Vous êtes sur la page 1sur 81

CALCUL DE VERIFICATION D’UN ECHANGEUR

DE CHALEUR DANS UNE UNITE DE


PRODUCTION ELECTRIQUE
Résumé

Nomenclature

Introduction générale...

CHAPITRE 1 : Les c

1.1 Introduction 5

1.2 5

1.3 ......................6

1.4 Mode de fonctionnement des centrales électriques 7

CHAPITRE 2 : Notions sur le transfert de chaleur

2.1 Introduction 10

2.2 Bilan thermique simple .....................10

2.3 Transfert thermique 12

a- 12

b- 13

c - Conductivité thermique 13

d - Coefficient global de transfert thermique ...................13

2.4 .....................14

2.5 15

2.6 ....................16

2.7 Transfert thermique lors du changement de phase ...................16


2.8 Applications des transferts thermiques 17

CHAPITRE 3 : Les échangeurs de Chaleur


3.1 Définition ....................19

3.2 Critères de classement des échangeurs de chaleur 19

a - Classement technologique 19

a.1 - ..................19

a.1.1 Monotubes 19

a.1.2 19

a.1.3 Multitubulaires .....................20

a.1.3.1 - É 20

a.1.3.2 - Echang .................20

a.1.3.3 - Echangeur à tubes 20

a.1.4 - Echangeur à tube et calendre 22

a.2 - Echangeurs à plaques 24

a.3 - Au 24

b - Classement suivant le procédé de transfert de chaleur 25


b.1 - Transfert .. 25

b.2 - Transfert .. 25

c - Classement suivant le mode de transfert de chaleur 26

d - Classement fonctionnel 26

d.1 - Un seul fluide 26

d.2 - Les deux fluides 27

e- .. ................27

f- 28

f.1 - Les écha 28

f.2 - Les échang 28

g - Classement suivant le nombre du fluide ... 29

h - Classement suivant le régime thermique de fonctionnement ...............29


i- 29
i.1 - les échangeur ...............29
i.2 - Les échangeurs 30
3.3 Evaluation de la température ..................30

.32

a - Etude de vérification 32

b - Etude de dimensionnement 32

CHAPITRE 4 : calculs du refroidisseur

4.1 Description de l 34

4.2 Données de calcul 34

36

Définition 36

4.4 Expression de flux de chaleur 40

Calcul de la différence de température moyenne logarithmique entre les deux

LM) 41

41

42

c 43

4.5 Calcul du 45

Paramètres 45
Nombre de 45
46
46
46

a/ Fluide froid (eau) 46

b/ Fluide chaud (air) ................48

49

4.7 Calcul la surface coté ................55

..............55

..............55
f ..............56

.............57

Référence

ANNEXE 1 : Fig. 1Cooler 21Z-092 / DIN

ANNEXE 2 : Refroidisseur Fiche Technique

Type : 41 2985 / 896 / 96-NSv-S119-32 S 183

ANNEXE 3 : caractéristiques thermophysique des fluides chaud (Air) et fluides froid


(Eau).

ANNEXE 4 : Figure 1.4


RESUME

type
utile différente.

entation
combustible Le processus de conversion

maximale en cons
.

excitatrice.

nécessité
r-eau de type GEA 41-2985 / 896 / 96-NSv-
S119 32 S 183. En se basant sur les données techniques et géométriques fournies par la
centrale de Fkirina nous avons établi un calcul de vérification détaillé concernant
ns obtenu des résultats satisfaisants fournissant
une puissance thermique de 2651 KW qui a entraîné une erreur relative de 0.53 % par
rapport au flux de chaleur maximum.
Nomenclature

(%),

réel flux de chaleur réel (W),

max flux de chaleur maximal (W),

Cp Chaleur massique en (J/kg. K),

qm Débit massique de fluide en (kg/s),

qv Débits volumiques de fluide en (m3.s-1),

Dh Diamètre hydraulique (m),

pm périmètre mouillé (m),

S Section de passage (m2),

dext Diamètre extérieur des tubes (m),

dint Diamètre intérieur de tube (m),

h .K),
2

K 2
.K),

L Longueur en (m),

Lac

l en (m),

La longueur de la fenêtre (m),

Lb largeur de la fenêtre (m),

e (m),
R ext rayon extérieur de tube (m),

R int rayon intérieur de tube (m),

Nt Nombre de tube,

Re Résistance 2
.c°.w-1),

A1 2
),

A2 Aire de surface ailettes (m2).

a w.m-1.K-1),

ea

Surface 2
),

m Surface moyenne 2
),

L Surface latérale 2
),

c (m2),

f échange coté froid (m2),

g efficacité globale de la surface ailetée ,

T Température (Kelvin (K)),

T La différence de température (K),

Tce Température de fluide chaud (K),

Tcs Température de sortie du fluide chaud (K),

Tfe K),

Tfs Température de sortie du fluide froid (K),


Sfe la surface de fenêtre (m2),

Nfe nombre de fenêtre,

Nfe,L nombre de fenêtre par longueur de caisson,

Nfe,l nombre de fenêtre par largeur

V Vitesse en (m/s),

SL pas longitudinal,

ST pas transversal,

Pas diagonal,

Surface ,

Pas transversal rapporté au diamètre extérieur du tube,

Lettres grecques

Masse volumique du fluide en (kg/m3),

Conductivité thermique de la paroi en (W/m.K),

Viscosité dynamique en (Pa.s) ou en (kg /m.s),

Viscosité cinématique du fluide (m2.s-1),

3.14159 radians,

Nombres adimensionnels

Re Nombre de Reynolds Re =
Pr Nombre de Prandtl Pr =

St Nombre de Stanton St =

Nu Nombre de Nusselt Nu =

NUT

eL+ Pas relatifs eL+ = SL/Dext

eT+ Pas relatifs eT+ = ST/Dext

eD+ Pas relatifs eD+ =

Les indices

F froid,

C chaud,

E Entrée,

S Sortie,

Int intérieur,

ext exterieur.
Liste Des figures

Figure 1.1 page 7

page 7

Figure 2 .1 Puissance thermique page 12

Figure 2.2 Schéma de transfert thermique par conduction page 14

Figure 2.3 Schéma de transfert thermique par convection page 15

Figure 3.1 Echangeur monotube en serpentin page 19

Figure 3.2 Echangeur coaxial page 20

Figure 3.2 Echangeur coaxial page 20

Figure 3.4 Echangeur à tubes rapprochés page 20

Figure 3.5 Echangeur à tube ailette page 21

Figure 3.6 Ailettes continues ou indépendantes page 21

Figure 3.7 page 22

Figure 3.8 Echangeurs à tubes et calandre : principales technologies à (a) tête flottante, (b)

Boite fixe, et (c) tube en U page 23

Figure 3.9 Echangeurs à plaque page 24

Figure 3.10 Echangeurs à lit fluidisé (contact direct) page 24

Figure 3.11 Echangeur récupérateur (sans stockage) page 25


Figure 3.12 Echangeur régénérateur (avec stockage) page 26

Figure 3.13 Echangeurs monophasique (condenseur) page 27

Figure 3.14 Classification des échangeurs suivant la compacité page 27


Figure 3.15 Echangeur en matière plastiques page 28

Figure 3.16 Echangeur en céramique page 28


Figure 3.17 Echangeur à tubes verre page 29

Figure 3.18 Circulation à contre-courant et Co-courant page 29


Figure 3.19 Circulation à courants croisés page 30

Figure 3.20 Echangeurs Co-courant page 30

Figure3.21 Evolution des températures l -courant page 31

Figure 3.22 Echangeurs Contre-courant page 31

Figure 3.23 -courant page 31

Figure 4.1 : Schéma page 35

Figure 4.2 Schéma -courant page 41

Figure 4.3 : Résistance creux page 42

Figure 4.4 : Faisceau en ligne page 49

Figure 4.5 Faisceau en quinconce page 49

Figure 4.6 position des tubes dans une ailette page 50

Figure 4.7 : Schéma transversal de passage page 51

Figure 4.8 : Section de veine fluide chaude. Faisceau en quinconce page 52


LISTE DES TABLEAUX

Tableau 4.1: Données de refroidisseur........................................................................page 36

Tableau 4 .2: Propriétés physiques des fluides chaud ( c , Cpc) page 39

Tableau 4 .3 : Propriétés physiques des fluides froid ( f , Cpf) page 39

Tableau 4.4 : Propriétés physiques des fluides froid ( f) page 46

Tableau 4 .5 : Propriétés physiques des fluides froid ( f) page 47

Tableau 4.6 : Propriétés physiques des fluides chaud ( c) page 53

Tableau4.7 : Propriétés physiques des fluides froid ( c) page 54

Tableau 4.8 : Propriétés physiques des fluides chaud ( c) page 54


Introduction générale

Introduction générale
Introduction générale

une
ampleur plus importante.

oujours sous une


autre forme ou ailleurs. Les matières énergétiques principales tel que pétrole, gaz sont
actuellement supplées par des énergies novelles ne...

A notre époque, et sans électricité, la vie quotidienne serait difficilement envisageable.


Il est donc nécessaire de savoir la produire de manière efficace et continue. La société

partir de sources thermiques et hydrauliques répondant aux exigences de disponibilité,

capacité qui totalise une puissance installées de 6740 MW, composé de quatre filières de
types différents :

- turbine à vapeur : 2740 MW,


- turbine à gaz : 3576 MW,
- hydraulique : 249 MW,
- diesel : 175 MW,

A proximité de notre université se trouve deux unité de (SPE) celle de Fkirina et celle
Ain Djasser. Au cours d une sortie scientifique à unité Djasser, en visitant les
différentes parties de la centrale on a urs
de chaleur dans différentes Nous avons eu la pens r
une étude concernant nt on pouvait comparer les résultats
avec les valeurs réelles.

Il y a plusieurs échangeurs de chaleur chacun a une fonction :

échangeur de refroi

Après discussions avec les responsables


qui était
destiné à air à la température 83°C la
température 31°C.
Introduction générale

Pour réaliser cet objectif, nous avons mis le plan de travail suivant :

Introduction

algérienne de production électrique SPE en quelques chiffres et comment on a

L : Dans ce chapitre nous avons défini les


centrales électriques en décrivant les différents types, en donnant un aperçu

centrale thermique.

Notions sur le transfert de chaleur : Là, nous avons présenté les différents modes
de transfert de chaleur en précisant la notion de quelques termes relatifs tels que le
bilan thermique, la puissance thermique, la résistance thermique la Conductivité
thermique le Coefficient global de transfert thermique et nous avons présenté
quelques applications des transferts thermiques.

Classification des échangeurs de chaleur : Dans ce chapitre nous avons donné


une classification des échangeurs de chaleur suivant quelques critères tels que le
Classement technologique, le procédé de transfert de chaleur la direction
etc.

Calcul thermique de notre échangeur : Dans le dernier chapitre nous avons


adopté
choisi pour effectuer le calcul, nous avons commencé par présenter les données

numérique.

Conclusion : nous avons achevé notre travail par une conclusion montrant le
résultat obtenu en le comparant avec la valeur théorique de la puissance thermique.
Chapitre 1 Les

Chapitre 1 :

Les centrales de production


Chapitre 1 Les

1.1 Introduction

besoins en énergie électrique.

La production d'électricité se fait depuis la fin du XIXe siècle à partir de différentes


sources d'énergie primaires. Les premières centrales électriques fonctionnaient au bois.
Aujourd'hui, la production peut se faire à partir d'énergie fossile (gaz , pétrole), d'énergie
nucléaire, d'énergie hydraulique, d'énergie solaire, d'énergie éolienne

: les
techniques disponibles, la réactivité a production nécessaire, le
rendement possible, les coûts d'investissement, exploitation, déconstruction, le coût des
éventuelles matières premières et les impacts écologiques occasionnés ; etc.[9]

1.2 Aperçu général

Il existe cinq types de centrales électriques : les centrales thermiques à combustible


fossile (charbon, pétrole, gaz naturel), les centrales nucléaires, les centrales
hydroélectriques, les centrales solaires et les centrales éoliennes.

Une centrale thermique est une centrale qui produit de l'électricité à partir d'une source
de chaleur selon le principe des machines thermiques.

Les centrales thermiques se répartissent en trois grandes catégories selon la nature de la


source de chaleur : centrale nucléaire, centrale à flamme et centrale récupérant de la
chaleur existant (solaire, géothermie).

Dans les centrales à flamme, le combustible est brûlé : soit dans une chaudière utilisant
la chaleur dégagée par la combustion pour produire de la vapeur d'eau sous pression, qui
entraîne la turbine accouplée à l'alternateur soit dans une turbine à combustion turbine à
gaz qui entraîne un alternateur.
Chapitre 1 Les

Une centrale à gaz est une centrale électrique consommant un gaz à fort pouvoir
calorifique, tel que le gaz naturel. Ce type de centrale constitue une part importante de la
production électricité dans les pays producteurs de gaz et dans certains pays européens.

On distingue plusieurs catégories : les centrales conventionnelles fonctionnant comme


les centrales au fioul, mais brulant du gaz ou lieu du fioul. Elles sont peu répandues, sauf
dans les pays possédant des ressources gazières importantes et sont progressivement
remplacées par les centrales à turbine à gaz et qui comprennent :

- les centrales à cycle simple


- les centrales à cycle combiné : de plus en plus répandues grâce à leur rendement
énergétique plus élevé. [9]

1.3

des usines capables de

les combustibles.

Les éléments indispensables à la production de courant électrique sont : une turbine en


mouvement, un -à-
bobine qui produit le courant électrique.

La production d'électricité est tout simplement une conversion, une transformation


mécanique (liée au mouvement) en énergie électrique figure (1.1). [10]
Chapitre 1 Les

Figure 1.1 [10]

1.4 Mode de fonctionnement des centrales électriques

Toutes les centrales électriques fonctionnent : Un


sera transformée en énergie mécanique, une
du fait de son mouvement de rotation (sauf centrale éolienne), et un alternateur qui
énergie électrique (figure 1.2).

Figure 1.2 S [10]

La chaleur produite dans la chaudière par la combustion du charbon, gaz ou autre,


vaporise de l'eau. Cette vapeur d'eau est alors transportée sous haute pression et sous haute
température vers une turbine. Sous la pression, les pales de la turbine se mettent à tourner.
Chapitre 1 Les

L'énergie thermique est donc transformée en énergie mécanique. Celle-ci sera, par la
suite, transformée à son tour en énergie électrique via un alternateur. A la sortie de la
turbine, la vapeur est retransformée en eau (condensation) au contact de parois froides pour
être renvoyée dans la chaudière où le cycle recommence. [10]
Chapitre 2 Notions sur le transfert de chaleur

Chapitre 2

Notions sur le transfert de


chaleur
Chapitre 2 Notions sur le transfert de chaleur

2.1 Introduction

-
thermodynamique et son milieu extérieur, traduite par la variation de température du
-à-dire sans travail
mécanique. [1]

dans un dispositif donné : calorimètre, échangeur de chaleur, mur,.... etc.


leurs performances, ou de les calculer pour assurer certains impératifs. [7]

On applique aux bilans thermiques le principe de conservation de l'énergie entre l'entrée


et la sortie pour une opération unitaire continue (échangeurs...) ou entre l'instant initial et
l'instant final pour une opération unitaire discontinue (calorimétrie...). [7]

Il convient évidemment de choisir un système d'étude comme pour un problème de


thermodynamique classique. Les processus thermiques en jeu sont de 3 principaux types
qu'il convient d'identifier pour chaque opération unitaire :

- Échauffement, refroidissement ou changement d'état des corps présents dans un


appareil ou le traversant. Ces processus se déroulent par échange entre deux corps
séparés (cas des échangeurs) ou en contact (cas de la calorimétrie).
- Consommation (réaction endothermique) ou production de chaleur (réaction
exothermique) dans le cas d'un réacteur.
- Pertes thermiques vers l'extérieur du système. Si les pertes sont nulles ou supposées
négligeables le procédé est dit adiabatique. [7]

2.2 Bilan thermique simple

Ce type de bilan peut être utilisé pour la plupart des procédés. On peut prendre
l'exemple d'un échangeur de chaleur où circulent sans être en contact un fluide froid
liquide et un fluide chaud à l'état de vapeur à l'entrée et à l'état de liquide refroidi à la
sortie. [7]
Chapitre 2 Notions sur le transfert de chaleur

Le fluide chaud subit donc un changement d'état (condensation par exemple). Le but
recherché est de déterminer les pertes thermiques avec l'extérieur. On définit le système
comme étant constitué du fluide froid et du fluide chaud dans leur traversée de l'échangeur.

Les fluides froid et chaud sont respectivement définis par les grandeurs suivantes:
débits massiques (qmf et qmc), chaleurs massiques moyennes (Cpfet Cpc) et températures
d'entrée (Tfe et Tce) et de sortie (Tfs et Tcs). De plus, c est l'enthalpie massique de
condensation du fluide chaud à la température Tce. [7]

On doit définir les flux de chaleur qui correspondent à des gains ou pertes d'énergie par
unité de temps pour un fluide et sont donc des puissances thermiques exprimées en W ou
souvent encore en Kj.h-1. Dans le cas le plus général le flux de chaleur s'écrit comme la
somme d'un terme du à une variation de température et d'un terme du à un changement
d'état. [7]

On écrit pour chaque fluide les puissances thermiques (appelées aussi « flux de
chaleur ») respectivement perdu par le fluide chaud et gagné par le fluide froid:

- pou r l e fl ui d e ch au d : = qmc. c .T c e +q m c . C p c . ( T c s T c e ) (2 . 1 )

- Pour le fluide froid : = q m f .C p f . (T f s T f e ) (2.2)

Pas de changement de phase

On doit bien remarquer que les différences de température s'expriment entre la


température de sortie et la température d'entrée pour un procédé continu (entre la
température finale et la température initiale pour un procédé discontinu). [8]

Par application du principe de la conservation de l'énergie on écrit donc le bilan suivant:

c + f+ perte =0 (2.3)

Avec : perte 0

Dans le cas particulier ou les pertes sont négligeables, le bilan devient :

c + f= 0 (2.4)
Chapitre 2 Notions sur le transfert de chaleur

froid, et chaud sont suffisamment rapides,


de [7]

2.3 Transfert thermique

forme de chaleur entre des corps ou des milieux à des températures différentes T1 et T2,ce
processus complexe est réalisé par la superposition des trois modes : conduction,

effets des autres sont peu importants ; aussi ils peuvent être négligés, simplifiant
[1]

a) Puissance thermique

Pour tous les modes de transfert de chaleur, on définit la puissance thermique (ou flux de
chaleur) (en W), schématisé sur la figure 2.1, comme la quantité de chaleur Q (en J)
traversant une surface isotherme S (en m2) pendant le temps t (en s). [7]

= (2.5)

Figure 2 .1 Puissance thermique. [7]


Chapitre 2 Notions sur le transfert de chaleur

Remarque

Les transferts thermiques se font toujours du corps chaud vers le corps froid. La

plus froides.

b) Résistance thermique

la puissance
thermique et la différence de température :

= (2.6)

régions à T1 et T 2
en K.W-1. [7]

c) Conductivité thermique

que de la matière constituant ce milieu, La conductivité thermique, ou coefficient de


conductivité, noté par la lettre « -1
. °C-1.

Elle caractérise la puissance thermique sur une surface de 1 m2


épaisseur de à
dire : W.m.m-2. °C . [7]

d) Coefficient global de transfert thermique


On définit également le coefficient global de transfert thermique K défini par
rapport à une surface S placée entre les deux surfaces S1 et S2 de températures T 1 et
T2.Dans cette définition générale on ne fait toujours pas référence à un type de transfert
particulier. L'intérêt de ce coefficient est de pouvoir s'appliquer à plusieurs processus
différents de transfert entre les deux surfaces (conduction, convection ou rayonnement) :

= K.S. (T1 T2) (2.7)

Avec :

K en W.m-2.K-1. [7]
Chapitre 2 Notions sur le transfert de chaleur

2.4 Conduction

gradient de température figure 2.2

Figure 2.2 Schéma de transfert thermique par conduction.[5]

Ce mode est un phénomène de propagation de la chaleur par le contact directe entre des
corps ayant des niveaux énergétiques -donc des températures différentes- suite au
mouvement de particules élémentaires.

duction est représentée par une loi fondamentale


qui est exprimée par la formule de Fourier suivante:

= Q/ t = - S T/ L (2.8)

Avec :

: Flux de chaleur [w].

dQ: variation de la quantité de chaleur (J).

dt : variation dans le temps (s).

dT : variation de température (k).

dL: épaisseur des matériaux traversés par le flux thermique (m).

S: section traversée par le flux (m²).

: coefficient de conductivité thermique du matériau (w.m-1.k-1). [5]


Chapitre 2 Notions sur le transfert de chaleur

2.5 Convection

Le transfert de chaleur par convection est un phénomène observé entre un fluide,


liquide ou gaz en mouvement et une paroi, en présence la différence des températures
figure 2.3. On a deux types de convection: la convection forcée et la convection naturelle
ou libre.

Figure 2.3 Schéma de transfert thermique par convection [5]

- La Convection forcée : le mouvement des phases peut être provoqué par une

- La convection naturelle ou libre : le mouvement peut être provoqué par


même
différence de masse volumique. [1]

Le flux de chaleur transmis par convection entre une surface et un fluide est donné par
la relation suivante :

= hS (Tp - Tf) (2.9)

Avec :

: Flux de chaleur par convection (w),

S ct entre le fluide et le solide,

(Tp-Tf) : différence de température entre la surface du solide et le fluide,


Chapitre 2 Notions sur le transfert de chaleur

h de chaleur convectif (W.m-². K-1),

h.S : conductance thermique par convection (w.k-1),

1/h.S=R : résistance thermique par convection (k.w-1).

fonction :

-des températures en présence,

-de la nature du fluide,

- urface (verticale, horizontale

-de la nature du fluide. [5]

2.6 Rayonnement

Ce mode est une transmission d'énergie à distance entre deux corps séparés ou non par
un milieu matériel (transformation d'énergie thermique d'un émetteur en énergie
électromagnétique, propagation, transformation partielle en énergie thermique sur un corps
récepteur). [8]

La loi fondamentale du rayonnement thermique est la loi de loi Stefan Boltzmann :

4
(2.10)

Avec :

radiante (W. m-²),

T : la température absolue de la surface(k),

: constante universelle appelée de Stefan Boltzmann= 5.76.10-8 (w. m-2.K-4). [5]

2.7 Transfert thermique lors du changement de phase

Même si le mécanisme du phénomène est différent pour chaque cas, tous les modes de
transfert thermique ont la même conséquence : la variation de température dans le corps
concerné. Parfois cette variation peut conduire à un changement de phase (vaporisation,
condensation, solidification, fusion). Dans cette situation la chaleur latente joue le rôle
Chapitre 2 Notions sur le transfert de chaleur

eur (positive ou négative) supplémentaire qui agrandit la complexité


de processus du transfert thermique. Il faut noter que, pendant le changement de phase, le

phénomènes dans de nombreuses applications pratiques utilisant des technologies


modernes, caractérisées par des densités thermiques élevées. [5]

2.8 Applications des transferts thermiques

Les applications techniques qui font appel aux processus de transfert thermique sont
extrêmement nombreuses et fréquentes. Parmi elles, les plus importants concernent :
-
;
-
économiques ;
-
les apports de chaleur ;
- fert de chaleur dans tous les procédés où il joue un rôle
essentiel ;
-la diminution des ¨pertes¨ de chaleur par les parois des conduites transportant des
agents à des températures élevées, par la calorifugation (isolation thermiques). [1]
Chapitre 2 Notions sur le transfert de chaleur
Chapitre 3 les échangeurs de Chaleur

Chapitre 3 :
Les Echangeurs de chaleur

18
Chapitre 3 les échangeurs de Chaleur

3.1 Définition
Les échangeurs de chaleur sont des dispositifs
thermique entre deux fluides [4], habituellement séparés par une paroi solide. Ils
: la production

ndustries
[5]
3.2 Critères de classement des échangeurs de chaleur

principaux :
a - Classement technologique
:

a.1/ Echangeurs à tubes : monotubes, coaxiaux ou multitubulaires. [5]


a.1.1/ Monotubes :
(3.1). [6]

Figure 3.1 Echangeur monotube en serpentin [5]

a.1.2/Coaxial dans lequel les tubes sont le plus souvent cintrés ; en général, le
ieur comme montré à
la figure (3.2). [6]

Figure 3.2 Échangeur coaxial [6].

19
Chapitre 3 les échangeurs de Chaleur

a.1.3 - Multitubulaires : existant sous quatre formes :

a.1.3.1 - Échangeur à tubes séparés : à

enroulé figure (3.3). [6]

Figure 3.3 Échangeur à tubes séparés [5].

a.1.3.2 - Echangeur à tubes rapprochés : Pour maintenir les tubes et


obtenir un passage suffisant pour le fluide extérieur au tube, on place un ruban enroulé en

figure (3.4). [6]

Figure 3.4 Échangeur à tubes rapprochés [5].

a.1.3.3 - Echangeur à tubes ailetées :


t toutefois présentés si
contre figures (3.5), (3.6), (3.7). [6]

20
Chapitre 3 les échangeurs de Chaleur

Figure 3.5 Échangeur à tube ailette [5].

- Ailettes transversales Ailettes indépendantes

Ailettes continues

Figure 3.6 Ailettes continues ou indépendantes[5]

21
Chapitre 3 les échangeurs de Chaleur

- Ailettes annulaires ou spirales

- Ailettes longitudinales

Figure 3.7 Autre différents types [5]

a.1.4 - Echangeur à tube et calandre Les principales technologies des


échangeurs tubes et calandre sont représentées sur la figure (3.8) et, pour faire un premier
choix, les deux paramètres principaux
les deux fluides figure (3.8).[5]

22
Chapitre 3 les échangeurs de Chaleur

a- Echangeur en tête flottante

b- Echangeur a boite fixe

c- Echangeur à tube en U

Figure 3.8 Echangeurs à tubes et calandre : principales technologies à (a) tête flottante, (b) boite fixe, et
(c) tube en U.[5]

23
Chapitre 3 les échangeurs de Chaleur

a.2 - Echangeurs à plaques : A surface primaire ou à surface secondaire figure (3.9). [5]

Figure 3.9 Echangeurs à plaque [5].

a.3 - Autres types : contact direct, à caloducs ou à lit fluidisé figure (3.10). [5]

Figure 3.10 Echangeurs à lit fluidisé (contact direct) [5]

24
Chapitre 3 les échangeurs de Chaleur

b - Classement suivant le procédé de transfert de chaleur

récupérateur ou en régénérateur de chaleur: [5]

b.1 - Transfert sans stockage : donc en récupérateur, avec 2 ou n passages et un


écoulement en général continu (figure 3.11).[5]

Figure 3.11 Echangeur récupérateur (sans stockage) [5]

b.2 - Transfert avec stockage donc en régénérateur, avec un seul passage et un


écoulement intermittent, la matrice de stockage étant statique ou dynamique (figure 3.12).
[5].

25
Chapitre 3 les échangeurs de Chaleur

Figure 3.12 Echangeur régénérateur (avec stockage) [6]

c - Classement suivant le mode de transfert de chaleur


Les trois modes de transfert de chaleur (conduction, convection, rayonnement) sont
couplés dans la plupart des applications (chambre de combustion, récupération sur les
; il y a souvent un mode de transfert prédominant. Pour tout échangeur
avec transfert de chaleur à travers une paroi, la conduction intervient. [6]
d - Classement fonctionnel
Le passage des fluides dans
monophasique ou diphasique.
On rencontre alors les différents cas suivants : les deux fluides ont un écoulement
monophasique. [6]
d.1 - un seul fluide a un écoulement avec changement de phase, cas des
condenseurs (figure 3.13). [5]

26
Chapitre 3 les échangeurs de Chaleur

Figure 3.13 Echangeurs monophasique (condenseur) [5]

d.2 - les deux fluides ont un écoulement avec changement de phase, cas des
évaporateurs. [5]
e - La compacité est définie par le

m2/m3 ; cette valeur est susceptible de varier de 500 à 800 m2/m3. Une classification en
fonction de la compacité peut être donnée (figure 3.14). [5]

Figure 3.14 Classification des échangeurs suivant la compacité [5]

27
Chapitre 3 les échangeurs de Chaleur

f- On retiendra deux
types de paroi : [5]

f.1 - Les échangeurs métalliques : en acier, cuivre, aluminium ou


matériaux spéciaux : superalliages, métaux ou alliages réfractaires. [5]

f.2 - Les échangeurs non métalliques : en plastiques (figure 3.15),


céramique (figure 3.16), graphite, verre (figure 3.17 [5]

Figure 3.15 Echangeur en matière plastiques [5]

Figure 3.16 Echangeur en céramique [5]

28
Chapitre 3 les échangeurs de Chaleur

Figure 3.17 Echangeur à tubes verre [5]

g - Classement suivant le nombre du fluide

Un échangeur de chaleur peut fonctionner avec deux, trois ou plusieurs fluides appelés
agents thermiques. [6]
h - Classement suivant le régime thermique de fonctionnement
On distingue deux régimes thermiques, le régime stationnaire représentant le cas où la
distribution de température des fluides ne varie pas avec le temps et le régime non
stationnaire définissant le cas où la distribution de température des fluides est dépendante
du temps. [6]
i-

écoulements des deux fluides, on distingue ainsi : [5]


i.1 - les échangeurs à courant parallèles :
parallèlement soit dans le même sens dits : Co-courants, soit en sens contraires dits contre-
courants (figures 3.18). [5]

Figure 3.18 Circulation à contre-courant et Co-courant. [5]

29
Chapitre 3 les échangeurs de Chaleur

i.2 - Les échangeurs à courants croisés : Avec ou sans brassage où les

veine est divisée entre plusieurs canaux parallèles distincts et de faible section, le brassage

dans la section de veine (figure 3.19).

Figure 3.19 Circulation à courants croisés [5]

3.3 Evaluation de la température

Le fonctionnement Co-courants est possible seulement si Tfs<Tcs ! Dans le cas contraire


températures de sortie.
température dans les échangeurs de chaleur est illustrée comme suit : [7]

a - Echangeur Co-courant : voir figures (3.20), (3.21)

Figure 3.20 : Co-courant. [7]

30
Chapitre 3 les échangeurs de Chaleur

Figure3.21 Evolution des températures -courant. [4]

b/Echangeur contre-courant : voir figures (3.22), (3.23)

Figure 3.22 : Contre-courant [7]

Figure 3.23 : E -courant. [4]

31
Chapitre 3 les échangeurs de Chaleur

Dans le fonctionnement à contre-courant la différence de température entre les deux

peut parfaitement être supérieure à la température de sortie du fluide chaud.

échangeur à contre-courant
-courant : il est donc le plus utilisé. [7]

peut être une étude de conception (réalisation) ou


une étude de vérification. [11]

a - Etude de vérification

pour fournir ou enlever un flux de chaleur déterminé à un fluide procédé dont on connait le

ie de ce fluide (imposées dans la pratique si on utilise de

global K nécessaire. On vérifié ensuite que le coefficient K calculée à partir des relations
de transfert thermique (calculs entre autres des coefficients de convection) est bien
supérieur à celui déterminé à partir des données générales sur les fluides et la surface totale
[11]

b - Etude de dimensionnement

On souhaite calculer

procédé). On raisonne comme plus haut concernant le fluide de service et ils deviennent
alors possible
coefficient de transfert thermique global K. on vérifié alors aussi par des calculs si la
valeur de K supposée est correcte.

Dans ce deux cas, si les solutions ne conviennent pas il faut reprendre les calculs depuis
le débit en modifiant les hypothèses jusqu'à obtenir une solution satisfaisante. Cette
procédure itérative est actuellement réalisée par des programmes informatiques. [11]

32
Chapitre 4 calculs du refroidisseur

Chapitre 4 :

Calculs du refroidisseur
Chapitre 4 calculs du refroidisseur

Introduction :

sont illustés da 4 (figures 1-4). Ils sont désigné par les lettres A à Xsur la base
du code de fonction KKS des groupes pricipaux AàZ.

Vu des contraintes de données, le calcul sera effectué pour le refroidisseur de


de tubes à ailettes. Il est destiné à transmettre
e traverse les tubes,
l ANNEXE 1

En règle générale, le refroidisseur est constitué de quatre faisceaux individuels qui sont
disposés dans des orifices du carter du générateur, au-dessous du stator. Le refroidisseur
ANNEXE 2, possède un plateau à tubes (2) en saillie, qui est vissé de manière fixe au
carter générateur et un plateau à tubes (3) coulissant, qui est étanché vis-à-vis du carter du
-étoupe. La garniture presse-étoupe fait partie de
la fourniture du fabricant du générateur.

Les

garnitures profilées (11). Les cellules peuvent être vissées sur les plateaux à tubes de
manière telle que, suivant la situation de montage donnée, soit les cellules à tubulures (5)
soit les cellules de déviation (4) sont vissées sur le plateau à tubes fixe.

. Les
tensions initiale est à appliquer en trois paliers, en partant à chaque fois du milieu des deux
cotés latéraux

4.2 Données de calcul

-
les ailettes selon l Un schéma simplifié de
4.1).
Chapitre 4 calculs du refroidisseur

Figure 4.1
Chapitre 4 calculs du refroidisseur

On dispose des données suivantes sur le tableau ci-dessous :

Fluide chaud air (externe)


Fluide froid eau (interne)
Tce = 83c° = 356 K
Températures de sortie du fluide chaud Tcs = 40c° = 313 K
Tfe = 31c° = 304 K,
Températures de sortie du fluide froid Tfs = 60c° = 333 K
Températures moyen du fluide chaud Tc,moy = 61.5 c° = 334.5 K
Températures moyen du fluide froid Tf,moy = 45.5 c° = 318.5 K
Débits volumiques du fluide chaud qvc = 47.7 m3.s-1,
Débits volumiques du fluide froid qvf = 70 m3.h-1 = 1.94*10-2 m3.s-1,
ea = 0.2*10-3 m
Pa = 1.8*10-3 m.
La surface totale des ailettes a = 2678 m2.
Diamètre intérieur des tubes Dint = 12*10-3 m
Diamètre extérieur des tubes Dext = 12+ 1.6 = 13.6 *10-3 m
de tube e = 0.8 m.
coté chaud Rec = 10% = 0.01 m2.c°.w-1
coté froid Ref = 0 m2.c°.w-1
La vitesse maximale du fluide froid Vf = 2.5 m/s.

Tableau 4.1 Données de refroidisseur

Définition

chaleur
effectivement transféré
dans les mêmes conditions de température
fonctionnant à contre-courant :
Chapitre 4 calculs du refroidisseur

(4.1)

Avec :

réel : le flux de chaleur réel (w),

max : le flux de chaleur maximal (w).

On a :

réel c f (4.2)

Avec :

c : le flux de chaleur coté chaud (w).

f : le flux de chaleur coté froid (w).

= qt

Alors :

c = qtc c = qmc.Cpc.(Tce-Tcs) = qvc c.Cpc.(Tce-Tcs) (4.2.a)

f = qtf f = qmf.Cpf.(Tfs-Tfe) = qvf f.Cpf.(Tfs-Tfe) (4.2.b)

Ou :

qtc = qmc.Cpc = qvc c.Cpc (4.2.c)

qtf = qmf.Cpf = qvf f.Cpf (4.2.d)

Avec :

qt : débit thermique (w.K-1),

qtc, qtf : débits thermiques des deux fluides (w.K-1),

qmc, qmf : débits massiques des deux fluides (Kg.s-1),


Chapitre 4 calculs du refroidisseur

qvc, qvf : débits volumiques des deux fluides (m3.s-1),

Cpc,Cpf : chaleurs massiques à pression constante (J.Kg-1.K-1),

c f: masses volumiques des deux fluides (Kg.m-3),

: différence de température (Kelvin (K)),

c = Tce-Tcs : la différence de température du fluide chaud (K),

f = Tfs-Tfe : la différence de température du fluide froid (K),

Tce : température

Tfe

Tcs : température de sortie du fluide chaud (K),

Tfs : température de sortie du fluide froid (K),

max = qtmin max (4.3)

Avec :

qtmin : le débit thermique minimum (w.K-1),

max : la différence de température maximale.

Remarque :

Si qtc < qtf alors : qtmin = qtc

Si qtf < qtc alors : qtmin = qtf

On calcule qtc, qtf et on fait la comparaison :

- Le débit thermique du fluide chaud (qtc) :

qtc = qmc.Cpc = qvc c.Cpc

Les valeurs des propriétés thermophysiques des fluides ANNEXE 3 sont calculées par
interpolation linéaire selon la formule suivante :
Chapitre 4 calculs du refroidisseur

yc = y1+ (y2-y1). Cte (4.4)

Ou :

Cte = (4.5)

c et Cpc à température Tc,moy = 334.5 K

Ou :

Tc,m = (4.6)

Par exemple c 1 2- 1). Cte

On obtient les résultats dans le tableau ci-dessous :

T (K) Y c (Kg.m-3) Cpc (J.Kg-1.K-1)


T1 = 300 y1 1 = 1.177 Cp1 = 1006
Tc,moy = 334.5 yc c = 1.053 Cp,c = 1008.07
T2 = 350 y2 2 = 0.998 Cp3 = 1009
Tableau 4.2 Propriétés physiques des fluides chaud ( c , Cpc)

Alors : qtc = 50633.44 W.K-1 = 50.63 KW.K-1

Donc : c = 2177237.92 W = 2177.23 KW.

- Le débit thermique du fluide froid (qtf) :

f et Cpf de température T = 318.5 K

T (K) Y f (Kg.m-3) Cpf (J.Kg-1.K-1)


T1 = 300 y1 1 = 994.6 Cp1 = 4178

Tf,moy = 318.5 yf f = 992.11 Cpf = 4179.62

T2 = 350 y2 2 = 985.4 Cp2 = 4184

Tableau 4.3 Propriétés physiques des fluides froid ( f , Cpf)


Chapitre 4 calculs du refroidisseur

Alors : qtf = 80444.87 W.s-1 = 80.44 Kw.s-1

f = 2332901.23 W.s-1 = 2332.90 Kw.s-1


Donc

Nous trouvons : qtc < qtf alors : qtmin = qtc

Remarque :

Donc :

Le flux de chaleur maximal est :

max = qtmin max (4.7)

max = qtmin.(Tce-Tfe) = 50.63 *(356-304)

max = 2632.76 Kw
:

= c= = = (4.8)

Donc :

c= c = 0.8269 = 82.69 %

Avec :

c : efficacité du fluide chaud.

4.4 Expression de flux de chaleur comme :

réel = k. LM (4.9)

Avec :

K -2
.K-1),

: surface 2
),
Chapitre 4 calculs du refroidisseur

LM : différence de température logarithmique moyenne.

Calcul de la différence de température moyenne logarithmique


LM)

TLM = (4.10)

Ou :

a = Tce Tfs (4.10.a)

a = 356 a = 23°

b = Tcs Tfe (4.10.b)

b = 313 b = 9°

Car cet échangeur à contre-courant.

( voir figure 4.2).

Figure 4.2 -courant

Alors :

LM =
Chapitre 4 calculs du refroidisseur

On a par conséquent : LM= 15.05 K.

C
:

min = (4.11)

Avec R= qtmin/qtmax = qtc/qtf (4.12)

R=50633.44/80444.87 = 0.629

min= NUT*qtc = 134482.41 w.°K-1

(K) : dans le cas Conduite cylindrique,


voir figure (4.3)

Figure 4.3 Résistance thermique des cylindres creux

K= [ ]-1 (4.13)

Avec :

hc : coefficient de convection coté chaud (w.m-2.K-1),


Chapitre 4 calculs du refroidisseur

hf : coefficient de convection coté froid (w.m-2.K-1),

Rext : rayon extérieur (m),

Rint : rayon intérieur (m),

L : longueur de tube (m),

w.m-1.K-1),

c) :

Kc= ]-1 (4.14)

Avec:

c
2
).

f
2
).

m
2
).

c, : Coefficients <1).

( f

g = 1- (1- a) ( ) (4.15)

Avec:

a = (4.16)

Où :

)½ (4.17)

(4.18)
Chapitre 4 calculs du refroidisseur

(4.19)

e [1 + ea.Na.( ) + 0.5*de*Na( )] (4.20)

Sas = Sa e .(1 ea.Na) (4.21)

hc : convection thermique coté chaud (w.m-2.K-1),

Lac

a w.m-1.K-1),

ea

: )

par metre )

de : diametre exterieur (m)

Sachant que Da = 0.76 m alors :

Da* = Da* = 55.88

Sas = Sai/1m Sas = 2678 m

Sa = 3.14*13.6*10-3* [1 + 0.2*10-3*10209*( ) + 0.5*13.6*

10-3*10209( )]

Sa = 9259 m

:
Chapitre 4 calculs du refroidisseur

Lac

Lac = 0.898 m

Donc :

a = =5.16*10-4
a

alors :

g = 1- (1-5.16*10-4) ( ) g = 0.71

4.5

On utilise les paramètres adimensionnels pour déterminer ces coefficients :

Paramètres adimensionnels
Nombre de Reynolds :

canalisation.

Re = (4.22)

Avec :

Dh = 4.S/pm.

: masse volumique du fluide (kg/m3).

:vitesse moyenne du fluide (m/s).

: viscosité dynamique du fluide (kg/m.s).

Dh: diamètre hydraulique.


Chapitre 4 calculs du refroidisseur

pm : périmètre mouillé (m).

S : section de passage (m2).

Nombre de Prandtl :
Caractérise la distribution des vitesses par rapport à la distribution des températures,

Pr = (4.23)

Nombre de Stanton :
Rapport du flux de chaleur a un flux de chaleur de référence par convection.

St = (4.24)

Nombre de Nusselt:
Rapport de la quantité de chaleur échangée par convection à la quantité de chaleur
échangée par conduction.

Nu = (4.25)

a/ Fluide froid (eau)


22), on obtient le nombre de Reynolds du fluide froid :

Ref =

Avec :

Vf = 2.5 m.s-1

Dhf int
2
int alors: Dhf = Dint = 12*10-3 m

f = 992.11 Kg.m3.

f), on obtient :

T (K) Y f (Kg.m-1.s-1)
T1 = 313 y1 1 = 0.651*10-3
Tf,moy = 318.5 yf f = 0.601*10-3
T2 = 333 y2 2 = 0.469*10-3
Chapitre 4 calculs du refroidisseur

Tableau 4.4 Propriétés physiques des fluides froid ( f)

f = 0.601*10-3

Donc :
Ref = 49522.96

Cette valeur correspond à un régime d'écoulement turbulent.

- 4.23), on obtient le nombre de Prandtl du fluide froid :

Prf =

f= 0.532*10-3 Kg.m-1.s-1.

Cpc = 4181.9 J.Kg-1.K-1.

On calcule f avec ), on obtient :

T (K) Y f (w.m-1.K-1)

T1 = 313 y1 1 = 0.628

Tf,m = 318.5 yf f = 0.634

T3 = 333 y2 2 = 0.651

Tableau 4.5 Propriétés physiques des fluides froid ( f)

f = 0.634 w.m-1.K-1

Donc : Pr = 3.96

L/Dint = 2.9/12*10-3 L/Dint = 241.66

24), on calcul le nombre de Stanton du fluide froid par la méthode


suivante :

les conditions suivantes :

Rec 105 ; Pr 0.66 ; L/d > 60

Alors le nombre de Stanton est :

Stf = 0.023*Re-0.2*Pr-0.7 Stf = 1.007*10-3


Chapitre 4 calculs du refroidisseur

Donc le coefficient de convection coté froid (hf) :

hf = Stf f.Vf.Cpf = 1.007*10-3*992.11*2.5*4179.62

hf = 110439.17 w.m-2.K-1 = 110.439 Kw.m-2.K-1

- ), on obtient le nombre de Nusselt de fluide froid :

Nuf = =

Nu = 2090.33

b/ Fluide chaud (air) Données géométriques :


L = 2.9 m

l = 0.9 m

H=

Sai = 2678 m2 (surface totale des ailettes).

- calcul le nombre de tubes (Nt)

Vf = (4.26)

Alors :

Nt = = = Nt = 68

Avec :

Nt : nombre de tubes.

- (Na)

Sa = (l.H Nt.S).Na (4.27)

Alors :

Na = = = Na = 10209
Chapitre 4 calculs du refroidisseur

Avec :

Na

4.6 :

Dans un faisceau en ligne (figure (4.4)), les tubes sont disposés suivant un pas
rectangulaire qui peut être en particulier un pas carré. Le faisceau peut être en quinconce
(figure (4.5)).

Figure 4.4 Faisceau en ligne


Chapitre 4 calculs du refroidisseur

Figure 4.5 Faisceau en quinconce.

Les grandeurs représentatives de la géométrie du faisceau en quinconce sont


répertoriées ci-dessous :

D : diamètre extérieur des tubes

SL : pas longitudinal (entre-

ST : pas transversal (entre-

Notre refroidisseur est composé de 4 rangées à 9 tubes et 4 rangées à 8 tubes figure (4.6)

Figure 4.6 position des tubes dans une ailette.

- Calcul les pas longitudinal (SL), transversales (ST) et diagonale (SD):

SL = = 51 mm = 51.10-3 m

ST = = 44 mm = 44.10-3 m

SD = = = 50.85mm = 50.85*10-3

le nombre de Reynolds coté chaud est calculé par la formule suivante :

Rec = (4.28)

Avec :

: fraction de vide,
Chapitre 4 calculs du refroidisseur

: viscosité cinématique du fluide (m2.s-1)

Vc : vitesse du fluide chaud (m.s-1)

Ou : = * de (4.29)

= 0.021 m
= 1- (4.30)

Ou : Pt*= ST /de (4.31)

Pt*= 44/13.6 = 3.23

= 0.756

Ou :

On calcule la vitesse (Vc) :

Vc = (4.32)

Avec :

Sfe = La.Lb (4.33)

Cette figure est representé le passage ).

Figure 4.7
Chapitre 4 calculs du refroidisseur

4.8).

Figure 4.8 Section de veine fluide chaude. Faisceau en quinconce.

La = Pa = 1.8*10-3 La = 1.8*10-3 m

Lb = ST - Dext = 44.10-3 - 13.6 *10-3


Lb = 30.4*10-3 m
Avec :

La : longueur de la fenêtre (m).

Lb : largeur de la fenêtre (m).

Donc :

Sfe = 30.4*10-3*1.8*10-3 Sfe = 54.72*10-6 m2

On a aussi :

Nfe = Nfe,L.Nfe,l (4.34)

Ou :

Nfe,L = Na + 1 1 Nfe,L = 10209

Nfe,l = Nt(par un rangée) Nfe,l = 17


Chapitre 4 calculs du refroidisseur

Donc :

Nfe = 10209*17 Nfe = 173553

Avec :

Sfe : la surface de fenetre,

SNfe : nombre de fenetre,

Nfe,L : nombre de fenetre par longueur de caisson,

Nfe,l ,

Alors la vitesse (Vc) :

Vc = Vc = 5.02 m.s-1

4.5) pour calculer ( c), on obtient :

T (K) Y c (Kg.m-1.s-1)
T1 = 300 y1 1 = 1.57*10-5
Tc,m = 334.5 y c = 1.92*10-5
T2 = 350 y2 2 = 2.08*10-5

Tableau 4.6 Propriétés physiques des fluides chaud ( c)

c = 1.92*10-5 Kg.m-1.s-1

Alors le nombre de Reynolds est égale .28)

Rec = 6640.21

- :

Prc =
Chapitre 4 calculs du refroidisseur

4.5) pour calculer ( f), on obtient :

T (K) Y c (Kg.m-1.s-1)
T1 = 300 y1 1 = 2.85*10-5
Tc,m = 334.5 Y c = 2.31*10-5
T2 = 350 y2 2 = 2.08*10-5

Tableau 4.7 Propriétés physiques des fluides chaud ( c)

c= 2.31*10-5 Kg.m-1.s-1

Cpc = 1008.07 J.Kg-1.K-1.

T(K) y -1
.K-1)

T1 =300 y1 1 0.0262

Tc,m =334.5 yc c = 0.0288

T2 = 350 y2 2 = 0.0300

Tableau 4.8 Propriétés physiques des fluides chaud ( c)

c = 0.0288 w.m-1.K-1

Donc : Pr = 0.808

4.7 C f)

f t (4.35)

f = 3.14*12*10-3*2.9*68 f = 7.43 m2

4.8 Calcul la surface coté c)

c = Sa.L = 26851.1 m2 (4.36)


c = 26851.1 m2
Chapitre 4 calculs du refroidisseur

4.9 C m)

m = (4.37)

Alors :

m = m = 13429.62 m2

hc= 0.29* *Rec0.633*Prc0.33*( )-0.17 (4.38)

hc = 133.48 w.m-2.°K-1

- chaud :

Nu = = Nu = 54.32

Donc c) résultant :

Kc= ]-1

Kc = [0.143]-1 = 6.48 w.m-2.K-1

* 26851.1 = 173995.128 w.m-2.K-1

froid (Kf)

Kf = ]-1 (4.39)

Alors:
Chapitre 4 calculs du refroidisseur

Kf = [ ]-1

Kf = 3472.22 w.m-2.K-1

, on obtient :

reel = K. LM

K= 173995.128 w.m-2.K-1

reel = 173995.128*15.05 réel = 2618.626 KW

en comparant cette valeur avec l max on trouve une


erreur relative :

= 0.0053 = 0.53 % (4.40)


CONCLUSION

Cet appareil est un récupérateur de chaleur à courants croisés avec tubes ailetés de
type GEA 41-2985 / 896 / 96-NSv-S119 32 S 183 (voir Annexe) destiné à récupérer une

Pour cela nous avons adopté une formulation de transfert de chaleur nécessaire au
a
puissance transmise par cet échangeur est de 2651 KW -à-dire avec une erreur relative
de 0.53 % par rapport au flux maximal

place thermique complet avec plus de données concernant ce type


Référence

Référence

[1] : transferts thermiques (ANA-MARIA BIANCHI, YVES FAUTRELLE,


JACQUELINE ETAY).

[2] : échangeurs thermiques (méthodes globales de calcul avec 11 problèmes


résolus).J.PADET.

[3] : Les échangeurs de chaleurs (par Rafik Younes ULFG-S9 Département


de Mécanique).

[4] : Les échangeurs de chaleurs (Département de Génie Civil INSA Toulouse).

[5] : un échangeur de chaleur (par


FETITI CHERIF et FERHAT LEZHARI. Département de Génie Mécanique).

[6] : étude thermo- :


Application aux fluides géothermiques (par AMINE ALI NEHARI -
TLEMCEN-).

[7] : Bilan Thermiques (PASCAL BIGOT cours CIRA 1ère année).

[8] : Introduction aux transferts thermiques (Dominique Marchio et Paul


Reboux).

[9] : http://fr.wikipedia.org/wiki/Production_d%27%C3%A9lectricit%C3%A9

[10]: http://www.ac-nancy-
metz.fr/enseign/physique/nouvprog/prem_l/docs/enjeux_planet/Prod-energie-elec-CH.pdf

[11] : Echangeur de chaleur (PASCAL BIGOT).

[12] : Etude du récupérateur de chaleur croisé à tubes à ailette (C. Bougriou).


ANNEXE 1
ANNEXE 1
ANNEXE 2
Caractéristiques thermo physiques du fluide chaud (eau) et fluide froid
(air) :

Fluide froid (eau)

T° -3
) (.10-5) Cpc Pr
(c°) (kg/m )
3
(kg/m.s) (m2/s) (J/kg.K) (W/m.K)
0 1002 1.78 0.179 4218 0.552 13.6
10 1001 1.30 0.130 4192 0.586 9.30
20 1001 1.00 0.101 4182 0.597 7.02
40 994.6 0.651 0.0658 4178 0.628 4.34
60 985.4 0.469 0.0477 4184 0.651 3.02
80 974.1 0.354 0.0364 4196 0.668 2.22
100 960.6 0.281 0.0294 4216 0.680 1.74
120 945.3 0.234 0.0247 4250 0.685 1.446
140 928.3 0.198 0.0214 4283 0.684 1.241
160 909.7 0.172 0.0189 4342 0.680 1.099
180 889.0 0.154 0.0173 4417 0.675 1.004
200 866.7 0.138 0.0160 4505 0.665 0.937
220 842.4 0.125 0.0149 4610 0.653 0.891
240 815.7 0.117 0.0143 4756 0.635 0.871
260 785.9 0.108 0.0137 4949 0.611 0.874
280 752.5 0.102 0.0135 5208 0.580 0.910
300 714.3 0.096 0.0135 5728 0.540 1.019
Fluide chaud (Air)

T° -5
)
-5
Cpc Pr
(c°) (kg/m )
3
(m /s)
2
(J/kg.K) (W/m.K)
(kg/m.s)

250 1.413 1.60 0.949 1005 0.0223 0.722

300 1.177 1.85 1.57 1006 0.0262 0.708

350 0.988 2.08 2.08 1009 0.0300 0.697

400 0.883 2.29 2.59 1014 0.0337 0.689

450 0.783 2.48 2.89 1021 0.0371 0.683

500 0.705 2.67 3.69 1030 0.0404 0.680

550 0.642 2.85 4.43 1039 0.0436 0.680

600 0.588 3.02 5.13 1055 0.0466 0.680

650 0.543 3.18 5.85 1063 0.0495 0.682

700 0.503 3.33 6.63 1075 0.0523 0.684

750 0.471 3.48 7.39 1086 0.0551 0.686

800 0.441 3.63 8.23 1098 0.0578 0.689

850 0.415 3.77 9.07 1110 0.0603 0.692

900 0.392 3.90 9.93 1121 0.0628 0.696

950 0.372 4.02 10.8 1132 0.0653 0.699

1000 0.352 4.15 11.8 1142 0.0675 0.702

1100 0.320 4.40 13.7 1161 0.0723 0.706

1200 0.295 4.63 15.7 1179 0.0763 0.714

1300 0.271 4.85 17.9 1197 0.0803 0.722

Vous aimerez peut-être aussi