Vous êtes sur la page 1sur 24

CE NTRE DE S E COURS PRINCIPAL

BE S ANCON CE NTRE
BURE AU FORMATION

MEMENTO
TECHNIQUES D’ATTAQUE
ET
UTILIS ATION DES LANCES A EAU A MAIN

DOCUMENTS DE REFERENCE
GNR Lances à eau à main – Août 2007

Document réalisé par l’ ADC BRIOTET – Bureau formation CSP BESANCON CENTRE - 2012
RAPPE L DE QUELQUES DEFINITIONS

• PLAFOND DE FUMEES
Couches successives de fumées et de gaz potentiellement inflammables accumulées en partie haute d’un
contenant.

• FEUX DE CONTENANTS
Feu de locaux (appartement , bureau, cave, magasin ,parc de stationnement…) ou d’éléments constitutifs de
bâtiment
(cage d’escalier, mur, gaine terrasse….).

• INERTAGE
Action du binôme d’attaque destinée à rendre inoffensif le plafond de fumées par impulsion ou par la technique du
crayonnage.

• PHENOMENES THERMIQUES
Manifestation visible consécutives au développement normal d’un feu, à distinguer:
 les rouleaux de flammes (roll over)
 l’embrasement généralisé éclair (flash over)

• ACCIDENTS THERMIQUES
Fumées surchauffées accumulées dans un local clos explosant par un apport d’air non contrôlé, il s’agit
principalement d’une explosion de fumées (backdraft).

• RELEVE D’ATTAQUE
Phase au cours de laquelle un binôme est désigné pour relever un binôme en phase d’attaque afin de poursuivre la
mission.

RAPPE L SUR LES MODES D’ACTION DE L’EAU

• Par production de vapeur d’eau


• Par soufflage
• Par dispersion

RAPPE L DU DES EFFETS DE LA PRODUCTION DE VAPEUR D’EAU

• Inertage (action dans le domaine de l’inflammabilité)


La vapeur d’eau produite abaisse la teneur en oxygène au voisinage des flammes.

 A 100°C 1 litre d’eau qui se vaporise produit 1700 litres de vapeur.


 A 500°C 1 litre d’eau qui se vaporise produit 4200 litres de vapeur.

• Etouffement (action sur le comburant)


La vapeur produite limite l’apport d’air aux flammes.

• Surpression ( action sur le combustible gazeux)


En volume semi-ouvert, la vapeur d’eau produite crée une surpression qui va « chasser » vers l’extérieur une partie
de la couche de fumées.
POSSIBILITES OPERATIONNELLES DES LANCES A EAU A MAIN

Au cours d’une phase d’attaque, le porte-lance doit pouvoir:

• atteindre le foyer en bénéficiant d’une portée efficace


• absorber la chaleur par une répartition convenable de l’eau
• se protéger ou préserver une structure par la création d’un écran d’eau

Le réglage de la lance s’articule au tour de la « REGLE DES 4 D »

L’action du porte-lance et sa capacité à choisir le type et la


direction du jet ainsi que le débit et la durée à appliquer,
sont décisives pour l’efficacité de l’attaque.
JET DROIT ou JET « BATON »

AVANTAGES • grande portée


• bonne pénétration
• faible surface de contact
INCONVENIENTS • mauvais refroidissement
• création de dégâts importants

UTILISATIONS PRECONISEES
• attaque à l’air libre
• attaque à distance
• nécessité d’un effet mécanique ou pénétrant dans un e masse
combustible
• extinction d’une grande surface en feu
• écran d’eau de grande portée
• extinction par vent fort

JETS DIFFUSES
• bonne pénétration
AVANTAGES • grande surface de contact
• bon refroidissement
INCONVENIENTS • portée moyenne

UTILISATIONS PRECONISEES
• attaque en volume clos ou semi-ouvert
• attaque massive
• feux virulents
• test du plafond
• inertage des fumées
• inertage par création de vapeur d’eau
• attaque de certaines nappes d’hydrocarbures en feu

AVANTAGES • très grande surface de contact


• très bon refroidissement
INCONVENIENTS • portée faible

UTILISATIONS PRECONISEES
• écran de protection thermique sous la forme d’un rideau
d’eau
• protection du binôme en cas de survenue soudaine d’un
fort dégagement de chaleur, d’un embrasement
généralisé éclair
MODES D’APPLICATION DES JETS

• PAR IMPULSION

Le porte-lance projette des volumes d’eau sur le foyer ou dans le plafond de fumées par une action complète
d’ouverture/fermeture, de l’ordre de 1 à 2 secondes.
Cette méthode permet de neutraliser l’énergie au sein d’un plafond de fumées, notamment pour prévenir tout
phénomène thermique et évite de perturber la stratification des fumées (déstratification).

1 à 2’’

• DE COURTE DUREE

Le porte-lance conserve le robinet de lance en position « ouverte » quelques secondes afin de projeter une quantité
d’eau contrôlée.
Cette méthode permet, entre autres, de limiter les dégâts des eaux et d’observer l’action de l’eau sur le foyer.

• EN CONTINU

Le porte-lance conserve le robinet de lance en position « ouverte ».


Cette méthode est utilisée lorsque l’extinction nécessite un volume d’eau important ou pour couvrir une grande
surface.
APPLICATION DANS L’ESPACE ET TECHNIQUES DU CRAYONNAGE

• CRAYONNAGE - TECHNIQUE DU « 8 »

Le porte-lance manipule la lance en effectuant un « 8 » en débutant par le haut du volume , cette technique permet
un balayage global du volume en continu.
APPLICATION DANS L’ESPACE ET TECHNIQUES DU CRAYONNAGE

• CRAYONNAGE - TECHNIQUE DU LETTRES « T-Z-O »

Le porte-lance manipule la lance en traçant une des lettres T, Z ou O, le point de départ de la réalisation de la lettre
est TOUJOURS en partie haute.

Le porte-lance trace la lettre et ferme sa lance.

Le tracé de la lettre a pour objectif de diriger le jet dans l’espace de manière dynamique en fonction de la
configuration des lieux et du tracé de chaque lettre.

La fermeture de la lance après un tracé permet d’évaluer le


résultat de l’action entreprise.
GESTION DES DEBITS
Le débit appliqué doit être ADAPTE en tenant compte:

• intensité du foyer
TYPE DE FEU • volume à éteindre important
• potentiel calorifique éleva
• matières en feu nécessitant une quantité d’eau élevée…
• débit élevé au début de l’attaque, voire maximale dans le cadre d’une attaque massive
• adaptation en cours de lutte en fonction de l’efficacité de l’action ou rétrogradation en
PHASE DU FEU cas d’attaque massive
• débit faible pour les phases de noyage lors du déblai
• propagation
RISQUES • signes annonciateurs d’un EGE
POTENTIELS • menace pour les intervenants
• situation précaire (bord d’un toit, échelle…)….

REGLES DE SECURITE INDIVIDUELLE ET COLLECTIVE


• Contrôle croisé des EPI
• Binôme INDISSOCIABLE
 utilisation de la ligne de vie si nécessaire (ligne guide + LPE)
• Stabilité des structures bâtimentaires
 évaluation aux abords des bâtiments sinistrés avant toute pénétration puis lors des progressions
 appréciation de la stabilité du sol et surveiller les parties d’ouvrage pouvant tomber
• Contrôle du jet de la lance
 prendre garde de ne pas diriger le jet de sa lance vers un autre binôme engagé afin d’éviter tout accident
 INTERDICTION de projeter de l’eau sur les EPI d’un équipier soumis à un rayonnement thermique pour le
refroidir (risque de brûlure grave)
• Fermeture de la lance lors des déplacements ou lorsqu’il n’aperçoit plus le feu
• En cas de coupure d’alimentation en eau , veiller à laisser la lance partiellement ouverte
 évite tout accident en cas de remise en pression inopinée (coup de bélier, déséquilibre…)
 La présence d’étincelles, l’audition de crépitements, la sensation de picotements peut indiquer la
présence d’équipements sous tension (risques électriques)
 mise en sécurité du binôme d’attaque
 informer le chef du dispositif
• Prévoir un itinéraire de repli et de secours à emprunter tel que:
 communications existantes (escaliers, couloirs, terrasses, toiture…)
 ouvertures (fenêtre, portes, trappes…)
 ligne guide mise en place
 ligne guide représentée par l’établissement (le porte-lance ferme la lance et le binôme suit le tuyau jusqu’à la
sortie)
 échelle portable ou aérienne accessible par une ouverture (fenêtre, terrasse…)….
• Communication au sein des binômes
• Renseigner le chef du dispositif sur l’évolution de la situation
• Demande de moyens pouvant faciliter leur action (moyens de ventilation…)
DIFFERENTES POSITIONS D’ATTAQUE ET DE PROTECTION

Position du binôme debout


Avec une lance à double poignée

En cas de besoin
(retour de flamme….), le
binôme peut effectuer une action de
repli en se protégeant avec
la lance en jet diffusé de protection
au débit maximum

En cas de survenue d’un phénomène


thermique, le binôme DOIT se jeter au sol
regroupé et face contre terre, et maintenir la
lance au-dessus des casques en jet diffusé
de protection au débit maximum
PRINCIPES GENERAUX D’ATTAQUE

• Positionnement du binôme d’attaque

 à l’air libre et dans la mesure du possible , le binôme


d’attaque se place au niveau du plan du feu ou légèrement
au-dessus, hors de portée des fumées et du rayonnement
 veille à sa protection contre les chutes de hauteur et à la
stabilité de sa position
 utilise les moyens de protection et de couverture existants
(parties portantes d’une construction, derrière un mur…) afin de
sécuriser son action

• Attaque du côté non par le feu et les fumées

 dans la mesure du possible, attaquer du côté non atteint par


le feu et les fumées afin de travailler dans de bonnes conditions
et d’empêcher toute propagation.
 à l’air libre, l’attaque doit être menée dans le sens du vent

• Attaque finale avec jet diffusé adapté

 après la méthode d’attaque initiale, et dès que le binôme


peut s’approcher du foyer, un jet diffusé adapté, englobant
les matières en ignition et les fumées est appliqué en jets
successifs de courte durée afin d’abattre définitivement les
flammes

• Arrêt d’une propagation

 enraye une propagation entre une zone en feu et une zone non atteinte en
créant une écran d’eau
PRINCIPES GENERAUX D’ATTAQUE

• Arrêt de la projection d’eau

 afin d’évaluer l’efficacité de son action, le


porte-lance interrompt momentanément la
projection d’eau pour permettre à la vapeur de
se dissiper

• Limitation des dégâts dus à l’action de la lance et aux


eaux d’extinction

 veiller à ne pas atteindre les objets afin de ne pas les


détériorer
 ne projeter que l’eau nécessaire pour limiter les dégâts
des eaux

• Fuite de gaz enflammée

 veiller à ne pas éteindre la flamme, l’accumulation de


gaz consécutive à cette extinction pouvant provoquer une
explosion
 l’action du porte-lance consistera à protéger, si possible ,
les éléments menacés par le feu
 en présence de fumées limitant la visibilité, une « flamme
sifflante » doit alerter le binôme d’attaque sur la présence
possible d’une fuite de gaz enflammé
ATTITUDES DU BINOME D’ATTAQUE
ATTITUDE DEFENSIVE ATTITUDE OFFENSIVE
• consiste en l’absence de danger identifié, à procéder à
•consiste à privilégier sa protection dans son action l’attaque avec la technique adaptée
• le binôme progressant vers le feu tout en effectuant une
• mise en œuvre en présence de dangers identifiés: lecture REGULIERE de la situation
 risques d’accident thermique • l’attaque DOIT être menée rapidement et efficacement en
 risques de phénomènes thermiques vue d’effectuer un sauvetage éventuel, de procéder à
 menace d’effondrement l’extinction au plus tôt et de stopper ou d’éviter toute
 intensité thermique propagation
 menace de propagation • le binôme DOIT se tenir prêt à adopter une attitude
défensive en cas de danger
• action générale visant à contrôler autant que possible le peut être soutenu par des mesures coordonnées telles qu’:
sinistre dans son développement ou sa propagation sans  une ventilation,
s’enger inconsidérément un binôme en appui et en soutien
 un binôme de sécurité en protection
 la création d’un itinéraire de repli

METHODES D’ATTAQUE
• Attaque directe

 Projection en jet diffusé d’attaque ou jet droit directement sur un foyer localisé et visible.
 Application par jets de courte durée directement sur le combustible en feu et jusqu’à ce l’atmosphère s’assombrisse.
 Sur des foyers importants ou de grande surface à l’air libre, le jet droit en continu, et en balayage peut être utilisé.
METHODES D’ATTAQUE
• Attaque indirecte – Méthode 1

• Attaque indirecte – Méthode 2

• Attaque indirecte – Méthode 3


METHODES D’ATTAQUE
• Attaque combinée

• Protection d’une façade pour


enrayer une propagation
extérieure

• Attaque en hauteur
PRINCIPES D’ATTAQUE EN VOLUME CLOS OU SEMI-OUVERT

• Comment évaluer la température d’un ouvrant?


 toucher l’ouvrant (bâti, vitre, poignée…) avec la main , sans gants si nécessaire du BAS vers le HAUT.
 dans le cas d’une porte , l’évaluation peut être réalisée par la projection d’une faible quantité d’eau sur le haut de
la porte avec la lance, la production de vapeur d’eau indiquant un niveau thermique

Le test du plafond doit être de manière


SYSTEMATIQUE AVANT TOUTE
PENETRATION, et REGULIEREMENT
LORS DES PROGRESSIONS
PRINCIPES D’ATTAQUE EN VOLUME CLOS OU SEMI-OUVERT

LORSQUE LA PENETRATION DUBINOME A L’INTERIEUR DU VOLUME EST ENVISAGEABLE,


LES REGLES DE SECURITE DOIVENT E¨TRE APPLIQUEES:

 STABILITE DE L’EDIFICE
 POSITIONNEMENT DES INTERVENANTS
 PRESENCE D’UN ETABLISSEMENT ALIMENTE ET PERMANENCE DE L’EAU…
ARBRE DECISIONNEL DU BINOME D’ATTAQUE
PRINCIPES D’ATTAQUE EN VOLUME CLOS OU SEMI-OUVERT

En cas de risques d’EGE , le binôme


d’attaque EVACUE LE LOCAL
IMMEDIATEMENT sous la protection
de la lance en jet diffusé d’attaque
500l/min dirigé dans les couches de
fumées.
PRINCIPES D’ATTAQUE EN VOLUME CLOS OU SEMI-OUVERT

IMPORTANT
PRINCIPES D’ATTAQUE EN VOLUME CLOS OU SEMI-OUVERT
AUTRES POSSIBILITES D’UTILISATION DES LANCES

Ecran d’eau pour protéger


un élément menacé par le feu ou
couper une éventuelle
propagation de l’incendie par le
rayonnement

Ecran d’eau pour stopper la progression


d’un nuage de gaz ou de vapeurs.
RECAPITIULATIF UTILISATIONS DES LANCES (liste non exhaustive)
NOTES PERSONNELLES