Vous êtes sur la page 1sur 12

Apport du modèle géologique 3D à l’étude de la structure des aquifères juras-

siques du Haut bassin du Ziz (Haut-Atlas central, Maroc)

Contribution of the 3D geological model to the study of the jurassic aquifers


structure in the Ziz high basin (central High Atlas, Morocco)

Nordine NOUAYTI (1,*), Driss KHATTACH (1), Mohamed HILALI (2)

1. Université Mohammed Premier, Faculté des Sciences, Laboratoire LGA et COSTE, Avenue Mohammed VI,
B.P : 717, Oujda, Maroc *(nordine_svt@hotmail.fr; dkhattach@yahoo.fr);
2. Université Moulay Ismail, Faculté des Sciences et Techniques d’Errachidia, Département de Géologie, BP 509,
Boutalamine, 52000 Errachidia, Maroc (hilali2@hotmail.com).

RESUME
Le haut bassin versant du Ziz, faisant partie du Haut Atlas central du Maroc, renferme des aquifères jurassiques
superficiels et profonds. Les informations sur ces aquifères sont encore fragmentaires et insuffisantes, en rai-
son de la large étendue du haut bassin du Ziz et de sa structure géologique complexe. Dans le but d’améliorer
la connaissance de ces aquifères et la détermination de leur structure, un modèle géologique 3D a été élaboré
dans cette étude. Il a été construit à partir des informations fournies par 200 forages hydrogéologiques, 81
sondages électriques et les cartes géologiques. Les forages compilés ont été analysés, encodés et intégrés dans
le logiciel « Ground water Modeling System » (GMS). Pour ce faire, cinq ensembles lithostratigraphiques ont
été considérés : Le Domérien, le Toarcien, l’Aalénien, le Bajocien-Bathonien et le Quaternaire. L’exploitation du
modèle stratigraphique 3D a permis d’approcher la géométrie des aquifères jurassiques.
Mots-clés: Haut Atlas central, Bassin versant du Ziz, aquifères jurassiques, Modèle stratigraphique 3D.

ABSTRACT
The Ziz high basin, which is part of the Central High Atlas, includes superficial and deep jurassic aquifers. The
information sheets are still fragmentary and insufficient because of its large size and its complex geological
structure. In order to improve the knowledge of these aquifers and the determination of the structure of aqui-
fers, a 3D geological model was developed in this study. It was constructed from information provided by 200
hydrogeological boreholes, 81 electrical surveys and geological maps. Compiled boreholes were analyzed, cod-
ed and integrated into the Groundwater Modeling System software (GMS). To do this, five lithostratigraphic
units were considered: The Domerian, the Toarcian, the Aalenian, the Bajocian-Bathonian and the Quaternary.
The operation of the 3D stratigraphic model allowed to approach the geometry of jurassic aquifers.
Keywords: Central High Atlas, Ziz basin, Jurassic aquifers, 3D stratigraphic Model.
ABRIDGED ENGLISH VERSION

The study area extends from the extreme east of the Central High Atlas to the western part of the Oriental High
Atlas. It is limited to the North by the High Moulouya (Eastern Meseta), to the south by the Oriental Anti-Atlas.
It includes superficial and deep Jurassic aquifers. The Jurassic series form the bulk of Mesozoic lands of the High
Atlas. They rest conformably on the red formations Triassic-Lower Lias. Their lithology consists essentially do-
lomites, limestone, calcareous marl alternations and silico-clastic detritus (Hinaje, 1995), (Piqué, Charroud,
Laville, & Amrha, 2000), (Igmoullan, Sadki, Fedan, & Chellai, 2001), (Sadki, Elmi, & Amhoud, 1999).
Structurally, the expansion regime oriented NW-SE, the paleogeographic and morphostructural framework
dominated the Jurassic time by a system of blocks tilted largely towards the NW and to the SE. These are lim-
ited by major NE-SW normal faults with ENE-WSW as separate from the WNW-ESE transfer faults (Dominique,
et al., 2009), (EL Kochri, 1996), (Beauchamp, Barazani, Demnati, & Alji, 1996).
Tertiary, phase bi-episodic compression, first NW-SE and NS, which initiates the closing of the Atlas basins from
the Eocene, materializes during the Oligo-Miocene and Pliocene-Quaternary (Chafiki, et al., 2007),
(Beauchamp, Barazani, Demnati, & Alji, 1996).
The High Atlas contains a set of interconnected hydrogeological units: The Lias forming a relatively continuous
system and Aalenien and Dogger aquifers form networks, fragmented into separate basins in each synclinal
basin and usually without communication, sometimes with multiple aquifer levels. The waterproof series Toar-
cian-Aalenian separates between aquifers sets of lower Lias-Domerian and those of the Aalenien-Dogger.
Communications between aquifers are only possible thanks holes (ABHGZR, 2009).
In order to improve the knowledge of this aquifer, which remains fragmentary and very insufficient, a 3D geo-
logical model was built. This model is provided by interpolation between the data points, using the Groundwa-
ter Modeling System (GMS) software. This model offers a 3D geometrical representation of surfaces limiting
the geological layers.
It was constructed from information provided by 200 hydrogeological boreholes, 81 electrical surveys and geo-
logical maps. Compiled boreholes were analyzed, coded and integrated into the software Groundwater Model-
ing System (GMS). To do this, five lithostratigraphic units were considered: The Domerian, the Toarcian, the
Aalenian, the Bajocian-Bathonian and the Quaternary.
The modeling process includes the following steps:
 Inventory of the available boreholes;
 Analysis of the boreholes data;
 Selection of the boreholes;
 Realization of the database and encoding;
 Integration of the information in the GMS;
 Construction and exploitation of the model.
The obtained model, although not integrating faults, allows visualizing the general geometry of the basin
(Fig.3), particularly of Domerian and Aalenian aquifers (Fig. 5-6), and the different sections of any place (Fig. 7-
8).
The model allowed us to approach the depth of the Domerian deep aquifer (10 to 1015m), the aquifers of Aa-
lenian is fragmented into separate basins in each synclinal basin, and its depth varies between a meter and
471m (Fig. 8). The results of this study show the importance of the integration of Geological and electrical data
and boreholes in a 3D model to explore the deep aquifer systems

INTRODUCTION

Le secteur d’étude s’étend de l’extrême Est du Haut Atlas central jusqu’à la partie ouest du Haut Atlas Oriental.
Il est limité au Nord par la Haute Moulouya (Meseta orientale), au Sud par l’Anti-Atlas oriental. Il renferme des
nappes jurassiques superficielles et profondes. Les nappes superficielles sont généralement soumises à un
rythme d’exploitation élevé, Les eaux souterraines issues des nappes captives et superficielles sont des res-
sources en eaux exploitées par l’homme pour divers usages (Prasad & Narayana , 2004). De ce fait, la prospec-
tion hydrogéologique s’est résolument orientée vers les nappes profondes. La région d’étude a fait l’objet,
depuis plusieurs décennies, de campagnes de reconnaissance directe par forages, ou indirecte par les mé-
thodes de la géophysique.
La gestion de cette nappe nécessite une bonne connaissance de l’aquifère, notamment sa géométrie. La cons-
truction d'un modèle géologique 3D à partir des données du terrain et du sous-sol peut être d’un apport capital
pour la compréhension de l'organisation spatiale des structures du sous-sol. Cet article présente un modèle
géologique 3D du haut bassin du Ziz faisant intégrer l’ensemble des données géologiques fournies par les fo-
rages, les sondages électriques et les cartes géologiques.

CADRES GEOLOGIQUE ET HYDROGEOLOGIQUE

Le secteur d’étude s’étend de l’extrême Est du Haut Atlas central jusqu’à la partie Ouest du Haut Atlas Oriental.
Il est limité au Nord par la Haute Moulouya (Meseta orientale), au Sud par l’Anti-Atlas oriental, généralement
présentent une sécession des rides et dépocentres (Fig.1). Il renferme des nappes superficielles et profondes
(Hilali , Boualoul , & Bahaj , 2010), (Hilali , Boualoul , & Sahbi , 2010)
Figure 1. Carte géologique du secteur d’étude.
Figure 1. Geological map and location of the study area.

La carte géologique de la zone d’étude (Fig.1) a été élaborée à partir de la carte géologique de Midelt au
1/200000 (Gonzague & Despujols, 1939) et de la carte géologique de Rich et Boudnib au 1/200000 (Lyazidi,
Eyssautier, Marcais, & Choubert, 1956) . Le Trias, composé de dépôts détritiques, basaltes doléritiques et par-
fois des évaporites, repose en discordance angulaire sur le substratum paléozoïque déformé et structuré par
plusieurs phases tectoniques (Chafiki, et al., 2007), (Charrière, 1990) et (Hinaje, 1995). Les séries jurassiques
forment la majeure partie des terrains mésozoïques du Haut Atlas. Elles reposent en concordance sur les for-
mations rouges du Trias-Lias inférieur. Leur nature lithologique est essentiellement constituée par des dolo-
mies, des calcaires, des alternances marno-calcaires et des dépôts détritiques silico-clastiques (Hinaje, 1995),
(Piqué, Charroud, Laville, & Amrha, 2000), (Igmoullan, Sadki, Fedan, & Chellai, 2001), (Sadki, Elmi, & Amhoud,
1999).
Sur le plan structural, le régime d’extension orienté NW-SE, qui régnait au cours des temps triasico-jurassiques,
a contrôlé la formation des bassins atlasiques. Le rifting est initié à partir du Trias, alors que l’individualisation
de ces bassins et la subsidence contemporaine à la sédimentation a eu lieu au cours du Jurassique. Le cadre
paléogéographique et morpho-structural est dominé à l’époque par un système de blocs basculés essentielle-
ment vers le NW ou vers le SE. Ces derniers sont limités par des failles normales majeures NE-SW à ENE-WSW
que séparent des failles de transfert WNW-ESE (Dominique, et al., 2009), (EL Kochri, 1996), (Beauchamp,
Barazani, Demnati, & Alji, 1996).
Au Tertiaire, une phase de compression bi-épisodique, d’abord NW-SE puis N-S, reprend les anciennes failles
normales NE-SW en failles inverses ou en décro-chevauchements sénestres. Les failles transverses WNW-ESE
sont réactivées en décrochements dextres. Cette compression qui initie la fermeture des bassins atlasiques à
partir de l’Eocène supérieur se concrétise au cours de l’Oligo-Miocène et du Plio-Quaternaire (Chafiki, et al.,
2007), (Beauchamp, Barazani, Demnati, & Alji, 1996).
Sur le plan hydrogéologique, Le Haut Atlas renferme un ensemble d’unités hydrogéologiques communicantes
entre elles : Le Lias formant un système relativement continu, l’Aalénien et le Dogger.
L’Aalénien et le Dogger forment des réseaux aquifères, fragmentés en bassins séparés dans chaque cuvette
synclinale et généralement sans communication, et comprenant parfois plusieurs niveaux aquifères (Hilali ,
Boualoul , & Sahbi , 2011), (Hilali , Boualoul , Sahbi , & Benamara , 2012).
La série imperméable du Toarcien-Aalénien inférieur sépare entre les ensembles aquifères du Lias inférieur-
Domérien et ceux de l’Aalénien-Dogger. Les communications entre aquifères ne sont possibles qu’à la faveur
de failles (ABHGZR, 2009). La profondeur de l’eau, selon l’enquête réalisée en février 2014 au niveau de vingt
points d’eau, varie de quelques mètres à plus de soixante mètres. La productivité peut dépasser les 100 l/s
dans les formations liasiques fracturées (Foum Tillicht, Tazmamart, Kheng, etc.) avec une minéralisation géné-
ralement inférieure à 2 g/l (Hilali , Boualoul , Sahbi , & Benamara , 2012). Ces aquifères donnent naissance à
plusieurs sources dont les plus importantes sont celles de Zaouiet Sidi Hamza.
DONNEES ET METHODES
Comme tout modèle, le modèle structural 3D est au mieux une vue simplifiée de la réalité qui dépend du choix
de l'échelle, des hypothèses préalables sur les caractéristiques des objets géologiques, de la quantité et la qua-
lité des informations disponibles et aussi des limites du logiciel utilisé.
En l’occurrence, le modèle géologique 3D du haut bassin du Ziz a été réalisé sur la base des données géolo-
giques provenant des cartes géologiques (Gonzague & Despujols, 1939), et des sondages de reconnaissance
réalisés dans la zone d’étude. En effet, la base de données utilisée pour construire le modèle contient 81 son-
dages électriques réalisés par la Direction de la Recherche et de la Planification de l’Eau ont été intégrés dans
cette étude (DRPE, 1993), 200 sondages mécaniques (Fig.2), exécutés de 1956 à 2014, parmi lesquels, Le son-
dage N° TMT1 est le plus profond. Il est exécuté à Timetroute sur une profondeur totale de 1831 m et a inter-
cepté le toit de l’aquifère Domérien à 1100m et l’aquifère Aalénien à 400m. Les forages n’ont pas atteint la
base du Jurassique, nous avons alorspris la profondeur maximale du forage considéré pour cette limite.
Les données acquises ont été analysées et sélectionnées, puis intégrées dans le logiciel GMS (Groundwater
Modeling System). Ainsi, pour construire le modèle nous avons considéré quatre ensembles lithostratigra-
phiques : Quaternaire (code 1), Bathonien-Bajocien (code 2), Aalénien (code 3), Toarcien (code 4) et Domérien
(code 5). Le processus de modélisation comprend les étapes suivantes :
 inventaire des forages disponibles ;
 analyse des données des forages ;
 sélection des forages à exploiter ;
 réalisation d’une base de données contenant les informations sur les coordonnées (x,y,z) des forages,
la cote z des horizons géologiques et encodage ;
 intégration des informations dans le GMS ;
 construction du modèle et exploitation du modèle.

Le GMS permet de réaliser des corrélations entre les différentes données et de générer par interpolation un
modèle conceptuel des horizons géologiques. Il donne la possibilité de réaliser des coupes dans n’importe quel
endroit du modèle solide 3D. Il permet aussi de visualiser n’importe quelle couche séparément.
Figure 2. Situation géographique des forages hydrogéologiques et des sondages électriques verticaux.
Figure 2.Distribution of the studied boreholes and vertical electrical soundings.

RESULTATS
Modèle géologique 3D
Le modèle tridimensionnel élaboré (Fig.3), sur la base des données géologiques disponibles et les sondages
électriques, nous a permis de visualiser l’architecture du bassin du Haut bassin du Ziz, de réaliser des coupes
géologiques dans toutes les directions et en tout endroit du modèle et de suivre l’évolution en profondeur des
aquifères jurassiques (Fig.3-5-6-7-8).
Le présent modèle géologique 3D a l’avantage d’être fondé sur de nombreux forages de reconnaissance. Il
permet ainsi de préciser la géométrie et les structures du Haut bassin du Ziz:

Figure 3. Modèle géologique 3D du Haut bassin du Ziz.


Figure 3.3D geological model the height of Ziz basin.

Le modèle montre une succession de structures anticlinales et synclinales dans le bassin jurassique avec des
structures cassantes du type horst et graben et la subsidence.
Les formations situées au-dessus du Domérien montrent un épaississement très variable affecté par la tecto-
nique profonde (structures en horst et graben) et une subsidence très importante, on note généralement un
biseautage des formations en s’approchant des affleurements du Domérien. La formation du Bajocien-
Bathonien est marno-calcaire à dominance marneuse avec des variations d’épaisseurs de 14 à 291m. Il consti-
tue un niveau imperméable entre les nappes phréatiques du Quaternaire et les nappes profondes qu’il met en
charge.
L’Aalénien est marno-calcaire à dominance calcaire avec des variations d’épaisseur, la profondeur du toit varie
entre quelques mètres à 471m (Fig.3-6-7-8).
Figure 4.Situation géographique des différentes coupes.
Figure 4.Location of geological sections.

Figure 5.Représentation tridimensionnelle de la structure du Domérien.


Figure 5. Représentation tridimensionnelle the Domerien structure.

Le Toarcien est marno-calcaire à dominance marneuse et généralement assez épais (pouvant atteindre 300 m
d’épaisseur en moyenne). Il constitue le substratum (imperméable) de l’Aalénien et met en charge les terrains
sous jacents du Domérien (Fig.3-7-8).
Le Domérien est calcaire et marno-calcaire et constitue un réservoir aquifère très important, sa profondeur est
variable d’un secteur à l’autre, elle diminue progressivement en bordure des affleurements et atteint son
maximum au centre du bassin soit 1015m, et dans la partie sud environ 10 à 30m, puis les formations du Do-
mérien s’enfoncent progressivement au Sud par les formations du bassin Crétacé (Fig.3- 5-7-8).
Le modèle a permis d’identifier des zones probantes potentielles ou des zones favorables pour l'implantation
de forages utiles à prospecter selon la zone et selon l’aquifère ciblé.

Figure 6. Représentation tridimensionnelle de la structure de l'Aalénien.


Figure 6. Représentation tridimensionnelle the Aalenien structure.

Figure 7.Coupes Nord-Sud des niveaux jurassiques (1, 2, 3, et 4).


Figure 7.Sections North-South (1, 2, 3 and 4).
Figure 8.Coupes W-E des niveaux jurassiques (I, II, III, et IV).
Figure 8.sections West – East (I, II, III, and IV).

DISCUSSIONS
Aucune étude de modélisation géologique 3D n’a été réalisée jusqu’à présent dans cette zone d’étude, seule-
ment les travaux des structuralistes qui ont présenté des coupe N-S (Ayarzaa, et al., 2005), (Chafiki, et al., 2007)
(EL Kochri, 1996) (Piqué, Charroud, Laville, & Amrha, 2000), (Sadki, Elmi, & Amhoud, 1999). Généralement, ces
études ont permis de montrer la bonne concordance entre les coupes N-S, mais sans détail des couches méso-
zoïques spécialement celles qui referment des aquifères, leurs épaisseurs, leurs formes. Ainsi dans notre étude
nous avons élaboré un modèle géologique 3D qui a permis de visualiser la géométrie générale du bassin et plus
particulièrement celles des aquifères jurassiques, et d’avantage de réaliser des coupes dans n’importe quel
endroit.
Cette étude a permis de montrer la bonne concordance entre les différents résultats de (Ait Addi , 2002) et ( Ait
Addi, 2006 ) qui enregistre des réductions des épaisseurs du Nord vers le Sud et une subsidence remarquable
(de Rich vers Errachidia).
Les résultats de la présente étude sont en accord avec les résultats obtenus par de nombreux auteurs (Bouazza,
Khattach, Houari, & Kaufmann, 2013). Ils ont permis de modéliser des bassins et ont montré l’apport de la
modélisation pour la reconnaissance et la géométrie des réservoirs aquifères.
Le modèle 3D est une base fondamentale pour les prochaines études surtout la modélisation hydrodynamique
des aquifères, leur vulnérabilité aux pollutions et leur gestion.

CONCLUSION
Les principaux résultats obtenus dans le cadre de cette étude permettent d’améliorer les connaissances sur la
structure et la géométrie du Haut bassin du Ziz. Le modèle géologique 3D du bassin est élaboré sur la base des
données fournies par 200 forages hydrogéologiques, 81 sondages électriques, et les cartes géologiques. Bien
que le modèle n’intègre pas les failles, il permet, néanmoins, de visualiser l’architecture générale dubassin.
Ainsi, le modèle géologique 3D élaboré a mis en évidence la structure du Haut Atlas Central qui se manifeste
par une succession de structures d’anticlinaux et de synclinaux. La zone est affectée par une tectonique très
mouvementée ductile et cassante.
Le modèle nous a permis d’approcher la profondeur de l’aquifère profond du Haut bassin du Ziz en tout endroit
de la zone d’étude et de suivre son évolution en profondeur. En effet, Le Domérien qui constitue un réservoir
profond et continu affleure au niveau des crêtes (anticlinaux) et s’enfonce progressivement sous les formations
plus récentes ; la profondeur de leur toit varie d’un secteur à l’autre et il est généralement profond au cœur
des synclinaux (10 à 1015m). Le Toarcien qui est à dominance marneuse, assez épais, est une formation géné-
ralement continue (300 m d’épaisseur en moyenne). Les formations de l’Aalénien, du Bajocien-Bathonien sont
discontinues et occupent généralement les structures synclinales et se biseautent en s’approchant des forma-
tions du Domérien au niveau des anticlinaux, ces formations peuvent présenter une réduction de leur épais-
seur à proximité du Domérien (anticlinaux). Les formations calcaires de l’Aalénien sont fragmentées en bassins
séparés dans chaque cuvette synclinale et généralement sans communications ; la profondeur du toit varie
entre quelques mètres à 471m.
Les résultats de la présente étude montrent l’intérêt de l’intégration des données de la géologie, des forages
hydrogéologiques et des sondages électriques dans un modèle 3D en vue d’explorer les systèmes aquifères
profonds.

BIBLIOGRAPHIE
Ait Addi, A. 2006. The dogger reef horizons of the Moroccan Central High Atlas:New data on their
development. Journal of African Earth Sciences 45 , 162–172.
ABHGZR. 2009. Etude de synthèse hydrogéologique du Haut Atlas faisant partie des bassins du Guir, Rhéris et
Ziz. pp15-16.
Ait Addi , A. 2002. Les série du Dogger du haut Atlas Marocaine( nord d'Errachidia/Boudnib): Lithostratigraphie,
sedimentologie, stratigraphie séquentielle, cyclostratigraphie et évolution géodynamique. Thèse
d’Etat, Univ.Ibno Tofaile fac. Sc. Kénitra., 54-63.
Ayarzaa, P., Alvarez-Lobatoa, F., Teixell, A., Arboleya, M., Teson, E., Julivertb, M. 2005. Crustal structure under
the central High Atlas Mountains (Morocco) from geological and gravity data. Tectonophysics 400, 67–
84.
Beauchamp, W., Barazani, M., Demnati, A., & Alji, M. 1996. Intracontinental rifting and inversion : Missour
basin Atlas mountains, Morocco. AAPG BulletinV.80, n°9, pp. 1459-1482.
Bouazza, M., Khattach, D., Houari, M. R., & Kaufmann, O. 2013. Apport du modèle géologique 3D à l’étude de la
structure de l’aquifère profond d’Aïn Béni Mathar, Maroc Oriental. Bulletin de l’Institut Scientifique,
Rabat, Section Sciences de la Terre,n° 35, 53–61.
Chafiki, D., El Hariri, A., Souhel, A., Lachka, N., Sarih, S., Dommergues, J. 2007. Données lithostratigraphiques et
biostratigraphiques sur le Lias dans le cadre de deux transects du Haut Atlas central (Beni Mellal et
Midelt-Errachidia, Maroc). Journal of AfricanEarth Sciences,V 49, pp90–102.
Charrière, A. 1990. Héritage hercynien et évolution géodynamique alpine d’une chaine intracontinental : le
Moyen Atlas au S de Fès (Maroc). Thèse Doct. Etat, Toulouse, p589.
Dominique, F. D., Pascale, L., Yves, M., Khomsi, S., Geoffrey, R., Saddiqi, O. 2009. Mesozoic and Cenozoic
vertical movements in the Atlas system (Algeria, Morocco, Tunisia). Tectonophysics, V475 N°1, pp 9–
28.
Direction de la Recherche et de la Planification de l’Eau. 1993. Reconnaissance par prospection électrique dans
la région de Rich-Gourama. Rapport de synthèse.
EL Kochri, A. 1996. Géométrie et mécanisme de déformation du Haut Atlas centro-oriental (Maroc. Thése Doct.
Etat, Rabat, p200.
Gonzague, D., & Despujols, M. 1939. Carte géologique de Midelt au 1/200 000. publiée par le service
géologique du Maroc.
Hilali , M., Boualoul , M., Sahbi , H., & Benamara , A. 2012. Haut Atlas de Rich (Maroc) : Impact des chan-
gements climatiques et des unités structurales sur la quantification des ressources en eau. 2ème
Colloque International sur la Gestion et la Préservation des Ressources en Eau (CIGPRE 2). Meknès, les
10 – 11 et 12 mai 2012.
Hilali , M., Boualoul , M., & Sahbi , H. 2011. Etat des connaissances hydrogéologiques sur les aquifères du Haut
Atlas Central : Cas de l'aquifère quaternaire de la vallée du Rich (Nord d'Errachidia). 6èmes journées
internationales des géosciences de l’environnement, Oujda, 21, 22 et 23 Juin 2011.
Hilali , M., Boualoul , M., & Bahaj , T. 2010. Etat des connaissances des réservoirs aquifères dans la région de
Gourrama (Haut Guir, Sud du Maroc). Integrated water resources management and challenges of the
sustainable development. IHP-VII Series on Groundwater N°1 International Hydrological Programme,
Division of Water Sciences, 134-142.
Hilali , M., Boualoul , M., & Sahbi , H. 2010. Contribution à l’étude des potentialités hydrogéologiques des
nappes situées en haute altitude ; cas de la nappe de Gourrama (Haut Atlas oriental du Maroc).
Congrès international GIRE3D, Agadir Maroc.
Hinaje, S. 1995. Apport de l’analyse de la tectonique cassante tardi et post-panafricane à la modélisation de la
mise en place des miniralisations dans la boutoniére de Bou-Azzer (Anti-Atlas, Maroc). Thèse de 3ème
cycle, Fac. Sci. Rabat, p238.
Igmoullan, B., Sadki, D., Fedan, B., & Chellai, E. H. 2001. Evolution géodynamique du Haut-Atlas de Midelt
(Maroc) .Pendant le Jurassique : un exemple d’interaction entre la tectonique et l’eustatisme. Bulletin
de l’Institut scientifique, Rabat,section Sciences de la Terre n°23, 47-54.
Lyazidi, M., Eyssautier, L., Marcais, J., & Choubert, G. 1956. Carte géologique de Rich et Boudnib au 1/200 000.
publiée par le service géologique du Maro.
Piqué, A., Charroud, M., Laville, E., & Amrha, M. 2000. The Tethys southern margin in Morocco: Mesozoic and
Cainozoic evolution of the Atlas domain. Mémoires du Museum National d'histoire Naturelle., V182, pp
93–106.
Prasad , B., & Narayana , T. 2004. Subsurface water quality of different sampling stations with some selected
parameters at Machilipatnam Town. Nat. Env. Poll. Tech 3(1), 47-50.
Sadki, D., Elmi, S., & Amhoud, H. 1999. Les formations jurassiques du Haut Atlas central marocain : corrélation
et évolution géodynamique. Le 1er Coll. Nat. Sur le Jur. Marocain, p122-123.