Vous êtes sur la page 1sur 2

Semences de céréales

NOTE TECHNIQU et protéagineux

����������
Le stockage des semences
���������
���������������� de céréales et protéagineux
���������������
����������� sur l’exploitation NTC15 -- juin 2007

La qualité physique, sanitaire et germinative ainsi que la pureté spécifique et variétale résultant
du travail de l’agriculteur-multiplicateur sur sa parcelle, ne doivent pas être anéanties après la
récolte. Cette note technique rappelle les quelques points à retenir pour sécuriser la conservation
des semences sur l’exploitation, pour aboutir à des semences certifiées de haute qualité.

Le travail de l’agriculteur-multiplicateur de semences vise à produire des semences certifiées de qualité. Or les
composantes de la qualité (puretés spécifique et variétale, intégrité physique du grain, qualité sanitaire et qualité
germinative) peuvent être dégradées lors du stockage durant les quelques semaines à quelques mois séparant
la récolte de la livraison en station. Une attention particulière doit être apportée à la propreté des matériels de
conservation et, dès la récolte, la ventilation doit permettre un refroidissement du grain.

Matériel de manutention
• Pour éviter la pollution du lot par des semences
d’autres espèces ou d’autres variétés, le matériel
de manutention (bennes, vis sans fin, tapis de
convoyage…) doit être nettoyé avant la récolte ; il
s’agit de balayer et aspirer, voire d’utiliser de l’eau sous
pression pour les endroits difficiles d’accès.
• Certains matériels peuvent engendrer un risque de
casse. Ainsi, les suceuses et le transport pneumatique
sont à éviter. Un chargeur à godet (photo 1) est le
matériel le plus adapté à une manutention respectueuse
du grain. Dans le cas de stockage en cellule, les vis sans
fin sont intéressantes (photo 2). De la même façon
qu’à la récolte, le risque de casse est accru lorsque la Photo 1 : La reprise avec un chargeur à godet des semences stockées à
plat sécurise l’intégrité physique des semences, notamment dans le cas
teneur en eau est faible. De plus la manutention par des protéagineux.
température inférieure à 5°C accroit la fragilité des
semences de pois protéagineux (reprise hivernale des
lots de pois de printemps).

Equipement de stockage
• Pour éviter toute pollution de la pureté des semences,
le nettoyage du lieu de stockage (cellule ou silo mais
également les gaines de ventilation) s’impose. Le
nettoyage est réalisé préalablement à la récolte par
balayage puis complété par aspiration. Il permet
aussi d’éliminer les grains, poussières et insectes
responsables de l’altération de la qualité sanitaire. Un
étiquetage extérieur indiquant la variété, la génération
et le numéro de contrat est fortement recommandé
pour éviter les erreurs lors de la reprise du lot. Photo 2 : Cellule à fond perforé et vis de reprise mobile, un matériel
pour fiabiliser la qualité germinative des semences.
• Afin de favoriser la ventilation, le remplissage du semences. A l’inverse, une ventilation avec de l’air trop
silo ou de la cellule doit être homogène et éviter la froid (écart de température entre grain et air > 10°C)
NOTE TECHNIQU
formation de cône de remplissage (figure 1). Celui-ci
est à l’origine d’une zone dans la cellule où le grain
est plus tassé et limite la circulation d’air et donc le
refroidissement du grain. L’utilisation d’un éclateur de
peut entraîner de la condensation sur les parois de la
cellule.
Contrairement à certaines idées reçues, la ventilation
de refroidissement peut être envisagée par temps
flux est préconisée. humide (pluie ou brouillard) sur de courtes durées car
le refroidissement du grain est plus rapide que sa prise
Descente directe du grain Eclateur de flux
d’eau.
Grain tassé
régulièrement Cas particuliers
• Cas de durée de stockage plus longue (protéagineux
Air Air
de printemps) : une seconde phase de ventilation
automnale peut être mise en œuvre pour ramener la
température du grain entre 10°C et 15°C, température
Cône de remplissage idéale de conservation.
Zone centrale mal ventilée Ventilation homogène
Figure 1 : la présence de cône de remplissage rend la ventilation et donc • Cas de récolte humide (TE supérieur à 18% pour les
le refroidissement hétérogène, voire provoque des poches de chaleurs. céréales et 22% pour les protéagineux)
Une ventilation séchante devra ramener la teneur
Conduite de la conservation en eau au-dessous de 15 % en céréales et 18 % en
A la récolte, la température élevée (souvent supérieure protéagineux. Ce séchage en case ou en cellule avec de
à 25°C) associée à une teneur en eau des semences l’air sec est réalisé en cours de journée ou de nuit avec
supérieure à 15 % engendrent un vieillissement de l’air légèrement réchauffé (+5°C par rapport à l’air
prématuré des semences et le développement d’insectes ambiant). En période pluvieuse, l’air sera constamment
et de champignons de stockage. La ventilation chauffé. Des contraintes supplémentaires s’imposent
de refroidissement doit permettre de maîtriser la pour le remplissage du contenant : la hauteur de grain
température en vue de limiter l’échauffement des ne doit pas excéder 2 mètres et le haut du tas doit être
semences et d’éventuelles pertes de qualité germinative arasé pour un séchage homogène. Enfin, le débit d’air
et sanitaire. de séchage est très important (300 m³/h/m³ de grain).

Cas général Outils pour piloter la ventilation


Dès le début du stockage de tous les lots, la ventilation Le pilotage de la ventilation nécessite de connaître
de refroidissement doit ramener la température des la température et la teneur en eau en début de
semences en dessous de 20°C. Elle est idéalement stockage ainsi qu’un suivi attentif de ces paramètres.
réalisée en quelques nuits avec un débit de 10 à 20 L’échantillonnage avant le stockage doit être fiable
m³/h/m³ de grains et lorsque la température ambiante et un thermomètre ou une sonde de température
est inférieure de 5 à 7°C à la température du grain. ainsi qu’un thermostat sont indispensables pour une
Le refroidissement du volume des semences n’est bonne gestion de la ventilation de refroidissement. Le
complet que lorsque la température des semences du thermostat pourra permettre une automatisation de la
haut de la cellule est de 20°C. ventilation et le thermomètre, placé dans les 40 cm
du haut du tas de semences, permettra de s’assurer du
Risques à éviter refroidissement de la totalité des semences. Dans le
Le principal risque à éviter est de ventiler avec de l’air cas de ventilation séchante, un indicateur d’humidité
plus chaud que les semences car cela ne les refroidit et un hygromètre complèteront la panoplie d’une
pas et entraîne une humidification du bas du tas de parfaite installation.

La qualité des semences certifiées se fait en parcelle de multiplication mais peut décliner
après la récolte lors du stockage des semences sur l’exploitation. L’agriculteur-multiplicateur
doit apporter une attention particulière à la préparation de son installation et engager très
rapidement après la récolte le refroidissement des semences et éventuellement leur séchage.
B. MÉRIAUX
Contact :
FNAMS - Benoît Mériaux
Cette note technique est diffusée dans le
Impasse du Verger
cadre des actions techniques de la section
49800 Brain sur l’Authion céréales à paille et protéagineux du GNIS.
Tél : 02 41 68 93 20 - Fax : 02 41 54 99 49
benoit.meriaux@fnams.fr