autres pays, à savoir la France
devrait être gratuit. Établit plus tard relations avec la Chine, même s'il ne partageait pas son
idéologie communiste maoïste. Puis, en 1967, Israël envahit palestinienne et De Gaulle est
positionné contre les Israéliens. En outre, il critiquer l'intervention américaine dans la guerre
du Vietnam.

- Gardez à l'esprit que, bien que le système était démocratique, le pouvoir


présidentiel était très grande et peut prendre des décisions à la fois de la
politique intérieure et étrangère.

Politique culturelle

A cette époque il y avait un lien entre la culture et l'État. En 1959 (un an après le retour de De
Gaulle) est Ministère des Affaires culturelles. On peut noter à ce moment André Malraux
(1910-1966), qui faisait partie de la résistance de l'entre-deux guerres. Écrire des romans
comme L'espoir (de la guerre civile espagnole) et La condition humaine qui sont principalement
intéressés à l’acculturation de la société. Il était un militant impliqué dans les mouvements
intellectuels contre le nazisme (des années 30). Il sera également un fervent partisan de De
Gaulle et de collaborer ensemble sur le plan politique.

- La démocratisation de la culture: Malraux crée des maisons de la culture


pour tout le monde d'avoir accès. La première sera en Algérie, et son
premier directeur sera A. Camus.
- Cette politique s'applique à la fin de la guerre.
- Ces lieux avaient effectué des ministères et des activités qui impliquaient
un coût élevé du financement.
- Bâtiments ou structures afin abandonnés utilisés ou qui ont d'autres types
de services tels que le théâtre.
- Cette idée est exportée à l’étranger.
- Logique irrationel.

L'idée que l'Etat de participer à la vie culturelle suit également Jacques Lang (1981-1989). Ce
caractère encourage les activités culturelles de la même manière que son prédécesseur. Leur

40
arrivée est essentielle pour le monde de la culture, qui a atteint son hauteur maximale. Effet,
pour plier le budget de la culture. Encourage également les arts mineurs, et fondèrent des
écoles de photographie, le design, le théâtre, le cirque ou l’apprentissage. A partir des années
soixante dirigera un projet audiovisuel contre les États-Unis comme un partenariat avec
l’Europe, qui consistait à promouvoir la culture européenne. Était à la recherche de la
coopération de tous les pays européens sur le territoire de l'audiovisuel (TV Chaîne ART). Par
ailleurs, il y a une très solide ensemble d'une action concertée co- participation entre tous les
pays européens à développer leur culture (par exemple des films).

- Les Chantiers du Président.


- L'Opéra-Bastille est construit.

Malraux : Il était un promoteur de la culture parce qu’il aimait l’aventure et la politique. Il est
une des plus importants personnages de la V République dans la côte de la culture. Il était un
admirateur de la littérature espagnole, et il écrit ouvres comme L’Espoir (de la guerre civile). Il
était anticolonialiste, républicain et Ministre de Culture depuis sa participation dans la
Résistance.

Les crises de mai, 68 (dernières années de De gaulle)

On désigne par le nom de Mai 68 un ensemble de mouvements et manifestations survenus en


France, en mai-juin 1968. Ces événements constituent une période et une césure marquante
de l'histoire contemporaine française, caractérisées par une vaste révolte spontanée, de nature
à la fois culturelle, sociale et politique, dirigée contre la société traditionnelle, le capitalisme,
l'impérialisme et, plus immédiatement, contre le pouvoir gaulliste en place. Enclenchée par
une révolte de la jeunesse étudiante parisienne, puis gagnant le monde ouvrier et
pratiquement toutes les catégories de population sur l'ensemble du territoire, elle reste le plus
important mouvement social de l'histoire de France du XXe siècle.

L'éclatement spontané de la crise prit complètement au dépourvu le pouvoir, ainsi que


pratiquement toutes les organisations, partis et syndicats organisés. Le camp du pouvoir ne fut
pas plus uni que celui de la contestation. Le Parti communiste français et son relais syndical, la
CGT, refusèrent dans un premier temps de joindre leur cause à celle des étudiants vus comme
« bourgeois » et a fortiori de leurs dirigeants d'inspiration libertaire ou issus des divers
groupuscules « gauchistes ». Ceux-ci étaient souvent eux-mêmes divisés (maoïstes, trotskistes,
etc.), dans sa frange la plus nombreuse, libertaire anti-léniniste, et incertains quant à l'attitude
à avoir face au mouvement. Au sommet de l'État, la crise aggrava les divergences entre le
général de Gaulle, peu compréhensif envers ce qu'il qualifie le 19 de « chienlit », et partisan
d'une répression immédiate, et son Premier ministre, Georges Pompidou, qui préféra jouer la
carte de la modération et de la compréhension pour mieux laisser le mouvement s'essouffler
de lui-même. Les forces centristes et les gauches (Pierre Mendès France, François Mitterrand)
tentèrent difficilement de canaliser vers la construction d'une alternative politique au régime
gaullien, un mouvement largement indifférent à la question de la prise du pouvoir.

Les historiens divisent classiquement le déroulement de Mai 68 en trois phases, une « période
étudiante » du 3 au 13 mai (le 13 mai est la date de la grande grève qui a mobilisé tous les

41
secteurs), une « période sociale » du 13 au 27 mai (la date des accords de Grenelle), et une
«période politique» du 27 mai au 30 juin (date des élections législatives).

Avant comme après le rejet par la base, le 27 mai, des accords de Grenelle, négociés par le
Premier ministre Georges Pompidou avec les syndicats, Charles de Gaulle apparaît dépassé par
les événements. Après sa disparition-surprise de 24 heures le 29 mai, il revient de Baden-
Baden et reprend l'initiative en décrétant la dissolution de l'Assemblée nationale.

La lassitude et le retournement de l'opinion publique, initialement favorable au mouvement,


amènent un raz-de-marée gaulliste aux élections anticipées du 30 juin. Les grèves cessent
progressivement courant juin et les hauts-lieux de la contestation, tels que la Sorbonne et
l'Odéon à Paris, sont évacués par la police.

Mai 68 a suscité, dès l'époque, de nombreuses controverses et interprétations divergentes sur


sa nature, sur ses causes, comme sur ses héritages. Il s'est prolongé en ouvrant la voie à de
nouvelles formes de contestation et de mobilisation des années 1970 tel que l'autogestion,
l'écologie politique, les mouvements féministes, la décentralisation, le « retour à la terre », le
réveil des cultures provinciales, etc.

Sans débouché politique, l'événement a eu un impact considérable sur le plan social et surtout
culturel, en étant à l'origine de nombreux «acquis sociaux» et de nombreuses réformes
sociétales des années suivantes.

Autres mouvements

- Révolte de Prague (Janvier 1968), ils voulaient un socialisme plus juste, et se rebeller
contre le communisme et le socialisme taxe. L'idée du socialisme était plus ouvert et
humain.
- Mai 1968: Il y aura des affrontements entre étudiants et la police (également en
Californie, Chicago).
- Avril 1968: Assassiner de M. L. Roi.
- Émeutes dans Varsovie.
- Les émeutes au Mexique.

Conséquences

LES ACCORDS DE GRENELLE (négociations menées par J. Chirac)

- Le salaire augmenté un 35 %.
- Création d’une section syndicale d’entreprise.
- Quatrième semaine de congés payés.

DISSOLUTION DE L’ASSEMBLÉE NATIONALE (30 juin, 1968)

Les élections législatives de juin 1968 voient la très large victoire des gaullistes, regroupés dans
le parti renommé pour l'occasion Union pour la défense de la République. On s'est beaucoup
interrogé sur ce retournement de la peur, tant les médias donnaient l'impression que la
population penchait pour le mouvement étudiant. Au fond personne à gauche n'avait donné

42
l'impression de maîtriser ce qui se passait et la solution paraissait être provisoirement en
dehors du mouvement, dans la stabilité institutionnelle.

Referendum sur la régionalisation du rôle du Senat (1969) et le départ du général De Gaulle

Le général de Gaulle avait souhaité un référendum en mai 1968. Georges Pompidou avait
plaidé et obtenu la dissolution de l'Assemblée nationale. De Gaulle ne renonce pas à son projet
de référendum. Il perçoit que mai 1968 a mis en exergue un besoin de démocratie plus direct
et plus proche du peuple. Il imagine de décentraliser certains lieux de décision et de refonder
le Sénat en changeant profondément ses critères de recrutement. C'est l'objet de ce
référendum. Il met tout son poids politique dans la balance en promettant de partir si les
Français répondent «non». Le non l'emporte avec 52,41 % (80,13 % de votants, 77,94 % de
suffrages exprimés). Comme il l'avait indiqué, le général de Gaulle part.

Expressions sur la rue : les expressions interdites

Mai 68 a été une révolte de la parole. Tout le monde écrivait et fait des peintures sur les murs.
Et le graffiti était le plus populaire.

- Métaphores de l’attitude qu’il doit prendre (<<ne prenez pas le ascenseur, prenez les
escaliers>>).
- Critique du matérialisme et la prospérité.
- Besoin d’avoir présence sur la vie politique, sociale et culturel de la patrie.
- Les slogans sont en contre de la posture absolu de de Gaulle.
- Dénonciation de la maniéré de faire politique de de Gaulle.
- Commencer un nouveau système d’administration et éducation. Il faut détruire le
système.
- Slogans réalistes, demandes de l’impossible.
- Points des vus orthodoxes : être libre, imaginative, avoir autres points de vu, liberté
sexuelle...
- L’union de l’esthétique et la politique.

Il faut faire une revendication pour cherche une nouvelle société avec une structure
complètement différente. Ils étaient en contre du système d’autorité pyramidale/horizontal. Ils
ne reconnaissent pas l’autorité. Donc, le bilan est d’une société plus libérale, démocratique et
hédoniste, et plus égalitaire. Mais ça devrait être faire d’une manière immédiate. La vie est vue
comme un espace ou on doit rechercher le plaisir immédiate. Il y a aussi des principes
d’égalisation et d’hédonisme démocratique : il a eu des réformes sociales, et plus égalité entre
les hommes et femmes. Les idées féministes sont arrivées dans cette époque. Dans l’université
les étudiants participent dans les conseils en l’administration. Il y a un développement sur les
droits des minorités.

- Critique à l’Islam (féminisme occidentale).

ALBERT CAMUS

43
Albert Camus est un très important à l'époque de la fin de la Seconde Guerre mondiale
caractère. Il est un moment où le monde est divisé en un bloc communiste et l'autre
capitaliste, qui sont pleinement pris en compte.

- L’Épuration : ceux qui collaborent avec les allemandes ou fascistes.


- L’idéologie était plutôt fasciste.

Camus et Sartre seront deux personnages très influents et devenir une partie de la résistance.
Sartre, par exemple, était très dialectique et a été guidé par la branche de la philosophie, a été
très brillant à disputer. Toutefois, Camus ne sera pas à leur niveau. Bien que les deux faisaient
partie des idéalistes communistes avec Beauvoir, quand une confrontation entre Sartre et
Camus est celui qui perdra.

La philosophie était l'un des fondements qui ont guidé la tendance culturelle de l’époque, si
cela est également développé dans les écoles. L'adolescent a été considéré comme l'avenir,
donc ils savaient qu'il était important de penser, de parler et de la raison ...

Clés pour comprendre la pensée de Camus

Le problème de l'Algérie est l'un des fondements de sa pensée. Il a été très impliqué parce que
son père est né en Algérie, alors qu'il était très attaché à ce territoire. Camus sera contre le
nationalisme, mais aussi contre le FLN (formé par les Algériens voulait l’indépendance). Son
travail sera de comprendre ce problème et il mettra toute sa sensibilité. Cependant, sa mère
était espagnole ce sera aussi admirer cette culture. Il y aura toujours fidèle à son admiration
pour les exilés d'Espagne et de la guerre civile. En fait, il y aura de nombreux exilés en France et
il y aura un de ces intellectuels qui défendront ceux qui doivent quitter l'Espagne où le régime
de Franco est accepté par l’UNESCO.

- L'État du siège sud et Révolte Et Les Asturies : deux ouvrages clés pour comprendre la
pensée de Camus. Ils sont des éléments importants pour lesquels des clous toutes ses
pensées et toutes les critiques.

Pendant ses premières années était très pauvre et il avait aussi pour faire face à la mort
prématurée de son père (alors qu'il était âgé d'un an). En fait, il est mort dans la bataille de la
Marne. Par conséquent, il sera élevé par sa mère et sa grand-mère. Sa mère avait un caractère
beaucoup plus doux : il était sourd, muet et presque ne savait pas lire, mais sa grand-mère
avait un caractère beaucoup plus forte. Elle sera l'un des points les plus importantes de sa vie,
parce qu'il va agir comme son protecteur. Ils ont très bien compris et le fait passer entre eux
par la misère et la pauvreté, les plus unis.

Dès son plus jeune sera passionné de football et le théâtre. Pour lui le football est important
car il a enseigné la morale, la passion, l'unité et la complicité de l’équipe. D'autre part, l'art du
théâtre enseigné, l'imagination et la manière d’exprimer.

A 17 ans, il découvre qu'il est atteint de tuberculose, qui sera également influencer votre façon
de penser. Par exemple, vous ne pouvez pas étudier dans une grande école qui était importants
et qui étaient tous des intellectuels. Et pendant la Seconde Guerre mondiale ne peut pas être

44
soudé. Ce sont deux clés importantes qui limitent leur existence et qui lui fait plus combattant.
Par conséquent, il est important de noter que Sartre venait d'un milieu totalement différent. Sa
famille était bourgeoise, a toujours eu de l'argent et a été consacrée à la lecture. Il a toujours
su qu'il serait un homme public, influent et important.

Camus se rendra à Paris où il fera partir un écrivain de journal ( ). Tout cela se passe à partir de
l'année 45. Hors de penser que c'est une partie de la Rive Gauche ou Saint- Germain, ou tous
les groupes d’intellectuels.

Ils se marient et divorcent, et feront également partie du Parti communiste. Toutefois, ce


match a été expulsé parce qu'il avait pris le parti de la partie algérienne. À partir de
maintenant, écrit l'un de ses textes les plus importants, un essai intitulé "Noces“. En elle, nous
pouvons voir toute la passion qu'il éprouvait pour l'Algérie. Sur la façon de décrire ce que nous
voyons est son amour de la nature et de ses habitudes. Admirez toute la richesse que possède
l'Algérie sur la pauvreté et la misère. Un Camus aimait la littérature, la vie, la nature..

Il y a deux idées qui font leur pensée. Et cela peut être divisé en étapes :

- L'absurde au cours de cette période de l'existence de la vie, des humains: Lira


L’étrangére, Le Mythe de Sisyphe, Caligula et de L'incompréhension (théâtre).
- L'absurde (XIII) pour écrire un texte très important est appelé l'homme et l'étage du
Révolte Serge. Il y a un autre livre intitulé "Lettre à un ami allemand".

Il lui-même un artiste considéré, et l'artiste par excellence était le créateur et propriétaire de


l'art. Quels sont les artistes faire est de créer des œuvres qui ont pour fonction de montrer la
réalité de la pauvreté et de l'union de l'homme à lutter contre l'injustice. Vous allez écrire
autant le théâtre comme un roman, l'examen et les articles de presse. En outre, lui sera
écrivain qui expriment également leurs idées et représentent la réalité, peuvent écrire et
savent comment utiliser les ressources. La composition et le style sont très importants.

L'intérieur du théâtre a quatre œuvres majeures (nous avons déjà nommé), mais aussi
consacrée à l'adaptation d'autres pièces (comme les romans de Faulkner). Il a également
adapté Le Chevalier d'Olmedo et la dévotion de la Croix.

Il y a une confrontation en cours entre Sartre et Camus. Mais quand Camus est mort, Sartre
avait gagné la bataille, il se rend compte de l'importance et Hect intellectuelle de Camus.

Le mythe de Sisyphe (la notion de l’absurde)

- Naître pour mourir est un absurde.


- Il y a la conscience de que si le petit bonheur se va, il n’aura pas bonheur.
- Le bonheur est sur les petites choses.
- Sisyphe est un héros.
- L’homme à de raison de vivre, donc ça indique qu’il a conscience de la servitude et de
l’absurde du monde. Le suicide est une partie importante, parce qu’est la raison de cet
absurde, de cette folie.
- Il parle de la justice (Carte a un ami allemand).

45
- Il changé le concept de révolte à révolution. Il était partisan de la révolte (il y a des
choses dans la vie que l’homme ne devrait pas supporter), mais la révolution, est la
raison pour laquelle l’homme doit fait une révolte. Il accepte la violence dans quelques
circonstances. La révolution doit libérer tous les autres. Pour il : la révolte oui, mais la
révolution non. L’État ne devrait pas participer dans ce mouvement.

PIERRE BOURDIEU (1930-2002)

Il était une des figures culturelles très importantes dans son époque. Il était un grand critique
de notre société. Il va a critiquer tous les mécanismes, de forme profonde, qui sont dans notre
société. Il était philosophe, romancier et homme de théâtre. On le peut qualifier aussi de
sociologue.

Il va vivre dans une époque avec des évènements/expériences importants qui vont modifier
toutes ses idées. Ces évènements sont : l’internat et l’Algérie. Bourdieu était un homme
d’origine rurale, de la France profonde et dans cette époque, quand tu vivais dans un petit
village, tu dois étudier dans le petit collège et après aller à une grande ville pour finaliser les
études. Donc, dans les années 45 ils cherchent les étudiants très brillants, excellents. Il était un
normalien (personne qui étude dans l’École Normal Supérieur dans la rue d’Ulm). Donc, à la fin
des études à l’ENS les étudiants passent à l’Agrégation (agreg(é)). Mais, il va réussir les études
de l’Agrégation comme Sartre et tous les autres. Donc, en 1955 il a fini ses études et sera
professeur de lycée et commencera sa thèse doctoral. Après il va faire le service militaire et à
partir de ce moment-là il va a commencer à avoir des idées a faveur de l’indépendance
d’Algérie (parce que là il fait son service militaire). Après sa morte on va lire un libre ou il
raconte son expérience dans l’Algérie.

L’internat était une des choses plus importantes dans sa vie parce que là il aura des
expériences terribles. Il était un milieu très dur physiquement et physiologiquement. Les
dortoirs étaient petits et les bains qui s’appellent « bains à la turque » étaient d’ors. Aussi, la
structure de l’édifice était très antique. Donc, il était une expérience très dure. Il aura aussi des
expériences de compétitivité, violence pour faire se respecter, les professeurs très durs et
strictes. Il va comparer cette expérience avec les hôpitaux physiquiatriques et les prisions.
Aussi, il ne pourra pas avoir communication avec ses parentes parce que d’une certaine
manière il était une personne privilège. L’internat suppose vivre comme les bourgeoises ou
personnes qui avaient plus d’argent que lui. Donc, il a le sentiment de qu’il était différente. Il
sortira une batte/blouse simple, grise… avec une corde comme ceinture. Il ne porte pas les
mêmes vêtements que les autres étudiants. Il y a un peu de discrimination, parce que les
autres ont d’argent, mais il n’a pas donc ils n’étaient pas ses amis. Il y a comme des groupes :
ceux d’une bonne famille, et comme lui, ceux qui viennent de l’internat et qui étaient pauvres.
Finalement il sera professeur dans le Collège de France.

- Le Collège de France (XVI) est très antique, et là, Bourdieu donné des courses.

Dans une côte il y a la fortune de pouvoir avoir à le Collège, mais d’ailleurs il va a écrire une
ouvre : La reproduction. Là, il évoque l’école et les valeurs bourgeoises de la société, les
inégalités et l’école ne libératrice comme il devrait être.

46
L’Algérie sera sa chance parce que il va a découvrir-là se vrai vocation. Il va faire le service
militaire et restera encore deux ans dans l’Algérie (1960/61). Il était professeur de philosophie
dans l’université et rapidement il va a découvrir que ce qui le passionné est la sociologie.

Il commence à penser aux idées de liberté, révolution, égalité, fraternité, le peuple… et donc le
colonialisme. Il pense aussi à la violence et la discrimination dans l’Algérie, et aussi aux
problèmes politiques et la misère du peuple. Mais aussi les autres groupes d’intellectuels qui
parlent comme lui de la réalité sociale et de la misère. Il aimerait de savoir la vérité de ce qui
passe dans le monde. Donc, l’Algérie était aussi une expérience de formation. Il aura une
connaissance sociale qui le servira pour tous ses études de sociologie.

Il va a découvrir le bénéfice de la photographie pour représenter la réalité. Il fait belles photos,


très humaines. Pour il la photographie est une autre manière, très sociologique, de voir le
monde.

L’expérience de l’Algérie

- Le colonialisme (qui dit colonialisme dit pouvoir) : il va parler des mécanismes de


pouvoir.
- Sensibilité à la misère du monde (1993).
- Il va lire la sociologie d’Auguste Compte (positivisme). Il va étudier la physique,
mathématique, astronomie… et partout la nouvelle science qui est la sociologie. Il va
définir l’objet de travail de la sociologie (le fait social).

La sociologie est comme une philosophie qui reflet les faits sociaux. Il étude aussi les
constantes qui sont à la base de ce grand phénomène. Il va comparer le pouvoir et la pauvreté,
donc il les va comparer. Il va parler de ses caractéristiques, des injustices et las conséquences.
Il va dénoncer tous les injustices d’une manière radicale. On parle d’un monde riche et grand
dans une côte, et dans l’autre on a le monde politique. Il va démontrer la société pour mettre
en évidence ce qu’il y a dans le sol de la société. Il va analyser aussi l’économie pour faire
comprendre sa importance dans le fonctionnement de la société. Il parle de changer la
structure de la société. La société est très jerarquise et on doit changer de la base. Il a eu
importance international avec ses ouvres : La distinction. Il parle des goûts et dit que ça
dépende du milieu social, de l’éducation qu’on a eu, de la formation… Et il dit aussi que ça
détermine notre position sociale. Il y a une autre ouvre importante pour le monde de la
philologie : Les règles de l’art. Cette ouvrage est difficile et longe. Il décrit les chances littéraires
et donne concepts intéressants : un chant littéraire et le capital symbolique.

- Le capital symbolique : il parle d’une violence symbolique profonde et interne. Pour


Bourdieu ce concept est les choses qui nous appartiennent. Grace a son formation on a
différents types de biens : les physiques et ceux qui sont difficiles à définir. Ceux sont
les couleurs ou les goûtes, l’expression, la manière de parler, de marcher…

Il y a une autre ouvrage : Sur la télévision. Il est très difficile aussi parce qu’il y a beaucoup
d’expressions et de paradoxes. Il ne veut pas aller sur la télévision parce qu’il était un
intellectuel. Donc il sera accusé de refuser le dialogue. Il aura des polémiques avec le média. Il
critique aussi le machisme et le pouvoir de l’homme sur la femme.

47
- La violence symbolique est dans les rapports sociaux. La sociologie doit finir avec
cette violence.
- Il critique le fonctionnement de la société parce qu’est très burocratique.

JEAN PAUL SARTRE

- La Nonsée (1938) : c’est un livre qui entre dans le mouvement du


socialisme-nihiliste. Avec le personnage intellectuel de A.Rosquetin, il
explique le problème terrible des doutés qui provoquent la question de
l’existence. Cet existentialisme parle de l’absurde de la vie. Ici, le héros ne
participe pas dans l’histoire. N’est pas un nihilisme totale parce qu’il y a
une relation très forte avec l’art.

Il y a une évolution dans l’existentialisme à cause de la guerre. Sartre était dans la guerre et
était capturée, et a participé activement dans la résistance avec Simone de Beauvoir. Cette
expérience a eu influence sur la vision de la réalité, qui sera plus optimiste. Il dit que l’homme
est homme parce qu’il doit chercher son histoire. L’homme s’applique dans l’histoire. L’idée
d’engagement vient de cette idée. Ici, le héros participé dans
l’histoire (la meilleure existence est celle qui est potence).

- Pièces de théâtre : le théâtre est une


manifestation artistique qu’a un message
directe, immédiat.
- Les mains sales (1952).

Sartre était un activiste des années 60, ou il écrit moins mais


participait activement dans la vie politique. La révolution était
dans la rue (comme en 1968). C’est pour ça que la position de la
gauche était très extrême : par exemple il a dirigée des publications comme « la cause du
peuple » ou « libération », qui sont très extrêmes.

À la fin de sa vie Sartre a eu une vie politique aussi extrême et active qui s’approche au
maoïsme. Après la révolution de 1968 (étudiants et ouvriers), il remarque sa position e se
interroge lui-même. Il y a aussi une façon littéraire avec ouvres de théâtre, romains…

L’écrivain pour Sartre doit toucher et être en contact avec la réalité. Le concept d’écrivain a une
connotation négative, donc il doit être en consonance avec son époque. La littérature qui est
en contre de l’écrivain engagée doit être cryptique et obscure (Mallarmé). Les poèmes sont
très difficiles d’interpréter parce qu’il y a beaucoup interprétations qui peuvent être une
critique de caractère social. Le poète doit parler de la réalité. Pour-il, il y a une crise dans la
littérature et la société, donc il y a une vision très marxiste de la réalité. Il pense que la culture
et la histoire est une condition social, s’il y a des auteurs desimpliqués, est que la société, les
ouvriers, sont manipulés par les clases dirigeantes et qu’ils sont déracinés sur l’implication
historique. Il y a un peu d’absentéisme dans ces écrivains qui ne se préoccupent pas de sa
société. La littérature doit être l’armée pour combattre les injustices du monde, et les livres
sont politiques et sociales (ils doivent être manifestes de l’esprit de l’époque).

48
Il y a par exemple des auteurs comme Flaubert, qui sont très claires et que quand nous lirons
ses poèmes on sait ce qu’ils dissent. Par contre, le engagés sont ceux qui sont plus
révolutionnaires et qui sont moins clairs. Pour-lui le problème est qu’il ne sait pas comme
parler des histoires qu’il a vit. Sartre dira que ce type d’auteur est un écrivain manipulé par les
puissances.

- Les Parnassiens : la littérature doit être consacrée a-elle-même.


- L’écrivain a une symbiose totale avec son époque. Il y a une totale
implication sur les activités et événements de son époque.
- Il y a des exemples d’écrivains qui ne fassent pas cette symbiose (Flaubert,
Balzac, Les Goncourt).
- Il y a des auteurs se prononcent d’une manière directe qui fasse des
articles ou textes de non-fiction qui s’utilisent pour comprendre la réalité
(Gide, Voltaire et Zola). Ils sont engagés.

Le narrateur est très combattant et prononcée des discours sur les malheurs de la société. Par
exemple, c’est comme quand Flaubert fait une critique de la culture bourgeoise pendant le II
Empire de Napoléon III, avec Madame Bovaire. Les personnages sont un exemple de
négativité et critique.

Pour Sartre l’écrivain fait des manifestations athées et a une vision social de la réalité qui
représente avec des messages directs en faussant des déclarations ou poussent des solutions
aux problèmes sociales. Il fait une littérature subversive et radicale. Le résultat final est la
commination entre l’activisme politique et la littérature. Il y a aussi des romains de fiction qui
critiquent la société de forme indirecte.

- Ils critiquent mais aussi cherchent des solutions.

LITTÉRATURE VISÉE :

- L’écrivain engagé condamne la littérature de science-fiction. Cette


littérature ne parle pas de la situation de la société, n’est pas active et ne
représente pas la réalité.

SIMONE DE BEAUVOIR

Il écrit Le Deuxième Sexe, qui parle de l’existentialisme appliqué à l’existence féminine. Les
idées qui forment l’idée totale de « femme » sont imposées par la société, mais ne sont pas des
règles de l’existentialisme. On le connu comme la réponse féministe au l’existentialisme.

49