Vous êtes sur la page 1sur 5

1er problème B) Étude d’une solution particulière

ère
1 partie ln x  1
Soit f la fonction définie sur l’intervalle]0, +[ par f(x)= . La fonction f est
On considère l’équation différentielle (E) : y’ + (0,4x) y = 0,4x où y est une fonction x2
numérique de la variable réelle x, définie et dérivable sur [0, +[, y’ sa fonction dérivée. représentée graphiquement par la courbe (C) jointe en annexe.
1° Déterminer les solutions de l’équation différentielle (E0) : y’ + (0,4x) y = 0. 1) Déterminer les limites de f aux bornes de l’intervalle de définition f. En déduire les
2° Montrer que la fonction constante h, définie sur [0, +[ par h(x)=1, est une solution asymptotes à la courbe (C).
particulière de l’équation différentielle (E). 2) Calculer f’(x) où f’ désigne la fonction dérivée de f. Étudier les variations de la fonction f
3° En déduire l’ensemble des solutions de l’équation différentielle (E). et dresser son tableau de variation..
4° Trouver la solution particulière F de (E) sur [0, +[ qui vérifie la condition initiale 3) Déterminer les coordonnées du point B intersection de la courbe (C) avec l’axe des
F(0)=0. abscisses.
4)  désigne un nombre réel strictement supérieur au nombre e.
2ème partie a) À l’aide d’une intégration par parties, calculer en fonction de  l’intégrale :
Soit f la fonction définie sur [0, +[ par f(x)=0,4xe-0,2x². On désigne par C la courbe 
 
représentative de f dans un repère orthogonal (O, i , j ), les unités graphiques étant de 2 cm
I( 
e
f ( x) dx . En déduire en cm2, l’aire du domaine plan délimité par la

sur l’axe des abscisses et de 10 cm sur l’axe des ordonnées. courbe (C), l’axe des abscisses et les droites d’équation x=e et x=.
1°) On admet que lim f(x)= 0. Que peut-on déduire pour la courbe C ? b) Calculer la limite de cette aire lorsque  tend vers +.
x  

2°) a) Démontrer que, pour tout x de [0, +[, f’(x)= 0,4(1– 0,4 x) (1+ 0,4 x) e-0,2 x². Annexe au 2ème problème
b) En déduire le signe de f’(x) sur [0, +[.
c) Donner le tableau variation de f sur [0, +[. Quelle est la valeur approchée arrondie
à 10-2 du maximum de la fonction f ?
3°) Déterminer l’équation de la tangente T à C au point d’abscisse 0 et la position de C par
rapport à T.
4°) Tracer la droite T et la courbe C.
e 
2ème problème 

Le but du problème est l’étude d’une solution particulière de l’équation différentielle (E) : C)
xy’+2y= 1/x2 où y désigne une fonction numérique de la variable réelle x, définie et
dérivable sur l’intervalle ]0, +[, et y’ sa fonction dérivée. Le plan est muni d’un repère Le domaine hachuré est délimité par (C), l’axe des abscisses et les 2 droites
  d’équation x=e et x=
orthogonal (O, i , j ) d’unités graphiques 1 cm sur l’axe des abscisses et 6 cm sur l’axe des
ordonnées.

A) Résolution de l’équation différentielle (E)


1) Résoudre dans l’intervalle] 0, + [ l’équation différentielle (E0) : xy’+2y=0.
ln x
2) Vérifier que la fonction définie sur I par (x)= 2 est une solution particulière de
x
(E).
3) En déduire la solution générale de l’équation différentielle (E).
4) Déterminer la solution particulière de (E) dont la courbe représentative passe par le
point A de coordonnées (1 ; –1).
1er problème
____________
Corrigé de la 1ère partie
0,4 x
1° On écrit pour 0 x, r(x)=  0,2(2 x) et R(x)=0,2x2 : R’(x)=r(x).
1
Sur [0, +[ les solutions de (E0) sont toutes les fonctions x ↦ C e 0, 2 x où C est une constante
2

réelle.

2° Pour 0x, h(x)=1 et h’(x)=0 alors h’(x)+0,4xh(x)= 0+0,4x1 soit : h’(x)+0,4xh(x)= 0,4x.
C’est la preuve que h est une solution particulière de (E) sur [0, +[.

3° (E0) est l’équation homogène associée à l’équation différentielle linéaire (E). A la solution
particulière h de (E), on ajoute toutes les solutions de (E0) pour obtenir toutes les solutions de
(E). Il s’agit de toutes les fonctions, définies sur [0, +[, x ↦ 1+ C e 0, 2 x où C est une
2

constante réelle.

4° Pour F solution particulière de (E) sur [0, +[, on écrit pour 0 x, F(x)= 1+ C e 0, 2 x où C
2

est une constante réelle. Alors F(0)=1+Ce0 = 1+C. F(0)=0 pour C= -1.
Finalement pour 0x, F(x)= 1– e 0, 2 x .
2

Corrigé de la 2ème partie


1°) lim f(x)= 0 s’écrivant aussi lim (f(x)–0)= 0, on en déduit que la droite d’équation y = 0
x   x  
( c’est l’axe des abscisses) est asymptote à C.
2°) a) Pour 0 x,
f’(x)=0,4[1. e-0,2x² +x(-0,2)2xe-0,2x² ]= 0,4[1–0,4x2] e-0,2x² =0,4[1–( ( 0,4.x)²] e-0,2x²
soit f’(x)=0,4(1– 0,4 x)(1+ 0,4 x) e-0,2x² pour tout x de [0, +[.

b) et c) Pour 0 x, 0< 0,4 et 0< e-0,2x², de plus 0 0,4 x et 0<1d’où 0< 1+ 0,4 x. D’après
l’égalité encadrée du a) f’(x) est du signe de 1– 0,4 x pour 0 x .

Soit α=1/ 0,4 , α²=1/0,4=2,5 et f(α)=0,4/ 0,4 e-0,22,5 d’où f(α)= 0,4 e-0,50,38.
On a le tableau de variation suivant :

x 0 α +
f’(x) 0,4 + 0 –
f(x) 0 f(α) 0

f(α) est le maximum de la fonction f sur [0, +[.

3°) f’(0)=0,4 est le coefficient directeur de T qui passe par le point O de coordonnées 0 et
0=f(0). T a pour équation y=0,4x .

Avec 0 x, la position du point M de C abscisse x par rapport à T est donnée par le signe de la
différence w(x)=f(x)–0,4x soit w(x)=0,4x(e-0,2x²–1).
◇ Pour x=0, w(0)=0 : M est sur C.
◇ Pour 0 < x, -0,2x²<0 d’où e-0,2x²< e0=1 et e-0,2x²–1< 0. Comme 0< 0,4x, on obtient
0,4x(e-0,2x²–1)< 0 soit w(x) < 0 : M est au-dessous de C.

Finalement C est au-dessous de T, O étant le point de contact de T et C .


4°) Voilà la figure demandée : On place aussi la tangente à C, horizontale au point d’abscisse
α.

f(α)

2ème problème

A) Résolution de l’équation différentielle (E)

c est une constante réelle.

C’est la preuve que φ est une solution particulière sur ]0 ; +∞[ l’équation différentielle (E).

3) À la solution particulière φ de (E) on ajoute toutes les solutions de (E0) ( l’équation


homogène associée à (E) ) pour obtenir toutes les solutions de (E).

est une constante réelle.


La courbe représentative de f passe par le point A de coordonnées (1 ; –1) à la seule condition
que f(1) = –1, ce qui équivaut c = –1.

B) Étude d’une solution particulière


La fonction f de cette partie est la solution de l’équation (E) trouvée à la question A)4).

C'est la preuve que l’axe des ordonnées est asymptote verticale à (C) et que l’axe des
abscisses est asymptote horizontale à (C).

On obtient alors le tableau de variation suivant de f :

x 0 e1,5 +∞ On a e1,5 ≈ 4,48


f ’(x) || + 0 –
f(e1,5)
f 0
–∞

B a alors comme coordonnées e et 0 .

Pour la suite on a le tableau de signe suivant :


x 0 e +∞
f || – 0 +

1
4) a) On a pour 0 < ‫ݔ‬, ݂ሺ‫ = )ݔ‬൬− ൰ ሺ 1 − ln ‫ ; )ݔ‬on fait une intégration par parties
‫ݔ‬ଶ
1
‫ݑ‬ሺ‫ = )ݔ‬1 − ln ‫ݑ ; ݔ‬ᇱ ሺ‫ = )ݔ‬− ;
en écrivant pour 0 < ‫ݔ‬, ൞ ‫ݔ‬ 
ᇱ ሺ‫)ݔ‬
1 1 ᇱ 1
‫ݒ‬ = − ଶ ; ‫ݒ‬ሺ‫ ݑ ; = )ݔ‬ሺ‫ݒ)ݔ‬ሺ‫ = )ݔ‬− ଶ
‫ݔ‬ ‫ݔ‬ ‫ݔ‬
‫ݑ‬ᇱ et ‫ ݒ‬ᇱ sont encore dérivables et continues sur ]0; +∞[.

1 ఈ ఈ
1
න ݂ሺ‫ = ݔ݀ )ݔ‬൤ ሺ1 − ln ‫)ݔ‬൨ − න − ଶ ݀‫ ݔ‬où ln ݁ = 1 et ainsi ∶
௘ ‫ݔ‬ ௘ ௘ ‫ݔ‬

1 1 ఈ 1 ln ߙ 1 1 1 ln ߙ
‫ܫ‬ሺߙ) = ሺ1 − ln ߙ) − 0 − ൤ ൨ = − − ൤ − ൨ soit : ‫ܫ‬ሺߙ) = − .
ߙ ‫ ݔ‬௘ ߙ ߙ ߙ ݁ ݁ ߙ

Avec ݁ ≤ ‫ߙ ≤ ݔ‬, 0 ≤ ݂ሺ‫ )ݔ‬. Le rectangle construit à partir de O , ଓԦ, ଔԦ a pour aire en cmଶ ,
6 × 1 = 6. On en déduit que l'aire du domaine hachuré vaut en cmଶ , 6. ‫ܫ‬ሺߙ) .

ln ߙ 1 6
4) b) Comme lim = 0, on a lim ‫ܫ‬ሺߙ) = et lim 6. ‫ܫ‬ሺߙ) = .
ఈ→ାஶ ߙ ఈ→ାஶ ݁ ఈ→ାஶ ݁
6
est donc la limite de l'aire exprimée en cmଶ du domaine hachuré lorsque ߙ tend vers+∞ .
݁
6
De plus ≈ 2,21.
݁

Vous aimerez peut-être aussi