Vous êtes sur la page 1sur 1

Le développement de l'intégration industrielle au centre du 3ème salon na... http://www.andi.dz/index.php/fr/presse/1199-le-developpement-de-l-inte...

ALGER- Le développement de l'intégration industrielle dans la production


nationale pour se substituer aux importations est le principal objectif
assigné au 3ème Salon national inversé de la sous-traitance (SANIST), qui
prend fin jeudi au Palais des expositions (Alger).

Le ministre de l’Industrie et des mines, Abdesselam Bouchouareb avait


souligné lundi, lors de l'inauguration du salon qui a enregistré la
participation d'une soixantaine d’entreprises nationales, que l'importation
des produits industriels semi-finis et intermédiaires coûtait à l'Algérie près de 25 milliards de dollars
annuellement d'où la nécessité d’aller vers une démarche d’"import-substitution".

En sillonnant les différents stands du salon, on remarque la présence de grandes entreprises nationales
(donneurs d'ordre) tel que le groupe du BTPH Cosider, Sonatrach, et le Groupe industriel des ciments
d'Algérie (GICA), venues exprimer leurs besoins d'achats de produits ou services. Les vendeurs potentiels
(receveurs d'ordre) visitent le salon pour prendre connaissance des besoins et tenter d'y répondre.

A l'espace d'exposition de Sonaric, une filiale du nouveau groupe industriel des équipements électriques,
électrodomestiques et électroniques (Elec El Djazair) sont exposées les différentes pièces utilisées dans la
fabrication d'appareils de cuisson, de climatiseurs et de chauffages et dont l'entreprise les importe d'Italie.

Rien que pour les verres résistants à la température, des pièces nécessaires à la fabrication des cuisinières
et de chauffages, les besoins de l'entreprise sont de l'ordre de 70.000 unités par an, a indiqué à l'APS
Abderraouf Yahiaoui, ingénieur à la Sonaric, exprimant le souhait de trouver des sous-traitants nationaux
qui fabriquent ces pièces.

Quant aux grilles d'aération pour chauffages en aluminium, les besoins de Sonaric sont estimés à 40.000
unités par/an, a-t-il précisé, sans compter les autres composants en plastique comme les joints, les
interrupteurs et les vis de réglage pour les appareils électroménagers.

Les responsables de cette entreprise souhaitent aussi rencontrer des sous-traitants spécialisés dans
l'habillage des cuisinières et de chauffages.

Au stand de la société de maintenance des équipements industriels (MEI), filiale du groupe Sonelgaz, sont
affichés sur de grands panneaux ses activités portant notamment sur la rénovation de groupes
électrogènes, les travaux de grosse mécanique (tournage, fraisage..etc) et la réparation de vannes
hydrauliques.

Approché par l'APS, Djamel Hamlaoui, Inspecteur auprès de l'entreprise qui compte trois filiales à
Touggourt (Ouargla), Oran et à Bechar, explique que le principal client potentiel de MEI est la société mère
Sonelgaz.

Il a fait savoir que cette entreprise publique recourt également à l'importation des pièces de rechange

1 sur 2 22/08/2019 à 00:02