Vous êtes sur la page 1sur 14

Licence Chimie L2

Parcours Chimie
module OT3

"Outils mathématiques pour le chimiste"

Travaux Dirigés

Année universitaire 2008-2009


Licence Chimie L2
Parcours Chimie module OT3
Année universitaire 2008-2009 "Outils mathématiques pour le chimiste"

Table des matières


0.1Algèbre linéaire 3
0.1.1 Géométrie euclidienne, vecteurs, droites, plans . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
0.1.2 Matrices : déterminant, inversion, diagonalisation, changement de base . . . . . . 5
0.1.3 Symétries et rotations dans R3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7

0.2Analyse 9
0.2.1 Suites numériques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
0.2.2 Séries, séries entières, convergence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
0.2.3 Séries de Fourier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11

0.3Calcul intégral 13
0.3.1 Intégrales multiples, changement de variable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
0.3.2 Intégrale curviligne, théorème de Green-Riemann . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14

1
Licence Chimie L2
Parcours Chimie module OT3
Année universitaire 2008-2009 "Outils mathématiques pour le chimiste"

1 Algèbre linéaire

1.1 Géométrie euclidienne, vecteurs, droites, plans

Exercice 1 Rappeler la dénition des coordonnées du produit vectoriel V~1 ∧ V~2 et montrer
que si V1 , V2 et V~3 sont 3 vecteurs de R3 alors on a :
~ ~

(V~1 ∧ V~2 ) ∧ V~3 + (V~2 ∧ V~3 ) ∧ V~1 + (V~3 ∧ V~1 ) ∧ V~2 = ~0

Exercice 2 Toute orbitale hybride de type spλ peut être écrite sous la forme d'une combinaison
linéaire des orbitales s, px , py et pz :
Ψ = Cs s + Cx px + Cy py + Cz pz

Cette orbitale pointe dans la direction Cx~i + Cy~j + Cz~k où , ~i, ~j , ~k sont les vecteurs unitaires
d'un repère orthonormé. Calculer l'angle entre :
1 √ √ 1 √ √
a) √ ( 2 s − px + 3 py ) et √ ( 2 s − px − 3 py )
6 6
1 1
b) (s + px + py + pz ) et (s + px − py − pz )
2 2

Exercice 3 Le solide se présente généralement sous une forme cristalline, c'est-à-dire que les
atomes qui le constituent sont répartis de façon périodique dans les 3 directions de l'espace. On
parle alors de repère cristallographique.
Les repères cristallographiques sont dans le cas le plus général constitués par des axes obliques
portant des vecteurs (~a, ~b, ~c) formant une base. Le volume construit à partir de ces vecteurs
s'appelle la maille élémentaire.
Nous allons considérer deux repères cristallographiques diérents :
repère 1 : les angles formés entre les vecteurs ~a et ~b, ~a et ~c, ~b et ~c valent tous 90◦ (maille cubique).
repère 2 : les angles formés entre les vecteurs ~a et ~b, ~a et ~c, ~b et ~c valent respectivement 90◦ , β
(avec β 6= 90◦ ) et 90◦ (maille monoclinique).

A- On considère dans le repère 1 trois vecteurs V~1 , V~2 et V~3 de composantes respectives
(p1 , q1 , r1 ), (p2 , q2 , r2 ) et (p3 , q3 , r3 ). Donner :

2
Licence Chimie L2
Parcours Chimie module OT3
Année universitaire 2008-2009 "Outils mathématiques pour le chimiste"

1. L'expression du produit vectoriel V~2 ∧ V~3


2. L'expression du produit mixte (V~1 , V~2 , V~3 ). Montrer que le calcul du produit mixte donne
le volume de la maille construite à partir des vecteurs (V~1 , V~2 et V~3 ).
3. Quelle est la multiplicité de la nouvelle maille construite sur les vecteurs :
V~1 = ~a + 2~b + ~c
V~2 = ~a + ~b
V~3 = ~a + ~c
B- Répondre aux mêmes questions en travaillant dans le repère 2.

Exercice 4 À l'état solide, le cristal d'ozone (O3 ) peut être décrit dans un repère orthogonal
muni de la base (~a, ~b, ~c). Les dimensions d'une cellule unitaire sont a = 7,7888Å, b = 6,6973Å
et c = 6,8413Å. Ceci dénit un parallélépipède rectangle (maille orthorhombique).
Dans le repère orthogonal (~a, ~b, ~c), les coordonnées des atomes d'oxygène, notés Oα , Oβ et Oγ ,
d'une molécule d'ozone contenue dans la maille élémentaire formée à partir de ces vecteurs de
base sont :
atome n◦ a b c
O α 0,2050 0,0585 0,0648
O β 0,1240 0,1535 0,1835
O γ 0,0006 0,2611 0,1394

Donner les schémas de Lewis possibles de la molécule d'ozone.


Calculer l'angle O\
α Oβ Oγ et les distances Oα Oβ , Oβ Oγ et Oα Oγ .
Sachant que les distances moyennes OO dans H2 O2 (HOOH) et O2 (O=O) valent respective-
ment 1,48Å et 1,20Å, que cela vous suggère-t-il pour la structure interne de la molécule d'ozone
à partir des données cristallographiques ?

Exercice 5 Soient 3 points dans l'espace euclidien R3 :


     

 2  
 −1  
 1 
A 3 B 2 C −2
   
 
 
 


 
 
 
 
 

1 0 7
     

Donner l'équation du plan P passant par A, B et C . Déterminer lescoordonnées  du point


 −3 
d'intersection entre le plan P et la droite ∆ de coecient directeur ~v =   et passant par
 
−1
 


 
2
 
 
 5 

le point D  .

3 
 


 
1

Exercice 6 La géométrie de la molécule de CH4 est décrite par un tétraèdre régulier. Dans
le repère cartésien (repère orthonormal), on se donne 4 points :
       

 1  
 −1   
 −1  
 1 

A 1   B  1   C  −1  D −1

 
 
 
 
 
 
 

  

1 −1 1 −1
       

3
Licence Chimie L2
Parcours Chimie module OT3
Année universitaire 2008-2009 "Outils mathématiques pour le chimiste"

1. Montrer
√ que A, B , C et D sont dans R les 4 sommets d'un tétraèdre régulier ABCD de
3

côté 2 2 dont on calculera le volume. On fera une gure.


Retrouver les valeurs des angles HCH
\.
2. Montrer
 que
 le plan OAB rencontre le segment [CD] perpendiculairement en son milieu
 0 
.
 
K −1
 


 

0
 

1.2 Matrices : déterminant, inversion, diagonalisation, changement de base

Exercice 1 Soit la matrice S suivante.


 

 1 −1 1 

S= −1 −1 1
 


 

1 1 1
 

Montrer que la matrice S est inversible et déterminer la matrice inverse S −1 de deux manières
diérentes : (i ) en appliquant directement la dénition S S −1 = I , (ii ) en se servant de la
méthode de Cramer.

Exercice 2

1. Soit le nombre complexe j déni comme suit : j = − 12 + 23 i (avec i2 = −1)
Montrer que j 3 = 1 et que 1 + j + j 2 = 0.
Montrer que la matrice J dénie comme suit est inversible :
 

 1 1 1  
J = 1 j j2 
 

 

1 j2 j
 

Calculer J 2 , J 3 et J 4 et expliciter J −1 .
2. On considère la matrice "circulaire" K dénie ci-dessous :
 

 a b c  
K= c a b 
 

 

b c a
 

Calculer J −1 .K.J = D. Montrer que det(K) = det(D), et en déduire la résolution de


l'équation suivante : x3 − 3bc x + b3 + c3 = 0.
3. les valeurs de b et c étant prises comme paramètres, déterminer pour quelles valeurs de a
la matrice K est inversible et expliciter ladite inverse.
4. Soit la matrice "diagonale" ∆ dénie ci-dessous :
 

 α 0 0  
∆= 0 β 0 
 

 

0 0 γ
 

Montrer qu'il existe une unique matrice circulaire K telle que J −1 .K.J = ∆. Exprimer
explicitement a, b et c en fonction de α, β et γ .

4
Licence Chimie L2
Parcours Chimie module OT3
Année universitaire 2008-2009 "Outils mathématiques pour le chimiste"

Exercice 3 Une maille cristalline de volume V , est dénie sur les vecteurs de base a~1 , a~2 , a~3 .
On dénit une nouvelle maille basée sur les vecteurs A~1 , A~2 , A~3 telle que :
(A~1 , A~2 , A~3 ) = (a~1 , a~2 , a~3 ) [Sij ]

1. Trouver les matrices permettant d'exprimer les composantes d'une rangée R ~ notée [U V W ]
ainsi que les coordonnées X, Y, Z d'un point M relatifs à la base (A~1 , A~2 , A~3 ) en fonction
de ceux de la base (a~1 , a~2 , a~3 ).
2. Application : soit la matrice de passage Sij dénie ci-dessous, la rangée [423] et le point de
coordonnées réduites x = 0, 35 ; y = 0, 43 ; z = 0, 13.
 

 1 1 0 

Sij =  0 2 1 
 

 

1 2 2
 

Exercice 4 Le Nickel métallique cristallise dans une maille cubique à faces centrées, dénie
~
par la base (~a, b, ~c) formée de vecteurs de même norme et orthogonaux. La position d'un atome
quelconque de ce métal est déterminée par ses coordonnées x, y et z .
1. Exprimer les coordonnées X , Y et Z de ce même atome dans la maille rhomboédrique
inscrite dans la maille cubique. On explicitera les vecteurs de base A ~, B
~ et C
~ associés à la
~
nouvelle maille à partir des vecteurs de base ~a, b et ~c) associés à l'ancienne maille.
On rappelle que, par dénition, les angles formés entre les vecteurs ~a et ~b, ~b et ~c, ~c et ~a
sont tous égaux et diérents de 90◦ et que les normes de ces vecteurs sont égales.
2. Expliciter aussi la matrice de passage de la maille rhomboédrique à la maille cubique.

Exercice 5 On donne la matrice E suivante exprimée dans la base canonique de R3 :


 

 2 0 −2  
E = 0 3 0 
 

 

0 0 −4
 

1. Trouver le polynôme caractéristique et les valeurs propres λi de E . Pouvait-on prévoir le


résultat sans calcul ?
2. Trouver les vecteurs propres εi de E et donner l'expression de ED , la matrice de E dans la
base des εi .
3. Exprimer la matrice P de passage de la base canonique de R3 à la base des εi et vérier la
relation des changements de base : ED = P −1 E P .

Exercice 6 Dans le cas de la molécule de butadiène CH2 = CH − CH = CH2, les valeurs


E possibles pour l'énergie des électrons délocalisés sur l'ensemble de la molécule (électrons du
système π ) sont valeurs propres de la matrice H suivante :
 

 α β 0 0 

β α β 0

 

H=

 

 0 β α β 
 

 
0 0 β α
 

où α et β sont deux nombres réels tels que α > 0 et β < 0.

5
Licence Chimie L2
Parcours Chimie module OT3
Année universitaire 2008-2009 "Outils mathématiques pour le chimiste"

1. Ecrire l'équation aux valeurs propres de H. En déduire les valeurs Ei (i = 1, 2, 3, 4) de


l'énergie des électrons π de la molécule (On pourra de manière intermédiaire mettre β en
facteur et poser x = α−Eβ . On classera les énergies Ei trouvées par valeurs croissantes.
2. Trouver le vecteur propre ψ1 associé à la valeur propre E1 .
Soient ψ2 , ψ3 et ψ4 les vecteurs propres associés respectivement à E2 , E3 et E4 . Donner
l'expression de HD , la matrice de H dans la base des vecteurs propres (ψ1 , ψ2 , ψ3 , ψ4 ).

1.3 Symétries et rotations dans R3

Exercice 1 Dans R3 muni de la base canonique (~i, ~j, ~k ), on se donne 2 points :


   

 1 
 
 −1  
A 1  B 1 
   

 
 
 

1 −1
   

Former l'équation du plan OAB et expliciter la matrice SAB de la symétrie orthogonale relati-
vement à ce plan.

Exercice 2 Ecrire, par rapport à la base canonique de R3 , l'expression


 de la matrice 3×3 de
 1 
~ 
la rotation d'angle π /3 dans le sens direct autour de l'axe ∆ .
 
 1 
 
 
0
 

Exercice 3 Dans R3 , on considère la matrice S suivante :


 √ √ 

 1√ 1 − 3 1 + √3 

S=  1 + √3 1√ 1 − 3
 

 

1− 3 1+ 3 1
 

1. Calculer det(S ) et en déduire que S est inversible.


2. Montrer que M = 13 S est orthogonale directe. Montrer que M est une rotation d'axe
passant par l'origine. Déterminer cet axe ainsi que l'angle de ladite rotation.
3. Calculer S −1 , l'inverse de S .
4. Exprimer S n à l'aide des fonctions trigonométriques de nθ.

Exercice 4
1. Donner, par rapport à la base canonique de R3 , l'expression générale de la matrice 3 × 3
de la rotation autour de l'axe Oz et d'angle θ.
2. Calculer le déterminant de cette matrice.
3. Donner l'expression générale de la matrice 3 × 3 correspondant à la symétrie par rapport
au plan xOy .
4. Donner l'expression générale de la matrice 3 × 3 correspondant à la rotation autour de
l'axe Oz et d'angle θ = π suivie par la symétrie par rapport au plan xOy . De quelle
transformation s'agit-il ?

6
Licence Chimie L2
Parcours Chimie module OT3
Année universitaire 2008-2009 "Outils mathématiques pour le chimiste"

Exercice 5 Montrer que dans une maille cubique le produit de la rotation d'un angle π2 autour
de la direction Oz par la rotation d'un angle π2 autour de la direction Ox est équivalent à une
3 autour d'un axe dit ternaire que l'on précisera. Ce produit est-il commutatif ?
rotation d'angle 2π

Exercice 6 Soit une molécule de pentacène, que l'on pourra assimiler à un rectangle, déposée
sur le plan d'équation z = 0 d'un solide cubique (voir gure). Les coordonnées des atomes du
cube sont repérés à l'aide de la base canonique (~i, ~j, ~k ) orthonormée directe de R3 . On dénit la
base (~u, ~v , w
~ ) orthonormée directe attachée à la molécule telle que w
~ soit colinéaire au grand axe
L de la molécule, ~v soit colinéaire au petit axe M de la molécule et ~u soit colinéaire à l'axe N
avec ~u = ~v ∧ w ~.
1. Établir la matrice de passage qui permet d'exprimer les vecteurs de base (~u, ~v , w ~ ) en fonction
~ ~ ~
des vecteurs (i, j, k ) au moyen des angles d'Euler dénis par la série de transformations
suivante :
R(~k,ψ) R(~i0 ,θ) R(w,φ)
~
(~i, ~j, ~k) −−−−→ (~i0 , ~j 0 , ~k) −−−−→ (~i0 , ~j 00 , w)
~ −−−−→ (~u, ~v , w)
~
où ψ est appelé l'angle de précession, θ l'angle de nutation et φ l'angle de rotation propre.
2. La matrice de changement de base entre (~i, ~j, ~k ) et (~u, ~v , w
~ ) est donnée par la relation
suivante :  √ √ 
−√ 3 1 √3 
2


 2 2 √ 2 2 

R= 1 3 −1
 
√ √
 



 2 √ 2 2 2 √ 2



 − 2 − 2 
2 0 2
En déduire les angles d'orientation ψ , θ, φ de la molécule de pentacène par rapport au plan
z = 0 du cube.

7
Licence Chimie L2
Parcours Chimie module OT3
Année universitaire 2008-2009 "Outils mathématiques pour le chimiste"

2 Analyse

2.1 Suites numériques

Exercice 1 Rappeler la dénition d'une suite :


a) croissante non convergente
b) croissante convergente
c) convergente, ni croissante ni décroissante
d) majorée non minorée
e) bornée non convergente
On donnera un exemple de chaque cas.

Exercice 2 Trouver les limites des suites quand n → ∞ :


2 √
n
a) un = nn+1
3 b) un = nn!2 (n > 0) c) un = n2

2 (−1)n
d) un = 2nn e) un = 2n f ) e0 + e−1 + e−2 + . . . + e−n

1 n

g) 1+ n

Exercice 3 On considère trois suites (un ), (vn ) et (wn ) telles que ∀n, un ≤ vn ≤ wn et
limn→∞ un = limn→∞ wn = l
a) Montrer que limn→∞ vn = l
b) Appliquer cela à la suite (vn ) dénie par le terme général : vn = √ 12 + √ 12 + . . . + √ 12
n +1 n +2 n +n

Exercice 4
1. Soit (un )n6=0 la suite dénie par le terme général un = 1
1×2 + 1
2×3 + ... + n (n+1) .
1

 Décomposer la fraction rationnelle n (n+1)


1
en éléments simples.
 En déduire une autre expression de un en fonction de n, puis la convergence de (un ). On
précisera la limite en +∞.
2. Soit (un ) la suite dénie par le terme général : 12 + 22 + 32 + . . . + n2 . Calculer un en
fonction de n en utilisant le développement de (1 + n)3 .
3. Soit (un )n6=0 la suite dénie par u1 > 0 et un = a un−1 + 1 avec a un nombre positif ou
nul.
 Calculer l'expression de un en fonction de n et en déduire la nature de la suite (un ).
 Représenter le graphe de la fonction y = a x+1 et interpréter graphiquement les résultats
trouvés.

8
Licence Chimie L2
Parcours Chimie module OT3
Année universitaire 2008-2009 "Outils mathématiques pour le chimiste"

Exercice 5
1. Montrer que la suite (un ) dénie par le terme général sin 1 sin 2 sin n
3 + 32 +. . .+ 3n est convergente
en démontrant que c'est une suite de Cauchy.
2. Soit la suite dénie par 1 + 12 + 13 + . . . + n1 .
 Montrer que u2n − un est minorée par 21 .
 Utiliser le résultat pour montrer que la suite (un ) est divergente.
3. Soit une suite de réels (un ). On pose : ∀n ≥ 1, δn = |un+1 − un |.
 Montrer que si (un ) converge, alors limn→∞ δn = 0. La réciproque est-elle vraie ?
 On suppose cette fois ci que ∃ α > 1, ∀n ≥ 1, δn ≤ αAn (A ≥ 0 xé). Démontrer qu'alors
(un ) est une suite de Cauchy.
4. Soit k un réel tel que 0 ≤ k < 1 et (un ) une suite vériant la condition suivante :
∀n ∈ N∗ , |un+1 − un | ≤ k |un − un−1 |.
Montrer que (un ) est une suite de Cauchy.

2.2 Séries, séries entières, convergence

Exercice 1
1. Soit la série dénie par Sn = 1 + α + α2 + . . . + αn + . . . avec α ∈ R. Étudier la nature de
cette série en fonction des valeurs possibles pour α.
2. On pose la série de Riemann Sn = 1 + 21α + 31α + . . . + n1α + . . . avec α ∈ ]0 ; +∞[. Étudier la
nature de la série de Riemann en fonction de α. On prendra soin de distinguer les cas α ≤ 1
et α > 1. Dans ce deuxième cas, on utilisera le théorème de comparaison série intégrale
pour prouver la convergence de la série.
(−1)n
3. Étudier la nature de la série de terme général an = nα ; n > 0 en fonction des diérentes
valeurs de α ∈ ]0 ; +∞[.

Exercice 2
P∞
1. Montrer que la série dénie par a0 = 0 et n=1 an avec an = 1
n(n+1) converge.
2. Employer le critère de d'Alembert pour montrer la convergence de la série de terme général
an = nn!n
3. Soit la série de fonctions dénie par 1
2 . Montrer que cette série converge
P P
un = n≥1 n2 +x
normalement sur R.

Exercice 3
2 3 n
1. Soit la série entière dénie par Un = 1 + x + x2! + x3! + . . . + xn! + . . .
Employer le critère de d'Alembert pour prouver que le rayon de convergence de cette série
s'étend à R.
x2 x4 x6 2n
2. Montrer que la série alternée dénie par : Vn = 1 − 2! + 4! − 6!
x
+ . . . + (−1)n (2n)! + ...
converge.

9
Licence Chimie L2
Parcours Chimie module OT3
Année universitaire 2008-2009 "Outils mathématiques pour le chimiste"

Exercice 4 Rappeler la règle de Cauchy permettant le calcul explicite du rayon de convergence


d'une série entière dénie par (an xn )n≥0 avec an non nul pour tout entier n.
2 3
Calculer le rayon de convergence de la série suivante : x − x2 + x3 − . . . (pour |x| < 1)

Exercice 5
1. Quand dit-on qu'une fonction f est développable en série entière à l'origine ?
2. Soit la fonction dénie par f (x) = 2+x
1
. Utiliser la formule de Taylor pour développer cette
fonction en série entière au voisinage de l'origine. Expliciter son rayon de convergence.
3. Montrer que si p est un entier positif ou nul, on a quelque soit |x| < 2 :
Z 1
xp 1X (−1)n
dx =
0 2+x 2 2n (n + p + 1)
n≥0

En déduire la somme de la série suivante :


X (−1)n
Sn =
2n (n + 4)
n≥0

Exercice 6 Soit la fonction f : ] − 1; +∞[−→ R, C ∞ , et dénie par f (x) = (1 + x)α avec


α ∈ R. On désire trouver un développement de cette fonction en série entière vers l'origine en
utilisant la méthode des équations diérentielles.
1. Montrer que la fonction f (x) est solution d'une équation diérentielle linéaire homogène
du premier ordre.
2. Soit ϕ(x) = an xn . Expliciter les coecients an pour que ϕ(x) soit solution de l'équation
P
diérentielle précédente.
3. Montrer que le développement de ϕ(x) converge vers f (x).

2.3 Séries de Fourier

Exercice 1 On considère la fonction périodique de la variable t dénie comme suit :

 1 si t ∈]0; π[

f (t) = 1
si t = π
 2
0 si t ∈]π; 2π[

On se propose de développer f (t) en une série de Fourier du type :


∞   ∞  
X 2πnt X 2πnt
f (t) = a0 + an cos + bn sin
T T
n=1 n=1

1. Représenter graphiquement f (t) et calculer a0 .


2. Calculer les coecients an et bn .

10
Licence Chimie L2
Parcours Chimie module OT3
Année universitaire 2008-2009 "Outils mathématiques pour le chimiste"

Exercice 2 Soit la fonction f (t) de période 2π représentée ci-dessous.

Donner le développement en série de Fourier de f (t). En déduire la valeur de la série suivante :



X 1
Sn =
(2n + 1)2
n=0

Exercice 3 Soit la fonction 2π périodique dénie par f (x) = (π − x)2 pour 0 ≤ x ≤ π .


1. Représenter quelques périodes de f (x).
2. Calculer le développement en série de Fourier de cette fonction.
3. Utiliser le résultat pour calculer la série suivante :

X 1
Sn =
n2
n=1

Exercice 4 Soit la fonction f (x) = | cos(x)| ; x ∈ R.


Montrer que la fonction g(x) = π2 f (x) − 1 converge vers la série trigonométrique conjointe
suivante :
∞ ∞
X (−1)n X (−1)n+1
Sn = cos(2nx) + cos(2nx)
2n + 1 2n − 1
n=1 n=1

11
Licence Chimie L2
Parcours Chimie module OT3
Année universitaire 2008-2009 "Outils mathématiques pour le chimiste"

3 Calcul intégral

3.1 Intégrales multiples, changement de variable

Exercice 1
1. Calculer l'intégrale suivante :
ZZ p
I= x2 + y 2 dx dy
D

D étant déni comme la partie du plan (xOy) limité par x2 + y 2 = 2 et x2 + y 2 = 3.


p p

2. Calculer à nouveau cette intégrale dans le 


cas où D estdéni comme la partie du plan
(xOy) telle que x ≥ 0 et 2 ≤ x2 + y 2 ≤ 2 1 + √ 2x 2 .
p 
x +y

Exercice 2 Calculer les intégrales suivantes :



ZZ
I= x y dx dy
D

avec D déni par 0 ≤ x ≤ a (a est un nombre réel strictement positif) et 0 ≤ y ≤ x2 .


ZZ
J= xy dx dy
D
ZZ
et K = (x2 + y 2 ) dx dy
D
y
avec D déni par x ≥ 0, y ≥ 0 et x
a + b≤ 1 (a et b étant 2 nombres réels strictement positifs).
x2
ZZ
L= 2
dx dy
D y

avec D déni par 1 ≤ x ≤ 2 et 1


x ≤ y ≤ x.

Exercice 3 Soient a ∈ R+∗ et D = {(x, y) ∈ (R+ )2 |(x2 + y 2 )2 − a2 (x2 − y 2 ) ≤ 0}.


Calculer l'aire de D.

Exercice 4
1. En coordonnées sphériques, la fonction d'onde correspondant à l'orbitale 2px de l'atome
d'hydrogène est donnée par (en unités atomiques) :
 
−r
Ψ2px = N r × exp × sin θ cos φ
2
Que vaut N , la constante de normalisation sachant que :
ZZZ
Ψ22px dV = 1 où dV est l0 élément de volume ?
V
Z ∞
n!
Remarque : on pourra utiliser le résultat suivant : xn e−qx dx =
0 q n+1

12
Licence Chimie L2
Parcours Chimie module OT3
Année universitaire 2008-2009 "Outils mathématiques pour le chimiste"

2. Pour l'atome d'hydrogène dans son état fondamental, la distance moyenne entre l'électron
et le noyau est donnée par l'expression suivante :
ZZZ
< r1s > = r Ψ21s dV
V
 
1 −r
avec Ψ1s = p exp
πa30 a0

Montrer que la distance moyenne électron-noyau est égale à 2 .


3a0

3.2 Intégrale curviligne, théorème de Green-Riemann

Exercice 1 Soient dans R2 , le domaine ξ délimité par le contour Γ dénis par :

x2 y 2 x2 y 2
   
ξ = (x, y), 2 + 2 ≤ 1 et Γ = (x, y), 2 + 2 = 1
a b a b

1. Calculer Γ (ydx − xdy).


R

2. Montrer, en utilisant la formule de Green, que : −2 ξ dx dy = Γ (ydx − xdy).


RR R

3. Quelle est l'aire de ξ ?

Soit f (x, y) ∈ R2 , x2 + y 2 ≤ 2 → R une fonction dérivable continûment



Exercice 2 :
deux fois.
On dénit le gradient de cette fonction par :
 
−−→ ∂f /∂x 
gradf = 

 
∂f /∂y

1. Montrer, en utilisant la formule de Green, que si Γ+ = (x, y) ∈ R2 , x2 + y 2 = 1 alors



R −−→ −−→
Γ+ gradf . dM = 0
2. Si Γ1 et Γ2 sont deux chemins reliant les points A et B dans (x, y) ∈ R2 , x2 + y 2 ≤ 1 ,

R −−→ −−→ R −−→ −−→
montrer que Γ1 gradf . dM = Γ2 gradf . dM = f (B) − f (A).

Exercice 3 L'équation en coordonnées


polaires de la cardioïde (courbe ci-contre)
est donnée par :
ρ = a(1 + cos θ) avec a > 0.
1. Calculer la longueur de la courbe.
2. Calculer l'aire délimitée par la cardioïde.

13