Vous êtes sur la page 1sur 5

Électrocardiogramme : l'essentiel

savoir enregistrer un électrocardiogramme


savoir vérifier la qualité du tracé et la bonne position des électrodes
connaître les principes de base de l'électrocardiogramme
connaître la terminologie des différentes ondes PQ RST

Principes :
Les cellules du cœur ont comme les autre un « potentiel trans menbranaire ». Interieur de la
cellule négatif et extérieur positif. Elles sont polarisée. Les cellules nerveuses et musculaires
se dépolarisent (transitoirement redeviennent +) et ensuite se repolarisent

(on dit potentiel d action).


A chaque battement, l ensemble des cellules du cœur se dépolarise progressivement, puis se
repolarise, mais pas en meme temps. Il se créé un « front » de dépolarisation, comme un
chemin électrique. Cette dépolarisation des cellules musculaire va faire contacter les fibres :
systole = pompe qui presse, se vide. Repolarisation = diastole= pompe qui suce, se remplie
Cela commence à l oreillette droite en haut et en arrière (nœud sinusal) avance vite jusque à la
jonction entre les 2 oreillettes et les deux ventricule (nœud auriculo ventriculaire), ou il y a un
ralentissement puis cela passe aux ventricules : septum puis les parois libres des ventricules.

Avec chaque dérivation de l ECG (entre deux electrodes), on mesure le nombre de millivolt a
chaque instant, qui représente la somme de l activité electrique de toute les cellules cardiaque
a ce moment donné. Le pole positif d une dérivation va donner une mesure positive si l onde
de dépolarisation va vers elle. Et cette mesure est plus grande si la dérivation est « en face » et
s il y a beaucoup de cellule.
L ECG va imprimer sur la feuille des ondes de la force électrique de chaque dérivation en
fonction du temps dans le cycle cardiaque.

Par définition P est la première du cycle et c est celle de dépolarisation des oreillette, QRS c
est celles des ventricules, avec un front qui va changer 3 fois de directions donc souvent 3
ondes, puis T de repolarition des ventricules.

L'appareil :

il fonctionne à l'électricité soit en branchant sa prise soit sur sa batterie interne


on obtient le tracé de l'électrocardiogramme en plaçant les différentes électrodes qui sont
matérialisées par des couleurs sur chacun des 10 fils eux-mêmes reliés à l'appareil.
C'est un examen totalement indolore et sans risque : l'appareil ne va pas produire d'électricité
au contraire c est un tout petit courant électrique produit par le coeur du patient qui est
enregistré et transcrit sur le papier thermique.

L'électrocardiogramme peut aussi enregistrer l'activité électrique d'autres sources que le


cœur : l'activité musculaire par exemple un tremblement du patient, une source électrique
externe transmise au patient par exemple le bistouri électrique, ou des parasites électriques
produits à côté du patient.
Donc pour avoir un tracé électrocardiogramme de bonne qualité il faut un patient
parfaitement immobile et décontracté.
Il faut un bon contact entre les électrodes et la peau du patient qui doit être propre et
éventuellement dégraissée. On améliore le contact avec une pâte ou un gel ou encore mieux
tout simplement de l'eau.
Il y a quatre électrodes avec des pinces pour les dérivations dites standard
rouge = R pour le bras droit
jaune = L pour le bras gauche
noir = N pour la jambe droite (ou gauche)
vert = F pour la jambe gauche
on peut aussi placer R à l'épaule droite L à l'épaule gauche F et N en bas de l'abdomen gauche
et droite.
Il y a six électrodes avec des ventouses pour les dérivations précordiales
V1 au quatrième espace intercostal bord droit du sternum
V2 au quatrième espace intercostal bord gauche du sternum
V3 juste entre V2 et V4
V4 au cinquième espace intercostal au niveau du milieu de la clavicule gauche
V5 au cinquième espace intercostal au niveau de la ligne axillaire antérieure
V6 au cinquième espace intercostal au niveau de la ligne axillaire moyenne
Avec ces 10 électrodes bien positionnées on obtient un tracé d'électrocardiogramme dit 12
dérivations.
Les six dérivations standard explorent un plan frontal. Chacune a une orientation qu'il faut
bien connaître et que l'on peut visualiser ci-dessus.
Une fois toutes les électrodes positionnées, on peut faire l'enregistrement :
soit sur le bouton automatique,
soit en manuel en changeant quatre fois le groupe dérivations avec les boutons fleches, une
fois pour chaque petit carré de papier.
(amplitude reglée sur 1/10 et vitesse 25)
Attention le papier coûte une fortune : ne pas gaspiller !
Et Voila !

Un truc pour savoir si vous avez bien mis les électrodes : sur le tracé la forme de l'onde dans
la dérivation aVR a presque toujours une onde P negative et un qrs rS et une T négative