Vous êtes sur la page 1sur 4

Directeur de la publication : Edwy Plenel

www.mediapart.fr
1

Orbán. Quant aux Tchèques, ils ne se sont jamais


vraiment investis dans ce groupe, ça ne les intéresse
Laure Neumayer: «La mémoire reste une
pas.
ressource politique très efficace à l’Est»
PAR LUDOVIC LAMANT Le groupe de Visegrad n’est pas aussi cohérent
ARTICLE PUBLIÉ LE JEUDI 7 NOVEMBRE 2019
qu’il le voudrait.
Oui, il existe de fortes divergences entre ses membres.
À la veille du 30e anniversaire de la chute du
Les Polonais et les Hongrois, par exemple, divergent
Mur de Berlin, que reste-t-il du clivage Est-Ouest
sur la question clé des relations avec la Russie. Mais
en Europe ? Est-il aussi pertinent qu’au moment
il y a bien, sur les questions migratoires, le budget de
de l’élargissement de 2004 pour comprendre les
l’UE, ou encore les violations de l’État de droit, une
débats bruxellois ? Entretien avec Laure Neumayer,
tentative de faire bloc. Même si, encore une fois, cela
spécialiste des questions mémorielles dans les pays de
n’englobe pas du tout l’ensemble des pays entrés en
l’Est.
2004 et 2007.
À l’approche du trentième anniversaire de la chute
du Mur de Berlin, samedi 9 novembre, le clivage
Est-Ouest est-il encore d’actualité pour comprendre
le fonctionnement de la politique bruxelloise ?
L’élargissement de l’Europe à l’Est, à partir de 2004,
a-t-il affaibli les gauches au Parlement européen ?
Dans un entretien à Mediapart, Laure Neumayer,
maître de conférences en science politique à Viktor Orbán après la 4e victoire du Fidesz aux législatives, le 10 avril 2018. © Reuters
l’université Paris 1, répond à ces questions délicates, On entend souvent dire que l’UE, confrontée à de
et revient sur la portée de ses travaux, autour de multiples crises, paie le prix d’un élargissement
l’activisme mémoriel d’eurodéputés issus de pays de mal pensé, réalisé dans la précipitation. Je pense
l’Est, désireux de faire reconnaître les « crimes du par exemple aux débats sur le travail détaché, et
communisme » au sein du Parlement européen. la concurrence des salariés entre l’Est et l’Ouest.
Le clivage Est-Ouest est-il aussi pertinent qu’en Qu’en dites-vous ?
2004, au moment de l’élargissement de l’UE à l’Est, L’élargissement de 2004 et 2007 a été décidé en 1993
pour comprendre la politique à Bruxelles ? sans débat approfondi mené en amont, au sein des
Laure Neumayer : Des acteurs travaillent à la États membres. Par la suite, cela a donné lieu à de
construction d’un clivage Est-Ouest. Les quatre pays faux débats, par exemple sur le plombier polonais en
du groupe de Visegrad (Hongrie, Pologne, République France pendant la campagne du Traité constitutionnel
tchèque, Slovaquie) voudraient en particulier prendre européen (TCE) de 2005. C’était une manière absurde,
la tête d’un groupe informel de pays de l’Est. Cela fait il me semble, de réfléchir aux conséquences de
l’objet d’un travail politique, en particulier de Viktor l’élargissement.
Orbán et des autorités polonaises, parce que ce bloc, Il est vrai qu’un nombre important de pays, avec un
en réalité, n’a rien de naturel. niveau de développement plus faible, ont accaparé,
Ce clivage est récent, lié à la crise de l’accueil des à partir de 2004, beaucoup de fonds structurels et
réfugiés, en 2015. Il est aussi précaire. C’est même de financements de la Politique agricole commune
davantage un tandem polono-hongrois. La nouvelle (PAC) – même s’il y a eu une forme de discrimination
présidente slovaque a pris des positions claires contre pour les agriculteurs de l’Est. Ces transferts sont
légitimes, si l’on se place du point de vue du projet
européen. Mais cela n’a pas été clairement dit en

1/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
2

amont. Cette absence de débat participe à la perception problématique pour la crédibilité de l’UE. On aurait
d’une concurrence déloyale de l’Est. D’autant que pu envoyer un signal politique à la Macédoine du
certains – je pense aux dirigeants hongrois – profitent Nord, et peut-être à l’Albanie, tout en expliquant que
financièrement de l’UE, et profitent politiquement de l’ouverture de discussions ne signifiait pas forcément
la critique de l’UE. une entrée rapide dans l’UE.
À partir de 2004, on a aussi l’impression que le Leur fermer la porte s’avère totalement contre-
jeu se complique encore un peu plus, pour les productif aujourd’hui. Cela déstabilise déjà la
formations de gauche, à Bruxelles… Macédoine. Et la Serbie veut désormais rejoindre
Oui, parce qu’en Europe centrale, pour le dire l’Union économique eurasienne formée autour de la
de manière très rapide, les forces de gauche sont Russie.
marginales. Elles sont aussi très libérales sur le plan Venons-en à vos travaux sur l’activisme mémoriel
économique. Afin de survivre, les anciens partis des élus d’Europe orientale à Bruxelles. La
communistes sont devenus des adeptes de la troisième résolution d’avril 2009 sur « la conscience
voie blairiste. Pour gagner en légitimité, et peut-être européenne et le totalitarisme » marque un
aussi par conviction, ils ont défendu l’économie de tournant, d’après vous. Pourquoi ?
marché, par rapport à l’économie administrée, ce sont D’abord, cette résolution prouve que les représentants
des partis très libéraux. des nouveaux États membres ont réussi à
L’élargissement a donc affaibli la gauche s’imposer dans l’assemblée, sur une question qui
traditionnelle, et n’a pas non plus renforcé le groupe n’est pas centrale pour les politiques publiques
des écologistes. C’est le Parti populaire européen communautaires, mais qui constitue un enjeu
(PPE, droite), et dans une moindre mesure l’extrême symbolique important dans les pays anciennement
droite, qui ont bénéficié de cet élargissement. communistes.
Emmanuel Macron vient de s’opposer à Mais c’est aussi un texte important si l’on
l’ouverture des discussions en vue de l’adhésion de s’intéresse à la manière dont l’UE cherche à faire
l’Albanie et de la Macédoine du Nord. L’Élysée émerger une hypothétique identité commune. C’est la
explique qu’il préfère réformer l’Europe à 27, reconnaissance officielle d’une thèse très contestée,
plutôt que de poursuivre l’élargissement, tirant qui pose l’équivalence entre communisme et nazisme.
des leçons de 2004. Certains hurlent à l’« erreur Qui sont ceux que vous appelez des « entrepreneurs
historique lourde ». Qu’en pensez-vous ? de mémoire », au Parlement européen ?
Il a raison de dire qu’en intégrant les pays d’Europe J’ai travaillé sur un groupe de 18 députés, élus à
centrale en 2004 et 2007, l’Europe s’est privée de l’assemblée parlementaire du conseil de l’Europe dès
moyens de pression sur ces pays. Des institutions les années 1990, ou eurodéputés à partir de 2004,
comme la Cour de justice de l’UE ont été imaginées et pour certains jusqu’en 2014. À l’exception de
pour des États pour qui les avis de cette Cour comptent quelques-uns, dont le Polonais Bronislaw Geremek
– ce qui n’est pas le cas en Hongrie, ou aujourd’hui [membre du groupe libéral ADLE – ndlr], la plupart
en Pologne. On ne s’est pas élargis à des démocraties sont issus des rangs du Parti populaire européen [PPE,
consolidées. premier groupe du parlement européen par le nombre
Mais je ne crois pas que ce soit une bonne idée de d’élus, ancré à droite – ndlr].
refuser l’ouverture de ces discussions. En particulier Dès leur adhésion, ils ont cherché à mettre à
avec la Macédoine du Nord, qui a réalisé un effort l’agenda parlementaire la question du communisme,
remarquable en allant jusqu’à changer de nom, pour et plus précisément à commémorer les victimes du
se plier aux exigences de la Grèce, sur la base communisme et à dénoncer ce qu’ils nomment les
d’une promesse d'ouverture des négociations. C’est crimes du communisme. Ils ont saisi l’opportunité

2/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
3

de la commémoration de la fin de Seconde Guerre du communisme. Mais leur mobilisation a fait que
mondiale, en 2005, pour commencer à faire entendre d’autres élus se sont mobilisés, issus du sud de
les spécificités historiques de l’Europe de l’Est. Il était l’Europe notamment, pour faire reconnaître les crimes
important pour eux de dire que 1945 ne correspondait du franquisme, de la dictature des colonels grecs
pas seulement à la libération du fascisme, mais ou de Mussolini. La résolution dénonce donc tous
aussi au début d’une nouvelle tyrannie pour une part les régimes autoritaires et totalitaires : la cause
importante de l’Europe. anticommuniste s’est diluée.
« La capacité d’influence de ces élus n’est Après 2009, ils ont essayé de maintenir la question
pas exponentielle » des crimes du communisme en haut de l’agenda.
Cela a provoqué des conflits idéologiques au Ils ont réclamé à l’UE la création d’une cour
Parlement européen ? internationale, pour juger les anciens dirigeants
Des conflits très vifs, en effet, avec le groupe des communistes toujours en vie, en rappelant que l’on
sociaux-démocrates, et avec celui de la gauche critique jugeait bien des anciens nazis de 90 ans. Ils ont aussi
(GUE). Les Français Francis Wurtz [eurodéputé PCF proposé une harmonisation du contenu des manuels
de 1979 à 2009 – ndlr], et plus tard Marie-Christine scolaires pour évoquer l’histoire du bloc de l’Est dans
Vergiat [eurodéputée de 2009 à 2019 – ndlr], ont pris toute l’Europe. Mais ils ont échoué.
position de manière très vive dans ces débats. Une résolution a été adoptée en septembre dernier,
À l’inverse, le PPE a obtenu très facilement le soutien sur « l’importance de la mémoire européenne pour
des libéraux de l’ADLE ou encore des écologistes, au l’avenir de l’Europe ». Qu’en pensez-vous ?
nom de la défense des libertés individuelles. Daniel Oui, ces mêmes « entrepreneurs de mémoire »
Cohn-Bendit [eurodéputé de 1994 à 2014 – ndlr] a essaient de saisir les opportunités offertes par toutes
pris la parole plusieurs fois pour affirmer l’équivalence les commémorations. Cette fois-ci, il s’agissait de
entre nazisme et communisme, expliquant qu’il fallait commémorer le 80e anniversaire du début de la
condamner ces tyrannies de la même manière. Seconde Guerre mondiale. Les élus mobilisés sont
Que répondaient les communistes ? surtout des députés d’Europe centrale et des pays
Francis Wurtz a pris la parole en 2005 pour dénoncer baltes.
une forme de révisionnisme. À ses yeux, cette Leur conception de l’Histoire place au centre le pacte
présentation de l’Histoire revenait à occulter le rôle germano-soviétique Molotov-Ribbentrop du 23 août
de libération de l’Armée rouge en Europe orientale, à 1939, qui a conduit au partage de l’Europe centrale
minimiser l’importance de la victoire sur le fascisme, et balte en zones d’influence entre l’Allemagne nazie
qui n’aurait pas été possible sans l’Armée rouge. et l’Union soviétique. La nouvelle résolution fait
L’autre critique qu’il leur a adressée était de dire de ce pacte la cause directe de la Seconde Guerre
que leur demande d’équivalence entre nazisme et mondiale. Elle voit aussi, dans l’existence de ce pacte,
communisme revenait à nier le caractère unique de le signe d’une proximité structurelle entre les régimes
la Shoah. Le premier texte adopté en 2005 reconnaît, communiste et nazi.
finalement, la singularité de la Shoah. Mais cette On a tout de même l’impression que ces débats
précision est beaucoup moins nette dans la résolution mémoriels restent plus vifs dans les capitales à
de 2009. l’Est, et plus éteints, aujourd’hui, à Bruxelles ?
Dix ans plus tard, quel impact a eu cette résolution Je pense aux polémiques suscitées par l’utilisation
de 2009 ? du terme de camps de la mort polonais, ou par
Un impact contradictoire. En 2009, les « la construction d’un musée de l’Holocauste en
entrepreneurs de mémoire » de l’Est ont bien Hongrie…
obtenu la reconnaissance des victimes des crimes

3/4
Directeur de la publication : Edwy Plenel
www.mediapart.fr
4

Ces élus d’Europe de l’Est se sont rendu compte, aussi critiqué une présentation aseptisée de la période
il me semble, qu’ils avaient atteint leur limite, dans communiste, qui n’insistait pas assez, selon lui, sur la
les instances officielles du Parlement européen. Et répression et les violences politiques.
qu’à part adopter des résolutions comme celles de
septembre dernier, leur capacité d’influence n’était pas
exponentielle. Mais la question est en effet présente
constamment, dans les débats nationaux.
Les enjeux mémoriels continuent aujourd’hui à
être instrumentalisés par les forces politiques en
concurrence à l’Est. Trente ans après la chute du
La Maison de l'histoire européenne, dans le parc Léopold à Bruxelles © UE.
communisme, la question mémorielle ne disparaît
pas. On pensait dans les années 1990 que c’était Et vous, qu’avez-vous pensé de la manière dont
lié à l’ouverture des archives, au fait que la parole l’UE met en scène son passé ?
pouvait enfin se libérer. Mais c’est aussi une ressource Je trouve le projet assez équilibré. Dans la présentation
politique très efficace. des années 1930, une symétrie très nette existe entre
l’Union soviétique de Staline et le régime nazi, comme
L’UE a inauguré en 2017 une Maison de l’histoire
les deux faces d’une même pièce. Ce qui d’un point de
européenne, qui présente, à Bruxelles, l’histoire de
vue d’historien est problématique, et va plutôt dans le
l’Europe et de l’UE. S’agit-il d’une victoire des
sens des députés de l’Est dont nous avons parlé.
entrepreneurs de mémoire de l’Est ?
Non. Eux sont d’ailleurs très critiques de cette Mais la présentation de la période socialiste me paraît
Maison de l’histoire de l’Europe. Ils ont dénoncé très bien faite, complexe et nuancée. Une partie
des partis pris pro-communistes dans la manière consacrée à la vie quotidienne et aux loisirs rappelle
dont l’histoire du bloc de l’Est est présentée. Avant que tout le monde n’était pas au goulag, que ces
même l’ouverture de ce musée, l’eurodéputé polonais régimes avaient une certaine légitimité, que l’on ne
Wojciech Roszkowski [élu de 2004 à 2009 – ndlr], par peut pas les considérer comme des parenthèses de
ailleurs historien, a regretté que les racines chrétiennes tyrannie totale, sans aucun soutien populaire.
de l’Europe n’aient pas été assez mises en avant. Il a Boite noire
Cet entretien a été réalisé le 25 octobre. Il a été relu, et
légèrement amendé, par Laure Neumayer.

Directeur de la publication : Edwy Plenel Rédaction et administration : 8 passage Brulon 75012 Paris
Direction éditoriale : Carine Fouteau et Stéphane Alliès Courriel : contact@mediapart.fr
Le journal MEDIAPART est édité par la Société Editrice de Mediapart (SAS). Téléphone : + 33 (0) 1 44 68 99 08
Durée de la société : quatre-vingt-dix-neuf ans à compter du 24 octobre 2007. Télécopie : + 33 (0) 1 44 68 01 90
Capital social : 24 864,88€. Propriétaire, éditeur, imprimeur : la Société Editrice de Mediapart, Société par actions
Immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS. Numéro de Commission paritaire des simplifiée au capital de 24 864,88€, immatriculée sous le numéro 500 631 932 RCS PARIS,
publications et agences de presse : 1214Y90071 et 1219Y90071. dont le siège social est situé au 8 passage Brulon, 75012 Paris.
Conseil d'administration : François Bonnet, Michel Broué, Laurent Mauduit, Edwy Plenel Abonnement : pour toute information, question ou conseil, le service abonné de Mediapart
(Président), Sébastien Sassolas, Marie-Hélène Smiéjan, François Vitrani. Actionnaires directs peut être contacté par courriel à l’adresse : serviceabonnement@mediapart.fr. ou par courrier
et indirects : Godefroy Beauvallet, François Bonnet, Laurent Mauduit, Edwy Plenel, Marie- à l'adresse : Service abonnés Mediapart, 4, rue Saint Hilaire 86000 Poitiers. Vous pouvez
Hélène Smiéjan ; Laurent Chemla, F. Vitrani ; Société Ecofinance, Société Doxa, Société des également adresser vos courriers à Société Editrice de Mediapart, 8 passage Brulon, 75012
Amis de Mediapart, Société des salariés de Mediapart. Paris.

4/4