Vous êtes sur la page 1sur 15
Météo Facebook 22° à Alger 27° à In Salah Après le nul (0 à 0)
Météo
Facebook
22° à Alger
27° à In Salah
Après le nul (0 à 0)
en amical entre
le Luxembourg et l'Algérie
M
ieux
PÉTROLE
pourrait
provoquer des
crises d'asthme
L e Brent
à 85,05
dol
lars
qu
le baril
MONNAIE
L'euro
Bangui !
à 1,363
dol
lar
P.
13
P. 24

13-14 Dhoul el Hidja 1431 - Vendredi 19 - Samedi 20 Novembre 2010 - N° 14053 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE

LA

REVOLUTION

PAR

LE

PEUPLE

ET

POUR

LE

PEUPLE

ISSN 1111-0287 LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE Retour demain des premiers hadjis

Retour demain des premiers hadjis

P. 2

Une récolte record de 6 millions de quintaux attendue Le ministère de l’Agriculture et du
Une récolte record
de 6 millions
de quintaux attendue
Le ministère de l’Agriculture
et du Développement rural
s’attend à une bonne récolte
de dattes cette année,
rapporte notre confrère
Le Jeune Indépendant, dans
son édition de jeudi dernier,
en tablant sur une production
record de plus de 6 millions
de quintaux, toutes variétés
confondues. Selon ce journal,
cette bonne récolte est
attendue dans la région de
Biskra qui possède 4,1
millions de palmiers-dattiers,
dont 2,5 millions de la célèbre
variété Deglet Nour. Une
récolte de deux millions de
quintaux est également
attendue à El Oued d’ici la
fin de l’année, ajoute la
même source en précisant
que cette région a produit à
la mi-octobre 1,891 million de
quintaux. Pour rappel,
l’année 2009 a vu une
production de 5,861 millions
de quintaux de dattes en
Algérie.

PROGRAMME

PRÉ

PROGRAMME PRÉ TIE SIDEN

TIE

SIDEN

L

L

es vertus

L es vertus
 

du d

ialogue

social

 

P.

3

Lutte contre le terrorisme Les Etats-Unis souhaitent approfondir P. 5 leurs relations avec l'Algérie
Lutte contre le terrorisme
Les
Etats-Unis
souhaitent
approfondir
P. 5
leurs
relations
avec l'Algérie

Ouverture, hier, du sommet de l'Otan à Lisbonne (Portugal)

hier, du sommet de l'Otan à Lisbonne (Portugal) La stratégie de l'Organisation en Afghanistan domine

La stratégie de l'Organisation en Afghanistan domine les travaux

P.

9

Après l’at

taque marocaine

Après l’at taque marocaine contre des civils à Gdeim Izik au Sahara occidental

contre des civils à Gdeim

Après l’at taque marocaine contre des civils à Gdeim Izik au Sahara occidental

Izik au Sahara occidental

contre des civils à Gdeim Izik au Sahara occidental Indignation et dénonciations à travers le monde

Indignation et dénonciations à travers le monde

P. 11

Indignation et dénonciations à travers le monde P. 11 On se déch Internet ire pour la

On se déch

Internet

à travers le monde P. 11 On se déch Internet ire pour la toile ! Au

ire pour la toile !

Au motif du non-respect de la réciprocité dans l'échange de données, Google déclare une guerre ouverte à Facebook. Le pas est vite franchi par ceux qui y voient une bataille pour la suprématie sur le réseau internet.

P. 18

2

2 EL MOUDJAHID Météo 22° à Alger, 27° à In Salah Sur les régions nord du

EL MOUDJAHID

Météo 22° à Alger, 27° à In Salah Sur les régions nord du pays, le
Météo
22° à Alger,
27° à In Salah
Sur
les régions nord
du pays, le temps sera voilé à
nuageux
sur l'Ouest
et le Centre avec des pluies à partir
de l'après-midi. Sur
l’Est,
l’on observera un ciel partiel-
journée, se couvrant progressive-
Ce matin,
à Dar El Imam
La FOREM
célèbre la
journée
mondiale
des Droits
de l’enfant
lement
voilé pendant la
vents seront de secteur sud-
ment
en cours de
nuit. Les
La mer sera peu agitée.
ouest en général (20/30
km/h).
Au Sud, le ciel sera voilé
du nord de Béchar vers le
nord d'Adrar et
de Ghardaïa
jusqu'à Ouargla. Partout
ailleurs,
le
temps
sera
ensoleillé.
Les
vents
seront
variables à nord-est (20/30 km/h).
Selon les prévisions
Météo Algérie, le temps sera
pluvieux, demain, sur l’ensemble des régions nord du
de
pays avec une baisse
des températures.
mercure affichera 22° à
PremierPremier retourretour dede hadjihadji demaindemain
Aujourd’hui, le
Alger
et
Bejaia et Tlemcen,
Oran, 23°
à Annaba, 21° à
Constantine, 16° à Bordj Bou-Arréridj,
18° à
Batna, 18° à
15°
à Sétif, 23° à Ghardaïa, 26° à Adrar et 27° à
In Salah.
Demain, à l’ESM
Nouvelle session
de formation
au profit des
magistrats
La FOREM célébrera la journée
mondiale des Droits de l’enfant ce
matin, à partir de 9 h, à la salle des
conférences de Dar El Imam. Sont
notamment inscrits au programme de
cette journée, des interventions thé-
matiques ainsi que des animations
données par des enfants.
Le ministère de la Justice
organisera à partir de demain
à l’Ecole supérieure de la
magistrature une session de
formation au profit des
magistrats et qui aura pour
thème « le procureur de la
République ».
Seize décès ont été enregistrés jusqu'à vendredi parmi les hadji algériens, a-t-on
appris auprès de la mission algérienne du Hadj.
Parmi les 16 personnes décédées, 3 sont issues de la communauté algérienne établie à
l'étranger, a indiqué le président de la mission, Cheikh Berbera, soulignant que 8 de
décès ont été enregistrés lors de l'accomplissement des rites du pèlerinage à Arafat,
Minan et Mouzdalifa au cours des trois derniers jours.
Tous les décès enregistrés sont dus à des maladies chroniques et n'ont aucun lien avec
les bousculades survenues lors du déplacement des hadji vers Arafat et Minan.
Concernant la surcharge dans les camps algériens à Minan, M. Berbera a indiqué
qu'elle "est due à l'incursion des hadji indépendants dans ces camps" précisant, par
ailleurs, que le problème d'hébergement demeure un point noir en raison de l'exiguïté de
l'espace qui ne peut accueillir plus de 1,5 million de hadji, selon les autorités saoudiennes.
Il a en outre affirmé que des instructions fermes ont été données aux hadji algériens
de ne pas utiliser les bus pour quitter le lieu du rite de la lapidation vers La Mecque ce
qui a provoqué de regrettables incidents du fait des fortes pluies qui se sont abattues sur
les Lieux saints et La Mecque.
S'agissant des bousculades enregistrées lors de cette saison du hadj, M. Berbera a
souligné qu'elles sont dues au nombre important de hadji qui a dépassé les quatre mil-
lions. Le premier contingent de hadji algériens ayant accompli les rites du pèlerinage
devrait regagner le pays le 21 novembre alors que d'autres hadji se rendront à
Médine pour la visites de Lieux saints.
Le 22 novembre,
à 10 h, au Palais
des expositions
Inauguration
d’Agro-Expo
Demain à l’INDPFC, Rouiba
Les greffiers en formation
Le 22 novembre, à la résidence El Mithak
L’Institut national pour le développement et la promotion
de la formation continue sis à Rouiba abritera à partir de
demain une session de formation au profit des greffiers sur le
thème « le langage des signes ».
Journée d’étude sur les accords
internationaux relatifs aux recherches
de sauvetage maritimes et aéronautiques
Demain, à l’Ecole nationale
des greffiers
Le ministère des Affaires étrangères organisera le 22 novembre à Alger (Résidence El Mithak), une
journée d’étude sur les accords internationaux relatifs aux recherches de sauvetage (SAR) maritimes et
aéronautiques ainsi que sur la lutte contre la pollution marine.
Le Salon international de l’agri-
culture, Agro-Expo, sera inauguré le
lundi 22 novembre à 10 h au pavillon
A du Palais des expositions, Pins
Maritimes. Cette manifestation est
placée sous le haut patronage du
ministre de l’Agriculture et du
Développement rural, M. Rachid
Benaïssa, du ministre des Ressources
en eau, M. Abdelmalek Sellal, et M.
Mustapha Benbada, ministre du
Commerce, souligne le communiqué
parvenu à notre rédaction.
Lancement de 5 sessions
de formation
Le deuxième Salon algéro-allemand sur l’environne-
ment « Enviro Algérie 2010 » qui intègre un congrès et une
bourse de coopération se tiendra à Alger sous le haut patro-
nage du ministère algérien de l’Aménagement du territoire
et de l’Environnement et avec le soutien du ministère fédé-
ral de la Coopération économique et du développement
(BMZ).
Plus de 30 entreprises allemandes et 35 entreprises et
VIP Groupe
L’Ecole nationale des greffiers abritera à partir de demain
et jusqu’au 30 décembre 5 sessions de formation. Trois
d’entre elles seront consacrés au « casier judiciaire ».
au à 24
Ouverture
demain, des 4 es
assises de l’IES
Demain, au CCF
novembre
Alger
Conférence sur le thème
« Internet et vie privée »
institutions algériennes prendront part à ce rendez-vous donné du
22 au 24 novembre au palais de la culture d’Alger, Moufdi Zakaria.
“Enviro
22 Algérie
Du 2010”
Le Centre culturel français abritera, demain, une confé-
rence sur le thème « Internet et vie privée ». La rencontre
sera animée par Charles Simon, avocat au barreau de Paris.
En cas d’interruption du gaz
ou de l’électricité
Le 23 novembre
à l’IAHEF
Du 25 au 30 novembre
Oran accueille le Salon
international du logement
Des équipes de dépannage
mobilisées à Alger,
Boumerdès et Tipasa
Sous le haut patro-
nage du ministre de
l’Habitat et de
l’Urbanisme, Oran
accueillera du 25 au 30
novembre le Salon
international du loge-
ment, l’immobilier, du
bâtiment, du marbre,
céramique de la
construction, des
matériaux de construction et des travaux publics. Cet « Oran
Logibat 2010 » aura pour thème « Le grand défi, le cap des 2
millions de logements ».
A l’occasion de l’Aïd El Adha El Moubarek, la Société de
distribution de l’électricité et du gaz d’Alger (SDA) informe
son aimable clientèle d’Alger, Boumerdès et Tipasa que des
équipes de dépannage sont mises en place pour intervenir en
cas d’interruption du gaz ou de l’électricité. Ces équipes sont
disponibles 24h/24 et ce, jusqu’à demain à 8 h.
Les unités de SDA mettent à la disposition de la clientè-
le les numéros suivants :
Atelier sur la
méthodologie
d’élaboration
d’une stratégie
de croissance
pour les
entreprises
Tipasa
024. 47.01.52
VIP Groupe organisera demain et
après-demain à l’esplanade Sofitel, sa
4e édition des assises de
l’Intelligence économique et de la
veille stratégique IES. Le thème cen-
tral de l’édition 2010 porte sur l’in-
formation économique comme res-
source stratégique des organisations
dont la maîtrise et la valorisation
constituent aujourd’hui un enjeu cru-
cial pour les entreprises, les adminis-
trations et les différentes institutions.
Les deux journées proposées per-
mettront de réfléchir sur le rôle
important de l’information straté-
gique dont le pilotage est au cœur des
préoccupations des multiples acteurs
économiques. Les experts conviés
éclaireront, à coup sûr, ces assises au
moyen de leurs contributions axées
sur les recherches menées et les
expériences pratiques acquises dans
le domaine de l’information straté-
gique.
Boumerdès
024. 81.31.06
024.
81.57.88
Belouizded
021. 67.59.77
021.
67.59.80
021.
67.31.03
Bologhine
021. 70.93.93
Ce matin à 10 h à la salle
El Mouggar
021.
70.91.91
021.
70.95.95
Gué de Constantine
021. 83.09.81
Spectacle de marionnettes
021.
83.89.49
Un atelier portant sur le thème
«Méthodologie d’élaboration d’une stra-
tégie de croissance en situation concur-
rentielle pour les entreprises » sera orga-
nisé le 23 novembre par l’Institut algé-
rien des hautes études financières en col-
laboration avec l’université de
Sherbrooke, Canada. Cet atelier destiné
aux managers et cadres dirigeants sera
animé par M. Serge Allary, professeur à
l’université de Sherbrooke, et spécialiste
des choix et modèles stratégiques. Des
études de cas sur des entreprises algé-
riennes seront présentées par les lauréats
du programme de MBA Exécutif réalisé
conjointement par l’IAHEF et l’universi-
té de Sherbrooke.Rendez-vous est donné
le mardi 23 novembre à 9 h au siège de
l’institut.
Une
El-Harrach
021. 52.43.29
à échanges délégation produits
Dans le cadre de son programme varié de l’année 2010,
l’Office national de la culture et de l’information organisera
ce matin à 10 h à la salle El Mouggar un spectacle de marion-
nettes intitulé : « Essaher El Haer » de Blida.
021.
52.71.46
commerciale
021.
53.01.91
La SDA saisit cette occasion pour présenter ses meilleurs
vœux de bonheur et de prospérité à tout le peuple algérien.
brésilienne,
le
27
novembre
à
Alger
Selon la police judiciaire
Dans
le
cadre
du
A et développe-
Plus de 4.600 enfants victimes de violence en 2010
des
commerciaux
l’Algérie
le
Brésil,
une
commerciale
"4.612 enfants et adolescents ont
été victimes de différentes formes de
violences du 1 er janvier au 31 octobre
2010, dont 2.698 victimes de violences
physiques", a indiqué à l'APS la com-
missaire principale, Mme Kheira
Messaoudène, chargée de bureau
national de la protection de l'enfance et
de la délinquance juvénile à la direc-
tion de la police judiciaire.
Parmi le nombre global de victimes
de violences, 1.359 enfants ont été vic-
times de violences sexuelles dont 781
filles, et 374 autres ont été victimes de
maltraitances, a-t-elle précisé.
La même responsable a ajouté que
"17 enfants et adolescents ont été vic-
times d'homicides volontaires et 157
autres ont été victimes de détourne-
ment". Sur les 4.612 enfants et adoles-
cents victimes de violences, 1.620 sont
âgés entre 16 et 18 ans, alors que 1.502
autres sont âgés entre 13 et 16 ans et
848 enfants victimes ont moins de 10
ans, a-t-elle ajouté. M me Messaoudène a
fait remarquer que ce nombre de vic-
times enregistrées représente les cas
déclarés, affirmant que plusieurs autres
enfants "souffrent en silence".
La même responsable a insisté sur
le rôle du citoyen dans la dénonciation
de la violence à l'égard des enfants,
soulignant que l'acte de dénoncer de
tels agissements contribuera aux efforts
de lutte contre ce phénomène.
le
ministère
brésilien
de
de
l’Elevage
et
de
à mission produits nisée Composée par délégation entre ment l’Agriculture, l’Approvisionnement, une au une brésilienne prises homologues
effectuera
visite
Alger
du
27
novembre
1er
décembre
et 2010.
effet,
rencontre
d’affaires
algéro-
regroupant
les
entre-
Plus de 4.600 enfants ont été vic-
times de différentes formes de vio-
lences en 2010 à l'échelle nationale,
selon des données fournies par les ser-
vices de la police judiciaire.
brésiliennes
avec
leurs
algériennes
sera
orga-
le
29
novembre
2010.
de
11
entreprises,
les
représentés
dans
cette
sont
les
viandes
le encadrée et cet produits
base
de
viandes,
les
produits
lai-
Vendredi 19 - Samedi 20 Novembre 2010
tiers,
les
produits
frais,
le
café,
le
riz,
les
épices,
le
soja,
son
et
l’huile
de
soja,
les
cordes
fils
de
sisal
et
les
d’artisanat
de
sisal
naturel.

Nation

3

EL MOUDJAHID

PROGRAMME PRÉSIDENTIEL

Après-pétrole et développement durable

L’ Algérie continue de consentir des efforts gigantesques et conduit tous ses projets dan la sérénité, la

paix et la stabilité retrouvée. Le Président s’est engagé fermement à rééditer des pro- grammes d’investissements conséquents pour réaliser tous les objectifs tracés dans le programme global du redressement national et de faire bénéficier l’Algérien du dévelop- pement et de lui permettre d’accéder à l'eau, aux réseaux d'assainissement, à l'éner- gie, et aux infrastructures, en priorité cela s’entend. Cela reste un des objectifs majeurs du quinquennat. Pour 2010/2014, toutes les conditions sont réunies pour réhabiliter le potentiel économique et industriel national à travers la mise en œuvre d’une politique de densification et de diversification du réseau industriel national et de la relance du secteur économique. Le pays qui a tiré les enseigne- ments de la crise internationale s’inscrit d’ores et déjà dans l’après- pétrole et s’in- génie à mettre le cap sur la production de la richesse et l’emploi. L'Etat s’atelle à mettre à profit la conjoncture favorable et les potentialités nationales pour prendre sereinement la voie du développement durable. Au-delà de cet effort colossal qui sera consenti dans le développement national, l’Etat marque une présence soutenue pour enrayer tous les fléaux qui entravent le développement et l’épanouissement de la société. L’effort concernera la mise en route de nouveaux mécanismes devant booster en permanence la politique de démocratisation par l’appro-

fondissement des réformes visant à mettre en adéquation les missions assignées au ser- vice public de l’Etat et les moyens mobilisés à cet effet. Le Chef de l’Etat avait rappelé :

« Il est important de poursuivre et d'intensi- fier la lutte contre les pratiques du favoritis- me et les passe-droits, sources de frustration et de découragement, et contre la corruption dont les effets contribuent à saper gravement le sens et le goût de l'effort. L'action de modernisation de l'adminis- tration publique devra permettre une effica- cité accrue de la fonction de contrôle à tous les échelons. La facilitation des recours des usagers, comme leur suivi systématique et mieux organisé, devront concourir à cette plus grande efficience dans la lutte contre les déviations ». C’est dire toute l’efficacité de la démarche empruntée par le Chef de l’Etat, animé d’une détermination sans pareille, de sortir le pays de la crise dans laquelle il s’est engouffré au gré d’une conjoncture défavo- rable ayant rendu possibles toutes les dérives. En dépit de la complexité de la situation, toutes les actions engagées ont pu aboutir pour que tout rentre dans l’ordre et voir le pays se consacrer à sa reconstruction tous azimuts. L’investissement public injecté dans la remise en marche de la machine du dévelop- pement a créé une dynamique sans précé- dent. L’Algérie moderne est en perpétuelle consolidation. S. Lamari

moderne est en perpétuelle consolidation. S. Lamari “Les vertus du dialogue social” D' aucuns parmi les

“Les vertus du dialogue social”

D' aucuns parmi les plus sceptiques et les éternels mécontents critiquent le plan d'action mis en œuvre par le

gouvernement pour l'application du pro- gramme de développement du Président de la République en mettant en avant le gas- pillage de faramineuses enveloppes ou enco- re en dénonçant le dernier recadrage juri- dique opéré par le gouvernement pour proté- ger l'économie nationale tout en favorisant l'éclosion d'un véritable partenariat où la partie algérienne serait gagnante en matière

de savoir-faire et de transfert technologique, leurs désidérata se conformant, se confon- dant même avec ceux de ces pseudo parte- naires qui aiment se pavaner et parader en terrain conquis en imposant et leurs règles et leur conduite du jeu. Oui, l'Algérie aurait pu selon leurs vœux devenir un pays morcelé économiquement, des pavillons étrangers flottant ça et là au dessus de résidences, d'usines, de ranchs mêmes, fermés et bien ceints pour se protéger des « étrangers » en leur propre pays, oui l'Algérie aurait pu opé-

rer des coupes drastiques en matière de transferts sociaux, supprimer même sa poli- tique sociale et, économiser par-là bien de « faramineuses enveloppes». Des enveloppes qui ont servi justement à loger décemment des dizaines de milliers de familles, à donner une chance à tous les enfants d'Algérie, filles et garçons, pour avoir une place à l'école, au collège, au lycée, à l'université ou au niveau d'un centre de formation professionnelle. Des enve- loppes qui ont permis à l'Algérie d'enregis-

Les libertés fondamentales et l’Etat de droit

La démocratie confortée

L’ Algérie engrange un autre bon point en matière de res-

mentaire en crédit sur l’échiquier mondial que lui pro-

cure l’effort consenti, ces dernières années, dans la promotion du droit au développement en général et des droits de l’homme en particulier. Le classement parmi les meilleurs pays ayant opéré des avan- cées notoires en matière de développement humain est d’autant plus mérité qu’il est doublé d’améliorations substantielles dans le renforcement du processus de consolidation des libertés démo- cratiques. Le saut qualitatif à l’actif de l’Algérie des réformes est d’au- tant plus précieux que la communauté internationale lui voue respect et considération. C’est qu’en Algérie dont l’option démo- cratique est irréversible, les droits de l’homme et partant toutes les libertés individuelles et collectives, sans exclusion aucune, sont entourés de l’attention soutenue du Président de la République, et requièrent l’intérêt particulier et du gouverne- ment et l’attachement des citoyens. Au-delà donc de la volonté politique déterminée de porter au plus haut niveau le respect des libertés, les valeurs véhiculées par les préceptes de notre religion, consacrent la tolérance et le respect de l’autre. C’est dire que démocratie et religion musulmane ne sont pas antinomiques. Aussi, en Algérie, l’existence de minorités reli- gieuses, n’a jamais posé de problèmes. Les thèses contraires, soutenues par certaines ONG et leurs relais internes, et portant sur un prétendu traitement particulier de ces minorités, sont à inscrire au registre «de fonds de com-

pect des libertés fondamentales. C’est un gain supplé-

merce» et de la surenchère visant à nuire au pays et à sa crédi- bilité. Ces tentatives répétées à dessein sont d’ailleurs vouées à l’échec. Comme le montrent si bien les constats, on ne peut plus fiables, établis par les institutions internationales. Et ce n’est pas par complaisance que le Département d'Etat relève dans son rapport annuel sur les libertés religieuses que «les statuts du respect des libertés religieuses s'étaient améliorés en Algérie en 2010 et que des changements positifs avaient été enregistrés dans le traitement des minorités religieuses. » C’est dans ce contexte que le département d'Etat affirme, à juste titre, que la Constitution algérienne prévoit la liberté de croyance et d'opinion et permet aux citoyens de créer des insti- tutions dont les objectifs comprennent la protection des libertés fondamentales du citoyen, la secrétaire d'Etat américain, Hillary Clinton, qui a présenté ce document n’occulte pas que «la Constitution algérienne proclame que l'islam est la religion d'Etat, mais que d'autres lois et règlements permettent aux non- musulmans la liberté de pratiquer leur religion dans la mesure où elle est en harmonie avec l'ordre public, la moralité et le res- pect des droits et des libertés fondamentales d'autrui, tout en précisant qu'en général, la société algérienne tolère les étrangers qui pratiquent d'autres religions que l’islam». En mettant en œuvre des réformes profondes, le Président de la République n’a pas caché sa ferme détermination à promouvoir les libertés indi- viduelles et collectives et les droits de l’homme en général consa- crés par la loi fondamentale et ciblés aussi en priorités dans le programme présidentiel. S. Lamari

trer des avancées notables en matière de développement humain, dépassant même les objectifs du millénaire arrêtés par les Nations unies. C'est que le programme de développe- ment du Président de la République fait du développement humain son cheval de bataille, le centrant sur et autour de l'élément humain. Un programme de développement qui trouve son prolongement et le cadre idoine pour son épanouissement et son application dans le cadre justement du dialogue social. Et sur ce plan-là l'expérience algérienne est longuement méditée sur le plan internatio- nal. Faire asseoir autour d'une même table les partenaires socio-économiques et le gou- vernement et aboutir à un consensus autant pour la question des salaires que celle de la vision économique n'est pas chose aisée, encore moins, arriver à la conclusion d'un pacte économique et social comme celui conclu en octobre 2006 entre le gouverne- ment et les partenaires sociaux C'est dire que les vertus du dialogue quand il est empreint de franchise, de res- ponsabilité et de patriotisme, sont tout sim- plement facteurs de cohésion, de respect mutuel et surtout de paix sociale, de stabili- té et de croissance économique qui ne peu- vent en finalité qu'influer positivement sur le bien être social. A cet égard, la tripartite, réunissant le gouvernement, l'UGTA et le patronat, qui a succédé à la bipartite s'inscrit dans cette dynamique de dialogue responsable qui passe en revue tous les aspects de la vie socio-économique du pays. L'Algérie qui appelle constamment à la refonte du système financier international donne localement un aperçu de sa vision, un système qui serait autant efficace que porté sur une réelle justice sociale. L'émergence que vise l'Algérie ne concerne pas seulement l'aspect économique mais également et sur- tout l'aspect humain. A. M. A.

Vendredi 19 - Samedi 20 Novembre 2010

Coopération

4

EL MOUDJAHID

309 e session du Conseil d’administration du BIT à Genève

Le dialogue social, socle du développement

P articipant mercredi dernier à Genève à la 309 e session du conseil d'administra- tion du Bureau international du travail

(BIT) M. Tayeb Louh, ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, est revenu longuement sur l’expérience algérienne, (qui suscite par ailleurs un intérêt croissant de la part de nombreux décideurs dans différents pays aussi bien africains qu’européens,) en matière de développement économique et social inscrivant le dialogue social comme élément structurant pour « la préservation de la paix sociale et la création d'un climat favo- rable à la croissance économique, au dévelop- pement et au bien-être social". On sait tous et nul ne conteste aujourd’hui la justesse de cette vision à laquelle se sont ralliés même les sceptiques d’alors, que l’un des volets de cet ingénieux triptyque conçu par le Président de la République pour « répa- rer » le tissu social était justement la paix civi- le, condition sine qua non pour un épanouis-

sement moral et matériel de l’Algérien. Un épanouissement dont la voie passe nécessaire- ment par le dialogue social. En matière d’em- ploi des milliers de conventions et d’accords collectifs ont été signés dans le secteur indus- triel fruit d’un dialogue, jamais interrompu, jamais bloqué entre ces trois forces qui font la dynamique sociale : le patronat, le syndicat et le gouvernement : 12 bipartites (gouverne- ment-UGTA) et 13 tripartites (gouverne- ment-UGTA-patronat), ont été à ce jour, tenues a indiqué Tayeb Louh à Genève. Pierre d’achoppement de ce dialogue : le pacte économique et social passé il y a de cela

quatre ans entre le gouvernement et les par- tenaires économiques et sociaux dont l’objec- tif central est de promouvoir une économie diversifiée hors hydrocarbures, créatrice de richesses et d'emplois. Grâce, en partie, à la création d'un fonds de régulation des recettes des exportations hydrocarbures les réserves de change ont atteint 147,2 milliards de dol- lars à fin 2009 et on sait aujourd’hui qu’elles ont atteint 150 milliards de dollars à fin août de cette année ! Une gestion intelligente et prudente des deniers de l’Etat qui ne succom- be pas aux appels des « cigales » et permet de régler par anticipation la dette extérieure et surtout de lancer des programmes écono- miques et sociaux d’une telle envergure que même des institutions onusiennes saluent en inscrivant désormais l’Algérie parmi les pays émergents avec des indicateurs de développe- ment humain de haut niveaux ! La croissance économique hors hydrocar- bures en Algérie a atteint 6% par an entre 2005 et 2008 pour passer à 9,3% en 2009, avec un recul du taux de chômage qui a chuté de 15,3% en 2005 à 10,2 en 2009. A titre de comparaison, le Bureau International du Travail ( BIT) indique que les taux de chôma- ge des pays du G20 varient de 5 à 25% avec un taux médian de 7,8%. En 2010, le chô- mage a augmenté dans dix pays du G20 par rapport à 2009. Les pays de l’hémisphère Nord devront créer environ 21 millions d'em- plois chaque année au cours des dix pro- chaines années - soit à peu près la moitié des 44 millions nécessaires à l'échelle mondiale. De sombres perspectives « ailleurs » que

Marché monétaire

Hausse de 47 milliards de dinars de l’offre de fonds prêtables à fin octobre 2010

L e rapport de la Banque d’Algérie pour le cinquième bimestre (septembre- octobre) de l’année 2010 indique que

l’institution a continué sur sa démarche par une reprise de liquidité multilatérale par voie d’appels d’offres. Ainsi, le volume des absorp- tions effectuées par la Banque d’Algérie à échéances de 7 jours et 3 mois pour la période citée s’élèvent à 1 100 milliards de dinars. Par ailleurs, les données arrêtées à fin octobre révèlent que les banques ont placé au titre de la facilité de dépôt rémunéré un montant de 747 milliards de dinars. Le rapport souligne, d’autre part, une hausse de 47,280 milliards de dinars de l’offre de fonds prêtables placée sur le marché interbancaire pour passer de 5,370 milliards de dinars à 52,650 milliards de dinars. L’encours des valeurs du trésor émises par voie d’adjudication sur le marché moné- taire à fin octobre 2010 est de l’ordre de 510 milliards de dinars. Sur un autre registre, le taux d’intérêt moyen pondéré des opérations à terme du marché monétaire interbancaire a grimpé de 3,71962 % à fin septembre 2010 à 4,79834 % à fin octobre 2010 pour des matu- rités allant jusqu'à 720 jours. Concernant les taux des reprises de liquidités effectuées par la Banque d’Algérie, ces derniers sont fixés à 0,75% pour la maturité de 7 jours et 1,25% pour la maturité de 3 mois alors que le taux d’intérêt de la facilité de dépôt à 24 heures est fixé à 0,30 %. Est-il utile de rappeler que le rapport de la Banque d’Algérie pour le second semestre de l’année 2009 indique que l’excès

de l’offre de fonds prêtables sur le marché monétaire interbancaire est demeuré impor- tant et que, par conséquent, la Banque d’Algérie a maintenu le processus d’absorp- tion des liquidités excédentaires. Ainsi, 1100 milliards de dinars ont été repris tout au long de l’année 2009 alors que les banques, à leurs initiatives, ont placé à 24 heures à la Banque d’Algérie, en facilité marginale de dépôts, le complément de liquidité dépassant le niveau des réserves obligatoires réglementaires. Ce complément, qui était de 1400,4 milliards de dinars à fin 2008, a atteint 1022,1 milliards de dinars à fin 2009. A souligner que, la Banque d'Algérie a poursuivi sa politique de résorp- tion de l'excès de liquidité des banques par la technique de reprises de liquidité (à 7 jours et à 3 mois) et la facilité de dépôts rémunérés. Parallèlement, les taux d'intervention de la Banque d'Algérie ont été révisés à la baisse début mars 2009, soit 1,25 % contre 2 % pour les reprises de liquidité à trois mois, 0,75 % contre 1,25 % pour les reprises à 7 jours et 0,30 % contre 0,75 % pour la facilité de dépôts rémunérés. A la mi-mars 2009, le taux d'inté- rêt pour les réserves obligatoires a été de 0,50

% (0,75 % auparavant). A la faveur de ces

mesures, le taux de la rémunération moyenne pondérée des reprises de liquidité est passée de 1,437 % à fin décembre 2008 à 0,875 % à

dès le mois de mai 2009, le taux de constitu- tion des réserves obligatoires ayant stagné à 8

% depuis janvier 2008. D. Akila

ayant stagné à 8 % depuis janvier 2008. D. Akila les pouvoirs politiques au plus haut

les pouvoirs politiques au plus haut sommet de l’Etat en Algérie entendent bloquer hors de nos frontières en reconduisant le pacte éco- nomique et social, pour accompagner le pro- gramme d'investissements publics dont plus de la moitié de ses 286 milliards de dollars est destinée à l'amélioration des conditions de vie du citoyen à travers notamment la création de 3 millions d'emplois et la réalisation d'un million de logements…. sans compter la reva- lorisation à deux reprises du SNMG, l'aug- mentation des salaires des travailleurs de la fonction publique et ceux des travailleurs du

secteur économique public et privé. Terminons enfin en rappelant que le Conseil d'administration auquel a participé notre ministre est l'organe exécutif du Bureau international du travail. Il se réunit trois fois par an, en mars, en juin et en novembre et prend des décisions concernant la politique du BIT, fixe l'ordre du jour de la Conférence internationale du travail, adopte le programme et le budget de l'Organisation avant sa sou- mission à la Conférence, et élit le directeur général.

M. Koursi

Importations de pièces de rechange automobiles

Une augmentation de 1.190 tonnes par rapport à 2009

L’ importation de la pièce automobi- le contrefaite ne connaît pas de répit même si le commerce de

celle-ci, est strictement interdit, depuis novembre 2009. Cette loi, en fait, qui sou- met l’introduction des équipements, acces- soires et autres parties de véhicules à des certificats d’homologation du constructeur automobile lui-même ne parvient pas à lut- ter contre ce fléau enraciné, en dépit du danger qu’il représente pour la sécurité des automobilistes. Le marché algérien conti- nue à faire face à la circulation de la pièce « Taiwan » qui inonde les magasins spé- cialisés dans la vente des articles automo- biles. En effet, la rareté des automobiles de certaines marques, conjuguée plus ou moins aux prix modérés de celles-ci, font, aujourd’hui, que la demande sur ces articles ne semble pas connaître de résistance ou de fléchissement même après les dernières mesures prises par les pouvoirs publics pour la régulation de ce type de commerce. Le rapport du ministère du Commerce, pour le 1 er semestre 2010 fait état d’une hausse de 1.190 tonnes de pièces automo- biles non conformes, par rapport à l’année 2009 où l’on a enregistré l’introduction sur le marché national de 2500 tonnes, pour une valeur de plus de 10 millions de dollars. Les mesures drastiques adoptées, en fait, par le ministère du Commerce, pour l’’in- terdiction d’importation des pièces qui ne sont pas fabriquées par des équipementiers

automobiles ou dans le meilleur des cas, l’imposition à l’importateur d’un certifi- cat de conformité pour les pièces fabriquées sous licence, se heurte à la réalité du ter- rain. Les statistiques de la tutelle relèvent, pour la même période 4.390 infractions, dont 275 soldées par la sanction des com- merçants qui écoulent ces pièces. Aujourd’hui, le marché de la pièce de rechange est principalement alimenté par des produits d’origine asiatique. Il faut dire aussi que la pièce de rechange automo- bile chinoise, chez nous, figure au point culminant de la pyramide des pays d’im- portation. La situation est dramatique d’au- tant plus que la contrefaçon qui touche 25 à 30% des articles commercialisés, concer- ne un secteur vital en rapport direct avec les automobilistes, de plus en plus exposés, à des dangers mortels au regard de l’utilisa- tion de pièces automobiles qui ne répon- dent pas forcément aux standards interna- tionaux, aussi bien en termes de qualité mais également de sécurité. Le phéno- mène de la contrefaçon qui a touché tous les secteurs, y compris ceux considérés comme sensibles, à l’image des médica- ments, n’épargne pas chez nous le domaine de la pièce de rechange automobile, marché florissant, en raison du développement du parc automobile mais également la vétusté de ce dernier, sachant que la moyenne d’âge de celui-ci dépasse les quinze ans. Samia D.

En présence d’experts étrangers

Journées internationales sur les Risques industriels à Oran

O rganisées par L’université d’Oran en collaboration

et développement technologique du ministère de

l’Enseignement supérieur et la Recherche scientifique, les deuxièmes journées internationales sur les Risques industriels, technologiques et impact sur l’environnement qui se sont clô- turées hier à l’ENSET ont été marquées par de nombreuses communications de pointe dont certaines ont abordé la problé- matique de ce genre de risques au sein des agglomérations. Le docteur Youcef Khatir, professeur associé au laboratoi- re de recherche sur les Risques industriels et technologiques (RITE) de l’université d’Oran a, d’ailleurs, présenté une com- munication sur "le Transport des matières dangereuses (TMD) par route en agglomération oranaise". L’activité industrielle nécessite un approvisionnement permanent en matière (solide, liquide ou gaz). Si certaines règles de base ne sont pas respec-

avec la direction générale de la recherche scientifique

tées, l’accident peut survenir et provoquer des dommages dont les conséquences sur l’homme voire même l’écosystème peuvent être graves. Un camion-citerne transportant des matières chimiques, traversant des zones urbaines à forte den- sité et partageant la route avec des automobilistes représente, malgré la vigilance du routier, une menace potentielle. C’est ce scenario qui a constitué la trame de nombreuses interven- tions à l’instar de "réduction des vulnérabilités industrielles face aux menaces asymétriques externes", présentée par P. Coher de l’Institut français des risques et environnement (IFRE). La «science des dangers», la «réduction des vulnérabilités industrielles internes face aux menaces asymétriques externes», «la notion de risque appliquée au domaine de l’en- treprise», «l’élaboration d’une politique de prévention des accidents majeurs par le futur exploitant, une exigence du droit

de l’Union européenne», «la politique de gestion des risques et des crises en Algérie», «le risque environnemental, approches de gestion et de prévention», ont été quelques uns des thèmes abordés durant ces deux journées. L’objectif des initiateurs de ces journées marquées par la participation de nombreux experts étrangers est de permettre aux intervenants, dans ces circuits où le risque industriel guet- te en permanence, de partager leur expérience et de s’enrichir mutuellement des savoir-faire des uns et des autres. Pour rap- pel quatre axes ont été retenus : «les risques technologiques et l’aménagement des territoires», «les risques technologiques et l’empreinte écologique», «les risques technologiques et les outils de sûreté de fonctionnement» et enfin, «les risques tech- nologiques et la santé publique». M. Koursi

Coopération

5

EL MOUDJAHID

Présenté par Hillary Clinton, le rapport mondial annuel du Département d’Etat US relève

“Amélioration du respect des libertés religieuses en Algérie”

du respect des libertés religieuses en Algérie” L e département d'Etat a souligné que les statuts

L e département d'Etat a souligné que les statuts du respect des libertés religieuses s'étaient améliorés en Algérie en 2010 et que des changements positifs

avaient été enregistrés dans le traitement des minorités religieuses. Dans son rapport mondial annuel sur les libertés

religieuses, le département d'Etat souligne tout d'abord que

la Constitution algérienne prévoit la liberté de croyance et

d'opinion et permet aux citoyens de créer des institutions dont les objectifs comprennent la protection des libertés fondamentales du citoyen. Présenté mercredi par la secrétaire d'Etat américaine,

M

me Hillary Clinton, au cours d'une conférence de presse,

ce

rapport mondial note dans sa partie consacrée à l'Algérie

que la Constitution algérienne proclame que l'islam est la religion d'Etat, mais que d'autres lois et règlements permettent aux non-musulmans la liberté de pratiquer leur religion dans la mesure où elle est en harmonie avec l'ordre

public, la moralité et le respect des droits et des libertés fondamentales d'autrui, tout en précisant qu'en général, la société algérienne tolère les étrangers qui pratiquent d'autres religions que l'islam. Abordant les changements positifs apportés dans le traitement des minorités religieuses, le document indique que le gouvernement algérien accorde une attention accrue aux préoccupations des groupes chrétiens, dont l'organisation de colloques sur les cultes religieux.

Il affirme également que les dirigeants politiques et

religieux algériens critiquent publiquement les actes de violence commis au nom de l'islam.

A Alger, poursuit-il, les services religieux chrétiens sont

fréquentés principalement par les membres de la communauté diplomatique et les résidents étrangers venant notamment des pays occidentaux et de l'Afrique subsaharienne. Citant les dignitaires chrétiens vivant en Algérie, le rapport souligne que ces derniers affirment avoir de meilleures relations avec le gouvernement algérien, ajoutant que plusieurs dirigeants des églises en Algérie reconnaissent avoir reçu l'aide du ministère algérien des Affaires religieuses pour les procédures de demandes d'enregistrement des groupes religieux non-musulmans en vertu des lois en vigueur. Sur ce point, le département d'Etat souligne que la commission algérienne des services religieux non-musulmans, qui est l'entité gouvernementale chargée de réglementer le processus d'inscription de cette catégorie de groupes, a reçu douze demandes d'accréditation de groupes de différentes confessions protestantes. Par ailleurs, le rapport indique que la conversion n'est pas illégale au regard du droit civil et l'apostasie n'est pas une infraction pénale, ajoutant que le gouvernement algérien autorise les groupes de missionnaires à mener des activités humanitaires à condition qu'ils ne s'adonnent pas au prosélytisme. En outre, rapporte-t-il, les textes religieux non islamiques et les cassettes vidéo y afférentes sont disponibles en Algérie, précisant qu'Alger compte des magasins autorisés à vendre des bibles en plusieurs langues (arabe, français et berbère) et que les chaînes de Radio publiques continuent à diffuser les services religieux de Noël et de Pâques en français. Le département d'Etat indique que les ministères algériens respectivement des Affaires étrangères et des Affaires religieuses avaient organisé en février dernier à Alger un colloque intitulé "Le culte religieux : un droit garanti par la religion et par la loi", où des représentants des groupes religieux chrétiens et des chefs religieux catholiques et protestants américains et français y avaient participé.

Lutte contre le terrorisme

LesEtats-Unisveulent approfondir leursrelationsavecl'Algérie

L es Etats-Unis souhai- tent "approfondir" leurs relations avec

l'Algérie dans la lutte contre

le terrorisme car ce sont des relations "absolument essentielles'', a affirmé le coordonnateur de la lutte antiterroriste au Département d'Etat améri- cain, M. Daniel Benjamin. M. Benjamin a tenu ces propos lors d'une conféren-

ce

de

presse organisée par

le

Département d'Etat à

Washington dans laquelle il

a expliqué la politique

américaine de lutte contre le terrorisme et présenté ses

points de vue sur certains aspects de ce fléau. Interrogé par l'APS sur

l'état de la coopération entre

les Etats-Unis et l'Algérie

dans la lutte contre le terro- risme suite notamment à sa visite en juillet dernier à Alger, M. Benjamin a, tout d'abord, souligné qu'il avait

eu une "excellente visite en Algérie''.

Dans ce sens, il a affirmé qu'il ''apprécie fortement le travail accompli par les res- ponsables algériens du contre-terrorisme et les forces de l'ordre'', ajoutant que les Etats-Unis considè- rent cette coopération ''comme une relation abso- lument essentielle''. ''L'Algérie a une grande volonté politique de lutter contre le terrorisme et une grande expérience que nous voulons tous acquérir'', a souligné le responsable américain.

A cet effet, a-t-il soute-

nu, les Etats-Unis ''cher-

chent à approfondir cette relation afin que nous puis- sions faire face aux menaces communes. Je crois que cela a été un engagement très positif que nous souhaitons approfon-

dir dans les années à venir'',

a-t-il dit. Par ailleurs, dans les observations préliminaires qu'il a formulées avant de répondre aux questions des journalistes, M. Benjamin a largement abordé la ques- tion de versement des ran-

çons aux groupes terroristes

au sujet de laquelle il a sou- ligné que ''l'Algérie, le Royaume-Uni et les Etats-

Unis sont parmi les quelques gouvernements qui refusent de payer une rançon pour les otages''. Sur ce point, il a cité le cas de l'Afrique, notam- ment la région du Sahel où, a-t-il indiqué, le groupe ter- roriste "Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) fait preuve de rési- lience et d'aptitude à mobi- liser des ressources finan-

cières substantielles grâce

aux rançons versées''. A ce propos, il a fait

savoir que ''les Etats-Unis disposent d'un vaste pro- gramme multinational de renforcement des capacités dans le partenariat antiter- roriste dans la région trans- saharienne, auquel nous consacrons jusqu'à 150 mil- lions de dollars par an''. Pour lui, ''le recours de l'AQMI aux enlèvements contre rançon pour assurer sa survie souligne l'urgence de couper cette source de financement'', tout en esti- mant que ''quelque chose doit être fait pour aider les pays comme le Mali, la Mauritanie et d'autres dans la région''. Sur ce dernier point, il a précise qu'''obtenir un large accord sur une politique sans concessions des gou- vernements des pays riches serait un très bon commen- cement'' pour mener à bien cette politique. Faisant une allusion clai- re à certains pays européens qui continuent à payer les rançons demandées par les

terroristes, le chef améri- cain de la lutte contre le terrorisme a souligné que, certes, le non paiement de rançons a des ''coûts réels'' sur le plan des pertes humaines. ''Les terroristes peuvent tuer des otages, mais au fil du temps, a-t-il insisté, s'ils voient que les pays ne paient pas de rançons, la fréquence des enlèvements de leurs ressortissants dimi- nuera''. Interrogé par un journa- liste si la position et les arguments des Etats-Unis contre le versement de ran- çons pourraient convaincre d'autres pays d'adopter la même position, M.

d'autres pays d'adopter la même position, M. Benjamin a rappelé que ''la zone d'activité de

Benjamin a rappelé que ''la zone d'activité de l'AQMI se situait, tout au début, le long du littoral algérien. Grâce au travail très effica- ce des autorités algériennes, ses opérations ont large- ment décliné dans cette zone'', a-t-il constaté. En conséquence, a-t-il ajouté, l'AQMI a envoyé un certain nombre de ses élé- ments au Sahel, où il a enrôlé quelques recrues de cette région et ces éléments commettent des enlève- ments contre rançon, "en activant soit individuelle- ment en s'emparant d'otages eux-mêmes, ou en travaillant avec des groupes criminels qui enlèvent des personnes contre de l'ar- gent''. ''Je pense qu'il est juste de dire que le versement de rançons constitue la pre- mière source de revenus pour l'AQMI. Et c'est cela qui lui permet de se main-

avec des rançons

tenir (

de plusieurs millions de dollars qui sont versés ( Cela est profondément, pro- fondément inquiétant'', a souligné le responsable américain. Il a estimé que ''si de réels progrès ont été réali- sés pour faire tarir les res- sources financières des ter- roristes à travers le monde'' par la fermeture de comptes bancaires et le contrôle des transactions financières internationales, ''les rançons sont différen- tes'' des autres sources de financements. ''C'est, donc, un véritable problème ( )

)

et nous sommes profondé- ment préoccupés par cela'', a-t-il déclaré. Il a, ainsi, réitéré que ''les Etats-Unis sont conscients qu'il était diffi- cile pour des pays d'adopter et accepter cette politique de non versement de ran- çon. "C'est une position très, très difficile. Mais je pense qu'il est clair que lorsque vous payez une rançon, vous pouvez alors vous attendre que deux ou trois autres ressortissants seront probablement enlevés plus tard, étant donné l'efficaci- té de la tactique'', a-t-il rele-

vé. Le patron américain du contre-terrorisme a soutenu, à cet égard, que sur la poli- tique de non versement de rançon, ''l'Algérie, en parti- culier, a été très franche sur ce point, et je pense que nous ferions bien tous de tenir compte de son messa- ge''. Questionné par un autre journaliste si l'escalade militaire marocaine contre les camps sahraouis allait avoir des répercussions en terme de terrorisme dans cette région, M. Benjamin a considéré que ''si les Etats- Unis sont préoccupés qu'El Qaïda au Maghreb puisse étendre ses opérations, fran- chement, a-t-il affirmé, nous ne pensons pas que cette expansion atteindrait cette région du Maghreb'', ajoutant qu'il n'y a ''aucune preuve'' sur cette éventuali- té.

Journée sur les opportunités d’investissement en Algérie le 8 décembre à Londres

U n journée consacrée

opportunités d’in-

vestissements dans le mar- ché algérien, sera organisée le 8 décembre prochain à Londres par la Middle East Association (MEA), a-t-on appris jeudi auprès de cet organisme. Cette journée aura lieu en prévision de la prochaine mission commer- ciale britannique qui se rendra en Algérie, du 22 au 25 janvier 2011, précise la même source. La MEA a élaboré un

à l’examen des

riche programme pour cette journée avec des communi- cations telles que "la nou- velle loi d'investissement et les ramifications des affaires", "Aperçu sur l'Algérie à partir d'un point de vue éclairé", "Pétrole, gaz et appels d'offres:

Conseils sur les offres gagnantes" et "l'Algérie comme un partenaire com- mercial au fil des ans", qui seront assurées par des experts. La réunion permettra aux entreprises partici- pantes de mieux connaître

les possibilités offertes par le marché algérien et de mieux aborder ce marché. Selon la MEA, près de soixante compagnies bri- tanniques ont exprimé leur souhait de faire partie de la délégation commerciale britannique qui se déplace- ra en Algérie en janvier, ce qui dénote l’importance du marché algérien pour les compagnies britanniques, souligne cet organisme rap- pelant que c’est la deuxiè- me fois qu'il organise une mission commerciale en Algérie.

M. Yousfi reçoit l'ambassadrice d'Autriche

Le ministre de l'Energie et des Mines, M. Youcef Yousfi, a reçu jeudi l'ambassadrice d'Autriche à Alger, M me Aloisia W. Worgetter, a indiqué un communiqué du ministère. Les entretiens entre les deux parties ont, notamment, porté sur "le développement des pos- sibilités de coopération entre l'Algérie et l'Autriche dans le domaine énergétique, en parti- culier dans les énergies nou- velles et renouvelables", a pré- cisé la même source. Agences

Nation

7

EL MOUDJAHID

Développement

Sidi Makhlouf (Laghouat) retrousse ses manches

Plusieurs projets de développe- ment ont été retenus pour les régions rurales de la commune de Sidi Makhlouf dans la wilaya de Laghouat, au titre des différents programmes de développement, a-t-on appris auprès des responsables de cette collectivité locale. Entrant dans le cadre de l'amélio- ration du cadre de vie de la population et de la promotion de l'activité agrico- le, les opérations projetées portent sur

l'électrification rurale, sur une dizaine de kilomètre, de la région de Regs, dont une tranche de 6 km a été déjà réalisée, dans l'attente du lancement d'un projet similaire dans la région de "Trig El Merhma", a-t-on indiqué.

Les zones de Dayet El Djell et El

Fesfsa ont également bénéficié, au titre de l'exercice 2010, d'une opéra-

tion d'électrification rurale sur 5 km et d'une extension de 5 km pour l'exerci- ce 2011. Concernant le programme de dis- tribution de kits solaires, la commune de Sidi Makhlouf se verra octroyer 28 unités sur un total de 250 unités rete- nues en faveur de la wilaya de laghouat, outre l'ouverture de pistes d'accès dans les régions enclavées, notamment la région d'El-ghel, connue par ses rudes cahoteux. Dans le domaine du transport sco- laire, les élèves des régions rurales de " Ben Yeffou", "Bakheddache" et "El- Fesfsa" bénéficieront, à compter du début 2011, d'un bus en vue de remé- dier au déficit accusé en la matière, a ajouté la même source. Livrable au cours du premier semestre de 2011, la réalisation d'un demi pensionnat, pour un coût de près de 7 millions DA, au lycée "Djeridan Lazhari", actuellemnt à 30% d'avan- cement, se poursuit activement, a-t-on signalé de même source.

En parallèle, il est prévu la récep-

tion, avant la fin du premier trimestre de 2011, d'une tranche de 20 loge- ments sociaux et 9 logements de fonc- tion relevant du secteur de l'éduca- tion, inscrits au titre d'un programme de 442 unités destinées à la prise en charge sociale des enseignants. Quant aux opérations d'aménage- ment urbain, elles ont ciblé plusieurs cités de la commune de Sidi Makhlouf, à l'exemple de celles des "Hadayek" (Jardins), et la réalisation

d'espaces verts au chef-lieu de la ville.

A ces efforts d'aménagement

urbain, viennent se greffer la réalisa- tion d'une berge de protection au Sud de la ville et le lancement de l'étude technique portant protection de la ville contre les inondations, ont fait savoir les mêmes responsables.

Constantine

Mettre fin au diktat des promoteurs

L a gestion du volet du logement, l’un des dos- siers les plus brûlants à

Constantine, a fait l’actualité de la tournée marathon effectuée à travers le chef-lieu de la wilaya de Constantine. C’est ainsi que M. Noureddine Bedoui a obser- vé de longues haltes sur les sites du bidonville de Fedj Er-Rih, aux chalets préfabriqués d’El- Guemas, au lotissement anar- chique d’El-Djedour et au siège de la commission d’attribution de logement de daïra situé au niveau du secteur urbain de Sidi Mabrouk. “L’attribution de logement tous types confondus, affirmera à cet effet M. Noureddine Bedoui, passera par la commis- sion adhoc de daïra qui effec- tuera les procédures réglemen- taires et statuera sur l’ensemble des dossiers. L’objectif d’une telle mesure, souligne le wali est de réguler les attributions de logements, d’avoir une carte fiable des besoins en logements sociaux et de mettre enfin un

terme au diktat des promo- teurs”. Une mesure qui ne peut être

au diktat des promo- teurs”. Une mesure qui ne peut être que salutaire pour les souscrip-

que salutaire pour les souscrip- teurs potentiels du logement aidé à venir. Cela allègera certainement aussi le dossier du logement social dont la demande a atteint en 2010 pour Constantine seule- ment le nombre de 1498. A ce propos d’ailleurs le wali instrui- ra la commission de daïra à assainir les listes des demandes de logement social et de procé- der à l’informatisation du

fichier. Une telle décision a été déjà prise, rappelons-le, par le wali lors de la visite effectuée à la nouvelle ville Massinissa d’El-Khroub, il y a quelques jours et réitérée avec plus de précision et de rigueur. Cette décision qui sera médiatisée incessamment indiquera les nouvelles formalités à accom- plir pour postuler à un loge- ment.

C. C.

Draa Errich (Annaba)

Une nouvelle zone d’extension urbaine

Une nouvelle zone d’extension urbaine sera créée avant la fin de l’année près de la localité de Draa Errich, dans la daïra de Berrahal, wilaya d'Annaba, a-t-on appris à la Direction de l’urba- nisme et de la construction (DUC). Désigné dans le but d’apporter des "solutions urgentes au problème de l’indisponibilité du fon- cier", cet espace va permettre de dégager des assiettes foncières destinées à accueillir des pro- jets d’équipements publics collectifs, a-t-on pré- cisé. Il s’inscrit dans le cadre des nouvelles orien- tations en matière de développement territorial intégré, a-t-on ajouté à la DUC, rappelant qu’une douzaine de projets de développement inscrits entre 2000 et 2006 n’ont pas encore vu le jour faute de terrains devant les abriter. Le déficit en assiettes foncières est surtout

constaté dans les communes de Annaba, d’El Bouni et d’El Hadjar qui ont été intégrées dans un plan directeur d’aménagement urbain (PDAU) dans la perspective de trouver de nouvelles poches foncières susceptibles d’accueillir des nouveaux projets d’équipements publics ou

autres, indique-t-on. La prise en charge du pro- blème du foncier avait donné lieu à la création de quatre nouvelles zones d’extension urbaine en l’occurrence Chaiba (Sidi Amar), Bouzaroura et Boukhadra (El Bouni) et Dorban (Annaba). S’étendant sur une superficie totale de 430 hec- tares, ces zones font actuellement l’objet de tra- vaux d’aménagement consistant à les raccorder aux réseaux d’alimentation en eau potable, d’as- sainissement et du gaz de ville. Plus de 8.000 logements, toutes formules confondues, seront construits au niveau des seuls sites de Bouzaroura et Boukhadra 3, en plus de 41 projets d’équipements collectifs, a-t-on souligné, faisant également savoir que deux plans d’occu- pation du sol (POS), à Sidi Aïssa et à Zaafrania 2, dans la commune de Annaba, sont en cours d’étu- de pour un montant de 17 millions de dinars. Ces instruments d’urbanisme vont contribuer à la prise en charge d’une partie de la demande en terrains d’assiette destinés à accueillir des projets dans les domaines de l’immobilier et des équipe- ments collectifs, principalement, a-t-on signalé.

Oran

Vers la création d'un conseil consultatif du mouvement associatif

Un conseil consultatif du

mouvement associatif sera pro- chainement crée à Oran, a indi- qué jeudi le wali d'Oran à la faveur d'une rencontre avec les représentants de la société civile locale. Cet espace permettra l'ac- compagnement, l'encadrement et l'orientation des associations vers des programmes qui auront un impact positif sur la société en adéquation avec les exi- gences du développement durable, a expliqué le wali. Ce conseil aura en outre un rôle organisationnel en vue de structurer ces associations dont les actions souffrent du manque d'encadrement, de formation et d'accompagnement, a-t-il indi- qué. Le même responsable se pro- pose d'encourager ces associa- tions à devenir une force de proposition et de participation dans les actions de développe- ment et ce au bénéfice de la société . La désignation des membres du conseil consultatif de wilaya du mouvement asso- ciatif devrait être précédée par celles des conseils annexes appelés a être créés au niveau des communes et des daïras pour une meilleure et large représentativité de l'ensemble des acteurs du mouvement asso- ciatif, a-t-on ajouté. Cette ren- contre, marquée par la présence des représentants de plusieurs associations activant dans diffé- rents domaines dans la wilaya, a

vu la participation

de cher-

cheurs du centre de recherche en anthropologie sociale et cultu- relle d'Oran (CRASC). A cette occasion, M. Mustapha Medjahdi, chercheur au CRASC a animé une confé- rence sur les résultats d'enquête de terrain relatifs au mouvement associatif en Algérie et sa parti- cipation au développement.

Sétif
Sétif

Sétif sera dotée d'un nouveau grand pôle urbain sur le site de Chouf el Kedad : Ce projet qui a été examiné à l'issue du dernier conseil exécutif de wilaya, présidé par le wali, M. Abdelkader Zoukh consacré à l'habitat, à été l'une des informations principales dont a fait état, M. Abdelhafidh Ouali, le Directeur de l'urbanisme et de la construction, à l'issue du forum de la presse organisé par la cellule de la communication de la wilaya de Sétif. Cette décision qui vient en fait répondre à un souci d'extension de cette grande ville qui connaît déjà un phénomène de saturation exi- geant la création de nouveaux espaces fonctionnels dotés des équipements nécessaires et s'ins- crivant par la même dans le pro-

Un nouveau grand pôle urbain

283 hectares pour les programmes neufs

longement du tissu actuel, ne sont pas sans consolider la juste dimen- sion urbanistique de la cité de Aïn-Fouara et lui permettre de conserver son caractère spacieux et étoffé. Des éléments d'autant plus importants quand on sait que ce nouveau pôle urbain qui s'étale sur une superficie de plus de 280 hec- tares est destiné à accueillir quelques 6000 logements tous seg- ments confondus pour une popula- tion de près de 30 000 habitants, des équipements de proximité et une cité administrative comportant entre autres , le nouveau siège de la wilaya, les sièges de certaines directions de l'exécutif et celui de la sureté de wilaya. M. Abdelkader Zoukh, interve- nant à la lumière des différents paramètres exposés, fera état d'une

série de recommandations allant dans le sens de la meilleure implantation qui soit des projets programmés au titre du program- me 2010-2014 initié par le Président de la République et l'en- couragement d'une œuvre qualita- tive à la mesure des exigences de ce nouveau grand pôle urbain. Sur cet immense espace de 283 hectares qui constitue en fait une zone tampon on trouvera des espaces de détente pour les citoyens qui sont appelés à y élire domicile, avec tous les équipe- ments nécessaires, prendra égale- ment place la future grande mos- quée de Sétif qui nécessitera une trentaine d’hectares et constituera sans nul, sur ces hauteurs de la ville, un joyau mais aussi une structure qui de part son envergure,

a tant manqué dans cette grande

ville du pays. Dans ce contexte le wali qui qualifiera cet ensemble de mosquée nationale ne manquera pas d'insister sur la conception architecturale de haute dimension qui devra caractériser cette réalisa- tion et incarner jusqu’au dernier détail nos symboles et valeurs arabo- musulmanes. Ce nouveau pôle qui sera donc l'une des grandes réalisations du

programme 2010/2014 viendra par

ailleurs se fondre dans harmonieu-

se

jonction avec la cité médicale et

le

grand pôle sportif qui prennent

place sur le site d'El Bez, abritant actuellement le second pôle de l'université « Ferhat-Abbès». Une rencontre qui ne sera pas sans permettre au directeur de l'ur- banisme et de la construction de

dire les efforts consentis au titre du dernier quinquennal et souligner l'importance de l'enveloppe déga- gée au titre du programme 2010- 2014 soit 850 milliards de cen- times. Comme il se penchera sur plusieurs autres points important révélant l'existence de 47 PDAU pour les 60 communes, sur les- quels dira-t-il 42 ont été approuvés pour 43 communes. Il mettra à profit cette rencontre pour dire l'impact de la culture de la ville dans la réhabilitation des

cités , rappelant également la der-

nière décision du wali relative à la rénovation et la réhabilitation des 4 grandes entrées de la ville, cela dans un souci d'esthétique mais aussi sa dimension historique. F. Z.

Monde

9

EL MOUDJAHID

M onde 9 EL MOUDJAHID Palestine Abbas : “L'offre d'aide américaine à Israël ne doit pas
Palestine Abbas : “L'offre d'aide américaine à Israël ne doit pas être liée au gel
Palestine
Abbas : “L'offre
d'aide américaine
à Israël ne doit
pas être liée
au gel de la
colonisation”
L e président palestinien
Mahmoud Abbas a exprimé
hier son refus que l'offre d'aide
américaine à Israël soit liée au gel de la
colonisation dans les territoires occu-
pés.
"Nous refusons que l'offre des
avions soit liée d'une quelconque
manière au gel de la colonisation. Nous
n'avons rien à voir avec cela. C'est notre
position et elle ne changera pas", a
déclaré le président Abbas au quotidien
arabe Asharq Al-Awsat.
Le président palestinien a, en outre,
exigé que l'aide des Etats-Unis "se
fasse loin du processus palestinien des
négociations et qu'elle ne soit pas utili-
sée comme prétexte pour donner plus
d'armes à Israël".
Lors d'un entretien la semaine der-
nière avec la secrétaire d'Etat américai-
ne Hillary Clinton, le Premier ministre
israélien Benjamin Netanyahu avait
accepté d'envisager un nouveau mora-
toire de 90 jours sur les constructions
dans les colonies juives de Cisjordanie
en échange d'une enveloppe de mesures
de soutien sécuritaires et diplomatiques.
Ces mesures prévoient la livraison
par Washington de 20 avions de combat
supplémentaires à Israël.
Mercredi, un émissaire américain,
David Hale, a fait part au président
Abbas, pour la première fois officielle-
ment, d'une série d'idées et de proposi-
tions américaines pour relancer le pro-
cessus de paix.
Lors de cet entretien à Ramallah en
Cisjordanie, M. Hale "n'avait rien à
présenter ou à dire", a cependant décla-
ré M. Abbas à Asharq Al-Awsat. "Nous
attendons un nouveau développement
de la part des Américains", a-t-il ajouté.
"Il n'y a pas d'accord pour le
moment mais les consultations palesti-
no-américaines se poursuivent. Nous
sommes encore dans l'attente de la posi-
tion officielle américaine finale sur ce à
quoi ils sont par-
venus avec la par-
tie israélienne",
avait déclaré à la
presse le porte-
parole de M.
Abbas, Nabil
Abou Roudeina,
après l'entretien de
Ramallah.
Les négocia-
tions de paix
directes israélo-
palestiniennes
relancées début
septembre à
Washington ont
été interrompues
trois semaines plus
tard après l'expira-
tion d'un moratoi-
re de dix mois sur
la colonisation
juive
Cisjordanie.
Les
Palestiniens exi-
gent qu'un nou-
veau gel soit
imposé avant de
reprendre les dis-
cussions qui n'ont
rien donné pour le
moment. Israël
refuse une telle
condition.
en
sera intégralement

Ouverture hier du sommet de l'Otan à Lisbonne (Portugal)

La stratégie de l’Organisation en Afghanistan domine les travaux

Par Tahar Mohamed Al Anouar

La nouvelle stratégie de l'Otan en Afghanistan domine les travaux du sommet des diri- geants des 28 pays membres de l'Alliance atlantique dont les travaux ont débuté hier et se poursuivront aujourd’hui. La situation en Afghanistan et au Pakistan dominera les tra- vaux du sommet, de deux jours, qui sera consacré aussi à l'avenir des relations entre l'Otan, l'Union européenne (UE) et la Russie. Le président afghan Hamid Karzaï se trouve depuis jeudi soir dans la capitale portugai- se pour participer au sommet consacré en grande partie à la stratégie de l'Alliance en

Afghanistan et à l'objectif de transférer à son gouvernement la sécurité du pays d'ici à la fin

2014.

Le secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (ONU) participera à la réunion sur l'Afghanistan, qui rassemblera, sous les auspices de l'Otan, des chefs d'Etat et de gouvernement. M. Ban Ki-moon animera une conférence de presse conjointe avec le président afghan et le secrétaire général de l'Otan Anders Fogh Rasmussen, selon un communiqué onu- sien. La haute représentante de l'UE pour la politique étrangère, Catherine Ashton, les Présidents américain Barack Obama et russe Dmitri Medvedev participent égale- ment au sommet.

russe Dmitri Medvedev participent égale- ment au sommet. L e sommet de Lisbonne des Chefs d’Etat

L e sommet de Lisbonne

des Chefs d’Etat et de

gouvernement des pays membres.

A la table d’invités on retrouve

donc le secrétaire général des Nations unies, le président du Conseil de l’Union européenne, un représentant de la Banque Mondiale, le Japon. La présence du président russe, et celui de l’Afghanistan font la démonstra- tion que le partenariat Russie- OTAN demeure d’une importance vitale pour les deux parties en dépit des difficultés de cohabita-

tion qui ne manquent pas sur le terrain. Un Conseil Russie-OTAN

se tient lors de cette session pour

évaluer la situation. S’agissant de l’Afghanistan, chacun sait l’importance qu’a fini par prendre dans les réunions de l’Alliance, l’examen d’un tel dos- sier. L’arrivée du Président Obama aux affaires dans son pays, a montré que le dossier afghan entrait comme une priorité dans les engagements politiques de la nouvelle administration américaine. C’est au sommet de

Strasbourg en 2009, que la nou-

s’est ouvert en présence

velle architecture d’intervention de l’Alliance en Afghanistan a été annoncée, et que le Président américain a conforté à travers le

renforcement des troupes améri- caines sous commandement de l’OTAN, suivi par les autres pays membres en dépit de certaines réticences qui se seront manifes- tées concernant l’importance des contributions de chaque pays. Le plus clair de l’effort mili- taire reste porté, de toute façon, par les Etats-Unis, une année après, il est fait montre de la même détermination alors que dans le même temps, les observa- teurs et analystes observent une

dégradation de la situation sur le terrain. Tout cela pour dire que les préoccupations sécuritaires, les règles de sécurité commune et les moyens de consolider le potentiel de défense de l’Alliance, conti- nuent à peser de tout leur poids dans la stratégie en place dont on affirme qu’elle doit être adaptée aux nouvelles menaces, ce qui a fait naître un concept au service d’une démarche inédite, dite nou- veau concept stratégique qui identifie, les menaces inhérentes à l’évolution actuelle du monde, à

l’irruption de la technologie dans l’évaluation du risque sécuritaire. Cette réflexion est en marche. Pour des raisons évidentes, l’inté- gration des pays du dialogue méditerranéen et également ceux du Golfe, prévus pour ces der- niers par l’initiative d’Istanbul, à la démarche sécuritaire globale initiée par l’Alliance d’une importance particulière pour tous les acteurs. Le dialogue méditerranéen est conçu dans le cadre d’un partena- riat qui fait place ou dialogue politique et à la coopération sur le plan militaire mais aussi civile. Il demeure aussi partie prenante d’une stratégie globale et mondia- le de lutte contre le terrorisme. L’Algérie est considérée, au sein de l’Alliance, comme un pays pilier dans le cadre de cette archi- tecture. Les stratégies de l’Alliance le confirment et atta- chent au dialogue avec l’Algérie, une grande attention. Le dialogue, en fait, n’a jamais cessé. Il s’ins- crit bien dans la problématique de l’heure et des préoccupations des uns et des autres qui est de donner sa chance à la coopération et à la concertation.

Nouveau concept stratégique

C’ est un des sommets parmi les plus importants tenus par l’OTAN a annoncé le

porte-parole de l’OTAN. Il y a une décision qui sera prise concernant le nouveau concept stratégique qui doit diriger a-t-il été annoncé, l’Alliance dans la décennie actuelle. Il s’agira d’une Alliance plus effi- cace, plus engagée avec ses parte-

naires, il y aura comme autre décision

à prendre, l’offre à faire à la Russie,

s’agissant de la défense anti-missile qui doit être engagée donc en partena-

riat. Dans le cadre des réformes enga- gées, sont concernés le commande- ment général, la réforme du quartier général de l’OTAN. Des fonds ont été aussi débloqués pour renforcer la sécu- rité énergétique, la cyber défense, etc. Concernant l’Afghanistan, les stra- tèges de l’OTAN, estiment qu’il y a des décisions importantes qui seront prises. A ces décisions sont associés les partenaires et alliés de l’OTAN, les représentants des organisations inter- nationales. La décision importante va dans le sens d’une prise des responsa- bilités sur leur pays des Afghans, eux mêmes. Le porte-parole estime les conditions réunies pour cela. Au début de 2011, sera lancé un processus de transition qui devra débouchés en 2014 sur la prise de responsabilités par les Afghans. Il sera mis en place, à partir de cette échéance, un partenariat

à long terme Afghanistan-OTAN pour

soutenir le développement du pays.

L’OTAN devra donc continuer à être présente sous d’autres formes. S’agissant des relations Russie- OTAN, le porte-parole a évoqué la possibilité d’un nouveau départ après les difficultés rencontrées ces derniers mois dans le partenariat. Il y aura des décisions qui seront prises pour élargir la coopération à 29 (OTAN, Russie). La coopération devrait s’étendre à la lutte anti-terroriste, à la défense anti-

missile. Sur ce dernier aspect, le porte- parole a annoncé qu’il ne restait pas de problèmes en suspens entre les pays membres. Dans l’avenir, le partenariat avec la Russie dans ce domaine cou- vrira des domaines multiples :

échanges de données, etc. Le coût total du système est évalué à 800 millions d’euros et son élargissement nécessite- ra 200 millions d’euros pour pouvoir le mettre en phase avec le système américain. Concernant le partenariat OTAN- Union européenne, il a été considéré comme stratégique par les stratèges de l’OTAN. Ceci est entériné. C’est la mise en œuvre qui intéresse cependant le secrétaire général de l’Alliance comme il a été annoncé. Sur le concept stratégique et les armes nucléaires, on parle d’un équilibre entre un engage- ment de l’OTAN pour un monde sans armes nucléaires et une alliance qui pour l’heure doit rester une alliance avec armes nucléaires. Tahar Mohamed Al Anouar

Regroupement pour un “contre-sommet” de l'OTAN

Regroupement pour un “contre-sommet” de l'OTAN D es dizaines de militants pacifistes se sont regroupés

D es dizaines de militants pacifistes se sont regroupés hier, dans l'auditoire

sommet" de trois jours, organisé par la coordination internationale anti-

d'un lycée du centre de la capitale portugaise Lisbonne pour un "contre-

Otan (ICC), en marge de la réunion officielle des dirigeants de l'Alliance atlan- tique, ont rapporté des médias. "Plus de 150 militants pacifistes n'ont pas pu nous

rejoindre, car ils ont été refoulés aux frontières portugaises", a relevé Reiner Braun, porte-parole de l'ICC. "C'est une preuve supplémentaire qu'Otan et démo- cratie ne vont pas ensemble", a-t-il ajouté devant des représentants d'associations venues d'Allemagne, de Belgique, d'Espagne, de France et d'Irlande. Hier matin, un porte-parole de la police portugaise a confirmé à la presse qu'"environ 200 per- sonnes avaient été refoulées", essentiellement des militants, depuis le rétablisse- ment mardi du contrôle aux frontières du Portugal, qui espère éviter une répétition des violences qui avaient marqué le précédent sommet de l'Otan, en avril 2009 à

Strasbourg. Le "contre-sommet" doit se tenir jusqu'à demain et diffusé en direct sur l'internet.

Monde

11

EL MOUDJAHID

Après l’attaque marocaine contre des civils à Gdeim Izik au Sahara occidental

Indignation et dénonciations à travers le monde

Mouvement de soutien à l’autodétermination du peuple sahraoui.

Le gouvernement du Nicaragua a condamné "fermement" l'attaque "barbare" commise par les autorités d'occupation marocaines contre des civils sahraouis au camp de Gdeim Izik près d'El-Ayoun occupée qui a fait des dizaines de morts et des milliers de blessés et de disparus, a indiqué jeudi l'Agence de presse sahraouie SPS. "Le Nicaragua, un pays

épris de paix et des principes de respect du droit à

l'autodétermination (

condamne fermement cette attaque", souligne un communiqué du ministère des Affaires étrangères qui a réaffirmé la "solidarité du Nicaragua avec le peuple sahraoui et le gouvernement de la République arabe sahraouie démocratique (RASD)".

En Espagne, le parti politique

d'opposition espagnol Gauche unie (IU) a "vivement" condamné la "soumission" du gouvernement de son pays au Maroc, "force d'occupation d'un terri- toire non autonome", le Sahara occidental, a rapporté jeudi l'Agence de presse sahraouie SPS qui cite le responsable de la politique internationa- le de ce parti. "La démission du gouvernement espa- gnol face à ses respon- sabilités dans l'admi- nistration de la décolo- nisation du Sahara occidental et son ali- gnement sur la force d'occupation illégale,

le transforment en complice de toutes les violations des droits

de l'homme qui sont commises systémati-

des droits de l'homme qui sont commises systémati- le peuple sahraoui et son soutien à son

le peuple sahraoui et son soutien à son droit "inaliénable" à l'autodétermination, le Forum, qui a regroupé notamment des représentants de travailleurs, d'étudiants et de médias, a souligné joindre sa voix aux appels des orga- nisations internationales de défense des droits de l'homme "pour élargir les prérogatives de la MINURSO à la protection des droits de l'homme dans les territoires occupés du Sahara occidental". Les participants ont lancé, en outre, un appel "urgent" aux Nations unies pour organiser un référendum d'autodétermination pour permettre au peuple sahraoui de décider libre- ment de son avenir.

américaine a sollicité "la présence, en urgence, d'une mission de l'ONU, dotée de compétences en matière de droits de l'homme", rappelant, dans ce cadre, que la MINURSO "est l'unique mission onusien- ne dépourvue de compétences en matière de surveillance de ces droits". Le représentant de HRW a, en outre, appelé à "l'ouverture du territoire (Sahara occidental) aux journalistes", relevant que l'absence de journalistes "alimente les rumeurs au lieu d'établir la vérité sur ce qui s'est réellement passé".

L'Association autrichienne de soli- darité avec le peuple sahraoui

demande l'élargissement des prérogatives de la MINURSO au Sahara occidental à la surveillance et la protection des droits de l'homme, a rapporté jeudi l'Agence de presse sahraouie (SPS). Les appels constants aux Nations unies d'élargir les prérogatives de la MINURSO n'ont pas été satisfaits à ce jour malgré les rapports de Humain Rights Watch, Amnesty International et du Haut commis- sariat aux droits de l'homme sur les viola- tions marocaines des droits de l'homme dans les territoires occupés au Sahara occidental. "La position de la France, alliée tradi- tionnelle du Maroc et son principale pour- voyeuse en armes constitue la principale entrave à la satisfaction de cet appel", a ajouté l'association. L'association a passé en revue les évè- nements du camp Gdeim Izik qui ont com- mencé par le déplacement de 20.000

Sahraouis pour revendiquer pacifiquement l'amélioration de leurs conditions socio- économiques avant qu'ils ne soient assiégé par les forces armées marocaines. Agences

),

que-
que-

ment par la police, l'ar- mée et les colons marocains contre le peuple sahraoui", a affirmé le responsable de la politique internationale de Gauche unie, l'eurodéputé Willy Meyer, dans une intervention devant le Parlement européen. M. Meyer a qualifié le gouvernement espagnol d'"appendice des forces mili- taires marocaines au Sahara occidental occupé illégalement", en raison, a-t-il expliqué de son "refus de condamner la violence du démantèlement du camp érigé dans la périphérie d'El-Ayoun, la mort de Sahraouis parmi lesquels se trouve un Espagnol, ainsi que son manque d'exigence face au Maroc pour permettre l'entrée de journalistes et d'observateurs".

Sur le chapitre de la société civile, les participants au Forum de solida-

rité avec le Sahara occidental, tenu récem- ment à Accra (Ghana), a condamné "vigou- reusement" l'attaque des forces d'occupa- tion marocaines contre le camp sahraoui de la liberté, près de la ville d'El-Ayoun occu- pée faisant des centaines de victimes parmi la population civile sahraouie. Après avoir exprimé sa solidarité avec

L'Assemblée nationale cubaine a condamné fer-

mement l'agression perpétrée par les forces d'occupation marocaines contre le camp sahraoui de "la liberté". La commission des relations extérieures de l'Assemblée cubaine a exhorté, dans une déclaration adoptée récemment, le Conseil de sécurité des Nations unies à "faire cesser de tels actes d'agression et diligen- ter une enquête sur les faits et leurs effets sur le peuple sah- raoui". Elle a également appelé les Nations unies à "œuvrer sérieuse- ment, en vue du respect et de l'application des résolutions rela- tives à la situation au Sahara occidental". L'agression perpétrée par l'ar- mée marocaine a fait l'objet d'un large suivi par la presse cubaine qui a rapporté au quotidien les vio- lences vécues par la population sahraouie. Une émission dédiée à des sujets d'actualité de la politique internationale a été consacrée aux violences commises à l'encontre du peuple sahraoui. M. Hamadi Sidi Ahmed Boubacar, chargé d'affaires sahraouies à Cuba, a présenté, au cours de cette émis- sion, un résumé exhaustif du conflit oppo- sant le Maroc au Sahara occidental.

Le Sénat mexicain a condamné l'at- taque militaire perpétrée par les

forces marocaines contre les civils sah- raouis dans les territoires occupés, a rap- porté jeudi l’Agence de presse sahraouie (SPS). Le Sénat mexicain qui a présenté ses "sincères condoléances" au gouvernement sahraoui, a exprimé son "indignation" contre les actes de violence dont les citoyens sahraouis ont été victimes le 8 novembre dernier à El-Ayoun occupée, capitale du Sahara occidental. Lors d'une session tenue mardi, le Sénat mexicain a demandé au ministère des Affaires étrangères de son pays d'intervenir "auprès du Conseil de sécurité de l'ONU pour mener une enquête sur ce qui s'est passé et agir pour préserver le droit inter- national humanitaire et la paix au Sahara occidental".

L'organisation américaine des droits de l'homme,

Human Rights Watch (HRW), a quant à elle, condamné la "torture brutale" infligée par les forces marocaines aux civils sahraouis dans les centres de détention à El- Ayoun et appelé à la mise en place d'un "mécanisme onusien" de surveillance des droits de l'Homme au Sahara occidental. L'envoyé du HRW au Sahara occidental, M. Peter Bouckaert, a affirmé mercredi dans une décla- ration de presse depuis la ville d'El-Ayoun occupée, rapportée par SPS, que "plusieurs victimes (de l'assaut contre le camp de Gdeim Izik) n'ont même pas pu aller à l'hôpital parce que la police marocaine y attendait les blessés pour les tabasser". M. Bouckaert a, également, déploré le fait que les centres sanitaires "refusaient l'assistance aux Sahraouis blessés". Partant de ce constat, l'envoyé de l'ONG

aux Sahraouis blessés". Partant de ce constat, l'envoyé de l'ONG Vendredi 19 - Samedi 20 Novembre

Santé

12

EL MOUDJAHID

La pomme peut réduire le risque de fractures osseuses

Une étude médicale publiée jeudi a révélé

que préférer une pomme au biscuit en cas de

petite faim était non seulement souhaitable

pour éviter le surpoids, mais pourrait réduire le risque de fractures osseuses. Cette étude, publiée par le quotidien améri-

cain

"journal of clinical nutrition" et conduite

par

des chercheurs canadiens auprès de 3.539

femmes et 1.649 hommes âgés de cinquante

ans et plus, a démontré que les femmes âgées

qui consomment beaucoup de fruits et légumes

dans leur vie sont moins sujettes à des frac- tures. Les chercheurs se sont concentrés

sur la relation entre le risque de fractures

osseuses et la "densité nutritionnelle" (qui cal- cule la teneur des aliments en minéraux et micro nutriments en fonction de leur apport calorique). Les fruits et légumes présentent alors une

densité nutritionnelle élevée, alors que les des- serts et biscuits présentent une densité nutri- tionnelle basse. Pour conclure, l'étude a montré que l'aug- mentation de 40% la part des aliments à forte densité nutritionnelle dans ses apports calo- riques journaliers réduisait de 14%, chez les femmes, le risque de fracture d'un os dans les

dix années à venir.

Le bilinguisme retarde l'apparition de symptômes de la maladie d'Alzheimer

l'apparition de symptômes de la maladie d'Alzheimer U ne étude publiée mardi par un groupe de

U ne étude publiée mardi par un groupe de cher- cheurs canadiens révèle

que le bilinguisme pratiqué quotidiennement freine l'appa- rition de symptômes de la mala- die d'Alzheimer chez les per- sonnes âgées. Ce délai de grâce peut aller jusqu'à cinq ans, un résultat qu'aucun médi-

cament existant ne permet actuellement, d'après cette étude menée par l'institut Rotman du centre de recherches gériatriques Baycrest de Toronto et publiée dans la revue Neurology. Les chercheurs ont examiné les dossiers médicaux de plus de 200 patients chez qui la

maladie d'Alzheimer avait été diagnostiquée et ont constaté que ceux qui avaient parlé sou- vent deux ou plus de deux langues pendant plusieurs années bénéficiaient d'un délai allant jusqu'à cinq ans dans l'apparition de symptômes de perte de fonctions mentales. Cette équipe de chercheurs

comprend notamment un spé- cialiste connu de la cognition, le Dr Fergus Craik, de l'institut Rotman, un expert en bilinguis- me, le Dr Ellen Bialystok, de l'université York, et un spécia- liste de la maladie d'Alzheimer, le Dr Morris Freedman. "Nous ne disons pas que le bilinguis- me peut prévenir la maladie d'Alzheimer ou d'autres désordres cérébraux, mais il peut contribuer à créer des réserves cognitives dans le cer- veau qui semblent retarder l'ap- parition de symptômes d'Alzheimer pendant un bon bout de temps", a déclaré le Dr Craik, cité dans un communi- qué de Baycrest. Ainsi, ces symptômes sont la perte de mémoire, la confusion et les difficultés pour résoudre des problèmes et prévoir les évène- ments à venir.

Haïti : la souche de choléra pourrait rester présente à l'état endémique pendant des années

D es responsables américains de santé publique estimé jeudi que la souche de choléra en cause dans l'épidémie en cours en Haïti paraît "plus virulente que la norma-

le", et pourrait rester présente à l'état endémique pendant des

années. "Cette souche de choléra semble plus virulente que la normale", a indiqué Thomas Adams, Coordonnateur spécial pour Haïti au sein de l'administration Obama. De son côté Manoj Menon, chargé de la liaison entre le Centres de contrôle des maladies (CDC) et USAID, l'agence américaine de l'aide publique au développement estime que l'étude de la corrélation entre le taux de mortalité infantile et

la vitesse de propagation de la maladie, considérée comme un indicateur de la force de l'épidémie, donne à penser que "la transmission va continuer pendant un certain nombre d'an- nées". "Le fardeau le plus lourd se fera sentir tôt dans l'épidémie --et c'est ce que l'on voit maintenant--, mais nous nous atten- dons à ce que les cas continuent et à ce que l'organisme soit présent dans l'environnement pendant plusieurs années", a-t- il expliqué. M. Menon a également indiqué qu'il n'était pas possible de retracer l'origine de la souche. L'épidémie de choléra, qui

de la souche. L'épidémie de choléra, qui sévit à Haïti a déjà fait 1.110 morts et

sévit à Haïti a déjà fait 1.110 morts et touché quelque 18.000 personnes.

déjà fait 1.110 morts et touché quelque 18.000 personnes. Nouveaux cas de résistance aux médicaments antipaludiques

Nouveaux cas de résistance aux médicaments antipaludiques en Asie

D e nouveaux signes de résistance à l'ar- témisinine, le médicament antipalu- dique, ont été signalés en Asie, a indi-

qué l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans un rapport publié jeudi. "Les premiers signes d'une résistance aux artémisinines pourraient bien être en train d'apparaître à la frontière séparant la Thaïlande de la Birmanie", affirme un rap- port de l'OMS. "Les premiers faisceaux d'ar- gument sont apparus début 2010" le long de

la frontière entre ces deux pays, a indiqué le docteur Pascal Ringwald, un des auteurs du rapport. Il a précisé à que l'OMS effec- tuait "des études complémentaires pour confirmer qu'il s'agit bien d'une résistance. Cela devrait prendre un an". D'autres signes de résistance aux artémisinines ont été enre- gistrés à la frontière entre la Chine et la Birmanie ainsi que dans une province du Vietnam, selon le document. L'OMS prévient également contre une

"propagation de la résistance depuis la fron- tière thaïlando-cambodgienne jusqu'en Afrique". Le rapport publié jeudi est basé sur 1.100 études effectuées par les programmes natio- naux de lutte antipaludique et des instituts de recherche au cours des 10 dernières années. La moitié de la population mondiale est exposée au paludisme qui cause le décès de 860.000 personnes chaque année, essentielle- ment en Afrique, selon l'OMS.

Le cancer de la prostate ouvre la voie au cancer colorectal

C e résultat vient d’être présenté à San Antonio au Texas,

lors des conférences annuelles du collègue amé- ricain de gastrœntérologie :

les personnes atteintes d’un cancer de la prostate présen- tent un risque accru de développer des polypes pré- cancéreux du côlon. C’est en faisant passer une coloscopie à quelque 1.000 hommes, que les chercheurs ont observé cette relation :

en cas de cancer de la pros- tate, le risque d’avoir des polypes précancéreux du côlon est nettement plus élevé, soit 48% contre 31%

chez les hommes indemnes de cancer de la prostate. Cette relation entre ces deux cancers est d’autant plus importante à connaître, qu’il s’agit de deux cancers des plus fréquents chez l’hom- me. Notre conseil : le dépis- tage du cancer colorectal ne doit pas être négligé, et encore à plus forte raison chez les hommes déjà atteints d’un cancer de la prostate. Dans la population générale, le dépistage géné- ralisé repose sur le test Hémocult II (recherche de sang dans les urines), à réa- liser tous les deux ans à par- tir de 50 ans. En cas de cancer de la

prostate, il peut être oppor- tun de débuter ce dépistage plus tôt et de façon plus rap- prochée. A noter qu’en cas de risque élevé, la coloscopie peut-être indiquée. A savoir : le dépistage du cancer de la prostate repose, lui, sur un dosage du PSA et un toucher rectal tous les ans à partir de 50 ans. Enfin, il existe des mesures préventives nutri- tionnelles contre le cancer colorectal : prévention de l’excès de poids, diminution des graisses animales (beur- re, viande rouge …), de l’al- cool, du tabac, augmenta- tion des céréales complètes.

Excès d'hygiène

L'asthme progresse dans les pays développés

Pourquoi les enfants des pays riches sont- ils de plus en plus touchés par les maladies immunitaires, comme l'asthme et l'eczéma, et pas ceux des pays pauvres ? Des épidémiologistes canadiens propo- sent une explication inattendue : notre obsession de la propreté diminue nos défenses naturelles. Les bambins des pays développés, soi-

gnés aux antibiotiques et élevés dans des environnements récurés aux détergents, sont en effet beaucoup moins exposés aux bactéries. Or certains microbes peuvent être béné- fiques à l'organisme, notamment ceux qui colonisent les intestins ou la salive : ils facilitent la digestion mais aussi repoussent les autres éléments pathogènes.

Pour éviter la déprime, il faut rester concentré

D es psychologues de l'université de Harvard publient dans le magazine américain spécialisé Science daté
D es psychologues de
l'université de
Harvard publient
dans le magazine américain
spécialisé Science daté du
12 novembre une étude aux
conclusions peu banales: les
personnes qui passent près
de la moitié du temps à ima-
giner qu'elles font autre
chose que ce qu'elles sont
réellement en train de faire
ont une humeur plus
dépressive que les autres.
Matthew Killingsworth
et Daniel Gilbert ont mené
leur expérience auprès de
2.250 personnes volontaires
âgées de 18 à 88 ans (parmi
lesquels 74% d'Américains)
propriétaires d'iPhones
dotés d'une application par-
ticulière; application
aujourd'hui accessible à
tous ceux qui souhaitent
participer à la poursuite de
ce travail. Les personnes
volontaires pouvaient être
contactées à tout moment
grâce à leur smartphone
pour être interrogés à la fois
sur leur humeur de l'instant
ainsi que sur l'activité
qu'elles étaient en train d'ef-
fectuer. Elles devaient en
outre indiquer si elles pen-
saient à autre chose qu'à la
tâche effectuée, et si ces
pensées étaient plutôt plai-
santes, neutres ou déplai-
santes.
Résultats: en moyenne les
personnes interrogées
avaient «l'esprit ailleurs»
dans 46,9% des cas. Et les
auteurs de l'étude sont for-
mels: la distraction est
généralement la cause et
non la conséquence des
humeurs dépressives.
«Cette étude montre que
notre vie mentale est enva-
hie, à un degré remar-
quable, par ce qui n'est pas
présent», souligne le cher-
cheur Matthew
Killingsworth.
On observera toutefois
que l'étude conclut à une
exception majeure à cette
règle: les activités sexuelles
sont les seules au cours des-
quelles nous sommes véri-
tablement concentrés sur ce
que nous faisons (les per-
sonnes pouvaient être
contactées durant ces activi-
tés). En revanche, pendant
toutes les autres activités,
l'esprit humain vagabonde
au moins 30% du temps.
D'une manière générale le
sexe, l'exercice physique et
la conversation avec autrui
sont les activités donnant le
plus grand sentiment de
contentement. Il n’en va
nullement de même avec
l'utilisation de l’ordinateur à
la maison, le repos et le tra-
vail.

Vendredi 19 - Samedi 20 Novembre 2010

Santé

13

EL MOUDJAHID

pourrait provoquer des crises d'asthme
pourrait provoquer
des crises d'asthme
13 EL MOUDJAHID pourrait provoquer des crises d'asthme F acebook et ses célèbres groupes d'"amis"

F acebook et ses célèbres groupes d'"amis" pourraient provoquer des crises d'asthme chez des sujets fragi-

lisés, notamment à cause des échanges de photos, selon une étude menée par des

médecins italiens. Cinq médecins, dont Gennaro D'Amato, praticien dans un hôpi- tal de Naples, se sont attardés sur le cas d'un jeune homme de 18 ans, souffrant d'asthme en hiver, dont ils décrivent la situation dans une lettre publiée vendredi dans la revue spécialisée The Lancet. Brutalement, ce garçon a dû faire face à des crises pendant l'été, un phénomène inhabituel chez lui. Inquiète, sa mère l'interroge et apprend qu'il déprime après avoir rompu avec sa petite amie qui l'a radié de sa liste d'"amis", le rempla- çant par plusieurs autres jeunes gens. Prenant un nouveau surnom, le jeune homme réussit à redevenir son "ami" sur Facebook et à accéder de nou- veau à ses photos sur son profil. Intrigués, les médecins ont demandé au jeune homme de porter un masque mesu- rant son flux respiratoire à chaque fois qu'il allait sur Facebook. Ils ont alors constaté que son volume res-

piratoire plongeait - baissant jusqu'à plus de 20 % - à chaque fois qu'il se connectait. Sur le conseil d'un psychologue, le jeune homme a décidé de ne plus aller sur Facebook et les crises d'asthme d'été ont automatiquement cessé. Les médecins ont alors estimé que c'était le stress provoqué par la connexion qui a donné lieu à ces crises d'asthme, le jeune homme suffoquant à l'idée de voir son ex- petite amie et de communiquer avec elle. Pour ces chercheurs, le cas de ce jeune homme peut être emblématique d'un phé- nomène plus général et aider à comprendre des cas de difficultés respiratoires chez de jeunes patients, pour qui les relations sur les réseaux sociaux sur Internet finissent par avoir tout autant d'impact que celles de la vraie vie. "Facebook, et les réseaux sociaux en général, peuvent constituer une nouvelle source de stress psychologique, et aggraver l'état d'individus asthmatiques déprimés", indiquent les médecins.

Comment brûler des calories sans sport !

les médecins. Comment brûler des calories sans sport ! Certains s’épuisent à faire du sport… ,
les médecins. Comment brûler des calories sans sport ! Certains s’épuisent à faire du sport… ,

Certains s’épuisent à faire du sport… , réfléchir, dormir, passer l’aspirateur, faire les courses ou jardiner permet aussi de brûler des calories, en quantité !

Penser, réfléchir = 64 calories par heure Le cerveau a besoin de glucose (sucre) pour fonctionner. Réfléchir brûle donc des calories. Une étude canadienne a démontré qu’une activi- té intellectuelle intense et prolongée augmente les besoins caloriques… et entraîne des fringales. Notre conseil : même si le cerveau consomme, veillez à équilibrer acti- vité intellectuelle et exercice physique, même peu intense. Faire travailler son cerveau (en lisant ce texte par exemple) est souvent associé à l’absence d’ef- fort physique, donc à un faible nombre de calo- ries brûlées. Dormir = 60 calories

par heure Et oui, même en dor- mant, on brûle des calo- ries ! Notre métabolis- me basal a besoin d’énergie pour mainte- nir le corps à températu- re constante et faire fonctionner les organes… Bonne nouvelle pour ceux qui ont des nuits agitées : on brûle plus, bien sûr, si l’on bouge beaucoup du fait de la sollicitation musculaire involontaire. Notre conseil : veillez à dormir suffisamment, car le manque de som-

meil favorise

la prise

de poids ! En cas de pri- vation de sommeil, des réflexes hormonaux augmentent la sensation de faim.

Le

 

cholestérol, un facteur

de

risque réel

de l'infarctus

Une étude (INTERHEART 2004) a comparé le cas de 15.000 patients hospitalisés pour infarctus du myo- carde avec 15.000 autres indemnes de maladie cardiaque. Il a ainsi été possible de démontrer que 90% des infarctus étaient évitables et dépen-

daient de huit facteurs significatifs de risques : 1. hypertension arté- rielle, 2. tabagisme, 3. diabète, 4. obésité abdominale,

5. stress, 6. apport quotidien

insuffisant en fruits et légumes, 7. manque d'exercice physique, 8. rap- port ApoB/ApoA1 anormal (équiva- lent du cholestérol). Parmi ces fac- teurs de risque, l'ennemi N°1 est le cholestérol, car à lui seul, il est en cause dans la moitié des infarctus ! Il est donc essentiel de contrôler régulièrement son cholestérol et de savoir quels sont les bons chiffres à viser si un traitement est nécessaire.

bons chiffres à viser si un traitement est nécessaire. Les abats, riches en cholestérol… Certains aliments
Les abats, riches en cholestérol… Certains aliments cachent telle- ment bien leurs n’hésite pas graisses,
Les abats, riches
en cholestérol…
Certains aliments cachent telle-
ment bien leurs
n’hésite pas
graisses, qu’on
à en abuser ! De
l’apéritif au dessert, apprenez à
les démasquer Les abats, riches
en cholestérol…
Foie, rognon, langue, cervelle… En
d’être riches en vitamines (A, B6,
plus
B12) et en
fer, les abats sont pauvres
en graisses…
Mais le hic, c’est que le
peu de graisses
qu’ils contiennent sont des acides gras satu-
rés. Des graisses qui
augmentent le taux de
mauvais cholestérol (LDL), et
qui, consom-
mées en grande quantité, favorisent
le
risque de maladie
cardio-vasculaire !!

La chute d’œstrogènes augmente les risques

Bouffées de chaleur, sécheresse vaginale, baisse de libido : à la ménopause, de nombreux troubles apparaissent. Mais avec la chute des hormones ou les traitements, la menace cardio-vasculaire augmente également.

Les maladies cardio-vasculaires ne concernent pas seulement les hommes : c’est la première cause de décès chez la femme. Avant la ménopause, la population féminine bénéficie d’une protection relative, mais les choses changent après 50 ans. C’est pourquoi les experts se sont penchés sur le rôle des œstrogènes, les hormones sécrétées par les ovaires. Leur chute à la ménopause diminue la protection contre les attaques cardiaques ou les accidents vasculaires. La raison : les œstrogènes jouent sur le bon fonctionnement du cœur en augmentant sa capacité à battre efficacement. Ils maintien- nent aussi l’équilibre entre bon et mauvais cholestérol et protègent la paroi des artères.

Omégas 3

Dans les aliments, pas ailleurs

des artères. Omégas 3 Dans les aliments, pas ailleurs Manger des poissons gras comme le maquereau,

Manger des poissons gras comme le maquereau, la sardine, le saumon… c’est bon pour le cœur. Et ce n’est pas une légende. « Intégrés dans un régime sain et équilibré, ces ali- ments sont généralement associés à une réduction du risque de mort subite chez l’adulte, ou de mortalité par maladie des coronaires » a rappelé le Dr Peter R. Kowey devant les membres de l’American Heart Association réunis à

étudié la question. Plus de

Pas de chance… «Notre découverte princi- pale » a expliqué Peter Kowley devant ses col- lègues, « c’est justement que l’huile de poisson ne fonctionne pas. Dans la vaste majorité des cas, la prise de ces médicaments n’a rien apporté. En l’ab- sence de tout élément de preuve en faveur de cette approche, il vaut donc mieux ne pas prendre ces médicaments. Ils ne sont pas nécessaires et consti-

Chicago. «En revanche,

tueraient une dépense inuti-

prendre des oméga 3 sous forme de médicaments

le

». Ce n’est pas la premiè-

fabriqués avec des huiles

re

tentative pour imposer ce

de poisson, cela ne sert à

genre de « médicament ». Il

rien ».

y

a quelques années de

Avec ses collègues de la Division des Maladies cardiovasculaires au

cela, l’un d’entre eux avait même été pris en charge par l’assurance maladie.

Jefferson Medical College de Philadelphie, Peter Kowley a très sérieusement

660 patients –des hommes pour 61% d’entre eux – ont été recrutés auprès de 96 services différents, et suivis de novembre 2006 à janvier

Cette expérience sans len- demain n’a pas empêché le

lancement de différentes études pour établir leur efficacité. Contre la migrai- ne, puis à nouveau contre les troubles cardio-vascu- laires. Mais que cela ne nous fasse pas oublier que

2010. Tous souffraient de

les

omégas 3 – et leurs cou-

fibrillation auriculaire – c’est le trouble du rythme le plus fréquent – et l’ob- jectif était de déterminer si la prise de «médicaments» à base d’omégas 3 pouvait

sins oméga 6 – sont dispo- nibles sous une forme ali- mentaire directement assi- milable. Et que l’important, c’est l’équilibre entre ces

empêcher ou réduire les épisodes d’arythmie.

deux variétés d’acides gras essentiels.

Pourquoi les fibres coupent l’appétit !

Plusieurs méca-

nismes expliquent

qu’une alimenta-

tion riche en fibres limite les apports caloriques :

- Les sources de

fibres comme les légumes ou les fruits comptent

parmi les aliments les moins riches en calories.

- Les fibres néces-

sitent un effort de mastication. On mange plus lentement, donc moins.

- La présence de

fibres dans son alimentation ralentit la vidange de l’estomac. Celui-ci reste alors plein plus longtemps après le repas, ce qui retarde d’autant le retour de la sensation de faim.

ce qui retarde d’autant le retour de la sensation de faim. Le cerveau des femmes plus

Le cerveau des femmes plus actif que celui des hommes

Voilà une étude qui risque bien de réveiller quelques poncifs La chercheuse canadienne Adrianna Mendrek, du Département de psychiatrie de l'Université de Montréal et du Centre de recherche Fernand-Seguin de l'hôpital Louis-H. Lafontaine, livre en substance ce constat : le cerveau des femmes est plus actif que celui des hommes. Entre autres banalités on entend souvent que les hommes savent, mieux que les femmes, ne penser à rien. Cette «vertu» pourrait en réalité fait reposer sur un fait neurolo- gique bien réel. Au repos, l'activité neuronale du cerveau appelé «réseau par défaut» est en effet plus grande chez les femmes que chez les hommes. Est-ce à dire que le cerveau des femmes ne se repose jamais ? «En réalité, tous les cerveaux sont en perpétuelle activité, répond la chercheuse. C'est une question de niveaux, mais

on peut dire en effet que le cerveau des hommes se repose plus et mieux que celui des femmes». «Les femmes étaient dans l'auto-évaluation» Adrianna Mendrek tient toutefois à préciser que «cette découverte a été faite un peu par hasard, dans un contexte bien précis, et qu'elle mérite davantage d'investigations». Spécialiste de la schizophrénie, la chercheuse réalisait une étude sur des sujets atteints de cette maladie pour comparer leur activité cérébrale en activité et au repos, en fonction des sexes. Comme pour toute étude clinique, il est conseillé de disposer d'un panel de sujets sains pour pouvoir comparer les résultats. C'est ainsi que 42 hommes et femmes non schi- zophrènes et âgés de 25 à 45 ans, se sont retrouvés à accom- plir une tâche de rotation mentale à partir d'une figure à trois dimensions pendant que leur activité cérébrale était mesurée

par résonance magnétique. La même mesure d'activité neu- ronale était prise pendant que les sujets se reposaient entre deux exercices. Constat de la chercheuse et de son équipe :

«Au repos, les femmes étaient dans l'auto-évaluation de ce qu'elles venaient de faire, et se projetaient dans ce qu'elles devraient réaliser ensuite, alors que les hommes parvenaient complètement à se détendre». Des mesures de taux d'œstrogènes et de testostérone ont été faites durant cette étude. Reste à l'équipe d'essayer d'établir un lien avec les mesures d'activité observées, pour en définir le rôle exact. Et déterminer ainsi la part des hormones et celle de la «pres- sion sociale»» dans la plus grande activité cérébrale des femmes au repos. Pour l'heure, les résultats de cette étude ne sont pas encore publiés.

Vendredi 19 - Samedi 20 Novembre 2010

Société

14

EL MOUDJAHID

Nouvelle affaire de spéculation et de trafic Les gendarmes récupèrent 20 tonnes de ciment et
Nouvelle affaire
de spéculation
et
de trafic
Les gendarmes
récupèrent
20 tonnes
de ciment
et de
Une nouvelle affaire de spéculation
par les
trafic de ciment vient d’être élucidée
services
de
la
gendarmerie
nationale.
et plus
270.000 tonnes qui ont été détournés
de 200 personnes arrêtées
à l’est du pays,
voilà qu’à l’ouest
du pays 20 autres
tonnes
cel-
de ciment ont été récupérées, indique la
lule de communication
de
la gendarmerie
nationale. En effet, les gendarmes de la bri-
gade de Hennaya,
de la gendarmerie
relevant du groupement
de
Tlemcen, effectuant
une patrouille
le long de
l’autoroute
Est-
Ouest, à hauteur du village
ont procédé à l’interpellation
Aïn El Hadjar,
d’une person-
ne, transportant à bord d’un camion semi-
remorque, plus de 20 tonnes de ciment, des-
tinées à la spéculation.
Une spéculation qui
fera monter
telle
une flèche
les prix du
ciment à l’ouest du pays.
Lors de l’enquête,
les investigateurs ont saisi deux factures fal-
sifiées qui étaient
en possession du conduc-
teur qui a déclaré avoir été
chargé par ses
propriétaire
employeurs, en l'occurrence le
du camion et un commerçant
de matériaux
de construction,
de transporter cette
mar-
chandise, au profit d’un client à la ville de
Tlemcen.
Sur
la base
de renseignements
fournis
par le
conducteur
du camion, les
par les
deux employeurs ont été interpellés
gendarmes de
la brigade
de
Hennaya
qui
ont déclenché une
enquête.
à
transport et la marchandise
Le moyen de
ont été placés
la fourrière municipale
notre source.
de Hennaya, ajoute

Drogue

Du kif, des dinars et des dealers

Agissant sur renseignements, les gen- darmes de la compagnie de Skikda ont interpellé trois dealers en possession de 1,5 kilogramme de kif traité. Les investi- gations sont en cours, selon la cellule de communication de la gendarmerie natio- nale en ajoutant que les recherches pour identifier d’autres complices sont en cours. A Guelma sur la base d’informa- tions, les gendarmes de la brigade de Boumahra Ahmed ont interpellé, une personne en possession de 40 comprimés de psychotropes. Poursuivant leurs inves- tigations, les enquêteurs ont interpellé ses deux complices dans la même localité, en possession de 500 grammes de kif traité. La brigade de la gendarmerie nationale de Boumahra Ahmed poursuit l’enquête. Les gendarmes de la brigade de Dar El Beida ont présenté devant le procureur de la République près le tribunal d’Oran, un dealer interpellé en possession de 78 grammes de kif traité et la somme de 38.400 DA, représentant le produit de la vente de stupéfiants. Il a été placé sous mandat de dépôt. La compagnie de Douéra a, pour sa part, résolu une affai- re de menace de mort avec arme blanche et ivresse publique. M. M.

19.646 depuis le début de l'épidémie. Par ailleurs, le nombre de décès a été revu à la baisse, passant de 46 mercredi à 42 hier, dans la capitale Port-au-Prince, où se trouvent de nombreux camps de réfugiés du séisme dévastateur du 12 janvier aux conditions d'hygiènes "très insuffisantes". Le département le plus touché est celui de l'Artibonite, région d'où est partie l'épi- démie, avec 617 décès au total, a-t-on pré- cisé de même source. De nouveaux heurts ont éclaté jeudi entre plusieurs centaines de jeunes et les soldats de l'ONU dans le centre la capitale haïtienne Port-au-Prince, lors d'une mani- festation contre la gestion de cette épidé- mie par les autorités. L'ONG Médecins sans frontières (MSF) a, quant à elle, déploré hier, la "len- teur du déploiement des secours" face à la progression de l'épidémie et appelé "tous les acteurs à renforcer leur action".

Opération coup de poing de la gendarmerie nationale à Alger

Des millions de dinars en marchandises récupérés et des dealers interpellés

L e groupement de la

d’Alger a organisé du

12 au 13 novembre dernier

une vaste opération coup de poing durant laquelle on a mobilisé la totalité des unités territoriales relevant du même groupement. Une politique qui a donné des résultats posi-

tifs dans la mesure où le taux de criminalité dans la wilaya la plus peuplée du pays connaît continuellement une régression. En sus des des- centes programmées men- suellement, la formation et le recyclage des éléments de la gendarmerie nationale dotés de moyens modernes pour assurer sécurité et quiétude aux citoyens, jouent égale- ment un rôle prépondérant dans la baisse du crime. Pour l’opération du 12 au

13 novembre, les gendarmes

ont ciblé les recoins isolés de la capitale et les quartiers dan- gereux dont les criminels et autres dealers sévissent en

gendarmerie nationale

toute impunité. Cette action de répression et de sensibili- sation a mobilisé tous les élé- ments des brigades de gendar- merie nationale, deux sections de sécurité et d’intervention ainsi que dix équipes cyno- philes qui ont « balayé » le terrain de long en large à la recherche de criminels et de personnes poursuivis par la justice. Instructions données par le commandant du groupement d’Alger, le colonel Mustapha Taibi, les représentants de la loi ont investit le terrain plus précisément les quartiers dan- gereux des communes de Saoula, Bir Touta, Ouled Chebel, Chéraga, Bir Khadem, Gué de Constantine, hai Remli à Semar, El- Harrach, Douéra, les Eucalyptus, Rouïba, Réghaia,

Dar El Beida, Kheraissia, Zéralda, Rais Hamidou et Oued Koreich. Au cours de cette opéra- tion, les gendarmes ont procé-

dé à l’identification de 9552 personnes dont 188 ont fait l’objet d’un procès -verbal et 30 autres ont été gardées à vue. Lors de cette opération également les gendarmes ont saisi 10 couteaux, plusieurs gourdins, une quantité de kif traité, 3.292 bouteilles d’al- cool ainsi que d’autres pro- duits. Durant cette même opé- ration les gendarmes ont traité plusieurs affaires d’atteinte à l’économie nationale et de crimes et délits de droit com- mun. Parmi ces affaires, on citera celle traité par la briga- de de Ben Zerga dans laquelle 5 personnes ont été interpel- lées pour vol qualifié suivi de coups et blessures volontaires par arme blanche. Deux autres individus ont été appré- hendés par les éléments de la compagnie de Dar El Beida en possession de 23 grammes de kif traité alors que la briga- de de Staouéli a arrêté six per- sonnes pour création d’asso- ciation de malfaiteurs.

reux pourrait améliorer les relations tendues entre les deux clubs. La ligue nationale du football ne s’est pas encore prononcée sur cette affaire. Elle doit encore entendre les deux présidents de clubs avant de trancher. Rappelons que des inci- dents graves ont accompagné le match comptant pour la 8e journée du championnat de

La compagnie de gendar- merie nationale de Baraki a également traité une affaire de cambriolage d’une grande quantité de marchandise dans un dépôt appartenant à un importateur commerçant de la commune de Baraki. L’opération a permis de récu- pérer un camion transportant plus de 600 millions de cen- times en produits agroalimen- taires volés. Les deux présu- més mis en cause ont été interpellés dans la même nuit. Trois autres individus ont été placés sous mandat de dépôt pour leur implication dans une affaire d’agression suivie d’un vol. Les malfrats ont été interpellés par la brigade de Sidi Menif. En matière de sécurité rou- tière, les représentants de la loi ont contrôlé 5.340 véhi- cules dont 22 ont été placés en fourrière et établi 1765 amendes forfaitaires alors que 1.054 ont été retirés. M. Mendaci

ligue 1 .Des échauffourées ont éclaté entre les fans du CRB et du CABBA avant que les premiers n’envahis- sent le terrain. Ces échauf- fourées se sont même pour- suivies à l’extérieur du stade. 34 personnes ont été arrêtées par la police qui les a présen- tés au procureur de la République. F. D.

dénoncé la dégradation des conditions de travail. De son coté le médecin qui a déposé une plainte au niveau du procureur a été admis au CHU de Constantine. Il devra être opéré demain au niveau maxillo-facial. Cette agression qui n’est pas la première et appelle des mesures d’urgence pour pro- téger le personnel médical et paramédical. F. D.

Bordj Bou-Arréridj

29 supporters relaxés et 5 condamnés à verser une amende

L a justice a rendu son verdict à propos des incidents qui ont

émaillé le match opposant le CABBA au CRB .Cette affaire a été jugée jeudi par le tribunal de Bordj Bou Arreridj .34 supporters des deux clubs ont comparu pour troubles à l’ordre public et destruction de biens. Ces supporters appartiennent en

majorité au club algérois .Ils sont 28 du coté du CRB et 6 du coté du CABBA .Une grande foule a suivi le juge- ment. Le verdict a soulagé les familles des accusés dont certaines se sont déplacés d’Alger .29 ont été relaxés. 5 autres accusés ont été condamnés par contre à ver- ser une amende de 50 mile dinar .Ce dénouement heu-

Un médecin spécialiste agressé aux urgences

n’était pas une urgence, la réaction de ces personnes était plus violente .Les insultes pleuvaient. Pourtant le prati- cien ne cessait d’expliquer que le malade qui était été déjà traité ne présentait aucun risque. Il avait le plâtre. Il pouvait attendre d’être auscul- té dans la polyclinique la plus proche. Mais ils ne voulaient rien entendre .Ils devenaient même menaçants .Sentant le danger le médecin a voulu appeler les agents de sécurité. Mais il

en a été empêché. Il a été coincé au bureau et roué de coups. Ses cris lui ont permis quand même d’ameuter les agents qui l’ont délivré des mains de ses agresseurs. Son confrère qui l’a examiné lui a même délivré une incapacité de travail de 30 jours .Il a reçu les premiers soins dans la même structure. A la suite de cet incident, le personnel des urgences a observé un sit in qui a duré plusieurs heures .Ils ont récla- mé une plus grande sécurité et

Un médecin spécialiste exerçant à l’hôpital Bouzidi Lakhdar de Bordj Bou Arreridj a été agressé jeudi à 14 heures 30 par les accompa- gnateurs d’un patient au pavillon des urgences de l’hô- pital. Le médecin qui a été appelé pour traiter les cas relevant de son domaine a été apostrophé durement par ces accompagnateurs pour le retard qu’il a pris avant de rejoindre son bureau aux urgences .Quand il a examiné le patient et décidé que ce

Nigeria-drogue-Iran

chargement de matériaux pour la construc- tion. L'agence nigériane de lutte contre le trafic de drogue a confirmé la saisie, annonçant dans un communiqué "la décou- verte de 130 kilos d'héroïne concentrée dans un conteneur originaire de la République d'Iran".

Nouvelle Zélande

Explosion dans une mine : 30 mineurs disparus

Une trentaine de mineurs sont portés disparus suite à une explosion dans une mine de Nouvelle-Zélande, a indiqué hier, le maire de Grey District, la localité où s'est produit l'accident. "Ce ne sont pas de bonnes nouvelles. (La police) dit qu'il y a entre 25 et 30 mineurs disparus après une grosse explo-

sion dans la mine", a déclaré le maire Tony Kokshoorn à Radio New Zealand. Grey District est une petite ville située sur la côté ouest de l'île du sud de la Nouvelle-Zélande. L'explosion se serait produite en milieu d'après-midi hier, vers 16 h 30 (3 h 30 GMT), dans une mine de charbon Pike River, selon la police.

Choléra en Haïti

Le bilan s'alourdit à 1.186 morts

Le bilan des victimes de l'épidémie de choléra, qui sévit en Haïti depuis la mi- octobre, s'est alourdi à 1.186 morts, soit 76 de plus que dans le précédent bilan diffusé mercredi, a indiqué vendredi le ministère haitien de la Santé. Selon les chiffres du ministère haïtien, le nombre d'hospitalisations a atteint

La douane nigériane saisit 130 kilos d'héroïne

La douane nigériane a annoncé hier, avoir saisi 130 kg d'héroïne au port de Lagos, capitale économique du Nigeria. Selon le porte-parole de la douane Wale Adniyi, la drogue avait été transportée sur un bateau étranger, le MV Montenegro. Il a ajouté que la douane était dans l'at- tente des résultats de l'enquête, mais a indiqué que des arrestations avaient été effectuées, sans donner davantage de détails. "Jusqu'ici dix sachets de 11,2 kg chacun et d'autres sachets plus petits de 1,2 kg ont tous été testés positifs à l'héroïne", a dit le porte-parole lors de la saisie jeudi préci- sant que la drogue était cachée dans un

Vendredi 19 - Samedi 20 Novembre 2010

Inform@tique

18

EL MOUDJAHID

I nform@tique 1 8 EL MOUDJAHID Internet On se déchire pour la toile ! Par Kamel

Internet

On se déchire pour la toile !

Par Kamel TITOUH

Au motif du non respect de la réciprocité dans l'échange de données, Google déclare la guerre ouverte à Facebook. Le pas est vite franchi par ceux qui y voient une bataille pour la suprématie sur le réseau internet.

C e que beaucoup prédisaient a fini par se produire; Google vient d'ouvrir les hos- tilités contre le site de réseau social

Facebook. Le numéro un mondial de la recherche sur internet ne permettra plus l'im- portation automatique des contacts des abonnés

à ses services e-mail, à moins qu'il n'y ait une réciprocité des flux d'information. Google accuse notamment Facebook de

puiser dans les données de ses utilisateurs sans pour autant permettre l'accès aux données de ses propres abonnés. Le premier site communautaire mondial, avec plus de 500 millions d'inscrits, dépend de services e-mail tels que le Gmail de Google pour aider de nouveaux abonnés à trouver des contacts faisant déjà partie du réseau. Quand une personne s'inscrit sur Facebook,

il lui est demandé d'entrer sa liste contacts sur

Gmail dans le système du réseau communau- taire. Facebook est alors en mesure de dire quels membres du carnet d'adresses de ce nou- vel utilisateur sont déjà inscrits.

de ce nou- vel utilisateur sont déjà inscrits. coupe net Dans un communiqué, Google estime que

coupe net

Dans un communiqué, Google estime que des sites tels que Facebook conduisent "les uti- lisateurs dans une impasse de données". Facebook n'a pas tout de suite réagi aux propos de Google. Bien que le portail internet présente sa déci- sion comme une mesure destinée à permettre aux utilisateurs de ses services e-mail de garder le contrôle de leurs données personnelles, des analystes ont estimé qu'elle s'inscrivait dans la lutte entre les deux groupes pour la prédomi- nance sur internet. "Les jeux de pouvoir à l'œuvre sur internet se concentrent dans la bataille naissante entre Facebook et Google. Ce dernier doit devenir un acteur un premier plan dans les réseaux com- munautaires mais n'a pas encore réussi à le faire", a dit Ray Valdes, analyste chez Gartner. "Si les internautes font des recherches en étant sur Facebook, s'ils écrivent des e-mails via Facebook, s'ils font de la messagerie ins- tantanée avec Facebook, alors tout ceci va se faire aux dépens de Google", a-t-il ajouté.

Une histoire pas tout à fait nouvelle

Comme l'écrivaient des titres spécialisés, "des bruits de bottes" se faisaient entendre depuis quelques temps déjà dans le camps du moteur de recherche Google, résolu à en découdre avec ce site de réseautage social dont l'audience culmine à presque 600 millions d'utilisateurs et qui, suprême menace a enregis- tré, il y a quelques mois un score financier

dépassant, pour la première fois; celui de Google. En mars dernier, la presse spécialisée rappor- tait que pour la première fois de l’histoire du web, un réseau social a généré davantage de trafic qu’un moteur de recherche. Au delà de la guerre d’audience qui fait rage entre Google et Facebook, c’est l’internet en lui-même qui subit une mutation majeure. Une étude de Experian Hitwise montre qu’aux États-Unis, pour la première fois de son histoire, sur une semaine entière, Facebook a généré davantage de trafic que le colosse Google :

7,07% contre 7,03% entre le 6 et le 13 mars 2010. Et la tendance de fond ne laisse guère de chances au leader des moteurs de recherche : en un an, Google a gagné 9% de trafic, quand Facebook progressait de 185%. D’un côté, il y a l’internet traditionnel, dans lequel le programme informatique organise la connaissance en bases de données, et de l’autre, il

y a des êtres humains, qui font remonter les infor-

mations qu’ils jugent dignes d’intérêt à des gens qui les jugent dignes de confiance. Depuis un moment déjà, Google a compris que sa concur-

rence directe ne résidait plus guère dans le search

– les google-killers cuil et bing connaissent des

fortunes diverses, mais ne sont guère parvenus à ébranler son leadership –, mais dans le social. Et de multiplier les tentatives infructeuses : Google Wave, Google Buzz, auxquelles les internautes ont réservé un accueil tiède. En 2007, Google ne s’était d’ailleurs pas caché de son intention d’in- vestir dans Facebook, avant de se faire couper

l’herbe sous le pied par Microsoft. La guerre qui

a lieu, car c’est bien d’une guerre qu’il s’agit, a

pour objet la domination de l’internet, mais sur- tout son utilisation, sa structure et son organisa- tion.

Le social en enjeu

Face au poids croissant de Facebook, Google organise l’offensive sur le terrain des réseaux sociaux. Selon Techcrunch, l’entrepri- se devrait ainsi acheter le site Jambool, qui détient le système de paiement en ligne "Social Gold". Pour 70 millions de dollars, elle place-

rait dans son arsenal cette plateforme de mon- naie virtuelle proche des Facebook Credits. Si Google s’abstient pour l’instant de communi- quer sur le sujet, l’entreprise rejoindrait dans le panier de Google d’autres start-up de social gaming. La conquête du cyber-espace social passe- ra-t-elle par le jeu ? Selon le Wall Street Journal, Google est en pourparlers pour des partenariats avec des développeurs de jeux en ligne, comme Playfish, Playdom et Zynga, créateur de Farmville, qui compte 60 millions d’utilisateurs actifs chaque mois. Le moteur de recherche n'a pour l'instant confirmé que le par- tenariat avec ce dernier. Google a également acheté Slide tout récemment. Cette entreprise de divertissement social a développé, notam- ment sur Facebook, des applications de jeux comme SPP Ranch, ou encore d’échange de vidéos et de photos comme FunSpace. Le 6 août, David Glazer annonçait la cou- leur sur le blog officiel de Google : “Une fois l’équipe de Slide intégrée, nous nous investi- rons pour rendre nos outils toujours plus ouverts socialement.” Prochains candidats à la “socialisation” : la messagerie Gmail, la suite bureautique GoogleDocs, la plateforme de blogs Blogger, Picasa et YouTube. Fin juin, une rumeur autour du projet Google Me lancée par le fondateur de Digg avait mis sur le devant de la scène l’ambition du moteur de recherche. Il s'agirait de créer un réseau social à partir des contacts de Gmail. Si Google se défend de vouloir créer une copie de Facebook, il détient déjà le nom de domaine googleme.com. Un ancien respon- sable technique de Facebook, Adam D’Angelo,

a également affirmé qu’il s’agissait d’un “vrai projet” et qu’”un grand nombre de personne

travaillaient dessus”. Techcrunch croit savoir que Vic Gundotra, un ingénieur spécialisé dans le développement mobile de Google, mènera les troupes pour tra- vailler sur ce projet de réseau social. La conver- sion s’annonce en tous cas longue, lente et pas très transparente. L’entreprise de Mountain View s’est pour- tant pris quelques gadins dans l'aventure du réseau social. Dernier râteau en date : Google Wave, qui sera abandonné avant la fin de l’an- née. La plateforme qui devait révolutionner le travail en groupe s’est avérée trop complexe pour attirer le public. De même, début 2010, la tentative d’hybri- dation de Facebook et Twitter, Google Buzz, a fait un flop relatif. Intégré à Gmail, la fonc- tionnalité a tout de même mieux marché que les Google Profiles. Quant au réseau social pur

et dur Orkut, lancé en 2004, il n’a connu le suc-

cès qu’au Brésil et en Inde, où Facebook gagne du terrain. Des échecs à répétition qui ne font que confirmer qu’”il manque une culture sociale à Google”, comme l'explique Frédéric Filloux, éditeur de la lettre d’information Monday Note. “Google est une entreprise d’ingénieurs. Ils ne prennent pas beaucoup de décisions à partir de leur instinct, estime-t-il. Ils tentent de prendre pied dans un secteur qui n’est pas dans leurs gènes au départ, or on ne peut pas chan- ger son coeur de métier par des acquisitions. A mon avis, ils ne réussiront pas à prendre cette vague.”conclut-il Pour faire face à la concurrence que lui impose face book, Google s'esssaie au monde du réseau social. Google se prépare à une nouvelle tentative pour déchiffrer le monde des réseaux sociaux appartenant à Facebook, et dans une moindre mesure, Twitter. Pourquoi Google voyage sur cette voie une fois de plus? Ne sont pas les échecs de Dodgeball, Orkut, Jaiku, Buzz, Wave, etc suffi- sant pour Google se rendre compte qu’il ne comprend tout simplement pas de réseau social? Peut-être, mais Google ne peut pas se per- mettre de regarder le web devenir social sans elle. Paul Adams chercheur de Google explique ce qui se passait autour du Web; les gens achè- tant en ligne sont plus enclins à faire confiance

achè- tant en ligne sont plus enclins à faire confiance à leurs amis que les étrangers

à leurs amis que les étrangers – ou des annonces de recherche.

Pensez-vous que Facebook ou Google est

plus

fiable si vous songez à acheter le nouveau

CD

de Prince? Ou un nouveau club de golf?

Aujourd’hui, c’est probablement Google, mais assez tôt vous pourriez être consulté par des amis Facebook sur quoi acheter. C’est cette menace qui gêne les dirigeants

de Google.

Adams a révélé certaines de ces menaces

lors de sa présentation en lançant une nouvelle

stratégie « Google-me. »

Faire dans le social est capital

Mais une chose à garder dans l’esprit: Cette présentation n’est pas nouvelle. Et ce n’est pas nécessairement une indication de la façon dont Google entend agir. La société a des centaines de chercheurs et compte bien s'installer dans les réseaux sociaux. Car, il ne compte pas se laisser distancer par Facebook. Le géant du Web prépare bel et bien une contre-attaque, a indiqué son patron dernièrement, lors de la conférence Zeitgeist, à Scottsdale, en Arizona. «Nous essayons de prendre les produits princi- paux de Google et d'y ajouter une composante sociale» , a confié à cette occasion Eric Schmidt, PDG de Google. Selon le Wall Street Journal , il estime que «l'idéal serait que Facebook ouvre ses données. À défaut, il y aura d'autres moyens d'obtenir cette information» . Appelé «Google Me» en interne, l'offre de Google consisterait à permettre aux internautes d'accéder depuis des services Google à des données qu'ils ont partagées sur d'autres réseaux sociaux, comme le site de microblog- ging Twitter ou la plate-forme de partage de photos Flickr, éditée par Yahoo!. De même,

Google pourrait devenir plate-forme de jeux communautaires en ligne (social games), où les internautes accéderaient aux jeux populaires sur Facebook comme Farmville et Mafia Wars édités par Zynga, Playfish et autres Playdom. Enfin, Google chercherait à informer les inter- nautes en temps réel des vidéos consultées par leurs amis sur YouTube. Google s'était fait remarquer cet été en mul- tipliant les acquisitions de start-up spécialisées dans le Web social, notamment l'éditeur d'ap- plications pour réseaux sociaux Slide, la socié- té Jambool, qui édite le système de monnaie virtuelle en ligne Social Gold, et l'éditeur de jeux en ligne SocialDeck. Si Google voit sa domination du Web mon- dial défiée par l'émergence rapide de sites comme Facebook et Twitter, qui changent l'ac- cès des internautes à l'information, le spécialis- te de la recherche en ligne n'est pas un nouvel entrant du Web social. Dès 2004, ayant échoué à racheter le site Friendster, l'un des champions de l'époque, Google a développé en interne son réseau social. Appelé Orkut, il s'est hissé à la premiè- re place sur des marchés majeurs comme le Brésil ou l'Inde. Mais, à l'inverse de Facebook, Google n'a pas su transformer l'essai à l'inter- national et voit même, comme en Inde, le numéro un mondial des réseaux sociaux détrô- ner peu à peu Orkut. Google a également raté le virage du temps réel. Le groupe vient ainsi d'annoncer la ferme- ture de son plus récent et ambitieux projet, le service de communication communautaire Google Wave. De même, Google Buzz, la fonc- tion sociale ajoutée à sa messagerie Gmail, a suscité une levée de boucliers des internautes soucieux de leur vie privée au lieu d'éveiller leur enthousiasme.

K. T.

La reine d'Angleterre y est

Après avoir ouvert une 'chaîne' royale sur YouTube, un compte Flickr et un fil Twitter, la reine d'Angleterre s'apprête à lancer sa propre page Facebook La famille royale y a mis en ligne des photos, des vidéos, des nouvelles et des dis- cours de la reine Elizabeth II, ainsi que de l'héritier du trône, le Prince Charles, et de ses deux fils William et Harry. En revanche, impossible pour les utilisateurs de Facebook de poster des commentaires ni d'entrer en contact ou devenir 'ami' avec la reine. Celle-ci a préféré créer une page plutôt qu'un profil personnel sur le site de socialisation, ce qui implique également que les adeptes de Facebook ne seront pas mis au courant des actualisations sur leurs 'fils d'informations'.

Guerre sur les écrans

Le film “The Social Network”, inspiré de l’histoire de Facebook, est sorti aux USA le 1er octobre (et en Europe vers le 13 octobre). Google a contre-attaqué en faisant savoir que “The Google Film” était en préparation. Le blog italien Ciaoblog parie que le film sur Facebook sera plus intéressant car, comme nous le savons, les “méchants” ont plus de succès que les “bons” au cinéma. La guerre Facebook contre Google ne concerne pas que la mainmise sur le web, car les deux géants américains s’affronteront bientôt dans les salles de cinéma. En effet, le film sur Facebook, fait déjà tant parler de lui. The Social Network, est l'oeuvre du réalisateur David Fincher (auteur de thrillers mémorables comme Seven, The Game et Zodiac) et de l’excellent producteur Aaron Sorkin (qui a travaillé pour la série culte À la Maison Blanche et le film Des hommes d’honneur).

Front contre Google?

Le partenariat anti-Google entre Skype et Facebook est en marche. Le réseau social et le service de VoIP ont tous deux annoncé l'intégration des leurs services res- pectifs. Les membres de Facebook pourront ainsi communiquer via Skype. Inversement, les utilisateurs de Skype pourront mettre à jour leur profil Facebook ou commenter ceux de leurs contacts, directement depuis le logiciel de VoIP. Ces nou- velles fonctionnalités seront lancées au travers d'une prochaine mise à jour de Skype. Ce partenariat pourrait donner du fil à retordre à Google, qui dispose de son propre service de VoIP, Voice

Vie Quotidienne

22

EL MOUDJAHID

Vie religieuse
Vie religieuse
V ie Q uotidienne 22 EL MOUDJAHID Vie religieuse Le député Hassan Djemmam inhumé à Constantine

Le député Hassan Djemmam inhumé à Constantine

Horaires des prières de la journée du samedi 14 dhoul hidja 1431 correspondant au 20
Horaires
des
prières de
la
journée
du
samedi
14
dhoul
hidja
1431
correspondant au 20 novembre 2010 :
— Dohr
12
h 33
— ‘Asr
15
h 16
— Maghreb
17
h 39
— ‘Icha
19
h 01
Dimanche 15 dhoul hidja 1431 correspondant au 21 novembre 2010 :
— Fedjr
06
h 01
— Chourouk
07
h 32

Pensée

La famille BELKHEIR, parents et alliés ont l’immense douleur de faire part du décès de leur cher et regretté fils et frère BELKHEIR Rachid survenu à Paris. La levée du corps se fera aujourd’hui samedi 20 novembre 2010 au 07, Parc Poirson - El Biar. L’enterrement aura lieu au cimetière de Sidi M’hamed - Belcourt. Que Dieu le Tout-Puisant accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons.

Condoléances

Le président, le membre du direc- toire, les cadres dirigeants ainsi que l’ensemble du personnel de la SGP/ERGTHY (travaux hydrau- liques) très affectés par le décès de

SENNI Salah Eddine

(président-directeur général de l’EGT Centre), présentent à toute sa famille leurs sincères condoléances et l’assurent de leur profonde sympa- thie en cette douloureuse circonstan- ce. Que Dieu le Tout-Puisant accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons.

Anep : 833 758

Condoléances

Le ministre, ainsi que l’ensemble des cadres et du personnel du ministè- re de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, ont appris avec émotion le décès de la nièce de Mademoiselle Abdelmoula Fadila, (cadre au ministère) En cette douloureuse circonstance, ils présentent à cette dernière ainsi qu’à toute la famille de la défunte et à ses proches leurs sincères condo- léances et les assurent de leur profon- de sympathie. Puisse Dieu le Tout-Puissant accor- der Sa Sainte Miséricore à la défunte et l’accueillir en Son Vaste Paradis. A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons.

Hassan Djemmam, député du parti du Front de libération nationale (FLN) pour la région du Machreq al Arabi, décédé mardi à Damas (Syrie) à l'âge de 63 ans, a été inhumé hier, au cimetière de la cité Zouaghi, sur les hauteurs de Constantine. MM. Abdelaziz Belkhadem, secrétaire général du FLN, Salah Djenouhat, secré- taire national à l’UGTA, les autorités locales civiles et militaires de la wilaya de Constantine, le secrétaire général de l’Union du Maghreb Arabe, M. Lahbib Benyahia ainsi qu’un représentant de la Confédération internationale des syndicats arabes et les secrétaires généraux et membres des organisations syndicales de Tunisie, de Libye, de Bahrein, du Liban et du Soudan, ont accompagné, au milieu d’une foule nombreuse, le défunt à sa der- nière demeure. MM. Abdallah Boukhelkhal, recteur de l’université Emir-Abdelkader de Constantine, Ahmed Guettiche, membre du bureau national de l’UGTA et Madani Bradaï, membre du bureau politique du FLN, ont rappelé, tour à tour, le parcours du regretté Hassan Djemmam, son engage- ment et son action syndicale aux niveaux international et arabe.

Né en 1947 à Skikda, Hassan Djemmam a poursuivi ses études à Constantine. En 1973, Il obtient une licen- ce en sociologie. En 1969, Il adhère au FLN et à l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA). Se distinguant par son action syndicale aux niveaux international et arabe, il est désigné secrétaire général adjoint de l'Union internationale des syndicats des travailleurs arabes en 1979 puis secrétaire général de la même union en 1989. Il a été réélu quatre fois à ce poste (1994-1999-

2004).

Le défunt a pris part en 1980 en tant qu'observateur aux conférences annuelles de l'Organisation arabe du travail (OAT) et l'Organisation internationale du travail (OIT). Il a été élu président du forum social arabe en 2005. Il a été également élu député FLN pour la région du Machreq al Arabi à l'APN pour plusieurs mandats où il a défendu les questions de la communauté nationale dans cette région.

Pensée

Triste et douloureux fut et sera pour toujours le 16 novembre, où nous a quittés

Triste et douloureux fut et sera pour toujours le 16 novembre, où nous a quittés à jamais notre très chère fille et sœur BOUCHEKAL Ghaïa Déjà cinq années et la douleur est toujours là, brûlante après le malheureux drame qui a bouleversé notre famille le 16 novembre 2005, la date où Allah a décidé de te rappeler auprès de Lui à l’âge de 35 ans. Tu es partie en silence, sans nous aviser, sans faire de bruit, tu es partie, certes pour un monde meilleur, mais tu vis en nous. Rien n’est plus comme avant depuis ton départ, c’est avec les larmes aux yeux et le cœur plein de chagrin que je rédige cette pen- sée. Ton absence a laissé un vide immense que rien ne pourra jamais combler. En ce pénible et dur souvenir, ta maman et ta sœur qui te pleurent tous les jours, tes frères, tes belles-sœurs et tes nièces ainsi que ton neveu que tu n’as pas connu, deman- dent à tous ceux qui l’ont connue et aimée d’avoir une tendre pensée en sa mémoire. Tu resteras toujours dans nos cœurs jusqu’au jour où nous te rejoindrons. Repose en paix kheti Laâziza et que Dieu t’accueille en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons”.

Condoléances

Monsieur Tayeb Louh, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, profondément tou- ché par le décès de

Hassen DJAMMAM

(député à l’Assemblée Populaire Nationale, ex-secrétaire général du syndicat arabe) présente à sa famille ses sincères condoléances et l’assu- re de sa sympathie en cette pénible circonstance. Qu’Allah le Tout-Puisant accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons.

Anep : 834 000

Condoléances

Le directeur général, le secrétaire général, les cadres dirigeants et l’ensemble du personnel de l’O.A.I.C. présentent à la famille HAMLOUTI, leurs sincères condolances à la suite du décès de leur collègue

HAMLOUTI Mohamed

et l’assurent en cette pénible circonstance de leur profonde sympathie. Puisse Dieu le Tout-Puisant accorder au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueillir en Son Vaste Paradis. A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons.

Anep : 834 004

 

BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03

     
 

TLEMCEN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66

ANNABA :

 
7, cours de la Révolution Edité par EPE-EURL EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue

7, cours de la Révolution

Edité par EPE-EURL EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger IMPRESSION Edition du Centre :

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-EURL

EL MOUDJAHID

ORAN Maison de la Presse 3, place du 1 er Novembre Tél. : (041) 39.34.94

MASCARA : Maison de la Presse

Tél. : (038) 84.86.38 Fax : (04) 84.86.38

Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03

Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger Tél./Fax : 021 73.56.70

Société d’Impression d’Alger (SIMPRAL) Edition de l’Est :

au capital social de 50.000.000 DA

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Directeur de la publication - Gérant

Abdelmadjid CHERBAL

 

ANNABA 2, rue Condorcet Tél. : (038) 86.64.24

CENTRE AÏN-DEFLA :

Société d’Impression de l’Est, Constantine Edition de l’Ouest :

Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)

 

Tél/Fax: 027.60.69.22

ABONNEMENTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial:

20, rue de la Liberté, Alger.

Société d’Impression de l’Ouest, Oran Edition du Sud :

BORDJ BOU-ARRERIDJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63

 

Unité d’Impression de Ouargla (SIA) DIFFUSION Centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 Est : SARL “SODIPRESSE” Tél-fax : 031 92.73.58 Ouest : SARL “SDPO” Tél-fax : 041 46.84.87 Sud : SARL “TDS” Tél-fax : 029 75.02.02 France : IPS (International Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90

Directeur de la rédaction

Larbi TIMIZAR

PUBLICITE Pour toute publicité, s’adresser

à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP”

SIDI BEL-ABBES Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42

 

DIRECTION GENERALE Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 DIRECTION DE LA REDACTION

Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43

COMPTES BANCAIRES Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté

- Dinars : 605.300.004.413/14

ALGER : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742

CONSTANTINE :

Route de Sétif 7 e km Tél. : (031) 66.49.65 - (031) 92.30.99 Fax : (031) 66.49.37

TIZI OUZOU :

 

- Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd

Les manuscrits, photographies ou tout autre document et

Internet : http://www.elmoudjahid.com

E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com

Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00

ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320

- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28

- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28

illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas

rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation

 

Sports

23

EL MOUDJAHID

Eliminatoires CAN-2012 (groupe K)

La qualification pour la phase finale n'est pas encore acquise

Le sélectionneur de l'équipe botswanaise de football, Stanley Tshosane, a estimé hier que le Botswana n'est pas encore qualifié pour la phase finale de la Coupe d'Afrique des nations CAN-2012, en dépit de sa victoire mercredi face à la Tunisie (1-0), qui conforte sa position de lea- der du groupe à l'issue de la 6è journée. "Il nous reste trois matches à jouer. Nous irons d’abord au Tchad au mois de mars et puis nous rece- vrons le Malawi au mois de juin. Nous avons treize points, il nous faut encore trois pour envisager le voyage au Gabon et en Guinée Equatoriale. Il faut que nous restions concentrés car la Tunisie et le Malawi, nos chal- lengers, sont capables de venir déjouer nos plans. Alors prudence ", a affirmé Stanley Tshosane au site de la CAF. En battant la Tunisie, le Botswana a conforté sa position de leader du groupe K avec 13 pts, devant la Tunisie, 2è avec 7 pts. "Je pense qu’il s’agit d’une étape très importante. On a gagné chez eux (ndlr, à Tunis 1-0) on a gagné chez nous. Il fallait le faire et mes joueurs l’ont fait. Je tiens à leur rendre un hommage appuyé pour ce qu’ils ont démontré sur le terrain et dans toute la période qui a précédé le match du 17 novembre", a-t-il conclu.

Protestation du Real Madrid suite à la sanction demandée à l'encontre de Mourinho

Le Conseil supérieur du sport (CDS) espagnol a demandé des sanctions à l'encontre de l'entraîneur du Real Madrid José Mourinho et l'entraîneur du Sporting Gijon Manuel Preciado, après échange des propos vifs, a indiqué hier l'instance gouvernementale. Le Real Madrid qui domine la Liga, a vivement protesté, se déclarant "surpris" que les deux entraîneurs soient traités à l'identique par l'organisme de tutelle du sport espagnol. "Notre entraîneur a fait des déclarations en apportant des arguments clairs et Preciado a répondu par des propos dépréciatifs, a souligné le directeur général du Real, Jorge Valdano, dans un communiqué. Les deux choses ne peuvent pas être au même niveau". La Commission antiviolence du CDS a estimé que les propos des deux entraîneurs avant un match entre les deux équipes, dimanche dernier à Gijon, pouvaient "contribuer à créer un climat hostile" pour ce "match classé à haut risque", finalement gagné par le Real (1-0). En conséquence, la commission a demandé à la Fédération espagnole de football

a demandé à la Fédération espagnole de football (RFEF) qu'elle adopte "les mesures disciplinaires

(RFEF) qu'elle adopte "les mesures disciplinaires opportunes" contre les deux hommes. Mourinho avait indiqué dans une émission de radio qu'il n'avait pas apprécié le choix de Preciado de ne pas aligner tous ses titulaires lors du match de Liga perdu contre le FC Barcelone (1-0), le grand adversaire du Real en Espagne. Manuel Preciado avait répondu dans une conférence de presse, en traitant Mourinho de "canaille" et de "mauvais collègue" . José Mourinho a déjà été suspendu la semaine passée par la RFEF pour deux matches jusqu'à la 12 e journée de Liga, aujourd’hui à Madrid contre Athletic Bilbao, pour avoir insulté un arbitre.

Des suspensions d'un à quatre ans à l'encontre de six membres de la Fifa pour corruption

La Commission d'éthique de la Fédération internationale de football (Fifa) a prononcé jeudi des suspensions d'un à quatre ans, à l'encontre de six membres pour avoir enfreint plusieurs articles du code d'éthique de la Fifa. La Commission d'éthique de la FIFA, présidée par Claudio Sulser (Suisse), a décidé de suspendre Reynald Temarii, vice-président de la FIFA, de toute activité liée au football (administrative, sportive ou autre) aux niveaux national et international pour une durée d'un an assortie d'une amende de 5.000 francs suisses. Amos Adamu, membre du Comité exécutif de la FIFA, a été suspendu de toute activité liée au football (administrative, sportive ou autre) aux niveaux national et international pour une durée de trois ans et une amende de 10.000 francs suisses. Slim Aloulou, président de la Chambre de Résolution des Litiges de la FIFA et membre de la Commission du Statut du Joueur de la FIFA, est suspendu de toute acti- vité liée au football (administrative, sportive ou autre) aux niveaux natio- nal et international pour une durée de deux ans et une amende de 10.000 francs suisses. Ahongalu Fusimalohi, secrétaire général de la Fédération Tongienne de Football est suspendu de toute activité liée au football (administrative, sportive ou autre) aux niveaux national et international pour une durée de trois ans. Il écope en outre d’une amende de 10 000 francs suisses. Amadou Diakité, membre de la Commission des Arbitres de la FIFA, est suspen- du de toute activité liée au football (administrative, sportive ou autre) aux niveaux national et international pour une durée de trois ans et une amen- de de 10 000 francs suisses. Ismael Bhamjee, membre d'honneur de la CAF est suspendu de toute activité liée au football (administrative, spor- tive ou autre) aux niveaux national et international pour une durée de quatre ans et une amende de 10 000 francs suisses. La FIFA avait entamé le 18 octobre 2010 une procédure à l'encontre des deux membres du Comité exécutif et a demandé à la Commission d'éthique de mener une enquête approfondie et indépendante à ce sujet.

mener une enquête approfondie et indépendante à ce sujet. Football   Coupe de l'UNAF des clubs

Football

 
 

Coupe de l'UNAF des clubs champions (demi-finale - retour)

Les Libyens de l'Ittihad aujourd'hui à Alger

Le MC Alger a repris les

entraînements jeudi dernier après

avoir

bénéficié de deux jours de

repos. Plusieurs joueurs étaient absents à cause de leur présence

avec

les sélections nationales des

A

et celle des olympiques.

Toujours est-il, les Mouloudéens

sont

contraints de gagner face à

cette redoutable formation de

l'Ittihad de Tripoli qui n'aura rien à perdre. Alain Michel, le coach du

MC

Alger, est vraiment très

inquiet à la suite de la blessure de Bendouda. C'est vraiment beau-

coup

pour une seule équipe. Outre

Derrag et Bouchama, Bedbouda et

Koudria sont venus grossir la liste

des

blessés. Les Libyens ne rejoin-

dront Alger qu'aujourd'hui. Ils

s'entraîneront à l'heure du match, 20 h, au stade de Rouiba. Il est évident que leur victoire face au

FUS

de Rabat (1à0) leur a sensi-

blement remonté le moral. D'où la nécessité pour les Algériens de les prendre très au sérieux. Cette ren- contre sera dirigée par un trio marocain qui arrivera aujourd'hui à l'hôtel Mercure. Hamid G.

Ligue1 (9 e journée)

Elle aura lieu le week-end prochain

L a Ligue1 reprendra son droit de cité le week-end prochain avec le déroulement de la 9 e

journée. Elle aura lieu sur deux

jours, vendredi et samedi. Il y aura

deux rencontres le vendredi :

MCA-USM Annaba et MCS- USMH. Toutes les autres ren- contres auront lieu le samedi. Il

faut dire que le leader, l'ESS, se déplacera à El-Khroub pour tenter

de remporter les trois points

devant une équipe quelque peu démobilisée à cause de sérieux ennuis d'argent. La sortie de la JSMB, à Blida, pour y affronter

l'équipe locale sera suivie par tous. Toutefois, les observateurs ont été surpris par la démission de Fouad Bouali qui vient tout juste de prendre en main l'équipe blidéen- ne. C'est un peu à cause de ses dif- ficultés d'obtenir la licence CAF

qu'il a pris cette décision. Le

match JSK-WAT intéressera les

spécialistes, car il nous renseigne-

ra sur la forme actuelle de la JSK. Geiger risque son poste en cas

d'un autre faux pas. La défaite des "Canaris" à El-Mohammadia a laissé des "vagues" auprès des supporters et même des dirigeants

de la JSK. MCO-USMA sera éga-

lement un grand moment de foot- ball comme le sera le derby des

hauts plateaux entre le MCEE et le

CABBA. Par ailleurs, la logique prédominera ! Hamid G.

PROGRAMME :

Vendredi (18 h) :

Au 5-Juillet : MCA-USM Annaba

(télévisé)

A Saïda (15h) : MCS-USMH

(télévisé)

Samedi (14h30) :

A Oran : MCO-USMA

Au 20-Août : CRB-ASO

A Tizi-Ouzou : JSK-WAT

A El-Eulma (15h) : MCEE-

CABBA (télévisé)

A Blida : USMB-JSMB

A El-Khroub : ASK-ESS

Equipe nationale

La guigne pourchasse les attaquants algériens

La ligne offensive de la sélection algérienne de foot- ball est restée une nouvelle fois muette mercredi contre le modeste Luxembourg en match amical, rendant encore plus difficile la mis- sion du sélectionneur natio- nal Abdelhak Benchikha qui a du pain sur la planche en prévision du prochain match face au Maroc dans le cadre des éliminatoires de la CAN-2012. Depuis le fameux quart de finale de la Coupe d'Afrique des nations

(CAN) 2010 en Angola face à la Côte d'Ivoire (3-2), l'at- taque algérienne n'a secoué les filets qu'à trois reprises, dont une fois sur penalty, pour 14 buts encaissés. Sur ces trois buts, un seul a été marqué dans une rencontre officielle (1-1 face à la Tanzanie en éliminatoires de la CAN-2012), alors que les deux autres l'ont été en matches amicaux (face aux Emirats arabes unis 1-0, et contre le Gabon, défaite 2-

1). Seul un attaquant (Rafik Djabbour) a réussi à secouer les filets depuis jan- vier dernier, alors que les deux autres buts ont été l’œuvre de milieux de ter- rain (Ziani et Guedioura). Abdelhak Benchikha a beau opter depuis sa venue pour de nouveaux atta- quants, en écartant le contesté Ghezzal pour faire confiance à des joueurs du championnat national (Zerdab et Aoudia entre autres), et Benyamina (Union Berlin/Allemagne), le résultat reste le même. En deux sorties sous Benchikha, une officielle et une autre amicale, la sélec- tion algérienne n'a marqué aucun but. La paire inédite Djabou- Benyamina, puis Zerdab- Aoudia qui a pris le relais, n'a pas réussi mercredi à

prendre à défaut l'arrière- garde luxembourgeoise qui

a adopté un système défen-

sif très renforcé sur lequel ont buté les attaquants algériens. Ce n'est pourtant pas faute d'avoir essayé:

mercredi, les attaquants se sont procuré plusieurs occa- sions nettes de scorer, mais

ils ont trouvé sur leur che- min un gardien luxembour- geois Joubert en état de grâce qui a réussi plusieurs arrêts décisifs, notamment à

la 22 e minute lorsqu'il dévie

en catastrophe un coup-

franc en pleine lucarne de Ryad Boudebouz.

En dépit de ce nul vierge,

les "Verts" ont fourni une belle prestation et dominé

de bout en bout leur adver- saire qui s'est contenté de défendre, ne se créant qu'une seule occasion dan- gereuse tout au long de la rencontre. Cette joute ami- cale a notamment permis à l'entraîneur Benchikha d'évaluer le rendement des nouveaux joueurs incorpo- rés, tels Benyamina, Djabou, Mesloub et Mostefa Mehdi Sebaa.

A quatre mois de la

réception du Maroc, dans le cadre de la 3e journée des éliminatoires de la CAN- 2012, Abdelhak Benchikha aura la lourde tâche de trouver les ingrédients nécessaires pour réveiller une attaque qui inquiète tous les amoureux des "Verts". De leur côté, les Marocains, conduits pour la première fois par le Belge Eric Gerets, ont réussi à arracher le nul (1-1), mer- credi au stade Windsor Park de Belfast, face à l'Irlande du Nord. Le but des "Lions de l'Atlas" a été inscrit par l'attaquant d'Arsenal, Merouane Chemakh, à la 55e minute de jeu. APS

Mehdi Mostefa Sbaâ

“Je suis très honoré par cette première sélection”

L e défenseur internatio- nal algérien de Nîmes Olympique (Ligue 2

française), Mehdi Mostefa Sbaâ, s'est dit hier "honoré" après sa première sélection en Equipe nationale, concré- tisée mercredi à l'occasion du

match amical disputé face au Luxembourg (0-0) au stade Josy Barthel à Luxembourg. "Je suis heureux et très hono- ré par cette première sélec- tion que j'attends depuis longtemps, maintenant je dois redoubler d'efforts pour rester aussi longtemps au sein de la sélection", a indi- qué Mehdi Mostefa à la Radio nationale. Concernant cette rencontre amicale, le défenseur algérien estime que l'équipe nationale a fourni une belle production contre une équipe luxembourgeoise qui a "refusé de jouer". "On a fait un bon match dans l'en-

semble, on a été solide, seule- ment nous étions incapables de secouer les filets en raison

de la stratégie purement

défensive adoptée par l'adver- saire. Il nous a été difficile de

contourner le Luxembourg,

malgré cela, il y avait des

points positifs à retenir de ce

match", a-t-il ajouté. Incorporé d'entrée au

ce match", a-t-il ajouté. Incorporé d'entrée au poste de latéral droit, Mehdi Mostefa Sbaâ, estime

poste de latéral droit, Mehdi Mostefa Sbaâ, estime qu'il s'est vite retrouvé sur le ter- rain grâce à l'aide des anciens. "Franchement, j'esti- me que j'ai bien réagi lors de cette première apparition. J'étais loin d'être dépaysé d'autant que les anciens joueurs m'ont mis très à l'ai- se. Toutefois, je dois perfec- tionner certaines choses pour être plus performant à l'ave- nir". Outre Mehdi Mostefa Sbaâ, deux autres joueurs évoluant en Europe ont effectué mercredi leur baptê- me de feu avec les Verts, il s'agit du milieu de terrain du Havre AC (Ligue 2 françai- se), Walid Mesloub, et l'atta- quant de l'Union de Berlin (Bundesliga 2 allemande), Karim Benyamina.

Vendredi 19 - Samedi 20 Novembre 2010

Après le nul (0 à 0) en amical entre le Luxembourg et l'Algérie Mieux qu'à

Après le nul (0 à 0) en amical entre le Luxembourg et l'Algérie

Mieux qu'à Bangui !

le Luxembourg et l'Algérie Mieux qu'à Bangui ! L es "Verts" ont joué leur match amical,

L es "Verts" ont joué leur match amical, mercredi dernier, au stade Josy Barthel du Luxembourg devant un public qui

leur était acquis quasi-exclusivement. On ne voyait que du vert. L'ambiance était vraiment parfaite et les conditions étaient favorables pour le déroulement de cette rencontre inédi- te dans de très bonnes conditions, même si le froid a obligé certains joueurs comme Boudebouz et Ziani à porter des gants. Benchikha et son groupe ont joué de mal- chance, puisqu'avant le début de cette joute amicale, on a dénombré quatre blessés parmi les "cadres" de l'équipe : Halliche, Djebbour, Bougherra et Yebda. Un véritable coup dur pour le sélectionneur national qui aspirait à renouer avec son équipe avec la gagne qui les fuit depuis plusieurs mois déjà.

Il fallait faire contre mauvaise fortune bon cœur. On peut dire que ces défections de der- nière minute ont facilité d'une certaine façon la tâche à Benchikha pour superviser tout le monde. On peut dire qu'il a atteint son objec- tif, puisque hormis Cédric, il a fait jouer tout le monde aussi bien les joueurs du cru que les trois joueurs "pros" convoqués pour ce stage luxembourgeois. Djabou a été titularisé pour la première fois, alors que Benyamina et Mehdi Mostépha ont fait leur baptême de feu. Mesloub a été incorporé en cette mi-temps à la place de Djabou. Cette équipe nationale "new look" a dominé de la tête et des épaules cette joute amicale. Physiquement, nos repré- sentants ont montré de très bonnes disposi- tions. L'adversaire s’est très bien appliqué sur le plan tactique grâce à une forme physique

appliqué sur le plan tactique grâce à une forme physique sans faille. Luc Holtz, le coach

sans faille. Luc Holtz, le coach luxembour- geois, a, certainement, demandé à ses joueurs de "boucher les couloirs". On peut dire qu'ils ont réussi dans leur opération, puisqu'ils ont empêché Boudebouz et Ziani de trouver les facilités nécessaires. Toutefois, le joueur de Sochaux s'est régalé en tentant des "trucs" qui ont donné le tournis à ses adversaires, et, sur- tout, fourni beaucoup de plaisir aux "fans" algériens. Il était comme "un poisson dans l'eau". Ziani également a fait montre d'une gran- de ébauche d'énergie en tentant beaucoup de choses, mais la voie des filets est restée "obs- truée" devant les Algériens. Certes, il manque encore beaucoup de choses sur le plan de la cohésion, mais les observateurs ont remarqué une nette amélioration par rapport à la piètre prestation de Bangui où les "Verts" sont pas- sés à côté de leur sujet. Il est évident que les Algériens restent perfectibles et peuvent, dès la prochaine rencontre amicale face à l'EN de Tunisie, s'améliorer encore plus. Des joueurs comme Djamel Mesbah, Mehdi Mostépha, Mesloub, Metref, Meftah, Benyamina ont montré qu'ils sont prêts et qu'on peut compter sur eux. Tout n'est pas encore parfait, mais l'ascension est linéaire et elle est appelée à devenir meilleure avec l'apport de joueurs qui n'ont pu prendre part à cette rencontre pour des raisons objectives : blessures. Les diffi- cultés de marquer des buts subsistent encore. Néanmoins, dans cette rencontre, les Algériens se sont créés plusieurs occasions par Mesloub, Meftah et les autres. Il faut mettre en exergue que cette équipe du Luxembourg a "fermé" le jeu en ne lais- sant que peu d'espaces à nos attaquants. Benyamina seul en pointe n'a pas eu la tâche facile. Toutefois, il a montré qu'il a des atouts à faire valoir à l'avenir et qu'il est capable de se transcender. Zerdab, le Béjaoui, a prouvé lui aussi qu'il possède une très bonne tech- nique et qu'il a évolué sans le moindre com- plexe. La passe qu'il a adressée à son compè- re de club Rabie Meftah a failli faire mouche,

Impressions

Impressions recueillies par l’APS à l’issue du match international amical Luxembourg-Algérie (0-0), disputé mercredi soir au Luxembourg.

Abdelhak Benchikha

Je suis dans l’ensemble satisfait de la prestation de mon équipe en dépit du résultat nul qui a sanctionné ce match. On aurait bien aimé gagner et ter- miner l’année sur une bonne note, ce qui nous aurait fait du bien, malheureusement nous n’avons pas pu concrétiser les occasions que nous avons eues. Nous avons bien maîtrisé le ballon et tenter de passer par les côtés et des fois par l’axe en jouant court avec de petites passes et nous nous sommes créés quelques occasions nettes qui auraient pu avoir un meilleur sort avec un peu plus de réussite. Nous avons joué face à une équipe très bien organisée et bien renforcée défensivement. L’équipe luxembourgeoise joue avec ses moyens qui consistent à bien se défendre. Ce qu’il faut tirer d’essentiel de cette rencontre, c’est que j’ai retrouvé de l’or- gueil, du vouloir et cette volon- té de vaincre chez les joueurs, ce qui nous avait fait défaut à Bangui contre la République centrafricaine. Il ne faut pas oublier également qu’il y avait beaucoup de nouveaux joueurs dans l’équipe en plus des défections de dernière minute. Je reste optimiste pour la suite, mais il me faut du temps pour travailler les automatismes et la synchronisation des trois compartiments et ceci ne vient pas en seulement quatre jours de stage. De plus j’ai récupéré

seulement quatre jours de stage. De plus j’ai récupéré l’intégralité du groupe dispo- nible que la

l’intégralité du groupe dispo- nible que la veille du match, c’est pour dire qu’il faut davan- tage de temps pour parfaire l’équipe en prévision du match contre le Maroc en mars pro- chain.

Luc Koltz

(Entraîneur Luxembourg)

Le match a été de qualité moyenne. Mon équipe a fait un match cor- rect, c’est une continuité des matches précédents où nous avions bien réagi. Nous avons été bons défensivement, et nous avons posé des difficultés à l’équipe algérienne qui ne s’est pas créée d’occasions réelles. En seconde mi-temps nous avons pris plus de risques offensifs et avec un peu plus de chance on aurait pu mar- quer. Nous avons d’ailleurs aussi raté une bonne occasion en première mi-temps. Mais dans l’ensemble au niveau du jeu c’était positif. Le niveau technique de l’équipe algérien- ne est supérieur à celui de beaucoup de nations, mais ils ont d’autres problèmes dans certaines zones où ils n’arri- vent pas à élaborer leur jeu et a le concrétiser. Il faut dire aussi que nous ne leur avons pas laissé d’espaces. Certes il y a une différence de niveau au plan du jeu entre l’équipe algé- rienne et celle du Luxembourg, mais ce qui nous intéresse d’abord c’est de se défendre et ne pas encaisser de buts.

c’est de se défendre et ne pas encaisser de buts. Anthar Yahia Je crois que nous

Anthar Yahia

Je crois que nous avons

développé un bon jeu en ayant la maîtrise totale du ballon. On s’est créé quelques occasions de marquer qu’on n'a malheureusement pas pu concrétiser. C’est malheureux de terminer l’année comme ça. Tous les joueurs ont donné le meilleur d’eux-mêmes. Les nouveaux joueurs ont de la

qualité, ce qui prouve que nous avons de bons espoirs. `

Il y avait de la générosité dans

l’effort et avec un esprit plus conquérant encore on y arrivera inchallah contre le Maroc, car c’est ce match là qu’il faut placer en point de mire.

c’est ce match là qu’il faut placer en point de mire. Walid Mesloub J’estime que l’équipe

Walid Mesloub

là qu’il faut placer en point de mire. Walid Mesloub J’estime que l’équipe a produit un

J’estime que l’équipe a produit un bon match. Elle a développé du bon jeu avec une maîtrise

totale du ballon. Ce n’était pas facile de jouer avec une équipe qui se défend à onze et malgré cela on

a eu plusieurs occasions

nettes de scorer dont la mienne. Mais il ne faut pas baisser les bras car il y a de la bonne pâte dans cette équipe. En ce qui me concerne j’ai joué sans pression et je pense que je me suis vite intégré dans l’équipe.

Mehdi Lacen

Ça n’a pas été facile car on savait que les joueurs du Luxembourg allaient jouer comme ça. On a eu du mal par moment à trouver des espaces. Contre une équipe comme ça et un terrain dans cet état ce n’était pas facile du tout. Malgré cela on est bien entré dans le match, on a poussé vers l’avant pour les provoquer un peu et on s’est créé desque je me suis vite intégré dans l’équipe. Mehdi Lacen occasions de buts mais ça n’a

occasions de buts mais ça n’a

pas encore fois réussi. On est tous venus là pour gagner. On n’a pas réussi c’est vrai mais le Luxembourg ce n’est pas une petite équipe aussi. Je sais que cela fait longtemps qu’on n'a pas gagné et que les gens ne soient pas contents mais il faut continuer à travailler et ça va payer.

Hassen Yebda

L’équipe a fait un très bon match. On a eu la maîtrise totale du match. C’est encourageant même si c’estfaut continuer à travailler et ça va payer. Hassen Yebda dommage que nous n’ayons pas pu

dommage que nous n’ayons pas pu marquer le but qui nous aurait donné la victoire. Mais il ne faut pas paniquer, il faut continuer à travailler et encourager l’entraîneur qui est en train de faire du bon boulot et inchallah on sera présent le jour J contre le Maroc.

si sa balle avait été cadrée. Cette sortie algé- rienne a laissé les spécialistes sur leur faim du fait que les "Fennecs" n'ont pas gagné, mais surtout n'ont pas manqué. Cette inefficacité qui les poursuit depuis longtemps commence à inquiéter. Les nouveaux capés ont laissé des impressions diverses. Il est certain que lors de la prochaine sortie des "Verts", le rende- ment sera certainement meilleur, eu égard à la valeur de l'adversaire. En effet, face à la Tunisie, qui est du même calibre ou presque que le Maroc, les Algériens seront on ne peut plus motivés. De plus, Benchikha a affirmé que la composante algérienne, qui affrontera le Maroc le 25 mars 2011, sera à 80% issue de cette rencontre amicale entre l'Algérie et la Tunisie. Par conséquent, la concurrence entre les uns et les autres sera très forte. La balle est dans le camp des joueurs. C'est à eux de méri- ter leur place grâce à une saine émulation. Les Algériens sont conscients des défis qui les attendent. Ils sont aptes à les relever avec suc- cès !

H. Gharbi

Les Verts dominent sans concrétiser

L'équipe algérienne de football, malgré son nul (0-0) face au Luxembourg mercredi au stade Josy Barthel, a fourni une belle prestation, mais sans parvenir à concrétiser sa nette domination durant le match. Malgré l'absence pour blessure de plusieurs joueurs-cadres, à l'image de Bougherra, Yebda, Djebbour et Halliche, les Verts ont largement dominé une équipe luxembour- geoise qui a adopté un système défensif très renforcé et sur lequel ont buté les attaquants algériens. Les hommes du coach Benchikha ont pris les rênes du match dès l'entame de la rencontre, multi- pliant les attaques lancées surtout par le duo Ziani - Boudebouz. Ce dernier a constitué un danger constant pour les défenseurs adverses, par ses dribbles dérou- tants, ses passes précises et surtout ses coup-francs. A la 22 e minute de jeu, le gardien Joubert a dù dévier en catastrophe un coup franc en pleine lucarne du meneur de jeu de Sochaux. Ce même gardien annihile une jolie action de Mehdi Lacen ponctuée par un tir (44'). Les Luxembourgeois se sont contentés d'une seule action dan- gereuse à la 10è minute de jeu, lorsque Anthar Yahia suppléa son gardien M'Bolhi lobé par le capi- taine Mario Mutsh. En seconde mi-temps, après un premier quart d'heure équilibré, les coéquipiers de Walid Mesloub, entré à la place de Djabou (46) ont repris leur domination avec plus de maîtrise, multipliant les occasions de buts. Les Algériens se sont en effet pro- curé six nettes occasions de buts, par Boudebouz (60 et 66), Benyamina (62), Lacen (68), Mesloub (79) et surtout Meftah (88). Ce dernier, engouffré dans la surface de réparation, après une lumineuse passe de Zerdab, tire en force et rate le cadre. La rencontre

a notamment permis à l'entraîneur

Benchikha d'évaluer le rendement des nouveaux joueurs incorporés, tels Benyamina, Djabou, Mesloub et Mostefa Mehdi Sebaa. Les

"Verts" se préparent en prévision de leur prochaine sortie officielle en éliminatoires de la CAN-2012, face au Maroc le 25 mars prochain

à Alger, pour le compte de la 3 e journée du groupe D.