Vous êtes sur la page 1sur 34

Bruce Albert

La Fumée du métal
In: L'Homme, 1988, tome 28 n°106-107. pp. 87-119.

Citer ce document / Cite this document :

Albert Bruce. La Fumée du métal. In: L'Homme, 1988, tome 28 n°106-107. pp. 87-119.

doi : 10.3406/hom.1988.368972

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/hom_0439-4216_1988_num_28_106_368972
Bruce Albert

La Fumée du métal
Histoire et représentations du contact
chez les Yanomami (Brésil)*

Bruce Albert, La Fumée du métal. Histoire et représentations du contact chez les


Yanomami (Brésil). — Mythes et classifications des relations interethniques sont des
registres classiques de l'étude du changement culturel dont il faut parfois savoir se
détourner pour rendre compte de la dynamique cognitive, de la contextualité historique
et de la stratégie culturelle des représentations du contact. Celles-ci sont prioritairement
élaborées chez les Yanomam (sous-groupe yanomami) à travers le prisme d'une théorie
cannibale de Paltérité mise en forme et en œuvre par le discours étiologique et le
système rituel. On analyse ici comment la représentation des relations entre « blancs »,
épidémies et objets manufacturés a parcouru une série de transformations symboliques
pour interpréter les faits et effets des formes successives de contact au long des cent
cinquante dernières années.

Les anthropologues influencés par le structuralisme se sont peu attachés


à l'analyse des représentations du contact dans les sociétés qu'ils ont étu
diées. Ceci est vrai en particulier dans le domaine de l'américanisme tropical.
Lorsqu'ils l'ont fait, c'est généralement à travers les mêmes formes cultu
relles : récits mythiques ou classifications des relations interethniques ; choix
reconduit d'auteur en auteur sans que le privilège conféré à cette approche
semble devoir être justifié1. Cette marginalisation des phénomènes d'« incorpo
rationhistorique » (Guss 1981) ou cette restriction du cadre ethnographique de
leur prise en compte renvoient plus à une fidélité excessive à la lettre de l'œuvre
de Lévi-Strauss qu'à des limitations imputables à l'analyse structurale2.
Les représentations du contact ouvrent un champ privilégié à l'anthropol
ogie en ce qu'elles constituent un enjeu crucial de la reproduction culturelle des
sociétés qui les élaborent. L'avancée de la frontière du « système mondial »
soumet l'existence et la permanence des sociétés sans écriture à la résolution
d'un défi métaphysique et social d'une magnitude inégalée. Les extrêmes dispar
itésde sens et de puissance qu'instaure cette collision historique ouvrent leurs
systèmes culturels à une dynamique de restructuration sans cesse mise en défaut
par le développement complexe des faits de contact. Ce processus illustre in
statu nascendi le travail cognitif de logiques symboliques à la croisée de

L'Homme 106-107, avril-sept. 1988, XXVIII (2-3), pp. 87-119.


BRUCE ALBERT

conjonctures et d'enjeux sociaux critiques. Il révèle la hiérarchisation straté


gique des domaines et registres culturels assignés au traitement des phénomènes
de changement. Il met enfin en lumière l'historicité à partir de laquelle et
contre laquelle opère cette logique de résistance culturelle. La « pensée
sauvage », habituellemment restituée à titre d'architecture formelle, retrouve
donc dans ce contexte — et probablement dans nul autre à ce degré — toute sa
dimension dynamique et pragmatique3.
L'image statique et décontextualisée des représentations du contact qui
émane souvent des travaux d'inspiration structuraliste est imputable aux pro
priétés cognitives des formes culturelles à travers lesquelles ils les abordent. La
finalité étiologique et les contraintes mnémoniques du mythe en font un dis
positif que son degré de sélectivité, d'abstraction et d'inertie relative4 ne pré
dispose guère, par définition, à servir de cadre d'analyse aux processus des
changements culturels. Le problème est comparable en ce qui concerne les clas
sifications des relations interethniques. Systèmes catégoriels, elles ne renvoient
qu'au « savoir sémantique » (Sperber 1974 : 103-105) que produit le crois
ement des traits différentiels qui les sous-tendent. Précipité analytique de la
symbolisation des formes d'altérité soumises à la réflexion indigène par le
contact, elles sont également peu aptes à servir de champ pour une saisie
complexe des mécanismes d'incorporation culturelle.

Nous nous proposons, à partir de ces remarques, d'illustrer comment, par


un changement de perspective dans l'analyse des représentations du contact,
certains aspects fondamentaux de leur production (dynamique cognitive,
contextualité historique et enjeux culturels) peuvent être mieux éclairés. L'exer
cice aura pour cadre ethnographique un ensemble de réflexions sur la nature
des épidémies, l'identité des « blancs » et le statut des objets manufacturés
véhiculées par l'histoire orale des Yanomam5 — un des quatre groupes ter-
ritorialement adjacents qui composent l'ensemble culturel et linguistique
yanomami6.
Les Yanomam ont interprété les faits et effets du contact à travers le creuset
symbolique de leur théorie politique des pouvoirs pathogènes, y subordonnant
l'identification des « blancs » et des objets manufacturés7. Cette conception
étiologique du contact s'est trouvée plusieurs fois remaniée au long des cent
cinquante dernières années, période que la mémoire sociale yanomam et un
ensemble de sources écrites nous permettent de reconstruire. C'est une esquisse
de P« histoire structurale » (Lévi-Strauss 1973 : 26) de ces transformations qui
sera proposée dans cet article. Nous situerons d'abord leur contexte culturel en
décrivant les grandes lignes de l'organisation sociale et de la théorie étiologique
yanomam8.
La Fumée du métal 89

l'espace social yanomam

Les Yanomam, sous-groupe yanomami le plus représenté au Brésil,


comptent environ 3 860 personnes réparties en 84 maisons plurifamiliales de
forme conique ou tronconique (y ano) situées, pour la plupart, sur le cours
supérieur des affluents de la rive droite du rio Branco, près de la frontière véné
zuélienne (FUNAI 1984). Ce sont des chasseurs-horticulteurs itinérants de la
forêt amazonienne interfluviale dont la dispersion résidentielle est variable sui
vant les régions : leur densité démographique varie de 0,77 à 0,04 hab./km2 du
centre à la périphérie de leur territoire (Migliazza 1972 : 19-20)9.
La morphologie sociale yanomam est caractéristique de la région des
Guyanes {cf. Rivière 1984). Chaque maison collective se veut économiquement
et politiquement autonome, constituant une párentele où le « nous » cogna-
tique {kamiyamakë yayë « nous les parents véritables ») est idéalement identifié
au « nous » résidentiel {kamitheriyamakë « nous les corésidents »). La termi
nologie de parenté est une variante du type dravidien. La prescription matrimon
iale porte sur la cousine croisée bilatérale effective (W = MBD = FZD =
thuwë a yayë « l'épouse véritable »). Deux normes complémentaires orientent
la contraction des mariages yanomam : une préférence marquée pour Pendo-
gamie locale et un principe de répétition des échanges matrimoniaux entre
mêmes ensembles familiaux au sein d'une génération et d'une génération à
l'autre. La neutralisation de l'opposition affins/consanguins qui en résulte,
associée à une assimilation éventuelle, via mariage, des parents classificatoires
(bio) à des cognats (parents yayë), fait que chaque communauté yanomam tend
à se construire sur le modèle (indigène) d'un « entre soi » sociologique idéal.
Cette loi de composition de la monade locale, opérant par densification d'une
trame d'intermariages, est conçue comme la garantie d'une réciprocité général
iséeentre cognats-affins. L'entrecroisement des prestations et des solidarités
qui cimentent l'unité résidentielle est régi par un principe de dette matrimoniale
{thuwë ne « la valeur de l'épouse »). Les obligations af finales qu'elle implique
(turahamäi) s'articulent sous la forme d'une relation hiérarchique
intergénérationnelle : la relation beau-père (shoayë)/ gendre (thani) (avec une
transposition faible au niveau WB/ZH). C'est la seule relation de subordinat
ion que connaisse la société yanomam. Elle fournit le support et l'idiome de
l'exercice de l'autorité politique (nosiamu), qui n'a d'arène plus ample que la
communauté.
Ce modèle indigène d'atomisme sociologique et politique, que l'ethnologue
doit éviter de réifier à partir d'une approche sociologique cantonnée au groupe
local, s'inscrit dans un espace socio-symbolique intercommunautaire. Cet
espace global s'articule en fonction d'une classification des relations politiques
qui distingue cinq catégories principales :
0) yahitheribë « les habitants de la maison collective » ou kamitheriyamakë « nous
les corésidents » : le groupe local.
90 BRUCE ALBERT

1) nohimotimë thëbë « les gens amis » ou hwama îhëbë « les hôtes, les visiteurs » :
l'ensemble multicommunautaire des alliés.
2) nabë thëbë « les gens hostiles » : l'ensemble des ennemis proches (actuels).
3) tanomai thëbë ou tamumaôwibë « les gens que l'on ne voit ou ne connaît pas » :
l'ensemble des ennemis anciens ou virtuels.
4) tanomai thëbë yayë ou tamumimahiowibë « les gens qu'on ne connaît vraiment
pas » : l'ensemble des ennemis inconnus10.
La projection de ces catégories dans l'espace forme un champ de circons
criptions concentriques dans lequel chaque groupe local répartit l'ensemble des
communautés qui constituent son univers d'interconnaissance sociale directe
ou indirecte11. Toute communauté de référence entretient avec ses homologues,
classés dans ces différentes sphères d'altérité, un ensemble gradué de relations
de réciprocité matrimoniale, économique, politique, rituelle et symbolique.
L'armature complexe de ces interrelations institue et constitue comme une total
itéintégrée l'organisation et la philosophie sociale yanomam.

POUVOIRS PATHOGENES ET ALTERITE CANNIBALE

La théorie des agressions surnaturelles intercommunautaires est un des


sous-sytèmes fondamentaux de cet ensemble. Selon le système étiologique
yanomam, les membres d'un groupe local imputent génériquement à ceux des
communautés de chacune des circonscriptions politiques qui les entourent des
pouvoirs pathogènes spécifiques. Ils réfèrent à leur exercice la plus grande
partie des cas de maladie et de décès qui surviennent parmi eux12. Ces accusa
tionsconstituent le registre symbolique dominant à travers lequel se conçoi
vent,s'expriment et se mesurent quotidiennement les relations politiques supra-
locales. Elles constituent la toile de fond cognitive et pragmatique de tous les
conflits inter communautaires yanomam.
Au sein de la monade locale, univers idéal des affins-cognats et de la réc
iprocité/solidarité généralisée, l'entrelacs introverti des relations matrimoniales
garantit l'absence d'agressions maléfiques. Au delà de cette fascination pour
l'indivision et comme hantise spéculaire : « les autres » (yayo thëbë), univers
incertain où à mesure que s'atténue et se dénoue l'emprise de la parenté grandit
le règne de la violence — effective ou symbolique. « Nous » : cercle d'une
parenté par excellence où les dangers de l'affinité sont résorbés dans un cogna-
tisme modèle et dans lequel s'enracine et s'inscrit l'exercice de l'autorité poli
tique. « Les autres » : espace politique acéphale où s'enregistrent et se gèrent,
selon un complexe système rituel intercommunautaire, les pouvoirs pathogènes
de la parenté ambiguë ou absente, en tout cas impuissante à policer le mouve
mentrelatif des monades communautaires.
Très schématiquement, les pouvoirs maléfiques d'origine humaine (yäno-
mamë thëbë uno) dont il est question ici sont les suivants :
La Fumée du métal 91

(1) Au sein de l'ensemble multicommunautaire des alliés — en général


quatre ou cinq groupes locaux voisins liés par des intermariages et des relations
cérémonielles (politico-économiques) régulières (reahumu) — , on craint une
forme de sorcellerie dont les effets, souvent graves, sont cependant réductibles
grâce à une cure chamanique appropriée. Cette « sorcellerie commune » repose
sur l'emploi d'une vingtaine de substances, le plus souvent végétales, dessé
chées et pulvérisées pour être subrepticement appliquées ou projetées sur une
victime lors d'une visite ou d'un rite intercommunautaire (hëniai).
(2) Entre ennemis actuels (proches) — parmi lesquels régnent une hostilité
institutionnelle sporadiquement manifestée par des raids (wayu huu) et une
« réciprocité négative » matrimoniale et économique13 — , on redoute une sor
cellerie aux conséquences invariablement létales. Considérée comme l'apanage
des « hommes courageux » (waithirimë thëbë), cette « sorcellerie guerrière »
consisterait en une incursion secrète visant une communauté ennemie (ökara
huu) : soit en soufflant à la sarbacane des fléchettes chargées de substances
maléfiques (horabrai) sur une victime que ses activités quotidiennes auraient
éloignée de ses corésidents14, soit en profitant de l'obscurité pour verser un
poison magique dans ses aliments (bashuwai)15.
(3) Aux ennemis anciens ou virtuels, dont l'hostilité est attestée ou sup
posée alors que leur éloignement les met hors de portée effective, on impute
l'exercice d'un chamanisme agressif (koiyei) que l'on tient, entre autres, pour
responsable d'une bonne part des morts d'enfants. Ces agressions sont conçues
sous la forme d'envois d'esprits auxiliaires maléfiques (ne waribë ihirubë a ne
shaburibi) dotés d'une apparence humanoïde miniature. Ces esprits, invisibles
aux yeux des non-chamanes, sont bardés d'armes et d'objets pathogènes surnat
urels avec lesquels ils neutralisent leurs victimes avant de les dévorer.
(4) De la part des membres de groupes situés aux confins de leur univers
social, dont l'existence n'est établie que par de lointaines rumeurs intercommun
autaires — ensemble flou de communautés hostiles par définition — , les
membres d'un groupe local redoutent la chasse meurtrière de leurs alter ego
animaux (rishi). Les Yanomam considèrent qu'à chaque être humain est
assigné un analogon animal qui vit aux limites de l'espace social de sa commun
auté. Ces doubles animaux ont une distribution croisée : les rishi de la
communauté A vivent sur le territoire d'« ennemis inconnus » B, tandis que les
rishi de B vivent sur celui de A. Le destin de l'animal et celui de la personne
sont indissociables : la mise à mort de l'un entraîne inévitablement le décès de
l'autre.
Finalement, lorsque maladies et décès ne sont pas imputés à des pouvoirs
pathogènes humains — i. e. lorsqu'on ne souhaite pas leur conférer une dimens
ion politique — , ils le sont aux dispositions agressives d'êtres surnaturels (y ai
thëbë uno). Parmi ceux-ci dominent les esprits maléfiques (ne waribë), le plus
souvent décrits sous l'apparence d'humanoïdes ou d'insectes monstrueux.
Incarnations des pouvoirs agressifs de la nature, ils sont en particulier associés
92 BRUCE ALBERT

à la forêt profonde, à certains sites physiques et à des phénomènes atmosphér


iques. Ogres surnaturels, ils sont censés percevoir les humains sous la forme
d'un gibier qu'ils chassent et dévorent dès qu'il se trouve à leur portée16.

Pour compléter cet aperçu des conceptions étiologiques yanomam, il faut


évoquer succinctement les prolongements symboliques du système des altérités
sociales et ontologiques qu'elles dessinent dans la théorie pathogénique et le
système rituel (rites d'homicide et rites funéraires). Chacune des modalités
d'agression humaine ou non humaine décrites se caractérise par la mise
en action de principes ou d'objets pathogènes surnaturels. En sorcellerie
(« commune » ou « guerrière »), c'est la forme essentielle (hëniri) de la subs
tance sorcière (hëni) qui affecte le « principe vital » de la victime17. Dans
l'agression des esprits chamaniques et celle des esprits maléfiques, ce sont les
armes et objets pathogènes surnaturels de ces entités18. Dans le meurtre du
double animal les pointes de flèches qui affectent le corps de l'animal se trou
vent surnaturellement transposées dans le « principe vital » de l'être humain.
Tous ces objets et armes pathogènes sont les matihibë de leurs détenteurs, terme
par lequel on désigne en particulier les biens précieux comme les ossements
humains et les ornements de plume et, maintenant, les objets manufacturés19.
L'agression du « principe vital » des victimes vise soit à affecter temporai
rementson intégrité (« sorcellerie commune »), soit à permettre, par cette neu
tralisation, sa dévoration surnaturelle (« sorcellerie guerrière », chamanisme
agressif, agression du double animal, prédation des esprits maléfiques). Les
Yanomam associent étroitement le « principe vital » (ne utubi, noremi),
moteur de Yanimatio corporelle et des pulsions agressives, au sang (iyë),
considéré comme composant corporel fondamental et médium du devenir bio
logique. La masse musculaire est nommée iyëhikë (« support du sang ») et les
variations de la consistance sanguine régissent maturation et sénescence. Le
cadavre, enveloppe corporelle (bei sikë) dont un agresseur a surnaturellement
dévoré le « principe vital », est désigné par le terme kanasi qui signifie
« résidus, reliefs d'un repas ». La symbolique yanomam des agressions surnat
urelles, humaines ou non humaines, repose donc sur une double métaphore
cannibale : l'agression du « principe vital » est vue sur le mode à la fois de la
prédation ontologique et de la dévoration biologique20.
Cette pathogénie anthropophagique est conçue sous diverses modalités qui
opposent les sphères d'altérité sociale et ontologique auxquelles on les assigne
en les articulant selon le modèle d'un « triangle culinaire » cannibale. Nous
avons ainsi, du côté du cru, l'omophagie sauvage des esprits maléfiques (non-
humains), censés dévorer à la manière des prédateurs les humains assimilés à du
gibier ; du côté du pourri, l'omophagie ritualisée des ennemis (non-parents),
censés dévorer les chairs en putréfaction de leurs victimes dans le cadre des
interdits et prescriptions d'un rite d'homicide (unokaimu) ; enfin, du côté du
cuit, l'ostéophagie « culinaire » et cérémonielle des alliés (affins potentiels)
qui, exclus des imputations d'agression létale, n'en sont pas moins intégrés au
La Fumée du métal 93

modèle des altérités cannibales en se voyant conviés à consommer les cendres


des ossements des morts de leurs hôtes (cognats deuilleurs) lors des cérémonies
funéraires intercommunautaires (reahu)21. La théorie yanomam des agressions/
prédations s'efforce donc de graduer en termes de naturalité relative le canni
balisme métaphorique postulé entre les sphères concentriques d'altérité qu'elle
distingue. Les alliés s'opposent aux ennemis comme la cuisine à l'omophagie.
Par ailleurs ils s'opposent conjointement, d'une part aux esprits maléfiques
comme le cannibalisme institutionnel au cannibalisme sauvage, d'autre part
aux cognats comme l'alimentation commune au cannibalisme ritualisé. « Tout
se passe donc comme si » cette philosophie socio-ontologique de l'altérité ne se
développait dans le registre symbolique du cannibalisme que pour mieux
s'opposer, de l'intérieur, au cannibalisme «réel», cet autre cannibalisme
— sauvage — qui ne peut être que le cannibalisme des autres, cannibalisme
de l'altérité absolue : celui des ogres humanoïdes de la forêt (mais aussi des
ancêtres préculturels et des ethnies lointaines). L'altérité relative des alliés et
des ennemis renvoie pour sa part à un cannibalisme culturel qui définit les êtres
humains et l'état de société comme tels. Cette logique de l'altérité cannibale,
qui structure un espace politico-ontologique global d'où se déduit la monade
locale comme paradigme de l'identité et de l'humanité, forme l'axe de la philo
sophie sociale yanomam. Mieux, cette logique constitue et institue indissocia-
blement la société yanomam à travers le système d'interprétation des décès et
de traitement cérémoniel des cadavres qu'elle sous-tend : c'est par l'opération
de ce dispositif étiologico-rituel que prennent sens et, littéralement, prennent
corps — au moyen de la mort et des morts — l'organisation et la représentation
de l'espace social yanomam.

UNE THEORIE ETIOLOGIQUE DU CONTACT

II ne paraîtra guère surprenant que, étant donné le lien entre irruption des
« blancs », acquisition des objets manufacturés et épidémies, les Yanomam
aient fait de leur théorie étiologique un dispositif dominant d'interprétation des
faits et effets du contact. Les épidémies (shawara) ont été spontanément réfé
rées à des pouvoirs pathogènes ne différant qu'en intensité de ceux qu'il était
habituel d'imputer aux différentes figures de l'altérité sociale et ontologique.
Elles ont ainsi servi de fil conducteur à l'identification des « blancs » et de
leurs biens, rangés d'emblée respectivement au rang d'agents étiologiques et
d'objets pathogènes. Les modalités de cette caractérisation ont varié, à chaque
phase du contact, en fonction des informations disponibles sur les processus de
contamination. Les états successifs de ces représentations du lien entre épidé
mies, objets manufacturés et « blancs » forment un système de transformat
ions qui explore systématiquement les configurations permises par la théorie
étiologique yanomam. Analysons maintenant ces « variantes pathologiques »
94 BRUCE ALBERT

du contact en nous efforçant de les situer dans le contexte historique et pra


tique qui a suscité leur production.
Il nous sera possible de reconstruire les formes les plus anciennes de ces
représentations à la fois à travers les souvenirs directs ou indirects rapportés
par nos informateurs les plus âgés22 et, pour certains aspects, par ce que nous
savons de la situation actuelle des groupes yanomami les plus isolés (Good
1981 ; Lizot 1984b, chap. i). Cette procédure de reconstruction symbolique est
en particulier justifiée par les propriétés cognitives de l'enregistrement
yanomam des expériences historiques. Nous nous référons ici à la capacité de
rémanence de certaines interprétations anciennes qui, malgré leur désuétude,
demeurent attachées dans la mémoire collective aux événements historiques
dont elles ont rendu compte. Certains épisodes marquants de l'histoire du
contact — en particulier les épidémies — se trouvent ainsi toujours évoqués
dans le présent selon leur interprétation « d'époque » ; ceci alors même que des
événements contemporains similaires font l'objet d'une interprétation diffé
rente. Il est probable que ce phénomène d'inertie cognitive relève d'un effet
latéral de la procédure yanomam de mémorisation des événements historiques à
partir de leur couplage avec les noms des sites occupés lorsqu'ils se sont pro
duits. On peut concevoir qu'une mémoire historique ainsi construite sous
forme de cellules narratives uniquement articulées entre elles par un « exo-
squelette » toponymique23 (les sites d'une trajectoire migratoire) constitue un
obstacle cognitif aux interprétations rétrospectives, la discontinuité des événe
ments entraînant celle de leurs interprétations. Nous donnerons des exemples
de ce phénomène.

Contact indirect : sorcellerie guerrière

Le « degré zéro » des représentations yanomam de la présence « blanche »


a pris forme au cours de la période d'établissement et d'intensification des
contacts entre le front d'expansion coloniale puis nationale et les diverses
ethnies qui entouraient les Yanomami dans la vaste région comprise entre la
rive droite du rio Branco et la rive gauche du Negro (de 1730 à 1930 environ).
Durant cette période de contact indirect ces « ethnies-tampons » constituent
progressivement pour les Yanomam — par pillage ou échange24 — une source
de fragments d'outils métalliques et de nouveaux cultigènes qui modifient leur
système productif et de ce fait favorisent probablement leur croissance démog
raphique. Cette expansion se verra renforcée par l'ouverture de vastes terri
toires laissés peu à peu vacants par la decimation progressive de ces ethnies cir-
convoisines25. Les Yanomam sont déjà indirectement contaminés durant cette
période par des épidémies occasionnelles de maladies infectieuses. Il est cepen
dantprobable que l'effet de quarantaine des voyages de retour après de longues
expéditions guerrières ou de troc a pu contribuer à circonscrire l'ampleur des
phénomènes de contagion. La chronique des Yanomam du Catrimani rapporte
La Fumée du métal 95

quelques cas d'épidémies survenues dans des communautés dont nos données
historiques et généalogiques permettent d'établir l'occurrence vers la fin du
xixe siècle et le début du xxe.
Ces épidémies sporadiques sont attribuées à la « sorcellerie guerrière »
yanomam. Des sorciers ennemis sont accusés de mener des incursions secrètes
(ökara huu) afin de précipiter, dans des feux allumés à proximité des habita
tionsvisées, des substances maléfiques dont la combustion dégage une fumée
pathogène {shawara wakëshi « épidémie-fumée ») capable de causer la mort de
la plupart de leurs occupants. Les épidémies datables entre 1850 et 1920 qui
nous ont été relatées sont toujours interprétées selon ce schéma, notamment
lorsqu'on évoque les revanches guerrières qu'elles ont suscitées. Dans cette
interprétation antérieure au contact se croisent des références à deux pratiques
considérées comme traditionnelles : d'une part l'usage agressif de fumées délé
tères — utilisation guerrière de fumée de piment par exemple (Albert 1985 :
764) — , d'autre part l'emploi de substances maléfiques lors d'incursions
secrètes, tel qu'il est défini dans la sorcellerie entre ennemis. On a ainsi une
simple extension de la théorie de la « sorcellerie guerrière » pour rendre compte
du fait nouveau que constitue la propagation des premières épidémies par
contamination indirecte26.
Les Yanomam ne conçoivent pas, durant cette période, l'existence d'autres
groupes humains au delà de celle des ethnies amérindiennes qui les entourent.
S'auto-désignant yànomamë thëbë, les « êtres humains », ils nomment ces
groupes yanomamë thëbë nabë, les « êtres humains étrangers »27. L'origine de
ces étrangers, attestant leur humanité de second ordre, est rapportée dans un
mythe qui décrit leur création par Remori28, démiurge au langage inarticulé
habitant les étendues sableuses des confins du monde. Création réalisée à partir
de l'écume du sang de Yanomam dévorés par divers prédateurs aquatiques à la
suite d'un déluge provoqué par l'infraction à un rite de réclusion pubertaire.
L'existence des « blancs » ne semble transparaître que dans des rumeurs spora
diques, parfois encore rapportées par les anciens évoquant cette époque, de
rencontres en forêt par des Yanomami, aux confins du disque terrestre, de
spectres chauves et blanchâtres, venus du « dos du ciel » et remontant les
rivières à la recherche des leurs29.
Les Yanomam finissent par acquérir à la suite de longs circuits d'échange
inter- et intra-ethniques des fragments de métal qu'ils incorporent à des outils
traditionnels, notamment à une sorte de hachette (haowatimë boo a) dont ils
remplacent la lame de pierre ligaturée à un manche de bois par une lame métall
ique30. Il s'agit là d'une simple intégration d'un élément nouveau dans un sys
tème technique traditionnel. L'usage de fragments métalliques ne fait, semble-
t-il, l'objet d'aucune élaboration symbolique qui le distinguerait d'autres
emprunts à la culture matérielle des ethnies voisines durant cette période, étant
seulement rangés parmi les biens dont ces « étrangers » ont été dotés par leur
créateur Remori.
Épidémies, objets métalliques et identification des « blancs », en quelque
96 BRUCE ALBERT

sorte « filtrés » par les ethnies qui entourent les Yanomam, se trouvent donc
intégrés sans interrelations symboliques dans des systèmes culturels distincts :
théorie étiologique, cosmologie et milieu technique ; et cela sous forme d'inclu
sions qui n'imposent aucun redéploiement structural de leurs systèmes
d'accueil. Rien dans la réalité empirique du contact indirect n'impose encore
l'élaboration d'une articulation symbolique entre ces trois ordres de réalité. La
réflexion porte alors plutôt sur l'origine et l'existence des ethnies circonvoisines
dont la différence, sur un fond techno-culturel compatible, se trouve sanc
tionnée par un discours mythologique centré sur le caractère dégénératif de
Paltérité ethnique.

Premiers contacts : la fumée du métal

Au cours des premières décennies du xxe siècle les derniers survivants des
ethnies qui entouraient les Yanomam disparaissent. Ces derniers connaissent
alors leurs premiers contacts directs, entre les années 20 et 40 suivant les
groupes, avec des collecteurs de produits forestiers, des explorateurs étrangers
ou des membres de la Commission brésilienne de démarcation des limites
(CBDL) et du Service de protection des Indiens (SPI) (cas des Yanomam du
Catrimani, que nous évoquerons ici).
Ces premiers contacts sont invariablement précédés de périodes d'observat
ion. Les Yanomam suivent et épient les intrus durant des jours, maintenant la
distance en jetant des pieux à travers la végétation dès que ceux-ci s'approchent
ou en liant des branchages pour les dissuader d'emprunter leurs sentiers. Le
« premier contact » a enfin lieu : les Yanomam envahissent brusquement le
campement des « blancs », arborant les parures cérémonielles propres aux visi
teurs. On est de part et d'autre peu rassurés. Les expéditionnaires, appliquant
leur manuel de pacification, submergent les Indiens de présents avec un zèle
fébrile. Les Yanomam courent précipitamment les remettre aux enfants diss
imulés dans la forêt au fur et à mesure qu'ils les reçoivent, ne gardant qu'outils
métalliques et cotonnades. Ce premier échange tourne vite au premier malen
tendu. Les « blancs », pacificateurs pressés, tentent maladroitement de retirer
leurs armes aux Indiens en les étreignant en une grotesque danse de fraternisa
tion. Les Yanomam, se sentant menacés, résistent, certains en immobilisant
leurs partenaires pour permettre aux leurs de s'enfuir en emportant tout ce
qu'ils peuvent du campement ; d'autres par des coups et des jets de pierre.
Mais l'effet de l'étrangeté menaçante des « blancs » n'est jamais aussi intense
que lorsqu'ils surprennent les Yanomam dans leurs habitations. La plupart
s'enfuient alors immédiatement dans les jardins ou la forêt, terrifiés ; seuls
quelques hommes osent faire face, discourant avec agitation, surexcités par la
frayeur, avant de se laisser agripper, tremblants, par leurs « pacificateurs »31.
L'inquiétude ou la crainte des Yanomam devant cette irruption des
« blancs » sur leur territoire reposait en fait sur une hésitation, dans leur carac-
La Fumée du métal 97

térisation ontologique, entre deux catégories d'inhumanité. Inhumanité


qu'attestaient par définition leur apparence répugnante et leur origine indéter
minable. Leur langage inarticulé32, leur remontée des rivières en territoire
yanomam, la pâleur et la calvitie de certains laissaient penser, dans le pro
longement des rumeurs du contact indirect, qu'il pouvait s'agir de revenants
échappés du « dos du ciel », là où sa courbure le rapproche du disque terrestre.
Nos informateurs les plus anciens rapportent que c'est la première interpréta
tion qui se soit imposée à l'esprit de leurs parents. Mais les traits saillants de ces
créatures, leur effrayante pilosité, leurs errances dans la forêt « vierge »
(komi), leur absence d'orteils (chaussures), leur capacité de s'extraire à volonté
de leur peau (vêtements) et leurs possessions extraordinaires33 suggéraient par
ailleurs qu'il pouvait s'agir d'esprits maléfiques (ne waribë) provenant des
confins du territoire yanomam.
Des épidémies ne tardèrent pas à se propager après ces premiers contacts.
Cette contamination survenait systématiquement à la suite d'expéditions auprès
de campements « blancs » pour y acquérir des objets manufacturés. Les
Yanomam élaborèrent une nouvelle théorie épidémiologique en fonction de
cette « co-incidence ». Ils prêtèrent un principe pathogène (wayu) aux posses
sionsdes êtres étranges qui avaient fait irruption sur leur territoire et dénom
mèrent les épidémies boob'è wakëshi « fumée du métal » :

« Lorsque les ' blancs ' ouvraient les caisses dans lesquelles ils conservaient leurs
biens, s'en échappait une fumée (des volutes de poussière) odoriférante. Ce parfum
avait une intensité effrayante et il y avait toutes ces machettes ; nous étions
intrigués : ' serait-ce ces machettes qui ont un tel parfum ? ' Les ' blancs ' nous
disaient : ' viens beau-frère ! ', et nous respirions cette odeur. C'était en fait la
fumée des outils métalliques. Cette fumée sortait des machettes. Après avoir pris les
objets que les ' blancs ' m'ont donnés, impatient, je suis tout de suite sorti de leur
baraquement et j'ai vomi. J'avais peur, ma poitrine était faible. Nous nous sommes
ensuite réunis pour aller laver les objets que nous venions d'acquérir dans un ruis
seau à proximité. Nous frottions tout avec avec de la boue et du sable34. Cette fumée
était comme celle, douceâtre et écœurante, qui se dégage des moteurs d'avion. Nous
laissions les objets à tremper dans les ruisseaux. Nous ne les reprenions que bien plus
tard. Lorsqu'on les emportait sans précaution on ne tardait pas à tomber malade. La
fumée s'introduisait en nous ; cette fumée odoriférante du métal qui était enfermée
dans les caisses de machettes. Elle était sur le dessus, enfermée dans un paquet de
papier épais, et imprégnait le contenu des caisses. Lorsqu'elle était libérée elle nous
faisait mourir. Nous avions la fièvre. Notre peau à vif se mettait à peler. C'était ter
rifiant. Les anciens se demandaient : ' qu'avons-nous fait pour qu'ils nous fassent
mourir ? ' Ils ajoutaient : ' n'allez pas vous venger chez les ' blancs ' ! ' Nous, les
plus jeunes, nous voulions aller les flécher, mais les anciens insistaient : ' ne les fl
échez pas ! ce sont aussi des ' gens du fusil ', ils vont nous attaquer avec leurs
fusils ! ' » (S.-Toototobi, 1981).

Les faits et effets de ces premiers contacts cadraient avec des conceptions
traditionnelles dont la cohérence et la convergence ne pouvaient qu'orienter la
réflexion vers la thèse de la « fumée du métal ». La polysémie du terme mati-
98 BRUCE ALBERT

hibë (« bien précieux » et « objet pathogène »), l'inquiétante étrangeté des


« blancs », leur manipulation compulsive d'objets de troc et la relation récur
rente entre contagion et acquisition des objets manufacturés, tout cela consti
tuaitdes indices propres à favoriser l'association des « blancs » à des esprits
maléfiques. Les Yanomam identifient, on l'a vu, les possessions familières de
ces entités à des objets pathogènes. La forte odeur douceâtre de la poussière
qui s'échappait des caisses des « blancs »35 confirmait par ailleurs le caractère
délétère des objets qu'elles contenaient. Les Yanomam attribuent traditionnel
lement aux parfums intenses (riyeri) des propriétés dangereuses36 ; ils se repré
sentaient déjà, on s'en souvient, la propagation des épidémies sous forme de
fumée pathogène. De plus, les outils métalliques et les cotonnades rouges
(tokokikë « choses de la toux »), seuls objets « blancs » immédiatement intelli
gibles lors des premiers contacts, furent appréhendés comme paradigmes de
leurs équivalents indigènes (couteaux de bambou, machettes de bois de palmier
et hachettes à lame de pierre ou d'éclat de métal ; parures de coton enduites de
teinture vermillon). Cette relation d'« affinité superlative », origine de la fasc
ination exclusive qu'ils exerçaient, fondait également la possibilité de leur asso
ciation aux possessions extraordinaires des esprits maléfiques.
Deux anecdotes attestent la rémanence de ces représentations historiques.
Lors d'une visite récente j'ouvre, à la demande de mes hôtes, une cantine
contenant des présents qui leur sont destinés. Un vieillard, entreprenant son
inventaire, plaisante aussitôt sur l'odeur « dangereuse » qui s'en échappe et
explique que c'est ainsi que les premiers « blancs » ont « mangé » les ancêtres
du groupe. En 1984, une équipe de télévision réalisant un reportage dans la
même communauté offre un coupon de tissu rouge, cadeau caractéristique des
premiers contacts. Les anciens, craignant une épidémie, exigent qu'il soit rem
paqueté et renvoyé. Dans ces deux cas, une sensation ou un objet du passé
auront suffit à faire fugitivement resurgir, sur le mode de la plaisanterie ou de
l'inquiétude, une théorie étiologique abandonnée depuis près d'un demi-siècle.

Contact intermittent : visiteurs sorciers et chamanes citadins

Après leurs premières rencontres avec les « blancs » les Yanomam du Catri-
mani maintiennent des contacts sporadiques avec un poste du SPI et différents
représentants de la « frange pionnière » régionale, ouvrant ainsi, entre 1920 et
1965, une période de contact intermittent. Ils acquièrent alors directement des
objets manufacturés en échange de produits forestiers ou agricoles et de tr
avaux ponctuels ou saisonniers (collecte, portage, défrichage). Leurs réseaux
d'alliance politique, orientés vers les Yanomam du nord dont ils obtiennent des
fragments de métal provenant des Yekuana (caribes), sont progressivement
abandonnés. Leur trajectoire migratoire s'infléchit vers le sud à la recherche
d'alliances avec des groupes yanomam en relation régulière avec les « blancs »
ou de sites plus proches des lieux que ces derniers occupent ou fréquentent.
La Fumée du métal 99

Cette quête d'un accès plus direct aux outils métalliques se solde par de graves
pertes démographiques dues aux épidémies de maladies infectieuses et de palu
disme invariablement contractées à la suite des contacts entretenus avec la
« frontière ». Entre la fin des années 20 et la moitié des années 60 au moins
cinq épidémies frappent les communautés du Catrimani.
Plus avisés, certains anciens songèrent, après l'expérience des premières
contaminations meurtrières, à rebrousser chemin vers les hautes terres plus
salubres. Ils haranguèrent les leurs sans succès : la poussée migratoire des
ennemis qu'on y avait laissés imposait de poursuivre l'aventure du contact. Les
Yanomam se mirent à fournir régulièrement aux « blancs » produits et ser
vices, recevant en paiement toujours plus d'objets de troc. La théorie de la
« fumée du métal » et l'identification des intrus à des esprits maléfiques perdi
rentinévitablement leur crédit, tandis que l'association entre « blancs » et épi
démies se renforçait. Une réinterprétation des relations entre identité des
« blancs », objets manufacturés et épidémies devenait indispensable pour maît
riser les développements de la situation de contact. Elle prit forme à partir de
la sélection de nouveaux faits significatifs37.
Très loin de leurs bases, peu nombreux au milieu d'Indiens inconnus, les
« blancs », qui cherchaient à les attirer dans leurs établissements, ne faisaient
que des visites brèves chez les Yanomam. Les motifs de conflit ne tardaient
cependant pas à se multiplier. Les Yanomam avaient du mal à supporter l'avar
ice, l'arrogant autoritarisme et les détestables manières de ces intrus. Les
« blancs » étaient irrités par les difficultés à mobiliser les Indiens pour leurs
entreprises économiques, par leurs demandes constantes d'objets manufacturés
et par leur refus de mettre des femmes à leur disposition. Ce climat d'hostilité
renforçait le penchant yanomam à considérer ces visiteurs, à peine crédité
d'humanité, plus comme des étrangers, c'est-à-dire des ennemis potentiels, que
comme des alliés. Ils commençaient à subtiliser leurs biens et à les traiter avec
moins d'aménité qu'ils n'en avaient manifesté à leur arrivée, se pliant aux
usages cérémoniels de l'accueil.
Les épidémies que provoquèrent ces visites surgissaient donc pour les
Yanomam dans un contexte de conflits économiques et « matrimoniaux » avec
des visiteurs étrangers. Leur déclenchement coïncidait par ailleurs souvent avec
le départ plus ou moins précipité des « blancs », soit parce qu'ils écourtaient
leur visite craignant l'issue de ces tensions, soit parce que les effets de l'ép
idémie commençaient à se manifester et qu'ils redoutaient la réaction des
Indiens. La propagation des épidémies étant associée à ces visites conflictuelles,
les décès qu'elles provoquaient ne pouvaient qu'être attribués à la vengeance
des « blancs », visiteurs-ennemis, qui signaient d'ailleurs leur forfait en
s 'enfuyant38. Tout cela renvoyait à une configuration des interactions poli
tiques traditionnelles : les rencontres entre groupes inconnus ou ennemis lors
de tentatives d'alliance ou de réconciliation remimu (Albert 1985 : 212-214).
Cette situation de contact suscita une nouvelle translation du triangle épidé
mies/blancs/objets manufacturés dans le cadre de la théorie étiologique
100 BRUCE ALBERT

yanomam. Les épidémies provoquées par les « blancs », ennemis en visite, se


trouvèrent culturellement enregistrées comme une forme de « sorcellerie
guerrière ». La « sorcellerie guerrière » est traditionnellement imputée à des
ennemis yanomam dans l'interprétation de décès individuels. Durant la période
du contact indirect on avait, nous l'avons vu, étendu les compétences de ces
guerriers-sorciers pour rendre compte des premières épidémies. La théorie de la
« sorcellerie guerrière » avait ainsi été adaptée une première fois pour rendre
compte des expériences de contamination indirecte. Il y avait eu dérivation de
la conception d'une sorcellerie par propagation à effet collectif (fumée patho
gène) à partir de celle d'une sorcellerie par projection (substances/poisons
magiques) à effet individuel. Les épidémies par contamination directe pendant
la période de contact intermittent imposèrent de développer la théorie d'une
nouvelle technique sorcière adaptée aux « blancs » et aux contextes d'interac
tion dans lesquels ils étaient censés exercer leur malveillance. On pensa alors
que pour se venger des chapardages ou des refus féminins, ils s'isolaient à
proximité de l'habitation visitée, comme des sorciers ennemis, afin d'y pro
pager une fumée pathogène, soit en la laissant s'échapper d'une boîte métal
lique (contenant des papiers couverts d'inscriptions), soit en faisant fuser dans
le sol ou dans les airs des matières explosives39, soit enfin en brûlant des débris
d'objets40 (shawara yaai). On a ici également une transformation de la théorie
des objets manufacturés pathogènes. Outils et cotonnades cessent de se voir
attribuer des exhalaisons délétères tandis que d'autres biens ou produits indust
riels, mineurs ou résiduels, acquièrent le statut de substances maléfiques de
la sorcellerie guerrière des « blancs ». Le thème de la fumée mortifère varie
corrélativement, passant du statut d'émanation odorante à celui de produit de
combustion.
Les exemples de rémanence de ces conceptions, toujours en vigueur dans les
communautés isolées, sont omniprésents dans l'histoire orale des groupes les
plus contactés qui pourtant les ont aujourd'hui abandonnées. On peut sans
doute en trouver une manifestation supplémentaire dans le fait que les
Yanomam continuent à redouter la combustion du papier, des plastiques et de
tout autre produit des « blancs », même lorsqu'ils ne croient plus en leur sor
cellerie.
Ce modèle épidémiologique du contact intermittent échouait cependant à
rendre compte de la persistance des épidémies transmises de groupe en groupe à
partir de situations et de points de contact lointains, donc sans intervention
apparente des « blancs ». La théorie étiologique traditionnelle offrit un nou
veau recours pour interpréter ces situations de contamination indirecte : le cha-
manisme d'agression. Ainsi les épidémies qui ne pouvaient être associées à des
rencontres avec les « blancs » le furent-elles aux effets de leur malveillance
exercée à distance, comme s'ils disposaient de pouvoirs chamaniques. Les
esprits auxiliaires maléfiques des chamanes « blancs » furent nommés toko-
ribë « esprits de la toux ». Les Yanomam se représentèrent leurs armes/objets
pathogènes (matihibë) sous la forme de machettes surnaturelles découpant la
La Fumée du métal 101

gorge de leurs victimes et de cotonnades rouges, couvertes d'inscriptions odori


férantes, enserrant leurs poitrines pour les étouffer en provoquant une fièvre
violente. Ces esprits chamaniques tokoribë, affamés de chair humaine, étaient
censés se déplacer dans les airs, des villes vers les communautés yanomam, en
vols matérialisés par la propagation d'une fumée translucide.
Cette nouvelle extension et transformation du statut étiologique et pathogé-
nique des « blancs » aboutit à la formation d'un système au sein duquel il se
différenciaient maintenant, par projection de la classification socio-politique
yanomam, en ennemis proches (actuels) et lointains (virtuels) pratiquant re
spectivement des formes dérivées de « sorcellerie guerrière » et de « chama-
nisme agressif ». Ce réagencement s'accompagna d'un nouveau déplacement
symbolique du thème des objets manufacturés pathogènes, devenus armes sur
naturelles d'esprits chamaniques « blancs », tandis que la fumée délétère asso
ciée à leur fragrance devint, en une mutation parallèle, manifestation tangible
de leur vol agressif.
Les deux réinterprétations des pouvoirs pathogènes des « blancs » élaborées
durant la période du contact intermittent imposaient une révision du statut
ontologique et classificatoire de leurs détenteurs. Les Yanomam durent ainsi
aménager leur mythe d'origine des étrangers afin d'y intégrer la création des
« blancs ». Son épisode initial relate l'engloutissement d'un groupe d'ancêtres
par un flot chthonien provoqué par une infraction rituelle et leur dévoration
par des prédateurs aquatiques. Le second décrit comment Remori réinsuffla la
vie à l'écume sanglante qui résulta de cette prédation pour créer les étrangers,
considérés à ce titre comme des Yanomam métamorphosés ou, plus littéral
ement,« dégénérés » (shiiwarirayuwi) . Les remaniements du mythe ont porté
sur ce second épisode. Ils opposent généralement la genèse des « blancs » à
celle des Amérindiens non yanomam, suivant les versions, soit en postulant
entre elles un écart de temps (avant/après) ou d'espace (amont/aval), soit à
partir de variations de procédure (récipient ouvert/fermé) ou de matière (écume
foncée/claire), ces diverses configurations pouvant se combiner. Plus qu'à une
transformation mythique on a donc affaire ici à des hypothèses à l'essai, à des
variantes exploratoires s 'attachant à concilier la reconnaissance d'une humanité
commune avec la constatation de différences culturelles et physiques radicales.
L'humanité relative des « blancs » n'était encore empiriquement dénotée
que par quelques traits de leur comportement et en particulier par l'usage vindi-
catoire des pouvoirs pathogènes humains qu'on leur prêtait. Les anciens évo
quent les discours qu'à cette époque tenaient leurs pères pour convaincre les
plus méfiants que les « blancs » n'étaient pas des esprits maléfiques mais des
Yanomam métamorphosés. Dans cette perspective, la classification des rela
tions interethniques se vit également remaniée pour tirer les conséquences de
cette humanisation. On les nomma nabë kraiwabë « étrangers ' blancs ' » par
opposition à yanomamë thëbë nabë « Amérindiens étrangers »41.
La dérivation sémantique de la désignation des étrangers à partir de celle
des ennemis (nabë thëbë) induit entre classification des relations intercommu-
102 BRUCE ALBERT

nautaires et classification des relations interethniques un recouvrement qui arti


cule logiquement la seconde à la première et ontologiquement les seconds aux
premiers. Ainsi, dans le système social yanomam, les non-Yanomam sont tou
jours des ennemis avant d'être des étrangers et ne sont des étrangers (et non des
esprits) que parce qu'ils sont des ennemis. Ce qui explique pourquoi ce n'est
qu'une fois crédités de pouvoirs pathogènes caractéristiques des ennemis que
les « blancs » ont pu accéder à l'humanité. Ennemis, il devenait possible de
ranger leur altérité du côté de l'humanité des étrangers — Yanomam
métamorphosés — et de la dissocier du champ de la surnature des esprits malé
fiques auquel elle avait été intialement assignée.
Ces efforts de différenciation mythologique et classificatoire de la catégorie
d'ennemis-étrangers sont cependant demeurés embryonnaires pour la simple
raison que, au moins dans la région étudiée, la période du contact intermittent
a également été celle de la disparition des derniers survivants des ethnies voi
sines. Le flou des informations disponibles sur ces elaborations, notamment
dans la mythologie, est sans doute l'indice que ce travail interprétatif, devenu
assez rapidement sans objet, a dû rester inachevé. Du contact indirect au
contact intermittent le mythe d'origine des Amérindiens non yanomam est pro
gressivement devenu le mythe d'origine des « blancs » tandis que la catégorie
d'étrangers (nabë) a elle-même fini par les désigner exclusivement42.

Contact permanent : orphelins inoffensifs et doubles cannibales

La fin des années 50 et le début des années 60 marquent l'établissement per


manent, en territoire yanomam, d'un cordon de postes missionnaires (une mis
sion catholique sur le Catrimani, en 1965) qui sédentarisent les groupes locaux
périphériques et interrompent ainsi définitivement l'expansion territoriale de
l'ethnie. Les communautés les plus proches des missions s'arrogent un monop
olerégional sur les objets manufacturés qu'elles obtiennent en abondance
en s 'employant régulièrement aux travaux de maintien et d'extension de ces
établissements, ou en les y échangeant contre du gibier et de l'artisanat. Elles
bénéficient en priorité de l'assistance paramédicale missionnaire et de la protec
tion contre les aléas de la politique intercommunautaire que leur assure la pré
sence dissuasive, dans l'imaginaire des groupes plus isolés, de ces « blancs » et
de leur puissance mortifère43. Les « communautés de mission » s'efforcent
ainsi de monopoliser et de manipuler à leur profit, dans le jeu politique inte
rcommunautaire, les bénéfices matériels et immatériels tirés de la présence de
ces postes établis sur leur territoire. Les avantages de ce phagocytage pratique
et symbolique de la puissance missionnaire, explicitement reconnus par les inté
ressés, sont apparemment considérés comme une contrepartie suffisante aux
désagréments de la sédentarité, de la docilité et de la dépendance.
Les réseaux d'alliance intercommunautaires se polarisent et se densifient
progressivement autour de ces communautés de mission : les groupes locaux
La Fumée du métal 103

voisins s'efforcent de tisser avec elles autant d'alliances matrimoniales qu'ils le


peuvent afin de se ménager, par leurs relations af finales, un accès régulier aux
soins et au pactole missionnaire (droit de visite et de séjour prolongé à la mis
sion pour y faire du troc ou y travailler ; exigence de prestations prémaritales
en objets manufacturés)44. La population des groupes de mission tend à croître
plus rapidement que celle des communautés plus « isolées », à la fois en raison
des soins reçus et du fort taux d'immigrés venant de groupes alliés voisins45.
Des contacts irréguliers sont maintenus, surtout par les groupes les plus
éloignés de la mission, avec quelques représentants de la frange pionnière régio
naledevenue progressivement résiduelle. La présence des missionnaires exerce
un effet dissuasif sur la pénétration « blanche » dans la zone où ils exercent
leur influence. Le monopole sur les biens et les pouvoirs de « leurs blancs »
qu'entendent conserver les Yanomam qui y sont situés dissuade les commun
autésde l'intérieur de visiter régulièrement ou trop longuement les missions.
Des épidémies sporadiques (« grippe », coqueluche, rougeole...) continuent
d'affecter gravement les groupes situés hors de la sphère missionnaire, plus
exposés et moins accessibles aux soins, tandis que ceux qui y sont inclus
échappent le plus souvent à la contamination ou, au moins, reçoivent rapide
mentdes soins qui réduisent ses effets létaux. Deux épidémies graves se sont
ainsi propagées dans la région du Catrimani (1967 et 1973) durant cette période
de contact missionnaire quasi exclusif.
Les premières visites des Pères (baterebë) sur le Catrimani (1960-1965) ne se
sont d'abord pas distinguées, pour les Yanomam, des expériences de contact
antérieures, d'autant qu'ils utilisaient des guides qui, anciens collecteurs de
latex, n'étaient pas inconnus dans la région. Leurs installations furent long
temps précaires et leur présence ne se stabilisa réellement qu'au bout de quel
ques années (1965-1968). Par ailleurs leurs employés, recrutés dans la populat
ion régionale, causaient les mêmes problèmes de contamination (une épidémie
en 1967) et de cohabitation (par exemple l'enlèvement d'une femme yanomam).
Les relations économiques entre missionnaires et Indiens, auxquels il s'agissait
d'« apprendre à travailler », n'étaient pas non plus très différentes : recrute
mentpour le défrichage d'une piste d'atterrissage et de jardins, échanges
d'objets manufacturés contre gibier et produits agricoles...46.
Les représentations épidémiologiques yanomam élaborées durant la période
du contact intermittent purent demeurer en vigueur durant la phase d'implant
ation des missionnaires. Cependant, les années passant, les indices croissants
de leur bienveillance et de la permanence de leur établissement47 imposèrent
une nouvelle adaptation à la théorie indigène. Il ne pouvait plus s'agir là
d'ennemis visiteurs soupçonnables de « sorcellerie guerrière » (comme cela
avait encore été le cas pour l'épidémie de 1967 : batere a shawara « épidémie
du Père »). Les Yanomam « de la mission » ont alors progressivement absorbé
les missionnaires dans le cadre de leur espace politique et symbolique. Les
expressions dénotant la relation qui sous-tend cette intégration sont éloquentes.
Un leader (bata thë) se référera ainsi à « mes ' blancs ' » (iba nabëbë), « ceux
104 BRUCE ALBERT

que j'ai à charge » (thëbë ya ka thabuwi). Le verbe thabu (« avoir à charge »)


s'applique généralement aux orphelins et aux réfugiés48.
Cette incorporation-adoption sociale repose donc fondamentalement, là
encore, sur une déduction étiologique. Ces « étrangers » ne pouvaient se voir
associés au groupe local que dans la mesure où il était possible de les y relever
de toute suspicion d'agression magique létale. Deux aspects de la présence mis
sionnaire, assistance et corésidence, trouvant écho dans la logique diagnostique
yanomam, ont permis la reconnaissance culturelle de cette neutralité étiolo
gique. Un chamane qui fait bénéficier de ses cures les malades d'un groupe qui
n'est pas le sien (visite, rite intercommunautaire) prouve ainsi son innocence, et
celle des siens, dans l'étiologie des cas qu'il s'efforce de réduire. Par ailleurs,
on impute toujours un décès, lorsqu'une responsabilité humaine est invoquée,
à la visite récente d'ennemis (à celle d'alliés pour une maladie). Visite ritualisée
de pacification remimu49 (ennemis anciens ou potentiels) ou « visite » occulte
d'agression ôkara huu (ennemis actuels), leur départ est toujours interprété
comme une « fuite en état rituel d'homicide » (unokai tokuu). Les mission
nairescorésidents, qui ne s'enfuyaient ni avant ni pendant les épidémies et qui
en soignaient les victimes, n'étaient plus, contrairement aux « blancs » qui les
avaient précédés, assimilables à des sorciers ennemis50.
Cette première expérience du contact permanent a donc débouché sur une
extension du modèle epidémiologique yanomam dans le prolongement direct de
ses réélaborations précédentes. La diversification politico-étiologique des
« blancs » s'est ainsi accrue pour venir quasiment coïncider avec le système des
distances sociales et des agressions maléfiques yanomam. C'est, après l'exi
stence de « blancs » ennemis lointains usant de chamanisme agressif ou ennemis
proches usant de « sorcellerie guerrière », celle de « blancs » « corésidents »
dénués de pouvoirs pathogènes, qui se trouva reconnue.
Les années 70 ont été marquées par la mise en œuvre en territoire yano-
mami de grands projets de développement prolongeant — à retardement et sur
un mode mineur — ceux qu'avait lancés l'État brésilien en Amazonie centrale
quelques années auparavant : ouverture d'une parallèle septentrionale de la
Transamazonienne (1973-1974) et d'un projet de colonisation publique (1978-
1979). La route, dont la construction a été abandonnée en 1976, coupe sur
220 km les terres yanomam et la frange pionnière, en expansion depuis 1980,
est maintenant à 80 km environ des premiers villages. Deux postes de l'orga
nisme indigéniste brésilien successeur du SPI (la Fondation nationale de
l'Indien — FUNAI) ont été également établis dans la région (1974, 1976). Un
inventaire des ressources amazoniennes (1975) a par ailleurs révélé l'existence
de gisements miniers en pays yanomami. Bien que des prospections in loco se
soient révélées économiquement peu encourageantes pour les entreprises indust
rielles (1977-1978), cette nouvelle a fini par susciter une invasion de mineurs
clandestins qui s'est désastreusement intensifiée ces dernières années. Un placer
aurifère est exploité par plusieurs centaines d'hommes près du haut Catrimani
depuis 1980.
La Fumée du métal 105

A partir de 1974 les Yanomam de cette région sont donc brusquement


passés de l'exclusivité d'un contact régulier ou permanent avec une mission à la
diversité de contacts qui incluent des relations sporadiques avec différents
représentants de la frontière économique régionale (colons et mineurs notamm
ent). Bien que la « frontière protectionniste » (mission et postes FUNAI) soit
encore dominante dans la région, l'articulation de la société Yanomam au front
d'expansion « blanc » s'y complexifie à un rythme rapide. On rencontre ainsi
deux situations qui prolongent certaines caractéristiques de la période précé
dente dans un tout autre contexte : des groupes sédentarisés auprès de postes
missionnaires et gouvernementaux auxquels ils identifient leur destin, et des
groupes « indépendants » qui maintiennent des contacts plus réguliers avec les
établissements de colons ou de mineurs dont ils rapprochent souvent leurs sites
d'habitation. Les groupes qui relèvent du premier cas sont toujours mieux lotis
sur le plan économique et sanitaire que ceux qui relèvent du second ; toutefois
le « cloisonnement » territorial relatif qui régnait auparavant entre ces deux
types de groupes tend à s'effacer : la circulation des personnes — donc des
maladies et des biens — est de plus en plus généralisée et intense entre les diffé
rents pôles de contact sur l'ensemble de la région. Cette circulation est sous-
tendue par l'accélération des échanges intercommunautaires, liée à l'abondance
et à la diversité des biens manufacturés disponibles {cf. n. 19), à la disponibilité
relative des types d'objets selon les pôles de contact51, à la multiplication crois
sante de ces points d'attraction économique et au système de transport (aérien,
automobile) qui les relie, directement ou via les petites villes régionales. Avec le
développement de ces relations économiques (travail et troc) multipolaires la
quantité et la diversité des objets que les Yanomam acquièrent depuis les
années 75 — et dont ils sont dépendants — sont de plus en plus importantes
(Saffirio 1980). L'amplification du processus de contamination dû à cette
intensification du contact, ajoutée aux mutations provoquées par la sédentari
sation et parfois aux effets pervers de l'assistance paramédicale approximative
dispensée par certains postes, a accéléré la dégradation de la situation sanitaire
yanomam (CCPY 1982).
L'avancée de la frontière du développement amazonien a fait subir aux
Yanomam du Catrimani des bouleversements sociaux et sanitaires qui ont sub
vertí les bases mêmes de leur modèle de représentation du contact. Il est ainsi
devenu progressivement impossible de maintenir l'association entre épidémies
et malveillance des « blancs » (visiteurs ou citadins) et entre absence de conta
mination et présence missionnaire. Les travailleurs des chantiers routiers ne
recrutaient pas les Indiens pour exploiter les ressources locales ni ne dépen
daient d'eux pour assurer leur subsistance. Leur entreprise avait donné ordre
de satisfaire aux exigences matérielles des Yanomam pour éviter tout conflit52.
Les membres de certaines communautés vécurent plus d'un an sur les chantiers,
nourris par la compagnie, vêtus et équipés grâce aux échanges avec les ouvriers
ou, surtout, à une sorte de « mendicité » organisée le long de la route.
Affluaient d'autre part dans la région, via la mission, nombre de visiteurs des
106 BRUCE ALBERT

petites villes voisines : militaires, cadres de l'entreprise et notables locaux en


week-end familial ou simples badauds venus par camions entiers « voir les
Indiens nus » et, dans une ambiance de kermesse, prendre force photos, rétr
ibuées par les présents les plus hétéroclites : déodorant en bombe, lunettes de
soleil, T-shirts électoraux, ventilateurs à pile... Submergés d'objets manufact
urés de toute nature reçus de « blancs » de toute provenance, apparemment
bienveillants et chaleureux, les Yanomam n'en voyaient pas moins leur situa
tion sanitaire se dégrader à un rythme vertigineux53. Parallèlement, le système
d'assistance missionnaire se trouva progressivement pris dans une sorte de
cercle vicieux épidémiologique. Le processus de contamination accéléré dans la
région imposait d'avoir recours à des hospitalisations fréquentes en ville. Les
Indiens, une fois leur traitement terminé, étaient parfois involontairement
ramenés à la mission en incubation d'autres maladies, contractées à l'hôpital.
Ces maladies finissaient par se propager dans toute la région à partir de la
mission. Une épidémie de rougeole décima ainsi en 1977 la moitié de la popula
tion du haut Catrimani (CCPY 1982 : 34).
Ces contacts simultanés et chaotiques avec des « blancs » de toutes ori
gines, allant et venant sur leur territoire, et une contamination généralisée
déconnectée de toute situation de conflit, ont suscité une nouvelle transformat
ion du modèle étiologique yanomam que nous avons recueillie, en 1984, de la
bouche d'un Wakathautheri (Mission Catrimani). Dans cette version, l'attribu
tion aux « blancs » de formes de sorcellerie guerrière ou de chamanisme
agressif spécifiques a disparu, de la même manière qu'a été abolie leur distinc
tion en corésidents adoptifs bienveillants et visiteurs ou citadins malveillants.
La différenciation politico-spatiale et étiologique : Pères/visiteurs riverains/
citadins lointains54, élaborée durant la période de contact intermittent et de
contact missionnaire, a basculé avec l'irruption de la route et la contamination
généralisée. Désocialisés et déterritorialisés, les « blancs » ne pouvaient qu'être
renvoyés à la radicalité inhumaine de leur altérité prédatrice. Le modèle ép
idémiologique yanomam s'est ainsi rabattu sur son équation première entre
« blancs » et esprits maléfiques.
Ainsi tous les étrangers (nabëbë), indépendamment de leur bienveillance ou
malveillance et de leurs situations géographiques, sont maintenant associés à
des doubles surnaturels maléfiques (nabëribë). Ces « esprits étrangers », créés
par le frelon mythologique Remori, comme tous les étrangers et leurs posses
sions, hanteraient le territoire des « blancs » (nabëbë urihi) de la même
manière que les esprits maléfiques ne waribë se déplacent en forêt pour
« dévorer » les Yanomam. Mais, alors que les ne waribë sont plutôt associés
aux sites naturels et à la forêt non habitée dans laquelle ils errent librement, les
nabëribë sont subordonnés aux habitations et possessions des « blancs » et sont
censés suivre leurs véhicules dans leurs déplacements (cette dépendance relative
est conceptualisée sous la forme d'une relation beau-père/beau-fils). C'est ainsi
qu'ils pénètrent en territoire yanomam, décimant aveuglément les commun
autés qu'ils rencontrent pour satisfaire leur cannibalisme insatiable. Ces
La Fumée du métal 107

esprits maléfiques se répartissent en quatre classes principales, correspondant


aux affections épidémiques létales qui touchent le plus lourdement la populat
ion yanomam : saraborïbè « esprits de la rougeole » {sarampo en portuguais)
huraribë « esprits du paludisme », shuuribë « esprits de la diarrhée », toko-
ribë « esprit de la toux ». Ils sont censés agresser, avant de le dévorer, le
« principe vital » de leurs victimes à l'aide d'armes, d'objets ou de substances
pathogènes (nabëribë a ne matihibi) symboliquement associées aux moteurs des
véhicules des « blancs »55 ou à leurs biens de troc : exhalaisons d'essence pour
les « esprits de la rougeole », gaz et eau d'échappement des moteurs hors-bord
pour les « esprits du paludisme », huile de moteur et émanations de sa décomp
osition pour les « esprits de la diarrhée » et, plus classiquement, machettes et
tissus odoriférants pour les « esprits de la toux »56. Tout se passe donc comme
si la mutation brutale de la situation du contact, matérialisant une puissance
démographique, technologique et pathogène inouïe, avait imposé à la logique
culturelle yanomam de reprendre son travail d'incorporation symbolique des
« blancs » à son point de départ. Comme si l'irruption de la frange pionnière
du développement amazonien de la fin du xxe siècle était à l'origine d'un effet
de rupture qui reproduirait celui des premiers contacts. Ce retour à la représen
tation originelle des « blancs » ne se fait cependant pas de façon circulaire :
initialement identifiés à des esprits maléfiques, ils sont maintenant associés à
des doubles qui sont eux-mêmes des esprits maléfiques. Le retour de l'associa
tion « blancs »/esprits maléfiques se fait ainsi en spirale : les termes restent
identiques, mais leur mise en relation se trouve décalée d'un degré. Le thème
des objets manufacturés pathogènes revient à la faveur d'un déplacement sym
bolique similaire. Objets et produits industriels ne sont plus directement délé
tères mais constituent, sous la forme de leurs images essentielles (utubë), les
armes et objets pathogènes utilisés par les esprits maléfiques nabëribë. On
retrouve enfin ici toujours l'image de la « fumée du métal » : échappement des
moteurs, émanation des carburants, fragrance des biens de troc.
Cette dernière version de la représentation yanomam des relations entre épi
démies, objets manufacturés et « blancs » peut n'être qu'idiosyncrasique ou ne
renvoyer qu'à l'expérience d'un groupe local. Hypothèse plus que transformat
ion culturelle, sa logique n'en soulignerait qu'avec plus d'acuité la prégnance
du cadre symbolique qui s'impose ici à toute tentative de maîtrise cognitive des
développements du contact.

CONCLUSION

Nous avons tenté d'éclairer, à travers l'analyse de représentations étiolo-


giques issues de l'histoire yanomam du contact, certains aspects fondamentaux
des phénomènes d'incorporation culturelle qui échappent à l'approche mythol
ogique ou taxinomique.
D'abord, leur dynamique cognitive : on a affaire à la logique d'un mouve-
108 BRUCE ALBERT

ment interprétatif et non plus seulement aux structures formelles d'un système
symbolique. Cette perspective permet d'accéder aux procédures de sélection et
de corrélation des événements et changements à partir desquelles se construit la
pertinence culturelle des situations de contact. Elle laisse apparaître les pro
cessus de déstabilisation cognitive qui sous-tendent l'enchaînement de leurs
réinterprétations. Elle révèle enfin le développement logique de ces versions
dans le champ des états combinatoires qu'autorise la structure de leur cadre
symbolique de référence et comment, ces configurations épuisées, le mouve
mentinterprétatif peut se poursuivre « en spirale », par décalages successifs de
son registre initial.
Ensuite, leur contextualité historique : l'histoire du contact et ses représen
tationsse présentent sous une forme indissociable. Cela conduit à prêter atten
tion aux contraintes qu'exercent sur la forme et le rythme des interprétations
indigènes des faits et effets de contact la nature de l'articulation du groupe au
front d'expansion « blanc » et la logique de développement de ce dernier.
Enfin, leur stratégie symbolique : les choix cognitifs du traitement des phé
nomènes socio-historiques se réinscrivent dans le projet de résistance culturelle
qui les sous-tend. Cette optique fait apparaître des opérations de sélection et de
valorisation thématique qui délimitent un champ interprétatif dominant et y
soulignent des enjeux symboliques critiques. Elle met donc en lumière, au delà
d'une simple représentation du contact, une stratégie de reproduction, sous
tension historique, de la dimension culturelle prééminente qui constitue et ins
titue comme totalité l'organisation et la philosophie d'une société.
Les interprétations du contact manifestent ces propriétés avec une acuité
qui varie en fonction de la mobilité et de la finalité cognitives des formes cultu
relles où elles prennent effet. La littérature ethnographique consacrée aux basses
terres sud-américaines révèle que ces formes sont très diverses suivant les
sociétés57. Mais cette multiplicité des façons de traiter le changement se ren
contre en fait au sein de chaque société, articulée selon un système complexe de
complémentarité et de hiérarchisation dont l'étude reste à développer58. Mythes
et classifications des relations interethniques font partie de ces divers domaines
au même titre que les récits historiques59 ou que, par exemple, les discours poli
tiques (Ramos 1987 : 25-28). Tous imposent des contraintes spécifiques à l'ana
lyse des processus d'incorporation culturelle. Nous avons évoqué celles de
l'approche mythique ou taxinomique. Celles de l'histoire orale indigène peuvent
être inverses : sa focalisation événementielle fait parfois perdre en « symbo-
licité » ce qui est gagné en historicité. D'autres systèmes de représentations,
dotés de propriétés et orientations diverses, peuvent ouvrir des perspectives dif
férentes sur l'interprétation du contact. Nous avons ainsi, par le biais des con
ceptions yanomam relatives à Pétiologie des épidémies, tenté de cumuler les
avantages d'un abordage symbolique et ceux d'une optique historique. Leur
logique sous-jacente s'inscrit en effet, par sa dynamique pragmatique (procé
durediagnostique) et son architecture culturelle (théorie de Paltérité), à la fois
dans le champ de la chronique historique et dans celui de la philosophie sociale.
La Fumée du métal 109

Les mécanismes d'« incorporation historique » que nous avons décrits


semblent représentatifs des efforts par lesquels certaines sociétés, que Lévi-
Strauss a naguère qualifiées de « froides »60, tentent de « re-produire » cultu-
rellement événements et changements comme des actualisations d'un modèle
préexistant, en les absorbant dans le mouvement apparent d'un cycle de trans
formations logiques. Cela ne signifie ni que ces sociétés sont impuissantes à
mener une lutte contre la déstructuration hors du plan spéculatif, ni que toutes
les sociétés sans écriture sont des « sociétés contre l'histoire » (Gauchet 1975).
La résistance au contact prend en général, en dehors de la guerre, deux
voies qui peuvent alterner, se succéder ou même coexister (Rappaport 1980) :
soit celle du messianisme, non plus en tentant de reproduire la structure cultur
elle aux dépens de l'événement mais en s 'efforçant de remodeler la société
selon un modèle rituel de réappropriation politico-symbolique des événements
(Carneiro da Cunha 1973, Wright & Hill 1986) ; soit celle d'une lutte politique
qui s'empare des catégories nationales ou internationales d'appréhension jur
idique des sociétés autochtones pour en faire les armes d'un projet de reven
dication territoriale, exigeant de la société « blanche » le respect de ses propres
normes (Seeger & Viveiros de Castro 1979). Rites messianiques et luttes poli
tiques n'excluent nullement le travail d'incorporation symbolique du contact
mais s'inscrivent au contraire dans son prolongement afin, précisément, de su
rmonter ce qui lui échappe. C'est à l'approche du seuil de déstructuration,
culturelle et économique, que la logique de résorption symbolique du change
mentcommence à se voir doublée par ces formes de résistance active61. En
revanche, le franchissement de ce point de rupture débouche, à long terme, sur
la reconstruction d'une « identité ethnique » par reprise de fragments culturels
anciens réarticulés en une nouvelle structure posée dans son opposition à la
société « blanche » (Carneiro da Cunha 1979)62.
Sahlins (1981) a proposé une théorie de la « réévaluation fonctionnelle »
des catégories culturelles dans la praxis du contact. Cette théorie, modèle d'une
transition progressive entre réitération et mutation structurale des schemes
symboliques indigènes, semblait rendre caduque la notion de « société froide »
que corrobore au contraire le type de changement culturel traumatique que
nous venons d'évoquer. Redéfinissant par la suite la portée de ses conceptions,
Sahlins y a cependant réintroduit la distinction lévi-straussienne entre « sociétés
froides » et « sociétés chaudes » sous forme d'une opposition entre sociétés
« prescriptives » et « performatives » (Sahlins 1985 : xi, xn, xm et 26-31). Il
oppose ainsi aux sociétés où « ... all is execution and repetition as in the classic
Pensée Sauvage » (comme les sociétés australiennes) des sociétés où
« Responding to the shifting conditions of its existence [...] the cultural order
reproduces itself in and as change » (comme l'ancien Hawai). Lévi-Strauss
(1983) avait lui-même déjà précisé dans ce sens le statut de son opposition clas
sique en montrant que ses termes caractérisent des attitudes culturelles d'ouver
ture et de fermeture à l'histoire dont la distinction n'est pas homologue à une
opposition entre sociétés « primitives » et sociétés « complexes ». Les sociétés
110 BRUCE ALBERT

de type yanomam sont donc effectivement définissables, selon la terminologie


de Sahlins, comme des sociétés à « mode de production symbolique prescrip-
tif », et ceci sans incompatibilité avec le fait que d'autres — comme par
exemple, pour rester en Amérique du Sud non andine, les anciens Tupinamba
(Carneiro da Cunha & Viveiros de Castro 1986) — sont plutôt à classer parmi
les sociétés « performatives ».

L'étude que nous venons de proposer s'est efforcée de décrire les méca
nismes de résistance symbolique qu'oppose la société yanomam, encore relat
ivement autonome, à l'effraction de l'historicité induite par son articulation
progressive à la frontière « blanche ». Véritable fil rouge de cette résistance, le
motif de la « fumée du métal » traverse toutes les représentations qu'elle
déploie, comme s'il tentait d'exorciser, en une métaphore toujours recom
mencée, la « double contrainte » tragique que propose à la réflexion et au
destin yanomam l'irruption des « blancs » : l'engagement dans un système
d'échange où le pouvoir de fascination des biens acquis ne trouve rétribution
que sous la forme d'une impitoyable prédation. Hantise d'une figure extrême
de l'altérité où l'excès de la puissance matérielle renvoie à celui des pouvoirs
cannibales. La « fumée du métal » : miroir noir yanomam de la « société de
consommation ».

ORSTOM, Paris — Museu Paraense Emilio Goeldi, Belém

NOTES

* Cet article est la version remaniée et augmentée d'une communication au symposium


« Cosmología, Valores e Transformaçâo » tenu en mai 1986 à l'université de Brasilia. Je remercie
D. Buchillet, M. Carneiro da Cunha, P. Menget, M. Perrin, J. Pouillon, E. Viveiros de Castro et
A. Ramos pour leurs commentaires durant cet exposé ou leur lecture critique des versions anté
rieures de ce travail. Mes séjours sur le terrain ont été financés par le ministère brésilien des Rela
tions extérieures, le L. A. 140/CNRS de l'université de Parix X et l'ORSTOM. Le CNPq et la
FUNAI m'ont accordé au Brésil les autorisations nécessaires.
1. Sur mythe et contact, avec une inspiration structuraliste plus ou moins précise, cf. Bidou 1986, Da
Matta 1970, Drummond 1977, Gallois 1985, Guss 1981 et 1986, Jacopin 1977, Kracke 1986,
Melatti 1985, Perrin 1986. Cf. également les contributions au symposium « From History to
Myth in South America », AAA Meetings-Denver 1984 {cf. Hill 1986a). Sur classifications des
relations interethniques et contact, cf. Cardoso de Oliveira 1976, 1980.
2. Sur les bases théoriques d'une « histoire structurale » et le dégagement de la notion de « pensée
mythique » de celle de mythe comme genre narratif dans l'œuvre de Lévi-Strauss, voir respectiv
ement Gaboriau 1963 : 586-591 et Smith 1980.
3. Cf. Drummond 1977 : 843-846 et Sperber 1973 : 114-116 sur la centralité du concept de transfor
mation pour l'analyse structurale ; Drummond 1977 : 851, Sperber 1982 : 114-115 et Piaget
1983 : 121 sur l'opposition entre transformations formelles et transformations génétiques.
4. Cf. Sperber 1973 : 114-116, 1974 : 90-92, 1982 : 104 et 115, 1985 : 85-86.
5. Forme simplifiée de l'ethnonyme yânomamë thëbë ou yänomae thëbë en usage dans la région
étudiée.
La Fumée du métal 111

6. Migliazza 1972. Les Yanomami se situent de part et d'autre de la frontière du Brésil


(8 400 personnes) et du Venezuela (12 600) et sont répartis en environ 390 groupes locaux {cf.
Albert 1985 : 6-7 et Colchester, ed., 1985 : 7).
7. Les Yanomam associent étroitement objets manufacturés et maladies « blanches », comme les
Yanömami (Lizot 1976 : 10-11, Biocca 1968 : 287, Valero 1984 : 38-39, 158, 169-170, 470, 506),
les Wakuenai (Hill 1983 : 389-390) ou les Yaminahua (Townsley 1984 : 76-77). Sur l'impact de
ces épidémies, cf. Neel et al. 1970, Chagnon & Melancon 1984 ; sur la manière dont elles sont
vécues, Valero 1984, chap, xxi et xxxv ; sur les changements technologiques, Peters 1973, Saf-
firio 1980, Lizot 1984b, chap. x.
8. Pour plus de précision sur les éléments ethnographiques et ethnohistoriques évoqués dans les pages
qui suivent, cf. Albert 1985, chap, vu et x et chap. i-ii. Nos données sur les représentations du
contact ont été recueillies lors d'une enquête sur l'histoire du peuplement yanomam menée dans la
région du rio Catrimani (Territoire de Roraima, Brésil).
9. Près de 60 yano se situent dans les hautes terres (horebi a) de la Serra Parima, le reste dans les
basses terres circonvoisines (yari a). Plus d'un tiers de ces groupes sont isolés ; les autres connais
sent différentes situations de contact, intermittent ou permanent, avec des missions (catholiques et
évangélistes), des postes gouvernementaux (indigénistes et militaires), ou des établissements de
colons, orpailleurs et collecteurs de produits forestiers.
10. La désignation des ennemis inconnus (4) est ici dérivée de celle des ennemis anciens ou virtuels (3).
Un autre usage dérive la dénotation des ennemis anciens ou virtuels (3) de celle des ennemis
actuels (2), tandis que tanomai thëbë est réservé aux ennemis inconnus {cf. Albert 1985 : 193).
11. La dynamique de fission/migration du peuplement yanomami (Chagnon 1974, Colchester 1982 :
83-103, Hames 1983 et Lizot 1984a) rend bien entendu très labile la composition empirique de ces
circonscriptions socio-politiques .
12. Sur un ensemble de 107 diagnostics de maladie, 73 % renvoient à des agressions maléfiques d'ori
gine humaine et 27 % à des agressions surnaturelles non humaines. Sur 160 causes de décès (récents
et anciens) les proportions sont respectivement de 53 % et 10 % (Albert 1985 : 711).
13. Rapts de femmes et pillage des communautés ennemies constituent un bénéfice apprécié, mais
secondaire, des raids yanömami. C'est net sur le plan matériel (quoique les premiers outils métal
liques aient souvent été acquis de cette manière). Une étude de Lizot (1985 : 96) sur 350 mariages
yanömami, évaluant à 0,8 % les unions par capture, le confirme sur le plan matrimonial. Sur les
ressorts rituels de la guerre yanomam, cf. Albert 1985, chap. xiii.
14. Ceci devant plonger la victime dans un état second permettant aux sorciers/guerriers de lui briser
les os.
15. Nous omettons ici, pour aller à l'essentiel, une forme de sorcellerie par prise d'empreinte, techn
iquement et sociologiquement charnière entre « sorcellerie commune » et « sorcellerie guerrière »
(Albert 1985 : 268-282).
16. Plus d'une cinquantaine de ne waribë nous ont été décrits ; 14 % des cas de maladie et 6 °/o des
décès de notre échantillon leur sont imputés. Le reste des agressions non humaines est attribué aux
pouvoirs vindicatifs du « principe vital » des animaux ou des végétaux contre leurs prédateurs
humains : 13 % des cas de maladie, 4 % des décès.
17. Les substances hëni de la « sorcellerie commune » « brûlent » le « principe vital », produisant
fièvre, troubles de la perception, asthénie...
18. Esprits chamaniques et esprits maléfiques blessent le « principe vital » à l'aide de machettes et de
fléchettes, l'enlacent de fils de coton incandescents, l'enserrent dans des vanneries... métaphores
d'autant de symptômes.
19. Exotiques et innombrables c'est, au delà de l'utilité productive de certains (Colchester 1982 : 332-
345), la « valeur d'échange » superlative de tous qui fonde l'intérêt des Yanomami pour les objets
manufacturés {cf. Saffirio 1980 : 51-52 sur la diversité des objets échangés, Chagnon 1983 : 61 sur
leur quantité et Sahlins 1980 : 188-204 sur l'ethnocentrisme de la notion de « valeur d'usage »).
20. Tous les homicides, magiques ou physiques, constituent pour les Yanomam des formes de préda
tionsymbolique qui imposent la tenue d'un même rite de digestion cannibale : unokaimu. Dans les
agressions physiques, à l'inverse des agressions magiques, la dévoration métaphorique des chairs
aboutit à celle du « principe vital » (Albert 1985, chap. xi).
21. Consommation figurée pour les cendres d'ossement des adultes, effective pour celles des enfants.
22. Les anciens relatent la chronique historique des sites où ils ont vécu, ou celle de sites contemporains
qu'on leur a rapportée, à l'occasion des harangues qu'ils profèrent au crépuscule ou à l'aube. Ils y
transmettent plus rarement ce qu'ils tiennent des discours de leurs ascendants.
112 BRUCE ALBERT

23. Cf. Albert 1985 : 121-126 et, pour d'autres cas Rosaldo 1980 : 55-56 et Seeger 1981 : 75-79.
24. Quelques sources font état de relations de guerre ou d'échange entre les Yanomami et au moins six
ethnies voisines au xixe siècle (Albert 1985 : 40-41).
25. Les Yanomam du Catrimani sont issus par fissions successives de communautés situées dans la
Serra Parima vers la fin du xixe siècle. Les Paushiana (caribes) qui occupaient le cours supérieur du
Catrimani au xvme siècle (Nimuendaju 1981) étaient environ 250 à la fin du xixe (Coudreau
1887 : 255) et 10 en 1932 (Holdridge 1933 : 374).
26. Les Yanomam du Catrimani ont peu été en contact direct avec des ethnies non yanomam. D'autres
groupes yanomami qui le furent plus étroitement interprétèrent différemment les épidémies de cette
période : les Sanima (Yanomami du nord) ont ainsi introduit dans leur étiologie des entités malé
fiques auxquelles ils prêtent l'apparence de leurs voisins Yekuana (Colchester 1982 : 528, Col
chester, ed. 1985 : 56).
27. nabë signifie « étranger » et « ennemi », recouvrant génériquement toutes les sortes d'ennemis
(actuels, anciens, virtuels) et d'étrangers (Amérindiens ou « blancs »). Il peut signifier également :
« Yanomami d'une autre aire dialectale, Yanomam acculturé » et parfois même « esprit
maléfique ».
28. « Frelon », de remoremoreashi : Centris sp. ; les Yanomam comparent les langues étrangères à son
bourdonnement.
29. Le « dos du ciel », habitat des morts, est un des quatre niveaux de l'univers yanomam. Cette asso
ciation indirecte des « blancs » avec des revenants se retrouvera dans leur identification directe lors
des premiers contacts. Le retour des spectres est un thème insistant du système mythologique et
rituel yanomam (Albert 1985 : 740-744 et chap. xiv).
30. Nous possédons une lame de hachette de pierre yanomami récemment utilisée provenant du haut
Apiau (1975). Sur les hachettes à lame de fer, cf. Zerries 1974, tabl. xxiv, n° 148-149, Smole
1976 : 112, Colchester 1982 : 89 et Lizot 1984b : 16. Sur d'autres outils « syncrétiques » de
même principe, cf. Lizot, ibid., loe. cit. et Jovita 1948 : 86.
31. Cf. SPI-la IR : « Relatório, referente ao exercicio de 1941 » : 160-161 et 165, « Relatório de
viagem ao Demini », S. M. Xerez, 1941 : 6 ; CBDL-la Divisâo 1944 : 212 et Jovita 1948 : 64,
69, 109, 112, 316. Pour des récits de premiers contacts au Venezuela, cf. Lizot 1976 : 10-12 et
1984b : 11-12, 20-21.
32. Proférer des sons inarticulés, être muet ou ne pas parler yanomam, c'est parler « une langue de
revenant »".
33. Les chamanes attribuent aux esprits maléfiques une surabondance de biens matériels extraordi
naires.
34. Crevaux (1883 : 539) rapporte que les Macu du Ventuari (autrefois voisins des Yanomami) pre
naient avec une feuille les colliers donnés par les « blancs » et les frottaient dans le sable pour se
prémunir des fièvres et de la toux.
35. Cette odeur provenait probablement du papier huilé qui entourait les machettes, des barres de
savon et des cotonnades également contenues dans ces caisses.
36. riyeri est une odeur forte et douceâtre associée au principe actif des hallucinogènes et des objets
pathogènes.
37. Nous synthétisons ici plusieurs récits yanomam (régions du Catrimani et du Demini) et « blancs »
(Archives SPI-la IR/Posto Ajuricaba).
38. Tout meurtrier est censé s'enfuir pour s'astreindre au rite de digestion cannibale figurée unokaimu.
39. Le SPI utilisait à cette époque des fusées à des fins de signalisation ou d'intimidation (SPI-la IR :
Normas para Atraçâo e Pacificaçâo, 1943).
40. Sur une théorie yanomami similaire (épidémies causées en brûlant des fragments de bouteilles, de
miroirs et de toile), cf. Valero 1984 : 38-39, 158, 169-170, 506. Sur la crainte des « fumées » pro
duites par les « blancs », cf. Lizot 1976 : 11 (cuisson de latex), Colchester 1982 : 408-409 (pulvé
risation d'insecticide), Valero 1984 : 205 (échappement de moteur).
41. Sur l'incorporation mythique des « blancs » dans les différents sous-groupes yanomami, cf.
Albert 1985 : 750-754, Colchester 1981 : 67-70 et Lizot 1975 : 35-36 ; sur leur intégration taxi-
nomique, Albert 1985 : 191, Colchester 1982 : 381-382, Lizot 1976 : 9, Ramos 1985 et Ramos
et al. 1985 : 8.
42. Les Sanima réservent inversement le terme nabë aux Yekuana avec lesquels ils ont eu des contacts
presque exclusifs jusqu'à une période récente (Ramos 1985 : 99-100, Colchester 1982 : 381-382).
La Fumée du métal 113

En raison de leur participation au mouvement indien régional et national les Yanomam commenc
ent à nommer les autres Amérindiens, resurgis dans l'actualité, nabëbë yayë, les « véritables
étrangers ».
43. Les Yanomam « de mission » invoquent parfois les pouvoirs pathogènes de « leurs blancs » dans
les différends politiques qui les opposent aux groupes lointains. Le fait que ceux-ci souffrent des
épidémies davantage qu'eux-mêmes leur suffit pour accréditer ces menaces.
44. Les visites de troc ou de travail de non-cognats ou affins sont mal accueillies par les groupes de mis
sion. Elles suscitent inévitablement, dès qu'elles se prolongent, des accusations de sorcellerie ou des
conflits ouverts.
45. Le groupe Wakathautheri (Mission Catrimani) comptait 32 habitants en 1967 et 85 en 1984 ;
23 habitants de groupes voisins s'y sont établis durant cette période.
46. Sur ce qui précède cf. CCPY 1982 : 32-35, Diniz 1969 : 6 et Shoumatoff 1978 : 141-142, 159.
47. Édification de constructions durables, meilleur contrôle de leurs employés, assistance paramédicale,
approvisionnement régulier en biens de troc, célibat...
48. Les Yanomam disent par contre que les « blancs » les « tiennent en leur possession » (bou).
49. Ces ennemis visiteurs sont généralement accusés de formes de sorcellerie imputées aux alliés malv
eillants (prise d'empreinte) ou aux ennemis (poisons magiques).
50. Les Yanomam « isolés » ont cependant continué à imputer parfois des épidémies à la sorcellerie de
missionnaires en visite.
51. Comparable pour les Yanomam aux spécialisations locales qui articulent leurs systèmes d'échange
intercommunautaires (Albert 1985 : 212).
52. Ces caractéristiques valent moins pour la phase initiale de défrichage du tracé routier utilisant une
main-d'œuvre sous-qualifiée et peu contrôlable.
53. Deux épidémies de rougeole : 1974 et 1977 ; 2 485 traitements dispensés par la mission de 1971 à
1974, 12 529 de 1974 à 1977 (Archives Mission Catrimani).
54. Respectivement : baterebë (du portuguais « padre »)/mautheribë (« habitants des rivières »)/
manashotheribë (« habitants de Manaus », capitale de l'État Amazonas).
55. Cf. Townsley (1984 : 76-77) sur l'importance des véhicules et des carburants dans les chants de
cure yaminahua.
56. Recyclés ici à partir de la théorie obsolète du chamanisme « blanc ».
57. Cf. Carneiro Da Cunha 1973 (messianisme canela), Farage 1985 (guerre caribe), Gregor 1984
(rêves mehinaku), Hill 1986b (rites wakuenai), Ramos 1979 (rumeurs sanima), Townsley 1984
(chamanisme yaminahua), Turner 1985 (discours kayapo).
58. Cf. Smith 1980 : 79-80 sur l'effet de cohérence culturelle de cette mise en circulation d'un thème
symbolique au sein de divers systèmes de représentations.
59. Sur histoire orale et contact, cf. Guss 1981 (Yekuana), Lopes Da Silva 1984 (Shavante), Melatti
1974 (Kraho), Wright & Hill 1986 (Wakuenai), et Hill 1986a pour d'autres exemples : Waura,
Canelos Quichua, Kayapo...
60. Cf. Charbonnier 1969 : 38-39, 44-48 ; Lévi-Strauss 1962 : 309-310 ; 1973 : 40-41 et 1983 : 1218,
1225. L'histoire orale yanomam est culturellement forclose du système de reproduction symbolique
du socius (Lederman 1986 : 5, 22 et 24). Il s'agit en ce sens d'une « société froide » ; ce qui ne
signifie ni société sans histoire (Wolf 1982 : 385), ni société sans représentations historiques
(Rosaldo 1980 : 26-27).
61. Sur seuil de déstructuration et degrés de contact, cf. Ribeiro 1982. Sur la continuité entre cosmol
ogie, messianisme et luttes politiques, cf. Carneiro Da Cunha 1973, Rappaport 1985, Turner
1985, Whitten 1978, Wright & Hill 1986.
62. Sur le passage, via rupture socio-culturelle, de l'incorporation symbolique du contact à la restructu
ration ethnique, cf. l'exemple des Wakuenai in Hill 1983, chap. x.
114 BRUCE ALBERT

REFERENCES

Albert, B.
1985 Temps du sang, temps des cendres. Représentation de la maladie, système rituel et espace poli
tique chez les Yanomami du Sud-Est (Amazonie brésilienne). Thèse de Doctorat, Université de
Paris X-Nanterre.
Biocca, E.
1968 Yanoama. Récit d'une femme brésilienne enlevée par les Indiens. Paris, Pion.
Bidou, P.
1986 « Le Mythe : une machine à traiter l'histoire », L'Homme 100, XXVI (4) : 65-89.
Cardoso de Oliveira, R.
1976 Identidade, etnia e estrutura social. Säo Paulo, Livraria Pioneira Editora.
1980 « Identidade e estrutura social », Anuario antropológico 1978 : 243-263.
Carneiro da Cunha, M.
1973 « Logique du mythe et de l'action. Le mouvement messianique canela de 1963 », L'Homme
XIII (4) : 5-37.
1979 « Etnicidade : da cultura residual mas irredutível », Revista de Cultura e Política, CEDEC 1
(1) : 35-39.
Carneiro da Cunha, M. & E. B. Viveiros de Castro.
1986 « Vingança e temporalidade : os Tupinamba », Journal de la Société des Américanistes
LXXI : 191-208.
Chagnon, N. A.
1974 Studying the Yanomamö. New York, Holt, Rinehart & Winston.
1983 Yanomamö. The Fierce People. New York, Holt, Rinehart & Winston.
Chagnon, N. A. & T. Melancon.
1984 « Reproduction, Numbers of Kin and Epidemics in Tribal Populations : A Case Study », in
Keyfiz, N., ed., Population and Biology. Liège, Ordina Éditions : 147-167.
Charbonnier, G.
1969 Entretiens avec Claude Lévi-Strauss. Paris, Union générale d'Édition (lre éd. 1961).
Colchester, M.
1981 « Myths and Legends of the Sanema », Antropológica 56 : 25-127.
1982 The Economy, Ecology and Ethnobiology of the Sanema Indians of Southern Venezuela.
Doctoral Dissertation, Oxford University.
Colchester, M. ed.
1985 The Health and Survival of the Venezuelan Yanoama. Copenhague, IWGIA
(« ARC/SI/IWGIA Document » 53).
COMISSÄO BRASILEIRA DE DEMARCACÄO DE LIMITES (CBDL)
1940 Trabalhos da CBDL-la Divisäo nas fronteiras da Venezuela e Guiana británica e neerlan
desa,de 1930 à 1940. Belém, Publicaçôes da CBDL-la Divisäo.
1944 M? Fronteira Norte do Brasil. O Vale do Rio Negro. Belém, Publicaçôes da CBDL-
la Divisäo.
Comissäo Pela Criacäo do Parque Yanomami (CCPY)
1982 Relatorio Yanomami 1982. Situaçao de contato e saude. Säo Paulo, CCPY.
Coudreau, H. A.
1887 La France Équinoxiale. 2 : Voyage à travers les Guyanes et l'Amazonie. Paris, Challamel
Aîné.
La Fumée du métal 115

Crevaux, J.
1883 Voyages dans l'Amérique du Sud. Paris, Hachette.
Da M atta, R.
1970 « Mito e anti-mito entre os Timbira », in Mito e Linguagem Social : 77-105. Rio de Janeiro,
Editora Tempo Brasileiro.
Diniz, E. S.
1969 « Aspectos das relacöes sociais entre os Yanomamö do Rio Catrimami », Bolet im do Museu
Paraense Emilio Goeldi 39 : 1-18.
Drummond, L.
1977 « Structure and Process in the Interpretation of South American Myth : The Arawak Dog
Spirit People », American Anthropologist 79 (4) : 842-868.
Farage, N.
1985 « De Guerreiros, escravos e súditos : o trafico de escravos Caribe-Holandés no século
XVIII », Anuario antropológico 1984 : 174-187.
Eundaçâo Nacional do Indio (FUÑA I)
1984 Terra indígena yanomami. Documentos 1984. Brasilia, DPI-FUNAI.
Gaboriau, M.
1963 « Anthropologie structurale et histoire », Esprit 322 : 579-594.
Gallois, D.
1985 « Indios e Brancos na mitología waiäpi : da separacäo dos povos a recuperacäo das
ferramentas », Revista do Museu Paulista XXX : 43-60.
Gauchet, M.
1975 « Politique et société : la leçon des Sauvages (II) », Textures : 67-105.
Good, K. R.
1981 Estableciendo los primeros contactos con nuevos grupos Shamathari, Yanomami del Sur »,
Boletín indigenista venezolano XX (17) : 45-52.
Gregor, T.
1984 « O Branco dos meus sonhos », Anuario antropológico 1982 : 53-68.
Guss, D. M.
1981 « Historical Incorporation Among the Makiritare : From Legend to Myth », Journal of Latin
American Lore 7 (1) : 23-35.
1986 « Keeping it Oral : A Yekuana Ethnology », American Ethnologist 13 (3) : 413-429.
Hames, R. B.
1983 « The Settlement Pattern of a Yanomamö Population Bloc : a Behavioral Ecological
Interpretation », in Hames, R. B. & W. T. Vickers, eds., Adaptive Responses of Native
Amazonians. New York, Academic Press : 393-427.
Hill, J. D.
1983 Wakuenai Society : A Processual-Structural Analysis of Indigenous Cultural Life in the
Upper Rio Negro Region of Venezuela. Ph. D. Thesis, Indiana University.
1986a « Introductory Essay : Myth and History » (ms.), in J. D. Hill, ed., Rethinking History and
Myth (à paraître).
1986b « Cosmology and Situation of Contact in the Upper Rio Negro Basin », Paper for session on
« Cosmology, Values and Situation of Contact », AAA Meetings, Philadelphia.
HOLDRIDGE, D.
1933 « Exploration Between the Rio Branco and the Serra Parima », The Geographical Review
XXIII : 372-384.
Jacopin, P.-Y.
1977 « La Parole et la différence ou de l'entrée des blancs dans la mythologie des Indiens
Yukuna », Bulletin de la Société suisse des Américanistes 41 : 5-19.
116 BRUCE ALBERT

JOVITA, M. DE L.
1948 Roteiro etnográfico (Catálogo e Síntese). Belém, Publicacöes da CBDL-la Divisäo.
Kracke, W.
1986 « Death Comes As the White Man. The Conqueror in Kagwahiv Cosmology », Paper for ses
sion on « Cosmology, Values and Situation of Contact », AAA Meetings, Philadelphia.
Lederman, R.
1986 « Changing Times in Mendi : Notes Towards Writing Highland New Guinea History »,
Ethnohistory 33 (1) : 1-30.
Lévi-Strauss, C.
1962 La Pensée sauvage. Paris, Pion.
1973 Anthropologie structurale deux. Paris, Pion.
1983 « Histoire et ethnologie », Annales. ESC 38 : 1217-1231.
Lizot, J.
1975 El Hombre de la pantorilla preñada y otros mitos yanömami. Caracas, Fundación La Salle
de Ciencias naturales.
1976 Le Cercle des feux. Paris, Éd. du Seuil.
1984a « Histoire, organisation et évolution du peuplement yanömami », L'Homme XXIV (2) : 5-
40.
1984b Les Yanömami centraux. Paris, Éd. de l'EHESS (« Cahiers de L'Homme », n. s., XXII).
1985 Los Yanömami, ms. multigr.
Lopes da Silva, A.
1984 « A Expressäo mítica da vivencia histórica : tempo e espaço na construçào da identidade »,
Anuario antropológico 1982 : 200-214.
Melatti, J. C.
1974 « Reflexöes sobre algumas narrativas krahó », Trabalhos de Ciencias sociais, Série Antropol
ogía 8. Brasilia, Fundacäo Universidade de Brasilia.
1985 « A Origem dos Brancos no mito de Shoma Wetsa », Anuario antropológico 1984 : 109-173.
Migliazza, E. C.
1972 Yanomama Grammar and Intelligibility. Ph. D. Thesis, Indiana University.
Neel, J. V. et al.
1970 « Notes on the Effect of Measles and Measles Vaccine in a Virgin-Soil Population of South
American Indians », American Journal of Epidemiology 91 : 418-429.
NlMUENDAJU, C.
1981 Mapa etno-histórico . Rio de Janeiro, IBGE.
Perrin, M.
1986 « The Myth in the Face of Change : An Anthropologist View », Social Research 52 (2) : 309-
321.
Peters, J. H.
1973 The Effect of Western Material Goods on the Social Structure of the Family among the Shiri-
shana. Ph. D. Thesis, University of Michigan.
Piaget, J.
1983 Le Structuralisme. Paris, PUF.
Ramos, A. R.
1979 « Rumor : the Ideology of an Inter-Tribal Situation », Antropológica 51 : 3-25.
1985 « Categorías étnicas do pensamento sanúma : contrastes intra e interétnicos », Anuario antro
pológico 1984 : 95-108.
1987 « Indian Voices : Contact Experienced and Expressed » (ms.), in J. D. Hill, ed., Rethinking
History and Myth (à paraître).
Ramos, A. R. et al.
1985 « Yanömami em tempo de our o. Relatório de pesquisa », Trabalhos de Ciencias sociais, Série
Antropología 51. Brasilia, Fundacäo Universidade de Brasilia.
La Fumée du métal 117

Rappaport, J.
1980 « Mesianismo y las transformaciones de símbolos mesiánicos en Tierradentro », Revista
colombiana de Antropología XXIII : 367-413.
1985 « History, Myth and the Dynamics of Territorial Maintenance in Tierradentro, Colombia »,
American Ethnologist 12 (1) : 27-45.
Ribeiro, D.
1982 Os Indios e a civilizaçào. A integraçào das populaçoës indígenas no Brasil moderno.
Petrópolis, Editora Vôzes.
Rivière, P.
1984 Individual and Society in Guiana. A Comparative Study of Amerindian Social Organization.
Cambridge, Cambridge University Press.
Rosaldo, R.
1980 Ilongot Head-Hunting 1883-1974 : A Study in Society and History. Stanford, Stanford Univ
ersity Press.
Saffirio, G.
1980 Some Social and Economic changes Among the Yanomama of Northern Brazil (Roraima) : A
Comparaison of « Forest » and « Highway » Villages. M. A. Thesis, University of Pittsburgh.
Sahlins, M.
1980 Au Cœur des sociétés. Raison utilitaire et raison culturelle. Paris, Gallimard.
1981 Historical Metaphors and Mythical Realities. Structure in the Early History of the Sandwich
Islands Kingdom. Ann Arbor, The University of Michigan Press.
1985 Islands of History . Chicago, The University of Chicago Press.
Seeger, A.
1981 Nature and Society in Central Brazil. The Suya Indians of Mato Grosso. Cambridge, Harvard
University Press.
Seeger, A. & E. B. Viveiros de Castro.
1979 « Terras e territorios indígenas no Brasil », Encontró com a Civilizaçào brasileira 12 : 101-
109.
Shoumatoff, A.
1978 The River Amazon. San Francisco, Sierra Club Books.
Smith, P.
1980 « Positions du mythe », Le Temps de la Réflexion : 61-81.
Smole, W. J.
1976 The Yanoama Indians : A Cultural Geography. Austin, University of Texas Press.
Sperber, D.
1973 Le Structuralisme en anthropologie. Paris, Éd. du Seuil (« Points » 46).
1974 Le Symbolisme en général. Paris, Hermann.
1982 Le Savoir des anthropologues. Paris, Hermann.
1985 « Anthropology and Psychology : Towards an Epidemiology of Representations », Man,
n. s., 20 : 73-89.
TOWNSLEY, G.
1984 « Gasoline Song : A Shamanic Chant of the Yaminahua, an Amazonian Group of the Peru
vian Lowlands », Cambridge Anthropology 9 (2) : 75-79.
Turner, T. S.
1985 « History, Myth, and Social Consciousness Among the Kayapo of Central Brazil » (ms.), in
J. D. Hill, ed., Rethinking History and Myth (à paraître).
Valero, H.
1984 Yo soy Napëyoma. Relato de una mujer raptada por los indígenas Yanomami. Caracas, Fun
dación La Salle de Ciencias naturales.
118 BRUCE ALBERT

Whitten, N. E.
1978 « Ecological Imagery and Cultural Adaptability : The Canelos Quichua of Eastern Ecuador »,
American Anthropologist 80 (4) : 836-859.
Wolf, E.
1982 Europe and the People Without History. Berkeley, University of California Press.
Wright, R. & J. D. Hill.
1986 « History, Ritual, and Myth : Nineteenth Century Millenarian Movements in the North West
Amazon », Ethnohistory 33 (1) : 31-54.
Zerries, O.
1974 Mahekodotheri . Munich, Klaus Renner Verlag.
La Fumée du métal 119

ABSTRACT

Bruce Albert, The Smoke of Metal : History and Representations of Contact among the
Yanomami (Brazil). — Myths and classifications of interethnic relations are classical chapt
ersin the study of cultural change, even though one must sometimes know how to get
around them in order to explain the cognitive dynamics, historical contextuality and cultural
strategy of the representations of contact. The Yanomam, a Yanomami subgroup, have
drawn up such representations primarily through the prism of a cannibal theory of Other
nessthat is formulated and applied through the etiological discourse and the ritual system.
Herein is analyzed how the representation of relations between Whites, epidemics and manuf
actured objects gradually underwent a series of symbolic transformations so as to interpret
the facts and effects of the successive forms of contact throughout the past 150 years.

ZUSAMMENFASSUNG

Bruce Albert, Der Eisenrauch. Geschichte und Vorstellungen des Kontakts bei den Yano
mami (Brasilien). — Mythen und Klassifizierungen der interethnischen Beziehungen bilden
klassische Register der Untersuchung des kulturellen Wandels, von dem man sich manchmal
abwenden muss, um besser die kognitive Dynamik, die historischen Umstände und die kultur
elleStrategie der Kontaktvorstellungen feststellen zu können. Diese Vorstellungen werden
bei den Yanomam (Untergruppe der Yanomami) vor allem durch das Prisma einer Kanni
balentheorie der Ander sheit verarbeitet, die durch die äthiologische Rede und das System
des Rituals zusammengestellt und verwirklicht wird. Hier wird analisiert, inwiefern die Vors
tellung der Beziehungen zwischen « Weissen », Epidemien und Fertigwaren eine Reihe von
symbolischen Transformationen durchlaufen hat, um zu einer Interpretation der Tatsachen
und Auswirkungen der hintereinanderfolgenden Kontaktformen seit den letzten hundert
fünfzig Jahren zu führen.

RESUMEN

Bruce Albert, El Humo del Metal. Historia y representaciones del contacto entre los Yano
mami (Brasil). — Mitos y clasificaciones de las relaciones interétnicas son registros clásicos
para el estudio del cambio cultural de los cuales en ocasiones es necesario saber tomar cierta
distancia para expresar la dinámica cognitiva, la contextualidad histórica y la estrategia
cultural de las representaciones del contacto. Estas representaciones son elaboradas priorit
ariamente entre los Yanomam (subgrupo yanomami) a través del prisma de una teoria canibal
de la alteralidad formada y aplicada por el discurso etiológico y el sistema ritual. Analiza
remosaqui de qué manera la representación de las relaciones entre « blancos », epidemias y
objetos manufacturados ha sufrido una serie de transformaciones simbólicas para inter
pretar los hechos y efectos de la sucesivas formas de contacto a lo largo de los ciento
cincuenta últimos años.