Vous êtes sur la page 1sur 5

Oral physique

Power point : 1-Page de garde

2- C’est quoi un semi-conducteur ? définition exemple

2)Matériaux semi-conducteurs : Un semi-conducteur, c’est un matériau qui n’est ni tout à


fait un conducteur d’électricité, ni tout à fait un isolant. Il peut être soit l’un, soit l’autre
selon diverses conditions.
Pour bien comprendre le phénomène, il faut savoir que le caractère conducteur ou isolant
d’un matériau prend sa source dans la structure même des atomes, en effet leur
agencement sous la forme de couches d’électrons est responsable de la conductivité
électrique.

Les électrons d’un atome peuvent avoir plusieurs rôles au sein d’une structure d’atomes :

 Électrons de cœur : ceux-ci sont proche du noyau et n’interagissent pas vraiment


avec les autres atomes ;
 Électrons de valence : ceux-ci sont sur les couches externes de l’atome et permettent
de créer des liaisons interatomiques et de former les molécules ;
 Électrons de conduction : ceux-ci sont responsables de la circulation du courant
électrique.

On peut schématiser l’ensemble sous la forme de couches. Sur le schéma suivant, on a


représenté les couches d’électrons de valence et d’électrons de conduction :

On voit que dans un conducteur, certains électrons sont à la fois dans la bande de valence et
dans la bande de conduction elles se chevauchent, ils n’ont pas besoins d’énergie pour être
dé-confiner. Cela signifie qu’un métal peut conduire le courant sans autre forme de
traitement physico-chimique, peu importe la température

Mais pour comprendre la différence entre semi-conducteurs et isolants, il faut étudier


comment des électrons peuvent transiter entre les bandes de valence et de conduction. Il
est possible de dé-confiner un électron (le faire passer d’une bande à l’autre) en lui
fournissant assez d'énergie, ce qui lui permet de vaincre l'attraction atomique et de quitter
l'atome. Un bon moyen pour cela est d'augmenter la température du solide, ce qui
augmente l'énergie cinétique des électrons. Dit autrement, dé-confiner un électron
demande juste de lui fournir assez d'énergie pour passer de la bande de valence vers la
bande de conduction. L'énergie qu'il faut fournir pour cela, à savoir la différence d'énergie
entre bande de valence et de conduction, est appelée le gap d'énergie.
Dans un isolant, en revanche, les deux bandes sont séparées par un espace appelé « bande
interdite » : cela signifie que les électrons ne peuvent pas s’y trouver. On dit que le gap
d’énergie est important : il faut fournir une quantité d’énergie énorme pour dé-confiner un
électron. À des températures normales, la totalité des électrons sont des électrons liés aux
atomes, électrons de cœur et le solide ne contient aucun porteur de charges. À de plus
hautes températures, il est cependant possible de créer quelques électrons libres mais sans
réelle intérêt.

Enfin, dans le cas des semi-conducteurs, au milieu, il existe une bande interdite aussi, mais
cette dernière est très fine. Il suffit d’un petit quelque chose pour que les électrons de
valence puissent passer dans la bande de conduction et ainsi rendre le semi-conducteur…
conducteur. Ici il faut une faible énergie pour dé-confiner un électron. Par exemple une
petite augmentation de température suffit pour faire passer des électrons de la bande de
valence vers la bande de conduction. Dit autrement, une augmentation de température
assez faible permet de créer suffisamment d'électrons libres pour conduire le courant.

Un semi-conducteur est donc un isolant mais qui peut devenir un conducteur très
facilement en excitant les électrons de valence : on fait ça en chauffant le matériau, en
l’éclairant, ou en le soumettant à une tension électrique bien définie.
Il existe diffèrent matériaux semi-conducteurs comme le germanium, l’arséniure de gallium
mais le plus utilise et le silicium de part son faible cout, de ses bonnes propriétés et de son
abondance naturelle
C’est ce principe qui est utilisé dans les ordinateurs, les détecteurs de température ou
encore les cellules photovoltaïques.
3) Il faut savoir que plus la bande interdite est petite, plus l’énergie nécessaire est petite.
Pour le silicium par exemple il faut une énergie de 1,12 eV (soit 1,79×10−19 J) pour faire
passer un électron de valence dans la bande de conduction.
Même si cette quantité vous semble faible, elle reste beaucoup trop importante pour l’usage
que l’on a actuellement des semi-conducteurs.
Pour rendre le matériau plus viable on utilise le dopage des atomes. Le dopage c’est une
technique qui vise à modifier l’énergie nécessaire pour faire passer un électron d’une bande
à l’autre, c’est-à-dire le rendre plus ou moins conducteur. Il existe de types de dopages :

 le dopage de type N, qui consiste à apporter une forte densité d'électrons, qui
sont négativement chargés ;
 le dopage de type P, qui consiste à installer un déficit d'électrons, considérés
comme positivement chargés.

Les schémas suivants présentent des exemples de dopage du silicium respectivement


par du phosphore (dopage N) et du bore (dopage P). Dans le cas du phosphore (à
gauche), un électron supplémentaire est amené. Dans le cas du bore (à droite), il
manque un électron ; c'est donc un trou d'électron qui est amené.
4) Tout d’abord je vais définir ce qu’est l’énergie photovoltaïque
L'énergie solaire photovoltaïque est une énergie électrique produite à partir
du rayonnement solaire grâce à des panneaux ou des centrales solaires photovoltaïques. Elle
est dite renouvelable, car sa source (le Soleil) est considérée comme inépuisable à l'échelle
du temps humain, et elle est gratuite. Il faut savoir que la production d’énergie
photovoltaïque représentait 2.3% de la production mondial en 2018. Son principe est
simple, il est de transformer le rayonnement solaire en électricité à l’aide d’une cellule
photovoltaïque.
5) L’effet photovoltaïque a été découvert en 1839 par le physicien français Becquerel. Un
panneau solaire fonctionne par l’effet photovoltaïque c'est-à-dire par la création d'une force
électromotrice liée à l'absorption d'énergie lumineuse dans un solide. C’est le seul moyen
connu actuellement pour convertir directement la lumière en électricité. La cellule
photovoltaïque constitue l’élément de base des panneaux solaires photovoltaïques. Il s’agit
d’un dispositif semi-conducteur à base de silicium délivrant une tension de l’ordre de 0,5 à
0,6 V.
La cellule photovoltaïque est fabriquée à partir de deux couches de silicium (matériau
semiconducteur) : - une couche dopée avec du bore qui possède moins d'électrons que le
silicium, cette zone est donc dopée positivement (zone P),
- une couche dopée avec du phosphore qui possède plus d'électrons que le
silicium, cette zone est donc dopée négativement (zone N).
Lorsqu'un photon de la lumière arrive, son énergie crée une rupture entre un atome de
silicium et un électron, modifiant les charges électriques. Les atomes, chargés positivement,
vont alors dans la zone P et les électrons, chargés négativement, dans la zone N. Ce
déplacement d’électrons n’est autre que de l’électricité. Une différence de potentiel
électrique, c'est-à-dire une tension électrique, est ainsi créée. C'est ce qu'on appelle l'effet
photovoltaïque. Le rendement moyen d’un panneau solaire comme celui-ci est de 12 à 17%,
a titre de comparaison le nucléaire a un rendement de 30%. Cela signifie que seulement 17%
pourcent de l’énergie solaire est utilisé le reste est perdu.
Mais d’autres technologies peuvent être utilisé comme les cellules hybrides, l’idée est de
récupérer la chaleur captée par le panneau pour améliorer le rendement électrique. Des
capteurs solaires hybrides mariant le photovoltaïque et le thermique sont développé.

VIDEO
6) En effet cette technologie montre ces limites sur certains points. Tout d’abord avec les
méthodes actuelles près de 80% de l’énergie solaire qui arrive au panneau est converti en
chaleur diminue ainsi fortement le rendement. De plus le prix du kWh est plus élevé, mais en
réalité, c’est une technologie récente ce qui justifie son prix élevé. Mais le principal défaut
reste l’espace qu’il requiert, par exemple la centrale photovoltaïque de Bresse-sur-Issole en
Provence : 1,2 hectare par mégawatt installé. Et évidemment cette technologie nécessite un
ensoleillement important pour fonctionner au mieux ce qui ne manque pas dans le sud de la France.
Mais tous ces problèmes ont une solution ou presque tous, en effet les panneaux solaires peuvent
être installe sur des bâtiments publics ou prive, sur des parkings partout où il y a des espaces
inutilisables, dans les pays arides ils peuvent être installe dans le dessert comme au Maroc . Et
l’évolution de cette technologie va permettre la diminution des prix et un meilleur rendement. Le
seul problème actuellement non résolu est l’impact environnementale d’un panneau solaire a sa
création, il doit fonctionner entre 1.5 et 5 ans pour le compenser.

Pour conclure on peut dire que le photovoltaïque est une source d’énergie renouvelable
intéressante, avec une forte capacite de développement. Elle nécessite l’utilisation de semi-
conducteur dans son fonctionnement même. Ce sont des matériaux intéressant de part leurs
particularité et leurs utilisation diverse dans tous les domaines ils ont à l’origine même de la
production électrique des centrales comme cela. Leurs capacite de conduction ou d’isolation est très
intéressante.

Mais il existe d’autres inventions qui permettent d’utiliser l’énergie solaire, comme les fours
solaires qui permettent une monte en température rapide a près de 2800 degrés sans aucun
cout mis a part celui de l’installation comme le four de mont louis. La région de font romeu
est d’ailleurs fortement investi dans la recherche, avec son four solaire, sa centrale Thémis
définir. Certains cherchent à améliorer le rendement rendement du panneau solaire en
diminuant les reflets ou encore en améliorant les semi-conducteurs qui les compose.

Données : Precu en W =Pray*Surface S Re en %= P/Precu


a. D’après le graphique, quelle est la valeur de l'intensité du courant débité ?
Rép : I = 2.25 A
b. Quelle est la puissance électrique fournie ?
Rép : Pe = UI = 22.5 W
c. La surface du module est égale à 0,185 m2. Calculer le rendement énergétique du module.
Rép : Preçue =1000×0,185 = 185 W ; r = 22.5/185 = 0,12 = 12.2 %
3. Quelle résistance doit-on brancher aux bornes du panneau solaire recevant 1000
W/m² pour qu’il fournisse une puissance maximale.
Rép : R = U/I = 6,8

Source : https://couleur-science.eu/?d=10d2d2--cest-quoi-un-semi-conducteur
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Semi-conducteur#Principe_de_la_structure_en_bandes

https://fr.wikibooks.org/wiki/%C3%89lectronique/Les_semi-conducteurs

https://fr.wikipedia.org/wiki/Cellule_photovolta%C3%AFque#Principe_de_fonctionnement

https://www.connaissancedesenergies.org/fiche-pedagogique/solaire-photovoltaique

http://www.energies-renouvelables.org/solaire_photovoltaique.asp