Vous êtes sur la page 1sur 254

Conception de la couverture : mokmok.

agency

Les QR codes et liens hypertexte permettant d’accéder aux sites internet proposés dans cet ouvrage,
n’engagent pas la responsabilité de DUNOD EDITEUR, notamment quant au contenu de ces sites, à leur
éventuel dysfonctionnement ou à leur indisponibilité d’accès. DUNOD EDITEUR ne gère ni ne contrôle en
aucune façon les informations, produits ou services contenus dans ces sites tiers.

© Dunod, Paris, 2013, 2019 pour la nouvelle présentation


ISBN 978-2-10-079438-6
www.dunod.com
Sommaire

Couverture
Page de titre
Page de Copyright
Du même auteur
Avant-propos
La Boîte à outils, Mode d'emploi
Dossier 1 - Le rôle du Contrôle de gestion
Outil 1 - Le processus de contrôle de gestion
Outil 2 - Le contrôle de gestion et la performance
Outil 3 - Le contrôleur de gestion et le contrôle de gestion
Outil 4 - Le modèle d'évaluation fonctionnelle
Dossier 2 - Analyser la performance au bilan
Outil 5 - La variation de trésorerie
Outil 6 - La rentabilité des investissements
Outil 7 - Le besoin en fonds de roulement (BFR)
Outil 8 - La cartographie des stocks
Dossier 3 - Analyser la performance au compte de résultat
Outil 9 - La profitabilité
Outil 10 - Le chiffre d'affaires
Outil 11 - Le seuil de rentabilité
Outil 12 - Les achats et charges externes
Outil 13 - La masse salariale
Dossier 4 - Coûts et décisions
Outil 14 - Le coût complet
Outil 15 - Le coût partiel
Outil 16 - Activity Based Costing (ABC)
Outil 17 - Le coût standard
Dossier 5 - Le pilotage de la performance
Outil 18 - Le tableau de bord stratégique
Outil 19 - Le tableau de bord opérationnel
Outil 20 - Le reporting de gestion
Outil 21 - Le budget ajusté
Outil 22 - L'analyse des écarts
Outil 23 - Le suivi de projet
Outil 24 - Les risques et les opportunités
Outil 25 - Le reporting RSE
Dossier 6 - Le diagnostic de gestion
Outil 26 - La matrice SWOT
Outil 27 - La veille économique
Outil 28 - Le benchmarking des fonctions
Outil 29 - Le DMAIC
Outil 30 - Le diagramme d'Ishikawa
Outil 31 - La matrice coût/valeur
Outil 32 - Le budget base zéro (BBZ)
Dossier 7 - Prévoir et anticiper
Outil 33 - Le business plan
Outil 34 - Le budget
Outil 35 - La prévision glissante
Outil 36 - Les indicateurs prédictifs
Outil 37 - Le modèle de simulation
Dossier 8 - Les règles et procédures de gestion
Outil 38 - Le calendrier de gestion
Outil 39 - La maille d'analyse
Outil 40 - L'organisation budgétaire
Outil 41 - Les cessions internes
Outil 42 - Le découpage analytique
Outil 43 - Les unités d'œuvre
Outil 44 - Le dictionnaire des indicateurs
Dossier 9 - L'audit de gestion
Outil 45 - La recherche des équilibres
Outil 46 - La pertinence des objectifs
Outil 47 - L'alignement stratégique
Outil 48 - La véracité des mesures
Dossier 10 - Le système d'information décisionnel
Outil 49 - La qualité du système d'information
Outil 50 - La qualité des données de gestion
Outil 51 - Le dispositif de contrôle interne
Outil 52 - Enterprise Resources Planning (ERP)
Outil 53 - Le data warehouse
Outil 54 - L'analyse multidimensionnelle
Dossier 11 - Accompagner le progrès
Outil 55 - Le progrès continu
Outil 56 - Le contrat de gestion
Outil 57 - Le plan d'action
Outil 58 - La revue de gestion
Outil 59 - L'apprentissage organisationnel
Outil 60 - La conduite de projet
Ressources bibliographiques
Lexique français-anglais
Du même auteur
La Boîte à outils du responsable financier, 2e édition, Dunod, 2013.
Concevoir le tableau de bord, 3e édition, Dunod, 2011.
Construire et défendre son budget, 2e édition, Dunod, 2009.
Toute la fonction finance, Dunod, 2006.

Sommaire des vidéos


Certains outils sont accompagnés de vidéos, accessibles par flashcode, qui
complètent, développent ou illustrent le propos.
• « Réduire les coûts d’achat » : outil 12, p. 50 ;
• « Le budget base zéro (BBZ) » : outil 32, p. 114 ;
• « La revue de gestion » : outil 58, p. 184.
Avant-propos
Le contrôle de gestion est considéré comme une discipline du management. Il est apparu au cours des
années 1930 dans les grandes entreprises industrielles américaines, dans le but de communiquer des
informations à la direction afin de l’aider à planifier et contrôler les opérations. Il a été introduit dans
les entreprises industrielles en Europe dans les années 1950. Il s’est adapté aux entreprises de
services plus tardivement. Depuis la Loi Organique relative aux Lois de Finance (LOLF), publiée en
2001 pour une application définitive en 2006, il investit l’ensemble du secteur public. Et plus
récemment, il s’insère dans les petites entreprises qui ont besoin de traquer les dépenses inutiles et
de rationaliser leur gestion.

Les enjeux du contrôle de gestion


Le contrôle de gestion est d’abord un langage commun qui s’est traduit dans des pratiques
normalisées (référentiels, normes, procédures). Il est utilisé par les dirigeants comme courroie de
transmission des informations afin de coordonner les actions de ses différents acteurs. Il formalise les
liens entre la stratégie et les opérations, permettant à chacun de comprendre les objectifs de
l’organisation et son rôle dans la structure. Il procure une certaine cohérence à l’organisation.

Le contrôle de gestion se matérialise par des outils, orchestrés par les contrôleurs de gestion et les
managers. Ces outils traduisent le business model de l’entreprise afin de modéliser les facteurs
déterminants de la performance, d’évaluer la performance de l’entreprise et son efficacité sur le
marché.

Les premiers outils du contrôle de gestion (contrôle du cash, des stocks, reporting, coût standard,
analyse des écarts, ROI) répondaient à un besoin de gestion stratégique.

Au cours des années 1950-60, le contrôle de gestion a migré vers un besoin de gestion scientifique en
s’appuyant sur des outils de modélisation et de planification, un découpage en centres de décision,
une gestion par objectifs.

Dans les années 1970, le besoin d’une gestion budgétaire a entraîné le développement du contrôle
budgétaire, du budget base zéro, des analyses multicritères (coût, qualité, délai) avec l’apparition des
tableaux de bord. Au cours des années 1980-90 le besoin s’est recentré sur la gestion stratégique en
mettant l’accent sur la méthode ABC-ABM, la création de valeur, le balanced scorecard.
Enfin, au cours des années 1990-2000 s’est développé un contrôle de gestion intégré s’appuyant sur
l’informatique décisionnelle. Le contrôle de gestion est en train de s’élargir à d’autres domaines de
la performance, avec le développement du contrôle de gestion sociale, de la responsabilité sociale et
environnementale, et l’importance croissante accordée au management des risques.

Les solutions apportées


Aujourd’hui, tous ces outils coexistent avec plus ou moins de succès au sein des entreprises. Pour
chacun, nous verrons pourquoi et comment l’utiliser, afin que les lecteurs puissent identifier les outils
dont ils ont besoin pour répondre aux attentes des dirigeants de leurs entreprises.

La Boîte à outils du contrôle de gestion répond à ce besoin en présentant 60 outils directement


opérationnels. Ceux-ci sont regroupés en onze dossiers qui couvrent les principaux champs du
contrôle de gestion.
La Boîte à outils, Mode d’emploi

Comment utiliser les QR codes de ce livre ?


1 Téléchargez un lecteur de QR code gratuit et ouvrez l’application de
votre smartphone.
2 Photographiez le QR code avec votre mobile.
3 Découvrez les contenus interactifs sur votre smartphone.
DOSSIER
LE RÔLE DU CONTRÔLE DE GESTION
1
Situé à l’intersection des domaines comptable et organisationnel, le contrôle de gestion est par
nature difficile à appréhender. Pourtant, ses concepts fondamentaux sont bien implantés dans
l’ensemble des organisations.

Quelles sont les attentes des dirigeants ?


Le contrôle de gestion est avant tout un processus, au service des dirigeants de l’entreprise, dont la
responsabilité incombe à l’ensemble de la ligne managériale qui doit s’approprier ses outils et les
utiliser. Le contrôle de gestion permet de :
• s’assurer de l’atteinte de la performance et de la bonne utilisation des ressources ;
• s’assurer de la déclinaison de la stratégie et évaluer sa pertinence ;
• accompagner le pilotage et le développement de l’organisation.
Le contrôle de gestion, en mettant en place les outils qui permettent d’éclairer et de faciliter les
prises de décision, est au service de la performance de l’entreprise. Les outils de contrôle de gestion
procurent beaucoup d’informations qui doivent circuler, dans le sens vertical top-down
(environnement économique, orientations stratégiques) ou bottom-up (résultats financiers et non
financiers), comme dans le sens horizontal (données transversales). C’est, de fait, le langage commun
qui permet à tous les services de l’entreprise de se parler.

Quel est l’apport du contrôle de gestion


au management ?
La mise en œuvre du projet d’entreprise suppose l’adhésion de tous au projet. La motivation, la
satisfaction au travail et l’implication du personnel s’appuient sur des critères pertinents de résultats.
L’évaluation des performances nécessite de définir des objectifs individuels et collectifs, de
procéder à une appréciation objective des résultats des responsables et des collaborateurs. Les
résultats doivent pouvoir être comparés à des prévisions à chaque échelon de responsabilité.

Quelle est la valeur ajoutée des contrôleurs


de gestion ?
Le processus de contrôle de gestion est orchestré par les contrôleurs de gestion. Ce sont eux qui
conçoivent, formalisent et traitent les flux d’information qui circulent au sein de l’organisation. Ils ont
un rôle d’observatoire sur l’ensemble des chiffres internes et externes de l’entreprise, qu’il leur
incombe de faire parler.
Pour faire parler les chiffres, on attend des contrôleurs de gestion de :
• s’ouvrir à l’ensemble des domaines afin de délivrer des analyses qui aient du sens,
proposer des alternatives et des solutions ;
• connaître la stratégie de leur entreprise et celle des principaux concurrents pour aider la
réflexion sur ce qui est « possible » et « impossible » ;
• faire des analyses prospectives, des benchmarks par rapport aux concurrents afin de
trouver où améliorer la performance ;
• accompagner des actions de performance sur le terrain auprès des opérationnels ;
• alerter sur les incohérences ou insuffisances des informations disponibles dans les
entreprises.

LES OUTILS
1 Le processus de contrôle de gestion
2 Le contrôle de gestion et la performance
3 Le contrôleur de gestion et le contrôle de gestion
4 Le modèle d’évaluation fonctionnelle
OUTIL
Le processus de contrôle de gestion
1

Les fondements du contrôle de gestion

En résumé
Dans le vocabulaire anglais, le mot control exprime une notion que l’on retrouve dans des
expressions telles que : budgetary control, cost control, processus under control.
Dans ce sens, le mot « contrôle » désigne un résultat, le fait qu’une activité n’échappe pas à la
direction qu’on lui assigne.
Le contrôle de gestion se définit comme un ensemble de moyens, destinés à comprendre et orienter
les actions pour, à terme, atteindre les objectifs fixés par la stratégie.

Insight
In English, “budgetary control”, “cost control”, ”process under control” are expressions that
use the word “control” to indicate a result, the fact that an activity does not escape its assigned
direction.
Management control is a set of functions, designed to understand and guide the future
interventions or actions, and to reach the set policy objectives.
Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Le contrôle de gestion fournit des outils (tableaux de bord, indicateurs….) au service d’une démarche
(définition des objectifs, maîtrise budgétaire), destinée à maîtriser le cheminement d’une organisation
vers ses objectifs, tout en s’assurant que les ressources sont utilisées au plus juste, dans le but
d’accroître la richesse de l’entreprise.

Contexte
Le degré de formalisme du contrôle de gestion dépend de la culture des dirigeants et de la taille de
l’entreprise. Plus une entreprise est importante et décentralisée, plus le besoin de délégation et
l’obligation de rendre des comptes sont élevés. Le formalisme qui en découle s’exprime au travers
des procédures, des outils et du pouvoir accordé aux contrôleurs de gestion.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Prévoir, c’est simuler, évaluer, chiffrer des objectifs, des plans d’action, des moyens… tout
en identifiant les risques et les opportunités sur l’activité. Une fois définis, ces éléments
sont traduits financièrement dans le plan à trois ans, dans le budget, dans les prévisions
mensuelles.
• Mesurer consiste à se situer, à contrôler, à vérifier la bonne exécution des opérations afin
d’en évaluer :
- l’efficacité ou la capacité à atteindre les objectifs : les résultats ont-ils permis
d’atteindre les objectifs fixés initialement ?
- l’efficience ou les moyens financiers mis en œuvre : les résultats obtenus sont-ils
satisfaisants compte tenu des moyens mis en œuvre ?
- la pertinence ou la correspondance des objectifs avec les enjeux : ont-ils une
forte probabilité d’être atteints compte tenu des moyens mis en œuvre ?
- Les outils de mesure sont nombreux : bilan, compte de résultat, comptabilité
analytique, reporting, tableaux de bord…
• Agir, c’est identifier, comprendre, analyser les écarts entre le réalisé et le prévu, dans
l’avancement des objectifs et dans l’utilisation des moyens. C’est anticiper l’avenir pour
évaluer ce qu’il reste à parcourir. C’est aussi décider d’ajustement des moyens et de
nouvelles actions afin de se rapprocher des objectifs de départ.

Méthodologie et conseils
Le processus de contrôle de gestion se déploie sur trois niveaux :
- la stratégie, afin de piloter et évaluer les axes de développement que la direction générale
souhaite mettre en œuvre au cours des prochaines années, compte tenu de l’évolution qu’elle
anticipe de son environnement ;
- la gestion, afin d’assurer la cohérence entre la stratégie et le quotidien, pour garantir que les
buts de l’entreprise sont correctement déclinés au sein de la structure ;
- l’exploitation, afin de garantir aux opérationnels que les actions relevant de leur autorité ont
été mises en œuvre, conformément aux finalités confiées, tout en les dispensant de piloter
directement ces actions. ■

Faire progresser le processus par apprentissage : ne pas répéter les


erreurs et capitaliser les points forts.

Avantages
■ Vérifier que tous les acteurs travaillent dans le sens des objectifs.
■ Être assuré que les ressources sont obtenues et utilisées de manière efficiente.

Précautions à prendre
■ Le rôle du contrôle de gestion est souvent mal compris et génère une certaine
méfiance au sein de l’organisation.
OUTIL Le contrôle de gestion
2 et la performance

La notion de performance

En résumé
La performance se définit par un résultat obtenu dans un domaine précis.
toute activité peut être évaluée en termes de performance :
■ Est-ce que le livrable de l’activité est conforme aux attentes des clients internes et
externes ?
■ Est-ce que ce livrable a été obtenu dans des conditions économiques acceptables ?

Insight
Performance is defined as a result achieved in a specific field.
Any activity can be measured in terms of performance :
■ Are the deliverables in line with both internal and external clients’ expectations ?
■ Were the deliverables reported under acceptable economic conditions ?

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Le contrôle de gestion a pour mission d’accompagner la performance à tous les niveaux de
l’organisation. Il doit se donner les moyens de soutenir deux dimensions :
• dimension financière orientée vers une vision consolidée de la performance dont l’objectif est
de construire et d’éclairer les décisions stratégiques,
• dimension opérationnelle orientée vers une vision locale de la performance dont l’objectif est
d’éclairer et d’orienter l’action.

Contexte
Il faut rechercher une articulation harmonieuse des performances stratégiques et opérationnelles afin
que l’entreprise crée de la valeur et soit pérenne.

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. Définir la performance attendue.
Le contrôle de gestion contribue à la définition des objectifs de performance de l’organisation
et, s’assure du déploiement des objectifs globaux de l’entreprise à chaque niveau de la
structure.
2. Définir les indicateurs là où la performance est attendue.
Les indicateurs d’efficacité mesurent les résultats à atteindre afin de satisfaire les clients
internes ou externes. La satisfaction client est multiple ; elle s’exprime en termes de coût
(coût d’achat), de qualité (conformité des prestations) et de délai (rapidité de livraison).
Les indicateurs d’efficience mesurent les conditions dans lesquelles les résultats ont été
atteints (temps passé par dossier).
3. Expliquer les différents leviers pouvant affecter la performance future.
Le contrôle de gestion identifie les relations de cause à effet des activités (programme de
fidélisation de clients) et des ressources (qualité du sous-traitant) sur la performance
(fidélité des clients). Il valorise l’impact de ces leviers d’action sur la performance
attendue. Des indicateurs de pilotage mesurent le bon déroulement des plans d’action.
4. Rapprocher les prévisions de réalisations. C’est l’opportunité de tester les relations de
cause à effet. si les actions se sont déroulées, sans que la performance s’améliore, alors, il
faut revoir le plan d’action.

Méthodologie et conseils
La performance est mesurée par des indicateurs financiers (plus nombreux en vision consolidée) et
non financiers (privilégiés en vision locale). Elle est toujours valorisée par des données chiffrées,
soit en valeur absolue (résultat), soit en valeur relatives (ratios).
Une mesure de performance ne prend du sens que lorsqu’elle est :
• analysée sur une période temps suffisamment longue pour révéler la tendance de son évolution ;
• comparée à un référentiel qui peut être un objectif fixé, une performance antérieure ou future, une
norme métier, la performance d’autres entreprises du même secteur d’activité (benchmark interne ou
externe).
La performance mesure la valeur ajoutée créée par un projet, un
processus, un centre de profit, une fonction…

Avantage
■ La revue régulière de performance permet de vérifier que l’entreprise se dirige
vers les objectifs définis par les dirigeants et de réorienter l’action en cas de
dérive.

Précaution à prendre
■ Certaines mesures peuvent entraîner des effets pervers (pilotage de l’indicateur
au lieu de l’objectif).

Comment être plus efficace ?


Vision consolidée de la performance
Une organisation performante a la capacité de créer de la valeur et du cash. Cette capacité est
souvent appréciée par le retour sur les capitaux employés et/ou par le cash flow disponible.

1. Retour sur les capitaux employés (ROCE)

Cet indicateur mesure la valeur créée par les activités. C’est un indicateur de rentabilité.

ROCE > CMPC entreprise créant de la valeur


ROCE < CMPC entreprise détruisant de la valeur

2. Cash flow disponible (CFD)

Cet indicateur mesure la création de cash (ou flux de trésorerie) générée par les activités. C’est un
indicateur de sécurité financière.
CFD > 0 entreprise libre vis-à-vis des bailleurs de fonds
CFD < 0 entreprise dépendante de ses bailleurs de fonds

Vision locale de la performance


Au niveau local, il est important de traduire ces indicateurs financiers en indicateurs de business, afin
de mobiliser les équipes. Par exemple, pour apprécier la rotation des actifs, on peut suivre un taux de
remplissage, un taux d’utilisation des équipements…
Localement, les équipes travaillent sur des projets, des actions visant à améliorer la rentabilité des
capitaux employés et le cash flow disponible, ce qui consiste à :
– développer la rentabilité opérationnelle en augmentant les ventes et en optimisant les coûts
nécessaires à l’activité ;
– accroître la rotation des actifs en diminuant le besoin en fonds de roulement et le montant des
immobilisations nécessaires.
Les leviers d’action à disposition des opérationnels sont nombreux (voir ci-dessous).

Le retour sur les capitaux employés et le cash flow disponible regroupent les mêmes
notions. Les leviers d’action pour les améliorer sont identiques. Le contrôle de gestion est
promoteur de plan de progrès sur toutes les dimensions de ces indicateurs.

CAS La lecture de la performance


La performance d’une entreprise s’apprécie à la lecture des documents comptables, mais aussi des
documents de gestion et de documents prévisionnels.
• Bilan : image instantanée de tout ce que l’entreprise possède (actif) et des moyens qui lui ont
permis de l’acquérir (passif) ; synthèse du patrimoine de l’entreprise à la clôture de la
période comptable ;
• Compte de résultat : film de l’évolution de l’activité entre deux bilan ; synthèse des revenus
et des coûts de la période ;
• Tableau des flux de trésorerie : film de l’évolution de la trésorerie entre deux bilans ;
synthèse des flux de trésorerie de la période.

• Reporting : donne une information des performances réelles des unités à la hiérarchie ;
synthèse des données pertinentes ;
• Tableau de bord : donne à un responsable d’unité les informations propres à son unité ;
synthèse des données utiles à l’auto-contrôle ;
• Key Performance Indicators (KPI) : mise en évidence des performances réelles et
potentielles priorité au cash (CFD), à la valeur crée (ROCE), au carnet de commandes, au
cycle de revenu, à l’EBITDA, à l’endettement, à la satisfaction client, à l’innovation...

• Business plan : description de l’ensemble du projet d’entreprise à moyen terme pour savoir
où l’on va ; plutôt dans une optique de prévision de revenu ;
• Budget : liste des produits et des charges planifiés sur la période future ; plutôt dans une
optique de prévision de cash ;
• Prévision : anticipation de l’attérissage de fin de période ; plutôt axée cash, revenu et prises
de commandes. ■
OUTIL Le contrôleur de gestion et le contrôle
3 de gestion

Les acteurs du processus de contrôle de gestion

En résumé
Le contrôleur de gestion, en tant que courroie de transmission entre la stratégie et les opérations,
fait passer les évolutions de la direction aux équipes.
Il apporte un éclairage financier indispensable au pilotage de l’activité, grâce aux indicateurs et aux
tableaux de bord qu’il diffuse. Il propose des solutions d’amélioration qui permettent de créer de la
valeur.

Insight
The management controller is the link between the strategy and the operations. He or she
passes the changes of management on to the teams.
Thanks to indicators and dashboards, he or she provides an indispensable financial perspective
to the proper management of the activity. He or she offers solutions of improvement that help
create value.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Les opérationnels sont largement responsables de l’amélioration de la performance économique de
leur entreprise. Le contrôleur de gestion leur procure les informations nécessaires et anime le
processus de contrôle de gestion, afin de leur permettre de prendre les bonnes décisions.

Contexte
Les missions et les activités du contrôleur de gestion diffèrent selon la taille, le secteur d’activité, la
stratégie et la culture de l’entreprise. Les champs d’intervention sont également différents, selon qu’il
travaille en central (vision consolidée de la performance), ou sur un site décentralisé (vision locale
de la performance).

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. Établir le diagnostic des besoins en contrôle de gestion.
Le contrôleur de gestion recueille les attentes des dirigeants afin de comprendre les besoins
d e pilotage. Après avoir confronté ce recueil à une analyse critique de l’existant, il
identifie les points forts, les axes d’amélioration, les procédures ou outils manquants.
2. Créer et superviser les outils qui répondent à ces besoins.
Le contrôleur de gestion collecte, traite, sélectionne, commente, diffuse l’information de
gestion. Il met en place les outils (comptabilité analytique, modélisation budgétaire,
tableaux de bord…) qui créent de la valeur ajoutée, en améliorant la performance de
l’entreprise.
3. Animer le processus de contrôle de gestion.
Le contrôleur de gestion doit pousser les opérationnels à agir. Il anime le processus
budgétaire, met au point les règles et procédures de gestion, explique les résultats obtenus
et l’évolution des indicateurs, tout en restant impartial. Il s’assure de la mise en œuvre et
du suivi des plans d’action, en faisant le lien avec les bonnes pratiques associées. Il rend
compte à la direction générale.
4. Conseiller les dirigeants et les responsables opérationnels.
Le contrôleur de gestion alerte la hiérarchie lorsque le cours des choses s’éloigne de la
stratégie. Il guide les responsables opérationnels dans la traduction de la stratégie de
l’entreprise en plans d’action cohérents. Il les conseille et les aide pour construire les
prévisions, suivre les résultats, réaliser le chiffrage économique des projets, et formuler
des recommandations.

Méthodologie et conseils
Le contrôleur de gestion impulse, tandis que les directions et les services proposent les mesures à
prendre. Il construit un système de pilotage ciblé et non généralisé.
Le contrôleur de gestion a un rôle de pédagogue pour diffuser la culture de la gestion et de la
performance. Il forme les opérationnels, à mieux lire les résultats financiers, à exploiter
l’information, à travailler ensemble. ■

Le positionnement du contrôleur de gestion dans l’organisation


traduit concrètement sa proximité avec le management dans le
pilotage de l’entreprise.

Avantages
■ Le contrôleur de gestion est responsable de l’animation du processus de contrôle
de gestion.

Précautions à prendre
■ La crédibilité du contrôleur de gestion repose sur les règles du jeu que les
dirigeants veulent faire respecter.
OUTIL
Le modèle d’évaluation fonctionnelle
4

Le baromètre de la performance globale de la fonction


contrôle de gestion

source : Mesurer la performance du contrôle de gestion, D. Autissier, 2007.

En résumé
David Autissier définit quatre axes pour mesurer la performance de la fonction contrôle de
gestion.
L’analyse de ces quatre axes donne des mesures quantitatives et qualitatives, qui permettent
d’établir un diagnostic de la performance de la fonction.
Les résultats obtenus peuvent être utilisés pour améliorer la fonction.

Insight
To measure the performance of the management control function, David Autissier focuses on
four areas: the company’s activity, customers, competency and organization.
An analysis of these four areas provides quantitative and qualitative data that help diagnose the
function’s performance. The results can be used to improve the control function.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Le pilotage des fonctions support prend de l’importance en entreprise. Les dirigeants demandent à
ces fonctions de pourvoir démontrer leur valeur ajoutée :
• la fonction réalise-t-elle tout ce qu’elle devrait faire ?
• les professionnels de la fonction sont-ils compétents ?
• l’organisation de la fonction est-elle performante ?
• ses clients sont-ils satisfaits de ses prestations ?

Contexte
Le modèle d’évaluation fonctionnelle propose un modèle, permettant de rapprocher le coût de la
fonction support, à la quantité et à la qualité des prestations qu’elle fournit.

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. Mesurer la performance de la fonction sur les quatre axes :
• Évaluer les activités, en se positionnant sur chaque activité listée : est-elle réalisée ou
non ? est-elle importante ou non ?
• Évaluer les compétences techniques, métiers et comportementales, en se positionnant
sur chaque compétence listée : est-elle maîtrisée ? est-elle pratiquée ? est-elle connue
ou non connue ?
• Évaluer le positionnement, l’efficacité et les ressources de la fonction, en mesurant
chaque affirmation en termes de % d’atteinte.
• Évaluer la satisfaction client (direction, DAF, autres clients), en indiquant le degré de
satisfaction pour chaque activité listée.
2. Calculer un taux de performance par pôle, de 0 à 100 % : activités (taux d’activité) ;
compétences (taux de maîtrise) ; organisation (taux de support structurel) ; clients (taux de
satisfaction).
3. Mesurer la performance globale des 4 pôles (baromètre de la performance). Ex. excellent :
75 à 100 % ; satisfaisant : 50 à 75 % ; à améliorer : 25 à 50 % ; à risque : 0 à 25 %.
4. Engager des actions d’amélioration, par exemple :
– alignement stratégique de la fonction,
– plan de formation et réorganisation ou réingénierie de la fonction,
– sous-traitance ou mutualisation de la fonction,
– informatisation sous intranet des états de gestion.

Méthodologie et conseils
Ce modèle, avec ses quatre axes et leurs différentes composantes, peut servir de base
méthodologique pour la définition des indicateurs des processus de contrôle de gestion. Ces
indicateurs peuvent constituer le contenu du tableau de bord de la fonction contrôle de gestion.
Le modèle peut être utilisé, soit pour réaliser un diagnostic global, soit pour mesurer un des quatre
axes. Toutefois, l’analyse globale est recommandée, car les résultats d’un pôle peuvent servir
d’explication aux résultats d’un autre pôle. ■
Ce taux de performance global peut servir d’outil de benchmark de la
fonction avec celle d’autres entreprises.

Avantages
■ Accroître la valeur ajoutée de la fonction en identifiant des actions pour :
– renforcer le rôle de conseil, d’appui et d’expertise du contrôleur de gestion ;
– aller sur de nouveaux terrains : suivi de projet, gestion des risques, diffusion de la
culture de gestion.

Précautions à prendre
■ La liste est avant tout un référentiel d’activités à moduler en fonction des
entreprises.
■ Le niveau de maîtrise des compétences est à moduler en fonction du degré de
maturité des contrôleurs de gestion dans leur poste.
DOSSIER ANALYSER LA PERFORMANCE
2 AU BILAN

La performance financière d’une entreprise s’apprécie à travers la lecture de son bilan.


Les différentes lectures du bilan
De manière classique, le bilan se lit verticalement avec, d’un côté, les actifs correspondants aux
moyens nécessaires pour faire fonctionner l’entreprise, et de l’autre côté, les passifs traduisant les
choix de financements mis en œuvre pour acquérir les actifs.
Une autre lecture, horizontale, fait apparaître les besoins et les financements de l’outil de travail
(zone claire), les besoins et les financements du cycle d’exploitation (zone médium), ainsi que l’état
de la trésorerie qui peut être positive ou négative (zone foncée).

La structure financière de l’entreprise


Cette lecture horizontale permet de faire apparaître le solde entre les besoins et les financements de
l’outil de travail et du cycle d’exploitation : le fonds de roulement et le besoin en fonds de roulement.

Le fonds de roulement correspond à l’excédent de ressources financières à moyen long terme après
financement des immobilisations. Le besoin en fonds de roulement traduit le manque de ressources
financières à court terme pour couvrir les besoins de financement des stocks et des créances.
Fonds de roulement (FR) et besoin en fonds de roulement (BFR) étant rarement égaux, c’est la
trésorerie qui permet d’assurer l’équilibre financier de l’entreprise : FR – BFR = trésorerie.
La majorité des décisions économiques prises au sein d’une entreprise ont une répercussion
immédiate sur sa trésorerie. Depuis quelques années, les directions financières ont mis la trésorerie
au cœur de l’entreprise, avec des démarches de sensibilisation au cash pour le management. La
trésorerie fait maintenant partie du reporting de gestion.

Les capitaux employés


Le bilan peut également se transformer avec une lecture emplois/ressources et faire apparaître les
capitaux employés et les ressources financières. Comme nous l’avons vu, les capitaux employés sont
un déterminant important du ROCE et de la création de valeur.

Si l’optimisation des capitaux propres et de l’endettement net est du domaine de la direction générale
et de la direction financière, celle des immobilisations et du besoin en fonds de roulement relève du
domaine du contrôle de gestion et des opérationnels.
Le contrôle de gestion devient un outil d’optimisation des capitaux employés en développant des
outils de rentabilité des investissements, de gestion du BFR et des stocks.

LES OUTILS
5 La variation de trésorerie
6 La rentabilité des investissements
7 Le besoin en fonds de roulement (BFR)
8 La cartographie des stocks
OUTIL
La variation de trésorerie
5

Pourquoi le contrôle de gestion s’intéresse à la trésorerie ?

En résumé
La variation de trésorerie se lit dans le tableau des flux de trésorerie, qui est un état financier
synthétique montrant les entrées et les sorties de flux monétaires sur une période. La variation de
trésorerie entre deux périodes est expliquée par les opérations liées à l’activité, à l’investissement
et au financement. Cette synthèse permet de déterminer le cash flow disponible (CFD), indicateur
de plus en plus utilisé dans les groupes.

Insight
Changes in cash flow are reported in the statement of cash flows, a synthetic financial
instrument showing cash inflows or outflows of money over a given period. The variation of
liquidity from one time period to another comes from operations related to business, investment
and financing. This synthesis makes it possible to assess the group’s capacity to generate
discounted cash flow (DCF), or free cash flow (FCF), a key indicator in monitoring
performance.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Afin d’assurer le développement de son activité en toute indépendance, la direction de l’entreprise
sait que l’activité doit générer suffisamment de liquidités lui permettant d’honorer ses engagements.

Contexte
Dans un environnement économique où les marges se compressent et les liquidités se font plus rares,
le pilotage des équilibres financiers, notamment du cash flow disponible, devient une priorité. Le
contrôleur de gestion doit alors travailler étroitement avec le trésorier.

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. Déterminer les flux comptables : il s’agit de tracer les variations des postes du bilan entre
deux périodes comptables.
2. Éliminer les flux non-monétaires : les écritures comptables qui ne génèrent pas de flux
financier doivent être éliminées. Cela concerne principalement les écritures
d’amortissement et de provision, mais également les opérations de réévaluation d’actif,
avec, en contrepartie, l’apparition de réserves au passif.
3. Reconstituer les flux de trésorerie cachés : par exemple, une augmentation des
immobilisations corporelles de 10 000 € entre deux bilans, peut résulter d’acquisitions
pour 14 000 €, de cessions pour 3 000 € et d’amortissement pour 1 000 €. À l’inverse du
bilan, le tableau des flux de trésorerie détaille chacun de ces mouvements.
4. Choisir la méthode pour les flux de trésorerie d’exploitation. Un groupe peut utiliser deux
méthodes de présentation :
• la méthode directe, recommandée par l’IAsB : faire apparaître les variations des
postes du bilan directement dans les flux de trésorerie d’exploitation : entrées et
sorties de trésorerie par natures ;
• la méthode indirecte, la plus utilisée : partir du résultat net et l’ajuster, soit en fonction
des transactions sans effet sur la trésorerie (écritures d’amortissement, de
provision…), soit en fonction des décalages de paiements et de règlements, portant
notamment sur les postes de ventes et d’achats

Méthodologie et conseils
Dans le tableau de flux de trésorerie, la réglementation impose la présentation des flux de trésorerie
en trois catégories qui représentent les trois activités de l’entreprise : activités opérationnelles,
activités d’investissement, activités de financement. Cette décomposition permet d’aboutir à
l’explication de la variation de la trésorerie entre le début et la fin de l’exercice :

À quoi cela sert-il de faire de la marge si l’entreprise n’est pas


payée ?

Avantages
■ Le solde et la variation de trésorerie sont des indicateurs pertinents pour mesurer
la situation financière de l’entreprise, aussi bien à court terme avec la solvabilité,
qu’à long terme avec le besoin de financement.

Précautions à prendre
■ Ces indicateurs ne permettent pas d’apprécier réellement la façon dont l’équilibre
de trésorerie a été assuré au cours de la période, puisqu’ils n’indiquent pas la
façon dont les recettes se sont présentées face aux dépenses dans le temps.

Comment être plus efficace ?


Le contrôleur de gestion est conduit à élargir ses analyses de performance aux flux de trésorerie. Il
lui incombe en effet de :

Réaliser des prévisions de trésorerie


Cette analyse de la variation de trésorerie se retrouve à chaque niveau de la planification de
l’entreprise. Lors de l’élaboration du plan à moyen terme et du budget, le contrôleur de gestion
remplit un tableau des flux prévisionnels sur une base annuelle et trimestrielle. C’est généralement la
dernière étape qui permet de valider que tous les objectifs et toutes les actions envisagées pourront
être financés par l’entreprise. Les prévisions trimestrielles sont actualisées sur la fin de l’année, en
les complétant éventuellement par des analyses de sensibilité et de risques visant à dégager des
priorités.
Le contrôleur de gestion a tout intérêt à rapprocher ses prévisions de variation de trésorerie avec les
prévisions d’entrées et de sorties de trésorerie élaborées par le trésorier. Ce rapprochement permet
d’une part, un contrôle de cohérence et d’autre part, d’harmoniser les prévisions opérationnelles de
cash flow disponible et celles de la trésorerie.

Communiquer vis-à-vis des responsables opérationnels


La communication peut prendre la forme d’un bilan, hebdomadaire ou mensuel, en intégrant les
indicateurs de cash aux tableaux de bord opérationnels. Ainsi, les tableaux de bord vont s’enrichir
d’indicateurs :
• de cash : cash flow disponible (CFD) de l’entreprise. Il pourra être ensuite décliné par
business unit (avant impôt et frais financiers) ;
• orientés cash : écarts de caisse, retards de paiements, impayés, fraudes, besoin en fonds de
roulement… ;
• avancés : délai de transformation des commandes en cash, avancement en trésorerie des
encours de production.

Identifier les principaux leviers qui permettent d’agir


sur les liquidités
Les leviers d’action concernent toutes les composantes de l’activité : rentabilité des investissements
(choix, hiérarchie, report), respect des conditions de paiement, accroissement des résultats, réduction
du besoin en fonds de roulement, gestion des engagements (publicité, campagnes promotionnelles),
part variable adossée au cash engrangé.
Le contrôleur de gestion doit faire œuvre de pédagogie vis-à-vis des responsables opérationnels. Il
pourra, par exemple, expliquer au responsable des achats comment la rotation des stocks influe sur le
niveau des liquidités, ou au responsable commercial comment le délai de paiement influence la
trésorerie.

À chacune des étapes de la chaîne de valeur dans l’entreprise, il s’agit de se demander


où sont la génération et la consommation réelles, et pas seulement potentielles, de
trésorerie.
Impliquer le département contrôle de gestion dans l’analyse du cash permet de garder à
l’esprit en permanence la nécessaire traduction en flux monétaires des décisions de gestion
prises à tous les échelons de l’entreprise.

CAS : Tableau des flux de trésorerie


La variation de trésorerie au cours d’une période se lit dans la construction du tableau des flux de
trésorerie.

Le tableau de flux de trésorerie permet de répondre entre autres aux questions suivantes :
– La trésorerie s’est-elle améliorée ou dégradée ?
– Les flux dégagés par la vente des produits ou services sont-ils suffisants pour couvrir les
besoins du cycle d’exploitation, de l’investissement et des prêteurs ?
– Les équipes opérationnelles ont-elles mieux géré les actifs circulants (stock, créances
client) ?
– L’entreprise a-t-elle investi ?
– Comment l’entreprise a-t-elle financé ses investissements ?
– L’entreprise a-t-elle désinvesti ?
– Comment l’entreprise a-t-elle utilisé le produit des cessions ? ■
OUTIL
La rentabilité des investissements
6

Les critères financiers de sélection des investissements

En résumé
Investir consiste à engager l’entreprise dans la durée, par des moyens financiers, humains,
matériels, en vue de dégager ultérieurement un bénéfice.
Les ressources étant limitées et ayant un coût, il faut faire des choix sous contrainte de ressources.
Afin d’effectuer un choix d’investissement cohérent, le responsable du projet doit s’appuyer sur des
critères aussi précis que possible.

Insight
Investment is a long-term commitment for a firm, using financial, human and material means,
with the purpose of generating a profit. Choices are made with resource constraints, given that
resources are limited and have a cost.
The project manager’s choice of investment should be based upon clearly defined criteria in
order to make it as consistent as possible.
Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Les calculs de rentabilité prévisionnelle pour un investissement à réaliser permettent de comparer le
montant de l’investissement (décaissements) aux gains (encaissements) engendrés par
l’investissement sur sa durée de vie attendue, afin de sélectionner les projets les plus rentables.

Contexte
Le choix d’investissement est un processus critique de l’entreprise. Ce choix doit être rationnel,
partagé et non remis en cause.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Chiffrer le montant de l’investissement.
La valorisation du coût du projet prend en compte toutes les dépenses prévues, qu’elles soient
immobilisées ou non : coût d’achat des immobilisations, frais accessoires d’achat, frais
d’installation, coût de mise en route, frais de formation au nouvel outil, variation du BFR
lié à l’investissement, valeur résiduelle de l’investissement précédent.
• Chiffrer les flux de trésorerie prévisionnels. Les coûts et les gains induits par
l’investissement sur sa durée d’exploitation dégagent des flux de trésorerie prévisionnels
positifs. Pour diminuer le risque, on retient la durée la plus courte entre la durée de vie de
l’investissement, sa durée d’amortissement ou sa durée d’obsolescence.
• Comparer les encaissements et les décaissements.
Les encaissements et les décaissements, disponibles à des dates différentes, sont rendus
comparables grâce à la technique de l’actualisation. Le taux d’actualisation le plus souvent
retenu correspond au coût des capitaux employés par l’entreprise. Ce dernier peut être
corrigé pour prendre en compte le risque supplémentaire lié à un projet.
• Choisir les critères de rentabilité
Méthodologie et conseils
Le chiffrage repose sur de nombreuses hypothèses économiques : la durée de vie de l’investissement,
l’estimation de la valeur résiduelle en fin de vie, l’estimation des flux résultants de la mise en place
du projet et des flux générés par l’exploitation du projet de l’investissement.
Les flux futurs de trésorerie sont analysés en comparant deux situations : la situation actuelle (que se
passerait-il si on ne réalise pas l’investissement ?) et la situation future. Le calcul de rentabilité est
dit « économique » et n’intègre pas le mode de financement du projet.

C’est parce que les capitaux sont limités que l’investissement va vers
les projets les plus rentables.

Avantages
■ Disposer d’une procédure décisionnelle globale qui permet d’arbitrer entre des
projets concurrents.

Précautions à prendre
■ Chaque critère présentant des avantages et des inconvénients, c’est la
combinaison de plusieurs critères qui oriente vers un choix éclairé.

Comment être plus efficace ?


La procédure décisionnelle d’arbitrage entre projets doit être constamment améliorée.

Valider les hypothèses économiques


La pertinence des décisions qui reposent sur ces critères financiers dépend entièrement de la véracité
des hypothèses utilisées pour construire la simulation. Ces hypothèses sont fournies par les
opérationnels et les contrôleurs de gestion se doivent de les challenger :
• est-ce que le besoin est entièrement couvert par l’investissement prévu ?
• est-ce que le département achat a été impliqué dans l’élaboration des coûts ?
• que deviendra l’investissement en fin de vie du projet ?
• quels changements organisationnels implique l’investissement ?
• quels sont tous les coûts et les gains induits ?
• les délais sont-ils réalistes ?
Plus les données représentent des gains éloignés, plus leur crédibilité est à questionner.

Prendre en compte le risque


Le contrôleur de gestion doit s’interroger sur les risques qui peuvent remettre en cause les hypothèses
ayant servies de base au calcul de rentabilité prévisionnelle. Ces risques sont le plus souvent liés à
l’environnement économique, spécifiques au marché de l’entreprise, technologiques, juridiques…
Deux méthodes permettent de pondérer les critères de choix en intégrant l’impact des risques :
• utiliser un taux d’actualisation progressif pour tenir compte de l’incertitude croissante des
hypothèses de gain au fil des ans ;
• réaliser des analyses de sensibilité, des scénarios…
L’utilisation de ces méthodes nécessite de bien comprendre les hypothèses des modèles et de pouvoir
expliquer les conséquences aux décideurs lors de la présentation des résultats.

Contrôler a posteriori
Le contrôle a posteriori est très difficile car :
• la comptabilité analytique n’est pas toujours organisée pour isoler les gains réels obtenus
grâce au projet. Retracer ces gains est alors fastidieux et approximatif, car beaucoup
d’évènements internes ont interagi depuis la mise en œuvre du projet ;
• les gains réels ne peuvent être comparés à une situation où l’investissement n’aurait pas été
réalisé, toutes choses étant égales par ailleurs, sachant qu’entre temps, le marché, les
concurrents, les technologies ont évolué. Le contrôleur de gestion peut toutefois :
• après un an de mise en service, recalculer la rentabilité prévisionnelle du projet avec le recul
d’une année de réalisations (si la comptabilité analytique le permet) ;
• intégrer au tableau de bord un ou deux indicateurs clés qui permettent de s’assurer des gains
annoncés sur le projet : productivité, gain matière, temps passé…

Les critères financiers ne sont qu’un éclairage pour prendre une décision
d’investissement. D’autres éléments influencent le choix, comme de savoir si le projet
s’inscrit dans les objectifs stratégiques de l’entreprise, ou s’il apporte des avantages
qualitatifs très significatifs (social, sécurité…).

CAS : Chiffrage DR, VAN, TIR


On prend pour hypothèse un investissement (I) de 2 000 000 € et un taux d’actualisation (a) de 8 %. ■
Délai de récupération

D’où DR = 3 ans et 5 mois

Valeur actuelle nette

Taux interne de rentabilité


OUTIL
Le besoin en fonds de roulement (BFR)
7

Définition du besoin en fonds de roulement

En résumé
Le besoin en fonds de roulement représente le besoin de financement du cycle d’exploitation. Il
est la conséquence du décalage entre les paiements des fournisseurs et les règlements des clients.
Ce décalage entraîne un besoin de trésorerie permettant d’assurer la jonction entre les flux de
décaissement et d’encaissement.

Insight
Working capital requirement refers to the financing needs for the business’s operating cycle. It
is due to the time lag between payments to the suppliers and payments of the clients. Thus, cash
requirement is needed to eliminate distortions that can result from the timing of cash receipts
and payments.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
L’entreprise qui a un besoin en fonds de roulement doit s’organiser pour le financer. Les capitaux
étant limités et onéreux, une bonne gestion des postes du BFR demeure la première action à
entreprendre afin de limiter le recours aux capitaux.

Contexte
Le BFR provenant du chiffre d’affaires, il augmente lorsque le chiffre d’affaires augmente. Il résulte
également des flux financiers du cycle d’exploitation qui peuvent évoluer indépendamment de
l’activité : délai de règlement des clients, délai de rotation des stocks, délai de paiement des
fournisseurs…

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. Calculer le BFR. Il se calcule par différence entre les actifs et les passifs circulants du bilan :
BFR opérationnel = stocks + Créances clients – Dettes fournisseurs
BFR complet = BFR opérationnel + autres créances d’exploitation – autres dettes
d’exploitation
2. Analyser le BFR. Il s’analyse en nombre de jours de chiffre d’affaires HT :

Le nombre de jours dépendant de la durée du cycle d’exploitation, des habitudes sectorielles ou


géographiques des fournisseurs et des clients, il n’existe pas de nombre « idéal ». sa dégradation
indique une crise de gestion, ou une diversification dans une nouvelle activité davantage
consommatrice de BFR.
3. gérer le BFR : optimiser le BFR consiste à détecter les causes de la dégradation et à mettre
en œuvre des procédures de gestion. Les leviers d’optimisation du BFR sont nombreux. C’est
l’utilisation de plusieurs d’entre eux, par les équipes opérationnelles, qui permet à
l’entreprise de gérer, et non de subir, le niveau de BFR, et donc de trésorerie.
Les ratios de gestion du BFR sont :
Méthodologie et conseils
Dans la grande distribution, les entreprises qui facturent des acomptes et des abonnements prépayés,
le cycle d’exploitation génère une ressource au lieu d’un besoin de trésorerie. Toutefois, cette
ressource n’est pas stable, et peut diminuer suite à une chute de l’activité, ou une renégociation des
conditions avec les fournisseurs. Il est donc prudent de ne pas l’affecter au financement
d’immobilisations, mais de la réserver au placement de trésorerie.

L’entreprise qui a des difficultés de trésorerie est souvent tentée de


compenser en jouant sur les délais des postes du BFR.

Avantages
■ Le BFR est un clignotant de risque à prendre au sérieux car il anticipe une
dégradation de la trésorerie.
■ Les ratios de gestion sont comparables d’une année sur l’autre.

Précautions à prendre
■ Le BFR à la clôture n’est pas toujours représentatifs du montant moyen en cours
d’année (activité saisonnière).

Comment être plus efficace ?


Les effets d’un programme d’optimisation du BFR se retrouvent sur la trésorerie, mais également sur
le résultat. En effet, en travaillant sur la chaine logistique, l’entreprise enregistre des gains sur les
achats, sur les dépenses d’investissement ; en gérant mieux les clients, l’entreprise réduit ses pertes
liées aux retards de règlement et aux impayés.

Les programmes d’optimisation du BFR sont mobilisateurs et favorisent la communication entre les
services.
Le rôle du contrôleur de gestion consiste à :
– conseiller la direction générale et les opérationnels sur les indicateurs à suivre, leur mode de
calcul ;
– collecter, traiter les données, suivre et comparer l’évolution.

L’absence de maîtrise du délai d’encaissement client est l’une des causes principales de
difficulté des PME.
Allonger le délai de paiement des fournisseurs est dangereux, car cela dégrade la
relation avec le fournisseur qui peut réduire son encours, ou bloquer des livraisons.

CAS : Exemple d’une société de biens


manufacturés

Bilan

BFR opérationnel n = 2 900 + 2 300 – 1 200 = 4 000 = 27,4 % des ventes ou 81,7 j. de CA
BFR opérationnel n − 1 = 3 600 + 2 400 – 1 500 = 4 500 = 28,3 % des ventes ou 84,4 j. de CA

Le BFR opérationnel a diminué de 11 % au cours de l’année, provenant essentiellement de la


réduction importante des stocks en valeur (−19,4 %) et en jours de CA (−10 j. de CA), qui porte sur :
– les produits finis : conséquence d’un ajustement du programme de production, tout en
respectant le taux de disponibilité et le niveau de service client, notamment grâce à
l’amélioration de la qualité des prévisions ;
– les matières premières, suite à la baisse des cours sur le marché.
Bien que d’ampleur moins importante, l’évolution des postes de créances commerciales et de dettes
fournisseurs n’évoluent pas favorablement, puisque les créances ont augmenté de 2 j. de CA et les
dettes fournisseurs ont diminué de 4 j. de CA. Ces postes, peu travaillés en cours d’année, la priorité
ayant été donnée aux stocks, nécessitent un plan d’action pour l’année à venir.
La réduction du niveau de stocks a eu des impacts directs sur les coûts liés à la gestion, les frais de
manutention, de stockage, d’obsolescence et de destruction. ■
OUTIL
La cartographie des stocks
8

L’analyse ABC croisée

En résumé
Les stocks sont des actifs provisoirement possédés par l’entreprise en attendant d’être consommés.
Ils représentent souvent une composante importante du BFR.
Leur degré de liquidité est variable en raison de leur diversité. Ils peuvent être en principe
rapidement transformés en liquidité. C’est pourquoi ils jouent un rôle essentiel dans la situation
financière de l’entreprise.

Insight
Inventories are assets owned by the company temporarily while waiting to be consumed. They
often represent a significant component of working capital.
Their liquidity is variable because of their diversity. They can in principle be quickly converted
into cash. That’s why they play a vital role in the financial situation of the company.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Construire des cartographies de stock, assainir ses stocks, puis en déduire des lignes directrices de
production, de planification de chacun des articles, permet à l’entreprise de servir au mieux ses
clients en disposant des « bons » stocks au « bon » moment, afin de suivre les évolutions du marché.

Contexte
La gestion du stock intéresse directement la direction générale ou le contrôle de gestion de
l’entreprise, la finalité de la constitution du stock étant d’abord de réaliser un gain financier. La
politique de l’entreprise oriente la définition de la stratégie et le déploiement de la tactique.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Valoriser le stock.
Le stock peut être valorisé selon quatre méthodes au choix. Trois méthodes sont fondées sur le coût
réel : premier entré, premier sorti ; dernier entré, premier sorti ; coût moyen unitaire pondéré. Une
méthode est fondée sur le coût prévu : le coût standard.
• Analyser le stock.
– L’analyse d’un stock peut être facilitée et simplifiée par une analyse ABC. Généralement,
20 % des références analysées représente 80 % de la valeur du paramètre mesuré. On peut
ensuite définir les classes A = 80 % ; B = 80 % à 95 % ; C = 95 % à 100 %.
– Une autre exploitation peut être faite avec l’analyse ABC croisée. Cela consiste à faire deux
tris, l’un sur les valeurs de sorties de stock et l’autre sur les valeurs de stocks. Lorsque la
gestion des stocks est cohérente, seules sont remplies les cases hachurées situées le long de la
diagonale du tableau de l’analyse ABC croisée. Les références positionnées dans le quart
supérieur indiquent beaucoup de stocks et peu de sorties, donc des stocks à rotation faible,
voire dormants. Les références positionnées dans le quart inférieur signifient qu’elles sont
consommées et peu stockées, donc avec des risques de rupture.
• Optimiser le stock.
Il s’agit de vérifier que la cohérence apparente entre la valeur en stock et la valeur consommée est
bien réelle. Des possibilités de réduction des stocks sont envisageables également sur les références
dormantes et à faible rotation.

Méthodologie et conseils
L’exercice de l’analyse ABC croisée, véritable cartographie du stock, doit être réalisée au minimum
annuellement, et selon différents axes stratégiques définis par l’entreprise. En période budgétaire, il
est utile de les revoir, d’en dresser les évolutions, et de mettre à jour les données du processus de
production et les données commerciales à partir des conclusions qu’elles imposent, tant elles
poussent chacun dans l’entreprise à se remettre en question. ■

Le stock ne doit pas être traité dans sa globalité, car il peut y avoir du
« bon » et du « mauvais » stock.

Avantages
■ Le surcoût, lié à l’augmentation du stock pour les quelques références de classe A
en risque de rupture, sera largement compensé par la baisse significative de
l’ensemble des références de classe C.

Précautions à prendre
■ Si certains produits sont saisonniers, il faut renouveler l’exercice des
cartographies sur des mailles en adéquation avec les courbes de saisonnalité, afin
d’adapter la gestion des stocks et des méthodes de lancement en production à la
courbe de ventes d’articles.
DOSSIER ANALYSER LA PERFORMANCE
3 AU COMPTE DE RÉSULTAT

La performance financière de l’entreprise s’analyse à travers la lecture du compte de résultat.


Les différentes lectures du compte de résultat
Selon les normes françaises, le compte de résultat est décliné par nature de produits et de charges. Sa
présentation en cascade, fait ressortir les résultats intermédiaires provenant de l’exploitation
proprement dite, des opérations financières et des évènements exceptionnels.

Dans les groupes anglo-saxons ou internationaux, la présentation du compte de résultat diffère, elle
est plus agrégée. Les charges sont réparties entre les différentes fonctions. La notion de résultat
exceptionnel n’existe pas. Cette présentation permet de mieux évaluer la performance des différentes
fonctions :

Ces deux présentations du compte de résultat procurent une vision complémentaire de la performance
de l’activité. Les normes IFRs autorisent les deux présentations.

Le contrôle de gestion du résultat


Les premiers postes : chiffres d’affaires, achats, frais de personnel, impôts et taxes sont du domaine
des opérationnels et du contrôle de gestion (zone claire). Les règles de gestion relatives aux
amortissements et aux provisions relèvent de la direction générale (zone médium). Les produits et
charges financières sont gérés par la direction financière (zone foncée).

De fait, les analyses du contrôle de gestion sont focalisées sur le résultat d’exploitation (REX) ou
résultat opérationnel courant (ROC).

LES OUTILS
9 La profitabilité
10 Le chiffre d’affaires
11 Le seuil de rentabilité
12 Les achats et charges externes
13 La masse salariale
OUTIL
La profitabilité
9

Les indicateurs de profitabilité

En résumé
La profitabilité de l’activité se lit dans le compte de résultat. Elle s’analyse à partir :
■ de l’évolution du résultat d’exploitation qui s’explique par la variation des produits et des
charges d’exploitation ;
■ des soldes intermédiaires de gestion de l’exploitation : REX, EBE, MB, MC.

Insight
Profitability of the activity is measured in the income statement on the basis of an analysis of :
■ Changes in the operating result, coming from variations in the amounts of income and
operation costs ;
■ Intermediate operating balances: REX, EBITDA, MB, MC.
Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Le contrôle de gestion doit se concentrer sur le résultat d’exploitation (ou résultat opérationnel
courant) pour évaluer la performance économique. L’analyse de la profitabilité consiste à interpréter
les différents niveaux de marge intermédiaire dégagés par l’exploitation.

Contexte
Le contrôleur de gestion réalise les analyses de profitabilité à partir du compte de résultat à usage
interne, issu du reporting de gestion. Celui-ci peut être décomposé par business unit ou par centre de
profit.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Calculer les taux de marge dégagés par l’exploitation ; ils sont couramment calculés par
rapport au chiffre d’affaires.

• Analyser les taux de marge réalisés par rapport à ceux réalisés en n – 1 et/ou par rapport à
ceux estimés au budget.
La dégradation ou l’amélioration de la marge commerciale ou de la marge brute provient
souvent de l’effet ciseau ou de l’effet mix produit. Une baisse de l’investissement peut
améliorer ponctuellement le résultat d’exploitation du fait de la baisse des amortissements.
Toutefois, cette amélioration n’est que virtuelle car elle ne traduit pas une réelle
amélioration de la profitabilité de l’entreprise.
• Alerter les décisionnaires sur la dégradation des taux de marge.
L’analyse globale sera présentée dans le cadre du reporting. Des indicateurs plus détaillés par
famille de produit, ou client seront directement intégrés dans les tableaux de bord des
responsables d’activités.

Méthodologie et conseils
L’EBE est un excellent indicateur de performance pour un centre de profit. toute modification du taux
d’EBE/CA reflète une modification des conditions d’exploitation.
Un EBE négatif est un signe annonciateur de faillite à l’horizon de 2 ou 3 ans. De même, le ratio Frais
financiers/EBE est également considéré comme prédictif de défaillance. Un ratio trop élevé (> 50 %)
signale un risque de tomber dans la spirale du surendettement conduisant à la cessation de paiements.

Les dirigeants sont très attentifs à l’évolution de la profitabilité.

Avantages
■ Ces différents indicateurs donnent une vision complémentaire de la performance
de l’activité.

Précautions à prendre
■ Ces analyses ne séparent pas les charges variables des charges fixes.
■ L’EBITDA n’est pas en lecture directe dans les comptes anglo-saxons.

Comment être plus efficace ?


Analyser l’effet ciseau
• L’effet ciseau correspond à une évolution divergente (favorable ou défavorable) du prix
unitaire de vente par rapport au coût unitaire d’une charge d’exploitation, le plus souvent le
coût d’achat des matières premières ou des marchandises, mais pas uniquement.
• si le chiffre d’affaires augmente moins vite que les quantités vendues, cela signifie que les
prix de vente ont diminué. De même, si les coûts d’achat de matières premières ou de
marchandises augmentent plus vite que les quantités achetées, cela implique que les prix
d’achat ont augmenté.
• Le contrôle de gestion est à même de :
– comprendre d’où provient la diminution du taux de marge : correspond-elle à une
baisse du prix de vente et/ou à une augmentation des coûts d’achat ? seule l’évolution
de l’activité exprimée en volume et prix unitaire permet d’identifier la cause de l’effet
ciseau.
– suivre les indices de prix unitaire de vente et de coût unitaire d’achat
(exemple : €/tonne, €/jour, €/km,…) et croiser leur évolution dans le temps. Dans des
activités cycliques, l’effet ciseau peut être observé sur une période de quelques mois ;
dans d’autres activités, il s’installe sur une période plus longue.

Analyser l’effet mix produit


• Dans une configuration multi produits, l’écart de marge dépend également de la composition
(ou du mix) des ventes. L’effet mix produit provient de la différence de proportion des
ventes de chacun des produits par rapport à ce qui avait été prévu au budget.
Par exemple, les ventes du mois de mai peuvent être au niveau du budget en terme de quantités
vendues et de prix de vente, et pourtant afficher une moindre marge, car l’on avait prévu de
vendre 30 % de produit A (taux de marge = 50 %) et 70 % de produit B (taux de
marge = 20 %), alors que l’on a vendu 45 % de produit A et 55 % de produit B.
• Une façon d’utiliser l’impact positif de l’effet mix consiste à calculer le mix sur les dix plus
gros clients afin d’identifier un plan d’action, et le mettre en œuvre.

L’effet ciseau est une cause importante de variation du résultat. Il se détecte très
facilement lorsque le compte de résultat fait apparaître les soldes intermédiaires de
gestion. Il se détecte moins facilement à la lecture d’un compte de résultat par fonction, car
des effets en sens inverse peuvent se compenser partiellement.

CAS : Représentation graphique de l’effet ciseau


L’effet ciseau porte le nom de la représentation graphique qui peut apparaître suite à l’observation
des produits et des charges d’une entreprise.
La représentation graphique sur Excel est un outil simple qui met rapidement en évidence les
divergences d’évolution des produits et des charges. C’est un bon outil de communication pour
expliquer la dégradation ou l’amélioration du résultat entre deux années. ■
OUTIL
Le chiffre d’affaires
10

Analyse du chiffre d’affaires

En résumé
Le contrôle de gestion de la performance commerciale nécessite une analyse détaillée du chiffre
d’affaires, étayée par la compréhension des besoins des clients, des métiers de l’entreprise, et des
leviers de profitabilité.

Insight
Monitoring commercial performance management requires detailed analysis of turnover,
supported by baseline understanding of customer needs, business needs and levers of
profitability.
Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
L’évolution de l’activité est le fil conducteur de l’analyse de gestion. Elle conditionne la profitabilité
et l’évolution de la rentabilité des capitaux investis.

Contexte
Le contrôleur de gestion d’une entreprise commerciale ou industrielle est en charge du suivi du
chiffre d’affaires. Il procure aux managers commerciaux les informations leur permettant de prendre
des décisions pour réaliser l’objectif de chiffre d’affaires.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Analyser l’évolution du chiffre d’affaires en montant et en pourcentage sur 3 à 4 ans.
La courbe d’évolution du chiffre d’affaires de l’entreprise est à comparer à celle de
l’évolution du marché, et à décomposer entre croissance interne et externe.
• Faire apparaître les écarts entre les prévisions et les réalisations.
Les écarts sont décomposés afin d’identifier les effets dus à la part de marché, aux volumes
vendus, aux prix de vente et aux cours de change. La politique de prix de vente peut avoir
des conséquences sur les volumes de ventes. On mesure le coefficient d’élasticité de la
demande par rapport aux prix de vente en rapprochant le pourcentage de variation du volume
de ventes du pourcentage de variation du prix de vente. Un croisement avec la politique de
commissionnement et le plan d’action commercial peut faire apparaître des incohérences
dans l’orientation des ventes par les forces commerciales.
• Situer sur quels produits, marchés et clients l’entreprise s’est développée.
Il est important de repérer les concentrations de ventes sur certains produits (80 % se font
souvent avec 20 % des produits), notamment si ces produits sont à faible marge.
• Identifier si l’entreprise possède des relais de croissance.
Tous les produits suivent un cycle de vie en quatre phases. Au démarrage, le chiffre d’affaires
augmente lentement. En croissance, le chiffre d’affaires augmente fortement. À maturité, le
chiffre d’affaire est stabilisé. En déclin, le chiffre d’affaires régresse.

L’analyse du chiffre d’affaires en fonction du cycle de vie des produits permet d’identifier le
potentiel de chiffre d’affaires à venir, grâce aux produits en démarrage ou en croissance.

Méthodologie et conseils
• Il est recommandé de détailler le passage du chiffre d’affaires brut au chiffre d’affaires net.
Des objectifs élevés de quantités vendues peuvent conduire les commerciaux à octroyer de
fortes remises et ristournes, qui réduisent les marges et la rentabilité de l’entreprise.
• Le contrôleur de gestion fournit les reporting commerciaux, plus ou moins agrégés selon le
niveau hiérarchique : reporting trimestriel des ventes globales aux actionnaires, reporting
mensuel détaillé par type de produit à la direction générale, reporting hebdomadaire par
vendeur à la direction commerciale.

Nourrir la croissance à moyen terme avec des moyens ajustables à


court terme.

Avantages
■ Contrôler les ressources commerciales et allouer les moyens commerciaux de la
manière la plus efficiente

Précautions à prendre
■ Le contrôleur de gestion doit être proche des équipes commerciales et participer
aux réunions mensuelles.

Comment être plus efficace ?


Pour étayer ses analyses, le contrôleur de gestion doit comprendre le métier de l’entreprise,
s’intéresser aux facteurs clés de succès et apprécier l’atteinte des objectifs par rapport aux moyens
engagés pour les atteindre.

Analyser les composantes du mix marketing


Le mix marketing a quatre composantes : l’offre (composée des produits ou des prestations vendues),
le prix de vente, les circuits de distribution et les actions promotionnelles.

Analyser les interactions entre les composantes du mix marketing


Le croisement des données permet de pousser plus loin l’analyse afin d’imaginer des actions de
développement ou de consolidation :
• répartition du chiffre d’affaires par vendeur, par réseau de distribution, par segment de
clientèle ;
• part des segments de marché, pourcentage de pénétration par région ;
• croisement des composantes du mix marketing : ventes de produit par client, ventes de produit
par segment, ventes par client et par région ;
• marge par produit, marge par client…

Élaborer et suivre le plan d’action commercial


À l’issue de ce diagnostic, on établit un plan d’action commercial, en lien avec les priorités
stratégiques : fidéliser les clients, accroître le nombre de produits vendus par client, conquérir un
nouveau marché…
Une fréquence annuelle est suffisante. L’année suivante, les évolutions constatées permettent
d’apprécier les effets du plan d’action commercial.

Ces analyses permettent de valider :


– la cohérence entre la stratégie et la performance ;
– que le client bénéficie du meilleur rapport qualité/prix.

CAS : Analyse de la performance commerciale


OUTIL
Le seuil de rentabilité
11

Le dirigeant face à ses actionnaires et aux autres parties


prenantes

En résumé
Le seuil de rentabilité (ou point mort) correspond au chiffre d’affaires qui permet à l’entreprise
d’atteindre un résultat à l’équilibre : ni perte, ni bénéfice.
Cet équilibre est atteint lorsque :
■ CA = coûts variables + coûts fixes ;
■ la marge globale sur coût variable absorbe juste l’ensemble des coûts fixes.
Ce n’est qu’après avoir atteint son seuil de rentabilité que l’entreprise commence à engranger du
résultat.
Une entreprise peut avoir plusieurs seuils de rentabilité en fonction de la capacité acquise par
investissement.

Insight
The breakeven point is the level of production and sales where total revenue of sales (turn-over)
allows the business to achieve financial equilibrium : neither loss nor benefit.
This balance is reached when :
■ turnover = variable costs + fixed costs ;
■ overall variable cost margin (or contribution margin) just covers all the fixed costs.
Firms start to generate revenue as soon as breakeven is reached.
A same firm can have several breakeven points depending on the capacity created by the
investment.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
La connaissance du seuil de rentabilité permet à la direction de s’assurer que sa structure de coûts est
compatible avec ses objectifs.

Contexte
Cet outil simple permet d’évaluer le risque des prévisions budgétaires :
• calculer la marge de sécurité

• analyser la rentabilité prévisionnelle d’un projet : définir le chiffre d’affaires supplémentaire


minimal à réaliser lors d’une action promotionnelle et apprécier s’il est réaliste.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Calculer le seuil de rentabilité
Le seuil de rentabilité s’exprime en chiffre d’affaires, en volume ou en temps. Sa détermination
nécessite d’avoir dissocié les coûts variables et fixes dans la comptabilité analytique, afin
de pouvoir calculer la marge unitaire sur coûts variables (chiffre d’affaires – coûts
variables). Exemple : soit une entreprise qui vend un produit à 50 €, incorporant 30 € de
coûts variables, et ayant des coûts fixes qui s’élèvent à 15 000 €. Le seuil de rentabilité se
calcule dans le tableau ci-dessous.

• Réduire le seuil de rentabilité


Afin d’atteindre plus vite le seuil de rentabilité, plusieurs leviers d’action peuvent être utili-
sés : augmenter les prix et/ou les volumes des ventes, variabiliser des coûts fixes (recours à la
sous-traitance), négocier les contrats sur les coûts variables. Les simulations conduisent
souvent à utiliser les effets de deux ou trois des leviers d’action.
Méthodologie et conseils
• Le seuil de rentabilité se calcule par activité. Par exemple, à partir d’une vente de 1 million
d’unités, tel fabricant parvient à son seuil de rentabilité. Cela signifie que les recettes
correspondantes suffiront à absorber les charges variables de production, ainsi que les frais
fixes. Au-delà, les ventes produisent un fort effet de levier sur les bénéfices.
• Dans le cas d’une entreprise multi-produits, il faut faire abstraction de la diversité des
productions et considérer que les données de base de l’exploitation restent plutôt stables :
même proportion entre les différents produits, mêmes prix unitaires, stabilité des frais fixes et
variables liés aux produits. ■

Le seuil de rentabilité est un seuil important du niveau d’activité,


auquel les dirigeants sont très attentifs.

Avantages
■ Le seuil de rentabilité permet d’apprécier les conséquences des décisions
stratégiques et de motiver les commerciaux qui voient l’évolution de la réalisation
des objectifs.

Précautions à prendre
■ Dans la réalité, les charges variables ne sont pas complètement proportionnelles,
et les charges fixes pas toujours figées.
OUTIL
Les achats et charges externes
12

Matrice enjeux-impacts appliquée aux achats et charges


externes

En résumé
La matrice enjeux-impacts présente les principaux enjeux d’une fonction achat. compte tenu du
poids des achats dans les dépenses d’une entreprise, des plans d’économie ou d’amélioration sont
attendus par la direction. Avec cette matrice, le contrôle de gestion dis- pose d’un outil pour
prioriser les actions dont l’impact sera le plus fort.

Insight
The stakes/impact matrix identifies the key challenges in purchasing. Given the weight of
purchases in company expenditure, cost-cutting or improvement-action plans are expected by
management. This matrix is a valuable tool designed to help management control prioritize
actions that would deliver maximum impact.

http://goo.gl/xPoy2q
Réduire les coûts d’achat (en vidéo)

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
En moyenne, les achats et charges externes correspondent à 46 % du chiffre d’affaires des
entreprises. Le contrôle de gestion offre une bonne connaissance des dépenses d’achats et des
charges externes qui permet notamment d’identifier les postes à forts enjeux.

Contexte
Bien que les économies sur les coûts d’achat constituent l’axe de performance le plus facile à lire
dans le compte de résultat, elles ne se réduisent pas à la performance achat. Celle-ci détermine le
niveau d’activité (effet prix/volume), les gains financiers et des actions de progrès (réduction panel
des fournisseurs, qualité de service).

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Fixer des objectifs de progrès sur les dépenses externes en lien avec la stratégie :
– se focaliser là où il y a le plus d’enjeux à moyen terme : économies d’échelle,
optimisation des processus, amélioration des standards, mutualisation des ressources…
– faire des choix qui répondent en priorité aux besoins des équipes opérationnelles ;
– inscrire ces objectifs dans le budget de l’entreprise.
• Établir un plan d’économie sur l’année :
– obtenir dans le budget un plan d’action ayant un impact élevé sur les grands postes de
dépenses externes (là où sont les gros enjeux) afin de mettre l’entreprise dans une
dynamique de progrès ;
– valider que les économies soient incluses dans les réductions de dépenses de l’année.
• Utiliser des outils de reporting pour mesurer la performance achat :
– les économies sur le résultat : baisse des prix, réduction des consommations, baisse
des coûts complets d’acquisition...
– la couverture achat : pourcentage des achats de l’entreprise non couverts par un acte
d’achat (ex : contrat) ;
– le plan d’action au service de la performance achat, en visant l’efficacité : nombre de
fournisseurs, satisfaction du client interne, délais d’approvisionnement, notation des
fournisseurs, taux de service, qualité produite, délai de livraison, respect du délai de
livraison… et/ou l’efficience :

– le cash : suivi des conditions de paiement des fournisseurs pour maîtriser le besoin en fonds
de roulement.
Méthodologie et conseils
• Faire de la veille pour acquérir une bonne connaissance des marchés et faire du benchmark à
l’extérieur afin d’identifier des bonnes pratiques pour faire autrement et challenger les façons
de faire en interne.
• Différencier les achats récurrents des achats non récurrents car le traitement sera différent.
Pour les achats récurrents, privilégier les analyses d’écarts mensuels et s’aider d’un
référentiel de coûts d’achats dit « standards ». Pour les achats non récurrents, comme les
prestations de sous-traitance ponctuelles, privilégier le benchmarking externe. ■

Le contrôle de gestion doit associer la fonction achat au processus


budgétaire.

Avantages
■ La performance achat fait souvent partie des indicateurs du tableau de bord
stratégique.
■ Faire de la performance achat un moteur de progrès pour l’entreprise.

Précautions à prendre
■ La performance achat ne peut se limiter aux économies réalisées.
■ Les opérationnels doivent être responsables de ce qu’ils obtiennent de leurs
fournisseurs.
OUTIL
La masse salariale
13

Les facteurs d’évolution de la masse salariale

En résumé
Les effectifs occupent une place importante dans les charges du compte de résultat, par leur poids
financier d’une part, et d’autre part par l’impact de l’évolution de la productivité et de l’efficience
sur les résultats financiers.
À partir d’analyses d’écarts, le contrôle de gestion doit présenter les éléments de la masse salariale
(Ms) à faire ressortir.

Insight
Employees are a significant part of the expenses in the income statement, given their financial
weight and the impact of efficiency and productivity development on financial results.
On the basis of variance analysis, management control should highlight the elements of the wage
share/payrolls.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Dans une période de forte pression sur les coûts, expliquer à un niveau macro les effets des
variations de la masse salariale permet d’alerter les opérationnels et la DRH.

Contexte
La fiabilité des analyses dépend de la mise à jour des sections analytiques, de la traçabilité des
temps, de l’affectation des absences et de la réconciliation des écarts issus des logiciels utilisés :
paie, gtA.

Comment l’utiliser ?
Étapes
Il s’agit de décomposer les facteurs d’évolution de la masse salariale.
1. Variation des niveaux d’activité.
Les causes en sont nombreuses : heures supplémentaires, temps partiel, travail de nuit, indemnités…
Afin de les isoler, la comparaison de masse salariale entre deux périodes doit être effectuée à effectif
constant.
2. Impact des augmentations (générale, individuelle, ancienneté).
L’impact d’une politique de rémunération se mesure à l’aide du pourcentage d’augmentation de la
masse salariale à effectif constant et sur une période :

La différence provient des nouveaux embauchés dont le salaire intègre la future hausse salariale.
3. Effet report : il s’agit de l’effet, sur le salaire moyen d’une année, des hausses décidées l’année
précédente. On distingue l’évolution en masse, variation de la dépense pour l’entreprise, de
l’évolution en niveau, dérive instantanée ou glissement annuel.
4. Variation quantitative des effectifs. Elle se mesure par l’effectif moyen sur deux années :

Si la croissance de l’effectif est de 10 %, et celle de la rémunération moyenne de 5 %, l’effet


d’effectif est : 0,10 × 1,05 = 10,5 %.
5. Effet noria : incidence sur le salaire moyen des entrées et des sorties par catégorie. La noria de
l’entreprise est égale à la somme des noria par catégorie :
Méthodologie et conseils
Adopter des définitions claires et partagées des effectifs inscrits (décompte par tête), payés, présents,
au travail (décompte en équivalent temps plein moyen mensuel).
Prendre en compte l’ensemble des composantes des frais de personnel : masse salariale, paie,
composantes comptables, autres charges, coût de main d’œuvre externe…

Rendre lisibles les flux budget - paie - comptabilité.

Avantages
■ Partager les enjeux RH en transparence.
■ Prendre des décisions qui auront un impact réel sur le compte de résultat.

Précautions à prendre
■ Être attentif aux refacturations internes, au décalage des variables de paie.

Comment être plus efficace ?


Piloter l’évolution de la masse salariale consiste à mettre sous contrôle deux indicateurs.

Évolution de la masse salariale prévisionnelle


L’évolution de la masse salariale prévisionnelle sur une période donnée s’établit en comparant « la
masse salariale réelle au 1er janvier de l’année n » avec « la masse salariale prévisionnelle au 31
décembre de l’année n ». Le résultat fait l’objet d’une analyse comparable à celle vue précédemment,
afin de comprendre les causes d’évolution et leur poids respectif :
• augmentation des salaires,
• effet report,
• entrées en cours d’année par catégorie de personnel,
• sorties en cours d’année par catégorie de personnel, etc.
Cette analyse permet également d’identifier les types d’embauches à effectuer afin de prévoir le plan
des recrutements.

Évolution du salaire moyen global et par catégorie


L’évolution du salaire moyen global et par catégorie se mesure par le rapport :

calculé à des périodes différentes. L’écart entre deux ratios intègre les hausses des salaires des
personnes en poste, les sorties et les entrées à des niveaux de salaires qui peuvent être supérieurs et
inférieurs.
Évolution du salaire moyen par catégorie
Trois composantes doivent être prises en compte pour piloter les hausses de salaires :
• Une référence au marché : de nombreux organismes réalisent des enquêtes de salaires par
fonction orientés cadres et non cadres.
• Le lien entre le système d’évaluation et le système de rémunération : la direction générale fixe
un objectif maximal d’évolution de la masse salariale. La DRH simule différentes hypothèses
d’évolution pour chaque catégorie de salariés. Chacune est modulée en fonction de la
contribution aux résultats de l’entreprise et de la tranche d’âge du salarié. En fin d’année, la
DRH demande aux managers de positionner leurs collaborateurs dans l’une des quatre
catégories de la matrice ci-dessous.
• La dérive de la masse salariale : si la dérive est trop importante, les pourcentages sont revus,
jusqu’à ce que la dérive globale corresponde aux objectifs fixés par la direction générale.

Le pilotage de la Ms s’effectue sur la base des effectifs payés : personnes dont la


rémunération est maintenue en totalité ou en partie. Il correspond à l’effectif inscrit,
défalqué des absents non rémunérés, pour tout ou partie par l’entreprise.

CAS : Tableaux de suivi de la masse salariale


Suivi mensuel à résultat analytique détaillé

Ce tableau présente un suivi budgétaire de la masse salariale. Il indique les résultats finaux annuels
résultant des résultats partiels pour chaque année.

Suivi de type progressif à l’objectif annuel


Ce tableau présente une visualisation immédiate du pourcentage de variation annuelle.
Celui-ci se compare à la valeur à la même date des deux années précédentes. ■
DOSSIER
COÛTS ET DÉCISIONS
4
Le calcul des coûts est une préoccupation importante pour les dirigeants d’entreprise dans un
environnement économique mouvant et complexe qui nécessite une forte réactivité.
Selon le baromètre de la fonction DAF réalisé en 2012 par CNCC et BDO, les deux premiers
leviers utilisés par les entreprises pour améliorer leur performance sont : la réduction des coûts
et l’amélioration de la productivité (pour plus de 50 % des répondants).

L’utilité d’un système de coûts de revient


Le système de coût est au service de la stratégie d’une entreprise. Il doit répondre à quatre objectifs :
• traduire la stratégie de l’entreprise en terme économique ;
• mesurer la productivité des fonctions ;
• permettre des prises de décisions rapides ;
• contribuer au langage commun de gestion.
La comptabilité analytique modélise le fonctionnement de l’entreprise en analysant les causes des
coûts, des marges et des écarts par responsabilité, par produit, par client, par projet, fonction,
processus...

Un bon système de coût doit permettre d’améliorer significativement la performance des entreprises
en guidant les choix économiques des décideurs.
Le système de coûts permet également de mettre en œuvre une analyse stratégique des marges pour :
• redimensionner son portefeuille produit : améliorer le résultat des produits non rentables,
réviser la grille des tarifs ;
• identifier ses sources d’avantages compétitifs et pousser les produits à forte marge ;
• obtenir une visibilité des coûts par marché, par client ;
• rationaliser ses activités et ses coûts inutiles, tout en améliorant la satisfaction des clients.

La mise en œuvre d’un système de coût de revient


Il existe principalement trois méthodes de calcul de coûts : coût complet, coût partiel, et Activity
Based Costing. Chacune peut se déployer sur des coûts réels ou des coûts prévisionnels ; on parle
alors de coût standard. La structure du coût dépend de la maille d’analyse souhaitée : référence,
produit, marché... et de l’utilisation que l’on veut en faire :

La comptabilité analytique traite des données :


• financières, issues de la comptabilité générale, en tenant compte que certaines charges sont
incorporables (mais parfois avec des montants différents) et d’autres non incorporables
(comme les charges fiscales) ;
• non financières, recueillies de façon plus ou moins automatique (déclarations de production,
feuilles de temps passé).
Il n’y a pas un coût de revient, mais des coûts de revient.

LES OUTILS
14 Le coût complet
15 Le coût partiel
16 Activity Based Costing (ABC)
17 Le coût standard
OUTIL
Le coût complet
14

Schéma d’allocation des coûts sur les objets de coût

En résumé
Calculer un coût complet consiste à rattacher tous les coûts aux objets de coût. La méthode
distingue les coûts directs des coûts indirects. Les coûts directs sont des coûts affectables sans
ambigüité à un objet de coût.
Les coûts indirects n’étant pas affectables sans ambigüité, ils doivent être répartis sur les objets de
coût au moyen d’une clé de répartition.

Insight
Calculating overall cost means associating all costs to cost items. This methodology separates
direct costs from indirect costs.
Direct costs are expenses that are clearly attributable to a cost item.
Indirect costs are non-attributable costs ; they are divided between the different cost items on
the basis of a distribution key.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Les dirigeants veulent connaître les zones de performance et de non performance dans leurs activités,
et apprécier les marges réalisées par famille de produits ou de clients. Pour répondre à ce besoin, le
contrôleur de gestion doit savoir comment répartir les charges sur les affaires, les produits, les
clients, les prestations aux usagers, etc.

Contexte
La méthode est adaptée pour :
• un contexte économique de production, pour identifier les gains de production dans les
entreprises très mécanisées ;
• un univers stable, car le coût complet est une moyenne calculée sur les périodes passées ;
• des industries travaillant en série, ayant des produits standards ;
• des entreprises travaillant sur commande, à condition d’utiliser des données prévisionnelles
dans les devis.
La méthode est inadaptée pour :
• une économie concurrentielle et un marché segmenté, pour fixer les politiques de prix de
vente ;
• une complexité des produits, des cycles et concentrations industrielles, qui augmentent les frais
généraux répartis, avec des clés qui peuvent être arbitraires ;
• une complexité du contrôle des écarts, nécessitant la décomposition des coûts fixes et
variables.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Imputer les charges directes : une partie des charges peut être imputée sans hésitation aux
objets de coût. Par exemple, dans une société HLM, le salaire du gardien peut être
directement imputé à chaque ensemble locatif.
• Répartir les charges indirectes : les charges indirectes par rapport à une production sont
souvent directes par rapport à une activité (quittancement, entretien, comptabilité,
règlement...). La comptabilité analytique va diviser l’entreprise en centres d’analyse (ou
sections) et affecter ces charges indirectes aux centres concernés. Un centre d’analyse est un
regroupement des charges, caractérisé par une activité homogène (essentiel), une
localisation (facultatif) et un responsable (recommandé).
• Calculer le coût des objets de coût. Le coût de chacun des centres est réparti sur les
différents produits, en ramenant l’activité du centre à une unité de mesure, appelée unité
d’œuvre. On calcule le coût de l’unité d’œuvre (heures, km, pièces..) en divisant le coût
total du centre par le nombre d’unités d’œuvre. L’unité d’œuvre doit être aussi simple que
possible et permettre la mesure du travail fourni et son imputation à l’objet de coût. Celle-ci
se fait en fonction de la consommation (mesurée ou estimée) de chaque produit en unités
d’œuvre.

Méthodologie et conseils
si certains centres d’analyse participent directement à la production, d’autres, comme la comptabilité
générale ou la trésorerie, ne contribuent pas à la réalisation de la production. Il est possible d’utiliser
le chiffre d’affaires pour répartir leur coût sur l’objet de coût, mais cette méthode est peu
satisfaisante.

Partir de la production et chercher à comparer, pour chaque


production, les charges et les produits.

Avantages
■ Donner une première approximation du prix de vente qui sera ensuite confrontée
au marché et à la concurrence.

Précautions à prendre
■ Faire attention à la notion d’activité homogène dans les centres d’analyse, et à la
pertinence des unités d’œuvre.

Comment être plus efficace ?


Le traitement différencié des centres d’analyse
On doit distinguer deux types de centre d’analyse :
• les centres principaux, qui participent directement au processus de production, et dont on
connaît le lien qui les relie à la production. Leur coût est réparti sur les produits, au prorata
du nombre d’unités d’œuvre « consommées » ;
• les centres auxiliaires, qui sont des prestataires de service travaillant pour les autres sections
de l’entreprise, et qui ne peuvent être rattachés directement aux objets de coût. Leurs coûts
sont déversés sur les centres principaux, au prorata du nombre d’unités d’œuvre consommées
par ceux-ci, ou au moyen d’une clé de répartition (clé : effectif pour l’administration du
personnel).

L’imputation rationnelle
Le coût de revient complet incorpore dans les coûts la totalité des charges fixes. Ainsi, dans le cas
d’une augmentation de la production, le coût unitaire diminue car les charges fixes se répartissent sur
un plus grand nombre d’articles. L’incidence des charges sur les coûts varie suivant le niveau
d’activité de l’entreprise. Il est possible de mettre en place un dispositif de régulation qui est la
méthode de l’imputation rationnelle.
Cette méthode consiste à incorporer dans les coûts de revient, la totalité des charges
proportionnelles, et la part des charges fixes calculées par rapport à un niveau potentiel d’activité
préalablement défini comme normal (n).
Le montant des charges fixes retenu est :

La partie des charges fixes non imputée représente le coût de la sous-activité ou de la suractivité
dans le compte de résultat.
L’activité normale est fixée par centre de responsabilité, à partir du niveau d’activité global prévu
dans l’entreprise (capacité maximale théorique de l’outil de production, ou capacité fixée selon les
contraintes commerciales, ou capacité découlant de considérations stratégiques). Elle peut
représenter 75 à 85 % de la capacité de production théorique.

La valorisation des sorties de stock


À chaque étape du processus de production, l’entreprise stocke la production de la période, qui se
cumule avec celle des périodes précédentes. Elles sont valorisées à des coûts différents.
Afin de valoriser les sorties de stock, l’entreprise peut choisir plusieurs méthodes :
• CMUP : coût moyen unitaire pondéré des stocks entrés à des périodes différentes ;
• FIFO (First In, First Out) ou premier entré, premier sorti : valeur du lot le plus ancien ;
• LIFO (Last In, First Out) ou dernier entré, premier sorti : valeur du lot le plus récent.
Le choix de la méthode de valorisation, fait par l’entreprise, a une incidence sur le résultat de
l’opération de vente et sur la valeur du stock restant.

La collecte et le traitement des données nécessitent des opérations longues, inadaptées


pour des prévisions rapides et fréquentes.
La méthode de l’imputation rationnelle fait intervenir des éléments prévisionnels (n) et,
de ce fait, constitue déjà un coût standard.

CAS : Compte d’exploitation analytique dans


le secteur automobile
Le compte d’exploitation analytique construit à l’avancement permet d’analyser plusieurs niveaux de
marges :

– La marge sur coût d’achat correspond plutôt à une marge brute dans les entreprises
industrielles. Elle découle du montant des achats de matières premières consommées dans la
production, et est donc principalement un indicateur de productivité matière. Cependant, son
évolution peut provenir de plusieurs facteurs : variation des prix de vente, des matières
premières, des quantités consommées, du mix vendu.
– La marge sur coût de production traduit la performance des sites de production, et permet
de comparer entre elles les performances des sites, comparables par leur activité, leur
process et leur taille.
– La marge sur coût de distribution est le résultat d’exploitation qui, en excluant les
mouvements à caractère financier et fiscaux, permet d’apprécier la performance industrielle
et commerciale d’entreprises dotées de politiques de financement différentes. Cette marge est
d o nc représentative de la performance purement commerciale, lorsque les coûts de
production sont valorisés en valeurs standards.
– La marge sur coût de revient mesure le résultat de l’activité d’un centre de profit après
renouvellement des immobilisations. Les objectifs sont le plus souvent fixés en terme de
résultat opérationnel, c’est-à-dire avant les frais financiers, l’impôt société et les éléments
exceptionnels. ■
OUTIL
Le coût partiel
15

Tableau de calcul du coût partiel

En résumé
Le calcul en coût partiel distingue les coûts variables des coûts fixes.
seuls les coûts variables sont affectés en totalité aux objets de coûts.
Les coûts fixes sont dissociés entre ceux qui sont directs à une famille d’objets de coûts, et ceux qui
sont communs à l’ensemble des objets de coûts.
Ces distinctions permettent de faire apparaître des marges intermédiaires.

Insight
Partial cost calculation does not differentiate fixed costs from variable costs. Only variable
costs are fully allocated to cost items.
Fixed costs are split between those that are associated with a specific set of direct cost items,
and those that are common costs to all cost objects.
These distinctions help reveal interim margins.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
La méthode du coût partiel met en évidence les marges de contribution, qui sont les indicateurs
privilégiés d’une politique de vente, et le moyen de suivre la relation « volume-coût-profit-
structure ».

Contexte
Cette méthode permet d’apprécier rapidement les incidences d’une variation de prix de vente, d’une
variation des cadences, d’une variation des facteurs de production, ou d’une variation des charges
fixes.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Identifier les coûts variables et les coûts fixes.
On appelle coûts fixes les coûts indépendants de l’activité de l’entreprise (loyer, amortissement). On
appelle coûts variables les coûts qui varient dans le même sens que l’activité de l’entreprise (salaire
à la pièce, essence consommée).
Dans la réalité de l’entreprise, ces concepts sont flexibles. Un coût variable unitaire peut changer
suite à une revalorisation des salaires. De même, il est courant de dire que les coûts fixes évoluent
par paliers. Un coût fixe peut globalement être modifié, si une augmentation importante de volume
nécessite une embauche pour traiter le surcroît de charge administrative.
• Calculer les marges sur coût variable et de contribution.
La marge sur coûts variables se calcule par activité ou par produit. Lorsqu’une marge sur coût
variable se révèle négative, il y a lieu de s’interroger sur l’intérêt de poursuivre cette activité ou ce
produit. La somme de ces marges doit être substantiellement positive, pour couvrir l’ensemble des
coûts fixes de l’entreprise.
La marge de contribution se calcule au niveau d’une famille de produits ou de clients, en prenant en
compte les coûts directs fixes à la famille (outillage spécifique). La somme des marges de
contribution doit être positive afin de couvrir les frais généraux.

Méthodologie et conseils
La séparation des coûts, en fixes et variables, doit être utilisée avec la plus grande prudence, puisque
les coûts changent de nature suivant :
• le critère choisi pour la séparation entre variable et fixe ;
• la nature des variations d’activité (quantité et qualité de ces variations) ;
• le domaine d’application de ces notions.
D’une façon arbitraire, on distingue quatre critères pour différencier les coûts en fixes et variables :
• constatation globale de faits passés ;
• étude analytique de conditions normales de variations ;
• caractère plus ou moins automatique de ces variations ;
• niveau de responsabilité ayant à décider de la variation.

Ne pas chercher à répartir les coûts communs sur les objets de coûts,
mais raisonner en marge de contribution.
Avantages
■ Une information rapide à obtenir et à communiquer, entraînant une simplicité de
mise en œuvre.
■ Accepter des commandes que le coût complet rejetterait, en fonction des
conditions de la concurrence et de la lourdeur des objectifs.

Précautions à prendre
■ Cette méthode ne peut être utilisée pour valoriser les stocks au bilan
■ Faciliter le transfert de charges de l’activité vers les charges fixes, non
imputables sur l’activité en question.

Comment être plus efficace ?


Distinguer les deux natures de la variation d’activité
Le plus souvent, la variation est qualifiée d’homothétique, au sens où le volume produit varie, mais
sans modification de la proportion des différents articles composant l’activité. Dans ce cas, les coûts
fixes ne seront pas les mêmes selon l’ampleur de la variation.
Une étude, menée pour des variations d’activité de plus ou moins 20 %, fait apparaître comme fixes
des coûts susceptibles de diminuer de moitié, ou même de disparaître en cas d’une réduction de
l’ordre de 50 %. Par conséquent, lorsque l’on parle de variation homothétique, il convient d’ajouter
dans quel ordre de grandeur de cette variation on se situe. Dans certains cas, l’activité peut non
seulement varier en volume, mais aussi varier en structure. Les raisonnements précédents ne peuvent
plus s’appliquer, notamment en cas de :
• variation de structure de l’activité pouvant conduire à un déséquilibre qui, à chiffre d’affaires
égal, implique un emploi moins efficace des moyens de production, et donc des coûts accrus ;
• accroissement d’activité par une augmentation de la diversité des articles produits, susceptible
d’entraîner une augmentation des coûts fixes hors de proportion avec celle de l’activité
escomptée ; il peut alors en résulter une baisse de rentabilité.
Cette analyse délicate ne doit pas cacher l’importance des variations de coûts fixes en fonction de la
diversification de la production.

Réaliser une analyse marginale


L’analyse marginale consiste à évaluer un supplément de gain ou de perte, par rapport à un
supplément (ou une diminution) d’investissement ou de dépense.
On distingue :
• le coût marginal : supplément financier que l’on se propose d’allouer au développement d’un
plan d’action. Il peut comprendre des coûts variables, des coûts fixes ou les deux ;
• la recette marginale : produit supplémentaire qu’on espère retirer du coût marginal engagé. Il
s’agit d’une diminution d’un autre coût ;
• le résultat marginal ou la contribution marginale : différence entre recette marginale et coût
marginal. tant que cet écart est positif, il est intéressant de poursuivre et de développer le
plan d’action.
L’analyse marginale est communément sollicitée pour :
• choisir entre confier à la sous-traitance ou se charger soi-même d’un surcroît d’activité. On ne
compare pas le coût du sous-traitant au coût de revient interne, mais au coût supplémentaire
pour produire les quantités concernées ;
• changer de structure : c’est intéressant dès lors que la contribution marginale qu’on peut en
attendre est positive ;
• conserver ou abandonner un produit : on prend en compte la réduction des coûts fixes, ou un
autre usage possible des capacités libérées ;
• valoriser un sous-produit (voire un déchet) : on ne prend en compte que le coût de la
valorisation comparée au prix de vente (ou supplément de prix) que l’on peut en attendre.

Cette méthode s’utilise pour décider :


– un abandon de produit ;
– de pousser des produits concurrents dans une gamme ;
– d’évaluer le prix marginal ;
– d’évaluer le seuil de rentabilité ;
– de faire, ou de faire faire.

CAS : Compte d’exploitation par segment


de clients dans le secteur du BTP
Il ne suffit pas que la contribution de chaque client soit positive, il importe de couvrir les coûts fixes
en totalité par la somme des contributions ; il faut donc observer l’ensemble des segments de clients.

• La marge sur coût variable indique la performance des activités ou des clients. si elle est
négative, il y a lieu d’envisager d’abandonner (dans les conditions actuelles) l’activité ou le
client, en dehors de toute autre considération (stratégique, commerciale, sociale…).
• La marge de contribution est un bon indicateur de profitabilité des activités ou des clients.
Lorsque la marge de contribution est négative, plusieurs leviers d’action sont à la disposition
du responsable du centre de profit pour baisser le seuil de rentabilité. Il peut augmenter le
prix de vente ou le volume des ventes, réduire les coûts variables et les coûts fixes, ou encore
améliorer le mix des ventes. Le résultat de diverses simulations conduit souvent à utiliser les
effets combinés de deux ou trois leviers d’action.
• La marge sur coût de revient mesure le résultat de l’activité d’un centre de profit après
renouvellement des immobilisations. Les objectifs sont le plus souvent fixés en termes de
résultat opérationnel, c’est-à-dire avant frais financiers, impôt société et éléments
exceptionnels. ■
OUTIL
Activity Based Costing (ABC)
16

Cet outil permet de tracer les consommations de charges


jusqu’aux objets de coût

En résumé
La méthode ABC permet de calculer des coûts complets en traitant les charges indirectes, non plus
dans une logique de répartition, mais dans une logique de consommation. Les objets de coûts
consomment des activités, qui consomment des ressources, qui ont un coût. Les centres d’analyses
sont décomposés en activités et les unités d’œuvre sont remplacées par des inducteurs de coûts plus
diversifiés.

Insight
The ABC method (Activity Based Costing) is used to calculate the complete costs, including
overheads (indirect expenses), using consumption rather than distribution as trend lines. Cost
objects consume activities, which consume resources, which have a cost.
Analysis centers are broken up into activities and a more diverse range of cost-drivers replace
work units.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
La méthode ABC permet d’affiner le coût complet en tenant compte de la complexité des processus.
Les coûts indirects n’étant pas générés à l’identique pour tous les produits ou clients, cela nécessite
le recours à différents inducteurs.

Contexte
Cette méthode reflète mieux les processus complexes : petites séries, lancement à la demande,
produit « sur mesure », en différenciant leurs coûts. Elle est adaptée pour des entreprises ayant
beaucoup de frais généraux (> 20 %), ou souhaitant disposer d’un outil pour analyser la rentabilité de
leurs clients.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Identifier les activités.
Les données sont recueillies lors d’interviews individuelles ou collectives avec les responsables des
fonctions support, afin d’aboutir à une matrice qui croise les services et les activités.
• Calculer le coût des activités.
Les ressources des centres d’analyse sont allouées sur les activités au prorata des inducteurs de
ressources. Les frais de personnel sont affectés en fonction du temps passé par activité (au global,
par catégorie de personnel ou par personne). Pour les autres ressources, on peut établir une matrice
de passage qui croise les natures de ressources avec les activités, et affecter des pourcentages
globaux.
• Définir et collecter les inducteurs d’activité.
L’inducteur correspond à la cause de variation du coût d’une activité. Après avoir inventorié les
inducteurs lors des interviews, on s’assure de leur traçabilité et de leur sensibilité au volume de
l’activité. Les inducteurs absents de la base de donnée doivent être introduits afin d’être quantifiés.
• Calculer le coût et la rentabilité des produits, clients, canaux :
– calcul du coût unitaire des inducteurs,
– imputation du coût des inducteurs aux prorata de leur consommation sur les objets de coûts
(CO),
– intégration du chiffre d’affaires (CA),
– intégration des coûts externes, hors comptabilité analytique (CE),
– calcul de la rentabilité = CA – CO – CE.

Méthodologie et conseils
Le dépouillement des interviews révèle souvent un grand nombre d’activités et d’inducteurs.
Il est recommandé de prévoir deux modèles : un modèle peu détaillé pour calculer les coûts de
revient des objets de coûts (ABC), et un modèle plus détaillé pour analyser et améliorer les
performances des activités et des processus (ABM).
Pour le modèle ABC, les activités dont les coûts ne dépassent un certain seuil peuvent être
regroupées avec d’autres activités qui sont proches. De même, plusieurs inducteurs peuvent être cités
pour une même activité. En construisant une matrice qui croise les activités et les inducteurs, on
repère les inducteurs communs, retenus en priorité.
Établir une meilleure traçabilité des coûts, en créant un lien de
causalité entre les ressources et l’objet de coût, par le biais de
l’activité.

Avantages
■ Retrouver des centres d’analyse homogènes grâce à la démultiplication des
activités.
■ Directifier des coûts indirects sur les produits au travers des activités.

Précautions à prendre
■ Attention à ne pas créer une usine à gaz avec un modèle de coût trop détaillé.
■ Admettre que la méthode ne permet pas d’affecter 100 % des charges indirectes.

Comment être plus efficace ?


Activity based management (ABM)
La connaissance des coûts obtenus avec la mise en place de la méthode ABC permet de mieux
comprendre les causes des coûts. Le modèle ABC donne accès à des données (coût de l’activité ;
nombre d’inducteurs ; coût de l’inducteur ; marge par client) qui vont permettre de réaliser des
analyses de productivité, de rentabilité et de décider d’améliorations de la performance :
• en interne en réduisant les coûts fixes : suppression d’activités facultatives, substitution entre
ressources, sous-traitance de certaines activités, création de nouvelles activités, amélioration
des processus…
• en externe en faisant des choix stratégiques : optimisation du portefeuille de produits/ clients,
positionnement produit, optimisation de la tarification, développement d’un canal de
distribution…
Le coût des activités en interne est comparé à celui des mêmes activités réalisées ailleurs. On
recherche la « référence » :
• à l’intérieur de l’entité auprès d’autres services, d’autres processus comparables. L’intérêt est
la facilité relative du recueil de l’information, l’inconvénient, un univers un peu étroit pour
prétendre à une diversité pleinement représentative des pratiques.
• à l’extérieur de l’entité auprès d’entreprise spécialisées dans ces activités support. La
recherche est parfaitement ciblée. Les services internes seront alors challengés et mis en
concurrence.

Activity based budgeting (ABB)


L’ABB est une méthode d’élaboration budgétaire fondée spécifiquement sur les activités. Selon cette
méthode, les responsables des services support peuvent estimer plus finement les volumes des
activités qu’ils ont à réaliser, ainsi que leurs besoins en ressources pour leur service.
• La méthode ABB permet aux responsables de piloter plus efficacement leurs frais de structure,
en transformant les coûts fixes en coûts variables. Par exemple, le coût d’une activité
d’accueil est en principe variable selon le nombre de personnes à l’accueil, la plage horaire
de réception, le temps de réponse. La variabilité du coût dépend des décisions de dépenses
du responsable pour se procurer de nouvelles ressources ou les maintenir. Une fois la
décision prise, le niveau de ces ressources devient fixe, puisque non directement relié aux
volumes vendus.
• Élaborer un budget basé sur les activités consiste à faire fonctionner le modèle ABC, en
utilisant la méthode de rétro-calcul. Le modèle est alimenté avec des volumes cibles de
ventes, de production, et il calcule automatiquement les volumes d’activités et de ressources
nécessaires pour chaque service afin d’atteindre les objectifs fixés (effectifs, matériel…).

La méthode ABC/ABM permet de :


– mieux manager les ressources et les coûts,
– analyser l’efficacité de l’organisation pour être plus compétitif,
– analyser la sous-activité et les gaspillages pour les éliminer,
– obtenir des indicateurs parlants,
– renforcer le dialogue entre les dirigeants et l’encadrement.

CAS : Reporting d’activités


Le coût des activités consommées par la gamme « Bureautique » est trois fois plus élevé que celui de
la gamme « Impression » : 27 % contre 9,8 % du CA. Les différences proviennent essentiellement
des activités suivantes :
– processus « traiter les litiges clients », qui est disproportionné et doit être corrigé ;
– processus « approvisionner », difficile à réduire car la gamme bureautique consomme
beaucoup de références ;
– activité « enregistrer un nouveau client » dont la procédure d’enregistrement est à revoir ;
– activité « traiter les demandes de sAV » dont le coût élevé doit être mis en regard d’une
politique de retour systématique aux fournisseurs. ■
OUTIL
Le coût standard
17

Méthode d’élaboration d’un coût standard

En résumé
Les coûts standards sont des coûts prévisionnels, c’est-à-dire calculés par avance, pour chaque
composante du coût de revient.
La méthode consiste à comptabiliser chaque opération en la décomposant en deux éléments : la
norme, ou standard, et la différence, ou écart, entre la norme et la réalité. Cette différence peut être
positive ou négative.

Insight
Standard costs are provisional costs, calculated and planned in advance within each product-
cost component.
This method recognizes transactions by breaking each one in two parts: the standard (or norms)
and the difference, or gap, between norms and reality. The difference can be positive or
negative.
Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Afin d’accélérer et de simplifier l’obtention des coûts, l’entreprise peut utiliser des coûts standards
qui :
• favorisent une vision prévisionnelle des coûts par rapport aux coûts réels ;
• permettent d’obtenir plus rapidement des informations propres à identifier toute dérive de
rendement ou de profitabilité.

Contexte
Les coûts standards sont applicables sur une longue période, car leurs calculs reposent sur des
objectifs d’évolution des différents paramètres entrant dans leur composition. Leur structure doit être
identique à celle des coûts réels.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Construire le coût standard. La méthode du coût standard nécessite de :
– fixer le niveau normal d’activité (imputation rationnelle), les normes techniques (gammes et
nomenclatures), et les normes économiques ;
– élaborer le budget des différents centres d’analyse, et calculer le coût standard des unités
d’œuvre (budget/activité normale).
• Valoriser la production standard.
Coût standard d’un produit = Coût standard direct (main d’œuvre et matières premières) + Coût
standard indirect (Coût standard de l’UO × nombre standard UO).
Coût standard de production prévue = Coût standard unitaire × Volume standard.
Coût standard de production réelle = Coût standard unitaire × Volume réel.
• Mettre en évidence les écarts.
Le suivi de la performance est réalisé par l’analyse et l’exploitation des écarts entre le standard et le
réel. On analyse couramment trois types d’écarts : écarts sur quantités, écarts sur prix et écarts
d’activité.
Les écarts peuvent provenir de causes techniques (rebuts, stocks excessifs), ou de causes
économiques (mauvaise conjoncture, hausse des salaires).

Méthodologie et conseils
L’élaboration des coûts standards résulte d’une démarche plus ou moins volontariste du management.
On distingue des coûts standards :
• estimés, à l’aide d’informations extérieures ;
• calculés, en fonction d’un historique ;
• idéaux, basés sur une analyse théorique ;
• budgétés, dits standards normaux.
Avec une comptabilité à coûts standard, on ne calcule plus de coût de revient réel par produit, le coût
standard étant supposé être une estimation suffisamment précise du coût de revient. Le bien-fondé de
ce postulat est contrôlé par le suivi et l’analyse des écarts.
En revanche, on maintient la ventilation des dépenses réelles par section.
La révision des coûts standards s’effectue au niveau de la comptabilité analytique lors d’une
variation de prix importante. Elle a également lieu au niveau des temps lors d’une modification
technique ou de l’enregistrement d’un progrès stable. ■

La qualité des coûts standards dépend du soin avec lequel les règles
d’obtention sont identifiées, calculées, puis mises à jour.

Avantages
■ Faciliter la surveillance de la productivité si les normes établies sont raisonnables.
■ Fixer des prix de vente, calculer des devis, déterminer un résultat flash.

Précautions à prendre
■ Peu pertinent pour évaluer la performance, tant les causes d’évolution des coûts
sont nombreuses.
■ Souvent à l’origine de conflits entre services sur les responsabilités des écarts.
DOSSIER
LE PILOTAGE DE LA PERFORMANCE
5
Le contrôle de gestion joue avant tout un rôle de pilotage de la performance. Il permet de
s’assurer en permanence de la tenue des objectifs de l’entreprise par rapport aux évènements
susceptibles d’en affecter le déroulement.

L’utilité du système de pilotage


La mise en place d’un système de pilotage répond à trois objectifs :
• vérifier que les objectifs qui sous-tendent la stratégie choisie sont bien suivis ;
• conseiller les opérationnels dans leurs actions, à partir de l’analyse des résultats et des
tableaux d’indicateurs ;
• capitaliser les enseignements, et alimenter la réflexion sur la stratégie et les objectifs futurs.
Un système de pilotage adapté permet au management d’être alerté à temps et à bon escient, afin
d’identifier et de gérer rapidement les dysfonctionnements, de se focaliser pleinement sur les
objectifs et d’orienter les actions.

Les outils de pilotage


Un système de pilotage fournit des données clés sur la marche des activités (passé, présent, futur), un
référentiel commun avec un ensemble d’indicateurs partageables, la progression vers les objectifs
retenus.
Le tableau de bord stratégique est un outil d’évaluation de la stratégie, des marges de progression,
des endroits d’excellence où l’entreprise cherche à créer de la valeur. Les tableaux de bord
opérationnels sont orientés sur le court terme et représentent un excellent outil de suivi des activités.
tous ces tableaux de bord constituent une chaîne efficace d’informations financières et non
financières, qui permet la mise en œuvre réussie de la meilleure stratégie possible.
L e reporting de gestion présente les états financiers mensuels, avec des commentaires sur les
performances financières et des explications sur les écarts par rapport au budget et aux objectifs. Il
donne une synthèse claire des activités et de leur progression vers les objectifs. Il est principalement
tourné vers le management, et est essentiellement constitué d’indicateurs financiers.

L’évolution du système de pilotage


Le reporting interne demeure l’activité la plus significative en termes de temps passé pour les
contrôleurs de gestion. toutefois, la fréquence s’est accrue, le délai moyen s’est réduit, la quantité de
chiffres à produire a augmenté, signe d’un fort besoin d’informations dans une période d’incertitude.
On constate également une augmentation du nombre des indicateurs avec :
• un élargissement de la gamme des indicateurs utilisés, en particulier pour le suivi du cash et
de la responsabilité sociale et environnementale.
• une progression des indicateurs de marché et de la concurrence.
Le compte de résultat et les indicateurs opérationnels demeurent les indicateurs privilégiés, mais leur
ordre de préférence a évolué. Les indicateurs opérationnels ont pris plus d’importance dans
l’ensemble des processus de reporting. Les contrôleurs de gestion sont plus impliqués dans les
analyses d’écarts et les revues de performance.

LES OUTILS
18 Le tableau de bord stratégique
19 Le tableau de bord opérationnel
20 Le reporting de gestion
21 Le budget ajusté
22 L’analyse des écarts
23 Le suivi de projet
24 Les risques et les opportunités
25 Le reporting RSE
OUTIL
Le tableau de bord stratégique
18

Une représentation multiple de la performance selon


la stratégie

En résumé
Le tableau de bord stratégique aide à piloter les choix stratégiques et à suivre les actions
engagées.
Il facilite le pilotage global de l’entreprise et de ses activités, dans le respect des grands
équilibres.
Il permet de suivre la réalisation des objectifs stratégiques.

Insight
The strategic dashboard helps shaping choices of strategy and following undertaken actions. It
facilitates overall running of the company and its actions, whilst respecting the key balances.
The dashboard makes it possible to monitor the achievement of strategic objectives.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Le tableau de bord stratégique répond au besoin des dirigeants, tout en reflétant les spécificités de
l’entreprise : secteur d’activité, stratégie, organisation, culture… Il fournit une vision commune de ce
qu’il est important de réussir dans le fonctionnement général de l’entreprise. Il attire l’attention de
l’équipe de direction sur les éléments pertinents, notamment les facteurs clés de succès de
l’entreprise.

Contexte
Le tableau de bord stratégique s’avère utile à tous les stades de la vie de l’entreprise pour
accompagner le changement. C’est un outil de management et de mobilisation des équipes autour des
leviers stratégiques. Il suppose l’existence d’une vision stratégique des dirigeants.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Élaborer une stratégie claire, qui définit le positionnement de l’entreprise en produits ou
services sur des marchés, et les actions essentielles pour réussir, par exemple réduire les
coûts, renforcer la qualité, affirmer sa position de leader, élargir son offre de produits…
• Traduire les facteurs clés de succès et de risques à chaque niveau de l’organisation en leviers
opérationnels, correspondant aux degrés de liberté d’action dont dispose chaque niveau. Des
actions concrètes sont sélectionnées, suite aux analyses d’impact des activités ou des
processus sur les avantages concurrentiels retenus.
• Adapter le tableau de bord aux évolutions de la stratégie :
– les indicateurs de performance sont le reflet des facteurs clés de succès et de risques
(part de marché, satisfaction client) ;
– les indicateurs de pilotage sont le reflet des actions associées aux objectifs. Ces
indicateurs permettent de réagir et d’améliorer la performance future de l’indicateur de
performance (productivité, efficience) ;
– les indicateurs de suivi de projets sont le reflet de l’écart entre la performance actuelle
et la performance cible ; ils se voient affectés exclusivement des indicateurs de
pilotage. Chaque projet fait l’objet d’un chiffrage budgétaire et d’un calcul de retour
sur investissement.

Méthodologie et conseils
La périodicité du tableau de bord stratégique est le plus souvent semestrielle ou annuelle. Le rôle du
contrôleur de gestion est majeur dans ce domaine. En tant qu’architecte du système de mesure de la
performance de l’entreprise :
• il est responsable de la qualité du système de pilotage ;
• il fournit à la direction générale un constat, lui permettant de détecter les besoins majeurs
d’actualisation de la stratégie (processus de prévisions successives) :
– en fonction des modifications observées de l’environnement externe ;
– en fonction des causes de succès ou d’échec partiel des responsables d’activités ou de
processus dans l’atteinte de leurs objectifs de performance.

Un outil à la fois vecteur de communication de la stratégie et


catalyseur de progrès dans l’entreprise.

Avantages
■ Focaliser le management sur les mesures qui conduisent au succès.
■ Mesurer le chemin à parcourir pour atteindre ses objectifs stratégiques.

Précautions à prendre
■ Baser le système sur la pertinence de la stratégie.
■ Stocker trop d’informations afin de pallier à d’éventuelles difficultés.

Comment être plus efficace ?


Robert Kaplan et David Norton ont développé le modèle balanced scorecard , ou tableau de bord
prospectif. Ce modèle présente un système de pilotage stratégique de la performance dérivé de la
vision et de la stratégie de l’entreprise.

une représentation multi dimensionnelle de la performance


sur quatre perspectives
Kaplan et Norton partent du principe que pour mettre en œuvre sa stratégie, une entreprise doit
s’appuyer sur un système de mesures équilibrées qui va au-delà des seuls résultats financiers. Le
modèle balanced scorecard décline la stratégie sur quatre perspectives :
• Perspective « finance » : que faut-il apporter aux actionnaires ?
• Perspective « client » : comment doit-on être perçu par les clients ?
• Perspective « processus » : que doivent apporter les processus aux clients ?
• Perspective « apprentissage organisationnel » : comment les hommes et l’organisation doivent-
ils piloter le changement ?

expliquer la stratégie en décrivant les liens de cause à effet : carte


stratégique
Le modèle détermine les liens de cause à effet entre les quatre perspectives formant le tableau de
bord prospectif. La détermination de ces liens de cause à effet permet de décrire :
• le parcours qu’empruntent les améliorations effectuées au niveau des actifs immatériels
(perspectives « processus » et « apprentissage organisationnel ») ;
• leur impact sur le plan financier et à l’égard du client (perspectives « finance » et « client »).
La détermination des liens de cause à effet au sein d’une même perspective décrit les corrélations
entre certaines actions.

Évaluer les indicateurs existants afin de les réorganiser


et de les compléter en vue d’équilibrer les quatre perspectives
Le système de mesure équilibré est constitué d’objectifs stratégiques sur chaque perspective. Chaque
objectif est mesuré par un indicateur de performance avec une valeur cible et une fréquence adaptée.
À chaque objectif est associé un plan d’action dont le déroulement est mesuré par des indicateurs de
pilotage. Les indicateurs les plus couramment rencontrés sont les suivants :
• Perspective « finance » : retour sur investissement (ROI), chiffre d’affaires rapporté aux
capitaux employés (CA/CE), taux de marge (RO/CA), cash-flow disponible (CFD) ;
• Perspective « client » : taux de service, taux de produits non conformes, délai de traitement
des réclamations ;
• Perspective « processus » : efficience MOD, productivité MOD, temps d’écoulement, temps
de rendement standard (MOD : main d’œuvre directe) ;
• Perspective « apprentissage organisationnel » : taux d’absentéisme, formations dispensées,
taux de mobilité interne.

Un pilotage n’est stratégique que si l’on veille à la cohérence des projets et des
processus internes par rapport à la stratégie préalablement définie.

CAS : Contenu d’un tableau de bord stratégique


Le tableau de bord stratégique doit apporter les informations nécessaires au diagnostic global de
l’organisation, à la surveillance des grands équilibres et à la prise de décision stratégique. ■
OUTIL
Le tableau de bord opérationnel
19

Les enjeux de la performance opérationnelle

En résumé
Le tableau de bord opérationnel est un ensemble d’indicateurs et d’informations essentiels
permettant à un responsable d’avoir une vue d’ensemble, de déceler les perturbations, et de prendre
des décisions d’orientation de la gestion, afin d’atteindre les objectifs issus de la stratégie.

Insight
The operational dashboard is a set of indicators and crucial information, designed for managers
to achieve the strategy objectives by giving an overall review, identifying disruption effects, and
taking direction on where management should go.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Le tableau de bord opérationnel traduit la contribution d’une équipe opérationnelle ou fonctionnelle à
la mise en œuvre de la stratégie, les objectifs se traduisant la plupart du temps en termes de plans
d’action concrets.

Contexte
Les indicateurs physiques se généralisent ; ils sont propres à chaque métier et traduisent la réalité du
terrain. En effet, la compétition mondiale nécessite de mesurer également des éléments non
financiers, comme la qualité, le niveau des stocks, la productivité, la flexibilité des moyens, la
fiabilité des livraisons, le taux de service, l’efficacité du personnel…

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. Identifier les indicateurs de performance.
• Préciser la mission du responsable, c’est-à-dire les prestations fournies à ses clients
internes ou externes. Puis identifier les objectifs prioritaires à mettre sous contrôle en
termes de coût, de qualité et de délai. Par exemple, un responsable approvisionnement
a pour mission d’« assurer l’approvisionnement des ateliers et des services support
dans les meilleures conditions de qualité, de coût et de délai ». ses objectifs
prioritaires portent sur la qualité du service, la qualité des matières ou des
consommables approvisionnés, le coût d’achat et le coût du service rendu.
• Associer à chaque objectif un indicateur de performance, comme le taux de service, le
nombre de retours, les écarts sur achats standards, le coût global du service.
2. Identifier les indicateurs de pilotage.
• Identifier les actions critiques à mettre sous contrôle, afin de s’assurer de l’atteinte de
la performance attendue. Par exemple, la qualité du service rendu dépend notamment
d u choix des fournisseurs, mais aussi de la qualité des prévisions des
approvisionneurs.
• Associer à chaque action un indicateur de pilotage, comme le nombre de fournisseurs
en assurance qualité, le nombre de rupture sur les « bons » fournisseurs.

Méthodologie et conseils
Le tableau de bord doit permettre à une équipe opérationnelle de fixer ses cibles et de mesurer le
rythme auxquelles elles seront atteintes. Le responsable d’équipe est le plus à même de fixer les
cibles à atteindre, en concertation avec son manager, compte tenu de sa connaissance de son
environnement de travail.
Il est également important que le choix des indicateurs soit fait par le responsable opérationnel avec
son équipe, afin que tous se les approprient.
Les indicateurs de performance se limitant à un constat du passé, il est important de compléter le
tableau de bord avec des indicateurs de pilotage permettant une action rapide. Le tableau de bord
permet de répondre aux questions suivantes :
• Les objectifs seront-ils atteints ?
• Le plan d’action se déroule-t-il tel que prévu ?

Le tableau de bord opérationnel permet le pilotage des activités tout


en orientant vers l’action.

Avantages
■ Le tableau de bord est un outil de gestion décentralisé des différents champs de
responsabilité dans l’entreprise.
■ Il fournit les indicateurs indispensables et spécifiques à une équipe opérationnelle.

Précautions à prendre
■ Limiter le nombre d’indicateurs à une dizaine tout au plus.
■ Adapter la fréquence de la mesure au besoin de réactivité sur le terrain.

Comment être plus efficace ?


Le tableau de bord visuel
Le tableau de bord visuel est un tableau de bord avec des indicateurs renseignant sur les résultats
obtenus et sur l’avancement des actions. Il est « visuel » car les indicateurs de performance comme
de pilotage sont présentés avec de nombreux types de figurés : des graphiques (courbes,
histogrammes, radars…), des codes couleurs (rouge, orange, vert), des symboles, des smileys…
Ces éléments favorisent une meilleure compréhension :
• de la situation immédiate : « est-on à l’objectif, ou très éloigné ? »
• des causes d’écarts : « un manque de formation des commerciaux ? un segment de marché en
difficulté ? »
• d’actions complémentaires nécessaires à entreprendre par niveau d’urgence
Un tel tableau de bord n’a rien de confidentiel car il est destiné à être affiché à la vue de tous. C’est
d’abord un document de travail pour une équipe avant d’être un document de reporting à une
hiérarchie. Il est utilisé pour conduire le progrès continu dans le service.

La réunion debout
Les équipes opérationnelles sont souvent prises par les urgences du quotidien et disposent de peu de
temps pour se poser et analyser les indicateurs. Des réunions d’équipe autour du tableau de bord
permettent de commenter les résultats et d’identifier les actions à mettre en œuvre. Une action
corrective sera conduite avec d’autant plus d’enthousiasme ou d’implication qu’elle aura été décidée
par ceux qui doivent la mettre en œuvre.
La réunion debout est une pratique qui se généralise dans les entreprises industrielles et les
entreprises de services. Elle est réalisée sur le lieu de travail dans un espace dédié où est affiché le
tableau de bord. Cela permet aux participants d’être plus à l’aise, et de bénéficier d’un accès
immédiat à des documents ou d’autres outils, qui pourraient être utiles pour trouver une solution.
Chaque membre de l’équipe dresse le bilan de la période écoulée devant ses collègues réunis debout
pour une quinzaine de minutes. Chacun est invité à suggérer des idées d’amélioration. Le responsable
écoute les propositions et arbitre sur les priorités. sur un tableau blanc ou un paper board, un membre
de l’équipe opérationnelle peut mettre à jour les indicateurs. Le tableau de bord visuel devient un
outil de pilotage au quotidien.
Un problème qui ne peut être résolu rapidement remonte au niveau hiérarchique supérieur. Un
dialogue s’instaure avec l’équipe afin de trouver une solution. ■

• Un tableau de bord descendant n’est pas le meilleur outil pour animer une équipe
opérationnelle.
• Un tableau de bord visuel peut être utilisé dans tous les services pour gérer dans un
horizon court terme.
• L’objectif n’est pas de juger les personnes, mais d’identifier les problèmes et de
trouver rapidement des solutions.

CAS : Tableau de bord de Santé et Sécurité


au Travail
OUTIL
Le reporting de gestion
20

Objectifs et enjeux du reporting et du tableau de bord

En résumé
Le reporting de gestion met en évidence les points clés et les objectifs délégués aux différentes
entités d’un groupe.
C’est un outil de contrôle a posteriori des responsabilités déléguées, plutôt qu’un support pour
l’action.

Insight
Management reporting highlights the key elements and objectives delegated to the various
entities of a group.
It is more a tool for a posteriori control of the delegated tasks, than a support device for action.
Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Le reporting doit répondre aux besoins des actionnaires et des partenaires, ainsi qu’aux besoins des
dirigeants et des décideurs.

Contexte
Le reporting de gestion s’intègre dans le proces- sus de consolidation des données. la qualité des
informations et des analyses produites dans le reporting dépend, de la bonne maîtrise et de la fiabilité
des processus de remontée des informa- tions, et des mécanismes de consolidation.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• choisir un référentiel commun à la comptabilité et à la gestion.
L’information réelle est systématiquement comparée à une référence : budget, année
précédente, concurrents sur le marché. il est important de connaître chaque marche pour
identifier les bons indicateurs et savoir les interpréter.
• mettre en place un manuel financier.
La terminologie au sein du groupe doit être standardisée. l’information doit être définie de
façon précise et être connue et partagée par tous. Un lexique des indicateurs financiers peut
figurer à la fin du reporting, ou être mis à disposition en ligne, afin de rappeler les
définitions en cas d’oubli.
• organiser les niveaux de validation des résultats. le reporting doit permettre de focaliser
chaque niveau de responsabilité sur les chiffres clés sur lesquels il a un levier d’action :
performance actuelle, projection de la performance de fin d’année, moyens envisagés pour
atteindre les objectifs ambitieux.
• mettre en place des outils intégrant contrôles et interfaces.
L’outil doit permettre de sortir des informations justes et à l’heure, en évitant les reprises
manuelles. il doit être paramétré pour dégager des tendances, des prévisions par rapport à
l’année précédente, le marché…
• effectuer des analyses détaillées systématiques.
Le reporting doit alerter les responsables sur le maintien du bien-fondé des hypothèses
initiales, sur les dérives significatives. le reporting doit présenter des analyses de business
et pas des analyses de données : donner une vue globale du compte de résultat, pousser les
analyses de marges par produit, client, pays, marques… afin de challenger les responsables
opérationnels.

Méthodologie et conseils
• la fiabilité du reporting passe par l’élimination des principales causes d’erreurs :
– la déficience de l’organisation ;
– l’indisponibilité de l’information ;
– une insuffisance de communication et de coordination ;
– des systèmes d’information non optimisés.
• pérenniser la qualité de l’information nécessite en outre :
– d’adapter les outils et logiciels à la taille, à l’évolution et aux besoins du groupe ;
– d’anticiper les évolutions de périmètres de consolidation, (simuler les acquisitions-cessions
de sociétés, les changements de méthodes et de normes…).

Le délai de sortie de l’information doit être cohérent avec l’urgence


des décisions à prendre.

Avantages
■ Il s’agit d’un outil qui permet de vérifier que les objectifs délégués sont atteints,
et pour évaluer la performance des responsables.
■ C’est aussi un langage commun aux différents membres de l’entreprise, du
groupe.

Précautions à prendre
■ Le contrôleur de gestion doit coopérer étroitement avec le business (être proche
des activités) et les différentes cultures (respect et facilité de communication).

Comment être plus efficace ?


Raccourcir les délais de clôture mensuelle
Pour réduire les délais de clôture, le contrôleur de gestion peut travailler étroitement avec le
responsable comptable, afin de :
• identifier les tâches non pertinentes dans le processus de clôture, les anticiper, les réaliser en
parallèle ; élaborer un planning précis ;
• uniformiser les normes et les règles de gestion : plan de comptes, clés comptables et formats
uniques ;
• automatiser des tâches manuelles simples, la réconciliation des intercos ;
• constituer un réseau de correspondants de gestion dans les activités opérationnelles ;
• déléguer les contrôles de vraisemblance et de cohérence des informations, à une ou plusieurs
personnes au sein des services comptables ;
• utiliser de manière contrôlée des estimations à base statistiques.

Soigner le support de communication des résultats


Le support de communication doit permettre de faire le lien entre les objectifs stratégiques et les
indicateurs du reporting. On se focalise sur les chiffres clés : budget/ réel/écart ; mois et/ou cumul,
12 mois glissants ; position par rapport à l’objectif annuel. On s’interroge sur le nombre de colonnes
réellement nécessaires, on en réduit le nombre, on utilise des codes couleur pour faire parler les
chiffres.
Les chiffres doivent être commentés. Les commentaires portent sur :
• les faits marquants relatifs aux menaces et opportunités du marché, ainsi qu’aux forces et
faiblesses internes à l’entité ou au groupe ;
• les principales réalisations du mois ;
• les principaux écarts : faits générateurs, évolutions des hypothèses budgétaires ;
• les actions correctrices envisagées ;
• l’impact prévisible de ces évolutions sur la fin de l’année.

Prévoir une réunion périodique sur les résultats


Cette réunion périodique réclame un certain formalisme, en termes d’organisation, comme de
déroulement. Un calendrier annuel précise les dates de réunion avec les participants. Les documents
sont standardisés, commentés et diffusés à temps. son organisation incombe souvent au responsable
du contrôle de gestion.
Le reporting et un ordre du jour, précisant les questions à traiter, sont envoyés aux participants
préalablement à la réunion de gestion ; ainsi, chaque responsable peut prendre connaissance des
résultats de son entité et préparer une synthèse sur le point le concernant. Cette réunion vise deux
objectifs : se mettre d’accord sur le constat et décider d’actions correctrices. De fait, les débats
portent sur l’explication des dérives, les actions nécessaires pour rectifier les écarts, le suivi de
l’avancement des plans d’action en cours ; sans oublier d’analyser la bonne performance afin de
donner un côté positif à la réunion de gestion.
Un participant fait le compte rendu de la réunion. Ce compte rendu permet de formaliser
l’engagement des responsables opérationnels sur les conclusions de la réunion de gestion. ■

Les documents de suivi doivent être conçus avec les utilisateurs afin qu’ils les emploient
comme leurs propres outils.
Au cours de la réunion de gestion, il est important de créer une dynamique coopérative
en pointant l’intérêt et l’objectif commun, afin d’éviter que les participants ne s’enlisent
dans la défense de stratégies individuelles.

CAS : Exemple de reporting dans un groupe


industriel
OUTIL
Le budget ajusté
21

Pourquoi travailler avec un budget ajusté ?

En résumé
Analyser les écarts de résultat par rapport au budget initial ne permet pas de dissocier l’origine des
écarts, puisque les écarts d’activité, de rendement, ou de coûts sont confondus. Le budget ajusté
permet d’isoler la performance commerciale à l’origine des écarts d’activité et la performance de
la production, d’où dérivent des écarts de rendement et de coût.

Insight
Variance analysis between results and the initial budget does not distinguish the root causes of
the variance, since activity, performance, or cost variances are combined. The adjusted budget
is used to isolate commercial performance (which lies behind the activity gap) from production
performance (at the origin of the yield spreads or cost gaps).

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Afin de mettre en valeur les responsabilités et d’isoler les effets de variation de volumes, il est
recommandé de travailler avec un bud- get ajusté. celui-ci sert de référence pour le contrôle
budgétaire des coûts variables.

Contexte
Élaborer un budget ajusté consiste à simuler a posteriori, un autre budget sur la base de son activité
réelle, tout en conservant les compo- santes des coûts standards.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Calculer le budget ajusté : il correspond à une simulation du budget initial, à partir d’une
autre hypothèse de volume, comme le montre l’exemple ci-dessous :

Seuls les coûts variables sont revalorisés au vu des volumes réalisés. Les coûts fixes ajustés
demeurent identiques à ceux du budget initial.
• Interpréter les différents écarts.
Cet écart (CV budget ajusté – Cv budget initial) correspond à un écart d’activité dû à une très
bonne performance commerciale : plus de volume, donc plus de coûts variables. cet écart
étant isolé, il permet de se concentrer sur la performance de la production.

On distingue alors deux écarts imputables à la performance de la production :


• un écart favorable sur coûts variables = CV réel – CV budget ajusté ; cet écart se décompose
en écart de coût et écart de rendement ;
• un écart défavorable sur coûts fixes = CF réel – CF ajustsé = CF réel – CF initial.

Méthodologie et conseils
Le calcul du budget ajusté nécessite d’avoir une connaissance précise de la variation des coûts en
fonction du volume d’activité réelle.
Sur un site de production, il est recommandé de communiquer mensuellement uniquement sur le 2e
tableau des écarts, qui traduit les écarts imputables à la production.
Le contrôle budgétaire basé sur le budget ajusté et l’analyse des écarts prend tout son sens dans un
environnement relativement stable et peu complexe ; il devient lourd dans un environnement
complexe et s’avère inadapté dans un environnement dynamique. ■

Avantages
■ Identifier rapidement l’origine des écarts.
■ Attribuer les responsabilités.

Précautions à prendre
■ Affecter des écarts à des responsables.
■ Construire le budget sur des hypothèses qui peuvent se révéler inadaptées.
OUTIL
L’analyse des écarts
22

L’efficacité de l’analyse des écarts

En résumé
L’analyse des écarts consiste à clarifier les causes des écarts, un faible écart pouvant résulter
d’écarts plus importants. Elle identifie ceux nécessitant la mise en place d’actions correctives.
Elle permet de s’assurer de la fiabilité des éléments du budget comme du réel, des écarts pouvant
résulter de prévisions irréalistes ou d’un réel erroné.

Insight
Gap analysis can clarify the causes of the deviations; a small difference may result from bigger
gaps.
It identifies those requiring the implementation of corrective actions.
It ensures the reliability of budget items as well as actual expenses; actuarial differences may
result from unrealistic forecasts expectations or from an error in the actual result.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
L’analyse d’écarts consiste à valoriser l’impact financier de chacun des écarts constatés afin de
prendre des décisions sur les éléments les plus importants.

Contexte
Le contrôleur de gestion doit s’organiser pour vérifier que les résultats ne se dégradent pas. Il doit
savoir mettre en exergue les chiffres et leurs évolutions, et faire le lien avec les business units.

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. Analyser les hypothèses qui conditionnent l’atteinte des objectifs en :
• identifiant les hypothèses sensibles, dont la non vérification compromet les objectifs ;
• mesurant les sensibilités de ces hypothèses aux actions correctives décidées au vu du constat
d’une dégradation ;
• déterminant les points à suivre par anticipation (contrats en cours de signature, prêts venant à
échéance…).
2. Analyser les écarts constatés en s’assurant de :
• distinguer le récurrent de l’exceptionnel ;
• repérer les décalages dans le temps provenant de la mensualisation budgétaire ou des avances
ou retards pris dans les réalisations ; • vérifier l’exhaustivité des charges réelles ;
• relier l’écart aux faits marquants observés et à l’évolution du business ;
• clarifier sur quelles hypothèses le chiffrage a été fait.
3. Faire des propositions d’actions correctrices aux opérationnels pour tenir les engagements pris
dans le budget. Les leviers d’action portent sur :
• l’arbitrage entre les différentes lignes budgétaires ;
• la priorisation des projets restants ;
• le gel de certaines dépenses, jusqu’à inversion des tendances ;
• éventuellement, la renégociation d’une enveloppe supplémentaire.
4. Évaluer les résultats finaux et les performances. Cette analyse sera très utile pour actualiser et
améliorer la fiabilité des prévisions à venir. En fin d’année, elle servira de base pour mettre à jour
les normes et les standards.

Méthodologie et conseils
L’analyse des écarts se fait le plus souvent mensuellement, en référence à un budget mensualisé. Dans
certaines entreprises, la référence budgétaire peut être abandonnée en cours d’année, si le budget est
trop largement dépassé (croissance très forte sur une activité nouvelle par exemple). Afin de
conserver la pertinence de l’analyse, il est recommandé de faire un suivi par exception en indiquant
uniquement :
• ce qui ne va pas, et en posant un diagnostic et un jugement corrélé avec la conjoncture, la
structure, le degré de gravité ;
• l’excellente performance, afin d’identifier les bonnes pratiques à généraliser.

Un écart global est la combinaison de plusieurs écarts partiels.

Avantages
■ Ces analyses vont permettre d’alimenter les prévisions glissantes.
■ À partir des résultats, les priorités peuvent être revues, afin d’atteindre les
objectifs fixés en début du cycle de prévision.

Précautions à prendre
■ Prendre garde à n’expliquer que les écarts significatifs : montant, seuil de
tolérance, taux planchers.
■ À chaque niveau de responsable, prendre en compte des composantes différentes
pour l’analyse des écarts.

Comment être plus efficace ?


Il demeure important de décomposer les écarts globaux sur les postes du compte de résultat à fort
enjeux, afin de remonter à l’origine de l’écart et d’être plus pertinent dans le choix de l’action
correctrice.
Suivons l’analyse d’un écart de coût sur des frais de personnel, défavorable de 13,6 K€, somme de
trois écarts élémentaires.

En synthèse :
La valeur ajoutée de ces analyses réside également dans la capacité à :
– aider à la prise de décision et à la mise en place d’actions correctives ;
– diffuser l’information financière de manière pertinente, afin de stimuler
l’organisation.

CAS : Exemple de présentation de l’analyse


des écarts
Le bridge est un outil graphique permettant de faire ressortir de manière visuelle les facteurs
expliquant les évolutions ou écarts entre deux périodes.
L’exemple ci-dessous présente les facteurs expliquant l’écart de résultat opérationnel de 17 K€ entre
le budget (940 K€) et le réel (957 K€). Deux facteurs ont rapporté plus de résultat opérationnel que
prévu au budget : l’effet volume et l’effet prix, pour respectivement + 228 K€ et + 108 K€. Toutefois,
une partie de cet écart favorable a été annulé par plusieurs écarts défavorables : un effet mix (–92
K€), un effet de change (–106 K€), l’inflation (–49 K€) et des activités cédées (–72 K€).

Cette présentation peut également être utilisée pour communiquer sur les écarts entre le réel n et le
réel n – 1, mais aussi sur les écarts entre la dernière prévision et le budget, voire sur les écarts entre
deux prévisions successives. ■
OUTIL
Le suivi de projet
23

La mise sous contrôle d’un projet

En résumé
Un projet correspond à un ensemble d’actions à réaliser pour atteindre un objectif défini dans le
cadre d’une mission précise, et qui comporte un début et une fin. Au fur et à mesure de
l’avancement du projet, le niveau de connaissance du projet augmente ; en revanche, le degré de
liberté d’action sur le projet se réduit. Ceci entraîne un décalage entre la performance constatée et
la performance prédéterminée.

Insight
A project is a set of actions needed to achieve a defined target under a specific mission, with
start and end points. The level of knowledge increases as the project progresses; however, the
scope of freedom of action on the project is reduced. This leads to a mismatch between observed
(actual) performance and predetermined performance.
Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Il ne s’agit pas de constater a posteriori le décalage de performance, mais au contraire de valider à
chaque instant la possibilité d’atteindre les objectifs finaux.

Contexte

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Gérer l’axe temps : le projet doit être suivi par rapport à deux « axes temps» : celui du cycle
habituel de gestion, calé sur la périodicité comptable, en général mensuelle, et celui de
l’avancement « technique » par phase.
La gestion prévisionnelle prend une importance toute particulière, afin de s’assurer
régulièrement que l’avancement du projet est cohérent avec les prévisions budgétaires. Les
« reprévisions » budgétaires intègrent le coût des prestations déjà réalisées et l’estimation
de ce qui reste à faire.
• Gérer les risques : un brainstorming croisé avec le retour d’expérience sur des projets
semblables permet d’identifier le plus tôt possible les risques. Qualifier la gravité et la
probabilité du risque facilite l’apport de réponses ciblées, les choix et la mise en œuvre : on
peut choisir de ne rien faire, de limiter le risque en réduisant la probabilité ou la gravité, de
supprimer le risque, ou encore de transférer le risque chez un prestataire externe. On suit
ensuite plus régulièrement le plan d’action.
• Gérer les données financières.
Le budget est construit selon une structure et un niveau de détail adaptés au contexte du projet.
Un projet étant très souvent amené à évoluer, les modifications contractuelles ou techniques
doivent être intégrées dès qu’elles sont connues. Pour chacune des étapes du projet et pour
chaque centre de ressources impliqué dans le projet, on détaille le budget et son suivi par lot
en distinguant le coût des différentes ressources ; la rigueur des imputations permet de mettre
en évidence les écarts avec le prévisionnel

Méthodologie et conseils
Les besoins étant différents, il est important de séparer la phase de proposition de la phase affaire.
• En phase de proposition, il s’agit de :
– identifier et valoriser les coûts de proposition le plus en amont possible ;
– participer à la construction de devis ;
– avoir connaissance et valider la date juridique de notification afin de garantir une juste
comptabilisation.
• En phase affaire, il s’agit de :
– suivre de façon détaillée les engagements de dépenses, en amont de la comptabilisation des
charges ;
– suivre la facturation et s’assurer de la bonne valorisation des travaux en cours, correspondant
au travail réalisé non encore facturé.

La maîtrise de la qualité, des délais et des coûts sont plus que jamais
indissociables.

Avantages
■ Mesurer pour agir sur le projet suivant.
■ Descendre jusqu’au niveau nécessaire pour maîtriser le projet.

Précautions à prendre
■ Associer le contrôleur de gestion au plus tôt à l’analyse du projet.

Comment être plus efficace ?


Le pilotage d’un projet impose d’effectuer des situations d’avancement périodique.

Mesurer l’avancement physique du projet


L’avancement est mesuré au niveau des tâches du projet au moyen de :
• indicateurs physiques caractéristiques : m2 d’isolation, nombre de dessins ;
• jalons avec % d’avancement ;
• avancement calendaire (tâche à ressources constantes) ;
• mesure binaire pour les tâches à courte durée (0 % ou 100 %).
Il est consolidé par la méthode de la valeur acquise ou du coût budgété du travail effectué (CBTE) :
pondération de l’avancement des éléments à consolider par leur valeur budgétaire.
Évaluer la situation à date sur les travaux déjà effectués
La situation à date est basée sur la mesure des écarts entre, les dates de début de référence, et les
dates de début réel (constatées ou estimées). On calcule l’écart de temps qui sépare la date d’analyse
et le jour où la valeur acquise, à cette date, aurait dû être atteinte, d’après l’échéancier prévisionnel.
Cet écart donne une estimation du retard ou de l’avance à date.

Calculer les écarts, en délai et en coûts, par rapport aux prévisions


L’écart de coût résulte de la différence entre les coûts encourus, ou coûts réels du travail effectué
(CRTE), et les coûts prévisionnels (valeur acquise ou CBTE). Le retard indique le décalage du
planning dans le temps, représentant la différence entre l’avancement physique prévu et l’avancement
physique réel.

Estimer la situation à terminaison en délais et en coûts


La prévision à fin de réalisation est estimée pour établir, le planning courant à partir de la situation à
date, et le coût à terminaison.
Les reprévisions de coût sont effectuées à partir des :
• coûts encourus : main d’œuvre écoulée + dépenses fournisseurs sur achats engagés ;
• engagements : reste à payer sur contrats fournisseurs engagés ;
• prévisions pour solde : le reste à faire et à engager.
Le travail de reprévision est destiné à trouver des solutions pour revenir au plus près de l’objectif en
coût et en délai. La reprévision permanente permet de valider, si les actions correctrices décidées
lors de la dernière reprévision, sont efficaces. ■

• Mettre en place un système d’information permettant la gestion prévisionnelle.


• Utiliser des éléments tous arrêtés à la même date.

CAS : Exemple de tableau de bord de projet


OUTIL
Les risques et les opportunités
24

Les différentes natures de risques

En résumé
L’entreprise peut être soumise à deux natures de risques : stratégiques ou purs.
Seuls les risques stratégiques sont gérés par le contrôle de gestion.
Les risques stratégiques entraînent une perte (risque) ou un gain (opportunité) de résultat. Le rôle du
contrôle de gestion consiste à alerter sur l’impact et la probabilité de réalisation du risque, afin
d’augmenter la probabilité de succès de la stratégie.

Insight
The company may be subject to two different types of risk: strategic or pure.
Management control only deals with strategic risks.
Strategic risks result in loss (risk) or gain (opportunity) in income.
Management control’s role is to alert on the impact or probability of risk occurrence, in order
to increase the chances of the strategy.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Les risques et les opportunités, gérés par le contrôle de gestion, sont identifiés, estimés et maîtrisés,
afin de ramener les risques encourus à un niveau résiduel ou acceptable, et de profiter des
opportunités.

Contexte
Cette gestion des risques et des opportunités s’exerce le plus souvent à deux niveaux :
• entreprise : afin de piloter la tenue des objectifs stratégiques et budgétaires dans le cadre des
prévisions successives ;
• management de projet : afin de piloter la marge brute finale du projet.

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. Identifier les risques et les opportunités de l’activité de l’entreprise qui peuvent impacter
significativement son résultat :
• mettre en place des capteurs qui permettent, de suivre les évolutions, et d’anticiper
des tendances sur les variables sensibles des grosses lignes budgétaires : cours de
change, nombre de jours de grève, taux d’absentéisme… ;
• faire de la veille afin de capter des signaux faibles : actions faites par les concurrents,
évolution du marché, de la réglementation…
2. Réaliser des simulations afin de valoriser l’impact financier et de déclencher rapidement
des alertes en fonction de la portée du risque ou de l’opportunité (fort, moyen, faible).
Il s’agit d’étudier des scénarios de sensibilité à certaines variables : que se passerait-il si
telle variable s’éloignait de la valeur choisie (si le marché est en retrait de 5%, si le coût
du zinc augmente de 10%...) ; puis affecter une probabilité d’apparition au risque qui
exprime le degré d’éventualité de sa manifestation (fort, moyen, faible). Selon la même
méthode, évaluer l’impact financier des différentes actions de maîtrise avant de les mettre
en œuvre, afin d’avoir des éléments de choix et de décision. Balayer régulièrement les
provisions pour risque, afin de les actualiser au vue des réalisations et des nouveaux
risques identifiés.
3. Communiquer auprès des responsables opérationnels :
Communiquer auprès des responsables opérationnels sur les risques et les opportunités, par
rubriques :
– valeur en euros au budget ;
– valeur en euros en réel cumulé ;
– valeur en euros du reste à faire.

Méthodologie et conseils
Dans beaucoup de cas, un risque est aussi une opportunité. Lorsque le nombre de variables est trop
élevé, on ne peut pas se contenter de la méthode des probabilités. Il est préférable de réaliser une
simulation de type Monte-Carlo.
Chaque loi est échantillonnée sous la forme d’un ensemble de cas possibles et d’une fréquence de ces
cas. Les fluctuations sont alors étudiées en effectuant un nombre important de tirages. Chaque tirage
correspond à un seul cas pour chaque élément du modèle. Les fréquences d’apparition sont
respectées. ■

L’estimation doit être couplée à la recherche de solutions


alternatives.

Avantages
■ Ce travail est essentiel pour fiabiliser les prévisions.
■ Cela permet d’évaluer lucidement un risque et d’imaginer une alternative.

Précautions à prendre
■ Affecter une probabilité de réalisation à chaque risque ou opportunité identifié.
■ Essayer d’équilibrer les risques et les opportunités en terme d’impact.
OUTIL
Le reporting RSE
25

Les sources des indicateurs du reporting RSE (responsabilité


sociale et environnementale)

En résumé
Le reporting RSE permet de rendre compte, aux parties prenantes, de la politique de
développement durable de l’entreprise, dans un rapport intégré de données financières et non
financières. Ce reporting doit répondre aux spécificités et au métier de l’entreprise. Il est également
utilisé pour mobiliser les équipes en interne.

Insight
Reporting on CSR provides accountability of the company’s sustainable development policy to
stakeholders, in a statement based on financial and non-financial data. This reporting must meet
the company’s specificities and business requirements. It is also used to mobilize in-house
teams.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Le reporting RSE présente les engagements de l’entreprise en matière de développement durable. Il
doit répondre aux obligations réglementaires imposées aux entreprises cotées par la loi NRE en 2001
et aux entreprises cotées ou non cotées selon certains seuils de chiffre d’affaires et d’effectifs par la
loi Grenelle 2 en 2012 ; mais aussi à trois types d’enjeux : le pilotage des performances, la maîtrise
des risques, la communication auprès des parties prenantes.

Contexte
Le contrôleur de gestion a la responsabilité de construire les systèmes de reporting et de tableaux de
bord financiers ou non financiers. Il peut étendre ses pratiques pour élaborer le reporting RSE et
analyser les relations de cause à effet entre les performances économiques, sociales et
environnementales.

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. Identifier les indicateurs. Leur choix résulte de la concertation de la direction avec les
parties prenantes.
Le reporting peut être composé :
• d’indicateurs quantitatifs (kwh/m2 ; kg papier acheté ; émission de CO …) ;
• de données de scoring : objectif dépassé ; objectif en ligne ; objectif partiellement
atteint ;
• de données qualitatives telles que des fiches de suivi d’actions.
Pour choisir les indicateurs sociaux, sociétaux et environnementaux les plus significatifs :
• se référer au bilan social ;
• construire un benchmark en s’intéressant à ce que font les entreprises du même
secteur ; • définir les indicateurs attendus par les parties prenantes ;
• recourir aux grands référentiels de la GRI, de la loi NRE, de la SNDD, du Grenelle2,
de l’ISO 26000…
2. Collecter et restituer les informations.
Les procédures de collecte, de consolidation et de contrôle de la fiabilité des indicateurs sont
généralement formalisées dans un « protocole de reporting » consultable par les parties
prenantes.
Elles présentent les données à recueillir (quantitatives et qualitatives), les sources (acteurs,
fichiers internes, sites externes…), les types et les périodicités de traitement, les
périmètres et règles de consolidation.
3. Choisir la granularité des données.
La granularité des données doit être précisée pour chaque indicateur. Plus elle est déclinée
finement, plus les managers assument leur responsabilité économique, mais également leur
responsabilité environnementale, sociale et sociétale.

Méthodologie et conseils
Les écarts éventuels d’une période à l’autre doivent faire l’objet, d’un recoupement de données, et
d’une analyse des causes possibles par le contrôleur de gestion. L’horizon annuel est le plus pertinent
car, soit beaucoup de données fluctuent d’un mois sur l’autre en fonction de paramètres externes
(émissions polluantes), soit elles ont une fréquence aléatoire (accident du travail) ou sont
conditionnées à des cycles naturels annuels (biodiversité). ■

Communiquer sur les impacts économiques, environnementaux,


sociaux et sociétaux.

Avantage
■ Utiliser des référentiels nationaux ou internationaux pour comparer les
entreprises d’un même secteur.

Précaution à prendre
■ Être attentif aux préoccupations des parties prenantes.
DOSSIER
LE DIAGNOSTIC DE GESTION
6
Un diagnostic consiste à identifier la nature d’une situation, d’un problème ou d’un
dysfonctionnement, par interprétation de signes extérieurs, à partir d’observations, de contrôles
ou de tests.

Pourquoi réaliser un diagnostic de gestion ?


Effectuer un diagnostic de gestion, c’est :
• prendre du recul, pour évaluer l’état de santé de l’entreprise, en se concentrant sur les
problématiques de gestion ;
• mettre sous tension l’organisation dans la recherche du progrès, et éviter l’autosatisfaction ;
• proposer des recommandations pour améliorer la performance de l’entreprise ;
• engager des actions de correction, d’amélioration, et d’optimisation de la gestion de
l’entreprise.
Le diagnostic de gestion sert à identifier les forces et faiblesses de l’organisation, en identifiant les
zones de performance et de non performance, et en analysant les pratiques, afin de rendre les
processus et les activités plus efficaces et efficients. C’est un outil d’analyse dynamique.

Comment réaliser un diagnostic de gestion ?


Tout diagnostic démarre par un état des lieux, c’est-à-dire une analyse de la situation actuelle, au
travers d’une collecte d’informations puis d’un croisement de ces informations, afin de mettre en
évidence les dysfonctionnements masqués.
Plusieurs méthodes existent dans l’entreprise et sont fréquemment utilisées en contrôle de gestion.

Quelle que soit la méthode utilisée, le diagnostic conduit à :


• fixer des objectifs de progrès ;
• identifier de nouveaux leviers d’action ;
• concevoir des plans de progrès qui seront mis en œuvre par les équipes opérationnelles ;
• enrichir le système de pilotage de nouveaux indicateurs.
LES OUTILS
26 La matrice SWOT
27 La veille économique
28 Le benchmarking des fonctions
29 Le DMAIC
30 Le diagramme d’Ishikawa
31 La matrice coût/valeur
32 Le budget base zéro (BBZ)
OUTIL
La matrice SWOT
26

Les composantes de la matrice swot ( strengths weaknesses


opportunities threats )

En résumé
La réussite d’une entreprise dépend de la façon dont elle gère ses ressources internes, sources de
forces et de faiblesses, en relation avec son environnement, source d’opportunités et de menaces.
La matrice SWOT est un outil qui permet de synthétiser les éléments du diagnostic externe et
interne d’une entité.

Insight
One of the key factors affecting a company’s success is how it manages its internal resources (its
strengths and weaknesses) related to its environment (creating opportunities and threats).
The SWOT analysis is a tool developed to synthesize an entity’s internal and external elements
of diagnosis.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
La matrice SWOT met en évidence les enjeux clés d’une entité (problème de concurrence, de marque,
de qualité, de distribution). Elle génère des idées pour orienter les choix et identifier des leviers
d’action.

Contexte
La matrice SWOT se construit au niveau d’une entité ayant un marché : un segment stratégique, une
approche métier, une approche géographique, ou une approche secteur d’activité.

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. Réaliser le diagnostic de l’entreprise.
• Le diagnostic interne porte sur :
– la concurrence ;
– l’évolution du marché ;
– l’évolution des métiers et des compétences ;
– l’environnement économique ;
– la réglementation.
• Le diagnostic interne porte sur :
– le portefeuille des produits et des clients ;
– l’innovation ;
– la qualité des produits ;
– les actions commerciales ;
– l’évolution des résultats (croissance – rentabilité).
2. Hiérarchiser les informations au sein de la matrice.
Il s’agit de marier les compétences internes avec les opportunités externes. selon les forces
ou les faiblesses de l’entreprise, une menace peut se transformer en opportunité et vice
versa. Par exemple, se lancer dans une nouvelle activité qui implique des coûts compétitifs
et une capacité de production élevée peut-être une opportunité si l’entreprise dispose de
ces deux forces, sinon c’est une menace.
3. Identifier les axes prioritaires du plan d’action. Ceux-ci doivent donner des réponses à
l’entité sur les problèmes rencontrés afin de :
• profiter des opportunités ;
• se prémunir contre les menaces ;
• consolider les points forts ;
• améliorer les points faibles.

Méthodologie et conseils
Pour conduire le diagnostic externe, il est recommandé :
• d’utiliser les outils de la veille,
• de s’inspirer de l’analyse du secteur selon Porter, qui intègre les concurrents, les clients, les
fournisseurs, la réglementation et les produits de substitution, afin de faire le tour des faits
marquants de l’environnement.
Pour réaliser le diagnostic interne, faire l’inventaire des atouts de l’entreprise sur son marché : coût
de revient, rentabilité, productivité, image, qualité de service, délai de livraison, technologie,
organisation. Puis s’interroger sur la performance relative de l’entité par rapport à ses concurrents.
Le contrôleur de gestion s’assure de l’attrait financier du plan d’action, et que l’entreprise dispose
des ressources (financement, hommes, équipement) pour garantir sa réussite. Il doit envisager la
possibilité de revenir en arrière ou de différer les investissements, si cela s’avérait nécessaire après
la mise en œuvre. ■

Prendre en compte tous les facteurs clés de succès permettant de


mettre en œuvre la stratégie.

Avantages
■ Un outil de structuration d’un diagnostic en mettant en relation les quatre
composantes de la matrice.
■ Un outil de communication facile à partager entre financiers et non financiers.

Précautions à prendre
■ Ne pas limiter l’analyse à la seule réduction des points faibles.
■ Valider que le plan d’action est cohérent avec la culture de l’entreprise.
OUTIL
La veille économique
27

Les sources d’information pour le contrôle de gestion

Source : Cegos

En résumé
Faire de la veille, c’est être à l’écoute des signaux faibles qui, une fois repérés, identifiés et
analysés, fournissent des éléments aux entreprises, pour réagir aux variations de leur
environnement.

Insight
Maintaining a watch means listening for weak signals; once tracked, identified and analyzed,
they provide elements for corporate responses to environment changes.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Les entreprises veillent afin de récupérer des données stratégiques, le plus en amont possible, pour
prévoir des évolutions sur leurs métiers, leurs produits… et innover avant leurs concurrents.
Contexte
En entreprise, la veille se pratique sous deux formes : la veille terrain ou la veille documentaire.

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. Identifier le problème.
Les sujets de veille en entreprise sont nombreux. Le contrôleur de gestion se focalise
essentiellement sur trois problématiques :
• comment évolue l’environnement de l’entreprise ?
• quelles sont les grandes évolutions à l’intérieur de l’entreprise ?
• quelles sont les nouvelles pratiques en contrôle de gestion ?
2. Transformer le problème en recherche d’information.
Les sources d’informations sont nombreuses. Elles proviennent de l’intérieur comme de
l’extérieur de l’entreprise. Elles peuvent être formelles comme informelles. toutes les
sources doivent être validées afin d’assurer la pertinence des informations collectées.
En contrôle de gestion, la collecte des informations porte le plus souvent sur les points
suivants :
• données concurrentielles : prix de vente des concurrents, taille du secteur, parts de
marché, résultats annuels, cours de bourse, images de marques, nombre de brevets ;
• données macroéconomiques : taux d’inflation, taux d’intérêt, taux de change, taux de
croissance, taux de charges sociales ;
• indicateurs en amont : coût du fret à 3 mois, relevés météorologiques, commandes à
12 mois.
3. Interpréter les indicateurs collectés. Ceux-ci permettent de :
• détecter les évolutions qui peuvent affecter la rentabilité de l’entreprise, ou celle des
clients ou des fournisseurs ;
• identifier des éléments factuels permettant de challenger les résultats et les
prévisions ;
• expliquer l’impact de l’évolution constatée sur le résultat, les flux de trésorerie ;
• décider et mettre en œuvre un plan d’action lorsqu’un indicateur est au « rouge ».

Méthodologie et conseils
La veille de premier niveau s’organise souvent via le web. Les outils de recherche de l’information
les plus courants sont :
• les favoris, les sites des bibliothèques et des portails ;
• les outils de recherche : annuaires (yahoo, nomade…) et moteurs (Altavista, google…) ;
• autres : blogs, forums (google, yahoo…), listes (Catalist, Francopholiste…), actualité.
Afin d’optimiser sa veille, il est recommandé de respecter trois règles d’or :
• se donner 15 à 20 minutes pour arriver au bout du « couloir » ;
• si une porte ne s’ouvre pas, ne pas insister ; • si une porte s’ouvre, ne pas entrer tout de
suite. ■

Apporter des idées pour améliorer la performance et mieux anticiper


les crises.

Avantages
■ Extraire de la surabondance des données les informations utiles à la prise de
décision, à la réduction des risques et à l’amélioration des résultats.

Précautions à prendre
■ Attention à valider les données produites afin de ne pas partir sur de fausses
pistes.
■ Accepter que la veille ait un coût : outils, services logiciels, temps passé par les
équipes.
OUTIL
Le benchmarking des fonctions
28

Les facteurs clés de succès

En résumé
La fonction contrôle de gestion peut jouer un rôle de benchmarking car elle est au cœur :
■ des remontées d’information,
■ du management de la performance,
■ de la vision transversale de l’organisation
■ des référentiels de gestion.
C’est donc à elle que devrait revenir tout naturellement la responsabilité de conduire ce type
de projet transversal.

Insight
The management control function can play a benchmarking role, because it is at the heart of :
– Information feedbacks
– Performance management
– Transverval vision of the organization
– Management repositories (reference tables of management)
It is natural that it should be assigned the lead-responsibility of this type of crosscutting
mission.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
En période délicate, les entreprises sont conduites à réduire leur seuil de rentabilité, en améliorant la
productivité ou la qualité, ou en diminuant les coûts, ainsi que le niveau de contribution de chacune
des fonctions. Le benchmarking est une méthode permettant d’identifier des leviers d’action.

Contexte
Dans des groupes d’une certaine dimension le benchmarking interne est privilégié car il y a toujours
une entité, une agence, une usine meilleure que les autres. Dans des entreprises de plus petite taille, le
benchmarking externe est recommandé.

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. Cibler le modèle.
La définition d’un modèle, qui décrit les activités et les livrables de la fonction concernée, est
réalisé à partir d’interviews auprès des responsables concernés.
2. Mesurer les résultats, les écarts de performance.
Les données collectées portent sur :
• les coûts : main d’œuvre, sous-traitance, fonctionnement, informatisation... Ces coûts de
fonctionnement sont décomposés en coûts directs et coûts indirects répartis. Ces données
sont extraites des centres budgétaires pour être ensuite comparées.
• des indicateurs qualitatifs : respect des délais, conformité, fiabilité…
3. Comparer les méthodes et les processus Les données collectées sont souvent :
• rapportées à un dénominateur commun : (coût complet de la fonction / coût complet de
l’entité) ou (coût complet de la fonction / chiffre d’affaire).
• décomposées par zone géographique, type d’activité, taille de l’unité, afin de comparer
des entités comparables.
– rapprochées d’analyses qualitatives, afin de distinguer les entités pour lesquelles le
niveau de ressources affecté à la fonction est le plus bas, et la fonction est la plus
performante.
4. Prévoir un processus continu d’évaluation. Des objectifs et des plans d’action de réduction
des coûts sont définis pour chaque entité afin qu’elle améliore son rapport qualité / coût.
L’échange de bonnes pratiques peut également aboutir à des choix de standardisation en
mutualisant des moyens administratifs (Centre de service Partagé).

Méthodologie et conseils
La comparaison entre entités porte non seulement sur les résultats à atteindre, mais également sur les
éléments pouvant expliquer les différences de résultat : organisation, processus, complexité,
comportements…
Il est préférable d’axer plus l’analyse sur les coûts que sur les effectifs, afin d’éluder des différences
dues à des choix organisationnels différents (ex : recours à la sous-traitance). ■

La pression sur les coûts ne doit pas s’exercer à l’identique sur toutes
les fonctions, ni se limiter à la déclinaison de l’effort général.

Avantages
■ La comparabilité des périmètres et la collecte des données sont plus aisées.
■ Le partage des résultats mobilise les équipes internes.
■ La démarche peut devenir récurrente.

Précautions à prendre
■ Il n’y a pas d’action pertinente sans une bonne compréhension des enjeux.
■ S’assurer de la comparabilité des mesures : même système de charges sociales,
même régime de retraite…
OUTIL
Le DMAIC
29

Les cinq étapes de la méthode DMAIC

En résumé
Le DMAIC est à la fois une méthode de résolution de problèmes et un ensemble d’outils techniques
d’amélioration des processus, appliqués sur une base projet, dans l’optique d’améliorer la
satisfaction des clients et d’atteindre les objectifs stratégiques de l’entreprise.

Insight
The DMAIC method is both an approach to problem solving, and a set of technical tools for
process improvement, applied on a project basis, in order to improve client satisfaction scores
and meet the company’s business strategy.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
L’utilisation du DMAIC vise à améliorer la performance des processus et à maîtriser les risques, en
rationalisant l’organisation et le fonctionnement de l’entreprise pour réduire les coûts, les délais, et
augmenter la qualité.

Contexte
Le contrôle de gestion apporte une méthodologie d’analyse reconnue, fondée sur un processus qualité
approuvé et suivi par l’ensemble des intervenants.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Définir l’objet de l’étude, son périmètre et les objectifs attendus. Identifier les activités qui
présentent des défauts, et sélectionner avec précision les défauts mesurables. Enfin, identifier
les acteurs impliqués dans ce processus.
• Mesurer la situation actuelle en collectant les informations disponibles et en les classant par
type de défaut. Identifier les KPI (key performance indicators, ou indicateurs clés de
performance) qui servent à mesurer la performance du processus.
• Analyser les dysfonctionnements en remontant aux causes racines, et les formaliser par des
données mesurables. Étudier l’ampleur des défauts (distinguer impact, risque, cause) et
confirmer les dysfonctionnements. Faire partager l’état des lieux aux différents acteurs.
• Innover en recherchant et proposant des solutions adaptées pour chacune des causes des
dysfonctionnements (éliminer, renforcer, simplifier, automatiser). Choisir les actions à retenir
en fonction d’une matrice « avantage/effort » et affecter les actions aux acteurs du processus.
• Contrôler l’évolution de la nouvelle situation, en améliorant le tableau de bord existant avec
les nouveaux KPI, en réalisant des audits réguliers. Analyser les résultats et mesurer
l’efficacité des solutions appliquées avec les acteurs du processus. Le management fait
régulièrement le point sur l’avancement des actions envisagées.

Méthodologie et conseils
Le DMAIC s’appuie sur de nombreux outils.
• La méthode dite du « QQOQCC » pour délimiter les défauts : qui, quoi, où, quand, comment,
combien. C’est une méthode empirique de questionnement. Elle a pour but de collecter les
données nécessaires et suffisantes pour définir, caractériser, rendre compte de manière
complète, d’une situation ou d’un processus.
• La matrice IPO « inputs, processus, out-puts » précise, à partir de livrables identifiés
(outputs), la démarche de recherche et de traitement du problème (processus), ainsi que les
données d’entrées nécessaires (inputs).
• L’analyse Pareto est bien sûr applicable aux clients, aux produits/clients, aux produits/
clients/canaux (20% des causes produisant 80% des effets). Cette analyse est très utile pour
prendre des décisions stratégiques.
• La méthode des 5 M (ou arête d’Ishikawa) consiste à classer les différentes causes influant
l’objectif final en cinq grandes catégories. Elle permet ainsi de s’assurer que rien n’a été
oublié dans l’analyse du problème. ■
DMAIC est l’acronyme des cinq étapes qui constituent la
méthodologie six sigma.

Avantages
■ C’est une démarche de gestion de projet exhaustive permettant de ne rien
oublier.

Précautions à prendre
■ La durée nécessaire à ce type de projet est de six mois.
OUTIL
Le diagramme d’Ishikawa
30

La base du diagramme en arête de poisson

En résumé
Le schéma en arête de poisson est utilisé dans les groupes de résolution de problèmes pour
visualiser l’enchaînement logique des causes qui produisent un même effet. Il permet, de remonter à
la racine des causes du problème qu’il faut supprimer, et de savoir où agir en proposant des actions
correctrices.

Insight
The Ishikawa diagram (a.k.a. fishbone diagram or cause and effect diagram) is used in problem-
solving groups, to visualize the logic of causes leading to the same effect. It enables to assess the
root cause of a problem that needs to be eliminated, and determine where to act, proposing
corrective measures or actions.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Le montage du diagramme donne une vision globale des causes génératrices du problème, avec une
représentation structurée de ces causes par domaine.

Contexte
Le diagramme permet de limiter l’oubli de causes, et de fournir des éléments pour l’étude des
solutions.

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. Réaliser un brainstorming des causes possibles. Former un groupe de travail
pluridisciplinaire. Après avoir défini l’effet à supprimer, chacun peut s’exprimer
librement, afin de lister toutes les causes possibles. Pour être exhaustif, le groupe peut
utiliser la méthode des cinq « pourquoi ».
2. Classer les causes par domaine.
Les causes possibles identifiées lors du brainstorming sont classées en cinq catégories, le
plus souvent :
• Machine, matériel, matériaux : qui requiert souvent un investissement ;
• Main d’œuvre ;
• Méthodes : procédures, modes d’emploi ;
• Matières, consommables divers ;
• Milieu, environnement, contexte, quel qu’il soit (culturel, social…).
Les catégories peuvent prendre d’autres noms adaptés au problème, et peuvent être plus ou
moins nombreuses. Il est toutefois souhaitable de ne pas dépasser six. Elles doivent être
définies clairement pour que tous les membres du groupe de travail soient d’accord sur leur
signification.
3. Tracer le diagramme d’Ishikawa.
Tracer d’abord la base du diagramme en arête de poisson, puis remplir chaque branche en
identifiant bien les enchaînements de causes. En principe sur les arêtes principales, ne
doivent être inscrits que les causes directes de l’effet étudié.

L’ensemble des causes possibles étant répertoriées, le groupe de travail recherche les causes réelles
du problème et propose des solutions pour les corriger. Le diagramme sert de base pour planifier un
plan d’action.

Méthodologie et conseils
La construction du diagramme doit être réalisée avec beaucoup d’attention, car c’est elle qui permet
d’éclaircir les idées sur l’enchaînement des causes, et qui facilitera ensuite le choix des causes les
plus probables. Lors de la construction du diagramme, la discussion peut amener à découvrir de
nouvelles causes. Il faut les prendre en compte en les classant dans l’une des cinq catégories.
Si les causes sont trop nombreuses et aboutissent à un diagramme trop compliqué, il est préférable de
le construire par branche. Une même cause peut apparaître dans plusieurs arêtes. Ce qui est
important, c’est que celui qui énonce la cause justifie de la catégorie dans laquelle il la classe. ■

Identifier les causes responsables du dysfonctionnement et les


classer.

Avantages
■ Approfondir le diagnostic en décomposant un problème en différentes dimensions.
■ Disposer d’un outil de dialogue partagé entre le contrôleur de gestion et les
managers.

Précautions à prendre
■ Adapter la terminologie à son secteur d’activité.
■ Ne pas se limiter aux causes négatives, inscrire également les causes positives.
OUTIL
La matrice coût/valeur
31

La matrice coût/valeur appliquée au domaine RH

En résumé
Grâce à l’analyse coût/valeur, il est possible de confronter le coût des différentes activités à
réaliser pour les clients, avec leur importance aux yeux des clients. Il est plus facile de les vendre
ensuite, puisque les efforts déployés par le fournisseur, portent bien sur les activités à forte utilité.

Insight
Cost-value analysis makes it possible to compare the cost of completing different activities for
clients, with their importance in the clients eyes. They are easier to sell, since the provider’s
efforts will focus on high-value activities (assessment of the usefulness, or high utility).

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
L’entreprise doit développer son efficacité, aussi bien au niveau des prestations qu’elle propose que
de sa façon de fonctionner. La recherche de l’efficacité demande une meilleure utilisation des
ressources consommées, ainsi qu’une optimisation permanente des prestations offertes.
Contexte
La matrice coût/valeur, en confrontant les ressources consommées avec la valeur des prestations
rendues, est un outil de diagnostic pour, optimiser un service, reconfigurer un processus, agir sur
l’ensemble des frais généraux.

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. Lister les activités de la fonction en décrivant les :
• processus ou macro activités (recrutement) qui décomposent les grands domaines de
responsabilité ;
• activités qui subdivisent chaque processus ;
• opérations qui décrivent les composantes de chaque activité.
2. Calculer les coûts des activités :
• évaluer le temps passé de chacune des activités du service ;
• utiliser des grilles de passage analytique pour les autres coûts (méthode ABC) ;
• calculer le coût de l’activité en jours homme, et en euros.
3. Apprécier la valeur des activités :
• la valeur correspond au jugement porté sur les activités par le client, sur la base de
ses attentes et de ses motivations. Elle croit lorsque, la satisfaction du besoin du client
augmente, ou que la dépense afférente à la prestation diminue ;
• évaluer la contribution de chacune des activités aux facteurs clés de succès de
l’entreprise, en établissant un scoring en terme de valeur perçue par les clients : non
significative, faible, moyenne, élevée.
4. Identifier les endroits où des changements doivent avoir lieu :
• analyser les discordances « coût/valeur » provenant de la nature même de l’action ou
des moyens mis en œuvre ;
• chercher des solutions d’amélioration :
– les activités à valeur perçue et visibles par le client doivent être réalisées mieux
que les concurrents ; l’entreprise doit investir sur ces activités et communiquer
dessus ;
– les activités support à valeur perçue par l’entreprise, mais non visible par le
client doivent être conservées et optimisées en coût et en efficacité ;
– les activités sans aucune valeur perçue sont à réduire, à sous-traiter, voir à
éliminer ; les ressources économisées pourront être redéployées sur les activités
à valeur perçues.

Méthodologie et conseils
Le coût d’une activité à externaliser est calculé aisément à l’aide de la méthode ABC. Il peut être
comparé au coût global d’une prestation extérieure. On prendra soin d’ajouter à ce calcul, le coût de
l’activité de coordination avec le prestataire.
Pour le diagnostic, on peut s’appuyer sur les dictionnaires d’activité et les indicateurs de
performance des processus de bases de benchmark existantes (cabinets de conseil, base SI…). ■
Établir une comparaison entre ce que l’on sait faire et ce que l’on
pourrait faire.

Avantages
■ Retrouver le véritable besoin de la prestation.
■ Redimensionner les critères d’appréciation.
■ Évaluer les ressources justes nécessaires.

Précautions à prendre
■ Ne pas croire que des moyens supplémentaires vont régler les problèmes.
■ Accepter de repenser l’organisation.
OUTIL
Le budget base zéro (BBZ)
32

Les six principes du BBZ

En résumé
La recherche de la compétence et de la performance passe par la remise en cause des tâches
accomplies et de la façon de les accomplir. le budget base zéro consiste à trouver la raison d’être
de chaque coût, et ne pas se contenter de le reconduire.

Insight
Seeking performance and competence implies questioning the tasks that are accomplished and
how to accomplish them.
It is necessary to find the purpose for each cost, and not simply extend the cost: that is the
purpose of zero based budget.
http://goo.gl/0EWCCT
Le budget base zéro (en vidéo)
Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Le budget base zéro (BBZ) est une méthodologie utilisée dans les grandes entreprises pour
rationaliser la préparation des budgets de frais généraux. Il permet de présenter des budgets sous
fo r me de dépenses nécessaires à l’accomplissement de missions définies, et autorise les
responsables à effectuer des choix sur ces budgets.

Contexte
Dans un monde évolutif, les établissements privés et publics sont amenés à créer de nouvelles
activités, et à en arrêter d’autres. Ils doivent s’adapter à la concurrence, et repenser leur organisation
et leurs ratios de coûts.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Faire le diagnostic du département ou du service : le responsable, avec son équipe, fait
l’inventaire des missions et recherche des indicateurs de résultat (efficacité, efficience,
fréquence, coût, qualité…). C’est le moment de repérer des liaisons principales avec les
autres unités.
• Rechercher des alternatives : celles-ci doivent améliorer les résultats ou réduire les coûts. La
justification d’une solution, et son choix, est réalisée avec le supérieur hiérarchique. Des
alternatives, non retenues dans un premier temps, pourront faire l’objet d’un plan à plus long
terme, ou d’études plus approfondies.
• Définir les niveaux de services : il s’agit d’inventorier les prestations dans l’alternative
retenue : définition, moyens nécessaires, coût, travaux effectués. Une version de base
correspondant à 50 ou 70 % des coûts actuels est élaborée. Les prestations restantes,
considérées comme des ajouts, sont classées par ordre d’importance décroissante avec le
supérieur hiérarchique.
• Élaborer des propositions budgétaires : les classements sont consolidés par domaine et
département. On limite les discussions sur les classements des ajouts, pouvant faire l’objet
d’une suppression ou d’une introduction. Le manifestement indispensable, et le manifestement
caduc, sont automatiquement classés. Le comité de direction détermine la barre budgétaire, et
donc les ajouts qui ne seront pas retenus. Il choisit les alternatives à mettre en place dans le
cadre d’un plan à plus long terme, et les études approfondies pour régler les problèmes
complexes.

Méthodologie et conseils
Pour tirer le maximum d’enseignements de l’opération, il est nécessaire d’établir, à la fin de la phase
3, une concertation rapide entre les unités poursuivant les mêmes missions dans des services
différents. La démarche est efficace et relativement rapide, si les responsables font bien la distinction
entre ce qui peut être décidé dans le cadre du BBZ et ce qui nécessitera des études approfondies. ■

Le budget doit proposer des choix, plutôt que de prévoir des dépenses.

Avantages
■ Obtenir une réduction rationnelle et effective des frais généraux.
■ Mesurer le volume d’activité des services et le niveau de qualité des prestations.
■ Réorienter les dépenses vers les missions prioritaires.

Précautions à prendre
■ Présenter des règles du jeu clair au démarrage de l’opération, notamment pour
les effectifs qui seront touchés.
■ Valider que lorsque l’ajout n’est pas retenu, la prestation est bien abandonnée au
sein du service.
DOSSIER
PRÉVOIR ET ANTICIPER
7
L’ensemble des enquêtes récentes sur les missions du contrôle de gestion ou de la direction
financière établit « l’élaboration de la planification et des prévisions » comme la première
priorité des directions financières et du contrôle de gestion.
L’analyse des activités aboutit naturellement au processus prévisionnel.
« Gouverner, c’est prévoir » disait Émile girardin. En effet, le processus prévisionnel est au
cœur du pilotage de l’entreprise. Il prépare l’entreprise à exploiter ses atouts et à affronter les
difficultés qu’elle rencontrera dans le futur.

Le processus prévisionnel
Le processus prévisionnel se décline en trois étapes :

• La planification stratégique formule les grandes orientations stratégiques. Elle se décline sous
forme de plan à moyen terme, ou business plan, scénario possible de l’évolution de
l’entreprise sur généralement trois ans. À ce stade, le processus prévisionnel demande
souvent plusieurs itérations, pour être cohérent avec les objectifs stratégiques.
• Le budget annuel est souvent considéré comme la première année du business plan. Le
processus budgétaire est plus lourd et se prête moins bien à des itérations ou des alternatives.
Il représente le contrat de moyens et de résultats des responsables opérationnels, exprimé de
façon contrôlable tout au long de l’année.
• La prévision glissante, mensuelle ou trimestrielle, est une actualisation du budget, plus
pertinente, et en adéquation avec les changements constatés dans la stratégie, dans
l’organisation, dans l’environnement. son objectif est de prévoir la performance et de
planifier des actions. Elle donne de l’agilité au processus prévisionnel.
Le processus prévisionnel est aussi rétroactif. L’écart entre chaque prévision et le budget permet de
contrôler les objectifs, d’actualiser les priorités stratégiques sur les années suivantes, et de redéfinir
les objectifs à un an pour le budget de l’année à venir.

Le rôle du contrôle de gestion


Le contrôle de gestion est un support indispensable au processus prévisionnel. Les directions
générales attendent plus de visibilité, d’agilité, d’anticipation, donc un processus plus rapide,
structuré et flexible.
• Le contrôleur de gestion est responsable de la définition, de la mise en œuvre, et de
l’animation du processus prévisionnel.
• Il construit des modèles de prévisions permettant une meilleure compréhension globale dans
le temps.
• Il challenge les prévisions des responsables opérationnels, en émettant un avis argumenté sur
leur crédibilité, et en posant les bonnes questions, afin d’amener les opérationnels à les
préciser ou les revaloriser.

LES OUTILS
33 Le business plan
34 Le budget
35 La prévision glissante
36 Les indicateurs prédictifs
37 Le modèle de simulation
OUTIL
Le business plan
33

Dans quels cas rédiger un business plan ?

En résumé
Le business plan d’une entreprise représente, une prévision volontariste, assortie de plans
d’action.
Il est souvent coordonné par la direction financière ou le contrôle de gestion, car le but de ce
document est d’abord d’ordre financier.

Insight
The business plan of a company is based on a proactive, voluntarist forecast associated with
action plans.
Because the aim of this document is firstly financial, it is often coordinated by the CFO or
management control department.
Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
En fonction des orientations stratégiques et des projets lourds initiés, le business plan permet de
construire un scénario possible de l’évolution de l’entreprise. C’est l’occasion de simuler des
alternatives d’allocation de ressources, d’évaluer les risques, et de donner des objectifs à chaque
responsable.

Contexte
En général, une fois par an, l’équipe dirigeante se réunit pour des discussions approfondies, qui
conduisent à fixer des objectifs quantifiables et évolutifs sur plusieurs années. On définit des
priorités dans des programmes d’investissement ou d’actions, ainsi que les ressources nécessaires.

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. Analyser l’environnement :
• définir le champ concurrentiel de l’entreprise, mettant en évidence les différents
segments stratégiques matérialisés par un couple « produit / marché » où l’entreprise va
dérouler des stratégies distinctes ;
• rechercher les variables stratégiques représentatives du potentiel de chaque segment :
taux de croissance, part de marché, degré de maturité, position concurrentielle.
2. Choisir une stratégie :
• définir la mission de l’entreprise, ainsi que les grandes orientations stratégiques ;
• définir les actions stratégiques à partir des facteurs clés de succès : rappel des objectifs
poursuivis, calendrier précis des opérations, description et valorisation des moyens
nécessaires, description des impacts attendus sur les chiffres clés de l’entreprise ;
• bâtir des prévisions d’activité afin de s’assurer qu’un marché suffisant existe, et de
dimensionner la taille des investissements ; plusieurs scénarios sont souvent envisagés :
hypothèse haute, moyenne et basse.
3. Élaborer les états financiers prévisionnels pluriannuels, c’est-à-dire :
• un compte de résultat prévisionnel faisant apparaître les différents niveaux de marge, et
la capacité d’autofinancement ; celui de la première année doit être détaillé, il constitue
le pré-budget de l’année suivante ;
• un plan de financement ou un tableau des flux prévisionnels de trésorerie, qui recense les
besoins de financement et les capitaux nécessaires ;
• un bilan prévisionnel afin de vérifier, dans le temps, le degré d’équilibre du patrimoine.

Méthodologie et conseils
Le business plan ne se limite pas à une prévision financière. Il convient, avant tout, de vendre le
projet. La partie financière vient dans un second temps, une fois définis les hypothèses d’activité et le
plan de déploiement du projet.
Il constitue un document multidisciplinaire nécessitant la participation d’acteurs issus de plusieurs
fonctions. Il est souvent un compromis entre les différentes grandes fonctions de l’entreprise.

Le business plan est unique, car il est l’expression d’une stratégie


choisie qui doit être partagée pour réussir.

Avantages
■ Sélectionner les projets a priori rentables.
■ S’assurer, par avance, que les aspects opérationnels et les risques sont maîtrisés.

Précautions à prendre
■ Bien positionner les objectifs de la première année.
■ Ne pas minimiser les coûts de structure et les frais généraux.

Comment être plus efficace ?


Le contrôleur de gestion a naturellement un rôle à jouer en matière de stratégie.

Participer à l’analyse et à la mise en œuvre de la stratégie


Le contrôleur de gestion contribue à :
• la réflexion stratégique, en faisant remonter les idées d’inflexion de la stratégie, qui peuvent
apparaître à n’importe quel endroit de la structure ;
• la mise en œuvre des stratégies choisies dans le suivi des opérations, par l’élaboration d’un
tableau de bord, pour la direction générale, composé d’indicateurs stratégiques.
Son implication est essentielle pour s’assurer de l’adéquation :
• des systèmes de contrôle de gestion par rapport à la stratégie, en alignant toute l’organisation
par rapport aux facteurs clés de succès du secteur (tableaux de bord opérationnels) ;
• du système d’évaluation des performances avec les objectifs recherchés.
En tant que courroie de transmission entre la stratégie et les opérations, le contrôleur de gestion
explique à ses différents interlocuteurs ce qui est attendu par la direction générale.

Réaliser des études qui nourrissent la réflexion stratégique


Les études portent sur des sujets très variés :
• intégration des structures : acquisitions, fusions ;
• externalisation : sous-traitance, filialisation, scission, apport partiel d’actif ;
• coopération : mise en commun d’activités dans un gIE ou via une joint venture ;
• analyse concurrentielle, organisationnelle, technologique ;
• management des capacités, yield management ;
• coût-cible et analyse de la valeur.

Appliquer la norme IAS 36 dans les groupes soumis aux normes


IFRS.
La norme IAS 36 impose d’élaborer un business plan par unité génératrice de trésorerie (UGT1), sur
une durée de vie économique définie par un business analyst. Elle impose également de revoir ce
business plan tous les ans et de réaliser un test impairment.
Le contrôleur de gestion se charge :
• de l’actualisation du business plan en intégrant les changements stratégiques et les
modifications importantes apparus depuis le dernier test impairment, comme : la croissance
du chiffre d’affaire, des marges divergentes, les investissements et les restructurations non
engagés…
• du test impairment en comparant, la valeur nette comptable, avec la somme des cash flows
bruts révisés. si la valeur nette comptable est supérieure, la juste valeur de l’Ugt reste égale à
la valeur nette comptable. Dans le cas inverse, la juste valeur est actualisée à la valeur
recouvrable. Une dotation impairment constate la perte pour dépréciation, qui diminue la
valeur de l’actif et le résultat opérationnel. ■

Clarifier les hypothèses, la méthodologie utilisée, et les sources des données. trouver le
bon équilibre entre, les tableaux de chiffres, et la présentation des éléments opérationnels.

CAS : Le contenu d’un business plan


1. Une UGT est le plus petit groupe d’actifs identifiables dont l’utilisation continue génère des cash flows indépendants de ceux d’autres actifs ou groupes
d’actifs.
OUTIL
Le budget
34

Les fonctions du budget en entreprise

En résumé
Pour la direction générale, l e budget permet de programmer une étape dans la poursuite des
objectifs stratégiques, et de définir les moyens nécessaires à la réussite de cette étape.
Pour les responsables opérationnels, le budget procure un cadre de réflexion systématisé pour,
replacer sa gestion dans sa dimension stratégique, et mettre en perspective ses objectifs annuels
avec ceux des autres fonctions.

Insight
The budget allows the general management to schedule a process step towards achievement of
the strategic objectives; and define the necessary resources for this phase to succeed.
The budget provides a framework for systematized thinking, for operational managers, to add a
strategic dimension to management, and place into context their annual targets with other
functions.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Résultat d’échanges entre les directions opérationnelles, la direction financière et la direction
générale, le budget traduit les orientations stratégiques de l’entreprise, tout en lui fournissant des
outils de pilotage efficaces.

Contexte
Les actionnaires, les dirigeants, les banquiers et toute la communauté financière observent avec
attention le contenu du budget de l’entreprise pour déterminer leur position.

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. La préparation
La préparation du budget consiste en une réflexion préalable, conduite par le comité de
direction, avec la participation du contrôleur de gestion et des responsables des services
études et marketing. Cette réflexion porte sur les éléments suivants :
– la revue des données historiques et analyse de la conjoncture ;
– le dialogue avec chaque responsable opérationnel, afin de savoir comment il envisage
l’année à venir ;
– la définition des objectifs et des hypothèses, qui seront diffusés dans la lettre de
cadrage ;
2. Le lancement
La réunion de lancement vise à obtenir l’adhésion des équipes opérationnelles au processus
budgétaire. Le directeur du département et le contrôleur de gestion, présentent la note de
cadrage de la direction générale en précisant, les grandes orientations et la répartition des
tâches entre chaque responsable budgétaire. C’est l’occasion de valider le calendrier
budgétaire et de présenter les maquettes budgétaires.
3. La construction
L’élaboration des budgets fonctionnels est réalisée par chaque responsable budgétaire.
Après avoir réalisé l’analyse des performances passées et projeté l’atterrissage de fin
d’année, chaque responsable établit son budget, en précisant sa contribution à la stratégie,
et en formalisant ses plans d’action. Le contrôleur de gestion anime les réunions, aide
chaque responsable à se poser les bonnes questions et à arbitrer entre plusieurs options.
4. La finalisation
Après que le contrôleur de gestion ait consolidé tous les budgets, chaque responsable
présente son budget à sa direction. Des modifications peuvent être demandées afin
d’assurer la cohérence d’ensemble. Après ratification par la direction générale, la version
retenue est diffusée.

Méthodologie et conseils
Le calendrier est un élément clé de la réussite du processus budgétaire. Il est recommandé que la
durée du processus budgétaire ne dépasse pas 3 mois, et que le budget soit terminé avant la fin de
l’année. Le calendrier précise les rôles et les dates butoir pour chaque service. Il est important
d’équilibrer le temps passé au chiffrage par les unités, et le temps consacré au challenge et à la
validation.
Les budgets sont intégrés au reporting, aux tableaux de bord, aux prévisions, et font l’objet d’un suivi
régulier des écarts.

Le budget est avant tout un processus de décision.

Avantages
■ Les objectifs donnent le cadre budgétaire.
■ Les unités expliquent comment elles vont s’organiser pour atteindre les objectifs.

Précautions à prendre
■ Le processus budgétaire prenant du temps et mobilisant les énergies, limiter les
périodes de sollicitation des entités opérationnelles.

Comment être plus efficace ?


Diffuser une lettre de cadrage
La lettre de cadrage est un document émis par la direction générale qui communique les principales
données chiffrées devant apparaître dans les propositions budgétaires formalisées Elle présente le
contexte du marché dans lequel opère l’entreprise (en croissance, mature, en déclin). Elle décrit les
pas de progrès sur lesquels les opérationnels doivent s’engager (% de progression du taux de
service, diminution du coût à service constant), ainsi que les types de ressources faisant l’objet de
décisions budgétaires (effectifs, parc machines, investissements).
Véritable fil conducteur des travaux conduits par les responsables opérationnels, elle permet de
gagner du temps en réduisant le nombre de versions budgétaires.

se limiter à deux versions budgétaires


1. La première version fait une première « photographie » du budget, en consolidant l’ensemble des
données venant du terrain ; c’est un processus bottom-up aussi proche que possible des objectifs :
• les objectifs ne sont plus une simple orientation, mais représentent la performance attendue ;
• les responsables opérationnels se sont approprié les objectifs sur la base de diagnostics et de
plans d’action.
La réponse des entités opérationnelles aux objectifs doit s’effectuer dans une transparence totale. Les
risques de non atteinte des objectifs doivent être clairement identifiés, ainsi que les opportunités et
les plans d’action pour réduire les risques.
Après comparaison avec les objectifs fixés, des modifications sont souvent demandées par la
direction, afin d’être plus proche des objectifs de la lettre de cadrage.
2. La deuxième version permet d’ajuster la première version du budget pour coller aux objectifs, et
sinon de définir les points durs. Les éventuels objectifs complémentaires de la deuxième version
peuvent être, chiffrés par la direction financière, et déclinés top down sur les entités.

Challenger les responsables opérationnels


Un préalable consiste, pour le contrôleur de gestion, a bien comprendre les métiers et les projets des
responsables budgétaires. Ces derniers attendent de sa part un rôle de conseil, à même de les aider, à
analyser leurs chiffres et préparer leur argumentation lors de la présentation budgétaire.
C’est par le questionnement que le contrôleur de gestion peut les amener à prendre de la distance et à
raisonner autrement : qu’est-ce que vous n’avez pas mis sur cette ligne budgétaire ? Pourquoi avez-
vous besoin de plus cette année ? si le contrôleur de gestion laisse le « matelas » prévu dans le
chiffrage, il doit laisser entendre au responsable opérationnel que c’est consciemment.

La gestion budgétaire s’inscrit dans le cadre prévisionnel du contrôle de gestion, en :


– quantifiant les objectifs, les options et les moyens associés ;
– développant la communication et la coordination des responsables ;
– démontrant la cohérence globale des objectifs avec la stratégie.

CAS : Schéma d’élaboration budgétaire

La construction du budget démarre, le plus souvent, par les prévisions de ventes qui déterminent le
budget commercial et le budget de production. Le budget des frais généraux résulte de choix
organisationnels et stratégiques. Le budget des investissements répond à des besoins divers, comme
le renouvellement, la productivité, la croissance…
La synthèse de ces budgets donne lieu à un compte de résultat prévisionnel, ainsi qu’au budget de
trésorerie. Le compte de résultat prévisionnel permet d’apprécier la perspective de rentabilité de
l’entreprise. Le budget de trésorerie permet de s’assurer que l’entreprise a la capacité de financer ses
choix budgétaires. ■
OUTIL
La prévision glissante
35

Chaque prévision a un objectif différent

En résumé
Le processus budgétaire, qui est annuel, est complété par d e s prévisions glissantes en cours
d’année. si le budget représente un plan de vol, la prévision s’apparente plutôt à un atterrissage
réussi. Pour répondre aux obligations de communication financière, la prévision est trimestrielle.
D’autres entreprises ont retenu le principe de la projection de fin d’année.

Insight
Rolling forecasts during the year complements the annual budgetary process. If budget is a
flight plan, the forecast is more like a successful landing. Forecasting is quarterly, in order to
assist with financial reporting requirements. Other companies have adopted the principle of a
year-end projection period.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Effectuer une prévision consiste à ré-estimer les résultats financiers de fin d’année et les points de
passage trimestriels. La prévision présente, sous forme chiffrée, des hypothèses validées, pour aller
d’un point de départ connu à un point d’arrivée cible.

Contexte
Les prévisions portent sur les volumes, les prix, et les postes de coûts importants. Les objectifs sont
axés, sur les leviers de la création de valeur pour les coûts variables et, sur la simulation pour les
coûts fixes avec des hypothèses explicites. On se concentre sur les chiffres clés.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Mesurer et analyser l’écart par rapport au budget :
– réconcilier les chiffres du budget avec les chiffres à date ;
– identifier et comprendre les distorsions (objectif/réel), alerter les opérationnels :
conjoncture (marché, croissance), stratégie (acquisition, cession), choix stratégiques
(produits, investissement) ;
– apprécier la fiabilité du reste à faire prévu au budget sur les mois restants : après avoir
analysé le réel, calculer le reste à faire pour atteindre l’objectif de fin d’année, et le
qualifier : est-il réalisable ou non ? si oui, peut-il être encore optimisé ou non ?
– fiabiliser l’atterrissage : avoir beaucoup d’informations du comité de direction afin de
confronter les tendances observées.
• Déterminer les plans d’action qui contribueront à l’atteinte des résultats :
– procéder au suivi des actions en cours : action par action ;
– formuler de nouvelles actions qui sous-tendent le « stretch » lorsque des écarts
significatifs apparaissent.
• Qualifier la marge d’incertitude associée aux estimations retenues
– un engagement professionnel à caractère technique (déclaration à dire d’expert) ;
– un temps de questionnement permettant d’apprécier les risques, les opportunités, les
aléas et, tout ce qui impacte les trajectoires ;
– plusieurs scénarios valorisés, en calculant les sensibilités à des variations macro-
économiques, et en attribuant une probabilité de réalisation à chaque scénario.

Méthodologie et conseils
La main courante consiste à noter les faits marquants qui peuvent avoir un impact sur la performance
réalisée. Ce recueil d’informations peut être organisé par type de produit, par type de service… La
main courante est réalisée de préférence par les opérationnels. Elle sert de source d’information
pour, construire toutes les prévisions, et expliquer les écarts d’une année sur l’autre, d’une prévision
à une autre.
Le contrôleur de gestion recueille l’information nécessaire, afin de prendre en compte les évolutions
de l’organisation et de l’environnement. En interne, il se met à l’écoute des opérationnels, les alerte
sur les distorsions observées, et challenge leurs points de vue et leur propositions. ■

Aider au pilotage opérationnel et financier de l’entreprise.


Avantages
■ La prévision glissante est moins détaillée qu’un budget, ce qui permet de focaliser
davantage sur les priorités et la réponse aux attentes du marché.

Précautions à prendre
■ Elle nécessite d’une grande précision du fait d’un horizon court dans le temps (<
12 mois).
■ Il est impératif d’être exigeant sur les remontées des opérationnels.
OUTIL
Les indicateurs prédictifs
36

La typologie des indicateurs prédictifs

En résumé
Les indicateurs prédictifs permettent d’anticiper l’activité de l’entreprise très en amont. Ce sont
des indicateurs non financiers, internes ou externes à l’entreprise. Les effets attendus s’inscrivent
sur un horizon à moyen terme.

Insight
Predictive indicators are used to anticipate corporate activity developments at a very early
stage. These non-financial indicators are identified inside and outside the company. Impacts are
expected on a medium-term horizon.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Intégrer un ou des indicateurs prédictifs au tableau de bord, dans le but d’avoir des éléments de
diagnostic, précurseurs d’une évolution future, mais aussi d’anticiper des prises de décisions, afin
d’influencer favorablement l’évolution future de l’activité.

Contexte
Par exemple, dans la distribution cinématographique, le taux de fréquentation à la première séquence
permet d’estimer le nombre d’entrées du film et le temps durant lequel il sera à l’affiche. Chaque
métier possède au moins un indicateur prédictif, à vous de trouver le vôtre.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Définir l’indicateur prédictif du métier de l’entreprise. Par exemple, si l’indicateur retenu est le
carnet de commandes, il faut :
– définir les critères de suivi : réel versus n – 1, réel versus budget ;
– l’exprimer en % du chiffre d’affaire annuel ;
– l’exprimer en heures de production positionnées sur le planning de production, afin de repérer
les goulots d’étranglement ou la sous-activité.
• Établir des corrélations entre les indicateurs non financiers et les résultats financiers. Par exemple,
la propension à recommander, ou la propension à faire peu d’effort, sont un indice prédictif de la
fidélité à l’entreprise ou à la marque, plus fiable que l’intention de ré-achat.
Un cabinet anglais a mis au point l’indicateur du taux de recommandation, ou Net Promoter Score ,
qui met en jeu la confiance (% de clients promoteurs – % de clients détracteurs). Un autre indicateur
est le Customer Effort Score, partant du principe que moins un client fait d’effort pour obtenir ce
qu’il cherche, plus il sera fidèle à l’entreprise.
• Interpréter les résultats avec prudence : la réactivité des indicateurs financiers à ces indicateurs
prédictifs s’observe sur le moyen terme. Cet effet retard doit être pris en compte lors des revues de
gestion.

Méthodologie et conseils
• Faire une étude de sensibilité. Par exemple, les entreprises météo sensibles réalisent une étude de
météo sensibilité de leurs ventes aux variations météorologiques : pluie, froid, sec, chaleur. Elles
peuvent alors analyser leur performance financière, avec et sans effet météo, et anticiper les
productions et approvisionnements à venir.
• Utiliser l’indicateur comme un outil d’amélioration continue. Par exemple, les résultats recueillis
sur l e Net Promoter Score sont accompagnés de verbatim clients, qui permettent d’identifier les
irritants et les enthousiasmants perçus par les clients, et de lancer des actions correctives. ■

Dégager des tendances avant que la performance commence à se


détériorer.

Avantages
■ Appréhender les facteurs clés des performances futures.
■ Travailler avec des indicateurs tournés vers le futur et non « rétroviseurs ».

Précautions à prendre
■ Ne pas multiplier les indicateurs à suivre.
■ Intégrer ces indicateurs non financiers dans les bonus, afin d’encourager leur
amélioration.
OUTIL
Le modèle de simulation
37

Dans quels cas utiliser un modèle de gestion ?

En résumé
Un modèle est une représentation d’une problématique que l’on désire étudier, afin d’en permettre
l a communication, le travail en groupe, et d’en faciliter la prise de décision. Un modèle dans le
domaine du contrôle de gestion a généralement une traduction sous forme informatique, mais des
graphiques ou des algorithmes peuvent suffire.

Insight
A model is the representation of a problem that one wishes to study, in order to allow
communication, teamwork, and facilitate decision-making.
In the management control field, models are generally provided in computerized form, but
graphics or algorithms can be enough.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
La modélisation est une méthode permettant d’être efficace dans un monde complexe en permettant la
simulation de problématiques très variées.

Contexte
Bien que le budget modélise l’entreprise, il n’est pas utilisable comme un modèle pour préparer des
décisions. En effet, ayant pour but d’établir une base de contrôle et d’analyse des réalisations, il est
souvent construit sur une maille fine reproduisant fidèlement la diversité réelle. Il est nécessaire de
disposer d’un modèle moins complexe, afin d’être capable de simuler des alternatives rapidement.

Comment l’utiliser ?
Étapes
Définir les différentes composantes du modèle de contrôle de gestion :
• Variables de décision : ce sont les premiers éléments à choisir pour construire un modèle.
Elles correspondent aux critères choisis pour analyser la pertinence d’une décision (REX,
ROCE, FCF…).
• Variables d’entrées : la conception du modèle nécessite de définir quelles variables doivent
être retenues comme ayant une influence sur les variables de décision. On doit définir :
– les variables externes décrivant l’environnement (taux de change, cours des matières
premières, évolution du marché…) ;
– les variables d’action représentant les choix qui dépendent du décideur (montant
d’investissement, poids de la publicité, effort de productivité…).
Le choix du nombre de variables retenues détermine fortement la complexité du modèle, et c’est
par là que le bon compromis « simplicité / réactivité » doit être trouvé (choix de la maille de
simulation).
• Relations : le modèle décrit les relations permettant de calculer les variables de décision à
partir des variables d’entrées. Ces relations peuvent, être de simples calculs comptables, ou
représenter des interdépendances plus complexes.
• navigation : l’ergonomie du modèle doit permettre de naviguer, le plus simplement possible,
en distinguant des blocs de variables correspondant à des domaines différents (prévisions de
ventes par familles de produits et prévisions au niveau global).
• scénarios : on étudie plusieurs scénarios correspondant à des alternatives, c’est-à-dire définies
par un autre choix de certaines variables d’entrées.

Méthodologie et conseils
Un modèle nécessite un effort de conceptualisation pour dégager, à partir des données détaillées et de
relations complexes, une structure agrégée plus manipulable.
Il est important que le concepteur du modèle anticipe les questions que les managers poseront, pour
que le modèle puisse fournir des analyses pertinentes, et pour qu’il soit apte à simuler sans lourdeur
les alternatives demandées.

Un modèle trop simple représente imparfaitement la réalité ; un


modèle trop complexe est inutilisable.

Avantages
■ Le modèle de simulation met en évidence les variables sensibles à intégrer dans
les tableaux de bord.
■ Le modèle facilite la communication.

Précautions à prendre
■ Les variables d’entrées sont des prévisions d’hypothèses et d’objectifs, et en
aucun cas des valeurs certaines.
■ Nécessité de valider la pertinence du modèle et de le réviser ponctuellement.

Comment être plus efficace ?


L’analyse de sensibilité permet d’étudier des scénarios introduisant la sensibilité à certaines
variables externes. C’est la technique du « what if », qui permet de répondre, par exemple, aux
questions suivantes : « que se passerait-il si cette variable externe s’écartait de la valeur choisie ? »
ou « que deviendrait la rentabilité si le cours de la matière première principale flambait ? »

L’intérêt d’une analyse de sensibilité


L’analyse de sensibilité permet de mettre en évidence les variables sensibles : celles qui sont les
plus aléatoire, et dont l’impact sur les variables de décision est le plus grand. Il ne faut pas craindre
de prendre de grandes amplitudes sur ces variables sensibles. Cela correspond souvent à une attitude
de réalisme traduisant le grand degré d’incertitude. Le mérite est d’évaluer lucidement un risque.
Cette pratique incite à :
• imaginer des alternatives réduisant la sensibilité à la variable incertaine (équilibrer les achats
et les ventes de dollars pour réduire l’impact de l’évolution des cours). Elle permet aussi
d’anticiper des décisions à prendre si une variable externe atteint un seuil critique (cours du
baril) ;
• mettre en évidence les seuils des variables sensibles, qui correspondent à un changement de
sens de la décision (en deçà d’un volume de ventes, l’investissement ne sera plus rentable ;
au-delà d’un coût de revient, la marge ne permet pas de dégager une rentabilité suffisante).
La fonction « solve » des tableurs permet de calculer simplement les valeurs seuils des principales
variables sensibles.

Les précautions à prendre


Le concepteur du modèle doit imaginer sur quelles variables on recherchera les valeurs seuils, et
permettre la navigation en conséquence. Par exemple, dans un modèle de calcul de rentabilité
d’investissement, on calculera la valeur actualisée nette que l’on prendra comme variable de
décision. La valeur seuil des volumes de ventes que l’on voudra définir correspond à l’atteinte d’une
VAn nulle. Pour trouver ces valeurs seuils, il faut faire dépendre les volumes d’un seul paramètre,
sinon la recherche ne pourrait aboutir. Une façon simple de traiter le problème consiste à choisir,
pour ce paramètre, un taux d’atteinte unique des quantités entrées pour chaque année et chaque famille
de produit.
La limite des analyses de sensibilité est atteinte :
• si le nombre des cas traités devient trop important, avec toutes les combinaisons traduisant ce
qui se passerait si une première variable avait telle valeur, et une seconde telle autre... en
étendant le processus à un nombre élevé de variables ;
• s’il y a trop de variables sensibles, car le seuil d’une des variables est fortement affecté par la
valeur incertaine des autres variables sensibles. Le nombre et la dispersion des résultats
peuvent aussi laisser perplexe le preneur de décision, et en fait ne plus l’aider du tout.

• Clarifier la délimitation du champ des possibles, s’y situer et éclairer un pari à faire
de façon plus raisonnable.
• Évaluer un scénario, construire des variantes et des sensibilités pour évaluer les
risques et anticiper des alternatives.
• se concentrer sur les variables sensibles afin de mieux évaluer les enjeux et les
conditions de réussite d’un projet.

CAS : Modèle de planification à moyen terme dans


une entreprise industrielle
Ayant pour but de conduire à un travail sur les objectifs des grandes fonctions de l’entreprise, le
modèle est construit en modules correspondant à ces grandes fonctions.
Le modèle traduit les interdépendances majeures entre les différents modules, tout en laissant une
certaine autonomie à chacun, afin qu’il puisse être exploité isolément.

Après un certain nombre d’itérations et d’optimisations partielles au sein de chaque module, les trois
modules sont ensuite intégrés les uns aux autres pour des simulations d’ensemble.
L’analyse du scénario, peut conduire à d’ultimes demandes d’étude de nouvelles alternatives ou de
sensibilités. ■
DOSSIER LES RÈGLES ET PROCÉDURES
8 DE GESTION

Le développement du contrôle de gestion dans une entreprise doit être accompagné de règles
et de procédures de gestion qui clarifient son fonctionnement.

Règles et procédures : de quoi parle-t-on ?


L e Larousse définit la procédure comme « une marche à suivre, une méthode, une manière de
procéder pour obtenir un résultat », et la règle comme « un ensemble de conventions, propres à un
environnement, qui doivent être respectées ». Une procédure se réfère à une ou plusieurs règles.
Les règles et les procédures participent à la constitution d’un langage commun, en regroupant ce qui
va permettre aux hommes de se coordonner et de travailler ensemble, afin de gagner en efficacité et
en efficience. Elles vont donc contribuer à la valeur ajoutée du contrôle de gestion.

Des règles et des procédures au service


de la performance
Occupant une fonction transverse, le contrôleur de gestion est responsable de l’animation du
processus de contrôle de gestion. Il est, de facto, impliqué dans toutes les décisions de l’entreprise,
puisque toutes les décisions ont un impact financier, faisant appel à une des matières dont il s’occupe.
Sous cet angle, il est impératif que le contrôleur de gestion, prenne de la hauteur, et fédère l’ensemble
des acteurs du processus de contrôle de gestion, en disposant de règles et de procédures spécifiques.
Le contrôleur de gestion détermine les règles et les procédures budgétaires, les règles et les
procédures de gestion (architecture analytique, unités d’œuvre, prix de cession interne, calendrier de
gestion, dictionnaire des indicateurs), les règles et les procédures de suivi des réalisations… Ce
chapitre se concentre sur les règles et procédures de gestion, les autres ayant été traitées dans
d’autres chapitres.

Assurer la qualité des règles et des procédures


de gestion
• Les règles et procédures de gestion doivent être élaborées en concertation avec la direction
générale et les responsables opérationnels chargés de les utiliser, afin d’en faire de véritables
outils de gestion. Des retours d’expérience des responsables opérationnels ou du contrôleur
de gestion permettent, d’en valider régulièrement la pertinence, et de les adapter aux
évolutions de l’entreprise et de son environnement.
• Ces règles et procédures de gestion doivent être accessibles et compréhensibles par tous.
Elles doivent donc être formalisées dans un document écrit par le contrôleur de gestion, afin
d’en faire un document de référence. Ce d’autant plus, que le contrôleur de gestion n’est pas
éternel dans l’entreprise. De nouveaux entrants doivent pouvoir s’y référer pour comprendre
les fondamentaux du processus de contrôle de gestion de leur nouvel employeur.
• Le contrôleur de gestion doit prendre le temps d’expliquer le « pourquoi » aux acteurs qui
devront s’y référer. Pour de nouvelles règles ou procédures, prévoir des réunions de
présentation avec les acteurs concernés. Pour de simples mises à jour, une diffusion par
l’intranet est suffisante.

LES OUTILS
38 Le calendrier de gestion
39 La maille d’analyse
40 L’organisation budgétaire
41 Les cessions internes
42 Le découpage analytique
43 Les unités d’œuvre
44 Le dictionnaire des indicateurs
OUTIL
Le calendrier de gestion
38

Le calendrier de gestion couvre l’ensemble du cycle de gestion

En résumé
Le cycle de gestion est un processus en continu axé sur les résultats. Il donne lieu à de nombreux
exercices de prévisions et de contrôles successifs, qui se répètent chaque année. L’enchaînement
cohérent de ces exercices sur l’année nécessite la mise en place d’un calendrier.

Insight
Management cycle is an ongoing process based on the results. It gives rise to multiple
successive forecasting and control drills, repeated every year. Drawing up a timetable is
required for a coherent chaining of these exercises.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Le cycle de gestion étant ponctué de nombreuses échéances qui s’imbriquent, il nécessite un certain
formalisme. Le calendrier de gestion précise, pour chaque échéance, les dates clés et ce qui est à
définir par chaque partie prenante.
Contexte
La durée moyenne consacrée à la planification pluriannuelle est de cinq mois et celle consacrée à
l’élaboration budgétaire de quatre mois. De nombreuses entreprises travaillent à raccourcir ces
délais.

Comment l’utiliser ?
Étapes
Il est primordial de préciser les dates et ce qui est à définir pour chaque étape du cycle de gestion.
• Plan pluriannuel, point de départ du cycle de gestion :
– Date de début de la réflexion avec échanges sur les scénarios ;
– Saisie de la dernière prévision sur n ;
– Remise des dossiers de différentes entités avec zoom sur n+1 ;
– Réunions de présentations au comité de direction.
• Budget annuel :
– Date du cadrage budgétaire ;
– Élaboration budgétaire par entités ;
– Consolidation budgétaire ;
– Présentation au comité de direction ;
– Objectifs complémentaires si nécessaire.
• Arrêtés mensuels, trimestriels et annuel :
– Rétro-planning des opérations de contrôle et d’analyse ;
– Date de production de la version définitive ;
– Date de présentation au comité de direction.
– Tableaux de bord, avec remontée avec commentaires et date de diffusion.
• Revue de gestion :
– Sortie du reporting ;
– Analyse du réel et des écarts ;
– Présentation en comité de direction.
• Reprévisions :
– Remontée des données par entités ;
– Remise des dossiers par les entités ;
– Réunions préparatoires ;
– Présentation au comité de direction.

Méthodologie et conseils
Le calendrier de gestion doit prévoir d’équilibrer, le temps octroyé aux chiffrages, et celui nécessaire
au challenge et à la validation. Afin de réduire le temps consacré au plan pluriannuel et au budget
annuel, programmer leur démarrage le plus tard possible au cours de l’année, tout en respectant le
calendrier des instances de management.
Afin d’accroître l’efficacité du contrôle de gestion, le contrôleur de gestion doit programmer, dans le
calendrier de gestion annuel, des travaux ponctuels à réaliser en dehors des temps forts consacrés au
processus axé sur les résultats :
• les études spécifiques permettant d’affiner le diagnostic de gestion ;
• les audits du modèle de gestion afin de s’assurer de sa cohérence globale ;
• les refontes des référentiels et des procédures de gestion. ■

Le calendrier de gestion est partagé par l’ensemble des acteurs du


cycle de gestion.

Avantages
■ Les prévisions de la première année du plan plu- riannuel servent de base au
contrôle de gestion pour bâtir le budget de l’année N.
■ Le budget de l’année N sert de référence pour le pilotage des activités au cours
de l’année N.
■ Le contrôle des objectifs nourrit les prévisions du nouveau cycle de gestion.

Précautions à prendre
■ Diffuser le calendrier annuel suffisamment tôt et à l’ensemble des acteurs.
■ Limiter les périodes de sollicitation des entités opérationnelles.
OUTIL
La maille d’analyse
39

Les différents niveaux d’analyse de l’information de gestion

En résumé
La maille d’analyse renvoie au niveau de détail ou d’agrégation des données de gestion.
Plus elle est fine, plus les données à introduire, traiter, analyser, seront nombreuses, et rendront les
exercices de gestion complexes.
Plus elle est agrégée, plus elle permet de se focaliser sur les éléments clés de la performance utiles
au management.

Insight
Mesh analysis refers to a leveled and detailed aggregation in management data. The closer the
analysis, the more data to collect, process and analyze, thus making management exercises more
complexes.
The more the approach is aggregated, the more it can focus on the key elements of performance
that are useful to management.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
On attend du système d’information, qu’il soit une aide à la prévision et au pilotage, en fournissant
des informations agiles, rapides, pertinentes et alignées sur les métiers. Le contrôle de gestion se doit
de donner du sens aux chiffres, en définissant le « juste » niveau de détail de l’information.

Contexte
Globalement, on note une tendance à se détourner des reporting détaillés pour se concentrer sur les
chiffres clés. De même, la réflexion stratégique lors du processus plan – budget est sous une forme
relativement globale qui s’accorde mal avec une construction détaillée.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Alléger les prévisions budgétaires. Il est recommandé de ne chiffrer le budget qu’au niveau
de la responsabilisation et de la prise de décision. Par conséquent, la maille d’analyse est le
centre de responsabilité budgétaire (CRB). Aucun budget n’est fait par section analytique.
Le chiffrage du budget doit se limiter aux grandes masses :
– 4 à 5 rubriques budgétaires, sur lesquelles le responsable a les moyens d’agir, et non
par compte analytique ;
– les familles de produits et de prestations vendues, correspondant à l’agrégat pertinent
(celui qui n’impose pas d’hypothèse d’évolution du mix).
• Faire le lien avec le suivi mensuel. Les comparaisons entre le réel et le budget doivent se
faire à une maille plus agrégée, celle retenue pour le chiffrage budgétaire, en se concentrant
sur les écarts significatifs. Il n’est, en effet, pas nécessaire d’expliquer systématiquement en
détail le réel par rapport au budget.
• Piloter la performance opérationnelle. En l’absence de budget et de suivi détaillé, Il est
recommandé de développer des analyses d’évolution de réel à réel, qui peuvent être
déployées à tous les niveaux, afin de fixer les objectifs et les primes de performance. Elles
seront accompagnées d’un suivi de la performance opérationnelle quotidienne avec des
indicateurs physiques, afin de se situer par rapport aux objectifs et d’identifier d’éventuels
dérapages ou contre-performance à leur source.

Méthodologie et conseils
Le contrôle de gestion s’appuie souvent sur des outils de modélisation pour faciliter les chiffrages.
Ces outils présentent des possibilités d’agréger et de désagréger les données, c’est-à-dire :
• soit d’entrer les valeurs à un niveau fin (référence, produit), le modèle fournissant la synthèse
aux niveaux supérieurs jusqu’aux familles de produits,
• soit d’entrer la valeur à un niveau global (famille de produits), le modèle décomposant aux
niveaux inférieurs jusqu’aux produits.
Il est important que le modèle puisse fournir des analyses pertinentes et soit apte à simuler sans
lourdeur. ■

Le niveau de détail des informations présentées doit être adapté aux


enjeux.

Avantages
■ Travailler à un niveau global, permet de simuler facilement des scénarios
alternatifs, afin d’étu- dier des variantes décisionnelles ou d’effectuer des
analyses de risque.

Précautions à prendre
■ La maille des indicateurs choisie doit permettre d’éclairer un responsable dans le
montage de son budget et le pilotage de son activité.
OUTIL
L’organisation budgétaire
40

Les six types de centres de responsabilité

En résumé
Un centre de responsabilité se définit par :
■ un manager disposant d’une délégation d’autorité ;
■ des résultats attendus spécifiques, datés et quantifiés ;
■ des moyens humains et matériels pour accomplir la mission, assortis d’une enveloppe
budgétaire ;
■ une évaluation des résultats obtenus, incitatifs et sanctionnants.

Insight
A responsibility center is defined by:
■ a manager with delegated authority;
■ specific quantified expected and time-bound results;
■ human and material resources to fulfill the mission, adjusted to a budget package;
■ incentive and sanctioning effectiveness evaluation.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Les centres de responsabilité budgétaire correspondent au découpage d’une entreprise en segments,
qui va être le mieux à même de contribuer à la mise en œuvre de la stratégie. Ils sont utilisés par la
direction pour communiquer ses attentes en termes de performance.

Contexte
Les responsabilités ne sont pas distribuées en termes de tâches à réaliser, mais en termes de missions
à accomplir. D’où l’importance de mesurer la dimension financière de leur responsabilité.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Définir les niveaux des centres de responsabilité. toutes les entreprises ont deux niveaux de
centres de responsabilité : ceux à faible délégation (centres de coûts et de revenus) et ceux à
forte délégation (centre de profit, de projet ou d’investissement). Les centres de coûts sont
plus fréquents dans les niveaux inférieurs de l’organisation.
• Définir les résultats attendus (voir le tableau ci-dessous).

Le type de résultats attendus conditionne :


– la nature des indicateurs retenus ;
– la logique budgétaire ;
– la logique des tableaux de bord ;
– le mode de délégation des responsabilités ;
– le management et l’évaluation des résultats.

Méthodologie et conseils
Lorsque, dans un groupe, il existe un grand nombre de transactions internes entre les centres de profit
ou d’investissement (gérer les marchés en interne), la fixation des prix de cessions est un problème
de politique générale. Le contrôleur de gestion intervient dans la résolution de conflits entre business
units en vérifiant l’application des principes de coût ou de prix retenus, et en faisant évoluer des
principes non cohérents avec la stratégie. ■
Des centres différents sont créés en fonction du degré d’autonomie
accordé à son responsable.

Avantages
■ Transmettre la pression des marchés et de la concurrence à l’ensemble des
activités de l’entreprise.

Précautions à prendre
■ La mise sous tension peut être source de concurrence interne dommageable à
l’entreprise.
OUTIL
Les cessions internes
41

Les qualités d’un système de cessions internes

En résumé
Les cessions internes concernent les transactions internes effectuées par un département au profit
d’un autre. Le prix de cession est le prix auquel sont valorisées ces transactions internes.
Les cessions internes génèrent un produit pour le centre prestataire et une charge pour le centre
client. Par ce biais, une usine et un département commercial deviennent des centres de profit.

Insight
Transfer pricing concerns the internal transactions conducted by a division for the benefit of
another. The transfer price (or purchasing price) is the price at which these internal
transactions are valued.
Internal transfers generate products to the service-provider center and charges to the customer-
service center. Through this process, factories and business units are turned into profit centers.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Le développement des cessions internes obéit à deux préoccupations distinctes :
• technique, pour gérer les opérations entre des centres de profits autonomes ;
• organisationnelle, pour structurer l’entreprise en centres de profit « internes », afin de mesurer
leur performance, et de motiver les managers.

Contexte
La politique de prix de cessions internes est souvent source de conflits entre responsables
opérationnels. Afin de les éviter, le contrôleur de gestion fixe des prix de cession, qui assurent la
performance du département client comme du département fournisseur, en veillant à l’intérêt global
de l’entreprise.

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. Définir les coûts à prendre en compte. tous les coûts d’un département sont pris en compte excepté
les coûts marginaux. Les consommations sont calculées en fonction du nombre d’unité d’œuvre (UO)
de base.
2. Organiser les négociations de prestations et de prix. Il s’agit de définir :
• les prestations repérables par le client (bulletin de salaire, écriture comptable, opération
bancaire…) ;
• le niveau de service attendu par le client : réactivité, fiabilité, sécurité, qualité, disponibilité…
Il en résulte un coût de l’UO, qui peut inclure le coût fixe de garantie d’une intervention
rapide ;
• les responsabilités du fournisseur :
– les erreurs de développement, une machine en panne, le coût de la sous-traitance pour
pallier à une absence, ne sont pas supportés par le client ;
– les nouveaux investissements, les études sont amortis sur plusieurs années ;
– la réduction des volumes consommés n’a pas d’impact sur le prix.
3. Déterminer le prix de vente. Plusieurs méthodes existent :
• prix de marché, s’il existe et, si la qualité de la prestation du marché est comparable ;
• coût réel, connu à postériori, avec le risque que, la performance, ou la non performance du
centre fournisseur se répercute sur les autres ; • coût réel + une marge, offrant une rente de
situation au centre fournisseur (plus les coûts sont élevés, plus la marge est forte) ;
• coût standard, responsabilisant le fournisseur sur ses coûts réels par rapport au standard.
4. Formaliser et communiquer : l’accord de prestation interne doit être formalisé dans un contrat, le
plus simple possible. Une synthèse de l’impact des coûts est envoyée aux centres consommateurs et
aux centres prestataires.

Méthodologie et conseils
Le coût standard est plus simple, plus lisible, et plus stable pour le client interne. Une fois calculé, il
est disponible immédiatement contrairement au coût réel. Cette méthode responsabilise le fournisseur
interne dans la gestion de sa performance (réel/standard) ; elle permet d’intégrer une norme et
d’isoler les surcapacités. toutefois, elle peut inciter à réduire les coûts au détriment de la qualité. ■

Quelle que soit la méthode utilisée, elle impacte les résultats


intermédiaires, mais pas le résultat global.

Avantages
■ Responsabilisation des clients sur leurs consommations.
■ Pression sur les fournisseurs internes en termes de prix, de prestation, de qualité.

Précautions à prendre
■ Veiller à mettre à jour les standards chaque année.
■ Ne pas oublier de raisonner à tout moment avant ou après facturation.
OUTIL
Le découpage analytique
42

Les déterminants du découpage

En résumé
Le découpage analytique constitue une étape fondamentale de la mise en place d’une comptabilité
analytique. Il définit le nombre et le périmètre des sections analytiques.
Ces sections sont des regroupements de frais ou d’activités : atelier, département, service, machine-
outil…
Une section se caractérise par une activité homogène qui est mesurée par une unité d’œuvre unique.

Insight
The breakdown of the analytical accounts is a fundamental step on the implementation of cost
accounting. It defines numbers and scopes of the analytical sections.
These are regroupings of sections related to expenses or activity: workshops, department,
service, machine tool...
A section is characterized by a homogeneous activity, measured through a single allocation
base.
Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
La mise en place d’une comptabilité analytique suppose un découpage de l’entreprise en sections
analytiques, en rapport avec la taille de l’entreprise, son objet, et la précision attendue des coûts de
revient.

Contexte
Cette décomposition est utile au contrôle de gestion pour identifier des coûts et connaître les
consommations de ressources de chaque unité de l’organisation.

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. Analyser le cycle d’exploitation et l’organigramme. Il est recommandé de suivre de
préférence l’ordre de succession des opérations. Une première ébauche peut être obtenue
en prenant les divers ateliers, magasins ou bureaux, tels qu’ils sont traditionnellement ou
géographiquement identifiés dans l’entreprise.
2. Soumettre cette première ébauche à un certain nombre de tests.
• Les sections sont-elles homogènes ? Une section est homogène si le total de ses
dépenses varie proportionnellement à une même unité d’œuvre. Lorsqu’une section
n’est pas homogène, il est souvent nécessaire de la dédoubler ou de lui trouver une
nouvelle unité d’œuvre. Il ne faut toutefois pas démultiplier le nombre de sections.
• Le découpage en sections est-il en rapport avec les dimensions et l’objet de
l’entreprise ? Il ne faut pas charger une petite entreprise avec de nombreuses sections.
En revanche, dans une grande entreprise, on peut créer presqu’autant de sections que
de types de machines différentes, si on souhaite pousser jusqu’au bout le souci
d’homogénéité.
• Ce découpage en sections facilite-t-il la répartition et l’imputation des charges ?
L’homogénéité des sections par rapport aux sources de charges doit être recherchée.
La création de sections « indivises » n’est pas souhaitable et les imputations directes
sont préférables. si elles existent, il faut veiller à ce qu’elles ne reçoivent pas de plus
en plus de charges. L’imputation directe de coûts communs oblige à des répartitions
forfaitaires entre plusieurs sections.
Si un atelier présente toutes les caractéristiques de l’homogénéisation, mais que ses charges sont
proportionnelles à deux facteurs différents, il est préférable de scinder la section en deux selon les
groupes homogènes de charges.

Méthodologie et conseils
Deux considérations interviennent pour limiter le découpage en sections : l’intérêt du nombre pour le
contrôle, et la recherche d’une certaine proportionnalité entre les montants des dépenses. Un système
de coût doit permettre le contrôle, en quantité de matières consommées et de temps passés lors de
l’exécution et, en valeur du coût des matières et des unités d’œuvre. si deux sections, correspondant à
des moyens et des travaux comparables, donnent des résultats analogues plusieurs mois de suite, il
n’y a pas de raison de les laisser scindées. ■

Seule l’homogénéité des sections influe sur la précision des


résultats ; l’effectif et le matériel n’interviennent pas.

Avantages
■ La méthode des sections homogènes est assez souple pour permettre les
éclatements ou les regroupements de sections.

Précautions à prendre
■ En remettant en cause trop souvent le sectionnement, on supprime la possibilité
de comparer les résultats successifs au sein d’une section comme entre les
sections.
OUTIL
Les unités d’œuvre
43

Exemples d’unités d’œuvre fréquemment utilisées

En résumé
Une unité d’œuvre (UO) est un moyen permettant, d’allouer les coûts indirects dans les différentes
sections analytiques, puis d’imputer le coût des sections aux objets de coût (produit, prestation,
projet, activité).
Elle doit avoir une signification concrète pour les opérationnels et les gestionnaires, afin de passer
des opérations techniques à l’évaluation en euro, et inversement.

Insight
An allocation base is a means to allocate overhead costs in the various analytical sections and
then assign the cost of sections to cost objects (products, services, project, activity).
It has to have concrete meaning for the operational staff and managers, in order to cross
technical operations and assessments in euros, and vice versa.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
La division en sections, la répartition des charges, et le calcul des coûts de revient n’étant pas une fin
en soi, les unités d’œuvre doivent permettre un calcul des coûts de revient aussi simple que possible.

Contexte
Lorsque l’affectation d’une charge permet de l’attribuer sans discussion possible à un produit, ou à
toute autre cible… la charge est directe. Dans le cas contraire, après affectation aux sections, la
charge est imputée aux cibles finales (produit, prestation, client) à l’aide d’unités d’œuvre… la
charge est indirecte. Le choix de l’unité d’œuvre est délicat. Il l’est davantage encore lorsqu’il s’agit
de répartir les frais généraux (cascade de répartition).

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Énumérer des unités d’œuvre possibles a priori qui permettent :
– de mesurer la relation entre l’activité et le coût afin de faciliter le transfert de charges ;
– le contrôle des rendements et de la productivité par rapport à une activité normale.
• Mesurer l’impact des différents choix sur les coûts et les marges :
– être prudent dans l’analyse des résultats obtenus : les variations sont-elles liées à la
conjoncture, à la saisonnalité de l’activité, peu prévisibles ? L’utilisation d’une UO plus fine
donne-t-elle des résultats différenciés ?
– être transparent dans les calculs et le choix des UO : le choix est guidé par la corrélation
observée entre cet indicateur et les charges variables de la section.
Par exemple, le nombre d’heures main d’œuvre est un bon indicateur dans le cadre d’une activité
manuelle.
• Analyser les avantages et les inconvénients de chacune par rapport à :
– l’influence sur l’homogénéité des sections analytiques : assurer la meilleure corrélation
possible entre, la variation des coûts, et la variation en quantité des prestations fournies ;
– la facilité de pointage des UO et d’estimation du nombre d’UO se rattachant à chaque objet de
coût : il arrive souvent, que les mesures effectuées dans l’entreprise pour la surveillance
technique ou pour la rémunération du personnel, fournissent les UO adéquates ;
– l’orientation des comportements des acteurs dans le sens de l’optimisation des coûts.
• Pour chaque UO, fixer la règle de calcul et de mise à jour : par exemple, une UO est égale à la
moyenne glissante des temps passés, et elle est remise à jour tous les trimestres.

Méthodologie et conseils
Lorsque l’on a le choix entre plusieurs unités d’œuvre, il faut adopter systématiquement celle qui
simplifie au maximum le calcul des coûts de revient.
Dans certains cas (frais financiers, charges de fonctionnement de la direction générale…), il est
préférable de ne pas répartir les coûts ; attention alors à ne pas les oublier lors d’analyses
globales. ■

L’erreur relative sur la répartition des charges, dépend uniquement


de la précision de la règle de répartition.

Avantages
■ Les unités d’œuvre sont indispensables au calcul des coûts de revient : elles
déterminent la logique de répartition des coûts.
Précautions à prendre
■ La répartition doit être d’autant plus précise que le montant de la charge est
important.
■ Il n’y a pas de bonne répartition ; toutefois, certaines sont meilleures que
d’autres.
OUTIL
Le dictionnaire des indicateurs
44

Exemple de fiche « indicateur »

En résumé
Le dictionnaire des indicateurs a pour objectif de fiabiliser l’information de gestion, en précisant
l a définition et les critères propres à chaque indicateur : périodicité, mode de calcul, unité
responsable, sources, destinataires…
Il est directement intégré dans la base de données où se trouvent les indicateurs.

Insight
The indicators dictionary aims to make management information more reliable, by specifying the
definition and criteria for each indicator: time period, frequencies, calculation method, the unit
responsible, sources, recipients...
It is integrated directly in the database where indicators can be found.
Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Avant d’intégrer un indicateur dans un tableau de bord, il y a lieu de s’interroger non seulement sur
l’utilité de ce qu’il mesure, mais aussi sur les conséquences de sa mesure au travers d’éventuels
effets induits ou pervers, sur la fréquence de sa mesure, sur les règles de gestion…

Contexte
Privilégier un petit nombre d’indicateurs afin de rester synthétique peut conduire à construire des
indicateurs complexes (traduisant plusieurs phénomènes élémentaires). C’est pourquoi il est
nécessaire de constituer un dictionnaire des indicateurs, qui sert de référentiel que chacun peut
consulter afin d’interpréter au mieux tel ou tel indicateur.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Se mettre d’accord sur la définition des indicateurs.
L’indicateur doit rendre fidèlement compte d’un élément mis sous contrôle. C’est donc une donnée
objective, qui décrit un élément d’un point de vue quantitatif ou qualitatif.
Par exemple, le chiffre d’affaires est souvent mesuré lors de la prise de commande par le service
commercial, lors de la facturation par le service comptable, et lors de l’encaissement par le service
trésorerie. Or, le chiffre d’affaire dans une entreprise ne devant avoir qu’une seule signification, les
acteurs doivent se mettre d’accord sur le point de mesure à retenir pour tous.
• Remplir une fiche par indicateur.
L’indicateur doit être juste, fiable et reproductible. La fréquence de sa mesure dépend de la durée du
cycle de décision et d’action de l’unité : de journalier à annuel. Elle augmente au fur et à mesure que
l’on se rapproche du terrain. La rapidité d’élaboration et de diffusion doit être cohérente avec la
fréquence et doit l’emporter sur la précision.
L’information de base doit être générée par les acteurs sur le terrain pour leur propre compte. Une
personne nommément désignée assure la pérennité, la formation, la mise à jour et la diffusion de la
mesure.

Méthodologie et conseils
Il est important de se mettre d’accord sur la définition de chacun des indicateurs, afin d’éviter des
discussions stériles, sur le niveau de l’indicateur, ou sur la méthode de calcul de l’indicateur, au
cours des réunions de management.
Une définition commune facilite également la consolidation des résultats et la comparaison des
performances obtenues dans des unités ayant la même activité (agences bancaires, usines, équipes
commerciales…).
La fiche indicateur peut aussi être utilisée comme une check list des points à vérifier, avant
d’introduire ou de diffuser un nouvel indicateur dans un tableau de bord. ■

Tout indicateur a un coût (recherche, saisie, traitement, édition et


analyse) à confronter à son utilité.

Avantages
■ Grâce à l’adoption d’une terminologie unique, les tableaux au sein d’une même
organisation sont cohérents.
■ Tout le monde dispose des mêmes chiffres et aucune information ne circule sans
l’autorisation d’un responsable désigné.

Précautions à prendre
■ L’étape préalable consistant à définir les indicateurs est souvent assez longue lors
d’une mise en place de tableaux de bord. Elle nécessite souvent plusieurs réunions
avec l’ensemble des utilisateurs concernés.
DOSSIER
L’AUDIT DE GESTION
9
L’audit est avant tout considéré comme un outil d’amélioration continue, car il permet de
faire un état des lieux afin de :
• dégager les points faibles ou non conformes ;
• conduire les actions qui permettront de corriger les écarts et les dysfonctionnements constatés.

Pourquoi réaliser un audit de gestion ?


L’audit de gestion sert à donner une assurance sur le degré de maîtrise du processus de contrôle de
gestion au sein de l’organisation, à apporter des conseils pour l’améliorer, et contribuer à créer de la
valeur pour l’entreprise.
Dans le chapitre 1, nous avons défini le processus de contrôle de gestion comme : « un ensemble de
moyens, pour comprendre et orienter les actions pour, à terme, atteindre les objectifs fixés par la
stratégie ».
La maîtrise du processus de contrôle de gestion repose sur :
• l’atteinte de l’équilibre organisationnel ;
• la pertinence des objectifs de départ ;
• l’assurance que les acteurs travaillent tous dans le sens des objectifs ;
• la validité du système de mesures de l’avancement des objectifs et des moyens. L’audit de
gestion doit être conçu pour :
• déterminer la conformité du processus de contrôle de gestion aux exigences spécifiées ;
• déterminer l’aptitude du processus de contrôle de gestion mis en œuvre à atteindre les
objectifs spécifiés ;
• donner à l’organisation la possibilité d’améliorer son contrôle de gestion et son efficacité.

Comment réaliser un audit de gestion ?


L’audit de gestion peut être réalisé par le contrôleur de gestion, ou une autre personne mandatée à cet
effet. La méthodologie d’audit de gestion s’apparente à celle d’un audit interne. Une mission d’audit
comprend trois phases : préparation, réalisation, suivi.
• Le travail préparatoire de l’audit de gestion
Il consiste à définir les objectifs de l’audit, recueillir l’information préalable dans le système
d’information, identifier les zones à risque et concevoir le questionnaire pour les interviews auprès
des audités.
• Le déroulement de l’audit de gestion.
L’auditeur s’attache à détecter les anomalies et les risques du processus de contrôle de gestion, ainsi
que leurs causes. Auditer un processus, c’est écouter les différents acteurs dans le cadre des
interviews, afin de comprendre et, faire comprendre, le processus en place ou à mettre en place.
Un rapport matérialise le bilan de l’audit en précisant, d’une part les points importants positifs, et
d’autre part les points importants négatifs et les recommandations. Il expose le constaté, la
conséquence, la recommandation et une proposition sur les délais d’application. Il doit être présenté
à la direction générale, et aux managers concernés, car le contrôle de gestion est un processus
transversal à l’organisation.
• Le suivi des recommandations
Un plan de mise en œuvre des recommandations et un tableau de suivi sont élaborés par l’auditeur et
les audités. L’auditeur s’assure de la mise en œuvre effective des recommandations.

LES OUTILS
45 La recherche des équilibres
46 La pertinence des objectifs
47 L’alignement stratégique
48 La véracité des mesures
OUTIL
La recherche des équilibres
45

Les causes des déséquilibres à l’origine de crises

En résumé
Le concept d’équilibre renvoie à la juste combinaison de forces ou d’éléments. Il est atteint par
étapes successives. Il procure à l’entreprise la force de s’adapter aux aléas de l’environnement.

Insight
The concept of balance refers to the right combination of forces or elements. It is achieved in
successive stages. It gives companies the strength to adapt to the changes in their environment.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Au cours de son développement, une entreprise fait face à diverses crises, manifestation de
déséquilibres, alors que l’atteinte de la performance passe par la recherche d’équilibres. Un
diagnostic approprié, et la mise en place de plans d’actions pour mieux les maîtriser, doivent
prévenir ces déséquilibres.

Contexte
La direction générale peut s’appuyer sur le contrôleur de gestion pour identifier les déséquilibres et
proposer des propositions de mesures correctives adaptées.

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. Identifier les sources de déséquilibres.
• Manque de vision des dirigeants : sans vision, une entreprise ne peut inscrire son
action dans la durée.
• Déséquilibre global provenant d’une :
– politique trop ambitieuse par rapport à la réalité de l’entreprise (manque de
moyens) ;
– politique qui néglige l’importance des interfaces et le temps de maturation ;
– suprématie de la bureaucratie et du contrôle étouffant l’entreprise.
• Déséquilibre dans la représentation des différentes fonctions dans l’entreprise : il
s’agit de repérer la fonction qui est « étouffée » par les autres, négligée par les
dirigeants, ou ne disposant pas de suffisamment de moyens pour assumer son rôle.
• Déséquilibre lié aux quatre piliers d’une entreprise. La performance globale
recherchée par l’entreprise est-elle au service de ses différentes parties prenantes ou
l’une d’elle est-elle oubliée : gestion financière saine, clients satisfaits, processus
excellents, climat propice au développement des hommes et de l’innovation ?
2. Proposer des mesures correctives.
• Trouver la bonne pondération entre l’atteinte des objectifs de l’entreprise et le
développement des hommes qui la composent.
• S’assurer que les structures, les règles, les hommes, les fonctions, les processus, les
flux, et les moyens, sont orientés au service de la politique définie et des valeurs
associées.
• Savoir écouter les différentes dimensions qui composent l’entreprise.
• Le contrôleur de gestion peut aider les autres fonctions à comprendre leur propre
déséquilibre et y remédier, afin de participer pleinement aux différents actes de
gestion de l’entreprise.
• Susciter la prise de conscience.
• Afin de générer une modification des pratiques, le contrôleur de gestion doit favoriser
le dialogue de gestion, être à l’écoute, faire preuve de pédagogie, et co-construire le
système de gestion avec les acteurs opérationnels.

Méthodologie et conseils
L’atteinte de l’équilibre dans l’entreprise :
• passe par la mise en place, à tous les niveaux de l’organisation, d’actions de structuration
(procédures de contrôles, normes,…) et de démarches d’ouverture, de responsabilisation, de
prise de conscience… ;
• se réalise dans et par le mouvement ;
• est atteint par étapes successives et suppose des expérimentations. ■

Rechercher une vision unifiée et partagée de la problématique.


Avantages
■ Réaliser un questionnement tenant lieu de diagnostic interne.
■ Assurer la pérennité de l’entreprise.

Précautions à prendre
■ Instaurer un climat de confiance.
■ Faire reconnaître le droit à l’erreur.
■ Donner le temps au temps.
OUTIL
La pertinence des objectifs
46

Les caractéristiques d’un bon objectif : smart

En résumé
Un objectif se définit comme un but à atteindre, et non comme une tâche à accomplir. C’est donc le
résultat d’une prévision et d’un acte de volonté. Il décrit un ensemble de résultat qu’un responsable
se doit d’obtenir pour voir sa compétence reconnue.

Insight
An objective is a means to an end rather than a task to accomplish. Hence, it is the result of a
forecast and an act of will. It shows in overall terms the set of results that a manager must
achieve to have his or her competence recognized.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Les objectifs permettent de mobiliser l’attention des responsables et de leurs équipes sur les priorités
fixées par la direction, et de les motiver pour améliorer les résultats de leur service, de leur
département ou de leur entreprise.

Contexte
Les objectifs sont issus de la confrontation entre la stratégie, la structure organisationnelle, et le
métier de l’entreprise.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Définir ce qui est attendu, les points auxquels on doit consacrer de l’énergie. Un objectif se définit
par :
– une performance, c’est-à-dire le résultat à atteindre ;
– les conditions dans lesquelles devra s’exercer cette performance ;
– le niveau de performance jugé acceptable.
Dans le management d’une unité de travail, et pour chacun des collaborateurs, les principaux points
clés de l’activité peuvent et doivent faire l’objet d’une quantification.
• Clarifier les relations hiérarchiques. La réalisation d’un objectif déterminé est confiée à une unité
de travail ou à une personne nommément désignée, qui en est responsable, soit pour l’atteindre elle-
même, soit pour vérifier régulièrement sa réalisation.
• Préciser le type d’objectif et son niveau. On distingue deux types d’objectifs :
– des objectifs de contribution, qui visent à maintenir ou à améliorer une situation donnée, pour
accroître le résultat d’une activité existante ;
– des objectifs d’amélioration, qui visent à conduire une action nouvelle.
Chaque objectif doit être réaliste et réalisable, afin d’être considéré par l’intéressé comme
atteignable par rapport au défi qu’il représente. Déterminer la valeur raisonnable d’un juste niveau de
performance nécessite, d’avoir la possibilité de choisir plusieurs variantes de valeur, et de pouvoir
adapter les moyens nécessaires dans le but de les concrétiser.
• Impliquer personnellement les managers. Il est utile que celui qui fixe l’objectif, rédige une
définition précise de chaque objectif. si la définition est claire, l’objectif est parfaitement perçu.
L’élaboration des objectifs n’est pas le résultat d’un simple processus technique, il implique aussi
une négociation. Celle-ci porte sur le niveau à atteindre, mais aussi sur l’adéquation des moyens.

Méthodologie et conseils
Pour formuler correctement un objectif, on procède à une analyse en se demandant : pour qui ? quoi ?
quand ? Puis on rédige une phrase : « Que le Qui ait le Quoi et Quand ». Par exemple : « Que tous les
salariés disposent de deux jours de formation par an. » En démarrant la formulation par « Que le
Qui » au lieu d’un verbe d’action, la description se prolonge automatiquement par la description du
produit ou de la prestation que le client recevra.
Pour motiver des collaborateurs à la réalisation des objectifs, il est recommandé :
• qu’ils aient été associés à la réflexion préalable ;
• qu’ils en comprennent l’intérêt et la nécessité ;
• qu’ils y adhèrent et les jugent accessibles ;
• qu’ils disposent des moyens pour les réaliser. ■
Une phase critique à la bonne mise en œuvre de la stratégie.

Avantages
■ Introduire une volonté d’amélioration de la performance.

Précautions à prendre
■ Risque de dispersion s’il y a trop d’objectifs
■ Intégrer du « flou » dans l’objectif
OUTIL
L’alignement stratégique
47

L’articulation sous forme de poupées gigognes

En résumé
Au sein d’une entreprise, le besoin de contrôle effectif se situe sur trois dimensions. L’articulation
des objectifs en poupée gigogne permet de garantir la cohérence dans la déclinaison des objectifs
tout au long de la ligne hiérarchique, et donc de la bonne mise en œuvre de la stratégie.

Insight
There are three dimensions to the effective control needed within a firm. The Russian-doll
articulation of goals ensures consistency in the breakdown of objectives down the chain of
command, thereby contributing to the successful implementation of the strategy.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Le déploiement, dans l’organisation, des objectifs de performance, s’effectue par le pilotage des
plans d’action et par la déclinaison des objectifs de l’entreprise aux étages inférieurs jusqu’aux
objectifs individuels. Le contrôle de gestion garantit que les buts de l’entreprise sont correctement
déclinés au sein de l’entreprise.

Contexte
Le réseau de tableaux de bord, dans chaque business unit, renforce la cohérence des objectifs
opérationnels avec les objectifs stratégiques, et entre eux.

Comment l’utiliser ?
Étapes
L’alignement des objectifs impose de vérifier la cohérence :
• entre les facteurs clés de succès du secteur économique et les facteurs clés de succès arrêtés
par la direction générale. Les facteurs clés de succès découlent des axes de développement
que la direction souhaite mettre en œuvre, compte tenu de l’évolution qu’elle anticipe de son
environnement, suite à l’analyse stratégique ;
• de la déclinaison des facteurs clés de succès au sein de l’entreprise : notamment dans les
objectifs. Le déploiement suppose de définir un rôle spécifique à chaque manager, en
cohérence avec celui des autres, tout en lui laissant de l’autonomie sur la façon d’atteindre les
objectifs. C’est le propre de la délégation ;
• du système d’évaluation des performances avec la stratégie de l’entreprise. Un tableau de
bord est défini au niveau central. Des indicateurs de ce tableau de bord sont alloués aux
entités concernées. Les entités peuvent ajouter des indicateurs spécifiques. Les indicateurs du
niveau N – 1 sont ensuite répartis vers tous ceux qui ont des leviers d’action (acte de
délégation). si la personne atteint son objectif, l’entité atteint le sien ;
• du système de récompense avec les résultats obtenus. Le système de récompense des
managers et des équipes oriente leurs comportements, et renforce les chances que ces derniers
s’intéressent à ce qu’il convient de maximiser. Les bonnes performances du tableau de bord
génèrent une influence, même informationnelle ou différée, sur la rémunération et la
promotion. La corrélation entre la performance et la rémunération est d’autant plus
mobilisatrice, qu’elle concentre l’attention des managers et des équipes sur les indicateurs
fondamentaux de l’entreprise.

Méthodologie et conseils
Le déploiement implique un changement de nature de l’objectif entre les niveaux hiérarchiques, tout
en conservant un but commun.
Au niveau N, l’objectif de rotation des capitaux employés (CA/CE) se transforme, au niveau N−1, en
objectif de niveau de stock et de temps de cycle. Il ne s’agit pas d’une simple décomposition de
l’objectif global sur ces composantes (ex. capitaux employés décomposés en immobilisation et
BFR). ■

La cohérence du déploiement des objectifs est assurée par le biais de


la délégation.

Avantages
■ Faire le lien logique entre les objectifs stratégiques et les ceux attribués aux
managers et aux équipes.
■ La performance est atteinte lorsque les managers et les équipes coopèrent entre
eux.

Précautions à prendre
■ Maintenir l’équilibre entre l’autonomie et la responsabilisation.
■ Parer aux effets pervers qui permettent de gagner la récompense sans bénéfice
réel pour l’entreprise.
OUTIL
La véracité des mesures
48

Les trois composantes de la mesure

En résumé
Ce qui n’est pas mesuré n’est pas piloté. La mesure est donc une condition nécessaire pour
progresser, mais elle n’est pas suffisante. En effet, une mesure qui ne génère pas d’action ne sert à
rien.

Insight
We cannot manage what we cannot measure. The measure remains a necessary, if not sufficient,
condition to ensure progress. Indeed, a measure is of no use if it does not generate action.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
L’objet d’une mesure est de décrire ce qui s’est passé et de comprendre les mécanismes de ce
mouvement vers toujours plus de complexité et toujours plus de performance. Pour être considéré
comme efficace, le système de mesure doit être reconnu comme précis, objectif et vérifiable.
Contexte
Une bonne question que le contrôleur de gestion doit se poser : à partir des mesures de performance
par manager, peut-on reconstruire la stratégie vis-à-vis de chaque centre de responsabilité ?

Comment l’utiliser ?
Étapes
Il s’agit de s’assurer que :
• Les mesures définies par les managers sont suffisamment explicites.
Une mesure subjective repose sur le jugement du supérieur hiérarchique, elle dépend de la
qualité d’information du supérieur hiérarchique et de la confiance du subordonné ; elle peut
devenir source de conflit. Un indicateur jugé subjectif tombera rapidement en désuétude. Une
mesure objective est réalisée de façon indépendante et vérifiable ; elle ne laisse pas
d’ambiguïté. La mesure objective est donc à privilégier. Lorsqu’une mesure quantitative
simple ne peut être effectuée, on se reporte vers un scoring, système de notation.
• Les mesures des centres de responsabilité reflètent ce que l’on attend de chaque manager. Une
mesure complète capture l’ensemble des attributs de la performance du centre de
responsabilité avec des indicateurs financiers et non financiers. Le rapprochement, entre la
mission du centre de responsabilité et les points mis sous contrôle, permet de repérer les
mesures manquantes et d’y palier. Attention toutefois à se limiter à l’essentiel afin d’éviter
d’être noyé si le système d’évaluation s’appuie sur un trop grand nombre d’indicateurs.
• Les mesures sont réactives aux efforts des responsables. L’analyse du tableau de bord d’un
centre de responsabilité permet de valider :
– le bon équilibre des mesures entre les indicateurs de performance et les indicateurs de
pilotage ;
– les relations de « cause à effet » clairement définies entre indicateurs (notamment entre
les indicateurs financiers, et les indicateurs portant sur les clients, les ressources
humaines et les processus) ;
– la bonne corrélation entre la réussite sur des indicateurs amont et la réussite sur les
indicateurs aval.

Méthodologie et conseils
Le contrôleur de gestion doit apprendre, aux responsables opérationnels, à exploiter efficacement
l’information pour une meilleure prise de décision. Il explicite les données afin d’éviter de fausses
interprétations, et s’assure en retour que les décideurs contribuent activement à leur mise à jour. ■

Attention à ce que les mesures ne se substituent pas au management.

Avantages
■ Toute performance est mesurable, à condition de s’en donner les moyens.
■ Mieux mesurer la performance, permet de mieux la manager.

Précautions à prendre
■ Mesurer la mauvaise variable provoque un mauvais résultat.
■ Une mesure est une représentation imparfaite d’une réalité.
DOSSIER LE SYSTÈME D’INFORMATION
10 DÉCISIONNEL

Les entreprises évoluent dans un monde qui bouge en permanence. Il faut être le premier à
publier ses résultats, bénéficier des effets d’annonce, avoir des budgets de plus en plus précis,
alerter des dérives, les corriger pour devancer les réactions des actionnaires.
Le système d’information décisionnel devient la source « intelligente » permettant à une
entreprise, d’adapter régulièrement sa politique commerciale, financière, sociale…, de réagir
rapidement, d’anticiper, et de déléguer les décisions.

Les enjeux du système d’information pour


le contrôle de gestion
Dans cet environnement, fiabilité, rapidité et intégrité des données sont vitales, pour le contrôleur de
gestion, et pour l’entreprise en général. Le contrôleur de gestion traite une grande quantité
d’informations provenant de nombreuses sources internes et externes à l’entreprise : données
financières, comptables, juridiques, commerciales, stratégiques, marketing….
Le challenge consiste à transformer ces masses de données en information décisionnelle. Il faut les
traiter, les analyser, les structurer, pour les rendre pertinentes, et les restituer à des utilisateurs ayant
des besoins différents :
• aux opérationnels pour piloter leur activité au quotidien ;
• aux managers pour suivre mensuellement les performances métier, analyser les écarts versus
budget, afin de préparer et de conduire les actions à venir ;
• à la direction de l’entreprise, pour avoir une vision globale, et élaborer la stratégie annuelle.

Les technologies informatiques


L’évolution des technologies informatiques aide le contrôleur de gestion dans la production
d’analyses à valeur ajoutée et dans la réduction des délais de diffusion des informations. trois
catégories d’outils permettent de collecter, d’organiser, de traiter, et de diffuser les informations de
gestion :
• système transactionnel (achat, vente, comptabilité…), constitué des données opérationnelles
internes et externes à l’entreprise, qui ont des supports hétérogènes et qui ne sont pas
forcément normalisées ;
• data warehouse, ou base de synthèse, qui regroupe les informations qui ont été bâties dans le
cadre de la définition des indicateurs, et donc du langage commun de l’entreprise.
Cette référence représente la garantie de cohérence des données et le glossaire général de
l’entreprise ;
• outil décisionnel qui intègre les requêteurs, les bases OLAP ou hypercube, les explorateurs de
donnée. Ces outils permettent de naviguer au sein de l’information, de la restituer par le biais
de tableaux de bord, de reporting, de rapports d’analyses, d’études prospectives, et de mettre
rapidement l’accent sur les décisions les plus urgentes à prendre.

Le contrôleur de gestion, du fait même de sa mission, est conduit à travailler avec la DSI selon
plusieurs angles :
• contrôleur de gestion de la DSI, comme vis-à-vis des autres départements de l’entreprise ;
• chef de projet pour la mise en œuvre d’applications à destination du contrôle de gestion ;
• client de la DSI dans le cadre de ses fonctions de contrôle de gestion.
Ces différentes casquettes le conduisent, d’une part à contrôler et à maîtriser les dépenses
informatiques et, d’autre part à engager des dépenses informatiques pour améliorer la performance
des outils de gestion. sa fonction transverse, sa connaissance globale du fonctionnement de
l’entreprise et des interactions entre départements, font de lui, par excellence, un bon candidat pour
être chef de projet.

LES OUTILS
49 La qualité du système d’information
50 La qualité des données de gestion
51 Le dispositif de contrôle interne
52 Enterprise Resources Planning (ERP)
53 Le data warehouse
54 L’analyse multidimensionnelle
OUTIL
La qualité du système d’information
49

Résoudre la réconciliation des données de gestion

En résumé
La qualité et la disponibilité des indicateurs de mesure, à tous les échelons de l’organisation, sont
un aspect important du système d’information. Les entreprises construisent leur système
d’information afin d’avoir accès à la multidimensionnalité des données, et de permettre aux experts
d’analyser et d’apprécier les performances de l’entreprise.

Insight
The quality and availability of measurement indicators are important aspects of the information
system, at all levels of the organisation. Companies build their information system in order to
have multi-dimensional data access, enabling experts to analyse and assess corporate
performance.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Le système d’information décisionnel doit fournir à la direction générale un constat lui permettant
de :
• suivre la mise en œuvre de la stratégie ;
• détecter les besoins majeurs d’actualisation de la stratégie (processus de reprévision) en
fonction des modifications observées dans l’environnement externe et des causes de succès ou
d’échec partiel des responsables de fonctions ou de processus, dans l’atteinte de leurs
objectifs de performance ;
• effectuer des re-prévisions plus ou moins élaborées.

Contexte
En tant qu’architecte du système de mesure de la performance, le contrôleur de gestion doit s’assurer
périodiquement de la qualité de l’information de gestion livrée à ses clients : direction générale,
responsables opérationnels, chefs de projet…

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Organiser le système d’information avec :
– une comptabilité analytique pour valoriser les coûts, calculer la rentabilité et l’efficience des
fonctions et des processus ;
– un découpage de la structure en centres de responsabilité pour suivre le respect des objectifs ;
– un réseau des tableaux de bord pour piloter les activités, avec des indicateurs financiers et non
financiers ;
– des études de la rentabilité des investissements nouveaux.
• Auditer régulièrement le système d’information :
– fournit-il une information comptable fiable et certifiée ?
– permet-il une analyse pertinente des coûts de revient (standards, ABC…) ?
– permet-il une analyse de l’axe projet (investissements, projets transverses…) ?
– dispose-t-on d’un contrôle budgétaire efficace et rapide ?
– les indicateurs physiques sont-ils labellisés par le contrôle de gestion ? produits dans un délai
acceptable ?
• Rationaliser le système d’information :
– harmoniser les référentiels, les plans de comptes, les définitions des indicateurs ;
– unifier les reportings afin de réduire les reportings parallèles, et les travaux de réconciliation
et de retraitement.

Méthodologie et conseils
Pour auditer le système d’information :
• tenir compte des résultats, du rapport sur le dispositif de contrôle interne, et du rapport des
commissaires aux comptes, sur la qualité des procédures de contrôle interne, afin de s’assurer
de la qualité de l’information comptable, matière première majeure pour la comptabilité
analytique ;
• réaliser des grilles de diagnostic sur la pertinence des outils, sur le plan technique, le mode
d’animation, le degré d’implication des acteurs, les délais de production (procédure
budgétaire, processus de planification et de sélection des investissements, réseau de tableaux
de bord) ;
• identifier les points faibles et en déduire des axes d’amélioration à mener dans le cadre d’un
projet pluriannuel. ■

Une information rapide, fiable, transparente, alignée sur les métiers


de l’entreprise.

Avantages
■ Garantir la pertinence des constats de gestion présentés.
■ Fournir la bonne donnée, à la bonne personne, au bon moment.

Précautions à prendre
■ Couvrir toutes les fonctions importantes de l’entreprise.
■ Intégrer le pilotage du système d’information dans le calendrier de gestion.
OUTIL
La qualité des données de gestion
50

Les critères de qualité d’une donnée

En résumé
Le contrôle de gestion est fournisseur de données et garant de la fiabilité des données.
La qualité des données se mesure au degré de confiance que l’on peut leur accorder. En effet, si on
accorde peu de crédibilité à une donnée, on ne l’utilisera pas. C’est d’autant plus important, que les
données du contrôle de gestion servent à éclairer les prises de décision dans l’entreprise.

Insight
Management control serves as data provider and guarantees the reliability of the data.
Data quality requires a level of confidence for the data provided to meet the data user
requirements. Indeed, data will not be used if given little credibility.
This is all the more important since management control uses this information to help their
company make planning decisions.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
La qualité d’une donnée de gestion s’apprécie en fonction de sa capacité à reproduire une réalité qui
ne soit pas biaisée. Deux critères, habituellement attribués aux données comptables, peuvent être
repris pour les données de gestion :
• la régularité, qui assure l’intelligibilité des données de gestion et leur comparabilité dans le
temps et l’espace ;
• la sincérité, qui assure l’objectivité et la vérifiabilité des chiffres, qu’ils soient bons ou
mauvais.

Contexte
Rechercher la qualité des données de gestion se justifie, par le rôle de ces données dans la vie
économique de l’entreprise, par le cercle vertueux que des données de qualité sont censées initier, et
parce que ces données permettent d’anticiper correctement l’évolution de l’entreprise.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Contrôler l’exactitude des chiffres :
– savoir d’où vient l’information et comment elle est calculée ;
– nommer un responsable de la saisie et de l’exactitude du chiffre ;
– traquer les données redondantes afin de simplifier et d’assurer la mise à jour des
données ;
– réaliser des contrôles de cohérence en croisantdes données issues de calculs
différents ;
– effectuer les retraitements nécessaires, lorsque les périmètres changent, afin d’assurer
la comparabilité des données ;
– valider la fréquence des mises à jour ;
– définir les règles d’estimation des données qui doivent être estimées, afin de permettre
une diffusion rapide des résultats mensuels, et de valider que seul le dernier mois est
estimé ;
– créer le dictionnaire des indicateurs clés de l’entreprise.
• Donner du sens aux chiffres :
– sélectionner les données significatives qui mettent en lumière les grands enjeux ;
– une donnée de gestion n’ayant pas l’obligation d’être exacte à 100 %, s’assurer qu’elle
fournit une représentation fidèle du phénomène étudié ;
– choisir une fréquence de diffusion adaptée au besoin : une diffusion trop fréquente
mobilise inutilement de l’énergie et des coûts ; une diffusion trop lente génère du flou et
une perte de réactivité ;
– assurer la qualité de la présentation des données afin qu’elles soient compréhensibles
e t agréables à consulter. Une charte graphique définit des règles de présentation
communes.

Méthodologie et conseils
Déterminer l’importance relative des données, leur niveau de qualité indispensable, et, enfin, les
arbitrages à effectuer, afin d’obtenir un niveau global acceptable de qualité.
Repérer les données de qualité et de non qualité. Prioriser le travail de fiabilisation sur les 20 % de
données qui génèrent 80 % de décisions. Par exemple, se focaliser sur les données qui portent sur les
résultats attendus, les leviers d’action, les variables qui expliquent les risques. ■
La qualité des données doit répondre à des contraintes de coût et de
temps.

Avantages
■ Fédérer l’équipe de direction autour des données essentielles de l’entreprise.
■ Anticiper correctement l’évolution de l’entreprise.

Précautions à prendre
■ La transparence de l’information de gestion est fondamentale.
■ Le choix des données diffusées oriente la représentation de la réalité de
l’entreprise.
OUTIL
Le dispositif de contrôle interne
51

Objectifs et enjeux du contrôle interne

En résumé
Le contrôle interne est une méthodologie destinée à donner, aux dirigeants, une assurance
raisonnable, quant à la maîtrise des risques existants et futurs. Il partage des objectifs avec le
contrôle de gestion :
■ la fiabilité des informations ;
■ l’atteinte des objectifs opérationnels ;
■ l’amélioration de la performance ;
■ l’alerte sur les dysfonctionnements ;
■ une vision globale et transversale de l’entreprise.

Insight
Internal control is a methodology designed to provide managers reasonable assurance
regarding the control of risks now and in the future. It shares objectives with management
control:
■ the reliability of the information;
■ achieving operational objectives;
■ improving performance;
■ alert on malfunctions;
■ a general and transversal overview of the company’s activities.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Pour optimiser le fonctionnement des processus de l’entreprise, le contrôle de gestion mesure leur
efficience avec des indicateurs de performance, et le contrôle interne les sécurise et les stabilise en
mettant en place des points de contrôle, fiabilisant ainsi les données à l’origine des indicateurs du
contrôle de gestion.

Contexte
La présence de contrôles clés au sein des applications et des interfaces supportant les processus de
l’entreprise, fait du système d’information un élément incontournable de la structuration du contrôle
interne.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Phase d’initialisation ou de cadrage.
Les objectifs du projet sont définis, le plus souvent, en s’appuyant sur un pré-diagnostic du
contrôle interne, qui permet de dégager les activités, les entités et les thèmes prioritaires :
– clarifier les enjeux juridiques (responsabilité des dirigeants…), de communication
(attentes du marché, attitudes des concurrents…), de maîtrise des activités (où sont les
risques ? sont-ils couverts ?....) ;
– évaluer le niveau actuel du contrôle interne, afin de définir des objectifs réalistes dans
le temps ;
– tenir compte de la stratégie de l’entreprise pour fixer les objectifs.
• Phase de mise en œuvre.
Cette phase comprend des diagnostics détaillés, des plans d’action, et des tests. Les contrôles
cl és sont, déclinés en procédures dans les équipes pour application et supervision, et
paramétrés dans le système d’information.
• Phase de stabilisation.
Le fonctionnement courant consiste à s’assurer de la bonne appropriation des nouveaux
dispositifs, par le management et l’ensemble des collaborateurs concernés. Cette phase est
critique pour l’entreprise car il s’agit, de pérenniser l’ensemble des travaux réalisés, et
d’intégrer définitivement le contrôle interne dans les modes de fonctionnement de
l’entreprise.

Méthodologie et conseils
Les contrôles automatisés, directement intégrés dans le système d’information, sont, d’une part plus
efficaces que les contrôles manuels, et d’autre part sources de productivité.
Des outils d’analyse de données permettent d’extraire de manière simple et sécurisée les données
issues de différents systèmes d’information, afin de les rapprocher et d’identifier des risques ou des
anomalies. Le tableaux de bord des anomalies est analysé par le management. L’analyse de données
peut être utilisée par le contrôle de gestion pour effectuer des analyses approfondies en complément
des revues mensuelles de gestion.
Comme toute activité, le contrôle interne doit être contrôlé. Le contrôleur de gestion peut prendre une
part active à l’amélioration du dispositif. ■

Des outils communs : logique de processus, contrôles, indicateurs,


analyses de risque, etc.

Avantages
■ Un dispositif de maîtrise des activités mis en place, par l’entreprise, pour
l’entreprise.
■ Une remontée des dysfonctionnements sur les activités non suivies de façon
standard par le contrôle de gestion.

Précautions à prendre
■ L’efficacité du système dépend :
– du degré d’élimination ou de réduction du risque obtenu des actions de maîtrise ;
– du rapport entre, les coûts de mise en œuvre, et les bénéfices attendus de la
réduction du risque.
OUTIL
Enterprise Resources Planning (ERP)
52

Principales caractéristiques d’un ERP

En résumé
Un ERP est un progiciel de gestion qui intègre toutes les données et les processus d’une
organisation dans un système unifié. C’est un produit standard avec des fonctionnalités type. Il
présente une vision transversale de l’entreprise. Il structure l’information pour automatiser la
production d’indicateurs clés alimentant le reporting et les tableaux de bord.

Insight
Enterprise resources planning systems (ERP) integrate all data and processes of an
organization into a single unified system. This is a standard product with conventional features.
It provides a broad vision of the company and a structure for information to automate the
production of key indicators feeding reporting and dashboards.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Les entreprises cherchent à améliorer de façon significative leur productivité, leur compétitivité,
ainsi que l’intégrité de leurs données financières. La mise en place d’un ERP est le moyen de migrer
tout ou partie des différents sI, soit pour réduire les délais et les coûts, soit pour développer le
système d’information.

Contexte
Les ERP tentent d’apporter aux entreprises des réponses transversales, fédératrices, adéquates,
intégrées et évolutives, qui permettent un partage de l’information source de productivité et de plus
grande réactivité. L’utilisateur devient un véritable acteur du système d’information.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Conduire une analyse de l’organisation.
La mise en place d’un ERP impose une révision complète des processus clés de l’entreprise,
puisque ces progiciels reposent sur des concepts de transversalité des flux et des processus
de l’entreprise à travers ses différentes fonctions.
L’ERP conduit à redéfinir des équilibres dans la répartition des tâches entre les financiers et
les non-financiers, puisqu’il implique un enchaînement de tâches, et qu’il nécessite d’utiliser
une même information tout au long de la chaîne. Les données doivent être enrichies de toutes
les codifications avec lesquelles elles se trouvent en lien dans le système.
• Choisir une solution informatique.
On trouve des progiciels très structurants ou plus souples, intégrés ou rassemblant des
applications qui collent au métier de l’entreprise. Plus une application est ouverte et souple,
plus il faut de la rigueur dans la structuration de l’information, et, à l’inverse, plus une
application est structurante et rigide, plus il faut de la souplesse dans le paramétrage pour
intégrer les évolutions futures.

Méthodologie et conseils
Installer un ERP est une opportunité pour revoir son organisation, même s’il est tentant d’adapter le
système aux méthodes existantes. Au-delà de la révision des processus clés, les progiciels ouverts au
web et aux échanges de données électroniques, permettent de travailler en intégrant les prestataires
extérieurs dans la chaîne de traitement interne. Inversement, des prestations peuvent être
externalisées.
Les départements RH ont une mission déterminante pour faciliter la transition et rendre les
collaborateurs acteurs du changement. Les services qualité, contrôle de gestion, audit et autres
fonctions financières doivent inscrire, en amont des chaînes opérationnelles, les points de contrôle,
de mesure ou de traitement nécessaires à la fluidité des processus. ■

Le temps utilisé pour réconcilier plusieurs systèmes d’information


peut être investi dans le processus décisionnel.

Avantages
■ Sortir un reporting directement à partir de l’ERP.
■ Paramétrer des calculs de coûts de revient en temps réel.
■ Améliorer la performance des processus (délai, fiabilité…).

Précautions à prendre
■ Prévoir une gestion rigoureuse et une grande disponibilité de l’équipe projet.
■ Être vigilant sur les zones d’interaction entre les différents lots, car les décisions
prises sur un lot peuvent avoir un impact sur un autre.
OUTIL
Le data warehouse
53

Caractéristiques du data warehouse

En résumé
Un data warehouse (ou entrepôt de données) concentre en un seul endroit toutes les informations
utiles à la prise de décision. Il ne produit pas d’information, mais s’appuie sur les différentes
sources d’information de l’entreprise (données internes ou externes). L’objectif est de rendre ces
données plus simples d’accès pour bâtir des analyses d’activité.

Insight
All relevant information needed for decision-making processes are concentrated under the roof
of a data warehouse. The latter does not endorse the data directly but relies on the various
information sources of the company (internal and external data). Its aim is to simplify data
access to draw up activity analysis.
Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Organiser les données transactionnelles, afin que les personnes intéressées disposent rapidement
d’une information synthétique, dont elles ont besoin pour la prise de décision.

Contexte
Consolidant les informations, jugées stratégiques pour l’entreprise, dans une même base de données,
l’entrepôt de données est généralement utilisé par les applications décisionnelles, pour construire les
reportings et les tableaux de bord de suivi de l’activité.

Comment l’utiliser ?
Étapes
En règle générale, le datawarehouse rassemble toutes les données applicatives de l’entreprise qui
proviennent de sources hétérogènes d’un point de vue :
– fonctionnel : RH, Production, Comptabilité, Finance…
– technique : Excel, DB2, Oracle, Database, sQL server…
1. Définir les données nécessaires pour analyser les processus, définir les indicateurs, déterminer les
sources d’information et les axes d’analyse.
2. Rationnaliser l’entrepôt de données pour rendre les données exploitables :
– normaliser les noms de champs : un même mot veut dire la même chose ;
– créer des index : classer les données par thème ;
– supprimer les doublons inutiles (certains pouvant être conservés pour l’historique ou pour
d’autres statistiques) ;
– harmoniser les données par taille, format...
– prévoir les niveaux d’agrégation : définition en priorité des données agrégées, puis
normalisation des données élémentaires dont elles sont issues.
3. Créer les tables de correspondance, permettant de lier entre eux des outils qui n’ont rien en
commun, afin de mettre en relation des informations a priori non liées directement (exemple :
rattacher les informations des systèmes de production avec celles du support client pour en tirer des
requêtes qui font sens).
4. Organiser les traitements pour la collecte et la présentation des données à des fins d’analyse :
– recodification éventuelle d’une donnée représentée différemment entre deux sources ;
– filtrage et validation des données en vue du maintien de la cohérence d’ensemble
– synchronisation permettant d’intégrer simultanément des valeurs constatées à des dates
différentes ;
– certification pour rapprocher les données des systèmes « légaux » de l’entreprise.

Méthodologie et conseils
La base de données peut également être optimisée par la création de petits îlots, appelés datamarts.
C e sont des sous-ensembles d’informations concernant un métier particulier de l’entreprise
(marketing, contrôle de gestion). ■
La structuration de données permet aux outils d’analyse d’accéder
plus facilement au data warehouse.

Avantages
■ Créer des référentiels pratiques et largement exploitables.
■ Bénéficier d’une source d’information commune, homogène, fiable.

Précautions à prendre
■ S’interroger sur la décision que le nouvel indicateur va permettre de prendre.
OUTIL
L’analyse multidimensionnelle
54

Un outil-clé de l’outil décisionnel

En résumé
Le s outils décisionnels mettent rapidement à disposition des informations cohérentes dans une
architecture communicante et multidimensionnelle, dans le but de faciliter la prise de décision. Ils
permettent de modéliser des représentations à base de requêtes de l’entrepôt de données, afin de
constituer les tableaux de bord et le reporting.

Insight
Decision-making tools quickly make consistent information available in a multidimensional and
communicating architecture/framework, providing support for decision-making. They allow to
model representations based on the queries from the data warehouse’s queries, used for
dashboards and reporting.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Disposer d’un outil qui permette de construire les tableaux de bord et le reporting, en restituant des
informations personnalisées, sous un format souhaité, rapidement, et rafraichies automatiquement.

Contexte
Le choix d’un outil d’analyse multidimensionnelle s’impose si les besoins de requêtes sont évolutifs
et complexes en matière d’agrégation, de croisement, d’analyses multiples ou de nombre
d’utilisateurs/demandeurs.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Définir les axes d’analyse.
Ces systèmes multidimensionnels permettent d’exploiter l’information de la base selon n dimensions,
par exemple : marge commerciale par produits, pays, régions, type de clients, agence, vendeurs,
délais de livraison par usine, par atelier... et cela par codes comptables, généraux, analytiques ou
budgétaires. Les axes d’analyse les plus fréquents sont :

Grâce au « zooming », on passe d’une information agrégée à une information de plus en plus
détaillée, et inversement. Par exemple : marge de contribution du groupe, puis marge de contribution
sur une filiale, puis marge de contribution pour une des activités de cette filiale…
• Définir les schémas d’analyse.
Il s’agit de sélectionner les données relatives à une période, une activité… de les trier, puis de les
regrouper selon des critères spécifiques (rapprocher le réel du budget), de réaliser des calculs
(totaux, moyennes, écarts), d’effectuer des simulations (extrapolation de l’évolution de la masse
salariale sur la marge annuelle). Par exemple, « analyser la marge sur coûts variables des ventes, du
véhicule B, pour le pays 1, pour le mois, en cumul fin de mois de n, avec la comparaison à la même
date en n−1, ainsi qu’une projection à la fin de l’exercice ».
• Définir les règles de visualisation.
Par « colorisation », le système met l’accent sur les dysfonctionnements. Par exemple, faire
apparaître en rouge les écarts négatifs par rapport au budget, ou les clients qui ont des règlements
hors-délai.

Méthodologie et conseils
Ces outils d’analyses multidimensionnelles n’acceptent que les axes d’analyse définis à priori, et ne
contiennent que les informations que l’on a décidé d’y mettre, et au niveau d’agrégation que l’on a
choisi. En conséquence, la phase de conception est primordiale.
Ces outils s’adaptent bien aux ensembles de données hiérarchisées sur quelques axes d’analyse. En
revanche, ils s’adaptent mal à des ensembles de données, que l’on veut analyser selon des axes
d’analyse nombreux et totalement indépendants les uns des autres. ■
Effectuer des analyses et des rapports à des niveaux de profondeur
variable.

Avantages
■ Tirer profit d’importants volumes de données de façon multidimensionnelle.
■ Les axes d’analyse étant dissociés des données, une mise à jour se répercute
instantanément sur toute l’arborescence.

Précautions à prendre
■ L’exploration de la multitude de tris croisés peut s’avérer fastidieuse et longue,
entraînant des risques d’essoufflement et donc d’erreurs de décisions ; il est utile
d’associer une iconographie des corrélations.
DOSSIER
ACCOMPAGNER LE PROGRÈS
11
L’entreprise, en interaction avec un environnement en perpétuel changement, est elle-même
condamnée à évoluer pour survivre et se développer.

De quelles évolutions parle-t-on ?


Le Larousse définit le progrès comme « un changement graduel de quelque chose », et le changement
par « le remplacement de quelque chose par quelque chose d’autre ». Le progrès apparaît donc moins
radical que le changement.
• Progresser consiste à améliorer ses résultats en opérant mieux, plus vite ou plus
qualitativement, alors que changer impose de faire autrement. Le progrès se construit sur les
réussites passées et le changement sur les échecs constatés. Changer est souvent plus difficile
que progresser, car changer modifie le système lui-même, alors que le progrès se déroule à
l’intérieur du système existant.
• Le changement est souvent mal accepté, car il fait peur à ceux qui doivent le mettre en œuvre.
Il crée des gagnants et des perdants. Mais surtout, il focalise l’énergie sur les moyens au lieu
des résultats. En revanche, le progrès est généralement bien accepté, car le progrès focalise
les esprits sur les résultats, donc sur la performance.
Une démarche de progrès n’est pas naturelle. Mettre en œuvre une démarche de progrès dans une
entreprise nécessite que les acteurs concernés parviennent à travailler ensemble. Il s’agit de donner
du sens, d’avancer pas à pas, de partager les mêmes objectifs, de communiquer régulièrement.

Processus d’accompagnement du contrôle


de gestion
Le contrôle de gestion a un rôle d’accompagnement au pilotage et au développement de
l’organisation. Les outils du contrôle de gestion coordonnent les actions des opérationnels en leur
permettant de relier leurs actions aux enjeux d’amélioration de la performance.
Le processus d’accompagnement se déroule en trois étapes :

À chaque étape, le contrôleur de gestion a un rôle à jouer. Il participe à la définition des objectifs, au
chiffrage de la mise en œuvre, à l’élaboration, et au suivi de la réalisation du plan d’action. Il met à
disposition des managers les outils de pilotage et les indicateurs adaptés. Il montre les résultats, et
les liens entre les résultats et le progrès réalisé.
On attend du contrôleur de gestion, qu’il développe ses activités liées à la performance
opérationnelle de court terme, et qu’il s’implique dans les revues de gestion. Il doit pousser les
opérationnels à agir, autrement dit, forcer au progrès.

LES OUTILS
55 Le progrès continu
56 Le contrat de gestion
57 Le plan d’action
58 La revue de gestion
59 L’apprentissage organisationnel
60 La conduite de projet
OUTIL
Le progrès continu
55

Créer une dynamique vers un état futur meilleur

En résumé
Le progrès continu correspond à une transformation progressive de l’organisation, du système
d’information, et des comportements au sein d’une entreprise. Il vise à améliorer les performances
de l’entreprise et les processus, qui les produisent de façon permanente et pérenne.

Insight
Continuous improvement is a gradual transformation of the organization, of the information
system, and in behaviours within a company. It seeks to improve company performance, as well
as the processes involved in producing in a perennial and permanent manner.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
L’entreprise doit être tournée vers l’avenir et s’inscrire dans une démarche toujours dynamique. Le
contrôle de gestion est un support pour conduire le progrès continu.
Contexte
Le contrôleur de gestion se doit d’adopter une attitude positive, constructive, et optimiste, puisque les
opérationnels ne sont pas souvent demandeurs. sa connaissance approfondie de l’entreprise lui assure
de la crédibilité vis-à-vis des opérationnels.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Fixer un objectif de progrès atteignable dans un délai court.
Les objectifs doivent être chiffrés, qu’ils portent sur les ventes, les coûts d’achat, les stocks, les
délais, le recouvrement, ou de la qualité. Ils doivent également être déclinés au sein des
métiers en s’assurant de la cohérence des contributions de chacun.
• Identifier les meilleures pratiques existantes. Les bonnes pratiques peuvent être identifiées,
dans l’entreprise dans le cadre d’un benchmarking interne, ou sur le marché dans le cadre
d’un benchmarking externe.
• Aider chaque entité à agir sur le terrain.
Un diagnostic permet de repérer les points faibles : « on maîtrise mal et on n’applique pas
suffisamment », ainsi que les points forts : « on maîtrise bien et on applique toujours ». Il
conduit à élaborer et mettre en œuvre un plan d’action, dans le but d’éradiquer les points
faibles en les faisant évoluer vers des points forts, et de s’assurer que les points forts
intègrent la culture d’entreprise : « on maîtrise parfaitement et on n’y pense même plus ».
• Faire vivre le projet.
Un tableau de bord mesure, l’atteinte des objectifs par des indicateurs de résultat, mais
également les ressources et les moyens utilisés par des indicateurs de processus. Les mesures
doivent être orientées vers la comparaison des progrès et non sur les résultats en valeur
absolue.
Avant de fixer de nouveaux objectifs, prendre le temps du retour d’expérience, afin de mesurer
l’efficacité de la démarche. Il y a lieu d’être vigilant sur des aspects inconnus jusqu’alors, qui
lorsqu’ils apparaissent, s’avèrent de véritables faiblesses : « on n’y a pas encore pensé et on n’a
jamais vraiment essayé ».

Méthodologie et conseils
Cette démarche de progrès s’applique particulièrement bien à la définition des objectifs au cours du
processus budgétaire. Chaque équipe doit faire mieux que les meilleurs concurrents, sachant que les
primes sont attribuées à ceux qui font mieux que le marché. De ce fait, chacun peut établir un budget
ambitieux : « 5 % c’est difficile, 30 % c’est facile ».
Le contrôleur de gestion doit éviter que les équipes se focalisent uniquement sur les points faibles. Il
s’assure que chacun exploite encore mieux les points forts, et identifie ce qui est inconnu, afin de le
traiter rapidement. Il pousse les acteurs de l’entreprise à expérimenter. ■

Capitaliser les résultats acquis et les compétences maîtrisées.

Avantages
■ Le progrès focalise les équipes sur les résultats à atteindre.
■ Le progrès mobilise toutes les équipes.

Précautions à prendre
■ Les meilleurs programmes d’action sont ceux qui commencent par des résultats.
■ Un pilotage très formalisé est indispensable.
OUTIL
Le contrat de gestion
56

Les rubriques d’un contrat de gestion

En résumé
Le contrat de gestion est un engagement mutuel, formalisé, et signé. Il porte sur les objectifs, les
indicateurs, et les moyens négociés entre deux niveaux hiérarchiques. Il est résumé sur une page.

Insight
The management contract is a formalized and signed mutual agreement. It covers objectives,
indicators and negotiated means between two levels within the company’s hierarchy. It is
summarized on one page.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Le contrat de gestion vise, à décentraliser la prise de décisions dans les entreprises du secteur public
et dans certains groupes du secteur concurrentiel, et à introduire une culture d’engagement au niveau
des responsables.

Contexte
Le contrat de gestion assure à la direction :
• le respect des engagements du plan de développement, en clarifiant les différentes contributions ;
• la performance de chaque centre de responsabilité, en analysant les résultats en fonction des
objectifs et des moyens négociés, puis contractualisés ;
• l’optimisation des coûts et des résultats.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Du plan de développement au contrat de gestion.
La gestion contractuelle s’appuie sur un plan de développement pluriannuel qui est décliné au
niveau national, régional, et local. Ce plan est relayé par des plans d’action annuels
associés. La négociation autour des objectifs se fait à partir de l’analyse de performance de
l’année écoulée, et du plan d’action institué pour l’année à venir. Les discussions entre les
différents niveaux hiérarchiques sont également prises en compte.
• Les rubriques du contrat de gestion.
Il comprend les rubriques suivantes :
– ambition pour l’année à venir : contribution aux objectifs de l’organisation (proposée
par la direction ou le service) ;
– plan d’action : actions à entreprendre pour réaliser les objectifs (proposé par la
direction ou le service) ;
– engagements chiffrés sur les objectifs, la gestion des ressources, les moyens financiers,
techniques et humains ;
– des indicateurs communs par rubrique (proposés au niveau central ou national).
Les objectifs sont signés par la direction générale et les directeurs, et au niveau en-dessous par
l e s directeurs et les responsables de services. Chaque partie négocie donc, avec sa
hiérarchie, les objectifs à atteindre.
• Le suivi des résultats.
Le tableau de bord est un engagement annuel sur une liste d’objectifs chiffrés. Il sert d’outil de
management, de motivation, et d’animation des équipes. Il regroupe :
– des indicateurs qui engagent le niveau n vis-à-vis du niveau n+1 ;
– d’autres indicateurs eu égard à l’environnement du niveau n ;
– pour chacun, des objectifs et des moyens négociés pour l’année à venir.

Méthodologie et conseils
Le contrat de gestion ne s’apparente, ni à une lettre de mission, ni à un plan d’entreprise.
Le contrat de gestion est monté avec une méthode participative, recherchant l’adhésion des
responsables. C’est une co-construction permettant d’aboutir à une vision collective de la
performance. ■
Un outil au service de la déclinaison de la stratégie grâce à des
indicateurs de gestion.

Avantages
■ Hiérarchiser les objectifs proposés.
■ Articuler les tableaux de bord entre les différents niveaux.

Précautions à prendre
■ Établir les plans d’action avant les indicateurs, afin de bâtir un vrai système de
pilotage.
■ Limiter le nombre d’indicateurs.
OUTIL
Le plan d’action
57

Les caractéristiques d’un plan d’action

En résumé
Le plan d’action guide les activités quotidiennes d’une entreprise. Il s’inscrit dans le cadre de la
politique globale de l’entreprise. Il est la condition pour atteindre les objectifs à court et moyen
terme.

Insight
The action plan guides the company’s daily activities. It fits in the framework company’s global
policy. Action plans are vital to achieve the short and medium-term targets.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Le plan d’action est l’aboutissement et la raison d’être du pilotage. Il indique « comment on fait »
pour atteindre l’objectif.

Contexte
Il doit être mené en adéquation avec les enjeux opérationnels, afin de répondre à une situation ou un
contexte donné, susceptible d’avoir une incidence notable sur la performance de l’entreprise. Le
contrôleur de gestion donne l’impulsion, gère le processus, et le reporting.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Identifier les leviers d’action.
Partir du diagnostic opéré préalablement, avec les outils présentés dans le chapitre diagnostic
d e gestion, afin d’identifier les leviers d’action. Les leviers d’action doivent être peu
nombreux, afin de concentrer l’action sur le petit nombre de causes, qui provoquent l’impact
le plus important sur l’objectif.
• Évaluer le potentiel de gain sur les postes du bilan et du compte de résultat.

• Classer les leviers d’action par degré de priorité.


Les leviers d’action sont positionnés sur une matrice gain/peine.

• Décider des actions prioritaires à mettre en œuvre.


Les actions retenues sont celles du cadrant priorités, puis celles du cadrant gains rapides, et
enfin celles du cadrant long terme. On cible le responsable de la mise en œuvre de chacune
des actions, et on définit un planning strict, avec des étapes définies à respecter.

Méthodologie et conseils
Chaque action est décrite selon la méthode ACIER :
• Action : nom de l’action ;
• Concrète : précisée en coût, qualité, délai ;
• Identifiée : attribuée à un responsable ;
• Échéancée : avec une date de début et une date de fin ;
• Résultat : générant des revenus additionnels.

Sans plan d’action, l’objectif est un vœu pieux !

Avantages
■ Clarifier les responsabilités et les résultats que l’on souhaite obtenir.
■ Les bénéfices attendus, sur la performance de l’entreprise, sont directement liés
aux effets de levier des actions mises en œuvre.

Précautions à prendre
■ Planifier d’en faire trop en un laps de temps trop restreint.
■ Etre optimiste sur les moyens nécessaires pour réaliser l’action.

Comment être plus efficace ?


Les contrôleurs de gestion ont un rôle à jouer, auprès des opérationnels, dans l’animation du plan
d’action.

Formaliser le plan d’action


La formalisation d’un plan d’action est une garantie de succès dans l’atteinte de l’objectif. La fiche
action ci-dessous est calée sur la méthode ACIER :
• à chaque action est associé un responsable qui maîtrise sa mise en œuvre ;
• à chaque action est associé un planning de réalisation, avec une date de début et une date de fin
de l’action, permettant d’en suivre l’avancement ;
• à chaque action est associé un résultat attendu, en termes financiers et non financiers, qui
pourra être suivi avec des indicateurs financiers et non financiers.
Elle inclut deux autres rubriques :
• les ressources nécessaires à l’exécution des actions (celles-ci seront pesées en fonction du
résultat attendu) : personne, temps, espace, équipement ;
• les risques possibles de non réalisation de l’action.
Communiquer sur l’avancement du plan d’action
Le suivi mis en place doit permettre de répondre aux questions suivantes :
• Réalisons-nous les actions que nous avons planifiées ?
• Ces actions engendrent-elle les résultats que nous avions anticipés :
– Aider les équipes à définir des standards de productivité, de qualité ?
– Faire le lien entre, la mise en œuvre du plan d’action, et sa traduction chiffrée au niveau
des résultats de l’entreprise ?
• La mise en œuvre des actions a-t-elle été réalisée avec efficience ?
• Quels sont les problèmes qui apparaissent, qu’est-ce qui peut être fait ?
• Quels succès reconnaître ?
Le suivi du plan d’action doit faire l’objet d’une restitution visible par l’ensemble du management
concerné, afin de renforcer le sens de l’engagement autour du « progrès ».
Cette restitution doit être, la plus lisible possible à tous les niveaux (équipe, management, direction),
et communiquée à une fréquence en adéquation avec les enjeux. Le suivi du plan d’action concoure à
évaluer les progrès réalisés. Il peut être intégré au reporting mensuel. ■

Le plan d’action ne vaut que par le suivi qui est effectué, l’adaptabilité de l’organisation,
et la capacité de décision de l’équipe dirigeante.

CAS de suivi d’un plan d’action


OUTIL
La revue de gestion
58

Les composantes de la revue de gestion

En résumé
La revue de gestion nécessite un certain formalisme. Elle se déroule tous les mois, le plus tôt
possible après l’arrêté mensuel. Elle réunit tous les managers décisionnaires. Son organisation et
son animation sont souvent dévolues au contrôleur de gestion.

Insight
Management review requires a certain degree of formalism. It takes place every month, as soon
as possible after the financial closing. It gathers all decision-making managers. Its organization
and its animation are often devolved to the management controller.
http://goo.gl/ua6Q5h
La revue de gestion (en vidéo)

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
La revue de gestion poursuit deux buts :
• questionner les écarts constatés entre les objectifs et les réalisations ;
• s’améliorer continuellement en s’interrogeant collectivement.

Contexte
Le contrôleur de gestion :
• précise le contexte et les objectifs ;
• sélectionne les points majeurs à traiter ;
• facilite la compréhension avec des données structurées et visuelles ;
• conseille sans juger.

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. Avant la réunion :
• rencontrer les managers pour les informer des points sensibles, recueillir leurs points de vue,
et ébaucher un plan d’action ;
• définir les points à aborder et le temps à leur accorder, et envoyer l’ordre du jour ;
• vérifier la présence des managers ;
• préparer les supports visuels de présentation ;
– donner la vision globale : résultats du mois et cumul ;
– pour chaque point majeur, une diapositive posant une question : aurons-nous assez de
stock face au développement des ventes ? Comment pouvons-nous rattraper le retard ?
2. Pendant la réunion :
• rappeler l’ordre du jour et les buts poursuivis ;
• passer en revue les actions définies le mois passé, en appliquant la règle 20/80 : 20 % de
directivité de la part de l’animateur, et 80 % d’expression de la part des participants ;
• aboutir à un plan d’action :
– lister les suggestions des participants au fur et à mesure ;
– synthétiser et définir les actions prioritaires (méthode ACIER) ;
– valider l’adhésion des participants ;
• remercier les participants pour leur collaboration en valorisant leurs propositions.
3. Après la réunion :
• envoyer le compte rendu des décisions prises (méthode ACIER) ;
• recueillir un retour sur la perception du déroulé de la réunion : ce qui a bien fonctionné, ce qui
a plu, ce qui est souhaité pour la prochaine réunion ;
• suivre l’avancement des actions.

Méthodologie et conseils
Adapter son message selon son interlocuteur :
• sélectionner les données : expliquer les résultats (KPI et leviers d’action) et donner un avis
tout en restant factuel ;
• choisir un vocabulaire adapté : présenter les chiffres sous l’angle du business et non sous un
angle budgétaire ;
• choisir les supports de communication visuels : graphiques, tableaux, commentaires… Créer
une dynamique de groupe pour favoriser l’apprentissage coopératif, chaque participant
apprenant des avis et des expériences des autres. À cet effet, le contrôleur de gestion :
• s’assure que chaque participant prend la parole pour donner son avis ;
• formalise chaque avancée, afin que le groupe puisse prendre une décision collective ;
• synthétise et fait valider les choix. ■

Un « temps fort » dans la recherche de la performance.

Avantages
■ Poser les problèmes dans leur ensemble.
■ Consacrer l’essentiel du temps au plan d’action.
■ Formaliser les décisions prises.

Précautions à prendre
■ Envoyer l’ordre du jour et les documents de travail à l’avance.
■ Être vigilant dans la communication, afin de ne pas mettre les participants mal à
l’aise.
OUTIL
L’apprentissage organisationnel
59

Le cycle de l’apprentissage organisationnel

En résumé
L’apprentissage organisationnel peut se définir comme un processus collectif d’acquisition et
d’élaboration de connaissances qui vont influer sur la gestion des situations. Il peut prendre deux
formes :
■ la gestion des expériences passées, où le savoir préexiste à l’action ;
■ l’intelligence de l’expérimentation, où la connaissance s’élabore dans l’action.

Insight
Organisational learning can be characterized by a collective process of acquiring and
developing knowledge which will have an impact on the management of situations. It can take
two forms:
■ management of past experiences where know-how exists prior to action.
■ experimentation intelligence, in which knowledge is developed throughout action.
Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
L’apprentissage organisationnel permet à l’entreprise, d’améliorer l’efficacité des actions
collectives, d’adapter son organisation, et par conséquent d’être plus réactive et plus performante.

Contexte
La fonction contrôle de gestion a un rôle à jouer, pour rendre autonome les responsables
opérationnels dans la gestion de leur unité, en les formant aux outils de pilotage, et en s’assurant
qu’ils se les approprient. Il lui appartient également d’informer les dirigeants et de les aider à avoir
une meilleure écoute du terrain.

Comment l’utiliser ?
Étapes
• Transmettre la culture de gestion : le contrôleur de gestion favorise la diffusion des savoirs de
gestion en expliquant :
– la logique financière de l’entreprise, ses contraintes, et les équilibres à rechercher, afin
que les managers les intègrent dans leurs prises de décision ;
– les données de gestion, afin d’éviter de fausses interprétations, et de s’assurer que les
managers contribuent à leur mise à jour.
• Favoriser la mise en œuvre des décisions et des plans d’action : le contrôleur de gestion, en
tant que courroie de transmission entre la direction et les équipes, contribue :
– à la traduction des politiques et des stratégies en objectifs stratégiques ;
– au déploiement de ces objectifs stratégiques aux unités en fonction des enjeux ;
– à la détermination des critères de mesure de la performance de l’entreprise.
• Faire des retours d’expérience et faciliter le dialogue de gestion : le contrôleur de gestion met
à disposition des managers les outils de suivi de la performance. Il anime la revue de gestion,
consistant à tirer collectivement des leçons d’évènements passés, à savoir, ce qui a été fait,
ou ce qui n’a pas été fait, et pour quelles raisons.
• Travailler ensemble à l’évolution du système de pilotage : le contrôleur de gestion anime des
groupes de réflexion rassemblant des opérationnels autour de thèmes de travail prédéfinis et
exploite au mieux les expertises métier de chacun (échanges sur la performance et les moyens
de l’améliorer). Ainsi, les opérationnels participent au renouvellement des procédures de
gestion et des outils de pilotage afin de conduire à une meilleure organisation du travail.

Méthodologie et conseils
La bonne coopération entre un manager et un contrôleur de gestion augmente ainsi les chances que le
manager :
• s’implique dans la transmission et l’interprétation des données ;
• intègre les résultats du contrôle de gestion dans sa gestion quotidienne ;
• prenne en considération les résultats du contrôle de gestion dans ses principales décisions. ■
Le contrôle de gestion est un processus d’éducation et
d’apprentissage.

Avantages
■ Les seules connaissances qui peuvent influencer le comportement d’un individu,
sont celles qu’il découvre lui-même, et qu’il s’approprie par l’expérience.

Précautions à prendre
■ Le construire « ensemble » étant un processus long, les contrôleurs de gestion
doivent accorder aux idées le temps nécessaire de maturation, et faire preuve de
pédagogie.
OUTIL
La conduite de projet
60

Les projets de contrôle de gestion (non exhaustif)

En résumé
Pour les projets spécifiques au contrôle de gestion, le contrôleur de gestion peut assurer la
mission de chef de projet. Dans le cadre de cette mission, il lui revient d’organiser le bon
déroulement du projet et de s’assurer de l’atteinte des objectifs fixés au projet.

Insight
The financial controller can take part in specific management control projects as a project
leader. As part of this mission, he or she is in charge of the oversight and smooth running of the
project, and ensuring the achievement of its goals.

Pourquoi l’utiliser ?
Objectifs
Réussir un projet consiste pour le chef de projet à s’assurer, de la qualité de chacune des
contributions des participants au projet, mais également de la qualité de leur coordination et de leur
imbrication. Ce challenge nécessite un pilotage rigoureux du projet du début à la fin.

Contexte
Un projet est considéré réussi lorsqu’il présente moins de 10 % de dérive ; seulement 30 % des
projets sont concernés.

Comment l’utiliser ?
Étapes
1. Définir les rôles et les responsabilités :
• identifier les intervenants sur le projet, nommer le chef de projet, composer l’équipe à
mobiliser autour du projet, les experts à solliciter, et constituer le comité de pilotage ;
• attribuer à chacun son rôle et ses responsabilités en utilisant un outil simple : le RACI.

Le RACI est une matrice de responsabilités qui indique les rôles et responsabilités. Elle croise la
structure de découpage du projet avec la structure organisationnelle du projet. Le RACI permet
d’éviter la redondance et la dilution des responsabilités : le Réalisateur assure l’exécution, l’Autorité
est totalement responsable, le Consulté doit être consulté, l’Informé doit être seulement informé.
2. Manager l’avancement du projet :
• décrire les étapes du projet qui se matérialisent par des activités et des livrables. Un
projet se découpe généralement, entre trois à huit étapes, selon les besoins de validation
nécessaires à la prise de décision ;
• jalonner le projet en définissant des points de passage dans le temps, qui sont des temps
d’arrêt, de contrôle, et de décision, à des dates fixées à l’avance ;
• enclencher les différentes étapes selon la planification prévue ;
• maitriser le déroulement du projet, afin de savoir où on en est par rapport aux objectifs
de départ. Pour la majorité des projets, on peut se contenter d’un tableau simple :
Méthodologie et conseils
Prendre le temps de communiquer régulièrement sur l’avancement du projet en se posant les bonnes
questions.

Le chef de projet organise, des réunions d’avancement pour prendre des décisions opérationnelles, et
des réunions de résolution de problèmes pour résoudre les problèmes et suivre la mise en œuvre des
actions. ■

La conduite de projet renvoie à la vie du projet, sa structure et son


organisation.

Avantages
■ Garantir le bon déroulement de toutes les étapes du projet.

Précautions à prendre
■ Déléguer les responsabilités aux bonnes personnes.
Ressources bibliographiques
Autissier D., Mesurer la performance du contrôle de gestion, Éditions d’Organisation, 2007.
Clarke R., Crapart P., Lauga g. et Watkins R., Doubler la performance de l’entreprise, les 7 leviers,
Afnor, 2008.
Desiré-Luciani M.-N., Hirsch D., Kacher N. et Polossat M., Le grand livre du contrôle de gestion,
Eyrolles, 2013.
Giraud F., Saulpic O., Bonnier C. et Fourcade F., Contrôle de gestion et pilotage de la
performance, 3e édition, gualino éditeur, 2008.
Giraud F. et Zarlowski P., Les fondamentaux du contrôle de gestion, Principes et outils, Pearson
Éducation France, 2011.
Helluy A. et Durand X., Les fondamentaux du contrôle de gestion, Éditions d’Organisation, 2009.
Horngren C., Datar s. et Rajan M., Cost accounting : global edition, 14e édition, Pearson Higher
Education, 2012.
Legranzi C. et Nau J., Le contrôle de gestion du système d’information, Dunod, 2012.
Meignan A., Driscoll T., Lanoix C. et McNamara C., L’anglais de la comptabilité et du contrôle de
gestion, Studyrama Vocatis, 2012.
Mendoza C., Cauvin E., Delmond M.-H., Dobler P., Malleret V. et Zilberberg E., Coûts et décisions,
3e édition, Gualino éditeur, 2009.
Merchant K. et Van der Stede W., Management control systems, 3e edition, Pearson Education,
2011. Pelle P., Le cash flow, clé du pilotage de l’entreprise, Éditions Eska, 2004.
Pigé B., Reporting et contrôle budgétaire, 2e édition, Éditions EMS, 2011.
Renard J. et Nussbaumer s., Audit interne et contrôle de gestion, Eyrolles, 2011.
Selmer C., Construire et défendre son budget, 2e édition, Dunod, 2009.
Selmer C., Concevoir le tableau de bord, 2e édition, Dunod, 2011.

Ressources en ligne
Fouque F., L’anti bible du contrôle de gestion, e-book, http://l-antibible-du-controle-de-gestion.fr/
www.leblogdesfinanciers.fr
http://www.scoop.it/t/le-controle-de-gestion
http://www.scoop.it/t/controle-de-gestion-secteur-public
http://www.scoop.it/t/controle-de-gestion-systeme-d-information
http://www.scoop.it/t/controle-de-gestion-secteur-public
http://www.scoop.it/t/management-accounting-system-financial-control
http://www.scoop.it/.../free-management-accounting-course-new-jersey-institute-of-economy
Lexique français-anglais