Vous êtes sur la page 1sur 6

REDRESSEMENT NON COMMANDÉ

Pour alimenter un récepteur en continu à partir d'un réseau de distribution alternatif, on utilise un
convertisseur alternatif-continu appelé aussi redresseur.

Les redresseurs non commandés, ne comportant que des diodes, sont des convertisseurs qui, à partir
d'une source de tension monophasée (ou polyphasée) alimentent une charge sous une tension
unidirectionnelle de valeur moyenne non négligeable.

On représente ces convertisseurs par le symbole ~ -

1.REDRESSEMENT DOUBLE ALTERNANCE: DÉBIT SUR UNE CHARGE RÉSISTIVE.


1.1.SCHÉMA DE MONTAGE

iD1 iD2 i
Le circuit comprend:
D1 uD1 D2 uD2 –une source de tension sinusoïdale parfaite :
j
A v =V sin t
R u –un groupement parallèle double de 4 diodes
v B
parfaites
D4 uD4 D3 uD3 –une charge résistive

Ce montage est appelé pont de Graëtz

1.2.ANALYSE DE FONCTIONNEMENT

Les diodes D 1 et D 2 sont groupés à cathodes communes: la diode passante est celle dont le
potentiel à l'anode est le plus élevé.

Les diodes D 3 et D4 sont couplés à anodes communes: la diode passante est celle dont le
potentiel à la cathode est le plus bas.

T
Pour 0t
2

v > 0 et v =V A−V B > 0 ⇒V AV B


On en déduit: D1 est passante
D2 est bloquée
D3 est passante
D 4 est bloquée

Rappel: une diode parfaite peut être remplacée par un interrupteur fermé (ouvert) lorsque la diode
est passante (bloquée).

1/6
Schéma équivalent:

iD1 iD2 i D 1 et D 3 passante ⇒ u D = 0 et u D = 0


1 3

D1 uD1 D2 uD2 Loi des mailles: v – u D – u – u D =0 ⇒ u=v


j 1 3

u v
A R u Intensité de courant dans la charge: i= R = R = j
v B
Intensité de courant dans la diode D 1 et D3 :
D4 uD4 D3 uD3 i D =i D =i
1 3

Intensité de courant dans la diode D2 et D 4 :


i D =i D = 0
2 4

T
Pour tT
2

v < 0 et V A < V B
On en déduit: D1 est bloquée
D2 est passante
D 3 est bloquée
D4 est passante
Schéma équivalent:
iD1 iD2 i D2 et D 4 passante ⇒ u D =0 et u D =0
2 4

D1 uD1 D2 uD2 Loi des mailles: v u D uu D = 0 ⇒ u=−v


j
2 4

>0
A R u
v u
B Intensité de courant dans la charge: i=
R
D4 uD4 D3 uD3 Intensité de courant dans la diode D 1 et D3 :
i D =i D = 0
1 3

Intensité de courant dans la diode D2 et D 4 :


i D = i D =i=− j
2 4

2/6
1.3.OSCILLOGRAMMES
1.4.GRANDEURS CARACTÉRISTIQUES DU
MONTAGE

1.4.1.Période et fréquence

La tension u et le courant i dans la chargesont


T
périodiques de période T '= . La fréquence aux
2
bornes de la charge est doublée par rapport au signal
d'entrée (du réseau) f' = 2.f

1.4.2.Valeurs moyennes et valeurs efficaces

Les valeurs moyennes de la tension et du


courant se mesurent avec des appareils magnétoélectriques
ou numériques en position continu DC.

2 V 〈u 〉 2 V
<u> = <i> = =
 R R

Les valeurs efficaces de la tension et du courant se


mesurent avec des appareils ferromagnétiques ou
numériques dits: RMS vrai
La valeur efficace U de la tension redressée u se calcule
à partir de l'expression U 2=〈u 2 〉 u 2 et v 2 sont
identiques

V 2 V
U 2=V 2= ⇒ U =V =
2 2
U V V
I= = =
R R 2 R

1.4.3.Puissance dissipée

La puissance dissipée par effet Joule dans la résistance a pour expression:

U 2 V 2 V 2
2
P=R.I = = =
R R 2R

1.4.4.Les diodes

〈 i〉 V
L'intensité moyenne du courant dans une diode 〈 i D 〉= = . La tension inverse maximale
2 R
aux bornes d'une diode vaut – V

3/6
1.4.5.Qualité d'un redressement

Pour caractériser la qualité d'un redressement, on définit un paramètre appelé taux d'ondulation
 . Il représente le rapport entre la valeur efficace de la composante alternative et la valeur
moyenne de la grandeur étudiée.

Ua
=
〈u〉

On utilise parfois un autre grandeur appelé facteur de forme F qui est le rapport entre les valeurs
efficace et moyenne de la grandeur étudiée.

U
F=
〈u 〉

2.REDRESSEMENT DOUBLE ALTERNANCE: DÉBIT SUR UNE CHAGE INDUCTIVE


2.1.SCHÉMA DU MONTAGE

iD1
A
iD2 i r1 iD2 i
uD1 uD2 D1 uD1 D2 uD2
D1 D2 j R
j
A R A u
v B v B V
L
uD4 uD3 u ra uD4 D3 uD3
D4 D3
L r
r4 r3

Pour pouvoir observer les formes des intensités, on insère dans les branches du circuit des
résistances de très faibles valeurs (pour ne pas modifier les intensités et les tensions du circuit). Si
on dispose de sondes de courant, elles remplaçeront avantageusement ces résistances de
visualisation.

4/6
2.2.OSCILLOGRAMMES

2.3.ANALYSE

1. Si l'on donne à L une valeur suffisante, le courant dans la charge devient ininterrompu: c'est
le régime de conduction « continu » ou « ininterrompu ». La bobine « lisse » le courant.
Si on augmente la valeur de L, l'ondulation du courant  i= I − I diminue sans
modification de la valeur moyenne <i>.
2. La tension u aux bornes de la charge est identique à celle obtenue lors du redressement sur
charge purement résistive: la bobine n'a aucune influence sur la forme de la tension.

2.4.ASPECT ÉNERGÉTIQUE

di
A chaque instant, la loi de branche s'écrit: u=u Ru L= R.iL
dt

di
– lorsque t 1tt 2 , le courant i est positif et croissant: i > 0 et >0
dt
di
⇒ u L =L > 0 donc u L .i > 0
dt
La bobine emmagasine de l'énergie sous forme électromagnétique.

5/6
di
– lorsque t 2tt 3 , le courant i est positif et décroissant: i > 0 et <0
dt
di
⇒ u L =L < 0 donc u L .i < 0
dt
La bobine restitue l'énergie stockée.

2.5.LISSAGE PARFAIT DU COURANT

L
Avec la condition >> 1, le courant i appelé par la charge est sensiblement constant
R
i ≈ I = constant

2.6.BILAN ÉNERGÉTIQUE

Hyp: les diodes sont supposées parfaites et i ≈ I = constant l'intensité du courant dans la charge
faiblement ondulée.

La puissance moyenne reçue par la charge est P=〈 u.i〉 or i ≈ I

2 V
P=〈 u 〉 I = .I

La puissance dissipée par les diodes est négligeable.

La puissance moyenne P f fournie par l'alimentation est égale à la puissance moyenne P reçue
par la charge (en négligeant les pertes dans les diodes).

2 V
P f =P= .I

6/6