Vous êtes sur la page 1sur 4

Cardiopathie et grossesse

La grossesse normale implique une adaptation du volume sanguin,


du travail cardiaque et de la consommation de l’oxygène.
L’existence d’une cardiopathie diminue les possibilités d’adaptation du
cœur et expose aux accidents gravido-cardiaques et à l’insuffisance
fœtale par hypoxie.

I. Physiopathologie :

La possibilité de complications chez une cardiaque à l’occasion de la


grossesse est expliquée par les modifications hémodynamiques profondes
qui se créent pendant la gestation :

*l’augmentation du lit vasculaire lié à l’accroissement de l’utérus et de


l’œuf qui exigent un flux sanguin utéro-placentaire important.
* l’augmentation de la masse sanguine.
*le ralentissement du retour veineux dans le territoire veine cave
inferieur.
Ces modifications accroissent le débit cardiaque et le travail du cœur
d’environ 30%, un cœur lésé ne peut faire face à cette demande accrue
comme le fait un cœur normal.

II. Diagnostic :

Le plus souvent la cardiopathie était connue avant la grossesse : la


grossesse est alors planifiée « collaboration mutuelle entre cardiologue et
gynécologue ».

Parfois la cardiopathie est découverte au cours de la grossesse : soit


lors de la première consultation prénatale, soit lors d’un accident gravido-
cardiaque.

III. Evolution et pronostic :


1.Au début de la grossesse : Un bilan s’impose en étroite
collaboration entre gynécologue et cardiologue :
 Age et parité de la femme.
 Nature de la cardiopathie.
 Existence ou non d’antécédents gravido-cardiaques.
 Etat cardiaque et l’importance du retentissement fonctionnel:
dyspnée d’effort, Palpitations, gène à la vie normale.

1.1. La cardiopathie valvulaire :

1
 Rétrécissement mitral exposant souvent aux accidents
pulmonaires=œdème aigu des poumons(OAP).
Rétrécissement aortique souvent mal supporté avec angor ou
syncope d’efforts.
 L’insuffisance mitrale, généralement bien toléré.
 L’insuffisance aortique bien supportée, sauf en cas d’insuffisance
cardiaque.

1.2. Les cardiopathies congénitales :


 Cardiopathie avec shunt droite-gauche : **Non cyanogène comme la
persistance du canal artériel, communication inter auriculaire(CIA) ou
communication inter ventriculaire.

**Cyanogène, comme la tératologie de Fallot aggravée pendant la


grossesse.

2. Au cours de la grossesse :
La surveillance maternelle : Elle repose sur des consultations
fréquentes dont le rythme et la nature sont en fonction du type et de la
gravité de la cardiopathie. Leur but est le dépistage précoce des
complications et l’adaptation du traitement.

Le pronostic maternel : La mortalité est inferieure à 1% ; les


complications cardiaques sont :
** Décompensation droite-gauche ou globale.
** Accidents thromboemboliques surtout dans le post-partum.
** Greffes infectieuses à craindre surtout après un accouchement difficile.

 La surveillance fœtale : C’est la surveillance d’une grossesse à


risque ;
** la croissance fœtale (HU et échographies répétées).
** la vitalité fœtale(RCF).

Le pronostic fœtal : Le risque fœtal est lié à la gravité des


perturbations hémodynamique maternelles :
** Souffrance fœtale et RCIU.
** Accouchement prématuré dont la prévention est difficile
** Le risque de malformation cardiaque fœtale est possible.

3.L’accouchement : Une hospitalisation est généralement prévue en


fin de la grossesse pour bilan cardiologique et obstétrical :

2
** L’accouchement par voie basse est toujours préférable sous
surveillance stricte et en évitant des efforts expulsifs.

** Les indications de la césarienne sont limitées, car elle expose aux


hémorragies et aux suites opératoires compliquées.

4.Les suites de couches : On craindra particulièrement les greffes


infectieuses à prévenir par antibio-prophylaxie, et les accidents
thromboemboliques justifiant le traitement anticoagulant.

La contraception est envisagée sachant que :


** Les oestroprogestatifs sont contre-indiqués.
** Le DIU est aussi contre-indiqué.
** La méthode micro-progestative continue est généralement possible.

Rôle de la SF :
1) La prévention :
 Traiter toute cause favorisant l’atteinte cardiaque (caries dentaires,
angines…).

2) La surveillance de la gsse :
 Dépister chez toute femme, Par l’interrogatoire et par l’examen
clinique, les signes faisant penser à une cardiopathie.
 Référer vers la consultation médicale en cas de suspicion ou de
cardiopathie connue.
 Insister sur le suivi de la grossesse chez un spécialiste obstétricien et
un cardiologue, et sur l’accouchement en milieu hospitalier.

3) L’accouchement :
L’accouchement sera fait par un gynécologue en collaboration avec le
cardiologue, la SF aura à :
 Mettre la femme en position demi assise sur le côté gauche.
 Oxygéner la femme.
 Abord veineux+examens biologiques (NFS, TP, TCK ...)
 Administrer le traitement prescrit par les deux médecins.
 Surveiller les constantes, l’état général de la femme et l’évolution du
W (CU, BCF, effacement et dilatation du col….)
 Préparer le matériel nécessaire pour accouchement
instrumental=forceps ou ventouse obstétricale.
 Préparer le matériel pour réanimation néo-natale.

3
 Après l’accouchement, pratiquer les soins du Nné et le confier à un
néonatologue, et continuer la surveillance de l’accouchée=G.US,
saignement, T.A, pouls, température.

4) Les S/C :
 Prévenir les complications thromboemboliques par le lever précoce
et la mobilisation des membres inferieurs au lit.
 Examiner quotidiennement les membres inferieurs.
 Prise des constantes, surtout la température (risque infectieux).
 Administrer le traitement de la cardiopathie.
 L’allaitement maternel n’est pas contre-indiqué sauf en cas de
traitement par des anti-vitamines K1, ou si le médecin cardiologue le
déconseille.
 Interdire la contraception hormonale et l’insertion du DIU.
 Conseiller la femme de suivre régulièrement le traitement et les
visites chez le cardiologue.