Vous êtes sur la page 1sur 1

Comment écrire des articles scientifiques ennuyeux - Enro, scientifique et citoyen

Enro, scientifique et citoyen


Pour une science ouverte et des citoyens éclairés

Comment écrire des articles scientifiques ennuyeux


Par Enro, dimanche 10 juin 2007 à 15:21 :: #174 :: rss :: tags communication scientifique, recherche

Il est acquis qu'il y a un monde entre les cahiers de laboratoire, les conversations de couloir et ce que les
chercheurs publient finalement dans les articles — ce que Pierre Bourdieu nommait l'"hypocrisie de la littérature
1
formelle"[ ]. Faisant ce constat au quotidien, comme le Doc' et d'autres, Kaj Sand-Jensen s'est demandé pourquoi il
est difficile — voire impossible — d'écrire un article scientifique sur un autre mode que le style impersonnel et
froid, et pourquoi est-ce qu'après tout, la littérature scientifique est si ennuyeuse alors que la science devrait être
2
amusante et attirante[ ] ! Il a ainsi déterminé 10 facteurs rendant les articles ennuyeux, qui sont autant de
recommandations à suivre pour être barbant :

1. se disperser : rien de tel que de longs passages non motivés ou sans différence entre ce qui est important
et ce qui ne l'est pas pour dissimuler les idées floues de l'auteur, là où il devrait se concentrer sur un petit
nombre d'hypothèses claires ;
2. être banal : publier des expériences et observations qui ont déjà été faites cent fois avec le même
résultat, sans expliquer les conditions expérimentales et avec à peine plus d'enthousiasme, merci !
3. être long : il ne faudrait jamais se laisser inspirer par des articles courts, même quand ils sont écrits par
de fameux prix Nobel et publiés dans des revues prestigieuses comme Science ou Nature ! Comme chacun
sait, seuls les longs articles permettent de montrer toute la sagesse et la perspicacité dont vous être
capable ;
4. se passer d'implications et de spéculations : si vous voulez vous assurer des années de travail, évitez de
tout écrire dans votre article ; ne mentionnez pas ces spéculations gratuites et ces relations avec d'autres
domaines d'étude qui risqueraient de vous mettre en concurrence avec des collègues et de rendre l'article
attrayant. N'écrivez pas comme Watson et Crick : It has not escaped our notice that the specific pairing
we have postulated immediately suggests a possible copying mechanism for the genetic material.
5. se passer d'illustrations, surtout quand elles sont bonnes : les illustrations font en effet plaisir au
lecteur et stimulent l'imagination du poète, alors que chacun sait que la littérature scientifique ne doit
pas être imaginative. De plus, pourquoi dire avec une image ce que l'on peut dire avec mille mots ?
6. zapper des étapes nécessaires de son raisonnement : pourquoi faire des efforts pour bien détailler les
étapes de son raisonnement afin d'être compris par tous quand, au fond, on s'adresse à une élite qui
comprend très bien les allusions implicites et les passages un peu elliptiques ?
7. multiplier les abréviations et termes techniques : comme les scientifiques ont sué sang et eau pour
apprendre les termes techniques de leur discipline, il est juste qu'ils les utilisent à leur tour
abondamment, éventuellement afin de masquer leur manque de maîtrise du sujet. C'est aussi un excellent
moyen d'éviter des découvertes interdisciplinaires — nonobstant un investissement dans des traductions
entre les différents jargons ;
8. supprimer l'humour et le langage fleuri : la science se doit d'être sérieuse et a une réputation à
défendre, donc pas question d'appeler l'espèce de méduse que vous venez d'identifier Lizzia blondina ;
9. réduire la biodiversité et la nature à des données statistiques : pas la peine de faire un fromage sur ce
bout de forêt qui abrite de nombreuses espèces rares puisqu'on trouve un nombre non significativement
différent d'espèces rares dans la forêt voisine. Le but de tout travail en écologie est de tester
statistiquement différents modèles — souvent interchangeables, ce qui ne rend l'écriture que plus
ennuyeuse ;
10. citer et citer encore, surtout pour des trivialités : une astuce imparable si, malgré ces conseils, votre
article commence à être intéressant : citez à tour de bras, même quand c'est inutile, et plutôt deux fois
qu'une ! Ainsi, le lecteur est ralenti dans sa lecture, l'information importante lui est cachée et l'article
possède deux fois moins de texte Et si vous avez des doutes… citez vous vous-mêmes, peu importe si c'est

http://www.enroweb.com/blogsciences/index.php?2007/06/10/174-comment-ecrire-des-articles-scientifiques-ennuyeux (1 sur 11)19/01/2008 23:26:41

Vous aimerez peut-être aussi