Vous êtes sur la page 1sur 102

Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

REPUBLIQUE FRANCAISE

MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DE LA PECHE

Centre National d’Etudes Agronomiques des Régions Chaudes

N° 22

Résumés
des mémoires de stage
des étudiants du CNEARC

Soutenus en 2001

C.N.E.A.R.C. 1101, Avenue Agropolis, BP 5098 - 34033 Montpellier Cedex 01


Tél : 04.67.61.70.00 - Fax : 04.67.41.02.32
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

AVANT PROPOS

Dans le cadre de leur formation, les étudiants des différents cycles du CNEARC doivent effectuer des stages de
terrain de longue durée (4 à 8 mois) donnant lieu à la rédaction d’un mémoire. Ce document présente les résumés
des mémoires qui ont été soutenus publiquement en 2001.

Ces stages, qui se sont déroulés dans une trentaine de pays, sont l’occasion pour les étudiants du CNEARC de
découvrir les réalités agraires de ces pays et les modalités de leur développement rural.

Tout en ayant pour but de mettre en pratique les connaissances acquises à Montpellier, ces stages s’efforcent de
répondre à des demandes concrètes de la part d’opérateurs de développement ou de recherche, ce qui explique la
diversité et la richesse des thèmes abordés.

Par ailleurs, ces stages jouent un rôle très important dans la réalisation de la mission de coopération internationale
assignée au CNEARC. En effet, un certain nombre d’entre eux sont organisés en vue de contribuer à la mise en
œuvre de projets de coopération pédagogique et scientifique dans lesquels le CNEARC est engagé avec des
partenaires des pays en voie de développement. En particulier en 2001, plusieurs stages se sont déroulés dans le
cadre de projets de coopération avec des institutions de formation des pays du sud en vue d’améliorer leur cursus
de formation par une meilleure prise en compte des spécificités rurales de ces pays et des exigences de la
professionnalisation de leur agriculture.

Comme lors des années antérieures, de nombreux stagiaires ont été accueillis dans des programmes de
développement et de recherche de nos partenaires d’Agropolis (CIRAD, IRD, INRA, etc...). Une fois de plus, nous
tenons à les remercier, ainsi que toutes les structures et tous ceux qui ont participé à l’accueil et à l’encadrement
de nos étudiants.

Signalons enfin que la mise en forme des résumés des mémoires soutenus en 2001 a été réalisée par Anne-
Sophie AUBLET et que les mémoires référencés dans ce document peuvent être consultés à la bibliothèque du
CNEARC.

2
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

Ce document présente les résumés de l’ensemble des mémoires soutenus pendant l’année 2001. Ces
résumés sont classés :

! Par cycle d’études ESAT1 (cycle d’Etudes Supérieures d’Agronomie Tropicales), première
et seconde année (spécialisations AGIR, VALOR, GSE, FRT, Dév) ;
- EITARC (cycle d’Etudes d’Ingénieur des Techniques Agricoles des Régions
Chaudes) deuxième année ;
- Master Européen Natura en Agronomie Tropicale et Subtropicale
(Vulgarisation et Organisations Professionnelles Agricoles VOPA).

! Pour chacune de ces sections, par ordre alphabétique d’auteurs.

Afin de faciliter la consultation, vous pouvez utiliser les classements suivants :

- Index des auteurs (cf. p. 4) ;

- Classement par continent puis pays (cf. p.6) ;

- Classement des mémoires en fonction des thèmes et axes de recherche prioritaires du


CNEARC (cf. p. 8).

D’autre part, vous trouverez, à chaque page, la cote du document, utilisée par la documentation du CNEARC.

1
Les étudiants d’ESAT 2 présentent tous le diplôme DIAT (Diplôme d’Ingénieur en Agronomie Tropicale), et la
plupart présentent le Master of Science Développement Tropical. Les étudiants ne présentant que le premier
diplôme ont leur nom suivi de la mention DIAT ou DAA (Diplôme d’Ingénieur en Agronomie de l’INAP-G).

3
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

INDEX DES AUTEURS

ESAT 1 ......................................................................................................................................................................................11
AHIABA ANTHONY, CARO FLORENCE ................................................................................................................................12
ARI TCHOUGOUNE MAMADOU, CALVEZ ANNE .............................................................................................................13
ATTEYEH SOUGAL ADEN ..................................................................................................................................................14
BERNARD JEROME, BIGOURDAN CONSTANCE.................................................................................................................15
BOURDON RAFFAELLA, CONSTABLE THEONIE, HUC FREDERIC, LOUISOR JACQUES ..................................................16
BOUZID MYA, PERDRIER ANNE ........................................................................................................................................17
BURNOD PERRINE, VIOLETTE ZOE ................................................................................................................................18
CHABIERSKI STEPHANE ......................................................................................................................................................19
CHAFFOTTE LYDIE ..............................................................................................................................................................20
DE LA TORRE CLAUDIA ......................................................................................................................................................21
DE WAELE KRISTIEN ...........................................................................................................................................................22
DINI LAURENT .......................................................................................................................................................................23
DOMAS RAPHAËL .................................................................................................................................................................24
FAYE JOSEPH .........................................................................................................................................................................25
GUEGAN MARIE ...................................................................................................................................................................26
GUITTET ANNE, NOISETTE HELENE..................................................................................................................................27
GUILSOU ANDRE, VAN DEN BERG ASTRID .....................................................................................................................28
HARRIVEL VONINANDRO ....................................................................................................................................................29
HUGON DE MASGONTIER BENILDE, MARTIN ISABELLE ...............................................................................................30
LE CHEVALIER MARIE-ANNE, WEILL EMILIE ..................................................................................................................31
LEVEAU ANTOINE ................................................................................................................................................................32
MAC ALEESE JULIETTE, RENOU CECILE ...........................................................................................................................33
NGONGAR NGAMBOR JACOB ...........................................................................................................................................34
OKA YAO RAPHAËL .............................................................................................................................................................35
OLIVIER DOMINIQUE ............................................................................................................................................................36
PEDERSEN LOTTE ................................................................................................................................................................37
PENOT MATTHIEU.................................................................................................................................................................38
PLAZA CHRISTINE .................................................................................................................................................................39
PODLEJSKI ALEXANDRA......................................................................................................................................................40
SENE JEAN-BAPTISTE ............................................................................................................................................................41
TALEM XAVIER ....................................................................................................................................................................42
TARRISSE SANDRINE ...........................................................................................................................................................43
VAUGOYEAU NATACHA .....................................................................................................................................................44
VAYSSIERES JONATHAN .....................................................................................................................................................45
VOPEYANDE MARIE-BRICE ................................................................................................................................................ 46

ESAT 2 ......................................................................................................................................................................................47
OPTION
AGIR………………………………………………………………………………………………………………….48
ISCLA ISABELLE (DIAT) .......................................................................................................................................................49
LE SAINT SOPHIE..................................................................................................................................................................50
MARTIN CEDRIC ...................................................................................................................................................................51
N`DIENOR MOUSSA .............................................................................................................................................................52
SOURISSEAU BENOIT ..........................................................................................................................................................53
TRAN QUOC HOA ................................................................................................................................................................54
TROUILLARD KARINE .........................................................................................................................................................55
VAIOUGOU PARFAIT............................................................................................................................................................56

OPTION
GSE…………………………………………………………………………………………………………………...57
AUBLET ANNE-SOPHIE, MERCANDALLI SARA ................................................................................................................ 58
BA MAMADOU GATTA ...........................................................................................................................................................59
BENTZ BARBARA ..................................................................................................................................................................60
CESSELIN FLORENCE ...........................................................................................................................................................61
CHAINTREUIL IVAN (DIAT) ...............................................................................................................................................62
COUSSEAU FABIEN, BELLET FRANÇOIS (EITARC/DIAT) ...............................................................................................63

4
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

DOSSCHE TOMAS .................................................................................................................................................................64


LEURENT TIMOTHEE ............................................................................................................................................................ 65

OPTION VALOR
……………………………………………………………………………………………………………….66
BURGEAT MAGALI...............................................................................................................................................................67
GAILLY GREGOIRE ...............................................................................................................................................................68
GUEYE AÏDA .........................................................................................................................................................................69
LE SOURNE DAVID ..............................................................................................................................................................70
RAKOTONANTOANDRO ANDRIANOHERY ........................................................................................................................71
RAKOTOVAO LINDA ...........................................................................................................................................................72
SANA XAVIER-RAPHAËL .......................................................................................................................................................73
SORHAITZ ESTELLE .............................................................................................................................................................74
THEETEN LAURENT .............................................................................................................................................................75
TORNE-CELER SYLVIE ........................................................................................................................................................ 76

OPTION
FRT…………………………………………………………………………………………………………………...77
ANGLES D`ORTOLI NICOLAS, MAURER CELINE (FRT) ..................................................................................................78
CHARBONNIER VIRGINIE ...................................................................................................................................................79
CONTEAU CEDRIC ...............................................................................................................................................................80
SAQALLI MEHDI...................................................................................................................................................................81

OPTION
DEV……………………………………………………………………………………………………………...…….82
DIALLO ALPHA BOUBACAR (DAA)......................................................................................................................................83
LA FONTAINE ERIC (DIAT), CREUSE OLIVIER (DAA) .................................................................................................... 84
THORAL VINCENT (DIAT), LOUIS CELINE (DAA) ............................................................................................................85

EITARC 2 .................................................................................................................................................................................86
ALLADOUMGAR MOGUENARA (DIAT) .............................................................................................................................87
FAVIER JEAN-MICHEL ..........................................................................................................................................................88
JARRAY BAGHADADI ...........................................................................................................................................................89
NDAYE MASSAR DEMBA ......................................................................................................................................................90
PEFAKOUE IBRAHIM ............................................................................................................................................................91
RASSEMBAYE NGARADOUMBAYE ......................................................................................................................................92
THIAM IBRAHIMA .................................................................................................................................................................93
ZINSONNE SORGHO FELICITE ........................................................................................................................................... 94

MASTER VOPA ......................................................................................................................................................................95


ANDRIANJAKAMANANTSOA CHRISTIAN .......................................................................................................................96
DESPLOBINS GERARD .........................................................................................................................................................97
HAMID TAGA ........................................................................................................................................................................98
MAIGA IDRISSA HALIDOU .....................................................................................................................................................99
TOUNKARA MAÏMOUNA ...................................................................................................................................................100
TSAGUE JUSTIN ..................................................................................................................................................................101
SORO SINA BENOIT .............................................................................................................................................................102

5
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

ZONES GEOGRAPHIQUES
Pour chaque pays, vous trouverez le nom de l’auteur ainsi que la page du résumé.

AFRIQUE

AFRIQUE DU SUD MARTIN CEDRIC (p51)

BENIN PEDERSEN LOTTE (p37)


BURKINA FASO ZINSONNE FELICITE (p94)
TARRISSE SANDRINE (p43) ; PEKAFOUE IBRAHIM (p91) ; TSAGUE
CAMEROUN
JULIEN (p101)

COTE D'IVOIRE SORO SINA BENOIT (p102)


CHABIERSKI STEPHANE (p19) ; HARRIVEL VONINANDRO (p29) ; LEVEAU
MADAGASCAR ANTOINE (p32) ; OLIVIER DOMINIQUE (p36) ; ANDRIANJAKAMANANTSOA
CHRISTIAN (p96)
BOURDON RAFFAELA / CONSTABLE THEONIE / HUC FREDERIC /
MALI LOUISOR JACQUES (p16) ; BURGEAT MAGALI (p67), TOUNKARA
MAIMOUNA (p100)
NAMIBIE LE CHEVALIER MARIE-ANNE / WEILL EMILIE (p31) ;
NIGER CHARBONNIER VIRGINIE (p79) ; MAIGA IDRISSA (p99)
ATTEYEH ADEN (p14) ; DIALLO ALPHA BOUBACAR (p83), GUEYE AIDA
REPUBLIQUE DE GUINEE
(p69)
SAO TOME VAYSSIERES JONATHAN (p45)
N'DIENOR MOUSSA (p52); BA MAMADOU GATTA (p59); GAILLY
SENEGAL GREGOIRE (p68); SANA XAVIER-RAPHAEL (p73); NDAYE MASSAR
DEMBA (p90);THIAM IBRAHIMA (p93)

TANZANIE SAQALLI MEHDI (p81)

ALLADOUMGAR MOGUENARA (p87) ; VAIOUGOU PARFAIT (p56) ;


TCHAD
RASSEMBLAYE Ngaradoumbaye (p92) ; HAMID TAGA (p98)
TOGO THORAL VINCENT/ LOUIS CELINE (p85)
TUNISIE JARRAY BAGHADADI (p89)

ASIE ET PROCHE ORIENT

AFGHANISTAN COUSSEAU FABIEN / BELLET FRANCOIS (p63) ; CONTEAU CEDRIC (p80)


CAMBODGE LE SAINT SOPHIE (p50)
BOUZID MYA / PERDRIER ANNE (p17) ; BENTZ BARBARA (p60),
INDE
CESSELIN FLORENCE (p61)
INDONESIE TROUILLARD KARINE (p55)
CHAFFOTTE LYDIE (p20) ; GUILSOU ANDRE/VAN DEN BERG ASTRID
LAOS
(p28) ; PENOT MATTHIEU (p38) ; TRAN QUOC HOA (p54)
MONGOLIE HUGON DE MASGONTIER BENILDE / MARTIN ISABELLE (p30) ;
ANGLES D'ORTOLI NICOLAS / MAURER CELINE (p78) ; FAVIER JEAN-
PHILIPPINES
MICHEL (p88)
VIET-NAM VAUGOYEAU NATACHA (p44) ; LEURENT TIMOTHEE (p65)
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

AMERIQUES

DE LA TORRE CLAUDIA (p21) ; DINI LAURENT (p23) ; PLAZA CHRISTINE


(p39) ; SENE JEAN-BAPTISTE (p41) ; SOURISSEAU BENOIT (p53) ; LE
BRESIL
SOURNE (p70) ; RAKOTONANTOANDRO ANRIANOHERY (p71) ; TORNE-
CELER SYLVIE (p76) ; DESPLOBINS GERARD (p97) ;

MAC ALEESE JULIETTE / RENOU CECILE (p33) ; PODLEJSKI


EQUATEUR
ALEXANDRA (p40) ; DOSSCHE TOMAS (p64)

HAITI FAYE JOSEPH (p25) ; VOPEYANDE MARIE-BRICE (p46)

AHIABA ANTHONY/CARO FLORENCE (p12) ; BIGOURDAN CONSTANCE/


NICARAGUA BERNARD JEROME (p15) ; BURNOD PERRINE/ VIOLETTE ZOE (p18) ; DE
WAELE KRISTIEN (p22) ; GUITTET ANNE / NOISETTE HELENE (p27)

GUEGUAN MARIE (p26) ; AUBLET ANNE-SOPHIE /MERCANDALLI SARA


PEROU
(p58) ; THEETEN LAURENT (p75)

DOM-TOM

GUADELOUPE DOMAS RAPHAEL (p24)

GUYANE LA FONTAINE ERIC/CREUSE OLIVIER (p84); RAKOTOVAO LINDA (p72)

REUNION TALEM XAVIER (p42) ; SORHAITZ ESTELLE (p74)

FRANCE ET EUROPE

AUDE ISCLA ISABELLE (p49)

CAMARGUE ARI TCHOUGOUNE MAMADOU/ CALVEZ ANNE(p13)

LOIRE OKA YAO (p35)

PARIS CHANTREUIL IVAN (p62)

POITOU-CHARENTES NGONGAR GAMBOR JACOB (p34)

-7-
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001
CLASSEMENT DES MEMOIRES EN FONCTION DES THEMES ET AXES
D’ETUDE ET DE RECHERCHE EN RELATION AVEC LES DOMAINES DE
FORMATION DU CNEARC

I. THEME FEDERATEUR : DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES

! AXES DE RECHERCHE :
1.1. ANALYSE-DIAGNOSTIC DE SITUATIONS AGRAIRES

1.1.1. ECHELLE REGIONALE- diagnostic de systèmes agraires

AHIABA/CARO (P12) ; BERNARD /BIGOURDAN (p15) ; BURNOD/VIOLETTE (p18) ;


CHABIERSKI (p19) ; CHAFFOTTE (p20) ; GUITTET/NOISETTE (p27) ; LE CHEVALIER/WEILL
(p31) ; PLAZA (p39) ; PODLEJSKI (p40) ; SENE (p41) ; DIALLO (p83) ; LA
FONTAINE/CREUSE (p84) ; THORAL/LOUIS (p85)

1.1.2. ECHELLE LOCALE – diagnostic d’agroécosystèmes villageois

BOURDON/CONSTABLE/HUC/LOUISOR (p16) ; MAC ALEESE/RENOU (p33) ; PENOT (p38) ;


VAUGOYEAU (p44) ; TOUNKARA (p100) ; TSAGUE (p101).

1.1.3. ECHELLE EXPLOITATION – diagnostic, typologie de systèmes de


production et systèmes d’activités

ARI TCHOUGOUNE/CALVEZ (p13) ; DE WAELE (p22) ; DINI (p23) ; DOMAS (p24) ; GUEGAN
(p26) ; PEDERSEN (p37) ; TALEM (p42) ; TARISSE (p43) ; VAYSSIERES (p45) ;
VOPEYANDE (p46)

1.2. CULTURES ET SYSTEMES DE CULTURE

1.2.1. Analyse de pratiques culturales, et en particulier de gestion de la


fertilité

HARRIVEL (p29) ; OLIVIER (p36)

1.2.2. Diagnostic agronomique d’une culture

N’DIENOR (p52) ; TRAN QUOC (p54)

1.2.3. Analyse-diagnostic de systèmes de culture

CHARBONNIER (p79)

1.3. PRODUCTIONS ANIMALES ET SYSTEMES D’ELEVAGE


-8-
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001
1.3.1. Analyse de pratiques zootechniques

NGONGAR NGAMBOR (p34) ;

1.3.2 Étude d’une production animale (lait, viande)


ATTEYEH SOUGAL (p14) ; FAVIER (p88) ;

1.3.3. Analyse-diagnostic de systèmes d’élevage, relations agriculture-


élevage, traction attelée
HUGON DE MASGONTIER/MARTIN (p30) ; JARRAY (p89) ; THIAM (p93) ;

1.4 PROTECTION DES CULTURES


NDAYE (p90) ; MAIGA (p99)

II. THEME FEDERATEUR : GESTION DES RESSOURCES NATURELLES

! AXES DE RECHERCHE :
2.1. GESTION DE LA RESSOURCE EN SOL

BOUZID/PERDRIER (p17) ;

2.2 GESTION DE LA FORET ET DES RESSOURCES EN BOIS, EXTRACTIVISME

DE LA TORRE (p21) ; LEVEAU (p32) ; TROUILLARD (p55)

2.3. GESTION DU FONCIER

2.4. GESTION SOCIALE DE L’EAU

2.4.1. Étude des pratiques et stratégies des usagers de l’eau


AUBLET/MERCANDALLI (p58) ; BA (p59) ; BENTZ (p60) ; CESSELIN (p61) ; LEURENT (p65)

2.4.2. Analyse-diagnostic de réseaux d’irrigation et de périmètres irrigués


COUSSEAU/BELLET (p63) ; DOSSCHE (p64) ; CHAINTREUIL (p62)
2.5. ANALYSE-DIAGNOSTIC D’OPERATIONS DE GESTION DES RESSOURCES ET DES
TERRITOIRES A DIFFERENTES ECHELLES (LOCALE, REGIONALE)

2.5.1. Étude de projets et d’intervention de gestion des ressources naturelles


FAYE (p25) ; ANGLES d’ORTOLI/MAURER (p78) ; CONTEAU (p80) ;
ANDRIANJAKAMANANTSOA (p96) ; HAMID (p98)

2.5.2. Étude de conflit entre usagers de ressources naturelles


VAIOUGOU (p56)

III. THEME FEDERATEUR : MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL


! AXES DE RECHERCHE :

-9-
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001
3.1. VALORISATION DES PRODUITS AGRICOLES

3.1.1. Etudes de filières et de marchés


GUILSOU/VAN DEN BERG (p28); SAQALLI (p81); BURGEAT (p67); GAILLY (p68); SANA (p73);
SORHAITZ (p74); TORNE-CELER (p76)

3.1.2. Etudes de processus de transformation, conservation,


commercialisation

RAKOTOVAO (p72) ; THEETEN (p75)

3.1.3. Valorisation des produits par la qualité

LE SOURNE (p70) ; RAKOTONANTOANDRO (p71)

3.2. ORGANISATIONS PAYSANNES ET PROFESSIONNELLES

ISCLA (p49) ; MARTIN (p51)

3.3. FORMATION, VULGARISATION, CONSEIL DE GESTION

3.3.1. Analyse des dispositifs de vulgarisation et de conseil

PEFAKOUE (p91) ; DESPLOBINS (p97) ; SORO (p102)

3.3.2. Analyse des dispositifs de formation


OKA YAO (p35)

3.4. ANALYSE DE PROJETS ET DE MODALITES D’INTERVENTION (suivi-évaluation,


participation des acteurs, micro-crédit)

ALLADOUMGAR (p87) ; LE SAINT (p50) ; GUEYE (p69) ; RASSEMBLAYE (p92) ; ZINSONNE


SORGHO (p94)

3.5. ANALYSE DE DISPOSITIFS DE RECHERCHE (RECHERCHE DEVELOPPEMENT, RECHERCHE-


ACTION, RECHERCHE PARTICIPATIVE)

SOURISSEAU (p53)

- 10 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

CYCLE D’ETUDES SUPERIEURES

D’AGRONOMIE TROPICALE

PREMIERE ANNEE

ESAT 1

- 11 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

AHIABA Anthony, CARO Florence

Diagnostic agraire du municipio de Mozonte, département de Nueva Segovia


(Nicaragua) : dynamiques et enjeux d'une agriculture paysanne en difficulté.

Mémoire ESAT 1-DIAT NICARAGUA, Mozonte

INSTITUTION ASSOCIEE
• INSTITUT DE RECHERCHE ET D'APPLICATION DES METHODES DE DEVELOPPEMENT(IRAM)
Encadrants : Isabelle TOUZARD (CNEARC), Elisabeth RASSE-MERCAT (CNEARC), Denis
POMMIER (IRAM)

RESUME

Nous avons identifié trois zones aux conditions climatiques et environnementales distinctes aboutissant à des
mises en valeur différentes. Elles se sont mises en place à différents moments de l’histoire (culture de grains de
base originelle, introduction du café et de l’élevage sous le régime des Somoza). Néanmoins, l'évolution de leurs
systèmes de production a été marquée par des éléments historiques (la guerre civile de 1979–1990), des
éléments climatiques (l'ouragan Mitch de 1998, la sécheresse de 2000) et économiques (la crise du café de 1998).
De ces évolutions s’est dessiné le paysage agricole actuel :
1) la zone café des montagnes du Nord avec trois types de producteurs de café en fonction de l'utilisation
plus ou moins intensive d’intrants et de la superficie cultivée. Ceux-ci sont actuellement fortement touchés
par la crise du café ;
2) 2) la vallée, zone la plus diversifiée en productions au climat sec et chaud. La culture des grains de base
en pluvial domine mais, dans la communauté de Los Arados, beaucoup utilisent l’irrigation. Ainsi on
dénombre trois types de producteurs, les producteurs de grains de base intensifs en pluvial, les
producteurs de cultures irrigués et quelques éleveurs.
3) 3) La zone montagneuse du Sud, la plus touchée par la sécheresse et aux possibilités d’irrigation
limitées, permet seulement la culture des grains de base.
Au sein de cette diversité, les agriculteurs ont des situations économiques très différentes. Les producteurs du
Sud connaissent la situation la plus critique. Du fait de la sécheresse, les rendements sont très bas. Ils doivent
alors travailler hors de leurs exploitations et constituent l'essentiel de la main d'œuvre des moyens et gros
producteurs de café. Les autres producteurs de grains de bases en pluvial (vallée) possèdent souvent un petit
élevage bovin et réussissent grâce à lui à vivre de leur revenu agricole. Les éleveurs, bien qu’ils connaissent des
pertes avec la sécheresse, s’en sortent bien. Actuellement, les meilleurs résultats sont obtenus par les maraîchers
et les caféiculteurs. Les petits producteurs sont les plus touchés par la crise du café. Néanmoins, le café reste une
culture de rente et les moyens et gros producteurs bénéficient encore d’une situation honorable. Le maraîchage
qui s’est développé plus récemment avec les ONGs profitent à un nombre de famille restreint. Il assure de très
bons revenus pour de faibles surfaces cultivées. Ainsi, le développement de l’irrigation et du petit élevage bovin,
avec l’aide de l’Etat et des ONG, apparaît comme des solutions envisageables pour améliorer la situation des
agriculteurs.

MOTS CLES :. Nicaragua, grains de base, sécheresse, pauvreté, crise du café.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


I.1 Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.1. Echelle régionale – diagnostic de systèmes agraires

Cote documentation CNEARC : 4° 14346

- 12 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

ARI TCHOUGOUNE Mamadou, CALVEZ Anne

Compréhension du fonctionnement des systèmes de production à base rizicole en


Camargue : tendances évolutives en situation de crise (économique et écologique).

Mémoire ESAT 1-DIAT FRANCE, Camargue

INSTITUTION ASSOCIEE
• INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE
Encadrants : Jean-Marc BARBIER (CNEARC/INRA), JC. MOURET (INRA-SAD)

RESUME

L'activité rizicole est soumise à une situation de crise tant sur le plan international (baisse de prix sur le marché
mondial), que local (Camargue). Du fait de sa position géographique, la Camargue subit également les effets
conjugués de conditions climatiques peu propices à la culture du riz (coûts de production élevés), et du conflit avec
les autres acteurs impliqués dans la gestion du milieu (protecteurs de l'environnement essentiellement).
Le Centre Français du Riz, tente avec l'appui de l'Union Européenne et de l'Etat, des chercheurs (INRA-LECSA et
CIRAD) et des autres acteurs concernés par le secteur rizicole en Camargue, de mettre en place des actions
(aides et subventions, variétés nouvelles adaptées aux conditions camarguaises, itinéraires techniques moins
coûteux) en vue d'atténuer les effets de la crise subie par les producteurs, et d'assurer le maintien de la culture du
riz en Camargue. Pour cela, une meilleure connaissance du fonctionnement des exploitations rizicoles, et de leurs
dynamiques s'imposait. Pour atteindre ces objectifs, nous nous sommes inspirés de la démarche proposée par A.
Capillon (typologie des trajectoires).
Il ressort des résultats que la situation des exploitations au sein du milieu est le principal facteur de
discrimination des exploitations en Camargue. La distribution des exploitations par superficie et par système de
production en dépendent : en Camargue fluvio-lacustre, on observe des petites et moyennes exploitations à
systèmes de production basés sur les productions végétales, alors qu'en Camargue laguno-marine, ce sont surtout
des grandes exploitations ayant en plus du riz, d'autres activités telles que l'élevage, l' agrotourisme, la chasse.
La typologie des trajectoires a fait ressortir que les stratégies développées en réaction à la crise, sont
différentes selon que l'on se trouve dans l'un ou l'autre de ces deux grands ensembles géomorphologiques de la
Camargue :
- en Camargue fluvio-lacustre, les agriculteurs ont adopté une diversification par les cultures et/ou
l'intensification de la riziculture ;
- en Camargue fluvio-marine, elles évoluent vers la valorisation du milieu naturel et/ou la riziculture en
privilégiant la notion de qualité (le riz Bio par exemple).
Tout effort visant à encourager l'activité rizicole en Camargue, devrait tenir compte de cette diversité des systèmes
de production, après avoir concilié la cohabitation entre acteurs impliqués dans la gestion du milieu.

MOTS CLES : Camargue, riziculture, systèmes de production, crise, typologie.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


I.1. Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.3. Echelle exploitation- diagnostic, typologie de systèmes de production et de
systèmes d’activité

Cote documentation CNEARC : 4° 14412

- 13 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

ATTEYEH SOUGAL Aden

La filière lait en Guinée.

Mémoire ESAT 1-DIAT GUINEE

INSTITUTION ASSOCIEE
• INSTITUT DE RECHERCHE AGRONOMIQUE GUINEEN (IRAG), SECTION ELEVAGE
Encadrants : Jean-Pierre BOUTONNET (ENSAM), Alain LE MASSON (CIRAD)

RESUME

La filière lait en Moyenne Guinée repose sur la production laitière des éleveurs ruraux, qui sont pour la plupart
des agro-éleveurs. Le système d’élevage dans l’ensemble de la Moyenne Guinée est de type extensif, caractérisé
par le déséquilibre alimentaire des animaux particulièrement en saison sèche, entraînant ainsi une baisse
drastique de la productivité des vaches en lactation. La vente du lait caillé et du beurre procure des ressources
financières mais la priorité assignée à l’élevage bovin est d’arriver à une augmentation numérique du cheptel et
non à une intensification de la production de lait. La traite, la transformation du lait frais en lait caillé et en beurre
de table, le transport, la commercialisation des produits laitiers dans les marchés ruraux et la gestion des recettes
laitières, sont des activités entièrement effectuées par les femmes des éleveurs. Le traitement thermique du lait
frais et la commercialisation du lait frais sont des pratiques méconnues en milieu Peul. L’idée de chauffer le lait
frais, en milieu rural, est très souvent associée à des superstitions négatives, qui entraînerait le tarissement rapide
des femelles en lactation. Le transport des produits laitiers depuis les parcs des éleveurs vers les marchés ruraux,
se fait à pied par les productrices. En revanche le transport des produits laitiers depuis les marchés ruraux
hebdomadaires vers les centres de préfecture est assuré par les femmes intermédiaires et se fait soit à pied, soit
en voiture. Le fait que les femmes d’éleveurs ne commercialisent pas du lait frais, limite toute transformation du lait
frais en dehors des foyers des productrices, et toutes initiatives d’innovations d’autres sous-produits laitiers par les
opérateurs urbains, et la création de plus values sur la diversité des produits.
La vente et la collecte de lait frais représentent une stratégie de développement pour la filière lait locale face
aux produits laitiers d’importation. L’organisation de la collecte de lait varie en fonction de l’état des infrastructures
routières et des zones de production laitière. La production de lait est importante dans les espaces de parcours de
faible densité démographique mais la collecte de lait des zones enclavées où évoluent les grands pasteurs
transhumants est très faible. En revanche l’organisation de la collecte de lait est très dynamique particulièrement
dans les marchés ruraux, bien désenclavés et drainés par les infrastructures routières. Grâce à cette organisation
de la collecte par les femmes intermédiaires, la filière lait locale absorbe toute la production laitière (lait caillé et
beurre) mise sur les marchés des zones désenclavées.
Dans l’ensemble des marchés visités, à l’exception des marchés de Gaoual et de Koumbia (marchés quotidiens
et hebdomadaires), quelle que soit la saison, la demande est toujours supérieure à l’offre. A défaut d’une
production locale encore insuffisante, la demande urbaine en produits laitiers s’oriente davantage vers les produits
importés, surtout le lait concentré et le lait en poudre dont le traitement et le conditionnement facilitent la
conservation et le transport. Ainsi dans les centres de grande consommation comme Labé centre et Conakry, le
mélange de lait caillé traditionnel avec le lait caillé issu de la poudre de lait est une pratique courante des femmes
revendeuses des produits laitiers, et ceci en toutes saisons.

MOTS CLES : Guinée, filière lait, lait caillé, produits d’importation.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


I.3. Productions animales et systèmes d'élevage
1.3.2. Etude d'une production animale

Cote documentation CNEARC : cf M. Tallec

- 14 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

BERNARD Jérôme, BIGOURDAN Constance

Diagnostic agro-socio-économique du municipio de Cinco Pinos, département de


Chinandega-Nicaragua
Du système agraire reproductible de défriche-brulis à la crise foncière actuelle.

Mémoire ESAT 1-DIAT NICARAGUA, Chinandega

INSTITUTION ASSOCIEE
• INSTITUT DE RECHERCHE ET D'APPLICATION DES METHODES DE DEVELOPPEMENT (IRAM)
Encadrants : Isabelle TOUZARD (CNEARC), Elisabeth RASSE-MERCAT (CNEARC), Denis
POMMIER (IRAM)

RESUME

Le municipio de Cinco Pinos se situe au Nord du Nicaragua, à la frontière du Honduras, à 240 km de la


capitale. C'est une zone très défavorisée, caractérisée par un relief accidenté et une pluviométrie relativement
abondante mais de plus en plus irrégulière. Même si cette région a toujours été exclue des politiques agricole du
pays, de nombreuses organisations y travaillent dans le développement rural. Pourtant, au sein de cette population
essentiellement paysanne, dont l'agriculture repose sur la culture des grains de base, l'accès à la terre est très
inégal (la moitié des producteurs ne cultive pas sa propre terre) et la fertilité des sols ne cesse de diminuer depuis
une quarantaine d'années.
L'histoire agraire de ce municipio est marquée par des grandes vagues de migrations d'origine hondurienne
tout au long du siècle dernier. La pression foncière, qui s'explique à la fois par l'augmentation considérable de la
population et par la concentration des terres par les plus gros propriétaires, est devenue telle que dans les années
1960, l'espace agricole est devenu saturé, et les premiers paysans sans terre sont apparus. D'autre part, le milieu
souffre d'une forte érosion et les pratiques agricoles étant peu soucieuses de la conservation des sols jusque dans
les années 1980, la baisse de la fertilité a entraîné une chute radicale des rendements des grains de base.
Cependant quelques producteurs tentent aujourd'hui de diversifier leurs systèmes de production avec des cultures
maraîchères et des arbres fruitiers. Outre leurs performances économiques, de tels systèmes intensifs -qui
reposent sur l'irrigation- semblent être une solution intéressante face aux périodes de sécheresse dont souffre le
municipio depuis trois ans. Cette perspective tout à fait encourageante pourrait faire l'objet de nouveaux projets de
développement pour les organismes locaux présents à Cinco Pinos.

MOTS CLES : Nicaragua, pression foncière, haricot rouge, cultures maraîchères, arbres
fruitiers.

AXE DE RECHERCHE : : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


I.1 Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.1. Echelle régionale – diagnostic de systèmes agraires

Cote documentation CNEARC : 4° 14347

- 15 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

BOUDRON Raffaella, CONSTABLE Théonie, HUC Frédéric, LOUISOR Jacques

Mise en valeur d’un milieu sahélo-saharien : l’exemple de la Région de Gao (Mali).

Mémoire ESAT 1-DIAT MALI, Gao

INSTITUTION ASSOCIEE
• CELLULE DE PLANIFICATION ET DE STATISTIQUE, MINISTERE DE L’AGRICULTURE ET DU
DEVELOPPEMENT RURAL - BAMAKO

Encadrants : Sébastien BAINVILLE (CNEARC), Christophe LESUEUR (CPS-Bamako)

RESUME

La présente étude a été réalisée lors d’un séjour de quatre mois dans 4 villages (Téméra, Gao-ville, Boya,
Tassiga) situés dans la région de Gao.
Le but de cette étude était de caractériser les systèmes de production villageois dans les trois cercles autour de
la ville de Gao. La principale activité de cette région est la culture du riz flottant traditionnel pratiqué sur les terres
inondables le long du fleuve ; d’autres cultures sont les cultures de brousse (essentiellement le mil et le sorgho).
Le maraîchage est quant à lui en plein développement autour de la ville de Gao. Les principales espèces faisant
l’objet d’un élevage sont les bovins, ovins et caprins, conduits généralement par les éleveurs nomades et
transhumants ou confiés à ces derniers par les agro-pasteurs.
Pour ce faire, nous avons en premier lieu tenté de caractériser l’organisation spatiale des différentes zones
homogènes du paysage ; il a été ensuite question de retracer l’évolution du système agraire, afin d’en comprendre
les dynamiques profondes et d’en apprécier les tendances évolutives. Nous en avons déduit une typologie
régionale des différentes exploitations, définie par la combinaison des activités pratiquées et par les stratégies
mises en œuvre pour faire face aux événements ayant déterminé le passage d’un système agraire à l’autre. A
partir de cette approche nous avons réalisé un échantillonnage raisonné pour effectuer une évaluation des
performances économiques dégagées par chacun des systèmes définis.
D’une manière générale, nous avons pu observer que tous les systèmes de production permettent de dégager
un revenu suffisant en année normale. En année déficitaire par contre, la majorité des exploitants se trouve en
dessous du seuil de survie. Le problème est que, depuis une trentaine d’années, la fréquence des mauvaises
années a augmenté de façon inquiétante. Certains systèmes de production réussissent malgré tout à se tirer
d’affaire en mauvaise année, grâce à des activités agricoles fortement rémunératrices comme le maraîchage, ou
extra-agricoles comme la pêche. Sur la base de nos observations, nous avons tenté de proposer quelques pistes
de réflexion pour de futures interventions de développement dans la région.

MOTS CLES : Mali, Gao, systèmes de production, typologie des exploitations.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1 Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.2. Echelle locale – diagnostic d'agroécosystèmes villageois

Cote documentation CNEARC : 4°14428

- 16 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

BOUZID Mya, PERDRIER Anne

Intensification et gestion durable des ressources en eau et sol.


Un système agraire en transition en zone semi-aride; étude trois villages du Tamil Nadu (Inde du Sud).

Mémoire ESAT 1-DIAT INDE, Pondichery

INSTITUTION ASSOCIEE
• INSTITUT FRANÇAIS DE PONDICHERY
Encadrants : Mireille DOSSO (CNEARC), Pierre CURMI

RESUME

Pour étudier les interactions entre les hommes et leur milieu, nous avons tenté de comprendre l'organisation de
la gestion des ressources en sol et en eau dans trois villages du Tamil Nadu, en Inde du sud. L'étude des
pratiques culturales des agriculteurs nous a montré que les hommes ont un impact non négligeable sur le sol qu'ils
tendent à dégrader et sur les nappes phréatiques dont l'irrigation fait baisser le niveau de façon sensible.

Cependant, malgré une tendance à l'intensification liée à la Révolution Verte, les systèmes de culture étudiés
dans notre zone de travail restent peu intensifs. D'après nos observations, aucune dégradation spectaculaire n'est
visible pour le moment dans ces villages, contrairement à ce qui est observable dans l'Etat voisin où
l'intensification a été plus poussée. Nous pouvons émettre l'hypothèse qu'il n'y a pas de risque de gestion non
durable du milieu pour le moment. Néanmoins, des déséquilibres profonds dans la gestion de la fertilité du sol dont
la dimension sociale est prépondérante laissent augurer des dégradations possibles à moyen terme.
La gestion de la fertilité du sol doit donc être au coeur de toute réflexion sur la gestion durable du milieu dans
ces villages du Tamil Nadu.

MOTS CLES : Inde, Pondichery, gestion de la fertilité.

AXE DE RECHERCHE : II. GESTION DES RESSOURCES NATURELLES


2.1 Gestion de la ressource en sol

Cote documentation CNEARC : 4° 14363

- 17 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

BURNOD PERRINE, VIOLETTE Zoé

L’agriculture périurbaine des paysans de Sutiava.

Mémoire ESAT 1-DIAT NICARAGUA, Sutiava

INSTITUTION ASSOCIEE
• INSTITUT DE RECHERCHE ET D'APPLICATION DES METHODES DE DEVELOPPEMENT(IRAM)
Encadrants : Isabelle TOUZARD (CNEARC), Elisabeth RASSE-MERCAT (CNEARC), Denis
POMMIER (IRAM)

RESUME

L’étude, réalisée suite à la demande de l’IRAM et du RESAL, présente la situation actuelle de l’agriculture
paysanne d’une petite région du Nicaragua.
Ce diagnostic a été effectué à Sutiava, proche de la ville de Leon à l’ouest du pays. Territoire d’une
communauté indienne, Sutiava est situé dans une plaine fertile, ayant des sols riches et des ressources hydriques
abondantes et accessibles. Ainsi cette région possède un milieu propice à l’agriculture et de plus elle n’est qu’à
quelques kilomètres du deuxième centre urbain le plus important du pays, représentant un marché considérable.
Suite à une histoire marquée par une succession de réformes agraires et quarante ans de monoculture de
coton, l’agriculture paysanne a dû s’adapter à ces changements importants du système agraire. Dans le contexte
politique et économique difficile d’aujourd’hui, elle tente de trouver de nouvelles organisations de sa production lui
permettant de résister à la décapitalisation progressive des exploitations familiales. Cependant la proximité de
Leon, couplée à un milieu propice à l’agriculture, permet une diversification des productions notamment pour
l’approvisionnement en produits frais des marchés locaux. Mais cette diversification suppose la mise en place d’un
système d’irrigation, donc l’accès à des crédits et l’organisation de réseaux de commercialisation adaptés.
Cette agriculture périurbaine souffre d’un manque de structures locales à même de défendre ses intérêts tant
au niveau de la commercialisation que du foncier, de faciliter la circulation de l’information et de servir de relais
institutionnel. L’organisation en groupes locaux d’intérêt commun, pourrait permettre de donner une place plus
importante à l’agriculture familiale. Aujourd’hui oubliée par les politiques nationales, elle permet pourtant de nourrir
le monde rural, de fournir des emplois et ainsi de diminuer l’exode rural, et elle approvisionne largement les villes
en expansion. L’agriculture paysanne peut contribuer davantage au développement national d’un pays dont les
richesses sont surtout agricoles.

MOTS CLES : agriculture paysanne périurbaine, Nicaragua, Leon, Sutiava, réformes agraires,
diversification de la production, foncier, organisations paysannes,
commercialisation.

AXE DE RECHERCHE : : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


I.1 Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.1. Echelle régionale – diagnostic de systèmes agraires

Cote documentation CNEARC : cf I. Touzard

- 18 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

CHABIERSKI Stéphane

Diagnostic agraire de petits périmètres agraires à Farafangana dans le sud-est de


Madagascar.

Mémoire ESAT 1-DIAT MADAGASCAR, Farafangana

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• COMPAGNIE NATIONALE D’AMENAGEMENT DU BAS-RHONE ET DU LANGUEDOC (BRL)
• AGENCE FRANÇAISE DE DEVELOPPEMENT (AFD)
Encadrants : Bertrand WYBRECHT (CNEARC/GRET), C. CHABAUD (BRL)

RESUME

En 1982, le Ministère de l'Agriculture lance un vaste programme de réhabilitation des réseaux d'irrigation afin
de rétablir la balance rizicole du pays. L'entreprise BRL BEST s'est engagée dans ce projet en participant à la
réhabilitation de plusieurs périmètres irrigués dans le Sud-Est de l'île. Dans ce cadre, nous avons réalisé un
diagnostic agraire dans la grappe de la Manambato, aux abords de Farafangana. Notre étude a révélé une grande
homogénéité des systèmes de production. Ils sont tous basés sur la culture du riz (en simple ou double culture
annuelle), du café et de cultures de compléments comme le manioc ou la patate douce. Certains paysans
diversifient leur production, en distillant du rhum. Le niveau d'autosuffisance en riz détermine les stratégies
paysannes. Celles-ci s'orientent vers la minimisation du risque et l'optimisation de la productivité du travail. Les
petits exploitants se salarient pour combler leur déficit alimentaire auprès d'autres paysans. Les paysans les plus
aisés dégagent un excédent en riz commercialisable. Ils emploient des salariés et peuvent capitaliser (en culture
de rente essentiellement). Les cours particulièrement bas et les aléas climatiques n'incitent pas les paysans à
s'occuper de leurs plantations de café. Ainsi, ils n'ont plus de liquidité puisque le café représente pour un bon
nombre d'exploitations la seule source de revenu monétaire. Un meilleur accès au crédit ou le développement
d'activités agricoles plus lucratives comme le maraîchage pourraient améliorer cette situation. L'érosion des
bassins versants (entraînant l'ensablement des barrages), la dégradation des sols (dû à la monoculture de riz sans
fumure, ni apport d'intrants) et les faibles ressources fourragères constituent les nouvelles contraintes agro-
écologiques de la région. Dans ce cadre, la diffusion de nouvelles techniques comme le Semis Direct sous
Couverture Végétale fait actuellement l'objet d'importants projets de développement.

MOTS CLES : réhabilitation, « périmètres irrigués », diagnostic, homogénéité, « minimisation


du risque », riz, café, « contraintes écologiques », érosion.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1 Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.1. Echelle régionale – diagnostic de systèmes agraires

Cote documentation CNEARC : cf. B. Wybrecht

- 19 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

CHAFFOTTE Lydie

Diagnostic agraire de Ban Bahin, province de Sayaboury, Laos


Semis direct sur couverture végétale et diversité des exploitations.

Mémoire ESAT 1-DIAT LAOS, Sayaboury

INSTITUTION ASSOCIEE
• PROJET DE DEVELOPPEMENT RURAL AU SUD DE LA PROVINCE DE SAYABOURY (PRODESSA)
Encadrants : Isabelle DOUNIAS (CNEARC), Philippe JOUVE (CNEARC), Florent TIVET
(PRODESSA)

RESUME

Cette étude s'inscrit dans le cadre d'un projet de développement rural de la province de Sayaboury au Laos. La
composante recherche du volet "amélioration des pratiques agricoles" met en place depuis la campagne 2000 des
essais de semis direct sur couverture végétale pour parer aux phénomènes d'érosion liés à l'introduction de la
mécanisation lourde dans la région depuis une vingtaine d'années.
Les décisions politiques de protection des forêts et d'interdiction de pratique de défriche-brûlis, dans un contexte
d'arrivée de nouveaux migrants ont entraîné une aggravation de la pression foncière sur le territoire du village de
Ban Nahin. Tous les agriculteurs ne sont pas dans les mêmes conditions face à ce phénomène, et ceci est
directement lié à leurs origines.
Le milieu joue un rôle déterminant dans la mise en place des différents systèmes de culture. Ces systèmes de
culture n'ont pas tous la même propension à l'érosion, et ceci dépend de la conduite des cultures et de leur
positionnement dans le paysage. Les différents systèmes de production ne sont pas situés de façon aléatoire
dans le milieu. La position des terres de finage villageois découle de l'origine des différents types d'agriculteurs,
identifiés lors d 'étude de l'histoire agraire de Nahin. Cette localisation des terres détermine les systèmes de
culture mis en place au sein des différents systèmes de production. Les agriculteurs de Bahin n'ont alors pas tous
les mêmes intérêts à intégrer les systèmes de semis direct sur couverture végétale, et ceci en raison de leurs
conditions particulières, des contraintes internes et externes, inhérentes à leur système de production.

MOTS CLES : Laos, système agraire, système de production, foncier, défriche-brûlis,


couverture végétale, semis direct.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1 Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.1. Echelle régionale – diagnostic de systèmes agraires

Cote documentation CNEARC : 4° 14301

- 20 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

DE LA TORRE Claudia

Ethnoconnaissance et gestion des ressources naturelles dans une communauté


indigène de la municipalité de Benjamin Constant (État d'Amazonas, micro-région du
Haut Solimões, Brésil)

Ebauche d'une stratégie intégrée de conservation et de valorisation de la diversité fruitière.

Mémoire ESAT 1-DIAT BRESIL

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD)-FLHOR
• INPA-CPCA MANAUS (« PROJET DE DEVELOPPEMNT DURABLE DU HAUT SOLIMOES »)

Encadrants : Mireille DOSSO (CNEARC), Geo COPPENS D’EECKENBRUGGE (CIRAD-FLHOR),


Sandra DO NASCIMENTO (INPA-CPCA)

RESUME

Originaire du Pérou, la communauté de Nova Aliança s'est installée et a évolué depuis vingt ans sur la rive du
fleuve Solimôes (municipalité de Benjamin Constant, Amazonie occidentale, Brésil), à la frontière avec la Colombie
et le Pérou. Ses origines indigènes, majoritairement Cocama, et son appartenance forte à la religion de la Sainte
Croix lui confère une organisation sociale complexe, basée sur des hiérarchies de pouvoir.
La communauté présente une économie de semi-subsistance, basée principalement sur l'agriculture de défriche-
brûlis, la pêche, la chasse, l'extractivisme et la cueillette. L'étude sur les systèmes de production agroforestiers mis
en oeuvre dans la communauté montre que le producteur familial optimise l'utilisation des ressources disponibles,
maintient un haut niveau de biodiversité (tant spécifique que génétique), recycle les nutriments et exploite les
ressources naturelles existantes jusqu'aux limites de sa reproduction. La production en excédent et non
consommée par la famille, peut-être vendue sur les marchés, générant ainsi une rente monétaire qui permet
l'acquisition de services et produits nécessaires à la famille.
Les équipes du « PRODESAS » (projet pour le Développement Durable du Haut Solimôes) font alors
l'hypothèse qu'une nouvelle gestion des ressources naturelles locales pourrait constituer des alternatives
économiques, capables d'améliorer la qualité de vie des producteurs ruraux. La garantie des interventions est une
participation active des membres de la communauté, tant dans la recherche que pour les décisions relatives à des
modifications des systèmes de production. Utilisant ici l'approche systémique, la méthodologie dynamique et
participative permet de définir les caractéristiques socio-culturelles de la population. Elle mène à l'identification de
la place et du rôle d'une ressource ubiquiste diversifiée et fortement présente dans le quotidien visuel et utilitaire
des habitants: les fruits. La valeur actuelle qu'une espèce acquiert dans son milieu, définie par sa présence, son
appréciation et sa valeur marchande, confère à une dizaine d'espèces fruitières un potentiel intéressant à même
de les définir comme « prometteuses » à plus grande échelle.
La question du modèle de développement –notamment in-situ- de ces espèces est abordée, elle mérite d'être
développée.

MOTS CLES : Agriculture familiale, Amazonie, agroforesterie, communautés indigènes,


savoirs populaires, biodiversité, amélioration participative, amélioration
génétique.

AXE DE RECHERCHE : II. GESTION DES RESSOURCES NATURELLES


2.1 Gestion de la forêt et des ressources en bois, extractivisme

Cote documentation CNEARC : 4°14437

- 21 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

DE WAELE Kristien

Raréfaction des ressources hydriques et systèmes de production agricoles de la


région de Leon-Chinandega (Nicaragua).

Les Musaceae, une solution à la crise ?

Mémoire ESAT 1-DIAT NICARAGUA

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• ORGANISATION FLAMANDE POUR LE DEVELOPPEMENT ET L'ASSISTANCE (VVOB)
• UNIVERSITE NATIONALE AUTONOME DU NICARAGUA
Encadrants : Isabelle TOUZARD (CNEARC), Elisabeth RASSE-MERCAT (CNEARC)

RESUME

Une conséquence de la globalisation des économies dans laquelle est inséré le Nicaragua est que les céréales
locales (maïs, riz..) sont de plus en plus concurrencées par les importations ; de fait les Musaceae constituent une
alternative pour la diversification des productions vivrières régionales et pour assurer la sécurité alimentaire. Pour
comprendre les rationalités paysannes, nous avons utilisé une approche pluridisciplinaire: une étude biophysique
couplée à une étude socio-économique des unités de production. Le travail a été réalisé sur la région de
Chichigalpa, où une partie importante de la population bénéfice de l'aide du projet Musaceae et où le milieu
biophysique et social est diversifié.
Dans cette région, l'enjeu principal semble la disponibilité et l'accessibilité en eau. La typologie élaborée montre
que les agriculteurs moyens, les agriculteurs avec un élevage dominant et les petits agriculteurs avec une culture
de rente, se trouvent dans des conditions favorables : le revenu qu’ils gagnent avec leurs cultures ou leur bétail
leur permet d'accumuler du capital. Les trois groupes ont donc théoriquement les possibilités de diminuer
l'insécurité en eau en achetant une pompe pour faciliter l'exhaure d'eau. Les petits agriculteurs de grains de base
n'ont pas de solutions disponibles: leur revenu est près du seuil de survie et ils n'ont pas accès au crédit.
Dans ce contexte, nous nous sommes posés la question du rôle que peut jouer la culture de Musaceae et du
projet dans cette problématique de l’eau. La culture de l’eau est discriminatoire : seulement les régions où l’eau est
facilement disponible et seuls les paysans avec des ressources monétaires peuvent cultiver le bananier
commercial. Cependant, l’objectif principal du projet est d’améliorer la sécurité alimentaire des familles paysannes
en introduisant des espèces Musaceae, plus résistantes à la sécheresse, au niveau du patio. Mais les plantes in
vitro nécessitent plus d’eau dans la première année à cause du choc de transplantation : pour les agriculteurs, le
temps investi dans l’irrigation des plantes n’équivaut pas à une récolte plus élevée et donc l’impact du projet est
faible.

MOTS CLES : diagnostic agraire, Musaceae, disponibilité en eau, typologie de producteurs.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1 Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.3. Echelle exploitation –diagnostic, typologie de systèmes de production et
systèmes d'activité

Cote documentation CNEARC : cf M.Tallec

- 22 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

DINI Laurent

Diagnostic de l'agriculture périurbaine de Macapa et Santana.

Mémoire ESAT 1-DIAT BRESIL, Macapa et Santana

INSTITUTION ASSOCIEE
• SECRETARIA DE ESTADO DA CIENCIA E TECNOLOGIA

Encadrant : Mireille DOSSO (CNEARC)

RESUME

Jeune Etat amazonien, l'Amapa se caractérise par une faible pénétration humaine sur son territoire. En effet
98% de sa surface est recouverte d'écosystèmes naturels. En parallèle, depuis une cinquantaine d'années on
assiste à une forte immigration en provenance des Etats brésiliens limitrophes créant des pôles de concentration
de population. Macapa, la capitale de l'Amapa, et Santana, ville portuaire, en tant que centres politiques et
économiques sont les villes les plus concernées par ce problème de concentration. Pour preuve elle regroupe près
de 80% de la population amapaense. Le gouvernement, s'appuyant sur une politique de développement durable,
souhaite mettre en place des projets afin de préserver et de viabiliser les sites agricoles en zone périurbaine de
ces deux villes.
En ce sens l'étude s'est orientée vers la caractérisation des systèmes de production en s'attachant à voir
comment les agriculteurs tiennent compte de la diversité des écosystèmes présents. Il ressort qu'aujourd'hui
l'agriculture périurbaine, principalement basée sur le maraîchage, n'est pas capable de fournir en quantité et en
diversité suffisante les produits consommés par les urbains. Il y a une nécessité d'adapter l'offre à la demande en
augmentant notamment l'assistance technique et les moyens financiers pour mettre en place de nouveaux
systèmes de culture. De plus un effort doit être fait pour protéger les zones rurales de la pression urbaine et
spéculation foncière, effort que seules peuvent fournir les autorités politiques locales.

MOTS CLES : Amapa, agriculture péri-urbaine, urbanisation, relations ville/campagne.

AXE DE RECHERCHE : : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1 Analyse-diagnostic de situations
1.1.3. Echelle exploitation- diagnostic, typologie de systèmes de production et de
systèmes d’activité

Cote documentation CNEARC : 4° 14303

- 23 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

DOMAS Raphaël

Le maraîchage dans le périmètre de réforme foncière (Guadeloupe).

Mémoire ESAT 1-DIAT GUADELOUPE

INSTITUTION ASSOCIEE
• INRA-ANTILLES
Encadrants : Michel TALLEC (CNEARC), Marie-Françoise ZEBUS et Jean-Louis DIMAN (INRA-
Antilles)

RESUME

Depuis le déclin des grandes propriétés sucrières, l'agriculture guadeloupéenne est en constante évolution. En
effet, les terres cultivables, libérées par la diminution des surfaces en canne à sucre, ont été attribuées suite à
plusieurs vagues de réformes foncières et on a pu assister à l'apparition d'une agriculture nouvelle dans ces
périmètres. Ainsi, environ 600 exploitations famiIiales d'une taille moyenne de 9 à 12 hectares ont été créées,
induisant de fait une dynamique particulière à ces zones.
Cependant, les informations actuellement disponibles sur les activités pratiquées sont limitées et c'est pourquoi le
projet s'est centré sur l'identification et la caractérisation des activités agricoles en zone de Réforme Foncière dans
le but de construire un modèle permettant de simuler le fonctionnement de l'agriculture du périmètre. Cet outil
d'aide à la décision servira d'appui aux décideurs institutionnels dans l'orientation des politiques agricoles locales.
Après les activités « canne à sucre », « igname » et « élevage », notre étude s'est consacrée au maraîchage où de
nombreuses lacunes existent. Une typologie d'exploitations où l'on recense une activité maraîchère a été
construite et un zonage agro-écologique du périmètre réalisé. Après stratification et échantillonnage des
exploitations, 21 enquêtes ont été menées, conduisant à la production de 21 schémas de synthèse caractérisant le
fonctionnement des exploitations et 58 « fiches activités » regroupant des données technico- économiques sur les
espèces maraîchères cultivées.
Les résultats nous amènent à conclure qu'il existe trois types d'agriculteurs selon l'importance des activités
maraîchères. Les exploitants «canniers » pour lesquels le maraîchage est accessoire, les exploitants «
diversifiés» pour lesquels le maraîchage est secondaire et enfin les exploitants « maraîchers » pour qui le
maraîchage constitue l'activité principale.
L’étude a en outre permis de mettre en évidence certaines contraintes attenantes à chaque type de
producteurs ainsi que celles subies par l'ensemble des agriculteurs de la zone.

MOTS CLES : Réforme foncière, agriculture familiale, maraîchage, modélisation technico-


économique.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1 Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.3. Echelle exploitation – diagnostic, typologie de systèmes de production et
systèmes d’activités

Cote documentation CNEARC : 4° 14348

- 24 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

FAYE Joseph

Etude des effets des innovations environnementales sur les systèmes de production
en Haïti, cas du Plateau de Rochelois.

Mémoire ESAT 1-DIAT HAITI

INSTITUTION ASSOCIEE
• FACULTE D'AGRONOMIE ET DE MEDECINE VETERINAIRE HAÏTI
Encadrant : Bertrand WYBRECHT (CNEARC/GRET)

RESUME

Beaucoup de projets ont été menés en Haïti dans le domaine de la lutte anti-érosive depuis plus d’un demi-
siècle. Leurs démarches et leurs stratégies ont été aussi variées que les objectifs qu’ils se sont fixés. Ils ont fait de
Haïti un terrain d’expérimentation, un « laboratoire » où la plupart des techniques de lutte contre l’érosion ont été
testées. Les résultats de ces interventions sont variés et très inégaux. Il s’est donc avéré utile d’étudier les effets
des techniques proposées sur les pratiques paysannes pour jeter les bases d’une agriculture durable. L’étude
menée sur le site de Salagnac (Plateau de Rochelois) a fait ressortir les contraintes majeures (forte croissance
démographique, environnement économique défavorable, etc.) qui pèsent sur l’agriculture des mornes, empêchant
le paysan de mettre en place un mode de production durable. L’introduction de cultures à forte valeur ajoutée par
unité de surface a par contre induit des changements tant au niveau technique (pratique de pépinière, arrosage,
traitements phytosanitaires, réduction ou disparition de jachères) que socio-économique (investissement dans des
bâtiments en dur..). Cela s’est fait au détriment des ressources naturelles (surtout ligneuses) qui s’amenuisent.
Afin de mieux comprendre les logiques paysannes et partant de cerner les motifs de succès ou d’échecs des
innovations introduites, un diagnostic des systèmes agraires a été réalisé. Ce diagnostic basé sur des entretiens
avec différents acteurs du monde rural, d’enquêtes en milieu paysan et des observations personnelles sur le
terrain a permis d’établir une typologie des exploitations. Trois groupes répondant différemment à l’introduction
d’innovations environnementales ont été identifiés et répartis en cinq types.
L’analyse de la situation a montré qu’au sein de ces groupes des structures telles que les haies de clôture
contribuant à la réduction des effets négatifs des vents, à l’augmentation de la profondeur du sol et à l’amélioration
de sa structure ont été maintenues. Les usages multiples tirés des espèces plantées ont favorisé cette adoption.
Leur entretien est systématique pour éviter toute concurrence ou gêne des cultures. D’autres structures telles que
les haies de contour ont quant à elles été modifiées. L’immobilisation de portions importantes de terre et les
surcroîts de travail que nécessitent leur entretien et leur exploitation ont conduit le paysan à les restreindre. Par
ailleurs, l’extension du système d’embocagement vers l’espace ouvert n’a pas été réussie. Cet échec est lié en
partie à celui du système d’élevage proposé qui visait la modification du mode d’affouragement du bétail ainsi que
son déplacement dans l’espace. La tendance actuelle est donc au retour à l’ancien système caractérisé par un
type d’organisation où des espaces ouverts contribuent à relever la fertilité des jardins enclos. Dans cette situation
l’intégration des innovations environnementales dans les activités agricoles et pastorales apparaît incontournable
pour leur adaptation et donc, pour une sortie de crise.

MOTS CLES : Haïti, plateau de Rochelois, lutte anti-érosive, innovations environnementales,


embocagement.

AXE DE RECHERCHE : II. GESTION DES RESSOURCES NATURELLES


2.5 Analyse-diagnostic d'opérations de gestion des ressources et des
territoires à différentes échelles.

Cote documentation CNEARC : cf. B. Wybrecht

- 25 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

GUEGAN Marie

Diagnostic agro-pastoral orienté vers la valorisation des produits laitiers, zone de


Chanta et Yanacancha, Nord Pérou.

Mémoire ESAT 1-DIAT PEROU, Cajamarca

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD)-TERA
• INTERMEDIATE TECNOLOGY DEVELOPMENT GROUP (ITDG)
• INSTITUTO INTERAMERICANO DE COOPERACION AGRICOLA
Encadrants : Pascale MOITY-MAIZI (CNEARC), François BOUCHER (CIRAD)

RESUME

Située entre 400 et 3200 mètres d’altitude, dans les Andes du Nord du Pérou, la zone de Chanta et
Yanacancha est une zone d’agro-élevage densément mise en valeur.
Le gradient altitudinal, ainsi que l’histoire, marquée par la domination des haciendas jusqu’en 1960 puis par la
réforme agraire, ont déterminé deux zones au paysage agraire très différent : la zone « quechua », à une altitude
inférieure à 3450 mètres, plus peuplée et où les exploitations sont plus petites, et une zone « jalca », au climat plus
froid, moins peuplée, et où les exploitations sont plus vastes.
Dans l’une comme dans l’autre de ces zones, l’élevage bovin laitier représente la seule source de revenus des
producteurs. L’accès aux paturages étant leur principal facteur de différenciation, il existe de grandes disparités
entre les producteurs, et entre zones. Dans tous les cas cependant, les cultures (de céréales et de tubercules)
pour l’autoconsommation restent généralisées dans les exploitations.
Les produits laitiers, qui constituent donc des « rentes », sont valorisés de deux façons : par la vente de lait frais
(Nestlé), qui suppose la production d’un volume de lait quotidien minimal, et par la fabrication et la vente de
quesillo (fromage frais caillé), accessible à tous les producteurs quelque soit leur volume de production.
La commercialisation du quesillo, complexe, n’est pas sans poser de problèmes : en effet, les marchés de Chanta
et de Yanacancha, où s’effectue la plupart des transactions, sont des lieux de « cristallisation » du déséquilibre
des échanges entre monde de la ville et monde de la campagne. Face à des acheteurs qui imposent leurs prix
pendant l’année et qui généralisent l’escroquerie sur les poids, les producteurs de quesillo, qui leur sont liés par
des formes de dépendance, n’ont pas le pouvoir de négociation sufisant pour faire valoir leurs revendications.
L’exemple de certains acheteurs et producteurs développant des relations de confiance, ainsi que la prise de
conscience des agro-éleveurs de leur grand potentiel d’organisation, pourraient cependant être des voies de
rééquilibrage de la situation.

MOTS CLES : Pérou, Cajamarca, système fromager, quesillo, élevage laitier,


commercialisation, dépendance.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1 Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.3. Echelle exploitation – diagnostic, typologie de systèmes de production et
systèmes d'activité

Cote documentation CNEARC : 4° 14304

- 26 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

GUITTET Anne, NOISETTE Hélène

Entre développement agricole, urbanisation et écotourisme : les enjeux d’une région


péri-urbaine de Managua.

Mémoire ESAT 1-DIAT NICARAGUA, Managua

INSTITUTION ASSOCIEE
• INSTITUT DE RECHERCHE ET D'APPLICATION DES METHODES DE DEVELOPPEMENT (IRAM)
Encadrants : Elisabeth RASSE-MERCAT (CNEARC), Isabelle TOUZARD ( CNEARC), Denis
POMMIER (IRAM)

RESUME

Le diagnostic agro-socio-économique présenté dans ce document a pour objet les quatre communautés qui se
situent dans la probable future zone tampon de la réserve naturelle d'El Chocoyero-El Brujo, créée en 1993 dans
le municipe de Ticuantepe, aux portes de la capitale du Nicaragua. Dans cette petite région, le paysage agricole se
différencie en trois zones agro-écologiques suivant l'altitude, le type de terrains et la distance au volcan Masaya,
dont les émanations sulfureuses affectent certaines cultures.
Cette petite zone, dominée il y a encore cinquante ans par des haciendas de café et d’élevage, a été
profondément marquée par la Réforme agraire, mise en œuvre par le gouvernement sandiniste dans les années
1980, puis par la parcellisation des coopératives de production ainsi créées, au début des années 1990. Ces deux
phénomènes ont permis d'accélérer fortement les processus de parcellisation du foncier déjà entrepris dans les
années 60 par la vente de certaines haciendas. Les mouvements fonciers se sont encore renforcés avec le
développement de Managua et, dans une moindre mesure la création de la réserve, ce qui engendre une certaine
spéculation foncière en prévision du développement urbain ou touristique de la zone. Aussi, face à l’augmentation
du prix des terres, la question du maintien des petits propriétaires se pose, et ce d'autant plus que de nouveaux
propriétaires, absentéistes, s'installent dans la zone.
Dans cette zone péri-urbaine et touristique, les agriculteurs s’insèrent au marché du travail en ayant une double
activité. Certains paysans sans terre ou minifundistes, qui n'ont le plus souvent pas les moyens de mettre en
culture leurs terres, sont salariés agricoles ou à Managua et n’exploitent leurs terres qu’en complément de cette
activité. D’autres agriculteurs, au contraire, ont développé une activité extra-agricole, certes moins rémunérée que
le travail agricole, mais qui leur permet d’avoir une seconde source de revenu, sans négliger leur exploitation, et de
compléter leur calendrier agricole.
La proximité de Managua permet aussi l’accès aux marchés nationaux et la commercialisation des productions
agricoles. Cependant, la saturation progressive du marché national de l’ananas et l’absence d’exportation, ainsi
que la baisse des cours du café, supposent de chercher de nouveaux débouchés pour ces produits et d’envisager
d’autres cultures comme la pitahaya, sans négliger les cultures vivrières, haricot et plantains, qui restent
présentes, en rotation ou en association avec les cultures de vente.
A l'intérieur de cette même petite région, les trois enjeux que sont l'accès au foncier, la pluriactivité et les
problèmes de commercialisation se conjuguent différemment suivant les zones, plus ou moins proches de la
réserve ou de l’axe routier conduisant à Managua. Elles se conjuguent aussi différemment suivant les agriculteurs
qui en fonction de leurs ressources et des systèmes de production mis en place pourraient répondre différemment
aux propositions d’achat de leur terre et à l’opportunité de travailler en ville. Dans ce contexte, le développement
de la réserve pourrait être le point de départ d'une certaine spéculation foncière, avec un risque de reconcentration
des terres, mais il pourrait aussi être l’occasion pour beaucoup d'agriculteurs d’accéder à de nouveaux revenus
par l’écotourisme et de bénéficier à travers les réglementations sur la zone tampon d’un cadre légal favorisant le
maintien d’une agriculture paysanne.

MOTS CLES : Nicaragua, Managua, diagnostic socio-éco-agronomique.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1. Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.1. Echelle régionale – diagnostic de systèmes agraires

Cote documentation CNEARC : 4° 14342

- 27 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

GUILSOU André, VAN DEN BERG Astrid

Enjeux de l'amélioration de la qualité des filières maïs et arachide dans l'intérêt des
producteurs et commerçants laos dans le sud de la province de Sayaboury, Laos.

Mémoire ESAT 1-DIAT LAOS, Sayaboury

INSTITUTION ASSOCIEE
• PROJET DE DEVELOPPEMENT DES QUATRES DISTRICTS DE LA PROVINCE DE SAYABOURY (PRODESSA)
Encadrants : Elisabeth RASSE-MERCAT (CNEARC), Pascal BABIN (PRODESSA-CCL), Jean-
Richard LAFFORT.

RESUME

L'étude des filières maïs et arachide, dans la zone sud de la Province de Sayaboury, est une demande du
PRODESSA. Ses objectifs sont d'identifier l'ensemble des acteurs laos y participant, mais aussi de parvenir à
restructurer ces deux filières. Cette étude comporte donc trois phases: la première est une identification précise de
l'organisation, de la stratégie et de la trajectoire d'évolution des différents acteurs laos impliqués (des producteurs
jusqu'aux commerçants), ainsi que de l'importance que représentent pour eux le maïs et l'arachide. La deuxième
est l'analyse des relations entre ses différents acteurs, afin de déterminer les facteurs éventuels de blocage et pour
finir, la troisième est l'identification et la caractérisation des débouchés qui existent pour le maïs et l'arachide.
Les filières commerciales laos suivent une organisation plutôt simple, ce qui s'explique notamment par le fait
que tous les acteurs, producteurs, collecteurs et exportateurs, sont multi-produits. Au niveau des producteurs, les
systèmes de culture de maïs sont appréciés pour leur forte rémunération de la journée de travail, alors que les
systèmes de culture d'arachide apportent une bonne rentabilité de la terre. Que ce soit pour le maïs ou l'arachide,
les producteurs ne procèdent que très rarement à une première transformation de leurs produits. Par contre, tous
ont la capacité de stocker leurs produits, même si ce n'est pas dans les meilleures conditions. Ils vendent leurs
produits à un collecteur ou à un exportateur qui, selon ses caractéristiques, assurera ou non cette tâche. Les
exportateurs se différencient en 6 types, qui ont tous des organisations, des niveaux d'équipement et des
stratégies différentes, dépendant directement des potentialités de la zone où ils sont localisés et de l'ancienneté de
leur implantation. Bien que, pour tous, le maïs et l'arachide représentent la plus grande partie de leur activité
commerciale, ils drainent des volumes très inégaux. Face à l'enjeu d'acquérir le maximum de volumes à
commercialiser, ils ont développé des relations différentes avec les producteurs en fonction de leur stratégie et du
niveau de concurrence existant dans la zone. Se distinguent ainsi deux zones principales d'influence des
exportateurs sur les producteurs : celle de Kenthao-nord de Botène-sud de Paklay, où les groupements et les
exportateurs anciennement installés ont le plus d'emprise, et celle du sud de Botène, sous l'influence exclusive des
exportateurs en zone limitée et des collecteurs exportateurs. Par contre, la zone située au sud de Paklay
correspond à un front d'extension des cultures commerciales, où l'influence des commerçants est encore presque
inexistante. Ceci peut permettre au projet de pouvoir organiser les filières avec des acteurs libres de toute emprise.
Le débouché principal pour le maïs et l'arachide lao est, et risque de rester, la Thaïlande. En effet, seuls 15% du
maïs produit dans la zone est vendu à Vientiane (à l'usine de Thangone) et la proportion en arachide est plus que
négligeable. Les principaux critères de qualité exigés par les grossistes et les usines de transformation
thaïlandaises concernent, pour le maïs, le taux de moisissures et de charançons, soit autant de facteurs qui
dépendent directement des conditions de séchage et stockage. Pour l'arachide, ce sont le calibre de grains, leur
niveau de maturité et le taux de grains moisis qui sont pris en compte, ces critères étant plus en relation avec la
date de récolte et la variété des grains. Cette étude met en évidence l'enjeu réel que peut constituer une
amélioration de la qualité des produits pour les acteurs laos.

MOTS CLES : filière, maïs, arachide, qualité, province de Sayaboury, Laos.

AXE DE RECHERCHE : III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL


3.1. Valorisation des produits agricoles
3.1.1. Etudes de filières et de marchés

Cote documentation CNEARC : 4° 14435

- 28 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

HARRIVEL Voninandro

Le semis direct et l'élevage : concurrence ou complémentarité ?


Etude des relations agriculture-élevage à Miaramamindra (Betafo), Andranomanela-centre,
Tsaramandroso Soamahavoky, Ambolotsararano (Andranomanelatra), Madagascar.

Mémoire ESAT 1-DIAT MADAGASCAR

INSTITUTION ASSOCIEE
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD)

Encadrants : Bertrand WYBRECHT (CNEARC/GRET), Roger MICHELLON (CIRAD-TAFA)

RESUME

La technique du Semis Direct sur Couverture Végétale (SDCV), qui constitue un nouveau type de gestion du
milieu qualifié d'agroécologique, a été introduite à Madagascar en 1990 à Antsirabe. De nombreux organismes de
développement se sont depuis intéressés à cette technique. Une des préoccupations de ces organismes est
l'adaptation du semis direct aux contraintes d'élevage.
Cette étude montre que certains systèmes de cultures en semis direct sont directement en concurrence avec
l'élevage, dont l'importance est économique, technique et sociale.
Dans les zones étudiées, l'élevage est lié à l'agriculture dans la mesure où tous les systèmes d'élevage ont en
commun la fonction de produire du fumier et les paysans mettent en œuvre des stratégies variées pour s'en
procurer. La fertilisation est en effet indispensable pour la majorité des systèmes de culture. La traction animale fait
aussi partie intégrante du fonctionnement des exploitations pour les travaux agricoles et le transport.
Réciproquement l'agriculture est complémentaire de l'élevage en ce qui concerne l'alimentation animale et une
grande partie des résidus de culture sont destinés à l'alimentation animale, leur utilisation comme couverture est
donc compromise.
L'importance des sous-produits issus de l'agriculture et de l'élevage dépasse le niveau de l'exploitation
puisqu'ils sont troqués pour différents biens et services également indispensables au fonctionnement des
systèmes. Nous avons montré que les relations agriculture-élevage sont techniquement et économiquement au
coeur du fonctionnement des systèmes de production et des systèmes agraires.
L'adoption de nouvelles techniques est loin d'être immédiate et possible dans n'importe quel contexte. Les
systèmes sur couverture végétale doivent être construits et expérimentés en fonction des réalités existantes.

MOTS CLES : Madagascar, Betafo, semis direct sur couverture végétale.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.2. Cultures et systèmes de culture
1.2.1. Analyse de pratiques culturales et en particulier de gestion de la fertilité

Cote documentation CNEARC : 4° 14338

- 29 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

HUGON DE MASGONTIER Bénilde, MARTIN Isabelle

Les nomades face aux dzuds : analyse des stratégies mises en place par les éleveurs
mongols pour gérer les risques climatiques.

Mémoire ESAT 1-DIAT MONGOLIE

INSTITUTION ASSOCIEE
• DEUTSCHE GESELLSCHAFT FÜR TECHNISCHE ZUSAMMENARBEIT (GTZ)
Encadrants : Alain BOURBOUZE (IAM), Franz Volker MULLER (GTZ)

RESUME

Durant les hivers 1999-2000 et 2000-2001, la Mongolie a dû faire face à des « catastrophes climatiques »
appelées localement dzuds. Une sécheresse estivale, des températures exceptionnellement basses et des chutes
de neige importantes constituent les principaux facteurs de ces dzuds qui sont toujours reliés à des pertes de
bétail importantes : 10% du cheptel national pour l’hiver 1999-2000 et 14% pour l’année suivante. Ces pertes ont
des répercussions sociales et économiques dramatiques dans un pays en transition où 40% de la population vit de
l’élevage et où les produits issus de cette même activité représentent 32% du PIB. La GTZ a donc décidé cette
année de mettre en place un projet à long terme pour diminuer la vulnérabilité des éleveurs face aux conditions
hivernales rigoureuses, et le principal but de cette étude est de proposer des orientations d’interventions dans
cette optique de soutien aux éleveurs contre les dzuds.
L’étude a été réalisée à une échelle locale dans une zone sévèrement affectée par le dzud 2000-2001 située
dans la province du Zavkhan à l’Ouest de la Mongolie. Dans le sum de Tosonzengel, la zone d’étude, éleveurs et
administration ont pris peu de mesures préventives malgré la sécheresse estivale. La plupart des stratégies ont
été mises en place au cours de l’hiver, en réponse plutôt qu’en préparation aux conditions rigoureuses. Une des
stratégies principales employées est l’otor, migration de longue distance réalisée surtout pour trouver de meilleurs
pâturages. Elle reste l’une des plus efficaces pour limiter les pertes lors des dzuds, mais n’est pas accessible à
tous les éleveurs. D’autre part le manque d’organisation et de communication entre administrations locales, et
entre éleveurs et administration, aboutissent à des situations conflictuelles et limitent son efficacité. Pour les
éleveurs qui ont gardé leur bétail à Tosonzengel, la difficulté principale était l’approvisionnement en fourrage, les
réserves locales étant très réduites après la sécheresse estivale.
Pour suppléer aux réserves de fourrages nous avons proposé et comparé différentes solutions, certaines
demandent un premier investissement conséquent, toutes nécessitent le groupement et la coopération des
éleveurs: groupement des éleveurs pour acheter le fourrage, organisation d’opérations de fauche dans des zones
plus favorables, mise en place d’un projet de culture de plantes fourragères. Les autres orientations d’intervention
proposées touchent à la gestion des pâturages, notamment à une plus grande implication des administrations
surtout dans l’organisation des otors.

MOTS CLES : nomadisme, élevage extensif, risques climatiques, dzud, Mongolie.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.3. Productions animales et systèmes d’élevage
1.3.3. Analyse-diagnostic de systèmes d’élevage

Cote documentation CNEARC : 4° 14340

- 30 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

LE CHEVALIER Marie-Anne, WEILL Emilie

Agro-pastoralisme dans la constituency d’Omuthiya, NCD, Namibie : quels enjeux


pour une zone agricole confrontée à l’augmentation de la densité de population ?

Mémoire ESAT 1-DIAT NAMIBIE, Omuthiya

INSTITUTION ASSOCIEE
• MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES (MAE)
Encadrants : Jean-Luc BOSIO (CNEARC), Véronique BOUSSOU (CNEARC), Bertrand DAYOT-
KAHUURE ( Nothern Research Extension and Epidemiology Support project)

RESUME

Cette étude consiste en un diagnostic agraire de la petite région d’Omuthiya constituency, situé dans le Nord
Central de la Namibie en bordure du parc national d’Etosha. Cette zone de peuplement récent présente un intérêt
particulier dans la mesure où elle concentre différents enjeux : le maintien de l’élevage et l’agriculture
communautaire, le développement du tourisme, la préservation de l’environnement. C’est pour cette raison que la
FSRE-U a souhaité connaître les caractéristiques et identifier les modes d’exploitation de la zone d’étude afin d’en
faire une nouvelle communauté pilote. Omuthiya constituency se situe en zone semi-aride. Les agriculteurs
exploitent un milieu écologique risqué, marqué par une pluviométrie faible et très variable, ainsi que des sols
globalement sableux et pauvres. Dans cet environnement, les paysans ont développé des modes de production
essentiellement tournés vers l’élevage bovin. L’agriculture est principalement destinée à l’autoconsommation.
Les systèmes d’élevage rencontrés dans la zone d’étude se différencient principalement selon la nécessité et la
possibilité d’effectuer des migrations saisonnières avec le troupeau vers une zone réservée au pâturage. Les
systèmes de culture se déclinent quant à eux selon la diversité des terroirs au sein des exploitations. Les modes
actuels d’exploitation du milieu sont fortement remis en cause par l’augmentation des densités de population, qui
entraîne une sur-exploitation des ressources pastorales et la séparation progressive des relations entre
l’agriculture et l’élevage. Cependant, les paysans n’ont pas tous les mêmes moyens de réagir face à ces nouvelles
conditions de peuplement. La diversité des paysans a été appréhendée au travers d’une typologie basée sur deux
critères : l’accès à un revenu extérieur, la nature et la taille du troupeau. Une vision en terme de trajectoires
économiques a permis de comprendre les stratégies paysannes et d’analyser la flexibilité de chaque système de
production. Les recommandations faites sont orientées vers deux objectifs : la monétarisation du secteur agricole
d’une part, la gestion durable des ressources naturelles d’autre part. Elles tentent d’intégrer à la fois des outils de
gestion collective ainsi que des conseils propres à chaque type d’exploitant.

MOTS CLES : Namibie, Omuthiya, parc national d’Etosha, diagnostic agraire.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1. Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.1. Echelle régionale – diagnostic de systèmes agraires

Cote documentation CNEARC : 4° 14302

- 31 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

LEVEAU Antoine

La filière bois d'œuvre dans le Menabe.

Mémoire ESAT 1-DIAT MADAGASCAR, Menabe

INSTITUTION ASSOCIEE
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD)

Encadrants : Bertrand WYBRECHT (CNEARC/GRET), Eléonore BECHAUD (coopération française),


Pierre MONTAGNE (CIRAD)

RESUME

Le Menabe, au sein de la province de Tuléar (République de Madagascar), est une région enclavée de la côte
Ouest possédant d'importants massifs de forêts primaires tropicales sèches. Son exploitation par les habitants de
la région couvre de multiples besoins, dont la production de bois d'oeuvre pour assurer les besoins locaux en
matériaux de construction.
L'Arofy, ( Cammiphora sp -BURSERACEAE) est ainsi destiné à cet usage, pour une valorisation limitée du fait
du faible pouvoir d'achat des consommateurs. Les essences plus précieuses étant destinées à une valorisation
accrue sur les marchés nationaux et internationaux.
La fragilité écologique de cet écosystème face à l'exploitation de la ressource nécessite une politique de
gestion durable conduite par l'Etat, afin de conserver la ressource tout en lui permettant de jouer son rôle dans le
développement économique de la région. Mais les ressources limitées dont l'Etat dispose, et l'inadaptation du
dispositif réglementaire ne lui permette pas d'assumer pleinement la gestion des forêts de la région.
La mise en place de modes d'exploitations illégaux contournant les règles d'exploitations et les dispositifs de
recouvrement fiscaux, fausse la concurrence et la confiance entre les différents acteurs, et freine le
développement économique de la filière, de même qu'une meilleure valorisation de ses produits. L'exploitation non
mécanisée qui en est faite, et la pratique de l'écrémage limite néanmoins la pression sur la ressource, et empêche
à court terme une valorisation de la forêt comme terre d'agriculture et d'élevage, principal facteur de déforestation
dans la région.

MOTS CLES : Madagascar, bois d'œuvre, fiscalité, filière.

AXE DE RECHERCHE : II. GESTION DES RESSOURCES NATURELLES


2.2. Gestion de la forêt et des ressources en bois, extractivisme

Cote documentation CNEARC : 4° 14305

- 32 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

MAC ALEESE Juliette, RENOU Cécile

Pesillo, une communauté en amont du bassin versant de la Chimba (Nord de


l'Equateur)
Vers une intensification de l'élevage bovin laitier : quels enjeux autour de l'accès à l'eau??

Mémoire ESAT 1-DIAT EQUATEUR, Cayambe

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• DEUTSCHE GESELLSCHAFT FÜR TECHNISCHE ZUSAMMENARBEIT (GTZ)
• INSTITUTO ECUATORIANO DE DESARROLLO COMUNITARIO AGRICOLA (IEDECA)
Encadrants : Elisabeth RASSE-MERCAT (CNEARC), Sarah METAIS (PROMACH, GTZ)

RESUME

Cette étude répond à une commande dont l’objectif était de définir les formes d’accès et d’usage des moyens
de production et d’identifier les différentes situations d’agriculteurs existant sur l’ensemble des communautés du
bassin-versant de la rivière La Chimba (nord du canton de Cayambe, Pichincha, Equateur). Après négociation de
la commande initiale avec les institutions comanditaires (GTZ, IEDECA), nous nous sommes finalement centrées
sur l’étude d’une seule communauté, Pesillo, en amont du bassin versant. Un diagnostic agraire sur cette
communauté a permis de comprendre comment les agriculteurs ont eu accès à l’eau et à la terre et exploitent ces
ressources. Dans le contexte de développement du pôle urbain de Cayambe, des tendances d’évolution
perceptibles sur les types d’exploitations agricoles ont été mises en évidence. Du fait notamment de la croissance
des entreprises de floriculture, les offres d’emploi se multiplient à Cayambe. Il s’agit donc de savoir par cette étude
quel est l’impact de cette demande de main d’œuvre en ville sur l’agriculture et l’économie paysannes. Par ailleurs,
ces entreprises concentrent l’accès à la terre et à l’eau en aval du bassin versant. Cette étude s’intègre donc dans
un projet de gestion concertée des ressources naturelles à l’échelle du bassin-versant.
Nous avons donc étudié par des enquêtes auprès des agriculteurs de Pesillo leurs choix de combinaisons de
productions et leur raison d’être. Nous avons mis en rapport ces stratégies de mise en valeur du milieu avec un
zonage agro-écologique et les avions reliées aux accès différenciés aux moyens de production terre et eau au
cours de l’histoire de la communauté. De manière générale, l’accès à l’eau est déterminant pour la mise en valeur
agricole du milieu. Les agriculteurs cultivent ainsi majoritairement de l’orge dans les parties sèches, et de la
pomme de terre, de l’oignon et des pâturages pour l’élevage bovin laitier dans les parties irriguées. La tendance
actuelle est au développement et à l’intensification à la surface de l’élevage bovin laitier (irrigation par aspersion).
Cependant, cette possibilité n’est pas offerte à tous les agriculteurs. En effet, à un extrême, des petits agriculteurs
sans accès à l’eau, cultivent de l’orge et produisent du lait, avec une faible productivité de la terre, et sont
dépendants d’un revenu extérieur pour leur survie. A l’autre extrême, nous avons identifié des petites exploitations
patronales, irriguant toutes leurs surfaces exploitées par aspersion, pour de l’élevage laitier et des cultures de
rente d’oignon et de pomme de terre, productions à haute valeur ajoutée par unité de surface.
Au vu des performances technico-économiques de l’élevage laitier réalisées sur certaines exploitations, il est
intéressant d’offrir la possibilité aux agriculteurs de s’orienter vers cette activité ou de l’intensifier à la surface,
notamment en développant l’accès à l’irrigation par aspersion. Cependant, face à la diversité des agriculteurs
rencontrée, cette alternative passe par des propositions adaptées à chaque type.

MOTS CLES : Andes équatoriennes, bassin versant, communauté, gestion de l’eau, irrigation,
élevage bovin laitier, oignon, pomme de terre, intensification, floriculture.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1.Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.2. Echelle locale – diagnostic d'agroécosystèmes villageois

Cote documentation CNEARC : 4° 14360

- 33 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

NGONGAR NGAMBOR Jacob

Fonctionnement et évolution d'une organisation de producteurs en relation avec les


systèmes d'élevage de ses adhérents.

Cas de la SICA TELDIS, Bovins viande, Parthenay, Deux-Sèvres, France.

Mémoire ESAT 1-DIAT FRANCE, Deux-Sèvres

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• AFDI POITOU-CHARENTES
• TELDIS
Encadrants : Joël TARAUD (CNEARC), Francis JOULIN (AFDI-Poitou Charentes)

RESUME

TELDIS Elevage est un groupement de producteurs de bovins viande créé en 1988. Il a son siége dans les
Deux-Sèvres, un des quatre départements de la Région Poitou-Charentes. Il compte aujourd'hui 800 adhérents.
L'objectif de ce groupement est d'organiser la commercialisation, le suivi technique et administratif de la production
bovine de ses adhérents en vue de leur permettre de gagner un revenu nécessaire à l'amélioration de leur niveau
de vie.
L'étude a permis d'identifier et de caractériser différents systèmes de production de viande bovine et types
d'animaux produits dans les exploitations qui sont situées dans des petites régions agricoles possédant des
caractéristiques bien marquées (Bocage, Gâtine, Plaines).
Les éleveurs des zones de plaine cultivent et utilisent beaucoup le maïs ensilage pour nourrir leurs animaux,
tandis que ceux des zones de Bocage et de Gâtine en plus du foin et de l'ensilage d'herbe exploitent beaucoup
l'herbe des prairies naturelles.

La crise, due à la maladie de « la vache folle », qui frappe le secteur de la viande bovine n'a pas épargné
TELDIS Elevage. Elle a fragilisé les activités de la structure. Les retombées de cette fragilisation sont la baisse des
animaux commercialisés, la baisse du chiffre d'affaire de l'entreprise et du revenu des exploitants.

Les stratégies envisagées par TELDIS et ses adhérents pour pallier les conséquences de la crise portent sur la
mise en place et le respect de cahiers des charges des systèmes d'alimentation beaucoup plus axés sur la
valorisation des pâturages naturels.

MOTS CLES : Deux-Sèvres, Systèmes d'élevage, Organisation de producteurs.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.3. Productions animales et systèmes d’élevage
1.3.1. Analyse de pratiques zootechniques

Cote documentation CNEARC : 4° 14361

- 34 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

OKA YAO Raphaël

Analyse des itinéraires de formation professionnelle d’agriculteurs, dans les monts du


Forez.

Mémoire ESAT 1-DIAT FRANCE, Monts du Forez

INSTITUTION ASSOCIEE
• ESPACE LIGNON FOREZ -BOËN
Encadrants : Marie-Laure CHAIX (ENESAD), René CHOUVELLON (Espace Lignon –Boën)

RESUME

Pendant quarante ans (1960- 2000), la commune de Sauvain a connu un développement agricole
spectaculaire: d'une agriculture peu mécanisée et peu intégrée à l'économie de marché, cette commune est
passée à une agriculture fortement mécanisée, marchande et avec une concentration de capital de plus en plus
grande. Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène: le désir de promotion sociale et la volonté des agriculteurs
de se prendre eux-mêmes en charge conjugués à l'effort de l'Etat de promouvoir une agriculture familiale moderne
par la mise en place de mesures incitatives et réglementaires pour l'exercice du métier d'agriculteur; mais surtout
par la mise en place d'un cadre politique permettant la circulation des biens, des hommes et des informations que
le dispositif de formation a accélérée. Cependant s'il apparaît que l'enseignement agricole a été à la fois un outil de
mise en place et d'accompagnement des politiques agricoles, cette mission a été complétée efficacement par des
actions de vulgarisation, en particulier celles des CETA, par les savoirs professionnels acquis lors des expériences
salariées ou familiales ou encore dans les voyages d'études et stages de perfectionnement. En outre, grâce à une
formation générale fondée sur les réalités locales, les agriculteurs ont su s'adapter aux différents changements en
fonction de leur milieu soit par "tâtonnement", soit par construction à partir d'expérimentation et d'observation
(qualité acquise en pratiquant le métier d’agriculteur).
Au totaI, il n'y a pas que l'école agricole, mais c'est tout un dispositif de formation professionnelle agricole qui,
en s'appuyant sur son environnement a permis aux agriculteurs de s'adapter; ce dispositif s'étend de
l'apprentissage familial à l'école agricole en passant par le cadre professionnel et/ou de l'expérience salariée, les
médias, chacun des lieux d'apprentissage étant valorisé selon les besoins de l’agriculteur.
Cette étude va au-delà de la simple connaissance et compréhension du dispositif de formation local pour
proposer quelques éléments de réflexions, en particulier la mise en place d'un dispositif d'ingénierie de formation à
même de répondre plate-forme éducative en Côte d'Ivoire.

MOTS CLES : Monts du Forez, formation professionnelle, plate-forme éducative ivoirienne.

AXE DE RECHERCHE : III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL


3.3. Formation, vulgarisation, conseil de gestion
3.3.2. Analyse des dispositifs de formation

Cote documentation CNEARC : 4° 14424

- 35 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

OLIVIER Dominique

Analyse de l’adoption du système de culture avec semis direct sous couverture


végétale au lac Alaotra, à Madagascar

Mémoire ESAT 1-DIAT MADAGASCAR, Alaotra

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD-CULTURES ANNUELLES)
• TANY SY FANPANDROSOANA (TAFA)
Encadrants : Philippe JOUVE (CNEARC), Hubert CHARPENTIER

RESUME

Dans les années 90, le semis direct sur couverture végétale (SDCV) a été introduit au lac Alaotra, à
Madagascar. Ces techniques consistent à ne pas travailler le sol avant le semis (semis direct) et à laisser en
permanence une couverture végétale morte ou vivante sur le sol. L'enjeu de ces techniques pour le lac est l'arrêt
de l'érosion des sols qui prend des proportions alarmantes, et l'augmentation des rendements avec amélioration
de la fertilité. Nous avons d’abord étudié la région du lac dans son ensemble avec les différentes situations
agricoles qui la composent. Puis nous sommes descendus à l’échelle du village où nous avons identifié plusieurs
terroirs avec des caractéristiques bien précises. Enfin ce village était composé de différentes exploitations dont
nous avons décrit le fonctionnement. A chaque changement d’échelle, le SDCV a été replacé et analysé de façon
à faire apparaître les conditions de son adoption par les paysans.

Nous avons également montré que la mise au point par la recherche scientifique de systèmes, même très
performants, ne veut pas dire que la diffusion de ces systèmes chez les paysans se fera automatiquement : en
effet les recensements montrent un faible nombre d'adoptants et des surfaces modestes. L'analyse du système de
vulgarisation installé au lac permet d'en comprendre les raisons. Mais il existe également des raisons à rechercher
au niveau de l'organisation du village et des systèmes agraires (intégration agriculture/élevage, changement de
système de production). Néanmoins, les freins à l'adoption ne viennent pas des paysans mais bien du système de
vulgarisation.

MOTS CLES : Madagascar, Semis direct sur couverture végétale, lac Alaotra, diffusion,
conditions d’adoption.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.2. Cultures et systèmes de cultures
1.2.1. Analyse des pratiques culturales et en particulier de gestion de la fertilité

Cote documentation CNEARC : 4° 14066

- 36 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

PEDERSEN Lotte

Typologie d'acteurs ruraux en zone riveraine de la réserve de la Pendjani (Bénin).

Mémoire ESAT 1-DIAT BENIN

INSTITUTION ASSOCIEE
• DEUTSCHE GESELLSCHAFT FÜR TECHNISCHE ZUSAMMENARBEIT (GTZ)
Encadrant : Pascale MOITY-MAIZI (CNEARC)

RESUME

La Réserve de Biosphère de la Pendjari fait partie d'un grand complexe d'aires protégées situé dans une région
frontalière entre le Bénin, le Burkina Faso et le Niger. La création de cette zone protégée, et le transfert de
population que cela implique, ont été effectués en l'absence de mesures d'accompagnement visant à promouvoir
l'intensification de la production agricole, afin que soient assurés ainsi à long terme l'alimentation et le revenu des
habitants riverains. Le sol est en grande partie épuisé en raison de sa surexploitation et les paysans demandent
l'extension de la zone de cultures sur la zone cynégétique.
Le Projet Pendjari vise une protection efficace des ressources naturelles de la réserve de la Pendjari et de ses
zones tampons, avec la participation des populations riveraines. C'est dans le souci de mieux connaître les réalités
agricoles des populations de cette zone que cette étude de 4 mois a été réalisée. L'étude, basée sur des
entretiens semi-directifs auprès de 110 paysans, a abouti à des typologies des acteurs ruraux, par rapport à leurs
moyens de production, leurs objectifs, et leurs stratégies.
Les systèmes de production de la zone diffèrent selon le capital et les moyens de production disponibles des
exploitations agricoles. Trois grands types d'exploitation ont été identifiés : i) les exploitations se trouvant dans une
logique d'accumulation et possédant les moyens à la hauteur de leurs projets ; ii) les exploitations se trouvant dans
une logique d'autosubsistance et dépendant des exploitations possédant la culture attelée ; iii) les exploitations se
trouvant dans des situations difficiles et ne pouvant pas satisfaire leurs besoins.
L'accès à des cultures de rente et à la culture attelée est déterminant pour garantir la subsistance et permettre,
voire améliorer la situation économique des exploitations. Des conditions socio- économiques viables sont
nécessaires pour éviter que les jeunes ne partent et donc pour une évolution des pratiques agricoles. Pour les
exploitations se trouvant dans une situation précaire, la production agricole reste une production de subsistance.
La survie de ces exploitations dépend de l’amélioration des pratiques culturales et d'une diversification des
activités rémunératrices. Pour les exploitations très limitées en moyens de production, la subsistance de la famille
n'est plus assurée par la production agricole. Les revenus migratoires des jeunes de ces exploitations semblent
mal ou peu réinvestis dans l'exploitation, ce qui laisse penser qu'ici les migrations sont de plus en plus des
stratégies de sortie de l'agriculture.
Le Projet Pendjari, par les activités de la Cellule d'Action Villageoise, s'adresse à tous les types d'exploitation
agricole, mais avec un appui privilégié aux riches et moyennement riches. Les exploitations les plus pauvres, en
raison de leur manque de moyens et de main d'œuvre pour s'engager dans des projets individuels ou collectifs, ne
bénéficient guère de l'appui du projet.

MOTS CLES : Accès foncier, culture attelée, culture de rente, gestion de la fertilité, zone
tampon.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1. Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.3. Echelle exploitation – diagnostic, typologie de systèmes de production et
systèmes d'activité

Cote documentation CNEARC : cf M. Dosso

- 37 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

PENOT Matthieu

Étude diagnostic des systèmes de production sur le périmètre rizicole de Ban


Saphang.

Rapport préalable à l’étude de faisabilité du projet de construction d’un réseau d’irrigation.

Mémoire ESAT 1-DIAT LAOS

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• AGENCE FRANÇAISE DE DEVELOPPEMENT
• ECOLE NATIONALE DU GENIE DE L’EAU ET DE L’ENVIRONNEMENT DE STRASBOURG
Encadrant :Elisabeth RASSE-MERCAT (CNEARC)

RESUME

Les systèmes de production agricoles du village de Ban Saphang dont le finage constitue la zone d’étude sont
basés sur une unique production végétale de saison des pluies : le riz. Les quantités produites conditionnent en
grande partie les possibilités d’accumulation des familles.
Après une première phase de l’histoire agraire du village où la répartition des terres fertiles s’est faite de
manière équitable et a permis aux familles d’atteindre l’autosuffisance en riz, un déséquilibre s’est constitué au
cours des années 1970. Celui-ci est dû à une diminution des surfaces forestières et du nombre de bêtes qui ont
réduit les transferts de fertilité possibles. Une différentiation entre les exploitations cultivant des terres inondables,
bénéficiant d’un entretien de la fertilité naturel, et celles sur les terres exondées est apparue. Dans cette situation,
les agriculteurs les plus défavorisés ont recours à des activités extra-agricoles en saison sèche pour compléter le
revenu issu de la riziculture. Si elle était introduite dans la zone, l’irrigation de saison sèche entrerait en
compétition avec ces activités. L’intérêt pour les agriculteurs d’adopter un second cycle de culture en saison sèche
est très variable : il dépend pour chaque exploitation des performances attendues de la riziculture irriguée
comparée à celle des systèmes d’activités en place. Des risques et des contraintes apparaîtraient de surcroît, qui
handicaperaient les agriculteurs souhaitant tirer profit de l’irrigation et limiteraient la rentabilité de la riziculture
irriguée. Des recommandations peuvent être formulées : elles visent à favoriser l’accès aux moyens de production
et à maintenir un bon niveau de performances associées à l’irrigation de saison sèche.

MOTS CLES : Laos, diagnostic agraire, riz, irrigation, fertilité des sols.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1. Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.2. Echelle locale – diagnostic d’agroécosystèmes villageois

Cote documentation CNEARC : cf. E. Rasse-Mercat

- 38 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

PLAZA Christine

Situation de l’agriculture familiale dans un contexte de conservation des ressources


naturelles : cas du Municipe de Barro do Turvo, vale do Ribeira, Etat de São Paulo,
Brésil.

Mémoire ESAT 1-DIAT BRESIL, São Paulo

INSTITUTION ASSOCIEE
• PROGRAMA DA TERRA (PROTER)
Encadrants : Sébastien BAINVILLE (CNEARC), Armin DEITENBACH (PROTER)

RESUME

Dans la vallée du Ribeira, dernière frontière agricole de l’Etat de São Paulo (Brésil), se trouve la plus grande
surface rémanescente continue de forêt Atlantique (Mata Atlântica). Pour la préserver, de nombreuses Unités de
Conservation ont été implantées, et leur réglementation impose de fortes restrictions sur l'exploitation du milieu.
Une grande partie du municipe de Barra do Turvo, zone d'étude, est englobée par le parc régional de Jacupiranga
dont la législation prohibe l'exploitation de la forêt. Le système de culture basé sur la défriche-brûlis, caractérisé
par l'alternance de courtes périodes de culture et de longue période de friche, est alors remis en cause: la fertilité
n'est pas reproduite, et l'envahissement par les adventices est toujours plus fort. De fait, les petits agriculteurs
familiaux pratiquant ce système n'arrivent plus à subvenir à leurs besoins. A l'opposé, les agriculteurs ayant
développé l'élevage bovin ne sont pas pénalisés par cette législation.
Pour infléchir les tendances actuelles, à savoir une dégradation du milieu et de fortes inégalités sociales, des
alternatives telles que les systèmes agroforestiers, l'intégration agriculture-élevage, ou encore le développement
du maraîchage et de la fruticulture sont proposées. Ces dernières, qui permettraient un développement durable du
municipe, supposent une organisation des producteurs d'une part, et des remises en causes d’ordre politique
(réforme agraire, lignes de crédit, assouplissement des normes environnementales...) d'autre part.

MOTS CLES : Brésil, développement durable, Mata Atlantica, défriche-brûlis.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1. Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.1. Echelle régionale – diagnostic de systèmes agraires

Cote documentation CNEARC : 4° 14395

- 39 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

PODLEJSKI Alexandra

Evaluation des dynamiques d’évolution des agriculteurs et des systèmes de


production qu’ils mettent en œuvre dans le périmètre irrigué d’Urcuqui San Blas :
adhésion, intérêt et adaptation du projet VALOR.

Mémoire ESAT 1-DIAT EQUATEUR, Urcuqui

INSTITUTION ASSOCIEE
• CENTRE INTERNATIONAL DE COOPERATION POUR LE DEVELOPPEMENT AGRICOLE (CICDA)
Encadrants : Elisabeth RASSE-MERCAT (CNEARC), Diego CABEZAS (CICDA)

RESUME

Urcuquí est un village situé dans la zone tempérée des Andes équatoriennes. Le CICDA est présent sur la
zone depuis 1994, il a fait suite à l’ORSTOM qui menait des études sur les systèmes irrigués anciens dans les
Andes et notamment sur le périmètre irrigué d’Urcuquí-San Blas. La première intervention du CICDA s’est portée
sur la réhabilitation du système d’irrigation de ce périmètre. Le projet s’est révélé être une réussite : des
négociations sur la réorganisation de la gestion de l’eau ont permis une nouvelle répartition de cette ressource,
cette fois-ci, équitable.
A ce terme le CICDA propose un nouvel axe d’orientation pour un second projet sur le périmètre. L’irrigation
étant équitablement pratiquée, il a alors proposé de valoriser cette précieuse ressource en eau. Ainsi le projet
VALOR se construit autour d’un appui à la production pour les systèmes de culture sous irrigation, ceci en
proposant l’organisation des producteurs en associations qui permettent notamment un accès aux crédits. Les
financements sont trouvés auprès du FECD (Fond Equatoriano-Canadien de Développement), avec lui sont
décidées les modalités des actions : les lignes de crédits sont proposées pour certaines productions végétales
considérées à haute valeur ajoutée ce qui suggère une diversification des cultures dans une zone essentiellement
productrice de maïs et de haricot. Par ailleurs, il est également proposé un accès au crédit pour les productions
hors sol de cochons d’inde et de poulets ce qui pourrait représenter une solution, pour des agriculteurs sur une
zone ou la pression foncière est forte.
La première phase du projet qui s'est étendue sur une grande partie du Canton d’Urcuquí, arrive à son terme et
une évaluation sur le terrain s’impose. Cette étude a pour objectif d'évaluer l'évolution des systèmes de production
depuis 1995 et d'évaluer l'impact et les intérêts du projet.
L’agriculture de cette zone s'est diversifiée au niveau des systèmes de culture essentiellement. Les producteurs
qui mettent en œuvre les cultures nouvelles sont, pour la grande majorité, associés au projet et bénéficient d’un
crédit, cependant ils ne représentent que 13 % des usagers du canal d’irrigation…A partir de ce constat, cette
étude montre ce qu’implique la mise en œuvre de tels systèmes de culture en terme de prise de risque,
d’investissement en capital et en main d’œuvre. Cette analyse, conjuguée à la caractérisation des exploitants et de
leurs systèmes de production, montre que le projet se destine en réalité aux agriculteurs les mieux équipés et
cultivant les plus grandes surfaces. Une grande proportion (85%) de petits producteurs cultivant moins de 1
hectare n’adhèrent pas au projet. Ceux-là sont essentiellement orientés vers la double-activité (agricole et extra-
agricole), dépendant du revenu extra-agricole, ils sont dans une logique d’exploitation tournée vers la maximisation
de la sécurité alimentaire. Si les productions à haute valeur ajoutée s'avèrent intéressantes comment toucher les
petites exploitations ?

MOTS CLES : Andes équatoriennes, périmètre irrigué, pression foncière, diagnostic des
systèmes de production, crédits, cultures irriguées.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1. Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.1. Echelle régionale – diagnostic de systèmes agraires

Cote documentation CNEARC : 4° 14337

- 40 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

SENE Jean-Baptiste

Sustainable or not sustainable ? Histoire de l'évolution agraire d'une petite région de


bananiculture intensive dans la Mata Atlântica (Etat de São Paulo, Brésil) à la
recherche de son développement durable.

Mémoire ESAT 1-DIAT BRESIL, São Paulo

INSTITUTION ASSOCIEE
• PROGRAMA DA TERRA (PROTER)
Encadrant : Sébastien BAINVILLE (CNEARC)

RESUME

Entre les politiques agricoles orientées vers l'exploitation, et les politiques environnementales de préservation à
tout prix des ressources naturelles, le Vale do Ribeira, dernier bastion de la Mata Atlântica au Brésil n'a
décidément pas encore trouvé (retrouvé?) sa voie vers le développement durable. Dans la région de bananiculture
intensive du Vale do Ribeiro, l'étude de cas de la petite région de Vista Grande et de ses environs, dont les
résultats sont présentés ici, montre que l'évolution du système agraire, même si elle a contribué à améliorer
l'Indice de Développement Humain (IDH) de la région, n'a pas forcément placé l'écosystème dans une réelle
dynamique de développement durable. Certains éléments portent même à croire qu'on s'en éloigne. En effet, le
système agraire traditionnel, qui était de type abattis/brûlis, permettait la reproduction du milieu physique, tout
autant que la reproduction sociale des agriculteurs, sans antagonisme de l'un par rapport à l'autre. Depuis que ce
système est entré en crise, l'héritage colonial, combiné aux politiques agricoles notamment environnementales, ont
eu pour conséquence l'exclusion toujours plus importante de la petite paysannerie. Comment permettre un
développement harmonieux de la population du Vale do Ribeira, la plus pauvre de l'État de São Paulo et l'une des
plus pauvres du Brésil, tout en prenant en compte les exigences actuelles de préservation environnementales ?
C'est à cette réflexion que nous invitons le lecteur, après l'analyse de la situation actuelle et de son évolution.

MOTS CLES : Politiques agricoles, développement durable, système agraire, bananiculture


intensive, vale do ribeira, Mata Atlântica, Brésil.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1. Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.1. Echelle régionale – diagnostic de systèmes agraires

Cote documentation CNEARC : cf S. Bainville

- 41 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

TALEM Xavier

Typologie des systèmes de production du périmètre irrigué du Bras de Cilaos à la


Réunion.

Mémoire ESAT 1-DIAT La Réunion, Cilaos

INSTITUTION ASSOCIEE
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD –REUNION)

Encadrants : Daniel RENAULT (CNEARC), Jean-Louis Fusillier (CIRAD- Réunion)

RESUME

La mise en eau du périmètre irrigué du Bras de Cilaos a contribué en partie à enrayer l’affaiblissement de la
production de canne à sucre constaté à la Réunion grâce à l’intensification des systèmes de culture canniers et à
favoriser la diversification vers le maraîchage, l’arboriculture ou l’élevage.
La typologie des systèmes de production du périmètre irrigué du Bras de Cilaos avait pour but de connaître les
stratégies des agriculteurs et d’estimer le rôle de l’eau d’irrigation dans la constitution de leurs revenus.
L’augmentation des revenus dégagés par les systèmes canniers s’acquiert par l'accroissement de la surface
cultivée et par l’embauche de coupeurs ou le recours à la coupe mécanique. Les systèmes de production
diversifiés permettent aux exploitants de mieux valoriser leur temps de travail familial en utilisant leur main d’œuvre
sur l’ensemble de l’année. Les revenus obtenus s’en voient confortés et permettent à ces agriculteurs d’acquérir
du foncier. Après l’éclatement des domaines sucriers et la réussite de la réforme foncière, le périmètre irrigué du
Bras de Cilaos est maintenant entré dans une phase de concentration des exploitations. La généralisation de la
mécanisation de la coupe de la canne à sucre devrait amplifier ce phénomène qui s’accompagnera d’une
diminution du nombre d’actifs employés par l’agriculture. Cette stratégie d’extension des exploitations se voit en
partie contrariée par la pression foncière accrue causée par l’urbanisation croissante. En effet, le périmètre est
particulièrement affecté par la tendance à l’urbanisation des zones littorales et donc la réduction des surfaces
agricole.
Les exploitations présentes sur le périmètre sont soumises à la sécheresse et l’irrigation répond à un besoin
réel des agriculteurs. L’artificialisation du milieu autorise la mise en exploitation de zones jusqu’alors jugées
impropres à la culture. Des zones à faible potentiel agricole se révèlent à fort potentiel cannier grâce à l’irrigation,
aux aménagements fonciers et à la protection apportée par le classement en zone agricole stricte. Pour la canne à
sucre, la charge en eau d’irrigation qui représente en moyenne 10% du produit brut est plus importante que celle
de tous les intrants. Toutefois, les irrigants enquêtés du Bras de Cilaos cherchent surtout à sécuriser leurs
rendements, quitte à surconsommer l’eau d’irrigation.

MOTS CLES : Réunion, Irrigation, Systèmes de production, Systèmes de culture, Canne à


sucre, Saccharum.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1. Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.3. Echelle exploitation – diagnostic, typologie de systèmes de production et
systèmes d'activité

Cote documentation CNEARC : 4° 14317

- 42 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

TARRISSE Sandrine

Dynamiques des systèmes de production agricole en zone cacoyère proche de


Yaoundé.

Le cas du village d'Abondo, département de la Méfou et Afamba, Cameroun.

Mémoire ESAT 1-DIAT CAMEROUN, Yaoundé

INSTITUTION ASSOCIEE
• INTERNATIONAL CENTRE FOR RESEARCH IN AGROFORESTRY (ICRAF)
Encadrants : Isabelle TOUZARD (CNEARC), Anne DEGRANDE (ICRAF)

RESUME

La forêt tropicale du Centre Cameroun est largement défrichée et colonisée par les planteurs de cacao. Le
cacao, culture de rente est la principale source de revenus des producteurs. Cependant, après la crise du cacao
qui commença en 1985, les paysans ont davantage développé les cultures vivrières destinées à la vente sous
l’influence de la demande urbaine croissante. Malgré cette dynamique vivrière, les revenus des paysans baissent.
De plus, l’augmentation de la densité de population, couplée à une exploitation minière des terres, rendent la
production de vivres difficile et aléatoire et les systèmes de production tels qu’ils sont pratiqués actuellement non
durables.

L’ICRAF assure la promotion d’arbres fruitiers locaux qui, selon ses chercheurs, serait un moyen de pallier à
ces problèmes. Après une enquête menée dans un village de la zone de transition péri-urbaine de Yaoundé, nous
avons vu que cette introduction ne représentait pas une priorité pour les paysans.
L’absence d’apport d’engrais, faute de trésorerie suffisante en début de campagne agricole, met en péril
l’agriculture de la zone. La mise en place d’un système de micro-crédit, pour l’instant inexistant, semble nécessaire
afin de permettre aux producteurs de sécuriser leurs rendements et donc leurs revenus.

MOTS CLES : Centre-Cameroun, Yaoundé, cacao, maraîchage, arbres fruitiers locaux,


systèmes de production.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1. Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.3. Echelle exploitation – diagnostic, typologie de systèmes de production et
systèmes d’activité

Cote documentation CNEARC : 4° 14410

- 43 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

VAUGOYEAU Natacha

Le bambou : une opportunité économique pour les paysans de Phu An.

Mémoire ESAT 1-DIAT VIETNAM

INSTITUTION ASSOCIEE
• UNIVERSITE DE SCIENCES NATURELLES DE HO CHI MINH VILLE
Encadrants : Michel TALLEC (CNEARC), Diep Thi My Hanh (Université des sciences naturelles de
Ho Chi Minh ville)

RESUME

Le Vietnam est un pays rural, dans lequel l’économie qui se libéralise est très dépendante de l’agriculture et où
l’amélioration du revenu agricole passe par la diversification des exploitations et le développement de certaines
productions. Notamment, le bambou, omniprésent au Vietnam, est une plante dont la culture et la transformation
peuvent jouer un rôle important dans l’économie des familles rurales.
La présente étude permet d’appréhender la culture du bambou comme étant créatrice d’une valeur ajoutée,
permettant l’augmentation du revenu familial en milieu rural, au même titre que les revenus dégagés par d’autres
activités agricoles et extra agricoles. Elle a été réalisée, en collaboration avec l’université des sciences naturelles
de Ho Chi Minh Ville, dans une commune du sud du Vietnam, Phu An. Nous avons analysé l’organisation de
l’espace, les évolutions de l’organisation sociale et de la mise en valeur du territoire, les stratégies des
agriculteurs, pour finalement étudier la place qu’occupe le bambou dans l’économie familiale.
La majorité du territoire de Phu An est occupée par des rizières. L’espace d’habitation, délimité par des haies de
bambou, est mis en valeur par la plantation d’arbres fruitiers, l’élevage de bovins, de porcs et de volailles et la
fabrication de galettes de riz. La culture du bambou a pris de l’importance dans la fin des années 90 alors que les
agriculteurs décidaient d’abandonner l’anacardier qui a connu un grand développement dans les années 80.
L’entretien des plantations de bambou demande peu de travail et se résume à une fertilisation à base d’engrais
azotés et de résidus de la plantation. Le rendement des plantations est fonction de la fertilisation apportée, l’âge et
la densité de la plantation. L’analyse des données collectées par enquêtes et entretiens montre que la fertilisation
chimique a un effet direct sur le rendement des plantations. Les chaumes sont principalement destinés à la vente
et sont utilisés, en particulier, pour la construction d’habitations dans le delta du Mékong.
Les ventes de bambou constituent actuellement un revenu appréciable pour les habitants de Phu An. En effet, la
situation du marché rizicole a très récemment poussé les agriculteurs à abandonner la riziculture et l’économie du
village qui avait toujours été basée sur la production de paddy repose aujourd’hui sur une grande diversité de
productions agricoles et extra-agricoles. Les revenus issus du travail ouvrier à l’extérieur de la commune prennent
de plus en plus d’importance dans la constitution du revenu familial. Dans un tel contexte, la culture du bambou,
même sur de petites surfaces peut représenter une part importante dans la création de la valeur ajoutée agricole.

MOTS CLES : Vietnam, culture du bambou, stratégies des agriculteurs.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1. Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.2. Echelle locale : diagnostic d’agroécosystèmes villageois

Cote documentation CNEARC : 4° 14411

- 44 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

VAYSSIERES Jonathan

Diagnostic de fonctionnement des exploitations agricoles issues de la réforme


agraire : le cas de la Région nord-ouest de l’île de São Tomé.

Mémoire ESAT 1-DIAT SAO TOME

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD)-TERA
• CENTRO DE INVESTIGAÇÃO AGRONOMICA E TECNOLOGICA
Encadrant : Michel TALLEC (CNEARC)

RESUME

C’est dans un contexte de crise cacaoyère et face à des problèmes d’autosuffisance alimentaire qu’une réforme
foncière est intervenue à São Tomé et Prìncipe à partir du début des années 1990. La redistribution des terres a
considérablement modifié la structure de l’agriculture sur l’archipel, elle a conduit à l’émergence d’une petite
agriculture familiale. Cette étude a été réalisée pour mieux identifier les besoins réels des agriculteurs huit ans
après la distribution des terres, elle est basée sur un diagnostic du fonctionnement des EAF. Un échantillonnage
raisonné nous a conduit à enquêter plus d’un quart des 230 exploitations de la zone d’étude.
Les résultats de ce diagnostic de fonctionnement proposent une typologie comprenant 6 types de
fonctionnement principaux constituant la base d’une série de pistes de réflexion sur les perspectives de
développement agricole à São. Tout d’abord, la culture de champ sur défriche de par son importance dans le
fonctionnement des exploitations agricoles familiales de la zone d’étude, représente un réel risque pour les sols et
le milieu plus globalement (déforestation, érosion, incendies répétitifs). La durabilité de ces systèmes de culture est
compromise car à très court terme, la reproduction de la fertilité des terres ne pourra plus être assurée. Aujourd’hui
il s’avère que les chefs d’exploitation maîtrisent parfaitement leur outil de production. En effet, ils adoptent des
stratégies construites du type diversification de leurs activités par rapport à la culture pure initiale du cacao. Ils
cherchent aussi à limiter le plus possible les intermédiaires dans l’élaboration et la commercialisation de leurs
produits. Par ailleurs, la réforme foncière a permis de multiplier par deux le revenu des agriculteurs par rapport au
salaire d’un ouvrier agricole. D’autre part, cette étude conforte globalement le travail du CIAT puisque leur
typologie d’activités est tout à fait comparable à celle obtenue par une étude approfondie du fonctionnement des
exploitations agricoles. Mais ce travail a aussi mis en évidence des biais importants dus au mode
d’échantillonnage. En particulier, l’influence du cacao est surévaluée dans le fonctionnement des exploitations
agricoles. Enfin cette étude apporte aussi quelques éléments de réponses au sujet des difficultés que rencontrent
les institutions de développement. Les élevages de type divagants sont fortement productifs en terme de travail, il
est donc difficile de lutter contre ce mode de conduite même s’il est source de nombreux conflits entre agriculteurs.
Enfin les primes apportées par le programme pilote « cacao biologique » ne sont pas suffisamment attractives pour
que les agriculteurs adoptent cette innovation dans certaines communautés. La distillation de l’alcool de canne
reste, et de loin, l’activité la plus rémunératrice.

MOTS CLES : São Tomé et Prìncipe, exploitation agricole familiale, diagnostic de


fonctionnement, cacao, crise cacaoyère, réforme foncière.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYTEMES DE PRATIQUES


1.1. Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.3. Echelle exploitation – diagnostic, typologie de systèmes de production et
systèmes d’activité

Cote documentation CNEARC : 4° 14423

- 45 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

VOPEYANDE Marie-Brice

Étude de l’impact d’un programme de construction de citernes de systèmes de


production du plateau de Rochelois- Haïti.

Mémoire ESAT 1-DIAT HAÏTI, Plateau du Rochelois

INSTITUTION ASSOCIEE
• FACULTE D’AGRONOMIE ET DE MEDECINE VETERINAIRE HAÏTI
Encadrant : Bertrand WYBRECHT (CNEARC/GRET)

RESUME

Sur le plateau de Rochelois, l’approvisionnement en eau des familles constituait avant 1980 une contrainte
majeure. Bien que le plateau dispose d’une pluviométrie de l’ordre de 2000 mm/an, l’eau n’était pas disponible. Il
appartenait aux femmes et aux enfants de descendre à 2 – 3 heures de marche des lieux d’habitation pour
atteindre des sources. Une telle situation avait des conséquences considérables sur le temps disponible pour les
activités productives.
Le programme de construction des citernes conduit dans les années 1980 a permis aux agriculteurs de modifier
leurs systèmes de production en réduisant le temps consacré à la recherche de l’eau en permettant la mise en
place de cultures maraîchères (chou et carotte) et en facilitant l’abreuvement des animaux.
Notre étude consiste à mesurer les modifications des modes d’exploitation du milieu apportées par les citernes.
Une enquête a été menée auprès de 38 exploitations dans les localités de Salagnac, Moneyron et Dupouille.
Les résultats mettent en évidence une forte adoption et une intensification de la culture du chou et de la carotte.
Ceci a modifié la répartition spatiale des cultures : la culture du chou s’est développée sur les jardins et les Racks
sont devenus le domaine de cultures vivrières, en particulier du pois noir. Des conséquences au niveau de la
répartition foncière ont également été observées : faute de capacité d’investissement, les paysans les plus pauvres
n’ont plus accès à la terre.

MOTS CLES : Haïti, plateau du Rochelois, programme de construction de citernes.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1. Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.3. Echelle exploitation – diagnostic, typologie de systèmes de production et
systèmes d’activité

Cote documentation CNEARC : cf. B. Wybrecht

- 46 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

CYCLE D’ETUDES SUPERIEURES

D’AGRONOMIE TROPICALE

DEUXIEME ANNEE

ESAT 2

- 47 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

CYCLE D’ETUDES SUPERIEURES

D’AGRONOMIE TROPICALE

DEUXIEME ANNEE

OPTION AGIR

A GRONOMIE ET I NNOVATIONS EN M ILIEU R URAL

- 48 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

ISCLA Isabelle (DIAT)

Mise en place des Contrats Territoriaux d’Exploitation (CTE) individuels dans l’Aude :
cas des exploitations viticoles du Minervois.

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option AGIR FRANCE, Aude

INSTITUTION ASSOCIEE
• CHAMBRE D’AGRICULTURE DE L’A UDE

Encadrant : Isabelle DOUNIAS (CNEARC)

RESUME

Les Contrats Territoriaux d’Exploitation constituent le dispositif central de la Loi d’Orientation Agricole de juillet
1999, qui en réponse aux attentes de la société, s’est donnée comme objectif majeur de combiner la gestion du
territoire rural et celle des exploitations agricoles. Après une première phase de concertation autour de son
contrat-type, le territoire du Minervois (département de l’Aude et de l’Hérault) s’est engagé depuis un an dans la
réalisation des projets individuels d’exploitation. Le suivi de la mise en place de ces contrats auprès d’exploitants
viticoles de la partie audoise du territoire permet de faire un premier bilan portant sur la démarche suivie pour la
réalisation des projets CTE et sur le contenu de ces projets. Il apparaît que la complexité du dispositif CTE ne
permette pas d’atteindre les objectifs fixés en terme d’approche globale des exploitations et d’incitation à l’adoption
de pratiques innovantes. Deux facteurs limitant ont été principalement révélés au cours de ce travail. Le premier
concerne la lourdeur administrative qui monopolise l’action des conseillers agricoles au détriment d’une étude plus
approfondie des systèmes d’exploitation. La chambre d’agriculture de l’Aude a de ce fait mis en place une
démarche qui reste un compromis entre un réel diagnostic d’exploitation trop coûteux en temps, et une approche
superficielle limitant la logique de projet. Le second facteur est l’homogénéisation du contenu des actions agri-
environnementales imposée par le contrôle européen qui a pour impact d’annuler les particularités territoriales et
de limiter la cohérence des actions avec les besoins de la viticulture locale.
Ce travail contribue à la réflexion plus globale concernant l’impact à long terme du dispositif des CTE. Un bilan
serait encore prématuré, alors que les premiers contrats individuels sont signés et que le dispositif doit subir
encore quelques réajustements.

MOTS CLES : contrats territoriaux d’exploitation, conseil de gestion, viticulture, Aude,


Minervois.

AXE DE RECHERCHE : III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL


3.2. Organisations paysannes et professionnelles

Cote documentation CNEARC : cf. I. Dounias

- 49 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

LE SAINT Sophie

Conditions de durabilité d’organisations de producteurs associant services financiers


et appui technique agricole : évaluation des banques de semences de la province de
Pursat, Cambodge.

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option AGIR CAMBODGE, Pursat

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• OXFAM -QUEBEC
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD)

Encadrants : Betty WAMPFLER (CIRAD-TERA), Jean-Marc BARBIER (CNEARC), Sour HEANG


(OXFAM-Quebec)

RESUME

Le Cambodge sort tout juste de plusieurs décennies de guerre civile, ayant entraîné une forte méfiance des
populations vis-à-vis de toutes initiatives d'action collective. Face à l'ouverture récente sur l'économie de marché,
la production du riz reste non autosuffisante au niveau national et le marché du riz est fortement concurrencé par
les pays voisins, placés parmi les premiers exportateurs mondiaux. Progressivement, le Gouvernement Royal du
Cambodge met en place des structures locales de développement pour appuyer les exploitations familiales dans le
financement de leurs facteurs de production, mais les ressources humaines qualifiées et les sources financières
manquent. Dans ce contexte agricole difficile, l'OXFAM-Québec met en place, à partir de 1993, un programme de
sécurité alimentaire duquel naissent les banques de semences, offrant en premier lieu aux agriculteurs des
services de prêts de semences de riz et des activités de recherche participative, dans l'objectif d'améliorer la
production rizicole. Progressivement, les banques de semences se complexifient et prennent sous leur tutelle des
activités de prêts et de formations à l'élevage de porcs, de volaille, d'approvisionnement en buffles, en engrais. En
2000, elles sont au nombre de huit et l'OXFAM-Québec envisage leur institutionnalisation, mais souhaite avant
comprendre quelles sont les conditions de durabilité de ces structures.
Nous avons ainsi réalisé une étude d'évaluation des banques de semences, en définissant tout d'abord leurs
fonctionnements, puis en se penchant sur l'analyse des conditions de durabilité de ces organisations intégrant à la
fois des services financiers et des appuis techniques: il s'agit alors d'appréhender si l'offre des banques de
semences répond à la demande des agriculteurs, de comprendre les modes de financement des banques de
semences et leurs situations par rapport à l'équilibre financier, et de définir et d'analyser leur gestion
organisationnelle. Nous avons remarqué une assez bonne adéquation de l'offre et de la demande, à l'exception
des modalités des activités, qui semblent parfois être contraignantes pour les agriculteurs, du fait de leur manque
d'implication dans les prises de décision. Les banques de semences sont encore loin d'être autonomes
financièrement, et recherchent encore des stratégies pour atteindre leur équilibre. Les formations manquent aux
responsables des comités de gestion et aux techniciens de l'OXFAM-Québec pour mettre en place des outils
financiers durables. Le processus de décentralisation, initié en 1999 pour l'ensemble des banques de semences,
n'est pas optimisé dans toutes les communes, et fait apparaître des défaillances du fait du manque de formations
des différents niveaux organisationnels.

MOTS CLES : Organisation des producteurs, système financier, processus de prises de


décision, décentralisation, Pursat, Cambodge.

AXE DE RECHERCHE : III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL


3.4. Analyse de projets et de modalités d’intervention (suivi-évaluation,
participation des acteurs, micro-crédit)

Cote documentation CNEARC : 4° 14212

- 50 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

MARTIN Cédric

Les coopératives dans le secteur viticole sud-africain : une diversité de réponses face
à la dérégulation et à la mondialisation.

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option AGIR AFRIQUE DU SUD

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• INRA (DEPARTEMENT SYSTEMES AGRAIRES ET DEVELOPPEMENT UMR 95199 INNOVATION MONTPELLIER)
• UNIVERSITE DE STELLENBOSCH, DEPARTEMENT DE SOCIOLOGIE AFRIQUE DU SUD

Encadrants : Fabrice DREYFUS (INRA), J. ERWERT (Université de Stellenbosch)

RESUME

La transition démocratique de l'Afrique du Sud à partir du début des années 90 s'est traduite par l'insertion du
pays dans les échanges commerciaux internationaux et par la dérégulation du secteur viticole. Dans ce contexte
soudain et nouveau, le milieu coopératif cherche à s'adapter à la demande globale en vins de qualité.
Cette étude, réalisée dans le cadre d'un programme de recherche entre l'INRA et les Universités de
Stellenbosch et d'Oxford, vise à décrire et expliquer la diversité des situations rencontrées dans le secteur
coopératif viticole sud-africain, en vue de proposer des perspectives de développement.
A partir d'un cadre conceptuel, basé principalement sur la sociologie de l'innovation et de l'action collective, la
diversité des coopératives est abordée au cours d'une phase exploratoire, finalisée par une restitution transitoire
adressée à différents acteurs impliqués dans le secteur, puis précisée au cours d'une phase d'approfondissement.
Cinq types d'entreprises d'origine coopérative sont identifiés du point de vue de la firme, en fonction de leurs
orientations commerciales (contractualisées ou autonomes), de leur statut (coopérative ou compagnie) et des
allocations de leurs ressources financières et humaines.
En fonction des spécificités des différents types et des structures de coordination régulant actuellement le
secteur, des propositions d'actions sont envisagées (intégrations verticales et/ou horizontales et groupement de
coopératives,...) en prenant en compte des apports de l'économie industrielle et de la gestion.

MOTS CLES : Afrique du Sud, viticulture, coopératives, qualité, innovation, économie


industrielle, gestion.

AXE DE RECHERCHE : III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL


3.2. Organisations paysannes et professionnelles

Cote documentation CNEARC : 4° 14191

- 51 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

N`DIENOR Moussa

Coordination des différents niveaux de décisions et de gestion technique d’une


culture : cas de la tomate industrielle dans les périmètres irrigués de la vallée du
Fleuve Sénégal.

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option AGIR SENEGAL, Fleuve Sénégal

INSTITUTION ASSOCIEE
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD)

Encadrants : Pierre-Yves LE GAL (CIRAD-TERA), Isabelle DOUNIAS (CNEARC)

RESUME

L'analyse des processus de décision des agriculteurs est une démarche récente en agronomie. Elle s'est
développée en France autour du concept de modèle d'action. Les études qui ont été menées s'appliquent
principalement à des situations où la gestion des systèmes de culture est sous la responsabilité d'un seul décideur
ou décideur unique, l'exploitant agricole.
Nous avons appliqué cette démarche à la gestion technique de la tomate industrielle dans la Vallée du Fleuve
Sénégal, où cette fois, les différentes opérations culturales dépendent d'un ensemble de décideurs. En effet,
depuis le processus de désengagement de l'Etat intervenu en 1987, on a assisté à l'apparition de nouveaux
acteurs organisés à différents niveaux: producteurs de tomate, organisation paysanne (OP) au niveau d'une maille
hydraulique et l'union des OP au niveau d'un périmètre. A ceci, s'ajoutent d'autres acteurs: les entrepreneurs des
travaux agricoles qui réalisent les travaux du sol, les fournisseurs des intrants, et la Caisse Nationale de Crédit
Agricole du Sénégal (CNCAS) qui finance les crédits de campagne et l'industriel qui fixe ses exigences.
L'étude des différents niveaux de décision qui interviennent d'une part dans la détermination des superficies
cultivées, d'autre part dans la gestion des différentes étapes de la conduite de la culture montre comment les
décisions individuelles des agriculteurs sont contraintes par des éléments extérieurs: exigences de l'amont et de
l'aval, nombreuses décisions collectives qui s'appliquent à des unités d'espace variable selon les opérations...
Nos résultats donnent ainsi des éléments d'explication pour comprendre pourquoi i) les superficies stagnent, ii)
les agriculteurs ne peuvent respecter l'itinéraire technique préconisé sur lequel ils s'engagent, et obtiennent des
rendements variables et faibles. Nous sommes ainsi en mesure de proposer des éléments d'amélioration de la
filière tomate, qui sont essentiellement d'ordre organisationnel.

MOTS CLES : Organisation, processus de décision, acteurs, coordination, tomate, Sénégal.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.2. Cultures et systèmes de cultures
1.2.2. Diagnostic agronomique d’une culture

Cote documentation CNEARC : 4° 14403

- 52 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

SOURISSEAU Benoît

Contribution à l’étude des processus d’échange, de transformation et de production


de connaissances.

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option AGIR BRESIL, Marabá

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• LABORATORIO SOCIO-AGRONOMICO DO TOCANTINS (LSAT)
• NUCLEOS DE ESTUDOS INTEGRADOS SOBRE AGRICULTURA FAMILIAR (NEAF)
• INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE – systèmes agraires (INRA-SAD)
Encadrants : Isabelle TOUZARD (CNEARC), Jean-Marc BARBIER (CNEARC), Mauro SILVA et
William SANTOS de ASSIS (LSAT), Iran VEIGA (NEAF)

RESUME

Ce travail s’intéresse aux processus d’échange, de transformation et de production de connaissances pour


l’action. Il a été réalisé dans la région pionnière de Marabá située en Amazonie brésilienne orientale, au sein du
LASAT (Laboratorio socio-agronomico do Tocantins) dans le cadre de la coopération de plusieurs équipes de
recherche. Notre objectif est de contribuer à la construction d’un dialogue de nature technique entre les différents
acteurs du développement de cette région, en particulier entre agriculteurs, agents de développement et
chercheurs, autour de la mise en valeur du milieu naturel. Afin d’instruire ce dialogue, nous considérons qu’il est
nécessaire de s’intéresser aux connaissances de ces acteurs. Nous avons choisi comme objet de dialogue une
culture pérenne (le cupuaçu, Theobroma grandiflorum) qui suscite l’intérêt d’un nombre important de familles de
colons. Nous nous sommes appuyés sur les discours des individus, considérant la parole comme agent actif de la
pensée et comme ressource pour l’action. Nous avons construit un dispositif faisant intervenir des groupes
d’agriculteurs ainsi que des agents de développement dans le but d’identifier des conditions favorables à des
situations d’échanges de points de vue techniques. Ce dispositif montre plusieurs choses : (i) la formalisation des
connaissances des acteurs ainsi que le repérage des collectifs au sein desquels sont les agriculteurs produisent
les connaissances et sont des préalables importants avant d’engager un dialogue, (ii) l’analyse des discours des
participants en situation d’interaction permet de rendre compte des différents processus à travers lesquels les
points de vue sont échangés et transformés, (iii) ces processus peuvent aboutir à des prises de décision ainsi qu’à
la réalisation d’actions concrètes de la part des agriculteurs, (iv) il existe des difficultés de nature diverse dans la
relation de dialogue agriculteur-agent. Ces difficultés dépassent cette « simple » relation et il est nécessaire de
prendre en compte la relation qui existe entre l’agent et son institution. Tout comme pour les agriculteurs ; il nous
apparaît nécessaire d’ouvrir des espaces discussion avec les agents pour qu’ils puissent échanger de points de
vue avec leurs pairs sur leurs pratiques.

MOTS CLES : Brésil, Maraba, processus d’échanges, objet de dialogue, production de


connaissances.
AXE DE RECHERCHE : III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL
3.5. Analyse de dispositifs de recherche

Cote documentation CNEARC : cf. J.M. Barbier

- 53 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

TRAN QUOC Hoa

Les systèmes de riziculture submergée dans le district de Kenthao : analyse des


pratiques paysannes et diagnostic agronomique sur le riz.
Province de Sayabouri RDP Laos
Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option AGIR LAOS

INSTITUTION ASSOCIEE
• PROJET DE DEVELOPPEMENT RURAL DU SUD DE LA PROVINCE SAYABOURI (PRODESSA)
Encadrants : Jean-Marc BARBIER (CNEARC), Florent TIVET (PRODESSA)

RESUME

La RDP du Laos, encore considérée comme l'un des pays les plus défavorisés, connaît depuis les années
1980, une libéralisation économique accompagnée par la volonté du gouvernement d'augmenter la production
rizicole afin d'assurer l'autosuffisance alimentaire. Cette politique se traduit par une intensification agricole dans les
zones de bas-fonds à travers la mise en place de nouvelles infrastructures hydrauliques qui permettent le
développement de la double riziculture irriguée.
Dans ce contexte, le projet PRODESSA s'est donc intéressé à l'évolution de la riziculture dans la plaine de
Kenthao et aux voies possibles d'amélioration des pratiques agricoles. Les connaissances produites serviront de
référence pour une meilleure compréhension de la riziculture submergée. Il s'agit dans cette étude d'évaluer
l'impact des nouveaux outils de production exogènes sur les pratiques paysannes et de réaliser un diagnostic
agronomique sur le riz. Ce suivi agronomique nous a ainsi permis de déterminer les facteurs (milieu, techniques et
peuplement végétal) qui sont susceptibles d'expliquer les variations du rendement et de comprendre les stratégies
développées par les agriculteurs pour lever ces contraintes agronomiques et socio-économiques. Bien que les
systèmes de culture de riz submergé semblent très performants (rendement moyen de 4,1 t/ha, recours généralisé
à la petite mécanisation...), des voies d'amélioration peuvent être encore envisagées dans ce domaine. Aussi, une
redéfinition de la politique d'intensification agricole actuelle mais également du rôle des agents de développement
local sont à envisager pour un développement agricole plus en accord avec les attentes et objectifs des
agriculteurs.

MOTS CLES : RDP Lao, riziculture submergée, pratiques paysannes, diagnostic agronomique,
Etat interventioniste, intensification agricole.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.2. Cultures et systèmes de culture
1.2.2. Diagnostic agronomique d’une culture

Cote documentation CNEARC : 4° 14210

- 54 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

TROUILLARD Karine

Etude du processus d’innovation autour de l’introduction du clone dans les systèmes


agroforestiers à base d’hévéa clonal, à Kalimantan ouest.
Étude d’impact d’expérimentation sur les systèmes agroforestiers à base d’hévéa clonal et sur
l’intégration du palmier à huile dans les systèmes de production des petits planteurs, Bornéo-
Indonésie

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option AGIR INDONESIE, Kalimantan Ouest

INSTITUTION ASSOCIEE
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD)-CP

Encadrants : Eric PENOT (CIRAD-CP), Maya LEROY (CNEARC)

RESUME

Cette étude a été réalisée dans le cadre du projet SRAP -Smallholder Agroforestry System – et concerne des
communautés locales Dayaks ainsi que des Javanais Transmigrants, et a révélé l'impact positif des systèmes
agroforestiers à base d'hévéa clonal réalisés en milieu paysan ainsi que des Jardins à bois communautaires.
Les Jardins à bois communautaires SRAP associés à des pépinières originellement collectives établies par les
producteurs ont permis le développement d'un nouveau réseau de pépiniéristes privés avec l'individualisation des
pépinières et des Jardins à bois. Certains villages s'imposent comme pépiniéristes tandis que d'autres, mieux
pourvus en capital préfèrent acheter leur matériel clonal pour étendre leurs plantations ou renouveler leur Jungle
Rubber.
Le concept des RAS, produire de l'hévéa clonal avec des cultures intercalaires et/ou associées afin
d'augmenter la productivité du travail et de réduire les coûts d'implantation, a été largement adopté par l'ensemble
des producteurs. Le phénomène de replantation clonale est quasiment automatique dès lors que le producteur a
accès à une source de matériel végétal clonal (achat ou réalisation de plants greffés) et qu'il ne dispose pas
d'autres alternatives permettant d'augmenter le revenu à court terme. Une stratégie de plantation progressive a été
adoptée par les paysans en manque de trésorerie et de main d'oeuvre. Les plantations clonales nouvelles recréent
en majorité un système agroforestier désormais préféré à la monoculture, au fur et à mesure de leur appropriation
par les producteurs et de la prise de conscience de l'intérêt de ces pratiques, traditionnelles, mais adaptées aux
clones. En général, les producteurs optent pour une association à base d'hévéa clonal et de fruitiers, d'autres
préfèrent sélectionner les arbres à bois issus de la régénération naturelle. Les Javanais développent plutôt des
cultures sèches en intercalaire, en rotation sur un an et renouvelées trois ans, suivies de fruitiers, ceci dans
l'objectif de bénéficier de revenus complémentaires. Le palmier à huile a largement intégré les systèmes de
production Javanais et Dayaks, que ce soit par le biais d'une société de plantation privée ou par la création d'un
Groupe d'Intérêt. Le seul problème reste le financement des plantations cinq fois plus coûteuses en intrants que
l'hévéa clonal. La plantation endogène de palmier à huile et son entretien est donc dépendante de l'organisation
des producteurs dans le but de contracter des crédits ou afin de répartir l'effort de travail.
Ainsi certains producteurs développent des stratégies qualifiées d'offensives, axées sur l'acquisition d’un ou
plusieurs revenus à court terme (travail salarié, commerce, vente de matériel végétal clonal), Leur objectif est clair:
l'intensification et la diversification des systèmes de production tout en maintenant des pratiques traditionnelles.
D'autres optent pour des stratégies plus défensives en se dirigeant partiellement du travail agricole vers le travail
salarié à court terme, ils maintiennent leurs pratiquent traditionnelles, et cherchent à intensifier et diversifier leurs
systèmes de production à moyen terme par la plantation de palmier à huile. En définitive, on remarque que les
systèmes les plus offensifs sont des systèmes à la fois diversifiés et intensifs, témoignages d'une appropriation
rapide des innovations et ceci dans les villages où la structuration sociale interne est dense et où les relations vers
l'extérieur sont nombreuses, où les producteurs gardent le sens des traditions et sont aussi ouverts aux nouvelles
pratiques.

MOTS CLES : Indonésie, Kalimantan ouest, hévéa clonal, agroforestrie.

AXE DE RECHERCHE : II. GESTION DES RESSOURCES NATURELLES


2.2. Gestion de la forêt et des ressources en bois, extractivisme

Cote documentation CNEARC : 4° 14118

- 55 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

VAIOUGOU Parfait

Etude des conflits agriculteurs/éleveurs dans la sous préfecture de Bénoye (Tchad),


contribution d’une institution de formation (Inades-Formation Tchad) à la résolution
des conflits.

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option AGIR TCHAD, Bénoye

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• INADES-FORMATION TCHAD
Encadrants : Philippe JOUVE (CNEARC), F. NGOBOUNAN (INADES)

RESUME

Ce travail, effectué dans la sous préfecture de Bénoye au Tchad, entre dans le cadre d'une contribution à
l'étude de conflits entre agriculteurs et éleveurs. Son objectif principal vise à réfléchir et voir en quoi une institution
de formation peut contribuer à la résolution de conflits. Certes il existe des comités et association en matière de
gestion de conflits mais cela ne suffit pas. Les méthodes de résolution de conflits habituellement utilisées
accordent d’avantage d’importance au dénouement de ceux ci, plutôt qu'une bonne connaissances des causes qui
les sous tendent. C'est pourquoi, dans ce travail, nous avons accordé une attention particulière à l'analyse des
calendriers de culture et de pâturage adoptés par les protagonistes en présence. Des calendriers qui font
apparaître des logiques, des intérêts et des stratégies opposés, se traduisant par une certaine incompatibilité
lorsqu'on les superpose dans l' espace et dans le temps.

Tout de même, il faut noter le caractère un peu particulier de ces conflits entre agriculteurs et éleveurs au
Tchad par rapport aux autres pays sahéliens. Si le constat révèle que les conflits entre agriculteurs et éleveurs
dans les pays du Sahel découlent des facteurs tel que la sécheresse et la pression démographique, au Tchad ils
ont connu une nette recrudescence à la faveur des phénomènes socio-politiques (guerres civiles, perte d'autorité
de la chefferie traditionnelle etc).

MOTS CLES : Conflits, agriculteurs / éleveurs, Bénoye, formation, résolution.

AXE DE RECHERCHE : II. GESTION DES RESSOURCES NATURELLES


2.5. Analyse-diagnostic d’opérations de gestion des ressources et des
territoires à différentes échelles (locale, régionale)
2.5.2. Etude de conflit entre usagers de ressources naturelles

Cote documentation CNEARC : 4° 14083

- 56 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

CYCLE D’ETUDES SUPERIEURES

D’AGRONOMIE TROPICALE

DEUXIEME ANNEE

OPTION GSE

G ESTION S OCIALE DE L ’E AU

- 57 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

AUBLET Anne-Sophie, MERCANDALLI Sara

Organisation de l'espace irrigué de Llusco et conditions de sa valorisation (province


de Chumbivilcas, Cusco, Pérou).

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option GSE PEROU, Cusco

INSTITUTION ASSOCIEE
• CENTRO ANDINO PARA EL DESARROLLO, LA EDUCACION Y LA PROMOCION (CADEP)
Encadrants : Pascale MOITY-MAIZI (CNEARC), Erwin ALVARADO (CADEP)

RESUME

Ce travail à pour objectif de déterminer les conditions de valorisation de l’espace irrigué de la communauté
paysanne de Llusco. Une approche systémique et pluridisciplinaire permet de répondre à cette question à travers
l’analyse des différents déterminants de cette valorisation : le système foncier, le système physique et
l’organisation sociale du périmètre, les stratégies de production des agriculteurs. Les résultats sur les dynamiques
productives et foncières en cours et sur la gestion de la ressource en eau permettent de relever les principaux
points de blocage par rapport à l’amélioration de l’espace irrigué.
En effet, l’étude de l’accès et de la configuration foncière de l’espace irrigué ont permis d’identifier les
caractéristiques suivantes :
i) on observe des dynamiques d’accumulation foncière de certaines familles de Llusco et non des
familles des communautés annexes. Cette accumulation ne se fait pas sous forme de regroupement
dans l’espace car la gestion des risques climatiques prime dans les décisions et la logique reste alors
la dispersion des terres pour assurer un minimum de récolte.
ii) par ailleurs il y a une certaine mobilité des terres de maïs (maizal) en pluvial mais également des
terres de maizal irriguées et des jardins potagers du village qui font elles aussi l’objet de spéculation
mais à un degré moindre du fait de leur rareté relative. Cela se traduit dans la variété des modes
d’accès : vente, location, gardiennage échange.
iii) Ces deux éléments, propres à ces unités spatiales de gestion en font des ressources stratégiques des
systèmes de production locaux et sont source de différenciation. Cependant les inégalités bien
qu’elles existent ne sont pas fortement marquées et les systèmes de productions ne s’éloignent pas
d’un archétype moyen, hors mis dans le cas d’une minorité de famille favorisée dans le processus
historique local.
iv) Enfin, les terres de maizal se caractérisent par leur vocation à la fois agricole et pastorale, selon le
mode de gestion décidé par la communauté, ce qui se révèle être une contrainte forte pour le
développement d’une deuxième culture.
Les contraintes liées à la gestion de l’eau sont de plusieurs ordres : i) l’eau est une ressource rare et dispersée
utilisée par une mosaïque de systèmes dont certains ne sont pas du ressort de la gestion communale. ii) Il y a une
certaine crise des institutions d’organisation locales. Les normes de distribution servent de références mais restent
en toile de fond pour guider l’organisation générale. Dans la pratique et simultanément, la distribution est soumise
à une multiplicité d’arrangements.
Enfin, il ressort enfin de cette étude qu’il est essentiel pour la communauté de se positionner dans le processus de
développement local.

MOTS CLES : Andes, maîtrise foncière, gestion sociale de l'eau, système irrigué traditionnel.

AXE DE RECHERCHE : II. GESTION DES RESSOURCES NATURELLES


2.4. Gestion sociale de l’eau
2.4.1. Étude des pratiques et stratégies des usagers de l’eau

Cote documentation CNEARC : 4° 14358

- 58 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

BA Mamadou Gatta

Pratiques des acteurs dans la gestion des périmètres irrigués dans le delta du fleuve
Sénégal, cas du village de Thiagar.

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option GSE SENEGAL, Thiagar

INSTITUTION ASSOCIEE
• INSTITUT DE RECHERCHE POUR LE DEVELOPPEMENT (IRD)
Encadrants : Maya LEROY (CNEARC), Xavier LE ROY (IRD)

RESUME

Le désengagement de l'Etat sénégalais des activités productives amorcé en 1984, a eu pour conséquence, au
niveau de la vallée du fleuve, le retrait de la société d'aménagement et d'exploitation du delta (SAED) de la gestion
des périmètres irrigués. Cette gestion a été transférée aux paysans organisés sous forme de GIE (groupement
d'intérêt économique). Notre étude s'est faite dans le haut delta de la vallée du fleuve Sénégal, dans le village de
Thiagar, où l'on trouve actuellement différents types de périmètres, tous gérés par des GIE : le grand périmètre de
la SAED aménagé dans une cuvette et transféré, les petits périmètres villageois (PIV) réalisés dans les années
1970 et les nouveaux périmètres privés (PIP), développés à la fin des années 1980. Cette étude s'attache à
comprendre la diversité de gestion et la logique des acteurs dans la conduite des activités de l'agriculture irriguée
dans ces périmètres en mettant l'accent sur les aspects techniques et organisationnels des conduites de
l'irrigation.
Au niveau de la cuvette qui est d'ailleurs le plus ancien aménagement, l'organisation est hiérarchisée en trois
niveaux décisionnels. L'Union des OIE gère l'ensemble du périmètre, les OIE s'occupent des mailles hydrauliques
et les paysans assurent la conduite des activités au niveau de leurs parcelles. Il y a une incertitude par rapport à la
mise en eau des mailles hydrauliques et donc des parcelles car l'irrigation du périmètre ne peut être déclenchée
que si un nombre minimum de GIE peuvent engager la campagne. Dans ces conditions, le paysan dispose d'une
faible marge de manoeuvre pour conduire sa culture. Il développe alors plusieurs stratégies pour mobiliser la
ressource au maximum en fonction de ses contraintes. Plusieurs OIE sont décrits à travers cette étude.
Dans les périmètres irrigués villageois ou PIV, l'organisation est hiérarchisée seulement à deux niveaux. L’OIE
assure la mobilisation et la distribution de la ressource et les paysans s'occupent de leurs parcelles. Mais dans ce
cas, les parcelles sont redistribuées chaque année et la superficie attribuée change à chaque campagne en
fonction du financement obtenu. La difficulté dans la gestion de l'eau est liée à la variation du niveau d'eau dans le
fleuve qui peut rendre incertain la capacité de pompage. Les périmètres privés sont eux gérés individuellement.
Chaque paysan qui est lui-même chef de groupement, conduit son irrigation sans se soucier d'une gestion
commune comme dans le cas des autres types de périmètres. Dans ce cas, la mobilisation de la ressource est
assurée par des OMP (groupe motopompe) qui pompent directement l'eau dans le fleuve.
L'analyse des activités d'irrigation dans les différents types de périmètre montre les grandes variations
organisationnelles selon les périmètres et les types de OIE. La marge de manoeuvre des paysans, sauf pour les
OIE à forte capacité d'investissement, apparaît bien limitée dans un système décisionnel où le poids des choix
politiques et macro-économiques sont déterminants.

MOTS CLES : Fleuve Sénégal, OIE, irrigation, périmètre irrigué, prise de décision, acteurs.

AXE DE RECHERCHE : II. GESTION DES RESSOURCES NATURELLES


2.4. Gestion sociale de l’eau
2.4.1. Étude des pratiques et stratégies des usagers de l’eau

Cote documentation CNEARC : 4° 14107

- 59 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

BENTZ Barbara

Histoire sociale, histoire technique : les tanks du bassin versant de l'Etang du


Kaluvelli (Inde)

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option GSE INDE, Pondichéry

INSTITUTION ASSOCIEE
• AUROVILLE WATER SERVICE
Encadrants : Pascale MOITY-MAIZI (CNEARC), Olivia AUBRIOT (CNRS)

RESUME

L'étude présentée porte sur l'histoire des institutions de gestion des tanks dans 4 villages du Tamil Nadu, au
Sud Est de l'Inde. Les tanks sont des lac-réservoirs traditionnellement utilisés collectivement pour l'irrigation de la
culture du riz. Jusque dans les années 1960-70, ils ont été indispensables à la mise en valeur agricole du milieu et
leur usage soumis à une gestion hiérarchique stricte. Divers facteurs socio-économiques et politiques ont entraîné
un déclin de leur utilisation au cours de ces 40 dernières années (diversification des activités économiques,
interventions de l'Etat : réforme agraire et Révolution Verte, transformations sociales). La plupart des institutions
de gestion ont disparu et l'exploitation individuelle de l'eau souterraine au moyen de forages s'est développée -
renforçant le déclin des tanks. Actuellement, les forages se multiplient mais, en raison de conditions géologiques
défavorables, la ressource souterraine n'est accessible qu'à certains agriculteurs, ce qui a donné naissance à un
marché de l'eau.

Dans ces conditions, l'ONG Auroville Water Service tente de réhabiliter l'usage des tanks afin de réfréner
l'utilisation croissante des nappes phréatiques. Cette étude a été réalisée afin de faire le point sur les institutions
de gestion préexistantes et les causes de leurs évolutions.

MOTS CLES : Inde du sud, Pondichéry, gestion sociale des tanks.

AXE DE RECHERCHE : II. GESTION DES RESSOURCES NATURELLES


2.4. Gestion sociale de l’eau
2.4.1. Étude des pratiques et stratégies des usagers de l’eau

Cote documentation CNEARC : 4° 14190

- 60 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

CESSELIN Florence

Irrigation par motopompe dans une situation d'usage conjoint tank/puit : cas du
village de Tiruvanainallur, Tamil Nadu, Inde du Sud.

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option GSE INDE, Pondichéry

INSTITUTION ASSOCIEE
• INSTITUT FRANÇAIS DE PONDICHERY
Encadrant : Olivia AUBRIOT (CNRS)

RESUME

Au Tamil Nadu (Inde ), le développement des motopompes est souvent considéré comme l'une des principales
causes du déclin des Tanks (lac-réservoirs). Dans le contexte de "révolution verte", où le mot d'ordre est
l'intensification agricole, les motopompes, en permettant un nouvel accès privé à l'eau souterraine, peuvent avoir
provoqué une baisse d'intérêt pour l'irrigation collective par tanks. Aussi est-il possible d'observer, en corrélation
avec l'augmentation des surfaces irriguées par puits tubés, une réduction de l'efficience des tanks, qui
s'accompagne d'une diminution du niveau de la nappe phréatique. Les enjeux autour de l'accès à la nappe
souterraine s'en trouvent démultipliés. Cependant, ce constat ne peut être généralisé à toute l'Inde du sud; le
village de notre étude est un exemple d'usage conjoint effectif des puits avec motopompes et du tank, ce qui
illustre la diversité des situations au Tamil Nadu.
Nous avons étudié à Tiruvanainallur (District de Villupuram, Taluk de Tirukoyilur), l'irrigation par motopompe,
l'évolution du système agraire induit par le développement des puits tubés, ainsi que les différentes stratégies
d'accès à l'eau souterraine.
Les motopompes, apparues dans les années 1960, ont remplacé les anciens systèmes d'exhaure (Yattam).
Elles permettent une intensification exclusivement rizicole (3 cycles de riz annuels) sur les terres qui font aussi
l'objet d'une irrigation collective, alors que sur les terres sèches, elles autorisent une plus grande diversification.
Nous avons mis en évidence le caractère additionnel de l'usage conjoint tank/puits tubés dans l'intensification
agricole : l'irrigation par puits tubés est complémentaire de celle du tank et n'est pas concurrente de celle-ci.
Néanmoins, cette situation n'est permise que dans des conditions écologiques, sociales et historiques
particulières, ainsi que dans un contexte économique et politique régional favorable. En particulier, l'accès aisé à la
nappe phréatique et l'alimentation régulière du tank par un barrage, en rendant l'offre en eau souterraine
satisfaisante et en réduisant les risques encourus par l'utilisation de l'eau de surface, ont permis le développement
des motopompes au sein d'un système irrigué efficient. Mais l'hétérogénéité de la disposition de la nappe
phréatique et les inégalités socioéconomiques entre agriculteurs, en interdisant à certains exploitants la
construction d'un puits, provoque le développement de marchés de l'eau. Les marchés de l'eau peuvent être de
deux types. Les plus anciens, contemporains de l'apparition des premières pompes, sont "figés". Ils sont
historiquement et géographiquement constitués. Leur fondement repose sur l'existence d'un faible nombre de
vendeurs, par rapport à celui des acheteurs. Ils sont caractérisés par un certain degré de dépendance entre
acheteurs et vendeurs. Les marchés les plus récents sont "dynamiques" et tendent à remplacer les premiers. Leur
apparition est provoquée par le fort développement de puits dans certaines zones, qui inverse le rapport entre
vendeurs et acheteurs. Aussi les acheteurs peuvent-ils à tout moment acheter de l'eau et à un prix faible; ils ne
sont plus attachés à un seul vendeur.

MOTS CLES : Irrigation, tank/Ery, motopompe, marché de l'eau, eau de surface, eau
souterraine, Inde, Tamil Nadu.

AXE DE RECHERCHE : II. GESTION DES RESSOURCES NATURELLES


2.4. Gestion sociale de l’eau
2.4.1. Étude des pratiques et stratégies des usagers de l’eau

Cote documentation CNEARC : 4° 14214

- 61 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

CHAINTREUIL Ivan (DIAT)

Centre virtuel des ressources sur l'eau agricole.

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option GSE FRANCE, Ministère des Affaires Etrangères

INSTITUTION ASSOCIEE
• MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES (MAE)
Encadrant : Daniel RENAULT (CNEARC)

RESUME

Cette étude de préfaisabilité, un préalable à l'ouverture d'un centre de ressources sur l'eau agricole, s'inscrit
dans la politique française en matière d'eau agricole et de développement.
La mobilisation autour de ce projet de centre de ressource sur l'eau agricole transcrit la volonté de la France de
valoriser les domaines d'excellence des acteurs francophones du développement et de permettre, par le choix
d'une diffusion à l'échelle mondiale, un appui à la sécurité alimentaire dans les pays du Sud.
Avant toute concrétisation, le Ministère des Affaires Etrangères a effectué cette étude afin de valider ou non
son concept de centre virtuel. En effet, cette démarche fut indispensable pour d'une part inventorier tous les atouts
et contraintes du média Internet et d'autre part recenser et analyser toutes les initiatives similaires au projet de
centre virtuel. Ainsi, il fut possible de déterminer plusieurs options sur lesquelles l'initiative française peut se
positionner sans risque de redondance.
Après l'analyse des différents systèmes d'information existant ou à venir, il apparaît que le programme WCA-
infoNet (Water Conservation and use in Agriculture), géré par l'IPTRID, est le système d'information le plus proche
du projet français. Dès lors, malgré des différences d'enjeux et de position des parties concernées, un travail de
coopération et négociation fut entrepris dans le but de déterminer les complémentarités possibles entre les deux
projets. Plusieurs axes de développement sont envisagés: le renforcement du savoir francophone sur le plan
international ainsi que la construction d'un site Internet convivial, relié à WCA-infoNet. La nouvelle entité WCA-
infoNet I Centre Virtuel sera animée par un professionnel de la communication et de la gestion de l'eau. Elément
clé de ce projet, la communication donnera une dynamique au centre virtuel qui sera alors un outil de
développement pour les acteurs du développement, leur permettant de bénéficier d'un espace d'échange,
d'information et d'assistance.

MOTS CLES : centre de ressources sur l’eau agricole, internet.

AXE DE RECHERCHE : II. GESTION DES RESSOURCES NATURELLES

2.4. Gestion sociale de l’eau

Cote documentation CNEARC : 4° 14345

- 62 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

COUSSEAU Fabien, BELLET François (EITARC/DIAT)

La reprise de l'agriculture à Kama (Afghanistan): l'héritage d'un système d'irrigation


traditionnel face aux changements.

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option GSE AFGHANISTAN, Kama

INSTITUTION ASSOCIEE
• MISSION D’AIDE AU DEVELOPPEMENT DES ECONOMIES RURALES AGRICOLES (MADERA)
Encadrant : Marc ZEISSER (MADERA)

RESUME

Au confluent des rivières Kaboul et Kunar dans l'Est de l'Afghanistan, l'épaisse terrasse limoneuse du périmètre
irrigué de Kama témoigne d'une irrigation pluri-millénaire. Après plus de dix années d'abandon provoqué par la
guerre (1980-1992), les communautés tentent avec l'appui des OSI de rétablir les conditions d'une agriculture
autrefois prospère. Conséquences de la brutalité des crues de la Kunar et du récent phénomène de creusement
de son lit, l'échec des opérations de réhabilitation des prises provoque un climat délétère. La référence à l'histoire
est le principal facteur permettant de légitimer un mode de fonctionnement traditionnel symbolisé par le mirab et
toujours emprunt de féodalisme. Pourtant, les changements induits par le séisme de la guerre viennent modifier les
rapports de forces à Kama. La baisse d'influence des khans s'accompagne de l'ascension politique et sociale de
nouveaux notables au sein d'une shura rénovée.

Malgré l'ingénieux système traditionnel d'évacuation des sédiments assurant jusqu'ici la durabilité du système,
la baisse de la ressource en eau fait émerger des déséquilibres dans les dotations. La priorité « naturelle » de
l'amont sur l'aval laisse des traces sur un paysage agraire basé principalement sur une double récolte annuelle,
blé puis riz ou maïs. Le partage de l'eau repose sur des règles de partition décrites comme immuables, appliquées
sur des canaux gérés indépendamment. Le timide démarrage du pompage dans la nappe en aval apparaît comme
une réponse individuelle à l'absence d'autorité hydraulique inter-communautaire. L'héritage d'une gestion
empirique sera dans les années à venir confronté à des choix techniques et organisationnels inéluctables face à
des contraintes internes et externes en pleine mutation.

MOTS CLES : Afghanistan, irrigation, réseau gravitaire, gestion sociale de l’eau.

AXE DE RECHERCHE : II. GESTION DES RESSOURCES NATURELLES


2.4. Gestion sociale de l’eau
2.4.2. Analyse-diagnostic de réseaux d’irrigation et de périmètres irrigués

Cote documentation CNEARC : 4° 14106

- 63 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

DOSSCHE Tomas

Organisation sociale et technique du périmètre irrigué de Gulag, province de Cañar


(Equateur).

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option GSE EQUATEUR, Cañar

INSTITUTION ASSOCIEE
• CENTRE INTERNATIONAL DE COOPERATION POUR LE DEVELOPPEMENT AGRICOLE (CICDA)
Encadrants : Thierry RUF (CNEARC/IRD), Hédia HADJAH (CICDA)

RESUME

Le système irrigué du canal Gulag est un ancien périmètre irrigué situé entre 2800 et 3600 m d'altitude dans la
province de Cañar (Equateur). L'irrigation joue un rôle complémentaire pour les besoins en eau des pâturages (au-
dessus de 3200m) et pour les cultures de maïs et de pomme de terre dans la zone basse. Le système irrigué de
Gulag est un des 7 périmètres en phase de réhabilitation par le projet Sumak-Parkuy (ONG CICDA et CEDIR).
Une partie du canal principal de Gulag a bénéficié d’un revêtement via le projet avec la participation en travail de
tous les usagers. La construction du canal Gulag date depuis 1850 et est liée à la mise en place de l’hacienda
Absul. D'autres canaux alimentés par la rivière San Antonio ont été construits plus tard par des propriétaires
d'autres haciendas et échangent actuellement l'eau avec les branches secondaires de Gulag.
Depuis la réforme agraire, les communautés d'indiens ont émergé comme principaux groupes d'usagers de
Gulag, même si la grande propriété dans la zone n'a pas totalement disparue. Nous constatons actuellement une
situation conflictuelle de répartition de l'eau entre les différents ayants-droit (liée à l'absence des règles fixes). Le
système de répartition de l'eau est un système à la demande « premier arrivé, premier servi » et provoque des
inégalités d'accès à l'eau : liées à la répartition inégale de la terre, à la distance du canal principal, au nombre et à
la nature des canaux d'irrigation auquel on a accès.
Nous distinguons par conséquent deux grands groupes d'utilisateurs: les grands propriétaires de prairies dans la
zone amont avec le meilleur accès à l'eau et les communautés d'indiens dans la zone d'aval. Mais même les
communautés d'indiens sont souvent en conflit pour l'utilisation de l'eau pour d'autres raisons que l'eau.
Le projet envisage de fortifier l'organisation et de mettre en place des règles qui devraient améliorer l'équité de
distribution de l’eau afin que la gestion du périmètre et des ouvrages hydrauliques construits puisse être transférée
aux usagers.
Nous avons à travers de la cartographie pu identifier les différents blocs hydrauliques. Par conséquent, nous
proposons un nouveau système de tour d'eau qui prend en compte les différents facteurs et contraintes du
système actuel. Nous proposons une alimentation continue pour les 2 secteurs de pâturages en amont
proportionnelle à la superficie et un tour d'eau entre les communautés d'aval. Ainsi il existerait un bon équilibre
entre la durée du tour pour chaque groupe d'usagers et les débits qui doivent être gérés dans le réseau.

. MOTS CLES : Equateur, irrigation traditionnelle, agriculture andine, répartition de l’eau,


conflits sur l’eau, réforme agraire, communauté paysanne, organisation
d’irrigants.

AXE DE RECHERCHE : : II. GESTION DES RESSOURCES NATURELLES


2.4. Gestion sociale de l’eau
2.4.2. Analyse-diagnostic de réseaux d’irrigation et de périmètres irrigués

Cote documentation CNEARC : 4° 14211

- 64 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

LEURENT Timothée

Innovations et gestion de l'eau : riziculture sur sols sulfatés acides dans le delta du
Mékong (Vietnam).

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option GSE VIETNAM, delta du Mékong

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• GROUPEMENT DE RECHERCHE ET D’ETUDES TECHNOLOGIQUES
• UNIVERSITE DE MAYENCE

Encadrants : Pierre-Yves Le MEUR (Université de Mayence), Pascale MOITY-MAIZI (CNEARC),


Nguyen HIEU TRUNG
RESUME

Ce mémoire porte sur l'étude des dynamiques de gestion sociale de l'eau dans le district de Hon Dat (province
de Kien Giang -delta du Mékong). Ce district se caractérise par la prédominance de sols sulfatés acides qui
imposent de lourdes contraintes pour l'agriculture.
Traditionnellement orientée vers la culture du riz flottant, l'histoire agraire a été marquée par trois innovations:
les cultures de pastèques, de variétés de riz à hauts rendements et la double riziculture irriguée. La réussite dans
le passage à la double riziculture irriguée a en fait été déterminée par le niveau d'accumulation de capital et de
connaissances des agriculteurs, puisqu'il s'est déroulé sans autre aide de l'Etat que l'aménagement du réseau de
canaux secondaires. Or, l'histoire locale s'est construite à travers de nombreuses migrations, de types variés
(spontanées, organisées par l'Etat, conflictuelles ou non), qui ont structuré la zone d'étude par la juxtaposition de
populations sur des espaces différentiés. Dans ce contexte, les migrants récents (les plus nombreux) n'ont
généralement pas eu le temps d'accumuler le capital nécessaire à la sécurisation de l'innovation « double
riziculture irriguée ». Sa diffusion a donc conduit à i) l'augmentation des inégalités entre exploitations, ii) un
processus d'accumulation foncière, ainsi que iii) à l'émergence de prestataires de services, dans un contexte de
libéralisation économique (Politique du Doi Moi : Renouveau).
Actuellement, tous les agriculteurs de la zone d'étude pratiquent la double riziculture. Ils sont confrontés à i) des
contraintes agronomiques fortes, ii) des relations d'interdépendances entre parcelles, iii) la nécessité, pour
certains, d'avoir recours à des prestataires de services de pompage. Ils développent alors des stratégies
individuelles visant à limiter les relations d'interdépendances entre parcelles et à posséder leur propre pompe.
Finalement, l'Etat est toujours resté fortement présent au cours de l'histoire et souvent en contradiction avec les
dynamiques locales. En particulier, les agriculteurs rencontrent actuellement d'importantes difficultés pour
développer des innovations techniques ou former des organisations paysannes, l'Etat représentant un frein à
l'action collective.

MOTS CLES : Sols sulfatés acides, Riz irrigué, secteur informel, petites entreprises,
associations d’agriculteurs, delta du Mékong (Vietnam).

AXE DE RECHERCHE : II. GESTION DES RESSOURCES NATURELLES


2.4. Gestion sociale de l’eau
2.4.1. Étude des pratiques et stratégies des usagers de l’eau

Cote documentation CNEARC : 4° 14209

- 65 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

CYCLE D’ETUDES SUPERIEURES

D’AGRONOMIE TROPICALE

DEUXIEME ANNEE

OPTION VALOR

V ALORISATION AGROALIMENTAIRE , MARCHES , ORGANISATION , QUALITE

- 66 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

BURGEAT Magali
La commercialisation des produits maraîchers dans la zone de Kayes (Mali).
Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option VALOR MALI, Kayes

INSTITUTION ASSOCIEE
• GROUPEMENT DE RECHERCHE POUR LE DEVELOPPEMENT RURAL DANS LE TIERS MONDE (GRDR)
Encadrants : Pascale MOITY-MAIZI (CNEARC), Jean-Louis COUTURE (GRDR)

RESUME

Cette étude porte sur le développement du maraîchage dans la région de Kayes (Mali) et ses conséquences
sur la commercialisation des produits locaux.
Cette ville de l'ouest du Mali, forte d'une population de 90 000 habitants, représente le principal débouché de la
production locale. Cependant l'approvisionnement en fruits et légumes du marché de Kayes est encore largement
dominé par des commerçantes ambulantes (les « bana-bana ») qui importent leurs marchandises par train
essentiellement (de Bamako, Dio, Kita) ou éventuellement par véhicule (Sénégal). Cela signifie que la demande du
marché est suffisamment forte pour attirer ces produits extérieurs (dont le prix initial est augmenté du coût de
transport) mais aussi que les produits locaux sont mal valorisés et vendus trop cher.
Le travail auprès des producteurs a permis de recenser et d'analyser les principales difficultés rencontrées
dans la mise en vente de leurs produits: le transport dans cette zone enclavée, la méconnaissance des
mécanismes de fixation des prix et enfin la difficulté de s'organiser en association de producteurs pour faire face
aux pressions du marché.
L'étude des stratégies des commerçants et des autres intermédiaires nous amène à la conclusion suivante: ce
qui entrave le plus la valorisation des productions locales à Kayes est la méconnaissance des producteurs vis-à-
vis des commerçants et inversement.
A part le marché de Kayes, il existe d'autres ouvertures possibles comme les marchés ruraux hebdomadaires
(du Dimbougou, notamment), les villages aval de Kayes ou l'approvisionnement de Sadiola.

MOTS CLES : Mali, Kayes, marché, produits maraîchers, oignon, échalote, banane,
commercialisation, stratégies d'acteurs.

AXE DE RECHERCHE : III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL


3.1. Valorisation des produits agricoles
3.1.1. Etudes de filières et de marchés

Cote documentation CNEARC : 4° 14121

- 67 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

GAILLY Grégoire

Etude des filières oignon et piment dans la vallée du Fleuve Sénégal (départements de
Bakel et Matam) -Sénégal.

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option VALOR SENEGAL, Bakel et Matam

INSTITUTION ASSOCIEE
• GROUPEMENT DE RECHERCHE POUR LE DEVELOPPEMENT RURAL DANS LE TIERS MONDE (GRDR)
Encadrant : Pascale MOITY-MAIZI (CNEARC), Jean-Louis COUTURE (GRDR)

RESUME

Dans la vallée du fleuve Sénégal, la culture irriguée est orientée depuis la colonisation vers la riziculture.
Depuis quelques années, on assiste à une « explosion » de la production horticole dans cette région. Le
département de Podor est déjà considéré comme le nouveau pôle de production de l'oignon, mais quelles sont les
opportunités pour les départements de Matam et de Bakel ?

A l'heure actuelle, la production est commercialisée localement, mais en période de production, le marché est
saturé et les producteurs, appuyés par la SAED à Matam et par le programme Hortibak du GRDR à Bakel, sont
préoccupés par les difficultés de commercialisation. Face à la concurrence des autres régions et des produits
importés d'Europe, ils ne savent pas comment réagir. L'étude des coûts de production, de commercialisation et
des marges des filières oignon et piment reflète la diversité du secteur horticole et permet de réfléchir à de
nouvelles stratégies de commercialisation pour ces producteurs.

MOTS CLES : Sénégal, Fleuve Sénégal, Bakel, Matam, oignon, piment fort, culture
maraîchère, circuit de commercialisation, coût de production.

AXE DE RECHERCHE III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL


3.1. Valorisation des produits
3.1.1. Etudes de filières et de marchés

Cote documentation CNEARC : 4° 14119

- 68 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

GUEYE Aïda

La construction des marchés financiers : monographie de la caisse locale du CRG à


Tougnifily (Guinée maritime)

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option VALOR GUINEE MARITIME, Tougnifily

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• LASOA (L’ASSOCIATION D’ANTHROPOLOGIE ET DE SOCIOLOGIE APPLIQUEE DE L’UNIVERSITE DE
CONAKRY)
• INSTITUT DE RECHERCHE ET D'APPLICATION DES METHODES DE DEVELOPPEMENT (IRAM)
Encadrants : Sébastien BAINVILLE (CNEARC), François DOLIGUEZ (IRAM)

RESUME

Ce mémoire est le résultat d'une étude réalisée en Guinée Maritime, dans la sous-préfecture de Tougnifily.
C'est une zone rurale qui n'a pas échappé à la crise financière qui a suivi les plans d'ajustement structurel en
Afrique de l'Ouest. L'une des solutions à cette crise, proposée par l'IRAM, a été la création du Crédit Rural de
Guinée (CRG) afin d'aider les populations guinéennes à accéder au crédit et financer leurs différentes activités.
Le but de notre étude est d'analyser l'impact socio-économique du crédit sur le marché financier, le marché du
foncier et celui de la main d'œuvre, dans la sous-préfecture de Tougnifily. Nous avons résumé la diversité des
services financiers, des activités et des acteurs à travers une typologie. Cette typologie des acteurs nous a permis
de dégager trois grands groupes d'agriculteurs et trois grands groupes de commerçants.
Le crédit n’a pas d’effet significatif sur le foncier agricole, mais il a entraîné une augmentation des prix des
terrains de construction autour de Tougnifily-centre. Il a par ailleurs entraîné une modification de la rémunération
de la main d’œuvre qui ne se fait plus uniquement en nature-en nourrissant les travailleurs – mais aussi en
espèce.
L’effet du crédit sur les marchés financiers de la sous-préfecture s’est traduit par une baisse du système financier
informel (prêts interpersonnels, usure et tontines) qui, malgré tout, continue à persister. Les résultats montrent que
ce marché financier n’est pas autonome par rapport aux autres marchés. En effet, la présence du CRG a provoqué
une modification du fonctionnement du système informel (baisse des taux usuriers), un changement au niveau des
circuits commerciaux.

MOTS CLES : Guinée maritime, micro-finance, marchés financiers, crédit rural, Tougnifily.

AXE DE RECHERCHE III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL


3.4. Analyse de projets et de modalités d’intervention (suivi-évaluation,
participation des acteurs, micro-crédit)

Cote documentation CNEARC : 4° 14379

- 69 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

LE SOURNE David

La différenciation par la qualité des produits de l'agriculture familiale comme stratégie


d'insertion au marché - État du Santa Catarina, Brésil.

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option VALOR BRESIL, Santa Catarina

INSTITUTION ASSOCIEE
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD)

Encadrants : Hubert DEVAUTOUR (CNEARC), Denis SAUTIER (CIRAD)

RESUME

L’agriculture familiale brésilienne doit relever de nombreux défis parmi lesquels la question de la
commercialisation de la production sur un marché ouvert et concurrentiel. La différenciation par la qualité se
présente alors comme une opportunité pour l'agriculture familiale. Comme outil de compétitivité, elle permet en
effet de se soustraire au moins partiellement à la pression sur les prix exercée sur les produits génériques.
Cette étude propose, à partir d’un cadre méthodologique inspiré de l’économie néo-institutionnelle, d’examiner
quatre expériences de différenciation par la qualité de produits de l’agriculture familiale dans l’état du Santa
Catarina dans le Sud brésilien : le PROVE de Blumenau, le poulet fermier, la cachaça de Luiz Alves et la tomate
du BNAF. Ces quatre cas relèvent d’une extraordinaire diversité en termes de produits, de spécifications, de
processus de qualification, de modes de gouvernance mis en place, de modalités d’accès au marché…autant de
réalités avec lesquelles la formulation de politique publique doit s’articuler. Par ailleurs, nous identifions les
facteurs de succès des démarches de différenciation par la qualité : une spécificité du produit forte qui doit
correspondre à un segment de marché demandeur et solvable, un marché de référence attractif, le besoin d'une
organisation et d'une coordination efficaces entre acteurs, et l'articulation avec les institutions et les politiques
publiques locales. Sur cette base, nous proposons une grille d’analyse applicable à d’autres terrains. L’étude
conclut au développement prévisible du principe de différenciation par la qualité en raison de tendances de fond
favorables : un important potentiel de ressources spécifiques mobilisables et la construction de territoires, la
segmentation des marchés et la multiplication de politique de développement rural local.
La différenciation par la qualité comporte des limites : le marché des produits différenciés est limité en volume,
l’avantage concurrentiel est souvent de courte durée, et les processus sont exigeants et engendrent de l’exclusion.
Elle est cependant pour une partie des agriculteurs familiaux catarinense un outil d’insertion de leur production au
marché et/ou d’obtention d’un différentiel de prix positif. Nous proposons qu’elle soit un élément constitutif d’une
stratégie nationale pour l’agriculture familiale brésilienne.

MOTS CLES : Agriculture familiale, qualité, Brésil, commercialisation de la production,


différenciation.

AXE DE RECHERCHE III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL


3.1. Valorisation des produits agricoles
3.1.3. Valorisation des produits par la qualité

Cote documentation CNEARC : cf H. Devautour

- 70 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

RAKOTONANTOANDRO Andrianohery

Artisanat alimentaire et qualité sanitaire : exemple de la production du fromage queijo


de coalho dans le Cearà (région Nord-Est du Brésil).
Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option VALOR BRESIL, Cearà

INSTITUTION ASSOCIEE
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD)
• EMBRAPA (EMPRESA BRASILEIRA DE PESQUISA AGROPECUARIA)
Encadrant : Hubert DEVAUTOUR (CNEARC)

RESUME

Ce document présente les savoir-faire utilisés pour la transformation du lait de vache en queijo de coalho,
dérivé du lait le plus populaire de la région du Nord-est du Brésil (Nordeste). Il présente également l'organisation
de l'activité de transformation des fromageries, selon l'approvisionnement et les marchés. Cette étude s'inscrit
dans un projet de recherche sur la qualité sanitaire de produits traditionnels dérivés du lait de deux États du
Nordeste: le Cearà et le Rio Grande do Norte.
Actuellement dans le Cearà, la production de queijo de coalho est principalement soutenue par des exploitations
agricoles et petites entreprises, qui œuvrent majoritairement sur le marché informel. Face aux changements
économiques (notamment l'intégration au sein du Mercosul),les agents de l'EMBRAPA se préoccupent du risque
de perte de compétitivité du queijo de coalho face aux produits standardisés. Cette préoccupation est renforcée
par l'évolution de la législation, qui préconise la normalisation des procédés de fabrication et la mise en place,
dans toute entreprise de transformation alimentaire, d'outils de gestion de la qualité sanitaire tels que le système
HACCP.
Dans la région de Quixeramobim, le volume de lait transformé ne constitue pas l'unique critère pertinent
permettant de différencier les unités entre elles du point de vue sanitaire. Le type d'infrastructure, mais également
les relations avec l'amont et l'aval de la transformation, jouent également un rôle important. En effet, les fabricants
adaptent leurs pratiques en fonction des contraintes de l'amont et l'aval, en vue d'une adéquation de l'offre à la
demande.
Au-delà du cas du queijo de coalho, cette étude montre l'intérêt de combiner en parallèle, l'étude des pratiques
des fromagers avec l'analyse de l'organisation de l'entreprise, pour accompagner en concertation avec les acteurs
locaux, des processus d'innovation adaptés à un contexte social et économique en évolution rapide.

MOTS CLES : Queijo de coalho, savoir-faire, amont/aval, diversité, petites entreprises,


Nordeste.
AXE DE RECHERCHE III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL

3.1. Valorisation des produits agricoles


3.1.3. Valorisation des produits par la qualité

Cote documentation CNEARC : 4° 14147

- 71 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

RAKOTOVAO Linda

La commercialisation des produits d’abattis de l’ouest guyanais.

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option VALOR GUYANE française

INSTITUTION ASSOCIEE
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD)-TERA

Encadrants : Denis SAUTIER (CIRAD-TERA), Pascale MOITY-MAIZI (CNEARC)

RESUME

Chargé d'acquérir des références techniques, sociales et économiques pour la mise en oeuvre, sur la période
2001-2006 d'un projet de développement intégré de l'Ouest guyanais, le Projet de Recherche-Action de l'Ouest-
Guyanais nous a demandé d'analyser la commercialisation des produits de l'agriculture d'abattis dans la région
Ouest. Plus précisément, a) d'analyser les problèmes d'accès au marché (marché local et marché extra- régional)
de ces produits à travers une étude des circuits de commercialisation dans quatre sites de production et b) de
dénicher des niches de consommateurs potentielles pour ces produits par des enquêtes sur le comportement
d'achat de consommateurs dans la principale ville de l'Ouest, Saint-Laurent du Maroni.
L'étude des circuits montre que trois tendances se dégagent concernant l'accès au marché dans les sites
étudiés:
1) un accès limité au marché, qui relève d'un choix. C'est le cas des agriculteurs amérindiens, qui
privilégient des réseaux d'échange réciproques, dans un cadre ethnique, et des agriculteurs périurbains
de Saint-Laurent, Bushi-Nengue qui, dans une économie transfrontalière, privilégient le commerce de
produits surinamiens, plus compétitifs par rapport à leurs propres productions, destinées elles à
l'autoconsommation ;
2) un accès limité au marché, comme c'est le cas pour les Bushi-Nengue du CD 8, dans des circuits peu
dynamiques, où les raisons liées au transport, et au passage aléatoire d'intermédiaires cache en réalité
une explication sociale: ils n'ont pas, du fait de leur histoire, une réelle identité d'agriculteurs. Pratiquant
l'agriculture d'abattis dans un but premier d'autoconsommation, ils commercialisent le surplus, sans
stratégie commerciale offensive particulière. Ils ne sont en outre pas aidés par un statut souvent de
clandestin ;
3) enfin un accès totalement orienté vers le marché extra-régional, dans des circuits dynamiques aux
intermédiaires réguliers, développé par le groupe des Haïtiens du CD 8, population pourtant au statut
précaire de clandestins illégaux, mais avec une identité marquée d'agriculteurs et pour qui la seule
source de revenus des ménages est celle tirée de la vente des productions.
Face à ces situations, au contexte frontalier de l’ouest guyanais avec le Surinam, au problème de clandestinité
sur le territoire guyanais de nombreux agriculteurs, la marge de manœuvre du projet, pour des actions au niveau
des circuits de commercialisation nous semble restreinte.
Les enquêtes sur les comportements d’achat des consommateurs à Saint-Laurent font clairement ressentir un
moyen d’améliorer la commercialisation de ces produits locaux d’abattis : leur meilleure valorisation. Des actions
en ce sens pourraient être envisagées par le projet. Cette valorisation est à considérer sous trois aspects : leur
transformation, une meilleure information du consommateur sur ces produits et leur meilleure présentation sur les
marchés locaux.

MOTS CLES : circuits de commercialisation, accès au marché, comportement d’achat,


produits d’abattis, ouest guyanais.

AXE DE RECHERCHE III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL


3.1. Valorisation des produits agricoles
3.1.2. Etudes des processus de transformation, conservation, commercialisation

Cote documentation CNEARC : 4° 14105

- 72 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

SANA Xavier-Raphaël

Les conditions et l’organisation de l’approvisionnement des usines de concentré de


tomates au Sénégal.
Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option VALOR SENEGAL

INSTITUTION ASSOCIEE
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD) -TERA

Encadrants : Pierre-Yves LE GAL (CIRAD TERA), Isabelle DOUNIAS (CNEARC)

RESUME

Alors que le concentré de tomate est le produit légumier le plus importé en Afrique, le Sénégal est l'un des
rares pays sub-sahariens à disposer d'un complexe agro-industriel pour le produire localement. Deux usines
appartenant à la société SOCAS satisfont totalement la demande nationale en double concentré en transformant
des tomates fraîches produites dans la vallée du fleuve Sénégal et en important du triple concentré.
La tomate industrielle est cultivée dans des périmètres irrigués essentiellement occupés par le riz. Cette culture est
une opportunité de diversification des revenus pour les producteurs de la région qui ont des difficultés à
commercialiser leur production rizicole.
L'organisation de la filière sénégalaise de la tomate industrielle, en crise depuis une dizaine d'années, doit
devenir plus performante afin d'améliorer de façon conséquente les conditions socio-économiques des
exploitations familiales de la vallée. La performance de la filière se mesurant par la différence entre les quantités
de tomates produites sous contrat et celles livrées à la SOCAS, il est utile de recenser les éléments qui sont
responsables de cet écart pour envisager une augmentation des livraisons de tomates aux usines.
L'analyse du contrat liant l'usine aux producteurs montre que ces clauses font défaut pour que les
engagements vis à vis de la conduite de la culture soient respectés. Le contrat ne contient pas non plus d'article
susceptible de garantir un acheminement efficace de la tomate des parcelles aux usines alors que cette opération
incombe à l'industriel. Ces insuffisances contractuelles n'offrent pas de bases solides pour une bonne efficacité de
la filière.
A côté de cela, une analyse des stratégies de commercialisation des producteurs indique qu'ils optent pour
deux modes d'évacuation pour répondre à deux types d'objectifs. En priorité, les tomates sont livrées à la SOCAS
pour rembourser les crédits qui financent la culture de riz, leur aliment de base. Ensuite, au détriment de l'industriel
qui attend la totalité des productions contractualisées, des tomates peuvent être vendues sur le marché en frais
afin de garantir une source de liquidités indispensable pour répondre aux besoins de la famille.
Enfin une analyse de l'organisation de l'approvisionnement de l'usine permet une compréhension du
fonctionnement global de la filière. Bien que l'industriel fasse, au préalable, une planification des apports en
décembre, des dysfonctionnements nuisent au bon déroulement de la campagne de récolte étalée de janvier à
juin. L'existence de ces points de blocage au niveau des relations entre les différents acteurs de la filière souligne
la nécessité d'une meilleure coordination qui doit faire l'objet de concertations au sein du comité interprofessionnel
doté d'un meilleur système de représentation.

MOTS CLES : Tomate, Sénégal, secteur agro-industriel, contrat, commercialisation, filière


tomate.

AXE DE RECHERCHE III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL


3.1. Valorisation des produits agricoles
3.1.1. Etudes de filières et de marchés

Cote documentation CNEARC : 4° 14146

- 73 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

SORHAITZ Estelle

La compétitivité des filières fruits et légumes frais face aux importations à l’île de la
Réunion.
Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option VALOR LA REUNION

INSTITUTION ASSOCIEE
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD)-REUNION

Encadrants : Hubert DEVAUTOUR (CNEARC), Jean-Louis FUSILLIER (CIRAD-Réunion)

RESUME

Certains fruits et légumes cultivés à l'île de la Réunion sont actuellement concurrencés par les importations sur
le marché local. Ce sont essentiellement l'ail et l'oignon, qui se trouvent marginalisés par leur coût de revient très
supérieur au prix des produits importés. D'autres produits (l'orange et la carotte), sont en danger car les
importations, autrefois concentrées pendant les périodes de faible production, augmentent en terme de volumes et
se désaisonnent. Enfin, les produits de substitution (conserves et surgelés) se développent et représentent un
concurrent potentiel sérieux pour la tomate et la pomme de terre.
Ce renforcement des importations est lié au développement des formes concentrées de distribution (aussi bien
en GMS qu'en restauration collective). Ces dernières ont instauré un pilotage par l'aval au sein de la filière. Elles
imposent désormais des contraintes que les produits locaux identifiés ci-dessus ne satisfont pas pleinement :
sécurité et régularité de l'approvisionnement, homogénéité du calibre et de l'aspect. Ce rapport analyse de façon
approfondie les circuits d'approvisionnement et les relations entre distributeurs et fournisseurs de fruits et légumes,
et montre que même si ces relations sont très diverses, elles devraient évoluer vers un plus grand partenariat.
Face à ces deux exigences, deux axes doivent selon nous être développés pour que ces productions locales
restent compétitives face aux importations.
Les producteurs, s'ils veulent consolider leur présence sur ces segments de marché, ont le choix entre
développer des formes de partenariat avec un grossiste intermédiaire qui concentre les flux, ou vendre
directement aux distributeurs en se regroupant. D'autre part, pour promouvoir davantage les produits locaux, ils
doivent être représentés et écoutés au sein de la filière, et pousser l'ensemble des acteurs vers une concentration
interprofessionnelle débouchant sur de véritables mesures de soutien à leurs productions.
Cette structuration de la filière doit s'accompagner d'une politique de qualité. Celle-ci passe par une
amélioration et une meilleure promotion des produits locaux sur l'ensemble des circuits de commercialisation. Mais
il est aussi nécessaire de répondre à la demande de l'ensemble du secteur agroalimentaire en terme de traçabilité
et de sécurité alimentaire, pour que la production locale soit associée à une image de qualité aux yeux des
consommateurs.

MOTS CLES : Filière, fruits et légumes, compétitivité, grande distribution, qualité,


groupements de producteurs.

AXE DE RECHERCHE III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL


3.1. Valorisation des produits agricoles
3.1.1. Etudes de filières et de marchés

Cote documentation CNEARC : 4° 14150

- 74 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

THEETEN Laurent

Etude de la commercialisation des produits laitiers de Cajamarca sur la côte proche


(Chiclayo et Trujillo).

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option VALOR PEROU, Cajarmarca

INSTITUTION ASSOCIEE
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE
DEVELOPPEMENT (CIRAD)-TERA

Encadrants : Pascale MOITY-MAIZI (CNEARC), Denis SAUTIER (CIRAD-TERA)

RESUME

Le département de Cajamarca, situé au Nord du Pérou, jouit pour ses produits laitiers d’une image de marque
forte dans tous le pays. Le mantecoso, le fromage le plus connu de tous, se vend en effet sur la côte proche
(Trujillo, Chiclayo) et même jusqu’à Lima.
Afin de finaliser l’Action Thématique Programmée (ATP) du CIRAD commencée il y a 3 ans sur le Système
Agroalimentaire Localisé (SYAL) de Cajamarca, en complément aux études précédentes ayant permis
d’appréhender cette région comme un SYAL et de comprendre son fonctionnement, cette étude tente d’apporter
des éléments de réponses quant à son aspect « localisé » ou non et à la perception des consommateurs du
fromage de Cajamarca comme un produit « de terroir ».
Ce stage de 5 mois a donc porté tout particulièrement sur le commercialisation et l’étude des flux des produits
laitiers de Cajamarca sur la côte proche, de Chimbote à Piura.
Nous avons pu mettre en évidence qu’il existait un réseau de commercialisation entre la sierra et la côte, passant
majoritairement par l’axe Cajamarca-Pacasmayo et utilisant comme "plaque tournante" le marché de Chicago à
Trujillo. Chaque semaine, ce sont près de 100 tonnes qui partent pour Lima et 50 tonnes sur Trujillo et Chiclayo.
Le camion est le moyen le plus utilisé pour transporté les produits laitiers du fait de son faible coût, le bus étant
réservé aux commandes à distance et permettant de transporter les produits dans de meilleures conditions
hygiéniques.
Sur la côte, du fait de la falsification importante, dynamisée par la récession économique sévissant, le
consommateur qui reconnaît la qualité et le goût des produits de Cajamarca, se méfie de fromages vendus sous
l'appellation "Cajamarca". Si les personnes ayant vécu dans la sierra restent fidèle aux produits artisanaux, les
autres et d'autant plus qu'elles en ont les moyens, préfèrent acheter des produits industriels qu'elles jugent moins
bons mais plus sûrs sur le plan de l'hygiène.
L'énorme concurrence que se font les producteurs de fromages du département de Cajamarca, qu'ils soient de
Cajamarca, de Bambamarca ou Chota, lieux principaux de production, poussent ces derniers à rechercher des
nouveaux segments de marché. Le marché potentiel de luxe nous semble le plus intéressant à l'avenir, que ce soit
en vendant dans les restaurants, les hôtels ou les cadres notamment étrangers.

MOTS CLES : Pérou, Cajamarca, produits laitiers, commercialisation.

AXE DE RECHERCHE III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL

3.1. Valorisation des produits agricoles


3.1.2. Etudes des processus de transformation, conservation, commercialisation.

Cote documentation CNEARC : 4° 14402

- 75 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

TORNE-CELER Sylvie

Filière avicole brésilienne : importance et difficultés des productions différenciées de


type « fermier » et « naturel ».

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option VALOR BRESIL, São Paulo

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• UNICAMP (UNIVERSITE DE CAMPINAS, SAO PAULO)
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD)

Encadrants : Hubert DEVAUTOUR (CNEARC), Guy HENRI, Dominique PALLET

RESUME

Certaines pratiques de l'aviculture industrielle ( l'utilisation des farines animales, OGM et substances
antibiotiques dans l'alimentation des poulets ) sont actuellement remises en causes par la communauté
scientifique et les consommateurs, au nom de la santé publique, du goût, du bien être animal.
Dans la partie sud du Brésil, zone principale de l'élevage industriel, parallèlement à une tendance à la
diversification des produits volaillers, apparaissent ainsi des poulets «Drug-Free» (Natural) dont le mode d'élevage
se veut plus soucieux de la santé publique et «Fermiers» (Caipira), se différenciant également par leur goût. Ces
nouvelles productions offrent des opportunités à certains acteurs de la filière avicole et à de nouvelles
technologies: production de races rustiques améliorées, de substances naturelles alternatives aux substances
antibiotiques.
Les productions fermières présentent un mode d'organisation différent des productions industrielles: elles peuvent
ainsi constituer une source de revenu supplémentaire pour une population rurale agricole à faible capacité
d'investissement. Elles peuvent ainsi favoriser le développement rural.
Cependant, la production fermière souffre d'un faible savoir-faire dans le domaine de la création de signes de
qualité, dans la vulgarisation et le perfectionnement des techniques de production.
Pour répondre à ces difficultés, des actions sont proposées. L'importance du rôle que pourraient jouer certains
acteurs dans leur réalisation est particulièrement soulignée : pouvoirs publics brésiliens, entrepreneurs de la
production fermière brésilienne et investisseurs étrangers (notamment français).

MOTS CLES : Brésil, SãoPaulo, filière avicole, qualité.


AXE DE RECHERCHE : III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL

3.1. Valorisation des produits agricoles


3.1.1. Etudes de filières et de marchés

Cote documentation CNEARC : 4° 14103-1 et 4° 14103-2

- 76 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

CYCLE D’ETUDES SUPERIEURES

D’AGRONOMIE TROPICALE

DEUXIEME ANNEE

FRT

F ORESTERIE RURALE ET TROPICALE

- 77 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

ANGLES D`ORTOLI Nicolas, MAURER Céline

Mise en place d’un outil de gestion SIG (MIS) et propositions d’aménagement pour la
réserve de Makiling Forest aux Philippines.

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option FRT PHILIPPINES, Makiling

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• ENGREF
• UPLBR-INR = UNIVERSITY OF THE PHILIPINES LOS BANOS INSTITUTE OF RENEWABLE AND NATURAL
RESOURCES GIS LABORATORY

Encadrants : Bruno FERRY (ENGREF), Georges SMEKTALA (ENGREF), Nathaniel BANTAYAN


(ERSG lab)

RESUME

L'objectif de l'étude est de construire les bases d'un Système d'Information Géographique pour la Gestion (MIS)
de la réserve naturelle de Makiling aux Philippines, et de proposer des grandes lignes de gestion pour le plan
d'aménagement.
Le MIS est construit sous les logiciels Arcview@ et Microsoft Excel@ à partir de données collectées auprès des
gestionnaires de la réserve et sur le terrain (observation, GPS, entretiens).
Les propositions d'aménagement concernent: la lutte contre l'érosion dans la zone cultivée, la gestion du tourisme
et de la surveillance de la réserve, et le suivi des conditions de la forêt naturelle. Elles sont en grande partie
élaborées grâce au MIS dans le but de montrer l'utilité de ce dernier dans la gestion de la réserve. Une partie
présente les limites du MIS et les améliorations à y apporter .

MOTS CLES : Philippines, Makiling, SIG, gestion/aménagement d’une réserve.

AXE DE RECHERCHE : II. GESTION DES RESSOURCES NATURELLES


2.5. Analyse-diagnostic d’opérations de gestion des ressources et des
territoires à différentes échelles (locale, régionale)
2.5.1. Étude de projets et d’interventions de gestion des ressources naturelles

Cote documentation CNEARC : 4° 14084

- 78 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

CHARBONNIER Virginie

Le Rôle des palmiers dattiers dans la durabilité des systèmes agroforestiers oasiens
de l’Aïr, un moyen de sécurisation des systèmes pastoraux au Niger ?
Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option FRT NIGER, Aïr

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• ENGREF
• PROPAGE (ASSOCIATION POUR LA PROMOTION ET LA PROPAGATION DU PATRIMOINE VEGETAL DES
REGIONS ARIDES ET SEMI-ARIDES

Encadrants : Georges SMEKTALA (ENGREF), Armelle de SAINT SAUVEUR (PROPAGE)

RESUME

Dans le massif de l’Aïr, la population survit principalement grâce à l’agriculture oasienne, à base de palmiers
dattiers. Dans le piémont, certains éleveurs, victimes des sécheresses consécutives se reconvertissent dans le
jardinage. L'objectif de l’étude est de comprendre le rôle du palmier dattier, dans la durabilité des systèmes de
production et celui des oasis sahéliennes, dans la sécurisation de l’élevage extensif, face aux sécheresses.

Les données de cette étude ont été recueillies au travers d’enquêtes de systèmes de production, d’observation
de terrain, d’inventaires de palmeraies et de relevés cartographiques.

Les résultats présentent, dans une première partie, la diversité des systèmes de production existants dans l'
Aïr. Ils se caractérisent par des objectifs et des moyens de production différents. Ensuite, les pratiques de la
phoeniciculture sont analysées au niveau de la mise en place de la plantation, de son entretien et de la production.
Elle occupe une place non négligeable au sein des systèmes. De plus, l'étude du fonctionnement économique et
agronomique de l'association palmiers/cultures permet de comprendre l'intégration du palmier dattier dans les
systèmes. Enfin, la sécheresse, facteur mettant à l'épreuve la durabilité des systèmes, implique des conséquences
et donc des réactions des différents acteurs.

MOTS CLES : Palmiers dattiers, systèmes oasiens de l’Aïr , sécheresses.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DE SYSTEMES DE PRATIQUES


1.2. Cultures et systèmes de culture
1.2.3. Analyse-diagnostic de systèmes de culture

Cote documentation CNEARC : 4° 14148

- 79 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

CONTEAU Cédric

Les approches des projets sur la gestion participative des ressources naturelles :
principes et limites dans la province de la frontière nord-ouest au Pakistan.

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option FRT PAKISTAN, Peshawar

INSTITUTION ASSOCIEE
• FORESTRY SECTOR PROJECT -PAKISTAN
Encadrants : Gérard BUTTOUD (ENGREF-Nancy), Jan Willem NIBBERING (FSP)

RESUME

Le concept d’impliquer les communautés locales dans la gestion des ressources naturelles est apparu dans les
années 1980 en réponse à l’inefficacité des systèmes de gestion mis en œuvre par les gouvernements. Trop
centralisés, focalisés sur la production de grumes sans prendre en compte les besoins des populations, les
départements forestiers ne réussissaient pas à protéger les forêts, menacées par la pression de la population
appauvrie, la corruption, la sécheresse. Dans la Province de la Frontière du Nord-Ouest au Pakistan, le
Département forestier tente aujourd’hui de se réformer et collabore avec plusieurs projets pour mettre en œuvre
des approches participatives. Six projets intervenant sur la gestion des ressources naturelles ont été visités afin
d’analyser leurs approches et de préciser leur vision du développement participatif.
Pour tous les projets, la notion de participation se limite à la mise en œuvre de mécanismes garantissant la prise
en compte de l’intérêt des communautés dans les activités proposées. Les diagnostics rapides pour évaluer les
besoins, les programmes de sensibilisation ou les systèmes de compensation sont autant d’outils permettant de
s’assurer de la coopération des populations. Les projets gardent par contre un contrôle sur le choix des modes
d’organisation et la sélection des activités subventionnées, bref sur les solutions à apporter aux problèmes
reconnus.
Ces choix se révèlent très stratégiques car, dans le long terme, ils permettent d’orienter le développement de la
société dans la direction voulue par les concepteurs des projets. Dans les projets visités, on retrouve ainsi deux
grandes visions de société, qui impliquent des démarches presque opposées. L’une tente de renforcer
l’organisation sociale traditionnelle et soutient l’élaboration de règles communes de gestion des ressources, afin de
rendre le développement plus durable. L’autre rejette le système traditionnel de gestion des ressources, jugé
responsable de la dégradation actuelle et favorise le développement d’une économie moins dépendante de
l’environnement et de fait moins destructrice. Chaque approche conduisant à une répartition différente des
pouvoirs entre la société civile, le gouvernement, les services forestiers et les bailleurs de fond.
L’étude des impacts des projets visités montre qu’aucune des différentes approches n’est adaptée à
l’ensemble de la Province. Des facteurs géographiques, socio-économiques ou institutionnels font qu’une stratégie
devient moins efficace à un endroit qu’une autre. Cette limite peut s’expliquer par le manque de participation des
communautés à l’élaboration des projets. Aucune adaptation des approches des projets aux conditions du milieu
n’est prévue dans les documents d’objectifs. Il y a vraisemblablement à gagner en efficacité pour les acteurs du
développement en reconnaissance et institutionnalisant cette flexibilité à l’échelle régionale.

MOTS CLES : Développement participatif, vision de société, communautés, ressources


naturelles, Pakistan.

AXE DE RECHERCHE : II. GESTION DES RESSOURCES NATURELLES


2.5. analyse-diagnostic d’opérations de gestion des ressources et des
territoires à différentes échelles (locale, régionale)
2.5.1. Étude de projets et d’intervention de gestion des ressources naturelles

Cote documentation CNEARC : cf. M. Leroy

- 80 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

SAQALLI Mehdi

Perspectives d’implantation et de diffusion de Moringa Oleifera (Districts de Korogwe-


Handeni Province de Tanga, République Unie de Tanzanie)
Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option FRT TANZANIE, Tanga

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• ENGREF
• OPTIMA OF AFRICA LTD

Encadrants : Maya LEROY (CNEARC), Georges SMEKTALA (ENGREF)


RESUME

Cette étude s’intègre dans un projet agricole initié depuis 1997 par une compagnie privée Optima of Africa en
Tanzanie. Cette société a pour objectif de créer une filière d’approvisionnement en gousses de l’arbre Moringa
oleifera. Les graines issues de ces gousses doivent être écrasées pour obtenir un tourteau à partir duquel sera
fabriqué le PhytoflocTM, un produit de potabilisation d’eau. Cette filière n’a pu être crée. Le contrat d’association
établi entre la compagnie et l’agriculteur était trop contraignant pour l’exploitant sur le calendrier agricole et
demandait trop d’investissements en capital et en travail. Le pack cultural n’est pas appliqué par les agriculteurs.
L’étude se limitait géographiquement à une zone très diversifiée d’un point de vue agroécologique et socio-
économique dans la région de Tanga, autour de l’axe Korogwe/Handeni. La culture de base de la région est le
manioc et le maïs. Dans un contexte de reconstitution des filières commerciales, certains agriculteurs se réinsèrent
dans des filières de productions fruitières : l’anacardier, le manguier et l’oranger sont les trois productions fruitières
fortement plantées. Nous les comparons à M.oleifera.
M.oleifera est un arbre robuste et facile à cultiver. Sa forte croissance, son taux de germination et sa
fructification précoce permettent en station d’obtenir deux récoltes par an dès la première année. Il nécessite
cependant beaucoup de désherbage pour lutter contre les adventices et le feu.
M.oleifera a des besoins agro-écologiques équivalents à l’anacardier et à l’oranger, le manguier nécessitant des
sites avec plus d’apport d’eau. Dans les conditions de la zone d’étude, la culture de M.oleifera demande plus de
travail que les trois autres cultures. Il pose des contraintes similaires à l’oranger et au manguier pour la
surimposition des calendriers de travail avec le maïs. L’anacardier est avantagé à ce niveau.
Au prix proposé par Optima of Africa, M.oleifera reste moins intéressant au niveau productivité que ces trois
productions mais il s’avère moins contraignant que ces trois productions (facilité de transport, de stockage et de
conservation). Comme des filières de collecte de ces trois produits spécifiques à chacun fonctionnent, le mode
d’organisation de la filière peut être établi avec comme modèle le plus adapté la filière de l’anacardier, voire
s’insérer dans cette même filière.

MOTS CLES : Tanzanie, vallée de la Pangam, M.oleifera, Optima of Africa, filière,


arboriculture.

AXE DE RECHERCHE : III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL


3.1. Valorisation des produits agricoles
3.1.1. Etudes de filières et de marché

- 81 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

CYCLE D’ETUDES SUPERIEURES

D’AGRONOMIE TROPICALE

DEUXIEME ANNEE

OPTION DEV (INA-PG)

D EVELOPPEMENT AGRICOLE

- 82 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

DIALLO Alpha Boubacar (DAA)

Diagnostic du système agraire de la préfecture de Dabola (République de Guinée)

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option DEV GUINEE, Dabola

INSTITUTION ASSOCIEE
• PROGRAMME DABOLA/DINGUIRAYE
Encadrant : Hubert COCHET (INA-PG)

RESUME

Cette étude présente


i) la dynamique, la transformation du système agraire et son insertion dans l’environnement naturel, et
tout particulièrement comment les ressources disponibles (terre, main d’œuvre, capital) sont affectées
entre différentes activités agricoles ;
ii) la caractérisation des systèmes de production identifiés et la détermination d’une typologie des
exploitations en tenant compte de leur aptitude à assurer les besoins vitaux et économiques du
ménage. A la fin de ce travail nous proposons quelques recommandations en matière de conseils sur
d’éventuelles interventions à entreprendre : micro-finance, formation.
Le principal résultat est que la zone est déficitaire en vivriers, en raison de divers facteurs (niveau
d’équipement, retard des pluies, manque d’utilisation des engrais, concurrence des mauvaises herbes). La
démarche actuelle du projet de relance des groupements en associations régionales de producteurs semble
intéresser certains paysans. On estime que si elle est suivie de mesures d’accompagnements, la confiance dans
la collaboration pourrait renaître. Si la formation des groupements est orientée vers la gestion pour les exploitants
de la culture stratégique qu’ils maîtrisent le mieux (riziculture inondée de plaine) pour laquelle ils ont un savoir faire
en matière de choix techniques, on peut prévoir que les petits producteurs puissent dégager des revenus
suffisants dans le moyen terme. Mais les distributions d’intrants et de vivres dans la région par le HCR et le PAM
risquent de mettre en cause les efforts de sensibilisation sur l’auto-promotion des populations.

MOTS CLES : Guinée, Dabola, diagnostic agraire, typologie des producteurs.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1. Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.1. Echelle régionale– diagnostic de systèmes agraires

Cote documentation CNEARC : 4°14313

- 83 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

LA FONTAINE Eric (DIAT), CREUSE Olivier (DAA)

Analyse-diagnostic, étude du système agraire horticole marchand, commune de


Roura- région agricole de cacao (Guyane).

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option DEV GUYANE, Roura

INSTITUTION ASSOCIEE
• CENTRE DE GESTION ET D’ECONOMIE RURALE (CGER) - GUYANE
Encadrants : Blandine CHEYROUX ( INAP-G), Henry-Georges HIDAIR (CGER)

RESUME

L'objectif de l'étude est de comprendre les évolutions récentes et la situation actuelle de l'agriculture de la
région agricole de Cacao (Roura- Guyane) et d'apporter une contribution au développement des agricultures
familiales orphelines de Guyane. L'objet de l'analyse diagnostic est le système agraire horticole marchand
développé par des Asiatiques, réfugiés politiques du Laos. Les Hmong arrivent en Guyane dans une clandestinité
organisée par l'Etat à la fin 1977. Le projet de l'Etat est de lier le sort de ces Hmong au développement agricole de
la Guyane. Le volet agricole du plan de peuplement - développement dans la philosophie des projets antérieurs
comprend un important volet agro-exportateur. Une Ferme d'État est chargée de la gestion du projet, elle utilise la
main d'oeuvre hmong. Cette situation perdure tant que l'isolement empêche les agriculteurs d'accéder aux
informations du marché. À partir de là (1980 -1985), en défiant la logique de Ferme d'État, le bon sens paysan
conduit les systèmes de production familiaux à s'orienter vers le marché local alors déficitaire en produits
horticoles. Comme le montre l'histoire agraire, la région de Cacao a des avantages comparatifs pour
approvisionner le marché de Cayenne. Dans une logique marchande, les agriculteurs cherchent à diversifier au
maximum leurs systèmes de culture. Le legs de la Ferme d'État et la faculté d'accès à l'information créent une
accumulation différentielle de capital à l'origine de la différenciation actuelle des systèmes de production familiaux.
En effet, en situation de front pionnier, le capital, ressource limitante, permet d'étendre ses surfaces cultivées en
diversifiant ses productions et d'augmenter son revenu. Le petit maraîcher de la plaine drainée cherche à
maximiser son revenu par hectare alors que les trois autres catégories d'exploitants (exploitant maraîcher diversifié
et arboriculteur disposant d'un capital moyen à fort et exploitants patronaux spécialisés en ananas et taro) qui
possèdent plus de capital et qui peuvent augmenter leurs surfaces cultivées, cherchent à maximiser le facteur
travail. Comme tous les autres systèmes agraires marchands ou vendant des surplus vivriers sur les marchés de
détail de Guyane, les agriculteurs de Cacao (Roura) sont confrontés aux contraintes de marché (faiblesse et
variabilité de la demande, variation de l'offre en biens horticoles) et à l'accès au capital. Une politique agricole
orientée sur un objectif de sécurité alimentaire en Guyane est à recommander pour contribuer à lever cette
contrainte. Dans le même temps, il s'agirait d'accorder plus d'attention aux agricultures familiales guyanaises; si la
réussite de ce système agraire horticole marchand est exemplaire, rappelons que l'agriculture Hmong demeure la
seule agriculture familiale historiquement aidée en Guyane.

MOTS CLES : Guyane française, région agricole de cacao, diagnostic, système agraire
horticole marchand.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1. Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.1. Echelle régionale – diagnostic de systèmes agraires

Cote documentation CNEARC : 4° 14314

- 84 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

THORAL Vincent (DIAT), LOUIS Céline (DAA)

Analyse-diagnostic du système agraire de la petite région d’Ahépé


(préfecture de Yoto, Togo).

Mémoire ESAT 2 – DIAT – Option DEV Togo, Ahépé

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• BIOTECHNOLOGY FOR HUMAN DEVELOPMENT (BDH)
• ASSOCIATION DE PLANTEURS POUR LA PROMOTION DES ESSENCES FORESTIERES DU TOGO (APPEF)
Encadrant : Kouami KOKOU (Université de Lomé)

RESUME

Cette étude a pour but le diagnostic de la petit région d’Ahépé (préfecture de Yoto) au Togo : i) étude de la
différenciation des systèmes agraires au cours du temps ; ii) analyse du système agraire contemporain (structure
et fonctionnement des écosystèmes cultivés, étude des stratégies et des pratiques paysannes, modélisation des
systèmes de production) ; iii) dynamique actuelle et propositions d’action.
Ainsi on distingue quatre grandes phases dans l’évolution du système agraire de la région étudiée : agriculture
pionnière sur abattis-brûlis avec des temps de friche supérieurs à vingt ans. Lorsque l’accès à la terre diminue,
alors que le palmier devient une source de revenus prépondérante, on passe à un système de palmeraie-friche.
Ce système nécessite une surface disponible au moins trois fois supérieure à la surface cultivable par actif. Afin de
faire face à la baisse de la disponibilité foncière, le troisième système sera celui de l’élagage-brûlis avec des
phases de culture et de friche se succédant tous les trois ans. Enfin quand la terre est vraiment insuffisante et qu’il
faut la cultiver dans son intégralité, on observe deux types de phénomènes : une crise « malthusienne » avec
exode et vente de la force de travail ; mais aussi une intensification du travail et du capital par unité de surface qui
permet de dégager des revenus suffisants. Aujourd’hui dans la région d’Ahépé, les exploitations ne sont pas toutes
au même stade. L’agriculture pionnière a pris fin dans les années 1930, mais certaines exploitations bénéficient de
larges surfaces permettant le système palmeraie-friche et l’exploitation du teck. Beaucoup en sont au système
élagage brûlis. Enfin la plupart des jeunes doivent trouver des solutions en travaillant sur des surfaces minimales.
Cet historique montre une érosion progressive de la surface disponible par exploitant dans le Yoto, qui a
entraîné, surtout au cours des cinquante dernières années, des modifications des mode de gestion de la fertilité et
d’organisation sociale des exploitants. En effet, le maintien de la fertilité par la friche semble de moins en moins
possible pour la plupart des agriculteurs. De nouveaux modes de gestion de la matière organique se mettent en
place (l’élevage en enclos en particulier) et nécessitent un soutien (formation, aide à l’installation). En outre si une
réforme agraire ne semble pas souhaitable ici, une réflexion s’impose sur une meilleure utilisation du foncier, et en
particulier des teckeraies.

MOTS CLES : diagnostic agraire, Togo, Ahépé, différenciation des systèmes agraires.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1. Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.1. Echelle régionale – diagnostic de systèmes agraires

Cote documentation CNEARC : 4° 14312

- 85 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

CYCLE D’ETUDES D'INGENIEUR

DES TECHNIQUES AGRICOLES

DES REGIONS CHAUDES

DEUXIEME ANNEE

EITARC 2

- 86 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

ALLADOUMGAR Moguenara

Etude des possibilités de mise en œuvre d'un projet local au Tchad :

Cas de la zone d'intervention du projet d'aménagement des ouadis du Ouaddaï/Biltine en milieu rural.

Mémoire EITARC – DITARC TCHAD Ouaddaï / Biltine

INSTITUTION ASSOCIEE
• DEUTSCHE GESELLSCHAFT FÜR TECHNISCHE ZUSAMMENARBEIT (GTZ) -P.A.O.
Encadrants : André MARTY (IRAM), Mahamat ISSAKA (GTZ-PAO), Gerrit BRUMMELMAN (GTZ-
PAO)

RESUME

Le PAO, financé par la GTZ et basé à Abéché, intervient dans le Ouaddaï-Biltine depuis 1989, zone où
agissent plusieurs autres projets et ONG dans le domaine du développement en milieu rural. Ses actions
concernent l'aménagement des ouadis à travers la mise en place de mesures de lutte antiérosive et l'appui à
l'autopromotion des populations rurales dans les deux départements où cohabitent les agropasteurs sédentaires et
éleveurs nomades ou transhumants. Sa stratégie d'intervention est basée sur le « concept d'intervention dans les
bassins versants» qui consiste à impliquer les populations dans la mise en place des ouvrages en commençant
par de nombreuses petites mesures en amont des bassins versants avant de réfléchir aux gros ouvrages à
installer en aval desdits bassins versants. A l'issue de cette approche, plusieurs organisations paysannes
(groupements, associations villageoises et fédérations) ont été mises en place et appuyées par le projet.
Une douzaine d'années d'expériences, dans le domaine de l'aménagement des ouadis, a été jugée suffisante
pour réfléchir à d'autres dimensions de développement : les projets de développement local. La reformulation du
projet d'aménagement des ouadis en un projet de développement local fera intervenir de nouvelles considérations
dans ses principes : implication de tous les acteurs de la zone, développement de synergies d'interventions entre
ces acteurs locaux dans l'identification des projets à mettre en place, le contexte institutionnel, le contexte politique
etc. Le passage de la situation actuelle de projet sectoriel, vers un projet globalisant de développement local,
nécessite une analyse :
- De la politique en vigueur permettant la mise en place du processus;
- Des structures paysannes mises en place en matière de renforcement de capacités à exprimer leurs besoins,
à décider, à négocier etc.
- De la synergie développée entre acteurs locaux;
- De l'émergence des prestataires de services privés dans la zone, interlocuteurs des OP;
Mais aussi, au delà des acteurs, la nécessité de s'assurer des acquis occasionnés par les mesures de lutte
antiérosive, les mesures d'accompagnement, la protection de l'environnement et l'appui à la production agricole et
animale pour une planification de mise en oeuvre de projets de développement local.

MOTS CLES : Tchad, aménagement des ouadis, lutte antiérosive

AXE DE RECHERCHE : III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL


3.4. Analyse de projets et de modalités d’interventions (suivi-évaluation,
participation des acteurs, micro-crédit)

Cote documentation CNEARC : 4° 14393

- 87 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

FAVIER Jean-Michel

L’amélioration génétique pour une meilleure production de viande au Negros Oriental


(Philippines).
Identification des systèmes et des acteurs, orientation d’un projet d’introduction de races exotiques.

Mémoire EITARC – DITARC PHILIPPINES, Negros oriental

INSTITUTION ASSOCIEE
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD)

Encadrants : Alain LE MASSON (CIRAD), M. HENNEQUIN

RESUME

Dans les années 80, l'Etat Philippin a mis en place un programme de développement de l'Insémination
Artificielle sur trois régions et notamment sur la province du Negros Oriental, en collaboration avec la coopération
Japonaise. Il a pour but d'améliorer le potentiel génétique du cheptel local peu productif en introduisant la race
Brahman (zébu). Malgré une demande croissante de viande de qualité en aval de la filière et les efforts des
services de l'élevage, la production reste faible : 23 kg de carcasse par bovin sont produits annuellement. Le fort
taux d'exploitation du cheptel (25%) est compensé par une large proportion de vaches adultes (43%), à forte
fécondité (0,68 veau / vache /an) afin de maintenir un effectif estimé à 90 000 têtes en 2001. La part du cheptel
exploité est principalement constitué de jeunes mâles non engraissés. Seulement 4% des reproductrices sont
touchées par le programme étatique (pourcentage stable) et une majorité des bovins sont de races locales
(«natives»).
Au terme d'une enquête transversale rétrospective auprès des éleveurs de la province du Negros Oriental,
nous avons tenté d'expliquer ces résultats.
Dans un milieu encore occupé par de gros propriétaires, les petits exploitants tentent d'élever la majorité du
cheptel de la province (97% contre 3% pour les ranchs). Leurs capacités d'élevage sont faibles (moins de 3 bovins
par élevage). Un échantillon de 126 petits et moyens élevages ont fait l'objet d'une étude approfondie, le groupe
«marginal» des ranchs présentent des caractéristiques trop spécifiques pour s'y intégrer.
Une analyse multivariée effectuée sur les données groupées par thèmes a permis de déterminer quatre types
d'éleveurs en fonction de leur environnement économique et social, trois types de structure de cheptel, trois
stratégies d'alimentation du troupeau et trois stratégies de reproduction.
L'accès à l'amélioration génétique ne dépend pas des caractéristiques de l'exploitation, mise à part la distance
par rapport à la ville pour ceux qui souhaitent utiliser l'Insémination Artificielle. Malgré un potentiel fourrager
important et un état sanitaire correct des animaux, la conduite des troupeaux diverge. Plus qu'à un manque de
technicité, ces variations de conduite sont surtout liées aux objectifs recherchés par l'éleveur. Le bovin peut être un
outil de travail (16% l'utilisent en traction attelée), mais plus fréquemment, il sécurise des ressources financières, à
l'image d'une banque. La prise de conscience des éleveurs est en cours: sur les marchés, dans les villages, les
produits de croisement sont enviés... De plus en plus d'éleveurs perçoivent le bovin comme un outil de production
de viande afin d'obtenir des avantages financiers.
Ces éleveurs ne seront pas hostiles à l'introduction de nouvelles races exotiques, à condition que la différence
de production soit significative, que les charges financières et en main d'oeuvre restent minimales... L'intégration
d'un tel projet dans la dynamique de cette filière passe par une sensibilisation des acteurs concernés et par un
appui en terme d'organisation et de structuration du milieu, au delà des compétences techniques.

MOTS CLES : Philippines, Negros oriental, production bovine, insémination artificielle.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.3. Productions animales et systèmes d’élevage
1.3.2. Etude d’une production animale

Cote documentation CNEARC : 4° 14308

- 88 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

JARRAY Baghadadi

Etude des systèmes d’élevage et de gestion des parcours collectifs au Dahar de


Tataouine-Tunisie (cas du secteur Douiret, Rass El-Oued et Bir Thlathine).

Mémoire EITARC – DITARC TUNISIE, Tataouine

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• ASSOCIATION POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA REGION DE KAYA (ADRK)
Encadrant : Alain BOURBOUZE (IAM), Noureddine NASR (IRA-Médenine), Mohamed Béchir BEN
ALI (PA/CRDA Tataouine)

RESUME

Situé à l'extrême Sud tunisien, le Dahar de Douiret I Rass EI-Oued et Bir Thlathine couvre une superficie
d'environ 110 000 ha. Il se caractérise par l'aridité de son climat et la vocation pastorale de son espace.
Suite aux mutations socio-économiques survenues dans ces régions, les systèmes d‘élevage ont subi de
profondes transformations qui se sont soldées par la disparition du système pastoral et l'apparition du système
agropastoral.
Le système agropastoral en place, malgré les contraintes qu'il subit, nous permet de considérer que l'activité
agricole est plutôt tournée vers l'élevage. L'arboriculture et la céréaliculture sont saisonnières. Cette aptitude
dominante de l'élevage à l'égard des autres activités agricoles, se traduit dans des stratégies individuelles des
grands éleveurs (60% du cheptel) ayant des revenus extra- agricoles importants qui font du Dahar et de la plaine
deux zones complémentaires pour la conduite et l'alimentation de leur cheptel. En raison de la sécheresse et
malgré la réduction des besoins sociaux, les petits et moyens éleveurs, dont les revenus extra agricoles sont
faibles à moyens, n'arrivent pas à faire de l'élevage une activité rentable à cause du coût de complémentation (foin
et paille) et leurs revenus d'élevage s'avèrent faibles ou négatifs.
Un 3ème groupe se localisant autour de Bir Thlathine a été identifié. Les membres de ce groupe sont des
éleveurs et des grands propriétaires fonciers. Leurs stratégies s'orientent vers la création de projets intégrés:
polyculture afin d'assurer la durabilité de leur système. En matière de gestion de l'espace, aucune organisation
gestionnaire n’est présente. Les avis des acteurs locaux concernant la création de groupements de
développement ou d'éleveurs sont antagonistes malgré leur forte sensibilisation. Seuls les grands éleveurs sont
convaincus de la nécessité de création de ces groupements si le territoire du groupement correspond seulement à
leur territoire.
Par ailleurs, dans ce secteur d'étude, les stratégies individuelles, l’importance des revenus extra- agricoles et la
diversification des activités sont les principaux critères qui permettent de différencier la progression, la stagnation
ou la régression des unités de productions.

MOTS CLES : Systèmes d’élevage, gestion des parcours, Dahar Tataouine, groupements.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


I.3. Productions animales et systèmes d’élevage
1.3.3. Analyse-diagnostic de systèmes d’élevage, relations agriculture élevage,
culture attelée

Cote documentation CNEARC : 4° 14344

- 89 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

NDAYE Massar Demba

Analyse des pratiques phytosanitaires des maraîchers de la zone des Niayes du


Sénégal.

Contribution au respect des normes d’exportation de leur produit vers l’Union Européenne.

Mémoire EITARC – DITARC SENEGAL

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD-FLHOR)
• CENTRE NATIONAL DE RECHERCHE AGRONOMIQUE (CNRA), KORHOGO, COTE D'IVOIRE
Encadrant : Jean-Claude BETHUNE (CNEARC)

RESUME

Les cultures maraîchères et fruitières de la zone des Niayes bénéficient de conditions pédo-climatiques
favorables en dépit des contraintes techniques, socio-économiques et phytosanitaires notamment.
La principale stratégie de prévention et de lutte contre les ennemis des cultures, mise en place par les
agriculteurs, repose essentiellement sur la lutte chimique. Très peu raisonnée, la pratique de la lutte chimique
étudiée auprès de 17 petits et moyens producteurs, a révélé dans 3 échantillons de légumes sur 5 analysés, des
teneurs de résidus de pesticides 1 à 25 fois supérieurs aux Limites Maximales de résidus (LMR) applicables
depuis le premier juillet 2001 dans l’espace européen.
Les mesures pratiques à prendre par les différents acteurs concernant l’usage incontournable des pesticides
doivent impérativement s’intégrer et s’adapter aux Bonnes Pratiques Agricoles BPA (choix approprié du produit,
bonnes techniques d’application, respect des délais avant récolte) pour être conforme aux normes de qualité
exigées par l’Union européenne (UE).
Pour atteindre ces objectifs et mettre en œuvre des méthodes préventives, les structures d’encadrement et de
vulgarisation comme l’Agence Nationale de Conseil Agricole et Rural (ANCAR), le Projet Gestion Intégrée de la
Production et des Déprédateurs (GIPD) doivent mettre l’accent sur la formation pratique et la sensibilisation des
différents acteurs notamment les producteurs.
La valorisation des résultats de recherche n’aura d’intérêt que grâce au renforcement et à l’application de la
législation sur le contrôle et la circulation des pesticides à l’intérieur du Sénégal et à travers ces frontières avec les
autres pays limitrophes.
Il s’avère nécessaire dans ce cas, de faire l’inventaire des législations nationales et internationales dans le
domaine des pesticides. Les différentes sources ont été identifiées et des procédures de recherche des
informations ont été élaborées pour les rendre disponibles aux opérateurs.
Pour contribuer à la mise en œuvre du programme de GIPD en cultures maraîchères dans les Niayes, les
modalités ont été définies en relevant les contraintes, les avantages et les opportunités.

MOTS CLES : Niayes du Sénégal, maraîchage, arboriculture, pratiques phytosanitaires,


ennemis des cultures, auxiliaires, pesticides, LMR, législations, gestion
intégrée

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYTEMES DE PRATIQUES


I.4. Protection des cultures

Cote documentation CNEARC : 4°13925

- 90 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

PEFAKOUE Ibrahim

Analyse des effets du conseil de gestion sur les exploitations agricoles du Nord-
Cameroun, perception des producteurs du village de Mafakilda.

Mémoire EITARC – DITARC CAMEROUN, Mafakilda

INSTITUTION ASSOCIEE
• POLE DE RECHERCHE APPLIQUEE AUX REGIONS DE SAVANES D’AFRIQUE CENTRALE (PRASAC)
Encadrants : Jacques RIPOCHE (CNEARC), Michel HAVARD (PRASAC)

RESUME

Les variations climatiques qui jouent un rôle déterminant sur la biodiversité font de la zone soudano-sahélienne
du Nord Cameroun, un milieu essentiellement fragile. Ceci explique l'endurance des populations face aux
calamités naturelles (la sécheresse, invasions de criquets,...) qui engendrent une situation de famine récurrente et
aggravent le phénomène de pauvreté. Comme résultats, on assiste à l'installation progressive dans la région de
vastes programmes d'aides au développement et des structures de recherche aux fonctions diverses. Les grands
apports de vivres pour la résorption de la famine chez les plus déshérités assurés en grande partie par le
programme alimentaire mondial, ont depuis nombre d'années atteint leurs limites, par rapport à l'éventail des
populations à nourrir. Il y a donc une réelle nécessité de passer progressivement d'une agriculture de subsistance
à une agriculture plus productive, avec un encadrement plus rapproché pour la satisfaction des besoins minimum
des paysans. Ce rôle d'encadrement, jusqu'aux années récentes était confié au Programme National de
Vulgarisation et de Recherche Agricole. Mais, le volet recherche de ce programme n'a pas été exploité pour
prendre en compte les facteurs liés à la gestion de l'exploitation. C'est ce qui justifie le rôle du PRASAC (Pôle de
Recherche Appliquée aux régions de Savanes d'Afrique Centrale), projet régional associant la République du
Tchad et la République centrafricaine à une nouvelle démarche de conseil de gestion au niveau des exploitations
agricoles.
Depuis trois ans, cette démarche est testée au niveau des villages du Nord Cameroun. Les études d'impact
sollicitées par ledit projet sur les exploitations agricoles du village de Mafakilda ont permis d'apprécier le niveau de
réalisation des différents objectifs, et des différentes actions préconisées au départ, ainsi que les niveaux
d'appropriation de ladite démarche par les agriculteurs. Au vu des résultats obtenus, on peut se réjouir du fait que
bien des actions mises en oeuvre dans le cadre de cette démarche soient assimilées et appliquées aujourd'hui par
différentes catégories d'agriculteurs formés. Il s'agit principalement de celles sur la gestion des récoltes et la
sécurité alimentaire, la gestion de la trésorerie et la programmation des activités de la campagne agricole. On a
noté également avec satisfaction que les effets se sont étendus aux exploitations hors conseil, par un simple
phénomène de diffusion dont les principaux responsables sont les agriculteurs eux-mêmes et certains animateurs.
Tous ces aspects positifs ne doivent pas voiler complètement les insuffisances observées au niveau du système
de conseil qui mérite d'être amélioré, vu la complexité ou l'inadaptation de certains outils, pour des agriculteurs peu
scolarisés ou analphabètes. Les différentes fiches d'enregistrement des opérations et notamment celles de
trésorerie sont à alléger. L'organisation des activités pratiques sur le terrain est à revoir. La réussite de cette
démarche passe également par la forte mobilisation des femmes qui sont jusqu'ici peu intéressées par le dispositif.

MOTS CLES : Nord-Cameroun, Mafakilda, gestion de l’exploitation, conseil de gestion,


agriculture productive

AXE DE RECHERCHE : III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL


3.3. Formation, vulgarisation, conseil de gestion
3.3.1. Analyse des dispositifs de vulgarisation et de conseil

Cote documentation CNEARC : 4° 14359

- 91 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

RASSEMBAYE Ngaradoumbaye

Rôle des greniers communautaires dans la sécurité alimentaire au sud du Tchad.

Mémoire EITARC – DITARC TCHAD

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• LABORATOIRE DE RECHERCHES VETERINAIRES ET ZOOTECHNIQUES DE FARCHA (LRVZ)

• POLE REGIONAL DE RECHERCHE APPLIQUEE AU DEVELOPPEMENT DES SAVANES D’AFRIQUE CENTRALE


(PRASAC)

Encadrants : Jacques RIPOCHE (CNEARC), G DURTEURTRE (LRVZ)

RESUME

Depuis plusieurs années, des actions communautaires en matière de sécurité alimentaire ont été engagées par
les paysans avec l’appui de différentes structures de développement. Les greniers communautaires et les banques
de céréales sont nés à la suite de famines ou de soudures difficiles (1973,1979,1985) et aussi d’un constat de
mauvaise gestion des ressources alimentaires pour certaines structures d’appui.
Cette étude consiste à partir de l’analyse du fonctionnement et de l’organisation de quelques greniers
communautaires ou banques de céréales mis en place par les ONG, pour identifier les atouts et les contraintes de
ces outils : histoire du groupement, de la répartition des pouvoirs de décision, l’implication des communautés et les
modalités d’intervention. Dans un deuxième temps, il s’agit d’analyser, dans chacune des communautés
rattachées à ces actions, les stratégies des exploitations en matière de gestion des stocks familiaux. Une fois les
atouts et les contraintes identifiés, des pistes de démarches seront proposés aux services de développement qui
souhaitent intervenir en matière de sécurité alimentaire.

MOTS CLES : Tchad, Pôle Régional de Recherche Appliquée au développement des Savanes
d’Afrique Centrale, Sécurité alimentaire, greniers communautaires.

AXE DE RECHERCHE III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL


3.4. Analyse de projets et de modalités d’intervention (suivi-évaluation,
participation des acteurs, micro-crédit)

Cote documentation CNEARC : 4° 14306

- 92 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

THIAM Ibrahima

Caractérisation des pratiques de gestion des ressources pastorales des éleveurs du


Ferlo dans un contexte biologique et socio-économique évolutif. Etude de cas à Ttki,
Thieul et Révane.

Mémoire EITARC – DITARC SENEGAL, Ferlo

INSTITUTION ASSOCIEE
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD)

Encadrant : Alain LE MASSON (CIRAD-EMVT), Alexandre ICKOWICZ (PPLS-LNERV Dakar)

RESUME

Dans la partie septentrionale du Sénégal se trouve le Ferlo, vaste région sahélienne d'une superficie de trois
millions d'hectares soit environ 15% du territoire national. Du fait des aléas climatiques et des sécheresses
récurrentes, les activités agricoles n'y sont pas, en général, très présentes, sauf à la limite de la frange Sud de la
zone. Ainsi, la vocation sylvopastorale de cette région a été toujours reconnue par les pouvoirs politiques bien
avant l'indépendance du pays en 1960. Dans ce sens les politiques de développement soutenues par l'Etat, à
travers ses partenaires et les différentes structures et organismes d'encadrement nationaux et / ou de coopération,
ont toujours pris ce facteur essentiel en compte dans l'exécution de leurs programmes. Ces politiques ont eu des
répercussions sensibles sur l'élevage pastoral ; répercussions, positives comme négatives, encore très présentes
dans les esprits et les pratiques. C'est ainsi que le contexte de ces dix dernières années, politico-institutionnel,
économique, social et environnemental, particulièrement marqué, ne peut pas ne pas être sans conséquences sur
l'évolution des activités du Ferlo, notamment sur la gestion des ressources pastorales.
Ainsi la typologie des systèmes de production comme celle des systèmes d'élevage, à l'échelle des sites
étudiés, montre non seulement des choix plus ou moins opportunistes mais est surtout un reflet des contraintes
passées et actuelles. La réelle connaissance du milieu par les éleveurs, les systèmes actuels de gestion et
d'exploitation de ces milieux et des ressources qui y sont et l'état actuel des parcours marqués par une tendance à
la dégradation pose le problème de la gestion durable des maigres parcours naturels du Ferlo. Si la complexité de
l'environnement institutionnel et des enjeux est bien réelle, les diversités des situations et des acteurs locaux sont
aussi autant de facteurs pouvant expliquer l'état actuel de dégradation de ces ressources.
Les éleveurs, face à des situations pareilles déploient une multitude de stratégies basées essentiellement sur
l'exploitation par pâture directe des parcours, la mobilité avec la prise en compte d'un facteur essentiel qui est
l'eau. Cette situation engendre des contraintes mais aussi certaines opportunités et retombées positives pour ces
éleveurs, comme pour les populations qui les accueillent et dans un cadre plus général pour l'économie
sénégalaise.
En faisant une lecture des potentialités d'une telle zone dont la vocation sylvopastorale ne fait donc plus aucun
doute, mais aussi en les opposant aux contraintes entravant un bon décollage du développement de ces localités,
on ne peut que poser l’avenir des systèmes de production, d’élevage et de gestion des ressources qu’en terme de
relations durables entre le monde pastoral et l’environnement. La prise en compte des propositions, issues des
concertations avec les éleveurs mais aussi de différents acteurs des sites étudiés, aideraient sans doute les
éleveurs à trouver des réponses à certaines préoccupations des populations à court et à moyen terme.

MOTS CLES : Sénégal, Ferlo, gestion des ressources pastorales.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.3. Productions animales et systèmes d’élevage
1.3.3. Analyse-diagnostic de systèmes d’élevage, relations agriculture-élevage, culture
attelée

Cote documentation CNEARC : 4° 14307

- 93 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

ZINSONNE SORGHO Félicité

Contribution à la compréhension de la gestion des moulins dans la province du


Bazéga.

Mémoire EITARC – DITARC BURKINA, Bazéga

INSTITUTION ASSOCIEE
• PROJET DE GESTION DES RESSOURCES NATURELLES DU BAZEGA (PGRNB)
Encadrants : Pascale MOITY-MAIZI (CNEARC), Joël TARAUD (CNEARC), Charlotte YAMEOGO
KONCOBO (PGRNB)

RESUME

Nous nous intéressons au cours de cette étude au cas des moulins gérés par des groupements villageois dans
la zone du Bazéga au Burkina Faso. Il s’agit d’un thème d’actualité car le développement local, dans le contexte
actuel, s’appuie sur les initiatives, le dynamisme et la capacité des organisations socio-professionnelles. Ainsi le
moulin, équipement moderne de transformation des produits alimentaires, est-il une entreprise pour le
développement local? et/ou un enjeu politique, économique et social ? Des privés s'y investissent, des ONG, des
projets, et des Gouvernements s'y intéressent à travers l'implication des organisations paysannes dans le
domaine. Dans cette optique, notre travail a consisté à étudier différents groupements en décrivant le dispositif
organisationnel de gestion, les dynamiques développées, les difficultés rencontrées et les solutions envisageables
en adaptant une démarche particulière puisque nous allons comparer les formes de gestion autour des moulins
dits PGRNB (Projet de Gestion des Ressources Naturelles du Bazéga) avec d’autres formes identifiées dans
d’autres moulins, collectifs et privés, dans la province du Bazéga.
Il s’agit là des points de vue, des perceptions et des opinions d'acteurs sur la gestion des équipements (la
gestion comptable, organisationnelle et technique) permettant de comprendre les logiques, pratiques et stratégies
différentes autour d’un bien collectif où les groupements rencontrent des difficultés par rapport aux privés. Les
principales difficultés sont dues au manque de structuration efficace des organes de gestion, de formations
suffisantes et adaptées et d’une gestion transparente etc..

MOTS CLES : Burkina, Bazéga, moulins communautaires, moulins privés.

AXE DE RECHERCHE : III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL


3.4. Analyse de projets et de modalités d’intervention (suivi-évaluation,
participation des acteurs, micro-crédit)

Cote documentation CNEARC : 4° 14343

- 94 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

MASTER EUROPEEN NATURA EN

AGRONOMIE TROPICALE

ET SUBTROPICALE

MASTER VOPA

VULGARISATION ET ORGANISATIONS

PROFESSIONNELLES AGRICOLES

- 95 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

ANDRIANJAKAMANANTSOA Christian

Communication et animation rurale dans le cadre de la gestion locale sécurisée des


ressources naturelles renouvelables à Madagascar.

Mémoire Master VOPA MADAGASCAR

INSTITUTION ASSOCIEE
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD)

Encadrants : Alain BERTRAND (CIRAD), Pierre MONTAGNE (CIRAD)

RESUME

A Madagascar, dans un contexte de décentralisation et d'autonomie des provinces, la stratégie de gestion de


l'environnement et des ressources naturelles est basée sur le développement d'une approche régionale ou locale
impliquant une participation active et une responsabilisation réelle des acteurs locaux, en particulier de la
communauté rurale de base. Cette approche, née d'une longue expérience de développement et de conservation,
a abouti à une intervention institutionnelle régie par une loi communément appelée loi « GELOSE » qui consiste à
mettre en oeuvre un processus de transfert de gestion des ressources naturelles renouvelables au niveau local, à
travers d'un contrat tripartite établi entre la communauté locale de base, la Commune et le Service technique
concerné par ces ressources.

En conformité avec la loi GELOSE, pour réguler la production de bois énergie, le Projet Pilote Intégré de
Mahajanga ou PPIM, composante du projet Energie Il sur un financement de la Banque mondiale, cherche
actuellement à favoriser la mise en place des accords contractuels de gestion des ressources en bois énergie
entre la population locale, la Commune et le Service des Eaux et forêts. L'objectif de vingt contrats pour une
période de moins d'un an a été fixé. Ces contrats ne seront cependant réalisés que si la motivation de la
population est acquise préalablement d'où la nécessité d'une campagne d'information et d'animation.

Le présent travail de recherche vise ainsi à établir un schéma de communication pour la mise en place de ces
contrats de transfert de gestion des ressources naturelles renouvelables dans le cadre de l'activité du projet PPIM.

MOTS CLES : Madagascar, communication, animation, formation/information, gestion locale


sécurisée, transfert de gestion des ressources naturelles renouvelables.

AXE DE RECHERCHE : II. GESTION DES RESSOURCES NATURELLES


2.5. Analyse-diagnostic d’opérations de gestion des ressources et des
territoires à différentes échelles (locale, régionale)
2.5.1.Étude de projets et d’interventions de gestion des ressources naturelles

Cote documentation CNEARC : 4° 14124

- 96 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

DESPLOBINS Gérard

Résistance ou réactivité des producteurs face aux incitations des dispositifs


institutionnels : les viticultures riograndense et catarinense du sud-brésilien.

Mémoire Master VOPA BRESIL, sud-brésilien

INSTITUTION ASSOCIEE
• INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE AGRONOMIQUE (INRA-MONTPELLIER ESR, GROUPE CTESI)
Encadrants : Pascal BYE (INRA-ESR-CTESI), Fabrice DREYFUS (INRA-LECSAD)

RESUME

La vitiviniculture traditionnelle brésilienne développée par l'immigration italienne dans le milieu du XIXème siècle,
s'est insérée dans les systèmes de polyculture-élevage du Sud brésilien, notamment les Etats du Rio Grande do
Sul et du Santa Catarina où elle prédomine. Avec une finalité multiple, cette viticulture a visé le rendement
maximum à travers l'utilisation combinée de variétés de type américain Vitis Labrusca et du mode de conduite
traditionnel en treille appelé Latada, de type fermé. En opposition à celle-ci et portée par la mondialisation, une
viticulture destinée à la seule production de vins de qualité, dits "fins", cherche à se développer. Elle provient de
l'introduction par une industrie spécialisée multinationale, de variétés de type européen Vitis Viniféra encore mal
adaptées aux conditions édaphiques et auxquelles il est appliqué d'autres modes de conduite, de type ouvert
comme l'Espalier ou la Lyre. Ce nouveau système de production est proposé par certains dispositifs institutionnels
d'encadrement qui tiennent compte à des degrés divers des pratiques et organisations existantes.
Cette étude montre que l'adoption de techniques nouvelles par les viticulteurs familiaux dépend à la fois de leur
acceptabilité économique dans un contexte productif particulier et de leur degré d'adaptabilité au capital de savoir-
faire technique en place. L'efficience du changement technique va donc dépendre à la fois d'une validation
économique à travers notamment une politique de prix et d'une validation technique reposant sur un référentiel
éprouvé et accompagné dans sa diffusion.

MOTS CLES : viticulture, changements techniques, politique viticole publique, diffusion de


l'innovation technique, résistance/réactivité.

AXE DE RECHERCHE : III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL


3.3. Formation, vulgarisation, conseil de gestion
3.3.1. Analyse des dispositifs de vulgarisation et de conseil

Cote documentation CNEARC : 4° 14125

- 97 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

HAMID Taga

Contribution à la gestion des ressources naturelles renouvelables dans les cantons


d'Assale et de Mani (Tchad).

Mémoire Master VOPA TCHAD, Assale et Mani

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• PROGRAMME APPUI AU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE RURAL (ADER),
• DIRECTION DES FORETS ET DE LA PROTECTION DE L’ENVIRONNEMENT (DFPE)
Encadrant : Philippe JOUVE (CNEARC)

RESUME

La région des cantons d'Assalé et de Mani a un potentiel économique et écologique relativement important
avec une agriculture diversifiée, un élevage tant sédentaire que transhumant, des formations forestières, des eaux
poissonneuses, un réseau hydrographique en lien avec le Cameroun et le Nigeria, et une piste goudronnée qui la
relie à N'Djaména, la capitale. Située en zone sahélienne avec une pluviométrie qui varie entre 300 et 500 mm,
cette région a connu les sécheresses successives qui ont sévi en 1972-73 et en 1983-84; celles-ci ont obligé les
populations à adopter plusieurs stratégies dont la création de nouveaux villages et hameaux dans les zones
libérées par les eaux du lac Tchad pour les mettre en valeur agricole, la pratique de la polyculture, l'exploitation
des dépressions, l'utilisation des variétés à cycle court, l'exploitation commerciale du bois de feu, l'adoption d'un
élevage de courte transhumance.
Cette zone a été relativement moins éprouvée par la sécheresse par rapport aux autres parties sahéliennes du
pays à cause de la proximité des deux cours d'eau permanents (le lac Tchad et le fleuve Tchari) et a servi de
terres d'accueil à partir de 1984 à au moins 2000 familles venant de l'intérieur du pays et aussi à plusieurs
centaines d'étrangers venant du Mali, du Nigeria, du Cameroun.
C'est aussi une région qui connaît depuis le début des années 1980 plusieurs interventions extérieures dont les
réalisations ont donné de nombreux résultats. En effet, outre les innovations techniques portant sur la culture des
maraîchers, la culture attelé, la culture du riz irrigué, la gestion rationnelle des peuplements forestiers qui
connaissent un certain essor, les innovations organisationnelles de type groupements de producteurs, comités et
associations de gestion avec des objectifs sociaux, économiques et écologiques connaissent quand à elles un
début de dynamisme.
Toutefois si l'on veut concilier développement et protection de l'environnement, c'est à dire une harmonisation
entre les activités économiques et la préservation du milieu naturel, les actions menées par les différents
intervenants méritent d'être coordonnées d'abord à l'échelle locale, ensuite régionale puis nationale, d'où une
nécessité d'appui à l'émergence d'instances susceptibles de jouer ce rôle.

MOTS CLES : Tchad, Assale, Mani, gestion des ressources naturelles.

AXE DE RECHERCHE : II. GESTION DES RESSOURCES NATURELLES


2.5. Analyse-diagnostic d’opérations de gestion des ressources et des
territoires à différentes échelles (locale, régionale)
2.5.1.Étude de projets et d’interventions de gestion des ressources naturelles

Cote documentation CNEARC : cf P. Jouve

- 98 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

MAIGA Idrissa Halidou

Gestion phytosanitaire des cultures dans la zone de l’Aïr au Niger.


Diagnostic phytosanitaire, analyse des pratiques des producteurs maraîchers et perspectives
d’amélioration.

Mémoire Master VOPA NIGER, Aïr

INSTITUTION ASSOCIEE
• PROJET D’APPUI AU DEVELOPPEMENT DU NORD-NIGER (PADNN)
• ONG DE DEVELOPPEMENT TILALT/ AGADEZ
• DIRECTION REGIONALE DU DEVELOPPEMENT RURAL AGADEZ
Encadrant : Jean-Claude BETHUNE (CNEARC), Pierre-Henry BOUYER (PADNN)

RESUME

Le développement des cultures irriguées constitue une priorité dans la plupart des stratégies d'atténuation des
risques de crises alimentaires consécutives aux aléas climatiques et à la pluviométrie fortement déficitaire dans la
plupart des pays sahéliens. Au Niger, les cultures maraîchères occupent une place importante dans les
programmes de développement agricole et ont connu un accroissement considérable au cours de ces trois
dernières décennies grâce à une politique de développement de la petite irrigation et des cultures de saison sèche
encore appelées "cultures de contre saison". Outre leur contribution à l'amélioration de la ration et de l'équilibre
alimentaire, les cultures maraîchères constituent une importante source de revenus complémentaires pour les
producteurs et les autres acteurs de la filière.
Dans la zone de I’Aïr, le maraîchage constitue d'ailleurs la principale activité agricole des populations et occupe
près de 50% des familles; les services agricoles régionaux estiment la valeur de la production maraîchère de
l'année 2000 à près de 4 milliards de francs CFA, plaçant ainsi cette activité comme premier secteur économique
devant l'élevage. Cependant, l'accroissement des cultures maraîchères s'est vite accompagné de la prolifération
de nombreux ennemis des cultures et des difficultés croissantes pour leur contrôle. Les réponses apportées par
les producteurs maraîchers consistent dans la plupart des cas, en une démarche de lutte curative basée
principalement sur l'utilisation, souvent sans discernement, des produits phytosanitaires avec les moyens de
"bord". Cette approche basée sur le curatif ne permet non seulement pas d'apporter des réponses aux
préoccupations immédiates des producteurs mais son maintien comme stratégie de lutte ne permet pas d'asseoir
une protection durable des cultures.
Cette étude, après un diagnostic phytosanitaire et une analyse des pratiques des producteurs maraîchers de la
zone de l’Aïr à travers des enquêtes, des entretiens et des observations, tente d'apporter quelques éléments de
compréhension de la gestion phytosanitaire dans ladite zone et des perspectives d'amélioration pour une
production durable des cultures maraîchères.

MOTS CLES : cultures maraîchères, diagnostic phytosanitaire, ennemis des cultures, gestion
intégrée, méthodes de lutte, pratiques des producteurs, zones de l’Aïr.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.4. Protection des cultures

Cote documentation CNEARC : 4°14430

- 99 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

TOUNKARA Maïmouna

Adaptation des exploitations à la variation de leurs revenus en zone cotonnière du


Mali.

Mémoire Master VOPA MALI, Sud Mali

INSTITUTIONS ASSOCIEES
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD)-TERA
• COMPAGNIE MALIENNE POUR LE DEVELOPPEMENT DES TEXTILE (CMDT)

Encadrants : Jean-Michel YUNG (CIRAD-TERA), Seàn HEALY (CMDT)

RESUME

Le coton malien à l’instar des autres matières premières agricoles produits dans les pays en développement est
très dépendant du marché international. Ce dernier est caractérisé par une forte instabilité et est dépendant des
productions et politiques des trois grands producteurs (Chine, USA, Pakistan). Ainsi la crise sur le marché mondial
(1984-1985) a conduit à la mise en place d’une réflexion sur la mise en place d’un système d’adaptation aux
évolutions du marché du coton ; c’est dans ce cadre et après un bras de fer entre les producteurs et la Compagnie
Malienne pour le Développement des Textiles (CMDT), que cette dernière a décidé de mettre en place un système
de suivi-évaluation pour mieux comprendre les capacités d’adaptation des exploitations à la variation de leurs
revenus.
L’hypothèse qui sous-tend l’étude est que les systèmes de production sont en profonde mutation depuis 1995
sous l’impulsion du coton, source de revenus sans cesse croissants depuis la dévaluation mais instables. Cette
évolution pose donc la question de fond suivante : « Comment les exploitations agricoles se sont différenciées en
termes de niveau de revenu dégagés, d’accumulation de richesse et de mode d’organisation interne ? » ; et une
autre qui découle de la première : « Quelle sera la capacité d’adaptation des différentes exploitations à cette forte
baisse récente des revenus cotonniers ? ». Ainsi les exploitations développeraient des stratégies autres pour se
procurer des revenus agricoles ou extra-agricoles, et modifieraient leurs dépenses.
L’étude se réalise dans le sud du Mali dans trois zones distinctes : Nadiasso (ancien bassin cotonnier), Djiné
(zone pionnière) et Zoumayéré (zone de diversification). Les exploitations se sont différenciées en termes de
niveau de revenu, d’accumulation de richesse et d’organisation sociale en période d’augmentation du revenu coton
(94-95 et 98-99) ; de ce fait elles n’ont pas eu les mêmes capacités d’adaptation à la baisse de leur revenu
cotonnier. A Zoumayéré, les exploitations se sont adaptées à la baisse de leurs revenus via la mobilisation de la
solidarité communautaire (réduisant ainsi la disparité économique entre les exploitations mais en augmentant le
prestige social pour certaines) et via la mise en place d’autres cultures (pomme de terre) : les exploitations ont
donc moins décapitalisé que les deux autres villages. A Djiné, cette solidarité communautaire a été aussi
appliquée mais de façon moindre. Finalement ce sont les exploitations de Nadiasso, plus individualistes et
fragilisées par le surendettement, qui ont le plus décapitalisé pour rembourser les crédits d’intrants et de
consommation.

MOTS CLES : Sud Mali, crise cotonnière, CMDT, adaptation des exploitations, diversification.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DE SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1. Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.2. Echelle locale- diagnostic d’agroécosystèmes villageois

Cote documentation CNEARC : 4°14397

- 100 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

TSAGUE Justin

Impact des réformes des politiques économiques sur la caféiculture dans le


département de la Menoua, province de l'ouest Cameroun.

Mémoire Master VOPA CAMEROUN, Menoua

INSTITUTION ASSOCIEE
• CENTRE DE COOPERATION INTERNATIONALE EN RECHERCHE AGRONOMIQUE POUR LE DEVELOPPEMENT
(CIRAD) -CP

Encadrant : Frédéric DESCROIX (CIRAD-CP)

RESUME

La politique agricole du Cameroun s'est caractérisée jusqu'en 1985 par une forte intervention de l'Etat. Ce
dernier est ainsi resté pour les principales filières de rente (café, cacao, coton) responsable en amont de
l'approvisionnement et de la distribution des intrants agricoles, en aval de la commercialisation de la production
agricole. Au niveau même de la production, les services techniques du MINAGRI assuraient l'encadrement étroit
des producteurs. La forte intervention de l'Etat s'est traduite par la subvention des intrants agricoles et la
constitution de la caisse de stabilisation censée épargner les producteurs des fluctuations de cours sur le marché
international. La conséquence de la subvention a été la mise à la disposition des intrants à des prix abordables
mais cependant les quantités d'engrais restent insuffisantes et les livraisons hors délais. La conséquence des
caisses de stabilisation quant à elles fut des prix relativement stables aux producteurs. Ces derniers et les
observateurs avertis estiment que ces prix étaient maintenus à un niveau trop bas (anormalement bas), ce qui n'a
pas permis des investissements dans la caféiculture. Cette politique de forte intervention de l'Etat était à la fois très
coûteuse et peu efficace : en effet, la seule subvention des engrais coûtait pour certaines années le dixième du
budget du Ministère de l'Agriculture (MINAGRI), et malgré cela on a abouti au mieux à une stagnation de la
production. A partir des années 1985, l'Etat Camerounais est entré à son tour dans la crise économique qui
frappait déjà la plupart des Etats Africains depuis le début la fin des années 1970. Ainsi, en 1989 le Gouvernement
Camerounais a conclu son premier Plan d’Ajustement Structurel et dans le cadre de ce dernier, il a été décidé des
réformes de politiques économiques, qui visaient le désengagement de l'Etat et la libéralisation de l'activité
économique. C'est dans ce cadre qu'a été décidé la libéralisation de la filière café, qui a consisté en: i) le
désengagement de l'Etat et la privatisation de l'approvisionnement et de la distribution des intrants agricoles, ; ii)
La libéralisation de la commercialisation du café. Il en découle que l'environnement socio-économique de la
production du café a été profondément modifié depuis 1986. C'est pourquoi, compte tenu de l'importance de cette
filière pour l'Etat Camerounais et les paysans concernés, nous nous sommes posés la question de savoir quelles
ont été les conséquences de ces modifications de l'environnement socio-économique sur la caféiculture dans le
département de la Menoua et plus particulièrement sur les stratégies paysannes. Et plus précisément, les
réformes des politiques économiques ont-elles débouché sur la relance de la caféiculture dans ce département ?
La démarche suivie a comporté des enquêtes et des entretiens auprès d’un échantillon de caféiculteurs dans
différents villages de la Menoua. Nous avons également eu des entretiens avec des acteurs de la filière café :
responsables de la coopérative agricole des planteurs de Menoua, responsables du service départemental de
l’agriculture, des personnes ressources à l’observatoire camerounais de la qualité, au conseil interprofessionnel
cacao-café etc..
Nos résultats montrent que les réformes politiques n’ont pas abouti à la relance de la caféiculture dans le
département de la Menoua et ouvre également les perspectives sur des actions à mener si l’on veut relancer la
caféiculture dans ce département et au Cameroun en général.

MOTS CLES : Cameroun, Menoua, filière café, libéralisation, désengagement de l’Etat.

AXE DE RECHERCHE : I. DIAGNOSTIC DES SYSTEMES DE PRATIQUES


1.1. Analyse-diagnostic de situations agraires
1.1.2. Echelle locale- diagnostic d’agroécosystèmes villageois

Cote documentation CNEARC : cf J. Taraud

- 101 -
Résumé des mémoires de stage des étudiants du CNEARC - soutenus en 2001

SORO Sina Benoît

Propositions de démarche pour la construction de situations de formation à partir des


ressources humaines locales :

le cas des paysans senoufo (zone dense de korthogo)

Mémoire Master VOPA COTE D'IVOIRE, Korthogo

INSTITUTION ASSOCIEE
• INSTITUT NATIONAL POUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL (INADES)
Encadrant : Michel BROCHET (CNEARC)

RESUME

Ce travail est le résultat d'une étude qui a été faite dans le cadre de l'amélioration des formations en milieu rural
en Côte d'Ivoire- l'encadrement antérieur n'ayant pas produit les effets escomptés.
L'objectif de cette étude est d'identifier des ressources humaines locales disponibles pouvant servir dans la
construction de situations de formation.
La zone dense de Korhogo (zone d'action de l'ARK) dont la population est essentiellement composée de
l'ethnie senoufo, nous a servi de zone d'étude. Ayant pour activité principale l'agriculture, le paysan senoufo reste
fortement attaché à la terre malgré l'irrégularité de la pluviométrie face à laquelle il reste impuissant.
Le peuple senoufo accorde une place importante aux valeurs sociales, lesquelles ont pour lieux d'acquisition non
seulement la cellule familiale mais aussi et surtout l'institution initiatique du poro. L'acquisition de ces savoirs par
l'observation et par mimétisme explique l'attitude et les pratiques du paysan senoufo.
Toutefois l'émergence de nouvelles préoccupations exige le besoin d'adopter d'autres formes d'apprentissages.
Cependant, ces formes d'apprentissages doivent prendre en compte les réalités sociales existantes. Aussi les
structures de développement comme l'ARK et les différents programmes de formation se doivent-ils d'intégrer les
savoirs locaux et valoriser les ressources locales pour mieux répondre aux évolutions des attentes des paysans.

MOTS CLES : Côte d'Ivoire, Korhogo, paysans senoufo, poro, savoirs locaux, apprentissage.

AXE DE RECHERCHE : III. MODALITES ET STRATEGIES DE DEVELOPPEMENT RURAL


3.3. Formation, vulgarisation, conseil de gestion
3.3.1. Analyse des dispositifs de formation

Cote documentation CNEARC : cf J. Taraud

- 102 -