Vous êtes sur la page 1sur 6

L’EXPRESSION DE LA COMPARAISON

La comparaison peut être exprimée par plusieurs moyens.

1. Le comparatif

Le comparatif marque les différents degrés de comparaison. Pour exprimer la supériorité, on


emploie plus… que, l’égalité aussi… que ou autant… que, l’infériorité moins… que. Après la
conjonction que est soit un groupe nominal, soit un pronom (pronom tonique, pronom
possessif, pronom démonstratif, etc.) , soit une proposition.

Quand la conjonction que est suivie d’une proposition, cette proposition est appelée
subordonnée comparative. En général, on ne maintient une proposition que lorsqu’il s’agit de
deux verbes différents.

J’ai une même moto qu’il a.  J’ai une mêne moto que lui.
Ce jeune homme est moins compétent que nous ne le pensions.
Enfin, il est arrivé avec plus de minutes de retard qu'il l'avait prévu.

 plus + adjectif (adverbe) + que : Cette construction sert à marquer la supériorité. Après
l’adverbe plus est un adjectif ou un adverbe ou bien plus de + nom au pluriel et ce en fonction
du verbe utilisé.

Jean est plus travailleur que son grand frère.


Il y a plus de soleil aujourd’hui qu’hier.
Ils parlent plus vite que nous.
Quân est plus dynamique qu’il y a un an.

Attention :
plus bon/ plus bonne  meilleur / meilleure
plus mauvais  pire
plus petit  moindre
plus bien  mieux
plus mal  pis
plus beaucoup  davantage

Il veut un travail plus intéressant et un meilleur salaire.


Mon père va mieux après l’opération.
Elle a trouvé un travail mieux payé.
Tu devras travailler davantage pour réussir à l’examen prochain.

Phan Nguyễn Thái phong / Doc de travail


On peut aussi employer plus que après un verbe (verbe + plus que…). Quand cette construction
est suivie d’une subordonnée, on emploie le plus souvent ne explétif et le subjonctif.

Il se repose plus qu’il ne travaille.


Il dépense plus qu’il ne gagne.

 aussi + adjectif (adverbe) + que : Cette construction sert à marquer la supériorité. Après
l’adverbe plus est un adjectif ou un adverbe et ce en fonction du verbe utilisé.

Jamais notre ville n’a été aussi polluée.


Ce jeune homme n’est pas aussi compétent que son oncle nous l’a dit.

 autant de + nom au pluriel + que : Quand on fait une comparaison avec un nom, on utilise
autant de + nom à la place de aussi.

Il y a autant d’idée que d’étudiants. Qu’est-ce qu’on décide alors ?


Il dépense autant qu’il en gagne.

 moins + adjectif (adverbe) + que : Cette construction sert à marquer la supériorité. Après
l’adverbe plus est un adjectif ou un adverbe ou bien moins de + nom au pluriel et ce en
fonction du verbe utilisé.

Il a avoué qu’il était moins efficace que son collègue.


Il y avait moins de monde dans la rue.

Attention : Quand il y a la négation dans la principale, aussi et autant deviennent si et tant.

La ville n’a pas été si polluée qu’on le pense.


Il n’a pas fait tant de fautes que tout le monde le pense.

 tel que… : Comme le mot tel est un adjectif, il s’accorde en genre et en nombre avec le
nom qu’il modifie.

Tu devras me rendre ce livre tel que tu l’as vu aujourd’hui !


Quand vous entrerez dans le Louvre, vous aurez l’occasion de regarder les mommies
telles que vous ne les avez jamais vues.
Le journaliste doit aborder les choses telles qu’il a vues, sans détour ni exagération.

Phan Nguyễn Thái phong / Doc de travail


 …d’autant plus + adj. + que… : Cette construction véhicule à la fois l’idée de
comparaison et de cause.

L’atmosphère de notre famille est devenue d’autant plus tendue qu’il s’est passé des
choses bizarres. (= l’atmosphère a été plus tendue parce qu’il s’est passé des choses
bizarres)

 comme

Il est petit comme un doigt.


Nous avons été accueillis comme il l'a annoncé avant.
Quand vous serez là, vous verrez la ville comme je l'ai présentée.
On peut écrire comme on parle.

 comme si… : Après cette locution, on emploie soit l’imparfait pour marquer une action
simultanée ou le plus-que-parfait pour marquer l’antériorité à l’action de la principale.

Nous nous sommes longuement parlé comme si nous étions amis depuis longtemps.
Il a décrit l’accident comme s'il y avait assisté.

 de plus en plus / de moins en moins : Ces constructions marquent la progression dans le


temps.

Le téléphone portable est de plus en plus sophistiqué et offre de plus en plus de


fonctions.
De plus en plus de Français travaillent après la retraite.
Il fait de moins en moins de fautes de grammaire.

 plus…, plus… / plus…, moins… :

Plus un journal publie d’articles scandaleux, mieux il se vend.


Plus tu voyages, plus tu connais de choses.
Plus tu travailles tard dans la nuit, pire sera ta santé.

2. Le superlatif
Le superlatif ce sont des constructions qui permettent d’exprimer le plus haut degré ou
le plus bas degré de comparaison.

 le plus / le moins + adjectif / adverbe + de… :

Ho Chi Minh Ville est la ville la plus peuplée et la plus riche du pays.

Phan Nguyễn Thái phong / Doc de travail


 le plus de + nom au pluriel / le moins de + nom au pluriel :

Attention :

A part le sconstructions ci-dessus, on peut également notre les expressions telles…

 numéro 1

Il est temps d’abandonner l’argent comme la valeur numéro 1.


Ho chi Minh Ville est le centre économique numéro 1 du pays.

 le premier, le dernier, l’unique, le seul, etc.

Pasteur est le premier à découvrir le mocrobe.


Hung est le seul ami qui soit là au moment de l’accident.

 rarissime, richissime, etc.

Il faudra protéger cette espèce devenue rarissime du monde.

Attention : Avec le superlatif, …


- on emploie souvent le subjonctif dans la subordonnée (langue soutenue).

Le journalisme est la plus belle profession que je connaisse. (A. Camus)


Ce jeune homme est le collègue le plus gentil que j’ai connu.

- on emploie l’article défini

Mexico est la capitale la plus peuplée du monde.

- on dit le meilleur (la meilleure, …), le pire, le mieux, le pis.

Des trois candidats, M. Vincent est le meilleur.

A part les moyens grammaticaux, on peut noter la métaphore et certains noms, adjectifs et
verbes qui véhiculent aussi bien l’idée de comparaison.

3. Autres façons d/exprimer la comparaison

Phan Nguyễn Thái phong / Doc de travail


 Une métaphore
La métaphore est une comparaison sans mot de comparaison.

L’homme est un loup pour l’homme.


Cet homme est un ranard.

 Certains noms
Il a un nez rouge tomate. (1)
La chèvre de monsieur Seguin a les barbiches de sous-officier. (2)

La phrase (1) peut être interprétée : il a un nez ayant a la couleur rouge de tomate et la
phrase (2) : la chèvre de monsieur Seguin a les barbiches qui ressemblent à celles d’un sous-
officier. Ce sont des façons dont on exprime son idée de comparaison que nous pouvons voire
dans certaines situations de communication quotidienne. Il est tout à fait naturel de dire par
exemple : Cet homme a un nez de perroquet. Et dans d’autres situations, les noms aussi
renferment l’idée de comparaison mais de façon plus subtile comme :
Quand on marche dans une forêt et un ami a écrasé des champignons, on peut lâcher : Ne
sois plus un bulldozer !
Dans dans un journal, on peut lire très souvent des phrases du type : Jacques Chirac a reçu
à l’Élysée son homologue américain.

 Certains adjectifs

Certains adjectifs contiennent l’idée de comparaison, tels que meilleur, pire, même, pareil,
identique, analogue, autre, différent, etc.
Beaucoup de jeunes ont quitté leur village pour aller en ville chercher un
meilleur avenir.
La situation est devenue pire après la déclaration du Contrat de Nouvelle
Embauche.

Par ailleurs, il y a aussi des adjectifs qui dérivés d’un nom, expriment une comparaison de
façon implicite, par exemple : soyeux, terreux, onduleux, lacté, etc.

Elle a les cheveux soyeux. (= ses cheveux sont comme de la soie)


De temps en temps, on aperçoit des visages terreux des mendiants au centre-ville.
(son visage est brun comme la couleur de la terre)

 Certains verbes
Le verbe peut lui aussi être un moyen d’exprimer la comparaison, par exemple : ressembler
à, tenir de, etc.

De loin, sa maison ressemble à un hangar.


Il tient de son père.
Phan Nguyễn Thái phong / Doc de travail
En voici quelques verbes qui renferment l’idée de comparaison : s’améliorer, s’appauvrir,
s’empirer, se raréfier, préférer, etc.

Moi, je préfère aller dans la montagne. (j’aime mieux aller dans la montagne)
La situation d’emploi s’empire après l’époque dite “plein emploi”. (La situation
d’emploi devient pire...)
Les tigres se raréfient à cause des chasses illégales. (Les tigres deviennent
plus rares)

Phan Nguyễn Thái phong / Doc de travail