Vous êtes sur la page 1sur 16

Université Hassan II – Casablanca

Faculté des sciences


Département de physique

Master spécialisé en Electronique


Electrotechnique Automatique
Informatique Industrielle

RAPPORT DE TP D’AUTOMATISME

Réalisé Par : Encadré Par :


_SALAMI Abderrahman _Mr. B.BENSASSI

Année Universitaire 2018/2019


TP D’AUTOMATISME 2
LISTE DES FIGURES

Figure 1 : Un automate programmable industriel............................................. 7


Figure 2 : L’automate programmable siemens …………................................. 9
Figure 3 : Structure interne d'un automate programmable industriel (API) .. 10
Figure 4 : Fonctionnement cyclique d’un API ……………………………… 11
Figure 5 : Marche/ Arrêt avec maintien …………………………………….. 13
Figure 6 : Temporisation TON ………………………………………………………………………...… 14
Figure 7 : Temporisateur TOF ………………………………….……………. 14
Figure 8 : Compteur / Décompteur …………………………………………. 14
Figure 9 : Clignotement …………………………………………………….. 15

TP D’AUTOMATISME 3
TABLE DES MATIÈRES

Liste des figures ............................................................................................... 3


Table des matières ........................................................................................... 4
Introduction ..................................................................................................... 5
1- Généralités sur les automates programmables industrielles ………..……. 6
1.1- Définition de l’API ............................................................................. 6
1.2- Avantage de l’API .............................................................................. 6
1.3- Nature des informations traitées par l’automate ................................. 7
1.4- Architecteur des automates programmables ....................................... 7
1.5- Fonctionnement .................................................................................. 9
2. TP : L’automate RS LOGIX 1000 ………………………….…………… 10
2.1- Objectif du TP ………………………………………….………….. 10
2.2- Matériel utilisé ……………………………….………….…………. 11
2.3- Présentation de l’automate MicroLogix1000 …………….………... 11
2.4- Manipulation ……………………………………………….……… 11
2.4.1- Simple allumage ……………………………….……….……… 11
2.4.2- Maintien ………………………………………..………………. 12
2.4.3- Simple allumage avec Temporisations ……….…….…….……. 12
2.4.4- Simple allumage avec compteur/décompteur ………………….. 15
2.4.5- Clignotement …………………………………………………… 15
Conclusion …………………………………….……………………………. 16

TP D’AUTOMATISME 4
INTRODUCTION

Dans le cadre de ma formation en 1ére année Master Spécialisé, Electronique,


Electrotechnique, Automatique et Informatique Industriel au sein de la faculté des
sciences Ain chock, j’ai été tenu de réaliser un rapport qui résume mes séances
que j’ai passé on TP d’Automatisme.

Ce TP j’ai trouvé ce TP intéressant pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il


comprend par son titre qu’il s’agit de l’Automatisme qui est au cœur de
l’industrie.
Ainsi, c’est un outil essentiel pour mon développement personnel et
professionnel.

Je vais structurer ce rapport en deux parties. Dans la première partie je présenterai


les Automates Programmables Industrielles et la deuxième partie je traiterai
l’automate que j’ai utilisé pendant les deux séances de TP avec la manipulation
que j’ai effectué.

TP D’AUTOMATISME 5
1- Généralités sur les automates programmables industrielles :

1.1- Définition de l’API :


Un API est une machine électronique programmable par un personnel non
informaticien. Il est destiné à piloter en ambiance industrielle et en temps réel des
procédés appelés encore partie opérative. On programme l’API pour effectuer des
opérations cycliques qui reçoit des données par ces entrées, ensuite ces derniers sont
traités par un programme défini et les résultats obtenus sont délivrés par ses sorties
pour commander le système.

Un automate programmable peut être à logique positive ou négative.


• Logique positive
Le commun interne des entrées est relié au 0V.
• Logique négative
Le commun interne des entrées est relié au 24V.

Figure 1 : Un automate programmable industriel

1.2- Avantages de l’API :


L’utilisation de l’automate programmable dans le domaine industrielle présenté
plusieurs avantages, dans la suite on va illustrer les plus importantes.

• Moins de constituants
La substitution des relais à un gain en volume, on encombrement et à la simplicité de
l’emploi, particulièrement apprécies sur les machines simples.

• Moins de câblage
Les connections se réduisent au raccordement des capteurs aux entrées et des prés
actionneurs aux sorties. L’accès aux différents organes de l’automatisme, lots des

TP D’AUTOMATISME 6
modifications et des réglages, se trouve ainsi facile.

• Plus de confort
Le programme qui se substitue au câblage et l’ensemble des graphiques on peut le
saisir, le modifier et l’archiver facilement grâce au terminal de programmation et de
réglage. Ce programme peut être duplique pour les machines construites ainsi une
diminution des coûts.

• Plus de fonctionnalités
Pour les machines spéciales où leurs installations sont compliquées, l’automate
programmable offre des fonctions d’automatisme spécifiquement intégrées.

• Plus d’informations
La maintenance et la mise en place d’un automatisme est facile par la visualisation
permanente de l’état des entrées/sorties, qui sont signalés par des voyants lumineux.
Le dialogue entre l’homme et la machine est assuré par un terminal de programmation
ainsi de réglage grâce à son mode conversationnel et les messages affichés sur l’écran.

1.3- Nature des informations traitées par l'automate :

Les informations peuvent être de type :


→ Tout ou Rien (TOR) : l’information ne peut prendre que deux états (vrai/faux, 0 ou
1 ...). C’est le type d’information délivrée par un détecteur, un bouton poussoir ...
→ Analogique : l’information est continue et peut prendre une valeur comprise dans
une plage bien déterminée. C’est le type d’information délivrée par un capteur (poids,
température ...)
→ Numérique : l’information est contenue dans des mots codés sous forme binaire
ou bien hexadécimale. C’est le type d’information délivrée par un ordinateur ou un
module intelligent.

1.4- Architecture des automates programmables :


Aspect extérieur :

Les automates peuvent être de type compact ou modulaire.

TP D’AUTOMATISME 7
- De type compact : il intègre le processeur, l’alimentation, les entrées et les sorties.
Selon les modèles et les fabricants, il pourra réaliser certaines fonctions
supplémentaires (comptage rapide, E/S analogiques…) et recevoir des extensions
en nombre limité. Ces automates de fonctionnement simple sont généralement
destinés à la commande de petits automatismes.

- De type modulaire : le processeur, l’alimentation, et les interfaces d’E/S résident dans


des unités séparées (modules) et sont fixées sur un ou plusieurs racks contenant le «
fond de panier » (bus plus connecteurs). Ces automates sont intégrés dans les
automatismes complexes où puissance, capacité de traitement et flexibilité sont
nécessaires.

Figure 2 : L’automate programmable siemens

Structure interne :

Les API comportent quatre principales parties :


- Une unité de traitement (un processeur CPU) ;
- Une mémoire ;
- Des modules d’entrées-sorties ;
- Des interfaces d’entrées-sorties ;
- Une alimentation 230 V, 50/60 Hz (AC) - 24 V (DC).

La structure interne d’un automate programmable industriel (API) est assez voisine de
celle d’un système informatique simple. L'unité centrale est le regroupement du
processeur et de la mémoire centrale. Elle commande l'interprétation et l'exécution

TP D’AUTOMATISME 8
des instructions programme. Les instructions sont effectuées les unes après les autres,
séquencées par une horloge. Deux types de mémoire cohabitent :

- La mémoire Programme où est stocké le langage de programmation. Elle est en


général figée, c'est à dire en lecture seulement. (ROM : mémoire morte).

- La mémoire de données utilisable en lecture-écriture pendant le fonctionnement


c’est la RAM (mémoire vive). Elle fait partie du système entrées-sorties. Elle fige les
valeurs (0 ou 1) présentes sur les lignes d’entrées, à chaque prise en compte cyclique
de celle-ci, elle mémorise les valeurs calculées à placer sur les sorties.
Le schéma ci-dessous (figure 8) présente la structure interne d’un automate
programmable industriel qui est composé par une alimentation et les deux parties de
commande et l’opérative.

Figure 3 : Structure interne d'un automate programmable industriel (API)

1.5- Fonctionnement :

L'automate programmable reçoit les informations relatives à l'état du système et puis


commande les pré-actionneurs suivant le programme inscrit dans sa mémoire.
Généralement les automates programmables industriels ont un fonctionnement
cyclique (Figure 8). Le microprocesseur réalise toutes les fonctions logiques ET, OU, les
fonctions de temporisation, de comptage, de calcul... Il est connecté aux autres

TP D’AUTOMATISME 9
éléments (mémoire et interface E/S) par des liaisons parallèles appelées ' BUS ' qui
véhiculent les informations sous forme binaire. Lorsque le fonctionnement est dit
synchrone par rapport aux entrées et aux sorties, le cycle de traitement commence par
la prise en compte des entrées qui sont figées en mémoire pour tout le cycle.

Figure 4 : Fonctionnement cyclique d’un API

2. TP : L’automate RS LOGIX 1000


2.1- Objectif du TP :

Ce rapport contient les différentes manipulations que nous avons effectué durant le
travail pratique d’automate programmable industriel Allen Bradley MicroLogix1000,
le but de ce travail est la Maîtrise des bases du langage de programmation (Ladder) et
l’exploitation du logiciel de programmation RSLOGIX500.

TP D’AUTOMATISME 10
2.2- Matériel utilisé :

- Automate programmable : Allen Bradley MicroLogix1000 ;


- Les boutons poussoirs ;
- Les lampes ;
- Ordinateur pour programmer l’ordinateur.

2.3- Présentation de l’automate MicroLogix1000 :


La gamme des automates programmables MicroLogix1000 offre quatre niveaux de
contrôle. Petit par la taille mais offrant de grandes performances, Le MicroLogix1000
propose des fonctions de contrôle dans un format adorable et compact.
Le micro-automate MicroLogix1000 peut gérer une large gamme d’applications
importantes requérant jusqu’à 32 E/S. tout en occupant seulement une fraction de
l’espace nécessaires aux automates de plus taille et pour une fraction du prix.
L’automate MicroLogix1000 utilise le logiciel de programmation RSLogix500 ce partage
un jeu d’instructions commun avec les gammes d’automates MicroLogix1100,
MicroLogix1200, MicroLogix1500 et SLC 500.

2.4- Manipulation :

2.4.1- Simple allumage :

→ Schéma ladder :

TP D’AUTOMATISME 11
En transférant le programme vers l’automate vers l’automate. La figure
suivante montre cette phase.

Mode « Run » comme à la figure ci-dessous.

TP D’AUTOMATISME 12
2.4.2- Maintien :

Il s’agit d’un contact qui auto alimente le circuit sur lequel il se trouve.
Avec ce principe il est possible d’ajouter des boutons poussoirs de commande.
Boutons poussoirs "arrêt" (câblage en série) et boutons poussoirs "marche", (câblage
en parallèle).

Figure 5 : Marche/ Arrêt avec maintien

2.4.3- Simple allumage avec Temporisations :


Dans cette manipulation, nous avons réalisé trois types de temporisations :

- Temporisation TON - Temporisation TOF

→ Temporisation TON :
L'instruction TON est un temporisateur non rémanent qui cumule le temps lorsque
l'instruction est activée (l'état d'entrée de la ligne est vrai).
L'instruction TON cumule le temps jusqu'à ce que :
- L’instruction TON soit désactivée
- ACC ≥ PRE
Lorsque l'instruction TON est désactivée, la valeur ACC est effacée.

TP D’AUTOMATISME 13
Figure 6 : Temporisation TON

→ Temporisateur TOF :
L'instruction TOF est un temporisateur non rémanent qui cumule le temps lorsque
l'instruction est activée (l'état d'entrée de la ligne est faux).
L'instruction TOF cumule le temps jusqu'à ce que :
- L’instruction TOF soit activée
- ACC ≥ PRE
Lorsque l'instruction TOF est désactivée, la valeur ACC est effacée.

Figure 7 : Temporisation TOF

TP D’AUTOMATISME 14
2.4.4- Simple allumage avec compteur/décompteur :
Dans cette manipulation on a utilisé deux types de blocs CTU et CTD

- CTD ‐ Comptage dégressif : Compter de façon dégressive

- CTU ‐ Comptage progressif : Compter de façon progressive

Figure 8 : Compteur / Décompteur

2.4.5- Clignotement :
Ce présent programme va permettre au LED à clignoter suivant la base de temps
réglée avant.

Figure 9 : Clignotement

TP D’AUTOMATISME 15
CONCLUSION

Les deux séances de TP d’Automatismes que j’ai effectué, est passé dans des
meilleures conditions, j’ai réussi à programmer un automate Allen Bradley
MicroLogix1000, ce qui j’ai permis de se familiariser avec un atout très important
dans notre parcours et surtout à l’industrie.
Enfin cette expérience a beaucoup d’avantages et j’espère que ce rapport reflète bien
son importance.

TP D’AUTOMATISME 16