Vous êtes sur la page 1sur 86

c

c Séquence 4

Ce que tu devais faire


Je revise les acquis de l’école
1) c)
SÉQUENCE 4
Séance 1
Les commentaires du professeur
1) Pour calculer combien Paul dépense, on
effectue 7 x 8.
2) Coline possède au total 3 fois 54 cartes plus
2) a) 15 cartes. On calcule donc 3 x 54. On trouve
162. On y ajoute 15 : on trouve alors 177.
3) d) Remarque : ce calcul peut s’écrire (3 x 54) + 15
4) c) Les parenthèses signifient que l’on commence
par calculer 3 x 54.
3) Cette question était un piège : il ne fallait
pas faire de multiplication. Sébastien a gagné
7 + 9 + 13 billes soit 29 billes.
4) Pour obtenir rapidement le résultat, il
suffisait d’appliquer la règle de multiplication par
100 : il fallait décaler la virgule de 1,5 de deux
rangs vers la droite et compléter par un zéro.
Exercice 1
La vente des 29 consoles a rapporté au vendeur 317
(en euros) : x 29
317 x 29 = 9 193 2853 <— 317 x 9 (unités)
Le chiffre des centaines du résultat est 1. 634 . <— 317 x 2 (dizaines)
La lettre associée à 1 est A. 9193 (Ne pas oublier de décaler d’un rang vers la
gauche le résultat de 317 x 2 par rapport à
J’écris donc A dans la 1ère case : celui de 317 x 9)
[A] [__] [__] [__] [__] [__] [__] [__] [__] Ce qu’on dit quand on effectue 317 x 29
• lorsqu’on effectue 317 x 9
. 9 x 7 ? 63. Je pose 3 et je retiens 6.
. 9 x 1 ? 9 ; 9 + 6 = 15 ; je pose 5 et je retiens 1.
. 9 x 3 ? 27 ; 27 + 1 = 28
• lorsqu’on effectue 317 x 2
. 2 x 7 ? 14. Je pose 4 et je retiens 1.
.2x1?2;2+1=3
.2x3?6
Exercice 2 La courbe rouge est constituée de 16 segments
de 6,2 cm.
La longueur en cm de la courbe rouge est : 6,2 Pour multiplier un décimal par un entier,
6,2 x 16 = 99,2 x 1,6 • on effectue la multiplication sans tenir
compte de la virgule
37,2 • on place la virgule dans le résultat
62, . (Comme 6,2 s’écrit avec un chiffre après la
virgule, on place la virgule dans le résultat de
99,2 façon à avoir un chiffre après la virgule)
La longueur en mm de la courbe verte est : 73,5
La courbe verte est constituée de 13 segments
73,5 x 13 = 955,5 x 1,3 de 73,5 mm.
955,5 mm = 95,55 cm 220,5
99,2 > 95,55 735, .
955,5
La courbe rouge est donc plus longue que la courbe verte.

102 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 3
Le nombre de menus différents comprenant une entrée et
un plat, qu’on peut composer avec la carte proposée est :
3 x 4 = 12.
plats principaux différents.
c
Séquence 4

Une entrée étant choisie, on a le choix entre 3

À chaque entrée, il correspond donc 3 menus


différents.
c

Ainsi, aux 4 entrées, il correspond 3 + 3 + 3 + 3


soit 3 x 4 menus différents.
Exercice 4 • Pour répondre à la question posée, il suffit
de calculer la dépense de Madame Martin
Le prix en euros des coquilles 2,75 chez le charcutier.
Saint Jacques est : x 33 • Le prix du chapon s’obtient en multipliant le
prix d’un kilo par le nombre de kilos achetés.
2,85 x 6 = 17,10 8,25
Le prix en euros du chapon est : 82,5 . • Avant de poser une multiplication, il est
bon de réfléchir. Ici, il est plus rapide de
33 x 2,75 = 90,75 90,75 poser la multiplication de 2,75 par 33 plutôt
que celle de 33 par 2,75.
Le montant en euros de la dépense de Madame Martin chez le
charcutier est : 17,10 + 90,75 = 107,85. Voici cependant posée la multiplication de
33 par 2,75 pour ceux qui ont utilisé cette
La somme en euros que possédait Madame Martin en entrant
méthode :
dans la boutique était : 14,92 + 107,85 = 122,77.
33
x 2,75
1,65
23,1 .
66, .0
90,75
On pouvait déterminer directement le
montant de la dépense de Mme Martin, en
calculant (2,85 x 6) + (33 x 2,75)
Exercice 5
Peut-être as-tu obtenu les résultats des trois
calculs proposés, en posant une multiplication.
Cette méthode permet d’obtenir le résultat,
mais à l’avenir il ne faudra plus l’utiliser.

Il faut savoir effectuer ces calculs à la main,


sans poser d’opération.

Au CM2, tu as vu une règle permettant


d’obtenir rapidement le résultat d’une
multiplication par 10, 100 et 1 000. Il fallait
l’utiliser ici.

D’après cette règle,

a) 232,57 x 10 = 2 325,7 • pour multiplier un décimal par 10, on


déplace sa virgule de 1 rang vers la droite
b) 13,48 x 100 = 1 348 • pour multiplier un décimal par 100, on
déplace sa virgule de 2 rangs vers la droite
c) 1 212,3 x 1 000 = 1 212 300 • pour multiplier un décimal par 1 000, on
déplace sa virgule de 3 rangs vers la droite.
(c’est-à-dire 1 212,300)

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 103

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 4

Exercice 6
a) Le prix en euros de 10 timbres à 0,53 € est : 0,53 x 10 = 5,3. N’oublie pas que : 1,50 = 1,500
b) La masse totale en kg des 100 sacs est : 25,43 x 100 = 2 543.
c) La recette totale en euros est : 1,50 x 1 000 = 1 500. Les trois calculs devaient être effectués à la
main, sans poser d’opération.
Exercice 7
1) 1,956 7 x 10 = 19,567 1) On passe du premier nombre au deuxième
en déplaçant la virgule de 1 rang vers la droite :

1,956 7

Le nombre cherché est donc 10.

2) 26,18 x 1 000 = 26 180 2) On passe du premier nombre au deuxième


en déplaçant la virgule de 3 rangs vers la
3) 16 x 100 = 1 600 droite :

26,180

Le nombre cherché est donc 1 000.


4) 8,442 3 x 10 = 84,423 4) Multiplier un décimal par 10 revient à
déplacer sa virgule de 1 rang vers la droite.
On a donc obtenu 84,423 en déplaçant la
virgule de 1 rang vers la droite.

84,423

Le nombre cherché est donc 8,442 3.


5) 14,92 x 1 000 = 14 920
5) On a obtenu 14 920,0 en déplaçant la
virgule de 3 rangs vers la droite.

14 920,0

Le nombre cherché est donc 14,920 (soit


14,92)

6) 0,012 78 x 100 = 1,278 6) On a obtenu 001,278 en déplaçant la


virgule de 2 rangs vers la droite.

001,278

Le nombre cherché est donc 0,012 78.

7) 0,004 76 x 1 000 = 4,76 7) On a obtenu 0 004,76 en déplaçant la


virgule de 3 rangs vers la droite.

0 004,76

Le nombre cherché est donc 0,004 76.

8) On a obtenu 001,0 en déplaçant la virgule


8) 0,01 x 100 = 1 de 2 rangs vers la droite.

001,0
1
Le nombre cherché est donc 0,01 (soit )
100
Remarque : Comme 1 = 100 centièmes, le
résultat était prévisible.

104 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 8

obtenu en
multipliant
5 2
4
2
3
7
Séquence 4

c
Observons la technique utilisée pour effectuer
843 x 76.

8
c

7 par 8 6 8 1
4 2 1
8 4 8 6
obtenu en multipliant
6 par 3

Le résultat de 843 x 76 a été obtenu en


ajoutant en biais des chiffres contenus dans le
grand rectangle.

8 4 3
6 5 2 2 7
6 8 1
4 2 1
4 8 4 8 6
0 6 8
• On a commencé par écrire ce chiffre

(On a juste recopié celui qui était dans la case


immédiatement au-dessus)

• On a calculé 1 + 1 + 4. On a obtenu 6.

• On a calculé 2 + 8 + 2 + 8. On a obtenu
20. On a écrit 0 et on a retenu 2.

• On a calculé 2 + 6 + 4. On a obtenu 12.


Or, il y avait 2 de retenue.
Comme : 12 + 2 = 14, on a écrit 4 et on a retenu
1.
9 5 4
7 6 3 2 7
• On a calculé 1 + 5. On a obtenu 6.
3 5 8
7 4 3
4 2 0 2 8
4 1 2
954 x 78 = 74 412

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 105

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 4

Exercice 9
1)
Séance 2

1) Pour calculer 976 x 608 on peut procéder


ainsi :

976
x 608
7808
000 .
5856 .0
593408
On peut aussi ne pas écrire la ligne 000.

Pour calculer 976 x 608, on calcule 976 fois 8


Le produit de 97 par 608 976 unités et 976 fois 6 centaines.

est 976 x 608 x 608 Observe bien la disposition ci-contre.


c’est-à-dire 593 408. 7808 fl 976 x 8 unités
5856 . . fl 976 x 6 centaines
593408 Il est plus rapide de procéder comme à gauche.
2) a) 72 = 8 x 9
2) a) Comme on te l’a déjà rappelé, deux
entiers consécutifs sont deux entiers qui se
suivent.

b) Il est assez naturel de commencer par écrire :

700 = 7 x 100

7 est impair. Pour répondre à la question


posée, il suffit d’écrire 100 sous la forme d’un
produit de deux facteurs, l’un étant impair.

On a, par exemple : 100 = 1 x 100.

b) 700 = 7 x 1 x 100 D’où la réponse à la question posée, ci-contre.

Il existe d’autres réponses possibles, par


exemple :

7 x 4 x 25,

7 x 5 x 20,

35 x 4 x 5 …
Exercice 10
1) a) 9 x 0,7 x 6 = 6,3 x 6 = 37,8 9 x 0,7 x 6 est le nombre obtenu en effectuant
les calculs de gauche à droite.
b) 0,7 x (6 x 9) = 0,7 x 54 = 37,8
2) Je remarque que : 9 x 0,7 x 6 = 0,7 x (6 x 9) Vu la parenthèse autour de 6 x 9,
0,7 x (6 x 9) est le nombre obtenu en
Je pouvais prévoir le résultat. D’après le cours du CM2, dans multipliant 0,7 par le résultat de 6 x 9.
un produit, on peut changer l’ordre des facteurs et les grouper
comme on veut.

106 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 11
1) a) 5 x 1,8 x 2 = (2 x 5) x 1,8 = 10 x 1,8 = 18
Séquence 4

b) 2 x 2 x 2 x 0,003 x 5 x 5 x 5 = (2 x 5) x (2 x 5) x (2 x 5) x 0,003 = 10 x 10 x 10 x 0,003 = 1 000 x 0,003 = 3


c c

Commentaires du professeur :

Dans les deux produits donnés, on remarque les facteurs 2 et 5.

• 2 x 5 = 10

• Multiplier par 10 est facile.

On peut utiliser l’égalité précédente, puisque dans un produit on peut changer l’ordre des facteurs et les grouper comme on veut.

2) a) La lettre associée à 18 est la 18ème de l’alphabet, soit R. J’écris donc R dans la deuxième case du
«nom secret».
[A] [R] [__] [__][__][__][__][__][__]
b) La lettre associée à 3 est C. J’écris donc C dans la troisième case du «nom secret».
[A] [R] [C] [__][__][__][__][__][__]
Exercice 12
Retiens ces deux égalités. Cela t’aidera à
1) 4 x 25 = 100 8 x 125 = 1 000 voir comment calculer rapidement certaines
expressions.
2) a) 4 x 0,25 = 1 b) 0,8 x 125 = 100
Exercice 13
1) K = 9 x 25 x 8,1 x 4
K = (25 x 4) x (9 x 8,1) On remarque les facteurs 25 et 4. On pense
à l’égalité : 25 x 4 = 100. Multiplier par 100
K = 100 x 72,9 est facile.
K = 7 290
2) L = 3 x 1,25 x 96 x 8
L = (1,25 x 8) x (96 x 3)
On pense à utiliser : 125 x 8 = 1 000
L = 10 x 288
L = 2 880
3) M = 10 x 9 x 0,4 x 9 x 25
M = 10 x (0,4 x 25) x (9 x 9) On pense à utiliser : 4 x 25 = 100

M = 10 x 10 x 81
M = 8 100

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 107

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 4

Exercice 14
1) Le double de 7,9 est 2 x 7,9 soit 15,8.
Le triple de 6,84 est 3 x 6,84 soit 20,52.
2) a) • Le double de 9,6 est 2 x 9,6 soit 19,2.
Le triple du double de 9,6 est donc 3 x 19,2 soit 57,6.
• Le triple de 9,6 est 3 x 9,6 soit 28,8.
Le double du triple de 9,6 est donc 2 x 28,8 soit 57,6.
b) Je remarque que le triple du double de 9,6 est égal au
double du triple de 9,6.
c) Le triple du double de 9,6 est 3 x (2 x 9,6).
Le double du triple de 9,6 est 2 x (3 x 9,6).
Comme dans un produit, on peut changer l’ordre des
facteurs et les grouper comme on veut :
3 x (2 x 9,6) = 2 x (3 x 9,6)

On pouvait donc prévoir le résultat.


Exercice 15
1) 98 700 x 650 = (987 x 100) x (10 x 65)
En effet, dans un produit, on peut changer
98 700 x 650 = (987 x 65) x (100 x 10) l’ordre des facteurs et les grouper comme on
98 700 x 650 = (987 x 65) x 1 000 veut.

Pour calculer 98 700 x 650, il suffit de calculer 987 x 65 et de


placer 3 zéros à droite du résultat.
Exercice 16
Le produit de 7 920 par 6 800 est 7 920 x 6 800.
792000
x 680000
6336000
4752 .000
53856000
Le produit de 7 920 par 6 800 est donc 53 856 000.

108 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice17
1)



143
x 14
572
143 .
Séquence 4

c c

2002
143 x 14 = 2 002
On commence par se débarrasser du zéro inutile.
2) a) 14 300 x 1,40 = 14 300 x 1,4
Pour calculer 14 300 x 1,4 on effectue
143 x 14 = 2 002 (d’après le 1-) donc : 14 300 x 14 = 200 200 14 300 x 14 puis on place la virgule.
Par suite : 14 300 x 1,4 = 20 020 fl car 20 020,0 = 20 020
c’est-à-dire 14 300 x 1,40 = 20 020 fl Il est indispensable d’écrire cette ligne pour
b) 286 x 28 = (143 x 2) x (14 x 2) bien répondre à la question posée.
Or, dans un produit de facteurs, on peut changer l’ordre des
facteurs et les grouper comme on veut, donc :
286 x 28 = (143 x 14) x (2 x 2)
Par conséquent : 286 x 28 = 2 002 x 4 = 8 008 Remarque : 286 et 28 sont respectivement 2
fois plus grands que les nombres 143 et 14. Le
produit 286 x 28 est 4 fois plus grand que le
produit 143 x 14.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 109

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 4

Exercice 18
1) a) Le produit de 43 et de 68
est 43 x 68 soit 2 924.

43
x 68
344
258 .
2924

b) • 43 s’écrit « à l’envers » 34. 34


68 s’écrit « à l’envers » 86. x 86
204
• Le produit de 34 et de 86 est 34 x 86 soit 2 924. 272 .
c) Les produits 43 x 68 et 34 x 86 sont égaux. 2924

2) a) Le produit de 32 et de 69 32
est 32 x 69 soit 2 208. x 69
288
192 .
2208

b) • 32 s’écrit « à l’envers » 23. 23


69 s’écrit « à l’envers » 96. x 96
138
• Le produit de 23 et de 96, est 23 x 96 soit 2 208. 207 .
c) Les produits 32 x 69 et 23 x 96 sont égaux. 2208

3) a) Le produit de 26 et de 31 26
est 26 x 31 soit 806. x 31
26
780
806

b) • 26 s’écrit « à l’envers » 62. 62


x 13
31 s’écrit « à l’envers » 13. 186
620
• Le produit de 62 et de 13 est 62 x 13 soit 806. 806
c) Les produits 26 x 31 et 62 x 13 sont égaux.
4) • 85 x 73 = 6 205 Pour convaincre Sony, on cherche un produit de
deux entiers « qui change » quand on écrit « à
• Lorsqu’on écrit « à l’envers » 85 on obtient 58. l’envers » chacun des entiers.
Lorsqu’on écrit « à l’envers » 73 on obtient 37.
• 58 x 37 = 2 146
Les produits 85 x 73 et 58 x 37 ne sont pas égaux.
Le produit de deux entiers n’est pas toujours inchangé Cet exercice met en évidence que ce n’est pas
lorsqu’on écrit « à l’envers » les deux nombres. parce qu’une propriété est vraie plusieurs fois
qu’elle est toujours vraie.

110 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 19
a) AB = AD = 1
L’aire du «grand» carré ABCD est donc : 1 x 1 = 1
Séance 3
Séquence 4

a) Les quatre côtés d’un carré ont la même


c
longueur, ici 1. Son aire est donc 1 x 1 = 1.
c

b) • La longueur d’un côté d’un petit carré est le nombre ? tel que : b) La longueur AB est égale à 10 fois la
longueur du côté du petit carré. Comme la
10 x ? = 1, c’est-à-dire le nombre 0,1.
longueur AB est égale à 1, la longueur du petit
De la même manière :
carré est le nombre qui multiplié par 10 est
• Puisque le « grand » carré ABCD a pour aire 1 et est
composé de 100 petits carrés de même aire, l’aire d’un petit égal à 1 : c’est 0,1 (ou un dixième ou encore
carré est donc le nombre ? tel que : 100 x ? = 1, c’est-à-dire 1
). Même type de raisonnement que dans
le nombre 0,01. 10
l’exercice 7 de cette séquence.
c) Conclusion
L’aire d’un petit carré est 0,01, son côté est 0,1. Le nombre qui multiplié par 100 est égal à 1
1
On a donc : 0,1 x 0,1 = 0,01. est 0,01 (ou un centième, ou encore ). Tu
100
as vu cela dans l’exercice 7 de cette séquence.

c) On peut également écrire :


1 1 1
x =
10 10 100

Exercice 20
1) Adèle réfléchit… Adèle remarque sur le marché un beau ruban à 1,42 € le mètre. Elle décide d’en
acheter 3,2 m.
Pour calculer le montant en € de son achat, elle doit multiplier le prix d’un mètre de ruban par le
nombre de mètres achetés. Elle doit doit effectuer le calcul suivant : 1,42 x 3,2.
2) Adèle utilise sa calculatrice.
Ne sachant pas effectuer à la main ce calcul, elle utilise sa calculatrice : 1,42 x 3,2 = 4,544.
Elle tape 142 x 32. Elle obtient 4 544.
Elle fait ensuite l’observation suivante :
1,42 3,2 4,544
Nombre de 2 1 3
chiffres après
la virgule
Le nombre de chiffres après la virgule dans le résultat s’obtient en ajoutant le nombre de chiffres après
la virgule de 1,42 et celui de 3,2.
3) Adèle voudrait obtenir le résultat de 1,42 x 3,2 sans utiliser la calculatrice.
Elle écrit : 142 x 32 = (1,42 x 100) x (3,2 x 10)
donc 142 x 32 = (1,42 x 3,2) x (100 x 10)
Or : 142 x 32 = 4 544 142
x 32
284
426 .
4544
D’où : 4 544 = (1,42 x 3,2) x 1 000
Or, le nombre dont le produit par 1 000 est égal à 4 544 est 4,544.
Ainsi : 1,42 x 3,2 = 4,544

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 111

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 4

Exercice 21
a)


86,5
x 9,8
69,2,0
a) Pour faire le calcul proposé, on applique ce
qu’on vient de copier.
• On effectue donc la multiplication sans
tenir compte des virgules
778,5, . • On compte le nombre total de chiffres après
la virgule dans l’écriture 86,5 x 9,8 (Il y a 1 + 1
847,7,0 soit 2 chiffres après la virgule)
86,5 x 9,8 = 847,70 Ce nombre donne le nombre de chiffres après
la virgule au résultat.
b) 3,42 b) • 3,420 = 3,42
x 0,65 Effectuer 3,420 x 0,65 c’est donc effectuer
3,42 x 0,65 (Il ne faut pas travailler avec des
17,10 zéros inutiles)
2052 . • Remarque bien ci-contre, qu’une fois
2,2230 qu’on a multiplié 342 par 5, puis par 6, il ne
servirait à rien de multiplier 342 par 0.
3,420 x 0,65 = 2,223
• La question posée était : «calcule 3,420 x 0,65».
Par suite, lorsque je donne le résultat, j’écris :
3,420 x 0,65 = …
c) 3,9,6 c) Il est plus rapide de calculer 39,6 x 70,7 que
70,7 x 39,6 (Lorsqu’on calcule 39,6 x 70,7 on
x 7,0,7 est amené à effectuer 2 fois 396 x 7)
27,7,2 Voici cependant posée la multiplication de
2772,0,0 70,7 par 39,6 pour ceux qui ont utilisé cette
2799,7,2 méthode.
70,7
70,7 x 39,6 = 2 799,72
x 39,6
424,2
6363,0
21210,0
2799,7,2
Exercice 22 a) D’après ce que tu as noté en dernier dans
ton cahier de cours, pour calculer A, on
a) A = 294,603 commence par calculer 347 x 849, puis on
b) B = 294,603 place correctement la virgule dans le résultat.
D’après l’énoncé : 347 x 849 = 294 603
c) C = 2 946,030
On compte le nombre total de chiffres après la
d) D = 294,603 virgule dans l’écriture 34,7 x 8,49 : il y en a
e) E = 2 946,030 3. Par suite, on met autant de chiffres après la
f) F = 2,946 03 virgule dans le résultat. Ainsi :
34,7 x 8,49 = 294,603
b) Même raisonnement que précédemment.
c) Pour calculer C, on commence par effectuer
347 x 8 490. Pour cela, on calcule 347 x 849
puis on place un zéro à droite du résultat de
347 x 849. Ainsi :
347 x 8 490 = 2 946 030
Ensuite, on s’occupe de la virgule.
d) Même raisonnement que pour le calcul de A
e) Même type de raisonnement que pour le
calcul de C
f) Même raisonnement que pour le calcul de A

112 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 23
1) a)


4,2,3
x 0,7,8
338,4
a)

x



4 2 ,n

0 ,7 8

®® ® ®

® ®® 1
Séquence 4

c
7 x n se termine par un 1.
En récitant la table de 7,
on constate que le seul
résultat qui se termine
par un 1 s’obtient en
c

29,61, . effectuant 7 x 3.
® 2 ®®®
32,99,4 Par suite, n représente
b) un 3.
6,3,6 La suite est alors facile.
x 6,9
5,7,2,4 b) 9 x n se termine par un 4.
38,1,6,0 6 3n En récitant la table de 9,
on constate que le seul
43,8,8,4 x ®, 9
résultat qui se termine
®® ® 4 par un 4 s’obtient en
® ®®® effectuant 9 x 6.
® ®,® 8 4 Par suite, n représente
un 6.
Grâce au résultat que nous venons de trouver,
nous pouvons compléter partiellement la
multiplication à trous donnée :
6 36
x n ,9
5 7 2 4

® ®® 6

® ®,® 8 4
6 36 n x 6 se termine par un 6.
Lorsqu’on récite la table
x n ,9
de 6, seuls les résultats
5 7 2 4 de 6 x 1 et 6 x 6 se

® ®® 6 terminent par un 6.
Par suite, n représente
® ®,® 8 4
un 1 ou un 6.
Il ne peut représenter le
chiffre 1. En effet, 636 x 1
est un entier de 3 chiffres.
n représente donc un 6.
La suite est alors très
facile.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 113

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 4

c) c) n x 3 se termine par un 8.

x
®, 7 3 En récitant la table de 3,
on constate que le seul
®n
résultat qui se termine
2 8 ®8 par un 8 s’obtient en
® ®® 7 effectuant 3 x 6.
Par suite, n représente
® ®,® ®®
un 6.
Grâce au résultat que nous venons de trouver,
nous pouvons compléter partiellement la
multiplication à trous donnée :
n ,7 3

4,7,3 x ®6

x 9,6 2 8 38

2,8,3,8
® ®® 7
42,5,7,0
® ®,® ®®
45,4,0,8 n ,7 3
obtenu en effec-
x ®6
tuant 6 x n et
en ajoutant 4 de 2 8 38
de retenue ® ®® 7
(6 x n) + 4 = 28
® ®,® ®®

Or le nombre qui ajouté à 4 donne 28 est


28 – 4 soit 24.
Par suite : 6 x n = 24
On en déduit que n représente le chiffre 4.
Ainsi :
4,7 3

x ®6

2 8 38 1
® ®® 7

® ®,® ®®

4,7 3 n x 3 se termine par un 7.


x n6 Lorsqu’on récite la table
de 3, on constate que seul
2 8 38
le résultat de 3 x 9 se
2) Recherche du nom secret :
® ®® 7 termine par un 7.
Le résultat de la multiplication à trous du 1- b) est 43,884.
® ®,® ®® Par suite,n représente
Le chiffre des dixièmes de ce résultat est 8.
un 9.
La 8ème lettre de l’alphabet est H. J’écris donc H dans la La suite est alors facile.
quatrième case du «nom secret».
[A] [R] [C] [H][__][__][__][__][__]
Exercice 24
On peut obtenir un nombre entier en multipliant deux
décimaux non entiers : 0,4 x 2,5 = 1 fl égalité obtenue à partir de : 4 x 25 = 100

114 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 25
21,17 est proche de 20,
9,53 est proche de 10,
Séance 4 c
Séquence 4 c

donc 21,17 x 9,53 est proche de 20 x 10 soit 200.


Moïra a donc commis une erreur. En calculant un ordre de grandeur du résultat,
tu as décelé que Moïra s’était trompée.
N’oublie pas lorsqu’on te demande de faire
un calcul, de chercher systématiquement
un ordre de grandeur du résultat
(même lorsque tu effectues ton calcul à la
calculatrice).
Exercice 26
On a : 42 > 40 et 53 > 50.
Chercher un ordre de grandeur d’un résultat
Par suite : 42 x 53 > 40 x 50 permet d’éviter des erreurs. Toutefois, cela ne
permet pas de les déceler toutes.
c’est-à-dire : 42 x 53 > 2 000.
C’est pourquoi l’ordinateur affiche : « Faux ».
Exercice 27
• Cherchons un ordre de grandeur de 6,3 x 2,13.
6,3 est proche de 6,
2,13 est proche de 2,
donc 6,3 x 2,13 est proche de 6 x 2, c’est-à-dire de 12.
La bonne réponse est donc 13,419 (celle d’Eloïse).
• Cherchons un ordre de grandeur de 6 x 12,28.
12,28 est proche de 12, donc 6 x 12,28 est proche de 6 x 12
c’est-à-dire 72.
La bonne réponse est donc 73,68 (celle de Manon).
• Cherchons un ordre de grandeur de 325,7 x 11,8.
Un ordre de grandeur de 325,7 est 300, un ordre de grandeur
de 11,8 est 10, un ordre de grandeur de 325,7 x 11,8 est
donc 300 x 10 soit 3 000.
La bonne réponse est donc 3 843,26 (celle de Manon).
Exercice 28
Le prix en euros du poisson est : 11,6 x 2,1 Le prix s’obtient en multipliant le prix d’un
kilo par le nombre de kilos achetés.
a) On a : 11,6 > 10 et 2,1 > 2,
donc : 11,6 x 2,1 > 10 x 2
soit 11,6 x 2,1 > 20.
Maman ne pourra donc pas payer avec un billet de 20 €.
b) On a : 11,6 < 12 et 2,1 < 3
donc 11,6 x 2,1 < 12 x 3
c’est-à-dire 11,6 x 2,1 < 36.
Maman pourra donc payer avec un billet de 50 €.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 115

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 4

Exercice 29 Un ordre de grandeur de 68,4 x 5,7 est 70 x 6


soit 420.
Les résultats proposés par les trois enfants sont
donc, au premier abord, vraisemblables.
On a : 68,4 < 70 et 5,7 < 6.
On en déduit une première remarque.
On a : 68,4 < 70 et 5,7 < 6
donc : 68,4 x 5,7 < 70 x 6
soit : 68,4 x 5,7 < 420
Cela explique que la réponse d’Amaury est fausse.
68,4 et 5,7 s’écrivent avec un chiffre après la virgule. Par suite, On s’intéresse alors aux virgules de 68,4 et
68,4 x 5,7 s’écrit avec deux chiffres après la virgule. 5,7.
Cela permet de conclure que la réponse de Ludivine ne convient
pas.

Comme : 4 x 7 = 28, le deuxième chiffre après la virgule de Si l’on pose la multiplication de 68,4 par 5,7
68,4 x 5,7 est un 8. on constate que le deuxième chiffre après la
Cela explique que la réponse de Mareb ne convient pas. virgule du résultat est un 8.
68,4
x 5,7
........8 <— car 4 x 7 = 28
..........
........8
Exercice 30
1) Ritchie : 2,3 x 3,2 Sony : 2,3 x 0,8 1) Le prix des pêches s’obtient en multipliant
Pascal : 2,3 x 2,6 Jade : 2,3 x 0,65 le prix d’un kilo par le nombre de kilos
achetés.
2) a) Seuls, Sony et Jade (c’est-à-dire les personnes qui ont
acheté moins d’un kilo de pêches) ont payé moins de 2,30 €.
Ritchie et Pascal, qui ont acheté plus d’un kilo de pêches, ont
payé plus de 2,30 €.
b) 2,3 x 3,2 > 2,3 2,3 x 0,8 < 2,3
d’après le 1) et le 2) a)
2,3 x 2,6 > 2,3 2,3 x 0,65 < 2,3
3) Lorsqu’on multiplie 2,3 par un nombre plus grand que 1, on
obtient un nombre plus grand que 2,3.
Lorsqu’on multiplie 2,3 par un nombre plus petit que 1, on
obtient un nombre plus petit que 2,3.
Exercice 31
C’est faux.
Lorsqu’on multiplie un nombre par un autre
Justification : plus petit que 1, on obtient un nombre plus
0,999 96 < 1 petit que celui du départ.
donc 4 729 x 0,999 96 < 4 729

116 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 32
a) Lorsque je tape 295 687,5 x 19 577 il s’affiche l’entier
5 788 674 188.
Cette réponse n’est pas la valeur exacte de A.
Explication :
Séquence 4

c
a) Afin d’éviter certaines erreurs dues à des
erreurs de frappe, il est bon, avant de taper
chacune des expressions proposées, de chercher
un ordre de grandeur du résultat.
Un ordre de grandeur de A est
300 000 x 20 000 soit 6 000 000 000.
Compte tenu de l’ordre de grandeur de A, le
c

295 687,5 est un décimal s’écrivant avec un chiffre après la virgule, résultat est vraisemblable.
19 577 est un entier, (Sur certaines calculatrices, il s’affiche
donc 295 687,5 x 19 577 est un décimal s’écrivant avec un 5 788 674 187)
chiffre après la virgule. Si le chiffre après la virgule de A est 0, alors A
Comme : 7 x 5 = 35, le chiffre après la virgule de 295 687,5 x 19 577 est un entier.
est un 5. Déterminons ce chiffre après la virgule.
A n’est donc pas un entier. Pourquoi la machine n’a-t-elle pas affiché la
valeur exacte ?
Nos machines peuvent afficher au plus 10
b) Lorsque je tape sur ma calculatrice 22,557 8 x 3,468 9 il chiffres. Lorsque le résultat comporte plus de
s’affiche 78,250 752 42. 10 chiffres, selon les modèles, elles tronquent
Cette réponse est la valeur exacte de B. ou arrondissent les résultats.
Explication : b) Un ordre de grandeur de B est 23 x 3 soit
69.
22,557 8 et 3,468 9 sont deux décimaux s’écrivant avec 4
Compte tenu de l’ordre de grandeur de B, le
chiffres après la virgule, donc 22,557 8 x 3,468 9 est un résultat est vraisemblable.
décimal s’écrivant avec 8 chiffres après la virgule.
Comme le résultat affiché sur la calculatrice a 8 chiffres après
la virgule, ce résultat est la valeur exacte de B.

c) Lorsque je tape sur ma calculatrice 217,753 x 46 271,6 il


s’affiche 10 075 779,71.
c) Un ordre de grandeur de C est 200 x 46 000
Cette réponse n’est pas la valeur exacte de C. soit 9 200 000.
Explication : Compte tenu de l’ordre de grandeur de C, le
217,753 est un décimal s’écrivant avec 3 chiffres après la virgule, résultat est vraisemblable.
10 075 779,71 (la valeur affichée par la
46 271,6 est un décimal s’écrivant avec un chiffre après la virgule,
calculatrice) a 2 chiffres après la virgule. On
donc 217,753 x 46 271,6 est un décimal s’écrivant avec 4 se demande donc si le 3e et le 4e chiffres après
chiffres après la virgule. la virgule du produit 217,753 x 46 271,6 sont
6 x 3 = 18 donc le 4ème chiffre après la virgule de 217,753 x 46 271,6 des zéros.
est 8. Déterminons le 4ème chiffre après la virgule
de 217,753 x 46 271,6.
Comme 10 075 779,71 s’écrit avec 2 chiffres après la virgule,
ce nombre n’est pas la valeur exacte de C. 217,753 x 46 271,6 n’est pas un décimal
pouvant s’écrire avec 2 chiffres après la virgule.

d) Lorsque je tape 86,5 x 545,866 il s’affiche 47 217,409.


Cette réponse est la valeur exacte de D.
Explication : Un ordre de grandeur de D est 90 x 500 soit
86,5 est un décimal s’écrivant avec 1 chiffre après la virgule, 45 000.
545,866 est un décimal s’écrivant avec 3 chiffres après la Compte tenu de l’ordre de grandeur de D, le
résultat est vraisemblable.
virgule, donc 86,5 x 545,866 est un décimal s’écrivant avec 4
chiffres après la virgule. 47 217,409 (la valeur affichée par la
calculatrice) a 3 chiffres après la virgule.
Comme : 6 x 5 = 30, le 4ème chiffre après la virgule de
On se demande donc si le 4e chiffre après la
86,5 x 545,866 est 0.
virgule du produit 86,5 x 545,866 est 0.
86,5 x 545,866 (soit D) s’écrit donc avec trois chiffres après la virgule. Déterminons le 4e chiffre après la virgule de
Comme 47 217,409 (le résultat affiché sur la calculatrice) a 86,5 x 545,866.
3 chiffres après la virgule, le nombre 47 217,409 est la valeur
exacte de D.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 117

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 4

Exercice 33
1) a) 39,4 x 0,1 = 3,94
b) 115,86 x 0,01 = 1,158 6
Séance 5

c) 564,3 x 0,001 = 0,564 3 564,3 = 0564,3

2) • Multiplier un décimal par 0,1 revient à déplacer sa virgule


vers la gauche de 1 rang.
• Multiplier un décimal par 0,01 revient à déplacer sa virgule Remarque : Multiplier un décimal par 0,1 ;
vers la gauche de 2 rangs. 1
0,01 ; 0,001 c’est le multiplier par ,
1 1 10
• Multiplier un décimal par 0,001 revient à déplacer sa , .
virgule vers la gauche de 3 rangs. 100 1 000

Exercice 34 • Calcul de 101 x 0,1


Penser que : 101 = 101,0
930,1 9,3
101 9,1 • Calcul de 9,1 x 100

x 0,1 -1 x 100 +20,1 x 0,01 -0,001 x 0,01 Penser que : 9,1 = 9,10
• Calcul de 9,3 x 0,01
10,1 910 9,301 0,093
Penser que : 9,3 = 009,3
Exercice 35
Le produit de 57 par 0,01 est 57 x 0,01 soit 0,57.
0,57 + 8,43 = 9,00 = 9
La lettre de l’alphabet associée à 9 est I. J’écris donc I dans la 5ème case du « nom secret » :
[A] [R] [C] [H][I][__][__][__][__]
Exercice 36 1) Pour multiplier un décimal par 0,1 on
déplace sa virgule de 1 rang vers la gauche.
1) A = 0,1 x 0,1 = 0,01
00,1
2) B = 0,1 x 0,01 = 0,001
2) Pour multiplier un décimal par 0,01 on
3) C = 0,01 x 0,01 = 0,000 1 déplace sa virgule de 2 rangs vers la gauche.
000,1
3) Même règle que précédemment.
000,01

Exercice 37
1) D = 10 x 0,1 = 1 10,0
2) E = 100 x 0,1 = 10
100,0
3) F = 1 000 x 0,001 = 1
1 000,0
Remarque : Pour calculer les nombres D et F
on aurait pu aussi raisonner ainsi :
1 10
D = 10 x 0,1 = 10 x = =1
10 10
1 1 000
F = 1 000 x 0,001 = 1 000 x = =1
1 000 1 000

118 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 38
a) 86 x 0,1 = 8,6

b) 16,4 x 0,01 = 0,164


86,0
Le nombre cherché est donc 0,1.
Séquence 4

a) On passe de 86,0 à 8,6 en déplaçant la


virgule de 1 rang vers la gauche.

b) On passe de 016,4 à 0,164 en déplaçant la


virgule de 2 rangs vers la gauche.
c c

016,4
Le nombre cherché est donc 0,01.
c) 0940,0
c) 940 x 0,001 = 0,940
d) On passe de 9 400,0 à 9,4 en déplaçant la
d) 9 400 x 0,001 = 9,4 virgule de 3 rangs vers la gauche.
9 400,0
Le nombre cherché est donc 0,001.
e) 18,20 x 100 = 1 820 e) Multiplier un décimal par 100 revient à
déplacer sa virgule de 2 rangs vers la droite.
On a donc obtenu 1 820,0 en déplaçant la
virgule de 2 rangs vers la droite.
1 820,0
Le nombre cherché est donc 18,20.
f) 0 000,000 3
f) 0,000 3 x 0,001 = 0,000 000 3
g) On passe de 0 100,0 à 0,1 en déplaçant la
g) 100 x 0,001 = 0,1 virgule de 3 rangs vers la gauche.
0 100,0
Le nombre cherché est donc 0,001.
h) 0,001 x 4 340 = 4,34 h) Multiplier un décimal par 0,001 revient à
déplacer sa virgule de 3 rangs vers la gauche.
On a donc obtenu 4,34 en déplaçant la
virgule de 3 rangs vers la gauche.
4,340
Le nombre cherché est donc 4 340.
Exercice 39
a) Comparer deux nombres c’est dire lequel
a) 100 x 71,63 = 7 163 est le plus grand (ou le plus petit)
10 x 7,15 = 71,5 71,63
7 163 > 71,5 7,15
donc 100 x 71,63 > 10 x 7,15
Attention ! Il faut répondre exactement à la
question posée.
Il était demandé de comparer 100 x 71,63 et
10 x 7,15.
Il ne fallait pas s’arrêter à la conclusion :
7 163 > 71,5
b) Ranger des produits dans l’ordre croissant,
c’est les écrire du plus petit au plus grand.
b) 1 000 x 0,981 8 = 981,8 0,981 8
0,1 x 9 818,7 = 981,87 9 818,7
10 x 98,175 = 981,75 98,175
981,75 < 981,8 < 981,87
Penser que : 981,8 = 981,80
donc : 10 x 98,175 < 1 000 x 0,981 8 < 0,1 x 9 818,7

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 119

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 4

Exercice 40
1)
0,01 x 134 x 100 x 0,1 = (0,01 x 100) x 134 x 0,1 = 13,4
1) On remarque les facteurs 0,01 et 100.
0,01 x 100 = 1
On peut utiliser cette égalité vu que dans un
produit on peut changer l’ordre des facteurs et
les grouper comme on veut.
1
La partie entière de 13,4 est 13. 2) On remarque les facteurs 0,1 et 0,01.

La lettre de l’alphabet associée à 13 est M. 0,1 x 0,01 = 0,001


Cette dernière égalité est «intéressante» vu
J’écris donc M dans la 6ème case du «nom secret».
que : 1 000 x 0,001 = 1
[A] [R] [C] [H][I][M][__][__][__] On pouvait également utiliser une autre
2) méthode :

1 000 x 50 x 0,1 x 0,1 x 0,01 = 1 000 x (0,1 x 0,01) x 50 x 0,1 = 1 x 50 x 0,1 = 5 On remplace 1 000 par 10 x 100. Ainsi,
on peut utiliser les égalités : 10 x 0,1 = 1 et
0,001 100 x 0,01 = 1
La lettre de l’alphabet associée à 5 est E. 1 000 x 50 x 0,1 x 0,1 x 0,01
= 10 x 100 x 50 x 0,1 x 0,1 x 0,01
J’écris donc E dans la 7ème case du «nom secret». = (10 x 0,1) x (100 x 0,01) x 50 x 0,1 = 5
[A] [R] [C] [H][I][M][E][__][__] 1 1

120 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 41
Séance 6

La distance en km qu’Ydriss parcourt les jours de classe, pour


suivre ses cours, est :
2,4 x 2 = 4,8
c
Séquence 4

L’année scolaire compte 36 semaines de classe.


Pour répondre à la question posée, il sufffit
de commencer par calculer la distance en km
qu’Ydriss parcourt chaque semaine pour suivre
ses cours.
c

Il va 5 fois par semaine au collège.


La distance en km qu’il parcourt chaque semaine pour suivre sa
scolarité est donc :
4,8 x 5 = 24
La distance en km qu’il parcourra cette année scolaire en allant
au collège est :
24 x 36 = 864
Le chiffre des unités de 864 est 4.
La lettre de l’alphabet associée à 4 est D.
J’écris donc D dans la 8ème case du « nom secret ».
[A] [R] [C] [H][I][M][E][D][__]
Exercice 42 Si nécessaire, commence par regarder tourner
l’aiguille des secondes d’une pendule.
Chaque minute, l’aiguille des secondes d’une pendule fait un Combien de temps met-elle pour effectuer un
tour de cadran. tour de cadran ?
Commençons par calculer combien de tours
1 h = 60 min elle effectue en une journée.
En 1 h, elle fait donc 60 tours de cadran.
1 journée = 24 h
En 1 journée, le nombre de tours de cadran que fait l’aiguille
des secondes est donc : 60 x 24 = 1 440
En 1 année de 365 jours, le nombre de tours de cadran que fait
cette aiguille est donc : 1 440 x 365 = 525 600
Exercice 43 2) On sait combien de personnes ont payé
au tarif réduit. Pour calculer la recette de
1) Le nombre total de places du cinéma est : 36 x 18 = 648 la séance de 15 h, il faut savoir combien de
personnes ont payé au tarif normal.
Le nombre de places libres à la séance de 15 h était :
648 – 459 = 189 3) Attention ! Le nombre de tickets vendus ne
s’obtient pas en calculant 973 – 187.
2) Le nombre de personnes ayant payé le prix normal est :
459 – 271 = 188 Pour t’en convaincre, imagine que le dernier
billet vendu ait porté le numéro 188.
La recette en euros de la séance de 15 h a été
Seulement deux billets auraient été vendus
(6,40 x 188) + (5,60 x 271) soit 1 203,2 + 1 517,6 dans la journée. Des deux calculs 188 – 187
c’est-à-dire 2 720,8. et (188 – 187) + 1, c’est bien le deuxième qui
permet d’obtenir 2.
3) Le nombre de tickets vendus dans la journée a été :
Lorsqu’on te demande de répondre à une
(973 – 187) + 1 = 786 + 1 = 787
question du type de celle qui t’a été posée,
ramène-toi toujours au brouillon à un cas plus
simple, afin de vérifier que le calcul que tu
proposes a des chances d’être correct.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 121

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 4

Exercice 44
Le nombre de places en première classe est : 105 x 13 = 1 365
Pour répondre à la question posée, on
Le nombre de places dans chaque wagon de seconde classe est : commence par calculer le nombre total de
10 x 6 = 60 places dans le train. On calcule donc le
nombre total de places en première classe, puis
Le nombre de places en seconde classe est : 60 x 24 = 1 440 en seconde.
Le nombre total de places dans le train est : 1 365 + 1 440 = 2 805
Le nombre de places libres est : 2 805 – 1 512 = 1 293
Exercice 45
C’est la première étiquette qui indique la somme en euros
qu’ont dû payer les Holidays en quittant le camping.
Justification : Combien de nuitées vont être facturées à
la famille ? 29 – 17 ou (29 – 17) + 1 ?
Pour le camping, tout se passe comme si les Holidays étaient Réfléchissons.
restés du 17 juillet à 12 h au 29 juillet à 12 h.
Le 18 juillet à 12 h, les Holidays doivent 1
Le nombre de nuitées qui vont être facturées aux Holidays est nuitée, soit 18 – 17 nuitée.
29 – 17 soit 12.
Seul, l’enfant de 8 ans a bénéficié d’un tarif réduit. Pour déterminer le nombre de nuitées qui
vont être facturées à la famille, on calcule
La dépense par nuitée en euros pour le séjour des cinq donc 29 – 17. (On ne l’obtient pas par une autre méthode)
personnes a donc été : 2,50 + (4,80 x 4) = 2,50 + 19,20 = 21,70
La somme totale en euros que devait par nuitée la famille
Holidays au camping était : 21,70 + 1,90 + 2,30 + 0,61 = 26,51
La somme totale en euros qu’a dû payer la famille Holidays en
partant est : 26,51 x 12 = 318,12

122 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 46
Séance 7

Comme il y a un arbre à chaque extrémité de l’avenue, le


nombre d’intervalles entre deux arbres consécutifs est égal au
nombre d’arbres moins 1. Le nombre d’intervalles est donc :
Séquence 4

La longueur en m de l’avenue s’obtient en


multipliant 5,10 (la distance en m séparant
deux arbres consécutifs) par le nombre
d’intervalles.
Combien y a-t-il d’intervalles ?
c c

105 – 1 = 104 Il fallait se souvenir que si l’on place des


La longueur en m de l’avenue est : 5,10 x 104 = 530,4 points sur une ligne (non fermée), en
plaçant un point à chaque extrémité, le
Le chiffre des centaines du résultat obtenu est 5. nombre d’intervalles est égal au nombre de
points moins 1.
La lettre de l’alphabet associée à 5 est E.
J’écris donc E dans la 9ème case du «nom secret».
[A] [R] [C] [H][I][M][E][D][E]
5 points
Il apparaît alors le nom d’un très grand savant grec (peut-être 4 intervalles
le plus grand de l’Antiquité).
Archimède était à la fois un mathématicien, un physicien, un
ingénieur et un philosophe. Il vécut de 287 à 212 avant Jésus
Christ.
Il est l’inventeur de la roue dentée, de la poulie, du levier, de la
vis sans fin… Grâce à des machines qu’il avait fait construire
pour lancer au loin des pierres, il tint en échec pendant trois
ans les Romains qui assiégeaient sa ville (Syracuse).
Il a, par ailleurs, pris conscience en prenant son bain, de la
poussée de l’eau sur tout corps plongé dedans. Il était si joyeux,
paraît-il, d’avoir fait cette découverte, qu’il serait sorti de
son bain et aurait traversé sa ville en criant : « Euréka ! » (J’ai
trouvé)

Exercice 47 On fait une multiplication. C’est l’opération


que tu aurais faite si le tapis avait coûté 2 ou
Le prix du tapis en euros est : 357,10 x 0,630 07 = 224,997 99 3 dinars.
L’arrondi au centième de ce prix est 225.
Le chiffre des millièmes du prix est 7. Par suite
l’arrondi au centième du prix est 224,99 + 0,01
soit 225.

Il était inutile, pour traiter l’exercice, de savoir


que Pierre-Yves était allé en Tunisie pour ses
30 ans. Connaître la longueur du tapis ne
servait pas non plus.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 123

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 4

Exercice 48
Énoncé
Florine achète 2,100 kg de pommes à 1,6 € le kilo. Elle paie avec
un billet de 5 euros.
Ce n’est pas, bien sûr, le seul énoncé qui
convienne.

Attention ! Lorsqu’on te demande d’écrire


un énoncé, il ne faut pas oublier d’écrire la
Combien lui rend-on ? question.
Solution
Le prix des pommes s’obtient en multipliant le
La somme en euros qu’on rend à Florine est : prix d’un kilo par le nombre de kilos achetés.
5 – (1,6 x 2,100) = 5 – 3,36 = 1,64
Exercice 49
1) Le montant total en euros des achats de Léopoldine est :
20 – 5,18 = 14,82
350 g = 0,350 kg
Le prix de la limande s’obtient en multipliant
Le prix en euros de la limande est : 9,8 x 0,35 = 3,43 le prix d’un kilo par le nombre de kilos
290 g = 0,290 kg achetés.

Le prix en euros des crevettes roses est : 21 x 0,29 = 6,09 (9,8 x 0,35) + (21 x 0,29) + (2,34 x 2)
représente le prix total en euros de la limande,
Le prix total en euros des deux soupes de poisson est : des crevettes roses et des deux soupes de
2,34 x 2 = 4,68 poisson.

Le prix en euros de la mayonnaise est : On pouvait donc calculer directement le prix


en euros de la mayonnaise en retranchant
14,82 – (3,43 + 6,09 + 4,68) = 14,82 – 14,2 = 0,62
(9,8 x 0,35) + (21 x 0,29) + (2,34 x 2) à
14,82
c’est-à-dire en effectuant :
14,82 – ((9,8 x 0,35) + (21 x 0,29) + (2,34 x 2))
ce qu’on note généralement :
14,82 – [(9,8 x 0,35) + (21 x 0,29) + (2,34 x 2)]
(On utilise un crochet, car à l’intérieur de la
grande parenthèse, il y a des parenthèses)
Pour effectuer une expression contenant
un crochet, on commence par effectuer les
parenthèses à l’intérieur du crochet.
Ainsi, le prix en euros de la mayonnaise est :
14,82 – [(9,8 x 0,35) + (21 x 0,29) + (2,34 x 2)]
soit 14,82 – (3,43 + 6,09 + 4,68)…

Le prix du saumon s’obtient en multipliant le


2) On ne peut calculer le prix des deux tranches de saumon vu prix d’un kilo par le nombre de kilos achetés.
qu’on ne connaît pas leur « poids ». Cette question était un piège !

124 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 50
a) L’heure d’arrrivée de Monsieur Durand à Belleface est :
7 h 50 min + 13 h 25 min = 20 h 75 min = 21 h 15 min
Séquence 4

20 h 75 min = 20 h + 60 min + 15 min donc


20 h 75 min = 21 h 15 min
c c

b) Si Monsieur Durand n’avait pas eu de panne, son heure


d’arrivée à Belleface aurait été : 20 h 75 min Si Monsieur Durand n’avait pas eu une panne
21 h 15 min – 2 h 25 min = 18 h 50 min 21 h 15 min de voiture, il serait arrivé 2 h 25 min plus tôt.

- 2 h 25 min
18 h 50 min
c) La somme en euros qu’a dépensée Monsieur Durand pour
faire le voyage est : 240 + (1,18 x 64,5) = 240 + 76,11 = 316,11 Le prix total en euros de l’essence utilisée
s’obtient en multipliant le prix d’un litre par le
nombre de litres achetés.
Exercice 51 1) La longueur en m de fil nécessaire pour
faire une fois le tour de la propriété s’obtient
1) Le nombre de piquets utilisés pour la clôture de la propriété en multipliant 1,3 (la distance en m séparant
(268) est égal au nombre d’intervalles séparant deux piquets deux piquets consécutifs) par le nombre
consécutifs. d’intervalles.
Combien y a-t-il d’intervalles ?
La longueur en m de fil métallique utilisé par Monsieur
Champêtre pour sa clôture est : 1,3 x 268 x 2 = 696,8 Il fallait se souvenir que si l’on place des points
sur une ligne fermée, il y a autant de points
que d’intervalles.

9 points
9 intervalles

« x 2 » car il y a deux rangées de fil autour de


la propriété.

2) Le prix total en euros du fil utilisé est : 1,96 x 696,8 = 1 365,728 2) Le chiffre des millièmes de 1 365,728
est 8. Par suite, l’arrondi au centième de 1
L’arrondi au centième de ce prix est 1 365,73 365,728 est 1 365,73.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 125

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 4

Exercice 52
• Lorsque tu tapes dans la cellule A1 :
Séance 8

Prix d’un mètre de tissu en euros :


puis appuies sur la touche Entrée.
tu obtiens :

• Lorsque tu tapes dans la cellule A3 :


Prix total en euros :
puis appuies sur la touche Entrée.
tu obtiens :

Tu remarques qu’une partie du texte que tu viens de taper


déborde dans les colonnes B et C.
Afin qu’il n’en soit plus ainsi, place le pointeur de la souris sur
le trait de séparation des colonnes A et B, dans la partie grisée.
Lorsqu’il apparaît : double-clique.
La largeur de la colonne A s’ajuste au plus long texte qui y est
tapé.
Exercice 53
2) Le prix en euros du tissu est : 4 x 2 = 8
3) c’est-à-dire de multiplier le nombre qui est dans la cellule B1 C’est là qu’un tableur a son avantage.
par celui qui se trouve dans la cellule B2. Quand on tape un nouveau prix en B1 et une
nouvelle longueur en B2, le prix est recalculé
b) Je remarque qu’il s’affiche 52,5 dans la cellule B3 (soit le automatiquement.
prix des 5,25 m de tissu à 10 € le mètre).

126 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 54
1) Remarque : Pour travailler sur une feuille vierge, clique sur
cette icône
c
Séquence 4 c

2) a) On obtient le total à payer en ajoutant au prix des


kilomètres parcourus le prix de la location.
Le prix des kilomètres parcourus s’obtient en multipliant le prix
d’un kilomètre par le nombre de kilomètres parcourus.
b) B6 = B3 * B4 + B1
c) Pour faire calculer par le tableur le total à payer :
On met le curseur sur la cellule B6. On tape sur la touche = du
clavier. On clique alors sur la cellule B3. On tape sur le symbole
multiplié du clavier : *. On clique sur la cellule B4. On tape sur
le signe +. On clique sur la cellule B1 et enfin on tape sur la
touche Entrée.
Il s’affiche 34 dans la cellule B6.
3)

Distance parcourue (en km) 100 200 300 400 500


Total à payer (en €) 70 110 150 190 230
On peut procéder de différentes façons. La
4) D’après le tableau du 3-, le nombre de kilomètres cherché suivante est rapide.
est compris entre 400 et 500.
Plaçons 200 € dans le tableau du 3- :
D’après le tableur, le total à payer correspondant à une
distance de 450 km est 210 €. distance parcourue 400 …… 500
(en km)
Le nombre de kilomètres cherché est compris entre 400 et 450. total à payer (en €) 190 200 230
D’après le tableur, le total à payer correspondant à une « À mi-chemin » entre 400 et 500 se trouve
distance de 425 km est 200 €. 450.
Ainsi, le nombre de kilomètres que ne devront pas dépasser Comparons le nombre de kilomètres cherché
Monsieur et Madame Saroume est 425 km. à 450.
On a :
distance parcourue 400 …… 450
(en km)
total à payer (en €) 190 200 210
« À mi-chemin » entre 400 et 450 se trouve
425.
Comparons le nombre de kilomètres cherché
à 425.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 127

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 4

Exercice 55
Le prix en euros des 19 gommes est : 0,97 x 19
Séance 9

Or lorsqu’on multiplie un nombre par un autre plus petit que


1, le résultat est inférieur au nombre initial.
Donc : 0,97 x 19 < 19
L’instituteur pourra payer avec un billet de 20 €.

Exercice 56
Le prix du câble s’obtient en multipliant le prix
Le prix en euros du câble est : 11,80 x 4,95
d’un mètre par le nombre de mètres achetés.
Mentalement, on pouvait voir qu’il y avait une erreur dans le
prix qu’annonçait la marchande. En effet :
11,80 < 12 et 4,95 < 5
Par suite, le prix en euros du câble est inférieur à 12 x 5, c’est-
à-dire à 60.
Exercice 57
1 609 m = 1,609 km donc 1 mile = 1,609 km
La distance en km qui sépare la maison de Madame Smith de
On fait une multiplication. C’est l’opération
l’école est 0,85 x 1,609 soit environ 1,368 km. que tu aurais faite si la distance entre l’école
et la maison de Madame Smith avait été de 2
ou 3 miles.
Exercice 58 1 L d’eau pèse 1 kg. Par suite, si nous
déterminons le nombre total de litres contenus
Le nombre de packs d’eau contenus dans les 24 cartons est : dans 24 cartons, nous en déduisons le «poids»
24 x 12 = 288 total de l’eau contenue dans ces cartons.
Le nombre de litres d’eau contenus dans un pack est : 1,5 x 6 = 9 Pour déterminer ce nombre de litres, on
pouvait également utiliser la méthode suivante :
Le nombre total de litres d’eau contenus dans les 24 cartons Le nombre de bouteilles contenues dans les 24
est : 9 x 288 = 2 592 cartons est :
24 x 12 x 6 = 1 728
1 L d’eau pèse 1 kg, donc 2 592 L d’eau pèsent 2 592 kg. Le nombre total de litres d’eau contenus dans
les 24 cartons est :
1,5 x 1 728 = 2 592
Le chargement de la camionnette ne doit pas dépasser 2 500 kg.
On ne peut donc pas mettre dans la camionnette 24 cartons
contenant chacun 12 packs d’eau minérale.

128 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice Test
1) Pose l’équation : 469 x 78. Tu trouves :
® 36 672
˝ 36 582
® 7 035
1)
469
x 78
3752
3283 .
c
Séquence 4 c

® 36 772 36582
2) 0,81 x 10 est égal à : 2) (Pour multiplier un décimal par 10 on
® 0,810 déplace sa virgule de 1 rang vers la droite)
® 81
® 0,081
˝ 8,1
3) Le double de 0,67 est 2 x 0,67
3) Le double de 0,67 est :
® 1,24
® 6,7
® 0,134 4)
˝ 1,34 19,4
4) Pose l’opération : 19,4 x 50,8. Tu trouves : x 50,8
® 752,48 155,2
˝ 985,52
970 ., . fl Attention ! Il ne faut pas oublier
® 1 001,52
® 985,55 985,5,2 de décaler d’un rang de plus vers la
5) 3,150 kg de saumon coûtent 69,30 €. Combien coûtent gauche, vu le zéro de 50,8
315 kg de saumon ? 5) 315 = 3,15 x 100
˝ 6 930 € Par suite, 315 kg de saumon coûtent 100 fois
® 693 € plus cher que 3,15 kg. Ils coûtent donc en euros
® 69,30 € 69,30 x 100 soit 6 930.
® 6,930 €
6) 75,248 x 0,1 est égal à : 6) Pour multiplier un décimal par 0,1 on
® 752,48 déplace sa virgule de 1 rang vers la gauche.
˝ 7,524 8
® 0,752 48
® 75,248
7) Pour multiplier un décimal par 0,001 on
7) 94,21 x 0,001 est égal à : déplace sa virgule de 3 rangs vers la gauche.
® 94 210
0094,21
® 0,009 421
˝ 0,094 21
® 0,000 942 1 8)
8) 0,8 x 1,25 est égal à : On déduit le résultat de l’égalité :
® 0,001 8 x 125 = 1 000
˝1
® 10 9)
® 0,000 1 295,4 est proche de 300,
9) Le produit 295,4 x 32,81 est proche de 32,81 est proche de 30,
® 6 000
donc 295,4 x 32,81 est proche de 300 x 30
˝ 9 000 soit de 9 000.
® 12 000
® 15 000
10) Un seul de ces nombres est égal à 12,6 x 27,3. 10) Le nombre 12,6 est proche de 10,
Mentalement, on voit qu’il s’agit de : 27,3 est proche de 30,
® 3 439,8 donc 12,6 x 27,3 est proche de 10 x 30 soit
® 343,86 de 300.
˝ 343,98 La bonne réponse est donc :
® 34,98 • soit 343,86 • soit 343,98
Comme : 6 x 3 = 18, le deuxième chiffre
après la virgule de 12,6 x 27,3 est 8. La bonne
réponse est donc 343,98.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 129

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 5

Ce que tu devais faire


Je révise les acquis de l’école
1) a) oui
SÉQUENCE 5
Séance 1
Les commentaires du professeur
1) Si l’on plie le long de la droite (d), les deux
poissons se superposent exactement. Ils sont
donc symétriques.

2) Il y a un petit détail qui fait que les deux


2) b) non requins ne sont pas symétriques : les yeux ! (le
requin du dessous n’a pas d’oeil).

3) a) oui 3) Voici en rouge le seul axe de symétrie de


notre petite fourmi :

4) On aura beau plier la feuille dans tous


4) b) non les sens, jamais deux parties du trombone ne
coïncideront exactement.

130 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 1
cas 1
dans le cas 1 :
Séquence 5

c
Expliquons en détail « la technique du calque »

On pose une feuille de papier calque sur la


figure. On reproduit par transparence les deux
poissons et la droite bleue.
c

Les deux tracés se superposent exactement. On plie ensuite la feuille le long de la droite
bleue. On regarde ensuite si les deux poissons
cas 2 se superposent exactement.

Les deux tracés ne se se superposent pas exactement.


Dans le cas 1, les deux poissons se
cas 3 superposent.

Dans le cas 2, les deux figures ne se


superposent pas exactement.

Dans le cas 3, les deux figures se superposent.

Les deux tracés se superposent exactement.


Dans les cas 1 et 3, les figures se superposent exactement Dans le cas 1, on dit que les deux poissons
lorsqu’on plie le long de la droite bleue. sont symétriques par rapport à la droite bleue.
Dans le cas 2, les deux figures ne se superposent pas On dit aussi que le poisson « de gauche » est
exactement. le symétrique du poisson « de droite ».

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 131

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 5

Exercice 2

(d)

Cette méthode nous permet d’obtenir le


symétrique du bateau à l’aide d’un papier
calque.

Le bateau obtenu est en quelque sorte le reflet


dans un miroir du premier bateau, le miroir se
situant le long de la droite (d).

Exercice 3 En effet, tu as vu dans le corrigé de l’exercice


1 que ces trois phrases avaient la même
Jade, Méline et Jules ont tous les trois raison. signification.
Exercice 4 a)
Les figures ne sont
a) non (d) pas symétriques à
cause d’un « coin »
de la figure.
Grâce à la
modification
b) oui représentée en
rouge, les deux
figures sont
symétriques.
c) non c)
Les figures ne sont
pas symétriques : la
figure du dessous
est trop grande.
(d) Grâce à la
modification
représentée en
rouge, les deux
figures sont
symétriques.
d) non d)
Les figures ne sont
pas symétriques : sur
la figure du dessous
le texte n’est pas
représenté.
Grâce à la
(d)
modification
représentée en
rouge, les deux
figures sont
symétriques.

132 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 5
Séquence 5

a) Pour construire le symétrique de la figure,


on utilise le quadrillage. On commence par
c
« repérer » un point. Il suffit alors de compter
et de reporter le même nombre de carreaux
de l’autre côté de la droite. On fait de même
pour un deuxième point. Il suffit alors de
c

relier les deux points obtenus pour obtenir « le


a) b) début » de la figure symétrique.

(d2 )

On continue ainsi pour chaque petit segment.


On obtient alors le contour de la figure.
(d1 )

Il ne reste plus alors qu’à la colorier.

b) On applique la même méthode que celle


utilisée dans le a), mais cette fois l’axe n’est
pas vertical mais horizontal.
c) d)
c) On utilise également le quadrillage. On
(d3 ) (d4 )
compte cette fois le nombre de diagonales de
carreaux.

(d3 )

e) f) d) On applique la même méthode que dans


le c).
(d5 )
e) f) On applique toujours la même méthode.
La difficulté nouvelle dans ces deux derniers
cas provient du fait que la figure et son
symétrique « se mélangent ». Pour plus de
lisibilité, on n’a pas colorié le symétrique

(d6 )

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 133

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 5

Exercice 6

(d )

Le symétrique de la figure On dit dans ce cas que la droite (d) est un axe
se superpose exactement à de symétrie de la figure.
elle-même.

Exercice 7 (d)
Jules a raison, Jade et Méline ont tort.
On voit bien que cette figure n’est pas symétrique par rapport
à la droite (d). Par conséquent, la droite (d) n’est pas un axe de
symétrie de cette figure.

134 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Ce que tu devais faire
Exercice 8

A
(d)
A'
Séance 2
Les commentaires du professeur
Séquence 5

c
Tu viens dans cet exercice de découvrir ce qu’est
le symétrique d’un point par rapport à une
c

droite.

Ici, par exemple, A’ est le symétrique du point


A par rapport à la droite (d) : c’est le point qui
B B' se superpose à A par pliage de la feuille le long
C C' de la droite (d).

Il en est de même pour B’ qui est le symétrique


de B par rapport à la droite (d) et de C’ qui est
le symétrique de C par rapport à la droite (d).

Exercice 9 Pour construire le symétrique d’un point à


(d) l’aide d’un quadrillage, il suffit de « compter
1)
A A' les carreaux » :

B' B (d)
A 5 carreaux 5 carreaux A'
C C'

D D' B B'
C C'

E E'
D D'

E E'
On dit qu’un point est son propre symétrique
2) Le symétrique E’ du point E par rapport à la droite (d) est E. lorsque ce point et son symétrique sont
D
confondus (c’est-à-dire qu’ils sont « exactement
De façon générale, chaque point situé sur la droite (d) est son (d)
au même endroit
G' »). F' E C
propre symétrique.
C'
Exercice 10
1) Ici, pour construire le symétrique d’un point à E'
D l’aide d’un quadrillage, il suffit de « compter
les diagonales de carreaux » : B
(d)
G' F' E C F
C'
B'
1,5 ago
la

A
di

E'
fo nale
is

B
F
1,5 ago

A
la

B'
di
fo nale
is

G
A' G A' D'
D'

2) Le symétrique du point D est G. Le symétrique du point G


est D.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 135

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 5

Exercice 11
1) Le segment [AA’] et la droite (d) semblent perpendiculaires.
Le segment [BB’] et la droite (d) semblent également
perpendiculaires.
a)

B
A
(d)

A'
On place
l’équerre de la
façon suivante
pour tester si les
droites (AA’)
et (d) semblent
2) D’après la figure, il semble que : AE = EA’ et que BF = FB’. perpendiculaires.
3) La droite (d) semble être la médiatrice des segments [AA’] et B'

On fait de même
[BB’]. pour (BB’) et (d).
(d)
A

On vérifie avec le
B
A' compas que AE
et EA’ semblent
égales de la façon
B' suivante.

On fait de même
pour BF et FB’.

Exercice 12
On applique la méthode vue précédemment.
On utilise l’équerre et le compas.

A Pour construire le point A’ :

• On trace la droite perpendiculaire à la


droite (d) passant par A.

(d) • On prend le compas et on reporte la


B distance AI à partir du point I comme ci-
dessous.

C‘ A

(d)

I
A‘
B‘

C A‘

136 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 13

(d2 )
On utilise à nouveau la méthode vue
précédemment.
Séquence 5

c c

A (d1 )
Il fallait faire attention à bien lire la consigne :
A’ est le symétrique de A par rapport à la droite
(d1). Il faut donc tracer la perpendiculaire à
B' la droite (d1) passant par A puis prendre son
compas.
A'
Il fallait ensuite construire B’, le symétrique du
point B par rapport à la droite (d2 ).

Exercice 14
On applique à nouveauC'
la même méthode B'
B' pour obtenir les points A’, B’ et C’.
C'
Pourquoi n’a-t-on pas A

codé sur la figure les I

égalités de longueurs ? H

la réponse est simple,


A étudions un exemple
B J
C

ci-contre. On a voulu
coder l’égalité des
K I deux longueurs AJ
et JA’. A'
Quelqu’un qui
regarde la figure va
certainement dire :
d’après la figure on
a HJ = JA’. Ce qui ici
C est faux.
J En fait, comme le segment [AJ] est coupé par
B
au moins un autre segment, on ne peut pas
AJ = JA’ coder l’égalité de longueur AJ = JA’.
BI = IB’
CK = KC’ De fait, on ne peut coder aucune des trois
égalités de longueur sur la figure.

Par contre, on peut toujours écrire sous la


figure les trois égalités.

A'

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 137

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 5

Ce que tu devais faire


Exercice 15
1) 2) 3)
Séance 3
Les commentaires du professeur

Les points A’, B’, C’ et D’ semblent alignés.


(d)
On applique la méthode de construction du
(∆) symétrique d’un point vue dans la séance
précédente.
A
On remarque ensuite que les symétriques des
points de la droite (d) semblent alignés, c’est-
à-dire semblent être sur une même droite.
B
B' A' (d') Ce résultat est en fait toujours vrai.
D' C'
I On admettra que le symétrique de la droite (d)
C est la droite (d’).

Exercice 16
(∆)

Pour construire le symétrique d’une droite,


il suffit de tracer les symétriques de ses deux
A' points : ici, on a tracé les symétriques A’ et B’
de A et de B. La droite symétrique de la droite
B (AB) est (A’B’).

On peut te demander de tracer le symétrique


B' d’une droite « quelconque » : pour cela, tu dois
choisir deux points de cette droite et construire
(d') (∆) leurs symétriques.
(d)
Attention ! Il ne faut pas choisir les deux points
aux extrémités du trait qui représente (d). Une
droite est illimitée.

138 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 17
1)
(d)
(∆)
Séquence 5

c c

(d')

On applique dans les 3 cas la méthode décrite


2) dans l’exercice précédent.

(d) 1)

2) Ce cas est particulier car les droites (d)


et (D) sont perpendiculaires : dans ce cas, la
droite (d) et son symétrique sont confondus.
On dit que la droite (d) est son propre
symétrique.

(d') 3) Ce cas est lui aussi particulier car les


droites (d) et (D) sont parallèles. Dans ce cas,
3) la droite (d’) semble parallèle à la droite (d).

(d)
(∆)

(d')

Exercice 18
A ∈ (Δ)
(∆) (d)
A Nous savons que chacun des points de la droite
(D) est son propre symétrique par rapport à
(d') la droite (D). Donc le symétrique de A par
rapport à (D) est A lui-même.

Il ne nous suffit donc plus que de connaître un


point de la droite (d) et son symétrique pour
pouvoir tracer la droite (d’).

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 139

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 5

Exercice 19
1)

G
1)

On construit à l’aide de l’équerre et du


compas les points A’, B’, C’, D’, E’, F’ et G’.

E NFB On trace ensuite la droite (A’B’). Cette droite


A D passe par les points B’, C’, D’, E’, F’ et G’.
G' On le savait car les point B, C, D, E, F et G
C
B' sont sur la droite (d) et le symétrique d’une
F' droite est une droite.
K
E'
D'
A'

C'
2) On remarque que parmi C, D, E, F et G,
tous les point qui sont sur le segment [AB] ont
pour symétrique un point du segment [A’B’].
2)
De plus, les points qui ne sont pas sur [AB]
C ∉ [AB] C’ ∉ [A’B’] ont pour symétrique un point qui n’est pas sur
[A’B’].
D ∈ [AB] D’ ∈ [A’B’]
E ∈ [AB] E’ ∈ [A’B’] 3) Il fallait écrire que ce que nous avons
constaté ci-dessus pour les points A, D, E,
F ∈ [AB] F’ ∈ [A’B’] F semblait vrai pour tout point du segment
[AB].
G ∉ [AB] G’ ∉ [A’B’]
3) Si un point M est sur le segment [AB], alors son symétrique 4) Nous remarquons qu’inversement, le
M’ semble être sur le segment [A’B’]. symétrique de tout point du segment [A’B’]
semble être sur le segment [AB].
4) Le point N semble être sur le segment [AB].
Exercice 20
1)
E F'
1)
D
Nous venons de voir que le symétrique d’un
A (∆)
C segment est un segment. Pour construire le
symétrique de chacun des trois segments,
B il suffit de commencer par construire le
F symétrique de chacune de ses extrémités.

D' E' 2)
C' On remarque que les longueurs d’un segment
B' et de son symétrique semblent être égales.

Par la suite, nous admettrons que ceci est


toujours vrai : un segment et son symétrique
ont toujours la même longueur.

A'
2) Il semble que : AB = A’B’ CD = C’D’ EF = E’F’.

140 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 21
Méline et Jules ont raison ; Jade a tort.
Séquence 5

En mathématiques, si une propriété est dite vraie (par exemple :« deux segments de même longueur sont symétriques »), cela veut
c
dire qu’elle est toujours vraie. Ici, lorsqu’on dit que cette propriété est fausse, on veut dire qu’elle n’est pas toujours vraie. Pour le
c

démontrer, il suffit alors de trouver un exemple pour lequel la propriété n’est pas vérifiée (on appelle cela un contre-exemple).

Voici un contre-exemple :

D [AB] et [CD] sont deux segments de même longueur. Supposons qu’ils soient symétriques par
A rapport à une droite (D). Nous cherchons où peut se trouver cette droite.

Le symétrique du point B est nécessairement une extrémité du segment [CD]. Il y a donc deux possibilités : D ou C.

• Si le symétrique du point B était le point D :


(∆)
B
La droite (D) est nécessairement la médiatrice du segment [BD]. On voit bien alors que le
D point C n’est pas le symétrique du point A. Le symétrique du point B n’est donc pas le point
A
D.
C

• Si le symétrique du point B était le point C :


B

D La droite (D) est nécessairement la médiatrice du segment [BC]. On voit bien alors que
A le point D n’est pas le symétrique du point A. Le symétrique du point B n’est donc pas le
(∆)
point D.
C

Conclusion : les deux cas envisagés mènent à quelque chose d’impossible. Les segments [AB] et [CD] ne peuvent donc pas être
symétriques par rapport à une droite.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 141

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 5

Exercice 22
1) 2)
(∆)

B 1) On applique la méthode vue dans l’exercice


20 pour tracer le symétrique du segment
I [AB].

A 2) On construit le point I’ , symétrique du


B' point I à l’aide de l’équerre et du compas.

I'

A'
3) 3)

a) a)
On sait que : I ∈ [AB]
On sait que le symétrique de tout point du
D’après la propriété : Le symétrique du segment [AB] est le segment [AB] est sur le segment [A’B’].
segment [A’B’]. Comme I est sur [AB], le point I’ est donc sur
le segment [A’B’].
On conclut : I’ ∈ [A’B’]
b) b)

Le symétrique du segment [AI] est [A’I’], donc : AI = A’I’. Nous utilisons dans cette question la propriété
suivante : « un segment et son symétrique ont
Le symétrique du segment [IB] est [I’B’], donc : IB = I’B’.
la même longueur ».
Or I est le milieu de [AB] donc : AI = IB.
On a : AI = IB, AI = A’I’ et IB = I’B’ donc A’I’ = I’B’.
Comme I’ ∈ [A’B’] et que A’I’ = I’B’, le point I’ est le milieu de
[A’B’].

142 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Ce que tu devais faire
Exercice 23

A'
Séance 4
Les commentaires du professeur
c
Séquence 5 c

On ne peut pas construire le point A car il


« sort du petit bout de papier ».

B On voit que l’on peut construire le symétrique


du point B. On peut donc construire le segment
[A’B’], qui est en fait le symétrique du segment
B' [AB] que l’on ne peut pas construire. Comme
ces deux segments ont la même longueur, il
(d) suffit donc de mesurer le segment [A’B’] pour
trouver la mesure de [AB].

On construit B’ le symétrique de B par rapport à (d).


Le segment [AB] a pour symétrique par rapport à (d) le
segment [A’B’]. Ce deux segments ont donc même longueur.
On mesure le segment [A’B’].
[A’B’] mesure environ 4 cm donc [AB] mesure environ 4 cm.
Exercice 24
E'
(∆)
(∆) E
B
B' D
D'
A

A'
C F'
C'
F
(∆)
N'
K K'
U' O'
P'
N U
T' Q'
E' S'
L O P T S R'
M' L'
Q R
M

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 143

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 5

Exercice 24 (suite)

(∆)

Z'
X
X'
Z

Y Y'
Exercice 25
y'

(∆)

y x'
x

B'

A
B
A'

Le symétrique d’une demi-droite est une demi-droite.

x y y' x'
t t'

s'

B
C‘ s
B' C

Le symétrique d’un angle est un angle de même mesure.

144 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 26
1) 4)
B C
A
1)
Séquence 5

On construit successivement les six points


c
A’, B’, C’, D’, E’ et F’. On n’a pas mis tous
les codages la figure pour ne pas nuire à la
c

C lisiblité.
O 2)

D F
Les six points construits semblent tous être sur
E un même cercle.

F' 3)
A' On utilise la propriété selon laquelle un
C segment et son symétrique ont la même
E' longueur.
O'
4) On trace le cercle de centre O’ qui passe
B' par A’ : il semble passer par B’, C’, D’, E’ et
F’.
D' C'
5)

2) Les points A’, B’, C’, D’, E’ et F’ semblent appartenir à un Il semble donc que le symétrique d’un cercle
même cercle. soit un cercle de même rayon.
3) O’A’ = OA car les segments [OA] et [O’A’] sont Nous allons admettre par la suite que ce
symétriques. résultat est toujours vrai, c’est-à-dire que
5) Conjecture : le symétrique du cercle C est le cercle C ’ de le symétrique d’un cercle par rapport à une
droite est toujours un cercle de même rayon.
centre O’ et de même rayon.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 145

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 5

Exercice 27
a) b)


c) d)

(∆)

Les remarques du professeur :

Il fallait reconnaître dans les cas a), b) et d) des demi-cercles. On a appliqué une propriété qui paraît naturelle : le symétrique
d’un demi-cercle est un demi-cercle.

146 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Ce que tu devais faire
Exercice 28
Séance 5
Les commentaires du professeur
Séquence 5

c c

Exercice 29

Nous venons donc de voir qu’un :

- carré possède 4 axes de symétrie

- rectangle possède 2 axes de symétrie

- triangle équilatéral possède 3 axes de symétrie.

Le cas du disque (le dernier cas) est en fait


compliqué :

toute droite passant par le centre de ce disque


est un axe de symétrie. Il y en a donc une
infinité.

Toute droite passant par le centre du disque est un axe de


symétrie.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 147

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 5

Exercice 30
1) 4)
(d) A
1)

2)

Dans la séance 2, nous avons vu que dire que


A et A’ étaient symétriques par rapport à
la droite (d) revenait à dire que (d) était la
médiatrice du segment [AA’].

3)
A'
Chaque point de l’axe de syméytrie est son
2) (d) est la médiatrice de [AA’] car A’ est le symétrique du propre symétrique. Par conséquent, par la
point A par rapport à la droite (d). symétrie axiale par rapport à la droite (AA’),
3) Les axes de symétrie du segment [AA’] sont la droite (d) et tout point du segment [AA’] est son propre
symétrique : le symétrique du segment [AA’]
la droite (AA’).
par rapport à la droite (AA’) est le segment
[AA’] lui-même. La droite (AA’) est donc un
axe de symétrie pour le segment [AA’].
Exercice 31 2) Il fallait se rappeler que tout point de
la droite (d) est son propre symétrique par
1) rapport à la droite (d).
(d)
3)
I
B est le symétrique de A
B
I est le symétrique de lui-même
A
Le segment [BI] est donc le symétrique du
segment [AI].
J
4) On utilise la propriété selon laquelle un
segment et son symétrique ont la même
2) C’est lui-même car il est sur la droite (d). longueur.

3) C’est le segment [BI] car B est le symétrique de A et I est son 5) On effectue le même raisonnement que
propre symétrique. dans le 3) avec le point J :
4) AI = BI car le symétrique d’un segment est un segment de
B est le symétrique de A
même longueur.
5) AJ = BJ car J est son propre symétrique, d’où [AJ] est le J est le symétrique de lui-même
symétrique de [BJ].
Le segment [BJ] est donc le symétrique du
6) Tu viens de montrer que si M ∈ (d) alors : MA = MB. segment [AJ].

Comme ces segments sont symétriques, ils ont


donc même longueur.

6) On pourrait effectuer le même


raisonnement que celui utilisé pour I et J avec
tout point M de la médiatrice du segment
[AB]. On a donc toujours : MA = MB.

148 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 32

M
soit la médiatrice du segment [AB]. On
c
Séquence 5

1) À vue d’oeil, il semble que la droite (MN)

utilise l’équerre, et cette observation semble


se confirmer. Toutefois, en l’absence de
démonstration, on ne peut pas en être certain.
c

2) Pour construire le point O, on utilise le


O compas : on trace un arc de cercle de centre A,
B
puis avec le même écartement de compas un
autre arc de cercle de centre B. Ces deux arcs
A de cercles se coupent en O. Ce point semble
être sur la droite (MN).
N 3) Ce qui semble être vrai pour le point O
semble être vrai pour n’importe quel point M
situé à la même distance de A et de B (on dit
aussi équidistant de A et de B).
1) La droite (MN) semble être la médiatrice du segment [AB].
2) Le point O semble être sur la droite (MN). En fait, on va admettre que ce résultat est
toujours vrai, c’est-à-dire que tout point M
3) Conjecture : Si un point K est tel que KA = KB, alors K est équidistant de A et de B est sur la médiatrice
sur la médiatrice du segment [AB]. du segment [AB].

Exercice 33 Voici une figure afin de visualiser l’énoncé de


l’exercice « trois points K, A et R sont tels que
Jules et Méline ont raison. Jade a tort. KA = KR ».
Si trois points K, A et R sont tels que KA = KR, on sait d’après K
la propriété précédente que le point K peut être n’importe
quel point de la médiatrice de [AR]. Jade a donc tort et Jules a
raison.
Méline a raison car cela veut aussi dire que le triangle KAR est
A R
isocèle en K (par définition).
Exercice 34
(d')
(d'')
D

A B
C

F
(d) E

Les remarques du professeur :

Il suffit d’appliquer la méthode expliquée précédemment. N’oublie pas, une fois chaque construction réalisée, de nommer la
médiatrice et de coder la figure.

N’oublie pas également que tu devras à partir de maintenant ne plus utiliser que cette méthode pour construire la médiatrice d’un
segment : c’est la plus fiable et la plus précise.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 149

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 5

Exercice 35
1) 2) 1) 2)

On utilise la construction de la médiatrice au


compas vue précédemment.

A I

(d) B

(d')
3) a)
3) a)
On sait que : la droite (d) est la médiatrice du segment [AB]. Tout point de la médiatrice du segment [AB]
est équidistant de A et de B. I est sur cette
Comme le point I est sur (d), on a : IA = IB. médiatrice donc :
b) IA = IB.

On sait que : la droite (d’) est la médiatrice du segment [BC]. b)


Comme le point I est sur (d’), on a : IB = IC. I est également sur la médiatrice du segment
c) Le cercle de centre I passant par A semble passer également [BC], d’où par un même raisonnement :
par B et C. IB = IC.

Comme IA = IB = IC (d’après les questions a) et b)), les points c)


A, B et C sont sur le cercle de centre I et de rayon IA, c’est-à-
dire le cercle de centre I passant par A. Comme IA = IB et IB = IC, on a :

IA = IB = IC.

Les trois points A, B et C sont donc à la même


distance du point I, c’est-à-dire sur un même
cercle de centre I, qui passe donc par A, B et
C.

150 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Ce que tu devais faire
Exercice 36
Séance 6

X2
Les commentaires du professeur
c
Séquence 5 c

E 1)

L’ensemble des points équidistants de E et de F


X1 B est la médiatrice du segment [EF].

2)

L’ensemble des points situés à 2,5 cm du point


F B est le cercle de centre B et de rayon 2,5 cm.

1) X est équidistant de E et de F donc X se trouve sur la 3) Les points qui sont à la fois équidistants de
médiatrice du segment [EF]. E et de F et situés à 2,5 cm de B sont donc les
points d’intersection de la droite et du cercle
2) X est à 2,5 cm de B donc X se trouve sur le cercle de centre tracés précédemment.
B et de rayon 2,5 cm.
3) Il y a deux solutions au problème : X1 et X2. Ce sont les
deux points d’intersection de la médiatrice du segment [EF] et
du cercle de centre B et de rayon 2,5 cm.
Exercice 37

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 151

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 5

1)
K et L sont situés sur le même cercle de centre I donc on a :
IK = IL.
2)
Le triangle KLM est isocèle en M donc MK = ML.
1) On utilise dans cette première question
la définition du cercle de centre I. C’est
l’ensemble de tous les points situés à une
même distance de I. Comme K et L sont deux
points de ce cercle, on a donc IK = IL.
2) On utilise ici la définition d’un triangle
isocèle en M.
3) 3) On applique la propriété caractéristique de
la médiatrice vue dans la séance précédente.
Comme les longueurs IK et IL sont égales, le point I est donc Comme les points I et M sont sur la
sur la médiatrice du segment [KL]. médiatrice du segment [KL], la droite (IM)
Comme les longueurs MK et ML sont égales, le point M est est donc nécessairement cette médiatrice.
donc sur la médiatrice du segment [KL]. Code-le sur la figure du corrigé ci-contre.
Remarque : Pour prouver qu’une droite (IM)
La droite (IM) est donc la médiatrice du segment [KL]. est la médiatrice d’un segment [KL], il suffit
de prouver que I et M sont deux points de
cette médiatrice, c’est-à-dire que I et M sont
équidistants de K et de L.
Exercice 38
1) 2)

A I B

1) 2) 3)

Par définition, la médiatrice d’un segment est


la droite qui le coupe perpendiculairement en
son milieu.

Si l’on construit la médiatrice d’un segment,


on construit alors automatiquement le milieu
de ce segment : c’est le point d’intersection de
ce segment et de sa médiatrice.

Ceci constitue donc une méthode géométrique


permettant de construire le milieu de
C n’importe quel segment.

J Dorénavant, tu devras toujours utiliser


cette méthode lorsqu’on te demandera de
D construire le milieu d’un segment.

3) Pour construire le milieu J du segment [CD] à l’aide du


compas :
• On trace la médiatrice du segment [CD] à l’aide du compas.
• Cette médiatrice coupe le segment [CD] en J.

152 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 39
1) 2)
E 1) 2)
Séquence 5

c c

On applique la méthode vue précédemment


pour construire le milieu du segment [EF],
I puis le milieu du segment [EG].
J
3)

En fait, la droite (IJ) est parallèle à la droite


(FG), et cela est vrai pour n’importe quel
F triangle ! (tu apprendras cela en 4e).

G
3) La droite (IJ) semble parallèle à la droite (FG).
Exercice 40
1)

C’ 1) Nous avons placé « au hasard » les points


E et F sur la droite (d).

2) Nous avons déjà vu plusieurs fois (c’est un


résultat que tu dois connaître) que :
A (d) « A et A’ symétriques par rapport à la droite
(d) » revient à dire que « la droite (d) est la
F médiatrice du segment [AA’] ».

3) 4) Nous savons également que tout


point de la médiatrice du segment [AA’] est
équidistant de A et de A’. Comme E et F sont
E sur cette médiatrice, on doit avoir :

EA = EA’ et FA = FA’.
A'
Comme EA = EA’, le point A’ est donc sur le
C cercle de centre E et de rayon EA. On trace
donc ce cercle.
2) A et A’ doivent être symétriques par rapport à la droite (d).
(d) est donc la médiatrice du segment [AA’]. Comme FA = FA’, le point A’ est donc sur le
3) E est donc sur la médiatrice du segment [AA’]. cercle de centre F et de rayon FA. On trace
donc ce deuxième cercle.
On a donc EA = EA’ .
Le point A’ est donc le deuxième point
Trace le cercle C de centre E et de rayon EA. d’intersection des deux cercles tracés.
On a : A’ ∈ C .
Ceci constitue donc une méthode pour tracer
4) F est sur la médiatrice du segment [AA’]. le symétrique d’un point uniquement au
compas, car pour construire le point A’, nous
On a donc FA = FA’.
n’avons utilisé que le compas (et même pas la
Trace le cercle C ’ de centre F et de rayon FA. règle non graduée !).

On a : A’ ∈ C ’.
5) Comme A ∈ C et A’ ∈ C ’, A’ est le deuxième point
d’intersection de C et C ’.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 153

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 5

Exercice 41
1)
1) On utilise la méthode précédente pour
construire dans un premier temps le point B.

A
B
A
E B (d2)

(d2)

D C (d1)

On construit ensuite de la même façon les


points C, D et E.

2)
(d1)
Les points A et E semblent effectivement
confondus.
2)
Jade semble avoir raison. Méline semble avoir tort. En fait, c’est difficile à démontrer, mais
on pourrait démontrer qu’ils le sont
Jules a tort. Il ignore qu’on peut toujours tracer le symétrique effectivement.
d’un point par rapport à une droite.
Exercice 42
1) a) D’après les codages de la figure, la droite (d) est
perpendiculaire au segment [AC] et passe par son milieu, c’est
donc sa médiatrice. Comme I est sur cette médiatrice, on a C
donc : (d')
(d)
IA = IC.
b) D’après les codages de la figure, la droite (d’) est
perpendiculaire au segment [BC] et passe par son milieu,
I
c’est donc sa médiatrice. Comme I est également sur cette
médiatrice, on a donc : IB = IC. A B
c) D’après le 1- a) et le 1- b) on a : IA = IC et IB = IC. On a J
donc : IA = IB.
2)
J est sur la médiatrice du segment [AD] donc JA = JD. D
J est également sur la médiatrice du segment [BD] donc
JB = JD.
Comme JA = JD et JB = JD, on a : JA = JB.
3)
Comme IA = IB, I est sur la médiatrice du segment [AB]. Dans ce type d’exercice, pense à écrire des
Comme JA = JB, J est sur la médiatrice du segment [AB]. phrases courtes et précises.

Les points I et J sont donc tous les deux sur la médiatrice du


segment [AB], la droite (IJ) est donc la médiatrice du segment
[AB]. La droite (IJ) est perpendiculaire à [AB].

154 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Ce que tu devais faire
Exercice 43
A
F
Séance 7

D
Les commentaires du professeur

G
c
Séquence 5 c

C
H
0 axe
B 1 axe

J E I
1 axe
K M

0 axe

3 axes L
N O
Exercice 44 Le triangle ABC est isoclèle en A, on code donc
sur la figure l’égalité de longueurs AB = AC.
(d)
A
1) La droite (d) semble passer exactement
par le point A. Pour en être sûr, nous allons le
démontrer dans la réponse suivante.

2)

3) On utilise la propriété suivante : si un point


A est équidistant de deux points B et C, alors il
est sur la médiatrice du segment [BC].
I
B C 4) Comme (d) est la médiatrice du segment
[BC], le point B a pour symétrique le point C.

On sait que tout point de (d) est son propre


1) Elle semble passer par le point A. symétrique par rapport à la droite (d). C’est
donc le cas pour le point A et le point I.
2) AB = AC car le triangle ABC est isocèle en A.
3) Comme AB = AC, le point A est sur la médiatrice du Connaissant les symétriques respectifs des
segment [BC] donc sur la droite (d). points B, A et I, nous connaissons donc l’angle
4) ∑.
symétrique de l’angle BAI
• Le symétrique de B par rapport à la droite (d) est C.
• Le symétrique de A par rapport à la droite (d) est lui-même . 5) On effectue le même raisonnement que
• Le symétrique de I par rapport à la droite (d) est lui-même . dans la question précédente.
∑ est donc l’angle CAI
Le symétrique de l’angle BAI ∑.
Comme un angle et son symétrique ont la même mesure,
on a : BAI ∑ . Par suite, (d) est la bissectrice de ∑
∑ = CAI BAC .
∑ ∑ Nous venons donc de démontrer dans cet
5) De même, le symétrique de l’angle ABC est l’angle ACB .
exercice que dans un triangle isocèle, la
Comme un angle et son symétrique ont la même mesure, médiatrice d’un des côtés est axe de symétrie
on a : ∑ ABC = ∑ACB . du triangle.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 155

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 5

Exercice 45

B
40˚
A
Pour tracer la figure, on commence par tracer
un cercle C de centre O et de rayon 4 cm
puis on place un point A « au hasard » sur ce
cercle.
On utilise ensuite le rapporteur pour placer un
point B tel que ∑AOB = 40° .

m C 90 0

4c
9

O
B A
40° A

m C
4c

1) On applique ici la définition du triangle


1) A et B sont deux points du cercle C de centre O, donc OA = OB.
isocèle.
Comme OA = OB, le triangle OAB est isocèle en O. 2) On applique la propriété vue précédemment :
si un triangle est isocèle, alors ses angles à la base
2) Comme le triangle OAB est isocèle en O, on a :
sont égaux. Comme on connaît la mesure d’un
∑ = OBA
OAB ∑ . Comme OAB
∑ = 40° , on a : OBA
∑ = 40° . angle à la base, on va ainsi connaître la mesure
de l’autre.
Exercice 46
1)
1)
A 2)
La construction n’est (d)
pas immédiate : dans
un premier temps, on
peut commencer par
tracer le côté [BC] de
5,2 cm.
52° On sait ensuite
B 5,2 cm que le point A est B
C C

Méline a raison, Jade et Jules ont tort. nécessairement


sur la médiatrice
2) du segment [BC].
(d) Traçons donc (d)
la médiatrice du
A segment [BC].
Nous savons que le (d) x
point A est tel que : A

ABC = 52° .
On prend donc un
rapporteur et on
trace une demi-droite 52°
52° [Bx) telle que : B
C
B ∑
CBx = 52° .
C
Le point A est le
point d’intersection
de la droite (d) et de
la demi-droite [Bx).

156 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 47
Séquence 5

On n’avait « pas le droit » de tracer le


c c

sommet A puis de tracer la bissectrice. Il


fallait donc réfléchir et penser à la propriété
suivante : dans un triangle ABC isocèle en
B ∑ est aussi la
A, la bissectrice de l’angle BAC
médiatrice du côté [BC].

On trace donc à l’aide d’un compas la


médiatrice du côté [BC], on obtient alors la
C droite recherchée.
(d)

Exercice 48 1) Nous avons déja vu dans la séquence 3


1) comment construire cette figure.
y F x Il suffit de tracer un segment [DE] de 4,6 cm,
puis, à l’aide du rapporteur et de la règle, de
tracer deux demi-droites [Dx) et [Ey) telles
∑ et ∑
que les angles xDE yED mesurent 54°.

2) Il semble, en regardant la figure, que le


triangle FDE est isocèle en F.

54˚ 54˚ En fait, nous allons par la suite admettre que


D 4,6 cm E lorsqu’un triangle possède deux angles de
même mesure, alors ce triangle est isocèle.
2) Jules semble avoir raison. Méline et Jade ont tort.
Exercice 49 Nous devons démontrer que le triangle EBC
est isocèle.
Le point B est sur le segment [AC], on a donc : Nous connaissons deux méthodes pour
∑ = 180° − 140° = 40° démontrer qu’un triangle est isocèle :
ABC
• soit on démontre que deux de ses côtés ont
même longueur.
∑ : • soit on démontre que deux de ses angles ont
Je calcule EBC
même mesure (d’après la propriété que nous

ABC = ∑ ∑
ABE + EBC avons vue précédemment).

180° = 140° + EBC Ici, nous n’avons aucune information
concernant les longueurs, nous allons donc
∑ = 180° − 140° = 40°
EBC utiliser la deuxième méthode.
Pour cela, on peut utiliser la donnée : « B est
sur le segment [AC]» pour déterminer l’angle
∑ ∑
Les deux angles EBCet BCE ont la même mesure : 40°. ∑ ∑ =
ABC puis en déduire l’angle EBC . 40°
Le triangle EBC possède donc deux angles égaux, il est donc ∑ = 40° soit EBC
∑ = ECB∑
isocèle en E. On trouve alors : EBC
Le triangle EBC est donc isocèle en E.
E

140° 40°
40°
A B C
N’oublie pas que pour rédiger ce type de
démonstration, il faut faire des phrases claires
et courtes !

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 157

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 5

Ce que tu devais faire


Exercice 50

x
Séance 8
Les commentaires du professeur

1) 2) On applique bien la consigne : on


reproduit l’angle par transparence puis on
plie le papier calque de telle sorte que les
deux demi-droites [Ox) et [Oy) coïncident
exactement. On déplie le calque et on trace le «
trait de pliage ».

3) Ce trait de pliage, qui est en fait l’axe


de symétrie de cet angle, semble être sa
bissectrice.
y Par la suite, nous admettrons le résultat que
O nous avons remarqué par l’expérience, à savoir
qu’un angle a un seul axe de symétrie : sa
bissectrice.
1) 2)
3) Le « trait de pliage » passe par le point O et partage l’angle Notons bien que nous appelons bissectrice une
∑ en deux angles de même mesure. Ce «trait de pliage» droite et non une demi-droite comme on l’a vu
xOy dans la séquence 3.
∑ .
représente donc la bissectrice de l’angle xOy
Exercice 51 1) On place un point « au hasard » sur la
demi-droite [Ox).
1) On prend ensuite la longueur OA comme
x écartement de compas et on trace un arc de
cercle de centre O qui coupe la demi-droite
[Oy) en B. On a ainsi OA = OB.
x
A
A

O O
B
y
B
y 2)
3) On applique la propriété vue dans la
séance précédente : « dans un triangle isocèle,
2) On a OA = OB, le triangle OAB est donc isocèle en O.
la médiatrice de la base est la bissectrice de
l’angle au sommet ».
3) La médiatrice du côté [AB] du triangle OAB isocèle en O est
Nous venons de découvrir une méthode
également la bissectrice de l’angle ∑
AOB permettant de tracer la bissectrice d’un
angle sans utiliser de rapporteur !
Exercice 52
t
x
D

A B E

y s C
Les remarques du professeur : On applique la méthode vue précédemment.

158 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 53
1) 2)
G
c
Séquence 5 c

(d2) (d3)

F
E
(d1)
3) Les trois bissectrices semblent être concourantes.
Les remarques du professeur :

On a appliqué la méthode vue précédemment pour tracer chacune des trois bissectrices.

Tu reverras en classe de quatrième que les trois bissectrices d’un triangle sont toujours concourantes (On rappelle que des droites
concourantes sont des droites qui se coupent en un même point).

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 159

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 5

Ce que tu devais faire


Exercice 54
1) 2)
Séance 9
Les commentaires du professeur

1 2 3
A A A

B C B C B C
ABC = ∑
1) Le triangle ABC est équilatéral donc il est isocèle en A. Par suite : ∑ ACB. Trace sur la figure
1 l’axe de symétrie passant par A en rouge. On sait que cette droite est aussi la bissectrice de l’angle
∑.
BAC
∑ = BAC
2) Le triangle ABC est équilatéral donc il est isocèle en B. Par suite : BCA ∑ . Trace sur la figure
2 l’axe de symétrie passant par B en rouge. On sait que cette droite est aussi la bissectrice de l’angle

ABC .
3) Le triangle ABC est équilatéral donc il est isocèle en C. Trace sur la figure 3 l’axe de symétrie passant
∑.
par C en rouge. On sait que cette droite est aussi la bissectrice de l’angle BCA

ABC = ∑
4) D’après le 1) et le 2), on a : ∑ ACB et ∑ ABC = ∑
∑ . Par conséquent : ∑
ACB = BAC ∑.
ACB = BAC
∑, ∑
Les angles BAC ABC et ∑
ACB du triangle équilatéral ont même mesure.
Comme les trois bissectrices tracées ci-dessus partagent en deux angles égaux chacun des trois angles.
Les six angles codés dans les figures 1, 2 et 3 ont tous la même mesure.
5)

B C

160 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 55
1) 2) 3)

M
Séquence 5

2) On trace à l’aide d’un compas et d’une


règle la médiatrice du segment [EF].
c c

3) Le point M doit être à la fois sur la droite


(d) et vérifier l’égalité EM = EF.

• Vérifier l’égalité EM = EF signifie être à une


distance EF du point E, c’est-à-dire être sur le
cercle de centre E et de rayon EF. On trace ce
cercle.

• Le point M doit être à la fois sur la droite


(d) et sur ce cercle, c’est donc un des deux
points d’intersection (on a le choix !) du cercle
et de la droite (d).
E O F 4) On veut démontrer que les trois angles
d’un triangle ont la même mesure. On pense
alors à utiliser la propriété : « si un triangle
est équilatéral, alors ses trois angles ont la
même mesure ».

Nous essayons donc de démontrer que le


triangle EFM est équilatéral. Nous pourrons
EM = EF ensuite en déduire que ses trois angles ont la
(d) même mesure.

4) Pour cela, étudions les longueurs de ses côtés :


Le point M est sur la médiatrice du segment [EF] donc on a :
ME = MF. On a : ME = MF car le point M est sur la
médiatrice du segment [EF].
Le point M est tel que EM = EF.
On sait que EM = EF.
On a donc : ME = EF = MF.
Le triangle EMF est donc équilatéral. On a donc ME = MF = EF.

Les trois angles d’un triangle équilatéral ont même mesure. Le triangle EMF est donc équilatéral et ses
trois angles ont donc la même mesure.
On a donc :
∑ ∑ = EMF
MEF = MFE ∑

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 161

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 5

Exercice Je m’évalue

1) Les deux figures ci-dessous


semblent-elles symétriques par
rapport à la droite (d) ?
(d) 1) Effectivement, les deux symboles euros
semblent symétriques par rapport à la droite
(d). Si tu n’as pas bien répondu, reporte-toi à
l’exercice 1 de la séance 1 et à son corrigé pour
reprendre la notion que tu n’as pas comprise.

˝ oui
® non

2) Les deux figures ci-dessous sont-elles (d)


2) On voit bien que si on devait plier cette
symétriques par rapport à la droite (d) ? feuille le long de la droite (d), les deux
symboles ne coïncideraient pas. Si tu n’as pas
bien répondu, reporte-toi à l’exercice 1 de la
séance 1 et à son corrigé.

® oui
˝ non

3) Dire que B’ est le symétrique de B par rapport à la droite (d) 3) Seule la troisième réponse est fausse. Nous
revient à dire que : avons le symétrique d’un point dans la séance
˝ B et B’ sont symétriques par rapport à la droite (d) 2 (en particulier dans le « Je retiens »). Si tu
˝ (d) est la médiatrice du segment [BB’] n’as pas bien répondu, révise cette séance.
® B et B’ sont sur la droite (d)
˝ B est le symétrique de B’ par rapport à la droite (d)
4) Le symétrique d’un angle est un angle. On sait
4) Le symétrique d’un angle est : de plus que c’est un angle de même mesure. Ce
˝ un angle n’est pas un triangle car les deux côtés d’un angle
® un triangle sont des demi-droites (et non des segments). Si tu
® un angle de mesure différente n’as pas bien répondu, reporte-toi à la deuxième
˝ un angle de même mesure question de l’exercice 25 de la séance 4 et au « Je
retiens » qui suit.
5) Combien la figure ci-dessous a-t-elle
5) La figure possède 6 axes de symétrie. Il
d’axes de symétrie ? fallait faire attention à ne pas en oublier et à
ne pas compter plusieurs fois le même. Si tu ne
comprends pas bien cette réponse, reporte-toi
au début de la séance 5, en particulier aux
exercices 28 et 29 ainsi qu’à leurs corrigés.
˝6 1
® 12 2
®4 3
® aucun
4

6) Le point M est sur la médiatrice du segment [KL], on a donc : 6


® KM = KL 6) Les deux égalités KM = ML et MK = ML
˝ KM = ML sont en fait les mêmes puisque la longueur
˝ MK = ML KM est la longueur MK. Les deux autres
® LM = KL propositions sont fausses : KM et LM peuvent
être beaucoup plus grandes que KL si l’on
choisit un point M sur la médiatrice du
segment [KL] très très loin de K et de L.

162 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


7) On a LH = LR. Le point L est donc :
® sur le segment [HR]
® sur le cercle de centre H passant par R
® sur le cercle de centre R passant par H
˝ sur la médiatrice du segment [HR]
qu’au « Je retiens » qui suit.
Séquence 5

c
7) Si tu n’as pas bien compris cette question,
reporte-toi à l’exercice 32 de la séance 5 ainsi

Une seule des quatre propositions est juste. Si


tu n’as pas bien répondu, révise le «Je retiens»
c

qui suit l’exercice 31.


8) L’axe de symétrie d’un triangle FJI isocèle en F est :
∑ 8) Il ne fallait pas oublier la troisième
® la bissectrice de l’angle FIJ proposition car dans un triangle isocèle, la

® la bissectrice de l’angle FJI bissectrice de l’angle du sommet principal est
˝ la médiatrice du segment [IJ] également la médiatrice de la base.
∑ Si tu n’as pas bien compris cette question,
˝ la bissectrice de l’angle IFJ reporte-toi à l’exercice 44 de la séance 7 ainsi
qu’à son corrigé et au « Je retiens » qui le suit.
9) Le triangle HER possède deux angles égaux. Ce triangle est
donc : 9) C’est une propriété que l’on a admise
et qu’il faut connaître. Si tu rencontres des
® rectangle en H
difficultés sur cette question, reporte-toi aux
® rectangle isocèle exercices 48 et 49, à leurs corrigés, et au « Je
® équilatéral retiens » qui se trouve entre ces deux exercices.
˝ isocèle

10) Un angle admet un axe de symétrie qui est : 10) Cette notion a été abordée dans l’exercice
® parallèle à un de ses côtés 50 de la séance 8 et dans le « Je retiens » qui
® perpendiculaire à un de ses côtés suit.
˝ sa bissectrice
® confondu avec un de ses côtés

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 163

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 6

Ce que tu devais faire


Je révise les acquis de l’école
1) d)
SÉQUENCE 6
Séance 1
Les commentaires du professeur
1) Hugo veut partager équitablement ses 25
billes en quatre. Il effectue donc la division de
25 par 4.
Il trouve : 25 = 4 x 6 + 1.
Autrement dit : Hugo peut donner 6 billes à
chacun de ses 4 amis et il lui en restera une.
2) b)
2) Comme on l’a vu dans la question
précédente, il ne reste qu’une seule bille à
Hugo après son partage.

3) b) 3) Les multiples de 5 sont les nombres qui


s’écrivent :
5 x 0 ; 5 x 1 ; 5 x 2 ; 5 x 3 ; 5 x 4 ; ... (c’est
en fait « la table de 5 »). Tous ces nombres se
terminent soit par un 0, soit par un 5.
30 est le seul nombre de la liste à se terminer
par un 0 ou un 5, c’est donc le seul multiple de
5 présent parmi les propositions.
4) b) 52 euros 4) Cette question était un piège, il ne fallait pas
faire de division ! Le nouveau prix du baril de
pétrole s’obtient en effectuant : (50 + 5) - 3.
On trouve 52 soit 52 euros.
Exercice 1 a)
Il suffit de connaître la table de multiplication
a) Réponse : 7 albums par 7.
On a : 7 x 8 = 56.
b) Réponse : 7 fois On peut également écrire : 7 = 56 : 8

a)
Il suffit encore de connaître la table de
multiplication par 7.
On a : 7 x 9 = 63.
On peut également écrire : 7 = 63 : 9
Exercice 2 2)
Nous cherchons dans cette question à
1) Les 11 premiers multiples de 7 sont :
« approcher sans dépasser » le nombre 60 par
7x0;7x1;7x2;7x3;7x4;7x5;7x6;7x7;7x8; un multiple de 7.
7 x 9 ; 7 x 10 soit 0 ; 7 ; 14 ; 21 ; 28 ; 35 ; 42 ; 49 ; 56 ; 63 ; 70.
Le multiple de 7 le plus proche de 60 et qui ne
2) dépasse pas 60 est 7 x 8 soit 56.
60 = (7 x 1) + 53 Au delà de 7 x 8, c’est-à-dire pour les multiples
de 7 qui s’écrivent 7 x 9 ; 7 x 10 ; ...; les
60 = (7 x 2) + 46
nombres obtenus sont plus grands que 60. On
60 = (7 x 3) + 39 ne peut donc, en leur ajoutant un nombre,
obtenir 60. Tu ne pouvais donc pas remplir les
60 = (7 x 4) + 32
deux dernières lignes.
60 = (7 x 5) + 25
3)
60 = (7 x 6) + 18
S’il confectionne 8 bouquets, il ne restera que
60 = (7 x 7) + 11 4 roses. Il ne pourra plus alors confectionner de
60 = ( 7 x 8 ) + 4 bouquet. La réponse est donc 8.

60 = (7 x 9) + ... impossible ! C’est le nombre que l’on trouve dans l’égalité :

60 = (7 x 10) + ... impossible ! 60 = (7 x 8) + 4

3) Réponse : 8 bouquets Il fallait donc entourer cette égalité.

164 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 3
a)
• Combien va-t-il y avoir de groupes ? 9 groupes
39 = (4 x 9) + 3
a)
Séquence 6

On cherche donc dans la table de 4 :


4 x 8 = 32 4 x 9 = 36

On a : 39 = (4 x 9) + 3.
c
On cherche le plus grand multiple de 4 « qui
ne dépasse pas 39 ».

4 x 10 = 40.
36 est le plus grand multiple cherché.
c

b) Il y aura donc 9 groupes de 4 enfants et il en


restera 3.
• Combien de douzaines d’huîtres peut constituer un pêcheur
b)
ayant pêché 90 huîtres ? (une douzaine, c’est douze huîtres) 7 On cherche le plus grand multiple de 12 « qui
douzaines d’huîtres ne dépasse pas 90 ».
90 = (7 x 12) + 6 On cherche donc dans la table de 12 :
12 x 6 = 72 12 x 7 = 84 12 x 8 = 96
c) • Une entreprise fabrique des bougies. Elle les vend par 84 est le plus grand multiple cherché.
paquets de 17. Aujourd’hui, elle en a produit 664. Combien On a : 90 = (12 x 7) + 6.
peut-elle vendre de paquets de bougies ? Utilise ta calculatrice ! c)
39 paquets On cherche le plus grand multiple de 17
« qui ne dépasse pas 664 » à l’aide d’une
664 = (17 x 39) + 1 calculatrice.
17 x 38 = 646 17 x 39 = 663
17 x 40 = 680
On a : 664 = (17 x 39) + 1.
Exercice 4 a)
Il suffisait de bien lire le « Je retiens »
a) précédent pour trouver la réponse.
dividende = (diviseur x quotient euclidien) + reste b)
où le reste est plus petit que le diviseur. On commence par remplir les pointillés par les
nombres connus. On obtient :
b)
............ = (5 x 7)+ 4.
39 = (5 x 7) + 4 puis on fait : (5 x 7) + 4 = 39.
Son dividende est 39. c)
c) On commence également par remplir les
pointillés par les nombres connus. On obtient :
Une division euclidienne a pour dividende 71, pour diviseur 9
71 = (9 x 7) + .............
et pour quotient euclidien 7. Complète : Le nombre qu’il faut ajouter à 9 x 7
71 = (9 x 7) + 8 (c’est-à-dire à 63) pour obtenir 71 est 8. Le
Son reste est 8. reste est donc 8.
Exercice 5
Il faut absolument retenir que dans une
Le reste d’une division euclidienne est un entier toujours division euclidienne, le reste est toujours plus
plus petit que son diviseur. Comme le diviseur de la division petit que le diviseur.
euclidienne est 4, son reste est 0, 1, 2 ou 3.
Exercice 6 1) L’égalité : 375 = (21 x 17) + 18 traduit la
division euclidienne de 375 par 21 car : 18 < 21
1) Quel est le reste de la division euclidienne de 375 par 21 ? 18 (le reste est inférieur au diviseur).
2) 2) a) Comme 21 x 17 = 17 x 21, on peut donc
écrire :
a) 18 est-il le reste de la division euclidienne de 375 par 17 ? 375 = (17 x 21) + 18. On se pose la question
Non car 18 est plus grand que 17. suivante : « cette égalité traduit-elle la division
b) On cherche le plus grand multiple de 17 « qui ne dépasse euclidienne de 375 par 17 ? »
pas » 375. La réponse est NON car la reste d’une division
euclidienne doit être plus petit que le diviseur,
On trouve : 17 x 22 = 374. ce qui n’est pas le cas ici (18 n’est pas plus
La division euclidienne de 375 par 17 se traduit donc par petit que 17).
l’égalité : b) On cherche à approcher 375 par un multiple de 17
«sans le dépasser». On sait que (17 x 21) + 18 = 375.
375 = (17 x 22) + 1
On pense donc à calculer 17 x 22.
Le reste de cette division est 1. 17 x 22 = 374 17 x 23 = 391.
Le plus grand multiple cherché est 374.
On a : 375 = (17 x 22) + 1
Le reste de la division euclidienne de 375 par
17 est donc 1.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 165

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 6

Exercice 7
a) Combien de costumes pourra-t-elle coudre ? 32
Écris l’égalité te permettant d’obtenir ta réponse :
a)

On cherche les multiples de 3 « qui ne


dépassent pas 98 ».

On finit par trouver :


98 = (3 x 32) + 2
b) 3 x 32 = 96 3 x 33 = 99
9 8 3
Ludivine trouve 32 costumes. - 9 3 2
0 8 b)
Il restera alors 2 m de tissu. - 6
2 On pose la division. On se dit :

c) La méthode qui consiste à poser la division euclidienne est « En 9, combien de fois 3 ? » 3 fois.
la plus rapide et la plus efficace.
3 x 3 = 9, j’écris 9 et j’effectue 9 - 9.

Je trouve 0.

J’abaisse le 8. « En 8, combien de fois 3 ? »


2 fois.

3 x 2 = 6, j’écris 6 et j’effectue 8 - 6.

Je trouve 2. J’arrête la division.

Cette méthode est détaillée en début de la


séance suivante.

c) Dorénavant, tu devras poser les divisions


euclidiennes plutôt que de chercher « les
multiples de ..... qui ne dépassent pas ... » :
c’est une bien meilleure méthode.

166 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Ce que tu devais faire
Exercice 8

8 0 7 5 9 3 6 3 5
Séance 2

4
Les commentaires du professeur

5 1 4 7
Séquence 6

1 2
c c

- 7 2 8 9 7 - 3 6 - 4 8 4 2 8
9 0 8
8 7 0 3 3 4
- 8 1 - 0 0 - 2 4

6 5 3 5 1 0 7
- 6 3 - 3 2 - 9 6
2 3 1 1
Les remarques du professeur :

Il suffisait d’appliquer la méthode vue précédemment.


Exercice 9

4 0 1 7 1 3
7 2 6 3 1 9 3 7 4 5 - 3 9 3 0 9
- 6 2 2 3 - 9 0 2 0 1 1
1 0 6 3 7 - 0 0
- 9 3 - 0 0 1
- 1
1 7
1 7
1 3 3 7
0
(31 x 23) + 13 = 726 (45 x 20) + 37 = 937 13 x 309 = 4 017

3 0 9 5 1 9
- 1 9 1 6 2
1 1 9
- 1 1 4
5 5
- 3 8
1 7
(19 x 162) + 17 = 3 095
Les remarques du professeur :
Il suffisait à nouveau d’appliquer la méthode vue précédemment. Cette méthode est une méthode détaillée : on écrit les
soustractions successives. Il va falloir progressivement apprendre dans ce chapitre à se passer de ces soustractions intermédiaires.
Voici ci-dessous la dernière division posée et effectuée sans les soustractions successives :

3 0 9 5 1 9
1 1 9 1 6 2
5 5
1 7

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 167

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 6

Exercice 10 Pour effectuer une division euclidienne sans


écrire les soustractions successives, on se dit :

« dans 133, combien de fois 16 ? » 8 fois.

On calcule de tête (ou sur un cahier de


brouillon) 8 fois 16. On trouve 128. On
1 3 3 5 1 6 n’écrit pas 128. On effectue 133 - 128. On
5 5 8 3 trouve (de tête ou sur un cahier de brouillon)
7 5. On écrit 5 sous le chiffre des unités de 133.
On abaisse le 5.

« dans 55, combien de fois 16 ? » 3 fois.

On calcule 3 fois 16, on trouve 48. On


effectue 55 - 48. On trouve 7. On écrit 7
sous le chiffre des unités de 55. La division
euclidienne est alors terminée.
Exercice 11
1) (18 x 418) + 3 = 7 527 (17 x 22) + 11 = 385 (29 x 276) + 11 = 8 015
2) opération de Ludivine opération de Pauline opération de Léonie

3 4 4 5 1 7
7 5 4 5 1 8 8 0 1 5 2 9
0 4 5 2 2 1
3 4
4 1 8 2 0 2 2 7 6
9
1 6 5 1 1 1 8 5
3 1 1
ffaux
fa
aaux
ux

Les remarques du professeur :

Comme (18 x 218) + 3 n’est pas égal à 7 545 (mais à 7 527), on sait que la division de Ludivine est fausse.

Comme (17 x 22) + 11 n’est pas égal à 3 445 (mais à 385), on sait que la division de Pauline est également fausse.

Comme (29 x 276) + 11 est égal à 8 015, on peut affirmer que le résultat de la division de Léonie a des chances d’être juste. On
vérifie quand même qu’elle ne s’est pas trompée dans les étapes intermédiaires.

168 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 12
a)

4 6 9 7
a)
On commence par chercher à remplir la
première case bleue ci-dessous.
4
4
9 7
c
Séquence 6 c

6
4 9
6 7
0 6 x 7 = 42. On cherche donc le chiffre ® tel
que :
4 ® - 42 = 4
Le nombre 4 ® est donc 46. Le chiffre ® est
donc 6.
4 6 9 7
4 6

J’abaisse le 9. La deuxième case bleue est donc


un 9.
4 6 9 7
4 9 6

« En 49, combien de fois 7 ? » 7 fois.


49 - 49 = 0. Nous savons donc comment
remplir les deux dernières cases.
b) b)
On commence par chercher à remplir les deux
4 4 7 5 premières cases bleues ci-dessous.
4 7 4 7
8 9 4 8
2
On cherche, parmi les nombres 14 ; 24 ; 34 ;
44 ; 54 ; 64 ; 74 ; 74 et 94 ceux qui, lorsqu’on
leur enlève un multiple de 8, donnent pour
résultat 4.
Les multiples de 8 possibles sont 8 ; 16 ; 24 ;
32 ; 40 ; 48 ; 56 ; 64 et 72.
On cherche donc un nombre de la liste du
haut, on lui soustrait un nombre de la liste du
bas, et l’on doit obtenir 4.
Il n’y a qu’une possibilité : le nombre de la
liste du haut est 44 et celui de la liste du bas
est 40 (c’est 8 x 5).
4 4 7 5
4
8

La suite est alors plus facile : on abaisse le 7.


Dans 47, combien de fois 5 ? 9 fois. Il reste
donc 2.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 169

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 6

Ce que tu devais faire


Exercice 13
On effectue la division euclidienne de 124 par 7.
Séance 3
Les commentaires du professeur
On commence par écrire ce que l’on fait : « on
effectue la division euclidienne de 124 par 7 ».

On pose et on effectue la division euclidienne.


1 2 4 7
On vérifie la division euclidienne au brouillon :
5 4 1 7 pour cela, on calcule (7 x 17) + 5 et on vérifie
que l’on trouve 124.
5
On écrit une phrase de conclusion.
Il y aura 17 équipes de 7 élèves et 5 remplaçants.
Attention !

Comme le reste de la division euclidienne de


124 par 7 n’est pas 0, on ne peut pas écrire :

124 : 7 = 17

Tu apprendras à bien utiliser ce symbole lors de


la séquence « division décimale ».
Exercice 14 On commence par écrire ce que l’on fait : « on
effectue la division euclidienne de 1 235 par
On effectue la division euclidienne de 1 235 par 28. 28 ».

1 2 3 5 2 8 On pose et on effectue la division euclidienne.

1 1 5 4 4 On vérifie la division euclidienne au brouillon :


pour cela, on calcule (28 x 44) + 3 et on vérifie
3 que l’on trouve 1 235.
M. Ketch va faire 45 trajets pour transporter toutes les On trouve pour quotient euclidien 44 et pour
tomates. Lors de son dernier trajet, il va transporter 3 kg de reste 3. Qu’est-ce que cela veut-il dire ?
tomates.
Quand M. Ketch a effectué 44 trajets, il lui
reste 3 kg de tomates à transporter : il est
donc obligé de faire un 45e trajet pour les trois
derniers kilos.

Il faut donc faire attention, car la réponse,


c’est-à-dire le nombre de trajets de M. Ketch,
n’est pas 44, mais 45.

Il ne reste plus qu’à écrire les phrases de


conclusion.
Exercice 15 On rédige ce type de problème toujours de la
même façon : on écrit ce que l’on fait, on pose
On effectue la division euclidienne de 4 578 par 6. l’opération et on écrit la conclusion.

4 5 7 8 6 N’oublie pas de vérifier la division euclidienne


au brouillon !
3 7 7 6 3
1 8
0
L’entreprise peut constituer 763 packs d’eau. Il ne restera
aucune bouteille.

170 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 16
On effectue la division euclidienne de 922 par 79.

9 2 2 7 9
Séquence 6

c
Il faut faire attention et ne pas oublier que
dans ce cas, la réponse n’est pas 11 mais 12
c

1 3 2 1 1 car Louis aura besoin d’un 12e CD, même


si ce CD ne contient que 53 minutes de
5 3 musique.
Louis devra acheter 12 CD audio vierges afin de graver tous ses
morceaux de musique. Sur son dernier CD, il n’y aura que 53
minutes de musique enregistrée.
Exercice 17
Une semaine est constituée de 7 jours. Nous sommes un
mercredi, donc dans 7 jours, dans 14 jours, dans 21 jours, ...,
nous serons encore un mercredi. Tous les multiples de 7 jours
seront donc des mercredis. On pense à effectuer la division On pense à expliquer le plus clairement
euclidienne de 1 000 par 7 : possible son raisonnement.

1 0 0 0 7 On pose et on effectue la division euclidienne


de 1 000 par 7.
3 0 1 4 2
N’oublie pas de vérifier la division euclidienne
2 0 au brouillon !
6
Ce qui nous intéresse, c’est en fait le reste de
On a donc : 1 000 = (7 x 142) + 6 la division euclidienne de 1 000 par 7, soit 6.
Au bout de 7 x 142 jours, nous serons encore un mercredi.
On finit par écrire une phrase de conclusion.
Au bout de :
Il existe bien d’autres exercices de ce genre,
(7 x 142) + 1 jours, nous serons un jeudi.
comme par exemple le suivant : « Il est 13 h,
(7 x 142) + 2 jours, nous serons un vendredi. quelle heure sera-t-il dans 3 000 heures ? »

(7 x 142) + 3 jours, nous serons un samedi. Pour trouver la réponse, on effectue la division
(7 x 142) + 4 jours, nous serons un dimanche. euclidienne de 3 000 par 24 (car il y a 24 h
dans une journée).
(7 x 142) + 5 jours, nous serons un lundi.
(7 x 142) + 6 jours, nous serons un mardi.
Si aujourd’hui, nous sommes un mercredi, alors dans 1 000
jours nous serons un mardi.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 171

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 6

Ce que tu devais faire


Exercice 18
1)
Séance 4
Les commentaires du professeur

1)

5 6 4 1 2 On effectue la division euclidienne de 564 par


12.
8 4 4 7
0 On trouve : 564 = (12 x 47) + 0.

Le reste de la division euclidienne de 564 par 12 est 0. Le reste de cette division euclidienne est 0,
autrement dit : 564 = 12 x 47.
2)
94 x 6 = 564 Cette égalité signifie que 564 est un multiple
de 12 (elle signifie également que 564 est un
94 et 6 sont deux diviseurs de 564. multiple de 47).
3)
On dit également 564 est divisible par 12 ou
a) encore 12 est un diviseur de 564.

5 6 4 2 3 3)

1 0 4 2 4 c)

1 2 Il faut bien faire la différence entre « être un


diviseur d’un nombre » et « être le diviseur
b) Le diviseur de cette division euclidienne est 23. d’une division euclidienne ».
c) 23 n’est pas un diviseur de 564 car le reste de la division
euclidienne de 564 par 23 n’est pas égal à 0 (il est égal à 12).
Exercice 19 1) On effectue les trois divisions euclidiennes
demandées.
1)
2)
3 9 6 6 1 0 2 1 7 a) On sait d’après le 1) que : 102 = 17 x 6.

3 6 6 6 0 6 102 est donc un multiple de 6.


b) On sait d’après le 1) que : 713 = 31 x 23.
0
731 est donc un multiple de 31.
7 1 3 3 1 Autrement dit : 31 est un diviseur de 713.

9 3 2 3 c) On sait d’après le 1) que : 396 = 6 x 66 et que :


102 = 6 x 17.
0
396 et 102 sont donc des multiples de 6.
2)
Autrement dit : 6 est un diviseur de 396 et de
a) 102 est un multiple de 6. 102.
b) 31 est un diviseur de 713. d) On sait d’après le 1) que : 396 = 6 x 66.

c) 6 est un diviseur de 396 et 102. 396 est donc un multiple de 66.

d) 66 est un diviseur de 396. Autrement dit : 66 est un diviseur de 396.


e) On sait d’après le 1) que : 713 = 31 x 23.
e) 713 est un multiple de 23 et 31.
713 est donc un multiple de 23 et de 31.

172 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Corrigé 20
1)
On sait que 12 = 6 x 2 et 54 = 6 x 9 donc 12 et 54 sont des
multiples de 6.
1)
Pour voir si 6 666 est un multiple de 6, on
c
Séquence 6

peut bien sûr effectuer la division euclidienne


de 6 666 par 6 :
c

6 6 6 6 6
Comme 6 666 = 6 x 1 111, 6 666 est un multiple de 6. 0 6
0 6 1 1 1 1
4 5 6 Comme 45 = (6 x 7) + 3,
3 0 6
7 45 n’est pas un multiple de 6. 0
Cependant, ce n’est pas la meilleure méthode.
On peut voir immédiatement qu’un entier qui
s’écrit uniquement avec des 6 est un multiple
6 1 6 Comme 61 = (6 x 10) + 1, de 6 :
0 1 1 0 61 n’est pas un multiple de 6. 6 666 = 6 x 1 111
De même, il faut voir immédiatement que :
2) 555 = 5 x 111
On sait que 56 = 7 x 8 donc 56 est divisible par 7. 33 333 = 3 x 11 111
999 999 = 9 x 111 111
5 6 9 Comme 56 = (9 x 6) + 2,
...
2 6 56 n’est pas divisible par 9.
2)
Un nombre ne peut pas être divisible par un
On a : 56 = 2 x 28 donc 56 est divisible par 28. nombre plus grand que lui. 56 ne peut donc
pas être divisible par 112. Par contre 112 est
56 est plus petit que 112, il ne peut donc pas être divisible par divisible par 56 car 112 = 56 x 2.
112.
3)
3)
Remarque générale :

5 7 7 Comme 57 = (7 x 8) + 1, Dans ce type d’exercice (lorsqu’il faut essayer


1 de trouver si un nombre est un diviseur d’un
8 7 n’est pas un diviseur de 57. autre ou si un nombre « est divisible par un
autre » ou encore si un nombre est un multiple
d’un autre) :
On sait que 63 = 7 x 9 donc 7 est un diviseur de 63. • on cherche d’abord à utiliser les tables de
multiplications.
7 0 7 7 Comme 707 = (7 x 101) + 1,
• ensuite, si l’on n’a pas pu répondre à l’aide
0 0 7 1 0 1 7 est un diviseur de 707. des tables, on pose une division euclidienne
0 (on est alors sûr de trouver la réponse).
Il faut apprendre à voir sans faire de division,
7 3 7 Comme 73 = (7 x 10) + 3, que :
0 3 707 = 7 x 101
1 0 7 n’est pas un diviseur de 73.
De même, il faut voir sans faire de division
que :
Comme 140 = 7 x 20, 7 est un diviseur de 140.
6 060 = 6 x 1 010

77 077 = 7 x 11 011

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 173

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 6

Corrigé 21
1)
a)
1) a)

Les multiples de 12 sont les nombres de la


forme :

12 x 0 ; 12 x 1 ; 12 x 2 ; 12 x 3 ; ...
12 x 0 = 0
12 x 1 = 12 Il ne faut jamais oublier 0 : c’est bien un
12 x 2 = 24 multiple de 12 car : 12 x 0 = 0.

12 x 3 = 36
12 x 4 = 48
12 x 5 = 60
12 x 6 = 72
12 x 7 = 84
12 x 8 = 96
12 x 9 = 108
12 x 10 = 120
b)
Les onze premiers multiples de 12 sont donc : 0 ; 12 ; 24 ; 36 ;
48 ; 60 ; 72 ; 84 ; 96 ; 108 ; 120. c) On utilise la remarque faite précédemment :
b) pour passer d’un multiple de 17 au suivant, il suffit
d’ajouter 17.
Il suffit d’ajouter 12 :
On commence par 0, car 0 est un multiple
0 + 12 = 12 ; 12 + 12 = 24 ; 24 + 12 = 36 ; 36 + 12 = 48 ; ... de 17.
2- On compte de 17 en 17 en partant de 0 :
On ajoute 17, puis encore 17, ... pour obtenir
0, 17, 34, 51, 68, 85, 102, 119, 136, 153, 170, 187. les multiples successifs de 17. On peut
s’arrêter à 187 car on recherche les multiples
Les multiples de 17 compris entre 101 et 174 sont 102, 119,
compris entre 101 et 174.
136, 153 et 170.
Il ne reste plus qu’à repérer les multiples
compris entre 101 et 174 parmi ceux écrits.
Exercice 22
1) 0, 6, 12, 18, 24, 30, 36, 42, 48, 54, 60, 66, 72, 78, 84. 1)
2) 0, 15, 30, 45, 60, 75, 90, 105, 120, 135.
2)
3) C’est le plus petit des nombres présents dans les deux listes
(sans prendre en compte 0) : c’est donc 30. 3- On dit qu’un entier est multiple commun à
6 et 15 lorsque c’est à la fois un multiple de 6
30 est le plus petit multiple commun à 6 et 15 différent de 0. et un multiple de 15.

174 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Ce que tu devais faire
Exercice 23
1)
Séance 5
Les commentaires du professeur
Séquence 6

c c

970 se termine par un 0.


On pouvait répondre aux deux questions en
970 est donc divisible par 2.
effectuant des divisions euclidiennes. Il est plus
Il ne lui restera pas de chocolat. rapide toutefois d'utiliser les règles vues au
CM2 permettant de reconnaître les multiples
2) de 2 et les multiples de 5.
970 se termine par un 0.
970 est donc divisible par 5.
Il ne lui restera pas de chocolat.
Exercice 24 On applique les règles vues précédemment :

26 ; 144 ; 120 ; 1 002 ; 18 280 et 55 558 sont divisibles par 2. • un nombre est divisible par 2 s’il se termine
par 0, 2, 4, 6 ou 8.
35 ; 120 ; 2 025 et 18 280 sont divisibles par 5.
• un nombre est divisible par 5 s’il se termine
par un 0 ou par un 5.
Exercice 25
Voici les 6 entiers de trois chiffres que l’on peut former avec les On cherche dans un permier temps tous les
chiffres 4, 9 et 8 : nombres de trois chiffres que l’on peut former
avec 4, 9 et 8. On cherche ensuite parmi ces
498 ; 489 ; 894 ; 849 ; 948 ; 984 nombres ceux qui se terminent par un 0, un 2,
un 4, un 6 ou un 8.
Parmi ces nombres, seuls 498 ; 894 ; 948 et 984 sont divisibles
par 2.
Exercice 26 On commence dans un premier temps par
repérer les entiers de trois chiffres les plus
Les entiers de 3 chiffres sont dans l’ordre décroissant : grands.
999, 998, 997, 996, 995, ...
Ensuite, on cherche parmi ces entiers ceux qui
Un entier est divisible par 5 s’il se termine par 0 ou par 5. sont divisibles par 5, c’est-à-dire ceux qui se
Le plus grand entier de 3 chiffres divisible par 5 est donc 995. terminent par un 0 ou un 5.

Exercice 27 On commence par rappeler que pair signifie


« divisible par 2 ».
Le nombre ®31® est divisible par 2 et par 5, il se termine donc
Lorsqu’on cherche des entiers à la fois divisibles
par 0. par 2 et par 5, on commence :
Ce nombre s’écrit donc ®310, et le symbole ® peut être - par chercher ceux qui sont divisibles par 5.
remplacé par n’importe quel chiffre 1, 2, ..., 9.
- on cherche ensuite parmi les nombres trouvés
Il y a donc 9 valeurs possibles : ceux qui sont de plus divisibles par 2.
1 310 ; 2 310 ; 3 310 ; 4 310 ; 5 310 ; 6 310 ; 7 310 ; 8 310 ; ®31® est divisible par 5, donc ®31® ne
peut se terminer que par un 0 ou un 5.
9 310.
Comme ®31® est pair, il ne peut se terminer
par un 5. Il se termine donc par un 0.
(On pouvait également faire la recherche dans
l’ordre inverse).

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 175

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 6

Exercice 28
1) Peut-on partager 100 bonbons, 600 bonbons, 1 300
bonbons en quatre parts égales ?
1 3 0 0 4
1)

Il n’est pas nécessaire de faire une division


pour voir qu’on peut partager 600 bonbons et
1 300 bonbons en 4 parts égales : on peut le
déduire de l’égalité : 100 = 4 x 25
1 0 0 4 6 0 0 4
2 0 2 0 1 0
2 5 1 5 0 2 0 3 2 5
0 0 0 En effet :
0
Ces trois divisions ont pour reste 0. On peut donc partager • 600 = 100 x 6
en quatre parts égales 100 bonbons, 600 bonbons et 1 300
bonbons. donc : 600 = (4 x 25) x 6 = 4 x (25 x 6)
2) • 1 300 = 100 x 13
a)
donc : 1 300 = (4 x 25) x 13 = 4 x (25 x 13)
Amaury partage alors le paquet de 600 bonbons en quatre
parts égales. Combien met-il de bonbons dans chaque part ? Cette méthode met en évidence que tout
150 multiple de 100 est un multiple de 4.
Amaury partage ensuite le paquet de 36 bonbons en quatre
2) a)
parts égales. Combien met-il de bonbons de plus dans chaque
part ? 9 On a vu dans le 1- que 600 = 4 x 150.
Amaury peut-il partager en quatre parts égales les 636
bonbons ? On sait que 36 = 4 x 9.

Oui, il fera quatre parts de 159 bonbons. 150 + 9 = 159.


b) Chaque part est donc constituée de 159
1 348 = 1 300 + 48 bonbons.

1 300 = 4 x 325 ; 48 = 4 x 12 b)
1 348 bonbons se partagent donc en 4 parts égales de
L’idée d’Amaury est de décomposer 1 348 en
325 + 12 soit 337 bonbons. 1300 (on sait que c’est un multiple de 4) plus
48 (on sait également que c’est un multiple
618 = 600 + 18 de 4).

600 = 4 x 150 18 n’est pas divisible par 4. On place alors 325 bonbons dans chaque part
On n’arrive pas à partager 618 bonbons en quatre parts puis on ajoute dans chaque part 12 bonbons.
Il y a donc 337 bonbons dans chaque part :
égales.
1 348 est donc divisible par 4.
c)
On essaie de faire pareil avec 618 ; 600 est
Un entier est divisible par 4 si le nombre formé par ses deux bien un multiple de 4, mais 18 ne l’est pas.
derniers chiffres est divisible par 4. Il n’est donc pas possible de partager 618
bonbons en 4 parts égales.

c)

On va dorénavant admettre cette règle : « un


entier est divisible par 4 si le nombre formé
par ses deux chiffres est divisible par 4 ».

176 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 29
1)
34 n’est pas divisible par 4 donc 9 534 n’est pas divisible par 4.
Séquence 6

c
1) On applique le critère de divisibilité par 4.

2) De façon générale, tout entier divisible par


c

28 est divisible par 4 donc 1 028 est divisible par 4. 4 est pair.
88 est divisible par 4 donc 77 588 est divisible par 4.
En effet, s’il est divisible par 4, il s’écrit 4 x ®,
42 n’est pas divisible par 4 donc 4 442 n’est pas divisible par 4. où ® est un entier.
56 est divisible par 4 donc 756 est divisible par 4.
Comme 4 = 2 x 2, ce nombre s’écrit 2 x 2 x ®.
11 n’est pas divisible par 4 donc 756 123 411 n’est pas divisible
par 4. Ce nombre est bien de la forme 2 multiplié
par un entier, il est donc pair.
2)
Tous les entiers de la liste qui sont divisibles par 4 sont pairs.
Exercice 30
L’affirmation est fausse. Par contre,
L’affirmation est fausse ! l’affirmation suivante est vraie :
Donnons un contre-exemple :
« Si un entier est divisible par 4, alors il est
6 est divisible par 2 mais n’est pas divisible par 4. divisible par 2 ».

Exercice 31
Il suffit d’appliquer le critère de divisibilité
On ne peut pas. 46 n’est pas divisible par 4. par 4 !
Par conséquent, 3 946 ne l’est pas non plus.
Exercice 32
a) a) On applique le critère de divisibilité par 4
au nombre 79®6.
On cherche le chiffre manquant tel que 79®6 soit divisible par
4, c’est-à-dire tel que ®6 soit divisible par 4.
Les seuls nombres de la forme ®6 divisibles par 4 sont : 16 ;
36 ; 56 ; 76 ; 96.
Ainsi, ® représente 1 ou 3 ou 5 ou 7 ou 9. b)
b)
On a vu dans l’exercice 29 que tout nombre
4®®3 n’est jamais divisible par 4 car il n’est pas divisible par 2. divisible par 4 est nécessairement divisible par
2. Il se termine donc nécessairement par 0, 2,
On ne peut pas trouver de chiffre répondant à la question. 4, 6 ou 8. Comme le nombre 4®®3 ne se
termine par aucun de ces chiffres, ce nombre
ne peut pas être divisible par 4.
Exercice 33
17®® est divisible par 4 et par 5 uniquement si le nombre ®® On cherche un nombre à la fois divisible par
est divisible par 4 et s’il se termine par un 0 ou un 5. 4 et par 5.

S’il s’écrit ®5, il ne peut pas être divisible par 4. On peut commencer à chercher un nombre de
la forme 17®® divisible par 5.
S’il s’écrit ®0, il n’est divisible par 4 que s’il est égal à : 00 ; 20 ;
40 ; 60 ; 80. On cherche ensuite parmi les nombres trouvés
Le nombres de la forme 17®® répondant à la question sont : ceux qui de plus sont divisibles par 4.

1 700 ; 1 720 ; 1 740 ; 1 760 ; 1 780.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 177

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 6

Ce que tu devais faire


Exercice 34
1)
Séance 6
Les commentaires du professeur

8 0 1 3 8 0 1 3 7 8 3 3 6 8 3 3
2 0 2 6 7 2 0 2 6 7 1 8 2 6 1 0 8 2 2 7
2 1 2 1 0 3 2 3
0 0 0 2

4 7 8 2 3 6 8 9 4 3
1 7 1 5 9 4 0 8 2 2 9 8
2 8 2 9
1 2 2 4
0 0

801 ; 783 ; 4 782 et 6 864 sont divisibles par 3.


532 et 683 ne sont pas divisibles par 3.
2)

La somme des
Somme des
nombre Est-il divisible par 3 ? « chiffres » est-elle
« chiffres » du nombre
divisible par 3 ?

801 oui 8+0+1=9 oui


532 non 5 + 3 + 2 = 10 non
783 oui 7 + 8 + 3 = 18 oui
683 non 6 + 8 + 3 = 17 non
4 782 oui 4 + 7 + 8 + 2 = 21 oui
6 894 oui 6 + 8 + 9 + 4 = 27 oui
3) Un entier est divisible par 3 si la somme de ses chiffres est divisible par 3.
Exercice 35
1 + 4 + 4 + 2 + 4 = 15
15 est divisible par 3 donc 14 424 est divisible par 3.
1 + 2 + 2 + 7 + 0 = 12
On applique le critère de divisibilité par 3 :
12 est divisible par 3 donc 12 270 est divisible par 3.
6 + 7 + 2 + 7 + 5 = 27 on calcule la somme des chiffres de chacun
27 est divisible par 3 donc 67 275 est divisible par 3. des nombres et on regarde si chacune de ces
sommes est divisible par 3.
5 + 4 + 1 = 10
10 n’est pas divisible par 3 donc 541 n’est pas divisible par 3.
6 + 3 + 1 + 8 + 0 = 18
18 est divisible par 3 donc 63 180 est divisible par 3.

178 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 36
a) Les entiers de la forme 1®1 sont divisibles par 3 quand le
nombre 1 + ® + 1 soit ® + 2 est divisible par 3.
Si ® = 0 alors ® + 2 = 2
Séquence 6

c
On applique le critère de divisibilité par 3.
c

Si ® = 1 alors ® + 2 = 3. Or 3 est divisible par 3


Si ® = 2 alors ® + 2 = 4
Si ® = 3 alors ® + 2 = 5
Si ® = 4 alors ® + 2 = 6. Or 6 est divisible par 3
Si ® = 5 alors ® + 2 = 7
Si ® = 6 alors ® + 2 = 8
Si ® = 7 alors ® + 2 = 9. Or 9 est divisible par 3
Si ® = 8 alors ® + 2 = 10
Si ® = 9 alors ® + 2 = 11
Les entiers cherchés sont donc 111 ; 141 et 171.
b) Les entiers de la forme 1 23® divisibles par 2 se terminent On applique le critère de divisibilité par 2.
par 0, 2, 4, 6 ou 8. Ce sont donc :
On applique ensuite le critère de divisibilité
1 230 ; 1 232 ; 1 234 ; 1 236 ; 1 238. par 3 aux nombres trouvés afin de déterminer
les entiers à la fois divisibles par 2 et par 3.
Parmi ces nombres, cherchons ceux qui sont de plus divisibles
par 3 :

1 + 2 + 3 = 6.
6 est divisible par 3 donc 1 230 est divisible par 3.
1 + 2 + 3 + 2 = 8.
8 n’est pas divisible par 3 donc 1 232 n’est pas divisible par 3.
1 + 2 + 3 + 4 = 10.
10 n’est pas divisible par 3 donc 1 234 n’est pas divisible par 3.
1 + 2 + 3 + 6 = 12.
12 est divisible par 3 donc 1 236 est divisible par 3.
1 + 2 + 3 + 8 = 14.
14 n’est pas divisible par 3 donc 1 238 n’est pas divisible par 3.
Conclusion :
les seuls entiers de la forme 1 23® à la fois divisibles par 2 et
par 3 sont 1 230 et 1 236.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 179

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 6

Exercice 37
• Les entiers de la forme ®1® sont divisibles par 4 quand le
nombre 1® est divisible par 4.
Les seuls nombres de la forme 1® divisibles par 4 sont 12 et 16.
Première étape : on cherche les entiers de la
forme ®1® divisibles par 4. On utilise le
critère de divisibilité par 4.

Les entiers de la forme ®1® divisibles par 4 s’écrivent ®12 ou On trouve deux formes possibles pour le
®16. nombre : ®12 ou ®16.

• Cherchons parmi les nombres de la forme ®12 ceux qui sont Deuxième étape : on cherche parmi les entiers
divisibles par 3 : de la forme ®12 ceux qui sont divisibles par
3. On utilise le critère de divisibilité par 3.
®12 est divisible par 3 si ® + 1 + 2 est divisible par 3, c’est-à-
dire si ® + 3 est divisible par 3.
Si ® = 1 alors ® + 3 = 4
Si ® = 2 alors ® + 3 = 5
Si ® = 3 alors ® + 3 = 6. 6 est divisible par 3
Si ® = 4 alors ® + 3 = 7
Si ® = 5 alors ® + 3 = 8
Si ® = 6 alors ® + 3 = 9. 9 est divisible par 3
Si ® = 7 alors ® + 3 = 10
Si ® = 8 alors ® + 3 = 11
Si ® = 9 alors ® + 3 = 12. 12 est divisible par 3
Les entiers de la forme ®12 divisibles par 3 sont : Troisième étape : on cherche parmi les entiers
312 ; 612 et 912. de la forme ®16 ceux qui sont divisibles par
3. On utilise le critère de divisibilité par 3.
• Cherchons parmi les nombres de la forme ®16 ceux qui sont
de plus divisibles par 3 :
®16 est divisible par 3 si ® + 1 + 6 est divisible par 3, c’est-à-
dire si ® + 7 est divisible par 3.
Si ® = 1 alors ® + 7 = 8
Si ® = 2 alors ® + 7 = 9. 9 est divisible par 3
Si ® = 3 alors ® + 7 = 10
Si ® = 4 alors ® + 7 = 11
Si ® = 5 alors ® + 7 = 12. 12 est divisible par 3
Si ® = 6 alors ® + 7 = 13
Si ® = 7 alors ® + 7 = 14
Si ® = 8 alors ® + 7 = 15. 15 est divisible par 3
Conclusion : on rassemble les résultats trouvés
Si ® = 9 alors ® + 7 = 16 dans les étapes 2 et 3.

Les entiers de la forme ®16 divisibles par 3 sont :


216 ; 516 et 816.
• Conclusion :
Les entiers de la forme ®1® divisibles par 3 et 4 sont 312 ;
612 ; 912 ; 216 ; 516 et 816.

180 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 38
1)
5 0 4
5 4
9
5 6
7 3 2
1 2
9
8 1
7 4 7
2 7
9
8 3
5 9 3
5 3
9
6 5
c
Séquence 6 c

0 3 0 8

5 8 8 1 9 4 6 9 8 9
4 8 6 5 3 1 9
3 1 1 8 5 2 2
4 0

504 ; 747 et 4 698 sont divisibles par 9.


732 ; 593 ; 5 881 ne sont pas divisibles par 9.
2)

Somme des La somme des


nombre Est-il divisible par 9 ? « chiffres » « chiffres » est-elle
du nombre divisible par 9 ?

504 oui 5+0+4=9 oui


732 non 7 + 3 + 2 = 12 non
747 oui 7 + 4 + 7 = 18 oui
593 non 5 + 9 + 3 = 17 non
5 881 non 5 + 8 + 8 + 1 = 22 non
4 698 oui 4 + 6 + 9 + 8 = 27 oui

3) Un entier est divisible par 9 si la somme de ses chiffres est divisible par 9.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 181

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 6

Exercice 39
1)
a)
4 + 1 + 5 + 8 = 18.
On applique le critère de divisibilité par 9 :
18 est divisible par 9 donc 4 158 est divisible par 9.
on calcule la somme des chiffres de tous les
1 + 3 + 0 + 3 + 6 = 13. nombres et on regarde si chacune de ces
sommes est divisible par 9.
13 n’est pas divisible par 9 donc 13 036 n’est pas divisible par
9.
2+5+0+1+1=9
9 est divisible par 9 donc 25 011 est divisible par 9.
4 + 1 + 0 + 9 = 14.
14 n’est pas divisible par 9 donc 4 109 n’est pas divisible par 9.
4 + 9 + 6 + 2 + 7 + 2 = 30.
30 n’est pas divisible par 9 donc 496 272 n’est pas divisible
par 9.
5 + 7 + 9 + 3 + 3 = 27
27 est divisible par 9 donc 57 933 est divisible par 9.
b)
La somme des chiffres de 4 158 est 18.
18 est divisible par 3 donc 4 158 est divisible par 3.
La somme des chiffres de 13 036 est 13. On applique le critère de divisibilité par 3 :
13 n’est pas divisible par 3 donc 13 036 n’est pas divisible par on calcule la somme des chiffres de tous les
3. nombres et on regarde si chacune de ces
sommes est divisible par 3.
La somme des chiffres de 25 011 est 9.
9 est divisible par 3 donc 25 011 est divisible par 3.
La somme des chiffres de 4 109 est 14.
14 n’est pas divisible par 3 donc 4 109 n’est pas divisible par 3.
La somme des chiffres de 496 272 est 30.
30 est divisible par 3 donc 496 272 est divisible par 3.
La somme des chiffres de 57 933 est 27.
27 est divisible par 3 donc 57 933 est divisible par 3.
2) Les entiers de la liste qui sont divisibles par 9 sont
divisibles par 3.

3- De façon générale, tout entier divisible par


9 est divisible par 3.

En effet, s’il est divisible par 9, il s’écrit 9 x ®


(où ® est un entier).

Comme 9 = 3 x 3, ce nombre s’écrit 3 x 3 x ®.

Il est donc de la forme « 3 multiplié par un


entier ».

C’est donc un multiple de 3.

182 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 40
Cette affirmation est fausse !
Voici un contre-exemple : 6.
Séquence 6

c
L’affirmation proposée est fausse. Par contre,
l’affirmation suivante est vraie « Si un nombre
est divisible par 9, alors il est divisible par 3 ».
c

6 est divisible par 3 (car 6 = 3 x 2) mais 6 n’est pas divisible par


9.

Exercice 41
Voici les nombres entiers de trois chiffres rangés par ordre On commence par dresser le début de la
croissant : liste des plus petit nombres s’écrivant avec
trois chiffres. On cherche ensuite parmi ces
100 ; 101 ; 102 ; 103 ; 104 ; 105 ; 106 ; 107 ; 108 ; ... nombres le plus petit nombre divisible par
9, c’est-à-dire dont la somme des chiffres est
On cherche parmi ces nombres le plus petit divisible par 9, c’est- divisible par 9.
à-dire le plus petit dont la somme des chiffres est divisible par 9 :
c’est 108.
Exercice 42
On cherche un nombre de la forme ®®® divisible par 5. Il est
donc de la forme ®®5 ou ®®0.
Comme le chiffre des dizaines est le triple de celui des unités, le
chiffre des unités ne peut pas être 5
(le chiffre des dizaines ne peut pas être 15 puisque 15 n’est pas Pour résoudre ce type de problème, n’oublie
un chiffre). pas de rédiger ta réponse, c’est-à-dire d’écrire
des phrases claires (et de préférence courtes)
Le nombre cherché est donc de la forme ®®0. pour expliquer ce que tu fais.
Le chiffre des dizaines est donc 3x0 soit 0.
Le nombre cherché est donc de la forme ®00.
Enfin, ce nombre est divisible par 9. La somme de ses chiffres
est ®. Comme elle est divisible par 9, le chiffre ® est donc 9.
Le code du coffre fort est 900.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 183

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 6

Ce que tu devais faire


Exercice 43
Combien y a-t-il de secondes dans 1 heure ?
Séance 7
Les commentaires du professeur

® 1 000 ® 1 600 ® 2 600 ˝ 3 600


1 heure est constituée de 60 minutes constituées chacune de 60 secondes.
60 x 60 = 3 600
Il y a donc 3 600 secondes dans une heure.
Exercice 44
Un jour est constitué de 24 heures.
Par conséquent : 3 jours = 3 x 24 heures = 72 heures
Ainsi : 3 jours 8 heures = 80 heures
L’équipe de sauveteurs a mis 80 heures pour retrouver les deux
alpinistes.
Exercice 45 On applique le « JE RETIENS » vu
précédemment de la façon suivante :
4 h 17 min = 257 min
• 4 h 17 min = (4 x 60 min) + 17 min = 257 min
24 min 15 s = 1 455 s
6 h 13 min 9 s = 22 389 s •24 min 15 s = (24 x 60 s) + 15 s = 1 455 s

3 j 5 h = 77 h •6 h 13 min 9 s = (6 x 60 min) + 13 min + 9 s

6 h 13 min 9 s = 373 min + 9 s

6 h 13 min 9 s = (373 x 60 s) + 9 s = 22 389 s

•3 j 5 h = (3 x 24 h) + 5 h = 77 h
Exercice 46 On souhaite diviser le temps total par 3,
puisque les trois invités doivent avoir le même
1 h 51 min = 60 min + 51 min = 111 min. temps de parole.

1 1 1 3 Pour diviser la durée 1 h 51 min, on est obligé


2 1 de la convertir en minutes.
3 7 On utilise alors l’égalité 1 h = 60 min comme
0 dans l’exercice précédent.
On trouve 111 min. On effectue ensuite la
Chaque invité disposera de 37 minutes durant l’émission. division euclidienne de 111 par 3. On trouve
37 comme quotient euclidien et 0 comme reste.

184 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Exercice 47
a)
182 s = (3 x 60 s) + 2 s = 3 min 2 s
a)
Séquence 6

c
Lorsque les calculs sont simples, on peut les
faire en ligne.

Il faut juste bien avoir en tête les premiers


c

397 s = (6 x 60 s) + 37 s = 6 min 37 s
multiples de 60 : 60 ; 120 ; 180 ; 240 ; 300 ;
b) 360 ; 420 ; 480…
Il est facile de convertir 182 s en minutes et
998 min = (16 x 60 min) + 38 min 9 9 8 6 0 secondes : on pense au plus grand mutiple de
3 9 8 1 6 60 qui ne dépasse pas 182. C’est 180.
998 min = 16 h 38 min 3 8 Comme 180 secondes représentent 3 minutes,
182 secondes représentent 3 min 2 s.
Tu peux, si tu as des
695 min = (11 x 60 min) + 35 min 6 9 5 6 0 difficultés avec cette 1 8 2 6 0
9 5 1 1 méthode, effectuer la 2 3
695 min = 11 h 35 min 3 5 division euclidienne de 182
On fait de même pour 397.

b)

Dans les deux cas, comme les nombres 998 et


695 sont grands, il était plus facile d’effectuer
une division euclidienne par 60.
Exercice 48
On effectue la somme de 6 min 52 s, 5 min 49 s et 7 min 57 s. Pour connaître la durée totale des trois
morceaux à enregistrer, on effectue la somme
6 min 52 s des trois durées 6 min 52 s, 5 min 49 s et
+ 5 min 49 s
+ 7 min 57 s 7 min 57 s.
18 min 158 s On a vu dans la séance 8 de la séquence 2
Convertissons 158 s en minutes et en secondes : comment ajouter des durées. N’hésite pas à t’y
reporter !
1 5 8 6 0
3 8 2

158 s = (2 x 60 s) + 38 s Comme la durée totale des trois morceaux à


enregistrer dépasse 20 minutes, on ne peut
158 s = 2 min 38 s pas enregistrer les trois chansons sur le CD.
6 min 52 s + 5 min 49 s + 7 min 57 s = 18 min + 2 min 38 s
6 min 52 s + 5 min 49 s + 7 min 57 s = 20 min 38 s
On ne pourra pas enregistrer les trois chansons sur le CD.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 185

© Cned – Académie en ligne


c
c Séquence 6

Exercice 49

Clémence mettrait 15 x 13 minutes


pour parcourir 15 km.
x 1
1

4
5
3
5
On effectue une multiplication pour déterminer
le temps que mettrait Clémence pour parcourir
15 km. On trouve 195 minutes.

Il ne reste plus qu’à convertir ce temps en


Clémence mettrait donc 195 minutes 1 5 heures et en minutes. Pour cela, on utilise une
pour parcourir 15 km. division euclidienne.
1 9 5
Convertissons 195 minutes en heures et en minutes : Remarque : comme cette conversion était
facile, tu pouvais faire ce calcul de tête et ne
1 9 5 6 0 pas poser la division. Dans ce cas, tu devais
195 min = (3 x 60 min) + 15 min 1 5 quand même écrire les calculs suivants :
3
195 min = 3 h 15 min 195 min = (3 x 60 min) + 15 min = 3 h 15 min.
Clémence mettrait 3 h 15 min pour parcourir 15 km.
Exercice 50
Un jour est constitué de 24 heures. Cherchons combien il y a
de fois 24 heures dans 678 heures :

6 7 8 2 4 On procède comme précédemment.


1 9 8 2 8
0 6
678 h = (28 x 24 h) + 6 h
678 h = 28 j 6 h
Exercice 51
a) • Cherchons combien il y a de minutes dans 9 892 s.

9 8 9 2 6 0
3 8 9 1 6 4
2 9 2
5 2
9 892 s = (164 x 60 s) + 52 s donc 9 892 s = 164 min 52 s
• Cherchons combien il y a d’heures dans 164 min :
164 min = (2 x 60 min) + 44 min donc : 164 min = 2 h 44 min
• Conclusion : 9 892 s = 2 h 44 min 52 s On procède comme précédemment.

b) • Cherchons combien il y a de minutes dans 8 762 s :

8 7 6 2 6 0
2 7 6 1 4 6
3 6 2
0 2
8 762 s = (146 x 60 s) + 2 s donc 8 762 s = 146 min 2 s
• Cherchons combien il y a d’heures dans 146 min :
146 min = (2 x 60 min) + 26 min donc : 146 min = 2 h 26 min
• Conclusion : 8 762 s = 2 h 26 min 2 s

186 — © Cned, mathématiques 6e, 2008

© Cned – Académie en ligne


Ce que tu devais faire
Exercice 52
Séance 8

Dès que Mélanie a enfilé 7 perles, 14 perles, 21 perles… elle


enfile de nouveau une perle verte.
Les commentaires du professeur
Séquence 6

c c

Autrement dit, chaque fois que le nombre de perles enfilées est


un multiple de 7, Mélanie enfile une perle verte. Pense à bien rédiger les réponses de ce type de
problème. Il faut écrire ce que tu fais à l’aide
Afin de connaître combien de groupements comprenant une de phrases courtes et claires.
perle verte, deux perles jaunes, une perle rouge et 3 perles
jaunes ont été enfilées, j’effectue la division euclidienne de 109 Pense également à poser et à effectuer les
par 7. opérations losque tu effectues des calculs qui
sont difficiles à effectuer en ligne.
1 0 9 7
3 9 1 5
4 Ici, il fallait voir que tous les multiples de 7
perles, Mélanie enfile une nouvelle perle et
109 = (15 x 7) + 4 donc « le cycle se reproduit ». On pense alors
à affectuer une division euclidienne du nombre
Une fois enfilées, les 15 x 7 premières perles, Mélanie enfile de perles par 7.
quatre perles : une verte puis deux jaunes puis une rouge.
Ainsi, la perle numéro (15 x 7) + 4 (c’est-à-dire la 109e) est
rouge.
La 109e perle est donc rouge.
Exercice 53
Comme un bus contient au maximum 37
Je calcule à partir de combien de passages de bus je vais personnes et qu’il y a 112 personnes à passer,
pouvoir monter. on cherche le nombre de bus avant de pouvoir
monter en effectuant la division euclidienne de
Pour cela, j’effectue la division euclidienne de 112 par 37. 112 par 37.

1 1 2 3 7 On fait attention : Les trois premiers bus


1 3 pourront contenir 3 x 37 soit 111 personnes. Il
faudra donc prendre le bus suivant, c’est-à-dire
le 4e.
Le trois premiers bus prendront les 111 premières personnes Ensuite, comme le bus passe toutes les 23
devant moi, je prendrais donc le 4e bus. minutes, il suffit de multiplier 4 par 23.
Le 4e bus passera donc dans 4 x 23 min soit 92 minutes.
On trouve 92 min que l’on convertit
92 min = (1 x 60 min) + 32 min directement en 1 h 32 min. Le calcul est
simple : il n’y a pas lieu de poser une division
92 min = 1 h 32 min
euclidienne.
Je vais attendre 1 h 32 min avant de partir.

© Cned, Mathématiques 6e, 2008 — 187

© Cned – Académie en ligne