Vous êtes sur la page 1sur 36

INVESTIR AU

GRANDS CHANTIERS
AGRICULTURE

CAMEROUN
ENERGIE
MINES
Novembre 2015 - N° 43

INDUSTRIE
SERVICES
FINANCE

COP 21
Les engagements
du Cameroun
pour préserver
la planète

Un câble à fibre L’industriel Nana Djomou


optique de investira 17,5 milliards
5900 km reliera le FCFA pour produire des
Cameroun au Brésil jus de fruits
INVESTIR
AU
Retrouvez
chaque jour
l’actualité

CAMEROUN
économique
du Cameroun

.COM
L’APPLICATION SUR IPHONE, IPAD ET ANDROID
Yasmine Bahri-Domon,
directrice de la publication

Enjeux climatiques sur l’avenir


de l’humanité
Le réchauffement climatique est devenu un climatique. Bien que ne contribuant qu’à 2%
véritable enjeu pour la sauvegarde de l’hu- des émissions de gaz à effet de serre, le conti-
manité, c’est ainsi que Paris accueille du 30 nent paie énormément l’impact du change-
novembre au 11 décembre la Convention ment climatique. Ainsi, selon les chiffres de
cadre des Nations Unies sur les changements l’OCDE, 76% des financements sont dédiés
climatiques (COP 21). Le réchauffement cli- à la réduction des émissions de gaz à effet
matique sonne comme une menace contre de serre, et seulement 17% pour financer
l’humanité toute entière, mais aussi contre les l’adaptation des pays aux changements cli-
économies africaines. Les décisions des négo- matiques. Le Cameroun n’a tout de même
ciations de la Conférence de Paris devraient pas attendu pour mettre en application des
aboutir avec une réelle volonté politique à la mesures et actions concrètes en faveur de la
mise sur pied d’un accord juridique, finan- protection du climat. A la lecture de son plan
cier et technologique sur le climat. d’action pour l’accord de Paris 2015, le Ca-
Il va sans dire que la Chine et les Etats-Unis meroun déroule un ambitieux programme
représentent à eux seuls environ 40% des clairement spécifié qui consiste à intégrer les
émissions de gaz à effet de serre responsables changements climatiques dans la planifica-
du dérèglement climatique. Dans cette partie tion nationale et les politiques sectorielles, et
des négociations, et tenant compte des en- entre autres à renforcer la gestion des forêts,
jeux, il est à se poser la question de savoir si la conservation de la biodiversité, le verdisse-
la voix des pays du Sud sera prise en compte ment (intensification, sédentarisation) de la
lors des débats. La position du Cameroun politique agricole, l’augmentation de l’offre
dans ce concert des nations pour la sauve- énergétique et l’amélioration de l’efficacité
garde de l’humanité est sans équivoque. Le énergétique, avec 25% d’énergie renouve-
Cameroun est un faible émetteur de gaz à lable dans le bouquet électrique à l’horizon
effet de serre et entend réduire de 32%, à 2035. Le tout s’appuyant sur les pays déve-
l’horizon 2035, l’empreinte carbone de son loppés de par le financement, les actions de
développement par rapport à 2010. A cela renforcement des capacités et le transfert de
se pose la nécessité des financements et des technologies. Cet ensemble de mesures fortes
appuis technologiques à la mise en place de a pour effet de contenir l’augmentation de
cet engagement. la température tout en soutenant l’accéléra-
L’Afrique moins polluante se trouve désa- tion de la croissance. Le Cameroun s’inscrit
vantagée dans la répartition des 100 milliards ainsi dans le cadre logique des conférences de
de dollars de financement d’aide annuels des Kyoto, Bali, Copenhague, Cancùn, Durban,
pays riches aux pays pauvres promis pour Doha, Varsovie et Lima pour un aboutisse-
2020 afin de lutter contre le changement ment consensuel de la COP 21 à Paris.

Novembre 2015 / N° 43 -3-


AU SOMMAIRE
DOSSIER AMBASSADEUR DU MOIS

08 • C OP 21 : le Cameroun joue sa partition pour  erzak Bedjaoui : « Notre ambition : retenir le
12 • M
la mise au vert de la planète Cameroun comme pays pivot en zone Cemac »
09 • O
 bjectif : réduire les émissions des gaz à effet
de serre de 32% à l’horizon 2035
09 • P romesse d’une symbiose parfaite entre
développement agricole et protection INVESTIR AU CAMEROUN
de l’environnement
Editeur
10 • L a bouffée d’oxygène des énergies renouvelables Stratline Limited

10 • S iffler la fin des pertes et du gaspillage de Directrice de la publication


Yasmine BAHRI-DOMON
l’électricité pour asseoir l’efficacité énergétique
Rédaction
11 • L a parade des transports collectifs et des Beaugas-Orain DJOYUM, Ayissi LE BEAU, Mamadou CISSÉ,
Muriel EDJO, Brice R. MBODIAM.
véhicules bas-carbone
Opérateur
11 • L ’épineuse question des financements Médiamania Sàrl
www.mediamania.pro
Maquette : Jérémie FLAUX, Réalisation web : Christian ZANARDI,
LEADER DU MOIS Corrections : Xavier MICHEL

Régie publicitaire
regiepub@investiraucameroun.com
Au Cameroun
Albert MASSIMB, almassimb@yahoo.fr
Tel : 00 237 94 66 94 59 ou 00 237 77 75 13 98

Impression
Rotimpres, Aiguaviva, Espagne

Distribution Cameroun
Albert MASSIMB, almassimb@yahoo.fr
Tel : 00 237 94 66 94 59 ou 00 237 77 75 13 98
34 • Issofa Ncharé : gendarme en chef du secteur des Gratuit – Ne peut être vendu
assurances en Afrique centrale et de l’Ouest info@investiraucameroun.com - www.investiraucameroun.com

-4- N° 43 / Novembre 2015


GESTION PUBLIQUE P 1617 AGRO P 1820

FINANCE P 2122 TELECOMS P 2325

ENERGIE P 2628 TRANSPORT P 29

INDUSTRIE P 3031 MINES P 3233

Novembre 2015 / N° 43 -5-


CASTING
MARIO DE ZAMAROCZY

Selon Mario De Zamaroczy, le chef


de la mission d’évaluation que le
Fonds monétaire international (FMI)
vient d’achever au Cameroun, le taux
de croissance du PIB du pays devrait
culminer à 6% en 2015, contre des pré-
visions précédentes de 5%. En clair, en
dépit de la menace Boko Haram, qui a induit une riposte
onéreuse des pouvoirs publics camerounais, et de la baisse
des cours mondiaux du pétrole brut, la croissance écono-
mique au Cameroun se situera cette année pratiquement au
même niveau que celui de l’année dernière : 5,9% toujours
selon le FMI.
L’institution de Bretton Wood se montre également
optimiste sur la maîtrise du taux d’inflation cette année,
puisque cet indicateur est projeté en dessous de la norme de
3% admise dans la zone Cemac, communauté de six Etats à
laquelle appartient le Cameroun.

LAURENT SERGE
ETOUNDI NGOA
Au Cameroun, les PME occupent offi-
ciellement 95% du tissu économique,
affirme Laurent Serge Etoundi Ngoa,
le ministre des PME, de l’Economie
sociale et de l’Artisanat. Cependant,
malgré cette prégnance des PME
sur l’activité économique, souligne ce
membre du gouvernement, ces entreprises, pourtant una-
nimement présentées par les experts comme étant le prin-
cipal moteur de la croissance, ne participent qu’à 36% à
la formation du PIB du Cameroun. «  Imaginez-vous que
les PME contribuent pour 50%  : nous serions déjà un pays
émergent. Donc les PME doivent faire un effort pour que les
14% qui restent puissent être comblés. Le gouvernement attend
que les PME s’améliorent avec tout ce qu’il leur donne comme
structures d’encadrement, afin que nous soyons émergents bien
avant 2035 », déclare le ministre Etoundi Ngoa.

-6- N° 43 / Novembre 2015


FRÉDÉRIC DIDIER ALAMINE OUSMANE
MVONDO MEY
Le fonds norvégien Norfund, qui vient A fin juin 2015, le Cameroun a en-
de reprendre avec CDC Group les actifs grangé 221,6  milliards  FCFA de
de Globeleq Africa dans les centrales recettes pétrolières, contre 279,7  mil-
de Dibamba et de Kribi, au Cameroun, liards  FCFA à fin juin 2014, annonce
investira environ 5  milliards de dollars le ministre des Finances, Alamine
(environ 250  milliards  FCFA) dans Ousmane Mey, dans son bilan d’exé-
le secteur de l’électricité en Afrique cution du budget 2015 à mi-parcours.
au cours des dix prochaines années, révèle Fréderic Didier Comme prévu du fait de la crise pétrolière, ces recettes sont
Mvondo, DG de Globeleq Cameroun, l’entité qui contrôlait en baisse de plus de 58 milliards FCFA, de même qu’elles
KPDC et DPDC, les deux sociétés qui géraient les centrales sont de plus de 123 milliards FCFA inférieures aux prévi-
susmentionnées. « Nous pensons qu’il y a une compétition qui sions de cette année (344,8 milliards FCFA sur la période
est ouverte entre le Cameroun et le reste des entités du groupe, et considérée).
je suis convaincu que nous la gagnerons en capturant, pourquoi Cependant, au regard de cette statistique, l’on semble s’ache-
pas, la moitié de ces 5 milliards de dollars pour des projets locaux. miner vers une réduction considérable du niveau de baisse
Je pense qu’on pourra tirer notre épingle du jeu, c’est un bon espoir globale des recettes pétrolières dans le pays. En effet, les
pour le Cameroun », a confié M. Mvondo. prévisions gouvernementales les situent à environ 300 mil-
liards FCFA en 2015. Rendues à 58 milliards FCFA seu-
lement à mi-parcours, il est de plus en plus probable que
la baisse globale envisagée par les autorités publiques soit
bien plus maigre.

EMMANUEL NGANOU KADIMA KALONDJI


DJOUMESSI
Alors ministre camerounais de l’Eco- Le Fonds monétaire international
nomie, Emmanuel Nganou Djoumessi (FMI) vient de procéder à la nomi-
(il a été muté aux Travaux publics le 2 nation d’un nouveau représentant-ré-
octobre 2015), ainsi que Guillaume sident au Cameroun en la personne
Habarugira Nganije, le directeur pour de Kadima Kalondji, qui remplace à
l’Afrique subsaharienne de la Raffei- ce poste Boriana Yontcheva, arrivée en
sien Bank International, une institution fin de séjour. Le tout nouveau promu a
bancaire autrichienne, ont signé le 28 septembre 2015 une inauguré son magister par la dernière mission d’évaluation
convention de prêt d’un montant de 3 milliards FCFA. Ce du FMI dans le pays, à laquelle il a participé aux côtés de
prêt remboursable sur une période de 25 ans permettra de Mario De Zamaroczy, le chef de la délégation des évalua-
réhabiliter les ateliers et les salles de classe du Centre de for- teurs.
mation professionnelle de Nkongsamba, situé dans la région Avant sa nomination au Cameroun, Kadima Kalondji
du Littoral du Cameroun. Une fois réhabilité, ce centre de était, depuis mai 2013, Senior Economist au siège du FMI
formation professionnelle permettra de former des jeunes à Washington DC. Le nouveau représentant-résident est
Camerounais dans des domaines techniques tels que la sou- arrivé au sein de cette institution financière internationale
dure industrielle, la construction mécanique, la mécanique en 1998 comme spécialiste des questions liées à la dette.
automobile, le machinisme agricole ou encore la transfor- Kadima Kalondji est diplômé de l’Université George
mation du bois. Washington, aux Etats-Unis, où il a notamment étudié
l’économie, le commerce international et la finance sur la
période 2002-2004.

Novembre 2015 / N° 43 -7-


DOSSIER

COP 21 : le Cameroun
joue sa partition pour
la mise au vert de
la planète
C’est à un véritable jeu d’équili- gements climatiques, conséquences nécessité de sauver la planète d’un
briste que devra s’adonner le Ca- fâcheuses des émissions de plus en chaos environnemental.
meroun dans le cadre de sa contri- plus importantes des gaz à effet Pour ce faire, le gouvernement ca-
bution à l’atténuation des effets des de serre (GES) dans le monde en merounais envisage de mettre en
changements climatiques auxquels général, mais davantage dans les place une batterie de mesures à la
le monde est exposé. En effet, cet pays dits industrialisés. Aussi, le fois courageuses et innovantes dans
appel à contribution en direction Cameroun s’est-il engagé à jouer plusieurs secteurs d’activité. Mais il
de tous les Etats de la planète inter- sa partition lors du concert des na- s’agira davantage d’actionner des le-
vient dans un contexte marqué par tions autour de ce phénomène, qui viers bien précis dans des domaines
l’ambition légitime du Cameroun s’ouvrira en ce mois de novembre à stratégiques tels que l’agriculture,
de devenir un pays émergent à l’ho- Paris, en France. l’exploitation forestière, la gestion
rizon 2035.
Pour ce faire, le pays s’est doté, de-
puis 2009, d’un Document de stra- Le Cameroun proclamera lors de la COP 21 des
tégie pour la croissance et l’em-
ploi (DSCE), une feuille de route engagements ambitieux qui allient parfaitement
détaillée de projets et d’objectifs
sectoriels à atteindre par tranche l’ambition d’émergence du pays à l’horizon 2035
de cinq ans, afin de tourner défini-
tivement le dos au sous-développe- et l’impérieuse nécessité de sauver la planète
ment. Evidemment, dans pareille
entreprise, l’industrialisation, mal- d’un chaos environnemental.
gré sa panoplie de conséquences et
d’effets néfastes sur l’environne- En effet, dans le cadre de sa com- des déchets, la production de l’élec-
ment, occupe une place de choix. munication lors de la 21ème Confé- tricité, le bâtiment, les transports et
En témoignent les prévisions gou- rence des parties de la Convention- le développement industriel.
vernementales sur ce secteur, dont cadre des Nations Unies sur les Tour d’horizon des engagements
la contribution à la formation du changements climatiques, prévue d’un petit pollueur situé dans l’un
PIB devrait passer de 19% à 38% du 30 novembre au 11 décembre des deux massifs forestiers qui pro-
d’ici à 2035. 2015 dans la capitale française, le tègent encore la planète, mais qui
Cependant, malgré ses ambitions Cameroun proclamera des engage- est très soucieux de préserver la
de développement irréversibles, le ments ambitieux. Lesquels engage- terre des émissions de gaz à effet de
Cameroun n’entend pas rester en ments vis-à-vis de la communauté serre auxquelles il ne contribue que
marge de la communauté inter- internationale allient parfaitement très marginalement.
nationale dans sa croisade pour l’ambition d’émergence du pays
l’atténuation des effets des chan- à l’horizon 2035 et l’impérieuse Brice R. Mbodiam

-8- N° 43 / Novembre 2015


DOSSIER

Objectif : réduire les émissions des gaz à effet


de serre de 32% à l’horizon 2035
C’est un secret de polichinelle. équivalents (MtCO2equ) en 2035, perts locaux, est « du même ordre
Dans la galaxie des pollueurs de la soit une hausse de 166% par rap- ou supérieure » à celle des « pays
planète, le Cameroun fait office de port à 2010. Dans le scénario de la de niveau comparable (en Afrique,
nain. Mais, afin de participer à la contribution prévue déterminée au ndlr) ou de la sous-région Afrique
croisade mondiale contre les effets plan national, l’augmentation des centrale ». Mais l’on remarquera
des changements climatiques, les émissions de GES est contenue à 71 surtout que les engagements du
autorités publiques camerounaises MtCO2equ en 2035, soit une hausse Cameroun sont largement supé-
dérouleront, lors de la COP 21 à de 82% par rapport à 2010 (39 Mt- rieurs à ceux pris par l’ensemble
Paris, en France, la stratégie du pays CO2equ). En d’autres termes, l’aug- des pays de l’Union européenne
visant à réduire « à hauteur de 32% mentation des émissions par rapport (réduction des émissions de CO2
ses émissions de gaz à effet de serre à l’année de base est réduite de moitié de 40% d’ici à 2030). De même
(GES) » à l’horizon 2035, date à la- (32 contre 65 MtCO2equ) », révèle le que ceux annoncés par les Etats-
quelle le Cameroun aspire à devenir document. Unis (réduction des émissions de
un pays émergent. En effet, dans la Cet engagement du Cameroun est 26 à 28% d’ici à 2025), 2ème pol-
mouture de la communication qui d’ailleurs qualifié d’« effort signifi- lueur mondial derrière la Chine.
sera présentée au cours de la confé- catif pour un pays dont les émissions Pour l’heure, le leader mondial de
rence de Paris sur les changements sont insignifiantes à l’échelon inter- la pollution s’est simplement pro-
climatiques, les experts camerou- national et dont le PIB par habitant noncé sur un seuil d’émission à
nais font remarquer que « dans le se situe au 148ème rang mondial ». l’horizon 2030 au plus tard, date
scénario de référence, les émissions De même, l’ambition que le Came- butoir à laquelle la réduction de
de GES atteindront 104 millions roun nourrit pour la préservation ses émissions pourra alors débuter.
de tonnes de dioxyde de carbone ou de la planète, soulignent les ex-

Promesse d’une symbiose parfaite entre


développement agricole et protection
de l’environnement
valorisation des forêts et de la bio-
diversité, notamment grâce au suivi
spatial des terres ; le reboisement des
savanes anthropiques et la réhabili-
tation des terres dégradées ; le renfor-
cement des puits de carbone dans les
forêts dégradées ».
Dans le même temps, le Cameroun
se propose de « découpler la produc-
tion agricole de la déforestation ».
Pour ce faire, une place prépon-
Au Cameroun, le secteur agro-syl- changements climatiques, le pays dérante sera désormais accordée
vo-pastoral emploie près de 90% de annonce l’intégration d’un volet à l’utilisation des semences et des
la population active et est considéré « Limitation de l’effet carbone » plants à très haut rendement, de
comme le levier principal à action- dans son programme agricole de manière à augmenter la production
ner pour l’émergence économique 2ème génération. Concrètement, agricole sans nécessairement avoir
du pays, dont l’un des corollaires cette stratégie se déclinera, ap- besoin de détruire des forêts pour
est la réduction de la pauvreté. Ce- prend-on, sous la forme d’un « ren- avoir plus d’espaces cultivables.
pendant, eu égard à la menace des forcement de la gestion durable et la

Novembre 2015 / N° 43 -9-


DOSSIER

La bouffée d’oxygène des énergies


renouvelables
A côté de l’agriculture, la pro-
duction énergétique, notamment
celle de l’électricité, fait partie des
piliers de la stratégie camerounaise
de réduction des émissions des
GES d’ici à 2035. Selon les prévi-
sions formulées dans le cadre de
sa communication à la COP 21, le
Cameroun compte réduire de 26%
ses émissions de GES issues du sec-
teur énergétique, en privilégiant
notamment la rationalisation des
consommations de l’électricité et la
valorisation des énergies renouve-
lables. Pour ce faire, les initiatives à
mettre en place viseront à augmen-
ter les parts de la biomasse (7%), de
la micro-hydro (11%), du solaire
(6%) et de l’éolien (1%) dans le l’Union européenne a déjà permis au programme de développement
mix énergétique du pays. De nos d’identifier sur le territoire natio- des énergies renouvelables la com-
jours, ces différentes composantes nal 262 sites pouvant accueillir des posante récupération et traitement
représentent cumulativement 1% projets de micro-hydro, ainsi que 25 des déchets agricoles, forestiers et
du mix énergétique camerounais, sites de biomasse-énergie. Le tout pastoraux. La piste du biogaz s’offre
contre 25% pour le thermique et pour une capacité de production également au pays grâce au traite-
74% pour la grande hydroélectri- cumulée de 284 MW, soit plus de ment des ordures ménagères. En
cité. En 2035, la part de ces énergies 20% de la capacité globale actuelle effet, à l’horizon 2035, suggèrent les
atteindra 25% du mix énergétique, du pays (un peu plus de 1200 MW). experts, toutes les grandes villes ca-
soit une progression de 24%. A en croire les autorités camerou- merounaises pourraient être dotées
De ce point de vue, les experts came- naises, le potentiel de la biomasse de « décharges aménagées avec au
rounais rappellent qu’une récente pourrait même être décuplé si, en moins 70% de captage de méthane ».
étude conduite en partenariat avec plus des sites identifiés, l’on intègre

Siffler la fin des pertes et du gaspillage de


l’électricité pour asseoir l’efficacité énergétique
Les études du régulateur du sec- zon 2035 consiste non seulement à dans les entreprises industrielles
teur de l’électricité sont sans équi- limiter ces pertes (un gestionnaire et les PME, le développement des
voques. Au Cameroun, environ public du réseau de transport de incitations économiques visant à
6,5% de l’électricité produite dans l’électricité vient d’ailleurs de voir promouvoir l’efficacité énergétique,
le pays se perdent dans le processus le jour), mais aussi à éviter le gas- la promotion de l’intégration et
de transport. Jusqu’à 29% s’évapore pillage en matière de consomma- la participation du Cameroun au
dans les circuits de distribution. En tion de l’électricité dans le pays. marché sous-régional de l’éner-
gros, environ 400 MW d’énergie De ce point de vue, l’ambition pro- gie. Il est même envisagé une révi-
électrique sont perdus au Came- clamée est de pouvoir économiser sion du Code du bâtiment à l’effet
roun chaque année. l’équivalent de 450 MW de capacité d’améliorer la performance énergé-
La stratégie gouvernementale dans installée d’ici à 2035. L’atteinte de tique par des normes thermiques et
le cadre de ses engagements à limi- cet objectif passe par exemple par un processus de certification.
ter les émissions de GES à l’hori- l’institution d’audits énergétiques

-10- N° 43 / Novembre 2015


DOSSIER

La parade des transports collectifs et


des véhicules bas-carbone
Dans le secteur des transports, le lancement des systèmes de trans- Rapid Transit) dans les deux princi-
le Cameroun entend également port de masse dans le pays. Il s’agit pales villes du Cameroun que sont
mettre en œuvre des initiatives vi- principalement de la société belge Douala et Yaoundé. Pareilles initia-
sant à réduire considérablement les Préfarail, dont on se souvient que tives aideraient, selon les experts,
émissions des GES. Ici, la panacée le DG, Joseph Rode, a signé avec le à réduire le nombre de véhicules
pourrait se trouver dans le dévelop- gouvernement camerounais le 25 dans les rues, ainsi que la pollution
pement « des offres de transport bas- avril 2014 un mémorandum d’en- automobile du même coup. Mais,
carbones », au moyen, par exemple, tente pour la construction, sous le plus subtilement, afin d’atténuer les
de l’accompagnement des « collecti- modèle BOT, de la toute première effets carbone dans le secteur des
vités locales décentralisées dans l’éla- ligne de tramway du pays dans la transports, le gouvernement came-
boration de plans de développement ville de Yaoundé, la capitale. rounais n’exclut pas l’hypothèse
de transport collectif intra et interur- Il en est de même pour le consor- d’adopter des mesures incitatives
bain (tramway à Yaoundé et Doua- tium brésilien constitué des entre- visant à encourager les importa-
la) ». Cet autre engagement qui sera prises Marcopolo, Queiroz-Galvao tions sur son territoire de véhicules
pris lors de la COP 21 pourrait per- et Logit, qui a annoncé le 28 août à faibles émissions de gaz nocifs à
mettre d’accélérer les discussions en 2014 son intérêt pour le lancement l’environnement.
cours entre autorités camerounaises d’un système de transport urbain
et opérateurs belge et brésilien pour de masse par bus baptisé BRT (Bus

L’épineuse question des financements


32% à l’horizon 2035. En effet, dans
le projet de communication du Ca-
meroun lors de la rencontre de Pa-
ris, il est clairement précisé que cet
engagement est « conditionné par
le soutien de la communauté inter-
nationale ». Lequel soutien devrait
se décliner « sous forme de finance-
ment, d’actions de renforcement des
capacités et de transfert des techno-
logies ». A titre d’exemple, le Plan
national d’investissement agricole
(PNIA), qui devra servir de cadre
à l’implémentation (sur la période
2014-2020) des actions à conduire
pour réduire les émissions des GES
dans le secteur agricole, nécessite
des investissements de 3350 mil-
liards FCFA, dont plus de 1500 mil-
liards (42% de l’enveloppe) à mobi-
liser auprès de bailleurs de fonds.
La stratégie 2020 du secteur forêt-
faune, quant à elle, coûtera plus de
213,4 milliards FCFA. Sans compter
Malgré les bonnes intentions qui se- mobiliser les fonds nécessaires au le Plan de développement du sec-
ront énoncées par la délégation ca- financement des actions prévues teur de l’électricité (PDSE 2030),
merounaises au cours de la COP 21, dans les différents secteurs d’acti- dont les financements à mobiliser
une inquiétude subsiste. Il s’agit vité, afin de tenir l’engagement de sont encore plus importants.
de la capacité du gouvernement à réduire les émissions des GES de

Novembre 2015 / N° 43 -11-


L’AMBASSADEUR DU MOIS

Merzak Bedjaoui :
« Notre ambition : retenir
le Cameroun comme pays
pivot en zone Cemac »
Pour l’ambassadeur de l’Algérie été impressionné par cela. En Algé- pagne est aujourd’hui ! Quand il n’y
au Cameroun, nombreuses sont rie, nous avons une seule langue, le a pas de paix, il n’y a pas de sécurité,
les entreprises algériennes qui berbère. J’ai donc vu qu’il y avait un il ne peut y avoir de développement
souhaitent investir dans la trans- cadre juridique un peu obsolète, il économique. Le développement, la
formation du textile, du cacao ou ne faut pas s’en cacher. Nous avons paix et la sécurité sont intimement
encore du poivre blanc sur place un accord commercial qui date des liés. C’est pour cela que depuis l’an
au Cameroun avant de les expor- années 1982. On avait une commis- 2000 l’Algérie s’est engagée dans
ter. sion mixte qui ne s’est pas réunie un vaste programme de développe-
depuis 1984, si mes souvenirs sont ment de son économie. Les résul-
Investir au Cameroun : Monsieur bons. Il faut donc un peu dépous- tats sont là. Nous avons réorganisé
l’Ambassadeur, en quelques mots, siérer tout cela, avoir un autre cadre la maison Algérie et acquis de l’ex-
comment dressez-vous l’état de
la coopération économique entre
l’Algérie et le Cameroun ?
Merzak Bedjaoui : Vous savez, au
« Il faut travailler avec ses voisins. Quand votre
sujet de la coopération économique
entre l’Algérie et le Cameroun, nous
voisin est fort, vous êtes fort. Le commerce doit se
avons un constat qui n’est pas à la faire avec ses voisins. »
hauteur des relations que l’Algérie
et le Cameroun doivent avoir. Au
niveau des relations politiques, nous juridique pour pouvoir repartir sur périence dans un certain nombre
avons des relations très étroites. de nouvelles bases. Car le monde de domaines qui intéressent le
Nos deux chefs d’Etat (Paul Biya et a évolué, l’Algérie et le Cameroun Cameroun. Et depuis mon arrivée
Abdelaziz Bouteflika, ndlr) parlent aussi. au Cameroun, je me suis rendu
beaucoup. Nous souhaitons bien compte que nous avons exactement
entendu que ces relations soient à IC : Quelle était la cause de cette lé- la même feuille de route sur le plan
la hauteur des ambitions des deux thargie dans l’organisation de cette économique.
pays ainsi qu’à la hauteur des rela- commission mixte entre le Came-
tions qui existent entre eux. C’est roun et l’Algérie ? IC : A quand donc la relance de la
pour cela que depuis mon arrivée MB : Dans les années 1990, l’Algérie grande commission mixte entre
au Cameroun, je me suis focalisé est passée par des moments diffi- l’Algérie et le Cameroun ?
sur la relance de ces relations dans ciles. Tout cela est derrière nous, car MB : Avant d’arriver au Cameroun,
tous les domaines. Y compris dans nous sommes arrivés à combattre et j’étais ambassadeur dans les pays
le domaine culturel. Il y a tout un à battre le terrorisme. La lutte contre scandinaves (Suède, Norvège, Fin-
programme qui m’a été remis. Dans le terrorisme nous a fait perdre au lande, Islande). Par la suite, j’ai été
un proche avenir, nous allons signer moins une quinzaine d’années. directeur pour l’Europe occiden-
un accord culturel. Vous avez au Dans les années 1970, nous étions tale et j’ai beaucoup eu à travailler
Cameroun une richesse culturelle au même stade de développement sur la mise en place de ce genre de
extraordinaire avec 250 langues. J’ai que l’Espagne. Regardez où l’Es- commissions mixtes. Aujourd’hui,

-12- N° 43 / Novembre 2015


L’AMBASSADEUR DU MOIS

quand on parle de commission


mixte, les gens sont un peu effa-
rouchés. Parce que c’était un méca-
nisme de coopération qui était très
lourd et très bureaucratique. Mais,
comme je l’ai dit, aujourd’hui, le
monde a évolué, le monde a chan-
gé et le temps, c’est de l’argent.
L’Algérie a mis en place un certain
nombre de commissions mixtes
avec des pays développés comme
l’Allemagne, la France, le Portugal,
l’Italie, la Grande Bretagne, etc.
C’est ce genre de modèle que j’ai re-
tenu pour le Cameroun. Quand est-
ce que cela sera mis en place ? J’avais
envisagé en venant au Cameroun
de mettre cela en place au début de
l’année 2016. Entre mars et avril. La
période n’a pas encore été fixée. J’ai
rencontré de nombreux ministres
avec qui j’en ai parlé, y compris le
Premier ministre (Philemon Yang,
ndlr). J’ai eu l’aval du Premier mi- « Depuis nombre de filières ont été exami- doit se dire qu’on peut faire beau-
nistre et nous sommes en train de mon nées avec la partie algérienne. Tout coup mieux. Nous sommes en train
arrivée au
travailler. Ce sera un mécanisme Cameroun, ce qui est transformation du cacao, d’y travailler. Les prémisses sont as-
très souple. Les ministres en charge je me suis du textile, du poivre blanc, du cuir sez positives. J’en veux pour preuve
de l’Economie que j’ai rencontrés focalisé sur intéresse l’Algérie, et beaucoup de les différents courriers que je reçois
la relance
ont listé les besoins de la partie des relations choses peuvent être faites. En Algé- quotidiennement des Camerounais
camerounaise. Il y aura les journées entre le rie, nous avons perdu toute notre in- et des Algériens qui cherchent à
Cameroun
de partenariat économique qui et l’Algérie
dustrie textile car concurrencée par développer des relations commer-
vont accompagner cette commis- dans les produits asiatiques, et chinois ciales.
sion mixte. Nous sommes en train tous les notamment. Mais aujourd’hui, l’in-
domaines. »
de travailler à l’établissement de la dustrie textile en Algérie renaît. Un IC : Quels sont les produits came-
liste des opérateurs économiques investissement colossal de 7 mil- rounais qui intéressent ces entre-
camerounais. Cette liste sera trans- liards de dollars est en train d’être prises algériennes qui vous écrivent
mise à la partie algérienne. J’ai pris fait dans le domaine du textile. Il tous les jours ?
attache avec le patronat algérien, et faudrait apporter une plus-value, et MB : Les entreprises algériennes qui
bien entendu avec les Ministères il ne s’agira pas d’exporter le pro- m’écrivent s’intéressent par exemple
de l’industrie, de l’agriculture et duit à l’état brut. La transformation au textile. Je sais que vous exportez
du commerce. J’espère que d’ici le pourra se faire au Cameroun. C’est cela principalement au Nigeria. Il y
mois d’avril 2016 nous aurons fina- cette formule qui a été retenue, car a le poivre blanc. Au lieu d’aller le
lisé tout cela et organisé les journées la coopération Sud-Sud, il faut lui chercher en Asie, il y a la porte d’à
de partenariat économique et une donner un contenu. côté, ici au Cameroun. Vous avez
bonne commission mixte. également la banane et le cacao
IC : Quels sont aujourd’hui les qu’on peut transformer sur place
IC : Quelles sont les filières iden- chiffres qui illustrent cette coopé- avant d’exporter. L’industrie choco-
tifiées qui intéressent les autorités ration économique Algérie/Came- latière en Algérie est extrêmement
camerounaises que vous avez ren- roun ? développée. Dans le domaine de
contrées ? MB : Il faut être franc. C’est pour l’énergie, à l’issue de ma rencontre
MB : Le ministre camerounais du cela qu’il faut être ambitieux, le avec votre ministre de l’Energie, je
Commerce a effectué à deux re- volume des échanges entre les deux me suis rendu compte que le Came-
prises en 2013 et en 2014 des visites pays ne dépasse pas les trois mil- roun est un pays demandeur de gaz
en Algérie. En 2013, le Cameroun lions d’euros. C’est vraiment déri- butane. Il y a eu avant deux accords
était invité d’honneur de la Foire soire quand on voit les potentialités pour l’exportation du gaz butane, et
internationale d’Alger. Un certain du Cameroun et de l’Algérie. On malheureusement cela ne s’est pas

Novembre 2015 / N° 43 -13-


L’AMBASSADEUR DU MOIS

fait pour des raisons extrêmement un comptoir commercial. Tout ment en faire profiter nos amis
valables. Sécuritaires notamment, cela est en train de se mettre en camerounais. Nous avons ce qu’on
car l’Algérie exportait déjà du gaz place. D’ailleurs, à la fin de ce mois appelle une carte Chifa, la carte
au Niger et au Mali. L’exportation d’octobre 2015, il y aura une foire guérison, munie d’une puce qui in-
s’est arrêtée à cause de la situation d’exposition des produits algériens dique la pathologie que vous avez.
sécuritaire dans ces deux pays-là. au Palais des sports de Yaoundé. Quand vous souffrez, vous allez
L’exposition commencera à partir voir votre médecin, vous lui présen-
IC : A votre arrivée au Cameroun du 26. Je vous ai dit que le Came- ter votre carte, puis vous allez chez
en mars dernier, vous avez entre- roun a été retenu comme pays pivot votre pharmacien pour obtenir les
pris une visite dans certains médias dans la région. Beaucoup de pays de médicaments gratuitement.
et vous avez annoncé à certains la région sont enclavés et dépendent
qu’Air Algérie ouvrira bientôt une du port de Douala. Notre ambition IC : Gratuitement ?
ligne au Cameroun. Quelle sera la est donc de retenir le Cameroun MB : Le médicament est gratuit et
date de l’ouverture de cette ligne comme pays pivot pour aller dans la médecine est gratuite en Algé-
et où en est-on aujourd’hui avec ce toute la zone Cemac. Nous l’avons rie depuis l’indépendance. C’était
projet ? fait au Sénégal et en Côte d’Ivoire. l’une des revendications du peuple
MB : En Algérie, il y a deux com-
pagnies nationales. L’une pour les
vols internationaux et l’autre pour « Tout ce qui est transformation du cacao, du textile,
du poivre blanc, du cuir intéresse l’Algérie, et
les vols domestiques. Une ligne
d’Air Algérie sur le Cameroun, ce
sera bien entendu une réalité. Air
Algérie est en train de renforcer sa beaucoup de choses peuvent être faites. »
flotte. Nous avons aujourd’hui la
deuxième flotte en Afrique. Nous L’année prochaine, ce sera le tour algérien pendant sa guerre de libéra-
venons d’acquérir 16 avions sup- du Cameroun. Vous savez, nous tion. Vous êtes souffrant, vous allez
plémentaires qui nous permettent avons une vision très large de la à l’hôpital, vous êtes totalement pris
d’ouvrir de nouvelles lignes. Et le coopération avec le Cameroun. en charge, le médecin vous donne
Cameroun a été choisi par l’Algérie Je vous ai parlé de ce que l’Algé- une ordonnance, vous allez à la
comme un pays pivot en Afrique rie peut apporter. Et il y a d’autres pharmacie et vous avez vos médica-
centrale. La ligne sera ouverte à domaines comme l’industrie phar- ments gratuitement. Il y a également
Douala et Yaoundé à partir de l’an- maceutique. Depuis mon arrivée l’éducation. Les études sont gratuites
née 2016. Je ne peux vous donner la au Cameroun, j’ai constaté que du primaire jusqu’à l’université. A
date exacte. Il y aura également une le médicament est excessivement l’université, quand vous êtes étu-
liaison maritime, car nous sommes cher ! Pratiquement le quadruple diant, vous avez une bourse jusqu’au
en train de développer notre pavil- des prix affichés en Algérie. Beau- cycle doctoral. Pour l’habitat, un
lon national. Il y aura un nouveau coup de médicaments peuvent être effort considérable est en train d’être
port à Kribi. exportés au Cameroun. J’en ai parlé fait. Les cinq dernières années, l’Etat
avec votre ministre de la Santé, qui a construit 2 100 000 logements.
IC : Peut-on dire que le Cameroun est intéressé par cela. Nous avons Dans les cinq prochaines années,
ouvrira à l’Algérie les portes de la 96 laboratoires qui produisent des 1 500 000 logements sont prévus. A
zone Cemac ? médicaments pharmaceutiques en l’horizon 2019, nous allons complè-
MB : Nous sommes très ambitieux Algérie. Nous sommes en train de tement régler la crise du logement.
avec le Cameroun, car nous comp- terminer la construction d’une des D’ailleurs, le gouvernement came-
tons ouvrir entre Douala et Kribi plus grandes industries pharmaceu- rounais est intéressé par le logement
tiques de l’Afrique qui est appelée à promotionnel. Vous payez un loyer,

BIO EXPRESS
produire 100 millions d’unités par et au bout d’un nombre d’années,
an. Ce qui est énorme. on défalque le loyer payé pendant
Noms et prénoms : Merzak Bedjaoui  toutes ces années, puis vous ajoutez
Age : 62 ans IC : Qu’en est-il de la sécurité so- une petite contribution pour deve-
Domaines de compétence : diplomatie, ciale ? nir propriétaire.
journalisme, enseignant de Droit de la mer MB : La manière dont la santé est
et de conflits internationaux gérée en Algérie peut également IC : Quelle est votre perception du
Arrivée au Cameroun : 07 mars 2015 intéresser les Camerounais. L’expé- climat des affaires au Cameroun ?
Présentation des copies figurées de rience de la gestion de la sécurité MB : Je crois que la législation en la
la lettre de créance : 10 mars 2015 sociale en Algérie, on peut égale- matière est très permissive. Beau-

-14- N° 43 / Novembre 2015


L’AMBASSADEUR DU MOIS

coup d’avantages sont accordés aux roun qui est suivi par certaines une période d’essai et sont recrutés
investisseurs étrangers. Le système entreprises algériennes. Par ailleurs, soit dans les entreprises algériennes,
bancaire est performant, ce qui il y a également beaucoup d’entre- soit dans des entreprises internatio-
est très important, je l’ai constaté. prises camerounaises qui achètent nales basées en Algérie. Hier, c’était
Ce qui est difficile ici, ce n’est pas les produits algériens de la quincail- un chef cuisinier qui recevait son
le climat des affaires, mais c’est de lerie, de la cosmétique et de la para- visa pour aller travailler dans un
trouver le vis-à-vis, les opérateurs pharmacie. grand hôtel en Algérie. Ils y vont
économiques qui peuvent vous ac- aussi pour des activités du domaine
compagner. Je suis en train d’y tra- IC : Combien de ressortissants du tourisme. Nous avons des plages
vailler. A l’ambassade, notre travail, algériens vivent au Cameroun et sur 1600 km de côte. Nous sommes
c’est de faire rencontrer les opéra- quels sont leurs domaines d’acti- en train de développer le tourisme
teurs économiques des deux pays, vité ? et il y a 450 hôtels en construction.
et quand la rencontre est faite, notre MB : Il y a environ 50 Algériens Nous recevons chaque année au-
travail est terminé. Le président qui vivent au Cameroun. C’est une tour de trois millions de touristes.
du Conseil d’affaires algérien, par communauté tranquille, qui res-
exemple, qui détient une entreprise pecte les lois du pays, qui n’est pas IC : D’après vous, si le Cameroun
qui fabrique de la colle, est venu très nombreuses mais qui est appe- n’est pas libre, l’Algérie ne le sera
au Cameroun en 2011 avec une lée à se développer. J’ai rencontré pas, et si l’Algérie n’est pas libre, le
délégation d’hommes d’affaires. une dame qui est conseillère d’un Cameroun ne le sera pas. Pouvez-
Ils pensaient trouver facilement les ministre au Cameroun. Certains vous préciser le fond de votre pen-
vis-à-vis camerounais. Mais ils ont ont des entreprises qui fabriquent sée ?
eu du mal à le faire. C’est pourquoi des logiciels bancaires. J’ai même MB : Nous avons une histoire com-
je m’attèle à dresser une liste des reçu un pêcheur algérien qui est mune. Vous avez été colonisés, et
entreprises camerounaises qui ont
des reins suffisamment solides pour
attaquer le marché international,
ou qui ont des projets solides qui
« Une ligne d’Air Algérie sera ouverte à Douala et
peuvent être réalisés en partenariat Yaoundé à partir de l’année 2016. »
avec des Algériens.

IC : A quelle fréquence recevez- venu de Douala. Avec l’ouverture nous aussi. A la différence du Ca-
vous les sollicitations des entre- des lignes aériennes et maritimes, meroun, en Algérie c’était une colo-
prises algériennes qui souhaitent ces échanges seront densifiés. nisation de peuplement. L’Algérie
investir au Cameroun ? était un département français. Vous
MB : Les entreprises algériennes IC : Combien de demandes de visa savez, le colonialisme vous le chas-
des secteurs de la cosmétique, de la de Camerounais sont enregistrées sez d’un côté, le néocolonialisme,
parapharmacie et de la quincaille- chaque jour dans votre ambassade il entre de l’autre côté. Il faut que
rie qui s’intéressent au Cameroun et combien de visas sont attribués l’Algérie et le Cameroun travaillent
sont légion. Pas plus tard qu’il y a par jour ? main dans la main pour développer
deux jours, j’ai reçu toute une liste MB : Depuis mon arrivée, j’ai nos économies. Quand on parle de
d’entreprises algériennes qui s’inté- constaté que la cadence s’accélère. transfert de technologies, la techno-
ressent vivement au Cameroun. On donnait à peu près une dizaine logie ne se donne pas, elle s’arrache.
Tous les jours je reçois des appels, de visas par semaine, et aujourd’hui Elle s’arrache d’abord avec l’éduca-
des e-mails, etc. Y compris les entre- il y a des jours où nous dépassons tion. Avec un peuple éduqué, vous
prises du secteur de l’agroalimen- dix visas attribués. Beaucoup d’évé- pouvez aller plus loin. On peut faire
taire. Tout ce qui se vend ici dans nements sont organisés en Algérie. cela avec les pays de la région. Un
les rayons des supermarchés peut Beaucoup d’entreprises algériennes pays comme l’Algérie, qui a 56% de
se remplacer par des produits algé- recrutent des compétences came- son commerce avec l’Europe, peut,
riens. Et cela défie toute concur- rounaises qui vont travailler en pour des raisons stratégiques, être
rence. Donc, elles veulent venir Algérie. Il y a des compétences avé- fragilisé. Il faut donc travailler avec
au Cameroun. Il y a également les rées au Cameroun dans beaucoup ses voisins. Quand votre voisin est
entreprises algériennes qui s’inté- de domaines. Personnellement, j’ai fort, vous êtes fort. Le commerce
ressent au secteur des BTP. Il y a un été agréablement surpris. Ces per- doit se faire avec ses voisins.
avis d’appel d’offres qui a été lancé sonnes viennent demander des visas
récemment pour la construction ici. Nous leur donnons des visas de Propos recueillis par
d’une route de 110 km au Came- trois mois. Ils y arrivent, effectuent Beaugas-Orain Djoyum

Novembre 2015 / N° 43 -15-


GESTION PUBLIQUE
Le Cameroun déploiera Des entreprises
2450 hommes pour la tchadiennes
Force multinationale construiront des digues
mixte contre Boko dans l’Extrême-Nord
Haram pour 62 milliards FCFA

Dans le cadre du Projet d’urgence de lutte contre les inonda-


Le contingent camerounais dans la Force multinationale tions (PULCI) dans la partie septentrionale du Cameroun, le
mixte des pays du Bassin du lac Tchad pour la lutte contre la gouvernement vient d’attribuer les contrats pour la réhabilita-
secte islamiste nigériane Boko Haram sera constitué de 2450 tion des périmètres irrigués et des digues de Maga & Logone et
hommes (sur 8700 hommes au total), dont des militaires, des du Mayo Vrick à deux groupements d’entreprises tchadiennes.
gendarmes, des policiers et des personnels civils, a-t-on appris Selon le communiqué officiel rendu public à cet effet, ces
de sources officielles. La fonction d’adjoint au commandant contrats ont été arrachés par les groupements Geyser SA-Sot-
de cette force multinationale, mise sous le commandement du cocog SA et SRGM-ETRA, respectivement pour des montants
général nigérian Illya Abbah, est assurée par le général de bri- de 33,3 milliards et 28,8 milliards FCFA. Ce qui correspond à
gade camerounais Valère Nka, qui a été promu à son nouveau une enveloppe globale de 62,1 milliards FCFA.
grade il y a quelques semaines seulement par le chef de l’Etat Les travaux confiés aux entreprises susmentionnées devraient
Paul Biya. Le général de brigade Bouba Dobekreo, lui aussi permettre de protéger des inondations plus de 10 000 hectares
nouvellement promu par le président Biya, dirige le premier de rizières dans lesquels s’activent environ 78 000 riziculteurs
secteur de cette force, basé à Mora, dans l’Extrême-Nord du encadrés par la Société d’Expansion et de Modernisation de la
Cameroun. Riziculture de Yagoua (Semry).

Mise en place d’un dispositif de contrôle des


marchandises importées à l’embarquement
Programme d’évaluation de la confor- dés à des structures spécialisées instal- marchandises au port, le temps géné-
mité avant embarquement des mar- lées dans les pays exportateurs. Il leur ralement pris pour le contrôle des mar-
chandises importées en République du incombera la responsabilité d’effectuer, chandises débarquées étant éliminé. Par
Cameroun (PECAE). C’est ainsi que au frais des exportateurs, des contrôles ailleurs, en plus de préserver le marché
s’appelle le dispositif que le gouverne- préalables de conformité avant l’embar- camerounais de produits impropres,
ment camerounais s’apprête à mettre quement des marchandises pour le ter- la nouvelle mesure devrait préserver la
en œuvre afin de réduire l’arrivée sur ritoire camerounais, encore dépourvu trésorerie des importateurs locaux de
son territoire de produits importés ne de laboratoires de pointe en la matière. certains frais généralement déboursés
répondant pas aux normes en vigueur Ce procédé, analyse un expert, aura lors du contrôle des marchandises dans
dans le pays. Selon nos sources, grâce à l’avantage de contribuer au raccour- l’enceinte portuaire, avant le débarque-
ce dispositif des agréments seront accor- cissement des délais de passage des ment.

-16- N° 43 / Novembre 2015


La dette publique progresse de 28,8% sur la
période 2014-2015 à 3811 milliards FCFA
L’encours de la dette publique du Came- liards FCFA à fin juin 2014, soit 19,5% l’institution de Bretton Wood en juin
roun s’élève à 3811 milliards FCFA à fin du PIB du pays. Selon le FMI, qui n’a de 2014 à l’issue d’une mission d’évalua-
juin 2015, annonce la Caisse autonome cesse de s’inquiéter du rythme d’endet- tion au Cameroun. Cette prévision est
d’amortissement (CAA), le gestionnaire tement du Cameroun depuis au moins d’autant plausible que le Cameroun
de la dette publique du pays, dans son trois ans, notamment à cause de la part est engagé dans de gigantesques projets
dernier bulletin statistique. Cette dette importante de la dette non concession- d’infrastructures qui nécessitent tous
représente désormais 23,4% du PIB du nelle, l’accroissement de l’endettement d’importants financements. De ce point
pays, c’est-à-dire largement en dessous du pays est tel qu’il devrait atteindre de vue, le chef de l’Etat camerounais a
de la norme de 70% du PIB admise dans 38% du PIB en 2019. récemment revu à la hausse le niveau
la zone Cemac. Cependant, la CAA fait «  Le fardeau de la dette du Cameroun d’endettement du pays pour l’exercice
remarquer qu’en comparaison avec le reste faible. (… ) Selon les tendances ac- 2015 à 1700 milliards FCFA, dont un eu-
premier semestre 2014, la dette publique tuelles, la dette publique globale devrait robond de 650 milliards FCFA en cours
du Cameroun a augmenté de 28,8%, doubler en pourcentage du produit inté- de préparation.
puisqu’elle n’était que de 2968 mil- rieur brut entre 2012 et 2019 », indiquait

Entre 2000 et 2014, le Cameroun a capté


2750 milliards FCFA d’IDE, dont 67% provenant
de la Chine
Sur la période allant de 2000 à 2014, les
investissements directs étrangers (IDE)
captés par la République du Cameroun
sont estimés à 5 milliards $, soit environ
2750 milliards FCFA, selon la Confé-
rence des Nations Unies pour le com-
merce et le développement (CNUCED).
Ces IDE proviennent essentiellement de
pays tels que la France, les Etats-Unis,
le Nigeria, et bien évidement la Chine,
devenue premier investisseur au Came-
roun, selon la Direction de la coopé-
ration du Ministère de l’économie. En
effet, si l’on s’en tient au volume officiel
du portefeuille de projets chinois au
Cameroun, qui est estimé à 1850 mil-
liards FCFA à fin 2014, la Chine se taille
environ 67% des IDE au Cameroun.
A partir de cette année 2015, l’enveloppe
des investissements chinois au Came-
roun s’épaissira davantage. Avec notam-
ment un projet de 75 milliards FCFA
pour l’interconnexion des universités
d’Etat du pays, mais surtout le projet de du gisement de fer de Mbalam, à l’Est avec le gouvernement camerounais
construction des infrastructures (che- du Cameroun. En effet, Sundance Re- pour faire financer par la Chine ces
min de fer de plus de 500 km, terminal sources, qui conduit ce projet à travers infrastructures nécessitant entre 1500 et
minéralier du port en eaux profondes sa filiale locale Cam Iron, a annoncé 2000 milliards FCFA de financements.
de Kribi) liées au projet d’exploitation en juin 2015 être parvenu à un accord

Novembre 2015 / N° 43 -17-


AGRO
Le Cameroun mobilise plus La BID
de 1300 milliards FCFA pour injectera plus
développer son agriculture de 17 milliards
Le Business Meeting organisé le 15 sep-
tembre 2015 à Yaoundé par le gouver-
mondiale, 131 milliards pour l’Union
européenne, 250 milliards pour l’AFD,
FCFA dans la
nement camerounais afin de mobiliser
auprès des bailleurs de fonds une enve-
loppe de 1500 milliards FCFA visant à
40 milliards FCFA pour la FIDA. L’Etat
du Cameroun débloquera lui-même
500 milliards FCFA.
riziculture et
financer son Plan national d’investisse-
ment agricole (PNIA) a tenu ses pro-
Le PNIA, qui couvre la période 2014-
2020, nécessite des financements d’un les produits
maraîchers
messes. Au total, les différents parte- montant global de 3350 milliards FCFA.
naires financiers du Cameroun se sont La conférence de mobilisation des fonds
engagés sur des financements de plus de organisée le 15 septembre dernier visait
1300 milliards FCFA. Le plus gros enga-
gement a été pris par la Banque africaine
de développement (BAD), qui met-
simplement à compléter cette enve-
loppe, la majeure partie des finance-
ments ayant déjà été obtenue (près de
dans la région
tra à disposition 305 milliards FCFA,
contre 10 milliards FCFA pour la GIZ,
2000 milliards FCFA) par le gouverne-
ment camerounais, a-t-on appris. de l’Ouest
l’organisme de coopération allemande,
157 milliards FCFA pour la Banque

En 2015, un projet piscicole


fournira 25 tonnes Les autorités publiques camerounaises
supplémentaires de poisson à s’attèlent en ce moment à sélectionner
les coopératives agricoles du dépar-

Lagdo, dans la région du Nord


tement du Noun (région de l’Ouest)
devant être impliquées dans la seconde
phase du Projet de développement ru-
Le projet de promotion de la piscicul- ral du Mont Mbappit (PDRM-II), qui
ture lancé par le Ministère camerounais démarrera dans les prochains mois,
de l’élevage, des pêches et des industries a-t-on appris de bonnes sources. Cette
animales dans la localité de Gounougou, deuxième phase d’une durée de cinq
village de l’arrondissement de Lagdo, si- sont attendues en octobre et en décembre ans, qui intervient après une première
tué dans la région du Nord du pays, vient prochains, pour des volumes respectifs phase implémentée entre 2006 et 2012,
de livrer ses premiers résultats. Au cours de quatre et cinq tonnes. Ce qui corres- nécessitera des financements d’un mon-
d’une récente descente sur le terrain du pondra à une production d’environ 25 tant total de 19 milliards FCFA. Sur cette
ministre Taïga, l’on a appris que ce projet tonnes supplémentaires dans l’arrondis- enveloppe, 91%, soit environ 17,7 mil-
a permis de produire 16 tonnes de pois- sement de Lagdo, dont les populations liards FCFA, seront mis à disposition par
son au bout de sept mois d’implémen- sont davantage habituées à la pêche de la Banque islamique de développement
tation. Selon les prévisions des respon- capture grâce au barrage construit dans (BID), contre 9%, soit environ 1,3 mil-
sables du projet, deux autres productions cette partie du Cameroun. liard FCFA, pour l’Etat du Cameroun.

-18- N° 43 / Novembre 2015


Telcar Cocoa paye une prime Le CICC
de 400 millions FCFA aux dotera les
producteurs de cacao certifié producteurs
du Sud-Ouest de centres
de traitement
post-récolte
du cacao
Plus de 5000 producteurs de cacao certi- certification.
fié de la région du Sud-Ouest, bassin de A en croire Luc Magloire Mbarga
production de la région du Sud-Ouest Atangana, le ministre camerounais du
du Cameroun, viennent de recevoir un Commerce, qui a présidé la cérémonie
chèque global de 400 millions FCFA en de payement de cette prime le 23 sep-
guise de prime pour la production du tembre 2015 à Kumba, ce programme
cacao certifié au cours de la dernière de Telcar Cocoa, appuyé par la firme
campagne. Ce chèque émane de Telcar internationale Cargill, a permis de faire
Cocoa, négociant local de la firme Car- passer de 80 à 15% la proportion du Au cours de la campagne cacaoyère
gill qui a lancé depuis 2011 au Came- cacao mal fumé, notamment dans la 2015-2016, officiellement lancée le 7
roun un programme d’encadrement et région du Sud-Ouest. Dans ce bassin de août 2015, le Conseil Interprofessionnel
de formation des producteurs à la cer- production, en effet, la récolte a généra- du Cacao et du Café (CICC) mettra à la
tification du cacao. Dans le cadre de ce lement lieu en pleine saison des pluies disposition des producteurs des régions
programme, plus de 10 800 producteurs et le séchage des fèves se fait grâce à des du Centre et du Sud-Ouest une dizaine
ont été formés à ce jour, tandis que plus fours. de centres d’excellence de traitement
de 5000 d’entre eux ont déjà reçu une post-récolte du cacao, a-t-on appris de
sources autorisées. Il s’agira, explique-
t-on au CICC, d’unités composées de

Le cacao camerounais annoncé deux fermenteurs et de deux séchoirs,


tous installés sous des hangars construits
avec une structure métallique. Chacun
au Salon du chocolat à des fermenteurs aura une capacité de
1050 kg (trois bacs de 350 kg chacun),

Bruxelles en février 2016


contre 500 kg pour chaque séchoir. Se-
lon nos sources, le premier centre sera
inauguré dans les prochaines semaines.
Une délégation de l’interprofession la filière dans le pays. En effet, le Came- Grâce à ces équipements, l’interpro-
cacao-café du Cameroun prendra part, roun est le plus petit transformateur fession cacao-café escompte une amé-
en février 2016 à Bruxelles, en Belgique, parmi les cinq premiers producteurs lioration de la qualité du cacao pro-
à la 2ème édition du Salon du chocolat, de fèves dans le monde, selon les statis- duit au Cameroun, d’autant plus que,
annonce le Conseil Interprofession- tiques de l’ICCO. Avec une capacité de apprend-on, ces « centres d’excellence
nel du Cacao et du Café (CICC). Au transformation d’environ 35 000 tonnes de traitement post-récolte produiront du
cours de cette rencontre, les opérateurs en 2014, le pays se situe loin derrière la cacao marchand haut de gamme, dont la
de la filière cacao camerounaise seront Côte d’Ivoire, devenue le premier pro- fermentation est homogène et le séchage
davantage édifiés sur les bienfaits de la ducteur et premier transformateur en contrôlé ». Pour rappel, au cours de la
transformation du cacao, qui apparaît 2014 avec une capacité de broyage de dernière campagne, 97% des fèves ex-
de nos jours comme le parent pauvre de 670 000 tonnes. portées étaient du 2ème grade.

Novembre 2015 / N° 43 -19-


Vers un déficit La production nationale
céréalier d’environ de sorgho devrait
200 000 tonnes dans doubler à 2 millions de
la région de l’Extrême- tonnes d’ici 2020
Nord

Les prévisions de production céréalière dans la région de l’Ex- La production de sorgho dans les régions de l’Extrême-Nord
trême-Nord du Cameroun, pour le compte de l’année 2015, et du Nord du Cameroun, les deux bassins de production de
sont alarmantes. Selon les statistiques que vient de révéler la cette céréale dans le pays, devrait atteindre 2 millions de tonnes
délégation régionale du Ministère de l’agriculture dans cette au cours de l’année 2020, selon les prévisions du Ministère de
partie du pays, le déficit cette année devrait atteindre 200 000 l’agriculture et du Projet d’investissement et de développement
tonnes, contre 130 000 tonnes en 2014. En plus de l’abandon des marchés agricoles (Pidma). Grâce aux concours financiers
des champs dans plusieurs villages, où les populations locales apportés aux producteurs dans le cadre du Pidma, financé à
ont fui les attaques de la secte islamiste nigériane Boko Haram, hauteur de 50 milliards FCFA par la Banque mondiale, la pro-
est venue cette fois-ci s’ajouter « une situation pluviométrique duction de sorgho au cours de la campagne 2014-2015 est pro-
catastrophique », explique M. Abakachi, le délégué régional du jetée à 1,099 million de tonnes. Il est prévu qu’elle progresse
Ministère de l’agriculture. Face à cette situation, le spectre de d’un peu plus de 200 000 tonnes chaque année, pour finalement
la famine plane plus que jamais sur cette partie du Cameroun, atteindre 2 millions de tonnes en 2020.
où les céréales sont les aliments les plus consommés. De plus, A l’origine de cet intérêt de plus en plus marqué pour la pro-
alors que la production céréalière est en baisse, la population, duction du sorgho au Cameroun, explique-t-on au Ministère
elle, est en hausse dans l’Extrême-Nord, à cause de l’afflux de de l’agriculture, les besoins croissants exprimés par des agro-
réfugiés nigérians fuyant les exactions de Boko Haram. Selon industries, notamment Guinness Cameroon, la filiale locale du
les derniers pointages, ils sont désormais 51 000 environ qui ont groupe Diageo, qui préfère désormais le sorgho à l’orge impor-
besoin d’être nourris et pris en charge. tée pour la production de ses boissons gazeuses et alcoolisées.

L’Etat investit 1,5 milliard FCFA pour fournir des


équipements de 2ème et 3ème transformation du
bois aux opérateurs privés
Le Programme de compétitivité des des équipements de 2ème et 3ème trans- Gruppi Electrogeni encaissera environ
filières de croissance (PCFC), piloté formation du bois, apprend-on dans 650 millions FCFA. Les équipements à
par le Ministère camerounais de l’éco- un communiqué officiel. La société Ita- mettre à la disposition des unités privées
nomie avec le concours financier de la lian Design s’adjuge le gros de ces mar- de transformation sont constitués de
Banque mondiale, vient d’attribuer des chés pour un montant total de plus de 15 séchoirs, 40 machines d’usinage, 15
marchés pour 1,5 milliard FCFA en vue 900 millions FCFA, tandis que le grou- machines de manutention et 11 groupes
de fournir à certains opérateurs privés pement Secal Advanced Drying-CGM électrogènes.

-20- N° 43 / Novembre 2015


FINANCE
La BAD garantit partiellement Mise en garde
l’eurobond du Cameroun, d’un des banques et
montant de 750 milliards FCFA des EMF contre
international. En effet, l’on se souvient
que le 10 février 2015 à Yaoundé, confor-
mément à un décret d’habilitation signé
la dissimulation
quatre jours plus tôt par le chef de l’Etat,
le ministre des Finances Alamine Ous- d’informations
aux clients et
mane Mey a officiellement remis à la
Société Générale et la Standard Charte-
red Bank une lettre de mandat les auto-

La Banque africaine de développement


risant à lever 750 milliards FCFA sur le
marché international pour la réalisation
de projets de développement. « Après le
au Comité de
(BAD) et l’Etat du Cameroun vont
signer un « accord de contre-indemnité
marché local et sous-régional sur lesquels
le Cameroun a respecté tous ses engage-
crédit
relatif à la garantie partielle de crédit » ments, il est question que nous nous affir- Les banques camerounaises ne res-
pour un montant de 500 millions d’eu- mions sur le marché international. Nous pectent pas l’obligation légale d’affi-
ros, soit environ 327,5 milliards FCFA. sommes confiants, parce que le pays dis- cher dans toutes leurs agences, à l’in-
Selon le décret présidentiel du 23 sep- pose de tous les atouts pour réussir cette tention des clients, leurs conditions de
tembre 2015 révélant cette informa- première émission d’eurobond de son his- banque. Il s’agit d’un tableau réper-
tion, cet accord avec la BAD fait office toire », avait déclaré le ministre Alamine toriant les coûts auxquels sont factu-
de garantie partielle de l’eurobond de Ousmane Mey en donnant l’onction rées les différentes prestations au sein
750 milliards FCFA que le gouverne- gouvernementale aux deux arrangeurs des établissements de crédit. Dans le
ment s’apprête à lancer sur le marché de l’opération. même temps, apprend-on, les banques
et les établissements de microfinance
(EMF) ne télé-déclarent pas toujours

L’APECCAM organisera, du 2 au les informations et leurs données sur


la plateforme mise en place par le
Comité national de crédit en vue de la
7 novembre 2015 à Douala, la bonne information de la communauté
bancaire nationale et d’un meilleur

première Semaine du banquier


suivi des activités dans le secteur ban-
caire du Cameroun.
Ces deux constats sont faits dans
Douala, la capitale économique du Ca- menu de cette grand’messe du secteur des communiqués de mise en garde
meroun, abritera du 2 au 7 novembre bancaire, des échanges thématiques et que vient de publier le Ministère des
2015 la toute première édition de la une exposition au cours de laquelle se- finances. En plus de rappeler que ces
Semaine du banquier camerounais, ront dévoilés les métiers et les produits exigences relèvent de la réglementa-
organisée par l’Association profession- de la banque au Cameroun. Sont atten- tion en vigueur, le ministre Alamine
nelle des établissements de crédits du dus, apprend-on, les utilisateurs des ser- Ousmane Mey, par ailleurs président
Cameroun (APECCAM). L’évènement vices bancaires, les autorités monétaires du Comité national du crédit, invite
est placé sous le thème « Amélioration publiques et de régulation, les entre- les responsables des banques et EMF
de l’écosystème bancaire et développe- prises, etc. à se réajuster, sous peine de sanctions
ment de l’infrastructure financière ». Au prévues en la matière.

Novembre 2015 / N° 43 -21-


A partir du Cameroun, Attijariwafa veut
conquérir le marché du transfert d’argent
en Afrique centrale
de commercialiser des produits Inwi,
le 3ème opérateur télécom du Maroc,
dont les abonnés peuvent directe-
ment recharger leurs mobiles dans
les agences Wafacash. Cette société
arrive sur un marché camerounais
du transfert d’argent sur lequel les
leaders mondiaux que sont Western
Union et Money Gram font désor-
mais face à la concurrence du leader
des transferts domestiques, la société à
capitaux camerounais Express Union
en l’occurrence, qui s’est également
lancée avec bonheur dans le segment
des transferts internationaux (notam-
ment sur les pays d’Afrique centrale et
de l’Ouest) avec des tarifs très com-
pétitifs. Cependant, afin de préserver
ses arrières sur ce marché de plus en
plus concurrentiel, Wafacash Central
Le groupe bancaire marocain Attija- lange Dorothée Kotock Mpote épouse Africa s’est doté d’un champ d’ac-
riwafa Bank a créé, le 14 septembre Yana Ntamack. Parmi les administra- tion bien plus étendu. Il va du simple
2015 à Douala, la capitale économique teurs de ce nouvel arrivant sur le mar- transfert d’argent à « la mise en œuvre
camerounaise, une filiale de sa société ché du transfert d’argent au Came- et la maintenance des guichets automa-
de transfert d’argent Wafacash qui roun, l’on découvre Jamal Ahizoune, tiques », en passant par « l’exercice de
couvrira toute l’Afrique centrale, a- ancien DG de SCB Cameroun, la filiale l’activité de change manuel, la gestion,
t-on appris dans une annonce légale locale d’Attijariwafa Bank. l’administration, la direction, la mise
publiée le 5 octobre 2015. Société ano- Créé en 1991, Wafacash, qui gère les en œuvre et le contrôle pour son compte
nyme au capital de 2 milliards FCFA, marques Western Union et Money personnel ou pour le compte de tiers de
Wafacash Central Africa a pour direc- Gram, est l’actuel leader du marché tous les moyens informatiques et élec-
teur général Mehdi Khandid, qui sera des transferts internationaux au Ma- troniques pour automatiser et faciliter
secondé par une DGA de nationalité roc. Depuis le mois de novembre 2012, les transactions financières, etc. »
camerounaise en la personne de So- Wafacash a pris la décision stratégique

Mohamed Krisni nommé directeur général


de la SCB
Le groupe bancaire marocain Atti- à l’international. Ce dernier, annonce Bank au Maroc. Selon le communiqué
jariwafa Bank vient de désigner au la banque dans un communiqué offi- ayant sanctionné le dernier conseil
poste de directeur général de la So- ciel, prendra ses fonctions une fois que d’administration de cette banque,
ciété Commerciale de Banque (SCB les formalités relatives à son agrément tenu le 21 septembre 2015 à Yaoundé,
Cameroun), sa filiale au Cameroun, par le régulateur bancaire régional Mohamed Krisni hérite d’une banque
M. Mohamed Krisni, jusque-là direc- seront terminées. plutôt en bonne santé dont les « prin-
teur exécutif du groupe en charge du Mohamed Krisni remplace Jamal Ahi- cipaux indicateurs » connaissent une
Développement de la banque de détail zoune, rappelé au siège d’Attijariwafa « évolution significative ».

-22- N° 43 / Novembre 2015


TELECOMS
Nexttel se prévaut d’être « l’opérateur qui
connaît la plus grande progression de parts
de marché »
Le 18 septembre 2015, cela faisait un
an jour pour jour que Nexttel, le 3ème
opérateur de téléphonie mobile au Ca-
meroun, avait effectivement lancé ses
activités dans le pays. Dans une réclame
publiée dans la presse locale à cette occa-
sion, l’opérateur vietnamien revendique
2 millions d’abonnés, ce qui correspond,
souligne l’entreprise télécom, à 11% de
parts du marché camerounais. Au regard
de ce niveau de pénétration du marché
au cours des douze derniers mois, Next-
tel se prévaut du statut de « l’opérateur entre autres réalisations, la construction ans de retard pour démarrer ses activi-
qui connaît la plus grande progression de de 1250 stations BTS ou relais à travers tés au Cameroun. En conséquence, elle
parts de marché » au Cameroun. Selon le pays. L’entreprise revendique par ail- n’a pu jouir de son monopole de deux
l’entreprise, cette performance est la leurs 1000 salariés à ce jour. Pour rappel, ans sur la 3G qu’à peine six mois seule-
conséquence d’une extension rapide de Nexttel est contrôlé par le groupe viet- ment. Puisqu’en mars 2015, à la faveur
son réseau, qui couvre jusqu’à 85% du namien Viettel. Détenteur de la toute du renouvellement des licences des deux
territoire national. première licence 3G du pays depuis fin premiers opérateurs, Orange et MTN en
Ce déploiement a été rendu possible 2012, l’entreprise, pour diverses dissen- l’occurrence, le gouvernement a généra-
grâce à des investissements d’environ sions entre ses actionnaires et des diffi- lisé le déploiement de cette technologie
200 milliards FCFA qui ont permis, cultés techniques, a accusé près de deux à tous les opérateurs.

China Unicom, Telefonica et Camtel déploieront


un câble à fibre optique entre le Brésil et
le Cameroun
Lu Yimin, le PDG de China United dans le sud du Cameroun, et Fortaleza, dra alors la 5ème infrastructure télécom
Telecommunications Corp (China Uni- au Brésil. A Fortaleza, le point d’atter- de ce type à atterrir sur le territoire
com), filiale spécialisée dans la télépho- rissement de ce câble sous-marin de camerounais, après le SAT3, déployé par
nie mobile de l’opérateur historique des 5900 km, qui est présenté comme un consortium dans lequel l’Etat came-
télécoms chinois China Telecom, est étant le tout premier à relier l’Afrique à rounais avait pris des actifs, le WACS,
arrivé au Cameroun le 13 octobre 2015. l’Amérique du Sud, sera construit par le déployé par le groupe MTN, le NCSCS,
Le 14 octobre, il a signé avec Camtel, groupe télécom espagnol Telefoncia. qui relie le Cameroun au Nigeria, et
l’opérateur historique des télécoms au Le câble sous-marin que déploieront les ACE, déployé par le groupe Orange et
Cameroun, une convention de parte- trois opérateurs susmentionnés repré- dont le processus de construction du
nariat pour le déploiement d’un câble sente, apprend-on, un investissement point d’atterrissement à Kribi est en
sous-marin à fibre optique entre Kribi, total de 278 milliards FCFA. Il devien- cours.

Novembre 2015 / N° 43 -23-


Après Orange, MTN lance à son tour un service
d’assistance médicale via le mobile
MTN Health. C’est la nouvelle offre que le même canal, par le pool de médecins 200 francs CFA.
MTN Cameroun, le leader de la télépho- impliqué dans le projet. Le coût du ser- Pour rappel, au Cameroun, non seu-
nie mobile dans le pays, vient de lancer vice via MTN Health sera communiqué lement le ratio médecin-habitant est
avec le concours de l’Ordre national des à l’usager en temps réel en fonction de la d’à peu près 1 pour 10 000, mais aussi
médecins du Cameroun et du Minis- prestation demandée. la majeure partie des spécialistes est
tère de la santé publique, a-t-on appris La filiale locale de MTN rejoint ainsi concentrée dans les grandes métro-
officiellement. Cette offre consiste en Orange Cameroun sur ce type d’offre. poles, notamment les villes de Yaoundé
des consultations médicales via une En effet, depuis avril 2015 cet autre et Douala. Avec un taux de pénétration
plateforme y dédiée. Concrètement, opérateur télécom commercialise My du mobile qui dépasse 90% de nos jours,
les abonnés de l’opérateur pourront, Healthline, qui permet à ses abonnés de l’assistance médicale par téléphone mo-
par SMS ou e-mail, requérir les avis recevoir, sur demande, des conseils per- bile, selon les opérateurs, permet de pal-
de médecins sur diverses questions de sonnalisés sur la contraception, le VIH/ lier l’insuffisance des médecins dans le
santé qui les préoccupent. Des réponses sida, la sexualité et les infections sexuel- pays.
précises leur seront alors renvoyées par lement transmissibles. Coût du SMS :

Moins de 20% des Camerounais utilisent


le mobile money pour régler leurs factures,
selon CFAO
Bien que les avancées sur l’appropria- l’instar de la Côte d’Ivoire. C’est du du continent noir. Selon cette enquête
tion du paiement mobile soient notables moins ce que révèle une étude que vient réalisée avec le concours de l’institut de
au Cameroun au cours de ces dernières de publier le groupe CFAO, laquelle sondage IPSOS et du cabinet de conseil
années, le pays dispose encore d’une étude dresse « le portrait des nouveaux Bearing Point auprès de 4000 familles au
marge de progression importante pour consommateurs africains » que l’on Maroc, au Cameroun, en Côte d’Ivoire,
atteindre les pays de même niveau, à retrouve au sein de la classe moyenne au Nigeria et au Kenya, « moins de 20% »
des répondants au Cameroun évoquent
le mobile money comme mode de rè-
glement de leurs factures. Les enquêtés
sont pourtant « plus de 88% au Kenya »
et « seulement 42% en Côte d’Ivoire »
à utiliser ce moyen de paiement. A en
croire la même étude, le paiement mo-
bile « reste anecdotique au Maroc ».
Dans ce dernier pays ayant fait l’objet
de l’enquête, et par extrapolation sur
l’ensemble du continent africain, où
« les hypermarchés et supermarchés sont
considérés comme les garants de la qua-
lité des marques internationales et sont
fréquentés au minimum une fois par mois
par 86% des répondants », les factures se
paient davantage par cartes bancaires.
En effet, fait remarquer l’étude de CFAO,
55% des Marocains utilisent des cartes
bancaires, contre 26% des Camerounais,
17% des Ivoiriens, 41% des Kényans et
environ 33% des Nigérians.

-24- N° 43 / Novembre 2015


Les opérateurs de la téléphonie ont suspendu
6 millions de puces en 2014 et 2015
Au cours des deux dernières années, les
opérateurs de la téléphonie en activité
sur le territoire camerounais ont dû sus-
pendre environ 6 millions de puces télé-
phoniques jugées « suspectes », a-t-on
appris au cours d’une récente rencontre
sur les conséquences économiques de la
fraude à la SIM box dans le pays. En ef-
fet, les fraudeurs à la SIM box ont besoin
d’avoir plusieurs puces téléphoniques
pour mettre en place un système de
détournement des appels émis depuis
l’étranger, afin de les faire passer pour
des appels locaux. « Nous avons retrouvé
dans la base des opérateurs des personnes
qui enregistraient 100 voire 200 puces
avec une même carte nationale d’iden-
tité, et cela suscitait des interrogations », a
récemment confirmé Thomas Marcellin
Manyanye, sous-directeur des systèmes
d’information à l’ART, le régulateur des
télécoms dans le pays.
Afin de mettre un terme à cette multi-
plication des cartes SIM par individu,
un décret signé le 3 septembre 2015
par le Premier ministre camerounais
Philémon Yang fixe à douze le nombre
maximum de puces pouvant être déte-
nues par un même abonné, et inter-
dit purement et simplement la vente
des puces téléphoniques dans les rues. multiplie les attentats kamikazes dans la gouvernementales participent à la lutte
D’une part, soutiennent les experts, ces région de l’Extrême-Nord, frontalière contre la fraude à la SIM box, phéno-
nouvelles dispositions renforcent le dis- du Nigeria. Des attentats dans lesquels mène qui a officiellement fait perdre
positif d’identification des abonnés au des téléphones portables sont sou- aux opérateurs de téléphonie et à l’Etat
téléphone dans le pays au moment où vent utilisés pour actionner les charges camerounais environ 22 milliards FCFA
la secte islamiste nigériane Boko Haram d’explosifs. D’autre part, ces mesures depuis le début de l’année 2015.

Le Cameroun emprunte 24,5 milliards FCFA à la


BAD pour étendre son réseau de fibre optique
Le chef de l’Etat camerounais, Paul Biya, Cameroun, le Tchad et la République jet télécom, des difficultés autour de
vient d’autoriser le ministre de l’Eco- Centrafricaine. Pour ce même pro- son implémentation sont observées au
nomie à signer avec la Banque africaine jet, apprend-on de bonnes sources, la Tchad, notamment en ce qui concerne
de développement (BAD) un accord de Banque mondiale est également engagée le volet de la gestion financière. Ce qui a
prêt de 24,5 milliards FCFA. Cet argent auprès des trois pays de l’Afrique cen- contribué, souligne la Banque mondiale
permettra de financer partiellement le trale susmentionnés pour un montant dans son rapport, à ralentir l’avancée du
projet Central Africa Backbone (CAB), total d’environ 15 milliards FCFA. projet dans ce pays.
qui consiste à construire une dorsale Selon un récent rapport de cette ins-
de fibre optique pour interconnecter le titution de Bretton Wood sur ce pro-

Novembre 2015 / N° 43 -25-


ENERGIE
Un consortium Camerouno-norvégien veut
produire 150 à 300 MW d’électricité dans
la ville d’Edéa
Grenor SA, une entreprise de joint-
venture constituée par des investisseurs
camerounais et norvégiens, construi-
ra dans la ville d’Edéa, située dans la
région du Littoral du Cameroun, une
centrale électrique à gaz d’une capacité
de production de 150 à 300 MW, a-t-on
appris le 17 septembre 2015 à Yaoundé.
C’était à l’occasion de la signature d’une
convention avec le gouvernement came-
rounais, laquelle convention ouvre aux
porteurs de ce projet la porte de l’accès
aux exonérations fiscalo-douanières
contenues dans la loi portant incitation
à l’investissement privé au Cameroun. avec le gouvernement camerounais le 17 société de textile (CTA Sodexcam) ont
Grenor SA investira 109 milliards FCFA septembre dernier. été admises au bénéfice des avantages
dans cette infrastructure énergétique, En effet, en plus de Grenor SA, qui de cette loi qui accorde des exonérations
soit plus de 60% de l’enveloppe globale cible le secteur de l’électricité, quatre allant de cinq à dix ans aux entreprises
de 160 milliards FCFA qui sera investie entreprises agroalimentaires (Quantum pendant leur phase d’installation et de
dans l’ensemble des six projets ayant fait Cocoa SA, Elim Beverage, First Industry production.
l’objet de la signature de conventions et les Jardins Masoumbou Sàrl) et une

L’Etat crée la Sonatrel, le gestionnaire public


du réseau de transport de l’électricité
Depuis le 8 octobre 2015, l’archi- réseaux ; la gestion des flux d’énergie son côté l’électrification rurale ; tan-
tecture du secteur de l’électricité au électrique transitant par le réseau public dis que l’Arsel continuera à jouer son
Cameroun s’est enrichie d’un nou- de transport ; la planification, la réalisa- rôle de gendarme du secteur dans son
vel intervenant. Il s’agit de la Société tion des études et la maîtrise d’ouvrage ensemble.
Nationale de Transport de l’Electricité des infrastructures et ouvrages de trans- La création de cette nouvelle entité est
(Sonatrel). Selon le décret présiden- port d’électricité, ainsi que la recherche conforme à l’article 23 de la loi du 14
tiel créant la Sonatrel, cette entreprise et la gestion de financements y relatifs ; décembre 2011 régissant le secteur de
à capitaux publics assurera « le trans- etc. » En clair, avec l’entrée en scène de l’électricité au Cameroun, lequel article
port de l’énergie électrique et la gestion ce nouvel opérateur, Eneo, le conces- institue « une société à capital public, ges-
du réseau de transport, pour le compte sionnaire du service public de l’élec- tionnaire du réseau de transport d’électri-
de l’Etat ». Dans le détail, la Sonatrel tricité, se concentrera désormais sur la cité ». Cette activité peut cependant être
s’occupera de « l’exploitation, la main- production et la commercialisation ; concédée « sur un périmètre donné » à un
tenance et le développement du réseau EDC, l’entreprise de patrimoine gèrera opérateur privé, selon l’article 21 de la
public de transport d’énergie électrique les barrages et se fera payer les droits même loi.
et de ses interconnexions avec d’autres d’eau par Eneo ; l’AER développera de

-26- N° 43 / Novembre 2015


Le Cameroun est « un géant de l’électricité
qui est dans les starting-blocks », selon
le DG de l’Arsel
Le directeur général de l’Agence de du fait qu’il y a un million de consom-
régulation de l’électricité (Arsel), Jean- mateurs, si chaque consommateur nous
Pierre Kedi, compare le Cameroun à un donnait 2 MW, on aurait déjà le double
« géant de l’électricité qui est encore dans de ce qui est disponible aujourd’hui »,
les starting-blocks ». En effet, illustre-t- soutient-il.
il, avec le potentiel hydroélectrique dont Mais à côté de ces « mini-solutions »,
dispose le pays, si chacune des 360 com- dixit Jean-Pierre Kedi, le Cameroun
munes camerounaises lance un projet est actuellement engagé dans de gigan-
visant à produire seulement « 10 MW tesques projets énergétiques qui devront
grâce aux petites chutes d’eau, soit par la sur le moyen terme changer la configu-
biomasse », cela ferait plus que tripler, en ration du secteur de l’électricité dans le
un court laps de temps, la capacité ac- pays. En effet, pas moins de trois bar-
tuelle du pays (1200 MW). Par ailleurs, rages (Lom Pangar, Mekin, Memvé’élé)
en s’appropriant l’énergie solaire, par sont actuellement en construction. Au
exemple, les populations camerounaises moins trois centrales hydroélectriques
pourraient considérablement contri- de 300 à 400 MW sont en phase de pro- déniables atouts en matière de solaire,
buer à relever l’offre énergétique. « Cha- jet (Limbé avec Eranove, Makay à l’est d’éolien et de biomasse, qui sont autant
cun peut acheter des panneaux solaires et du pays avec Platinum Power, et Natchi- de solutions n’ayant véritablement pas
les installer sur son toit, avoir de l’énergie gal avec Rio Tinto, EDF et la SFI). A côte encore été explorées dans le pays. La
pour lui-même et, lorsqu’il est en surplus, de l’hydroélectricité, dont le potentiel faute au manque de financements et
le réinjecter dans le réseau. N’ayant que global du pays est estimé entre 13 000 et au désintérêt des investisseurs, qui n’af-
1000 MW disponibles et tenant compte 15 000 MW, le Cameroun dispose d’in- fluent pas encore au Cameroun.

Pour 2015, le régulateur annonce une lourde


pénalité contre l’électricien Eneo
En 2013, les pénalités infligées par l’Agence de
régulation du secteur de l’électricité (Arsel)
au Cameroun à l’opérateur Eneo ont atteint
11 milliards FCFA, contre 4 milliards FCFA en
2014. En cette année 2015, « je peux vous dire
qu’avec tous les délestages qu’on a connus, il y a
de fortes chances que la pénalité de 2015 soit un
peu plus élevée, puisque ce sont ces éléments qui
constituent la pénalité », annonce Jean-Pierre
Kedi, le DG de l’Arsel. En effet, explique-t-il,
«  lorsque le tarif est stable, il faut savoir que
le régulateur a fait quelque chose. Parce qu’en
simple logique économique, votre tarif doit
augmenter chaque année du taux d’inflation.
C’est-à-dire que lorsque vous êtes dans un envi-
ronnement économique où il y a une inflation
de 2% l’année, ça veut dire que tous les éléments
productifs ont une valeur haussière. Dès le mo-
ment où le tarif à la fin de l’année ne reflète
pas les 2%, ça veut dire que quelqu’un, quelque
part, a absorbé l’effet des 2% d’inflation. »

Novembre 2015 / N° 43 -27-


La SNH, Golar LNG et Perenco Noble Energy
signent la toute première abandonne
convention gazière du pays le puits
d’exploration
La Société Nationale des Hydrocarbures de Keppel, à Singapour ». Ce navire, doté
(SNH), le bras séculier de l’Etat came- d’une capacité de 1,2 million de tonnes
rounais dans l’exploration et l’exploi- de gaz naturel liquéfié par an, livrera
tation pétro-gazière, a annoncé le 30
septembre 2015 avoir signé avec les
groupes français Perenco et bermudien
ses premières productions exportables
à partir de la mi-2017, souligne la
SNH. L’unité flottante, pour laquelle
Cheetah sur sa
Golar LNG « la toute première conven-
tion gazière » du Cameroun, « négociée
Golar LNG investira plus de 700 mil-
liards FCFA (1,3 milliard $), permettra licence Tilapia
dans le cadre de l’application de la loi du également de produire 30 000 tonnes
19 avril 2012 portant Code gazier ». Cette de gaz domestique chaque année et
convention, précise la SNH, est relative 5000 barils de condensat chaque jour,
à l’installation et à l’exploitation d’une apprend-on de sources officielles.
usine flottante de liquéfaction du gaz La conversion du méthanier Golar Hilli
naturel au large de Kribi, dans la région en unité flottante de liquéfaction vise à
du Sud du Cameroun. Ce projet présen- anticiper sur la production du gaz natu-
té comme étant « une grande première en rel liquéfié au Cameroun, en attendant
Afrique » consiste, apprend-on, en « la la construction d’une usine de pied non
conversion du méthanier Golar Hilli, de loin du port en eaux profondes de Kribi,
la société Golar Hilli Corporation, en une dans le cadre d’un projet piloté par la
installation de liquéfaction. Les travaux SNH avec pour partenaires les groupes
de conversion du méthanier sont actuel- français Perenco et Engie.
lement en cours dans les chantiers navals

Après Zingana, Bowleven


découvre des traces
d’hydrocarbures sur son puits Le pétro-gazier texan Noble Energy a
Moambe annoncé le 25 septembre 2015 avoir
décidé d’abandonner ses travaux d’ex-
La firme pétro-gazière britannique ploration d’hydrocarbures sur le puits
Bowleven Plc a annoncé ce 28 sep- Cheetah après y avoir découvert des
tembre 2015 avoir découvert des traces réservoirs pétrolifères et gaziers non
d’hydrocarbures au terme du forage du commercialisables. Ce puits, qui sera
puits Moambe, le deuxième à avoir été obstrué, annonce Noble Energy, a pour-
foré cette année sur la licence Bomono tant été foré jusqu’à une profondeur de
(après Zingana), qui couvre deux blocs 13 320 pieds. Il fait partie de la licence
de 2328 km dans le bassin Douala, au des intervalles d’hydrocarbures ont été Tilapia, un bloc couvrant 3875 km² dans
Cameroun. Le forage de Moambe, a-t- découverts en juillet 2015. Il s’agit prin- le bassin Douala, situé dans l’offshore
on appris, a atteint une profondeur de cipalement de déterminer le niveau de camerounais. Après cet échec enregis-
1769 mètres. productivité de ce puits, qui pourrait tré sur Cheetah, la firme pétro-gazière
Bowleven annonce par ailleurs que bientôt permettre d’approvisionner des texane n’a pour l’instant pas annoncé
des tests se poursuivent également sur centrales thermiques à gaz existant dans de nouveau programme de forage sur
Zingana, le premier puits sur lequel le pays. Tilapia.

-28- N° 43 / Novembre 2015


TRANSPORT
Ethiopian Airlines lance des vols à destination
de Yaoundé et ouvre ainsi sa 2ème destination
au Cameroun
Le 25 octobre 2015, Ethiopian Airlines naise, destination lancée en 1971 et pour
a effectué son premier vol au départ de laquelle Ethiopian Airlines offre un service
l’aéroport international de Yaoundé-Nsi- ininterrompu depuis 2003. Désormais, en
malen, situé dans la banlieue de la capitale plus de Douala, la compagnie aérienne
camerounaise, a annoncé la compagnie éthiopienne desservira donc Yaoundé par
aérienne dans un communiqué offi- quatre vols hebdomadaires : dimanche,
ciel. Jusqu’ici, Ethiopian Airlines, qui est lundi, mercredi et vendredi. Selon la com-
présentée comme étant « la plus grande pagnie, cette nouvelle desserte « offrira
compagnie aérienne africaine et la plus aux clients plus de commodité et une plus
rentable » du continent, ne desservait que grande connectivité au réseau mondial
Douala, la capitale économique camerou- d’Ethiopian via son hub d’Addis-Abeba ».

Camrail attribue Une nouvelle


trois contrats de compagnie de
2,4 milliards FCFA pour transport urbain par
réhabiliter des ponts bus annoncée dans
ferroviaires la capitale
Le transporteur ferroviaire camerounais Camrail vient La Communauté urbaine de Yaoundé, la super mairie de la
d’attribuer aux sociétés Foure Lagadec Cameroun et So- capitale camerounaise, lancera dans les prochains mois une
catraf trois contrats d’un montant total d’un peu plus de nouvelle compagnie de transport urbain par bus, annonce le
2,4 milliards FCFA, en vue de la réhabilitation de treize quotidien gouvernemental. La société devrait être baptisée Le
ponts ferroviaires sur le réseau de chemin de fer camerou- Bus Co SA, apprend-on de la même source. Cette appellation
nais, a-t-on appris dans un communiqué officiel. Le groupe est très proche de Le Bus, du nom de l’actuelle compagnie, une
Foure Lagadec s’en tire avec deux contrats d’un peu plus de joint-venture entre des institutions publiques camerounaises,
1,3 milliard FCFA pour des travaux à réaliser respective- dont la Communauté urbaine de Yaoundé, et des investisseurs
ment sur la ligne ferroviaire Yaoundé-Ngaoundéré (874,6 américains qui ont ensuite cédé leurs actifs à deux opérateurs
millions FCFA) et dans la localité d’Edéa (544,9 millions économiques zimbabwéen et sud-africain.
FCFA). Pour rappel, depuis plusieurs années, la société Le Bus est en
La Socatraf, entreprise camerounaise basée à Douala et gé- perte de vitesse. Le parc de 50 bus qui a permis à la compagnie
rée par Pierre Mongo, s’adjuge quant à elle un contrat d’un de lancer ses activités dans la capitale est de nos jours réduit
peu plus d’1 milliard FCFA pour la réalisation de travaux à une dizaine d’engins seulement. Lesquels bus peuvent aussi
de réhabilitation de ponts ferroviaires sur la ligne Yaoundé- être garés à tout moment à cause du manque de pièces de re-
Ngaoundéré. change.

Novembre 2015 / N° 43 -29-


INDUSTRIE
Rien ne va plus entre Hévécam et les riverains
des plantations d’hévéa dans la région du Sud
Les riverains des plantations de la socié- tion, indiquent-ils dans un mémoran- Entreprise agro-industrielle majori-
té anonyme Hévéa du Cameroun (Hé- dum, prive les populations de moyens tairement contrôlée par les Chinois de
vécam) dans les arrondissements de Lo- de subsistance généralement pourvus Sinochem International, Hévécam est
koundjé et de Kribi II, tous situés dans par la pratique d’activités agricoles sur l’un des producteurs de caoutchouc na-
la région du Sud, ne sont plus en odeur les terres querellées. De son côté, Hévé- turel au Cameroun, avec la Cameroon
de sainteté avec les responsables de cette cam dénonce une « occupation illégale Developement Corporation (CDC),
entreprise agro-industrielle. C’est ce qui des terres » concédées à l’entreprise par entreprise publique avec laquelle Héve-
ressort d’une réunion de crise que vient l’Etat camerounais. En appui à cette dé- cam partage d’ailleurs le statut de plus
d’organiser dans la ville de Kribi le préfet nonciation, la société agro-industrielle grands employeurs du pays derrière
du département de l’Océan, dans l’op- fait savoir que dans la localité d’Elogba- l’Etat. Hévécam exploite actuellement
tique d’aplanir les dissensions entre les tindi, par exemple, les populations ont 22 000 hectares de plantations et prévoit
deux parties. En effet, les riverains d’Hé- occupé une dizaine d’hectares sur ses de les étendre aux 18 000 autres hec-
vécam accusent ce producteur d’hévéa concessions foncières en y plantant des tares concédés par l’Etat camerounais
de s’accaparer les terres cultivables en palmiers à huile et des cacaoyers. Des en 2012.
allant au-delà des limites de certaines descentes sur le terrain sont envisagées
de ses concessions foncières. Cette situa- afin de démêler l’écheveau.

L’Américain SICC investit 11 milliards FCFA


dans une usine de production de matériels pour
bâtiments préfabriqués
La société américaine Southwest Inter-
national Construction Corporation
(SICC) a mis en place, dans la zone in-
dustrielle de Bassa, située dans la ville
de Douala, une usine de production
de matériels pour la construction de
bâtiments préfabriqués, a-t-on appris
de bonnes sources. Les produits de
cette entreprise, dont l’investissement
est estimé à 11 milliards FCFA, per-
mettront d’entamer la construction,
dans les prochains jours, d’un premier
lot de 183 logements (pour 7,5 mil-
liards FCFA) dans la localité de Mban- Pour l’heure, SICC Cameroun s’affaire Les 1000 boutiques prévues dans ce
ga Bakoko, dans la banlieue de Douala. sur le projet de construction du mar- marché, apprend-on, seront livrés en
Le gouvernement y conduit un projet ché Congo à Douala, piloté par la Com- septembre 2016. Coût des travaux :
de construction de 5000 logements munauté urbaine, la super mairie de la 7 milliards FCFA.
sociaux. capitale économique camerounaise.

-30- N° 43 / Novembre 2015


L’Indien Bajaj développera L’industriel
au moins vingt ateliers de Francis Nana
mécanique au Cameroun Djomou
investira
17,5 milliards
FCFA dans la
production de
jus de fruits
Selon K. S. Grihapathy, vice-président créer des emplois », a-t-il précisé. Ce res-
pour l’Afrique de Bajaj, cette firme in- ponsable du producteur indien d’engins
dienne ambitionne de « développer au à deux et trois roues a fait cette annonce
moins vingt ateliers de mécanique au Ca- à Douala. C’était au cours d’une récente
meroun » sur le court terme. « Nous sou- cérémonie de présentation d’une nou-
haitons former les techniciens, renforcer velle gamme de motos plus perfor-
leurs capacités, faire d’eux les meilleurs mantes et mieux adaptées aux besoins
mécaniciens du pays. Ainsi, ils pourront des populations. Elim Beverage and Food SA. C’est le
nom de l’entreprise dans laquelle Fran-
cis Nana Djomou, promoteur de la firme
de cosmétiques Biopharma, envisage

Camlait a investi d’investir 17,5 milliards FCFA avec ses


partenaires. Ce projet vient d’être déclaré

3 milliards FCFA dans une usine


éligible au bénéfice des avantages prévus
par la loi portant incitation à l’investis-
sement privé au Cameroun, qui prévoit

de production de yaourts à des exonérations fiscalo-douanières sur


cinq à dix ans pendant les phases d’ins-
tallation et de production des entreprises.
base de soja Elim Beverage sera la seconde uni-
té agroalimentaire mise sur pied par
Avec la concurrence qui se fait de plus d’autres axes de croissance pour pouvoir l’industriel camerounais Francis Nana
en plus rude sur le marché du yaourt au résister dans ce marché », affirme Paulin Djomou après l’unité de production de
Cameroun, avec l’arrivée d’entreprises Toukam Zuko, le PDG de Camlait, qui bouillon alimentaire de la marque Jum-
telles que Dolait ou encore Royal Crown, révèle par ailleurs que les coûts de pro- bo, construite dans la ville de Douala.
la Société Camerounaise des Produits duction du yaourt à base de soja sont de Elim Beverage devrait induire la création
Laitiers (Camlait) a décidé de diversifier 50% inférieurs à celui fait à base de lait. de 891 emplois dans le pays. Outre la
ses produits en ajoutant à sa gamme de La dernière trouvaille de Camlait est diversification de ses activités, avec no-
yaourts des variétés faites à base de soja. d’autant plus stratégique que cette en- tamment le lancement successif de deux
Pour ce faire, a-t-on appris de bonnes treprise agroalimentaire ambitionne entreprises agroalimentaires en plus de
sources, l’entreprise a dû investir 3 mil- désormais de réaliser 65% de son chiffre la cosmétique, Francis Nana Djomou est
liards FCFA dans une usine adaptée. d’affaires avec ses produits à base de également dans une logique de conquête
«  La croissance (la demande en yaourts soja. Ce d’autant que cette dernière ma- de nouveaux marchés. C’est ainsi qu’il
augmente de 25% par an, ndlr) est telle tière première est produite localement, projette par exemple d’ouvrir une filiale
que les concurrents s’installent dans la alors que le lait, lui, est importé à grands de Biopharma en Côte d’Ivoire afin de se
durée. Nous sommes obligés d’explorer frais. renforcer sur le marché ouest-africain.

Novembre 2015 / N° 43 -31-


MINES
La redevance de superficie minière sur l’or a été
multipliée par dix
Les exploitants des gisements d’or de la teur initiée par le Ministère des mines
région de l’Est du Cameroun, titulaires en mai 2014. A cet effet, se souvient-on,
des autorisations d’exploitation minière la délivrance des autorisations d’ex-
artisanale, paient désormais un peu plus ploitation minière artisanale avait été
cher en ce qui concerne la redevance de suspendue sur l’ensemble du territoire
superficie. Celle-ci, selon le sous-préfet camerounais. Cette suspension n’a été
de Bétaré Oya, territoire de prédilection levée qu’en avril 2015 et a induit des
de l’exploitation de l’or dans la région réajustements majeurs. En effet, outre
de l’Est du Cameroun, « est passée de la revalorisation de la redevance et de
5 francs CFA le mètre carré par an à certaines autres taxes, la délivrance des
50 francs CFA ». Ainsi multipliée par dix, titres d’exploitation artisanale est désor-
cette redevance due par les exploitants mais mieux encadrée, dans la mesure
miniers artisanaux permet au Trésor où elle est désormais assujettie au visa
public d’engranger plus de recettes. de l’Administration centrale des mines,
Cette mesure d’augmentation est la et non plus de celui du délégué régional
conséquence d’une opération d’assai- des Mines comme par le passé.
nissement et de réorganisation du sec-

Le contrat de partage Jindal Steel vire


de production sur l’or 1,6 milliard FCFA à
booste les recettes du Legend Mining pour
Trésor public le projet de fer de
De janvier à septembre 2015, la quantité d’or rétrocédée au
Ministère camerounais des finances par le Cadre d’appui à
l’artisanat minier (Capam), organe gouvernemental chargé de
Ngovayang
prélever auprès des exploitants miniers la part d’or revenant Legend Mining Ltd, entreprise minière listée sur l’Australian
à l’Etat camerounais, s’élève à 168 kilogrammes, apprend- Securities Exchange, a obtenu le 15 septembre 2015 par vire-
on officiellement. Cette quantité, au prix moyen de l’or sur ment bancaire une somme de 3 millions $ (environ 1,6 mil-
le marché, correspond à une valeur en numéraire de plus de liard FCFA) de la compagnie indienne Jindal Mining and
3 milliards FCFA. Exploration Ltd. Ce virement est relatif à la cession de Camina
Jusqu’ici, les mois d’août et de septembre 2015 ont été les plus SA, entreprise constituée sur le projet de fer Ngovayang, au
prolifiques, avec respectivement 58,4 et 63,4 kilogrammes d’or sud du Cameroun. Il s’agit de la première tranche d’un total
brut prélevés auprès des sociétés minières, et près de 2 mil- de 6 millions $ (environ 3,2 milliards FCFA) se rapportant à
liards FCFA à la clé. A titre de comparaison, sur l’ensemble un rééchelonnement de dette, dont le solde lui sera versé le
de l’année 2013, seulement 31,7 kilogrammes d’or avaient été 15 décembre 2016, avec des arriérés d’intérêts de 4% par an
transférés à l’Etat camerounais, contre 36,8 kilogrammes sur devant être payés sur une base trimestrielle, a expliqué Legend
toute l’année 2012. Mining le 16 septembre 2016.

-32- N° 43 / Novembre 2015


Le Premier ministre inaugure la cimenterie
Dangote de Douala
Philémon Yang, le Premier ministre
camerounais, a procédé le 27 août 2015
à Douala, la capitale économique du
pays, à l’inauguration de la cimenterie
Dangote, d’une capacité de production
de 1,5 million de tonnes. Investissement
d’un montant de 50 milliards FCFA,
cette cimenterie construite sur les berges
du Wouri par le milliardaire nigérian
Aliko Dangote ambitionne de capter
30% du marché camerounais en 2015,
actuellement dominé par le groupe La-
farge à travers les Cimenteries du Came-
roun, sa filiale locale.
A partir du Cameroun, l’homme le plus velle le 2 juillet 2015 à Yaoundé au sortir montant global de 4,34 milliards $ (plus
riche d’Afrique ambitionne même de d’une audience avec le chef du gouver- de 300 milliards FCFA) avec la société
conquérir toute la région Afrique cen- nement camerounais. chinoise Sinoma International Enginee-
trale en construisant sa seconde cimen- Le 26 août 2015, le directeur général du ring Co pour la construction de nou-
terie camerounaise à Yaoundé (1,5 mil- groupe Dangote, l’Indien Edwin Deva- velles usines dans huit pays en Afrique
lion de tonnes également), la capitale du kumar, a officiellement annoncé que ce et en Asie, dont le Cameroun.
pays. Il a lui-même annoncé cette nou- groupe signera bientôt des contrats d’un

L’Association des pays africains producteurs


de diamant fait les yeux doux au Cameroun
Une délégation des membres de l’Asso-
ciation des pays africains producteurs
de diamant (ADPA) vient de séjourner
à Yaoundé, la capitale camerounaise.
« Nous sommes au Cameroun pour com-
prendre comment le secteur du diamant
est organisé, mais surtout pour proposer
l’expérience des autres pays producteurs
de diamant afin de rentabiliser cette res-
source », a confié Edgar Diogo de Car-
valho, le secrétaire exécutif de l’ADPA. cette audience pour présenter un pro- mée à environ 3000 carats en 2014, le
Pour ce faire, a-t-on appris au cours de jet en gestation portant sur la création Cameroun, qui est membre du Proces-
l’audience accordée à ces experts du d’une Bourse du diamant en Afrique. sus de Kimberly depuis 2012, est encore
diamant par le ministre camerounais Edgar Diogo de Carvalho explique que un petit poucet en matière de produc-
des Mines, Emmanuel Bondé, les auto- « l’Afrique produit plus de 60% du dia- tion du diamant, mais le pays regorge
rités publiques doivent œuvrer pour mant mondial et le vend à l’extérieur. d’un potentiel énorme. Lequel est
que le Cameroun intègre les rangs de Si l’on mettait en œuvre une bourse, les concentré dans la localité de Mobilong,
cette association, dont la mission prin- acheteurs viendraient vers nous pour dans la région de l’Est, où un gisement
cipale est la régulation du marché du acheter sur place, au lieu que ce soit tou- de niveau mondial a été découvert il y a
diamant sur le continent noir, afin que jours l’inverse. En plus, tous les autres quelques années par la société de joint-
son exploitation soit plus bénéfique services que la bourse créera seront profi- venture coréo-camerounaise C&K Mi-
que néfaste pour les pays producteurs. tables à l’Afrique. » ning.
Les experts de l’ADPA ont profité de Pour rappel, avec une production esti-

Novembre 2015 / N° 43 -33-


Leader du mois

Issofa Ncharé : gendarme en chef du


secteur des assurances en Afrique
centrale et de l’Ouest
L’ancien chef de la Division des
assurances au  Ministère des fi-
nances du Cameroun a été nommé
au poste de secrétaire général de
la Conférence interafricaine des
La nomi-
marchés d’assurances. nation à
ce poste
d’un autre
Le nouveau secrétaire général de la Camerou-
Conférence interafricaine des mar- nais en
chés d’assurances (CIMA), le gen- remplace-
ment de
darme du secteur des assurances en Jean-
Afrique centrale et de l’Ouest, est le Claude
Camerounais Issofa Ncharé. Cette Ngbwa
est une
nomination a été entérinée par les victoire
ministres des Finances des pays diploma-
tique, non
membres de la CIMA le 1er octobre seulement
2015, en marge de la réunion de la pour le
Zone franc tenue à Bercy, en France. Came-
roun, mais
Issofa Ncharé, qui a été recruté au aussi pour
terme d’un processus d’appel à can- l’ensemble
didatures, a précisé un communi- de l’Afrique
centrale.
qué du ministre camerounais des Il était en
Finances Alamine Ousmane Mey, effet très
remplace à ce poste son compa- convoité
par
triote Jean-Claude Ngbwa, arrivé l’Afrique de
en fin de mandat. l’Ouest.
Au cours des cinq prochaines an- non seulement pour le Cameroun, Expert des questions d’assurances,
nées donc, celui qui était jusqu’ici mais aussi pour l’ensemble de Issofa Ncharé sera secondé dans ses
le chef de la Division des assurances l’Afrique centrale. Ce d’autant que, nouvelles fonctions par deux secré-
au Ministère des finances de son indiquent des sources proches du taires généraux adjoints. Il s’agit
pays s’emploiera à réguler le secteur dossier, ce poste était très convoité du Burkinabé Boubacar Sangaré,
des assurances dans les 14 Etats- par l’Afrique de l’Ouest. En effet, reconduit pour un nouveau mandat
membres que compte la CIMA en plus d’aligner huit pays (dont de cinq ans, et du Nigérien Mama-
(Bénin, Burkina Faso, Cameroun, la Côte d’Ivoire qui est le premier dou Malam. Ce trio devra œuvrer
Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Gui- marché des assurances de la CIMA) non seulement pour le dévelop-
née-Bissau, Guinée Équatoriale, sur les quatorze que compte la pement d’un environnement des
Mali, Niger, République Centra- CIMA, l’Afrique de l’Ouest compte assurances sain, mais aussi veiller
fricaine, Sénégal, Tchad et Togo). également plus de compagnies à inculquer une véritable culture
Selon nos sources, la nomination à d’assurances qui, de surcroît, évo- des assurances au sein des Etats-
ce poste d’un autre Camerounais en luent dans un environnement plus membres de la CIMA.
remplacement de Jean-Claude Ng- dynamique que celui de l’Afrique
bwa est une victoire diplomatique, centrale. BRM

-34- N° 43 / Novembre 2015


Participez à l’édification
du Cameroun de demain

Chaque mois, découvrez les avancées


économiques du Cameroun

Les magazines Business in Cameroon et Investir


au Cameroun sont offerts gratuitement
• Ambassades et relais diplomatiques du Cameroun
• Salons VIP des aéroports de Paris, Londres,
Bruxelles, Genève et Frankfurt
• Salons des compagnies d’affaires du Bourget
• En Business Class sur Brussels Airlines
• Dans les ministères et hôtels d’affaire
du Cameroun