Vous êtes sur la page 1sur 64

1 Pas de commentaire de CEN/TC 319

2 www.ingexpert.com Date : 2016-06

3 prEN 17007:2016
4 CEN/TC 319

5 Secrétariat : UNI

6 Processus maintenance et indicateurs associés


7 Maintenance process and associated indicators

8 Instandhaltungsprozess

10 ICS : 03.080.10

11 Descripteurs :

12

Type de document : Norme européenne


Sous-type de document :
Stade du document : Enquête CEN
Langue du document : F
prEN 17007:2016 (F)

13 Sommaire
14 Page

15 Avant-propos européen .............................................................................................................................................. 3


16 1 Domaine d’application .................................................................................................................................. 5
17 2 Références normatives ................................................................................................................................. 5
18 3 Termes et définitions..................................................................................................................................... 5
19 4 Principes de la décomposition du processus maintenance ............................................................. 8
20 4.1 Familles de processus.................................................................................................................................... 8
21 4.2 Décomposition en niveaux .......................................................................................................................... 9
22 4.3 Utilisation de la décomposition du processus Maintenance ........................................................ 11
23 5 Décomposition du processus maintenance et profils de processus .......................................... 12
24 5.1 Processus maintenance ............................................................................................................................. 12
25 5.2 Processus MAN : Manager la maintenance.......................................................................................... 14
26 5.3 Processus PRV : Prévenir les événements indésirables ................................................................. 18
27 5.3.1 Généralités...................................................................................................................................................... 18
28 5.3.2 PRV.1 – Caractériser les événements indésirables .......................................................................... 18
29 5.3.3 PRV.2 – Exploiter et mettre à jour les Plans de Maintenance ...................................................... 20
30 5.4 Processus INT : Intervenir sur les biens à maintenir ...................................................................... 21
31 5.4.1 Généralités...................................................................................................................................................... 21
32 5.4.2 INT.1 – Classer les événements ............................................................................................................... 22
33 5.4.3 INT.2 – Préparer les tâches de maintenance ...................................................................................... 23
34 5.4.4 INT.3 – Ordonnancer les tâches .............................................................................................................. 24
35 5.4.5 INT.4 – Planifier les tâches........................................................................................................................ 25
36 5.4.6 INT.5 – Lancer les tâches planifiées....................................................................................................... 26
37 5.4.7 INT.6 – Réaliser les tâches de maintenance........................................................................................ 27
38 5.4.8 INT.7 – Clôturer les tâches de maintenance ....................................................................................... 28
39 5.5 Processus COR : Remettre les biens dans leur état requis ............................................................ 29
40 5.5.1 Généralités...................................................................................................................................................... 29
41 5.5.2 COR.1 – Diagnostiquer l’état des biens en cause ............................................................................... 30
42 5.6 Processus AML : Améliorer les biens .................................................................................................... 31
43 5.7 Processus SSE : Garantir la santé et la sécurité des personnes et préserver
44 l’environnement en maintenance .......................................................................................................... 34
45 5.8 Processus BUD : Élaborer le budget de maintenance des biens.................................................. 37
46 5.9 Processus DOC : Délivrer la documentation opérationnelle ........................................................ 39
47 5.10 Processus GDO : Gérer les données ....................................................................................................... 42
48 5.11 Processus ING : Délivrer les exigences de maintenance pendant la conception et la
49 modification des biens ............................................................................................................................... 45
50 5.12 Processus OPT : Optimiser les résultats .............................................................................................. 48
51 5.13 Processus OUT : Délivrer les outillages, les équipements supports et le système
52 d’information ................................................................................................................................................. 51
53 5.14 Processus PDR : Délivrer les pièces de rechange ............................................................................. 53
54 5.15 Processus RES : Fournir les ressources humaines internes ......................................................... 57
55 5.16 Processus SER : Fournir les services de maintenance .................................................................... 60
56 5.17 Processus STR : Mettre à disposition les infrastructures nécessaires...................................... 62
57 Bibliographie ............................................................................................................................................................... 64
58

2
prEN 17007:2016 (F)

59 Avant-propos européen
60 Le présent document (prEN 17007:2016) a été élaboré par le Comité Technique CEN/TC 319
61 « Maintenance », dont le secrétariat est tenu par UNI.

62 Ce document est actuellement soumis à l’Enquête CEN.

63

3
prEN 17007:2016 (F)

64 Introduction

65 Au sens de l’EN ISO 9001, la maintenance est un processus puisqu’elle est constituée de tâches
66 organisées et coordonnées, utilisant des ressources et réalisées par divers acteurs pour obtenir un
67 résultat donné. La norme de terminologie EN 13306 la définit comme l’« ensemble de toutes les actions
68 techniques, administratives et de management durant le cycle de vie d’un bien, destinées à le maintenir
69 ou à le rétablir dans un état dans lequel il peut accomplir la fonction requise ».

70 Il est apparu utile de formaliser le processus maintenance au moyen d’une décomposition en processus
71 qui présente les avantages suivants :

72 — elle permet d’indiquer clairement les activités à réaliser à un niveau de détail pertinent ;

73 — elle indique les entrées/sorties de chacun des processus constitutifs et matérialise l’ensemble des
74 liens qui les réunissent et qui permettent ainsi la réalisation du processus global ;

75 — elle donne la possibilité de définir des indicateurs pour mesurer la réalisation de chaque processus
76 et suivre ainsi son efficacité.

77 Le présent document a pour objet de permettre la compréhension des actions et des interactions entre
78 processus. Il apporte un outil de management aux responsables de maintenance en leur donnant le
79 moyen de comparer leur organisation à la représentation générique qui est décrite et de détecter ainsi
80 des actions insuffisantes, des responsabilités non attribuées et/ou des liens mal établis. Il donne des
81 informations à partir desquelles définir des indicateurs, dédiés à des processus précis, permettant la
82 création de tableaux de bord adaptés au suivi des activités et à la mesure des performances.

83

4
prEN 17007:2016 (F)

84 1 Domaine d’application
85 La présente Norme européenne donne une description générique du processus maintenance. Elle
86 s’applique à tous les systèmes de maintenance et à toute organisation. Elle a donc été établie sans
87 présupposer d’organisation particulière et n’a pas pour objectif d’en proposer.

88 Le découpage en processus et la représentation de leurs interrelations1) ont pour objectif d’aider le


89 personnel de maintenance, et notamment le management à différents niveaux, à :

90 — identifier clairement les actions à mener pour satisfaire les objectifs globaux fixés par la Direction
91 pour la maintenance ;

92 — déléguer les responsabilités qui garantissent la réalisation des actions avec les niveaux de
93 performance exigés ;

94 — déterminer clairement pour chaque processus :

95  les entrées nécessaires et leur provenance ;

96  les résultats requis et leurs destinations ;

97 — suivre et évaluer quantitativement les performances obtenues à différents niveaux de la


98 décomposition en processus ;

99 — améliorer le recueil et la diffusion des données.

100 Il convient d’adapter cette description en fonction du type d’organisation choisie pour effectuer la
101 maintenance, de la complexité des systèmes maintenus et de l’importance des prestations externes.

102 Cette norme ne couvre pas la maintenance des logiciels pris isolément mais elle s’applique aux biens
103 contenant des logiciels.

104 2 Références normatives


105 Les documents ci-après, dans leur intégralité ou non, sont des références normatives indispensables à
106 l’application du présent document. Pour les références datées, seule l'édition citée s'applique. Pour les
107 références non datées, la dernière édition du document de référence s'applique (y compris les éventuels
108 amendements).

109 EN 13306:2010, Maintenance — Terminologie de la maintenance.

110 3 Termes et définitions


111 Pour les besoins du présent document, les termes et définitions donnés dans l’EN 13306 ainsi que les
112 termes et définitions suivants s’appliquent.

113 3.1
114 activité
115 ensemble de tâches organisées au sein d’un processus

1) Relations entre plusieurs éléments ou membres d’un même ensemble ou groupe.

5
prEN 17007:2016 (F)

116 3.2
117 indicateur
118 caractéristique mesurée (ou ensemble de caractéristiques) d’un phénomène, selon une formule donnée,
119 permettant d’en évaluer l’évolution

120 [SOURCE : EN 15341:2007, 3.1]

121 Note 1 à l’article : Les indicateurs sont liés aux objectifs.

122 3.3
123 maintenance exceptionnelle
124 maintenance préventive qui est peu fréquente et qui a un très fort impact en termes de coûts totaux du
125 cycle vie

126 [SOURCE : prEN 13306:2015]

127 Note 1 à l’article : La maintenance exceptionnelle comprend de grandes opérations de maintenance qui peuvent
128 être :

129 inéluctables et prévues, conduisant ainsi à élaborer des stratégies alternatives (par exemple, extension de la durée
130 de vie) ;

131 inattendues, suite à des erreurs de conception, fabrication, installation, exploitation, maintenance ou à des
132 situations accidentelles (incendie, inondation, etc.).

133 Note 2 à l’article : Le coût de la maintenance exceptionnelle est généralement comptabilisé en investissements
134 immobilisables.

135 Note 3 à l’article : La maintenance exceptionnelle est parfois appelée investissements de remplacement.

136 3.4
137 budget de maintenance
138 détermination des dépenses de maintenance sur une durée donnée dans le futur pour s’assurer de la
139 disponibilité des ressources financières nécessaires

140 3.5
141 documentation de maintenance
142 ensemble de documents comprenant :

143 — l’ordre de travail ;

144 — les instructions techniques ;

145 — la liste des ressources nécessaires ;

146 — les plans ;

147 — le planning ;

148 — tout autre document nécessaire à la réalisation de l’intervention

149

6
prEN 17007:2016 (F)

150 3.6
151 historique de maintenance
152 partie de la documentation de maintenance qui enregistre l’historique de toutes les données concernant
153 la maintenance pour un bien

154 [SOURCE : prEN 13306:2015, 10.5]

155 Note 1 à l’article : L’historique peut contenir des enregistrements des défaillances, des pannes, des coûts, de la
156 disponibilité du bien, du temps de disponibilité et de toutes autres données pertinentes.

157 3.7
158 plan de maintenance
159 ensemble structuré et documenté de tâches qui comprennent les activités, les instructions, les
160 ressources et la durée nécessaire pour exécuter la maintenance

161 [SOURCE : prEN 13306:2015, 2.5]

162 3.8
163 politique de maintenance
164 approche générale des dispositions de maintenance et logistique de maintenance fondée sur les
165 objectifs et politiques de gestion des propriétaires, utilisateurs et clients

166 [SOURCE : EN 60300-3-14:2004, 3.1.12]

167 Note 1 à l’article : (hors EN 60300–3-14) La politique de maintenance consiste à fixer les orientations (méthode,
168 programme, budget, etc.), dans le cadre des buts et objectifs fixés par la Direction de l’entreprise.

169 Dans la déclaration de politique, la direction peut privilégier :

170 — la disponibilité et la durée de vie utile du bien ;

171 — la sécurité des hommes et des biens, la qualité des produits, la protection de l’environnement ;

172 — l’optimisation des coûts de maintenance, etc.

173 En particulier, la politique de maintenance donne des orientations pour la stratégie de maintenance qui conduit à
174 faire des choix entre :

175 — planification d’une maintenance corrective et/ou préventive, systématique ou conditionnelle ;

176 — maintenance internalisée et/ou externalisée.

177 3.9
178 instructions de maintenance
179 document qui décrit les tâches détaillées de maintenance préventive et corrective

180 Note 1 à l’article : Ces instructions précisent les opérations de démontage et de remontage (à l’aide de schémas,
181 de vues éclatées, etc.) et donnent les périodes des tâches, les taux d’usure admissibles, les différentes pannes
182 susceptibles de se produire, ainsi que leur diagnostic.

183 Note 2 à l’article : Les instructions de maintenance intègrent également les règles d’hygiène et de sécurité de
184 l’entreprise ainsi que les aspects réglementaires (environnement, sécurité, etc.).

185

7
prEN 17007:2016 (F)

186 3.10
187 stratégie de maintenance
188 méthode de management utilisée en vue d’atteindre les objectifs de maintenance

189 [SOURCE : prEN 13306:2015, 2.4]

190 Note 1 à l’article : Des exemples pourraient être l’externalisation de la maintenance, l’allocation de ressources, etc.

191 3.11
192 équipement support à la maintenance
193 ensemble des équipements nécessaires à la réalisation des tâches de maintenance suivant les
194 procédures recommandées

195 Note 1 à l’article : Ces ressources comprennent :


196 — l’outillage ;
197 — les moyens de mesure et de contrôle ;
198 — les moyens informatiques ;
199 — les moyens de manutention (élingues, chariots, palans, etc.) ;
200 — les moyens d’accès (échafaudages, échelles, nacelles, etc.) ;
201 — les moyens de protection individuels et collectifs ;
202 — les moyens de protection environnementaux ;
203 — etc.

204 3.12
205 processus
206 ensemble d’activités corrélées ou en interaction qui transforme des éléments d’entrée en éléments de
207 sortie

208 [SOURCE : EN ISO 9000]

209 3.13
210 pièce de rechange
211 bien destiné à remplacer un bien correspondant en vue de continuer à accomplir ou à maintenir la
212 fonction requise d’origine

213 [SOURCE : prEN 13306:2015, 3.5]

214 Note 1 à l’article : Le bien original peut être réparé ultérieurement.

215 4 Principes de la décomposition du processus maintenance


216 4.1 Familles de processus
217 Afin de faciliter l’identification des processus, il est utile de les classer en trois grandes familles :
218 a) Le processus de management
219 Il comprend la détermination des objectifs et de la politique à suivre pour les atteindre, le
220 déploiement des moyens de l’entreprise et l’allocation des ressources. Il assure la cohérence des
221 processus de réalisation et de support. Il inclut la mesure et la surveillance du système de
222 processus et l’exploitation des résultats en vue de l’amélioration des performances.
223

8
prEN 17007:2016 (F)

224 b) Les processus de réalisation

225 Ils contribuent directement à la réalisation du résultat attendu et sont conçus pour s’assurer que le
226 besoin exprimé par le client est satisfait. Ils regroupent toutes les activités liées au cycle de
227 réalisation du produit ou du service.

228 c) Les processus de support

229 Ils sont indispensables au fonctionnement des autres processus (processus de réalisation, autres
230 processus de support, processus de management) en leur fournissant les ressources nécessaires.

231 Ils comprennent les activités liées :

232 — aux ressources humaines ;

233 — aux ressources financières ;

234 — aux ressources matérielles et à leur maintenance (locaux, équipements, logiciels, etc.) ;

235 — au traitement de l’information.

236 4.2 Décomposition en niveaux

237 Le niveau 1 de la décomposition est une cartographie d’ensemble qui recense les processus et les classe
238 dans chacune des familles selon le schéma représenté sur la Figure 1.

239

240 Figure 1 — Niveau 1 de la cartographie des processus

241 Chacun des processus de niveau 1 est décomposé à son tour en processus de niveau 2. En plus des
242 processus constitutifs, ce niveau fait apparaître les données d’entrée et de sortie de chacun d’eux ainsi
243 que leur provenance et leur destination.

244 On obtient ainsi une représentation ordonnée des processus de niveau 2 qui contribuent à la réalisation
245 du processus de niveau 1 (voir la Figure 2).

9
prEN 17007:2016 (F)

246

247 Figure 2 — Niveau 2 de la cartographie des processus — Exemple

248 Certaines données d’entrée sont les données de sortie de processus extérieurs à celui qui est
249 décomposé, ou sont fournies par des entités externes au processus maintenance. Il peut en être de
250 même pour les destinations des sorties. Ces provenances et destinations externes sont indiquées sur le
251 schéma.

252 Un troisième niveau peut être décrit, si nécessaire, pour préciser davantage les actions, mais ce niveau
253 n’est pas traité dans la présente norme.

254 Une carte d’identité est rédigée pour chaque processus de niveau 2. Elle comprend :

255 — la dénomination du processus ;

256 — la ou les finalités du processus, qui sont exprimées en termes d’action(s) avec des buts clairement
257 explicités ;

258 — les activités constitutives du processus. Ces activités constituent le niveau 3 de la décomposition,
259 qui n’est pas représenté sous forme de schéma dans le présent document ;

260 — les données et produits d’entrée qui sont nécessaires à la réalisation du processus. Elles
261 proviennent soit d’autres processus du niveau 2, soit d’autres processus du niveau 1, soit d’entités
262 externes au processus maintenance ;

263 — les données et produits de sortie qui sont créés ou modifiés par le processus et qui sont destinés
264 soit à d’autres processus du niveau 2, soit à d’autres processus du niveau 1, soit à des entités
265 externes au processus maintenance ;

266

10
prEN 17007:2016 (F)

267 — quel que soit le niveau du processus, les parties prenantes sont : le demandeur du processus, le
268 pilote du processus, le client, le bénéficiaire du processus et les fournisseurs des données d’entrée.
269 Ces parties prenantes sont relatives à l’organisation de l’entreprise et ne peuvent donc pas être
270 génériques. Elles ne sont donc pas renseignées dans la présente norme et il appartient à chaque
271 entreprise de le faire. Ceci permet d’identifier clairement les responsabilités des acteurs, de
272 détecter d’éventuels manquements et d’attribuer à chaque partie prenante ses tâches, ses clients,
273 ses objectifs et ses fournisseurs ;

274 — les interfaces avec les autres processus récapitulent l’ensemble des processus en relation. Ceux-
275 ci peuvent être fournisseurs de données ou de produits, ou clients des données ou des produits de
276 sortie ;

277 — les contraintes liées à la réalisation du processus permettent de préciser certaines exigences ou
278 situations. Elles doivent être prises en compte par le processus ;

279 — les indicateurs potentiels associés servent soit à mesurer les performances du processus, ce qui
280 permet d’évaluer son efficacité et l’atteinte des cibles qui lui ont été assignées, soit à suivre la
281 réalisation des actions entreprises pour s’assurer de leur progression et du respect des délais.

282 4.3 Utilisation de la décomposition du processus Maintenance

283 La représentation du processus maintenance, établie selon les principes énoncés ci-dessus, est donnée à
284 l’Article 5. Elle est générique, c’est-à-dire qu’elle n’est basée sur aucune organisation particulière, et
285 s’appuie sur les bonnes pratiques généralement mises en œuvre dans le métier de la maintenance. Il
286 appartient ensuite à chaque entreprise d’utiliser cette décomposition pour construire ou faire évoluer
287 son organisation.

288 Ce travail peut être fait en identifiant, dans sa propre organisation, les entités structurelles qui réalisent
289 les différents processus définis. Il est ensuite nécessaire de s’assurer que :

290 — chaque processus existe et est piloté ;

291 — chaque processus est unique ;

292 — les entrées/sorties sont bien définies (produits, données, délais, etc.) ;

293 — les fournisseurs et clients des entrées/sorties sont clairement et nominativement désignés ;

294 — les responsables des processus (propriétaires des processus) ont été définis ;

295 — les indicateurs sont régulièrement analysés et publiés pour suivre le déroulement des actions et
296 pour mesurer l’efficacité des processus et leur capacité à atteindre les objectifs assignés.

297 Les avantages de cette tâche sont multiples :

298 — le résultat obtenu sert de base pour la compréhension du fonctionnement du processus


299 maintenance de l’entreprise et augmente la confiance du client dans les capacités du fournisseur de
300 services de maintenance ;

301 — chaque entité de l’organisation voit clairement sa position par rapport aux autres et l’importance
302 de ses actions au sein du processus maintenance. La reconnaissance du travail de chacun est
303 favorisée par une plus grande facilité à communiquer les résultats obtenus ;

304 — les responsabilités sont définies sans recouvrements ni ambiguïtés et les objectifs sont fixés et
305 quantifiés ;

11
prEN 17007:2016 (F)

306 — les acteurs ont une meilleure compréhension des objectifs, ce qui améliore la synergie et le travail
307 d’équipe ;

308 — le pilotage des processus est grandement facilité. Le management doit en effet posséder les moyens
309 de détecter les dysfonctionnements, de mesurer les non-conformités et les éventuels écarts par
310 rapport aux objectifs et de prendre les mesures appropriées pour corriger ou faire évoluer les
311 processus concernés (par exemple, cela fournit un cadre pour l’évaluation et le benchmarking) ;

312 — la formalisation des processus est un outil pour la formation des différents profils d’emploi et la
313 capitalisation des connaissances de l’entreprise et elle facilite les changements par une meilleure
314 appréhension de leurs conséquences ;

315 — l’amélioration continue du processus maintenance est facilitée par la formalisation du chaînage des
316 actions et la détection des écarts au moyen des indicateurs ;

317 — un cadre est fourni pour le support systématique du système d’information.

318 Il convient de noter que chaque entreprise doit adapter les différents processus en fonction de son
319 domaine d’activité et des contextes économique, géographique, politique, culturel, etc.

320 5 Décomposition du processus maintenance et profils de processus


321 5.1 Processus maintenance

322

323 Figure 3 — Processus maintenance (niveau 1 de la cartographie)

324

12
prEN 17007:2016 (F)

325 Le processus maintenance est constitué des processus suivants :

326 a) le processus de management :

327  MAN : Manager la maintenance (stratégie et amélioration, ressources humaines, amélioration


328 continue, conformité, etc.) ;

329 b) les processus de réalisation :

330  PRV : Prévenir les événements indésirables ;

331  COR : Remettre les biens dans leur état requis ;

332  AML : Améliorer les biens ;

333 c) les processus de support :

334  SSE : Garantir la santé et la sécurité des personnes et préserver l’environnement en


335 maintenance ;

336  BUD : Élaborer le budget de maintenance des biens ;

337  DOC : Délivrer la documentation opérationnelle ;

338  GDO : Gérer les données ;

339  ING : Délivrer les exigences de maintenance pendant la conception et la modification des biens

340  OPT : Optimiser les résultats ;

341  OUT : Délivrer les outillages, les équipements supports et le système d’information ;

342  PDR : Délivrer les pièces de rechange ;

343  RES : Fournir les ressources humaines internes ;

344  SER : Fournir les services de maintenance ;

345  STR : Mettre à disposition les infrastructures nécessaires.

346 Chacun de ces processus est décomposé au niveau 2 sur les figures suivantes.

347 Des éléments (variables, grandeurs, caractéristiques, etc.) servant à définir les indicateurs sont fournis
348 pour chaque processus. Chaque organisation peut les adapter à ses propres exigences.

13
prEN 17007:2016 (F)

349 5.2 Processus MAN : Manager la maintenance

350

351 Voir Figure 4.

Finalité(s) du Processus
Ce processus permet le pilotage de la maintenance afin d’atteindre les objectifs fixés par la Direction de
l’entreprise.
Activités clefs/processus élémentaires
— MAN.1 – Établir la politique, la stratégie et les actions de développement de la maintenance
À partir des missions, des valeurs, de la conformité à la réglementation et des objectifs généraux de
l’entreprise, la politique fixe les orientations qui privilégient :
— la sécurité des hommes et des biens, la qualité des produits, la protection de l’environnement ;
— la disponibilité et la durée de vie utile des biens ;
— l’optimisation des coûts de maintenance, etc.
La stratégie de maintenance, qui résulte de la politique de maintenance, impose des choix pour :
— développer, adapter ou mettre en place des méthodes de maintenance ;
— organiser les ressources internes (équipes de maintenance, stocks de pièces de rechange et de
consommables, documentation, outillages, etc.) ;
— internaliser et/ou externaliser et/ou sous-traiter partiellement ou totalement les tâches de
maintenance ;
— étudier l’impact économique de modifications ou d’améliorations des biens.
L’élaboration des processus maintenance en fonction de la stratégie ainsi que le processus pour
déterminer et hiérarchiser les améliorations sont définis et décidés.
— MAN.2 – Identifier les activités internes ou externes (réalisées par le personnel de
l’entreprise utilisatrice ou des entreprises intervenantes)
La politique et la stratégie de maintenance permettent d’identifier clairement les activités réalisées en
interne et celles qui sont confiées à des entreprises intervenantes. En lien avec l’élaboration du
budget, cette identification amène à choisir entre le « faire » et le « faire faire » et à préciser les
compétences requises.
— MAN.3 – Déterminer l’organisation, les profils d’emploi et les responsabilités
À partir des orientations et choix issus de la politique et de la stratégie, une organisation est mise en
place pour assurer la réalisation des processus maintenance. Des tâches et des profils d’emploi sont
établis ainsi que les besoins éventuels de mise à niveau des compétences actuelles. Les
responsabilités sont définies et attribuées au personnel de l’entreprise.

14
prEN 17007:2016 (F)

— MAN.4 – Établir et négocier les budgets


Les plans économiques (budgets) sont approuvés et ajustés par la Direction, sur la base du processus
d’élaboration du budget (BUD).
— MAN.5 – Piloter les actions
L’ensemble des actions du processus maintenance sont coordonnées, supervisées et, le cas échéant,
arbitrées par la Direction pour atteindre les buts et objectifs définis en matière de sécurité, de
disponibilité, de coûts, d’environnement, de qualité, etc.
— MAN.6 – Définir, sélectionner, analyser et communiquer les informations
Les informations techniques, organisationnelles, économiques et sociales qui doivent être
communiquées en interne et/ou en externe sont définies, sélectionnées, analysées et mises à
disposition des entités concernées.
— MAN.7 – Définir les points d’amélioration de la politique et de la stratégie
L’ensemble des informations (techniques, organisationnelles, économiques et sociales) sont analysées
pour ajuster et améliorer en continu la politique et la stratégie de maintenance.
Données/produits d’entrée Données/produits de sortie
— Missions, valeurs, objectifs généraux, règles, — Politique et stratégie de maintenance de
connaissance du portefeuille d’actifs, systèmes l’entreprise, objectifs opérationnels,
d’actifs, actifs, profils d’exploitation, orientations, choix, améliorations
contraintes et conditions d’exploitation de — Activités internes et externes à réaliser,
l’entreprise organisation, profils d’emploi, responsabilités
— Lois, décrets, codes, règlements et normes — Budgets de la maintenance
externes à l’entreprise
— Informations issues du processus à destination
— Contraintes externes (utilisateur du bien, des autres processus, tableau de bord, bonnes
propriétaire, etc.) pratiques
— plans initiaux de maintenance préventive
(ING.9)
— Documentation (DOC.6)
— Compétences requises ou besoins en
formations (ING.11)
— Budget de maintenance (BUD.5)
— Avis de conformité (ING.8)
— Contribution de la maintenance à l’élaboration
du plan de prévention et de sécurité (SSE.4)
— Informations relatives aux activités réalisées
(GDO.11, OPT.2, RES.4, SER.4)
— Budgets prévisionnels de maintenance en
exploitation et de maintenance exceptionnelle
et analyse des écarts prévu-réalisé (BUD.5)
— Indicateurs, bonnes pratiques, tableaux de
bord (OPT.4)
— Améliorations à apporter (OPT.2,3,4,5,6,7)

15
prEN 17007:2016 (F)

Parties prenantes Interfaces avec autres processus


À remplir par l’organisation pour répondre aux Tous les processus
questions :
— qui réalise le processus ?
— qui est le client du processus ?
Contraintes liées à la réalisation du processus
La somme importante de données diversifiées à collecter, à mettre en forme et à analyser régulièrement
nécessite un système de gestion de l’information performant.
Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus
(i1man) Les documents ou informations suivants existent : (des notes d’évaluation peuvent être utilisées
pour quantifier les indicateurs) :
- politique de maintenance ;
- stratégie de maintenance ;
- description de l’organisation associée aux processus ;
- établissement des responsabilités pour chaque fonction ;
- description des profils d’emploi et des compétences recherchées ;
- liste des mesures d’amélioration ;
- tableau de bord de la maintenance ;
- budgets de la maintenance (pluriannuels et annuels) permettant un suivi régulier des dépenses
dans l’année (préventif, correctif, etc.) ;
- activités de maintenance à réaliser par le personnel de l’entreprise ou sous-traitées ;
- écarts pour re-prioriser les activités de maintenance ;
- recueil de la satisfaction des clients ;
- recueil de la satisfaction des employés ;
- communication interne et externe.
— (i2man) pertes de production dues à la maintenance (corrective, préventive)
— (i3man) coût de la maintenance (par an)
— (i4man) maintenance corrective (en temps ou/et en coûts)
— (i5man) maintenance préventive (en temps ou/et en coûts)
— (i6man) maintenance conditionnelle (en temps ou/et en coûts)
— (i7man) maintenance confiée à un prestataire (en coût et en nombre d’heures)
— (i8man) durée d’indisponibilité due à la maintenance (corrective, préventive)
— (i9man) indisponibilité imprévue (et prévue) due à la maintenance
— (i10man) démarrages réussis
— (i11man) coûts de maintenance imprévus
— (i12man) coût de la maintenance dû aux coûts du personnel
— (i13man) coût dû aux pièces de rechange (et matières)
— (i14man) valeur du stock de pièces de rechange
Observations
Outre la dimension principale qui est de déterminer les objectifs (le quoi), le processus doit préciser les
échéances (le quand), les ressources (le qui) et la manière d’y arriver (le comment). Ne pas oublier les
obstacles possibles (les risques) avec les forces et les faiblesses de la maintenance.

16
prEN 17007:2016 (F)

352

353 Figure 4 — Processus : « Manager la maintenance » (niveau 2 de la cartographie)

17
prEN 17007:2016 (F)

354 5.3 Processus PRV : Prévenir les événements indésirables


355 5.3.1 Généralités

356

357 Voir Figure 5.

358 Les processus PRV et COR partagent un sous-processus commun regroupé dans le processus INT :
359 Intervenir sur les biens à maintenir (voir 5.4 et Figure 6).

360 Les processus PRV et COR se distinguent par leurs processus élémentaires distincts :
361 — PRV.1 : Caractériser les événements indésirables ;

362 — PRV.2 : Exploiter et mettre à jour les Plans de Maintenance ;


363 et

364 — COR.1 : Diagnostiquer l’état des biens en cause.

365 5.3.2 PRV.1 – Caractériser les événements indésirables

Finalité(s) du Processus
Caractériser et hiérarchiser les événements (défaillances, dysfonctionnements dus à des pannes
latentes ou cachées) qui peuvent avoir des conséquences dommageables et significatives sur la
disponibilité, la sûreté, la sécurité des personnes, l’environnement, la qualité des produits ou des
services, la valeur du patrimoine et les coûts. Le résultat obtenu doit permettre de définir les actions à
mener afin de pouvoir éviter ces événements ou de maîtriser leurs conséquences.
Activités clefs/processus élémentaires
1. Établir la liste des événements avérés ou/et potentiels dont les conséquences sur les enjeux
(disponibilité, sûreté, sécurité des personnes, environnement, coûts d’exploitation, valeur du
patrimoine, qualité du produit ou du service et les seuils associés) ont été, ou peuvent être,
significatives.
2. Déterminer les causes premières et l’enchaînement des causes et/ou des modes de défaillance
avérés ou potentiels qui conduisent aux événements indésirables.
3. Déterminer les effets des causes et/ou modes de défaillance identifiés.
4. Dénombrer les défaillances et/ou les dégradations qui ont conduit à une action de réparation
(correctif) ou de remise en état préventive.
5. Établir si l’événement indésirable et/ou les modes de défaillance qui y conduisent sont évidents ou
cachés à l’utilisateur des biens.
6. Hiérarchiser les événements en fonction de leurs effets et de leur occurrence.
7. Choisir les méthodes de détection des causes et des modes de défaillance cachés.

18
prEN 17007:2016 (F)

Données/produits d’entrée Données/produits de sortie


— Dossiers constructeur et ingénierie — Événements indésirables et leurs
(contraintes d’exploitation, etc.) conséquences, leur occurrence et leur criticité
— Objectifs opérationnels (disponibilité, durée — Améliorations requises des biens
d’exploitation, sûreté, sécurité, innocuité — Améliorations requises des procédures
environnementale, qualité, coûts, etc.), d’exploitation
orientations (correctif/préventif,
externalisation/internalisation, échelon et
niveaux de maintenance, etc.), choix (méthode
de collecte et d’analyse des événements)
— Documentation générale, documentation
technique
— Historique des biens, historique de
maintenance
— Plan initial de maintenance
Parties prenantes Interfaces avec autres processus
À remplir par l’organisation pour répondre aux MAN.1 – DOC.6 – OPT.2
questions :
— qui réalise le processus ?
— qui est le client du processus ?
Contraintes liées à la réalisation du processus
Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus
— (i1prv1) événements indésirables identifiés (défaillances, dysfonctionnements dus à des pannes
latentes ou cachées)
— (i2prv1) variation sur une période donnée du nombre d’événements indésirables identifiés
— (i3prv1) événements indésirables identifiés survenus et non identifiés dans la liste initiale des
défaillances identifiées
— (i4prv1) événements indésirables identifiés non survenus sur une période déterminée figurant sur la
liste des défaillances identifiées
— (i5prv1) événements indésirables identifiés dont les effets n’étaient pas prévus
Observations
366

19
prEN 17007:2016 (F)

367 5.3.3 PRV.2 – Exploiter et mettre à jour les Plans de Maintenance

Finalité(s) du Processus
Déterminer les actions à mettre en œuvre sur les biens pour l’atteinte des objectifs fixés dans la
politique de maintenance (disponibilité, sûreté, sécurité, coûts, etc.).
Activités clefs/processus élémentaires
1. Déterminer les tâches réalisables de maintenance préventive systématique et/ou conditionnelle, et
leur occurrence en fonction du nombre d’unités d’usage, à même de prévenir les causes à l’origine
des événements indésirables, si c’est économiquement acceptable.
2. Envisager les améliorations des biens qui présentent un intérêt technique et économique pour
réduire ou prévenir les causes à l’origine des événements indésirables et pour rendre les actions
préventives plus efficaces.
3. Envisager les améliorations des procédures d’exploitation qui présentent un intérêt technique et
économique pour réduire les causes à l’origine des événements indésirables.
4. Envisager les améliorations qui présentent un intérêt technique et économique pour se protéger
des conséquences des événements indésirables.
5. Sélectionner les actions à réaliser (tâches/modifications).
Données/produits d’entrée Données/produits de sortie
— Évènements indésirables, causes, effets, — Plans de maintenance préventive
criticité des événements, occurrence des — Améliorations requises des biens
événements — Améliorations requises des procédures
— Documentation générale, documentation (exploitation, maintenance)
technique (inventaire des biens à maintenir,
contraintes d’exploitation, documents de
maintenance des constructeurs/ensembliers/
mainteneurs)
— Historique des biens, historique de
maintenance
— Plans initiaux de maintenance
Parties prenantes Interfaces avec autres processus
À remplir par l’organisation pour répondre aux PRV.1 – OPT.2 – DOC.6 – ING.9 – INT.1 – INT.2 –
questions : OPT.3.
— qui réalise le processus ?
— qui est le client du processus ?
Contraintes liées à la réalisation du processus
Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus
— (i1prv2) équipements couverts par un plan de maintenance
— (i2prv2) plans de maintenance révisés ou créés par an
— (i3prv2) date de la dernière version du plan de maintenance
— (i4prv2) recommandations produites pour améliorer les équipements (impact financier)
— (i5prv2) défaillances non détectées (malgré l’application d’une maintenance conditionnelle) par
rapport au nombre total de pannes
— (i6prv2) défaillances non détectées dû à l’absence de maintenance conditionnelle (même si
disponible)
Observations
Le plan de maintenance doit être révisé en fonction du nombre d’interventions correctives, des
modifications effectuées ou selon une période établie.

20
prEN 17007:2016 (F)

368

369 Figure 5 — Processus : « Prévenir les événements indésirables » (niveau 2 de la cartographie)


370 (Les processus PRV et COR partagent le sous-processus commun INT : « Intervenir sur les
371 biens à maintenir »)
372 5.4 Processus INT : Intervenir sur les biens à maintenir

373 5.4.1 Généralités

374
375 Voir Figure 6.
376 Le processus INT fait partie des processus PRV et COR qui comprennent les sous-processus suivants :
377 — INT.1 : Classer les événements ;
378 — INT.2 : Préparer les tâches ;
379 — INT.3 : Ordonnancer les tâches ;
380 — INT.4 : Planifier les tâches ;
381 — INT.5 : Lancer les tâches planifiées ;
382 — INT.6 : Réaliser les tâches de maintenance ;
383 — INT.7 : Clôturer les tâches.

21
prEN 17007:2016 (F)

384 5.4.2 INT.1 – Classer les événements

Finalité(s) du Processus
Les événements à traiter à court ou moyen terme par une maintenance corrective ou préventive
(défaillances potentielles ou réelles) sont hiérarchisés selon leur importance et les contraintes de
réalisation. Une liste ordonnée des événements est établie et mise à jour en continu.
Activités clefs/processus élémentaires
1. Rassembler les événements à prendre en compte dans la période donnée suivante (opérations de
maintenance corrective, opérations de maintenance préventive) et les données nécessaires pour
établir des priorités (gravité des défaillances réelles ou potentielles, contraintes diverses
(exploitation, environnement, ressources, etc.)).
2. Analyser les événements à traiter et les classer par ordre de priorité.
3. Établir un premier calendrier de maintenance corrective et préventive.
Données/produits d’entrée Données/produits de sortie
— Plans de maintenance préventive (PRV.2) — Événements sélectionnés pour le diagnostic
— Effet indésirable récemment détecté des pannes
— Contraintes à court et moyen terme — Calendrier provisoire

Parties prenantes Interfaces avec autres processus


À remplir par l’organisation pour répondre aux PRV.2 – INT.3 – COR.1
questions :
— qui réalise le processus ?
— qui est le client du processus ?
Contraintes liées à la réalisation du processus
Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus
— (i1int1) événements à solutionner au cours de la période donnée suivante
— (i2int1) critères de classement
Observations
385

386

22
prEN 17007:2016 (F)

387 5.4.3 INT.2 – Préparer les tâches de maintenance

Finalité(s) du Processus
Préparer les informations de maintenance nécessaires pour la réalisation en sécurité d’une tâche de
maintenance.
Activités clefs/processus élémentaires
1. Hiérarchiser les actions à préparer.
2. Prendre en compte l’environnement du bien objet de l’intervention. Prendre en compte l’analyse
des risques de l’intervention pour les personnes, les biens et l’environnement et décider des
moyens de protection des personnes et des biens.
3. Rédiger, mettre à jour ou mettre à disposition les instructions de maintenance (décrire les actions à
réaliser, définir les ressources nécessaires, estimer la durée et la charge de travail).
Données/produits d’entrée Données/produits de sortie
— Plans de Maintenance préventive (PRV.2) — Instructions de maintenance (temps estimé de
— Diagnostic de l’événement indésirable chaque tâche, charge de travail, procédures de
(COR.1) sécurité, valeurs de référence des paramètres
— Dossiers constructeurs et ingénierie caractéristiques du bien pour les essais de
(nomenclature des pièces de rechange, etc.) requalification, etc.)
— Documentation générale, documentation — Ordres de travail
technique (dont les règles de sécurité, les — Liste de l’outillage identifié (outillage
instructions de maintenance, etc.) (DOC.6) individuel et collectif, équipement de
— Historique des biens, historique de manutention, etc.)
maintenance, bonnes pratiques (OPT.2) — Ressources humaines nécessaires
— Analyse des risques liés à la maintenance — Liste des pièces de rechange nécessaires pour
(SSE.4) les tâches de maintenance préventive
— Liste d’outillages et d’équipements supports
(OUT.1)
Parties prenantes Interfaces avec autres processus
À remplir par l’organisation pour répondre aux INT.3 – COR.1 – DOC.6 – SSE.2 – SSE.4 – OPT.2 –
questions : PRV.2 – OUT.1 – SER.2 – PDR.2
— qui réalise le processus ?
— qui est le client du processus ?
Contraintes liées à la réalisation du processus
Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus
— (i1int2) temps de maintenance estimé et temps de maintenance réel
— (i2int2) pièces de rechange prévues et pièces de rechange utilisées
— (i3int2) tâches de maintenance corrective et préventive réalisées sans instructions de maintenance
— (i4int2) révision des instructions de maintenance
— (i5int2) tâches non réalisées par rapport à la préparation des tâches
Observations
Le processus peut être impacté par des insuffisances relatives à :
— la mise à disposition des différents documents ;
— la qualité des documents mis à disposition ;
— la disponibilité des ressources et des compétences ;
— le dossier d’intervention complet et détaillé.

23
prEN 17007:2016 (F)

388 5.4.4 INT.3 – Ordonnancer les tâches

Finalité(s) du Processus
Organiser dans le temps la réalisation des tâches prévues, compte tenu des contraintes d’enchaînement
et des contraintes de ressources requises (matérielles, humaines, etc.), en vue d’une planification
prenant en compte les aléas pouvant survenir.
Activités clefs/processus élémentaires
1. Examiner les informations sur les contraintes de maintenance et les aléas (concernant les
ressources, le personnel, etc.).
2. Examiner les informations sur l’utilisation du bien.
3. Examiner les informations sur les autres demandes d’intervention sur le bien.
4. Placer les interventions dans l’ordre chronologique pour prendre en compte toutes les contraintes
et aléas.
Données/produits d’entrée Données/produits de sortie
— Contraintes de maintenance pour la — Instructions de maintenance actualisées,
réalisation des interventions sur les biens, ordre des tâches
contraintes générales liées aux interventions
de maintenance sur les biens
— Calendrier provisoire (INT.1)
— Instructions de maintenance, ordres de
travail, ressources nécessaires (INT.2)
Parties prenantes Interfaces avec autres processus
À remplir par l’organisation pour répondre aux INT.1 – INT.2 – INT.4 – INT.5
questions :
— qui réalise le processus ?
— qui est le client du processus ?
Contraintes liées à la réalisation du processus
Connaître les contraintes de maintenance pour la réalisation des activités.
Connaître les contraintes générales d’utilisation des biens.
Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus
— (i1int3) tâches ordonnancées
— (i2int3) tâches à ordonnancer
— (i3act3) tâches non réalisées par rapport aux tâches ordonnancées
Observations
Cet ordonnancement est tributaire des bonnes pratiques et de la gestion des ressources (transports,
consommables, stocks, utilisation d’outillages, etc.), de la capacité limitée des ressources humaines et
matérielles, de la gestion des ressources critiques et de la gestion des ressources qui seront utilisées au
mieux.
Une analyse de risques projet permet de mieux prendre en compte les aléas.
389

24
prEN 17007:2016 (F)

390 5.4.5 INT.4 – Planifier les tâches

Finalité(s) du Processus
Établir le calendrier prévisionnel (date de lancement, date de fin) des tâches.
Activités clefs/processus élémentaires
Examiner les informations sur les contraintes relatives à l’utilisation des biens.
Examiner les informations sur les contraintes et les aléas sur les délais et les ressources internes et
externes.
Planifier les tâches en respectant l’ordre et les contraintes.
Données/produits d’entrée Données/produits de sortie
— Instructions de maintenance actualisées, — Instructions de maintenance actualisées,
ordre des tâches (INT.3) dates et périodes des tâches, charge de travail
— Contraintes de réalisation des tâches, — Main d’œuvre et prestations nécessaires
contraintes sur les délais, les ressources, le — Outillages nécessaires à la maintenance
personnel interne et externe
— Articles (pièces de rechange, matières)
nécessaires à la maintenance
Parties prenantes Interfaces avec autres processus
À remplir par l’organisation pour répondre aux INT.3 – INT.5 – INT.7 – RES.4 – OUT.4 – SER.4 –
questions : PDR.8
— qui réalise le processus ?
— qui est le client du processus ?
Contraintes liées à la réalisation du processus
— Contraintes sur les délais, les ressources, le personnel (nombre et qualification) interne et externe
— Contraintes de réalisation de la tâche
Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus
— (i1int4) tâches en attente de planification
— (i2int4) tâches décalées par rapport à la demande
— (i3int4) arriéré des ordres de travaux de maintenance préventive
— (i4act4) calendrier prévu et durée prévue de réalisation des tâches
Observations
Le calendrier vise à assurer la planification optimale du début de chaque tâche en fonction de sa durée
prévisionnelle. Il permet l’enchaînement des différentes tâches.
391

25
prEN 17007:2016 (F)

392 5.4.6 INT.5 – Lancer les tâches planifiées

Finalité(s) du Processus
Lancer les tâches en affectant les actions correspondantes aux personnes nécessaires, compétentes et
disponibles à la date prévue des tâches.
Activités clefs/processus élémentaires
Pour chaque tâche planifiée, désigner le personnel de maintenance compétent disposant de la
qualification qui convient.
Gérer les aléas (contraintes de maintenance, ressources, personnel).
Lancer la tâche.
Données/produits d’entrée Données/produits de sortie
— Contraintes instantanées (sur les délais, sur — Instructions de maintenance actualisées
les ressources) (ressources disponibles du moment, etc.)
— Instructions de maintenance actualisées, — Désignation du personnel de maintenance
dates et périodes des tâches, charge de travail — Aléas actuels empêchant le lancement de la
(INT.4) tâche
— Main d’œuvre qualifiée interne (RES.4) et
externe (SER.8)
Parties prenantes Interfaces avec autres processus
À remplir par l’organisation pour répondre aux INT.3 – INT.4 – INT.6 – RES.4 – SER.4
questions :
— qui réalise le processus ?
— qui est le client du processus ?
Contraintes liées à la réalisation du processus
Le prestataire doit fournir la désignation nominative du personnel externe.
Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus
— (i1int5) tâches lancées au moment spécifié
Observations
393

394

26
prEN 17007:2016 (F)

395 5.4.7 INT.6 – Réaliser les tâches de maintenance

Finalité(s) du Processus
Remettre le bien dans son état requis. Cette remise en état peut être réalisée soit en tant que mesure
préventive soit après la détection d’une panne.
Activités clefs/processus élémentaires
1. Mettre en sécurité les biens et les personnes (condamnation des biens et des accès, mise en place
des protections individuelles et collectives).
2. Faire une inspection « sécurité ».
3. Mettre en œuvre les moyens requis pour réaliser la tâche (préparation de chantier).
4. Suivre les instructions de maintenance prédéterminées.
5. Vérifier l’exécution de la tâche de maintenance et retirer les condamnations des biens et des accès.
6. Vérifier le bon fonctionnement du bien dans son environnement fonctionnel.
7. Déterminer les actions à entreprendre pour traiter les écarts (en termes de réalisation, de
procédure, de supports, etc.).
Données/produits d’entrée Données/produits de sortie
— Biens à maintenir (mis à disposition de la maintenance) — Bien en état fonctionnel, qualifié
— Instructions de maintenance actualisées (incluant les
diagnostics possibles, les documents techniques, les
valeurs de référence des paramètres caractéristiques du
bien, etc.), personnel de maintenance désigné (INT.5)
— Outillages et équipements de soutien logistique pour la
maintenance (OUT.4)
— Pièces de rechange pour la maintenance (PDR.8)
— Manuel de maintenance complété (INT.4)
Parties prenantes Interfaces avec autres processus
À remplir par l’organisation pour répondre aux questions : INT.5 – INT.7 – OUT.4 – PDR.8
— qui réalise le processus ?
— qui est le client du processus ?
Contraintes liées à la réalisation du processus
— Mise à disposition du bien selon l’échéancier prévu
— Environnement de maintenance sûr
— Durée minimale d’immobilisation du bien
Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus
— (i1int6) temps réel de maintenance active par tâche
— (i2int6) délai logistique et administratif réel par tâche
— (i3int6) durée d’indisponibilité réelle due à la maintenance par tâche
— (i4int6) arrêts intempestifs consécutifs aux tâches de maintenance préventive
— (i5int6) tâches répétées (qualité de maintenance inadéquate)
— (i6int6) heures de main d’œuvre réelles par tâche
— (i7int6) tâches de maintenance corrective restant à réaliser sur les biens critiques
— (i8int4) tâches en attente de réalisation
— (i9int2) temps de maintenance estimé et temps de maintenance réel
Observations
Le bien doit être mis à disposition de la maintenance par l’utilisateur selon l’échéancier prévu.
Le diagnostic est réalisé préalablement dans le sous-processus COR.1.
S’assurer que le bien, objet de l’intervention, et l’ensemble des biens restitués à l’utilisateur après
l’intervention, sont en état de remplir leur fonction requise et peuvent être rendus disponibles pour
l’utilisateur.

27
prEN 17007:2016 (F)

396 5.4.8 INT.7 – Clôturer les tâches de maintenance

Finalité(s) du Processus
Finaliser la tâche en remettant en état la zone d’intervention, en restituant le bien à l’utilisateur et en
constituant le retour d’expérience.
Activités clefs/processus élémentaires
1. Réceptionner la tâche.
2. Remettre en état la zone d’intervention et ranger les outillages.
3. Restituer le bien à l’utilisateur.
4. Collecter les informations et événements constituant le rapport.
Données/produits d’entrée Données/produits de sortie
— Bien en état fonctionnel, qualifié (INT.6) — Bien en état sûr et disponible pour
l’utilisateur
— Pièces de rechange réintégrées au stock
(PDR.5)
— Articles remplacés (PDR.9)
— Retour des outillages et équipements
supports après intervention (OUT.3)
— Rapport de réception (intervention clôturée)
(INT.3)
— Rapport de maintenance et informations de
retour d’expérience interne (GDO.1)
— Ressources humaines internes et externes
libérées (RES.4, SER.4)
Parties prenantes Interfaces avec autres processus
À remplir par l’organisation pour répondre aux INT.4 – INT.6 – GDO.1 – RES.4 – SER.4 – PDR.5 –
questions : PDR.9 – OUT.3
— qui réalise le processus ?
— qui est le client du processus ?
Contraintes liées à la réalisation du processus
Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus
— (i1int6) rapports sur les tâches de maintenance
— (i2int6) délai entre la fin de la tâche et la remise du bien à l’exploitant
Observations

28
prEN 17007:2016 (F)

397

398 Figure 6 — Processus : « Intervenir sur les biens à maintenir » (niveau 2 de la cartographie)
399 (Ce sous-processus est commun aux processus PRV et COR)

400 5.5 Processus COR : Remettre les biens dans leur état requis

401 5.5.1 Généralités

402

403 Voir Figure 7.


404 Les processus PRV et COR partagent le processus « intervenir sur les biens à maintenir ».

29
prEN 17007:2016 (F)

405 La partie 2/2 du processus COR est présentée sur la Figure 6.

406 Les processus COR et PRV partagent un sous-processus commun regroupé dans le processus INT :
407 Intervenir sur les biens à maintenir (voir 5.4 et Figure 6).

408 5.5.2 COR.1 – Diagnostiquer l’état des biens en cause

Finalité(s) du Processus
La finalité du processus est de détecter la panne éventuelle, de la localiser et d’identifier la ou les causes
premières.
Activités clefs/processus élémentaires
1. Identifier le bien affecté par l’événement indésirable et son environnement.
2. Identifier les effets de l’événement indésirable sur le bien et son environnement.
3. Localiser et identifier les causes de défaillance probables (événements et/ou mécanismes de
dégradation).
4. Rechercher l’éventuelle récurrence de la défaillance.
5. Rechercher les causes premières des défaillances (établir la chaîne causale).
Données/produits d’entrée Données/produits de sortie
— Évènement indésirable détecté — Diagnostic de l’événement indésirable (causes
— Événements sélectionnés pour le diagnostic premières, enchaînement causal, etc.)
(INT.1) — Améliorations requises des biens
— Dossiers constructeurs et ingénierie — Améliorations requises des procédures
— Objectifs opérationnels, orientations, choix
(méthodes de diagnostic des événements
survenus) (MAN.1)
— Documentation générale, documentation
technique (DOC.6)
— Historique des biens, historique de
maintenance (OPT.2)
Parties prenantes Interfaces avec autres processus
À remplir par l’organisation pour répondre aux INT.1 – INT.2 – DOC.6 – MAN.1 – OPT.2 – OPT.3 –
questions : Processus d’exploitation
— qui réalise le processus ?
— qui est le client du processus ?
Contraintes liées à la réalisation du processus
Ce processus peut générer de nombreux risques pour les personnes (présence d’énergies, etc.).
Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus
— (i1cor1) durée de diagnostic de panne
— (i2cor1) défaillances considérées comme répétitives dans le contexte (analyse incorrecte des causes
profondes)
— (i3cor1) ordres de travail inutiles
— (I4cor1) défaillances répétitives sans analyse des causes profondes
— (I5cor1) ordres de travail concernant le diagnostic
Observations
La mise en œuvre de ce processus nécessite un savoir-faire spécifique. L’analyse des causes profondes
est une méthode de réalisation de ce diagnostic.

30
prEN 17007:2016 (F)

409

410 Figure 7 — Processus : « Remettre les biens dans leur état requis » (partie 1/2)
411 (niveau 2 de la cartographie)

412 5.6 Processus AML : Améliorer les biens

413

414 Voir Figure 8.

415

31
prEN 17007:2016 (F)

416
Finalité(s) du Processus
La finalité de ce processus est de définir, suivre ou réaliser et valider les améliorations des biens
lorsque l’amélioration offre une meilleure solution que des actions préventives ou correctives pour
gérer les défaillances ou leurs conséquences. Le bien est amélioré en termes de fiabilité et/ou de
maintenabilité et/ou de sécurité pour un coût convenable. Ce processus définit les exigences initiales de
fiabilité, de maintenabilité et de support de maintenance. Il définit également les plans initiaux de
maintenance, les compétences associées des intervenants ainsi que les différents moyens logistiques
(matériel, documentation, pièces de rechange, etc.) nécessaires à la mise en œuvre du plan de
maintenance sur le bien amélioré.

Activités clefs/processus élémentaires


— AML.1 – Rassembler les données
Les données nécessaires à l’analyse des améliorations des biens sont rassemblées pour pouvoir être
prises en compte dans l’élaboration de cahiers des charges.
— AML.2 – Définir les exigences de fiabilité, de maintenabilité, de sécurité et de soutien
logistique
Évaluer, modifier et allouer les exigences de fiabilité, de maintenabilité, de sécurité et de soutien
logistique pour les améliorations des biens pour qu’elles puissent être intégrées dans les cahiers
des charges. Ces exigences peuvent par exemple être obtenues à l’aide d’une analyse des actions de
maintenance préventive et corrective prévues.
— AML.3 – Établir le cahier des charges pour les améliorations requises du bien
Définir les critères, les limites d’acceptation et la flexibilité attendus et rédiger le cahier des charges.
— AML.4 – Faire un appel d’offres vers les fournisseurs internes ou externes
Un dossier d’appel d’offres comprenant le cahier des charges constitué par les différentes parties
prenantes de l’entreprise est adressé aux fournisseurs internes ou externes sélectionnés.
— AML.5 – Analyser et choisir les options et valider les solutions
Les réponses aux appels d’offres relatifs aux améliorations des biens sont analysées par les parties
prenantes de l’entreprise, notamment sur les aspects relatifs aux sous-processus de maintenance
qui peuvent avoir une influence sur le choix de la solution. Les offres définissent les résultats en
matière de fiabilité, de maintenabilité, de sécurité et de soutien logistique et sont complétées par
une analyse prévisionnelle des impacts du cycle de vie des biens à acquérir. Il convient que les
besoins en compétences et en formations soient pris en compte à cette étape.
— AML.6 – Procéder aux améliorations
Les améliorations des biens sont réalisées et suivies pour s’assurer du respect des exigences de fiabilité,
de maintenabilité, de sécurité et de soutien logistique sans dépassement des coûts et dans les délais
spécifiés.
— AML.7 – Vérifier la conformité vis-à-vis des exigences de fiabilité, de maintenabilité, de
sécurité et de soutien logistique
La conformité des améliorations des biens vis-à-vis des exigences indiquées dans le cahier des charges
est vérifiée. Cela donne lieu à l’émission d’un avis de conformité qui contribue à la procédure de
réception.
— AML.8 – Élaborer le plan initial de maintenance
Le plan initial de maintenance préventive relatif aux biens nouvellement améliorés est élaboré sur la
base des caractéristiques de fiabilité, de maintenabilité, de sécurité et de soutien logistique
s’appuyant sur les recommandations du fournisseur et la connaissance de l’environnement du bien.
Le plan initial de maintenance est enregistré dans le système d’information.

32
prEN 17007:2016 (F)

— AML.9 – Déterminer les moyens logistiques initiaux


Les moyens logistiques initiaux nécessaires (pièces de rechange, outillages, etc.) sont déterminés à
partir du plan initial de maintenance et des ressources matérielles existantes dont dispose
l’entreprise. Les moyens logistiques initiaux sont enregistrés dans le système d’information.
— AML.10 – Identifier les besoins en compétences et formations
Les besoins en compétences et en formations sont établis à partir du plan initial de maintenance et des
compétences existantes dans l’entreprise et chez ses sous-traitants.

Données/produits d’entrée Données/produits de sortie


— Objectifs opérationnels, orientations, choix — Recommandations en matière de maintenance
(MAN.1) — Plan initial de maintenance
— Amélioration requise du bien (OPT.3) — Avis de conformité de la documentation
— Données traitées (GDO.10) — Avis de conformité du bien amélioré vis-à-vis
— Budget (MAN.4) des exigences de fiabilité, de maintenabilité et
— Instructions de maintenance du constructeur, de soutien logistique
bonnes pratiques de conception pour les — Soutien logistique initial
investissements, informations pertinentes — Compétences requises
diverses

Parties prenantes Interfaces avec autres processus


À remplir par l’organisation pour répondre aux DOC.3 – GDO.10 – MAN.1 – MAN.3 – MAN.4 –
questions : MAN.5 – OPT.3 – PRV.2 – OUT.1 – PDR.1
— qui réalise le processus ?
— qui est le client du processus ?

Contraintes liées à la réalisation du processus

Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus


— (i1aml) améliorations des biens (nombre, coûts)
— (i2ing) retards de livraison des améliorations des biens
— (i3ing) indisponibilité et dépassements de coûts
— (i4ing) conformité du résultat des améliorations des biens
— (i5ing) accroissement de la fiabilité
— (i6ing) accroissement de la maintenabilité
— (i7ing) accroissement de la sécurité

Observations

33
prEN 17007:2016 (F)

417

418 Figure 8 — Processus : « Améliorer les biens » (niveau 2 de la cartographie)

419 5.7 Processus SSE : Garantir la santé et la sécurité des personnes et préserver
420 l’environnement en maintenance

421

422 Voir Figure 9.

34
prEN 17007:2016 (F)

Finalité(s) du Processus
Le processus a pour finalité de garantir la santé et la sécurité des personnes, et de préserver les biens et
l’environnement lors des tâches de maintenance. Pour cela, il consiste à évaluer les risques liés à ces
tâches, à définir les mesures de prévention et de traitement des situations accidentelles objets du Plan
de Prévention et de Sécurité.

Activités clefs/processus élémentaires


— SSE.1 – Préparer l’évaluation des risques :
— définir le champ d’intervention (frontières, interfaces, environnement, conditions de
fonctionnement, horizon temporel, parties prenantes, contexte interne et externe, etc.) ;
— identifier les méthodes, les sources d’information, la réglementation, etc. ;
— constituer un groupe de travail multidisciplinaire pour mener l’évaluation des risques.
— SSE.2 – Identifier les risques :
— repérer les dangers : événements indésirables et conséquences et produits dangereux pour la
santé et la sécurité des personnes et pour l’environnement ;
— se prononcer sur le risque d’exposition à ces dangers pour les personnes et l’impact sur
l’environnement (observation des situations de travail, retour d’expérience, etc.).
— SSE.3 – Hiérarchiser les risques :
— évaluer les risques en caractérisant la probabilité d’occurrence, la gravité, la fréquence
d’exposition des personnes, le nombre de personnes concernées, etc. ;
— classer les risques afin de débattre des priorités et d’aider à la planification des mesures de
prévention.
— SSE.4 – Proposer des mesures de prévention des risques et des conséquences des risques
identifiés :
— identifier les mesures techniques et organisationnelles ;
— sélectionner et implémenter les solutions ;
— évaluer les risques résiduels ;
— Documenter.
— SSE.5 – Surveiller le management des risques :
— vérifier le respect des réglementations ;
— développer une culture de sécurité au sein de l’entreprise ;
— définir, calculer et analyser des indicateurs pour s’assurer du bon management des risques,
demander la mise à jour de l’évaluation des risques (retour sur le processus SSE.1) ;
— documenter.

35
prEN 17007:2016 (F)

Données/produits d’entrée Données/produits de sortie


— Lois, décrets, codes, règlements, normes — Contribution de la maintenance au plan de
— Objectifs opérationnels, orientations, choix prévention et de sécurité (MAN.5)
(MAN.1) — Analyse des risques liés à la maintenance
— Données, indicateurs, bonnes pratiques (INT.2)
(OPT.5) — Données brutes de surveillance des risques et
— Informations (DOC.6) évaluation des données (GDO.1)

— Indicateurs (GDO.11)
— Instructions de maintenance (INT.2)

Parties prenantes Interfaces avec autres processus


À remplir par l’organisation pour répondre aux INT.2 – DOC.6 – GDO.1 – GDO.11 – MAN.1 –
questions : MAN.5 – OPT.5
— qui réalise le processus ?
— qui est le client du processus ?

Contraintes liées à la réalisation du processus


Le processus d’évaluation des risques est un processus multidisciplinaire.
La proposition des mesures de prévention nécessite de reconduire l’évaluation des risques pour
s’assurer que l’objectif de réduction des risques est atteint et qu’aucun autre risque n’a été engendré.

Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus


— (i1sse) taux d’accidents liés à la maintenance
— (i2sse) gravité des accidents liés à la maintenance
— (i3sse) soins médicaux sans interruption du temps de travail
— (i4sse) taux de presque accidents
— (i5sse) masses ou volumes de déchets générés par la tâche de maintenance
— (i6sse) masses ou volumes de rejets générés par la tâche de maintenance
— (i7sse) journées d’arrêt du personnel de maintenance pour accidents du travail et maladies
professionnelles
— (i8sse) journées sans accident depuis le dernier accident
— (i9sse) tâches avec instructions de consignation
— (i10sse) couverture de l’évaluation des risques
— (i11sse) fréquence des mises à jour de l’évaluation des risques
— (i12sse) conformité avec les procédures de risque prédéfinies

Observations

36
prEN 17007:2016 (F)

423

424 Figure 9 — Processus : « Garantir la santé et la sécurité des personnes et préserver


425 l’environnement en maintenance » (niveau 2 de la cartographie)
426 5.8 Processus BUD : Élaborer le budget de maintenance des biens

427
428 Voir Figure 10.

Finalité(s) du Processus
Organiser dans le temps (court, moyen et long terme) la planification économique, suivant un cycle défini,
pour les activités de maintenance courante (dépenses et coûts liés à l’exploitation de l’entreprise) et
exceptionnelle (investissements). Ce processus permet de structurer les informations budgétaires, par
classes d’imputation des coûts, pour en assurer le suivi, le contrôle et le pilotage dans le temps.
Activités clefs/processus élémentaires
— BUD 1 – Définir, rassembler les éléments de coûts et calculer ou estimer les coûts réels
Les éléments de coûts sont imputés (main d’œuvre interne, main d’œuvre externe, pièces et
fournitures) par bien (équipement ou installation), par type de maintenance (corrective,
préventive, d’amélioration) et par destination (documentation, formation, pièces de rechange,
Santé-Sécurité-Environnement, etc.).

37
prEN 17007:2016 (F)

— BUD 2 – Construire un budget prévisionnel de maintenance courante


Le budget prévisionnel de maintenance courante (court terme) est établi par bien et/ou pour
l’ensemble des biens sur plusieurs exercices comptables. Ce budget inclut les coûts communs
imputés à la maintenance courante (direction, bâtiments, etc.).
— BUD 3 – Construire un budget prévisionnel pour les tâches de maintenance peu fréquentes
ou exceptionnelles
Le budget prévisionnel pour les tâches peu fréquentes ou exceptionnelles (moyen et long terme) est
établi par bien et/ou pour l’ensemble des biens. Ce budget inclut les coûts communs imputés à la
maintenance exceptionnelle (direction, bâtiments, etc.).
— BUD 4 – Extraire les dépenses budgétées et réelles
Les dépenses budgétées et réelles par bien, par nature et par destination sont rassemblées et classées
pour pouvoir être analysées avec efficacité.
— BUD 5 – Analyser, expliquer et, le cas échéant, mener les actions correctives
Les écarts constatés entre les dépenses budgétées et réelles sont détectés, analysés et expliqués. Les
actions correctives éventuelles sont identifiées et les résultats de ces analyses sont transmis au
management pour décisions.
Données/produits d’entrée Données/produits de sortie
— Données élémentaires d’imputation des coûts — Écarts et budgets réels
(équipements ou installation), coûts engagés
et réels (GDO.10)
— Indicateurs de performance, retour
d’expérience budgétaire des années
précédentes (GDO.11)
— Bonnes pratiques (OPT.5)
— Objectifs opérationnels, orientations, choix
(MAN.1)
Parties prenantes Interfaces avec autres processus
À remplir par l’organisation pour répondre aux GDO.10 – GDO.11 – MAN 1 – MAN.4 – OPT.5
questions :
— qui réalise le processus ?
— qui est le client du processus ?
Contraintes liées à la réalisation du processus
Le processus nécessite la cohérence, la disponibilité et la collecte des données.
Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus
— (i1bud) écarts constatés lors du suivi budgétaire
— (i2bud) analyses suite aux écarts constatés
— (i3bud) imputation budgétaire aux types de maintenance (préventive, corrective, d’amélioration)
— (i4bud) imputation budgétaire au niveau des biens dans l’arborescence
— (i5bud) imputation budgétaire aux types de coûts (main d’œuvre, matériels, combustible/énergie,
généraux, transport/déplacement, etc.)
— (i6bud) fréquence des rapports
Observations

38
prEN 17007:2016 (F)

429

430 Figure 10 — Processus : « Élaborer le budget de maintenance des biens »


431 (niveau 2 de la cartographie)

432 5.9 Processus DOC : Délivrer la documentation opérationnelle

433

434 Voir Figure 11.

Finalité(s) du Processus
Mettre à la disposition des personnes concernées, sur le lieu d’utilisation, tous les documents, à jour et
exploitables, qui leur sont nécessaires pour préparer et réaliser les tâches dont ils ont la charge, en
optimisant les temps logistiques.
Activités clefs/processus élémentaires
— DOC.1 – Définir et gérer les droits sur la documentation
Compte tenu de l’organisation mise en place, chacun des acteurs concernés se verra attribuer des droits
d’établissement et/ou de mise à jour et/ou de consultation, pour chacun des documents nécessaires
à la réalisation des actions requises.
— DOC.2 – Classifier et structurer la documentation
Pour être opérationnelle, une documentation doit être :
— classée selon sa nature, pour pouvoir être retrouvée facilement sans délai ;
— structurée selon l’utilisation qui en sera faite pour faciliter son utilisation par les intervenants.

39
prEN 17007:2016 (F)

— DOC.3 – Constituer (rassembler, créer) la documentation de référence :


— documentation générale (processus, normes, réglementation, catalogues d’articles
fournisseurs, etc.) ;
— dossiers relatifs aux biens (nomenclatures, dossiers techniques, instructions et schémas,
dossiers historiques, etc.) ;
— instructions de maintenance (règles de fonctionnement, plans de maintenance, gammes
d’intervention de maintenance, modes opératoires, etc.) ;
— documents nécessaires pour la protection de la santé, de la sécurité et de l’environnement
(fiches de données de sécurité relatives aux matières et à l’environnement, etc.).
— DOC.4 – Mettre à jour la documentation de référence
La qualité d’un document, quelle que soit sa nature, est directement liée aux mises à jour qui sont
effectuées sur la documentation de référence dès qu’une modification de forme ou de fond est
apportée à l’objet du document. Ces mises à jour doivent être effectuées en temps réel, ou dans un
délai requis, par les personnes habilitées à le faire.
— DOC.5 – Pérenniser l’accès aux informations nécessaires
Quels que soient les supports utilisés, les informations contenues dans un document doivent rester
accessibles en permanence pour les utilisateurs. La sauvegarde des documents de référence doit
être effectuée pendant toute la vie utile du document, en tenant compte de l’évolution des
techniques documentaires utilisées (informatique, etc.).
— DOC.6 – Gérer la mise à disposition de la documentation opérationnelle
Il s’agit de préciser l’organisation, notamment par des procédures à appliquer, permettant à l’utilisateur
de disposer au moment opportun des documents dont il a besoin, produits à partir de la
documentation de référence à jour.
Données/produits d’entrée Données/produits de sortie
— Responsables, organisation de la fonction — Documentation générale
documentation (MAN.3) — Dossiers relatifs aux biens, instructions de
— Plans initiaux de maintenance (ING.9, AML.9) maintenance, procédures obligatoires
— Avis de conformité de la documentation suite à — Structure et organisation de la fonction
améliorations, modifications ou travaux neufs documentation
(ING.8, AML.8) — Structure et classification de la
— Documentation relative aux pièces de documentation de référence
rechange (PDR.7)
— Documents externes (fournisseurs, lois,
normes, règlements, etc.)
— Données diverses, indicateurs, bonnes
pratiques (OPT.5)
Parties prenantes Interfaces avec autres processus
À remplir par l’organisation pour répondre aux INT.2 - COR.1 – GDO.1 – ING.8 – ING.9 – SSE.1 –
questions : AML.8 – AML.9 – MAN.3 – OPT.5 – PRV.1 –
— qui réalise le processus ? PRV.2 – PDR.7
— qui est le client du processus ?
Contraintes liées à la réalisation du processus
La mise en œuvre de ce processus peut demander la mobilisation de moyens en personnel, en matériel
et en logiciels, correspondant à un coût pouvant être significatif.

40
prEN 17007:2016 (F)

Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus


— (i1doc) couverture des documents (globalement et/ou par type de maintenance, par bien, par
criticité, etc.)
— (i2doc) documents inexistants au moment où leur besoin est exprimé (globalement et/ou par type
de maintenance, par bien, par criticité, etc.)
— (i3doc) documents en retard de mise à jour (globalement et/ou par type de maintenance, par bien,
par criticité, etc.)
— (i4doc) documents non à jour (globalement et/ou par type de maintenance, par bien, par criticité,
etc.)
— (i5doc) cohérence, lisibilité et compréhension des documents
Observations
On privilégiera un système de classification et de description international (par exemple, eCl@ss).
Le coût total de la documentation représente généralement 10 % à 15 % de la valeur des équipements
immobilisés.
Le coût annuel de tenue à jour de la documentation représente généralement 2 % de ce coût total.

435

436 Figure 11 — Processus : « Délivrer la documentation opérationnelle »


437 (niveau 2 de la cartographie)

41
prEN 17007:2016 (F)

438 5.10 Processus GDO : Gérer les données

439
440 Voir Figure 12.

Finalité(s) du Processus
Collecter, analyser, enregistrer et transmettre toutes les données nécessaires à la documentation et à
l’amélioration du processus maintenance.

Activités clefs/processus élémentaires


— GDO 1 – Enregistrer et valider les données brutes dans une bibliothèque et/ou une base de
données
L’ensemble des données brutes internes au processus (rapports de maintenance corrective et
préventive, données sur les articles, outillages utilisés, surveillance et management des risques,
temps passés, coûts, etc.) ou externes au processus maintenance (données de production) doivent
être validées et enregistrées dans une bibliothèque et/ou une base de données facilement
exploitables. Pour pouvoir être utilisées ces données doivent être validées et classées selon leur
nature et leurs caractéristiques.
— GDO 2 – Évaluer la fiabilité et la maintenabilité des biens en tenant à jour une évaluation de
l’état réel des biens
Les données concernant les défaillances des biens et les actions de maintenance préventive et
corrective sont analysées périodiquement pour calculer des indicateurs révélateurs de leurs
niveaux de fiabilité et de maintenabilité. Les indicateurs sont souvent obtenus à partir des données
d’une famille de biens similaires regroupés en fonction de leurs caractéristiques techniques, de
fonctionnement et d’environnement, ceci par matériel ou par système fonctionnel.
— GDO 3 – Établir et tenir à jour la liste des biens critiques
Les biens critiques sont ceux qui sont à l’origine :
— des pertes de production ;
— des évènements impactant la sûreté, la sécurité et l’environnement ;
— des coûts.
— GDO 4 – Évaluer et analyser les données de maintenance et les données SSE
Les données de maintenance (dates, durées, coûts, tâches, etc.) et les données SSE sont analysées et
comparées aux valeurs attendues pour calculer des indicateurs révélateurs de l’efficacité des
actions de maintenance et des mesures de prévention Santé-Sécurité-Environnement.
— GDO 5 – Évaluer et analyser les données relatives aux pièces de rechange
Les consommations de pièces de rechange, les délais d’approvisionnement, l’état des stocks, les
ruptures de stock, la valeur des pièces de rechange, leur emplacement et toutes autres données
pertinentes relatives à la fourniture de pièces de rechange sont évalués et analysés. Les
consommations de pièces utilisées en maintenance corrective et préventive sont distinguées.

42
prEN 17007:2016 (F)

— GDO 6 – Évaluer et analyser les cas d’obsolescence avérés ou prévisibles


Un fichier des obsolescences est constitué. Il distingue les obsolescences avérées des obsolescences
prévisibles et les hiérarchise selon la gravité de leurs conséquences et l’existence de solutions
applicables.
— GDO 7 – Collecter et analyser les événements d’autres entités
Les événements survenus sur d’autres entités (internes et/ou externes) qui peuvent être en rapport
avec les biens utilisés (défauts découverts, récurrence de défaillances, améliorations, etc.), sont
collectés et analysés pour s’assurer que des actions adaptées puissent être mises en œuvre afin de
prévenir l’occurrence d’événements similaires.
— GDO 8 – Comparer les pratiques de maintenance et les matériels utilisés par les autres
exploitants ou recommandés par les fournisseurs
La comparaison des pratiques de maintenance de l’entreprise avec celles d’autres exploitants et/ou les
recommandations des fournisseurs permet d’identifier de nouvelles pratiques économiques et
efficaces. Des comparaisons entre utilisations d’articles comparables sont également faites pour
proposer d’éventuelles modifications ou améliorations.
— GDO 9 – Assurer une veille sur les méthodes, technologies, réglementations, normes, etc.
Une veille sur les méthodes de management, les techniques de maintenance, la réglementation et la
normalisation est effectuée en continu pour détecter des axes de progrès et/ou prévoir la mise à
niveau des pratiques et des biens de l’entreprise.
— GDO 10 – Enregistrer et mettre à disposition les données dans un système de traitement de
données
L’ensemble des données collectées, validées et analysées sont enregistrées dans un système
d’information pour être mises à disposition des processus qui les utilisent.
— GDO 11 – Calculer, enregistrer et mettre à disposition les indicateurs de performance et de
suivi
Des indicateurs de performance et de suivi sont calculés à la demande à partir des données validées
disponibles dans le système d’information.
Données/produits d’entrée Données/produits de sortie
— Données issues du processus production — Indicateurs issus du processus à destination
— Rapport de maintenance et informations de des autres processus
retour d’expérience interne des activités de — Informations de retour d’expérience relatives
maintenance préventive et corrective (INT.7) aux biens et à la maintenance
— Documentation sur les biens (DOC.6)
— Données sur les accidents, les presque
accidents
— Données sur les pièces de rechange (PDR.12)
— Données sur l’utilisation des outillages
(OUT.5)
— Données brutes de surveillance des risques et
évaluation des données (SSE.5)
— Données, indicateurs, bonnes pratiques
(OPT.5)
— Informations externes (veille externe)
— Formules de calcul d’indicateurs (MAN.6)

43
prEN 17007:2016 (F)

Parties prenantes Interfaces avec autres processus


À remplir par l’organisation pour répondre aux INT.7 – DOC.6 – SSE.5 – MAN.6 – OPT.5 – PDR.12 –
questions : OUT.5 – Autres processus (BUD.1 – BUD.4 –
— qui réalise le processus ? ING.1 – AML.1 – MAN.5 – SSE.1 – SSE.2 – SSE.3 –
SSE.4 – OPT.1 – PDR.1 – RES.1 – SER.3)
— qui est le client du processus ?
Contraintes liées à la réalisation du processus
La somme importante de données diversifiées à collecter, à mettre en forme et à analyser
régulièrement nécessite un système de gestion de l’information performant.
Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus
— (i1gdo) rapports de maintenance
— (i2gdo) « bilans de santé » des biens faisant l’objet d’une maintenance préventive
— (i3gdo) analyse de l’état des stocks et des paramètres de gestion (seuil mini, seuils maxi, quantité de
réapprovisionnement, etc.)
— (i4gdo) analyse des pièces et articles dont l’obsolescence est avérée et/ou prévisible et d’une étude
de solutions de remplacement
— (i5gdo) mise à jour de la veille sur les méthodes, la réglementation, les normes, etc.
— (i6gdo) indicateurs automatisés
— (i7gdo) plans de maintenance
— (i8gdo) plan de management des données (existant/non existant, à jour/à mettre à jour…)
— (i9gdo) couverture de la collecte, du stockage et de la mise à jour des données (biens, historique de
maintenance)
— (i10gdo) analyse des biens faisant l’objet d’une maintenance corrective
— (i11gdo) analyse et mise à jour de la liste des biens critiques
Observations
Ce processus est le carrefour des autres processus. Il intègre les données de telle manière que les
indicateurs nécessaires au suivi et à l’amélioration des autres processus puissent être délivrés à chacun
d’eux, en automatique si possible. Ces indicateurs et données sont généralement délivrés après des
analyses effectuées par le processus d’optimisation (OPT).
Les indicateurs fournis par ce processus peuvent servir à l’ensemble des processus de l’entreprise.

44
prEN 17007:2016 (F)

441

442 Figure 12 — Processus : « Gérer les données » (niveau 2 de la cartographie)

443 5.11 Processus ING : Délivrer les exigences de maintenance pendant la conception et la
444 modification des biens

445

446 Voir Figure 13.

45
prEN 17007:2016 (F)

Finalité(s) du Processus
La finalité de ce processus est de définir, suivre ou réaliser et valider les investissements, modifications
relatifs aux biens, lorsque les objectifs opérationnels ne sont plus atteignables ou ont changé. Il définit
les exigences initiales de fiabilité, de maintenabilité et de support de maintenance, les plans initiaux de
maintenance, les compétences associées des intervenants ainsi que les différents moyens logistiques
(matériel, documentation, pièces de rechange, etc.) nécessaires à la mise en œuvre du plan de
maintenance sur ces biens.
Activités clefs/processus élémentaires
— ING.1 – Rassembler les données de retour d’expérience
Les données de retour d’expérience nécessaires à l’analyse des investissements ou des modifications
des biens sont rassemblées pour pouvoir être prises en compte dans l’élaboration de cahiers des
charges.
— ING.2 – Réaliser les analyses de risques
Des analyses de risques sont réalisées vis-à-vis des critères de sûreté et de sécurité concernant les
investissements et les modifications prévus. Elles intègrent des données de retour d’expérience
relatives à des accidents/incidents.
— ING.3 – Déterminer les exigences de fiabilité, de maintenabilité et de soutien logistique
Évaluer et allouer les exigences de fiabilité, de maintenabilité et de soutien logistique pour les
investissements et les modifications des biens pour qu’elles puissent être intégrées dans les cahiers
des charges. Ces exigences peuvent par exemple être obtenues à l’aide d’une analyse des actions de
maintenance préventive et corrective prévues.
— ING.4 – Piloter ou contribuer à la rédaction du cahier des charges
Les exigences précédentes contribuent à la rédaction du cahier des charges.
— ING.5 – Faire un appel d’offres vers les fournisseurs
Un dossier d’appel d’offres comprenant le cahier des charges constitué par les différentes parties
prenantes de l’entreprise est adressé aux fournisseurs sélectionnés.
— ING 6 – Participer à l’analyse et au choix des options et valider les solutions
Les réponses aux appels d’offres relatifs aux acquisitions ou modifications de biens sont analysées par
les parties prenantes de l’entreprise, notamment sur les aspects relatifs au processus maintenance
qui peuvent avoir une influence sur le choix de la solution. Les offres définissent les résultats en
matière de fiabilité, de maintenabilité et de soutien logistique et sont complétées par une analyse
prévisionnelle du coût global du cycle de vie des biens à acquérir.
— ING.7 – Suivre la réalisation
Un suivi des acquisitions et des modifications des biens est réalisé pour s’assurer du respect des
exigences de fiabilité, de maintenabilité et de soutien logistique sans dépassement des coûts et dans
les délais spécifiés.
— ING.8 – Vérifier la conformité vis-à-vis des exigences de fiabilité, de maintenabilité et de
soutien logistique
La conformité des acquisitions ou modifications de biens vis-à-vis des exigences indiquées dans le
cahier des charges est vérifiée. Cela donne lieu à l’émission d’un avis de conformité qui contribue à
la procédure de réception.
— ING 9 – Élaborer le plan initial de maintenance
Le plan initial de maintenance préventive relatif aux biens nouvellement acquis ou modifiés est élaboré
sur la base des caractéristiques de fiabilité, de maintenabilité et de soutien logistique s’appuyant
sur les recommandations du fournisseur et la connaissance de l’environnement du bien. Le plan
initial de maintenance est enregistré dans le système d’information.

46
prEN 17007:2016 (F)

— ING 10 – Déterminer les moyens logistiques initiaux


Les moyens logistiques initiaux nécessaires (pièces de rechange, outillages, etc.) sont déterminés à
partir du plan initial de maintenance et des ressources matérielles existantes dont dispose
l’entreprise. Les moyens logistiques initiaux sont enregistrés dans le système d’information.
— ING 11 – Identifier les besoins en compétences et formations
Les besoins en compétences et en formations sont établis à partir du plan initial de maintenance et des
compétences existantes dans l’entreprise et chez ses sous-traitants.
Données/produits d’entrée Données/produits de sortie
— Objectifs opérationnels, orientations, choix — Recommandations en matière de
(MAN.1) maintenance pour les investissements ou
— Bonnes pratiques de conception pour les modifications
investissements, instructions de maintenance — Plan initial de maintenance
du constructeur (OPT.6, OPT.7) — Avis de conformité de la documentation
— Données traitées (GDO.10) — Soutien logistique initial
— Budget (MAN.4) — Compétences requises ou besoins en
— Informations pertinentes diverses provenant formations
des constructeurs
Parties prenantes Interfaces avec autres processus
À remplir par l’organisation pour répondre aux DOC.3 – GDO.10 – MAN.1 – MAN.3 – MAN.4 –
questions : MAN.5 – OPT.6 – OPT.7 – PRV.2 – OUT.1 – PDR.1
— qui réalise le processus ?
— qui est le client du processus ?
Contraintes liées à la réalisation du processus
Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus
— (i1ing) retards de livraison des investissements et des modifications des biens
— (i2ing) dépassements de délais et de coûts
— (i3ing) respect des procédures associées à l’ingénierie (nombre de rapports d’écart)
— (i4ing) conformité du résultat des modifications des biens et des investissements
— (i5ing) cahiers des charges produits avec la contribution des responsables de maintenance
— (i6ing) couverture des plans de maintenance, plans de spécification des compétences et plans de
moyens logistiques
Observations

47
prEN 17007:2016 (F)

447

448 Figure 13 — Processus : « Délivrer les exigences de maintenance pendant la conception et la


449 modification des biens » (niveau 2 de la cartographie)

450 5.12 Processus OPT : Optimiser les résultats

451

452 Voir Figure 14.

48
prEN 17007:2016 (F)

Finalité(s) du Processus
Ce processus représente une partie d’une boucle d’amélioration continue qui analyse les données de
retour d’expérience internes et externes pour en déduire des actions à mener, des cibles à atteindre et
les bonnes pratiques à appliquer pour chacun des processus.
Activités clefs/processus élémentaires
— OPT.1 – Déterminer les axes de progrès
Les données traitées, d’origine interne et externe, et les indicateurs calculés sont analysés pour
déterminer des axes de progrès pour chacun des processus. Cette analyse se base sur des
comparaisons entre les données traitées recueillies sur les processus et les valeurs de référence
(valeurs cibles, tendances, références externes, etc.). L’importance des écarts détermine la priorité
des actions à mener.
— OPT.2 – Hiérarchiser les axes de progrès relatifs aux processus PRV et COR
Les axes de progrès sont hiérarchisés selon les écarts relevés pour chacun des processus élémentaires
constitutifs de PRV et COR et selon les bénéfices escomptés des actions potentielles d’amélioration.
Les informations nécessaires pour la détermination et la mise en œuvre d’actions d’amélioration
sont publiées (retour d’expérience sur les biens, retour d’expérience sur les actions de
maintenance, bonnes pratiques identifiées). En particulier les diagnostics de pannes effectués en
maintenance corrective peuvent inciter à reconsidérer la maintenance préventive.
— OPT.3 – Hiérarchiser les axes de progrès relatifs au processus AML
À partir des caractéristiques de fiabilité et de maintenabilité des biens, des analyses sont réalisées afin
d’identifier des pistes d’amélioration. Ces analyses se basent sur des comparaisons entre les stratégies
préventives ou correctives et l’amélioration des biens, dans le but de déterminer les meilleures
solutions en termes de coûts directs et indirects dans la limite des contraintes existantes (exigences de
sûreté, soutien logistique, etc.). Les améliorations envisagées sont hiérarchisées.
— OPT.4 – Hiérarchiser les axes de progrès relatifs au processus MAN
Les axes de progrès sont hiérarchisés selon les écarts relevés pour chacun des processus élémentaires
constitutifs de MAN et selon les bénéfices escomptés des actions potentielles d’amélioration. Cette
hiérarchisation tient compte des objectifs opérationnels, des orientations et des choix fixés par la
Direction. Les informations nécessaires pour la détermination et la mise en œuvre d’actions
d’amélioration sont publiées (indicateurs, tableaux de bord, bonnes pratiques identifiées).
— OPT.5 – Hiérarchiser les axes de progrès relatifs aux processus BUD, DOC, GDO, OUT, PDR,
RES, STR et SSE
Les axes de progrès sont hiérarchisés selon les écarts relevés pour chacun des processus élémentaires
constitutifs de BUD, DOC, GDO, OUT, PDR, RES, STR et SSE et selon les bénéfices escomptés des
actions potentielles d’amélioration. Les informations nécessaires pour la détermination et la mise
en œuvre d’actions d’amélioration sont publiées (données, indicateurs, bonnes pratiques
identifiées).
— OPT.6 – Hiérarchiser et spécifier les modifications des biens existants (processus ING)
Certains axes de progrès révèlent que des modifications des biens existants constituent une solution
plus efficace et plus économique que l’exécution de tâches de maintenance. Ils sont hiérarchisés et
pris en compte dans la rédaction de spécifications pour des modifications. Les informations
nécessaires pour la modification de biens existants sont publiées (modifications, bonnes pratiques).
— OPT.7 – Hiérarchiser les améliorations pour les investissements futurs (processus ING)
Les axes de progrès identifiés mais non totalement réalisables sur l’installation existante, de par sa
conception ou sa construction, sont hiérarchisés pour pouvoir être prioritairement pris en compte
dans la rédaction des cahiers des charges de futurs investissements. Les informations nécessaires
pour la conception de nouvelles installations sont capitalisées (améliorations pour les
investissements, bonnes pratiques).

49
prEN 17007:2016 (F)

Données/produits d’entrée Données/produits de sortie


— Données traitées, indicateurs (GDO.10, — Données sur les biens, retour d’expérience sur
GDO.11) la maintenance
— Activités de pilotage des actions à réaliser — Amélioration requise des biens
(MAN.5) — Indicateurs, tableaux de bord, bonnes
— Objectifs opérationnels, orientations, choix pratiques
(MAN.1) — Améliorations pour les modifications, bonnes
pratiques de conception
— Améliorations pour les investissements,
bonnes pratiques de conception
Parties prenantes Interfaces avec autres processus
À remplir par l’organisation pour répondre aux INT.2 – BUD.1 – DOC.4 – GDO.7 – GDO.8 – GDO.9 –
questions : GDO.10 – GDO.11 – ING.1 – SSE.1 – MAN.1 –
— qui réalise le processus ? MAN.5 – MAN.6 – AML.1 – RES.1 – SER.1 – PDR.1 –
— qui est le client du processus ? PDR.2 – STR.1 – STR.2 – OUT.1.
Contraintes liées à la réalisation du processus
Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus
— (i1opt) Proportion d’indicateurs de processus en amélioration (représentation radar : un axe par
processus). (voir aussi l’indication des éléments pour le processus de management)
Observations

453

454 Figure 14 — Processus : « Optimiser les résultats » (niveau 2 de la cartographie)

50
prEN 17007:2016 (F)

455 5.13 Processus OUT : Délivrer les outillages, les équipements supports et le système
456 d’information

457

458 Voir Figure 15.

Finalité(s) du Processus
Mettre à disposition des utilisateurs les moyens techniques opérationnels nécessaires à la maintenance
(outillages conventionnels et spécialisés, équipements d’essai, de manutention, etc., et systèmes
d’information et de gestion de la maintenance).
Activités clefs/processus élémentaires
— OUT.1 – Déterminer et disposer des équipements supports nécessaires à la maintenance
Les équipements supports nécessaires à la maintenance comprennent les outillages conventionnels et
spécialisés, les équipements d’essai, de surveillance et de contrôle, les moyens informatiques, les
moyens de manutention, les accès aux biens, les plans de colisage (zones de manutention et
d’entreposage des équipements neufs ou démontés, des outillages), les équipements de protection,
etc. Ils sont identifiés et les solutions pour en disposer dans les meilleures conditions sont retenues
en fonction, notamment, des coûts et des délais.
— OUT.2 – Entreposer les outillages et équipements supports
Les outillages et équipements supports sont entreposés dans des conditions d’environnement adaptées,
en des lieux clairement identifiés et choisis en fonction des contraintes d’utilisation.
— OUT.3 – Maintenir et/ou moderniser les équipements supports
Les équipements supports sont maintenus préventivement selon un programme établi (étalonnage,
réglages, maintenance préventive) et réparés ou remplacés en cas de défaillance. Ils sont
modernisés lorsque cela s’avère nécessaire.
— OUT.4 – Mettre à disposition les outillages et autres équipements supports
Les outillages et équipements supports sont mis à disposition du personnel de maintenance en temps
voulu, en un lieu déterminé et dans les conditions d’emploi requises.
— OUT.5 – Déterminer et disposer d’un système de gestion de la maintenance, de logiciels
d’aide à la prise de décision et d’un système de documentation
Le système de gestion de la maintenance et de la documentation et les logiciels d’aide à la prise de
décision sont conçus en fonction des besoins de l’entreprise (volume de données, fonctionnalités
requises, coûts, contraintes techniques diverses, etc.).
— OUT.6 – « Maintenir » et/ou mettre à jour le système de documentation de la maintenance
Le système de gestion de la maintenance et de la documentation et les logiciels d’aide à la prise de
décision sont maintenus (débogage, etc.) et mis à jour autant que nécessaire. Sa disponibilité est
assurée et les informations sont régulièrement sauvegardées et mises en sécurité (sauvegardes
régulières, protection contre le piratage et la malveillance, mise à niveau du matériel, etc.).

51
prEN 17007:2016 (F)

Données/produits d’entrée Données/produits de sortie


— Dossiers constructeurs et ingénierie — Liste des outillages et équipements supports
— Réglementation à appliquer disponibles pour la maintenance
— Objectifs, orientations, choix décidés par le — Soutien logistique et équipements pour les
management (MAN.1) tâches de maintenance courante
— Liste des outillages requis identifiés (INT.2) — Système d’information disponible pour les
autres processus
— Données, indicateurs, bonnes pratiques
(OPT.5)
— Besoins logistiques initiaux (ING.10)
— Mise à disposition des ateliers, magasins
bureaux (STR.1)
— Outillages nécessaires aux tâches de
maintenance courante (INT.4)
— Retour des outillages et équipements
supports après intervention (INT.5)
Parties prenantes Interfaces avec autres processus
À remplir par l’organisation pour répondre aux INT.2 – INT.4 – INT.6 – INT.7 – GDO.1 – ING.10 –
questions : MAN.1 – OPT.5 – STR.1
— qui réalise le processus ?
— qui est le client du processus ?
Contraintes liées à la réalisation du processus
— Contraintes sur les délais, les ressources, le personnel (nombre et qualification) interne et externe
— Assurance qualité
— Veille obsolescence pour outillages spécialisés et système d’information
— Sauvegarde et protection des données du système d’information
— Responsabilités légales (sécurité des intervenants), réglementation (application de pression,
élingages, levage, étalonnage, etc.)
Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus
— (i1out) tâches en attente ou retardées du fait de l’indisponibilité d’outils
— (i2out) coûts de maintenance des outillages
— (i3out) outillages indisponibles
— (i4out) taux d’indisponibilité du système d’information
— (i5out) indisponibilité (ou perte de production) due à l’absence d’outillages ou d’équipements pour
la maintenance
— (i6out) outillages ou équipements non conformes
— (i7out) temps moyen d’attente pour obtenir les outillages ou équipements nécessaires à la
maintenance
— (i8out) coût total de maintenance imputable aux coûts opérationnels des outillages ou équipements
— (i9out) délai moyen pour délivrer les outillages ou équipements
Observations

52
prEN 17007:2016 (F)

459

460 Figure 15 — Processus : « Délivrer les outillages, les équipements supports et le système
461 d’information » (niveau 2 de la cartographie)

462 5.14 Processus PDR : Délivrer les pièces de rechange

463

464 Voir Figure 16.

53
prEN 17007:2016 (F)

Finalité(s) du Processus
Mettre à disposition des équipes de maintenance les pièces de rechange et plus généralement tous les
articles (consommables, matières, etc.) nécessaires aux interventions de maintenance dans les délais
requis.
Activités clefs/processus élémentaires
— PDR.1 : Déterminer les articles à mettre en stock pour la maintenance
À partir des recommandations des fournisseurs, des besoins logistiques initiaux, du retour
d’expérience, de l’optimisation des références, des objectifs et des activités de management, établir
la liste quantitative des articles à stocker. Ces articles doivent être parfaitement identifiés et
caractérisés.
— PDR.2 : Gérer les stocks
La gestion des stocks doit permettre de répondre aux demandes d’articles en fonction des exigences de
maintenance et des principes comptables de l’entreprise. Cette gestion doit éviter :
— des stocks surdimensionnés ;
— des ruptures de stocks qui pénalisent les délais de remise en service des biens.
— PDR.3 : Réserver ou émettre une demande d’approvisionnement d’articles
À partir des listes des articles à approvisionner, établir une demande d’approvisionnement. Ces listes
résultent des besoins de maintenance préventive et corrective. Elles prennent en compte la
quantité stockée et les règles d’approvisionnement.
— PDR.4 : Commander les articles aux fournisseurs
À partir des demandes d’approvisionnement (fournisseur, caractéristiques techniques), les articles sont
commandés aux fournisseurs sélectionnés selon les règles de gestion de l’entité (exemples : prix,
délais de livraison, stockage, risques d’obsolescence, etc.).
Il convient de noter que la réservation d’un article peut dans certains cas être assimilée à une
consommation effective et déclencher un processus de commande.
— PDR.5 : Établir et suivre les contrats avec les fournisseurs
Il s’agit de passer des contrats avec les fournisseurs pour établir les conditions de fourniture des
articles (prix, clauses de révision des prix, revues de contrats, accords de partenariat, quantité
minimum d’achat, délais de livraison, pénalités en cas de non-respect des engagements, etc.).
— PDR.6 : Réceptionner les articles commandés ou réparés
S’assurer que les articles livrés sont conformes à la commande en termes de :
— quantité : s’assurer que la quantité livrée est conforme au bordereau de livraison et au bon de
commande ;
— conformité technique : s’assurer que les articles sont conformes aux descriptifs figurant sur le
bon de commande (référence, caractéristiques, plans, certificats d’essai joints avec l’article
dans certain cas, etc.).
— PDR.7 : Ajouter les articles au stock
Il s’agit de stocker les articles dans un endroit prévu à cet effet, en prenant en compte leurs
caractéristiques spécifiques (mode de conditionnement, dimensions, masse, fragilité, dangerosité)
ou les risques tels que l’humidité, la température, la lumière, l’empoussièrement, etc.). Il convient
de tenir compte de la péremption éventuelle des articles stockés. Le lieu de stockage peut parfois
être situé à proximité du bien maintenu.
Chaque article doit être identifié (code article) et avoir une localisation (ou lieu de stockage). Les
articles sont enregistrés en tant que stock dans le système et la documentation comptables et un
inventaire est effectué en conformité avec la réglementation applicable.

54
prEN 17007:2016 (F)

— PDR.8 : Mettre en œuvre la maintenance préventive des articles en magasin


Il s’agit de veiller à la bonne conservation des articles en magasin en procédant à des contrôles
réguliers, pour s’assurer que le conditionnement est toujours satisfaisant, en suivant certaines
procédures (par exemple : rotation des arbres moteurs), et en contrôlant les dates de péremption
de certains articles (élastomères, lubrifiants, piles, peintures, source radioactive, etc.).
— PDR.9 : Mettre les articles à disposition
Identifier, prélever et délivrer les articles demandés à partir d’un bon de sortie et les mettre à
disposition à l’endroit souhaité. S’assurer qu’ils ne présentent pas un signe de détérioration.
— PDR.10 : Expertiser les articles remplacés
Ce processus consiste à déterminer si l’article est réparable à un coût acceptable.
Concernant les articles réparés, l’expertise doit juger de la faisabilité et de la pertinence d’une nouvelle
réparation.
— PDR.11 : Réparer les pièces de rechange
Après expertise, ce processus consiste à lancer la réparation des articles.
L’article réparé doit être clairement identifié comme tel sachant qu’il n’aura pas nécessairement
recouvré le même niveau de fiabilité que son équivalent neuf.
— PDR.12 : Mettre au rebut les articles en panne ou endommagés
Après expertise des articles remplacés, ce processus consiste à mettre au rebut les articles remplacés,
en respectant la réglementation en matière de sécurité et d’environnement, et en prenant en
compte les caractéristiques spécifiques de l’article (source radioactive, bande transporteuse,
moteur, vérin, réducteur, lubrifiants, sources lumineuses, élastomères, etc.).
Données/produits d’entrée Données/produits de sortie
— Articles recommandés par les constructeurs — Articles mis à disposition pour la maintenance
— Objectifs opérationnels (MAN.1) — Données sur les pièces de rechange
— Activités de pilotage des actions à réaliser — Documentation relative aux pièces de
(MAN.5) rechange
— Données, indicateurs, bonnes pratiques — Pièces de rechange à rebuter
(GDO.11)
— Besoins logistiques initiaux (ING.10)
— Optimisation des pièces de rechange à stocker
(OPT.5)
— Articles nécessaires à la maintenance
préventive (INT.2)
— Appels d’offres de constructeurs
— Liste des fournisseurs d’articles et listes de
coûts
— Articles réintégrés (INT.7)
— Pièces de rechange nécessaires aux tâches de
maintenance courante (INT.4)
— Articles remplacés (INT.7)
Parties prenantes Interfaces avec autres processus
À remplir par l’organisation pour répondre aux INT.2 – INT.4 – INT.6 – INT.7 – DOC.3 – GDO.11 –
questions : ING.10 – MAN.1 – MAN.5 – OPT.5
— qui réalise le processus ?
— qui est le client du processus ?

55
prEN 17007:2016 (F)

Contraintes liées à la réalisation du processus


Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus
— (i1pdr) indisponibilité (ou perte de production) due à une rupture de stock
— (i2pdr) demandes d’articles non satisfaites
— (i3pdr) articles non conformes
— (i4pdr) nombre d’articles rebutés par rapport au nombre d’articles réparables
— (i5pdr) articles obsolescents devant être réapprovisionnés
— (i6pdr) écart sur l’inventaire (valeur et/ou quantité)
— (i7pdr) variation de la valeur totale du stock (année N par rapport à l’année N-1)
— (i8pdr) valeur moyenne par référence catalogue gérée en stock
— (i9pdr) évolution du nombre total d’articles en magasin
— (i10pdr) évolution du nombre de nouveaux articles en magasin (année N par rapport à l’année N-1)
— (i11pdr) évolution du nombre d’articles supprimés
— (i12pdr) évolution du nombre d’achats directs (achat d’articles non mis en stock)
— (i13pdr) temps moyen d’attente au magasin pour obtenir les articles nécessaires à la maintenance
— (i14pdr) coût total de maintenance imputable aux coûts des articles
— (i15pdr) taux de couverture du stock (par catégorie de matériels)
— (i16pdr) délai moyen pour commander
— (i17pdr) délai moyen (par catégorie de pièces de rechange)
— (i18pdr) rotation du stock
— (i19pdr) valeur du stock par rapport à la valeur de remplacement des installations
— (i20pdr) valeur du stock
— (i21pdr) consommation annuelle de pièces de rechange
Observations
Ce processus peut être réalisé en interne, sous-traité, ou externalisé.
Le processus peut être impacté par des insuffisances relatives à :
— la mise à disposition des différents documents ;
— la qualité des documents mis à disposition ;
— la disponibilité des ressources et des compétences ;
— la mise à disposition de lieux de stockage désignés.
Des stocks surdimensionnés peuvent entraîner :
— des surcoûts pour l’entreprise ;
— une surface accrue pour le magasin ;
— une augmentation des moyens (personnel, moyens de manutention, etc.) ;
— un accroissement des frais de gestion.

56
prEN 17007:2016 (F)

465

466 Figure 16 — Processus : « Délivrer les pièces de rechange » (niveau 2 de la cartographie)

467 5.15 Processus RES : Fournir les ressources humaines internes

468

469 Voir Figure 17.

57
prEN 17007:2016 (F)

Finalité(s) du Processus
Mettre à disposition en temps voulu les ressources humaines internes possédant les niveaux de
compétence et l’habilitation nécessaires pour réaliser les activités de maintenance. Ces activités de
maintenance peuvent être totalement ou partiellement réalisées par des entreprises extérieures.
Activités clefs/processus élémentaires
— RES.1 – Gérer les emplois et les compétences
À partir des besoins et des profils d’emploi, déterminer les futures exigences de compétences (en
niveau de qualification et en quantité) en tenant compte des indicateurs provenant du retour
d’expérience (écarts concernant les compétences requises, écarts concernant le volume des
ressources humaines disponibles, etc.).
— RES.2 – Recruter le personnel compétent
Connaissant les futures exigences de compétences, les mouvements de personnel prévisibles et le temps
nécessaire à la mise à disposition de personnel qualifié, effectuer le recrutement nécessaire pour
satisfaire les besoins en temps voulu.
— RES.3 – Assurer la formation, la qualification et l’habilitation du personnel interne
La formation permet au personnel interne à l’entreprise de mettre à jour ses connaissances et d’évoluer
dans les niveaux de qualification et d’habilitation. Ce processus définit les objectifs de formation,
développe ou identifie des programmes de formation puis les évalue. Il fournit le personnel interne
qualifié requis pour réaliser les tâches définies par la politique de maintenance. Ces formations
doivent prendre en compte les risques liés à la Santé, la Sécurité et l’Environnement.
— RES.4 – Mettre à disposition la main d’œuvre interne
Les personnes internes compétentes disponibles pour effectuer les activités de maintenance sont mises
à disposition du demandeur. (L’affectation nominative des tâches aux intervenants est réalisée par
le processus INT.5 « lancer les tâches planifiées ».)
Données/produits d’entrée Données/produits de sortie
— Profils d’emploi internes requis et quantités — Personnes internes et/ou externes qualifiées
(MAN.3) pouvant être affectées à la réalisation des
— Indicateurs de qualité des prestataires activités de maintenance
externes (GDO.11)
— Données, indicateurs, bonnes pratiques
(OPT.5)
— Main d’œuvre interne nécessaire (INT.4)
— Ressources libérées (INT.7)
Parties prenantes Interfaces avec autres processus
À remplir par l’organisation pour répondre aux INT.4 – INT.5 – INT.7 – GDO.11 – MAN.3 – MAN.5 –
questions : OPT.5 – Tous les autres processus nécessitant une
— qui réalise le processus ? main d’œuvre qualifiée
— qui est le client du processus ?
Contraintes liées à la réalisation du processus
Ce processus peut être impacté par l’état du marché du travail, tant pour la main d’œuvre interne que
pour la main d’œuvre externe.

58
prEN 17007:2016 (F)

Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus


— (i1res) rotation du personnel interne de maintenance (par an)
— (i2res) absentéisme du personnel de maintenance, hors accidents de travail
— (i3res) variation des effectifs
— (i4res) répartition du personnel de maintenance par métiers (mécanique, chaudronnerie, électricité,
automatismes, autres métiers, etc.)
— (i5res) postes pourvus par rapport aux postes ouverts
— (i6res) temps de formation par rapport au temps de travail effectif de maintenance
— (i7res) retards dus à une indisponibilité de personnel
— (i8res) heures supplémentaires en maintenance effectuées par le personnel interne
— (i9res) indisponibilité due à la mauvaise qualité des interventions de maintenance
— (i10res) plans d’effectifs (quantitatifs, qualitatifs, chronologiques, etc.)
— (i11res) couverture des exigences de profils d’emploi documentées
— (i12res) couverture des plans de formation
Observations

470

471 Figure 17 — Processus : « Fournir les ressources humaines internes »


472 (niveau 2 de la cartographie)

59
prEN 17007:2016 (F)

473 5.16 Processus SER : Fournir les services de maintenance

474

475 Voir Figure 18.

Finalité(s) du Processus
Mettre à disposition en temps voulu les prestations de maintenance assurées par des entreprises
extérieures, et plus particulièrement les ressources humaines externes possédant les niveaux de
compétence et l’habilitation nécessaires pour réaliser les activités de maintenance.
Activités clefs/processus élémentaires
— SER.1 – Identifier les entreprises extérieures compétentes
Il s’agit d’établir la liste des entreprises susceptibles de réaliser les activités que le management a choisi
de confier à des prestataires. Les entreprises extérieures sont identifiées sur la base d’un cahier des
charges relatif aux activités à réaliser. Cette liste sera mise à jour en fonction des évaluations qui
ont été faites sur les prestations passées (internes ou externes).
— SER.2 – Contractualiser avec les entreprises extérieures
À partir des besoins en activités de maintenance établis par l’entreprise utilisatrice, négocier et
contractualiser les prestations avec les entreprises extérieures préalablement sélectionnées pour
réaliser les tâches objet du contrat. Des mesures sont prises en particulier pour s’assurer que le
personnel du prestataire dispose des habilitations nécessaires.
— SER.3 – Gérer les contrats et évaluer les entreprises et les prestations
À partir d’indicateurs de retour d’expérience sur les activités et d’avis du personnel qui en effectue le
suivi, une évaluation des prestataires est réalisée pour servir au processus de choix et de sélection
des entreprises. Il convient de s’attacher à vérifier que toutes les dispositions du contrat sont bien
respectées et en particulier la réception de la prestation.
— SER.4 – Mettre à disposition les prestations externes
Les prestations externes, et plus particulièrement les personnes externes compétentes disponibles pour
effectuer les activités de maintenance, sont mises à disposition du demandeur. (L’affectation
nominative des tâches au personnel des prestataires doit être réalisée par les prestataires eux-
mêmes (voir processus INT.5 « lancer les tâches planifiées ».)
Données/produits d’entrée Données/produits de sortie
— Indicateurs de qualité des prestataires — Personnes internes et/ou externes qualifiées
externes (GDO.11) pouvant être affectées à la réalisation des
— Données, indicateurs, bonnes pratiques activités de maintenance
(OPT.5)
— Activités à externaliser (MAN.2)
— Ressources nécessaires (ACT.2)
— Main d’œuvre externe nécessaire (INT.4)
— Ressources libérées (INT.7)

60
prEN 17007:2016 (F)

Parties prenantes Interfaces avec autres processus


À remplir par l’organisation pour répondre aux INT.2 – INT.5 – GDO.7 – GDO.11 – MAN.2 –
questions : MAN.5 – OPT.5 – Tous les autres processus
— qui réalise le processus ? nécessitant des prestations qualifiées
— qui est le client du processus ?
Contraintes liées à la réalisation du processus
Ce processus peut être impacté par l’état du marché du travail pour la main d’œuvre externe.
Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus
— (i1ser) évaluations des prestataires
— (i2ser) contrats passés auprès de prestataires
— (i3ser) durée d’attente des prestataires pour qu’ils interviennent en maintenance
— (i4ser) durée d’attente subie par les prestataires pour intervenir en maintenance
— (i5ser) indisponibilité due à la mauvaise qualité des interventions de maintenance
— (i6ser) système de management défini et documenté et maîtrise pour l’externalisation
— (i7ser) conformité aux objectifs quantitatifs en matière d’externalisation
— (i8ser) conformité procédurale par rapport aux exigences
Observations

476

477 Figure 18 — Processus : « Fournir les services de maintenance » (niveau 2 de la cartographie)

61
prEN 17007:2016 (F)

478 5.17 Processus STR : Mettre à disposition les infrastructures nécessaires

479

480 Voir Figure 19.

Finalité(s) du Processus
Mettre à disposition les infrastructures et installations nécessaires à l’ensemble du personnel de
maintenance pour une parfaite exécution de leurs tâches, en toute sécurité pour les personnes, les biens
et l’environnement.
Activités clefs/processus élémentaires
— STR.1 – Prévoir et mettre à disposition les locaux et surfaces adaptés et sécurisés
Les espaces internes et externes au site nécessaires à la maintenance (atelier, magasins, bureaux,
parking, etc.) sont identifiés, sécurisés et mis à disposition du personnel dans les conditions
requises pour les usages définis (réparation, entreposage, etc.).
— STR.2 – Prévoir et mettre à disposition les énergies, fluides et services nécessaires
Les énergies, fluides et services nécessaires aux activités couvertes par le processus maintenance
(électricité, eau, combustibles, air comprimé, air respiratoire, vapeur, chaleur, traitement des
déchets liquides, solides ou gazeux, réseau de télécommunications, etc.) sont mis à disposition dans
les espaces dédiés aux usages définis.
— STR.3 – Maintenir et/ou rénover les infrastructures et installations
Les infrastructures et installations (bâtiments, réseaux, etc.) sont régulièrement maintenues et
rénovées pour garantir la sécurité et la réalisation des activités du processus maintenance.
Données/produits d’entrée Données/produits de sortie
— Objectifs opérationnels (disponibilité, sécurité, — Ateliers, magasins, bureaux, etc., adaptés
qualité, etc.), orientations (niveaux de — Énergies, réseaux, etc., adaptés
maintenance, etc.), choix (faire ou déléguer,
etc.) (MAN.1)
— Liste des actions à réaliser (MAN.5)
— Données, indicateurs, bonnes pratiques
(OPT.5)
Parties prenantes Interfaces avec autres processus
À remplir par l’organisation pour répondre aux MAN.1 – MAN.5 – OPT.5 – Tous les autres
questions : processus du processus maintenance
— qui réalise le processus ?
— qui est le client du processus ?

62
prEN 17007:2016 (F)

Contraintes liées à la réalisation du processus


Indication des éléments servant à définir les indicateurs associés au processus
— (i1str) anomalies constatées (locaux non disponibles à temps ou inadaptés, énergie ou fluide
indispensable à la maintenance non disponible, réseaux de télécommunications, etc.)
— (i2str) coût total de maintenance imputable aux coûts des infrastructures
Observations
Chaque nouvelle réservation des infrastructures doit résulter du retour d’expérience de la précédente
réservation afin de prendre en compte les éventuels manquements ou problèmes rencontrés et les
nouvelles exigences identifiées.
Les moyens mobiles (groupes électrogènes, compresseurs, grues, bungalows, etc.) peuvent être
considérés soit comme des infrastructures, soit comme des outillages.

481

482 Figure 19 — Processus : « Mettre à disposition les infrastructures nécessaires »


483 (niveau 2 de la cartographie)

63
prEN 17007:2016 (F)

484 Bibliographie

485 [1] <std>EN ISO 9000, Systèmes de management de la qualité — Principes essentiels et
486 vocabulaire</std>

487 [2] <std>EN 15341:2007, Maintenance — Indicateurs de performances clés pour la


488 maintenance</std>

489 [3] <std>EN 16646:2014, Maintenance — Maintenance dans le cadre de la gestion des actifs
490 physiques</std>

491 [4] <std>EN 15628:2014, Maintenance — Qualification du personnel de maintenance

492 [5] EN 60300-3-14:2004, Gestion de la sûreté de fonctionnement — Partie 3-14 : Guide


493 d’application — Maintenance et support de maintenance </std>

494

64