Vous êtes sur la page 1sur 6
Journal des débats politiques et littéraires
Journal des débats politiques et littéraires

Journal des débats politiques et littéraires

Journal des débats politiques et littéraires. 1814-1944. 1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica

Journal des débats politiques et littéraires. 1814-1944.

Journal des débats politiques et littéraires. 1814-1944. 1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :

*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service.

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits.

*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque

municipale de

(ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

LUNDI 22. DECEMBRE

1886.

ON S'ABOME

;v/ï-^

''

'

rue des Prêtres-Safnt-Germain-PAuxerrols,i7.

Dftpartemens.

Paris.«,«.

PAR TRIMESTRE:

B.v.

20 fr.

18 fr.

In

iokdox,

adverlising

•-

to

cowik

2,

Saint-Ajm's

apply

agent,

and son,

lane,

to

thow*b,

2, Catherine

foreiga

G.

P. <O.

street

nempaper

aad

d-avikb

et c",

!• Norfolk

&tréet,,S|.ranci,

gênerai

Straiid;

oïCu»»

«nin

ànii,

v 1,

N.

• »jas

charge

9.

des

Fit|ch

lanè

Le «oçBarÀi.

manuscrits

pas

dates

qui

renvoyer.

Cornhill.

»k«

lui

n^nvro

sont

adressés,

neTéponâ et tie se

J

,'r'

i vLi i i~~M ETii i ~L

POLITIQUES

LITTÉRAIRES,

'

LUNDI 2-2 DECEMBRE

\y,i ïYv.,v.i-88«.o- •••: > •/ "

')

.ON

S'ABONNE

.•*

chez

? r

mkkiik

chez eiikrke

Pour'l'AUemagnlj,

à Rome,

MjEiii,iG,

à Naples,

^tiFKÊKK/rue

l'Autriche,

*T

place Colonne;

Médina,

la l'fussa^f

^L^g*

^a^V

chez

•v

et

a ,V,Ssie,

des

Postes

le directeur

au bureau

place

Chez mm.

a Cologne

C&tsêfiËÏËr

\& jhIIN^ÏM

nisBJHHMflnfc]!

^ffiâbâ^£

10,

de la Bourse,

v <OWj£!£?

s,'

Lçê annonces

du jobhmai,

chez

m.

bigot

i»aiï»8,

de la

et c°,

sont reçues

dih

régisseur,

Bourse.

place

J

U

u

FRANCE

PARIS,

21 DÉCEMBRE.

On espère

toujours

que les nouvelles

con-

férences

mois.

sur

renseigné,

pourront

Toutefois

d'un

qui

s'ouvrir

nous

journal,

nous

avant

la fin du

ainsi

ne, parlons

habituellement

donne

Quant

à

ce

la foi

que

bien

de

que

au

par

puis-

sujet

nouvelles

subit

lieu

assurances.

au retard

la réunion

de l'expliquer,

des plénipotentiaires,

comme

politiques

on

entre

l'a fait,

les

des dissentimens

faudrait

d'après ce journal,

sances, il

uniquement,

à ce

n'aurait

que le plénipoten-

pas encore

reçu

de «ongouver-

télégraphique

l'arrivée

porteur

la

de

ajoute

mis

solu-

sorte

serait

ter-

à

de

aujourd'hui

journal

`ont

été.

en

en

devrait

de janvier.

être

et faciliter

controversés,

la

conférence

et qu'il

jours

à régler

que

européenne

cette

affaire,

ttne

la questioUt.

des principautés;

chargée

n'ayant

l'attribuer

tiaire

les instructions

nement

de Marseille

dans

de la

ce port

Turquie

mais

qu'ilattènd

une dépêche

annonce

de -Ghalib-ftacha,

délais

Le

même

inévitables

préparer

points

de

sur

Ces instructions

gué

profit

tion

ces

pour

des

le travail

que

beaucoup

miné

resterait

relative

l'organisation mais la commission faire

dès les premiers plus alors

simplifié,

un rapport

pas achevé

de suspendre

ses travaux,

devant

les troupes

saurait

qu'elle

l'ocetipifion

autrichiennes,

a été

être

réunion

forcée

du terri-

la ques-

vidéo

que

des

toire

tion

dans

conférences.

par

ne

maintenant

une troisième

et dernière

Nous reproduisons

les discuter

lans

ni

ces

les contredire,

renseignemens

en

ajou-

tant

que

concerne

sur

le point

la réunion

important,

prochaine

celui

qui

des confé-

rences,

positifs

Yènes

ils

par

sont

confirmés

deux journaux

et le Globe.

en termes

de Londres,

assez

le

En même

temps

nous sommes

obligés

de

constater

beaucoup

important.

sur le consentement

que

moins

les nouvelles

affirmatives

sur

encore

de l'Autriche

conférences.

élevées

de Vienne

sont

point des doutes i la réu- Toutefois le cabi-

par

plus

la question

ce

il

la

sur

Elles expriment

nouvelles

nion'dcs

parait

que

les difficultés

net

question

relative

danubiennes.

de Vienne

ne porteraient

mais

sur

de Bolgrad, à la réunion

des deux principautés

s

''

Les

relations

ment rompues

Les armemens

continuent

On

aurait

ses troupes

de

contre

nement suisse

décidée,

moins

prétend

obtenu

diplomatiques

entre

la Prusse

les préparatifs

part

de

que le gouvernement

et

activement

l'autorisation sur le territoire

prendrait

et s'il

qu'il prépare,

De son

côté,

une

fallait

sont offleiel- et la Suisse. militaires et d'autre.

de faire

bavarois,

prussien

passer

en vue

dit-on,

le gouver-

attitude

en

croire

non

le

la démonstration

Scbaffhouse.

Journal

"ordonné

allemand

une levée

Bâle

d'une

hommes

et l'autre

nous

à la

.pour l'inviter

qui deviendraient

avec

la Prusse.

de Francfort,

de 20,000

réserve.

devraient

Deux

se

nouvelles

autoriseraient

continuent,

perdu

On

tout

parle

les quatre

puissances

de Londres

Suisse,

il

aurait

et la

de

hommes

corps

porter

formation

10,000

sur

pendant d'autres

lemagne

l'un

Ce-

l'Al-

supposer et que l'on

d'un

Note

sur Schaffhouse.

venues

'à.

de

espoir

d'une

que les négociations

n'aurait pas

dénoûment

collective

res

raient

timatum,

sions

gement

reste

encore

pacifique.

que

du protocole

d'adresser

du

i\

drait

signatai-

appartien-

se propose-

en forme

d'ul-

des conces-

arran-

d'un

ne savons

pas

attacher

à faire

la

Nous

base

quelle importance démarche, dont l'initiative à la France

on doit

cette

On a parlé

anglais

au

d'une Adresse

établis

que

les

auraient

l'occasion

sa personne.

de cette

négo-

fait

de

On

cions

parvenir

l'attentat

trouvera

i Naples

roi Ferdinand

commis contre

plus loin

1

le texte

Adresse.

LOUISALLODRT.

19 décembre

de Vienne,

de

à

le

vient

a

une

auprès

de

aux,

Berlin

ses

signataires

de

d'adresser

protocote

circulaire

rep'résentans

du

l'ordre

près

par

la communiquer

ils .sont

accnkli-'

de

en substance

au

la

regarde

refus

donner

désormais

dans

qui

du

li-

la

im-

la

ont

desquels

fait

connaître

prussien,

suisse

neuchàtclois,

comme

conséquent

aux^puissances

roi

fait

savoir

fédéral

pas

le'

On écrit

ï

«

dépêche

des

Londres,

gouvernemeris

tés.

gouvernement

berté

voie

possible

temps

cabinet

geât

au Conseil

permettrait

que

qu'on

qui

et

ont

ju-

a

qui

en

eu

prussienne

les prisonniers/

assure

été longtemps

a été président

1848 a pris

lieu .récemment

faire

» On

que

gouverneur

le général

du

conseil

part

aux

au

sein

de •Neuchâtel.

sera

{

Télégraphie

privée.

le 21 décembre

le

est

arrivé

dans

la

fils de

Reschid-Pacha

relatives

aux

ma-

con-

le

ld

décembre

Redcliffe;

il doit

ensuite

en France.

l'ordre

et

Varna

des

à Houtsehouclt

travaux

ferrées

de l'Autriche

de plusieurs

heu-

et Vienne.

le 21: décembre.

l'ordre

de mobilisa-

second

été

corps

donnés

d'ar-

à d'au-

mandé

ici.

20 décembre.

Francfort

levée

de 20,000

une réserve.

Le

Baie

se portera

avec".10;000

'à Schatl-

Le Grand-'

un cr&lrt

samedi-,

annonce

les officiers

aux

can-

de

et décidée.

ont

corps.

Des

re-

Hams.)

décembre,

une

Note

à la

la compensa-

la Russie

particulièrement

que

cette

pour'

in-

inté-

se rattache

est

français

à

chargé

permettre

à Sinope.

Le cabinet

puissances

Cette

avec

dépêche

ceux

de ,-Pfuel,

de Neuchâtel

des

délibérations

ministres

qui

du ministère

dans

des

l'affaire

fait

es genre

de

l'année

ou di-

par

à'

la

une

roi

au

évé-

de

du.

Nous'

on!

Marseille,

du Levant

à son

bord

Le paquebot

tinée,

ayant

qui apporte

férences

Ferouk-Khan

négociations

s'embarquer

On

du chemin

a publié

destiné

de

et

res

le

à relier

la Turquie,

trajet

Hier

estarrlvé

tion,

mée.

tres

de deux

Semblables

corps.

Le colonel

D'après

les instructions

de

Paris

avec

pour

de

continuait

lord

venir

le

fer

les

et

tracé

de

lignes

abrégeant

sur

l'af-

la

Députés

de Neuchâ-

aux

séance

un

Cham-

leur

dans

nouveau au-

dernière,

le désir

les limites

de police

que

des

des

et empêcher

. que

ses

le gouvernement

fédéral

aux prisonniers

des négociations

qu'il

d'en

se

voit

appeler.

» On attendait

d'aujourd'hui

Message

tel.

bres

première

Nous

une

de

du

roi

apprenons

concernant

qu'il

communication

séance

après

Le dépujé

Malliis

jourd'hui »

ainsi

sa proposition

conçue

« La Chambre

veuille

» le gouvernement

» presériptions

» autorités

de

» minue

» Constitutipnetleslois.».

proposition

commission.

les

le

que

généralement

la Ciîambrc

de

les .fêtes.

a déposé

de

ramène

légales

exprimer

dans

droits

la presse,

droits

ces

garantie

.nécessité

reconnu

surNeiiehatel

qu'en

des

» II semblerait, négociations des négociations canal

Malheureusement

pas

France

question;

et

été

dans

le

les

attendant

mesures

droits

parle

il

militaires.

du

protocole

va

dès

Frédéric-Guillaume

de Londres,

à» présent

prendre

et

d'après,

est

cela

fermee

reste

que

que

et

c'est-à-dire

des

celle

le

voie

la

que

par

seule possible.

l'on

ne

Frédéric-;

'évident-!

dans:

que.

a

dépêche;

qu'elle:

,r-M

à (lire

directes

indirectes,

desautrespuissances,

assez

qui

compte

il

parait

à Berne

et

de

est

l'arbitre

voyage

le

Prusse

naturel'

du

à Paris

prince

prouve

qu'on

apprécie

les motifs

prussienne.

vers

la fin

de

la semaine

d'Arnim, à M. le comte

ministre

Buol

un

jour

ou

deux

*

la réponse

mais

ce

des

Si

tient

de

la

cette

des conseils

dans

Guillaume

ment

la dépêche

» C'est

.11." le

communiqué

ce serait

comte

donc

aurait

contenus

dernière

de Prusse,

cette

plus

de

tard

M.

(.

de l'indiscrétion

de Hatzfeldt

:?*-

il est

du comte

très

certain

vivement

pas

lo

quelle

Orient.

fait

très

désirant

ne prendra

cette circonstance,

de l'Angleterre

en conformité

en

pendantes

beaucoup

la

Depuis

ici d'un

dans

France.

l'avénement

avait

surgir

de l'établissement

et

la politique

Voici

affecté

que précédemment

été commw&iqUcê'paï

;

peut-fitre

quelle

aété

d'Arnim

tout

amiable,

en

dans

l'opinion

se

trouve

la Prusse

de solennité

la bataille

de Leipsick

la

fortune

D'autres

idées,

françaises.

que

'les

Prusse,

Il

étaient

semble

juger*peut

de

la possibilité

prince

entre

^approchées

Paris

Prusse

songe.

lin et Saint-Pétersbourg, velle combinaison

ensuite

à l'Inaltérable

dominante

aurait

certainement

» L'occupation

d'un

indiquent

rêter

moins

«n

intéressée,

brick

dans

turc

que

la

de Soukoum-Kaleh,

dix-sept

et do

la Russie

seraitbien.

près

avec

des concessions,

moyen

de

aux

Russes

(ayant

difficile

la

Persique.

organisation

d'immenses

dans

seuls

nouvelle

du

leur

Asie» où rA«glc|er.ite,§.e:yle

elle

lui

tiendra

espère

guerre

un arrangement

seront

s'il

rabad

liée),

les

les Anglais,

l'Inde,

faire

Perse.

l'explosion

et l'Angleterre.

encore

des

ici que,

malgré

Anglais

à la Perse,

de c.e

côté-là,

nu puissant

est

bien

difficile

et même

il leur

Anglais

On

Gazetlt

portée

gravité

tète.

la déclaration

on pourra

caries

paix.

d'aller

Perse

d'aller

l'intérieur

pourront

guerre

entrela

conclure

distances

En

à

elfet,

Aste-

pour

chercher

De même

de

empêcher

Russie

Dullicr.)

à la

militaire

difficultés

éprouveraient

une

campagne

Ces obstacles

écrit

d'une

de

des Postes

On a parlé 6" et

"•, pour

de

»

Berlin,

(Correspondahce

le

18

de Francfort

de

quatre

corps

l'expédition

décembre,

qui

d'armée,

éventuelle

les

de

se prétendent

n'y emploiera

mais

deux

«

3», 4°,

Suisse;

bien

pas

divisions

doivent

nant

mais

des personnes

informées

quatre

corps

de chacun

assurent

d'armée

expédiés

affaire.

provisoirement

Berlin,

qui

situation

du Moniteur

ici

des

et la

officiellement

qui

a été

la

de la Prusse, Confédération

Suisse

pour

avait

diplomatiques

le

.cabinet

plus

qu'on

complets,

cette

être

On

écrit

« Les personnes

de

la

par

de

plus

France

la

la

par

entre

la Note

en

plus

contre

rupture

la l'russe

est

la

Note

que

et

résulté

qu'il

de

la

n'y

lui

des

huit

corps.

Des

ordres

prochainement

L'armée

à 35,000

d'opération

hommes.

concer-

sera

»

le

19 décembre

s

ne croyaient

devrontêtre

que

comme

la démagogie

relations

pas

désillusion-

à

l'on

consi-

une

menace

suisse

diplomati-

Suisse.

au

Cette

Conseil

rupture

fédéral.

la

adressée

a refusé

à ce sujet,

d'écouler

les

des grandes

germanique.

rien

prussien

a attendre

On

a

en

la

puis-

ïl

con-

des

même

nées

dère

de

et

ques

a été notifiée

Dans

on rappelle

représentations

sances

en

viction

négociations

entre'Constantinople

fédéral

Berlin,

à Stettin

divisions

ordres

du

ont

a été

Berlin,

le

»

allemand'de

une

formé

concernant

» qiie l'exercice

la liberté

» Cette

On

écrit

Deutschland

« On pouvait

de

Naples

roi àiTenoaçer

tjWrtpfflf

^Précisément

acte

nullement,

publié

nemens

»

devienne,

contre

anéantisse

h la

presse

ïlàvai.)

Manteuffel

le Jourml

Il sera

a'.orttpnné

eh

outre

Bourgeois*

occupera

le colonel

avec

les Autres

allemand

fédéral

et

qu'il

du peuple

directes

celle-ci.

de Vienne,

des Postes

a fait

se

Zeiglér

remettre

prononce

demande

déclare

aucune

préjudicier

que

le voyage

se rend

a

été renvoyée

(Correspondance

de Francfort

1C décembre,

craindre

les derniers

Sicile,

et l'attentat

encore

contre

la répugnance

le

n'augçhentasseiit

-n'y^"

d'amnistie

sous

été

a son

»

correspondance

des

suivans

sur

le roi

parlé

samedi;

du

mais

du roi,

qui

manière

libre

l'ordre

toute

sa

ce

était

vie,

»

qu'il

puis

système

de rigueur,

1 effet rWciv

préparé

ontremandé,

contraire qn°

ces

evénemens

que

et

antérieurement

mais

du

Times

à

la tentative

de Naples

déjà

donnés

d'assassinat

« J'ai

prisonnier

qui

crime

duit parler

je

dans

de

digne

tout

à

ne

cette occasion

d'une

d'éloge.

esprit

moment

envers

Il a défendu

courageux,

a maintenu

a empêché

avait

de toucher

lui demander

Cela

tour,

ral,

dresses

roi.

» On raconte

l'église

taient

d'une

Puis

qu'on Il

dit

glorieux

et même

péùks

nière

gnant

fut

traité

fun

Pères

longue

mônieà

cruauté

voulu

mort.

à l'assassin.

s'il

n'est

rien.

qui

je

a sauvé

suis

louché.

de félicitations

s

du

que

Refuse

pas bandés,

voix

forte

on lui

banda

n'en

à -ceux

fit

rien

qui

les

de mourir

On

prière

lui

sur

des

depuis

les

et

aux prières

yeux,

afin

l'assistaient

pour

les marches

paroles.-

d'une

voix

en-pleurànl.

le

condamné

attachée,

par l'exécuteur

frappa

et pénible.

»

celui-ci.

lit

dans

le Moniteur

retentissement

de Neuelialcl

au

point

partie

de

vue

de la

il

« Le

question

naitre,

de cette

» Le canton

vingt-deuxième

vétique.

Vaud

d'environ

lomètres

de Neuchâtel

Valangin.

et les causes

de

Il est

et celui

00,000

carrés.

de Neuchâtel

canton

situé

de

âmes,

A ses

blessé,

il a dit

» Au lieutenant-colonel

sa

Un grand

que semble

mérite

qu'on

militaire,

Suisse.

forme

Conseil

hommes.

colonel

Liommes;

house

Conseil de Bëmë â'yoté à Punanimilé ÇjiaM-e.il}imité I

i Q,QQO hommes.

que

et

en

FfâncTort,

de Francfort

a convoque

a

des

communiqué

commandans

est

avec

calme

la

Prusse

ici

des

les

en

les

»

du

nou-

à la'

divers

l'Au-

même

que

était

la

se-

des

impor-

que

i .à- M. Ç^lewski,

» II y aurait précisément

Buol

au comte

que

arrangement

de

puisse

quelle

pour

l'Autriche,

la Suisse

être

elle

les questions

» On

parle

tant

rale

qui

il

parait

s'agit

Prusse

sujet.

entre

la

dit

en

avec

niversaire

faits

armées

à ce

France,

plus

de

d'armes

quaient

taires

à la

pourrez

ris

en

France.

en

le

fêté,

plus

que

intime

éventualités

France

voie

à lierai

golfe

avec

de

de

un

parti

que

la-

vues

géné-

de l'entente

que

l'on

de l'empire

célébrer

l'an-

et d'autres.

de

fut

symptômes

contraire

surtout

peu

sympathiques

maintenant,

et

être

d'un

est,

de

dit-on,

rapprochement

mieux

et

Berlin

est

dnns

aux

indi-

mili-

vous

Pa-

très

les

de

l'avenir.

l'un

alliance

on entrevoit

outre

une

en Europe,

une

belle

part.

lier-

nou-

où la

Mtimens

veut décidément

la saisie

légers

s'ar-

et que

pai^ijjt

ditIl

ôjgfi*

C'ëpcnuàntwB*

de

al-

de

à

la

le grand

qu'il

n'a

sera

ajoute

par

dirigée

les

ce

expié

s'est

Tranquille;

son

de

con-

Le Journal

que

d'état-major,

tons

le

Conseil

l'a nominatiou

par

écrit

L'attitude

négociations

fusées

On

Gazelle

La

détails

impor- journal

(Correspondance

le

16

contre

façon

à

à Paris,

a

m'empecher

« La Porte

elle

laquelle

tion territoriale

céder

qu'elle

Bolgrad,

n'entend

demnité

rêts.

lils

à

en

motifs

à la flotte

On

puisse

assure

de vengance,

il

frères

critique,

l'homme

et

qui

aux

qui

soldats

vinrent

il

répondit:

La-

« Mon géné-

nombre

d'A-

au

jusqu'à

n'é-

il répondit

assùtenii.

qu'il

suppliât

voir

le peuple.

« Padri,

il

et la liberté

esi

»,

à la

il ré-

der-

se joi-

la corde

mal-

que

a été

la

con-

ses

propres

de Ghalib-Pacha,

de Reschid,

qui

cette protestation.

outre

qui

d'expliquer

ont déterminé

On

lit

19 décembre

anglaise

dans

i

le

de

Journal

« L'échange

de

dépêches

au

velles

Gazette

cabinets.

triche

conférences

des

de

Paris,

Postes,

On a

est

très

elfe

actif

maïs

` ï'a'

tkmué

que

supposait

et de

cette

l'île

prétendu,

p;i§j3n.eorç

n'avait

aces

temps

» Mais

conditionnelle

conférences^,

que l'Angleterre.

on

oublie

et

de Bolgrad

question

rait

austro-anglaise,

délibérations

tantes

» Quant

l'avis

de

sie

cette

résolue

serait

dans

le,

sens

sur

réglée

et ensuite

les

autres

d'avance